Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Neutralité et appartenance à l’Empire : Hambourg à la fin du XVIIe siècle

Thomas Lau
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Dass aber die Statt Hamburg sich von gesambten Reich verwilligten Türckhülffgäntzlich entschuldige (...)

« Mais nous ne tolérerons pas plus longtemps que la ville de Hambourg veuille s’exonérer et se libérer entièrement de l’aide à la guerre contre les Turcs consentie par l’ensemble de l’Empire, et cela d’autant moins qu’il paraîtrait que cette même ville, pour son avantage, veuille bénéficier de la liberté et de l’immédiateté d’Empire, mais sans payer les impôts communs, et qu’elle voudrait en même temps édifier une république à part1. »

  • 2 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Kleinere Reichsstände, 1688-1699, bourgmestre et conseil à la chancel (...)

1Les instructions de la chancellerie impériale du 18 février 1689 au résident de l’empereur à Hambourg sont on ne peut plus claires. Cette ville, que ses sénateurs qualifiaient volontiers de « ville de frontière considérable » (Considerable Frontier Stadt)2 et de « clef du cercle de Basse Saxe et d’autres cercles » (Schlüssel des Niedersächsischen und anderer Craise), ne tenait en effet pas compte, depuis des décennies, des directives politiques et juridiques de l’Empire. Et cela ne valait pas seulement pour ce qui concernait le paiement de l’impôt pour la guerre contre les Turcs, cité ci-dessus, mais aussi, et surtout, pour la publication et la prise en compte des mandats de l’Empire qui restreignaient de façon drastique les relations économiques avec la France quand on était en guerre avec elle.

  • 3 Pour une définition des lettres avocatoires et des lettres inhibitoires, voir Georges Frédéric de (...)

2Ainsi que le montrent très clairement les déclarations émanant de Vienne, la querelle au sujet des « lettres avocatoires » ou « décrets de rappel » (Avocatorien)3 était à la fois un conflit concernant les limites de la souveraineté de l’un des états de l’Empire, et un conflit sur la nature étatique de l’Empire. Il en allait de la position de Hambourg au sein des communautés associatives et contraignantes qu’étaient l’Empire et la nation.

  • 4 Voir : Ingomar Bog, Der Reichsmercantilismus. Studien zur Wirtschaftspolitik des Heiligen Römische (...)
  • 5 Karl Ottmar Aretin, Das alte Reich, t. 2: Kaisertradition und österreichische Großmachtpolitik (16 (...)
  • 6 L’essai de définition du groupe de ceux qui devraient appartenir à la nation allemande faisait aus (...)

3Les Mandati Avocatorium et Inhibitorium des années 1675-1676 et 1689 étaient issus d’une longue tradition4. Dès les XVe et XVIe siècles avaient été promulguées, à l’adresse des ressortissants de l’Empire, des interdictions de servir militairement sous les couleurs de l’ennemi, de lui procurer des biens utiles pour la guerre ou de répondre à ses besoins financiers. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les vieilles armes de la guerre impériale furent à nouveau fourbies. Sous l’influence conjointe de Cristóbal de Rojas y Spínola, de Joachim Becher et de Philipp Wilhelm von Hörnigk5, un projet de guerre économique fut ébauché à la cour impériale. Cette fois, ce n’étaient pas seulement des biens d’équipement militaire que l’on entendait ainsi soustraire à l’ennemi. On interdit dans l’Empire toute transaction portant sur des biens susceptibles de faire tomber de l’argent dans les poches de l’ennemi. Le commerce avec la France, dont il est concrètement question ici, était de toute façon perçu, par les conseillers impériaux, comme un instrument permettant à un souverain étranger de tirer profit des finances de l’Empire. On devait donc l’empêcher, au moins en temps de guerre – mais si possible au-delà. L’Empire était envisagé comme espace économique souverain, un espace qui était en concurrence avec d’autres unités similaires6.

  • 7 Voir sur ce sujet la conclusion du collège des princes électeurs à la diète : « Pour une meilleure (...)
  • 8 Franz Bosbach, « Der französische Erbfeind. Zu einem deutschen Feindbild im Zeitalter Ludwigs xiv. (...)

4Aussi les lettres avocatoires décidées par la diète impériale en 1675-1676 puis en 1689 sont-elles peu comparables à de précédentes ordonnances. Aucune « neutralité » n’était plus permise contre cet ennemi qui, aux termes de la décision du 23 septembre 1689, tentait de renverser une fois pour toutes le Saint Empire7. L’agresseur, constatèrent les députés impériaux la même année, était un adversaire comme nul autre. C’était l’ennemi héréditaire de l’Empire, à qui l’on prêtait dans une infinité de pamphlets la forme d’un Antéchrist séculaire, musique d’accompagnement de la propagande impériale8.

  • 9 Voir sur le sujet la présentation impériale des événements auprès de la Confédération : StA Bâle, (...)
  • 10 Pour de plus amples développements sur le sujet, voir : Thomas Lau, Stiefbrüder. Nation und Konfes (...)

5De la même façon que, derrière l’étiquette honorable des lettres avocatoires, se cachait un nouvel instrument de guerre, de même l’image de l’ennemi utilisée pour légitimer cette transformation avait insensiblement changé. Le Turc d’Occident, cet ennemi héréditaire, contre les agissements duquel les adversaires de Charles le Téméraire avaient déjà mis en garde, vint à la rencontre du lecteur comme un nouvel ennemi portant un vieux vêtement. Son objectif n’était plus vraiment l’effondrement du christianisme au profit du « mahométisme », mais l’avènement du règne des « machiavélistes » des hommes sans Dieu, des politiques athées. À la place de la chrétienté menacée figurait désormais la vieille Europe et, à celle de la Foi, la pureté naturelle de la nation9. L’espace économique souverain et la vertueuse communauté nationale, auxquels l’empereur en appelait, étaient, selon ce modèle, des parties complémentaires, et nécessaires les unes aux autres10.

  • 11 Le mélange de ces raisons se voit particulièrement bien dans les arguments que Moscherosch prête a (...)
  • 12 Martin Wrede, Das Reich und seine Feinde. Politische Feindbilder in der reichspatriotischen Publiz (...)
  • 13 C’est surtout Carl Schmitt qui insiste sur la nécessité de représentations de l’ennemi pour la sta (...)
  • 14 Voir: Mary Douglas, Purity and Danger. An Analysis of Concept of Pollution and Taboo, Londres, Rou (...)

6La rapidité de la décision prise à Ratisbonne avait montré que les représentants de la rhétorique nationale avaient une importance appréciable. Les ressentiments contre la Cour, les inquiétudes des protestants face à un regain du catholicisme, la concurrence économique face à la France, la crainte des élites régionales devant une marginalisation rampante, l’intérêt qu’avaient les poètes de langue allemande à un renforcement de leur position dans les cours de l’Empire, toutes ces aspirations convergèrent en un sentiment anti-français11. La France matérialisa alors la figure de l’ennemi, le contre-modèle, la matrice en creux12. Elle fut imaginée comme une entité fermée où toutes les évolutions malheureuses et catastrophiques, que l’on cherchait à empêcher dans son propre pays, étaient depuis longtemps devenues réalité13. Pis encore, la France était regardée comme la cause même des tâches sombres ternissant sa propre vertu, et ces dernières devaient être éradiquées si l’on ne voulait pas subir un semblable destin14.

  • 15 Ferdinand von Ingen, Philipp von Zesen, Stuttgart, Metzler Verlag, 1970 ; Hugo Harbrecht, Philipp (...)

7Les bourgeois de Hambourg étaient habitués à cette rhétorique. Un grand nombre de maîtres à penser, premiers responsables de l’éclosion de la propagande anti-française, avaient jadis été domiciliés dans cette ville. Ainsi en fut-il de Rist et de von Zeesen, les critiques d’Almode. L’« Ordre du cygne de l’Elbe » (Elbschwanenorden) et la « Société de pensée allemande » (Teutschgesinnete Gesellschaft) avaient leur siège à Hambourg. La fidélité à l’empereur, à l’Empire, à la nation, y était invoquée en toute occasion15.

  • 16 Heinrich Reincke, « Hamburgs Aufstieg zur Reichsfreiheit », Zeitschrift des Vereins für Hamburgisc (...)

8On ne pouvait s’attendre à autre chose, au vu des problèmes stratégiques et des incertitudes juridiques auxquels la ville fut confrontée de plus en plus au XVIIe siècle16.

  • 17 Reinhold Lorenz, « Eine hamburgische Residentschaft Kaiser Leopold i. (Hans Theodor Dietrich von R (...)
  • 18 [...] so wehre die angetrohete gefahr mit confiscation ihrer Schiffen und güter bald effectarirt s (...)
  • 19 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Ro (...)
  • 20 [...] zöge der Ruin der Commercien auch dieses mit sich, dass die Statt keine Mittel finden würde, (...)

9C’est pourquoi la véhémence avec laquelle Hambourg se refusa à mettre en œuvre les lettres avocatoires peut surprendre. Les conseils avaient supplié l’empereur d’excepter Hambourg des prescriptions relatives au blocus ; c’est du moins ce qu’écrit le résident impérial Georg Friedrich von Rondeck17 dans son rapport du18 janvier 1675 à la chancellerie impériale19. Si l’on mettait les sanctions à exécution dans toute leur rigueur, « alors les commerçants et bourgeois innocents de cette ville, qui craignent la confiscation de leurs navires et de leurs biens, verraient bientôt cette menace mise à exécution, ce qui les ruinerait totalement, eux et d’autres encore ; et tout l’Empire en subirait de grands dommages. Ils voudraient pouvoir croire que Votre Majesté Impériale aurait une flotte de navires en mer, ou bien que cette ville serait localisée au même endroit que Francfort et Mayence. En ce cas ils ne trouveraient rien à redire et obéiraient volontiers, car ils verraient et sauraient bien que Votre Majesté Impériale doit avoir des raisons pour cette expulsion » 19. L’empereur devait tenir compte du fait que les Hollandais useraient de représailles contre la ville pour la priver de tous ses bateaux et la contraindre à placer toutes les marchandises à bord de petits voiliers. La guerre commerciale contre la France allait manifestement à l’encontre de ces sollicitations. Cependant, si les Pays-Bas étaient victorieux dans leurs entreprises, le dommage serait considérable pour l’Empire. En tout cas, « la ruine du commerce aurait aussi pour conséquence de priver la ville de tout moyen d’entretenir au mieux une aussi coûteuse garnison, pour la conservation de cette ville frontalière au sein de l’Empire20 ».

  • 21 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Ro (...)

10La ville hanséatique ne put être contrainte à l’obéissance que par tiellement, et seulement par la grave menace de mesures impériales d’exécution forcée. Le succès en fut cependant de courte durée, car le gouvernement français répondit aux ordres impériaux par des confiscations de navires21.

  • 22 Die Parition welche hiesige Statt endlich [...] gelaistet, pleibet bis dato ohne sonderbaren effec (...)
  • 23 Il entretenait en effet un contact étroit avec la France par l’intermédiaire du prédécesseur de Bi (...)
  • 24 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Ro (...)

11Cette réaction des Français se montra très vite efficace, comme le remarquait le résident le 25 mai 1677 : « L’obéissance à laquelle s’est soumise finalement la ville demeure jusqu’à présent curieusement sans effet22. » Certes, Hambourg avait expulsé le résident français hors de ses murs, mais les réseaux du résident étaient restés intacts23. Le commerce avec l’ennemi ne fut pas non plus beaucoup contrarié. Les sénateurs refusèrent, après la soumission comme avant, de faire imprimer les lettres avocatoires. Les tentatives des envoyés de la Cour de Brandebourg pour le faire de leur propre initiative furent arrêtées par les autorités de la ville24.

12Tandis que le Conseil s’efforçait de faire patienter le résident impérial, les décideurs, à la cour de Vienne, commençaient à changer d’avis, aidés en cela par le versement d’abondants pots-de-vin. Ces pratiques eurent le succès escompté : en dépit de toutes les notifications de la diplomatie impériale, Hambourg se vit finalement reconnaître une neutralité limitée.

  • 25 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Ro (...)

13Du point de vue impérial, les suites de cet échec furent dévastatrices. En 1674, von Rondeck s’était déjà plaint que ni Brême ni Lubeck ne voulaient mettre en œuvre les lettres avocatoires ; les sénateurs des deux villes persistaient à ne pas vouloir observer les lois décidées par l’empereur et l’Empire pour la conduite de la guerre impériale en arguant de la situation de Hambourg et de Strasbourg25. Le problème devait se révéler de façon encore plus aiguë au fil de la guerre ; en effet, les Pays-Bas justifièrent également par l’exemple de Hambourg leurs contacts commerciaux continus et privilégiés avec la France.

  • 26 [...] dass, wenn von einem Reich, Land und Stadt einmahl das Commercium detourniret und abgewendet (...)
  • 27 Les auteurs se réfèrent évidemment à : Hugo Grotius, De iure belli et pacis libri tres in quibus i (...)
  • 28 Voir l’argumentation néerlandaise, dirigée contre Hambourg, dans : HHStA Vienne, Reichskanzlei Kle (...)

14À peine treize ans plus tard, le même scénario menaça de se répéter, quand éclata la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Comme en 1674-1676, les sénateurs ne ménagèrent pas leurs efforts pour représenter au résident impérial, ainsi qu’à ses mandataires à Vienne, l’impossibilité de mettre en place un boycott commercial. L’Empire se ferait ainsi plus de mal à lui-même qu’à l’ennemi ; c’est le message contenu dans une volumineuse et acerbe publication du bourgmestre et du Conseil datée du 5 février 1689 : il apparaissait indéniable « que, si le commerce était pour un temps détourné et écarté d’un empire, d’un pays ou d’une ville, et qu’il était attiré en un autre lieu où il s’établirait, soit il resterait éloigné pour toujours, soit il faudrait dispenser les plus gros efforts et engager des frais inexprimables pour le faire revenir d’où il était parti26 ». Selon les prescriptions des lettres avocatoires, Hambourg perdrait d’importantes parts de marché, et l’on porterait ainsi durablement atteinte aux intérêts de la seule ville de la « nation allemande » (Teutsche Nation) spécialisée dans le commerce maritime. De plus, cette ville était un port important, par lequel l’Allemagne pouvait prendre part au libre commerce et à des échanges pacifiques entre les « nations27 ». Les biens dont le pays avait besoin pouvaient y être apportés, et les produits du pays pouvaient être exportés. Pour ne citer qu’un exemple, de la toile de lin pour une valeur de six millions de florins pouvait être expédiée chaque année par bateau en provenance des seuls domaines héréditaires habsbourgeois de Bohême et de Silésie. Sitôt que Hambourg ne serait plus capable d’assumer cette fonction, ce commerce serait repris par d’autres marchands, à des tarifs plus onéreux – des marchands qui, de plus, viendraient de l’étranger. Finalement, plusieurs millions de florins tomberaient dans des poches étrangères, au détriment de l’Empire ; et la seule ville d’Allemagne qui était capable de tenir tête à Amsterdam serait dépeuplée et appauvrie28.

  • 29 deren privative zugebrauchen, und über aller Welt früchte und güter die einige dispensatores zuseyn (...)

15C’étaient les voisins de l’Empire qui tireraient avantage d’une telle évolution. Il fallait ici citer le Danemark, dans les bras duquel se jetteraient les bourgeois désespérés, si l’Empire leur retirait leurs moyens d’existence. Cependant, le principal bénéficiaire de la situation serait « une certaine nation » (eine gewisse Nation) qui, en raison du « génie de sa propre population » (selbiger Leute genius), persistait dans l’idée que « Dieu et la Nature lui avaient donné, à elle seule, le commerce et le transport maritimes, pour qu’ils s’en servent personnellement, et soient les seuls dispensateurs des fruits et des biens du monde entier ». C’étaient certainement les Néerlandais qui, d’après ce jugement, offensaient le droit divin et naturel. Du reste, les Néerlandais ne songeaient pas du tout à s’appliquer à eux-mêmes les restrictions qu’ils imposaient aux autres. Ils continuaient notamment de commercer avec la France29.

  • 30 Voir surtout : Jean Schillinger, Les pamphlétaires allemands et la France de Louis xiv, Berne (etc (...)
  • 31 Voir les ébauches de scission entre le sénat et l’Oberalte (on désignait ainsi le plus ancien maît (...)
  • 32 Sur la place du discours national au temps de la guerre de Trente Ans, voir : Adam Wandruszka, Rei (...)

16Les habitants de Hambourg reprirent habilement les arguments du gouvernement impérial et les retournèrent contre leurs auteurs : la cour de Vienne avait en effet défini l’Allemagne à la fois comme un espace économique souverain et comme une nation menacée. Vienne avait essayé d’utiliser la « nation » comme instrument du renforcement des structures impériales et du pouvoir de l’empereur. Toute divergence par rapport à la politique des Habsbourg devait être sanctionnée par une exclusion hors de la nation, communauté associative ; elle devait faire cesser toute légitimité des acteurs de ces divergences30. C’était en particulier pour des autorités qui se trouvaient en position de faiblesse et avaient à craindre des mouvements d’agitation ainsi que des voisins envieux que cette situation était potentiellement inconfortable31. Les sénateurs de Hambourg firent donc prévaloir, quant à eux, des conceptions politiques tout opposées à celles que promouvait l’Empire. Si la nation était une entité naturelle, dont tous les membres avaient à favoriser les intérêts dans quelque circonstance que ce fût, alors, aux dires des Hambourgeois, les responsables allemands n’avaient pas à être loyaux d’abord à l’empereur, mais à l’Allemagne, considérée comme un tout. Le monopole du droit de représentation, de même que le droit d’interprétation du discours national, étaient de ce fait retirés à la Cour de Vienne. Celui qui, dans l’intérêt de l’Allemagne, refusait d’appliquer des ordres de l’Empire, obéissait au regard de cette logique à de plus hauts intérêts. Cette ligne d’argumentation, qui apparaît nettement ici, était extrêmement dangereuse pour la position impériale et rappelait les discours d’opposition du début du XVIIe siècle32. Hambourg avait répondu à la menace de l’empereur par une autre menace.

  • 33 La mise en œuvre d’un mandat d’exécution impérial s’avérait de facto quasiment impossible sans l’a (...)
  • 34 Heiko droste, « Hamburg – Zentrum schwedischer Außenbeziehungen im 17. Jahrhundert », Ivo Asmus et (...)
  • 35 Pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, il arriva même, en 1689, que des navires de Hambourg fu (...)

17L’effet de la contre-offensive des Hanséates en matière de propagande fut pourtant maigre, en dépit de toutes les tentatives de corruption. Cette fois, l’Empire se tint à ses exigences et augmenta tant la pression contre les Hanséates réfractaires que ces derniers cédèrent finalement, en 1691. La raison n’en revient pas tant à l’efficacité de la chancellerie impériale qu’à un changement dans l’équilibre politique extérieur. Pendant la guerre de Hollande en effet, la Suède, dans son rôle d’état du Saint Empire, avait encore été un partenaire fidèle de l’alliance française33. En 1688, cet état de choses avait changé. Le voisin le plus important et le plus puissant de Hambourg34 s’était désormais placé du côté de l’empereur ; par suite, les menaces brandies par ce dernier, de ramener les villes hanséatiques à la raison au besoin par la force, étaient à prendre très au sérieux35.

  • 36 Voir aussi les problèmes que connut von Rondeck pour faire appliquer les lettres avocatoires à Lub (...)
  • 37 [...] die halbe Statt gleichsam zu königl. Dänischen Hollsteinischen Unterthanen gemacht und zu al (...)

18La soumission sans réserve de Hambourg, Brême et Lubeck renforça le prestige de l’empereur sur la scène diplomatique. L’Empire avait ainsi démontré son autorité sur les lois, sur le commerce extérieur et sur les prétentions de souveraineté de ses membres. L’Empire, sous la direction de l’empereur, agissait donc comme une entité souveraine. Toutefois, de l’acceptation formelle d’une norme de droit à sa mise en œuvre effective, le chemin pouvait être long. Plusieurs semaines encore après la publication des lettres avocatoires, le résident impérial rapportait des difficultés dans leur application36. L’un des problèmes majeurs, comme l’écrivait von Gödens le 25 août 1691, était que les marchands de Hambourg essayaient de contourner les prescriptions en se procurant des passeports danois. Cette pratique posait des problèmes non négligeables, parce que le gouvernement du Holstein insistait pour que les 200 bourgeois de qualité qui s’étaient placés sous la protection de la neutralité danoise prennent aussi des lettres de bourgeoisie de la ville d’Altona ou de Glückstadt. Les propriétaires de navires qui ne se soumettaient pas à cette condition devaient compter avec la confiscation de leurs marchandises par le gouvernement danois pour utilisation abusive de ses passages. Il était à craindre que « la moitié des habitants de la ville devinssent d’un coup sujets royaux du Holstein danois et qu’ils fussent tenus à tout ce qui serait exigé de ces derniers37 ».

19Restreindre l’importation de marchandises françaises fut aussi difficile qu’imposer l’interdiction des exportations. Les essais infructueux de von Gödens pour mener à bien la saisie des vins français, ordonnée depuis Vienne, sont riches d’enseignements à ce sujet. Le Sénat répondit aux réclamations concernant les approvisionnements en spiritueux français (qui étaient aussi abondants après la proclamation des prescriptions qu’auparavant) par un mélange de tergiversations et d’autres réclamations.

  • 38 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 5a, Freiherr zu Gödens à l (...)
  • 39 Voir la thèse concernant l’État impérial complémentaire, qui laisse de côté de semblables problème (...)

20La ville, avait-on dit à von Gödens, ne vivait que du commerce38. On ne pouvait se permettre de perdre le négoce du vin et de l’eau de vie au profit des villes voisines. En outre, les marchandises incriminées n’étaient pas en rapport avec de nouvelles importations que des marchands de Hambourg auraient faites, mais concernaient de vieux stocks qui avaient été introduits avant la publication des lettres avocatoires. Le résident devait aussi considérer le fait que des ressortissants d’États neutres, notamment des marchands anglais et néerlandais, continuaient activement de faire le commerce de marchandises françaises, sans être inquiétés. Von Gödens rapporta qu’il s’était énergiquement opposé aux sénateurs ; mais il devait reconnaître qu’il était impossible d’appliquer les lois impériales. À côté des nombreux cas d’espèce dont on devait tenir compte, la raison principale en revenait au manque de moyens de contrôle dont disposait l’Empire. Les résidents étaient débordés par leur tâche, les Conseils refusaient de coopérer et les marchands échappaient aux contrôleurs avec des faux-fuyants juridiques. Par ces arguments, le résident impérial voulait faire clairement comprendre que la guerre commerciale contre la France ne pouvait être menée uniquement par le biais de la législation. Il fallait y ajouter des moyens militaires et un appareil administratif qui seraient à la disposition, soit de l’Empire, soit des états de l’Empire de petite ou de moyenne importance39.

  • 40 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, le 18 février 1689.

21Toutefois, depuis la promulgation des lettres avocatoires, la chancellerie impériale était beaucoup plus conciliante, quant à leur application concrète, que le rapport du résident voulait bien le laisser paraître. Quoi qu’il en fût, pour des raisons économiques, la Cour de Vienne avait accordé deux ans de délai aux habitants de Hambourg avant la mise en application de ces lettres40. Ce fut seulement quand la pression s’accentua de la part de l’Angleterre et des Pays-Bas que la fermeté politique s’ajouta aux professions de foi verbales dans la mise en œuvre de la guerre économique.

  • 41 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, le 12 août 1691.
  • 42 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4b, Freiherr zu Gödens à l (...)
  • 43 Quoique la soumission se fît attendre, les diplomates impériaux se rangèrent dès 1689 du côté des (...)
  • 44 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, « Extract » der Weisungen an den englisch (...)

22L’Angleterre s’empara de navires hambourgeois ; des Néerlandais tirèrent sur des marchands d’Emden41. Les alliés justifièrent leurs actes en disant qu’ils étaient forcés de faire appliquer eux-mêmes les lettres avocatoires si l’empereur n’était pas en mesure de le faire42. Mais ces actes mettaient en danger la position de l’Empire comme acteur souverain et comme entité autonome ne pouvant accepter une ingérence étrangère43. Quand Hambourg se soumit formellement, l’Empire saisit donc immédiatement cette occasion pour exiger de la Couronne britannique qu’elle restituât les navires capturés, et qu’elle épargnât désormais tous les navires de Hambourg44. C’était l’empereur qui était compétent en matière de punition à l’égard des contrevenants aux lettres avocatoires. En règle générale il n’y eut pas de sanction. Les plaintes du résident concernant les infractions constantes de la communauté des marchands de Hambourg, dont l’ambassadeur impérial à Londres, von Königsegg, défendait les intérêts, ces infractions, donc, n’arrivaient pas à la connaissance des autorités à Vienne.

23Tout cela nous incline à croire que l’intérêt porté par l’empereur à la soumission de Hambourg n’avait que peu à voir avec les efforts en vue d’accroître l’efficacité de la guerre économique contre la France. Ce n’étaient pas des motifs économiques qui conditionnaient les actes répétés de l’empereur, mais bien le souci de la réputation de l’Empire. Les lettres avocatoires constituaient donc avant tout un outil de politique intérieure et extérieure. Elles devaient faire accepter le droit des gens, garantir l’uniformité des états de l’Empire, et consolider la réputation nationale.

24C’est pourquoi les exigences effectives posées à Hambourg étaient beaucoup plus modestes que l’aurait laissé supposer le texte volumineux des lettres avocatoires. Seuls deux points furent constamment disputés entre les Hanséates et les représentants de l’empereur. Il s’agissait, d’une part, de l’exigence de publication des mandats et, de l’autre, de l’ordre donné à la ville d’expulser immédiatement hors de ses murs tous les diplomates ressortissant du pays ennemi. Dans les deux cas, l’acte de soumission symbolique exigé des sénateurs était évident. Les autorités communales devaient renoncer dans leurs discours à l’expression d’une quelconque souveraineté. Elles devaient cesser d’exercer un contrôle exclusif sur le choix de leurs interlocuteurs et sur les thèmes qui seraient abordés en matière politique. Cette soumission symbolique était d’autant plus douloureuse qu’elle serait jugée, du côté français, comme un acte libre de la part de Hambourg, et donc suivie de sanctions. Si l’Empire n’était pas un État souverain – et c’était l’avis du gouvernement français –, alors les états impériaux n’étaient pas tenus de suivre ses choix, y compris en cas de guerre. En cas de doute, ils devaient assurément placer leurs obligations relatives au droit des gens à l’égard des tiers au-dessus des exigences de l’Empire. Comme Hambourg n’avait pas agi selon ces vues, la ville devait s’attendre à des représailles très sévères de la part des Français. Pour les marchands de Hambourg, cette menace était alarmante, et pas seulement du fait du dynamisme du trafic commercial avec l’ennemi. Les marchands étaient également soucieux de l’avenir car, désormais, les navires français donneraient la chasse à leurs propres navires, les considérant comme de bonnes prises.

  • 45 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Ro (...)
  • 46 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Ro (...)

25Toutefois, si les sénateurs de Hambourg combattirent avec autant d’irritation les exigences de l’empereur, ce ne fut pas seulement par souci de leur réputation et de leurs navires. Sous tous les prétextes possibles, on s’efforça notamment d’empêcher l’expulsion des diplomates français et (autant que cela concernait la guerre de Hollande) suédois. Même après que la soumission officielle eut eu lieu, on s’efforça en permanence de tergiverser pour faire patienter les résidents impériaux. Pour empêcher un départ des Français, tantôt on prétextait une question de passeport, et tantôt des parents malades45. Même après la rupture symbolique avec la France et la Suède, Hambourg rechercha toujours des moyens de maintenir les contacts existants46.

  • 47 Andreas Gestrich, Absolutismus und Öffentlichkeit. Politische Kommunikation in Deutschland zu Begi (...)
  • 48 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 5a, Freiherr zu Gödens à l (...)
  • 49 Mary Lindemann, Patriots and Paupers. Hamburg, 1712 – 1830, New York, Oxford UP, 1990.

26Toute une série de raisons expliquaient cette politique. Hambourg était, comme ne cessèrent de l’affirmer bien haut ses conseils, une ville marchande. Elle vivait de marchandises matérielles et immatérielles. À côté du poisson et des épices, c’étaient aussi les informations – un bien précieux – qui attiraient les marchands en cette ville47. La France et l’Empire n’étaient pas seuls à entretenir un résident à Hambourg ; c’était le cas aussi, ainsi que von Gödens l’écrivit avec étonnement à la chancellerie impériale le 27 février 1691, de l’Angleterre, de la Suède, du Danemark, des États généraux des Provinces-Unies, de Florence, de la Saxe et du Brandebourg48. On organisait le commerce, on discutait de questions politiques, on observait les opérations militaires, on défendait sa réputation. Le centre du cercle de Basse Saxe servait de plate-forme neutre pour les échanges diplomatiques. En ce lieu, les experts de la représentation pouvaient harmoniser directement leurs intérêts à l’écart du « soleil de grâce » d’une cour qui prétendrait orchestrer le tout ; ils pouvaient développer de nouvelles règles de fonctionnement des rapports mutuels. L’« Amsterdam allemand », comme l’a nommé Mary Lindemann, représentait un centre culturel important, dont la capacité de fonctionnement dépendait d’un fragile équilibre des pouvoirs entre les acteurs diplomatiques49. Si l’un d’eux était contraint de s’éloigner de la ville, alors cet équilibre menaçait de s’effondrer. En ce dernier cas, ce serait un avantage de situation de la ville de Hambourg et un pilier de sa prospérité qui seraient en danger imminent.

27Si l’on forçait la ville à réduire son dense réseau diplomatique, on restreignait en même temps la capacité de celle-ci à se positionner favorablement au niveau européen dans les domaines politique et économique, très concurrentiels. Nonobstant la soumission symbolique à l’aigle impériale, la présence de diplomates d’une moitié de l’Europe donnait la possibilité aux Hambourgeois d’agir largement, de facto, comme une puissance indépendante.

  • 50 C’est pourquoi la lutte contre les diplomates français fut aussi, dans les années 1674-1677, une l (...)

28Avec une plus grande hauteur de vues, on peut dire que l’expulsion du résident français Bidall, qui avait des moyens financiers conséquents, comportait pour le sénat hambourgeois des risques importants. Les réseaux diplomatiques et les systèmes de clientèle urbains étaient, dans les villes impériales, étroitement liés. Pour affermir leur position, les résidents entretenaient un grand nombre de contacts et d’amitiés. Au sein de ce maillage complexe, la France avait atteint une position légèrement dominante. L’influence acquise par le résident français dans les années 1670 s’expliquait avant tout par sa capacité à utiliser à son propre profit les relations des partenaires de l’allié suédois50. Et son empressement à défendre les intérêts de Hambourg auprès de la Cour de France avait encore renforcé sa position. Au début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, il était encore suffisamment influent pour constituer, ainsi que le craignait von Gödens, un contrepoids à la politique impériale.

  • 51 Jürgen Bolland, Senat und Bürgerschaft. Über das Verhältnis zwischen Bürgern und Stadtregiment im (...)
  • 52 Gerd Augner, Die Kaiserliche Kommission der Jahre 1708-1712. Hamburgs Beziehungen zu Kaiser und Re (...)

29Tout cela paraît avoir été plus important que jamais à la fin du XVIIe siècle. La ville connaissait alors une agitation récurrente : les luthériens s’opposaient aux piétistes, les marchands aux artisans, les patriciens aux leaders populaires, les sénateurs à l’Oberalte (le plus ancien maître des métiers), et les métiers les uns aux autres. À partir de 1602, on avait observé à Hambourg un processus de progressive fragmentation des élites. Les conflits culturels, économiques et religieux s’aggravèrent constamment51. Les révoltes des années 1662-1683 (appelées Jastram-Schnittgersche Unruhen) et celles de 1693-1712 purent être matées seulement par une intervention militaire. En 1683, il sembla même que la fin de l’autonomie de la ville était imminente, quand une partie de la bourgeoisie demanda au roi de Danemark une aide militaire. C’est seulement grâce à l’arrivée de troupes du cercle de l’Empire que cette machination contre l’indépendance put être évitée à la dernière minute52. Cet incident montre à quel point l’environnement politique et la stabilité interne de la ville étaient liés.

  • 53 Sur le reste de la politique extérieure de la Hanse, voir : Georg Fink, « Diplomatische Vertretung (...)
  • 54 Johann Martin Lappenberg, « Listen der in Hamburg residirenden wie der dasselbe vertretenden Diplo (...)
  • 55 Voir aussi, sur le même sujet : Thomas Lau, « Diplomatie und Recht – die Rolle des kaiserlichen Re (...)

30La Hanse avait perdu sa fonction stabilisatrice en Allemagne du Nord, et Hambourg se trouvait désormais au centre d’une accumulation de grandes puissances en voie d’ascension53. À côté du Danemark et de la Suède, c’était le cas surtout du Brandebourg et du Hanovre. Chacune de ces puissances rivales devait s’efforcer de contrôler le plus possible, au moins indirectement, la métropole des rives de l’Alster – comme le montre la constitution systématique de réseaux suédois dans la ville. C’est pourquoi les adversaires du Conseil pouvaient toujours espérer avoir l’oreille des cours environnantes. Dans ce contexte, l’influence de l’empereur sur la politique de Hambourg commença à croître durablement. Lui seul était en mesure d’affermir l’équilibre chancelant entre les puissances du Nord de l’Allemagne et, dans le même temps, d’amener à un arrangement les partis antagonistes de la ville. Vienne eut ainsi une chance unique de relier Hambourg plus nettement à l’Empire. Saisir cette chance, c’était avant tout l’affaire du résident ; et celui-ci sut consolider durablement sa position, avec le soutien de la chancellerie impériale et du Conseil aulique54. Il fit construire une résidence à l’allure de palais, avec la volonté d’en faire une tête de pont pour la défense et l’extension des droits impériaux dans toute l’Allemagne du Nord. Le résident se mit en devoir de dominer, si possible, les échanges culturels et politiques à Hambourg de la même manière que le faisait l’ambassadeur français à Soleure. De ce point de vue, l’expulsion du résident français était un pas qui risquait d’accélérer encore plus nettement cette évolution55.

  • 56 Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Cambridge Mass., Harvard UP, 2005.

31La chancellerie impériale avait donc utilisé la querelle créée par les lettres avocatoires pour développer ses possibilités d’influence à Hambourg. Le Conseil avait dû se soumettre symboliquement, sa liberté de manœuvre politique vis-à-vis de l’extérieur avait été réduite, et la position du résident impérial sensiblement renforcée. Cette politique avait pour objectif, au moins en partie, de transformer un acteur culturel et économique important de l’espace atlantique en un centre secondaire, situé désormais dans l’orbite de l’Empire56.

32Toutefois, les succès de la chancellerie impériale furent de courte durée. Le rapport de forces devait en effet changer de façon décisive dans l’Europe du Nord entre 1712 et 1715. Après la perte, par la Suède, de territoires stratégiques dans l’Empire, et après l’accession de Georges Ier au trône d’Angleterre, cette dernière devint, dans l’environnement de Hambourg, la puissance dominante. Son influence, considérable, n’était limitée que par les liens de la ville de Hambourg avec le Danemark et les Pays-Bas. Ainsi prit fin le temps de l’équilibre politique instable de la région entre une vaste palette d’acteurs rivaux d’égale puissance. La consolidation à l’extérieur se traduisit aussi immédiatement par un apaisement à l’intérieur de la ville. Depuis le début du XVIIe siècle, on avait fait des tentatives pour parvenir à un compromis entre les élites urbaines. Mais ce fut seulement après que les mouvements d’opposition potentiels eurent été obligés d’abandonner tout espoir d’un soutien politique extérieur à la ville de la part de voisins avides, que ces tentatives de compromis furent couronnées de succès. Après 1715, il n’y eut plus de révoltes violentes au sein de la population de Hambourg, et le nombre de plaintes collectives portées devant le Conseil aulique diminua de façon frappante.

  • 57 Dans le même ordre d’idées, on peut citer un rapport du Sénat, non daté, que le résident impérial (...)
  • 58 Rainer Ramcke, Die Beziehungen zwischen Hamburg und Österreich im 18. Jahrhundert. Kaiserlichreich (...)

33Par suite, le rôle de l’empereur dans la stabilité extérieure et intérieure de la ville fléchit continuellement. De fait, même sans revendiquer un statut officiel de sujet du droit des gens, le Sénat de Hambourg put rapidement étendre sa marge de manœuvre en politique extérieure et, finalement, utiliser dans les parades urbaines un ensemble symbolique proche de celui d’une république souveraine57. De même, par contraste avec la querelle liée aux lettres avocatoires, les débats concernant la neutralité partielle de la ville pendant les conflits du XVIIIe siècle se passèrent sans heurts58. Au lieu de se commettre dans de vains conflits avec une autorité urbaine contre laquelle la chancellerie impériale disposait de peu de moyens de pression, les résidents consacrèrent désormais leur attention au soin de leur clientèle, majoritairement catholique, du Nord de l’Allemagne. Dans ce cadre, Hambourg resta une base importante de leur activité – mais pas plus.

  • 59 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Ro (...)

34Pour ramener à la raison une ville d’Empire indisciplinée et transformer un monstre nommé « Empire » en un véritable État, la diplomatie, la propagande et l’habileté juridique, à elles seules, ne suffisaient pas. Les habitants de Hambourg avaient fait savoir, en effet, dès 1689 à l’empereur qu’un monarque qui exigeait de ses sujets qu’ils participassent à une guerre économique devait être également capable de protéger leurs intérêts59. L’Empire ne pouvait se positionner en puissance maritime s’il ne possédait pas de flotte. Or, on ne pouvait prétendre à la souveraineté que si l’on était capable de lui donner un contenu. Le vieil Empire fut donc le lieu des promesses non tenues et des espoirs déçus. Il fut cependant aussi, pour des acteurs mineurs comme Hambourg, qui savaient tirer parti de marges de manœuvre finalement non négligeables, un espace de protection.

Notes

1 Dass aber die Statt Hamburg sich von gesambten Reich verwilligten Türckhülffgäntzlich entschuldigen und eximieren wolle, das werden wir in die länge um so weniger nachsehen als es fast scheinet, dass dieselbe in passibus utilibus zwaren der Reichfreyheit ind immedietet genießen, die gemeine Reichsonera aber nicht tragen, sondern gleichsam eine absonderliche Republicam constituieren wolle. HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, le 18 février 1689.

2 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Kleinere Reichsstände, 1688-1699, bourgmestre et conseil à la chancellerie impériale, Hambourg, le 5 février 1689, point 4.

3 Pour une définition des lettres avocatoires et des lettres inhibitoires, voir Georges Frédéric de Martens, Précis du droit des gens moderne de l’Europe (nelle éd. par M. Ch. Vergé), Paris, Guillaumin, 1858, t. 2, § 269, p. 221-224 : « En entrant en guerre tout Etat est en droit, 1) de rappeler par des lettres avocatoires tous ceux de ses sujets qui séjournent chez l’ennemi : il pourrait même rappeler ceux qui se trouvent dans d’autres Etats, s’il a besoin de leur bras pour la défense de la patrie, quoique aujourd’hui on se borne ordinairement à rappeler ceux qui sont au service de l’ennemi, ou qui sont vassaux ou au service militaire de leur patrie ; 2) de défendre, sous peine de confiscation des biens, et même sous des peines infamantes, de rester ou d’entrer au service, soit militaire ou autre, de l’ennemi ; 3) de joindre à ces lettres avocatoires et déhortatoires des lettres inhibitoires pour défendre à tous les sujets en général le commerce et la correspondance avec l’ennemi, l’importation des marchandises du cru ou des manufactures de l’Etat avec lequel on est en guerre, et l’assurance pour le compte de l’ennemi. »

4 Voir : Ingomar Bog, Der Reichsmercantilismus. Studien zur Wirtschaftspolitik des Heiligen Römischen Reiches im 17. und 18. Jahrhundert, Stuttgart, Fischer Verlag, 1959, coll. « Forschungen zur Sozialund Wirtschaftsgeschichte 1 ».

5 Karl Ottmar Aretin, Das alte Reich, t. 2: Kaisertradition und österreichische Großmachtpolitik (1684-1745), Stuttgart, Klett-Cotta Verlag, 1997.

6 L’essai de définition du groupe de ceux qui devraient appartenir à la nation allemande faisait aussi partie de cette fixation de normes. On le voit par la proposition suivante, qui fut faite le 2 avril 1689 devant le collège des princes de la diète en vue de deux concepts opposés pour définir la nation – l’un transcendant les catégories sociales, l’autre basé sur les états : « [...] sous le qualificatif d’allemand, on doit comprendre ceux qui habitent dans ce que l’on appelle les états réunis, mais aussi ceux qui ont des fiefs, des candidatures ou un autre droit d’héritage dans l’Empire. Ils habitent où ils veulent » ([...] dass untder denen Teutschen alle die jenige zuverstehen, welche in denen sogenannten reunirten Landen wohnen, zumahlen aber ins gemien die jenige welche einige Lehenschafften, Anwartungen oder ander Erb Recht im Reich haben. Sie wohnen wo Sie wollen.). HStA Stuttgart, Reichstagsakten, A 262, Bd. 180, Österreichische Anzeige du 2 avril 1689. Pour prendre la mesure de l’effet que ce discours national eut sur la Confédération helvétique, voir la charte de la diète de Lucerne de 1690 : Gelegenheitsreden und Complimente, von Johan Carl Balthasar, gewesten Verdienstvollen Stadtschreiber der Republik Luzern, von Ao 1689 bis 1699 (Zentral-und Hochschulbibliothek, Lucerne, Ms. 38, 4o) ; Helvetia in Pace Communis Laetitiae et applausus ergo Illustrissimis Cantonum et Confeoderatorum Legatis opere tumultuario in publicam Scenam producta à Studiosa Iuventute Soc. Jesu. 14. Feb. Ao 1694 zu Lucern (Zentralbibliothek, Zurich, Ms. J 217, 2).

7 Voir sur ce sujet la conclusion du collège des princes électeurs à la diète : « Pour une meilleure conservation de tels objectifs, on ne doit autoriser aucune neutralité dans l’Empire romain, sous quelque prétexte ou allégation que ce puisse être, et au contraire on doit être obligé à prendre les armes contre la France, de façon à ce que l’état qui se soustrairait à l’obligation commune sous prétexte de neutralité ou pour une autre raison, ou qui voudrait porter secours à l’ennemi de l’Empire en lui procurant un pont de campagne, un cheval, des munitions de guerre, des vivres ou d’autres moyens imaginables, soit considéré lui-même comme un ennemi de l’Empire, jusqu’à ce qu’il se soit réconcilié en reconnaissant sa faute. » ([...] zu desto besserer Erhaltung sothanen Zwecks auch keine Neutralität, under was praetect und Vorwand es auch immer sein könnte in Röm. Reich zuzulassen, sondern mönniglich obligiert sein sollte, die Waffen wieder Frankreich zu ergreiffen, dergestalt das der jenige Stand welcher sich durch die Neutralität oder in andere Weg der gemeinen Hilffentziehet, oder dem Reichsfeind mit Vock, Pferd, Kriegsammunition, Proviant oder durch andere ersinnliche Mittel beyspringen wollte, eben darumb selbsten für einen Reichsfeind so lang zu halten, bis er sich durch pretierung seiner Schuldigkeit damit ausgesöhnt haben würde). HStA Stuttgart, Reichstagsakten, A 262, Bd. 180, Conclusum Collegii Electoralis, le 31 janvier 1689. Cf. Johann Christian Lünig, Das Teutsche Reichs-Archiv, t. 04, Leipzig, Lanckisch, 1720, p. 707 et suiv.

8 Franz Bosbach, « Der französische Erbfeind. Zu einem deutschen Feindbild im Zeitalter Ludwigs xiv. », Franz Bosbach (dir.), Feindbilder. Die Darstellung des Gegners in der Frühen Neuzeit, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau Verlag, 1992, coll. « Bayreuther Historische Kolloquien 6 », p. 117-139.

9 Voir sur le sujet la présentation impériale des événements auprès de la Confédération : StA Bâle, Eidgenossenschaft, E 117, EG TS, 22. V.-3. VI. 1690, Extract allergnädigsten Rescripts de dato Saxuburg den 19. Mey 1690 Communiciert durch Lodron, Bade, le 29 mai 1690.

10 Pour de plus amples développements sur le sujet, voir : Thomas Lau, Stiefbrüder. Nation und Konfession in der Schweiz und in Europa (1656-1712), Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau Verlag, 2008, p. 223-250.

11 Le mélange de ces raisons se voit particulièrement bien dans les arguments que Moscherosch prête aux patriarches à propos des Allemands vivants : Johann Michael Moscherosch, « Gesichte Philanders von Sittewald », éd. Felix Bobertag, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1964 (réimpression de l’édition de Stuttgart de 1883).

12 Martin Wrede, Das Reich und seine Feinde. Politische Feindbilder in der reichspatriotischen Publizistik zwischen Westfälischem Frieden und Siebenjährigem Krieg, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 2004, coll. « Beiträge zur Sozial-und Verfassungsgeschichte des Alten Reichs 15 » ; Hans-Martin Blitz, Aus Liebe zum Vaterland. Die deutsche Nation im 18. Jahrhundert, Hambourg, Hamburger Edition, 2000.

13 C’est surtout Carl Schmitt qui insiste sur la nécessité de représentations de l’ennemi pour la stabilisation de la communauté étatique. Voir à ce sujet, avec le point de vue de la recherche la plus récente : Friedrich Balke, « Die Signatur des Feindes : Carl Schmitt und die Moderne », Christian Geulen et al. (dir.), Vom Sinn der Feindschaft, Berlin, Akademie Verlag, 2002, p. 133-152 ; voir aussi : Ernst Moritz Arndt, « Über Volkshaß », Michael Jeismann et al. (dir.), Grenzfälle. Über neuen und alten Nationalismus, Leipzig, Reclam Verlag, 1993, p. 319-334. Sur l’interaction entre l’exclusion et l’inclusion, voir : Fredrik Barth, Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, Bergen, Univ. Forl., 1969.

14 Voir: Mary Douglas, Purity and Danger. An Analysis of Concept of Pollution and Taboo, Londres, Routledge, 2006 (1re edition : 1966).

15 Ferdinand von Ingen, Philipp von Zesen, Stuttgart, Metzler Verlag, 1970 ; Hugo Harbrecht, Philipp von Zesen, Fribourg en Brisgau, 1912 (thèse de doctorat) ; Carl Prahl, Philipp von Zesen. Ein Beitrag zur Geschichte der Sprachreinigung im Deutschen, Danzig, Groening, 1890 ; Christoph Stoll, Sprachgesellschaften im Deutschland des 17. Jahrhunderts. Fruchtbringende Gesellschaft, Aufrichtige Gesellschaft von der Tannen, Deutschgesinnte Genossenschaft, Hirten-und Blumenorden an der Pegnitz, Elbschwanenorden, Munich, List-Taschenbücher der Wissenschaft, 1973.

16 Heinrich Reincke, « Hamburgs Aufstieg zur Reichsfreiheit », Zeitschrift des Vereins für Hamburgische Geschichte, 47, 1961, p. 17-34.

17 Reinhold Lorenz, « Eine hamburgische Residentschaft Kaiser Leopold i. (Hans Theodor Dietrich von Rondeck 1679-1685) », Festschrift. A. F. Pribram zum 70. Geburtstag, Vienne, Steyrermuehl, 1929, p. 71-116 ; voir aussi, de façon plus générale : Klaus Müller, Das kaiserliche Gesandtschaftswesen im Jahrhundert nach dem Westfälischen Frieden (1648-1740), Bonn, Roehrscheid Verlag, 1976, coll. « Bonner historische Forschungen 42 ».

18 [...] so wehre die angetrohete gefahr mit confiscation ihrer Schiffen und güter bald effectarirt sein, wodurch die hiesige unschuldige Kaufleute und Bürgerschafft tanquam tertii totaliter ruiniert und das ganze Reich consequenter in großen schaden gesezt würde. Sie möchten wüntschen dass Eu. Keyserl. Mayt. eine Schiffflotte in See hetten oder dass diese Statt situirt wehre wie Franckfurt und Mainz. Sie wollten kein wort dagegen sprechen und gerne pariren, denn Sie sehen und wüssen wohl, dass Eu. Keysl. Mayten Ursache zu ausschaffung hetten. Voir aussi la décision du sénat datée du 12 mars 1675 : « C’est une affaire difficile ; si notre ville était une petite ville de l’intérieur comme Francfort, nous pourrions nous plier plus facilement à cette décision, c’est seulement parce que Hambourg est une ville maritime et qu’elle se trouverait dans une position très incommode si le ministre français était expulsé et que le commerce en subirait un dommage incalculable, c’est pour cela, donc, que beaucoup ne se laissent pas faire volontiers » (Es ist eine schwer Sache, wäre unser Stadt ein Landstadt als Franckfurt konnten wir uns leichter dazu bequemen, allein weil es ein Seestadt und dannenhero durch Ausschaffung der französischen Minister solcher in große Ungelegenheit kommen wird, die commercien einen unermesslichen Schaden empfinden werden, als viele sich’s nicht wohl thun lassen). On voulait donc tout faire pour éviter de se soumettre. StA Hambourg, Senat C1 VII Lit. Kd Nr. 1 vol. 1b 4, le 12 mars 1675.

19 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 19 janvier 1675.

20 [...] zöge der Ruin der Commercien auch dieses mit sich, dass die Statt keine Mittel finden würde, eine so kostbare guarnison zu conservation dieser frontier Statt zu des gesambten Reichs besten zu unterhalten. Sur la situation économique, voir : Martin Reissmann, Die hamburgische Kaufmannschaft des 17. Jahrhunderts in sozialgeschichtlicher Sicht. Hambourg, Christians Verlag, 1975, coll. « Beiträge zur Geschichte Hamburgs 4 » ; Karin Newman, « Hamburg in the European economy : 1660-1750 », Journal of Economic History, 55, 1995, p. 57-95.

21 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 2 novembre 1675 ; et, sur les effets : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 7 décembre 1675.

22 Die Parition welche hiesige Statt endlich [...] gelaistet, pleibet bis dato ohne sonderbaren effect : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 25 mai 1677.

23 Il entretenait en effet un contact étroit avec la France par l’intermédiaire du prédécesseur de Bidall, qui proposa de rendre possible la restitution des bateaux, moyennant des pots-de-vin. Voir : StA Hambourg, Senat C1 VII Lit. Kd Nr. 1 vol. 1b 4, les 18 janvier 1676, 17 mars 1676, 30 octobre 1676.

24 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 5 août 1676.

25 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 25 septembre 1674. Sur la position du Hanovre, voir : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 19 décembre 1674. Sur les tentatives du résident pour imposer les lettres avocatoires dans l’ensemble du cercle d’Empire : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 12 septembre 1674. Sur les tentatives de la Suède en vue de neutraliser l’électeur palatin : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 25 juillet 1674.

26 [...] dass, wenn von einem Reich, Land und Stadt einmahl das Commercium detourniret und abgewendet, und dagegen an andere Orthe gezogen und alda establieret wird, dass selbiges hernach entweder beständig und gar auf ewig abgezogen bleibe oder doch mit der allergrösten Beschwerde und unsäglichen Kosten [...] wieder herbey gebracht werden könne : HHStA Vienne, Reichskanzlei Kleinere Reichsstände, 1688-1699, bourgmestre et conseil à la chancellerie impériale, Hambourg, le 5 février 1689.

27 Les auteurs se réfèrent évidemment à : Hugo Grotius, De iure belli et pacis libri tres in quibus ius naturae et gentium, item iuris publici praecipua explicantur. Cum annotatis auctoris, ejusdemque Dissertatione de mari libero, ac libello singulari de aequitate, indulgentia, & facilitate/Nec non Joann. Frid. Gronovii notis [...] Notulas denique addidit Joannes Barbeyrac, Amstelaedami, apud Janssonio-Waesbergios, 1720.

28 Voir l’argumentation néerlandaise, dirigée contre Hambourg, dans : HHStA Vienne, Reichskanzlei Kleinere Reichsstände, 1688-1699, Verschiedne Motiven Warum man bey diesem Krieg der Stadt Hamburg die Netralitaät/das freye Commercium und Schiffahrt sammt der Correspondentz aus-und nacher Franckreich/weder offentlich gestatten/noch darin conniviren solle, s. d. [imprimé]. Les deux parties (Néerlandais et Hambourg) ne cessaient de se faire ainsi des reproches, avec des vues mercan

29 deren privative zugebrauchen, und über aller Welt früchte und güter die einige dispensatores zuseyn. Voir aussi: Steven Pincus, « From butterboxes to wooden shoes. The shift in English popular sentiment from anti-Dutch to anti-French in the 1670s », The Historical Journal, 38, 1995, p. 333-361. On trouvait la même image anti-néerlandaise en Angleterre, celle d’un adversaire acharné, mais perçu pourtant comme un concurrent homogène et efficace dans le cadre des règles en vigueur, et donc [...] Gott und die Natur hetten ihnen den See Handel und Schiffahrt ganz allein anti-nation diabolique.

30 Voir surtout : Jean Schillinger, Les pamphlétaires allemands et la France de Louis xiv, Berne (etc.), Peter Lang Verlag, 1999. Sur les stratégies médianes consistant en une communication persuasive, du côté habsbourgeois, voir : Jutta Schumann, Die andere Sonne. Kaiserbild und Medienstrategien im Zeitalter Leopolds i., Berlin, Akademie Verlag, 2003, coll. « Colloquia Augustana 17 » ; Maria Goloubeva, The Glorification of Emperor Leopold i. in Image, Spectacle and Text, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 2000, coll. « Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte Mainz. Abteilung für Universalgeschichte, 184 ».

31 Voir les ébauches de scission entre le sénat et l’Oberalte (on désignait ainsi le plus ancien maître des métiers) sur les questions liées aux lettres avocatoires, dans : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 8 mai 1675. Par suite, les activités de propagande du sénat furent toujours conduites en direction de l’intérieur.

32 Sur la place du discours national au temps de la guerre de Trente Ans, voir : Adam Wandruszka, Reichspatriotismus und Reichspolitik zur Zeit des Prager Friedens von 1635, Graz, Böhlau Verlag, 1955.

33 La mise en œuvre d’un mandat d’exécution impérial s’avérait de facto quasiment impossible sans l’assentiment de tous les états extérieurs au cercle ; une circonstance qui empêchait régulièrement les réflexions présentées par von Rondeck d’aboutir. Voir : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 12 octobre 1675.

34 Heiko droste, « Hamburg – Zentrum schwedischer Außenbeziehungen im 17. Jahrhundert », Ivo Asmus et al. (dir.), Gemeinsame Bekannte. Schweden und Deutschland in der Frühen Neuzeit, Munster, LIT-Verlag, 2003, p. 65-82.

35 Pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, il arriva même, en 1689, que des navires de Hambourg fussent saisis sur l’Elbe par le gouvernement suédois de Stade. StA Hambourg, Senat C1 VII Lit. Kd Nr. 1, vol. 1b, Prod. 7, le 14 octobre 1689.

36 Voir aussi les problèmes que connut von Rondeck pour faire appliquer les lettres avocatoires à Lubeck : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 25 mai 1677.

37 [...] die halbe Statt gleichsam zu königl. Dänischen Hollsteinischen Unterthanen gemacht und zu allen was ihnen nach diesen imponiert werden dürfte verbunden sein würden : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 5a, Freiherr zu Gödens à la chancellerie impériale, Hambourg, le 25 août 1691.

38 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 5a, Freiherr zu Gödens à la chancellerie impériale, Hambourg, le 22 août 1691.

39 Voir la thèse concernant l’État impérial complémentaire, qui laisse de côté de semblables problèmes structurels et cherche à présenter une évaluation positive : Georg schmidt, Geschichte des Alten Reiches. Staat und Nation in der Frühen Neuzeit 1495-1806, Munich, C. H. Beck Verlag, 1999, p. 176 et 191.

40 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, le 18 février 1689.

41 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, le 12 août 1691.

42 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4b, Freiherr zu Gödens à la chancellerie impériale, Hambourg, le 2 novembre 1689. Voir aussi la saisie de bateaux de Lubeck par l’électeur de Brandebourg : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Lubeck, le 13 janvier 1677.

43 Quoique la soumission se fît attendre, les diplomates impériaux se rangèrent dès 1689 du côté des marchands, qui exigeaient la restitution des navires et des marchandises confisqués par les Anglais : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, le 17 décembre 1689. Voir aussi les mises en garde de l’année 1690 : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, le 10 mars 1690.

44 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Weisungen nach Hamburg, 1c, « Extract » der Weisungen an den englischen Gesandten von Königsegg, s. d. [sans doute fin de l’été 1691] ; HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 5a, Freiherr zu Gödens à la chancellerie impériale, Hambourg, le 10 novembre 1691.

45 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 7 septembre 1675 ; HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 8 mai 1675. StA Hambourg, Senat C1 VII Lit. Kd Nr. 1 vol. 1b 4, les 26 et 27 avril, 13 août 1675.

46 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 7 avril 1677 ; HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 2 mars 1677. Sur le rôle de Königsmark et des poursuites fiscales engagées contre lui, voir : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 4a, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 18 mai 1678. HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 5a, Freiherr zu Gödens à la chancellerie impériale, Hambourg, le 27 février 1691.

47 Andreas Gestrich, Absolutismus und Öffentlichkeit. Politische Kommunikation in Deutschland zu Beginn des 18. Jahrhunderts, Gottingue, Vandenhoeck und Ruprecht, 1994, coll. « Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft 103 ».

48 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 5a, Freiherr zu Gödens à la chancellerie impériale, Hambourg, le 27 février 1691.

49 Mary Lindemann, Patriots and Paupers. Hamburg, 1712 – 1830, New York, Oxford UP, 1990.

50 C’est pourquoi la lutte contre les diplomates français fut aussi, dans les années 1674-1677, une lutte contre le puissant réseau entretenu par les Suédois dans la ville. Cette lutte fut soutenue surtout par le Brandebourg et l’Espagne. Von Rondeck rencontrait régulièrement les résidents de ces deux puissances lors de conférences. Suite à la conférence du 11 décembre 1675, von Rondeck expliqua qu’une attitude ferme à l’égard de la question diplomatique était aussi tout à fait dans l’intérêt de la ville. En tout cas, ses deux collègues s’étaient exprimés en ce sens en partant : « Les alliés peuvent observer depuis longtemps, à leur détriment, que la Suède se hisse vers le haut en ce lieu. Espérons donc, et au nom de Votre Majesté Impériale j’œuvrerais avec sévérité et il ne faut pas que vous en vouliez à vos chefs éminents s’ils doivent employer d’autres moyens pour rendre la ville à la raison. » (Es seye denen Alliierten ungelegen länger zuzusehen, dass Schweden durch diesen orth sich empor bringen sollte. Hoffen also, im nahmen Euer Kaiserlicher Majestät were ich mit ernst dazu thun oder ihre hohe Principalen würden nicht zu verdenken sein, dass sie andrster zur Sache thun und mittel ergreifen müssen, die Statt besser zur Raison zu bringen.) HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 11 décembre 1675). Sur les tentatives pour restreindre considérablement l’influence suédoise, voir : HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 7 septembre 1675.

51 Jürgen Bolland, Senat und Bürgerschaft. Über das Verhältnis zwischen Bürgern und Stadtregiment im alten Hamburg, 2e éd., Hambourg, Christians Verlag, 1977 (1re edition : 1954), coll. « Vorträge und Aufsätze. Verein für hamburgische Geschichte 7 ».

52 Gerd Augner, Die Kaiserliche Kommission der Jahre 1708-1712. Hamburgs Beziehungen zu Kaiser und Reich zu Anfang des 18. Jahrhunderts, Hambourg, Verein für Hamburgische Geschichte, 1983, coll. « Beiträge zur Geschichte Hamburgs 23 », Werner Jochmann et Hans-Dieter Loose (dir.), Hamburg. Geschichte der Stadt und ihrer Bewohner, t. 1 : Von den Anfängen bis zur Reichsgründung, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1982 ; Hans-Dieter Loose, « Die Jastram-Snitgerschen Wirren in der zeitgenössischen Geschichtsschreibung », Zeitschrift für Hamburgische Geschichte, 53, 1967, p. 1-20 ; Hermann Rückleben, Die Niederwerfung der Hamburger Ratsgewalt. Kirchliche Bewegungen und bürgerliche Unruhen im ausgehenden 17. Jahrhundert, Hambourg, Christians Verlag, 1970.

53 Sur le reste de la politique extérieure de la Hanse, voir : Georg Fink, « Diplomatische Vertretungen der Hanse seit dem 17. Jahrhundert bis zur Auflösung der hanseatischen Gesandtschaft in Berlin 1920 », Hansische Geschichtsblätter, 56, 1931, p. 112-155.

54 Johann Martin Lappenberg, « Listen der in Hamburg residirenden wie der dasselbe vertretenden Diplomaten und Consulen », Zeitschrift des Vereins für Hamburgische Geschichte, 3, 1851, p. 414-534.

55 Voir aussi, sur le même sujet : Thomas Lau, « Diplomatie und Recht – die Rolle des kaiserlichen Residenten bei innerstädtischen Konflikten in den Reichsstädten der Frühen Neuzeit », Anja Amend et al. (dir.), Die Reichsstadt Frankfurt als Rechts-und Gerichtslandschaft im Römisch-Deutschen Reich, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2008, p. 97-106 ; Thomas Lau, Bürgerunruhen und Bürgerprozesse in den Reichsstädten Mühlhausen und Schwäbisch Hall in der Frühen Neuzeit, Berne, Verlag Peter Lang, 1999 ; id., « Die Reichsstädte und der Reichshofrat », Wolfgang Sellert (dir.), Reichshofrat und Reichskammergericht. Ein Konkurrenzverhältnis, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau Verlag, 1999, p. 129-154. Sur Soleure, voir : Thomas Lau, « Fremdwahrnehmung und Kulturtransfer – der Ambassadorenhof in Solothurn », Michael Rohrschneider/Arno Strohmeyer (dir.), Wahrnehmungen des Fremden. Differenzerfahrungen von Diplomaten im 16. und 17. Jahrhundert, Munster, Aschendorff, 2007, coll. « Schriftenreihe Der Vereinigung zur Erforschung der neueren Geschichte 31 », p. 313-341 ; Christian Windler, « “Allerchristlichste” und “Katholische Könige”. Verflechtung und dynastische Propaganda in kirchlichen Räumen (Katholische Orte der Eidgenossenschaft, spätes 16. bis frühes 18. Jahrhundert) », Zeitschrift für historische Forschung, 33, 2006, p. 585-629.

56 Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Cambridge Mass., Harvard UP, 2005.

57 Dans le même ordre d’idées, on peut citer un rapport du Sénat, non daté, que le résident impérial von Kurtzrock fit parvenir en 1708 à la chancellerie de l’Empire : on y lisait, en lien avec la querelle constitutionnelle hambourgeoise, que l’on avait toujours été respecté des rois, des princes et des « républiques », et que les citoyens indisposaient leur propre « république » s’ils refusaient leur respect au Sénat, qui en était l’incarnation. Le concept de république fut utilisé, comme le montre le mémoire cité, pour désigner une « polycratie » souveraine, et appliqué à la communauté qui en était issue (HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 6a, Kurtzrock à la chancellerie impériale, Gutachten des Rates, s. d. (sans doute 1708). Sur le conflit symbolique entre l’empereur et la ville de la Hanse, voir : Frank Hatje, Repräsentation und Staatsgewalt. Herrschaftsstrukturen und Selbstdarstellung in Hamburg 1700-1900, Bâle/Frankfort sur le Main, Helbing & Lichtenhahn, 1997, p. 113-253. Et, de façon plus générale : Thomas Maissen, Die Geburt der Republic. Staatsverständnis und Repräsentation in der frühneuzeitlichen Eidgenossenschaft, Gottingue, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, coll. « Historische Semantik 4 ».

58 Rainer Ramcke, Die Beziehungen zwischen Hamburg und Österreich im 18. Jahrhundert. Kaiserlichreichsstädtisches Verhältnis im Zeichen von Handels-und Finanzinteressen, Hambourg, Christians Verlag, 1969, coll. « Beiträge zur Geschichte Hamburgs 3 ».

59 HHStA Vienne, Reichskanzlei, Diplomatische Akten, Berichte aus Hamburg, 3b, Georg Friedrich von Rondeck à la chancellerie impériale, Hambourg, le 19 janvier 1675.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search