Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les classes populaires à l'école

 | 
Christophe Delay

Table des matières

Première partie. Ce que l’école fait aux classes populaires : une machine classificatrice et normalisatrice

Chapitre 1. Classes sociales, familles et cultures de classes

RÉHABILITER LA NOTION DE « CLASSES SOCIALES »
Les classes populaires durant la période 1980-2000 : un objet refoulé
Le timide retour des classes sociales dans le débat sociologique des années 2000
L’INÉGALITÉ DES CHANCES SCOLAIRES À GENÈVE
CULTURE POPULAIRE DOMINÉE ET CULTURE SCOLAIRE DOMINANTE
Culture populaire et culture scolaire, deux cultures hiérarchisées à légitimité inégale
Les effets de l’imposition d’un ordre culturel légitime sur les dominés
UNE CULTURE POPULAIRE QUI CONSERVE SON « AUTONOMIE » RELATIVE
Le symbolisme populaire, un cosmos doté de sens
L’oubli de la domination comme activité de production symbolique
LA MÉTHODE ETHNOGRAPHIQUE COMME CADRE
Une école implantée dans un quartier populaire
Des matériaux empiriques multiples
Une population diversifiée de familles interviewées
La posture compréhensive

Chapitre 2. Constituer les familles « en faute »

« L’ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ » : UNE ÉTIQUETTE APPOSÉE AUX CLASSES POPULAIRES
La transmutation du jugement social en jugement scolaire
Apposer l’étiquette d’« élève en difficulté »
DE « L’ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ » À LA « FAMILLE DÉMISSIONNAIRE » : L’INTERPRÉTATION PROFESSORALE DE L’ÉCHEC SCOLAIRE
« L’élève en difficulté », symptôme d’un « mal » plus profond
Les registres de la démission parentale
Un regard empreint d’ethnocentrisme culturel et de classe
Le registre des « problèmes familiaux » pour expliquer la démission parentale
CONCLUSION

Chapitre 3. Traiter les difficultés scolaires : la normalisation familiale à l’œuvre

AGIR SUR « L’ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ » ET ENCADRER LES FAMILLES
Mobiliser les parents autour de la scolarité de leur enfant
Convaincre les parents de cadrer leurs enfants
Amener les parents à « stimuler » leur enfant
UNE NORMALISATION QUI S’ADOUCIT ET S’ÉTEND ?
UNE MORALE FAMILIALE DE « NOUVELLES » CLASSES MOYENNES
Les normes d’individualisation et d’autonomie
La norme d’égalité
La norme du gouvernement par le discours
La norme du « tout pédagogique »
PROMOUVOIR UNE MORALE FAMILIALE « DISTINCTIVE » AU SEIN DES CLASSES POPULAIRES

Conclusion de la première partie

UNE ACTION NORMALISATRICE MULTIFORME ET AMBIVALENTE
LA DÉSTABILISATION AU TRAVAIL DES CLASSES MOYENNES DU PUBLIC ?
LA NORMALISATION : QUELS EFFETS SUR LES FAMILLES ?

Deuxième partie. Les classes populaires face à l’école : un monde étranger et étrange qui désoriente mais qu’il faut s’approprier

Introduction

CONDITIONS D’EXISTENCE DES FAMILLES POPULAIRES
Tertiarisation et précarité des classes populaires
Familles « d’ici » et « d’ailleurs »: diversité des origines nationales et traits communs
Des familles à capitaux culturels variables mais objets de « disqualification »
Promiscuité corporelle et conditions de logement précaires au sein des familles migrantes
Couples mariés et mères cheffes de famille monoparentale précarisées
Précocité de la venue du premier enfant et familles nombreuses: un modèle conjugal traditionnel
ESQUISSE D’UNE DÉFINITION PROVISOIRE DES CLASSES POPULAIRES
REVISITER LA CULTURE DES CLASSES POPULAIRES : LA PERSPECTIVE HOGGARTIENNE COMME FIL CONDUCTEUR

Chapitre 4. Le rapport au devenir des enfants : lorsque le « salut par l’école » vire aux désillusions collectives

RETOUR HISTORIQUE SUR LE RAPPORT DES CLASSES POPULAIRES AU DEVENIR SCOLAIRE DES ENFANTS
L’instruction publique pour tous au XIXe siècle : un rapport à l’école obligé
Inerties du rapport à l’école du temps de Hoggart : exclusion et auto-exclusion
La montée de la préoccupation scolaire (1960-2000)
Les exclus de l’intérieur : vers un nouveau rapport à l’école ?
LE SALUT PAR L’ÉCOLE ET LA FUITE EN AVANT DANS LES ÉTUDES
DES AMBITIONS PROFESSIONNELLES « RÉALISTES » : LA SÉCURITÉ DE L’EMPLOI AVANT TOUT
Aspirations réalistes et aspirations rêvées
S’en sortir pour ne pas déchoir : la peur de la carrière négative
UNE SCOLARITÉ SANS STRATÉGIE
La méconnaissance du système scolaire genevois
Une scolarité peu perçue sur le mode de la performance
« CE N’EST PLUS POUR NOUS » : LA RÉVISION DES AMBITIONS SCOLAIRES À LA « BAISSE »
Le « choix » des métiers manuels par défaut
Les désillusions scolaires
CONCLUSION

Chapitre 5. Suivre les tâches scolaires : une mobilisation modeste empreinte d’indignité culturelle

BREF HISTORIQUE DE LA MOBILISATION DES CLASSES POPULAIRES DANS LA SCOLARITÉ DES ENFANTS
Une mobilisation pour l’école inexistante au temps de Hoggart
Une mobilisation scolaire de plus en plus prononcée et diverse (1960-2000)
De fortes inégalités contemporaines dans l’investissement scolaire
UN INTÉRÊT « MULTIFORME » POUR L’ÉCOLE
UN PROFOND SENTIMENT D’INCOMPÉTENCE DANS LE SUIVI DES DEVOIRS
Le problème de la langue française chez les migrants
L’évolution des méthodes pédagogiques et leur pouvoir de désorientation
Des connaissances lacunaires
Une légitimité scolaire parentale qui augmente avec le capital scolaire
UNE CONCEPTION ET UN SOUTIEN SCOLAIRE BASÉ SUR DES VERTUS TRADITIONNELLES
Réinterpréter la scolarité selon le vécu des pédagogies traditionnelles
S’approprier la scolarité en fonction de la logique de la vie laborieuse
DÉMOBILISATION SCOLAIRE ET SUIVI DES DEVOIRS DISTANT
« Remise de soi » et délégation scolaire parentale aux « proches »
Conflits intergénérationnels et retrait parental du suivi des devoirs
CONCLUSION

Chapitre 6. Les relations aux agents scolaires : l’école mise à distance

HISTORIQUE DES LIENS ENTRE LES FAMILLES DES CLASSES POPULAIRES ET L’ÉCOLE
L’invention de l’école obligatoire et la mise à distance des familles populaires
La secondarisation de masse (1960) et l’incitation au partenariat
Classes populaires contemporaines et absentéisme scolaire
UN RAPPORT AMBIVALENT AUX ENSEIGNANTES : DE LA CONFIANCE À LA MÉFIANCE
Ne pas prendre l’initiative des rencontres
Le silence lors des réunions de parents officielles
Se rendre invisible à l’école pour se protéger des jugements professoraux
LA RÉACTION AU STIGMATE DE « MAUVAIS ÉLÈVE » ET DE « MAUVAIS PARENT »
Refuser le stigmate de « mauvais élève »
Retourner le stigmate en disqualifiant le corps enseignant
CONCLUSION

Conclusion de la deuxième partie

UNE FOI PARENTALE EN L’ÉCOLE TRÈS FRAGILE

Troisième partie. Des pratiques socialisatrices peu orientées vers des buts pédagogiques

Chapitre 7. L’éducation en milieu populaire : un modèle statutaire autoritaire adouci

HISTORIQUE DU RAPPORT DES CLASSES POPULAIRES À L’ÉDUCATION DES ENFANTS
« Bien élever et discipliner ses enfants » : la diffusion d’un modèle éducatif bourgeois au sein des classes populaires à la fin du XIXe siècle
De l’enfant « dressé » à l’enfant « autonome » : l’émergence d’un nouveau modèle éducatif socialement situé (1950-1960)
UNE ÉDUCATION À « L’ANCIENNE » QUI PRIVILÉGIE LA SANCTION
Le châtiment corporel pour punir sur le champ des actes répréhensibles
Une autorité statutaire qui ne se discute pas
La mère, principale figure de l’autorité parentale
Un modèle « négociateur » qui augmente avec le capital scolaire
DES FAMILLES TRAVAILLÉES PAR LA DIFFUSION DES NORMES ÉDUCATIVES MODERNES
Des sanctions comme ultime recours
Sanctionner puis discuter : intégrer « le nouveau » à « l’ancien »
La mauvaise conscience culturelle face au châtiment corporel
Vers un adoucissement des peines
DES CONDITIONS D’EXISTENCE QUI DÉTERMINENT LE RECOURS AU MODÈLE ÉDUCATIF AUTORITAIRE
Les origines familiales rurales : le poids de l’habitus familial
La distance aux savoirs « psy » des magazines éducatifs
L’obéissance à la hiérarchie, valeur primordiale des métiers « manuels »
Exiguïté des logements et discipline « rigide »
CONCLUSION

Chapitre 8. La télévision, loisir privilégié et « divertissant »

BREF HISTORIQUE DE LA DIFFUSION DE LA TÉLÉVISION AU SEIN DES CLASSES POPULAIRES
UNE GRANDE PERMISSIVITÉ EN MATIÈRE D’USAGE TÉLÉVISUEL
La télévision en continu au sein du foyer
Les licences accordées le soir avant le coucher
Des programmes divertissants qui font l’objet d’un faible contrôle
Un encadrement maternel qui augmente avec le capital culturel
« MALAISES » AUTOUR DE LA TÉLÉVISION ET RÈGLES CONCERNANT SES USAGES
La mauvaise conscience culturelle face aux usages télévisuels « trop » libéraux
Priver les enfants de télévision pour les punir
COMPRENDRE L’ATTACHEMENT DES CLASSES POPULAIRES À LA TÉLÉVISION
« Prendre du bon temps » : l’hédonisme réaliste de ceux qui ne sont que peu concernés par l’ascension sociale
Un loisir facile d’accès et peu cher lorsque l’on vit dans la précarité
« Rester entre soi » : privatisation familiale et fermeture au monde des « autres »
Travail à plein temps et chômage : des conditions de vie qui affaiblissent l’action régulatrice des parents
CONCLUSION

Conclusion de la troisième partie

PERMISSIVITÉ ET AUTORITÉ : DES VALEURS AU FONDEMENT DU MODÈLE ÉDUCATIF POPULAIRE

Conclusion de la deuxième et troisième partie

FRACTIONS « EN ASCENSION » ET « EN REPRODUCTION » : DES CLASSES POPULAIRES PLURIELLES AU MODE DE VIE ET AU RAPPORT À L’ÉCOLE DISTINCTS
CLASSES POPULAIRES CLIVÉES ET HABITUS CLIVÉS

Conclusion

LE SYSTÈME SCOLAIRE ET LA REPRODUCTION DES INÉGALITÉS SOCIALES EN SUISSE
SOUMISSION ET RÉSISTANCES POPULAIRES : LES EFFETS DE LA MISE EN PLACE DU PARTENARIAT
LE RAPPORT À L’ÉCOLE : SIMILITUDE DES ATTITUDES DES CLASSES POPULAIRES EN SUISSE ET EN FRANCE