Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

La guerre, les princes et les paysans : les pratiques de neutralisation et de sauvegarde dans les Pays-Bas et le Nord du royaume de France vers la fin du XVIe siècle1

José Javier Ruiz Ibáñez

Texte intégral

  • 1 Ce travail relève du projet de recherche intitulé « “Par le ministère de la saincteté du pape & du (...)

1L’image contemporaine de la guerre totale est loin d’être valable pour les premiers temps modernes. La guerre, au XVIe siècle, ne se réduisait certes pas uniquement aux grandes armées royales, aux batailles et aux sièges. Mais les contraintes financières des rois limitaient cette « grande guerre » à des espaces très localisés. Sur le reste des frontières entre les grandes puissances se pratiquait une sorte de « petite guerre » peu professionnalisée qui échappait au contrôle des gouvernements centraux. Cette « guerre guerroyante » pouvait devenir très destructrice, mais, en parallèle, le caractère local et régional du conflit invitait à toutes sortes d’accommodements entre les ennemis pour essayer de minimiser les effets de la guerre, sinon d’en profiter. De la même manière, l’administration centrale pouvait chercher à concentrer la guerre dans les espaces où elle disposait des effectifs suffisants pour la faire. L’étude des guerres de Religion (tant au Nord de la France qu’au Sud des Pays-Bas) permet de rechercher les causes et les mécanismes de production et de contrôle des « neutralités » (comme on disait alors, pour ce que l’on appellerait aujourd’hui des « neutralisations ») et des sauvegardes qui découlaient de ces pratiques, tant de la part des autorités royales que des communautés locales. L’atomisation effective du pouvoir et la présence plus ou moins continuelle des armées professionnelles donnaient lieu en effet à des formes de neutralisation, tant territoriales que personnelles, relevant de la casuistique, et fondées sur des traditions de négociation venues de la confrontation franco-bourguignonne.

  • 2 Roger Rodière, « Les grandes guerres : 1384-1659 », Abbé Jean Lestocquoy (dir.), Histoire des terr (...)
  • 3 Monique Weiss, Les Pays-Bas espagnols et les états du Saint Empire (1559-1597). Priorités et enjeu (...)
  • 4 Fernand Lennel, Histoire de Calais. Calais sous la domination anglaise, 2 t., Calais, Peumery, 191 (...)
  • 5 Adolphe Hocquet, Tournai et l’occupation anglaise. Contribution à l’étude du XVIe siècle, Tournai, (...)
  • 6 David Potter, Un homme de guerre au temps de la Renaissance : La vie et les lettres d’Oudart du Bi (...)
  • 7 Sur l’évolution politique de la noblesse durant les troubles de Religion dans le Nord de la France (...)

2Au XVIe siècle, la guerre, malgré sa discontinuité, fut un événement structurant la frontière, entre les espaces qui étaient contrôlés par les Habsbourg et ceux qui l’étaient par le roi de France. Cette longue guerre (prolongée ensuite jusqu’à la guerre de Succession d’Espagne) apporta de notables nouveautés, par rapport à l’instabilité plus ou moins chronique des domaines du Nord du royaume de France, caractéristique des derniers siècles du Moyen Age2. La confrontation se développa entre deux territoires de plus en plus homogènes, sous la souveraineté de deux princes qui firent (surtout après 1540 et, définitivement, après 1552) de la frontière le principal front où s’opposaient leurs volontés de prépondérance. L’équilibre relatif des forces entre les deux couronnes et leurs alliées se traduisit par une stabilité territoriale notable, qui rendit cette frontière commune beaucoup plus linéaire. La simplification de la géopolitique régionale s’accéléra par l’affirmation de l’autorité des rois. Il y eut une relative uniformisation juridictionnelle, quoique toujours partielle. Il faut noter aussi que l’exclusion partielle des autres pouvoirs européens marqua la politique locale, avec la dramatique réduction du rôle politique de l’Empire aux Pays-Bas3, et la fin de la domination anglaise sur le continent après la conquête du Pale de Calais en 15574 (malgré les ambitions d’Henri VIII sur Tournai5 ou Boulogne-sur-Mer6). Enfin, il ne faut pas oublier la concentration des ressources des rois qui s’est opérée sur la frontière, avec la modernisation des systèmes défensifs (notamment, mais pas uniquement, des villes) et la présence des armées professionnelles. Un cadre général dans lequel la capacité de redistribution, mais aussi de coercition, des souverains s’élargit notablement. Comme résultat, la noblesse seconde, tant de Picardie que de Champagne, d’Artois ou de Hainaut, renforça ses liens avec son roi7.

Carte des incursions de la cavalerie espagnole à partir des villes occupées en France (1595-1598) : les traits épais désignent les territoires sous sauvegarde, les traits fins les territoires soumis aux incursions et razzias (Robert Descimon/José Javier Ruiz Ibáñez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 115)

  • 8 Bertrand Haan, Les relations diplomatiques entre Charles Quint, Philippe ii et la France au temps (...)

3La focalisation de l’intérêt des gouvernements sur cette frontière entraîna une surreprésentation de leurs administrations dans la région. Les neutralités et les sauvegardes (tant de villes que de bateaux) devinrent parfois de vraies affaires d’État. De fait, la nécessité de délimiter des espaces pour y mener des négociations (très fréquentes pour obtenir une paix ou une trêve) entraîna une neutralisation exogène de certains lieux. Ces territoires de paix ou de pacification, selon le terme de Bertrand Haan, s’établirent dans le cadre des juridictions qui étaient neutres d’avance (les comtés de Saint-Pol ou du Cambrésis)8.

  • 9 Peut-être à cause de l’influence du livre classique de Geoffrey Parker, El ejército de Flandes y e (...)
  • 10 José Javier Ruiz Ibáñez, « Vivir en el campo de Marte. Población e identidad en la frontera entre (...)
  • 11 Sur le développement des systèmes de sauvegarde aux Pays-Bas, voir G. Parker, op. cit., p. 209-211
  • 12 L. Bourquin, op. cit., p. 123 ; M. W. Konnert, op. cit., p. 228-230.

4Contrairement à une idée relativement répandue, trop disposée à voir la guerre au XVIe siècle (et aux Pays-Bas) comme se jouant dans un espace militaire moderne9, les opérations militaires de cette époque étaient caractérisées par un niveau important de privatisation de la violence et de la coercition10. Comme si elles étaient des corsaires, les armées professionnelles se maintinrent grâce à l’exploitation systématique des populations locales, à travers des négociations, parfois très formalisées, de sauvegardes et de neutralités11. Bien que ces accords aient été établis sous l’autorité des agents des princes, ils répondaient à des traditions et à des besoins locaux. La dramatique perte de contrôle sur le territoire de la part du roi de France pendant les années 1560 et, surtout, entre 1570 et 1590, redonna une énorme ampleur aux phénomènes de la guerre semi-privatisée et au brigandage12.

  • 13 José Javier Ruiz Ibáñez, Esperanzas y fracasos de la política de Felipe II en Francia (1595-1598). (...)
  • 14 Olivia Carpi, Une république imaginaire. Amiens pendant les troubles de religion (1559-1597), Pari (...)
  • 15 Édouard Henry, Intervention de Charles III duc de Lorraine dans les affaires de la Ligue en Champa (...)
  • 16 Un territoire où la clientèle des « méridionales » du duc d’Épernon avait une influence notable, m (...)

5La phase finale du désordre politique et militaire du XVIe siècle, comprenant l’intervention espagnole dans la guerre de la Ligue et la guerre franco-espagnole de 1595-159813 permet d’étudier de près l’interaction qui eut lieu entre la grande politique des rois (l’échec de l’appui espagnol à la Ligue et le rétablissement du contrôle du roi de France sur la Picardie14, la Champagne15 et le Pays Reconquis16 malgré l’opposition de la noblesse et de quelques villes) et les réalités endogènes de la guerre guerroyante de la noblesse française, des vrijbruters, des brigands, des mutins de toute sorte, et des troupes royales françaises et espagnoles. Dans le cadre de ce désordre militaire en effet, la société locale a cherché à produire des formes d’accommodement à la guerre et à l’occupation.

La signification des neutralités

  • 17 Neutral : el que no se declara por ninguna de las partes, Salvoconducto : latine fides publica la (...)

6Des décisions telles que les neutralisations, les cessations d’armes, les sauvegardes ou les pacifications avaient des implications juridiques et pratiques qui exigeaient la reconnaissance de droits formels par les diverses parties concernées17. Or, définir qui devait reconnaître la validité de ces accords ou concessions fut toujours un problème. Il y eut également toujours une certaine confusion entre les divers mots ; si bien que, si les définitions avaient une signification relativement précise pour les juristes, au quotidien en revanche, les opérations militaires se déroulaient dans le cadre de l’adaptation continuelle et de l’ambivalence conceptuelle.

  • 18 Paul Delsalle/André Ferrer (dir.), Les enclaves territoriales aux Temps Modernes (XVIe-XVIIe siècl (...)

7Pour ce qui concerne les neutralités, celles-ci s’appliquaient en général à un ensemble comprenant un territoire et ses habitants, ces derniers n’étant pas partie prenante dans les opérations militaires actives, ni comme agresseurs, ni comme victimes. Il y a de cela assez d’exemples dans les pratiques du droit des gens (et du droit féodal). L’abondance des discontinuités juridictionnelles dans le monde féodal européen développa une pratique très complexe qui forma un héritage commun concernant la non-intervention18.

  • 19 BNF, Cinq Cents de Colbert 32, fol. 119 ; Henri Lonchay, De l’attitude des souverains des Pays-Bas (...)
  • 20 La reconnaissance de son statut neutre n’a pas épargné à la ville des saccages de la part des sold (...)
  • 21 AGR, Audience 1842-2q, non numéroté, le Conseil d’Etat à l’archiduc Albert d’Autriche, Bruxelles, (...)
  • 22 Voir dans le présent volume la contribution de Christian Windler à propos de la neutralité des deu (...)
  • 23 François Pernot, « 1595 : Henri IV veut couper le “camino español” en Franche-Comté », Revue Histo (...)
  • 24 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 119.
  • 25 AGS, Estado 1280 no 2, le connétable de Castille à Philippe II, Milan, le 2 janvier 1596 ; no 82, (...)

8Cette neutralisation pouvait toucher des territoires et seigneuries qui ne faisaient pas partie du patrimoine des princes en guerre, mais aussi, par décision des souverains, quelques domaines du ressort royal, lesdits souverains étant assez peu enclins à une extension générale des conflits. Dans ces cas, il fallait un accord positif de neutralisation (une sorte de trêve continuelle qu’il fallait renouveler de temps en temps), qui protégeait la seigneurie des malheurs de la guerre. Bien sûr, les neutralités étaient aussi l’expression du statu quo militaire, de la crédibilité internationale des gouvernements et de l’évolution des événements. Les neutralités pouvaient être violées pour des raisons purement tactiques. La prise de Huy (dans le pays de Liège) par les Provinces-Unies en est un exemple19. D’une manière plus générale, la neutralisation formelle n’épargnait pas les territoires des violences de la guerre guerroyante menée par des troupes plus ou moins incontrôlées, violences que, par une logique financière et militaire, les commandements militaires toléraient, malgré les doléances continuelles, par exemple, de la ville de Sedan20 ou du duc de Lorraine21. La grande guerre pouvait aussi en découler, comme lors de la violation réciproque de la neutralité des deux Bourgognes en 159522. Pour le gouvernement de Philippe ii, l’expédition envoyée au secours de la Ligue catholique en Bourgogne en 159523 n’était pas une violation de neutralité, car elle n’était pas comprise comme un acte d’hostilité à l’égard du roi de France, mais comme une aide aux catholiques du royaume24. Une fois que les deux belligérants eurent rétabli la neutralité, les autorités, tant à Madrid qu’à Bruxelles, firent de leur mieux pour la maintenir et, même, évitèrent que quelques nobles ligueurs bourguignons reprissent les armes contre Henri IV25.

  • 26 AGR, Audience 1835-4, non numéroté, ordre d’évacuation du château par le comte de Fuentes, Cambrai (...)
  • 27 Armand Louant, « L’intervention de Clément VII dans le traité de Vervins », Bulletin de l’Institut (...)

9La neutralisation des deux Bourgognes pendant la guerre de 1595-1598 ne fut pas un cas singulier. Lors de la capitulation de la citadelle de Cambrai (octobre 1595), les Espagnols accordèrent l’évacuation du château de Cléry-sur-Somme (près de Saint-Quentin) et sa remise aux mains de ses propriétaires, à la condition de son démantèlement26. La diplomatie pontificale essaya en 1597, bien que sans succès, d’obtenir la neutralisation de la ville d’Amiens, pour faciliter la négociation d’une paix générale entre les deux puissances27.

  • 28 BNF, ms fr 3993, fol. 155, Gaspard de Schomberg au duc de Nevers, le 16 de septembre 1595.
  • 29 AGR, Audience 1844-4a, non numéroté, « Poincts que le chanoine Cambrier depute ordinaire des Estat (...)

10En 1595, l’offensive espagnole dans le Nord de la France avait été si violente que le gouvernement laissé par Henri à Paris en vint à réfléchir à la possibilité de négocier avec les Espagnols la neutralisation des territoires orientaux de la frontière28, du Luxembourg à la Champagne ; mais la proposition ne fut finalement pas faite. Du côté du gouvernement des Pays-Bas et, surtout, des états d’Artois, on chercha à neutraliser, infructueusement, le comté de Saint-Pol pour arrêter les courses des Français dans le plat pays29.

  • 30 Michel Cassan, « La réduction des villes à l’obéissance », Nouvelle Revue du XVIe siècle, 22, 2004 (...)
  • 31 Arthur Erwin Imhof, Der Friede von Vervins, 1598, Aarau, Keller, 1966, p. 13-15 ; AGR, Audience 18 (...)

11Il faut ajouter, au nombre des rapports diplomatiques, les négociations de cessation d’armes localisées. Le discours humanitaire y cachait habituellement un propos politique : il s’agissait de bien évaluer la volonté de guerre de l’ennemi, de se présenter soi-même comme un pacificateur et de dégager le territoire des exactions. On sait l’utilisation politique qui fut faite des trêves pendant la phase finale des guerres de Religion et des processus de soumission à Henri IV30. Dans le même sens, il faut noter les négociations qui eurent lieu, pendant la guerre avec l’Espagne, entre Dominic de Vic et le président Richardot pour obtenir une cessation d’armes dans le Pays Reconquis et le Boulonnais. La proposition française, une trêve de moisson classique, visait tant à arrêter les courses de la cavalerie espagnole, qui saccageait le pays grâce à ses positions dans Calais et Ardres, qu’à vérifier la possibilité d’une paix entre les deux couronnes. Les délégués de l’archiduc Albert refusèrent d’accorder la trêve car ils jugeaient nécessaire, pour le maintien de la cavalerie de l’armée royale, de pouvoir taxer les riches terres sous contrôle français31.

  • 32 Alonso de Vázquez, Los sucesos de Flandes y Francia del tiempo de Alejandro Farnesio, 3 t., Madrid (...)

12Les autorités royales ne furent pas les seules à avoir recours à la neutralisation. Le caractère de guerre civile qu’eurent les conflits dans les deux dernières décennies du XVIe siècle s’est traduit par la remise en cause de l’autorité du roi de France. Les références à des territoires neutralisés pendant les guerres de Religion et particulièrement pendant les guerres de la Ligue sont très abondantes. On trouve, sans trop de peine, des villes plus ou moins grandes et, plus habituellement, des châteaux qui arrivaient à des accords de sûreté avec « ceux de l’autre partie ». Ces accords créaient des espaces plus ou moins francs, qui pouvaient être mis à profit par les belligérants comme lieux de négociation ou marchés de vivres. Les chroniqueurs espagnols confirment le développement de ce type de neutralités tant en Picardie qu’en Champagne dans les premières années de l’intervention espagnole32.

  • 33 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 61.
  • 34 BNF, Cinq Cents de Colbert 32, fol. 68, J. B. de Tassis à l’archiduc Ernest d’Autriche, Charlemont (...)

13Le caractère des neutralités changea à partir du début de l’année 1594. La libération de Paris par Henri IV et la rapide soumission du Nord de la France transformèrent les négociations de neutralités en une affaire de loyauté à l’égard du roi. Les arrangements locaux devenaient, en quelque sorte, une véritable affaire d’État, pendant que l’autonomie et la marge de manœuvre des parties se réduisaient. Désormais, la neutralisation n’était plus seulement une cessation locale des hostilités, mais surtout un signe de l’éloignement de l’autorité supérieure. L’affirmation d’une neutralisation, dans la France de la dernière Ligue, fut d’abord une prise de position dans un conflit qui devenait de plus en plus binaire entre le roi de Navarre et les Espagnols, et leurs alliés respectifs. Les pourparlers menés par les services secrets espagnols et la noblesse militaire ligueuse avaient pour but la proclamation de quelques espaces comme territoires de paix. Un statut résultait des négociations directes entre les nobles locaux concernés et les envoyés du Roi Catholique. Mais les conditions de ces négociations avec les agents du Roi Catholique connurent des fluctuations. Dans quelques cas (surtout dans les petites villes de la frontière nord comme Ham ou La Fère33), les Espagnols privilégièrent la possibilité d’établir des garnisons dans les bourgs fortifiés. En général, toutefois, l’objectif était plus modeste. Lors de ses incursions dans le pays, l’armée des Flandres s’engageait à respecter villes et propriétés, à la condition de la non belligérance des garnisons locales, qui ne devaient pas manifester d’hostilité contre les territoires sous le contrôle du Roi Catholique ou de la Ligue, et ne devaient pas permettre que les armées d’Henri IV utilisassent leurs villes comme base pour les attaquer. Dans le cadre de la décomposition de la Ligue catholique et de la substitution de l’hégémonie politique des royalistes à celle de la Ligue dans le Nord de la France, les Espagnols menèrent simultanément plusieurs négociations de cette nature : par exemple à Rocroi et à Mézières34. Il faut se méfier de l’abondance des pourparlers que l’on rencontre dans les sources. Bien qu’ils aient été pris très au sérieux par les autorités de Bruxelles, qui y voyaient le moyen d’arrêter l’avance d’Henri IV, ils ont surtout été, pour la noblesse, un moyen de renforcer sa position avant de faire sa soumission au roi.

  • 35 Éric Thierry, « La guerre et la paix à Vervins », Jean Jacquart/André Corvisier (dir.), De la guer (...)
  • 36 AGR, Audience 1868-1h non numéroté, acte de neutralité de Guise donné par l’Audience et renouvelé (...)

14La neutralisation de Guise et de son formidable château fort est de ce point de vue très éloquente. L’administration espagnole eut toujours une attitude favorable à l’égard de la famille du Balafré, même après l’assassinat du maréchal de Saint-Pol. De plus, avec Guise et Vervins en situation de non-belligérance, le front oriental de la guerre restait plus en sécurité et le conflit pouvait se réduire à la guerre guerroyante menée par la garnison de La Capelle35. La négociation pour la neutralisation du château de Guise est bien documentée. Elle fut l’œuvre de Jacques de Colas, l’homme fort de La Fère depuis 1593. Une fois accordée, cette neutralisation fut ratifiée par l’archiduc Albert d’Autriche. Elle stipulait entre autres que la garnison du château ne pouvait pas faire preuve d’hostilité contre le territoire sous le contrôle ou la protection du Roi Catholique, et qu’elle ne pouvait non plus porter l’écharpe blanche, un symbole clair de sa soumission à Henri de Navarre. En compensation, les domaines du château devaient être respectés par les Espagnols36.

  • 37 AGR, Audience 1868-1h non numéroté, « neutralité et sauvegarde » à Loyse de Moncassin abbesse de S (...)
  • 38 BNF, ms Lorraine 105, fol. 45, « Memoire des villaiges q[ui] appartiennent a Mons. le duc de Hallv (...)

15Ce que l’on nommait à la fin du XVIe siècle « neutralité » recouvrait en fait diverses significations. On trouve cette ambiguïté dans la concession de « neutralité et sauvegarde » accordée à Loyse de Moncassin, abbesse de Saint-Benoît d’Origny, dans le diocèse de Laon, qui faisait partie militairement du gouvernement de Guise37. Cet accord était plus proche d’une simple exemption charitable de contributions militaires (pour l’établissement religieux, ses domaines et ses dépendances) que d’une vraie neutralité. Les négociations pour la neutralisation des territoires du duché de Halwain (entre Beauvais et Compiègne), menées directement par le duc d’Aumale (gouverneur ligueur de Picardie) au commencement de la guerre franco-espagnole, étaient de la même nature38.

  • 39 « Il y a tres grand clameur en Calaix du populace et sont demandans aux tambourins qui vont et vie (...)
  • 40 AM Saint-Omer, CM 22, no 4, le sieur de Bidossan au « maieur et eschevins » de la ville de Saint-O (...)
  • 41 AM Saint-Omer, CM 22, no 13 et 14, Marc de Rye à la ville de Saint-Omer, Arras et Inchy, les 14 et (...)
  • 42 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 102.
  • 43 Fernand Lennel, « Le siège de Calais par les Espagnols (1596) », Annales de l’Est et du Nord, 1, 1 (...)

16Après 1595, les négociations de neutralités furent en général utilisées de plus en plus comme un moyen visant à affaiblir le parti du roi. Les bourgeoisies du Nord de la France étaient hostiles à une guerre royale contre l’Espagne, pour des raisons tant idéologiques qu’économiques. L’émeute des marchands de Calais, qui demandaient à leur gouverneur, monsieur de Bidossan, de neutraliser la ville, en est un exemple très significatif, quoique peu documenté39. Jusqu’à la déclaration de guerre d’Henri IV à Philippe II, Calais et Ardres avaient profité de privilèges marchands de fait par rapport aux Pays-Bas catholiques, à l’Angleterre et aux Provinces-Unies. Or, la guerre menaçait de faire cesser cette situation avantageuse40. Bien que la ville voisine de Saint-Omer et le gouverneur de Gravelines eussent fait de leur mieux afin d’obtenir que le gouvernement de Bruxelles donnât un délai avant le commencement des hostilités contre le commerce et le territoire du Pays Reconquis41, très tôt les soldats au service du Roi Catholique comprirent le profit qu’ils pouvaient tirer d’un pays relativement peu travaillé par la guerre (en 1595)42. Aussi les avances des autorités artésiennes échouèrent-elles, de même que celles des bourgeois de Calais, et la grande guerre arriva à Calais en 159643.

  • 44 AGR, Audience 1868-2, non numéroté, Roissieu à l’archiduc Albert, Valenciennes, le 17 mars 1597.
  • 45 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 149-151.

17Bien que le pouvoir royal français se fût rétabli, dans les grandes lignes, au sud de la Somme et dans l’Aisne après la prise de La Fère, la neutralisation des villes du camp royal fut un objectif militaire permanent du côté espagnol. Sans doute les propos des quelques ligueurs restés dans les villes soumises à Henri IV et ceux des exilés qui accompagnaient l’armée espagnole de Flandres ont-ils nourri cet espoir. La neutralisation était comprise par les autorités des Pays-Bas comme une insoumission à Henri IV, qui devait être préalable à la refondation de la Ligue. La pression sur le pays devait renforcer cette volonté de neutralité de la part des populations qui étaient sous l’obédience d’Henri IV. Dans la culture politique urbaine du Nord de la France et des Pays-Bas, la définition ponctuelle d’un territoire comme neutre n’était pas extraordinaire ; c’était une vraie possibilité, prise en compte tant par les royalistes que par les Espagnols. Pour forcer les villes à devenir neutres, il fallait disposer d’une nette hégémonie militaire. Après la prise de Doullens (1595), de Calais (1596) et d’Amiens44 (1597), les services secrets espagnols reçurent des informations (plus ou moins confuses) sur la disposition de divers groupes de conspirateurs à neutraliser leurs villes. Le gouvernement d’Henri IV réagit vite et renforça la présence militaire sur le pays45. S’il n’avait procédé ainsi, la capacité de contrôle du territoire par les hommes d’Henri IV aurait pu être remise en cause.

Les sauvegardes

  • 46 Albéric de Calonne, Histoire des abbayes de Dommartin et de Saint-André-au-Bois, Arras, Sueur-Char (...)
  • 47 Victor de Beauvillé, Recueil de documents inédits concernant la Picardie, 5 t., Paris, Imprimerie (...)

18Bien qu’elles fussent identifiées parfois aux neutralités, les sauvegardes étaient plus largement liées aux systèmes de protection et n’impliquaient pas nécessairement la reconnaissance de deux parties en conflit. La sauvegarde pouvait être donnée à titre individuel (par exemple les passeports) ou à titre territorial. La concession des sauvegardes aux villages ou petits bourgs était en rapport, habituellement, avec l’établissement d’espaces de levée de contributions pour l’entretien des armées, bien que l’on trouve aussi des sauvegardes de nature charitable délivrées aux établissements religieux ou aux domaines féodaux de familles influentes à la Cour. Ce fut le cas des lettres de sauvegarde données par le marquis de Varembon à l’abbaye de Saint-André, Valivon et Maresquel46, ou de la lettre d’exemption donnée par Henri IV à l’abbaye de Fervaques47.

19La sauvegarde contre contribution était la forme la plus commune. La contribution était une sorte d’impôt extraordinaire de guerre, payé par les territoires ennemis en échange de la sécurité (absence d’attaque). L’extorsion militaire directe avait ainsi évolué en un système de protection. Au reste, il y avait plusieurs types d’accords. D’abord, le paiement ponctuel, qui était plus ou moins l’équivalent d’une simple rançon, donnée par des villes ou des villages à une armée en campagne ou de passage, et qui devait garantir contre un siège autant que contre le saccage du territoire. Dans ce cas, on parlait habituellement de composition, c’est-à-dire la livraison d’une somme négociée entre les autorités locales et les agresseurs.

  • 48 José Javier Ruiz Ibáñez, « Logiques et espaces de négociation fiscale dans la monarchie espagnole (...)
  • 49 Achiel de Vos, « De strijd tegen de vrijbuiters binnen de Kasselrij de Oudbourg (1584-1609) », Han (...)
  • 50 Daniel Gueret, « Le produit des licences et autres impôts sur le commerce extérieur dans les Pays- (...)
  • 51 AGS, Estado 609, no 119 : Papel que han presentado los de la Junta a su A. con respuesta a los cap (...)

20Le développement de systèmes de sauvegarde et de contributions plus élaborés et durables découla de la continuité temporelle et de la stabilité spatiale des guerres. On trouvait ces accords de sauvegarde et de contributions un peu partout dans les territoires où la guerre était endémique. Au Nord de l’Afrique, la garnison espagnole d’Oran négociait ainsi chaque année des sauvegardes (les temins) avec les communautés locales, qui devaient fournir des informations et du blé à la ville, en échange d’une protection contre les razzias menées par les soldats du Roi Catholique. Dans les zones de frontière américaines (tant au Chili qu’au centre de la Nouvelle Espagne) des accords étaient également passés avec les populations indigènes48. La guerre aux Pays-Bas, plus ou moins permanente en Flandre occidentale depuis la fin des années 1580, avait aussi eu pour conséquence le paiement de contributions, de la part des populations catholiques, aux Néerlandais, en vue d’éviter les saccages des vrijbuters provenant d’Hulst et d’Ostende49. Une négociation comme celle des licences de commerce50 eut lieu au grand dam du gouvernement de Bruxelles, qui fit sans cesse appel à la nécessité de l’autodéfense contre les extorsions des rebelles51. Les ministres du Roi Catholique aux Pays-Bas étaient conscients des implications politiques possibles s’ils acceptaient une telle situation. Enfin, pendant les guerres de Religion, en France, il y eut des accords ponctuels de protection, tant des terres appartenant au parti contraire que du commerce.

  • 52 Alonso Carnero, Historia de las Guerras Civiles que ha avido en los Estados de Flandes desde el añ (...)
  • 53 AGR, Audience 1837-4, non numéroté, l’archiduc Albert aux gouverneurs des villes de la frontière, (...)

21Ces sauvegardes n’étaient pas établies uniquement avec les soldats d’un prince ennemi. Les gouvernements, toujours en déficit financier, permettaient à leurs propres troupes de vivre sur le territoire, surtout pendant les mois d’hiver, pendant lesquels les combats s’arrêtaient généralement. Parfois, cette mise en quartiers des troupes (et la contribution que celles-ci devaient toucher) était le fruit d’un accord avec les autorités locales (villes et seigneuries) ou régionales52 (les états provinciaux d’Artois ou de Hainaut). La distribution des soldats sur le territoire impliquait une division en quartiers, dans lesquels les diverses unités avaient le droit de toucher les contributions53. Les populations locales rétives à ces accords risquaient de subir désordres et saccages de la part des troupes.

  • 54 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 132-133.
  • 55 AM Saint-Omer, CM 24, no 3 et 4, Nicolas de Catris à la ville de Saint-Omer, Monthulin, les 11 et (...)

22À partir de 1595 (et jusqu’en 1597), les offensives espagnoles dans le Nord de la France donnèrent lieu à la formation d’un grand glacis de protection autour des villes occupées par les hommes de Philippe II. La régulation de la guerre donna une image assez linéaire au conflit, car les villes prises par l’armée des Pays-Bas prolongeaient simplement vers l’intérieur de la France la frontière des Flandres : Calais/Ardres/Mont-Hulin au Pays Reconquis et dans le Boulonnais, Doullens/Amiens au centre de la Picardie, et Le Catelet ainsi que La Capelle plus à l’est. De fait, les Espagnols prirent la première ligne de défense du royaume. Mais l’attaque s’arrêta là ; il n’y eut pas de grandes opérations au sud de la Somme. La présence des occupants dans les principales forteresses du Nord du royaume permit à l’administration de Bruxelles de se décharger des dépenses de maintien des troupes de la frontière, surtout de la cavalerie. Pour survivre, ces unités comptaient avec leurs revenus ordinaires (mal et tardivement payés), avec les contributions prélevées sur les villages français mis en sauvegarde, et avec le butin des incursions menées au-delà de cet espace de protection54. Bien sûr, les paysans qui habitaient ce territoire protégé devaient prêter serment de fidélité et s’obliger, sous peine de mort, à ne pas porter les armes, ni aider les incursions ennemies contre les Pays-Bas55.

  • 56 Qui a été présenté en 1596 par le receveur Pierre Nicole, le responsable ligueur des impôts du dis (...)
  • 57 AD Nord, B 17499, non numéroté : « Les Aydes, tailles et taillon qui se livrent par chascun an sui (...)
  • 58 Le receveur Nicole de la ville de Doullens nota qu’il n’avait touché que 3 377 écus des 21 000 des (...)

23De fait, les contributions espagnoles imposèrent une nouvelle division territoriale, à la fois fiscale et politique, dans le Nord du royaume de France. Les villages et les fermes qui se mettaient « en contribution et sauvegarde » devaient payer tant les contributions ordinaires que d’autres, de nature extraordinaire. En termes politiques, au moins jusqu’en 1597, le paiement des contributions pouvait être compris comme une reconnaissance de la légalité de la présence espagnole. Il ne faut pas oublier que selon le discours officiel, l’intervention espagnole avait pour but d’aider la Ligue, que le gouverneur ligueur de Picardie, le duc d’Aumale, était réfugié aux Pays-Bas, et que les occupants se présentèrent (sauf à Calais) comme des libérateurs et non comme des conquérants. De façon éloquente dans la documentation relative aux sauvegardes, il y a une continuelle confusion entre les mots « contribution » et « taille », au moins pour les districts de Mont-Hulin et de Doullens. La riche comptabilité de ce deuxième quartier56 montre comment les contributions furent calculées, initialement, à partir du montant de la taille et du taillon (ce dernier étant un supplément à la taille, introduit par Henri II en 1549) qui furent fournis par les ligueurs, compagnons d’armes des Espagnols57. À dire vrai, ce n’était pas seulement une occupation du plat pays situé dans le ressort des villes sous contrôle militaire du Roi Catholique, mais c’était une proclamation formelle et fiscale de l’hégémonie hispano-ligueuse, bien que les résultats fiscaux eussent été assez décevants58.

  • 59 AD Nord, B 17502, non numéroté, « Recepte des deniers des tailles taillon deubz a la recepte du di (...)

24L’espace de sauvegarde comprenait une grande partie du Pays Reconquis (divisé en deux quartiers : Calais et Ardres), presque jusqu’aux portes de la ville de Boulogne-sur-Mer, et la Canche. Le territoire sous l’influence du nouveau Hesdin faisait la transition avec le grand quartier de Doullens. Celui-ci formait grosso modo un demi-cercle, appuyé au nord sur l’Authie et au sud sur la Somme. Ce district comptait 150 villages et fermes qui payaient contribution aux Espagnols59. Plus à l’est, la cavalerie de la ville artésienne de Bapaume contrôlait les contributions du nord de la Somme et de Saint-Quentin, du Catelet (soutenu par la cavalerie de Cambrai) et, en Thiérache, elle prolongeait vers la Champagne les zones sous sauve garde.

  • 60 AGR, SEG 16, fol. 100v-102, 108-9 et 169, lettres patentes des gouverneurs de la citadelle de Cala (...)
  • 61 Édouard-Eugène Delgove, Histoire de la ville de Doullens, Amiens, Lemer aîné, 1865, p. 149-154.

25Les gouverneurs espagnols des places de la frontière mériodinale des Pays-Bas ou des villes occupées dans le Nord de la France avaient le droit de donner des passeports aux marchands des villes françaises, et des lettres de protection aux villages du plat pays60. Les officiers de la Ligue résiduelle étaient chargés d’obtenir le montant des contributions. Leur autonomie était limitée par les officiers de la chambre des comptes de Lille et par l’administration comptable de l’armée résidant dans les villes61. La négociation pouvait avoir lieu suivant plusieurs mécanismes, comme le montrent les exemples suivants :

  1. En 1597, le gouverneur du château occupé de Mont-Hulin fit proclamer, dans les fermes des environs, que les paysans avaient un délai de 24 heures pour aller à la forteresse demander la sauvegarde. Les conditions étaient simples : les fermiers ne devaient ni faire ni faciliter (sous peine de la vie) n’importe quelle hostilité contre l’Artois et, bien sûr, devaient payer une taxe62.
  2. Après la conquête de Calais, plusieurs paysans étaient rentrés dans leurs villages, après avoir reçu une sauvegarde du gouverneur espagnol de la ville ; la cavalerie mena sûrement la plupart des négociations directement avec les fermiers63.
  1. Après la conquête espagnole de Doullens, des habitants qui avaient fui rentrèrent aussi au pays ; comme la prévôté locale appliquait la saisie des biens des navarristes et de ceux qui résidaient dans les territoires contrôlés par le roi, il fallait donner des mainlevées des domaines à leurs propriétaires originels qui, une fois leurs biens récupérés, devaient payer un droit de réception, ainsi que la taille, c’est-à-dire la contribution ordinaire. Ces concessions avaient un double objectif : premièrement, attirer la population nécessaire afin que les contributions fussent significatives ; deuxièmement, renforcer les appuis politiques de l’occupation64.
  • 65 AD Nord, B 17502, non numéroté, « Recepte des deniers des tailles et taillons deubz a la recepte d (...)
  • 66 En 1597, à la requête de deux paysans (dont un de Bazinghem [Bassinghem]) le gouverneur Juan de Ri (...)

26La comptabilité de Doullens montre aussi que le respect des sauvegardes pouvait dépendre de l’arbitraire des soldats. Quelques prélèvements sur des villages éloignés, annotés, assez cyniquement, comme ressortissant de la taille, étaient en réalité de simples vols. Ainsi en fut-il des chevaux du village de Gueschart (distant au moins de 30 kilomètres de Doullens), qui furent pris puis vendus 150 écus d’or à Auxi-le-Château, au nord de l’Authie65. Les sauvegardes étaient également violées par les activités criminelles de la cavalerie, qui devait pourtant respecter et protéger le territoire : dans le quartier de Calais par exemple, les soldats pillaient les fermes qu’ils étaient censés protéger66.

  • 67 Au mois d’avril 1596, les Espagnols levèrent la taille surtout dans le district de Ponthieu et, au (...)
  • 68 AD Nord, B 17502, non numéroté, « Recepte des deniers des tailles et taillons [...] ».

27Pour être effectives, les sauvegardes nécessitaient la mise en place d’une situation de paix relative capable de garantir une certaine vie économique. Sauvegarde et hégémonie militaire étaient fortement liées. De ce point de vue, la comparaison entre les quartiers de Doullens et de Calais-Ardres est éloquente. Dans le premier cas, on voit que le nombre des villages qui payèrent effectivement la taille chuta ; après la fin de 1595, le montant global de cette taille était devenu si faible qu’il ne put être redressé. La supériorité de la cavalerie française sur le front de guerre augmenta la pression sur les paysans qui, faute d’un pouvoir effectif et identifiable, finirent par fuir le pays, sauf dans les villages les plus proches de Doullens67. Le graphique suivant68 montre l’évolution des paiements effectifs de la taille par les territoires de Doullens sous contribution et la façon dont, après la crise de l’hiver 1595, les paiements cessèrent presque, suivant en cela les aléas du contrôle du territoire et de sa population (voir le graphique p. 203).

  • 69 AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, segunda época, 870, fol. 2, cargo de cosas extraordinarias, juil (...)

28Au Pays Reconquis, les choses se passèrent différemment. Malgré les razzias journalières menées vers l’Artois par la cavalerie française de Boulogne-sur-Mer, Montreuil ou Mont-Hulin (avant sa prise par les Espagnols), les territoires sous sauvegarde espagnole furent plus ou moins respectés, et la population resta dans le pays, au moins jusqu’à la crise d’autorité de l’occupation espagnole, avec la vague de mutineries de 1598. Les informations dont nous disposons sur le montant des contributions de 1596 et de 1597 montrent une relative continuité des paiements. Dans le district de Calais, 1696 écus de 50 patards furent prélevés entre août 1596 et fin juin 1597, puis certainement 798 autres à la fin de cette dernière année69.

  • 70 AD Nord, B 17502, non numéroté, ordre de bureau de Finances au commissaire Teret de faire la visit (...)

29La ville de Humbercourt, au nord de Doullens, essaya, pendant l’occupation espagnole, d’échapper à la contribution en faisant valoir son exemption légale de la taille : comme, pour les Espagnols, il n’y avait pas, en théorie, de vraies contributions, car il n’y avait pas de véritable occupation, sinon le développement d’une administration ordinaire, il paraissait hors de propos, aux yeux des habitants de Humbercourt, que des villages payent des impôts auxquels ils n’avaient pas été assujettis jusque-là. C’était une fine argumentation, mais l’administration des Pays-Bas rejeta cette demande en signalant le mauvais exemple70. Cet épisode fort éloquent montre jusqu’à quel point les populations soumises à l’occupation pouvaient essayer de profiter, tant du cadre normatif des occupants, que de leurs discours d’hégémonie politique. Ce phénomène peut être facilement mis en évidence pour la guerre de 1595 à 1598. Les situations de sauvegarde et de contribution de la fin du XVIe siècle ne sont cependant pas redevables uniquement aux traditions juridiques et méta-juridiques des guerres précédentes entre les Valois et les Habsbourg. Le contexte politique admettait des interprétations tout à fait novatrices des pactes passés entre les paysans et leurs agresseurs. L’appropriation du discours sur lequel se fondait l’intervention espagnole en France créa, un peu partout, des possibilités d’accommodement. Il est vrai que le système devint, à la fin, inopérant (après la crise militaire espagnole de 1597) ; ce ne fut pas du fait d’une défaillance discursive, mais du fait de l’évolution de la guerre elle-même.

Les revenus de la taille et du taillon du district de Doullens, 1595-1596

Notes

1 Ce travail relève du projet de recherche intitulé « “Par le ministère de la saincteté du pape & du Roy Catholique”. Los católicos radicales franceses, la Liga y la Monarquía Hispánica (1585-1610) », Ministerio de Educación y Ciencia-feder, hum 2005-04125.

2 Roger Rodière, « Les grandes guerres : 1384-1659 », Abbé Jean Lestocquoy (dir.), Histoire des territoires ayant formé le Département du Pas-de-Calais, Arras, Librairie Brunet, 1946, p. 99-124 ; David Potter, « The frontiers of Artois in European Diplomacy, 1482-1560 », Denis Clauzel/Charles Giry-deloison/Christophe Leduc (dir.), Arras et la diplomatie européenne XVIe-XVIIe siècles, Arras, Artois Presses Université, 1999, p. 261-276 ; Alain Lottin /Philippe Guignet, Histoire des provinces françaises du Nord. De Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Arras, Artois Presses Université, 2006.

3 Monique Weiss, Les Pays-Bas espagnols et les états du Saint Empire (1559-1597). Priorités et enjeux de la diplomatie en temps de troubles, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2003, spécialement le chapitre I.

4 Fernand Lennel, Histoire de Calais. Calais sous la domination anglaise, 2 t., Calais, Peumery, 1910-1913 ; David Potter, « The Duc of Guise and the Fall of Calais », English Historical Review, 98, 1983, p. 481-512.

5 Adolphe Hocquet, Tournai et l’occupation anglaise. Contribution à l’étude du XVIe siècle, Tournai, H. Casterman, 1901.

6 David Potter, Un homme de guerre au temps de la Renaissance : La vie et les lettres d’Oudart du Biez, Maréchal de France, Gouverneur de Boulogne et de Picardie (vers 1475-1553), Arras, Artois Presses Université, 2001, p. 43-52.

7 Sur l’évolution politique de la noblesse durant les troubles de Religion dans le Nord de la France, voir Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge (etc.), Cambridge UP, 1998 ; Mark W. Konnert, Local Politics in the French Wars of Religion. The Towns of Champagne, the Ducs de Guise and the Catholic League, 1560-1595, Aldershot/Burlington, Ashgate, 2006.

8 Bertrand Haan, Les relations diplomatiques entre Charles Quint, Philippe ii et la France au temps de la paix du Cateau-Cambrésis (1555-1570). L’expérience de l’« amitié », thèse de doctorat inédite de l’Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, 2006, p. 117-119.

9 Peut-être à cause de l’influence du livre classique de Geoffrey Parker, El ejército de Flandes y el camino español, 1567-1659. La logística de la victoria y la derrota en las guerras de los Países Bajos, Madrid, Alianza Editorial, 1986 [1972].

10 José Javier Ruiz Ibáñez, « Vivir en el campo de Marte. Población e identidad en la frontera entre Francia y los Países Bajos (siglos XVI-XVII) », communication présentée au colloque Las sociedades fronterizas del Mediterráneo al Atlántico (ss. XVI-XVII), Madrid, 2006 (sous presse).

11 Sur le développement des systèmes de sauvegarde aux Pays-Bas, voir G. Parker, op. cit., p. 209-211.

12 L. Bourquin, op. cit., p. 123 ; M. W. Konnert, op. cit., p. 228-230.

13 José Javier Ruiz Ibáñez, Esperanzas y fracasos de la política de Felipe II en Francia (1595-1598). La Historia entre la fe y las armas jornaleras”, Murcia, Quaderna ediciones, 2004.

14 Olivia Carpi, Une république imaginaire. Amiens pendant les troubles de religion (1559-1597), Paris, Belin, 2005, p. 196-200 ; Annette Finley-Croswhite, Henry IV and the Towns. The Pursuit of Legitimacy in French Urban Society, 1589-1610, Cambridge (etc.), Cambridge UP, 1999.

15 Édouard Henry, Intervention de Charles III duc de Lorraine dans les affaires de la Ligue en Champagne (1562-1596), Nancy, Imprimerie de A. Lepage, 1864, p. 61-63 ; M. W. Konnert, op. cit., p. 244 et suiv.

16 Un territoire où la clientèle des « méridionales » du duc d’Épernon avait une influence notable, mais qui passa sans grands problèmes au service d’Henri IV ; Serge Brunet, “De l’Espagnol dedans le ventre”. Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Honoré Champion, 2007, p. 451-458.

17 Neutral : el que no se declara por ninguna de las partes, Salvoconducto : latine fides publica la patente que da el príncipe para que por su tierra y reino pase algún extranjero, sin detenido o maltratado ; de la palabra salvus, salva, salvum, y del verbo conducere, por haberle de sacar salvo hasta la raya de otro reino. Lo mesmo viene a significar salvaguardia. Sebastián de Cobarrubias y Horozco, Tesoro de la lengua castellana o española, Ignacio Arellano/Rafael Zafra (dir.), Madrid, Universidad de Navarra-Editorial iberoamericana, 2006, p. 1310 et 1426.

18 Paul Delsalle/André Ferrer (dir.), Les enclaves territoriales aux Temps Modernes (XVIe-XVIIe siècles), Colloque international de Besançon 4 et 5 octobre 1999, Besançon, Presses Universitaires franc-comtoises. 2000, coll. « Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté 706 ».

19 BNF, Cinq Cents de Colbert 32, fol. 119 ; Henri Lonchay, De l’attitude des souverains des Pays-Bas à l’égard du Pays de Liège au XVIe siècle, Bruxelles, F. Hayez, 1887, p. 159.

20 La reconnaissance de son statut neutre n’a pas épargné à la ville des saccages de la part des soldats du Roi Catholique, malgré les continuelles doléances présentées aux autorités de Bruxelles ; AGR, Audience 1868-1b, non numéroté, 17 janvier, 17 juin, 13 et 17 août, 23 décembre 1597, passim.

21 AGR, Audience 1842-2q, non numéroté, le Conseil d’Etat à l’archiduc Albert d’Autriche, Bruxelles, le 12 septembre 1597.

22 Voir dans le présent volume la contribution de Christian Windler à propos de la neutralité des deux Bourgognes.

23 François Pernot, « 1595 : Henri IV veut couper le “camino español” en Franche-Comté », Revue Historique des armées, 229, 2001, p. 13-24.

24 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 119.

25 AGS, Estado 1280 no 2, le connétable de Castille à Philippe II, Milan, le 2 janvier 1596 ; no 82, Lo que Mosiur Gilibert Autarroche dexa ofrecido y asegurado al Exm° condestable de Castilla en nombre de Mosiur el Vizconde de Tavannes con poder y facultad suya del tener que sigue, Milan, le 29 juillet 1596 ; no 83, le connétable de Castille à Philippe ii, le 30 juillet 1596.

26 AGR, Audience 1835-4, non numéroté, ordre d’évacuation du château par le comte de Fuentes, Cambrai, le 20 octobre 1595. AGS, Estado 609 no 67, ordre d’acceptation de l’évacuation et de la neutralité par Henri IV, sur Péronne, le 18 octobre 1595 ; no 66, « promesse et obligation du [Josias] sr de Bouchavannes au nom de [madame de] la Four [sa belle-mère] a qui appertient le Chaux de Clery » de recevoir le château du capitaine Duval (gouverneur pour le Roi Catholique) à condition d’avoir une lettre de neutralité et de démolir les nouvelles fortifications, Péronne, le 26 de octobre 1595.

27 Armand Louant, « L’intervention de Clément VII dans le traité de Vervins », Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 12, 1932, p. 127-186.

28 BNF, ms fr 3993, fol. 155, Gaspard de Schomberg au duc de Nevers, le 16 de septembre 1595.

29 AGR, Audience 1844-4a, non numéroté, « Poincts que le chanoine Cambrier depute ordinaire des Estats dartois aurat a representer a Monsieur le duc d’Arscot », le 11 octobre 1596.

30 Michel Cassan, « La réduction des villes à l’obéissance », Nouvelle Revue du XVIe siècle, 22, 2004, p. 159-174.

31 Arthur Erwin Imhof, Der Friede von Vervins, 1598, Aarau, Keller, 1966, p. 13-15 ; AGR, Audience 1843-4, non numéroté, Jean Richardot et Louis Verreycken à l’archiduc Albert d’Autriche, Calais, les 19 et 20 août 1596.

32 Alonso de Vázquez, Los sucesos de Flandes y Francia del tiempo de Alejandro Farnesio, 3 t., Madrid, 1879-1880, coll. « Colección de documentos inéditos para la historia de España 72-74 », ici : t. 3, p. 135 ; Carlos Coloma, Las guerras de los Estados-Bajos, desde el año de 1588 hasta el de 1599, Madrid, Real Academia Española, 1948, coll. « Biblioteca de autores Españoles 28 », p. 93 : Pasó Rona [el mariscal de Rosne] con aquella gente a la Fera llevando de camino mil y quinientos carros de trigo parte comprado en aquellos castillos neutrales, parte recojido de las granjas del enemigo con que se alegraron lo que es de pensar se alegraron lo que es de pensar don Alvaro Ossorio y el Seneschal.

33 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 61.

34 BNF, Cinq Cents de Colbert 32, fol. 68, J. B. de Tassis à l’archiduc Ernest d’Autriche, Charlemont, le 15 d’août 1594 ; AD Nord, B 19293 no 99, le 3 octobre 1594. La veuve de Saint-Paul avait signé le 4 mai 1594 à Mézières un compromis de « ne recognoiste jamais le roy de Navarre ny aucun ce la maison de Bourbon », mais elle fit sa soumission définitive à Henri IV par les Articles presentez au Roy par madame la mareschale de saint paul tant en son nom que celluy de sr de saint Paul son fils gouverneur de la citte et citadelle de Mesures [...], 24 décembre 1594 ; BNF, ms fr 3991, fol. 188-192. Sur Mézières, voir aussi M. W. Konnert, op. cit., p. 210 et 255, note 178. Pour de plus amples informations sur cette ville et sur la négociation concernant Rocroi, voir : AGS, Estado 607 no 20, Relon de las cartas del archiduque para su Md d 20 de junio de 1594 ; et no 23, Relon de los papeles tocantes a la plaça de la Fera y otras de Picardia. À Rocroi, les émissaires espagnols avaient offert 92 000 francs au gouverneur, mais l’accord n’aboutit pas, à cause du duc de Guise.

35 Éric Thierry, « La guerre et la paix à Vervins », Jean Jacquart/André Corvisier (dir.), De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, 2 t., Paris, Éditions du CTHS, 1996, ici : t. 1, p. 65-75.

36 AGR, Audience 1868-1h non numéroté, acte de neutralité de Guise donné par l’Audience et renouvelé par lettre de l’archiduc Albert le 16 novembre de 1596. AGR, Audience 1868-1ª non numéroté, le comte de Fuentes à Jacques de Colas avec les instructions pour la négociation de la neutralisation de Guise, Bruxelles, le 18 mars 1595.

37 AGR, Audience 1868-1h non numéroté, « neutralité et sauvegarde » à Loyse de Moncassin abbesse de Saint Benoist d’Origny dans le diocèse de Laon et gouvernement de Guise, le 14 février 1597.

38 BNF, ms Lorraine 105, fol. 45, « Memoire des villaiges q[ui] appartiennent a Mons. le duc de Hallvvin q [ui] soient nommes et comprins dans la sauvegarde tant de monseigneur le duc d’Aumalle Monsieur le Conte de Fuentes general de l’armée du Pais Bas », 1595.

39 « Il y a tres grand clameur en Calaix du populace et sont demandans aux tambourins qui vont et viennet dicy syl ny a poinct nouvelle de quelque bonne treve ou paix » ; AGR, Audience 1852-4, non numéroté, le sieur de Guernonval au sieur de la Motte, Gravelines, le 26 février 1595.

40 AM Saint-Omer, CM 22, no 4, le sieur de Bidossan au « maieur et eschevins » de la ville de Saint-Omer, Calais, le 23 [?] février 1595.

41 AM Saint-Omer, CM 22, no 13 et 14, Marc de Rye à la ville de Saint-Omer, Arras et Inchy, les 14 et 15 février 1595 ; AGR, Audience 1842-4, le Bureau des finances au président Jean Richardot, Bruxelles, le 19 août 1595.

42 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 102.

43 Fernand Lennel, « Le siège de Calais par les Espagnols (1596) », Annales de l’Est et du Nord, 1, 1905, p. 554-578 ; Louis Deschamps De Pas, « Siège et prise de Calais et d’Ardres en 1596 par l’archiduc Albert d’Autriche et réception de ce prince à St-Omer », Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 8, 1887-1892, p. 625-633.

44 AGR, Audience 1868-2, non numéroté, Roissieu à l’archiduc Albert, Valenciennes, le 17 mars 1597.

45 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 149-151.

46 Albéric de Calonne, Histoire des abbayes de Dommartin et de Saint-André-au-Bois, Arras, Sueur-Charruey, 1875, p. 157.

47 Victor de Beauvillé, Recueil de documents inédits concernant la Picardie, 5 t., Paris, Imprimerie impériale/Imprimerie nationale, 1860-1882, ici : t. 2, p. 258-259, le 17 novembre 1595.

48 José Javier Ruiz Ibáñez, « Logiques et espaces de négociation fiscale dans la monarchie espagnole (XVIe -XVIIe siècles) », Anne Dubet (dir.), Les finances royales dans la monarchie espagnole (X V Ie - XIXe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 245-256.

49 Achiel de Vos, « De strijd tegen de vrijbuiters binnen de Kasselrij de Oudbourg (1584-1609) », Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis in Oudheidkunde te Gent, 11, 1957, p. 131-175.

50 Daniel Gueret, « Le produit des licences et autres impôts sur le commerce extérieur dans les Pays-Bas espagnols (1585-1621) », Acta Historica Bruxellensia, 2, 1970, p. 25-41.

51 AGS, Estado 609, no 119 : Papel que han presentado los de la Junta a su A. con respuesta a los capitulos que de su parte se le propusieron.

52 Alonso Carnero, Historia de las Guerras Civiles que ha avido en los Estados de Flandes desde el año 1559 hasta el de 1609 y de la rebelion de dichos Estados, Bruxelles, Ivan de Meerbeque, 1625,

53 AGR, Audience 1837-4, non numéroté, l’archiduc Albert aux gouverneurs des villes de la frontière, juillet 1597. p. 301-303 ; Charles Hirschauer, Les états d’Artois de leurs origines à l’occupation française, 1340-1640, Paris, Édouard Champion/Bruxelles, Maurice Lamartin, 1923, p. 92-99.

54 R. Descimon/J. J. Ruiz Ibáñez, op. cit., p. 132-133.

55 AM Saint-Omer, CM 24, no 3 et 4, Nicolas de Catris à la ville de Saint-Omer, Monthulin, les 11 et 17 octobre 1597.

56 Qui a été présenté en 1596 par le receveur Pierre Nicole, le responsable ligueur des impôts du district de Doullens pendant les deux premières années de l’occupation espagnole, dans AD Nord, B 17 499 et 17 502. L’exhaustivité de l’information de Nicole devait avoir son parallèle dans le quartier de Calais, car son receveur a donné aussi des cahiers avec tous les revenus jour après jour, mais il n’a pas été trouvé ; AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, segunda época, 870 cargo de cosas extraordinarias, fol. 2, juillet 1597.

57 AD Nord, B 17499, non numéroté : « Les Aydes, tailles et taillon qui se livrent par chascun an suivant la cottisation qu’en faict le prince par advis de ses consaulx lez sa personne [...] sur le pied que les avoit premierement levé le Prince de Bearn [...]. Goigneau, greffier de la prevoté du dict Doullens ».

58 Le receveur Nicole de la ville de Doullens nota qu’il n’avait touché que 3 377 écus des 21 000 des tailles de Doullens, Hesdin, Auxy-Le-Château et Bapaume ; AD Nord, B 17502, non numéroté, le 28 août 1596.

59 AD Nord, B 17502, non numéroté, « Recepte des deniers des tailles taillon deubz a la recepte du dict Doullens depuis les dernier juillet quatre vingt et quinze des villaiges bourgs et parroises ».

60 AGR, SEG 16, fol. 100v-102, 108-9 et 169, lettres patentes des gouverneurs de la citadelle de Calais, d’Ardres et de La Capelle, les 1er et 28 mai et 18 juillet 1596.

61 Édouard-Eugène Delgove, Histoire de la ville de Doullens, Amiens, Lemer aîné, 1865, p. 149-154.

62 AM Saint-Omer, CM 24, no 17 et 20, Nicolas de Catris à la ville de Saint-Omer, les 12 et 20 octobre 1597, demandant un bourreau pour « faire justice dung paysant que jay prins lequel a este guide de ceux qui ont brusle et pille la priuré de saint Anthoine lez Aire nonobstant le serment quil m’avait fait de fidelite le jour auparavant ».

63 Les contributions du district de Calais avaient été payées par diferentes personas reidentes junto a la villa de Cales por comisión y acuerdo todo ello en presencia de Rafael Domínguez de Pinedo [août 1596-fin juillet 1597] et de diferentes personas naturales de los villages del pais de Bolonia en Francia por las contribuciones que pagaban por compusicion [juillet 1597 ou plus tard] ; AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, segunda época, 870, fol. 2, cargo de cosas extraordinarias, juillet 1597.

64 Les copies de ces mainlevées se trouvent dans AD Nord, B 17502, non numéroté.

65 AD Nord, B 17502, non numéroté, « Recepte des deniers des tailles et taillons deubz a la recepte du dict Doulens depuis le dernier juillet Quatre vingtz et quinze des villaiges, bourgs et parroises ».

66 En 1597, à la requête de deux paysans (dont un de Bazinghem [Bassinghem]) le gouverneur Juan de Rivas de Calas écrivit à la ville de Saint-Omer « sur ma foy et parolle ils sont venus avec leurs compagnos habiter ces villaiges & on ammene le peu de bestail qui leur est reste du dernier ravage de guerre pour y vivre libremnt au moyen d’une petite contribution quilz payent a sa Mate or

67 Au mois d’avril 1596, les Espagnols levèrent la taille surtout dans le district de Ponthieu et, au mois de mai, dans le district de Vignacourt. Par la suite, ce furent seulement quelques villages assez disséminés qui payèrent la taille : Marieux, Warloy, Candas, Grilles, Giromeaulx, Montigny, Nampont, Fresnevidelle et Montrellet (actuellement Fieffes-Montrelet). ilz ny sont si tost tous arrivez q [ue] voyçy aulcuns soldats de mon governement sans ordre, ains contre tout debvoir (aussy ne se sont ils despuis monstrez icy apprenhendant la punition de ce leur desordre) passent par leur quartier & leur enlevent tout le bestial qui consistoit principalement en douse ou trese bestes cavalynes & afin que lon ne les vienent reclamer icy les menent a St Omer ou jentends Ilz auroient este vendus a aulcuns de la ville & ainssy me lescript le d [it] sr comte [de Roeulx, gouverneur de Saint-Omer] en responçe aux miennes et quil despend de vous et de v [ost] re jurisdiction et non de la sienne de les faire restituer [...] pour les raisons susd[it] es et en faveur de la justice que vous avez accoustume dadministrer esgalle a une chacun et a fin que telles ventes & achaps illicites ne se facent plus vous prie commander a un chacun de voz inhabitans en g [é] n [ér] al nachapter dorenavant riens venant dicy sans passport et authorisation mienne pour estre vandu & me confiant que le bestial susd[it] sera randu incontinant a ces gens sans leur en faire riens et que je nauray la paine de reclamer pource regard a autre justice que la votre » ; AM Saint-Omer, CM 24 no 283, Calais, le 5 janvier 1597.

68 AD Nord, B 17502, non numéroté, « Recepte des deniers des tailles et taillons [...] ».

69 AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, segunda época, 870, fol. 2, cargo de cosas extraordinarias, juillet 1597.

70 AD Nord, B 17502, non numéroté, ordre de bureau de Finances au commissaire Teret de faire la visite d’Humbercourt, Bruxelles, le 28 juillet 1596.

Table des illustrations

Légende Carte des incursions de la cavalerie espagnole à partir des villes occupées en France (1595-1598) : les traits épais désignent les territoires sous sauvegarde, les traits fins les territoires soumis aux incursions et razzias (Robert Descimon/José Javier Ruiz Ibáñez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 115)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Les revenus de la taille et du taillon du district de Doullens, 1595-1596
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search