Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Les réseaux marchands pyrénéens et la pratique du commerce en temps de guerre

Patrice Poujade

Texte intégral

1Les Pyrénées deviennent, durant l’époque moderne, une frontière de mieux en mieux contrôlée et matérialisée, à la limite de deux monarchies en lutte constante aux XVIe et XVIIe siècles. Les populations qui occupent les vallées de chacun de ses deux versants ont pourtant vécu en étroite relation et la chaîne, par différents passages, est parcourue par des réseaux commerciaux qui unissent le Sud du royaume de France et la péninsule Ibérique. Malgré tout un arsenal de textes et de garanties, il est évident que le rôle perturbateur de la guerre dans les échanges commerciaux a été important. Les renouvellements des traités de « lies et passeries » et des autres privilèges commerciaux témoignent, au-delà de la volonté des habitants de réaffirmer leur désir de coexister pacifiquement, d’une remise en cause de ce principe lui-même.

2Les cas de commerce perturbé sont nombreux sur toute la longueur de la frontière pyrénéenne, mais à côté des plaintes constantes des marchands sur les difficultés occasionnées par les conflits, certains d’entre eux ne profitent-ils pas de la guerre pour prospérer ? On pense à tous ceux qui ont pratiqué, légalement ou illégalement, le commerce des chevaux, des mules, du bétail, des produits alimentaires destinés aux troupes. L’exemple du Pays de Foix suggèrerait aussi que le commerce en direction de la Catalogne et de l’Andorre a été dynamisé par la guerre des années 1640, au moins pour un temps. Quelles ont été les complicités sur lesquelles certains marchands locaux ont pu compter ? Comment les marchands migrants, d’Auvergne ou du Limousin, si nombreux dans les villes catalanes, ont-ils pu maintenir une activité dans un contexte pour le moins défavorable, eux qui devaient, inlassablement, passer cette frontière ?

3Nous nous pencherons sur la pratique du commerce en temps de guerre afin de comprendre, à partir de quelques cas, les adaptations que surent mettre en œuvre les réseaux marchands pour continuer à exister et à fonctionner. Nous nous proposons de le faire en trois étapes. La première mettra en place le cadre à partir de l’évocation du commerce pyrénéen et des conditions de son maintien en temps de guerre. Ensuite, nous verrons que malgré l’attention des populations locales, les conflits entravent le commerce et, pour terminer, nous nous interrogerons sur le rôle qu’a pu jouer la guerre pour stimuler le commerce, en tout cas, dans certains domaines.

La frontière pyrénéenne au XVIIe siècle

Des réseaux marchands transfrontaliers « protégés » en temps de guerre

Des accords de libre commerce

  • 1 Henri Cavaillès, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime. Les traités de lies et passerie (...)
  • 2 Autour du XIIe siècle, bien que les premiers textes de lies et passeries conservés ne soient que d (...)

4Il y a près d’un siècle, dans la synthèse qu’il consacrait aux lies et passeries, le géographe Henri Cavaillès1 pensait que les conventions entre les deux versants des Pyrénées étaient apparues au même moment que les conventions pastorales entre vallées de même versant2 et que les deux types d’accords avaient les mêmes caractères et objectifs : garantir la paix, délimiter les terrains de pâture, réglementer l’accès et l’utilisation des herbes, des eaux, des bois en zone de contact entre deux communautés, organiser le passage du bétail. Véritables traités de paix du monde agro-pastoral, ces accords se heurtent à partir du XVIe siècle à la naissance de deux grands États, la France au nord et l’Espagne au sud, à vocation centralisatrice, qui, de plus, sont presque constamment en guerre jusqu’aux années 1710.

  • 3 Article II du traité de 1513. Original en occitan.

5Si nous voulons faire une géographie des passeries, nous devons distinguer d’un côté les deux grands traités de 1513 et 1514, qui créaient, chacun, un district assez large regroupant plus d’une dizaine de vallées, et, de l’autre, les accords bilatéraux, assez nombreux, qui ne concernaient que deux vallées, comme ceux qui unissaient respectivement le Barétous en Béarn et Roncal en Navarre, Barèges (Bigorre) et Tena (Aragon), ou encore Vicdessos (comté de Foix) et la vall Ferrera (Catalogne), Ordino (Andorre) et Siguer et Miglos (comté de Foix). La liberté de commercer était en bonne place dans ces accords : « Il a été de même accordé entre lesdites parties qu’en temps de guerre les habitants de tous les pays désignés ci-dessus, tant d’un côté que de l’autre, pourront commercer et communiquer ensemble et faire tout acte de commerce comme il est dit ci-dessus, les uns avec les autres, comme s’ils étaient en paix3. »

  • 4 Original en catalan. Manual digest de les Valls neutras de Andorra, 1748 (manuscrit), Andorre, Con (...)
  • 5 Dietari de la fidelíssima vila de Puigcerdà, édité par Salvador Galceran Vigué, Barcelone, Fundaci (...)

6Parmi les traités entre deux vallées, citons le haut Pays de Foix qui, pour ses échanges commerciaux avec les terres catalanes et andorranes, bénéficiait d’une série de privilèges. L’Andorre jouissait, comme le Val d’Aran ou la Navarre, d’un ensemble de textes, périodiquement renouvelés, reposant sur son caractère géopolitique particulier, et qui entendaient une exemption des droits de passage pour les marchandises que les Andorrans faisaient entrer pour leur consommation propre. L’Índex dels privilegis d’Andorre précise que les habitants des vallées « jouissent du privilège de pouvoir commercer en France, même en temps de guerres contre l’Espagne [...], retirer en tout temps, du royaume de France, même en temps de guerres contre l’Espagne les denrées comestibles [...] pour leur usage propre [...] sans payer aucun droit4 ». Cerdagne, Capcir et communautés du haut comté de Foix et du Donezan commerçaient de même en temps de guerre, comme divers témoignages du milieu du XVIe siècle l’indiquent5.

Des réseaux de commerce à travers les Pyrénées

  • 6 « Le principal commerce de la ville de Toulouse consiste en laine d’Espagne que les marchands font (...)

7Facilité par tout un ensemble de privilèges, le commerce à travers la frontière terrestre des royaumes de France et d’Espagne devait représenter une part notable des échanges entre les deux pays. Du sud vers le nord, les produits échangés se limitent en grande partie à la trilogie ibérique (sel, huile d’olive, laine), presque partout présente, sauf dans la partie occidentale où le sel est remplacé par le vin en Navarre et par les céréales en Béarn ; par la Catalogne et l’Aragon transitait du safran. Que ce soit par Oloron, la vallée d’Aure, le Val d’Aran, le Pays de Foix, les laines qui entraient dans le royaume de France pouvaient être de production pyrénéenne (Andorre, Cerdagne, Pallars, Aragon, etc.), mais les Pyrénées étaient aussi la porte d’entrée de laines castillanes et andalouses, via Saragosse. Avant de reprendre le chemin inverse, transformées en étoffes, capes et autres vêtements, une grande partie de ces laines approvisionnaient les industries languedociennes et le marché toulousain, comme le signalait à la fin du XVIIe siècle l’intendant Lamoignon de Basville6. Le sel, nécessaire aux troupeaux, provenait des mines de sel gemme catalan de Cardona ou des salines pyrénéennes de Catalogne et d’Aragon.

  • 7 Patrice Poujade, « Le commerce des mules entre la France et l’Espagne à l’époque moderne : l’exemp (...)

8Dans le sens nord-sud, sans doute excédentaire, les produits étaient plus divers. À tous les passages transite du bétail sur pied (ovins essentiellement) destiné aux boucheries des grandes villes catalanes et aragonaises. Dans la partie ouest des Pyrénées, de la Bigorre à la Navarre, au moins jusqu’au XVIIIe siècle, on trouve des porcs, des ovins et des bovins, mais très peu de mules, tandis que dans la partie orientale, à partir du Comminges, les mules sont nombreuses à alimenter un marché ibérique très demandeur, au moins dès le XVIe siècle. Le commerce des mulets en direction de la péninsule Ibérique formait un des grands réseaux commerciaux qui, loin de ne faire que traverser les Pyrénées, les intéressait de très près puisque les vallées en constituaient une étape essentielle7. Le poisson de l’Atlantique (congre, morue, sardines salées), suivant des circuits reliant La Rochelle et Bordeaux à Toulouse et aux Pyrénées, passait tout au long de l’année vers la couronne d’Aragon et la Navarre. Les produits textiles, capes béarnaises, draps et toiles, étaient certainement un des postes principaux d’exportation vers la péninsule Ibérique, auxquels il faut ajouter les objets en cuir (chaussures), la quincaillerie (pelles, récipients multiples, chaudrons, clochettes, clous, crochets, couteaux, aiguilles, épingles), le pastel (jusqu’au début du XVIIe siècle), la mercerie, le tabac, les jeux de cartes, etc. Toulouse, en particulier, était un lieu d’approvisionnement important de toutes ces marchandises destinées au marché ibérique, que venaient y chercher des marchands catalans, aragonais, valenciens ou des Limousins et des Auvergnats migrants assurant une grande partie de cet intense trafic.

9Continus, les échanges à travers les Pyrénées étaient fondamentaux pour les économies locales, comme les représentants des pouvoirs centraux ont été obligés de le reconnaître à de nombreuses reprises. Ce faisant, ils devenaient les principaux avocats des frontaliers qui demandaient le maintien de leurs privilèges commerciaux face à des monarchies qui s’en seraient bien passées et qui auraient bien utilisé la suspension des traités comme une arme de guerre.

Des traités renouvelés en temps de guerre

  • 8 Archiu Istoric Generau d’Aran, Montauban, le 11 octobre 1709.
  • 9 Y avait-il, comme le prévoyaient les traités de lies et passeries entre ces communautés, des renou (...)

10Lors de la guerre de Succession d’Espagne, les traités furent quelque peu malmenés par les pouvoirs centraux mais c’est bien l’intendant de Montauban, Gaspard-François Legendre, qui, en octobre 1709, décide de rouvrir le commerce dans la partie de la frontière (le Comminges) placée sous son autorité. Ainsi fait-il afficher un placard lors de la foire de Luchon, dans lequel il explique qu’« étant informé qu’il se fait un commerce considérable de marchandises et de bestiaux à la foire de Bagnères de Luchon, étant nécessaire qu’il se puisse faire avec toute sorte de liberté et sureté pour les habitants frontaliers en conformité du traité des lieux [sic] et passeries qui a été touiours inviolablement observé en paix comme en guerre. Nous faisons deffence a toute sorte de personnes de saisir ny arreter aucun effait des Espaignols que ce soit pendant le tems de la foire prochaine dudit Bagnères de Luchon a peine de cinq cens livres d’amende et de repondre de tous les depens domages et interets8 ». D’une façon générale, même si les traités entre vallées devaient être soumis à des renouvellements généralement annuels, au cours de cérémonies très ritualisées, la lecture des documents permet de constater que les confirmations se célébraient principalement au moment où les menaces militaires étaient les plus précises. Ainsi en est-il entre les communautés aranaises et celles du Couserans ou du Comminges, pour lesquelles les renouvellements documentés dans le dernier tiers du XVIIe siècle sont presque tous (près de 95 %) effectués pendant les guerres de Dévolution (1667-1668), de Hollande (1672-1678), de Luxembourg (1683-1684), de la Ligue d’Augsbourg (1686-1697) ou de Succession d’Espagne (1702-1714)9.

  • 10 Archiu Istoric Generau d’Aran, les 12, 14 et 26 janvier 1674, 4 février 1674.

11Cet exemple et le précédent mettent en lumière que le maintien des privilèges commerciaux n’allait pas de soi dans les périodes troublées. Les démarches effectuées par les frontaliers étaient nombreuses, longues et souvent coûteuses pour aboutir, enfin, au résultat escompté. La confirmation des lies et passeries mobilisait l’énergie de part et d’autre de la frontière parce que les intérêts commerciaux étaient grands. Ainsi en est-il en 1674, quand les Aranais, sachant que les habitants de Saint-Béat ont la permission du roi de France pour signer les passeries, leur écrivent qu’ils font tout leur possible, de leur côté, pour obtenir le même droit de leur souverain. Les moyens employés sont à la hauteur de l’importance qu’ils accordent à l’affaire : après avoir envoyé, en vain, deux députés à Barcelone, ils en dépêchent un autre à Madrid10. Par ailleurs, la correspondance entre les vallées ou les villages frontaliers faisait généralement référence aux autorisations octroyées par les autorités royales ou vice-royales, telle la confirmation du 27 mars 1668, permise par lettres patentes de Louis XIV du 20 novembre 1667 et de Charles ii du 18 janvier 1668, ou celle du 13 octobre 1689, signée avec l’accord du vice-roi de Catalogne en date du 31 mars 1689 et celui du général des armées du roi de France en Saintonge, Guyenne et Comté de Foix du 15 juillet.

Des obstacles à la pratique du commerce

  • 11 José Ignacio Gómez Zorraquino, La burguesía mercantil en el Aragón de los siglos XVI y XVII (1516- (...)

12Tous ces privilèges, renouvelés en temps de guerre par les souverains, permettaient donc à des vallées incluses dans des monarchies différentes de commercer malgré les conflits armés. Mais les renouvellements des traités, demandés parfois de façon lancinante par les populations frontalières, n’indiquent-ils pas, plus qu’une volonté des habitants de réaffirmer leur désir de coexister pacifiquement, une remise en cause de ce principe ? Divers travaux ont mis en évidence le rôle perturbateur de la guerre dans les échanges commerciaux et dans le maintien des privilèges commerciaux, phénomène aggravé par le fait que la guerre atteint aussi profondément la vie économique des villes et des villages frontaliers. En effet, paysans et artisans devaient souvent délaisser leurs travaux et les communautés s’endettaient sérieusement pour payer les frais occasionnés par la défense, le logement des soldats ou les reconstructions. José Ignacio Gómez Zorraquino l’affirme lorsqu’il écrit que la présence et les abus des soldats entraînèrent une grande insécurité, ce qui eut des répercussions directes sur l’activité commerciale, car « dans de telles conditions, il était impossible de pratiquer quelque type de commerce que ce fût11 ».

Un constat : la guerre déstructure les réseaux marchands

  • 12 Christian Bourret, Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une fr (...)

13En 1513, la grande passerie du Plan d’Arrem, où plus d’une vingtaine de vallées et pays des Pyrénées centrales se donnent rendez-vous, est une réponse à la remise en cause de ce que les frontaliers considéraient comme leurs droits séculaires. Grâce à leurs démarches auprès de Louis xii, les députés des hautes vallées obtinrent la réouverture de la frontière et un traité fut signé en 151312. Dès le début des Temps Modernes, la genèse de la grande passerie de 1513 montre que les clauses de surséance de guerre sont parfois difficilement appliquées. Au XVIIe siècle, alors que les guerres franco-espagnoles sont fréquentes, les exemples de commerce ou d’activité économique perturbés sont légion sur toute la longueur de la frontière pyrénéenne.

  • 13 Le compoix cabaliste est un registre dans lequel est consignée l’évaluation des biens meubles, tro (...)
  • 14 AD Ariège, 8 J 43, p. 2.
  • 15 Archiu Istoric Generau d’Aran, Madrid, le 31 juillet 1675, autorisation de la reine-mère, renouvel (...)

14Le bilan que font les experts chargés de rédiger le compoix cabaliste13 de Tarascon (haut Pays de Foix) est clair : « Outre que la frontière de Catalogne comme la Sardaigne [Cerdagne], l’Andorre et autres pays dont les habitants de lad. ville retiraient un notable profit par le commerce qu’ils faisaient ensemble sont si fort accablés et ruinés par la même guerre de Catalogne qu’il n’y a rien à faire en eux, les habitants de la dite ville ne pouvant même pas retirer quelques soins qu’ils y apportent le paiement en principal ni en intérêts des sommes qui leur sont dues par les habitants desd. frontières14. » On n’est pas loin – autre exemple – de la description que faisaient les autorités du Val d’Aran quelques années plus tard (1675) à leurs souverains qui, face à ce tableau, se résolurent à autoriser la vallée à commercer avec la France, comme cela se pratiquait avant la guerre15. Bien sûr, nous devons tenir compte dans tous ces propos de la dimension misérabiliste et catastrophiste courante dans ce genre de discours, mais convenir aussi que la guerre a réellement perturbé les activités économiques des vallées pyrénéennes.

  • 16 J. I. Gómez Zorraquino, op. cit., p. 229.
  • 17 ACA, CA/98, Saragosse, le 25 mars 1636. L’argument utilisé par le vice-roi pour le maintien des pr (...)
  • 18 Josep María Vidal i Guitart, Història d’Andorra, Barcelone, Antalbe, 1985, p. 77.
  • 19 Domènec Bascompte I Grau, « Les Valls d’Andorra als segles XVI i XVII », Annals de l’Institut d’Es (...)
  • 20 Gregorio Colás Latorre, « Los valles pirenaicos aragoneses y su colaboración con la monarquía en l (...)
  • 21 L. Benhamiche/Y. Képéklian, Cinq notaires de Saint-Béat, témoins de la vie économique et sociale d (...)

15Assez vite après que la France eut déclaré la guerre à l’Espagne, en 1635, les difficultés commerciales se firent jour dans les Pyrénées. Le roi Philippe iv annonce alors l’interdiction de commercer avec le royaume ennemi16, mais le vice-roi d’Aragon lui demande, par une lettre du 25 mars 1636, de reconnaître les privilèges commerciaux des Aranais malgré la guerre17, alors que celui de Catalogne, en 1637, suspend les privilèges andorrans et interdit le commerce des vallées avec la France et l’Espagne18. En Andorre, la guerre de Trente Ans eut d’autres répercussions : la production de fer de ses nombreuses forges semble s’être arrêtée, sans doute à cause des difficultés pour écouler la production après une phase d’expansion dans le premier tiers du XVIIe siècle19. En Aragon aussi le commerce avec la France subit les conséquences néfastes des guerres20. Tout cela se traduisit par l’augmentation des saisies de marchandises ou de bétail, enregistrées dans les archives : par exemple, en Val d’Aran, entre 1660 et 1699, les archives ne retiennent, en période de paix, qu’une saisie tous les 60 mois, tandis qu’en période de guerre la fréquence est 3,5 fois plus élevée. À travers les actes notariés, le constat d’un dérèglement du commerce peut être de même établi puisque, entre juin 1667 et février 1668, pendant la guerre de Dévolution, le commerce entre Aran et Comminges enregistré par les notaires de Saint-Béat est totalement interrompu21 ; mais les Aranais devaient bien s’approvisionner quelque part...

  • 22 María Dolores Martínez Arce, « Conflits entre la France et l’Espagne dans la deuxième moitié du XV (...)
  • 23 Christian Hermann/Jacques Marcadé, La Péninsule ibérique au XVIIe siècle, Paris, SEDES, 1989, p. 1 (...)
  • 24 Archiu Istoric Generau d’Aran, Barcelone, le 1er juillet 1675 et Saragosse, le 2 juillet 1675.

16Durant la guerre de Hollande (1672-1678), la monarchie des Habsbourg publia un édit d’interdiction du commerce avec la France, décrétant la prise des biens français trouvés sur le territoire de la monarchie. La Navarre, l’Aragon, l’Aran sont durement touchés par ces interdictions. Les Cortes de 1677-1678 restreignent le commerce des tissus en Navarre22 et l’interdisent pour six ans en Aragon23. En Aran, un représentant des institutions locales fait état, en juillet 1675, de saisies de personnes, de poisson, huile et sel, opérées par le gouverneur royal de la vallée, à l’occasion de la publication de l’édit dont un tribunal barcelonais précise toutefois qu’il n’avait d’autre but que d’éviter le commerce des chevaux, munitions et autres marchandises interdites24. Mais cela ne pèse guère sur les décisions de fermeture du commerce que font appliquer les assesseurs du vice-roi et qui entraînent l’arrestation des Aranais par les gardes-frontières dès qu’ils mettent un pied en Catalogne.

Quelques réseaux commerciaux dans la guerre

  • 25 AD Cantal, L 28, Procès-verbaux des séances du Directoire du département, fol. 102, le 18 juin 179 (...)
  • 26 Viaje por el Alto Aragón, noviembre del año 1794, texte édité par León J. Buil Giral, Huesca, La V (...)

17Un des grands réseaux, celui du commerce des mulets, fut très sensible aux conflits, comme plusieurs exemples le mettent en lumière. En 1675, en pleine guerre de Hollande, un député aranais se plaint que les mules achetées l’année précédente en France n’aient pas encore pu être vendues. Plus d’un siècle plus tard, pendant la Révolution française, en 1791, deux négociants espagnols eurent le projet de parcourir la haute Auvergne pour acheter des mulets mais se heurtèrent à de multiples difficultés. Le Directoire du Cantal, conscient de l’importance de ce commerce, se résolut alors à assurer la protection « notamment aux négociants espagnols avec lesquels le département est en relation de commerce notamment pour la vente des mulets dont le prix leur est ordinairement payé en or25 ». En 1794, dans l’Aragon pyrénéen, à Barbastro, dans les vallées de Gistaín, Vio, Broto, Tena, le commerce des mules, qui a subi les effets des guerres de la Révolution, n’est évoqué qu’au passé et décrit comme ayant été pratiqué « en temps de paix »26.

  • 27 AD Ariège, 5 E 634, fol. 102, me Ferrand, le 16 août 1652, acte de rupture de l’association.
  • 28 Véronique Izard, « Le fer et la forêt dans un “pays frontière”. Enjeux économiques et sociaux et c (...)
  • 29 Alain Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Per (...)

18Pour ce qui est de la laine, dès les premières années de la guerre de 1640, celle qui vient de Catalogne se fait extrêmement rare, voire totalement absente, dans les registres de notaires du haut pays de Foix. Cela veut-il dire que ce commerce a été affecté par les événements politiques et militaires, ou qu’il a pris d’autres formes, comme la contrebande, ou d’autres voies ? Pendant la guerre, les marchands et les chaudronniers auvergnats qui trafiquaient sur le réseau commercial unissant le Massif Central, les Pyrénées, la Catalogne et l’Aragon, et qui assuraient une grande partie du transit transfrontalier, ne pouvaient rester indifférents aux événements. Ainsi, en 1652, la rupture du contrat qui unissait les frères Lespinas est-elle due, selon leurs propres dires, à la guerre, à laquelle s’ajoute la « contagion27 ». Après la guerre se pose le cas particulier de la nouvelle province du Roussillon (Comté de Roussillon et de Cerdagne), pour laquelle, avant l’annexion à la France, les Pyrénées n’étaient pas une frontière politique ; après le traité des Pyrénées, elles le deviennent, ce qui met un coup de frein au commerce – au moins légal – pratiqué avec le reste de la Catalogne depuis des siècles. L’activité métallurgique, qui perdit ses débouchés traditionnels vers le sud, eut à en souffrir28 et l’obligation d’acheter du sel des salins de Canet, près de deux fois plus cher que celui provenant de Cardona et du Principat de Catalogne, n’est pas étrangère aux révoltes vallespiriennes du sel, dite des Angelets, dès 166329. L’introduction de la gabelle, consécutive au traité de 1659, ne put supprimer le commerce du sel, mais elle le transforma en activité de contrebande. Ainsi, des institutions peuvent être à tel point bouleversées qu’elles obligent à une redéfinition des flux commerciaux.

  • 30 AD Haute-Garonne, 3 E 4483, me Jacquet, le 12 août 1675.
  • 31 Annie Brives, Pyrénées sans frontière. La vallée de Barèges et l’Espagne du XVIIIe siècle à nos jo (...)
  • 32 De nombreux exemples, sur l’ensemble de la chaîne, pourraient être convoqués pour illustrer le pro (...)
  • 33 A. Brives, op. cit., p. 140-145.

19Si, comme le constate Annie Brives depuis les vallées elles-mêmes, les relations commerciales entre la vallée bigourdane de Barèges et celles, aragonaises, de Bielsa et Broto se sont déroulées selon l’esprit des lies et passeries, quelques épisodes que nous rapportent d’autres sources montrent toutefois que cela n’a pas toujours été sans mal. À Toulouse, au cours de la guerre de Hollande (1672-1678), les frères Gras, marchands d’envergure, se plaignent qu’à cause du conflit ils ne peuvent être payés de plus de 4 000 livres de marchandises qu’un marchand établi à Saragosse a emportées depuis plus de deux ans ; aussi décident-ils d’envoyer un procureur à Oloron, relais important de ce réseau commercial, pour voir ce qu’il y a lieu de faire30. Au cours de la guerre de Succession d’Espagne, il est vrai peu respectueuse des privilèges locaux, des frontaliers de Bigorre et d’Aragon se plaignent à plusieurs reprises des entraves qui sont mises à leur commerce. En 1711, c’est un arrêt du Conseil d’État qui interdit, sous peine de confiscation, de lourdes amendes et de condamnation aux galères, de faire sortir du royaume de France les bestiaux, alors que déjà en 1709 des problèmes étaient apparus. En 1714, le gouverneur de Jaca interdit l’exportation des grains et il faut attendre 1717, c’est-à-dire deux ans au moins après les traités de paix, pour que le Conseil d’État permette que le commerce des bestiaux sur la frontière puisse reprendre31. Mais ici aussi, comme ailleurs, s’inaugure un siècle – certes de paix – au cours duquel le respect des privilèges commerciaux des populations frontalières sera loin d’être une priorité. Paradoxalement, la paix qui règne au XVIIIe siècle n’est pas plus l’alliée des montagnards que la guerre des siècles précédents32. Cela ne signifie pas pour autant que les choses s’arrangent avec la reprise des hostilités sur la frontière lors des guerres de la Révolution. La frontière, observée à travers les relations entre la vallée de Barèges et l’Aragon, est bel et bien fermée en 1793 alors qu’en 1642, au cours d’une autre guerre, plus de 1 000 passages de marchands avaient été enregistrés par les douanes33. Sans doute la contrebande, ce mode de vie pyrénéen, en fut-elle dopée.

La guerre stimule-t-elle le commerce ?

La poursuite du commerce

  • 34 Gregorio Colás Latorre/José Antonio Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI. Alteraciones sociales y (...)
  • 35 Patrice Poujade, Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, A (...)

20Nous venons de montrer l’action perturbatrice des guerres sur les relations commerciales en région frontalière. Les exemples d’opérations militaires empêchant les échanges, de prohibitions proclamées par les autorités, de dépenses de défense trop lourdes pour les communautés ou de dépeuplement entraînant une baisse de la consommation ne manquent pas. Mais cela ne doit pas masquer que le commerce se poursuit malgré tout, légalement ou illégalement, et que d’aucuns peuvent même tirer leur épingle du jeu de la guerre. Que l’on regarde du côté de ces mossurs de la frontière, petits nobles souvent apparentés de chaque côté de la ligne de partage politique, pendant les guerres de Religion ou celles du XVIIe siècle ! Profitant de la situation de conflit, souvent suspectés d’hérésie, ils s’adonnaient au lucratif commerce des chevaux d’Espagne vers la France, alors même que Charles Quint et Philippe ii avaient déclaré ce négoce illégal. Ainsi agissait Felipe de Bardaxí, infanzón aragonais qui, dans les années 1550-1560, pratiquait la contrebande de chevaux avec les protestants du royaume de France et était accusé d’être huguenot34. Dans le Val d’Aran, c’était le baile de Vilac qui, à la fin du XVIe siècle, jouant de la situation géographique de la vallée et de ses alliances familiales avec l’autre côté de la frontière, vendait des chevaux en France, celle-ci lui servant de zone de repli avec sa bande lorsqu’il était inquiété chez lui35.

  • 36 H. Cavaillès, op. cit., p. 51.
  • 37 Núria Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers. Estudis sobre la Catalunya dels segles XVI (...)

21Pendant la guerre de Succession d’Espagne, par l’Aran, Benasque, le Pallars, et avec la complicité des fermiers de la foraine de Luchon et Saint-Béat, la contrebande fournit les troupes de Charles de Habsbourg, alors que la suspension des libertés commerciales avait pour but de les faire céder36. Malgré les interdictions, le commerce n’était pas totalement coupé, de sorte que, durant l’hiver 1709-1710, des habitants du Comté de Foix vendirent 18 000 moutons aux Espagnols37 ou qu’en 1710, la guerre n’empêcha pas la venue d’Espagnols aux foires de Saint-Béat, Saint-Girons ou Luchon.

  • 38 Archiu Istoric Generau d’Aran, les 27 septembre 1641 et 9 mai 1644 ; ACA, CA/98, les 27 novembre e (...)
  • 39 Archiu Istoric Generau d’Aran, Toulouse, le 9 mai 1644.
  • 40 Bernard Druène, « Les lies et passeries spécialement pendant la guerre de Succession d’Espagne », (...)

22Du fait des intérêts en jeu, certains acteurs des réseaux commerciaux purent prendre une part active directe dans les opérations militaires. En 1641, si la forteresse-résidence du gouverneur royal du Val d’Aran tombe aux mains des Franco-catalans, c’est grâce à l’aide décisive du marchand de Saint-Béat, François Bartier, auprès de qui les Aranais sont endettés. Ce marchand reçut une demande pressante du président de la généralité de Catalogne le priant de « réduire lesd. aranoys en l’obéissance du Roy Très chrestien38 » alors que les marchands français insistaient pour que le commerce restât libre dans cette zone. Donc, Bartier prêta du matériel et participa, avec succès, au siège avec vingt à trente hommes entretenus à ses frais. Cette intervention ne fut pas la dernière : en 1643 à nouveau, le maintien de la vallée dans l’obéissance du roi de France et des Catalans dut beaucoup à ce même François Bartier39. À l’issue de la guerre de Catalogne, l’ancien gouverneur français du Val d’Aran explique que si la principale forteresse aranaise a été prise en 1649 par les Castillans aux Franco-Catalans, c’est que des gentilshommes du Luchonnais (royaume de France) qui « fournissent toutes les mules et équipages d’Espagne » sont intervenus pour contrôler ce passage qui « est le seul qui peut empêcher le trafic des mules et bestiaux en Aragon40 ». Que ce soit en 1641, 1643 ou 1649, les intérêts commerciaux de marchands du royaume de France expliquent leur intervention, d’un côté (les Franco-Catalans en 1641 et 1643) ou de l’autre (les Castillans en 1649) : l’essentiel, pour eux, c’est de conserver le contrôle de cette porte du commerce vers la Catalogne et l’Aragon, de continuer à trafiquer et à approvisionner un marché florissant dont les deux côtés tirent profit, et cela sans faire cas de leur appartenance monarchique.

  • 41 Joaquim Albareda i Salvadó, « Les classes dirigents catalanes i la monarquia hispànica en el tomba (...)

23Qu’il soit légal ou illégal aux yeux des monarchies, le commerce constitue une source d’enrichissement, en particulier pour ceux dont les échanges portent sur des chevaux, des mules, du bétail, des armes et des produits alimentaires destinés aux troupes espagnoles dans le cadre du système des asientos41.

Le haut pays de Foix, un exemple d’axe commercial dans la guerre

  • 42 Patrice Poujade, « Une mobilité marchande : les marchands béarnais et le commerce des capes vers l (...)
  • 43 AD Ariège, 220 EDT/FF2, Procès contre Antoine Delfour, avril 1651.

24En pleine guerre des Segadors, Jean-François Aymeric, marchand de la ville d’Ax, à la frontière de l’Andorre, de la Cerdagne et du Capcir, donc de la monarchie hispanique, fait montre d’une grande activité. Ne le voit-on pas faire des prêts à des Andorrans, acheter du sel de Cardona (qui sert souvent, chez ce marchand, de moyen de paiement), vendre des mulets ou troquer des poulains contre du sel de Cardona ou contre de la laine ? Certains autres de ses collègues se distinguent aussi par la vente de denrées alimentaires vers l’Andorre. Un produit mérite que l’on y consacre quelques instants, les capes de Béarn, dénoncées par les autorités catalanes en dehors même des périodes de conflits, car elles envahissaient le marché. L’ensemble du pays de Foix était devenu un lieu d’échanges de ces produits, très demandés outre-Pyrénées, et un lieu de rencontre entre marchands locaux, béarnais, andorrans et catalans42. D’ailleurs, dès les années 1640, les Béarnais monopolisèrent ce commerce qui pouvait passer jusqu’alors par les mains de marchands de Toulouse ou d’autres provenances. Le nombre annuel moyen de capes qui passent par le haut pays de Foix est multiplié par plus de 4,5 entre 1600-1620 et 1645-1655, avant de s’effondrer à un dizième, au moins, immédiatement après la guerre. Ce n’est donc pas la guerre qui empêche ce trafic, d’autant moins que l’on voit que le port du Puymorens, passage principal vers la Catalogne, est très fréquenté. En effet, lors d’une enquête diligentée en 1651 par les consuls d’Ax après un assassinat, tout un ensemble de témoins qui ont franchi le port au moment des faits défilent, qu’il s’agisse de professionnels du commerce originaires des deux côtés de la montagne ou de femmes de la vallée de Carol (Cerdagne), âgées de 13 à 55 ans environ, qui empruntent le port pour rejoindre leur domicile situé dans l’autre royaume43.

25À Tarascon, sur la période 1585-1695, l’analyse, par sondages quinquennaux, de la présence des Andorrans et Catalans chez les notaires indique un affaiblissement des relations à partir de la deuxième partie des années 1630, sans doute comme conséquence de la guerre ouverte entre les monarchies française et espagnole (voir le graphique p. 157). Mais trois remarques peuvent être faites. Tout d’abord, les niveaux des temps de « guerre » ressemblent d’autant plus à un effondrement que les trente années précédentes faisaient montre d’un certain dynamisme, de sorte que la guerre fait retrouver les niveaux de la fin du XVIe siècle. Ensuite, le dépouillement d’années intermédiaires permet de relativiser la tendance générale. En effet, en tenant compte de ces données, les années 1640-1650 ne seraient plus uniquement des années de baisse régulière, mais de grandes fluctuations, montrant même une tendance à la hausse avec des pics en 1647 ou en 1651. Enfin, et il s’agit là d’un élément décisif pour ce que nous étudions, si nous prenons en compte le sens des flux, aussi bien pour la valeur des marchandises échangées dans le cadre du commerce transfrontalier que pour le nombre de mentions enregistrées, il est évident que c’est le commerce en direction du royaume de France qui est affecté : c’est dans le sens sud-nord que le commerce s’est effondré alors que dans le sens inverse il s’est, au contraire, développé à partir de 1640 environ, comme s’il profitait de la guerre. Ainsi, la valeur moyenne des opérations commerciales, qui était 3,5 à 4,6 fois moins élevée dans le sens nord-sud que dans l’autre sens jusqu’aux années 1620, a connu une inversion, puisque après 1640 environ, l’effondrement du commerce vers le nord a été parallèle à une augmentation de la valeur moyenne des opérations vers le sud. Et le retour à la paix dès 1660 se traduit par une baisse très significative du trafic enregistré.

Le commerce transfrontalier par Tarascon (pays de Foix) au XVIIee siècle (moyennes mobiles à partir de 1635 : indice 100)

  • 44 Olivier Codina Vialette, De fer et de laine. Les vallées d’Andorre du XVIe au XIXe siècle, Perpign (...)

26Ce que nous disons là concorde assez avec ce qu’observe pour l’Andorre Olivier Codina en étudiant le fonds privé de la principale compagnie andorrane, celle de Guillem Areny. Il y décèle une revitalisation de l’axe nord-sud en 1635-1636 et veut y voir une conséquence de la guerre. Peut-être y a-t-il eu un redéploiement des réseaux commerciaux qui aurait profité aux Pyrénées ou que ses acteurs auraient su capter. En Andorre, après une augmentation des volumes jusqu’en 1643, un coup d’arrêt ramena le niveau des échanges à celui d’avant 1636, puis une légère reprise se fit jour vers 1646-1647 avant de s’accélérer en 1651. En tout état de cause, entre 1620-1635 et 1636-1646, la moyenne de l’activité de la maison Areny est multipliée par près de 4. Pendant les vingt années qui suivirent le traité de paix de 1659, le volume des échanges semble avoir retrouvé un niveau d’avant guerre44.

  • 45 AD Ariège, 1 J 87.
  • 46 AD Ariège, 5 E 577, fol. 60, me R. Rolland, Tarascon, le 4 février 1647, testament de Mathieu Teyn (...)
  • 47 Il est environ 3,25 fois plus taxé que la moyenne des marchands de Tarascon. Notons aussi qu’avec (...)

27Le quantitatif confirme donc l’observation qui, ne serait-ce qu’avec le trafic associé aux capes béarnaises destinées à la Catalogne, faisait entrevoir un mouvement commercial soutenu pendant le conflit. Peut-on conclure de ces données que le commerce vers la Catalogne et l’Andorre a été dynamisé par la guerre ? La guerre inaugurerait-elle une nouvelle période qu’en 1680 un mémoire fuxéen sur les lies et passeries confirmerait lorsqu’il note que « la France fournit presque tout à l’Espagne au lieu que l’Espagne ne lui fournit presque rien45 » ? Qu’un marchand tarasconnais comme Vidal Teynier soit présent sur le marché des capes du début des années 1640 au milieu des années 1660 (il meurt en 1665) n’est-il pas dû à une faculté de capter un marché que les aléas conjoncturels semblent avoir stimulé ? Mais Teynier n’en oublie pas d’autres secteurs porteurs : son père se plaint qu’avec les 1 650 livres qu’il lui donna pour qu’il achète des capes, il acquit une centaine de quintaux de poisson pour les revendre à la foire de Tarascon46. Son beau-frère Pierre Bourrel, à la même époque, n’est pas en reste, qui, partant de peu (il semble être fils de teinturier), bâtit sa fortune sur le commerce vers la Catalogne (étant né vers 1617, il commence son activité marchande en même temps que la guerre) jusqu’à devenir le deuxième plus imposé de la communauté au compoix cabaliste de 1660, en raison, en particulier, de « son négoce en fer et laine47 ». Les partenaires commerciaux de ces marchands tarasconnais tournés vers le commerce en direction de la Catalogne sont, le plus souvent, des marchands limousins et auvergnats installés dans les petites villes pyrénéennes d’Andorre et de Catalogne, parmi lesquels l’Auvergnat Antoine Lavernhe apparaît comme un acteur incontournable du commerce transpyrénéen, omniprésent aussi à Toulouse.

  • 48 AD Haute-Garonne, 3 E 7141 et 3 E 7142, me Serres.
  • 49 AD Haute-Garonne, 3 E 7100, me Sabatier.
  • 50 AD Haute-Garonne, 3 E 4482 à 3 E 4485, me Jacquet.
  • 51 Voir Santi Torras i Tilló/Silvia Canalda i Llobet, « Els Fizes, patronatge i opulència d’un llinat (...)

28Vu depuis Toulouse, le commerce à travers les Pyrénées, pour perturbé qu’il puisse être, n’en continue pas moins. Les marchands français intéressés par le commerce transfrontalier vers la Catalogne ou l’Aragon fournissent toujours en biens les marchands catalans ou les marchands migrants. Chez les frères Augé, des Barcelonais viennent s’approvisionner à crédit en 1641 ou 164248, alors que des Auvergnats, négociants à Saragosse, sont présents en 1650 chez Jean-François Ramondy et Bernard Cazes49, d’où ils emportent, à chaque fois, la valeur de plusieurs milliers de livres de marchandises. De même, pendant les guerres de Hollande (1672-1678) et du Luxembourg (1683-1684), qui affectent pourtant la Catalogne et les Pyrénées, les frères Gras ont continué à fournir des marchandises, à crédit, à des marchands installés à Lérida, Reus, Cervera, dans le Pallars, sans parler du trafic par l’Andorre50. C’est d’ailleurs durant ces années de guerres que les frères Gras sont en correspondance très suivie avec Pierre Fizes et son cousin Pierre Valette, marchands du Quercy, négociants à Barcelone, où Fizes finira par être anobli51. C’est à Pierre Valette que l’un des frères Gras commande, par une lettre du 9 octobre 1675, à la demande d’un géographe de Paris, deux cartes de Catalogne. Au même moment, Gras conseille Fizes sur l’achat de tapisseries d’Aubusson que ce dernier désirerait se procurer. Et chaque fois de préciser que les envois pourront se faire par l’intermédiaire de négociants empruntant la voie d’Andorre, c’est-à-dire en activant un des principaux réseaux marchands pyrénéens. On le voit, et ce ne sont là que quelques exemples, malgré la guerre les réseaux commerciaux restent actifs.

29Est-ce tant la guerre en elle-même qui entrave le commerce, plutôt que les politiques des États monarchiques tendant à s’emparer d’une frontière qu’ils voudraient « matériellement » existante pour les populations qui l’occupent ? La guerre eut-elle finalement plus de conséquences que la politique de Philippe ii, qui tendit – phobie religieuse aidant – à faire des Pyrénées une frontière étanche à toute influence religieuse ? Eut-elle plus de conséquences que le banditisme, que les fermetures dues à la peste, que l’endettement chronique, que, finalement, la mauvaise volonté de l’administration à reconnaître les privilèges commerciaux aux populations qui en bénéficiaient, et que, au XVIIIe siècle, la lutte, avec des moyens accrus – et en période de paix – contre la contrebande ?

  • 52 Dietaris de la Generalitat de Catalunya, t. 2 : 1539-1578, Barcelone, Generalitat de Catalunya, 19 (...)
  • 53 AD Ariège, 220 EDT/FF2, Procès contre Antoine Delfour, le 5 avril 1651.
  • 54 A. Brives, op. cit., p. 115.

30Quelle part la guerre a-t-elle dans l’arrestation, en Val d’Aran vers juillet 1568, d’un marchand français trouvé en possession de cinq ou sept livres « luthériens » parmi ses marchandises52 ? Cet épisode entraîna une asphyxie du commerce, les Aranais trouvés en territoire français étant arrêtés en représailles. La guerre est-elle le plus terrible fléau aux yeux des consuls de la ville d’Ax quand ils déclarent, en avril 1651, qu’« il importe extrêmement pour la liberté du commerce de cette frontière que toute sorte de crimes faits sur les chemins et lieux déserts soient exactement punis afin de donner terreur à toute sorte de mauvaise gent53 » ? Est-ce encore à cause de la guerre qu’en octobre 1658, cette quinzaine d’Aranais et de Commingeois se fit, lors de trois attaques, dépouiller de ses chevaux, mulets, sel et autres marchandises, et séquestrer par une dizaine de sujets du roi de France qui se jouaient des lies et passeries ? Les mesures de fermeture de la frontière prises au moment de la peste de 1720 ont-elles à voir avec la guerre de la Quadruple Alliance ? En mars 1720, le subdélégué écrivit aux consuls de Barèges que, malgré la guerre, « le commerce entre l’Espagne et la France [leur] est permis suivant [leurs] anciens usages », mais peu après le commerce était coupé54, un « cordon sanitaire » ayant été installé le long des Pyrénées. Et que dire de cet endettement des Andorrans ou des Aranais auprès des marchands frontaliers du royaume de France, qui leur vaut sans cesse des saisies ? Doit-on imputer à la guerre le non respect dont font montre les fermiers et commis de la foraine vis-à-vis des privilèges commerciaux ?

31Finalement, la guerre – et nous ne saurions en minimiser les effets dramatiques sur les populations qui y étaient soumises – était une des conditions du commerce, parmi d’autres, avec laquelle il fallait composer. Certes, pour certaines périodes d’occupation militaire comme durant l’hiver 1654 dans plusieurs vallées, on ne peut balayer d’un revers de la main les conséquences directes des guerres sur le commerce. Il faut donc distinguer entre un état de guerre et la présence effective, réelle et physique, de celle-ci par l’intermédiaire des soldats. Mais le plus souvent, la guerre n’agit-elle pas comme un prétexte, un paravent à la violence, derrière lequel – pour quelque raison que ce soit – on peut s’abriter pour commettre toutes sortes d’exactions, certaines se revendiquant de la « légalité » (ce serait le cas des commis de la foraine ne voulant pas faire appliquer les privilèges commerciaux ou des militaires qui arrêtent les marchands dans le district des lies et passeries), d’autres totalement illégales (le banditisme si présent dans les Pyrénées) ? La principale conséquence de la guerre sur les réseaux marchands pyrénéens ne serait-elle pas qu’elle a favorisé l’irruption des pouvoirs centraux qui se sont alors intéressés de plus près à ces espaces « périphériques » – et néanmoins « centraux » pour un type de commerce terrestre – et que, dès lors, en guerre ou en paix, le contrôle de la frontière étatique est devenu une réalité qui pouvait difficilement s’embarrasser d’usages locaux allant dans un sens quelque peu différent ?

Notes

1 Henri Cavaillès, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime. Les traités de lies et passeries », Revue Historique, 1910, réédité dans Lies et passeries dans les Pyrénées/Facerías en los Pirineos, Tarbes, BCP, 1986, p. 1-67.

2 Autour du XIIe siècle, bien que les premiers textes de lies et passeries conservés ne soient que du XIVe siècle.

3 Article II du traité de 1513. Original en occitan.

4 Original en catalan. Manual digest de les Valls neutras de Andorra, 1748 (manuscrit), Andorre, Conseil général d’Andorre, 1987, fol  285 et 287.

5 Dietari de la fidelíssima vila de Puigcerdà, édité par Salvador Galceran Vigué, Barcelone, Fundació Salvador Vives Casajuana, 1977, p. 40-41, qui donne des cas pour 1543 et 1554 ; Félix Pasquier, Coutumes de la ville d’Ax sur Ariège, 1241-1391, 1676, Foix, veuve Pommiès, 1888, p. 50, art. 39 ; Claudine Pailhès, Du Carlit au Crabère. Terres et hommes de frontière, Foix, Archives départementales de l’Ariège, 2000, p. 296-297 ; Marie-Claire Pontier, Ax, un consulat pyrénéen au XVIIe siècle, thèse de l’École des Chartes, 1991, p. 341.

6 « Le principal commerce de la ville de Toulouse consiste en laine d’Espagne que les marchands font venir, sçavoir : celles de la valée d’Andorre en Catalogne, par Dax [Ax, en Pays de Foix], d’Aragon et de Navarre par le lieu d’Arreau dans la vallée d’Aure, mais beaucoup plus par Oléron [Oloron] » (Françoise Moreil, L’intendance de Languedoc à la fin du XVIIe siècle. Édition critique du mémoire « pour l’instruction du duc de Bourgogne », Paris, CTHS, 1985, p. 230).

7 Patrice Poujade, « Le commerce des mules entre la France et l’Espagne à l’époque moderne : l’exemple du Val d’Aran et des Pyrénées centrales », Annales du Midi, 111, 1999, p. 311-324 et « La montagne dans un réseau commercial. Les Pyrénées et le commerce des mules à l’époque moderne », Histoire des Alpes-Storia delle Alpi-Geschichte der Alpen, 12, 2007, p. 233-245.

8 Archiu Istoric Generau d’Aran, Montauban, le 11 octobre 1709.

9 Y avait-il, comme le prévoyaient les traités de lies et passeries entre ces communautés, des renouvellements annuels même en temps de paix ? Peut-être, mais ils ont laissé très peu de traces écrites dans les archives. Étaient-ils alors oraux ? En tout cas, les traces archivistiques des confirmations datent des périodes de guerre, c’est-à-dire dans des moments où la solennité était sans doute recherchée pour que le traité fût respecté et qu’il eût une plus grande valeur aux yeux de tous.

10 Archiu Istoric Generau d’Aran, les 12, 14 et 26 janvier 1674, 4 février 1674.

11 José Ignacio Gómez Zorraquino, La burguesía mercantil en el Aragón de los siglos XVI y XVII (1516-1652), Saragosse, Diputación General de Aragón, 1987, p. 213.

12 Christian Bourret, Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière, Aspet, Pyrégraph, 1995, p. 288-289 ; Serge Brunet, « Genèse des “lies et passeries” et pays d’états dans les Pyrénées centrales (XIVe-XVIIe siècles) », D’un versant à l’autre des Pyrénées. Actes du 51e congrès tenu à Saint-Girons, les 26, 27, 28 juin 1998 et organisé par la Société des Amis de Saint-Lizier et du Couserans, t. 1, Toulouse, Messages, 1999, p. 39-63, ici : p. 46.

13 Le compoix cabaliste est un registre dans lequel est consignée l’évaluation des biens meubles, troupeaux, placements, etc., d’une personne.

14 AD Ariège, 8 J 43, p. 2.

15 Archiu Istoric Generau d’Aran, Madrid, le 31 juillet 1675, autorisation de la reine-mère, renouvelée le 4 octobre et proclamée par le roi le 15 novembre 1675.

16 J. I. Gómez Zorraquino, op. cit., p. 229.

17 ACA, CA/98, Saragosse, le 25 mars 1636. L’argument utilisé par le vice-roi pour le maintien des privilèges est que son royaume a besoin des mulets qui entrent par l’Aran.

18 Josep María Vidal i Guitart, Història d’Andorra, Barcelone, Antalbe, 1985, p. 77.

19 Domènec Bascompte I Grau, « Les Valls d’Andorra als segles XVI i XVII », Annals de l’Institut d’Estudis Andorrans, 1991, p. 289.

20 Gregorio Colás Latorre, « Los valles pirenaicos aragoneses y su colaboración con la monarquía en la defensa de la frontera (1635-1643) », Argensola, 20, 1978, p. 5-24.

21 L. Benhamiche/Y. Képéklian, Cinq notaires de Saint-Béat, témoins de la vie économique et sociale de la haute vallée de la Garonne au temps de Louis xiv (1667-1668), mémoire de maîtrise, Toulouse, 1984, p. 101.

22 María Dolores Martínez Arce, « Conflits entre la France et l’Espagne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle : le blocus commercial », Michel Brunet/Serge Brunet /Claudine Pailhes (dir.), Pays pyrénéens et pouvoirs centraux (XVIe-XIXe s.). Actes du colloque international organisé à Foix, les 1er, 2, 3 octobre 1993 par le Groupe d’Histoire des Pyrénées et les Archives départementales de l’Ariège, t. 1, Foix, Association des Amis des Archives de l’Ariège, 1995, p. 355-367, ici : p. 359-360.

23 Christian Hermann/Jacques Marcadé, La Péninsule ibérique au XVIIe siècle, Paris, SEDES, 1989, p. 187.

24 Archiu Istoric Generau d’Aran, Barcelone, le 1er juillet 1675 et Saragosse, le 2 juillet 1675.

25 AD Cantal, L 28, Procès-verbaux des séances du Directoire du département, fol. 102, le 18 juin 1791 ; les autorités départementales font référence à l’ancienneté de pratiques qui lient la Haute-Auvergne et l’Espagne.

26 Viaje por el Alto Aragón, noviembre del año 1794, texte édité par León J. Buil Giral, Huesca, La Val de Onsera, 1997, p. 63, 133, 179, 196, 197, 224.

27 AD Ariège, 5 E 634, fol. 102, me Ferrand, le 16 août 1652, acte de rupture de l’association.

28 Véronique Izard, « Le fer et la forêt dans un “pays frontière”. Enjeux économiques et sociaux et crises séculaires de la métallurgie au bois dans la province du Roussillon (XVIIe-XIXe siècle) », M. Brunet/S. Brunet/C. Pailhes, op. cit., t. 1, p. 112-122.

29 Alain Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpignan, El Trabucaire, 1997, p. 68-73.

30 AD Haute-Garonne, 3 E 4483, me Jacquet, le 12 août 1675.

31 Annie Brives, Pyrénées sans frontière. La vallée de Barèges et l’Espagne du XVIIIe siècle à nos jours, Argelès-Gazost, Société d’Études des Sept Vallées, 1984, p. 112-114.

32 De nombreux exemples, sur l’ensemble de la chaîne, pourraient être convoqués pour illustrer le propos ; par manque de place, nous renvoyons à la bibliographie citée dans les notes.

33 A. Brives, op. cit., p. 140-145.

34 Gregorio Colás Latorre/José Antonio Salas Ausens, Aragón en el siglo XVI. Alteraciones sociales y conflictos políticos, Saragosse, Departamento de historia moderna, Universidad de Zaragoza, 1982, p. 198-199 et p. 220-227.

35 Patrice Poujade, Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, Aspet, Pyrégraph, 1998, p. 118-119.

36 H. Cavaillès, op. cit., p. 51.

37 Núria Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers. Estudis sobre la Catalunya dels segles XVI a XVIII, Barcelone, Empúries, 1984, p. 174.

38 Archiu Istoric Generau d’Aran, les 27 septembre 1641 et 9 mai 1644 ; ACA, CA/98, les 27 novembre et 10 décembre 1640.

39 Archiu Istoric Generau d’Aran, Toulouse, le 9 mai 1644.

40 Bernard Druène, « Les lies et passeries spécialement pendant la guerre de Succession d’Espagne », Lies et passeries dans les Pyrénées, op. cit., p. 69-108, ici : p. 85, d’après MAE, CP Espagne, t. 29, le 18 novembre 1649.

41 Joaquim Albareda i Salvadó, « Les classes dirigents catalanes i la monarquia hispànica en el tombant del segle XVII », L’Avenç, no 184, 1994, p. 36-41, Antonio Espino López, Catalunya durante el reinado de Carlos II. Politíca y guerra en la frontera catalana, 1679-1697, Barcelone, Bellaterra, Publicacions de la Universitat Autònoma de Barcelona, 1999, p. 315-323.

42 Patrice Poujade, « Une mobilité marchande : les marchands béarnais et le commerce des capes vers la péninsule Ibérique », Culture et solidarités dans les Pyrénées centrales et occidentales, Toulouse, Fédération Historique de Midi-Pyrénées/Société Académique des Hautes-Pyrénées, 2007, p. 127-141. Nombreux exemples dans les registres notariés d’Ax ou de Tarascon.

43 AD Ariège, 220 EDT/FF2, Procès contre Antoine Delfour, avril 1651.

44 Olivier Codina Vialette, De fer et de laine. Les vallées d’Andorre du XVIe au XIXe siècle, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2005, p. 217-245.

45 AD Ariège, 1 J 87.

46 AD Ariège, 5 E 577, fol. 60, me R. Rolland, Tarascon, le 4 février 1647, testament de Mathieu Teynier.

47 Il est environ 3,25 fois plus taxé que la moyenne des marchands de Tarascon. Notons aussi qu’avec 29 achats fonciers effectués après 1651, au moment où son activité de marchand transfrontalier apparaît, il multiplie par cinq son taux d’imposition sur le cadastre.

48 AD Haute-Garonne, 3 E 7141 et 3 E 7142, me Serres.

49 AD Haute-Garonne, 3 E 7100, me Sabatier.

50 AD Haute-Garonne, 3 E 4482 à 3 E 4485, me Jacquet.

51 Voir Santi Torras i Tilló/Silvia Canalda i Llobet, « Els Fizes, patronatge i opulència d’un llinatge de mercaders ennoblits a la Catalunya del barroc », Recerques, no 51, 2005, p. 27-66.

52 Dietaris de la Generalitat de Catalunya, t. 2 : 1539-1578, Barcelone, Generalitat de Catalunya, 1990, p. 211, 217, 251, 261-264.

53 AD Ariège, 220 EDT/FF2, Procès contre Antoine Delfour, le 5 avril 1651.

54 A. Brives, op. cit., p. 115.

Table des illustrations

Légende La frontière pyrénéenne au XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Le commerce transfrontalier par Tarascon (pays de Foix) au XVIIee siècle (moyennes mobiles à partir de 1635 : indice 100)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search