Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Les sauvegardes et la population du Saint Empire Romain Germanique pendant la guerre de Trente Ans : le cas des comtés de Wertheim et de Hohenlohe

Frank Kleinehagenbrock
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 La présente étude est basée sur les conclusions de notre thèse de doctorat : Frank Kleinehagenbroc (...)

1Les populations du Saint Empire souffrirent grandement de la guerre entre 1618 et 1648. Si les combats eurent peu d’impact immédiat sur la majorité de la population, un grand nombre d’habitants succombèrent en revanche aux famines et aux épidémies, tandis que d’autres désertaient leurs villages pour trouver ailleurs de quoi subsister dans de meilleures conditions. La vie quotidienne fut fortement perturbée par le logement des gens de guerre chez l’habitant et par le passage des troupes. Tout cela modifia les conditions économiques locales. La plupart des gens s’endettèrent – tout comme les princes territoriaux, au reste. Ces dettes furent l’un des problèmes majeurs des sociétés du milieu du XVIIe siècle – avec des différences suivant les lieux1.

  • 2 De nombreuses recherches ont été menées ces dernières années sur d’autres provinces que les deux c (...)

2L’étude de la guerre de Trente Ans aux niveaux local et régional montre que les conséquences de la guerre furent très diverses – y compris entre plusieurs parties d’un même territoire2. L’impact dépendit à la fois de facteurs temporels, des positions géographiques et de conditions structurelles. Lors de chaque étude locale, il est donc important de se demander si le lieu considéré était d’importance stratégique au regard du transport ou de l’approvisionnement, ou s’il était situé dans une vallée reculée. Il est également nécessaire de connaître le contexte dans lequel l’une ou l’autre sauvegarde fut délivrée entre 1618 et 1648.

Die Grafschaften Wertheim, Castell und Rieneck, mit der Herrschaft Wiesentheid [Les comtés de Wertheim, Castell et Rieneck], [Vienne], [F. J. J. von Reilly], [entre 1789 et 1806] (Berne, Bibliothèque Universitaire, collection Ryhiner)

Le comté de Hohenloh, avec les pays, qui y confinent, [Nuremberg], [Homännische Erben], 1748 (Berne, Bibliothèque Universitaire, collection Ryhiner)

L’impact de la guerre dans les comtés de Hohenlohe et de Wertheim

  • 3 Pour de plus amples informations et des indications bibliographiques, voir : Gerhard Köbler, Histo (...)
  • 4 Voir la discussion critique sur ce sujet dans : Heinz Duchhardt, Barock und Aufklärung, Munich, R. (...)
  • 5 Frank Kleinehagenbrock, « Die Verwaltung im Dreißigjährigen Krieg. Lokalbeamte in der Grafschaft H (...)

3L’inventaire des faits liés à la guerre de Trente Ans ne peut être fait qu’en étudiant en détail le statut constitutionnel et administratif de chaque territoire allemand dont on parle3. Car si une principauté était bien organisée, elle était d’autant mieux en mesure de protéger ses sujets. On peut voir là une condition préalable à la mise en place des formes de gouvernement dites absolues, dans la décennie qui suivit 16484. Si les sujets, les agents des gouvernements et les seigneurs étaient capables d’empêcher la confusion et d’adopter des formes de coopération semblables à celles du temps de paix, l’impact de la guerre était moins durement ressenti5. En Allemagne, durant les années d’affrontements, la mise en place de ces conditions plus favorables représenta une tâche importante pour les dirigeants qui, s’ils voulaient maintenir leur domination sur leurs sujets, devaient tenir compte des conditions de vie de ces derniers, ainsi que de leurs droits traditionnels.

  • 6 Frank Kleinehagenbrock, « Einquartierung als Last für Einheimische und Fremde. Ein Beispiel aus ei (...)

4La comparaison entre les comtés franconiens de Wertheim (voir la carte p. 262) et de Hohenlohe (voir la carte p. 263) donne une idée plus précise de la façon dont les populations réagirent face à la guerre. Les situations intérieures respectives des deux comtés, de même que leurs fonctions stratégiques aux yeux des armées, étaient différentes. Les contacts vécus entre les officiers et les élites locales, tout comme ceux qu’entretinrent les soldats avec les paysans ou avec le petit peuple des villes, n’étaient donc pas de même nature d’un comté à l’autre. Toutefois, on trouve dans les deux comtés, pour l’époque considérée, de nombreux exemples d’« accommodements » de circonstance entre les armées et les autorités locales, et entre les soldats et la population locale6. Il en allait de même pour les sauvegardes. Durant les périodes de grands désordres qui caractérisèrent la guerre de Trente Ans, ces deux pratiques furent extrêmement importantes dans le cadre des efforts en vue de maintenir ou de rétablir l’ordre. C’est pourquoi nous centrerons le présent article sur les interactions, dans les deux comtés franconiens, entre les sociétés locales et les soldats.

  • 7 Sur les cercles de l’Empire, et celui de Franconie en particulier, voir : Rudolf Endres, Der Fränk (...)
  • 8 Peu d’ouvrages ou d’articles traitent de l’histoire du comté de Wertheim, notamment pendant la gue (...)
  • 9 Les publications concernant l’histoire du comté de Hohenlohe sont plus nombreuses depuis la paruti (...)

5Les comtés de Hohenlohe et de Wertheim faisaient partie du cercle de Franconie7. Le comté de Wertheim8 était situé sur la rivière du Main – entre deux autres territoires beaucoup plus grands et plus influents, l’archevêché de Mayence et l’évêché de Wurtzbourg –, tandis que les routes principales qui allaient de la vallée du Rhin à Nuremberg ou du Danube à la rivière du Main atteignaient à peine le comté de Hohenlohe9. Si le comté de Wertheim fut plus souvent le théâtre du passage des troupes en marche qui avaient besoin du Main pour le transport, celui de Hohenlohe représentait cependant pour les armées un grenier à blé idéal, peu éloigné des routes importantes et des marchés des grandes villes.

  • 10 [Heinrich] Neu, « Die Fehde des Würzburger Fürstbischofs Julius gegen die Grafen von Löwenstein-We (...)
  • 11 Robert Meier, « Souverän und doch geteilt : Kondominate. Eine Annäherung an eine typische Sonderfo (...)

6Les deux comtés différaient aussi par leur niveau de développement intérieur. Le comté de Wertheim avait perdu une grande partie de son territoire suite à l’extinction de la dynastie et à une querelle de succession compliquée, une décennie seulement avant le début de la guerre de Trente Ans10. La nouvelle dynastie, les Löwenstein-Wertheim, était divisée en quatre branches, dont les membres essayèrent de gouverner le comté conjointement, bien qu’ils fussent de confession différente. Des tensions s’ensuivirent entre les comtes, et aussi entre le comte catholique et ses sujets luthériens. Dans ce comté, les structures administratives étaient peu développées et peu efficaces11.

7La dynastie de Hohenlohe était séparée, elle, en six branches, à l’époque de la guerre de Trente Ans. Quoique le comté restât officiellement uni, chacun des six comtes gouvernait son propre territoire (Herrschaft), divisé en plusieurs circonscriptions (Ämter). Le comté de Hohenlohe dans son ensemble était luthérien. Depuis 1600 environ, il existait, dans trois des six territoires comtaux, une administration très bien organisée, comprenant des chanceliers et des trésoriers au sommet, et des baillis (Amtmänner) et des avoyers (Schultheißen) dans les villages. Ces structures correspondaient à la hiérarchie présente dans les armées de la guerre de Trente Ans.

8Les deux comtés sont donc tout indiqués pour l’étude de la coexistence et des antagonismes entre les militaires d’une part, et les populations locales et leur seigneur d’autre part. Il faut toutefois rappeler que, pour rendre compte des relations entre un seigneur et ses sujets au début des temps modernes, les catégories étatiques sont peu opérantes. Ce qui frappe, lorsqu’on s’intéresse aux relations entre un seigneur et ses sujets au Moyen Âge ou au début des temps modernes, c’est la spécificité des situations locales, qui marque aussi les relations entre soldats et populations locales en période de guerre.

Sauvegardes et ordonnances

  • 12 Georg Engelbrecht, Dissertatio Juridica de Salva-Gvardia, Helmstedt, 1702, chap. iv, § 3 (livre pu (...)
  • 13 Cf. StA Wertheim, R Rep. 55g/25.

9Ce que Georg Engelbrecht (1638-1705), doyen de la Faculté de droit de Helmstedt, rapporte après la guerre de Trente Ans dans sa Dissertatio Juridica de Salva-Guardia, concernant les types de sauvegardes et leurs normes, apparaît familier à ceux qui travaillent sur la guerre de Trente Ans (et pas uniquement parce que l’auteur cite sans cesse des exemples tirés des années 1618-1648)12. Évidemment, on n’étudie pas les sauvegardes de la première moitié du XVIIe avec en tête les mêmes typologies que si l’on étudiait les pratiques du temps de la guerre de Succession d’Espagne ou de la guerre de Sept Ans. Pour ce qui concerne le XVIIIe siècle, on se rend compte par exemple que rédiger une sauvegarde impériale pour la chevalerie d’Empire de Franconie relevait de la routine administrative13. Les chevaliers exigeaient d’être exemptés du logement des troupes impériales. Le document, dit sauvegarde, qui leur accordait ce privilège était imprimé en allemand et en français ; il était ensuite délivré avec une lettre circulaire impériale, puis acheminé à Heilbronn dans le canton d’Odenwald, d’où il était envoyé aux chevaliers d’Empire collectivement, accompagné d’instructions destinées aux avoyers et aux tribunaux locaux, relatives aux décrets qu’ils devaient promulguer. Une gestion des sauvegardes à ce point professionnelle n’existait pas à l’époque de la guerre de Trente Ans.

  • 14 Johann Heinrich Zedler, Großes vollständiges Universal-Lexikon aller Wissenschafften und Künste, 6 (...)

10Engelbrecht établit, malgré tout, une typologie des sauvegardes. Il distingue par exemple les sauvegardes du type de celles dont nous venons de parler, qui étaient accordées par grâce impériale aux états de l’Empire (Reichsstände) ou à des municipalités, qui étaient comprises comme des privilèges en cas de guerre, et qui concernaient collectivement les destinataires – au nombre desquels on trouvait aussi des minorités religieuses comme les juifs, ou des membres de l’université – ; on pouvait aussi y trouver des directives pour des personnes individuelles. Il est important de noter qu’il s’agissait toujours d’une espèce de pacte, soit pour une situation donnée, soit pour une durée limitée. L’Universallexikon de Zedler résume comme suit les caractéristiques de ce type de sauvegardes : ce sont « des écrits qui, suite à une demande accompagnée d’un paiement, sont délivrés pour que toutes les personnes et tous les biens qui y sont nommés soient protégés sur le territoire concerné, et restent libres de toute atteinte hostile14 ».

  • 15 Cf. StA Wertheim, F Rep 506/41.

11À la lumière de cette définition, on peut inclure dans cette catégorie, par exemple, le document qui, au début des années 1630, exempta le tonnelier Melchior Sauerbrei, résidant à Wertheim, du logement de gens de guerre et du service de guet aux portes de la ville. Bien que ce document fût intitulé « sauvegarde », il s’agissait en fait d’un traitement préférentiel de la part du seigneur, en raison de services rendus, dans la manufacture de tonneaux, aux forces d’occupation suédoises du château de Wertheim15. Au début des temps modernes, les sauvegardes étaient partie intégrante de l’organisation administrative ; à cette époque en effet, les systèmes de gouvernement accordaient une large place aux liens personnels, ce qui apparaît encore plus clairement pendant la guerre de Trente Ans. Seule l’étude de cas individuels permet donc de comprendre le fonctionnement des institutions de cette époque, où des règlements complets en faveur de situations individuelles pouvaient être révoqués plus facilement qu’il ne semblerait possible aujourd’hui.

  • 16 Gerhard Papke, « Von der Miliz zum Stehenden Heer », Othmar Hackl/Manfred Messerschmidt (dir.), Ha (...)
  • 17 Johann Christian Lünig, Corpus Iuris Militaris, Leipzig, Friedrich Lankisch, 1723 [réimpression : (...)
  • 18 Voir, par exemple : HZA N, La 30/1076, Sauvegarde du général suédois Carl Gustav Wrangel pour le c (...)

12Engelbrecht offre au lecteur un historique du développement des sauvegardes depuis l’Antiquité. Les sauvegardes étaient en effet issues d’une longue tradition. Il n’est donc pas surprenant que, au début des temps modernes, elles aient fait partie des outils ordinaires dont un prince disposait pour légiférer, aussi bien à l’échelle du Saint Empire que dans les cercles et autres territoires impériaux – et ce, même avant 1681, date à laquelle la constitution militaire de l’Empire fut mise en place16. La compilation des lois militaires allemandes de Johann Christian Lünig (1662-1740) montre que le traitement des sauvegardes était en grande partie le même dans la plupart des territoires : « Là où des sauvegardes seraient affichées, personne ne doit rien prendre ni piller ou endommager, sous peine de châtiments corporels. » Les sauvegardes devaient être respectées ; les voleurs et les pillards étaient menacés de peines corporelles. On trouve l’énoncé de ces peines encourues, parfois sous une forme légèrement modifiée, dans nombre de lois édictées par l’empereur, par la diète impériale, par les dirigeants et les diètes de l’un ou l’autre territoire, ou par des cercles impériaux17. Vers 1700, la sévérité des sanctions fut augmentée, et l’on voit aussi mentionnée la peine de mort. Dans les sauvegardes imprimées datant de la guerre de Trente Ans, on peut seulement relever de temps à autre la mise en garde contre une punition plus dure18.

  • 19 J. C. Lünig, Corpus Iuris Militaris, op. cit., p. 522.

13Dans l’appendice de sa compilation, Lünig donne des conseils aux cours de justice militaires sur la façon d’interpréter la rupture des sauvegardes et sur les cas dans lesquels leur non-respect pouvait être assimilé à un crime. Les sauvegardes doivent être selon lui publiées, et leur contenu clairement formulé. Pendant la guerre de Trente Ans, la majorité des sauvegardes furent en effet publiées, et certaines à la manière de formulaires, dans lesquels il restait à inscrire le nom des destinataires. Mais, tandis que les personnes placées sous la garantie des sauvegardes devaient se comporter correctement, des soldats pris de boisson, voire naïfs et inexpérimentés (aus Bäuerischen groben Unverstanden), pouvaient rester impunis19. Même d’après les prescriptions théoriques, les sauvegardes n’avaient qu’une influence limitée sur la situation de la population locale.

14Ce qui précède concerne particulièrement les décennies de la guerre de Trente Ans ; ce qui ne signifie pas que les sauvegardes n’eurent aucun effet, mais qu’il était sans conteste difficile de les faire appliquer. La documentation archivistique conservée ne permet guère de savoir ce qui arrivait aux soldats criminels. Des indices montrent qu’en cas d’infraction aux ordonnances, ainsi que de meurtre, de viol ou d’autres crimes, les soldats étaient punis, notamment quand il y avait une bonne collaboration entre les responsables locaux et les officiers de l’armée. Bien que des peines sévères fussent prévues pour les soldats enfreignant les sauvegardes, les baillis (Amtsmänner) et les sujets qui se plaignaient des effets décevants de ces mesures n’intentèrent jamais une action en justice contre le mépris des sauvegardes. Tout au plus étaient-ils heureux lorsqu’une sauvegarde produisait quelque effet.

  • 20 Zedler, op. cit., t. 33, p. 637 : nehmlich wenn einer oder etliche Soldaten in oder an einem gewis (...)
  • 21 E. g. HZA N, La 40/1147 : 15 soldats et quatre chevaux de la compagnie du colonel baron de Soye fu (...)

15L’encyclopédie de Zedler attire aussi l’attention sur un autre point : les sauvegardes pouvaient consister en « un ou plusieurs soldats, envoyés ou déplacés en un lieu, pour protéger ce lieu contre toute hostilité et tout acte de violence20 ». De telles sauvegardes avaient un coût pour les habitants qui devaient pourvoir à la subsistance des soldats. Les conditions de ces livraisons devaient être négociées à chaque fois ; parfois, il s’agissait simplement d’un surplus par rapport aux contributions régulières21. Les soldats qui arrivaient en tant que sauvegardes posaient donc à la population d’un village ou d’une ville les mêmes problèmes que ceux qui étaient de passage et y prenaient leurs quartiers.

16C’est pourquoi les ordonnances et autres accords concernant la subsistance des soldats lors de la guerre de Trente Ans doivent être envisagés dans le même contexte. Il s’agissait de plans d’approvisionnement, soit dressés par les officiers de leur propre autorité, soit négociés localement. Dans les deux comtés étudiés ici, les sujets étaient bien informés du contenu des ordonnances et disposaient ainsi cum grano salis – en plus de la discipline de l’armée et du bon ordre de l’administration locale et territoriale – d’un moyen d’uniformisation du logement des gens de guerre. Ces ordonnances pouvaient au moins constituer une référence en cas de plaintes dénonçant un « excès » dans les obligations d’approvisionnement ou de logement.

  • 22 Anton Schindling, « Das Strafgericht Gottes. Kriegserfahrungen und Religion im Heiligen Römischen (...)

17L’obligation faite aux sujets de payer des contributions et de loger des soldats ne fut en elle-même jamais remise en question, pour autant que nous le sachions. En général, les populations de cette époque admettaient le fardeau de la guerre – comme une maladie22. Il est donc bien plus important de considérer les problèmes concrets dans leur contexte social. Comme les soldats logeant chez l’habitant étaient répartis en petits groupes et dispersés entre plusieurs villages et fermes, les officiers militaires et civils avaient du mal à contrôler leur comportement collectif ; peut-être cela permit-il une certaine marge de manœuvre individuelle, autorisant par exemple des accords directs entre les soldats, d’un côté, et les habitants chargés de les loger, de l’autre, ce qui n’est pas mentionné dans les sources.

  • 23 Johann Jacob Moser, Von der Landes-Hoheit in Militär-Sachen, Nach denen Reichs-Gesetzen und dem Re (...)

18Tout comme pour les sauvegardes, il était difficile de contrôler le respect des ordonnances. Johann Jacob Moser (1701-1785) se plaignait de ce problème à la fin du XVIIIe siècle : de nombreux ordres paraissaient, qui enjoignaient le respect des ordonnances, mais ce n’étaient en fait que des mesures visant à prévenir, pendant un certain temps, un éventuel mécontentement des populations23. Ce n’est pas surprenant. C’est pourquoi, plus que sur le respect ou le non-respect des sauvegardes et des ordonnances, il semble qu’il est important de se pencher sur le contexte social dans lequel ces deux types de textes furent établis. La façon dont les populations se servaient des sauvegardes et des ordonnances peut nous aider à comprendre comment fonctionnaient les sociétés de la première modernité.

Seigneurs, sujets et soldats

  • 24 Markus Meumann /Ralf Pröve, « Die Faszination des Staates und die historische Praxis. Zur Beschrei (...)
  • 25 Frank Kleinehagenbrock, « Herrschaft und Untertanen in der Grafschaft Hohenlohe vor dem Dreißigjäh (...)
  • 26 Voir, entre autres : Peter Blickle, Deutsche Untertanen. Ein Widerspruch, Munich, C. H. Beck Verla (...)
  • 27 Michael Kaiser, « Inmitten des Kriegstheaters. Die Bevölkerung als militärischer Faktor und Kriegs (...)
  • 28 Edgar Wolfrum, Krieg und Frieden in der Neuzeit. Vom Westfälischen Frieden bis zum Zweiten Weltkri (...)

19Des indices amènent à penser qu’en général, les relations entre les seigneurs et les sujets ne peuvent être réduites à une simple opposition ; il y eut plutôt une multitude d’intérêts divergents d’un côté et de requêtes communes de l’autre, de protestations mais aussi de convergences de vues24. Il faut prendre en compte également, bien sûr, la signification des normes légales, fixées par écrit ou émanant de coutumes diversement interprétées. À l’époque moderne, les princes, qui essayaient de consolider leur emprise sur le territoire, avaient certes tendance à imposer leur propres interprétations des droits coutumiers, mais maints exemples montrent que les princes et les sujets continuaient de négocier les conditions de leurs relations25. En effet, depuis les années 1970, les recherches de Peter Blickle ont ébranlé l’image que l’on avait traditionnellement de la soumission des sujets26. Les accords qui intervinrent entre militaires et populations locales pendant la guerre de Trente Ans illustrent comment les princes et les sujets27 considéraient attentivement leur situation respective et poursuivaient leurs propres intérêts face aux défis auxquels ils étaient confrontés. La nouvelle histoire militaire, ouverte aux questions sociales, a montré que les sujets furent à la fois acteurs de la guerre et acteurs dans la guerre28.

20Même pendant la guerre de Trente Ans, la négociation eut une place considérable. Les usurpations soudaines et agressives de la part de militaires restèrent des exceptions. Ces empiétements avaient lieu en particulier quand des lieux étaient impliqués, directement ou indirectement, dans les opérations de guerre, par exemple après la bataille de Nördlingen, quand les troupes impériales s’avancèrent en ordre pour poursuivre les partisans des Suédois et assiéger et chasser les forces d’occupation suédoises qui avaient été laissées en arrière ; ces empiétements avaient lieu aussi dans les zones jouxtant des champs de bataille, où les soldats qui retraitaient ravageaient le pays, comme le faisaient aussi leurs poursuivants. Le comté de Hohenlohe connut une telle situation après la bataille de Nördlingen. Mais, en général, les passages de troupes et le logement de soldats chez l’habitant faisaient l’objet d’une préparation – au moins dans les deux comtés que nous étudions ici. Les trois décennies de la guerre virent de nombreuses tentatives pour maintenir la loi et l’ordre, ou du moins des efforts en ce sens.

21Cependant, maintenir ou rétablir la loi et l’ordre était possible seulement si l’on impliquait dans ce processus tous les groupes sociaux concernés – par des négociations entre les administrations princières, et entre les baillis et les officiers des différentes parties en présence, ainsi que par une application cohérente des résultats. Si l’on n’y arrivait pas, c’étaient les sujets eux-mêmes qui prenaient le relais en négociant des conditions particulières avec les militaires qui aspiraient à en tirer des avantages. Ces négociations locales pouvaient aller dans le sens de l’intérêt général, du maintien de la loi et de l’ordre, mais elles pouvaient aussi introduire des particularités locales ; simplement parce que, comme nous l’avons déjà dit, les accords passés entre les officiers et les commissaires du comté n’étaient pas toujours efficaces, parce qu’ils n’étaient pas contrôlés ni appliqués.

22Il semble que cette situation ait été plus fréquente dans le comté de Wertheim que dans celui de Hohenlohe, mais sans que des sources suffisantes puissent permettre des preuves chiffrées. Les habitants du comté de Wertheim étaient plus à la merci des soldats, du fait de la lutte pour le pouvoir entre l’administration de chaque territoire et l’administration commune. La liberté de manœuvre du temps de paix avait des effets négatifs en temps de guerre. Le comté de Wertheim était de petite taille, et l’administration n’y était pas très développée ; elle comportait seulement une circonscription, ce qui était désavantageux, parce que le comté manquait ainsi d’un nombre suffisant de « partenaires » de statut social équivalent à celui de la hiérarchie militaire avec laquelle il fallait coopérer. Le garde forestier en chef de Kreuzwertheim ne disposait pas de la même autorité, vis-à-vis d’un officier de l’armée, que le bailli (Stadtvogt) de Langenburg.

  • 29 Cf. HZA N, La 40/1234.

23La gestion des sauvegardes fut plus difficile. Par exemple, avant la bataille de Herbsthausen (début mai 1645), des soldats français envahirent le village de Döttingen, du comté de Hohenlohe, dans la vallée de la rivière Kocher29. Une partie d’un régiment français longeait la rive droite du Kocher ; plusieurs soldats, au nombre d’environ 60 fantassins et quelques cavaliers, à leur arrivée à Döttingen, forcèrent la cour du château et volèrent le bétail que les habitants y avaient mis en sûreté. C’était en effet une pratique commune, pour les sujets des princes de Hohenlohe et ceux des autorités voisines, que d’amener leur bétail dans les châteaux qui semblaient particulièrement sûrs. Une redevance proportionnelle à la taille du bétail était perçue pour ce service. La taxe était plus élevée pour les horsains que pour les habitants, et les juifs devaient payer encore davantage. Rappelons que les forêts pouvaient aussi protéger les moyens d’existence des populations ; mais, depuis les vallées fluviales, il était difficile de conduire le bétail jusque dans ces forêts. Après qu’ils eurent volé le bétail contenu dans la cour du château, donc, les soldats français se mirent à fouiller toutes les maisons de Döttingen, prenant tout ce qui n’avait pas été mis en sûreté dans l’enceinte du château. En revanche, ils ne purent envahir le château lui-même.

24Cet incident provoqua des discussions à propos des sauvegardes. Souvent, les villes et les villages payaient pour une sauvegarde, qui devait les protéger contre les attaques de soldats de passage. Ces sauvegardes ne peuvent être considérées simplement comme un chantage, que les militaires auraient fait subir aux sujets. Il reste que la qualité et l’efficacité de ce service militaire étaient diverses. Les comparaisons avec des cas similaires montrent que les sauvegardes étaient efficaces seulement si l’on avait affaire dans le village à plus d’un soldat, si possible à un groupe dirigé par un officier de bonne volonté, soucieux de la discipline et prêt à s’engager. Mais les soldats devaient de toutes façons être entretenus, et c’était aux frais des sujets. Alors que le bailli (Vogt) Johann Wilhelm Götz (mort en 1648) se prononçait nettement – probablement aussi dans l’intérêt de sa propre sécurité – en faveur d’une sauvegarde, qui n’avait pas existé jusque-là à Döttingen, la communauté villageoise refusa d’accepter une telle protection, à cause de ce qu’il lui en coûterait. Il y avait là un simple calcul du ratio entre les bénéfices et les coûts. Le bétail volé au château n’était sans doute pas tout ce que les villageois possédaient ; la perte était calculable et pouvait être compensée. Ce qui semble plus vraisemblable, c’est que ces villageois ne voulurent pas, en la circonstance, payer pour la sécurité du bailli. Ici, la sauvegarde était considérée comme une sorte de service. L’accepter ou la refuser était du ressort des personnes qu’elle concernait, à savoir les baillis et les sujets souffrant de la guerre. Elle ne pouvait simplement être imposée par le comte, le gouvernement ou la chambre.

  • 30 StA Wertheim, G Rep. 50/167.

25Les dépenses liées aux sauvegardes causaient souvent des querelles, et tous ceux qu’elles concernaient tentaient de faire porter les coûts sur d’autres qu’eux-mêmes. En 1622 par exemple, dans le village de Remlingen, sur lequel s’exerçaient deux obédiences (une partie des villageois étaient sujets des comtes de Castell, les autres étaient sujets des comtes de Wertheim), des conflits éclatèrent à cause d’une demande de sauvegarde déposée auprès de Wurtzbourg par de Castell. Celui-ci voulut exiger des villageois dépendant de Wertheim une contribution au coût de la sauvegarde, ce que ces villageois refusèrent absolument30. Ces derniers prétendirent que les soldats étaient là seulement pour protéger la maison du comte de Castell et qu’eux-mêmes, les sujets, n’en avaient tiré aucun avantage. Cette argumentation fut soutenue par les comtes de Wertheim, qui demandèrent explicitement à leurs sujets de Remlingen de ne pas se soumettre aux requêtes du comte de Castell.

  • 31 HZA N, We 105/47, citation tirée d’une lettre de Johann Lorenz Gerhard (secrétaire de la chambre à (...)

26Cette argumentation était fréquente. En règle générale, les sujets refusaient les sauvegardes à cause des coûts supplémentaires qu’elles entraînaient, et ils préféraient ne pas avoir de soldats dans leur village, dans leurs maisons – soldats qui se seraient peut-être ajoutés à ceux qu’ils devaient loger au titre de l’hébergement régulier des troupes en route ou en stationnement. Les baillis et les autres agents du prince, quant à eux, avaient tendance à vouloir accepter les sauvegardes, parce qu’ils en attendaient une protection personnelle. Ce n’était pas un mince avantage, si l’on considère que toute maison qui était fouillée se retrouvait dans un désordre indescriptible, et si l’on y ajoute les problèmes qui pouvaient opposer les sujets à leur prince (par exemple en ce qui concernait la levée des impôts). En 1643, le Grand bailli des chevaliers teutoniques (Oberamtmann) à Weikersheim souhaitait une sauvegarde, pour que le bailli restât en ville, et jugeait que « [...] si l’ennemi devait venir devant cette petite ville, le bailli de la ville resterait difficilement parmi nous [...]31 ». Cette sauvegarde devait certainement protéger tous les agents administratifs du prince dans la ville.

27Dans ce cas cependant, les bourgeois (et les habitants en général ?) de la ville souhaitaient aussi la sauvegarde. La seigneurie de Weikersheim (dans le comté de Hohenlohe) fut gouvernée par l’Ordre des chevaliers teutoniques de 1637 à 1649, car le comte Georg Friedrich de Hohenlohe-Wei-kersheim (1569-1645) avait conclu un accord avec les Suédois avant 1634. La population luthérienne n’avait pas confiance dans la nouvelle autorité catholique. Bien que la sauvegarde consistât en deux soldats ayant pour mission de protéger la ville lors d’importants mouvements de troupes, c’était en réalité une claire démonstration politique contre le gouvernement de Mergentheim, ville de résidence de l’Ordre des chevaliers allemands. Mais ces soldats se sauvèrent de la ville après quelques jours, quand les premières troupes arrivèrent, ce qui constitua une défaite des bourgeois de Weikersheim.

  • 32 HZA N, Wa 9/2653, Supplik der Witwe des Hans Zollmann, le 31 mai 1636.

28D’une manière générale, les autorités, par exemple à Hohenlohe, s’efforcèrent de prévenir la conclusion d’accords locaux entre des soldats et des habitants tenus de les loger. Mais de tels accords restèrent possibles. C’est ainsi que la veuve d’un certain Hans Zollmann put, de son propre chef, conclure un accord avec un colonel, en vue d’être exemptée de paiements en faveur des soldats, et après coup elle supplia le comte de régulariser cet accord32. La veuve avait été capable de concrétiser un avantage pour elle-même, en négociant avec les soldats ; elle avait néanmoins besoin de l’aval du prince régnant pour légitimer son acte. Dans ce cas, l’autorité comtale ne souffrit pas de la guerre.

29Protection par un document ou par des soldats, ou encore traitement privilégié qui exemptait de charges les bénéficiaires, telles furent les formes possibles des sauvegardes pendant la guerre de Trente Ans. Dans le processus de stabilisation et de développement d’une autorité princière au début des temps modernes, notamment en période de guerre, ces sauvegardes sont un facteur à ne pas sous-estimer. Comme les ordonnances, elles sont pour nous des signes de la mise en place de normes dans les sociétés de la première modernité – dans le cadre de conflits entre l’établissement de normes générales, les requêtes individuelles et la liberté personnelle. Pourtant, les sauvegardes constituaient un instrument politique en temps de guerre plutôt qu’elles ne régulaient les relations quotidiennes entre les soldats et les populations locales. L’étude des sauvegardes peut donc servir à illustrer le problème du maintien de l’ordre à l’époque moderne. En même temps, cependant, elles sont un indicateur de la marge de manœuvre dont disposaient les personnes individuelles sur les affaires qui leur étaient vitales.

Notes

1 La présente étude est basée sur les conclusions de notre thèse de doctorat : Frank Kleinehagenbrock, Die Grafschaft Hohenlohe im Dreißigjährigen Krieg. Eine erfahrungsgeschichtliche Untersuchung zu Herrschaft und Untertanen, Stuttgart, Kohlhammer Verlag, 2003, coll. « Veröffentlichungen der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg. Reihe B, Forschungen 153 ». Pour notre sujet, voir particulièrement les pages 30-35, 56-66 et 73-126.

2 De nombreuses recherches ont été menées ces dernières années sur d’autres provinces que les deux comtés franconiens dont nous parlons ici. Voir : John Theibault, German Villages in Crisis. Rural Life in Hesse Kassel and the Thirty Years’War, 1580-1720, New Jersey, Humanities Press International, 1995 ; Jörg Rathjen, Soldaten im Dorf. Ländliche Gesellschaft und Kriege in den Herzogtümern Schleswig und Holstein 1625-1720 : eine Fallstudie anhand der Ämter Reinbek und Trittau, Kiel, Verlag Ludwig, 2004. Les conséquences démographiques de la guerre de Trente Ans sont encore l’objet de débats, d’une manière générale, et en particulier à travers les travaux des deux auteurs suivants : Günther Franz, Der Dreißigjährige Krieg und das deutsche Volk. Untersuchungen zur Bevölkerungs-und Agrargeschichte, Stuttgart/New York, Gustav Fischer Verlag, 41979 (édition originale 1940) ; Sigfrid Heinrich Steinberg, Der Dreißigjährige Krieg und der Kampf um die Vorherrschaft in Europa 1600-1660, Gottingue, Vandenhoeck und Ruprecht, 1966.

3 Pour de plus amples informations et des indications bibliographiques, voir : Gerhard Köbler, Historisches Lexikon der deutschen Länder. Die deutschen Territorien und reichsunmittelbaren Geschlechter vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Munich, C. H. Beck Verlag, 72007.

4 Voir la discussion critique sur ce sujet dans : Heinz Duchhardt, Barock und Aufklärung, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 42007, coll. « Oldenbourg Grundriss der Geschichte 11 », p. 40-43, 58-60, 169-176 et 222-223 (ce livre fut publié précédemment sous le titre : Das Zeitalter des Absolu tismus).

5 Frank Kleinehagenbrock, « Die Verwaltung im Dreißigjährigen Krieg. Lokalbeamte in der Grafschaft Hohenlohe zwischen Herrschaft, Untertanen und Militär », Stefan Kroll/Kersten Krüger (dir.), Militär und ländliche Gesellschaft in der frühen Neuzeit, Munster/Hambourg/Londres, LIT-Verlag, 2000, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der frühen Neuzeit 1 », p. 121-142 ; du même auteur, « Ohnmächtige im Ringen der großen Mächte oder Teilnehmer am Konfessionskrieg ? Von der Anwendung eines erfahrungsgeschichtlichen Konzepts bei der Untersuchung der Grafschaft Hohenlohe im Dreißigjährigen Krieg », Franz Brendle/Anton Schindling (dir.), Religionskriege im Alten Reich und in Alteuropa, Munster, AschendorffVerlag, 2006, p. 177-189.

6 Frank Kleinehagenbrock, « Einquartierung als Last für Einheimische und Fremde. Ein Beispiel aus einem hohenlohischen Amt während des Dreißigjährigen Krieges », Matthias Asche/Michael Hermann/Ulrike Ludwig/Anton Schindling (dir.), Krieg, Militär und Migration in der Frühen Neuzeit, Munster, LIT-Verlag, 2008, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit 9 », p. 167-185.

7 Sur les cercles de l’Empire, et celui de Franconie en particulier, voir : Rudolf Endres, Der Fränkische Reichskreis, Augsbourg, Haus der Bayerischen Geschichte, 2003 ; Winfried Dotzauer, Die deutschen Reichskreise (1383-1806). Geschichte und Aktenedition, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1998, p. 81-141 ; et Alois Schmid, « Der Fränkische Reichskreis. Grundzüge seiner Geschichte – Struktur – Aspekte seiner Tätigkeit », Wolfgang Wüst (dir.), Reichskreis und Territorium : Die Herrschaft über der Herrschaft ? Supranationale Tendenzen in Politik, Kultur, Wirtschaft und Gesellschaft. Ein Vergleich süddeutscher Reichskreise, Stuttgart, Jan Thorbecke Verlag, 2000, coll. « Veröffentlichungen der Schwäbischen Forschungsgemeinschaft 7 » p. 235-250. D’autre part, on trouve une analyse de la politique des comtes de Franconie dans : Ernst Böhme, Das Fränkische Reichsgrafenkollegium im 16. und 17. Jahrhundert. Untersuchungen zu den Möglichkeiten und Grenzen der korporativen Politik mindermächtiger Reichsstände, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1989, coll. « Beiträge zur Sozial-und Verfassungsgeschichte des Alten Reiches 8 ».

8 Peu d’ouvrages ou d’articles traitent de l’histoire du comté de Wertheim, notamment pendant la guerre de Trente Ans. Voir cependant : Hermann Ehmer, Geschichte der Grafschaft Wertheim, Wertheim, Buchheim, 1989 (p. 156-182 pour la guerre de Trente Ans) ; Friedrich Emlein, « Wertheim während des Dreißigjährigen Krieges », Wertheimer Jahrbuch, 1928, p. 27-45. Pour des études générales, voir Thomas Wehner, « Wertheim », Anton Schindling/Walter Ziegler (dir.), Die Territorien des Reichs im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Land und Konfession 1500-1650, t. 4 : Mittleres Deutschland, Munster, Aschendorff Verlag, 1992, p. 214-232 ; voir aussi Hermann Ehmer, « Löwenstein-Wertheim », Hansmartin Schwarzmeier/Meinrad Schaab (dir.), Handbuch der Baden-Württembergischen Geschichte, t. 2 : Die Territorien im Alten Reich, Stuttgart, Klett-Cotta, 1995, p. 389-394.

9 Les publications concernant l’histoire du comté de Hohenlohe sont plus nombreuses depuis la parution de : Adolf Fischer, Geschichte des Hauses Hohenlohe. Zunächst als Leitfaden beim Unterricht, im hohen Auftrag entworfen und den Prinzen und Prinzessinnen des durchlauchtigen Gesamthauses gewidmet, 2 t., Stuttgart 1868-1871 (pour la guerre de Trente Ans, voir t. 2-1, p. 48-80). Pour les XVIe et XVIIe siècles, voir aussi : Thomas W. Robisheaux, Rural Society and the Search for Order in Early Modern Germany, Cambridge (etc.), Cambridge UP, 1989. Pour un aperçu general : Gerhard Taddey, « Hohenlohe – ein geschichtlicher Überblick », Otto Beuschert (dir.), Hohenlohe, Stuttgart, Kohlhammer Verlag, 1993, p. 21-53 ; Volker Press, « Das Haus Hohenlohe in der Frühen Neuzeit », id., Adel im Alten Reich. Gesammelte Vorträge und Aufsätze, Tubingue, Bibliotheca academica Verlag, 1998, coll. « Frühneuzeit-Forschungen 4 », p. 167-188.

10 [Heinrich] Neu, « Die Fehde des Würzburger Fürstbischofs Julius gegen die Grafen von Löwenstein-Wertheim in den Jahren 1598-1617 », Deutsch-evangelische Blätter, 28, 1903, p. 471-489.

11 Robert Meier, « Souverän und doch geteilt : Kondominate. Eine Annäherung an eine typische Sonderform des Alten Reiches am Beispiel der Grafschaft Wertheim », Zeitschrift für Neuere Rechtsgeschichte, 24, 2002, p. 253-272 ; id., « Am unteren Ende der Herrschaft. Das Militär der Grafschaft Wertheim und seine Polizeiaufgaben », Policey Working Papers. Working Papers des Arbeitskreises Policey/Polizei in der Vormoderne, no 7, 2004, http://www.univie.ac.at/policey-ak/pwp/pwp_07.pdf (27 février 2008).

12 Georg Engelbrecht, Dissertatio Juridica de Salva-Gvardia, Helmstedt, 1702, chap. iv, § 3 (livre publié à nouveau sous le titre Commentatio de Salva Gvardia. Vom Sicheren Geleite, Jena, Cröcker, 1743).

13 Cf. StA Wertheim, R Rep. 55g/25.

14 Johann Heinrich Zedler, Großes vollständiges Universal-Lexikon aller Wissenschafften und Künste, 68 t., Halle/Leipzig, Johann Heinrich Zedler, 1732-1754, réimpression : Graz, Akademische Druckund Verlagsanstalt, 1961-1964, ici : t. 33, p. 637 s: Schriften, welche, auf gebührendes Ansuchen, deswegen ertheilet worden, damit alle darinnen benannte Personen und Sachen in der Herrschaft Schutz aufgenommen seyn, und dahero aller Feindseligkeit befreyet bleiben sollen.

15 Cf. StA Wertheim, F Rep 506/41.

16 Gerhard Papke, « Von der Miliz zum Stehenden Heer », Othmar Hackl/Manfred Messerschmidt (dir.), Handbuch zur deutschen Militärgeschichte, t. 1-1, Munich, Bernard & Graefe Verlag, 1979, p. 236-256.

17 Johann Christian Lünig, Corpus Iuris Militaris, Leipzig, Friedrich Lankisch, 1723 [réimpression : Osnabrück, Biblio-Verlag, 1968], p. 71 : It[em] wo Salva-Guardia angeschlagen würden, da soll keiner nichts nehmen, plündern oder beschädigen, bey Leibes-Straffe. Dans la compilation de Lünig, la plus appréciée à son époque, cette sentence est mentionnée pour la première fois dans : « Kaysers Maximiliani II. und des Heil[igen] Röm[ischen] Reichs Reutter-Bestallung [...] de anno 1570 », ibid., p. 58-77, ici : p. 71, puis dans différents autres documents. Pour l’histoire de la guerre de Trente Ans, « Articuls-Brief Worauf Herzogs Maximiliani in Bayern Hoch-Teutsche Knechte zu Fuß geschworen », ibid., p. 778-783, ici : p. 779, est d’une grande importance, en particulier parce que les soldats bavarois prirent leurs quartiers à Hohenlohe et Wertheim.

18 Voir, par exemple : HZA N, La 30/1076, Sauvegarde du général suédois Carl Gustav Wrangel pour le comte Heinrich Friedrich von Hohenlohe, Langenburg, le 8 août 1646 (notamment pour les résidences des comtes de Langenburg et Kirchberg), ou HZA N, We 105/41, Sauvegarde de l’archiduc Léopold-Guillaume pour le grand maître Johann Kaspar von Stadion (pour la ville et la juridiction de Weikersheim), le 26 juin 1640.

19 J. C. Lünig, Corpus Iuris Militaris, op. cit., p. 522.

20 Zedler, op. cit., t. 33, p. 637 : nehmlich wenn einer oder etliche Soldaten in oder an einem gewissen Ort geschicket oder verleget worden, denselben für aller Feindseligkeit und Thätlichkeit zu bewahren.

21 E. g. HZA N, La 40/1147 : 15 soldats et quatre chevaux de la compagnie du colonel baron de Soye furent laissés comme sauvegarde à Langenburg en 1635. En plus des distributions régulières en nourriture, ils percevaient une paire de gants ou de bottes par semaine.

22 Anton Schindling, « Das Strafgericht Gottes. Kriegserfahrungen und Religion im Heiligen Römischen Reich Deutscher Nation im Zeitalter des Dreißigjährigen Krieges. Erfahrungsgeschichte und Konfessionalisierung », dans : Matthias Asche/Anton Schindling (dir.), Das Strafgericht Gottes. Kriegserfahrungen und Religion im Heiligen Römischen Reich Deutscher Nation im Zeitalter des Dreißigjährigen Krieges. Beiträge aus dem Tübinger Sonderforschunsgbereich « Kriegserfahrungen – Krieg und Gesellschaft in der Neuzeit », Munster, AschendorffVerlag, 2002, p. 11-51.

23 Johann Jacob Moser, Von der Landes-Hoheit in Militär-Sachen, Nach denen Reichs-Gesetzen und dem Reichs-herkommen, wie auch aus denen Teutschen Staats-Rechts-Lehrern und eigener Erfahrung [...], Francfort/Leipzig, Metzler, 1773 [= Neues teutsches Staatsrecht, t. 16-3], réimpression : Osnabrück, Zeller 1967, p. 159 : Es ist aber gar offt damit kein wahrer, vil weniger ein ganzer, Ernst, sondern eine palliativ-Cur, die klagende Landstände und murrende Unterthanen wieder eine zeitlang zu geschweigen [...].

24 Markus Meumann /Ralf Pröve, « Die Faszination des Staates und die historische Praxis. Zur Beschreibung von Herrschaftsbeziehungen jenseits teleologischer und dualistischer Begriffsbildungen », id. (éd.), Herrschaft in der Frühen Neuzeit. Umrisse eines dynamisch-kommunikativen Prozesses, Munster, LIT-Verlag, 2004, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der frühen Neuzeit 2 », p. 11-49 ; Dagmar Freist, « Einleitung : Staatsbildung, lokale Herrschaftsprozesse und kultureller Wandel in der Frühen Neuzeit », et Wolfgang Reinhard, « Zusammenfassung : Staatsbildung durch “Aushandeln” ? », Ronald G. Asch/Dagmar Freist (dir.), Staatsbildung als kultureller Prozeß. Strukturwandel und Legitimation von Herrschaft in der Frühen Neuzeit, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau Verlag, 2005, p. 1-47 et p. 429-438.

25 Frank Kleinehagenbrock, « Herrschaft und Untertanen in der Grafschaft Hohenlohe vor dem Dreißigjährigen Krieg : Die Einführung von Dienstgeldern und die Festlegung von Landessteuern durch die Dienstgeld-Assekuration von 1609 », M. Meumann/R. Pröve (dir.), Herrschaft in der Frühen Neuzeit, op. cit., p. 51-78 (avec de larges commentaires bibliographiques) ; Ursula Löffler, Dörfliche Amtsträger im Staatswerdungsprozeß der Frühen Neuzeit. Die Vermittlung von Herrschaft auf dem Lande im Herzogtum Magdeburg, 17. und 18. Jahrhundert, Munster, LIT-Verlag, 2005, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der frühen Neuzeit 8 », ici : p. 217-233.

26 Voir, entre autres : Peter Blickle, Deutsche Untertanen. Ein Widerspruch, Munich, C. H. Beck Verlag, 1981 ; id., Kommunalismus. Skizzen einer gesellschaftlichen Organisationsform, 2 t. Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2000, ici particulièrement : t. 1, p. 1-15. La thèse défendue par P. Blickle s’est heurtée à des objections et a donné lieu à d’autres développements. Voir à ce propos : Volker Press, « Herrschaft, Landschaft und “Gemeiner Mann” in Oberdeutschland vom 15. bis zum frühen 19. Jahrhundert », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 123, 1975, p. 169-214, et Volker Press, « Kommunalismus oder Territorialismus ? Bemerkungen zur Ausbildung des frühmodernen Staates in Mitteleuropa », Heiner Timmermann (dir.), Die Bildung des frühmodernen Staates – Stände und Konfessionen, Saarbrücken, Daddler, 1989, p. 109-135. La discussion relative au concept de « Kommunalismus » a été résumée par Robert von Friedeburg, « “Reiche”, “geringe Leute” und “Beamte” : Landesherrschaft, dörfliche “Factionen” und gemeindliche Partizipation 1648-1806 », Zeitschrift für historische Forschung, 23, 1996, p. 219-265, ici notamment p. 219-227.

27 Michael Kaiser, « Inmitten des Kriegstheaters. Die Bevölkerung als militärischer Faktor und Kriegsteilnehmer im Dreißigjährigen Krieg », Bernhard R. Kroener/Ralf Pröve (dir.), Krieg und Frieden. Militär und Gesellschaft in der Frühen Neuzeit, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1996, p. 281-303 ; Markus Meumann, « Beschwerdewege und Klagemöglichkeiten gegen Kriegsfolgen, Okkupation und Militärische Belastungen im Reich und in Frankreich um die Mitte des 17. Jahrhunderts », Heinz Duchhardt/Patrice Veit (dir.), Krieg und Frieden im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit. Theorie – Praxis – Bilder/Guerre et Paix du Moyen Âge aux Temps Modernes. Théorie – Pratiques – Représentations, Mayence, Philipp von Zabern, 2000, coll. « Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte Mainz. Abteilung für Universalgeschichte, Beiheft 52 », p. 247-269.

28 Edgar Wolfrum, Krieg und Frieden in der Neuzeit. Vom Westfälischen Frieden bis zum Zweiten Weltkrieg, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, p. 22-24 ; Jutta Nowosadtko, Krieg, Gewalt und Ordnung. Einführung in die Militärgeschichte, Tubingue, éditions diskord, 2002, p. 108-130 et p. 154-161.

29 Cf. HZA N, La 40/1234.

30 StA Wertheim, G Rep. 50/167.

31 HZA N, We 105/47, citation tirée d’une lettre de Johann Lorenz Gerhard (secrétaire de la chambre à Weikersheim) adressée à Joachim von Eyb, Grand bailli de Weikersheim, Weikersheim, le 4 janvier 1643 : [...] wo der feindt vor diß Stättlein kommen solt, hießiger Keller [= Amtmann] schwerlich bey Unß bleiben würde [...].

32 HZA N, Wa 9/2653, Supplik der Witwe des Hans Zollmann, le 31 mai 1636.

Table des illustrations

Légende Die Grafschaften Wertheim, Castell und Rieneck, mit der Herrschaft Wiesentheid [Les comtés de Wertheim, Castell et Rieneck], [Vienne], [F. J. J. von Reilly], [entre 1789 et 1806] (Berne, Bibliothèque Universitaire, collection Ryhiner)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Le comté de Hohenloh, avec les pays, qui y confinent, [Nuremberg], [Homännische Erben], 1748 (Berne, Bibliothèque Universitaire, collection Ryhiner)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 442k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search