Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Réguler la guerre aux frontières des Pays-Bas espagnols : la naissance empirique du droit des gens (Metz, 1635-1659)

Martial Gantelet

Texte intégral

1Lorsque le jeune Louis XIV ouvre le conseil extraordinaire qu’il a convoqué au petit matin du 10 mars 1661, le lendemain du décès de son parrain, le cardinal Mazarin, il annonce son intention de gouverner sans « premier ministre » et de décider, dorénavant, seul :

  • 1 Louis-Henri de Loménie, Comte de Brienne, Mémoires inédits de Louis-Henri de Loménie, comte de Bri (...)

« Et vous, mes secrétaires d’État, je vous ordonne de rien signer, pas même une sauvegarde ni un passeport, sans mon commandement ; de me rendre compte chaque jour à moi-même, et de ne favoriser personne dans vos rôles du mois1. »

  • 2 Jean-François Chanet, « Présentation du programme de recherche consacré aux occupations militaires (...)
  • 3 Pour « sauvegarde », la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694) donne, « E (...)

2Ces premières instructions « absolues » prennent un relief particulier, dès lors qu’il s’agit de s’intéresser à la « micro-histoire des arrangements face à la guerre », et aux « neutralités, sauvegardes, accommodements2 ». Pourquoi en effet, dans cet acte d’autorité inaugural, évoquer les « passeports » et « sauvegardes » ? Ces derniers, les grands dictionnaires de la fin du XVIIe siècle l’indiquent, placent sous la protection du roi des particuliers français (sauvegarde) et étrangers (passeport)3. Sans doute, par cet exemple, le jeune souverain cherche-t-il à traduire l’étendue d’un regard qu’il entend désormais pousser jusqu’aux plus infimes actes d’autorité.

  • 4 Reproduite par Hubert Van Houtte dans Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime,(...)
  • 5 Ibid., p. 7-35.
  • 6 Reproduite dans ibid., t. 1, p. 157-161.

3Aussi, dès le premier conflit du règne personnel, celui de Dévolution (1667-1668), les pouvoirs monarchiques s’emploient-ils à préciser l’octroi des protections sur leurs frontières en guerre. Le 10 novembre 1667, une ordonnance explique la « manière et la forme selon laquelle les sauvegardes et passeports seront doresnavant expédiez aux habitants des villes et lieux de Flandre, Artois, Hainault et Luxembourg4 ». Louvois, le secrétaire d’État de la Guerre de Louis XIV, s’attache aussi à contrôler étroitement le système des contributions. Ces dernières, des versements financiers effectués par les communautés ennemies aux troupes du royaume, représentent la contrepartie des protections alors accordées. Et c’est à l’organisation de ce couple sauvegarde/contribution que Louvois se consacre à l’automne 16675. De leur côté, comme en écho, les autorités espagnoles s’attellent à une tâche identique : le 30 septembre 1667, une longue ordonnance du gouverneur général des Pays-Bas espagnols, le marquis de Castel Rodrigo, entend remédier aux « confusions, inconveniens et préjudice qui ont esté recognuz pendant la dernière guerre dans la despesche des sauvegardes et passeports, establissement et levée desdites contributions, et dans l’employ et distribution des deniers en provenus6 ».

  • 7 Hubert Van Houtte, « Les conférences franco-espagnoles de Deynze », Revue d’histoire moderne, 2, 1 (...)
  • 8 Théorie de la contribution d’après le commissaire français de Valicourt, le 9 décembre 1678, repro (...)
  • 9 André Corvisier/Jean Jacquart (dir.), Les malheurs de la guerre. De la guerre à l’ancienne à la gu (...)

4Ainsi, semblant accomplir à quelques années de distance les premiers ordres du jeune monarque, des deux côtés de la frontière, les pouvoirs centraux déploient une grande activité normative destinée à contrôler le système bipolaire contributions/sauvegardes : seuls les représentants nommés par les souverains, des intendants (à partir de 1668 en Espagne) en accord avec les gouverneurs et lieutenants généraux, gèrent les levées (contributions) et délivrent les protections (sauvegardes). Une dizaine d’années plus tard, en 1676-1678, lors de la guerre de Hollande (1672-1678), Français et Espagnols conviendront d’une organisation plus détaillée encore. La conférence qu’ils tiendront à Deynze définira les pays de contribution respectifs, leurs limites – fixées par des obstacles naturels –, le montant des levées ou encore les conditions des ruptures et représailles7 ; le tout, afin de « réduire les contributions sur un pied plus modéré et plus supportable aux peuples qu’elles n’avoient esté jusques alors8 ». Bref, si, en prenant pour point de départ les propos liminaires de Louis XIV en 1661, nous portons nos regards sur la suite du règne, de la guerre de Dévolution à celle de Hollande, une logique irrésistible se déploie : un processus croissant de régulation de la violence. Impulsé par les pouvoirs centraux, ce dernier culmine dans un effort normatif progressivement approfondi. Il sera l’une des bases de la « guerre réglée » du XVIIIe siècle9.

  • 10 Pour une rapide mise au point, mais qui ancre ces phénomènes dans ces deux conflits, voir Etienne (...)
  • 11 Outre Hubert Van Houtte, voir Jean-Pierre Rorive, La guerre de siège sous Louis xiv en Europe et à (...)
  • 12 Quelques ouvrages lui consacrent un certain nombre de pages dont celui de Gérard Louis (La guerre (...)
  • 13 Pour un bilan des connaissances sur le sujet, voir John A. Lynn, Giant of the Grand Siècle. The Fr (...)
  • 14 Voir pour Metz, les lignes consacrées à la question par François-Yves Le Moigne (dir.), Histoire d (...)
  • 15 Voir entre autres, pour cet abord local, l’intéressante étude de François-Louis Noiré, « La Guerre (...)
  • 16 L’essentiel de ce texte s’appuie sur des recherches effectuées pour une thèse de doctorat soutenue (...)

5Pour autant, le système des contributions et des sauvegardes ne naît pas lors de la guerre de Hollande, ni même à l’occasion de la guerre de Dévolution10. À l’évidence, il s’appuie sur un substrat antérieur, allusivement évoqué par Louis XIV et par le marquis de Castel Rodrigo. Ce dernier entend ainsi remédier aux « confusions, inconveniens et préjudice qui ont esté recognuz pendant la dernière guerre ». À cette date, en 1667, il renvoie clairement au conflit franco-espagnol (1635-1659) achevé quelques années auparavant. Or, si les historiens connaissent bien le phénomène pour l’époque de Louis XIV11, force est de constater qu’ils en maîtrisent moins les origines12. Ce relatif oubli résulte tout autant du rejet de l’histoire-bataille que du cloisonnement des spécialités. En effet, les historiens de la chose militaire n’ont abordé la question que dans une perspective de régulation et de financement de l’armée13 ; quant au point de vue des populations, on le retrouve le plus souvent traité sur le mode de la singularité, visant à évoquer les malheurs liés à l’éternelle violence des hommes : quelque peu dédaignée par les universitaires14, cette approche fit le bonheur des érudits locaux suffisamment courageux pour tenter de démêler l’écheveau des événements15. Et de ces deux éclairages, il n’est pas toujours aisé de faire la synthèse. Tel est l’objectif de ce texte. Il nous faut pour cela, d’abord, tenter de reconstituer le phénomène de l’accommodement dans sa totalité, en l’éclairant non plus de manière partielle mais du regard de tous les acteurs ici confrontés, puis en remonter le cheminement afin de montrer comment, par la conciliation d’intérêts complémentaires, s’est construit un système cohérent. Alors, peut-être, pourrons-nous comprendre les « confusions, inconveniens et préjudice qui ont esté recognuz pendant la dernière guerre » et les articuler aux contributions de Louis XIV16.

Le (dé) cloisonnement des regards

  • 17 Journal de Jean Bauchez, greffier de Plappeville au XVIIe siècle, éd. Charles Abel/Ernest de Boute (...)
  • 18 Philippe Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine 1631-1661, Metz, éd. Serpenoise, 2002.
  • 19 Guy Cabourdin, Les Temps modernes, t. 1 : De la Renaissance à la guerre de Trente Ans et t. 2 : De (...)

6Prenons comme point de départ, et comme ligne directrice, l’entrée de la ville de Metz et de son plat pays dans une contribution avec le duché de Luxembourg à partir de 1642. Trois regards complémentaires nous permettent d’en saisir la substance. Le premier appartient au monde paysan. Il s’agit de celui de Jean Bauchez, « greffier de justice » d’un village proche de Metz, Plappeville, et auteur d’un journal tenu jusqu’en 165017. Cet écrit du for privé nous permet de saisir un point de vue rural couvrant l’essentiel d’une « Guerre de Trente Ans en Lorraine18 ». C’est en 1635, au début de l’été, quelques semaines après la déclaration de guerre faite à Bruxelles par la France au roi d’Espagne (19 mai), que la violence déferle sur le pays messin. Jusqu’à la mauvaise saison, puis en 1636, elle revêt le visage brutal de la mise en quartiers d’hiver des troupes impériales – les « Croates » – chez l’habitant, de pillages orchestrés par les Espagnols de Thionville et de Luxembourg, et de courses lancées par des capitaines lorrains restés fidèles au duc Charles IV en exil19. En quelques heures, et pour de longues années, l’espace rural devient une zone d’insécurité permanente.

7Si, durant ces premiers mois, les paysans subissent l’installation temporaire de troupes détachées des armées en campagne, par la suite, les grandes opérations s’éloignant vers l’est, les « partis de guerre » (comme on désignait alors les détachements ravageant la campagne) proviennent des garnisons installées à proximité, d’où émerge la place espagnole de Luxembourg. Il est alors possible de s’entendre avec ces soldats installés à demeure. En mars 1643, Jean Bauchez fait état de ce que les villages du pays messin sont entrés en contribution avec les ennemis :

  • 20 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444, en mars 1643.

« Les paysans entrent en contribution aux Bourguignons [les Pays-Bas espagnols]. Et y furent receus par adveu et sauvegarde de Dom Francisco de Melo, général de tous les Pays-Bas, Bourgogne et Luxembourg, lieutenant pour Sa Majesté catholique roy d’Espagne et des dits lieux et du baron de Beck, conlomnel, gouveneur pour Sa Majesté en la duchié de Luxembour et comté de Chiny avec le sieur de Martuelz, gouverneur soub ledit sieur de Beck, en la ville de Thionville et prévosté d’icelle, payèrent les ceulx de Pleppeville, par moys, quatre risdallers aux susdits ennemis20. »

8Le mécanisme est assez simple : le village du chroniqueur, Plappeville, débourse 48 « risdalles » (reichsthaler) annuels soit, au taux de change en vigueur, quelques 144 livres tournois. Et contre cette somme, les ennemis délivrent une protection : la sauvegarde.

9L’une d’entre elles nous est parvenue. Datée du 10 juin 1643, elle est vraisemblablement l’une des premières sauvegardes alors délivrées par le responsable espagnol de Thionville. On y retrouve l’emboîtement hiérarchisé des autorités évoqué par Jean Bauchez, de Bruxelles (« Dom Francisco de Melo ») à Thionville (« le sieur de Martuelz ») en passant par Luxembourg (« baron de Beck »). Le texte détaille surtout l’ampleur des protections :

  • 21 AD Moselle, J 6709, non numéroté [p. 3], sauvegarde du sieur Mortuez de la Prelle, gouverneur de T (...)

« Ensuytte de la sauvegarde que son Excellence le Baron de Beck gouverneur général de ceste province at accordé aux villages de Cheminot, Longeville, Esply, Jussy, Gravelottes, Marieulle, Vezon, Vaux, Sainte-Affine [Sainte-Ruffine], Rozerieuse [Rozérieulles] et Longeau au Pays messin. Avons deffendu et deffondons par la présente à tous officiers soldats conducteurs des parties et aultres qui sont soubz notred. charge de ne les troubler molester ou endommager en facon que ce soit ensemble tout ce qui leur appartient. Ains les laisser librement aller venir labourer cultiver charrier et vacquer à leurs affaires particulieres sans leur donner aulcun empeschement pourveu touttesfois quilz ne facent acte d’hostillités. Le tout conformement [à] la sauvegarde de son Excellence 21. »

  • 22 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 444.

10Les ennemis renoncent ainsi à attaquer les paysans ; ils s’engagent à les laisser vivre normalement. À quelques jours, paradoxalement, de l’ouverture du siège de la place par le duc d’Enghien (15 juin), la sauvegarde reconstitue une situation bien proche de la paix. Ce que reconnaît Jean Bauchez : « Ce fut toutes seuretés pour les pauvres gens [...] et ils furent sy bien conservéz par ces sauvegardes qu’euls mesmes en louoient et prisoient leurs ennemis22. » Alors, dans cette écriture différée du Journal, notre témoin se projette dans un avenir qui caractérisera les campagnes jusqu’à la fin de la guerre (1659).

  • 23 AM Metz, BB 52, fol. 6 ro.

11L’épisode ici rapporté, à la fin de l’hiver 1643, nous fournit un bon exemple du cloisonnement des sources. Le chroniqueur n’évoque pas la ville. Dans son texte, les villages semblent les seuls acteurs de ce grand jeu. Or à la vérité, celle du moins des archives urbaines, ce sont les dirigeants messins qui entamèrent le processus. Plus de six mois auparavant, le 30 août 1642, lors d’une assemblée solennelle des Trois ordres, le maître-échevin avait mis en débat une solution aux « miseres extremes ausquelles les habitants du pays messin sont reduitz par la continuation du temps calamiteux des guerres » : « La nécessité qu’il y a d’y remédier promptement pour éviter la ruyne et désolation totale de lad. ville et pays [...] ne se peut faire que par un accommodement avec les gouverneur et gens du Conseil du duché de Luxembourg, et autres commandans les armées du Roy d’Espagne23. »

  • 24 AM Metz, AA 39, p. 159, lettre de l’abbé de Munster à Meurisse, le 24 septembre 1642. Sur l’abbé d (...)

12Dès lors, le pouvoir urbain avait recherché cet « accommodement ». Discrètement, il se renseigna auprès de ses interlocuteurs luxembourgeois. Il s’appuyait alors sur des liens divers, familiaux et commerciaux, noués par quelques concitoyens de l’autre côté de la frontière. Il usait aussi de l’intercession de Martin Meurisse, l’évêque suffragant de Metz, qui contacta à Luxembourg l’abbé de Munster. Par l’intermédiaire de ce membre éminent des états du duché, la ville parvint à porter sa proposition jusqu’au gouverneur espagnol de Luxembourg, Jean Beck, l’un des signataires de la sauvegarde de 1643 :24

  • 25 AM Metz, BB 52, fol. 6 ro, délibération du 30 août 1642.

« Que si messieurs du duché de Luxembourg désirent de faire leur labourage paisiblement, sans que les paysans, leurs femmes et enfans, chevaulx et bestiaux soient de guerre ni de bonne prise, ils pourroient espérer d’obtenir cette grace et faveur de ceux qui commandent les armées du Roy dans Metz, porveu [sic] que le gouverneur de Luxembourg et autres commandans les armées du Roy d’Espagne facent observer le mesme envers les paysans du. pays messin [...]25. »

  • 26 Voir les discussions du côté luxembourgeois dans ANL, A IV, 38, fol. 129 vo-130 vo, lettre des dép (...)
  • 27 AM Metz, AA 39, p. 160, Lettre de Florent de Bosch (ou de Bosc) au seigneur de Charlier, le 23 déc (...)
  • 28 Ce qui est confirmé par les archives manuscrites luxembourgeoises : ANL, A IV, 38, fol. 145, lettr (...)
  • 29 Ibid., fol. 148, lettre des députés en Cour (Bruxelles) aux états du Luxembourg, le 11 mars 1643.

13La négociation se prolongea quelques mois26 ; elle aboutit à la fin du mois de décembre 1642. La ville apprend alors que le gouverneur ennemi vient d’obtenir, de Bruxelles, « les ordres et pouvoir d’admectre et recepvoir en contribution ceulx du Pays Messin et aultres27 ». En mars, nous l’avons vu, les villages basculent dans la contribution avec Luxembourg28. Et quelques jours plus tard, leurs homologues espagnols obtiennent une autorisation identique. À leur tour, ils achètent leurs protections aux garnisons françaises29. Ainsi, ce que Jean Bauchez nous avait décrit comme un phénomène de génération spontanée, issu des seuls villages, s’avère être le résultat d’une négociation avec les ennemis dont la ville a pris l’initiative. Sans que les paysans en soient apparemment conscients.

  • 30 AM Metz, BB 38, fol. 98-99, délibération du 23 octobre 1642.
  • 31 AM Metz, AA 45, p. 64 bis, le 8 novembre 1642.

14Enfin, le troisième regard retenu pour saisir le mécanisme de l’entrée en contribution est celui du gouverneur de Metz, Jean de Lambert. Au travers des deux témoignages précédents, il n’apparaît que peu et parfois de manière contradictoire. Dans ses négociations avec Luxembourg, la ville de Metz indique bien disposer de son accord ; pour autant, il ne préside aucune assemblée municipale et les registres ne mentionnent qu’une poignée de délégations officieuses envoyées vers lui30. Même, lorsque les Messins sollicitent des secrétaires d’État des Affaires étrangères et de la Guerre une autorisation pour leurs initiatives, il semble rester prudemment à l’écart. L’agent de la ville en Cour déplore cette discrétion qui nuit à la réussite de sa mission. Il avertit ses maîtres « que si vos mémoires estoient appuiéz de la recommandation de Monsieur vostre gouverneur il n’en seroit que mieux31 ».

  • 32 AM Metz, AA 44, p. 62, lettre de Lonchamps au magistrat, de Paris, le 22 novembre 1642.
  • 33 BNF, naf 22670, fol. 94-96, lettre de Meurisse à l’abbé de Munster, le 30 septembre 1642.
  • 34 ANL, A IV, 38, fol. 145, les états du Luxembourg aux députés en Cour (Bruxelles), le 6 mars 1643.

15Pour autant, à y regarder de plus près, Lambert supervise en coulisses l’ensemble de la manœuvre. À Paris, son secrétaire particulier suit avec attention les sollicitations urbaines32 ; à Metz, l’évêque suffragant convient avec lui des demandes et des réponses à faire aux ennemis33 ; à Luxembourg même, il développe en secret une diplomatie parallèle. Il propose ainsi à Jean Beck que les villages messins se placent sous la protection espagnole tout en refusant, pour sa part et en contrepartie, de lever aucune contribution. Voyant en cette manœuvre « la ruine pour le plat pays et villes [du Luxembourg] » – qui resteraient soumis aux raids français sans possibilité de représailles –, alors que « le pays de Metz en deux ans florira », les états du duché refusent ce jeu de dupe34. On n’en reparlera plus. Les villages, de part et d’autres de la frontière, rentreront en contribution.

16Le témoignage de Jean Bauchez diffère plus encore dans le sens où il insinue l’existence d’un désaccord fondamental du gouverneur. D’après son texte, les villages profitent en effet du départ du militaire vers Paris pour contribuer auprès des ennemis ; et à son retour, le gouverneur tente même de les faire revenir sur leurs décisions :

  • 35 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444.

« Monsieur de Lambert [...], faisant le bon voyageur et de ce adverty que l’on s’estoit mis à contribution aux ennemis, il en fit sy grandement le fasché qu’à le voir on l’eust pu croire. Il envoya ses quatre gardes à cheval faire deffense partout les villaiges [...], soub peine de la vie, que l’on n’eust à contribuer aux ennemis. C’en estoit faict, ils avoient l’argent et n’estoient d’advis de le rendre ; comme aussy les paysans n’estoient d’advis de le redemander. Voilà comment les contributions ont continué et M. de Lambert s’est rappaisé de petit à petit s’il voulut35. »

  • 36 Pour le départ, voir la lettre de l’agent de la ville en Cour du 21 février (AM Metz, AA 44, p. 77 (...)

17Si le chroniqueur ne travestit en rien la vérité, son ironie – « il en fit sy grandement le fasché qu’à le voir on l’eust pu croire » – laisse entrevoir les dessous d’un vaste jeu de rôles. À l’évidence, il nous présente, sans bien la comprendre, la stratégie prudente d’un responsable de haut niveau qui connaît les tentations délatrices de ses homologues : le jour même de son départ pour la capitale, le 10 février 1643, et bien que la contribution soit déjà négociée et conclue, Lambert place les campagnes sur pied de guerre ; à son retour, comme on l’apprend par Jean Bauchez, il interdit vigoureusement l’accord conclu36. Les apparences – mise en alarme du pays, absence du gouverneur et essai d’interdiction – sont sauves, et bien fourbis les arguments d’une future, et toujours possible, justification d’un accord avec l’ennemi, accord quelque peu étonnant vu de Paris. La distance qu’il maintient avec les initiatives urbaines, de même que sa diplomatie secrète avec les Luxembourgeois, s’expliquent alors.

18Ainsi, au tournant des années 1642-1643, au terme de trois initiatives liées, et quelque peu aveugles les unes par rapport aux autres, le pays messin s’accorde avec les ennemis. Perçu au travers d’un témoignage isolé, celui de Jean Bauchez par exemple, le processus se réduirait à une singularité locale et perdrait de sa densité. Au contraire, placé sous ce triple éclairage, il s’élargit à un espace plus vaste, la frontière méridionale des Pays-Bas espagnols, et il met en relief les principaux acteurs : le village, la ville et le soldat. C’est vers eux que nous devons donc nous tourner pour saisir à la fois les origines et la postérité de ce processus dans les années 1650.

La cristallisation des héritages

  • 37 Voir l’exemple de Liège en 1492 dans Myron P. Gutmann, War and Rural Life in the Early Modern Low (...)
  • 38 Gaston Zeller, La réunion de Metz à la France 1552-1648, 2 t., Paris, Les Belles Lettres, 1926, ic (...)
  • 39 Jean Rigault, « Le siège de Metz par Charles Quint en 1552 », Le Pays Lorrain, 33, 1952, p. 67-74.
  • 40 AM Metz, BB 2, fol. 6-7, délibération du 27 février 1595.
  • 41 AM Metz, CC 683, liasse 11, p. unique, déclaration du gouverneur des Pays-Bas, l’archiduc Albert d (...)
  • 42 AM Metz, BB 52, fol. 7 vo, commission à monsieur de Lonchamps, le 24 septembre 1642.
  • 43 AM Metz, AA 45, p. 65 bis, Cornier au magistrat, le 2 décembre 1642.

19En 1642, lorsque paysans, bourgeois et gouverneur recherchent de conserve un accord avec Luxembourg, ils s’appuient tous sur une large palette de précédents. Pour Metz, un positionnement traditionnel a constitué le substrat des contributions : la neutralité. Cette dernière, depuis le XVe siècle, caractérise la stratégie adoptée par les petits états « d’entre-deux » pris dans des conflits qui les dépassent37. En 1473, lors de la guerre entre l’empereur Frédéric III et Charles le Téméraire, Metz avait exposé aux belligérants sa volonté de se comporter « neutralement » ; en 1480, elle refusait sous ce prétexte de fournir à Louis XI des vivres pour son armée et en 1522, elle éludait le versement d’une aide financière à Charles Quint, destinée à la guerre contre les Français. Chaque fois, les Messins sollicitèrent des assurances, des lettres de sauvegarde – qui déjà mettaient le bénéficiaire sous la garde de la puissance émettrice – ou, pour obtenir un niveau de protection plus élevé, une reconnaissance supplémentaire de neutralité : en 1536, la ville en obtint à la fois de l’empereur et de François Ier ; de même en 154338. Ce prudent retrait du conflit n’empêcha cependant pas le roi de France Henri ii de pénétrer dans Metz au printemps 155239. Dorénavant « protégée », la ville n’en poursuivit pas moins sur sa lancée. Le 27 février 1595, « en ceste ouverture de guerre desclairee contre l’espaignolz », elle demanda à bénéficier d’une neutralité reconnue officiellement par les belligérants40. Elle l’obtint des deux couronnes l’année suivante. Trois ans plus tard, elle se vit même déchargée des nouveaux impôts mis en place au Luxembourg sur le trafic des marchandises41. Bien que française de fait depuis 1552, elle parvint ainsi, au travers d’une neutralité quelque peu ambiguë, à ne pas être engagée dans les tensions internationales de la fin du XVIe siècle. Aussi, en 1642, c’est de ce passé que la ville s’inspire pour éluder les rigueurs de la guerre : elle demande au roi que les habitants puissent « s’accomoder pour la liberté du labourage avec les ennemis » en renouant le type de liens qui « a esté pratiqué autrefois entre ceux du duché de Luxembourg et du pays messin42 » ; soit, résume l’agent de la ville en Cour, une « espèce de neutralité entre vous Messieurs & ceux du duché de Luxembourg43 ».

  • 44 Philippe Contamine, « Lever l’impôt en temps de guerre : rançons, appatis, souffrances de guerre d (...)
  • 45 Jean-Pierre Andrault, « Une capitale de province sous les armes au temps de la Ligue : la guerre d (...)
  • 46 Fritz Redlich, « Contributions in the Thirty Years’War », Economic History Review, 12, 1959-1960, (...)

20Du côté militaire, des traditions d’accommodements existaient depuis le Moyen Âge. Depuis la guerre de Cent Ans, des appatis échangeaient la promesse d’une immunité contre la fourniture d’argent ou de victuailles44. Cette tradition, propre surtout aux communautés religieuses, se retrouvera, intacte, au XVIIe siècle, comme nous le verrons. Sans doute est-ce cette tradition qui fut réactualisée déjà durant les troubles religieux du XVIe siècle, comme en témoigne la contribution de José Javier Ruiz Ibáñez dans le présent volume, à propos de l’abbaye de Saint-Benoît d’Origny, dans le diocèse de Laon ; les « guerres de course » inspirées des pratiques maritimes, telles que l’on peut les voir autour de Poitiers entre 1589 et 1593, permettaient aussi, peut-être, ces accommodements45. Enfin, à partir de 1623-1625, un système de contribution, sophistiqué, se généralise dans l’Allemagne de la guerre de Trente Ans (1618-1648). L’empereur, alors incapable de financer ses armées, sous-traite son effort à un entrepreneur de guerre, Wallenstein, à qui est abandonné un territoire alors mis en contribution46.

  • 47 Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 2001, t. 19, p. 515, art. Lambert, J (...)
  • 48 Alain Petiot, Les Lorrains et l’Empire. Dictionnaire biographique des Lorrains et de leurs descend (...)
  • 49 Pour Turenne, voir Jean Bérenger, Turenne, Paris, Fayard, 1987.

21Appatis, guerres de course et Kontributionssystem semblent se conjuguer, au milieu du XVIIe siècle, dans une tradition aristocratique partagée : bien que venus de « l’intérieur », les gouverneurs de l’espace lorrain adoptent rapidement l’octroi de ces lucratives protections. D’autant que les biographies des uns et des autres les y conduisent : le gouverneur de Metz, Lambert, qui le premier lève des contributions sur les villages luxembourgeois, commandait auparavant la forteresse de La Capelle immergée dans la guerre47 ; Charles iv, comme Turenne ou Condé, qui, tous, imposeront aussi des contributions à la ville, sont des généraux aguerris aux pratiques allemandes : Charles IV et avec lui nombre de grands nobles lorrains s’engagent dans les armées impériales en se mettant au service de l’empereur48 ; quant à Turenne et à Condé, c’est à la tête de l’armée d’Allemagne, et des Weimariens, qu’ils combattent dès les années 164049. Sans doute y a t-il des liens à tracer entre les réflexes « contributionnaires » de ces trois chefs de guerre et leur expérience des pratiques militaires germaniques.

  • 50 AM Metz, CC 55, comptes de l’année 1645-1646, fol. 69 et suiv. Il s’agit de villages appartenant p (...)
  • 51 Jean-Michel Boehler, « La guerre au quotidien dans les villages du Saint Empire au XVIIe siècle », (...)
  • 52 Le Dictionnaire de Trévoux définit ainsi le « droit de sauvement », qui s’en rapproche et qui sera (...)
  • 53 Le chapitre paye encore 72 livres messines pour deux années de droit en 1637 (AD Moselle, G 444, L (...)
  • 54 Voir, pour des villages qui payent « sauvement » en France, ANL, A IV, 40, registre 1653-1655, fol (...)
  • 55 Liste donnée incidemment à plusieurs occasions, dont AM Metz, BB 57, non folioté, délibération du (...)
  • 56 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 309. L’auteur place son incise en 1636.
  • 57 Voir les nombreuses pièces rassemblées par la monarchie sur cette question des limites relatives a (...)

22Les villages enfin, quant à eux, recherchent depuis longtemps, depuis toujours sans doute, des protections négociées et tarifées. La ville de Metz vend ainsi à plusieurs villages thionvillois un « droit de sauvegarde » ; droit qu’elle réclame aussi au chapitre de la cathédrale50. Strasbourg fait de même avec ses bailliages ruraux51. Le droit féodal nous incite à y voir tout à la fois, peut-être la certitude d’une impunité – ce que seront les protections ultérieures –, surtout l’autorisation de trouver son salut, en cas de danger, à l’abri des murailles urbaines52. Au XVIIe siècle, la taxe semble tomber en désuétude : si le receveur de la ville en enregistre toujours l’existence, il n’y inscrit plus aucune perception53. Cependant cette pratique se maintient dans les Pays-Bas espagnols sous le nom de « sauvement54 » : quatre villages septentrionaux du pays messin – Maizières, Semécourt, Hauconcourt et Hagondange55 – frontaliers du duché ennemi, « de tout tempts [...] contribuoient à Théonville, chacun deux patar par an56 ». Leurs habitants, inclus dans cet « ancien sauvement de Luxembourg », obtenaient depuis longtemps une protection annuelle face à des ennemis dont l’avant-poste, le village de Marange, ne se situait qu’à quelques kilomètres. En contrepoint, sur les frontières champenoises, certains villages luxembourgeois, dépendant des seigneuries d’Orchimont et de Nouvion-sur-Meuse, payaient de même un tribut aux forteresses françaises à proximité57. Ainsi, la possibilité d’acheter sa sécurité ne naît pas de rien lors du conflit qui nous occupe ; elle dérive vraisemblablement de pratiques militaires et fiscales diffusées depuis longtemps, en temps de guerre comme en temps de paix.

  • 58 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443. – Une « mointresse » est une métairie de vigne et plus (...)

23Ce sont ces pratiques qui ont pu inspirer les paysans. Revenons aux sauvegardes obtenues. Si Jean Bauchez évoque un passage en bloc des villages messins (cent cinquante à deux cents communautés) sous la protection luxembourgeoise – « la plus grande partie des villaiges et mointresses dudit gouvernement se mirent en debvoir de contribuer aux ennemis58 » –, le texte du gouverneur de Thionville mentionne quant à lui seulement onze villages particuliers. Cette différence ne résulte vraisemblablement pas d’une erreur de perspective de Jean Bauchez qui prendrait ici la partie, la sienne en l’occurrence, pour le tout. Sans doute traduit-elle bien plutôt la fragmentation des négociations. Moins que par un passage global des villages du pays messin sous contribution, la protection a dû se conclure communauté par communauté ou, comme nous le montre la sauvegarde thionvilloise, regroupement par regroupement. Ainsi, les onze villages évoqués par le gouverneur ont en commun une situation géographique – les coteaux mosellans à l’ouest de la ville –, une activité privilégiée et rémunératrice – la viticulture –, et tout simplement une certaine proximité. Plus riches que les autres, peut-être sont-ils taxés à de plus hauts prix. Quoi qu’il en soit, ils demandent une négociation particulière.

  • 59 Voir par exemple la sauvegarde du duc de Lorraine accordée au chapitre de la cathédrale de Metz, l (...)
  • 60 Vincent Vion/André Schmitt, Hombourg-Haut. La ville et ses habitants de 1585 à 1662, Freyming-Merl (...)
  • 61 Emmanuel Michel, Histoire du Parlement de Metz, Paris, Techener, 1835, p. 182-186.
  • 62 AM Metz, AA 41, liasse 2, p. 56, requête adressée au magistrat par le seigneur de Maizeroy, s. d. (...)

24Cette fragmentation des accords et des protections ne relève pas seulement des villages. Chaque corps, pour peu qu’il en ait les moyens et l’utilité, cherche à obtenir des sauvegardes : certaines communautés religieuses, comme le chapitre de la cathédrale de Metz59, ou celui de la petite ville de Hombourg en Lorraine60, en négocient, ce qui est peut-être le fruit d’une mémoire des appatis médiévaux ; même les officiers du parlement de Metz traitent en leur nom propre avec les militaires61. Enfin, certains particuliers, tels des seigneurs de village ou des laboureurs, s’accordent pour obtenir l’immunité de leurs habitations ; quitte alors à s’affranchir de toute solidarité contributive avec le reste de leur communauté rurale62. Sur la base de traditions d’accommodements hétérogènes revitalisés à la faveur de la guerre, et face à une impossible sécurité collective, en ordre dispersé, chacun cherche à se désengager de la guerre et à négocier avec le soldat.

  • 63 À l’automne 1649, alors qu’une « grande disette qui se recognoist de jour en jour » envahit la cit (...)
  • 64 AM Metz, BB 54, non folioté, délibération du 24 janvier 1650.
  • 65 Pour cette histoire agitée, voir M. Gantelet, op. cit., p. 578-594.

25C’est à la ville qu’il va revenir d’opérer une certaine unification. Après 1643, alors que les villages continuent à verser annuellement leurs contributions à Luxembourg, les marchands messins cherchent à étendre le périmètre de cette protection à leurs déplacements vers l’Allemagne et les Pays-Bas. Au coup par coup, durant les années 1640, ils parviennent à négocier, ici un passeport ponctuel puis général pour leurs vins, là le libre passage pour des convois de blé63. Cela ne semble pas suffisant. Au cours de l’année 1650, la ville recherche un engagement plus conséquent. Son projet vise à réunir les accords précédents dans « un traité général en faveur de cette ville et pays messin64 ». On entend ainsi transformer la protection originelle, restreinte au seul territoire rural, en une sécurité personnelle assurée à chacun des habitants de la ville et du pays. Dès le mois d’avril, l’accord est conclu : pour 3 500 risdalles annuels, soit environ 11 000 livres tournois, les Messins, qu’ils soient campagnards ou bourgeois, bénéficient de l’immunité vis-à-vis des pillards luxembourgeois. Et jusqu’à la fin du conflit, tous les six mois, la ville reconduira sauvegardes et paiements65.

  • 66 AM Metz, BB 54, non folioté, délibérations des 17 et 25 février 1650.
  • 67 Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle (...)
  • 68 Martial Gantelet, « La politique, de la pratique à la théorie, Bossuet dans les derniers feux de l (...)
  • 69 AM Metz, CC 684, liasse 10, p. 4.

26Parallèlement, Metz étend le mécanisme aux autres garnisons prédatrices qui l’entourent. Dès l’entrée en contribution des villages en 1643, elle avait conclu une protection identique avec le duc de Lorraine Charles IV. En 1650, ce dernier accord est élargi à l’ensemble des Messins, comme l’accord signé avec Luxembourg66. Enfin, à partir de 1649 commence la Fronde. Bien que la ville n’y participe guère, elle se retrouve aux premières loges du conflit. En effet, la frontière champenoise, toute proche, fournit aux révoltés, Turenne dans un premier temps puis Condé, quelques forteresses d’importance : Stenay, Clermont-en-Argonne ou Damvillers67. Leurs garnisons menacent le pays messin et ses marchands. Dès 1650, la ville négocie sa protection ; à nouveau, elle verse une contribution – 10 000 livres tournois annuelles pour le prince de Condé – contre l’octroi d’une sauvegarde68. Et les Messins payeront jusqu’au 1er octobre 1659, pour une protection s’étendant jusqu’en avril 166069. Ironie de l’histoire, cet ultime accord dépassera de six mois le traité des Pyrénées (7 novembre 1659) dans lequel Louis xiv accordera son pardon au prince révolté.

  • 70 AM Metz, EE 5, liasse 7, p. 4, sauvegarde espagnole, le 1er juillet 1651.

27Pour éviter l’émiettement des protections, qui pourrait déboucher sur une délétère concurrence entre les bénéficiaires, pour faciliter aussi la gestion et la négociation, enfin pour établir un rapport de force moins défavorable avec le soldat, la ville parvient progressivement à élargir et à unifier des accords jusque-là dispersés. La contribution générale négociée avec les Luxembourgeois intègre en son sein les diverses sauvegardes – celles des villages comme celles des chanoines de la cathédrale ou des seigneurs locaux – délivrées précédemment : « Voulons aussy et entendons que moyennant la contribution génerale de lad. ville acquitée, celle des personnes particulieres dud. lieu, qui en avoient convenu auparavant pour70. l’affranchissement de leurs dites personnes seulement, cessera » Et cette addition des sauvegardes particulières est clairement reprise dans le texte protecteur de la ville :

  • 71 Ibid., p. 22, sauvegarde espagnole, le 1er janvier 1656.

« Nous avons prins et mis [...] en la protection et sauvegarde especcialle de Sa Majesté et la nostre, les gens ecclesiastiques et nobles gens du bailliage et magistrat, et les bourgeois inhabitans de la ville cité et fauxbourgs71. de Metz »

  • 72 Voir, par exemple, la lettre d’attache du gouverneur Pardo, le 26 mai 1652 dans ibid., p. 8.
  • 73 Voir, par exemple, AM Metz, BB 56, non folioté, délibération du 16 avril 1652.
  • 74 Ibid., délibération du 7 janvier 1652.
  • 75 Philippe Burrin souligne ainsi, dans La France à l’heure allemande (Paris, Seuil, 1997), le rôle c (...)

28Surtout, de territoriale et délimitée dans l’espace, la protection devient individuelle. Elle couvre toujours le paysan, mais qu’il se trouve ou non, cette fois, dans le pays messin. Elle permet aussi la reprise des échanges commerciaux. Les marchands sont protégés dans leurs déplacements, quels qu’ils soient, indépendamment du cadre géographique. Plus profondément, la sauvegarde installe le contrat au cœur de la relation avec l’ennemi. Dans ses lettres d’attaches par exemple, qui accompagnent et précisent l’interprétation pragmatique à donner aux documents officiels délivrés par la chancellerie des Pays-Bas, le gouverneur de Luxembourg s’engage en son propre nom72. Aussi la ville de Metz en parcourt-elle soigneusement les articles : elle relève toutes les modifications, elle souligne les oublis et elle poursuit à Luxembourg les modifications dont elle espère la ratification73. Il appartient aux soldats de respecter les termes de ces protections. Et s’ils ne s’y plient pas, la ville peut obtenir réparation auprès des gouverneurs, voire devant les instances judiciaires ennemies : l’audiencier à Bruxelles ou, dans le cas lorrain, le Conseil souverain du duc Charles iv en exil à Luxembourg. À l’inverse, dans ces liens juridiques qui se créent, peuvent émerger de surprenantes connivences. Les passeports délivrés par la ville, réductions individuelles des sauvegardes collectives de Bruxelles, donnent lieu à un marché illégal. Ce dernier profite à des bourgeois qui refusent de s’acquitter des impôts levés pour l’occasion, ou même à des étrangers qui ne peuvent prétendre à cette protection exclusivement messine. Alors, en 1652, l’assemblée des Trois ordres de la ville n’hésite pas à fournir aux ennemis une liste précise des réfractaires : les excluant de fait de la sauvegarde, la ville les livre sans remords aux soldats74. En ces temps et en ces lieux où la distinction entre civils et militaires l’emporte encore sur les oppositions nationales, les notions de trahison, de collaboration et même de dignité n’opèrent pas75.

29Quoi qu’il en soit, sur cette frontière franco-espagnole, des structures infra-étatiques, celles des villes et des gouvernements militaires, sont progressivement parvenues à unifier des accords restés jusque-là émiettés. Plus encore, le mélange d’ordres, de promesses et de négociations incessantes, développées quotidiennement sur plus de quinze ans, a progressivement mis en place des règles juridiques – les engagements écrits des lettres de sauvegarde –, appuyées sur une jurisprudence pléthorique, constituée de ces mêmes négociations, à propos du taux des contributions ou des réparations aux « infractions ». Ce processus, construit par le bas, dans les interactions entre la ville et les militaires, a progressivement enserré la violence dans le filet d’une loi positive, c’est-à-dire, déjà, dans l’esquisse empirique d’un « droit des gens ».

30Pour autant, dans ce raisonnement, il nous manque une clé de lecture : le moteur du mécanisme. Comment, au cours des décennies 1640 et 1650, les intérêts de prime abord hétérogènes du soldat, de la ville et du village ont-ils pu se concilier ?

L’articulation des intérêts

  • 76 Françoise Fauré-Audouy, Voyage en Pays messin. Villages et églises fortifiées, Metz, éditions Serp (...)

31Pour les villages, la contribution apparaît comme l’unique solution aux malheurs de la guerre. La garnison de la ville ne défend pas le plat pays. Uniquement préoccupée de la surveillance de ses murs, elle tente rarement de poursuivre des partis ennemis bien trop mobiles. Aussi, dès que la guerre est déclarée, les campagnes se militarisent. Les paysans restaurent leur système de défense hérité des siècles passés : un ensemble ecclésial, fortifié autour de l’église et du cimetière, complété d’une palissade érigée en bordure des habitations, et d’un fossé extérieur, creusé ou approfondi pour l’occasion ; le tout, et selon les villages, assorti de tours de garde et, durant le temps des travaux aux champs, de guetteurs au sommet des clochers76.

  • 77 Gérard Giuliato, « Insécurité et mise en défense du village en Lorraine médiévale » Christian Desp (...)
  • 78 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 514.
  • 79 AM Metz, BB 56, non folioté, délibération du 22 mai 1652 : la ville demande au lieutenant du roi L (...)
  • 80 AM Metz, BB 55, non folioté, délibération du 16 mai 1651 : nombre de villages rechignent à fournir (...)
  • 81 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444, en mars 1643.
  • 82 Michel Cassan, « Le village au temps des guerres de Religion : l’exemple limousin », Chr. Desplat,(...)

32Les coûts restent modérés tant qu’il s’agit de redonner vie à des fortifications existantes77, mais cette militarisation des campagnes, vécue au quotidien, constitue une charge progressivement insupportable. Chacun doit « gaigner la guérite78 » : les moissons s’effectuent sur le qui-vive ; le paysan risque sa vie pour atteindre les marchés de la ville où écouler sa production ; il s’épuise à surveiller, jour et nuit, les abords du village. Et de manière diffuse, les habitants rechignent à monter aux palissades79, à stationner aux gués des rivières80 ou à assurer la sécurité des châteaux81. D’autant que, à l’inverse du but recherché, les fortifications exposent les communautés à la convoitise des soldats ennemis qui peuvent y voir un utile « nid d’aigle » à conquérir82. Surtout, après tant d’efforts, la sécurité reste bien relative :

  • 83 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444, en mars 1643.

« les pauvres gens, [...] sçans cesse, quoyqu’ils se donnoient de garde des Bourguignons il y en avoit tousjours qui estoient pris et rançonnés et pillés83. »

33La militarisation de l’espace rural, à laquelle un nouvel élan a été donné après 1635, échoue. Elle rend insoutenable la vie dans les campagnes ; elle n’empêche en rien les courses des soldats. D’où l’impératif de rechercher un moindre mal : s’accommoder avec l’ennemi. La contribution, même si elle peut apparaître lourde, voire écrasante, mène en effet à un bien autrement inestimable : la sécurité. C’est ce qui explique qu’en 1643, les paysans semblent prendre l’initiative de verser leur argent aux ennemis, en réaction aux pillages qu’ils subissent, qui peuvent être perçus comme autant de chantages à l’incendie ; c’est ce qui explique, aussi, que face à l’interdiction formelle du gouverneur, ils « n’estoient d’advis de le redemander ».

  • 84 Jean Rigault, « Pour une histoire de la propriété rurale dans le Pays messin à la fin du XVIe et a (...)

34Parallèlement, la ville de Metz gagne à ce que ses communautés rurales obtiennent cette protection. Son approvisionnement agricole en dépend : les pillages incessants menacent les travaux des champs ; pire, ils peuvent conduire les paysans à fuir leurs terres pour d’autres régions plus calmes. Et la fortune de nombreux bourgeois, propriétaires de terres et de seigneuries dans les campagnes, s’y joue aussi84.

  • 85 Martial Gantelet, « De l’intérêt du “pré carré”. Le difficile financement des garnisons françaises (...)
  • 86 Martial Gantelet, « Financer la guerre sur l’ennemi. La garnison française de Thionville à la mort (...)

35Pour les gouverneurs, le premier ressort est financier. Une fois la guerre déclarée, la monarchie consacre l’essentiel de ses efforts aux armées en campagne ; au fur et à mesure des années, elle délaisse ses places fortes : les soldes destinées aux garnisons diminuent ; elles sont versées avec des retards croissants ; durant la Fronde, à Metz et à Verdun, elles sont même en partie suspendues85. Aussi, c’est pour payer leurs hommes, sur les ennemis, que les gouverneurs vendent leurs sauvegardes. En août 1655, à Thionville, lorsque la garnison française en manque d’argent se révolte, c’est par une extension des contributions que l’administrateur envoyé par Mazarin espère résoudre le problème : il propose d’étendre les levées de la place aux duchés espagnols de Limbourg et de Gueldre, dont les premiers villages se situent... à près de 200 kilomètres de Thionville86.

  • 87 M. Gantelet, La ville face au soldat, op. cit., p. 334-337.

36Or, les sauvegardes que les militaires délivrent aux villages ennemis les conduisent mécaniquement à accepter celles qui sont exigées de leurs propres communautés, pour des raisons tactiques ; s’interdire d’attaquer les villages frontaliers de son espace, c’est fournir aux partis adverses des bases confortables de départ pour des raids en profondeur. Ainsi, au-delà de la simple condamnation morale qui bien souvent limite une compréhension juste des violences commises par les gouverneurs, les chantages à l’incendie et les sauvegardes servent d’abord à dégager les fonds nécessaires pour financer l’entretien des soldats ; et seul le surplus enrichit le militaire87.

  • 88 H. Van Houtte, Les occupations étrangères, op. cit., t. 1, p. 149-150.
  • 89 Ambivalence visible à l’échelon luxembourgeois. D’un côté, Jean Beck, en avril 1647, interdit au v (...)

37C’est donc bien de l’articulation des intérêts complémentaires des différents acteurs que naissent les contributions ; à un moment où la guerre semble s’inscrire dans la durée, il convient, pour chacun, d’échapper à une catastrophe annoncée. Le moment « politique » n’est cependant pas anodin. Le pays messin rentre en contribution avec les ennemis, précisément, dans les mois où disparaissent, en France, les tenants autoritaires de la raison d’État : Richelieu (4 décembre 1642), suivi quelques mois plus tard par Louis XIII (14 mai 1643). La coïncidence entre les accords et une conjoncture politique particulière à l’échelle du royaume pose la question de la coexistence entre des intérêts locaux et les intérêts du royaume dans son entier. En contradiction avec ce que nous venons de développer, les deux États en guerre ont vis-à-vis des contributions une position simple : au début du conflit, ils les refusent à leurs sujets ; et dans la décennie 1640, ils réitèrent leurs défenses88. Pourtant, en marge de ces positions officielles, nous venons de le voir, les accords s’amplifient sur les frontières89.

  • 90 AM Metz, EE 5, liasse 8, p. 7.

38En 1644, la régente Anne d’Autriche tente un coup de force. Une ordonnance du 30 avril, préparée par le nouveau secrétaire d’État de la Guerre, Michel Le Tellier, exige la « révocation des sauvegardes données pour les bourgs et villages estant dans le Paÿs ennemy90 ». Le préambule en explique les raisons :

« Sa Majesté estant bien informée du prejudice que son service et ses subiectz de ses frontières reçoivent de l’exemption des villages du pais ennemy, par le moien des sauvegardes obtenues tant de sa Majesté et de ses lieutenantz généraux, que de plusieurs gouverneurs particuliers de ses places, moiennant les contributions qu’ilz en retirent, dont l’avantage est si grand qu’il leur fait fermer les yeulx à tous les inconvenientz qui en arrivent. »

39Bien que se refusant à voir l’apport qu’en obtiennent « ses subiectz », le nouveau pouvoir royal dénonce l’esprit de rapacité qui préside aux contributions et qui permet aux gouverneurs de s’enrichir. Le texte évoque ensuite des raisons tactiques :

« Les ennemis aiant retraicte & passage dans les villages dependant de leurs gouvernementz, tout ainsi qu’en ceux où ils sont les maistres, et par ce moien entrant sans donner aucune allarme jusques dans le cœur desdictes provinces où ils pillent & ravagent partout où bon leur semble, & font contribuer de leur costé beaucoup plus de lieux que les gouverneurs des places de sa Majesté n’en font contribuer du leur, & peuvent faire des entreprises bien plus prejudiciables à l’estat si le cours de ce mal n’est arresté [...]. »

  • 91 Le 18 novembre 1645 (MAE, CP Lorraine, vol. 34, fol. (401-406), un mémoire concernant les duchés e (...)
  • 92 En 1655, ce type d’accord lie la garnison française de Château Regnault avec la place frondeuse de (...)
  • 93 Fabert écrit au chef condéen du Montal en 1655 pour protester contre le vol de bétail que des pays (...)

40Dans ces zones neutralisées, de petites troupes de soldats transitent sans être inquiétées et la surveillance quotidienne des paysans s’émousse ; elle se tourne de préférence vers les troupes amies devenues plus dangereuses91. Pire, dans une sorte de coexistence pacifique, les partis de garnisons adverses s’entendent pour ne pas s’attaquer entre eux. Ils peuvent alors impunément pousser leurs raids jusque dans l’intérieur du royaume, sur les communautés qui ne contribuent pas encore, et revenir, sans risque, chargés de butin92. La sauvegarde favorise l’extension des pillages loin vers l’intérieur du pays, ce qui n’est paradoxal qu’en apparence93. Le ministre entend arrêter cet engrenage.

  • 94 AM Metz, AA 41, liasse 3, p. 58, lettre du magistrat au gouverneur de Thionville, Marolles, le 21 (...)
  • 95 AM Metz, AA 45, p. 134, lettre de Cornier au magistrat, le 13 juillet 1644.

41Pourtant Anne d’Autriche recule. Face à l’opposition qui monte des périphéries du royaume et à la coalition des intérêts, elle renvoie la question sur la frontière : elle charge les autorités locales d’étudier ensemble les conséquences d’une rupture des sauvegardes et d’aviser au mieux des intérêts royaux94. En Lorraine, du gouverneur de province à l’intendant, du maréchal de Schomberg, le nouveau gouverneur de Metz, aux communautés urbaines, tous se déclarent favorables « à l’entretien » des contributions95. Ils ont alors pleinement conscience des difficultés qui naîtraient de leur suspension, non seulement pour les populations, mais surtout pour l’entretien des garnisons dans la région. L’ordonnance ne sera jamais publiée.

  • 96 J. A. Lynn, op. cit., p. 198-199.
  • 97 Louis André, Michel Le Tellier et l’organisation de l’armée monarchique, Montpellier, Impr. G. Fir (...)
  • 98 Bernard Peschot, « Les “lettres de feu” : la petite guerre et les contributions paysannes au XVIIe(...)

42Mieux, la monarchie s’accommodera des contributions. En 1650, au terme d’une décennie de réflexion, Le Tellier laisse l’entière liberté aux gouverneurs de lever les sommes nécessaires à l’entretien de leurs troupes96. Le secrétaire d’État de la Guerre ne fait alors qu’avaliser une situation existante reconnue par son ordonnance du 4 novembre de l’année précédente. Celle-ci indiquait que les garnisons devaient attendre qu’il y ait « un fond suffisant de deniers provenans » des villages ennemis pour pouvoir verser aux soldats deux maigres sols journaliers97. Et à Thionville en 1655, Mazarin ne voit pas d’autres moyens pour payer la garnison que d’étendre les contributions de la place. Ainsi, ce que le pouvoir royal s’attachera à minorer, comme étant de simples abus provenant des difficultés à financer le « géant du Grand siècle », est déjà partie intégrante du système militaire : la petite guerre nourrit la grande98.

  • 99 Pour ces deux aspects, voir Joël Cornette, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la Fra (...)
  • 100 Cette faiblesse de l’absolutisme, ici mise en relief sur les frontières, s’inscrit dans un cadre s (...)

43Or ces accommodements, s’ils proviennent d’une faiblesse de l’État central, en accentuent aussi la fragilité. Dans ces rapports entretenus avec l’ennemi, dans cette accentuation d’une césure entre militaires et civils, les notions de frontière et de conscience nationale se diluent. À rebours du vent de l’histoire, celle d’une construction continue de l’État et de l’absolutisme – un processus qui s’ancre dans un effort militaire et dans un abord délimité du territoire99 –, le système « contributionnaire » met en branle des forces de dislocation : la Franche-Comté espagnole, dans les liens noués durant la guerre de Dix Ans avec le prince de Condé, gouverneur de la Bourgogne, anticipe son intégration au royaume ; les contributions fournissent les armes financières à la révolte frondeuse du prince de Condé, tout autant qu’elles ouvrent aux gouverneurs de larges marges d’autonomie. Sur les frontières, l’idéal monarchique du contrôle absolu de l’armée, des finances ou de la diplomatie, partagé par les souverains français et espagnols, s’efface devant la toute-puissance des gouverneurs de place100. Est-ce alors un hasard si, de 1661 à 1667, dans cette vaste reprise en main des contributions par les pouvoirs centraux, les premiers mots du jeune Louis XIV, soucieux déjà de son entière autorité, sont d’interdire de ne « rien signer, pas même une sauvegarde ni un passeport, sans mon commandement » et si le marquis de Castel Rodrigo entend remédier aux « confusions, inconveniens et préjudice qui ont esté recognuz pendant la dernière guerre » ?

Notes

1 Louis-Henri de Loménie, Comte de Brienne, Mémoires inédits de Louis-Henri de Loménie, comte de Brienne, secrétaire d’État sous Louis XIV, publ. sur les ms. autographes, avec un Essai sur les mœurs et sur les usages du XVIIe siècle, éd. François Barrière, 2 t., Paris, Ponthieu, 1828, ici : t. 2, p. 157.

2 Jean-François Chanet, « Présentation du programme de recherche consacré aux occupations militaires en Europe, de la fin du Moyen Âge à la fin du XXe siècle », http://www.occupations-militaireseurope.com, 10 juillet 2008.

3 Pour « sauvegarde », la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694) donne, « Exemption de logement de gens de guerre que l’on donne à certaines maisons » et pour « passeport », Richelet indique un « ordre par écrit d’un Souverain, ou de celui qui a le pouvoir d’un Souverain de laisser entrer, passer & demeurer un certain tems sur ses terres une, ou plusieurs personnes étrangeres » (Pierre Richelet, Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise, Genève, J. H. Widerhold, 1680).

4 Reproduite par Hubert Van Houtte dans Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, 3 t., Gand, Van Rysselberghe & Rombaut/Paris, É. Champion, 1930, ici : t. 2, p. 253-256.

5 Ibid., p. 7-35.

6 Reproduite dans ibid., t. 1, p. 157-161.

7 Hubert Van Houtte, « Les conférences franco-espagnoles de Deynze », Revue d’histoire moderne, 2, 1927, p. 191-215.

8 Théorie de la contribution d’après le commissaire français de Valicourt, le 9 décembre 1678, reproduite dans H. Van Houtte, Les occupations étrangères, op. cit., t. 2, p. 44-45.

9 André Corvisier/Jean Jacquart (dir.), Les malheurs de la guerre. De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, Paris, Éditions du CTHS, 1996.

10 Pour une rapide mise au point, mais qui ancre ces phénomènes dans ces deux conflits, voir Etienne Rooms, « L’humanisation de l’art de la guerre dans les Pays-Bas dans la seconde moitié du 17e siècle », Guerre totale. Clés pour une mutation au seuil du XXIe siècle, Pully, Centre d’Histoire et de Prospective Militaires, 2000, p. 206-218.

11 Outre Hubert Van Houtte, voir Jean-Pierre Rorive, La guerre de siège sous Louis xiv en Europe et à Huy, Bruxelles, éditions Racine, 1998.

12 Quelques ouvrages lui consacrent un certain nombre de pages dont celui de Gérard Louis (La guerre de Dix Ans (1634-1644), Paris, Les Belles Lettres, 1998, coll. « Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté 651 ») qui évoque le développement des sauvegardes à partir des années 1640 en Franche-Comté.

13 Pour un bilan des connaissances sur le sujet, voir John A. Lynn, Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge UP, 1997, p. 184-217.

14 Voir pour Metz, les lignes consacrées à la question par François-Yves Le Moigne (dir.), Histoire de Metz, Toulouse, Privat, 1986, p. 238-244.

15 Voir entre autres, pour cet abord local, l’intéressante étude de François-Louis Noiré, « La Guerre de Trente Ans à Marange et dans ses environs », Les Cahiers du Billeron, no 23, 2005, p. 3-33, ici : p. 13-16.

16 L’essentiel de ce texte s’appuie sur des recherches effectuées pour une thèse de doctorat soutenue à l’université Paris 8 en 2006 (La Ville face au soldat. Metz dans les conflits du premier XVIIe siècle) et sur des recherches complémentaires menées depuis. Nous nous permettrons d’y renvoyer quand l’appareil scientifique, sur certains raisonnements, dépassera le cadre limité de cet article.

17 Journal de Jean Bauchez, greffier de Plappeville au XVIIe siècle, éd. Charles Abel/Ernest de Bouteiller, Metz, Rousseau-Pallez, 1868.

18 Philippe Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine 1631-1661, Metz, éd. Serpenoise, 2002.

19 Guy Cabourdin, Les Temps modernes, t. 1 : De la Renaissance à la guerre de Trente Ans et t. 2 : De la paix de Westphalie à la fin de l’Ancien Régime, Nancy-Metz, P.U.N. et éditions Serpenoise, 1991, ici : t. 1, p. 191-214.

20 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444, en mars 1643.

21 AD Moselle, J 6709, non numéroté [p. 3], sauvegarde du sieur Mortuez de la Prelle, gouverneur de Thionville, le 10 juin 1643.

22 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 444.

23 AM Metz, BB 52, fol. 6 ro.

24 AM Metz, AA 39, p. 159, lettre de l’abbé de Munster à Meurisse, le 24 septembre 1642. Sur l’abbé de Munster, parfois surnommé « abbé de Luxembourg », voir Pol Schiltz, « Les répercussions de la Guerre de Trente Ans au Luxembourg : 1635-1659 », Hémecht, 55, 2003, p. 137-195, ici : p. 138.

25 AM Metz, BB 52, fol. 6 ro, délibération du 30 août 1642.

26 Voir les discussions du côté luxembourgeois dans ANL, A IV, 38, fol. 129 vo-130 vo, lettre des députés des Trois états du Luxembourg au gouverneur, le 18 septembre 1642.

27 AM Metz, AA 39, p. 160, Lettre de Florent de Bosch (ou de Bosc) au seigneur de Charlier, le 23 décembre 1642.

28 Ce qui est confirmé par les archives manuscrites luxembourgeoises : ANL, A IV, 38, fol. 145, lettre des États du Luxembourg aux députés en Cour (Bruxelles), le 6 mars 1643.

29 Ibid., fol. 148, lettre des députés en Cour (Bruxelles) aux états du Luxembourg, le 11 mars 1643.

30 AM Metz, BB 38, fol. 98-99, délibération du 23 octobre 1642.

31 AM Metz, AA 45, p. 64 bis, le 8 novembre 1642.

32 AM Metz, AA 44, p. 62, lettre de Lonchamps au magistrat, de Paris, le 22 novembre 1642.

33 BNF, naf 22670, fol. 94-96, lettre de Meurisse à l’abbé de Munster, le 30 septembre 1642.

34 ANL, A IV, 38, fol. 145, les états du Luxembourg aux députés en Cour (Bruxelles), le 6 mars 1643.

35 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444.

36 Pour le départ, voir la lettre de l’agent de la ville en Cour du 21 février (AM Metz, AA 44, p. 77) et pour la mise sur pied de guerre, l’ordonnance de Lambert du 10 février (BNF, naf 22670, fol. 107).

37 Voir l’exemple de Liège en 1492 dans Myron P. Gutmann, War and Rural Life in the Early Modern Low Countries, Princeton, Princeton UP, 1980, p. 17.

38 Gaston Zeller, La réunion de Metz à la France 1552-1648, 2 t., Paris, Les Belles Lettres, 1926, ici : t. 1, p. 252-253.

39 Jean Rigault, « Le siège de Metz par Charles Quint en 1552 », Le Pays Lorrain, 33, 1952, p. 67-74.

40 AM Metz, BB 2, fol. 6-7, délibération du 27 février 1595.

41 AM Metz, CC 683, liasse 11, p. unique, déclaration du gouverneur des Pays-Bas, l’archiduc Albert d’Autriche, pour la liberté du commerce, le 5 novembre 1599.

42 AM Metz, BB 52, fol. 7 vo, commission à monsieur de Lonchamps, le 24 septembre 1642.

43 AM Metz, AA 45, p. 65 bis, Cornier au magistrat, le 2 décembre 1642.

44 Philippe Contamine, « Lever l’impôt en temps de guerre : rançons, appatis, souffrances de guerre dans la France des XIVe et XVe siècles », Philippe Contamine/Jean Kerhervé/Albert Rigaudière (dir.), L’impôt au Moyen Âge, l’impôt public et le prélèvement seigneurial (fin XIIe-début XVIe siècle), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 11-40.

45 Jean-Pierre Andrault, « Une capitale de province sous les armes au temps de la Ligue : la guerre de course menée par Poitiers entre 1589 et 1593 », André Corvisier/Jean Jacquart (dir.), op. cit., p. 39-63.

46 Fritz Redlich, « Contributions in the Thirty Years’War », Economic History Review, 12, 1959-1960, p. 247-254.

47 Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 2001, t. 19, p. 515, art. Lambert, Jean II de.

48 Alain Petiot, Les Lorrains et l’Empire. Dictionnaire biographique des Lorrains et de leurs descendants au service des Habsbourg de la Maison d’Autriche, Versailles, Mémoires & Documents, 2005.

49 Pour Turenne, voir Jean Bérenger, Turenne, Paris, Fayard, 1987.

50 AM Metz, CC 55, comptes de l’année 1645-1646, fol. 69 et suiv. Il s’agit de villages appartenant pour la plupart à la prévôté de Thionville – tels Luttange, Mondelange, Guénange, Illange, etc. – et qui reviendront à la France lors de la conclusion du traité des Pyrénées en 1659 (voir Lucien Klipffel, « Essai de géographie politique lorraine », Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine et du Musée historique lorrain, 73, 1935, p. 139-325, ici : p. 176-177).

51 Jean-Michel Boehler, « La guerre au quotidien dans les villages du Saint Empire au XVIIe siècle », Chr. Desplat, op. cit., p. 65-88, ici : p. 80.

52 Le Dictionnaire de Trévoux définit ainsi le « droit de sauvement », qui s’en rapproche et qui sera repris dans les négociations de sauvegarde, comme un impôt « que les habitans sont tenus de donner à leur Seigneur, à la charge de construire & entretenir à ses dépens les murailles du bourg ou de l’enclos du château pour leur sûreté, & la conservation de leurs biens » (Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux contenant la signification et la définition tant des mots de l’une et l’autre langue,6e édition, Paris, Compagnie des Libraires associés, 1771).

53 Le chapitre paye encore 72 livres messines pour deux années de droit en 1637 (AD Moselle, G 444, Liasse 18, p. unique, quittance du 17 février 1637) mais par la suite refuse d’acquitter ses 36 livres annuelles (AM Metz, CC 55, fol. 69 ro pour 1645-1646). De leur côté, les villages ne versent plus rien non plus dès les années 1640 (AM Metz, CC 54, fol. 12 vo pour 1640-1641 et fol. 41 ro pour 1641-1642).

54 Voir, pour des villages qui payent « sauvement » en France, ANL, A IV, 40, registre 1653-1655, fol. 241 ro-246 ro, le 2 octobre 1654.

55 Liste donnée incidemment à plusieurs occasions, dont AM Metz, BB 57, non folioté, délibération du 8 mai 1654.

56 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 309. L’auteur place son incise en 1636.

57 Voir les nombreuses pièces rassemblées par la monarchie sur cette question des limites relatives au comté de Rethel et à Nouvion-sur-Meuse dans ANF, Série J, Trésor des chartes, supplément, J 767.

58 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443. – Une « mointresse » est une métairie de vigne et plus généralement une ferme isolée.

59 Voir par exemple la sauvegarde du duc de Lorraine accordée au chapitre de la cathédrale de Metz, le 29 février 1648, dans AD Moselle, G 444, liasse 21, pièces non numérotées.

60 Vincent Vion/André Schmitt, Hombourg-Haut. La ville et ses habitants de 1585 à 1662, Freyming-Merlebach, Presses de l’Imprimerie HBL, 1990, p. 170, sauvegarde du duc de Lorraine, le 7 juillet 1636.

61 Emmanuel Michel, Histoire du Parlement de Metz, Paris, Techener, 1835, p. 182-186.

62 AM Metz, AA 41, liasse 2, p. 56, requête adressée au magistrat par le seigneur de Maizeroy, s. d. [v. 1652].

63 À l’automne 1649, alors qu’une « grande disette qui se recognoist de jour en jour » envahit la cité, les Trois ordres décident de rechercher aux alentours les grains nécessaires. Ils en trouvent à Francfort (AM Metz, BB 53, non folioté, délibération du 28 septembre 1649). À charge d’en sécuriser le voyage : un délégué urbain négocie à Luxembourg le passage du convoi fluvial à partir de Trêves (ibid., délibération du 8 octobre 1649). Il obtient aussi du gouverneur ennemi, sans grande difficulté, l’octroi des passeports adéquats (ibid., délibération du 4 novembre 1649).

64 AM Metz, BB 54, non folioté, délibération du 24 janvier 1650.

65 Pour cette histoire agitée, voir M. Gantelet, op. cit., p. 578-594.

66 AM Metz, BB 54, non folioté, délibérations des 17 et 25 février 1650.

67 Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999, p. 133-135.

68 Martial Gantelet, « La politique, de la pratique à la théorie, Bossuet dans les derniers feux de la Fronde condéenne (Metz, octobre 1653) », XVIIe siècle, 54, 2002, p. 485-510.

69 AM Metz, CC 684, liasse 10, p. 4.

70 AM Metz, EE 5, liasse 7, p. 4, sauvegarde espagnole, le 1er juillet 1651.

71 Ibid., p. 22, sauvegarde espagnole, le 1er janvier 1656.

72 Voir, par exemple, la lettre d’attache du gouverneur Pardo, le 26 mai 1652 dans ibid., p. 8.

73 Voir, par exemple, AM Metz, BB 56, non folioté, délibération du 16 avril 1652.

74 Ibid., délibération du 7 janvier 1652.

75 Philippe Burrin souligne ainsi, dans La France à l’heure allemande (Paris, Seuil, 1997), le rôle clé joué par la dignité dans les rapports avec la puissance occupante (p. 198).

76 Françoise Fauré-Audouy, Voyage en Pays messin. Villages et églises fortifiées, Metz, éditions Serpenoise, 2001.

77 Gérard Giuliato, « Insécurité et mise en défense du village en Lorraine médiévale » Christian Desplat (dir.), Les villageois face à la guerre (XIVe-XVIIIe siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, p. 35-52.

78 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 514.

79 AM Metz, BB 56, non folioté, délibération du 22 mai 1652 : la ville demande au lieutenant du roi La Contour d’ordonner aux paysans « de faire guet et s’armer contre les voleurs ».

80 AM Metz, BB 55, non folioté, délibération du 16 mai 1651 : nombre de villages rechignent à fournir les hommes nécessaires « à proportion de leur force et nombre d’hommes ».

81 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444, en mars 1643.

82 Michel Cassan, « Le village au temps des guerres de Religion : l’exemple limousin », Chr. Desplat, op. cit., p. 143-160, ici : p. 153.

83 Journal de Jean Bauchez, op. cit., p. 443-444, en mars 1643.

84 Jean Rigault, « Pour une histoire de la propriété rurale dans le Pays messin à la fin du XVIe et au XVIIe siècle (1552-1685. De l’occupation française à la révocation de l’Édit de Nantes) », Annales de l’Est, 5e série, 1, 1950, p. 5-14.

85 Martial Gantelet, « De l’intérêt du “pré carré”. Le difficile financement des garnisons françaises en Lorraine (1631-1661) », Jean-Pierre Salzmann (dir.), Vauban militaire et économiste sous Louis xiv, t. 1 : Vauban & Marsal à l’époque de Louis xiv. Le sel, la fiscalité et la guerre, Luxembourg, Section Historique de l’Institut Grand-Ducal de Luxembourg, 2008, coll. « Publications de la Section Historique de l’Institut Grand-Ducal de Luxembourg, 122 », p. 177-199.

86 Martial Gantelet, « Financer la guerre sur l’ennemi. La garnison française de Thionville à la mort du gouverneur de Marolles (août 1655) », Les Cahiers Lorrains, no 1-2, 2008, p. 34-41.

87 M. Gantelet, La ville face au soldat, op. cit., p. 334-337.

88 H. Van Houtte, Les occupations étrangères, op. cit., t. 1, p. 149-150.

89 Ambivalence visible à l’échelon luxembourgeois. D’un côté, Jean Beck, en avril 1647, interdit au village de Merschertal, qui vient d’être pillé, tout accord avec les ennemis, de l’autre, comme nous l’avons vu, il multiplie les accords à partir de 1643 (voir Albert Steffen, « Beiträge zur Geschichte Johann Becks », Hémecht, 1, 1948, p. 37-262, ici : p. 198-199).

90 AM Metz, EE 5, liasse 8, p. 7.

91 Le 18 novembre 1645 (MAE, CP Lorraine, vol. 34, fol. (401-406), un mémoire concernant les duchés examine l’opportunité d’une neutralité en faveur de certaines terres lorraines, dont la principauté de Lixheim. Le rédacteur en déconseille la conclusion sans une prise en main étroite par des agents royaux. L’accord nuirait en effet aux troupes du roi « pource que toutes ces terres seront aultant de retraictes pour les parties des gens du duc de Lor. [sic] et autres intelligences, contre lesquelles les ministres de ces neutralités n’oseront dire mot, si ce ne sont gens establis en authorité de ce faire par le Roy ».

92 En 1655, ce type d’accord lie la garnison française de Château Regnault avec la place frondeuse de Rocroi. Le receveur des contributions pour le prince de Condé, arrêté par un parti du roi, s’entretient avec son chef « le nommé La Broye, le plus célèbre voleur du pays » ; il lui rappelle, pour obtenir son élargissement, « la facilité qu’ils avoient à courir despuis qu’ils sont d’accord avec Rocroy » (Musée Condé, Chantilly, P, vol. xv, fol. 96-97, lettre de Pierre Caillet à Jacques Caillet, le 4 mai 1655).

93 Fabert écrit au chef condéen du Montal en 1655 pour protester contre le vol de bétail que des paysans de son gouvernement ont supporté. Il lui fait remarquer qu’avant le traité d’échange des contributions du gouvernement de Rocroi contre celui de Sedan, il aurait été malaisé de piller de cette façon (Musée Condé, Chantilly, P, vol. xv, fol. 69-70 et fol. 82, lettre de Fabert à Montsaulnin du Montal, le 9 avril 1655).

94 AM Metz, AA 41, liasse 3, p. 58, lettre du magistrat au gouverneur de Thionville, Marolles, le 21 juin 1644.

95 AM Metz, AA 45, p. 134, lettre de Cornier au magistrat, le 13 juillet 1644.

96 J. A. Lynn, op. cit., p. 198-199.

97 Louis André, Michel Le Tellier et l’organisation de l’armée monarchique, Montpellier, Impr. G. Firmin Montane et Sicardi, 1906, p. 281-282.

98 Bernard Peschot, « Les “lettres de feu” : la petite guerre et les contributions paysannes au XVIIe siècle », Chr. Desplat, op. cit., p. 129-142, ici : p. 129.

99 Pour ces deux aspects, voir Joël Cornette, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 1993 et Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècles, Paris, Gallimard, 1998.

100 Cette faiblesse de l’absolutisme, ici mise en relief sur les frontières, s’inscrit dans un cadre structurel bien plus large : dans le champ militaire, David Parrott, Richelieu’s Army. War, Government and Society in France, 1624-1642, Cambridge, Cambridge UP, 2001, a montré combien la guerre a fragilisé, plutôt que renforcé, l’autorité réelle de l’État central ; dans le champ politique, William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France, Cambridge, Cambridge UP, 1997, a souligné l’importance de la collaboration, intéressée, des élites locales et provinciales dans la construction du pouvoir monarchique, et dans le champ économique, Daniel Dessert a dévoilé les limites financières imposées au Roi-soleil par le système fisco-financier (Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984) et par le rôle de Colbert (Le royaume de monsieur Colbert, 1661-1683, Paris, Perrin, 2007).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search