Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Quelques réflexions sur la régulation de la violence de guerre dans les Pays-Bas méridionaux aux XVIIe et XVIIIe siècles

Catherine Denys

Texte intégral

  • 1 Le classique du genre reste l’ouvrage de John Keegan, Histoire de la guerre, traduction française (...)
  • 2 Pour la France, voir, entre autres, Catherine Denys, « Die Renaissance der Militärgeschichte der f (...)

1En dépit de son retour régulier dans l’histoire, la guerre n’est pas un phénomène coupé de son temps. S’il est possible d’en théoriser les mécanismes et d’opérer des rapprochements diachroniques sur certains de ses aspects, chaque guerre s’inscrit dans un contexte différent, qui en conditionne la conception, le déroulement et les pratiques. L’évolution de l’armement, bien connue grâce aux spécialistes, détermine les transformations des méthodes de combat et en modifie l’impact1. Mais le phénomène de la guerre s’inscrit aussi depuis quelques décennies dans le cadre d’un renouveau de l’histoire militaire plus attentif aux conditions générales dans lesquelles se produit la guerre qu’au déroulement d’un récit stratégique2.

  • 3 Par exemple, les cas de populations civiles ou combattantes brûlées vives dans un lieu fermé par d (...)

2La violence, phénomène constitutif de la guerre, offre l’occasion d’exercer cette approche historique globale. Les combats, mais aussi les dévastations et les exactions des guerriers peuvent se ressembler au travers des siècles. La répétition d’actes de cruauté paroxystique ou de brutalité ordinaire établit une sorte de litanie des « horreurs de la guerre », qui semble fonder un invariant de la guerre. L’analyse historique doit ici dépasser le sentiment d’empathie humaine qui naît au récit de ces violences, surtout lorsqu’elles résonnent dans nos mémoires contemporaines3. Car la guerre n’est pas un temps de barbarie ou d’anomie hors de toute époque. Les violences qu’elle déclenche sont amplifiées ou régulées par les conditions politiques, socioéconomiques et les mentalités du temps. L’acte violent en lui-même peut être concrètement le même d’un siècle à l’autre, mais son inscription dans la vie des sociétés diffère, d’autant plus que la violence n’est pas réservée aux temps de guerre. La violence de guerre doit être mesurée à l’aune du degré d’acceptation ou de rejet de la violence générale par la société de son temps.

  • 4 Pour simplifier grossièrement, cet espace correspond actuellement à la Belgique, au Luxembourg, ai (...)

3La guerre ainsi perçue, non comme phénomène exceptionnel, mais inscrit dans une société et une époque, autorise l’interrogation des mécanismes de la violence qu’elle provoque, et plus encore ceux de la régulation de cette violence, dans les rapports qu’ils entretiennent avec la régulation de la violence générale. Comment se transposent, de la paix à la guerre, et inversement, les pratiques violentes et les méthodes pour y obvier ? L’espace géographiquement restreint des anciens Pays-Bas méridionaux4, en raison de son histoire militaire complexe à l’époque moderne, offre un observatoire privilégié de l’élaboration de techniques de limitation de la violence de guerre.

Replacer la régulation spécifique de la violence de guerre dans la régulation générale de la violence sous l’Ancien Régime

  • 5 Robert Muchembled, Société et mentalités dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Colin, (...)

4L’histoire de la criminalité et de la justice, renouvelée depuis le début des années 1970, a ouvert un champ de recherche historique vaste et fécond. Un de ses principaux apports a été de relativiser la perception de la violence ordinaire dans les sociétés anciennes. Comme le dit Robert Muchembled : « Au total, la société paysanne des XVIe et XVIIe siècles intègre assez facilement une violence générale exacerbée5. » Afin de replacer la violence de guerre et sa régulation dans la violence générale et sa régulation, un rapprochement s’impose entre historiens de la criminalité et historiens de la guerre, moins sur les crimes de sang (car la guerre, en autorisant l’homicide, bouleverse l’ordre ordinaire du monde) que sur d’autres délits guerriers ou sur des modalités de régulation de la violence guerrière, où la parenté avec la criminalité ordinaire peut apparaître.

  • 6 AM Roubaix, EE 23-27, 15 mai 1706. À cette date, pendant la guerre de Succession d’Espagne, les ar (...)
  • 7 Ainsi dans les Mémoires de Monsieur de la Colonie, édités par Anne-Marie Cocula, Paris, Mercure de (...)
  • 8 Même en ce cas emblématique, Jean-Philippe Cénat fait observer l’écart entre les ordres donnés et (...)

5La menace de feu permet un de ces rapprochements intéressants entre domaine guerrier et domaine ordinaire de la violence. Les soldats utilisent couramment la menace de mettre à feu les maisons si on ne leur paie ou ne leur livre pas ce qu’ils demandent, et les lettres de sauvegarde mentionnent souvent le risque d’incendie. Ainsi dans la lettre de sauvegarde obtenue par le village de Roubaix, près de Lille, en 1706 de la part des États généraux des Provinces-Unies, il est bien stipulé que les habitants et leurs biens sont garantis contre alle Gewelt, Plunderinge, Rantçoeneringe, Brandschatten, Schaden ende overlast6, ce que traduit un imprimé en français par : « toutes forces, pillages, rançonnages, incendies, dommages et surcharges ». Les gravures des misères de la guerre illustrent souvent l’incendie des fermes et granges. Les incendies de village allumés par les troupes ont souvent frappé les imaginations, parfois peut-être avec exagération7. La dévastation volontaire d’une région par une armée en campagne inclut quasi obligatoirement l’incendie des villages, plus rarement des villes, comme ce fut le cas du célèbre sac du Palatinat par les armées de Louis XIV pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg8.

  • 9 Carole Coëffier, La criminalité et sa répression dans la Gouvernance de Lille de 1698 à 1730 : les (...)
  • 10 André Delcourt, La vengeance de la commune : l’arsin et l’abattis de maison en Flandre et en Haina (...)
  • 11 François Debouvry, Étude juridique sur le mauvais gré, thèse de droit, Lille, 1899 ; André Abbiate (...)
  • 12 Aurore Braconnier, Les incendies volontaires dans les campagnes et les bourgs du département du No (...)
  • 13 Le phénomène reste très présent au XIXe siècle, comme le montre Jean-Claude Caron, qui note encore (...)

6Or les historiens de la criminalité ont bien étudié un délit particulièrement développé à la campagne, qui était le chantage à l’incendie. On faisait parvenir à un riche fermier un billet anonyme le menaçant d’incendie s’il ne déposait pas à une heure donnée, la nuit, en un lieu précis, écarté des habitations, une forte somme d’argent. Ces papiers étaient appelés « lettres de sommation » ou « lettres minatoires ». Cette pratique criminelle, connue dans toute l’Europe, était particulièrement répandue en Flandre, en Hainaut et en Picardie. Elle constitue un des premiers crimes ruraux, pendant tout l’Ancien Régime9, et se prolonge au XIXe siècle. La fréquence de l’incendie volontaire en Flandre et en Hainaut, découverte par les administrateurs français après la conquête de ces provinces, avait suffisamment inquiété Louis XIV pour qu’il édicte, le 6 mars 1685, une ordonnance menaçant les auteurs de lourdes peines, la roue pour la simple sommation, le bûcher si la sommation a été mise à exécution. Le préfet Dieudonné, en poste à Lille en 1804, sous l’Empire, s’en étonne à son tour et cherche une explication dans les particularités juridiques anciennes de la région. Il relie alors l’incendie criminel à l’ancienne coutume du droit d’arsin, c’est-à-dire la peine d’incendie infligée et exécutée par un tribunal contre un criminel contumax10. Une autre coutume régionale, criminelle cette fois, est celle du « mauvais gré », c’est-à-dire l’incendie des biens d’un propriétaire par son fermier mécontent de n’avoir pas obtenu renouvellement de son bail11. En dépit d’une législation sévère, ce crime particulier s’est maintenu pendant tout l’Ancien Régime et bien au-delà. Il était très difficile en effet pour les autorités de le réprimer, plus encore, de le prévenir, et cela faisait peser une forte insécurité sur les paysans, dont les bâtiments (en bois et chaume) et l’abondance de paille rendaient les propriétés très vulnérables. Payer pour ne pas être incendié n’était donc pas une originalité du temps de guerre, mais une situation à laquelle on pouvait être confronté même en temps de paix, de manière apparemment assez banale. Le préfet Dieudonné estime que la moitié des victimes de sommation préfèrent payer plutôt que de risquer d’être incendiées. Lors des enquêtes qui suivent un incendie criminel, il apparaît que les sommations ont été parfois anciennes, et souvent répétées. Les victimes potentielles vivaient donc dans une insécurité constante, qui n’était pas toujours liée à la guerre. Les incendiaires peuvent être un voisin jaloux, un villageois qui poursuit d’obscures vengeances personnelles ou des brigands qui se spécialisent dans ce type de chantage, et que l’on appelle alors « sommeurs », compagnons des terribles « chauffeurs » qui terrorisaient les campagnes. Aurore Braconnier a recensé, pour la période 1801-1814 dans le département du Nord, 223 incendies dont l’origine criminelle est assurée12. Elle s’interroge sur leur répartition et leur possible liaison avec les événements militaires, constatant avec surprise que la pointe des incendies et sommations se situe dans les années calmes de 1807 à 1812, tandis qu’elles disparaissent pendant les années de passages des troupes, en 1813-1814. Il y a peut-être effectivement un lien, ou plutôt une sorte de symétrie entre l’incendie volontaire causé par des civils et celui qui est causé par des soldats, mais il se peut également que cette diminution soit le reflet de la désorganisation institutionnelle qui accompagne la retraite des troupes napoléoniennes13.

  • 14 Hubert Van Houtte, Les occupations militaires étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, 3 t., G (...)
  • 15 Ibid., t. 1, p. 85.
  • 16 Jean-Pierre Rorive, Les misères de la guerre sous le Roi-Soleil, Liège, Éditions de l’Université d (...)
  • 17 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieu (...)

7Les « sûretés » personnelles devant la justice et les sauvegardes militaires se prêtent aussi à un rapprochement. Hubert Van Houtte, dans sa belle étude sur les occupations étrangères en Belgique d’Ancien Régime14, explique que les sauvegardes en temps de guerre peuvent concerner un village, une région, une province mais aussi un seul propriétaire. Il donne l’exemple de l’abbaye de Forest dont les bois ont été conservés en 1693 grâce à une sauvegarde individuelle, négociée directement entre le commandant militaire et l’abbaye15. Jean-Pierre Rorive, dans son étude très documentée sur Huy, en signale également plusieurs exemples16. Ces sauvegardes personnelles se sont perpétuées même à l’époque où les systèmes de contributions et de sauvegardes s’étendaient à des provinces entières et étaient réglés par les autorités provinciales. Dans les périodes de guerre, confuses, où des troupes de diverses origines traversent le pays, les habitants d’une localité ne se contentent généralement pas d’une seule sauvegarde générale, mais accumulent les sauvegardes particulières auprès des généraux et commandants des corps. Les gros fermiers, vivant sur des exploitations isolées du village, se procurent des sauvegardes personnelles, en jouant parfois des relations entre les seigneurs propriétaires et les chefs d’armée. La sauvegarde peut aussi devenir individuelle, sous une forme proche de celle du passeport, lorsque les autorités locales délivrent à un individu l’attestation de son appartenance à une communauté qui a bien payé la sauvegarde. La pratique de la sauvegarde a donc pour effet de faire échapper temporairement une personne, ou un groupe de personnes, à la violence de la guerre qu’elle ne saurait empêcher. Sous cet angle, le rapprochement est possible avec les « sûretés personnelles » en usage dans le monde judiciaire. Le Dictionnaire de Furetière donne d’ailleurs d’abord un sens juridique au mot sauvegarde17, avant d’évoquer le sens militaire, qu’il restreint à l’exemption de logement des gens de guerre, contre l’évidence de la pratique du temps. Les lettres de sûreté deviennent moins fréquentes au XVIIIe siècle qu’aux siècles précédents, mais la pratique n’en est pas complètement oubliée. Un individu qui est fortement menacé par quelqu’un de sa connaissance va trouver le juge pour obtenir des « lettres de sûreté ». Il s’agit en quelque sorte de faire savoir à l’agresseur potentiel que la justice est prévenue et que, s’il passe à l’acte, le châtiment judiciaire sera rapide. À Lille ou Valenciennes au XVIIIe siècle, les rares cas de demande de lettres de sûreté aux juges émanent de femmes séparées d’un mari violent, qui ne cesse de les menacer de les tuer. Il faudrait repérer l’importance de cet usage en amont, la pratique étant apparemment plus courante dans les siècles précédents, qui sont également ceux où se mettent en place les sauvegardes. Les lettres de sûreté n’ont évidemment pas le caractère d’échange de protection contre argent des sauvegardes militaires, mais les unes et les autres renvoient au devoir de protection et de justice du souverain. La sauvegarde est un pisaller, un moyen de conserver une sécurité qu’un souverain trop faible par les armes ne peut plus assurer à ses sujets. Elle manifeste la faiblesse de la souveraineté et, d’ailleurs, le souverain qui déclare une guerre défend généralement à ses sujets des régions frontalières d’aller chercher des sauvegardes. En pratique, ceux-ci outrepassent immédiatement la défense, surtout aux approches d’une armée ennemie. Dans le cadre juridique, les lettres de sûreté manifestent également l’impossibilité pour le souverain de protéger ses sujets les plus faibles contre la violence, mais elles rétablissent l’ordre ordinaire en prévenant le coupable potentiel des risques encourus. Il est difficile de juger de l’efficacité réelle des lettres de sûreté, tout comme des sauvegardes, mais il est certain que ces pratiques étaient considérées comme des moyens de réguler des violences excessives en offrant certaines garanties de sécurité aux personnes menacées.

  • 18 H. Van Houtte, op. cit., t. 1, p. 8, n. 1.

8La pratique des sauvegardes militaires appelle enfin un troisième rapprochement avec les usages judiciaires du temps. Le terme sauvegarde, dans les dictionnaires du XVIIe siècle, a aussi un sens un peu différent de la garantie de sécurité contre argent. Hubert Van Houtte précise qu’on « donne aussi le nom de sauvegardes aux soldats chargés de protéger les propriétés qui ont payé la contribution18 ». Les soldats sont alors employés comme « gardes » des biens contre les dévastations ou vols que pourraient commettre leurs camarades. Dans le domaine militaire, il en est peu d’exemples concrets, mais cette possibilité ressemble assez à une pratique judiciaire courante à l’époque moderne. En cas de dettes, le débiteur pouvait être saisi au corps et jeté en prison, mais la justice préférait souvent lui imposer le logement de « gardes », des auxiliaires de justice, « recors », « sergents », parfois même des soldats. C’était un moyen de pression efficace pour obliger le débiteur à payer rapidement et l’empêcher de soustraire discrètement ses meubles à la prochaine saisie. La « garde » judiciaire était donc, en quelque sorte, une « sauvegarde » des intérêts du prêteur. La justice employait également l’expression : « mettre garnison » chez quelqu’un, pour le forcer à payer. Dans le cas des recouvrements fiscaux difficiles, les militaires étaient souvent sollicités de cette manière par les administrateurs. D’une façon tout à fait paradoxale, en temps de paix comme en temps de guerre, le soldat pouvait donc être responsable de la conservation d’un bien, contre les appétits de ses camarades ou contre les manœuvres d’un mauvais payeur.

9Les rapprochements présentés ici entre pratiques criminelles ou judiciaires et pratiques guerrières ne visent pas à établir des similarités étroites. L’opération fait émerger des parallèles plutôt que de véritables ressemblances. Néanmoins, dans ces usages, dans ces gestes de la pratique judiciaire et de la violence criminelle, se retrouvent des points communs avec les gestes de la violence militaire et de sa régulation. Les usages judiciaires qui ont en partie pour but de diminuer la violence sociale offrent des techniques utilisables en temps de guerre pour diminuer la violence militaire, quand bien même elles sont détournées et servent à légitimer la spoliation des civils. Il est au fond peu surprenant que la régulation de la guerre cherche dans le vocabulaire et l’usage juridique des formes utilisables, puisqu’il s’agit justement d’atténuer la barbarie de la guerre, d’introduire quelques éléments de droit, au moins positif, dans un temps où la violence est légitime et où le seul droit est celui du plus fort.

  • 19 Norbert Elias, Über den Prozess der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchun (...)
  • 20 André Abbiateci et al., Crimes et criminalité en France sous l’Ancien Régime, 17e-18e siècles, Par (...)
  • 21 Benoît Garnot, Le peuple au siècle des Lumières : échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1990 (...)
  • 22 Pieter Spierenburg, « Violence and the Civilizing Process : Does it Work ? », Crime, Histoire & So (...)
  • 23 Jean Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001.

10Au-delà du répertoire de gestes, de mots, de techniques et d’usages, la régulation de la violence de guerre dans le contexte général de l’histoire de la violence amène naturellement, dans un second temps, au débat sur la diminution de la violence au cours des siècles de l’histoire moderne. Autour de la thèse de Norbert Elias sur le processus de « civilisation des mœurs »19, les historiens de la criminalité ont d’abord décelé « un passage de la violence au vol » au cours du XVIIIe siècle20, puis ont remis en question le processus, notamment pour les couches populaires de la société, parlant d’« échec d’un dressage culturel21 ». Si le débat reste ouvert en ce qui concerne la petite violence quotidienne, le déclin de l’homicide atteste la réalité d’une décroissance de la violence grave. Un important article de Pieter Spierenburg a démontré la validité du processus décrit par Elias, en dépit des critiques22. Ce contexte général de changement des attitudes face à la violence modifie aussi l’importance de la régulation de la violence de guerre. S’ajoute à ce contexte général, et en relation étroite avec lui, le processus de discipline des troupes, le changement d’attitudes et d’images du soldat dans la société civile. Les historiens militaires ont montré l’écart entre les soudards incontrôlables du XVIe siècle et les soldats disciplinés du XVIIIe siècle23. Le guerrier est devenu un militaire. L’image du soldat en est complètement inversée : non seulement au XVIIIe siècle le soldat ne fait plus peur a priori, mais il est même considéré comme quelqu’un sur qui on peut compter en cas de problème, ou comme une victime dont le sort apitoie les bonnes âmes. Ces images évidemment ne sont pas des témoins réels du comportement des soldats, surtout en temps de guerre, mais elles contribuent à améliorer globalement les relations entre civils et soldats au XVIIIe siècle. Ce processus est particulièrement observable dans les Pays-Bas méridionaux de l’époque moderne.

Les Pays-Bas méridionaux : un laboratoire pour la régulation de la violence de guerre ?

  • 24 La politesse des formes adoucit parfois la brutalité du propos, non sans un certain cynisme, comme (...)
  • 25 Dans les Mémoires de Monsieur de la Colonie, op. cit., p. 487, est évoquée la suspension de combat (...)
  • 26 Jean-Pierre Rorive s’inscrit en faux contre cette idée communément admise par les historiens, mais (...)

11La diminution de la violence de guerre entre le XVIe et le XVIIIe siècle est indéniable dans les Pays-Bas méridionaux. Les conflits du XVIe siècle, attisés par les haines religieuses, ont été particulièrement violents, là comme ailleurs. La mise à sac d’Anvers par la garnison espagnole mutinée en 1576 en est l’archétype, mais ce sombre tableau commence à s’éclaircir dès le XVIIe siècle. La différence ici est frappante avec l’Allemagne, où les guerres continuent de faire des ravages, que ce soit la guerre de Trente Ans ou les dévastations des armées de Louis XIV. Le sac de Tirlemont en 1635 par l’armée franco-hollandaise, les violences commises par l’armée française qui envahit la Hollande en 1672 ou le bombardement de Bruxelles par les Français en 1695 semblent s’inscrire en faux contre cette évolution, mais ce sont là des exceptions dans une série de conflits caractérisés au contraire par la séparation des militaires et des civils, et la relative protection de ces derniers. Pour le XVIIIe siècle, si l’expression « guerre en dentelles » est une insulte pour tous les morts tombés sur les champs de bataille de Fontenoy ou d’ailleurs, elle se justifie cependant par la politesse des relations entre officiers ennemis24. Le respect de certaines règles de conduite à la guerre pour limiter les horreurs est patent. Ainsi en est-il des trêves pour enterrer les cadavres à la suite de combats particulièrement meurtriers, parfois même au milieu d’une opération25. Cette humanisation des combats profite naturellement aussi aux populations civiles. Les campagnes de Maurice de Saxe aux Pays-Bas en 1744-1748 s’accompagnent de surcharges financières et matérielles pour les populations belges, mais pas d’horreurs. L’occupation de Bruxelles par les troupes françaises se déroule sans incident majeur, alors que dix ans plus tard, la guerre de Sept Ans en Europe centrale voit le retour des exactions sur les populations civiles. La précocité de la régulation de la violence guerrière caractérise donc les Pays-Bas méridionaux26. S’interroger sur les causes de ce phénomène devrait permettre de dégager des explications plus générales.

  • 27 Henri Platelle (dir.), Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses U (...)

12Une première observation, paradoxale à première vue seulement, est que les Pays-Bas connaissent un état de guerre quasi permanent depuis la révolte contre l’Espagne en 1565 jusqu’à la fin de la guerre de Succession d’Espagne en 1713. Cette succession de conflits a pour le moins accoutumé les populations civiles à traiter avec les soldats. Il n’y a jamais plus d’une génération entre deux guerres, même entre 1713 et 1744 ou entre 1748 et 1792, les plus longues périodes de paix de la région à l’époque moderne. L’accoutumance des populations civiles aux temps de conflits a certainement favorisé la transmission des usages, tel celui de rechercher des sauvegardes, de parlementer avec les chefs de guerre pour les contributions. Le curé de Rumegies, un village près de Saint-Amand, dans le Hainaut français, prend une « sauvegarde du prince d’Orange » pour garantir sa maison dès l’avance des troupes hollandaises dans la région en 170927. Cela n’empêche d’ailleurs pas le pillage complet du village et de l’église et la fuite des habitants dans les localités voisines. Dans les mémoires de M. de la Colonie s’exprime cette idée, a contrario pour des peuples qui ne sont pas aussi habitués à la guerre que les habitants des Pays-Bas. En 1704, ce lieutenant-colonel conduit, dans les environs d’Ulm, un régiment de grenadiers particulièrement dangereux, puisque composé de déserteurs français des armées impériales. Ce sont donc des soldats aguerris, qu’on utilise volontiers en première ligne dans les affaires les plus risquées, mais c’est également un régiment de professionnels du pillage que ses officiers ont bien du mal à contenir :

  • 28 Mémoires de Monsieur de la Colonie, op. cit, p. 253. M. de la Colonie note aussi qu’exaspérés par (...)

« [...] ces déserteurs pleins de ruses et d’une longue expérience de maraude, à peine eurent-ils quitté les états de Bavière pour entrer dans le pays de Souabe, qu’ils mirent tout leur savoir en usage pour butiner et pour tromper toute ma vigilance ; les occasions s’en présentoient d’autant plus belles pour eux que les peuples de ces provinces ne savoient point la manière de demander des sauvegardes pour se garantir des pillages, ni le maréchal de Marcin celle de leur en faire prendre pour en retirer des profits28. »

13Il n’est pas exclu même de considérer la manière dont une communauté villageoise reçoit des troupes lorsqu’elle y est contrainte. Accueillir les soldats le verre à la main est signe de bonne intelligence future. Il faut savoir contenter les soldats pour éviter qu’ils ne se fâchent et ne réclament plus qu’il ne leur est dû. En même temps, il faut savoir marquer assez de fermeté pour éviter les extorsions. Dans la constitution de ce qui forme un droit positif de la guerre, cette accoutumance est certainement très importante.

  • 29 Daniel Nordman, Frontières de France : de l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallima (...)
  • 30 Cf. les frères de Tresigny cités ci-dessus.
  • 31 Alain Lottin, Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979.
  • 32 Catherine Denys, « L’occupation hollandaise à Lille de 1708 à 1713 », Markus Meumann/Jörg Rogge (d (...)

14En second lieu, ces guerres ont provoqué longtemps une grande indécision des frontières. Il faut attendre les traités des limites de 1779 pour qu’une frontière linéaire soit fixée entre la France, les Pays-Bas autrichiens et la principauté de Liège. Au XVIIe siècle, la frontière renvoie moins à une limite étroite entre deux pays qu’à une zone de frontière, un territoire de guerre où les points d’appui sont les villes et places fortifiées29. Entre les Pays-Bas autrichiens et les Provinces-Unies, la souveraineté sur la Flandre des États ou le Limbourg est restée longtemps indécise, de même pour les environs d’Ypres ou de Tournai, conquis puis rétrocédés par la France. Dans ces conditions, non seulement les notions de nationalité sont tout à fait vagues, mais l’attachement à un souverain plutôt qu’un autre, donc la prise de position en faveur d’une armée ou d’une autre n’a pas grande importance. Il n’est pas rare d’avoir des propriétés et de la famille de part et d’autre de la nouvelle frontière. Les nobles mêmes qui commandent les armées qui se battent dans la région ont souvent des terres des deux côtés et des parents dans les deux camps30. Il n’y a donc pas, dans cette région, d’animosité particulière entre civils et soldats pour des raisons d’antagonismes nationaux, à la différence de ce que l’on peut déjà constater au XVIIe siècle entre Français et Allemands ou entre Français et Anglais. Les habitants de la Flandre ou du Hainaut ne se sentent pas non plus directement concernés par la rivalité entre la France et l’Espagne, même s’ils en sont les premières victimes. Lorsque Louis XIV conserve Lille au traité d’Aix-la-Chapelle de 1668, les Lillois n’apprécient guère de « rester au roi de France31 », dont on craint les impôts, mais personne ne pense à résister au nom du roi d’Espagne. De même, lorsque la ville de Lille est conquise et administrée, de 1708 à 1712, par les États généraux des Provinces-Unies, cela ne pose pas de problème majeur32. Absence de sentiment national et d’antagonismes nationaux, passage fluide d’une souveraineté à une autre, indécision des frontières à court terme constituent autant de facteurs favorisant la conduite raisonnée de la guerre.

  • 33 L’épisode est évoqué dans toutes les histoires de Valenciennes. On a suivi ici Henri Lancelin, His (...)
  • 34 Gabriel Audisio (dir.), Prendre une ville au XVIe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Unive (...)

15Le poids des villes dans l’espace des anciens Pays-Bas contribue en troisième lieu à la modération des violences de guerre. En temps de guerre, les débordements des soldats sont beaucoup plus faciles à maîtriser en ville que dans le plat pays. À partir du XVIIe siècle, le pillage ou, pire, le sac d’une ville forte devient un événement rare. En ville, les troupes sont regroupées dans un espace restreint, fermé et gardé. Les auteurs de vols ou de violences y sont plus facilement retrouvés, dénoncés par les habitants à leurs officiers. Les civils y sont aussi mieux organisés, leurs dirigeants ont plus de poids face aux chefs militaires. Ils peuvent plus aisément trouver des protecteurs et se plaindre aux souverains. La ville peut même profiter de la guerre parce qu’elle fournit les denrées nécessaires aux soldats, et parce que c’est le lieu où les soldats viennent vendre les produits dérobés dans la campagne, puis dépenser l’argent ainsi gagné. D’autre part, l’art de la guerre de siège s’est tellement perfectionné au XVIIe siècle que l’on peut prévoir combien de jours une place assiégée tiendra. Cela laisse le temps aux autorités civiles de négocier la reddition de la ville, souvent indépendamment de la reddition militaire. Le système des capitulations atteint au XVIIe siècle aux Pays-Bas une sorte d’apogée. Le cérémonial en est parfaitement réglé. Il se révèle très efficace pour neutraliser la violence de guerre, en astreignant les vainqueurs à respecter la plupart des demandes des civils. Même les capitulations militaires sont empreintes d’humanité, en permettant la plupart du temps aux soldats vaincus de quitter la place par une porte tandis que les vainqueurs entrent par une autre, et en autorisant les blessés à rester en ville pour recevoir des soins. De ce fait, les régions très urbanisées des Pays-Bas méridionaux bénéficient de cette forme de guerre bien réglementée qu’est la guerre de sièges. Le célèbre tableau de Velázquez célébrant la reddition de Breda à l’Espagne en 1624, au-delà de son aspect propagandiste, traduit la réalité de la capitulation honorable, où le vainqueur ne cherche pas à écraser le vaincu. Les tableaux des conquêtes de Louis XIV par Van der Meulen reflètent également cette guerre bien ordonnée, où la violence est maîtrisée, réduite aux opérations militaires nécessaires. Ce programme iconographique ne relève pas seulement d’une propagande qui efface les horreurs de la guerre. Louis XIV n’aurait pu faire représenter et chanter ses louanges de conquérant magnanime s’il avait mis à sac les villes des Pays-Bas. Le roi cherchait non seulement à établir sa gloire, mais aussi à se faire accepter comme nouveau souverain dans des pays très attachés aux Habsbourg. La prise de Valenciennes en 1677 en est un signe fort33. La ville est investie à la fin du mois de février, sous les ordres de Vauban et, à partir du 4 mars, sous les yeux de Louis XIV en personne. La tranchée est ouverte le 7 mars, le bombardement commence le 12 mars. Le 16 mars, la troisième parallèle est achevée, les troupes françaises sont au pied du rempart de l’ouvrage attaqué, un grand ouvrage à cornes avancé, séparé de la porte d’Anzin par un pont sur l’Escaut. Le 17 mars, une poignée de grenadiers et de mousquetaires franchissent le rempart, renversent les défenseurs et entrent en ville, en quelques heures, à la surprise générale. Dans les rues, les bourgeois et les soldats espagnols tentent de refouler les soldats français, mais sans succès, et le commandant espagnol capitule rapidement. Aussitôt, les bourgeois envoient une délégation avec des otages au camp du roi pour qu’il leur épargne le pillage. D’après son historiographe Pellisson, Louis xiv les reçoit avec hauteur, leur faisant observer que puisque la ville est prise d’assaut, sans capitulation, leur protection dépend de sa bonne volonté. Néanmoins le roi interdit le pillage, garantit la sécurité des personnes et des biens, et accepte l’essentiel des 20 articles de la capitulation présentée le 20 mars, qui maintient les privilèges de Valenciennes. Ainsi, alors que les lois de la guerre lui donnaient tout droit de laisser ses soldats piller la ville34, Louis XIV agit comme si celle-ci avait obtenu une capitulation avant la fin des combats. Il accorde même la mise en liberté des bourgeois faits prisonniers pendant le siège. Même en cas de situation désespérée, comme pendant les années tragiques de la guerre de Succession d’Espagne, en 1709-1710, les villes ont échappé au pillage dont les menaçaient les soldats affamés, qui n’étaient plus payés, en organisant l’avance des soldes par les plus riches habitants.

  • 35 H. Van Houtte, op. cit., t. 1, chapitre 4 : « le pays de contributions ». Voir aussi le t. 2 pour (...)
  • 36 John A. Lynn, « How War Fed War, the Tax of Violence and Contributions during the Grand Siècle », (...)
  • 37 La durée de la guerre et les arrangements locaux puis provinciaux sont également mis en avant comm (...)

16Si, dans les anciens Pays-Bas, les villes facilitent la régulation de la guerre, les représentants de l’État en province y contribuent aussi en l’organisant à plus vaste échelle. Dans la négociation des sauvegardes qui couvrent au XVIIIe siècle des provinces entières, la régulation de la violence dépasse désormais, sans toutefois les supprimer totalement, les arrangements locaux avec les gouverneurs et chefs d’armée. Pendant la guerre de Succession d’Espagne, les intendants du roi de France rencontrent les délégués des États généraux des Provinces-Unies pour s’entendre avec eux sur l’étendue des territoires couverts par les sauvegardes en signant des conventions générales35. Les états provinciaux, encore puissants aux Pays-Bas, jouent également un rôle considérable dans l’organisation des contributions et des sauvegardes et ce, d’autant plus que les conflits deviennent de plus en plus longs et difficiles, dans les années 1690-1713, au point de dépasser les capacités administratives et financières de l’État français, comme l’a montré John Lynn36. Là encore, le maintien des états provinciaux dans les Pays-Bas méridionaux, du côté français comme du côté espagnol, puis autrichien, de même que la structure fédérale du pouvoir dans les Provinces-Unies, favorisent ces arrangements régionaux, qui seraient plus difficiles à organiser d’une manière plus globale. Les états provinciaux veillent à ce que les ponctions de l’armée ne dépassent pas les capacités de paiement des populations rurales. À partir du moment où l’État n’est plus capable de financer la guerre, et quand celle-ci s’éternise, les militaires eux-mêmes n’ont pas intérêt à détruire complètement les capacités de production des campagnes, puisque leur subsistance future en dépend. Les structures économiques du temps ne permettent pas à une armée de vivre hors des ressources du pays où elle se trouve, en complète autonomie, comme le font les armées contemporaines. Les subsistances doivent se trouver sur place, ou pouvoir arriver sans trop de difficulté, d’où l’importance également de maintenir le commerce en temps de guerre37.

17Enfin, la géopolitique européenne de l’époque moderne a fait des Pays-Bas méridionaux un état-tampon, dont la survie dépend de l’accord des grandes puissances voisines : Provinces-Unies, Angleterre, Empire, France ; tout comme la Belgique ne pourra exister plus tard que dans la neutralité. Déjà au traité d’Utrecht de 1713, les Pays-Bas sont confiés au souverain autrichien mais dissociés de ses intérêts patrimoniaux, ce qui leur permet d’échapper à la guerre de Succession de Pologne. Et Louis XV ne garde rien de sa conquête pourtant totale des Pays-Bas lors de la paix de 1748, de manière à ne pas perturber l’équilibre européen. Par rapport au destin de champ de bataille permanent de l’Europe qui était celui de cet espace aux XVIe et XVIIe siècles, le destin d’État-tampon, s’il est peu glorieux, permet néanmoins, cette fois à l’échelle diplomatique des États, de limiter la guerre dans ce pays.

18Notre perception de la violence de guerre, tout comme notre attention aux phénomènes de régulation de cette violence, sont inséparables de notre propre expérience de la guerre. L’histoire contemporaine de l’Europe, épicentre des deux plus grands conflits mondiaux, a marqué notre perception de la guerre, même lorsque celle-ci s’est déroulée à trois ou quatre siècles de nous. Le décalage avec les historiens ayant vécu et travaillé au XIXe siècle est patent. Déjà Hubert Van Houtte, qui écrit pendant l’entre-deux-guerres, à la suite d’une dure occupation de la Belgique par les troupes allemandes, consacre une bonne partie de son livre à réfuter les images traditionnelles de désolation associées aux guerres d’Ancien Régime dans les travaux antérieurs. Il minimise systématiquement les dégâts causés par les armées dans les Pays-Bas aux XVIIe et XVIIIe siècles en confrontant les légendes aux chiffres précis des évaluations des dommages. Consciemment ou non, Van Houtte veut éviter l’amalgame entre les guerres du passé et les guerres contemporaines, en mettant en valeur les modes de régulation originaux de la guerre à l’époque moderne.

  • 38 Philippe Bragard/Jean-François Chanet/Catherine Denys/Philippe Guignet (dir.), L’armée et la ville (...)
  • 39 Olivier Chaline, La bataille de la Montagne blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerri (...)
  • 40 Hervé Drévillon, Batailles. Scènes de guerre de la Table Ronde aux Tranchées, Paris, Seuil, 2007.
  • 41 Jean-Yves Guiomar, L’invention de la guerre totale, xviiie-xxe siècles, Paris, Éditions du Félin, (...)

19De la même manière, ce colloque, et plus généralement le renouveau de l’histoire militaire depuis une trentaine d’années, tendent très nettement, pour la période moderne en tout cas, à réévaluer le poids de l’armée dans la société ou dans l’État d’Ancien Régime et, à la fois, à relativiser les dégâts liés aux guerres ou la violence des armées. Le colloque de Lille sur l’armée et la ville38 était déjà en cela révélateur, par la tonalité plutôt positive de la plupart des communications sur l’apport de l’armée à la ville. Même l’étude des batailles ne met plus l’accent sur les dévastations qu’elles infligent aux civils, mais donne lieu, comme les beaux ouvrages d’Olivier Chaline39 ou d’Hervé Drévillon 40 le montrent, à de grandes reconstitutions symboliques. À l’inverse de l’histoire contemporaine, où les deux guerres mondiales alimentent une production historique sans cesse plus accablante, les historiens de l’époque moderne tendent, de nos jours, à présenter de la guerre d’Ancien Régime une image moins violente ; cette période est devenue celle de la « guerre réglée », avant les affrontements révolutionnaires qui inaugurent les temps nouveaux de la « guerre totale41 ». Si les bornes chronologiques de l’époque moderne traditionnelle ne délimitent pas nécessairement, et certainement pas partout en Europe, l’espace-temps de la « guerre réglée », il apparaît néanmoins que c’est bien aux XVIIe et XVIIIe siècles que se sont élaborées et perfectionnées des techniques de limitation de la violence de guerre, chez les combattants comme dans les rapports entre soldats et civils. Et durant ces deux siècles, l’espace des anciens Pays-Bas, durement confronté au problème, fait figure de laboratoire de ces techniques. Bien plus que la recherche, toujours un peu vaine étant donné l’incertitude des témoignages et la complexité des phénomènes en cause, d’un état numérique (nombre de victimes directes ou indirectes, coût des dévastations) de la diminution des violences de guerres, la recherche d’une explication de cette diminution est susceptible de porter des fruits ; explication qui relève sans doute d’une analyse des circonstances régionales et locales, ainsi que d’une évaluation des modes de régulation et de la place de la violence générale dans les relations sociales ordinaires du temps.

Notes

1 Le classique du genre reste l’ouvrage de John Keegan, Histoire de la guerre, traduction française et dernière édition, 5 t., Paris, L’esprit frappeur, 2000.

2 Pour la France, voir, entre autres, Catherine Denys, « Die Renaissance der Militärgeschichte der frühen Neuzeit in Frankreich. Eine historiographische Bilanz der Jahre 1945-2005 », Militär und Gesellschaft in der Frühen Neuzeit, 11, 2007, p. 7-23. Cf. André Corvisier, « L’étude de la guerre entre la sociologie et l’histoire », Revue historique, 257, 1977, p. 361-364 ; Jean Chagniot, « L’histoire militaire de l’époque moderne (XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles) », Revue internationale d’histoire militaire, no 61, 1985, p. 65-86 ; Joël Cornette, « La révolution militaire et l’État moderne », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 41, 1994, p. 696-709 ; Jean Bérenger (dir.), La Révolution militaire en Europe (XVe-XVIIIe siècles). Actes du colloque organisé le 4 avril 1997 à Saint-Cyr Coëtquidan, Paris, Economica, 1998.

3 Par exemple, les cas de populations civiles ou combattantes brûlées vives dans un lieu fermé par des soldats, cas qui se produisent en diverses guerres (les prisonniers français d’Azincourt, les habitants du village de Swammerdam lors de l’invasion française de la Hollande en 1672, parmi d’autres) ne peuvent plus s’étudier dans la France d’après 1945 sans que le souvenir d’Oradour-sur-Glane ne soit présent à la conscience de l’historien.

4 Pour simplifier grossièrement, cet espace correspond actuellement à la Belgique, au Luxembourg, ainsi qu’aux départements du Nord et du Pas-de-Calais. Sous souveraineté espagnole au XVIIe siècle, ces provinces sont passées soit sous souveraineté française par les conquêtes de Louis XIV, soit sous souveraineté autrichienne après la paix d’Utrecht de 1713. Cf. Catherine Denys/Isabelle Paresys, Les anciens Pays-Bas à l’époque moderne (1404-1815). Belgique, France du Nord, Pays-bas, Paris, Ellipses, 2007.

5 Robert Muchembled, Société et mentalités dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Colin, 1990, p. 67. Plus généralement, id., La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Turnhout, Brepols, 1989.

6 AM Roubaix, EE 23-27, 15 mai 1706. À cette date, pendant la guerre de Succession d’Espagne, les armées alliées de l’Angleterre, des Provinces-Unies et de l’Empire ont envahi le Nord du royaume de France.

7 Ainsi dans les Mémoires de Monsieur de la Colonie, édités par Anne-Marie Cocula, Paris, Mercure de France, 1992, p. 288-290, l’auteur, un officier français au service de l’électeur de Bavière, minimise les incendies dans les campagnes autour de Munich en 1704 : « Cependant, quel bruit que cet incendie ait pu faire dans l’Europe, il n’y avoit néanmoins que les craintes et l’effroi qui ont donné lieu à faire croire dans le monde que presque toutes les campagnes de Bavière avoient été mises à feu. Je ne dis pas qu’il n’y ait eu quelques maisons brûlées mais les généraux des ennemis n’y avoient nulle part ni d’autres desseins prémédités par des voies supérieures ; ce fut l’ouvrage des maraudeurs de l’armée qui, fâchés de trouver les maisons des paysans abandonnées et sans effets, mirent de fureur le feu à quelques unes : mais c’est l’ordinaire des peuples saisis de frayeur de porter avec eux beaucoup d’épouvante sans avoir reçu de grands maux. [...] J’allai donc parcourir avec précaution plusieurs de ces villages, qu’on avoit dit être réduits en cendres, où je trouvai à la vérité quelques maisons brûlées, mais le dommage étoit bien peu de chose en comparaison du bruit que cela faisoit dans le pays. »

8 Même en ce cas emblématique, Jean-Philippe Cénat fait observer l’écart entre les ordres donnés et la réalité des destructions : dans une lettre à Louvois, du 4 mars 1689, le maréchal de Tessé affirme avoir brûlé 432 maisons à Heidelberg, tandis que treize jours plus tard, l’intendant Lagrange ne trouve que 30 à 35 maisons détruites, les bourgeois de Heidelberg étant parvenus assez rapidement à éteindre les incendies déclenchés par les troupes françaises. Voir Jean-Philippe Cénat, « Le ravage du Palatinat : politique de destruction, stratégie de cabinet et propagande au début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg », Revue historique, 307, 2005, p. 97-132, p. 116 pour l’épisode.

9 Carole Coëffier, La criminalité et sa répression dans la Gouvernance de Lille de 1698 à 1730 : les ruraux et la violence, mémoire de maîtrise sous la direction de René Grevet, université de Lille 3, 2002, p. 50-53. L’auteur observe que les menaces sous forme de sommations sont plus fréquentes que les mises à exécution. Thérèse Blanpain-Varlez/Monique Bourbon-Young, Recherches sur la délinquance en Flandres, 1714 à 1750, mémoire de maîtrise sous la direction de Pierre Deyon, université de Lille 3, 1971, p. 108-112, donne des exemples d’interrogatoires de « sommeurs ». Voir aussi une brève mention dans Anne-Marie Rammaert-Deleurence, La délinquance en Flandres au XVIIIe siècle (1759-1789), mémoire de maîtrise sous la direction de Pierre Deyon, Université de Lille 3, 1971, p. 42.

10 André Delcourt, La vengeance de la commune : l’arsin et l’abattis de maison en Flandre et en Hainaut, Lille, Raoust, 1930.

11 François Debouvry, Étude juridique sur le mauvais gré, thèse de droit, Lille, 1899 ; André Abbiateci, « Les incendiaires dans la France du XVIIIe siècle. Essai de typologie criminelle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 25, 1970, p. 229-248, précisément sur le mauvais gré, p. 245-247.

12 Aurore Braconnier, Les incendies volontaires dans les campagnes et les bourgs du département du Nord sous le Consulat et l’Empire, mémoire inédit de master 1 sous la direction de Jean-Pierre Jessenne, Université de Lille 3, 2005.

13 Le phénomène reste très présent au XIXe siècle, comme le montre Jean-Claude Caron, qui note encore les « épidémies incendiaires » dans les campagnes du Nord de la France en 1822 et 1830. Voir Les feux de la discorde. Conflits et incendies dans la France du XIXe siècle, Paris, Hachette, 2006.

14 Hubert Van Houtte, Les occupations militaires étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, 3 t., Gand, Van Rysselberghe & Rombaut/Paris, É. Champion, 1930.

15 Ibid., t. 1, p. 85.

16 Jean-Pierre Rorive, Les misères de la guerre sous le Roi-Soleil, Liège, Éditions de l’Université de Liège, 2000, p. 350 et p. 352, reproduction de la sauvegarde accordée par le duc de Villahermosa aux religieuses de la Paix-Dieu, le 5 décembre 1677.

17 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, [...], 3 t., La Haye/Rotterdam, Leers, 1690 : « Sauvegarde : Protection que le Roy, ou la Justice donne à ceux qui implorent leur assistance contre l’oppression des plus puissants. Quand un plaideur est menacé, on luy donne une sentence qui le met en la protection & en la sauvegarde du Roy, & de la Justice, & de sa partie adverse, c’est-à-dire, que s’il luy est fait quelque violence, on l’impute à cette partie. »

18 H. Van Houtte, op. cit., t. 1, p. 8, n. 1.

19 Norbert Elias, Über den Prozess der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, 2 t., Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1997, coll. « Gesammelte Schriften/Norbert Elias 3 ».

20 André Abbiateci et al., Crimes et criminalité en France sous l’Ancien Régime, 17e-18e siècles, Paris, A. Colin, 1971, coll. « Cahiers des Annales 33 ».

21 Benoît Garnot, Le peuple au siècle des Lumières : échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1990. Cf. Id., « Une illusion historiographique : justice et criminalité au XVIIIe siècle », Revue historique, 281, 1989, p. 361-379.

22 Pieter Spierenburg, « Violence and the Civilizing Process : Does it Work ? », Crime, Histoire & Sociétés/Crime, History & Societies, 5, 2001, p. 87-105.

23 Jean Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001.

24 La politesse des formes adoucit parfois la brutalité du propos, non sans un certain cynisme, comme le fait remarquer J.-P. Rorive, op. cit., p. 336-337.

25 Dans les Mémoires de Monsieur de la Colonie, op. cit., p. 487, est évoquée la suspension de combats au cours du siège de Fribourg-en-Brisgau, en 1713 : « On fit trêve le lendemain depuis les neuf heures du matin jusqu’à une heure après midi pour retirer les morts de part et d’autre, il sortit un certain nombre de soldats de la garnison sans armes, pour venir enlever tous leurs morts qui avoient demeuré dans le chemin couvert, afin de les enterrer. Nous fîmes enterrer pareillement les nôtres, et pendant ce temps de calme il sortit plusieurs officiers de la garnison pour causer avec nous et chercher des parents et des amis qu’ils avoient dans notre armée. J’étois de tranchée ce jour-là, et je vis deux frères de considération qui sont les Messieurs de Tresigny, des Pays-Bas, dont l’un étoit capitaine dans la garnison, et l’autre capitaine dans nos troupes bavaroises ; ils demeurèrent avec moi jusqu’au moment qu’on fit rappeler par les tambours, afin que chacun se retirât dans son parti, où alors il n’y eut plus de connoissance ni de fraternité. » Les batailles très meurtrières, comme celle de Malplaquet en 1709, sont également suivies de trêves pour enterrer les morts.

26 Jean-Pierre Rorive s’inscrit en faux contre cette idée communément admise par les historiens, mais il reconnaît lui-même que la ville de Huy et sa région ont probablement souffert plus que les autres régions des Pays-Bas dans les conflits du XVIIe siècle, op. cit., p. 362-369.

27 Henri Platelle (dir.), Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1997 (1re édition : 1965), p. 141-142.

28 Mémoires de Monsieur de la Colonie, op. cit, p. 253. M. de la Colonie note aussi qu’exaspérés par ces pillages massifs, les paysans souabes se décident à se défendre ; réfugiés dans un château, ils tuent 24 grenadiers qui essaient d’en forcer la porte.

29 Daniel Nordman, Frontières de France : de l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998. Sur l’espace considéré, Sébastien Dubois, Les bornes immuables de l’État : la rationalisation du tracé des frontières au siècle des lumières (France, Pays-Bas autrichiens et principauté de Liège), Heule, UGA, 1999.

30 Cf. les frères de Tresigny cités ci-dessus.

31 Alain Lottin, Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979.

32 Catherine Denys, « L’occupation hollandaise à Lille de 1708 à 1713 », Markus Meumann/Jörg Rogge (dir.), Die besetzte res publica, Zum Verhältnis von ziviler Obrigkeit und militärischer Herrschaft in besetzten Gebieten vom Spätmittelalter bis zum 18. Jahrhundert, Berlin, Lit-Verlag, 2006, coll. « Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit 3 », p. 315-336.

33 L’épisode est évoqué dans toutes les histoires de Valenciennes. On a suivi ici Henri Lancelin, Histoire de Valenciennes depuis ses origines, Valenciennes, Giard, 1933, p. 206-212, qui s’inspire lui-même de Paul Pellisson-Fontanier, Lettres historiques, 3 t., Paris, Chez François Didot, 1729.

34 Gabriel Audisio (dir.), Prendre une ville au XVIe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004.

35 H. Van Houtte, op. cit., t. 1, chapitre 4 : « le pays de contributions ». Voir aussi le t. 2 pour l’évaluation des frais de la guerre, sauvegardes et contributions.

36 John A. Lynn, « How War Fed War, the Tax of Violence and Contributions during the Grand Siècle », Journal of Modern History, 65, 1993, p. 286-310.

37 La durée de la guerre et les arrangements locaux puis provinciaux sont également mis en avant comme facteurs explicatifs des « trêves de labourage » étudiées pour une tout autre région un siècle auparavant, par Pierre-Jean Souriac, « Éloigner le soldat du civil en temps de guerre. Les expériences de trêve en Midi toulousain dans les dernières années des guerres de Religion », Revue historique, 306, 2004, p. 787-818.

38 Philippe Bragard/Jean-François Chanet/Catherine Denys/Philippe Guignet (dir.), L’armée et la ville dans l’Europe du Nord et du Nord-Ouest, du XVe siècle à nos jours, Louvain, Presses universitaires de Louvain et Academia Bruylant, 2006.

39 Olivier Chaline, La bataille de la Montagne blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerriers, Paris, Éditions Noesis, 1999.

40 Hervé Drévillon, Batailles. Scènes de guerre de la Table Ronde aux Tranchées, Paris, Seuil, 2007.

41 Jean-Yves Guiomar, L’invention de la guerre totale, xviiie-xxe siècles, Paris, Éditions du Félin, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search