Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Entre pastoralisme, commerce et défense mutuelle : les lies et passeries des Pyrénées et la genèse de la frontière (XIVe-XVIIe siècle)

Serge Brunet

Texte intégral

  • 1 Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Éditions (...)
  • 2 Jules César, Commentaires sur la guerre des Gaules, livre 1, trad. Nicolas-Louis Artaud, Paris, Ga (...)
  • 3 Serge Brunet, « La Garonne : fleuve aux sources introuvables, ou l’impossible frontière », Sophie (...)

1Les Pyrénées sont un archétype de la frontière d’État. Au moment de la Paix des Pyrénées (1659), elles constituent la limite la plus simple, à la fois « géographique, topographique [et] linéaire1 ». Cette image est ancienne. Après Jules César dans La guerre des Gaules, observant ses lignes de crêtes, Isidore de Séville identifie les Pyrénées à un « mur2 ». Nous avons démontré que la prise en compte de ces montagnes accrédite non seulement le concept de « frontière naturelle » du fait de leurs lignes de hauteurs mais aussi, dès le XIVe siècle, du fait de la source de la Garonne. On peut considérer que c’est la rivalité des couronnes de France et d’Aragon pour le contrôle de la haute vallée de la Garonne et du Val d’Aran, qui a été l’occasion de la première expression de ce qui deviendra le principe des « eaux pendantes », venant compléter celui des lignes de crêtes3.

2Localement, les contraintes naturelles et politiques ont amené les habitants de cette montagne-frontière à tisser de part et d’autre, au cours du Moyen Âge, des accords qui réglementaient le pastoralisme, mais aussi le commerce en général et, un temps, des questions non seulement de police mais aussi de défense communes. Ce sont les « lies et passeries ». Celles-ci évoluent durant le demi-millénaire de leur existence, témoignant à la fois de la genèse d’une frontière d’État moderne et des facultés d’adaptation des populations frontalières dans leurs relations économiques, sociales et de bon voisinage.

Les lies et passeries des Pyrénées

  • 4 Paul de Castéran, « Traités internationaux de lies et passeries », Revue des Pyrénées, 9, 1894, p. (...)
  • 5 Henri Cavaillès, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime : les traités de lies et passeri (...)
  • 6 Sur la relative inefficacité des traités : Serge Brunet, « Les lies et passeries des Pyrénées sous (...)
  • 7 Pierre Tucoo-chala, « Un traité de lies et passeries du Moyen Âge à la Révolution : Ossau et Tena  (...)
  • 8 Jean-Pierre Barraqué, « Du bon usage du pacte : les passeries dans les Pyrénées occidentales à la (...)
  • 9 Lies et passeries des Pyrénées, escartons des Alpes, no spécial des Annales du Midi, 114, 2002.

3La polysémie des deux vocables qui sont associés rend compte de cette plasticité. Passeries, facerias ou patzeries désignent à la fois le passage, la paix (patz), le pacte, mais aussi les fueros et le paréage. Lies marque le lien, et contient encore l’idée du contrat et de la paix. Il faut attribuer à Paul de Castéran le premier essai de synthèse, succinct, sur ces accords (1894)4. C’est ensuite le géographe Henri Cavaillès qui, dans un article célèbre, envisage la genèse des lies et passeries comme une dynamique qui aurait pu conduire des vallées pyrénéennes à se constituer en organismes politiques autonomes, effort cassé par l’affirmation des deux États centralisateurs, la France et l’Espagne, au sortir de la première modernité5. Une historiographie polémique a suivi cette première synthèse. L’image implicite des Pyrénées comme une sorte de « Suisse échouée » allait lourdement peser sur les études postérieures. Mais c’est essentiellement à partir de travaux portant sur le XVIIIe siècle, voire la seconde moitié du XVIIe siècle, période d’affirmation de l’absolutisme bourbonien, que d’autres chercheurs ont attaqué la thèse d’Henri Cavaillès6. Il manque notamment à ces études postérieures une approche du droit et des pratiques des populations frontalières, sur la longue durée. La synthèse de Pierre Tucoo-Chala sur les vallées d’Ossau et de Tena fait exception7. Il manque également une mise en perspective d’anthropologie juridique, comme celle que nous propose Jean-Pierre Barraqué8. Enfin – peut-être en raison, là encore, du syndrome suisse – l’approche comparatiste fait défaut ; nous l’avons esquissée avec Nadine Vivier9.

4Il ne s’agit pas pour nous, ici, de tenter de réhabiliter la théorie d’Henri Cavaillès, démarche stérile qui nous renverrait aux anciens affrontements idéologiques. Après avoir marqué les grands moments de l’évolution des lies et passeries, nous souhaitons mettre l’accent sur le XVIe siècle, qu’Henri Cavaillès pressentait, à juste titre, comme l’apogée des lies et passeries. C’est durant cette période, restée largement méconnue, que s’exprime en effet avec le plus d’intensité l’organisation d’autodéfense des vallées françaises et espagnoles, et leur mise en réseau. Si celle-ci a relativement bien fonctionné durant ce siècle de guerre, c’est grâce aux accords de lies et passeries. Ils ont permis d’assurer une prospérité des frontières, qui participent ainsi au Siècle d’Or espagnol.

Des pactes de paix sur les estives à la défense des privilèges commerciaux

5Dans cet espace éminemment montagnard, des communautés de vallées, ou de portions de vallées, exploitaient en commun des pâturages et réglaient les mouvements de transhumance. Le cadre de la vallée, unité de vie, s’imposait, malgré l’éclatement féodal. C’est alors naturellement entre ces vallées que s’organisent les accords de lies et passeries.

  • 10 On appelle « lettres de marque » un acte de gouvernement qui autorise celui qui en est le porteur (...)
  • 11 Christian Desplat, La guerre oubliée. Guerres paysannes dans les Pyrénées (XIIe-XIXe siècle), Biar (...)

6À l’origine, il s’agit de contrats passés entre les montagnards sous la forme de « paix », dans la dynamique des mouvements de Paix et de Trêve de Dieu nés dans le Midi occitan. L’expression « lies et passeries » est parfois remplacée par carta de patz, ou par patzeries (homophone de « passeries », ce dernier n’indiquant que le passage), toujours à partir du mot patz (« paix »). Les « lies » renforcent l’idée du lien scellé par le serment. Mettant un terme aux exactions féodales, aux violences pour la possession ou l’usage des estives, ces accords instauraient un retour aux bonnes relations de voisinage, en fixant les bornes des finages, la gestion des pâturages, en s’évertuant à interdire le droit de marque, à contrôler la pignore ou le10 carnau et à fixer une surséance avant tout acte belliqueux. Ces garanties étaient essentielles pour des populations pastorales contraintes au déplacement du bétail11.

  • 12 Les habitants de la vallée de Vicdessos, qui avaient obtenu en 1293 de Roger Bernard, comte de Foi (...)
  • 13 L’irruption de cette frontière politique engage à de nouveaux aménagements dans les ports et passa (...)
  • 14 « Parce que les hommes de cette vallée sont en possession, usage, coutume et manière de faire la p (...)
  • 15 C’est dans ce contexte géopolitique de l’apparition d’une nouvelle frontière en haut Comminges qu’ (...)
  • 16 sine licencia et permisso nostris, possint, cum dicto comite et hominibus suis, facere pacem et po (...)
  • 17 Le pouillé du diocèse de Comminges, en 1387-1388, permet de mesurer l’ampleur du dépeuplement (Ray (...)

7Au cours du XIVe siècle, les accords de lies et passeries revêtent un caractère plus commercial. Avec l’accroissement de la fiscalité royale et princière d’un État moderne en gestation, les montagnards s’efforcent de conserver leurs exemptions fiscales. C’est dans la partie centrale des Pyrénées, autour du Val d’Aran, que ces nouvelles orientations semblent prendre le plus de force12. De la fin du XIIIe siècle aux années 1320, une tension persistante agite les Pyrénées centrales. Les habitants du Val d’Aran, situé sur le versant nord des Pyrénées, sont contraints de s’approvisionner, pour l’essentiel, du côté français. Leur rattachement à la couronne d’Aragon en 1313 entraîne des mesures de rétorsion économique orchestrées par le comte de Comminges13. C’est pour apaiser ses sujets que Jacques ii leur reconnaît, en 1316, un ensemble de privilèges appelé Querimonia. L’article14 de ces derniers leur attribue le droit de poursuivre des relations économiques avec la France, même en cas de conflit. Dix jours de surséance doivent courir entre la déclaration de guerre et l’entrée en belligérance. Le souverain accorde aux Aranais le droit de renouveler annuellement ces accords avec les frontaliers 14. Sur le versant français, Bernard viii, comte de Comminges, fait de même pour les habitants de la châtellenie de Frontignes, qui constitue la partie montagnarde et frontalière de son comté. Ses habitants sont autorisés à commercer, même en temps de guerre, et ils n’ont qu’un droit léger à payer sur le sel importé15. En 1381, Aymeric de Comminges, qui représente le comte, et Pierre iv d’Aragon confirment les articles de paix, qualifiés de paus antiques (« paix anciennes »). L’étendue concernée est le pays de Frontignes et le Val d’Aran, auxquels s’ajoute le Castillonnais, espace français essentiel pour l’approvisionnement et le négoce des habitants de la partie supérieure de la vallée d’Aran. En 1390, Jean Ier d’Aragon confirme aux Aranais le droit qu’ils ont de « faire la paix et déclarer des trêves d’année en année avec ledit comte [Jean iii comte d’Armagnac, devenu comte de Comminges par son mariage avec l’héritière Marguerite] et ses hommes, sans notre licence et permission16 ». Ces garanties n’empêchent pas le retour des troubles à la fin de la guerre de Cent Ans, même si ceux-ci semblent moins intenses que dans la partie occidentale de la chaîne17. Il y a donc rupture des « paix ».

Vers une structure commune d’avertissement et de défense

8À la fin du conflit, les chartes de paix doivent être renouvelées. Le 24 septembre 1471, au bourg de Saint-Béat, débouché du Val d’Aran sur la France, sous l’égide de Manaut d’Aure, seigneur de Larboust, se rassemblent le prieur de Saint-Béat et des représentants des habitants des châtellenies de Frontignes, de Castillon et du Val d’Aran. Ils décident qu’ils renouvelleront chaque année, en mai, les accords qui les lient, qu’ils n’engageront aucune hostilité avant une surséance (retenenses) de 25 jours et ils prévoient une structure de convention amiable pour régler les différends éventuels entre les contractants. Il faut remarquer une nouveauté dans ce texte : l’instauration d’une assistance mutuelle contre les soldats et pillards qui se sont multipliés à l’issue des troubles, constituant ces fameuses troupes de bandouliers. Les signataires ont l’obligation de se prêter main forte pour seguir ab man armada (poursuivre militairement) les troupes hostiles. Ces accords naissent bien de la nouvelle donne sur la frontière politique.

  • 18 Il s’agit de Manaut Ier d’Aure-Larboust qui, déjà en 1446, était témoin, avec le procureur général (...)
  • 19 Serge Brunet, « Les “libertés” des montagnards : nouvelles approches sur les “lies et passeries” d (...)

9Il faut noter une profonde ambiguïté de ces accords. Tout d’abord, aucune autorité souveraine n’est présente ce jour. La famille d’Aure-Larboust, qui est vassale des comtes de Comminges, mais aussi des rois de Navarre, ne prétend pas agir en leur nom18. Il est simplement dit dans l’acte qu’une confirmation sera sollicitée des états de Comminges naissants. Le second élément équivoque est un flottement dans l’extension géographique de la trêve. S’agit-il, sur le versant français, des deux seules châtellenies, ou bien de l’ensemble du comté de Comminges, qui s’étend largement dans la plaine ? Nous sommes dans une période de croissance de l’autorité royale et princière, au cours de laquelle s’affirment, ou apparaissent, ces petits pays d’états qui émaillent la chaîne, à la suite du rattachement de fiefs à la couronne (Comminges en 1454, Quatre-Vallées en 1475)19.

  • 20 Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays Basque, t. 2 : Évolution politique et institutionnell (...)
  • 21 Gilbert Pène, Les attributions financières des états du pays et comté de Bigorre aux XVIIe et XVII (...)

10De la Méditerranée à l’Atlantique, le Roussillon, le Pays de Foix, le Nébouzan, les Quatre-Vallées, le comté de Bigorre, le Béarn, la Soule, le royaume de Navarre, le Marsan, le Labourd, et même la petite principauté de Bidache, sont considérés comme des pays d’états. Mais leur organisation est loin d’être homogène et certaines assemblées se verront contester le caractère d’états provinciaux dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Les raisons invoquées seront qu’elles ne sont composées que de membres du tiers état, qu’on ne leur demande point de faire une donation au roi, qu’on ne leur envoie pas de commissaire royal pour assister à leurs séances et que les ordres du gouvernement leur sont notifiés par une simple lettre de l’intendant. C’est le cas du Labourd, des Quatre-Vallées, ou encore des Bastilles et de la ville de Mont-de-Marsan, qui sont alors appelés seulement pays abonnés ou privilégiés. Seuls les états de Béarn, de Bigorre, de Navarre, de Comminges et de Nébouzan ne se verront pas discuter leur qualité. Mais cette distinction, tardive, n’est pas si simple qu’il paraît. Ainsi, le Bilçar de Labourd prête à confusion, étant donné la présence d’un commissaire royal aux séances20. De leur côté, les états de Bigorre ont l’originalité de représenter aussi des assemblées de vallées, en Lavedan21. En fait, la partie montagneuse de tout ou partie de ces pays s’individualisait ; pour ses habitants, les états ne représentaient que le niveau ultime de la structure par emboîtement qui caractérisait l’organisation de ces sociétés montagnardes. Les chefs de famille – ou plutôt de « maison » – sont représentés dans les communautés paroissiales, lesquelles se rassemblent en communautés de vallées, et parfois de portions de vallées, et éventuellement en pays d’états, qui ne sont alors guère plus que des vallées agglomérées autour d’intérêts communs. Ces pays d’états reproduisent ainsi bien imparfaitement la structure traditionnelle de la société d’Ancien Régime répartie en ordres ; ils représentent plutôt l’ordre des maisons.

  • 22 Marchissant = limitrophe, voisin. Des lettres patentes de Louis XI déchargent de toute taille et d (...)

11Les prérogatives de ces petits pays d’états sont également fort limitées. On ne peut pas dire qu’ils disposent d’une réelle politique ; ils se défendent d’abord contre le triptyque de l’hydre fiscale qui, pour ces peuples pastoraux et frontaliers, sont la gabelle (impôt sur le sel), la traite foraine (droits douaniers) et l’administration des Eaux et Forêts. Dès leur naissance, ces pays d’états, menacés par ces impositions, risquent d’être transformés en pays d’élection. Cela signifierait qu’ils n’auraient plus la possibilité de voter et de répartir leurs impôts. La défense des privilèges d’imposition est d’autant plus délicate que l’espace des lies et passeries, qui les justifie pour une bonne part, ne correspond pas à celui de ces pays d’états. Ainsi le bas pays ne bénéficie-t-il pas de ces exemptions. Pourtant, cela n’empêche pas les députés de chercher à les étendre à l’ensemble du pays, arguant notamment de la nécessité de défendre les ports et les passages en temps de guerre. C’est ce que font ceux du Comminges en commençant à se réunir et en confirmant leurs privilèges, en 1490, en 1496 ou encore en 1500. Ils considèrent que la liberté du trafic frontalier et l’allègement du droit de foraine, comme les exemptions de gabelle et d’administration des Eaux et Forêts, concernent l’ensemble du comté et pas seulement le haut Comminges frontalier. Les habitants des Quatre-Vallées, « qui sont marchissans au païs d’Aragon », font de même22. Enfin, les termes de ces accords pouvaient se prêter à un glissement de simples trêves et de rétablissement de relations de bon voisinage à un embryon de charte défensive. C’est ce qu’il advint au siècle suivant.

Deux mises en réseau des accords

12Le haut pays connaît au XVIe siècle une période de prospérité qui, contrairement au bas pays, dure tout au long des troubles religieux (vers 1561-1598). Les montagnards s’attachent à préserver leurs profits en mettant en réseau les traités de lies et passeries conclus par-delà la frontière. Ils restent donc attachés à la prérogative royale et seront qualifiés parfois de « traités internationaux ». Deux épicentres se révèlent dans les Pyrénées centrales. C’est d’abord, en 1513, le plan d’Arrem, au débouché du Val d’Aran. C’est ensuite, dès l’année suivante, l’accord passé entre Béarnais et Aragonais. Les conditions de signature de ces deux traités « fédérateurs » sont très particulières et expliquent leur originalité.

  • 23 Marc-Marie de Lassus, « Le sire de Labastide Pauméz à Saint-Béat (1512) », Revue de Comminges, 1, (...)

13L’occasion de la signature de l’acte du Plan d’Arrem est fournie par la. maladresse de M. d’Orbessan, sieur de La Bastide-Paumès23. La France et l’Espagne étant en guerre, ce capitaine, muni d’une commission du lieutenant général en Guyenne lui enjoignant de s’attaquer à la contrebande, fait saisir des marchandises appartenant à des Aranais sur le marché de Saint-Béat. Ce qui lui est reproché, ce n’est pas la saisie en tant que telle, mais le fait de ne pas avoir respecté la surséance avant de l’exécuter. En 1511, le roi Louis XII désavoue cet officier. Forts de cette décision royale, les frontaliers se réunissent alors pour confirmer l’acte de 1471. Mais les dispositions du document qu’ils signent le dépassent.

  • 24 « Aussi a été conclu, appointé et ordonné, pour de certains et bons respects concernant le service (...)

14Tout d’abord, délimitant l’extension des lies et passeries, le texte définit deux espaces inclus de nature différente. Le premier circonscrit un ensemble commercial protégé. Très vaste, il s’étend jusqu’à Toulouse au nord des Pyrénées (au nord : l’ensemble du Comminges, le Couserans, les Quatre-Vallées et la sénéchaussée de Toulouse ; au sud : le marquisat de Pallars, la vicomté de Villemur, la Conque d’Ourcau, la baronnie d’Erista, Gerri et l’abbaye de Labaix). Une protection est assurée pour tous ceux qui se rendent aux foires et qui traversent cet espace. Cependant l’autorité responsable, qui exerce la police, n’est pas celle du prince, mais celle des communautés de vallées. Chacune de ces dernières est jugée collectivement responsable pour tout méfait commis dans son enceinte (article XII) 24. Dans des périodes d’insécurité, elle peut donc choisir la prévention en escortant les marchands afin d’éviter les pillages et l’application du droit de marque ou de représailles.

  • 25 « vi. Aussi a été conclu que si quelques voleurs, ravisseurs de chemins, et autres malfaiteurs éta (...)

15Cependant, un autre espace, plus restreint, est également défini. Il s’agit d’un ensemble d’avertissements et de défenses. Les vallées frontalières ont des obligations précises d’information réciproque en cas d’irruption de tout type de bande armée, régulière ou irrégulière. Ce sont les Frontignes, le Castillonnais et le Val d’Aran, contractants initiaux, auxquels s’ajoutent désormais Saint-Girons, les vallées d’Aure, de Benasque, de Gistaín, de Barraves et d’Áneu et le marquisat de Pallars. Au-delà de cette obligation et de celle de non-agression, elles se doivent un secours mutuel (articles vi et XIII)25.

  • 26 À la fin du XVIe siècle, le tribunal de la passerie de Barèges et de Broto est animé par des syndi (...)
  • 27 Josep Lladonosa, El bandolerisme a la Catalunya occidental (1473-1616), Barcelone, Rafael Dalmau E (...)

16Nous avons remarqué l’ambiguïté de l’acte de 1471. Celui de 1513 paraît encore plus nettement en décalage avec les réalités politiques et administratives du temps. Les contractants restent soumis aux autorités souveraines, qui décident notamment de la guerre ou de la paix. Il n’y a pas d’organisme juridique spécifique pour traiter des affaires de lies et passeries. Le parlement de Toulouse ou l’audience de Barcelone sont compétents. Cependant, lorsque les affaires se traitent localement dans ce que l’on appelle couramment des « vistes » ou « juntes », les frontaliers ont recours aux « présidents » des lies et passeries. Ailleurs, il s’agit de syndics choisis de part et d’autre de la frontière26. Au cours du XVIe siècle, les présidents des lies et passeries du Plan d’Arrem sont des représentants de la famille d’Aure-Larboust, signataire de l’acte de 1471. Ils agissent à l’instar de « présidents-nés » des lies et passeries, avec le prieur de Pujòlo, représentant de la partie sommitale du Val d’Aran (terçon de Pujòlo), lequel conserve alors une sorte d’autorité occulte sur l’ensemble de la vallée. Le pouvoir royal est encore peu affirmé sur cette vallée dont le gouvernement reste, jusqu’en 1574, entre les mains des lointains comtes de Ribagorça. Surtout, l’espace délimité transcende la géographie administrative du temps. Aucun des deux ensembles inclus ne respecte les limites du comté de Comminges. Les instances représentatives majeures sont, au nord, le lieutenant du sénéchal de Toulouse et capitaine de Saint-Béat, le gouverneur de la baronnie d’Aspet ainsi que le seigneur de Larboust, et, au sud, le lieutenant du châtelain d’Aran et le capitaine général du marquisat de Pallars. Le juge de Comminges et celui d’Aran s’y ajoutent. Il leur est demandé de faire ratifier les accords de lies et passeries par les autorités compétentes. Par l’article xiii, les liens qui unissent ces vallées frontalières sont exclusifs. Il n’est pas permis aux contractants d’adhérer à d’autres structures défensives, qui pourraient les amener à se dresser les uns contre les autres. Ce pourrait être par exemple les germanies, confréries défensives populaires qui, au même moment, se forment autour de Lérida et dans d’autres lieux de la Catalogne27. À l’extrême fin du siècle, côté français, ce seront les « ligues campanères » en bas Comminges.

  • 28 Jean Lestrade, Cahiers des remontrances des états de Comminges aux rois de France ou à leurs lieut (...)
  • 29 Ils doivent cependant acheter cette denrée en marchandises mais pas en argent (ibid.).

17Malgré ce flottement dans l’identification de ces accords, à la suite du rattachement du Comminges à la couronne de France, ces privilèges commerciaux et fiscaux concernent l’ensemble du pays d’états. Lors de leur demande de confirmation, les députés les justifient par la pauvreté de ces montagnes et par le rôle d’autodéfense accordé aux vallées, lequel est érigé en véritable charge de garde-frontière du royaume. Cette argumentation est d’autant plus essentielle que ces privilèges sont constamment menacés. En 1533, François Ier confirme ceux du Comminges, dont la liberté d’acheter du sel espagnol pour la consommation locale. Quatre ans plus tard, le pays est menacé par l’instauration de la gabelle. Les états présentent une requête au roi, arguant de la pauvreté et de la stérilité d’un pays limitrophe de l’Espagne et de l’Aragon, ce qui l’oblige à garder continuellement les frontières, à ses frais, pour éviter « oppressions, pilleries et rapines » de la part des voisins. Ce sont ces motifs « qui auraient justifié l’exemption de gabelle par les feus rois28 ». Lors de l’avènement d’Henri ii, en 1547, les privilèges du pays sont à nouveau garantis. La même année survint une nouvelle menace d’instauration de la gabelle. Le haut Comminges (Frontignes, Castillonnais et baronnie d’Aspet) s’assemble pour se défendre « contre les officiers de nouveau érigés comme les maîtres des ports et passages, eaux et forêts et gabelle ». En 1554, ils obtiennent la confirmation du privilège du sel en Comminges29.

  • 30 La vallée aragonaise de Tena aurait été placée sous le contrôle des premiers comtes de Béarn et, d (...)
  • 31 Archives de la vallée d’Ossau, Cartulaire de la vallée (Livre rouge), AA 1 et DD 63. Pierre Tucoo- (...)

18La seconde zone de « mise en réseau » des accords de lies et passeries, en 1514, concerne des vallées du Béarn et de l’Aragon. Comme autour du Val d’Aran, leur évolution est à placer dans un contexte bien particulier. Sur un axe commercial et transhumant majeur, des montagnards fort liés par d’anciennes relations s’efforcent de ne pas pâtir des conflits princiers30. Le premier document de lies et passeries entre les vallées d’Ossau et de Tena est daté du 13 août 1328, et fait référence à une carta de la patz antica pour déclarer une patz perpetual31. Il s’efforce de garantir les biens et les personnes, et définit divers types de procédures à suivre en cas de violation des accords. La conquête de la Navarre sur Jean d’Albret, en 1512, par Ferdinand le Catholique ayant entraîné une vive et durable tension sur une nouvelle frontière, les accords de lies et passeries sont mis en réseau. Dès le mois de juin 1512, deux délégations se rencontrent à Sallent pour déclarer que les querelles qui mettent aux prises leurs maîtres ne les concernent pas directement et que la charte de 1328 restera en vigueur malgré la guerre. Plus encore, pour éviter tout dommage aux troupeaux, les vallées devront s’avertir réciproquement de tous les mouvements de troupes. En 1514, ce sont les vallées béarnaises d’Ossau, d’Aspe et de Barétous qui concluent avec les vallées aragonaises de Tena, Canfranc, Borau, Aynsa, Aragues, Echo et Anso une sorte de traité de paix et d’alliance. Les contractants obtiennent alors de leurs souverains en guerre que celle-ci soit limitée au seul royaume de Navarre et qu’elle ne s’étende ni à l’Aragon ni au Béarn. Ce traité élargi fut négocié par les états et le seigneur de Béarn, les Cortès et le vice-roi d’Aragon. Les contractants sont libres de circuler et « d’envoyer, enlever et transporter leurs marchandises, choses et biens » dans toute la seigneurie de Béarn et dans tout le royaume d’Aragon, « à la condition qu’ils acquittent les péages et les autres droits légitimes », et qu’il ne s’agisse pas de contrebande de guerre (article viii). L’avertissement du passage de bandes armées est imposé, ainsi que l’entraide contre leurs déprédations (articles v et IX). La surséance est fixée à huit jours (article XII).

  • 32 Au même moment, l’ancienne solidarité financière collective des habitants d’un village, du vic (po (...)

19Les accords particuliers entre les vallées d’Ossau et de Tena iront plus loin. En 1517, ces montagnards s’engagent à ne participer à aucune arrestation ou à des poursuites ordonnées à l’encontre d’un autre pazero (contractant de la paz) en vertu d’un « mandement estrange [étranger] », qu’il vienne du vicomte de Béarn ou du roi d’Aragon. En 1552, ils déclarent que si des dommages étaient causés aux biens et aux personnes d’une vallée par des troupes venant de l’autre vallée alors que cette dernière avait omis d’envoyer le messager confidentiel avertissant les pazeros du danger, ses habitants devraient entièrement indemniser les victimes. Il faut attendre les années 1562-1563 pour que les représentants d’Ossau et de Tena soient enfin obligés de communiquer le texte de leurs accords à l’autorité supérieure et de demander leur approbation32.

Une véritable entraide défensive, par delà la frontière

  • 33 H. Cavaillès, op. cit.

20L’apogée des lies et passeries dans les Pyrénées centrales se situe donc au cours de ce XVIe33 siècle, comme l’avait pressenti Henri Cavaillès. La montagne connaît alors l’abondance et, à la fin du siècle, elle est épargnée par les destructions militaires.

  • 34 Le terme générique « Gascon » désigne les armées françaises, au sein desquelles ils sont nombreux (...)
  • 35 P. Tucoo-Chala, « Un traité de lies et de passeries [...] », op. cit., p. 171.
  • 36 Pierre Palma-Cayet, Chronologie novénaire [Paris, J. Richer, 1608], édition J. A. C. Buchon, Paris (...)

21Le secours mutuel prescrit par les articles vi et xiii du traité du Plan d’Arrem est bien respecté. En 1524, alors que le Val d’Aran est envahi par34. « 10 ou 12 000 Gascons », les frontaliers français viennent à leur secours Durant les guerres de Religion, les Aranais, les Benasquais et les Luchonnais s’entraident efficacement. L’évêque de Comminges, le ligueur hispanophile Urbain de Saint-Gelais, y contribue puissamment. Son accession au siège épiscopal (1570) permet aux Aranais d’éviter un rattachement de leurs deux archiprêtrés au diocèse d’Urgell, transfert qui n’aurait pu qu’être néfaste au maintien de leurs privilèges. Dès 1574, le prélat, fort de ses relations à la cour de France, permet une rapide confirmation royale des lies et passeries. En 1585, pour reconquérir sa cité de Saint-Bertrand-de-Comminges, il n’hésite pas à faire appel aux milices de Benasque et d’Aran. Il n’aura de cesse de maintenir de bonnes relations avec les frontaliers. Le Comminges, ardant défenseur du catholicisme, bénéficie alors d’un intense trafic de marchandises avec l’Aragon et la Catalogne qui va, en partie, approvisionner la Ligue catholique. Il ne s’agit plus seulement de vente de blé et de draperies à l’Espagne contre de la laine et du sel. Sous couvert des lies et passeries, les frontaliers français vendent aussi des mules et achètent des armes et des chevaux. Le Val d’Aran et Benasque sont des plates-formes de ce négoce, comme de l’espionnage pour le compte de Philippe ii. Si quelques frictions mineures se font jour entre les habitants de Roncal et ceux de Barétous et d’Aspe, sensibles au protestantisme, Ossau et Tena traversent sans dommage les guerres de Religion. Elles s’avertissent du déplacement des troupes et s’entraident si nécessaire. Lorsque Philippe ii commande aux gens de Tena une expédition contre les hérétiques du Béarn, ceux-ci obéissent très mollement35. En 1592, ce sera Catherine de Bourbon, régente de Béarn, qui, inspirée par le secrétaire félon du Roi Catholique, Antonio Pérez, montera une expédition militaire en Aragon36. Ce seront à nouveau les frontaliers qui contribueront à son cuisant échec. La guerre entre les vallées est vraiment impossible.

22La dissymétrie entre montagne et plaine se révèle cependant au cours de cette dernière guerre de Religion, lorsqu’une organisation de défense naît en bas Comminges. À la suite de vives alertes dans les années 1587, 1588 et 1589 (notamment les prises de Saint-Bertrand-de-Comminges, de Puymaurin et de Samatan par les huguenots), une structure inter-paroissiale d’avertissement et de défense est constituée. Ce sont les « ligues campanères ». Révélées en 1591, elles sont jugées illégales par les états de Comminges. Il n’en allait pas de même dans la montagne, où le droit des lies et passeries légitimait l’existence d’une force armée.

  • 37 En janvier 1591, à son retour de la cour d’Espagne pour apporter les promesses du Roi Catholique a (...)

23En Val d’Aran, Charles Quint puis Philippe ii avaient d’ailleurs laissé les montagnards s’organiser en six milices armées, unies autour d’autant d’églises transformées en forteresses. En haut Comminges, la zone d’avertissement et de défense des lies et passeries se regroupe alors en un syndicat qui, lui, est reconnu par le parlement de Toulouse, et toléré par les états de Comminges parce que son action se situe dans le cadre des anciens accords. Les vallées d’Aran, de Luchon et de Benasque, notamment, se portent alors assistance et l’évêque ligueur de Comminges s’efforce de structurer les deux organisations de son diocèse au bénéfice de sa cause et de l’intérêt de ses ouailles37.

  • 38 Serge Brunet, « L’attente des Espagnols à Toulouse et en Comminges à la fin des guerres de Religio (...)
  • 39 « Par l’essai que j’ai fait ces jours passés des gens de pied que les villages associés du Pays de (...)

24En relation avec les états de Comminges et les états de Guyenne, le prélat prépare l’arrivée d’un fort contingent de troupes espagnoles au secours de la Ligue contre Henri iv, par le Val d’Aran et le haut Comminges38. Ce contingent, qui doit arriver en 1592, ne traversera en fait jamais les Pyrénées. Il restera en Espagne pour mater la révolte des Aragonais. Le secours attendu en Gascogne ne venant pas, les Ligues campanères sont alors utilisées comme une troupe supplétive par le marquis de Villars, lieutenant général pour la Ligue en Guyenne, pour fondre sur la Bigorre (fin 1592)39 ou encore par l’évêque de Comminges pour reprendre le contrôle de sa cité épiscopale (1593). Avec la trêve de l’été 1593, le mouvement d’autodéfense se transforme en sédition anti-fiscale devant les exigences contributives de deux partis belligérants. La sédition s’étend également dans l’espace, débordant le bas Comminges.

  • 40 « L’évêque de Comminges et son frère [Guy de Lansac] feraient qu’une diète se tiendrait [au châtea (...)

25Après l’abjuration du protestantisme par Henri IV, les projets de la dernière chance sont lancés par les ligueurs, dans un contexte de vaste démembrement de l’État au profit de gouverneurs de provinces périphériques, comme Mercœur en Bretagne, Aumale en Picardie, Mayenne en Bourgogne ou Guise en Champagne. On revient alors au projet d’intervention espagnole par les Pyrénées centrales. Celui-ci s’appuierait sur la création d’une « Suisse pyrénéenne ». Il ne s’agit plus là de l’image rêvée par Henri Cavaillès mais de celle appelée de ses vœux par Urbain de Saint-Gelais, dans les mémoires qu’il adresse à Philippe II40. Le prélat songe à un peuple montagnard en armes, qui signerait un accord par lequel il se mettrait sous la protection de l’Espagne. Cette folle utopie, qui est tout de même présentée au conseil de guerre du roi d’Espagne, devient de toute façon rapidement impossible à réaliser alors que la Ligue se désagrège rapidement à la suite des ralliements à Henri iv. Elle a surtout comme intérêt, pour l’historien, de révéler la très forte cohésion des Ligues campanères avec le haut Comminges et le Val d’Aran des lies et passeries, à l’issue des guerres de Religion. On peut considérer que ce projet constitue le chant du cygne du rapprochement transfrontalier issu de ces accords. C’est ici que s’arrête la comparaison. L’utopie n’ira pas au-delà ; contrairement aux Alpes, les vallées des Pyrénées centrales, loin de faire sécession, seront de plus en plus soumises à l’ordre royal et à ses exigences contributives.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles : le retour à de simples accords pastoraux

  • 41 C’est le cas, par exemple pour l’affaire Daunis, en 1702. Ce marchand toulousain avait obtenu du p (...)
  • 42 R. Souriac, op. cit. ; Maurice Dufaur, L’Élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, Aspet, (...)

26La pacification d’Henri iv a pour conséquence de constituer les Pyrénées en une frontière militaire de plus en plus hermétique et belliqueuse, au détriment des frontaliers. En 1595 et 1598, c’est la guerre entre la France et l’Espagne ; les lies et passeries sont interrompues. À partir des années 1630-1635 et pendant tout un long XVIIe siècle, malgré la paix des Pyrénées de 1659, les tensions politiques et la guerre sont constantes sur cette frontière. Entre 1635 et 1720, pas moins de 59 années voient l’affrontement entre les deux pays. L’inadéquation fondamentale de l’espace des lies et passeries avec celui des pays d’états est patente, même si les montagnards continuent d’invoquer un rôle de garde-frontière, de moins en moins crédible avec l’évolution de l’art militaire. Les pays d’états ne peuvent plus échapper à l’instauration de la milice royale (1688). Surtout, la poursuite des relations commerciales transfrontalières va à l’encontre des intérêts des militaires. On soupçonne les frontaliers, sous le couvert des lies et passeries, d’approvisionner les ennemis. On les accuse d’avertir du déplacement des troupes, et d’entraver ainsi les opérations militaires. Les administrateurs, comme les intendants de province, ont un avis qui diffère de celui des militaires. Ce sont d’ailleurs eux, ou leurs représentants, qui ont remplacé les anciens présidents des lies et passeries lors des procédures de conciliation41. Pour les intendants, l’arrêt du commerce provoque la diminution du profit des traites foraines et indirectement celle de la taille. Il peut aussi conduire les montagnards à se soulever. Les intendants tendent donc à opter pour la restriction momentanée des accords de lies et passeries, plutôt que pour leur interruption pure et simple. Ils s’efforcent de réduire leurs bénéfices à un espace frontalier étroit ; certains produits échangés sont jugés illicites et le commerce doit se limiter à la consommation locale et non pas à la revente. En fait, ces arguties se situent dans un contexte d’érosion continue des privilèges, facilité par la création des élections, comme dans le Comminges en 162242. On constate d’ailleurs à cette époque, notamment à la suite de saisies opérées au hasard des combats, que les plus grands profiteurs des lies et passeries sont probablement les marchands extérieurs aux vallées, comme les négociants en laine d’Oloron, de Jaca, de Saragosse ou de Toulouse.

  • 43 G. Pène, op. cit., p. 128-129 et 132-154.

27La dissymétrie entre plaine et montagne dans ces petits pays d’états se révèle cruellement lorsqu’il s’agit de refuser les contributions militaires. Peut-on considérer que les exemptions de taille ou de milice justifiées par la défense des ports et des passages puissent s’étendre au-delà des vallées frontalières pour bénéficier à l’ensemble des pays d’états ? La réponse dépend de la capacité de résistance des députés. Ceux des Quatre-Vallées étaient parvenus, tout au long des guerres de Religion, à étendre l’exemption de toute contribution militaire et de logement de troupes à l’ensemble de leur territoire, jusqu’aux plaines du Magnoac, pourtant bien exposées. Par contre, si le haut Comminges avait également pu refuser de participer à l’effort militaire, le bas Comminges avait dû payer. En Bigorre, au siècle suivant, cette absence de solidarité entraînera une véritable guerre entre le Lavedan et la plaine de Tarbes (1655-1666)43.

  • 44 Bertrand Sapène, « Les lies et passeries frontalières mal appliquées au XVIIIe siècle, sous Louis (...)
  • 45 « vi. Aussi a été conclu que si quelques voleurs, ravisseurs de chemins, et autres malfaiteurs éta (...)

28Avec le retour plus assuré de la paix, le XVIIIe siècle considère les accords de lies et passeries comme une curiosité désuète. Louis xv ne jugera pas utile de confirmer l’acte du Plan d’Arrem. Mais les Aranais gardent toujours cette nécessité impérieuse de s’approvisionner sur le versant français et ils tiennent au maintien des vieux accords. Cette situation est envenimée par la vente de leur bois d’œuvre, qui s’est intensifiée, par flottage sur la Garonne, au profit des marchands toulousains44. Comme la vente de ce bois échappe à la foraine, le baron de Lés, seul seigneur aranais dont les terres sont stratégiquement bien placées au débouché de la vallée, veut les taxer. Les diplomates français interrompent alors les lies et passeries par mesure de rétorsion. Plus tard, ce sont les habitants de Saint-Béat, bourg des principales foires, qui veulent faire payer un droit de pontonnage aux Aranais, contraire aux vieux accords. Leur étrangeté sur le versant français est révélée lorsque, en 1751, les Aranais demandent à l’intendant d’Auch d’exercer un droit de poursuite sur des criminels, selon l’article vi des lies et passeries45. Mégret d’Étigny, étonné par cette requête, en réfère au ministre des affaires étrangères. De fait, la législation des lies et passeries n’a plus de vigueur en matière de police et de défense, et elle n’est guère compétente en ce qui concerne le domaine du commerce international. Ces vieux accords retournent en quelque sorte à ce qu’ils étaient au début de leur existence : de simples conventions pastorales.

29Les lies et passeries des Pyrénées ont été produites par des communautés montagnardes soumises à une économie pastorale. Leur transformation accompagne la genèse de la frontière. Au centre, la haute vallée de la Garonne et le Val d’Aran, aux contraintes géographiques – et donc économiques et politiques – fortes, constituent un enjeu majeur. Les destinées de cette vallée commandent la formation et l’évolution des lies et passeries à son entour. Nous avons noté la malléabilité de ces accords à partir des trois variables que sont les mouvements de troupeaux sur les pâturages, le commerce et la défense mutuelle. Nous avons bien assisté à une tendance qu’Henri Cavaillès qualifiait de « fédérative » au XVIe siècle. Mais elle se limite à deux épicentres, aux conjonctures politiques et économiques spécifiques. Il s’agit de velléités, toujours soumises à l’autorité monarchique, sur les marges d’une France dont le premier élan absolutiste, celui des Valois, est cassé par une longue crise religieuse, civile et dynastique. Ce XVIe siècle est bien caractérisé par une prospérité de la montagne qui permet cependant à ces accords de s’exercer pleinement. La reprise en main des Bourbon leur sera fatale. Le siècle suivant est marqué par la guerre et par l’accroissement fiscal qui lui est lié, néfastes aux privilèges des frontaliers. Les pactes de non-agression, l’obligation d’avertissement et les activités commerciales ont bien du mal à perdurer. Le XVIIIe siècle consacre le repli des lies et passeries sur de simples accords de pâture et de bon voisinage, tant du fait de l’évolution militaire et diplomatique que de la situation économique. Contrairement à l’expression attribuée à Louis XIV en 1659 : « Il n’y a plus de Pyrénées », sur cette montagne s’est alors matérialisée une frontière de plus en plus sensible, particulièrement pour les frontaliers.

Notes

1 Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Éditions Gallimard, 1998, p. 150-192.

2 Jules César, Commentaires sur la guerre des Gaules, livre 1, trad. Nicolas-Louis Artaud, Paris, Garnier, 1891, p. 1-2. Un demi-siècle plus tard, le géographe grec Strabon reprend et développe cette délimitation dans le tome iv de sa Géographie. Voir : Christian Rico, Pyrénées romaines : essai sur un pays de frontière (IIIe siècle av. J.-C.–IVe siècle ap. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez, 1997, coll. « Bibliothèque de la Casa de Velázquez 14 ». L ‘ évêque de Séville est l’auteur d’un ouvrage encyclopédique intitulé : Originum sive etymologiarum libri, dans lequel il ébauche une classification des connaissances en arts libéraux, sciences morales, sciences naturelles, agriculture et arts manuels. Le chapitre consacré aux montagnes évoque les Pyrénées (XIV, 8, 15). Voir : Patrick Gaultier-Dalché, « L’image des Pyrénées au Moyen Âge », Philippe Sénac (dir.), Frontières et espaces pyrénéens au Moyen Âge, Perpignan, Université de Perpignan, 1992, p. 15-37.

3 Serge Brunet, « La Garonne : fleuve aux sources introuvables, ou l’impossible frontière », Sophie Cassagnes-Brouquet/Agnès Dubreil-Arcin (dir.), Le Ciel sur cette terre. Dévotions, églises et religion au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Michelle Fournié, Toulouse, Framespa, 2008, p. 11-34.

4 Paul de Castéran, « Traités internationaux de lies et passeries », Revue des Pyrénées, 9, 1894, p. 243-269.

5 Henri Cavaillès, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime : les traités de lies et passeries », Revue historique, 35, 1910, p. 16-32 et p. 241-274.

6 Sur la relative inefficacité des traités : Serge Brunet, « Les lies et passeries des Pyrénées sous Louis XIV, ou l’art d’éviter les malheurs de la guerre ? », André Corvisier/Jean Jacquart (dir.), Les malheurs de la guerre, t. i : De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, octobre 1994, Paris, Éditions du CTHS, 1996, p. 271-289.

7 Pierre Tucoo-chala, « Un traité de lies et passeries du Moyen Âge à la Révolution : Ossau et Tena », Annales du Midi, 77, 1965, p. 157-177.

8 Jean-Pierre Barraqué, « Du bon usage du pacte : les passeries dans les Pyrénées occidentales à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 125, 2000, p. 307-335.

9 Lies et passeries des Pyrénées, escartons des Alpes, no spécial des Annales du Midi, 114, 2002.

10 On appelle « lettres de marque » un acte de gouvernement qui autorise celui qui en est le porteur à se faire justice lui-même aux dépens d’une nation ennemie ; il obtient ainsi réparation d’un tort qu’il a souffert et qu’on a refusé de réparer. Surtout connu dans le domaine maritime, le registre de marque de la couronne d’Aragon, entre 1350 et 1437, témoigne du recours persistant aux lettres de marque et de contremarque durant cette période de guerre. Voir Jean Castex, Les relations pastorales et commerciales à travers les Pyrénées d’après les registres de marque de la Couronne d’Aragon, mémoire inédit de DES, Faculté des Lettres de Toulouse, 1957. – À l’origine, on appelle « pignore » (du lat. pignus, oris et eris : gage, nantissement, mais aussi : otage, garantie d’une gageure, enjeu) l’action qui consiste à s’emparer d’une bête qui pâture là où son possesseur n’a pas le droit de l’envoyer, de façon à obtenir un dédommagement pour prix de sa libération. Par la suite, le terme s’étend en fait à toute sorte de saisie (parfois suivie de représailles) visant à détenir un gage, dans l’espoir d’un arbitrage. Il désigne aussi de façon générale un gage et jusqu’à l’hypothèque qui garantit un prêt (catalan : empenyorar). Une forme extrême de la pignore est le droit de carnal ou carnau. La bête surprise sur des terres qui lui étaient interdites était immédiatement abattue et consommée par les ayants droit.

11 Christian Desplat, La guerre oubliée. Guerres paysannes dans les Pyrénées (XIIe-XIXe siècle), Biarritz, J. & D. Éditions, 1993.

12 Les habitants de la vallée de Vicdessos, qui avaient obtenu en 1293 de Roger Bernard, comte de Foix, la faculté de commercer et de traiter librement avec les Catalans du Val Ferrera et du comté de Pallars, rappellent bien ce droit dans le renouvellement de lies et passeries de 1355 (document perdu, voir : P. de Castéran, op. cit.). Les habitants des vallées de Barèges et de Broto stipulent également ce droit en 1390.

13 L’irruption de cette frontière politique engage à de nouveaux aménagements dans les ports et passages (Serge Brunet, « L’hospice de France et la frontière des Pyrénées, XIVe-XIXe siècle », Pyrénées. Bulletin pyrénéen, no 206, 2001, p. 161-196).

14 « Parce que les hommes de cette vallée sont en possession, usage, coutume et manière de faire la paix ou d’avoir des trêves d’année en année, avec les nobles comte de Comminges et Arnaud d’Espagne et avec les autres voisins de la dite communauté, nous estimons qu’il faut [leur] répondre et même prévoir qu’ils continuent à agir encore selon leur coutume, sauf si nous ou les nôtres leur commandions le contraire ; dans ce cas, après avoir accordé dix jours à celui ou à ceux avec qui ils auraient fait la paix ou une trêve, ils n’observeraient [plus] cette paix ou cette trêve ni ne seraient tenus de l’observer. » (Quod homines dicte vallis sunt in possessione, usu, consuetudine et modo faciendi pacem seu habendi treugam ab anno in annum cum nobilibus comite Convenarum et Arnaldo de Yspania et cum aliis vicinis dicte universitatis : sic respondendum ducimus ac etiam providendum quod id faciant prout consueverunt ; salvo quod retineant sibi quod si nos vel nostri mandaremus eis contrarium, quod, datis decem diebus illi vel illis cum quibus fecissent pacem vel treugam, quod illam pacem vel treugam non servarent nec eam servare teneantur.) Publié par Ferran Valls Taberner, Privilegis i ordinacions de la vall d’Aran, rééd. Barcelone, PPU, 1987 (1re édition : 1915-1920), p. 30. Les Aranais s’étaient vu reconnaître la propriété des bois, eaux, mines et montagnes de la vallée. Ils pouvaient conclure annuellement des pactes de paix et des trêves, notamment avec le comte de Comminges et avec Arnaud d’Espagne, qui était alors vicomte de Couserans et qui revendiquait le Haut-Pallars (Charles Higounet, « Comté et maison de Comminges entre France et Aragon au Moyen Âge », Bulletin hispanique, 49, 1947, p. 311-331).

15 C’est dans ce contexte géopolitique de l’apparition d’une nouvelle frontière en haut Comminges qu’il faut replacer les nombreuses chartes de franchises que le comte de Comminges accorde aux villages de ces hautes vallées (Jean Décap/Georges Espinas/Benjamin Faucher, Les chartes de coutumes du Comminges, Paris, Sirey, 1957, coll. « Catalogue des chartes de franchises de la France 3 »). Les privilèges et les allègements de taxes qui y sont inscrits constituent déjà une sorte de dédommagement, mais ces chartes entendent aussi mettre fin aux conflits incessants dans les cols. Celle qui est accordée le 1er février 1316 à l’ensemble des hautes vallées de la châtellenie de Fronsac et de Larboust est d’une autre dimension. Elle reconnaît aux communautés une sorte d’entretien, de surveillance et de justice dans les ports. Dans le domaine des relations commerciales, elle fixe une tarification pour le bétail vendu à l’Espagne et ces montagnards sont autorisés à faire le commerce du sel, ou de toute autre marchandise, avec l’Espagne, en tous temps et sans aucune opposition. Les droits à payer sur le sel et sur le vin importés sont très légers : 1 ardit [liard] par charge de sel et 1 quartum par charge de vin, mais rien n’est à verser si le vin vient de France et non d’Espagne. Les Haut-Commingeois peuvent ensuite transporter ces produits dans toute l’étendue du comté, sans payer aucun péage de passage ou leude (Publié par Henri Castillon d’Aspet, Histoire des populations pyrénéennes du Nébouzan et du pays de Comminges, depuis les temps les plus anciens jusqu’à la Révolution de 89 [...], 2 t., Toulouse, Delsol/Paris, Treuttel & Wurts, 1842, ici : t. 1, p. 469-470).

16 sine licencia et permisso nostris, possint, cum dicto comite et hominibus suis, facere pacem et ponere treugas de anno in annum. Document publié par : Félix Pasquier, « Renouvellement d’un traité de lies et passeries pour le Val d’Aran et le comté de Comminges en 1390 », Revue de Comminges, 37, 1923, p. 76-81.

17 Le pouillé du diocèse de Comminges, en 1387-1388, permet de mesurer l’ampleur du dépeuplement (Raymond Corraze, « Un pouillé commingeois du XIVe siècle », Bulletin philologique et historique, 1936-1937, p. 101-227). Pour une région plus occidentale, voir : Maurice Berthe, Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du Moyen Âge, Paris, SFIED, 1984.

18 Il s’agit de Manaut Ier d’Aure-Larboust qui, déjà en 1446, était témoin, avec le procureur général du comté de Comminges, du rétablissement des droits des Luchonnais sur le terrain de Piqué, où se tenaient traditionnellement leurs grandes foires. Les habitants des vallées d’Aure, du Louron, de Larboust, de Layrisse et d’Aran étaient représentés (H. de Castillon d’Aspet, op. cit, t. 2, p. 370 ; Jean Bourdette, « Notice du pays et des seigneurs de Larboust », Revue de Comminges, 25, 1911, p. 8).

19 Serge Brunet, « Les “libertés” des montagnards : nouvelles approches sur les “lies et passeries” des Pyrénées centrales (XIVe-XVIIe siècles) », Louis Assier-Andrieu et Raymond Sala (dir.), La ville et les pouvoirs, Actes du colloque du 8e centenaire de la charte de Perpignan, 23-25 octobre 1997, Perpignan, ICRESS-Université de Perpignan, 2000, p. 315-331. Sur le fonctionnement des états de Comminges, voir : René Souriac, Décentralisation administrative dans l’ancienne France. Autonomie commingeoise et pouvoir d’État, 1540-1630, Toulouse, Association des Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1992. L’activité des Quatre-Vallées n’est guère connue que pour le XVIIIe siècle (Yoan Rumeau, Les communautés du pays des Quatre-Vallées au temps des Lumières, 1750-1789, mémoire inédit de maîtrise d’histoire, Université de Toulouse-Le Mirail, 1995).

20 Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays Basque, t. 2 : Évolution politique et institutionnelle du X V ie au XVIIIe siècle, Saint-Sébastien, Elkarlanean, 1999.

21 Gilbert Pène, Les attributions financières des états du pays et comté de Bigorre aux XVIIe et XVIIIe siècles, Bordeaux, Éditions Bière, 1962.

22 Marchissant = limitrophe, voisin. Des lettres patentes de Louis XI déchargent de toute taille et de tout subside les Quatre-Vallées. Elles sont confirmées par les souverains successifs, jusqu’à Louis XIII (AD Hautes-Pyrénées, G 789, 1481-1644).

23 Marc-Marie de Lassus, « Le sire de Labastide Pauméz à Saint-Béat (1512) », Revue de Comminges, 1, 1886, p. 196-199.

24 « Aussi a été conclu, appointé et ordonné, pour de certains et bons respects concernant le service desdits Seigneurs Rois et le bon repos et utilité des terres et frontières, pays et vallées, et pour conservation de la chose publique et bon voisinage, que dorénavant ne puissent faire représailles, ni marque, ni d’une part ni de l’autre, pour aucune cause, sinon qu’il soit fait justice selon les termes et styles des cours de chaque part, sinon comme soit du propre débiteur ; et leurs officiers seront tenus de faire justice chacun pour son quartier ; que si ceux du royaume de France contractaient quelque cause avec les Aranais et Espagnols qu’ils s’en assurent le mieux qu’ils pourront ; et lesdits Espagnols de même des Français et Gascons ; et si se contractait dommage avec des personnes qui n’aient pas de bien pour payer, dans ce cas, chacun doit participer à la composition, tant d’un quartier que de l’autre, afin que ne s’en suivent pas des représailles, ni d’autres inconvénients, mais qu’ils suivent la justice de leurs débiteurs selon les styles et pratiques des cours et rigueur des instruments. » (Traduit de l’occitan, à partir de l’exemplaire conservé aux AD Haute-Garonne, E 891, imprimé, corrigé grâce à la copie conservée dans les Archives du Val d’Aran).

25 « vi. Aussi a été conclu que si quelques voleurs, ravisseurs de chemins, et autres malfaiteurs étaient chassés par les officiers du roi de France compris en la présente capitulation et surséance, leur donnons pouvoir, dès à présent, licence et faculté de les prendre et donner secours et force de les livrer pour qu’il leur soit fait justice par lesdits juges compétents. Et pareillement, pour les sujets du roi d’Aragon compris dans ladite surséance et capitulation, poursuivront lesdits malfaiteurs, et semblable licence et pouvoir leur est donné par les officiers du roi de France. [...] XIII. Aussi plus est conclu qu’il est défendu et prohibé à toutes chacunes desdites parties d’user de voie de fait les uns contre les autres, sous peine d’être puni des peines de droit et d’être pendus et étranglés ; et aussi sous la même peine d’user de congrégations illicites, ni de se lancer défis les uns aux autres. »

26 À la fin du XVIe siècle, le tribunal de la passerie de Barèges et de Broto est animé par des syndics désignés dans chacune des vallées (Jean-François LeNail, « L’exécution des accords de patzerias entre les vallées de Barège et de Broto pendant la décennie 1580-1589 », Lies et passeries dans les Pyrénées, Actes de la 3e journée de recherches de la Société d’Études des Sept Vallées, Luz-Saint-Sauveur, 1er juin 1985, Tarbes, Imp. de l’Association des amis de la Bibliothèque centrale de Prêt, 1986, p. 157-179). Pour la période suivante : Annie Brives, Pyrénées sans frontière. La vallée de Barèges et l’Espagne du XVIIIe siècle à nos jours, Argelès-Gazost, Société d’Études des Sept Vallées, 1984.

27 Josep Lladonosa, El bandolerisme a la Catalunya occidental (1473-1616), Barcelone, Rafael Dalmau Editor, 1972, p. 14-21.

28 Jean Lestrade, Cahiers des remontrances des états de Comminges aux rois de France ou à leurs lieutenants généraux en Guyenne, 1537-1627, Saint-Gaudens, Société des Études du Comminges, 1943, p. 9-10.

29 Ils doivent cependant acheter cette denrée en marchandises mais pas en argent (ibid.).

30 La vallée aragonaise de Tena aurait été placée sous le contrôle des premiers comtes de Béarn et, de façon plus assurée, Centulle de Béarn (1058-1090) avait un droit de gîte sur plusieurs vassaux de cette vallée (Pierre de Marca, Histoire de Béarn, édition Victor Pierre Dubarat, 2 t., Pau, Veuve Ribaut, Lafon, 1894-1912, ici : t. 1, p. 348 et 418-421). Au XIIe siècle, les Ossalois furent, avec les Aspois, les principaux artisans d’une politique de rapprochement avec l’Aragon qui fit des vicomtes de Béarn les vassaux des rois d’Aragon, puis permit l’installation à Orthez de la famille catalane des Moncada (Pierre Tucoo-Chala, « Traités de lies et passeries des archives ossaloises (publication de textes) », Anuario de Estudios Medievales, 2, 1965, p. 499-567 ; id., « Les relations économiques entre le Béarn et les pays de la couronne d’Aragon, XIIIe-XVe siècles », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1957, p. 115-136 ; id., La vicomté de Béarn et le problème de sa souveraineté des origines à 1620, Bordeaux, Éditions Bière, 1961 ; Joan Miret y Sans, « La casa de Moncada y el vizcondado de Bearn », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 1, 1901-1902, p. 49-54, 130-141, 186-198, 220-245, 280-300. Au sujet du « couple » Béarn-Aragon au Moyen Âge, voir : Pierre Tucoo-Chala, Quand l’Islam était aux portes des Pyrénées, de Gaston iv le Croisé à la croisade des Albigeois (XIe-XIIIe siècles), Biarritz, J. & D. Éditions, 1994, particulièrement les p. 172-176 sur la situation des Aspois et des Ossalois.

31 Archives de la vallée d’Ossau, Cartulaire de la vallée (Livre rouge), AA 1 et DD 63. Pierre Tucoo-Chala, « Un traité de lies et passeries du Moyen Âge à la Révolution : Ossau et Tena », Annales du Midi, 77, 1965, p. 157-177.

32 Au même moment, l’ancienne solidarité financière collective des habitants d’un village, du vic (portion de vallée) ou de la vallée tout entière envers un pazero est réduite. Elle est maintenue pour toutes les affaires relatives à l’économie pastorale, mais exclue pour les emprunts d’or, d’argent, de monnaie et pour les prêts de marchandises. Dans ces derniers cas, le créancier pouvait faire vendre tous les biens de son débiteur, maison et meubles compris, mais si le montant des enchères ne remboursait pas en totalité la créance, la différence n’était pas à la charge de la communauté mais constituait une perte sèche pour le créancier (P. Tucoo-Chala, « Un traité de lies et de passeries [...] », op. cit.). Cette mesure témoigne des problèmes posés par l’intensification du trafic frontalier. Un peu plus tard, les Aranais décident de taxer le commerce de chevaux qui n’est pas de leur fait et à leur profit, car il encombre leur vallée.

33 H. Cavaillès, op. cit.

34 Le terme générique « Gascon » désigne les armées françaises, au sein desquelles ils sont nombreux (Archives du Val d’Aran, non classé).

35 P. Tucoo-Chala, « Un traité de lies et de passeries [...] », op. cit., p. 171.

36 Pierre Palma-Cayet, Chronologie novénaire [Paris, J. Richer, 1608], édition J. A. C. Buchon, Paris, Desrez, 1836, p. 375-376 ; Henri Forneron, Histoire de Philippe ii, Paris, Plon, 1881, t. 4, p. 151-162 ; Gregorio Marañón, Antonio Pérez, rééd., Madrid, Espasa-Calpe, 2002 (1re édition : 1947), p. 686-694.

37 En janvier 1591, à son retour de la cour d’Espagne pour apporter les promesses du Roi Catholique aux états ligueurs de Guyenne, le prélat passe en revue les troupes du Val d’Aran et du haut Comminges, avec lesquelles il s’assure du contrôle des châteaux et du passage (Urbain de Saint-Gelais à Martí de Idiáquez, Agen, le 24 février 1591, AGS, Estado, K 1578). La même année, les Aranais envoient 300 hommes pour soutenir Benasque. En 1592-1593, c’est le gouverneur de Benasque qui vient aider les Luchonnais à démanteler le château de Cier-de-Luchon (Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. Val d’Aran et diocèse de Comminges (vers 1550-vers 1750), thèse de doctorat d’histoire, EHESS (Paris), 1996, t. 1, p. 211 et suiv.).

38 Serge Brunet, « L’attente des Espagnols à Toulouse et en Comminges à la fin des guerres de Religion (1588-1603) », Les hommes et leur patrimoine en Comminges. Identités, espaces, cultures, aménagement du territoire, Actes du 52e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, St-Gaudens, 25-27 juin 1999, Saint-Gaudens, Société des Études du Comminges, 2000, p. 219-251, et Revue de Comminges, 116, 2000, p. 219-251 ; id., De l’Espagnol dedans le ventre !, Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Honoré Champion, 2007.

39 « Par l’essai que j’ai fait ces jours passés des gens de pied que les villages associés du Pays de Comminges et Nébouzan m’ont volontairement fournis au voyage que je viens de faire en Bigorre, je trouve qu’il y aurait moyen de tirer du service d’eux et d’en espérer dorénavant une assistance assurée si on établissait en cela quelque bon ordre », lettre de Villars aux états de Comminges, Auch, janvier 1593, publiée par Jean Lestrade, Les huguenots en Comminges, Paris, Champion/Auch, Cocharaux, 1904, p. 208-209.

40 « L’évêque de Comminges et son frère [Guy de Lansac] feraient qu’une diète se tiendrait [au château épiscopal d’Alan] où tous les syndics et chefs de ladite Ligue campanelle [sic, pour campanère] se trouveraient avec lesquels ledit ambassadeur [du roi d’Espagne], au nom de Sa Majesté traiterait et [je] crois conclurait de les recevoir à foi et hommage si sa dite majesté le voulait au moins résoudrait une ligue offensive et défensive telle que nos rois de France la voulaient avoir avec les cantons des Suisses vers nos dits rois envoyaient les principaux officiers de la couronne et conseil avec amples et grands pouvoirs. Et serait bien plus forte, grande et approuvée ladite Ligue et Confédération que celle des Suisses d’autant que le clergé et la noblesse tiennent en ladite Ligue campanelle le rang qui leur est du. [...] Sa Majesté [...] disposera en toutes ses entreprises le service de 4 000 chevaux et de 20 000 hommes de pieds ces voisins même religion, que de même langue et mœurs, que ces Espagnols, non vénaux et de toute autre vertu que lesdits Suisses et qui ne lui coûterait à beaucoup près ce que lesdits Suisses lui coûteraient avent que de les avoir. Et moyennant ladite Ligue et Confédération sa Majesté aurait toujours les ports de ces montagnes Pyrénées à sa dévotion et notables forces toujours prêt deçà les monts pourrait y avoir quelque bonne place où il tiendrait magasin d’artillerie et armes pour défendre ces limites ou offenser ces ennemis en France comme il y a quelques années que nos dits feus rois tenaient au marquisat de Saluces, Pignerol et Carmagnole » (AGS, Estado, K 1584, mémoires d’Urbain de Saint-Gelais pour Philippe II, 1593).

41 C’est le cas, par exemple pour l’affaire Daunis, en 1702. Ce marchand toulousain avait obtenu du parlement de Toulouse le droit d’opérer une saisie de 23 mulets sur les Aranais. L’affaire s’envenime du fait de représailles exercées par ces derniers. Tout commerce est alors interrompu. Les bestiaux saisis sont gardés dans la « plaine d’Arrem », où le gouverneur du Val d’Aran vient parlementer avec un gentilhomme représentant l’intendant de Montauban. Les pourparlers durent trois jours et aboutissent à un accord, après avoir « beu la valleur d’une barrique de vin » (SHD, A1 1605, fol. 94-100 ; Serge Brunet, « Lies et passeries en vallée d’Aran aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue de Comminges, 103, 1990, p. 243-260 et 253-272). Voir également : Patrice Poujade, Une vallée frontière dans le grand siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, Aspet, Éd. PyréGraph, 1998 et Olivier Codina Vialette, De fer et de laine. Les vallées andorranes du XVIe au XIXe siècle, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2005.

42 R. Souriac, op. cit. ; Maurice Dufaur, L’Élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, Aspet, Éd. L’Adret, 1987. Les états de Rouergue et de Quercy firent également place à des élections. En 1629, une tentative analogue atteignit les états de Béarn, de Foix, de Bigorre, de Navarre, du Nébouzan, les Assemblées des Quatre-Vallées et de Marsan. Dès 1633, ces différents états furent rétablis, et leur existence ne fut plus mise en cause, malgré le peu de bienveillance du pouvoir central à leur égard.

43 G. Pène, op. cit., p. 128-129 et 132-154.

44 Bertrand Sapène, « Les lies et passeries frontalières mal appliquées au XVIIIe siècle, sous Louis XV, dans la haute vallée de la Garonne », Revue de Comminges, 71, 1958, p. 56-73 ; Maria Angels Sanllehy i Sabi, « L’exploitació forestal dins una economia muntanyenca s’Antic Règim : era Val d’Aran (segles XVIII-XIX) », Primer Congrès d’Història Moderna de Catalunya, Barcelona, 17-21 de desembre 1984, 2 t., Barcelone, Edicions de la Universitat, 1984, ici : t. 1, p. 193-201.

45 « vi. Aussi a été conclu que si quelques voleurs, ravisseurs de chemins, et autres malfaiteurs étaient chassés par les officiers du Roi de France compris en la présente capitulation et surséance, leur donnons pouvoir, dès à présent, licence et faculté de les prendre et donner secours et force de les livrer pour qu’il leur soit fait justice par lesdits juges compétents. Et pareillement, pour les sujets du roi d’Aragon compris dans ladite surséance et capitulation, poursuivront lesdits malfaiteurs, et semblable licence et pouvoir leur est donné par les officiers du roi de France. »

Table des illustrations

Légende Les lies et passeries des Pyrénées
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search