Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

L’« abominable monstre de la neutralité » : la campagne de libelles contre la neutralité pendant la guerre de Trente Ans

Axel Gotthard
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 À notre connaissance, pour la période antérieure au XVIe siècle, les attitudes de neutralité dans (...)
  • 2 Nous ne pouvons discuter ici la position des écrits militants (grossièrement élaborés) à l’égard, (...)

1Aux XVIe et XVIIe siècles, l’acceptation de la notion de neutralité1 se heurta à de sérieuses résistances : des libelles la condamnaient comme constitutive de péché ; dans les travaux de politologie, elle était qualifiée d’imprudente et de déshonorante ; les traités du droit des gens ne parlaient quasiment pas des droits des neutres et ne garantissaient aucun droit à la neutralité ; au surplus, le concept de neutralité ne fut défini que très tardivement dans le cadre du droit des gens. Mais ce fut surtout dans les libelles2 des premières décennies du XVIIe siècle que cette opposition, présente régulièrement avant le XVIIIe siècle, se manifesta le plus violemment. Aussi, c’est seulement cette période que nous envisagerons dans le cadre de cet article, et plus particulièrement celle de la guerre de Trente Ans en Allemagne.

  • 3 Voir : Axel Gotthard, Der Augsburger Religionsfrieden, Munster, Aschendorff, 2004, coll. « Reforma (...)
  • 4 À cause de la polarisation confessionnelle, à partir des années 1580, la plupart des institutions (...)
  • 5 [Anonyme], Politischer Discurs, Ob sich Franckreich der Protestirenden Chur vnnd Fürsten wieder Sp (...)
  • 6 Ibid. Il s’agit naturellement de l’équivalent de la formule antique media via nulla est (Livius). (...)
  • 7 Ibid. : entzeucht man sich durch diese lawlichte arth die Freunde, wendet die Feinde nicht abe.
  • 8 Ibid. C’est également un lieu commun qui nous vient de l’Antiquité : celui qui fait le choix de la (...)
  • 9 Ibid. C’est l’un des lieux communs, parmi environ cinq douzaines d’autres, dont l’association cons (...)
  • 10 Ibid. L’image du neutre comme le résident de l’étage médian était très répandue aux XVIe et XVIIe (...)

2Comme la guerre confessionnelle était annoncée depuis des décennies par des théoriciens spéculateurs3, et que les décideurs politiques rejoignaient leur point de vue depuis 1608, en jugeant cette guerre imminente4, chaque sondage dans le corpus de pamphlets concerné a des chances d’être couronné de succès. Jetons un premier regard sur une prosopopée présentée en 1615 contre les menées visant à dissuader la Cour, à Paris, d’aider l’Allemagne protestante : on tentait de faire miroiter à la Cour les attraits d’une alliance avec l’Espagne ou, suggestion « bien plus subtile mais non moins dommageable » (viel Subtiler, doch nicht weniger schädtlich), ceux du choix de « la neutralité comme voie de sûreté en cas de tempête » (bey entstehung einigen Sturmwindes die Neutralitet als ein sichern wege) ! Ce serait « exactement comme si ceux qui abandonnent leurs alliés dans la détresse, n’étaient ni plus injustes ni plus furieux que les ennemis5 ». Qui jugeait honnêtement devait crier à de tels neutres qu’ils se commettraient encore moins en se rangeant publiquement du côté de l’ennemi. On trouve, dans cet écrit, de ces remontrances qui furent innombrables et récurrentes peu après, pendant la guerre de Trente Ans : la neutralité ne serait pas un « chemin médian », et même pas un chemin du tout6 ; « si l’on se prive de cette façon des amis, on ne détourne pas pour autant les ennemis7 » ; on se livre ainsi à celui qui est victorieux8 ; on n’est même pas capable de voir si la maison du voisin brûle9 ; on emménage à l’étage du milieu, où « la fumée du dessous et l’urine du dessus » (der Rauch von vnten, vnd der Harn von oben) importunent tout à la fois10.

  • 11 [Anonyme], Politischer Discurs und Bedencken über die Uniones im Reich [sans doute de 1617], publi (...)
  • 12 L’Empire comme système politique (voir par exemple le règlement exécutoire de l’Empire – Reichsexe (...)
  • 13 Voir Hanne-Margret Birckenbach, « Jenseits von Mythen : zur politischen Psychologie des Friedens » (...)

3Tout cela, comme nous l’avons dit, se retrouve pendant la guerre de Trente Ans ; les transitions rhétoriques vers les années de guerre se font sans heurts. Par chance, quelques Luthériens ne participèrent pas à cette Union évangélique pernicieuse, s’enthousiasme ce traité catholique de 1617, qui poursuit : « L’état de neutralité ne devrait pas être choisi, non seulement à cause du danger encouru, puisque, en de telles circonstances, les états neutres sont communément la proie du vainqueur et peuvent, en tant que tels, être pillés par celui qui l’emporte, mais aussi à cause des lois de l’Empire, qui commandent à chaque état d’apporter de l’aide à celui qui est tourmenté, pour qu’il soit en mesure de conclure une paix religieuse et profane11. » La neutralité est imprudente, c’est une attitude réprouvée dans le cadre du système de l’Empire12 ; mais il n’est pas question pour notre auteur, contrairement à plusieurs de ses prédécesseurs et à de nombreux successeurs, de faire de la neutralité une attitude pécheresse. Il ne parle pas de neutralité en temps de guerre, simplement de neutralité entre des partis confessionnels formalisés et organisés militairement ; il faut dire qu’il n’y avait pas encore de guerre en Europe centrale à cette date ; mais c’était le temps qui précédait immédiatement la guerre. Et, si tant est que la « psychologie politique » définit la paix comme « l’absence de polarisation » ou, « formulé positivement, l’existence d’une intégration13 », alors, d’après ses normes, en 1617 il n’y avait plus d’état de paix depuis longtemps.

  • 14 Pour les derniers développements de la recherche sur les causes de la guerre, voir Axel Gotthard, (...)
  • 15 Georg Major, « Prima pars Homeliarum in Evangelia dominicalia, a prima Dominica adventus domini, u (...)
  • 16 Georg Eder, Evangelische Inquisition wahrer und falscher Religion. Wider Das gemain unchristliche (...)
  • 17 Pour des éléments biographiques, voir Axel Gotthard, « Johann Georg I. », Frank-Lothar Kroll (dir. (...)
  • 18 [Anonyme], PostReutter, an Bäpstliche Heiligkeit, Bapst Paulum V. durch einen fürnemen geistlichen (...)
  • 19 Le parti catholique bénéficiait, dans le système impérial, d’une série d’avantages structurels bie (...)

4Après que les querelles de Bohême, constitutionnelles aussi bien que confessionnelles14, eurent commencé à dégénérer en une guerre européenne de religion, la polémique contre les neutres ou « neutralistes » (Neutralisten) désigna sans équivoque la neutralité pendant la guerre. Et, tandis que dans les dernières décennies du XVIe siècle, ces polémiques contre les neutres15 avaient surtout émané d’auteurs catholiques, et que ces auteurs catholiques n’avaient cessé de médire sur le compte des « neutres, ces ambidextres, ni chauds, ni froids » (neutrales, Beydenhänder, weder kalt noch warm16), les critiques vinrent désormais d’écrivains protestants. En effet, tandis que, depuis 1619, le camp catholique était passablement uni, des dirigeants d’importants états protestants, au premier rang desquels l’Électeur de Saxe17, ne faisaient pas partie de l’Union protestante, et tous les membres de cette Union n’étaient pas favorables à l’engagement à l’Est qui avait été décidé ; c’était le cas, au moins, des villes libres. Jusqu’à l’automne 1620 (quand la Cour de Dresde se rangea ouvertement du côté de l’Empire catholique), les Saxons se considéraient eux-mêmes, et étaient considérés par beaucoup d’étrangers, comme « neutres ». Visiblement, cela ne contribua pas peu, dans les années 1619 et 1620, à la propagande d’auteurs protestants contre les « neutralistes ». On peut le voir, par exemple, quand un cardinal romain fictif monte au créneau pour dire que l’Allemagne protestante serait divisée en deux partis, à savoir, les membres de l’Union et les « états neutres séparés ». « Bonté divine ! » s’exclame-t-il, « lui, le Saxon, et ses neutralistes se sont aussi révélés de facto en tout temps pour la Maison d’Autriche, si bien que l’on peut noter que les états neutres, indépendamment de la religion, sont de grossiers compagnons ; et bien qu’ils soient affidés avec l’hérésie de Luther, ils sont jusqu’à présent bien disposés à l’égard de la Maison d’Autriche ou, mieux, à l’égard des catholiques18 ». S’échauffer contre de tels « neutralistes », dont l’attitude distante renforçait la prépondérance du parti catholique, jusqu’alors limitée19, dans la politique européenne et impériale, ce fut désormais, pour une décennie et demie, un thème des protestants.

  • 20 Johann Huß, genandt Martyr [pseudonyme], Böhmische Nebelkap, Oder Der Böhmen falschen vnd geferbte (...)
  • 21 Ibid., p. 10 : Keine Tugendt viel weniger eine Heroische That ist es, wann jemand Weibischer weise (...)
  • 22 Ibid., p. 13 : Der nicht verbeut zu sündigen, weil er es wol könte wehren, der heisset sündiget.
  • 23 Ibid., p. 13 : So ist im Gewissen gar nicht zuverantworten, seinen Nehesten vnd Religions verwante (...)

5Les premières condamnations des « neutralistes » concernent la Bohême ; elles entendent mobiliser en faveur des défenestrés de Prague. L’auteur anonyme d’un libelle intitulé Böhmische Nebelkap soutient par exemple que l’homme vaillant fait ses preuves par l’aide, le conseil et l’action, et « non avec des gesticulations, des larmes et des chagrins efféminés » (nicht mit Weibischen Gebärden, Thränen vnd grämen)20. Les Bohémiens n’ont pas besoin d’amis qui ne seraient « ni chauds ni froids » (weder Kalte noch warme Freunde). « Ce n’est pas de la vertu, et encore moins un acte héroïque, que de rester, parce que l’on manque de courage, à côté de celui qui est attristé, du misérable qui a besoin d’aide, ce n’est pas de la vertu que de rester à gémir et à prononcer des mots brisés de larmes : sans quoi les vieilles rombières avares serrant chaque pfennig seraient plus vertueuses que quiconque21 ». La neutralité n’était cependant pas seulement honteuse ; elle était porteuse de péché : on ne pouvait, « avec bonne conscience, rester assis sans mot dire » (mit gutem gewissen still sitzen). Qui ne secourait activement ses coreligionnaires attirait sur lui « les foudres de Dieu » (Gottes schweren Zorn). Celui qui, ainsi, ne portait pas secours à l’un de ceux qui lui étaient les plus proches, alors qu’il l’aurait pu, celui-là s’exposait à être « tenu pour coupable lui-même » (vor den Thäter selbst gehalten). « Celui-là commet un péché, qui n’interdit pas de pécher, alors qu’il pourrait très bien l’empêcher22 ». « Laisser plantés là, en un tel danger, ses plus proches parents en religion », c’est comme si « on les poursuivait soi-même, en quelque sorte, et qu’on les mettait à mort, ce dont on devait, à la fin, rendre gravement des comptes à Dieu tout puissant23 ».

  • 24 C’est en ce sens que les problèmes d’acceptation de la neutralité constitueront la matière de notr (...)
  • 25 Dans de nombreux pamphlets de l’époque de la guerre de Trente Ans, la « guerre juste » est considé (...)
  • 26 [Anonyme], Traw, Schaw, Wem, Das ist [...] Erinnerung [...], gestellet an vnterschiedliche des H. (...)
  • 27 Ibid., p. 17 : Dann ist es billich daß Glieder eines Leibs jnen einander im fall der noth zur hülf (...)
  • 28 Ibid., p. 23. Celui qui voulait se positionner en faveur d’une émancipation de la politique vis-à- (...)
  • 29 Ibid., p. 24 : vnd Johannes Bodinus helt darfür, daß die, welche sich zu keiner parthey halten, en (...)

6Naturellement, la position des auteurs à l’égard de la neutralité dépendait de leur conception de la guerre et de la paix24. Si la guerre n’était pas un attribut d’un État souverain séculier, mais était soit ordonnée soit interdite pour des motifs religieux, alors on ne pouvait se tenir simplement à l’écart en se déclarant neutre. Un écrit militant violemment anticatholique appelle ainsi à une guerre nécessaire25 : tous les vrais chrétiens doivent se liguer « contre le dragon et contre ceux qui veulent l’aider à dévorer l’Église du Christ » ; ils doivent « résister bravement, en paroles et en actes, à l’Antéchrist et à ses partisans26 ». Suivent les métaphores, très prisées à l’époque, qui mettent en scène les membres du corps et qui, en ce qui concerne la neutralité, peuvent être déclinées de différentes façons : « Par suite, il est juste que les membres d’un même corps viennent en aide les uns aux autres en cas de nécessité, et qu’ils sauvent de la ruine aussi bien le corps entier que l’un ou l’autre de ses membres : comment l’un de ces membres pourrait-il y être opposé, alors que tous, comme membres d’un seul corps, vivent sous leur chef, le Christ27 ? » Dès lors, on encourageait à prendre parti, tandis que le maintien à l’écart était considéré comme un péché. Celui qui se prononçait en faveur d’une « prétendue impartialité politique » (vermeynte Politische vnpartheyligkeit) voulait « être plus rusé [...] que Dieu » (klüger seyn [...] als Gott) ; il tombait en fait aux mains de Satan et devait périr28. Zèle excessif, ou dévote naïveté ? Différents lieux communs sur la neutralité, colportés par l’auteur (et pas seulement le recours explicite à Jean Bodin cité ci-après), montrent que celui-ci connaissait bien la littérature de son temps traitant de politique : « Et c’est pourquoi Jean Bodin soutient que ceux qui ne se prononcent pour aucun parti tombent finalement dans les filets de ces deux partis, si ceux-ci en viennent à se réconcilier29. » La violente polémique pamphlétaire peut utilement servir à montrer que les pionniers d’une théorie politique froidement calculatrice tenaient la neutralité, dans le cas général, pour imprudente.

  • 30 « Johan Huß redivivus, genandt Martyr », Der, den Böhmen gelegter Fallstrick Ist allen Evangelisch (...)
  • 31 Ibid.: darüber am Jüngsten Tag, von Christo vnd seinen Gliedern, für den Richter Stul Gottes angek (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 «Hipilippanus Dinorus», Der Evangelischen Chur-Fürsten, Stände vnd Reichsstätten Andere Schildtwac (...)
  • 34 Ibid., fol. B.

7Outre des calculs politiques et des exemples historiques, les pamphlets, imprégnés de religiosité, avaient aussi à leur disposition les enseignements de l’histoire sainte, et leurs pieux auteurs savaient à quoi était destiné ce monde vieillissant. Ceux qui ne reconnaissaient pas les signes du temps (ou du moins, compris comme tels), mais qui « entendaient en quelque sorte abandonner et laisser dépérir la totalité de l’État par leur irrésolution, leur neutralité et leurs temporisations30 », ceux-là en seraient « accusés au Jugement dernier par le Christ et ses membres, avec Dieu pour juge, et seraient immédiatement damnés31 ». Ils recevaient cependant dès ici-bas un avant-goût de cette damnation éternelle : en effet, les « neutralistes » protestants qui regardaient vers Dresde s’imaginaient-ils sérieusement que le déchaînement de la guerre passerait simplement au-dessus d’eux ? Le camp opposé amènera à la ruine tous les protestants, y compris dans l’Empire, prédit justement cette brochure déjà citée ; ces adversaires traiteront tous les protestants « avec le feu, le soufre et la poix » (mit Fewer, Schweffel vnnd Bech). Partir du principe que les catholiques chercheraient à distinguer entre les protestants d’une part, et ceux qu’ils appellent neutres serait « plus une tromperie qu’une sécurité, contre un danger certain » (doch mehrers ein Betrug, als eine Sicherheit [vor] der gewissen Gefahr), car il y aurait aussi « des pleurs et des grincements de dents » (Heulen vnd Zähnklappern) chez ces neutres32. La neutralité était, en effet, à la fois moralement discutable et politiquement dangereuse. « Dans la mesure où les états neutres entendent conserver la santé de leur conscience, la liberté de leur religion et l’intégrité de leurs libertés, ils doivent, bon gré, mal gré, se servir de la nature du chat comme d’un moyen de conservation33 », autrement dit, sortir leurs griffes et se défendre activement. Neutralitas est Germanorum pestis (« La neutralité est le fléau des Germains »)34.

  • 35 [Anonyme], Deutliche vnd gründliche Außführung dreyer jetzo hochnötiger vnd gantz wichtiger Fragen (...)
  • 36 Ibid., p. 37 : Platz hat sie, wann erstlich den dritten oder Neutralisten die Sache gantz vnd gar (...)

8La cour de Dresde, pour sa part, fit défendre sa prise de position en faveur de l’Empereur, adoptée depuis l’automne 1620. Ce qui nous intéresse particulièrement ici, ce sont les raisons attribuées à l’électeur saxon, dans un écrit apologétique commandé par sa Cour, pour expliquer que l’on ne pouvait plus rester spectateur « neutre ». Certes, souligne l’auteur anonyme, la question a déjà été « beaucoup » discutée au sein de l’Empire, « mais il n’est pas difficile de montrer à partir d’écrits sacrés ou autres que, dans telle situation, la neutralité n’accepterait pas volontiers, ni de se soumettre, ni d’assumer une responsabilité35 ». La mise en place de ce discours en apparence progressiste ne remet pourtant pas fondamentalement en cause la neutralité : « Elle a sa place, premièrement, quand l’affaire en cours ne concerne pas du tout les tiers ou neutralistes » puis, « pour le reste, quand on n’est lié, tenu ou obligé par aucune parole de Dieu non plus que par aucune autre raison, à aucun des deux partis en cause36 ». La première condition n’est pas remplie, en raison du fief détenu en Bohême par l’Électeur de Saxe ; l’auteur fait principalement l’apologie des autres conditions, réunies sous l’expression « pour le reste », où l’on voit clairement de quelle façon, dans la pratique historique, les conditions d’une neutralité honorable auraient jamais dû être évoquées.

  • 37 Ibid., p. 38 : Daß die Neutralitet nicht stat habe, so man einem theil mit Eyd, vnd andern Pflicht (...)
  • 38 Ibid., p. 38 : Es sihet ein Sohn, daß seinem Vater gewalt von jemanden geschehe, in dem fall könte (...)
  • 39 Ibid., p. 38 : Obrigkeit[en] in der Schrifft Väter heissen.
  • 40 Ibid., p. 40.
  • 41 Pour une histoire du cercle des électeurs des temps modernes, au sein duquel de nouveaux membres f (...)
  • 42 [Anonyme], Deutliche vnd gründliche Außführung dreyer jetzo hochnötiger vnd gantz wichtiger Fragen (...)

9L’auteur juge que « la neutralité n’a pas de place là où l’on est tenu par un serment d’une part et par des devoirs de l’autre ; cela découle clairement de la parole de Dieu et de la loi de la nature37 ». Et il est évident que l’électorat impérial donne ce genre d’obligations, comme doit le faire sentir l’« exemple » suivant : « Dans le cas où un fils voit son père brutalisé par un tiers, il ne pourra jamais légitimement être neutre ; il serait fautif s’il tolérait, pour son père, ce que le quatrième commandement défend clairement38. » Le lecteur d’aujourd’hui associe lui-même immédiatement à cette histoire le comportement de l’état de l’Empire d’un côté et du chef de l’Empire de l’autre ; le lecteur de l’époque le faisait automatiquement, sans hésitation. Mais l’auteur, pour être sûr de s’être bien fait comprendre, ajoute que « les aïeux dans les Écritures signifient les autorités publiques39 ». Par ailleurs, selon le commandement de Dieu, le serment relie les âmes, le serment ne souffre donc aucune neutralité. En conséquence, un Grand Électeur serait, par « le serment et par un noble devoir » (Eyd, unnd hohe Pflicht), l’obligé de l’Empereur et du « très honorable collège des électeurs » (hochlöblichsten Churfürstlichen Collegio40). Ce dernier argument est d’autant moins évident, dans ce contexte, que le roi de Bohême n’était alors pas membre du groupe des électeurs41. Les devoirs de loyauté à l’égard du chef de l’Empire sont d’autre part largement dépeints. Par exemple, l’image suivante est censée mettre le lecteur sur la voie : « Quand des jours de souffrance arrivent pour la tête, les autres membres du corps peuvent-ils, à bon droit, rester neutres ? Les mains ne sont-elles pas tenues de préparer un remède, de l’appliquer, d’y mettre un pansement, et de faire d’autres choses semblables ? Les pieds ne sont-ils pas tenus de courir, de marcher, pour aller chercher le remède42 ? » L’image n’est pas seulement drôle, elle est aussi pédagogique : au mal de tête, nous pouvons substituer le chef de l’Empire, tourmenté ; l’aider était une preuve d’obéissance.

  • 43 L’école néo-réaliste de la recherche sur les relations internationales commet une erreur majeure e (...)
  • 44 [Anonyme], Deutliche vnd gründliche Außführung dreyer jetzo hochnötiger vnd gantz wichtiger Fragen (...)

10C’était aussi le devoir du chrétien. Quoique la cour électorale de Dresde menât alors une politique guidée par la raison d’État43, elle croyait devoir aller à la rencontre des attentes présumées des lecteurs et, donc, utiliser dans un écrit public des arguments bibliques. Les passages consacrés à la neutralité sont donc également empreints de religiosité. Moïse aurait-il dû, quand Dieu le chargea de faire sortir les Juifs de la servitude, se déclarer neutre ? Quand les états (Stände) de l’Empire assistent fidèlement l’empereur, c’est conformément à la parole de Dieu et à Sa volonté révélée. Les références bibliques ne manquent pas plus ici qu’ailleurs. On doit se conformer au devoir envers Dieu et son empereur. « Si quelqu’un souffre à cause de son empereur ou à cause de sa fidélité et du devoir accompli, alors il souffre en Dieu, et légitimement, et il devrait peut-être souffrir encore plus vivement s’il soustrayait son assistance à son seigneur. Qui pourrait en ce cas être bon pour le châtiment de notre Dieu44 ? »

  • 45 [Anonyme], Das Teutsche KlopffDrauff. Oder, Hochnötigste vnd Rechtmässige auch gut Teutsche Anmahn (...)
  • 46 Probablement la région de Halle an der Saale, d’où l’on pense que cet écrit est originaire. Contex (...)

11Mais les objections théologiques, éthiques et politiques contre la neutralité furent aussi, dans les années suivantes, un thème important de la littérature pamphlétaire anti-impériale. Nous emploierons sur ce sujet pour une fois un exemple rimé. L’auteur choisi fait œuvre de poète dès la page de titre : « Vous, les neutralistes, venez par ici,/Voyez donc dans quel danger l’on gît45. » La neutralité est visiblement déraisonnable, elle n’amena pas une seule fois dans la région46 la paix espérée :

« Paix prêchée, n’ayez pas peur, chère paix !
Comme rien ne nous manque plus en effet que la paix ».

12Mais elle est aussi porteuse de honte et de péché :

  • 47 Peut-être Matthias Hoë von Hoënegg ? Beaucoup d’observateurs contemporains firent, à tort, du préd (...)

« Ainsi, mon très haut Docteur47, dites-moi,
Qui désire pourtant être responsable en cela,
Que la liberté, l’honneur et l’ argent allemands,
Et la religion, tombent tout autant ? »

13Et :

« Vous aidez à la résurgence
Du cours antichrétien de l’Empire.
Vous aidez en vous la bête, qui a sur vous l’empire,
À porter la prostituée avec concupiscence. »

  • 48 [Anonyme], Das Teutsche KlopffDrauff. Oder, Hochnötigste vnd Rechtmässige auch gut Teutsche Anmahn (...)

« Vous vendez l’Allemagne et la parole de Dieu,
Que toujours plus nous perdons,
Un pays, une ville, une église, un établissement pieux,
Las, n’est-ce pas là une grande honte48 ? »

14Un autre auteur de pamphlets trouve que les rimes à la fin des versets peuvent être sacrifiées car il singe les neutres et leur infâme discours :

« Ô comme notre richesse nous est chère,
Ô comme nous faisons peu de cas de la richesse éternelle,
Ô combien précieux nous sont les actes libres de toute interdiction,
Ô combien peu nous respectons les actes libres et l’exercice de la religion chrétienne. »

« Ô comme ce sont là les plus misérables chrétiens,
Ceux qui n’osent pas risquer leur peau pécheresse
Pour l’honneur de Dieu, ou l’offrir pour Lui. »

15Selon cet auteur, les neutres n’ont en leur chair aucun honneur :

  • 49 [Anonyme], Vermumbter Spannischer Danntz Mit der Königin Helvetia [...], « Jürch » [Zurich], s. n. (...)

« Peste soit de la paresse et de la honte49 ! »

16Ce sont là des vers tapageurs. Toutefois, ces thèmes furent aussi repris par l’un des plus grands poètes du temps. Puisque l’image « retourner le manteau selon la direction d’où vient le vent » appartenait aux topoï du temps, nous nous autorisons à reproduire sans plus de commentaires un passage des Trostgedichte (« Poèmes de la consolation ») de Martin Opitz, à titre de critique de la neutralité :

  • 50 Martin Opitz, Trostgedichte, livre VI, lignes 414-420. Nous citons l’œuvre d’après les Gesammelte (...)

« Alors éclatera la haine envers tous ces gens
Chez qui la religion a disparu,
Qui sont allés où le vent soufflait, qui ont renié la liberté,
Qui ont retourné leur manteau pour du temps gagné [...]
Celui qui ne secourt pas cet autre qui meurt dans la détresse injustement
Et ne combat pas son ennemi, celui-là porte lui-même le coup qui tue50. »

  • 51 Les Trostgedichte, écrits en 1620/1621 et publiés en 1633, appellent aussi à une guerre nécessaire (...)

17Celui qui n’aide pas l’injustice tourmentée, tourmente lui-même. Les neutres sont comme ceux « qui ont laissé tomber la religion » (die die Religion im Stichesitzen lassen) – Opitz voulait-il dire qu’on les laisserait volontiers tomber (still sitzen) ? Cet auteur peu sensible51 pouvait ainsi formuler brillamment. À notre connaissance, ses verdicts violents et racoleurs n’ont cependant pas trouvé d’entrée dans la littérature pamphlétaire.

  • 52 Simon Wild, Memorial Ob Den Protestirenden Ständen im Reich Teutscher Nation rahtsamb, sich bey je (...)
  • 53 [Anonyme], Duplex Census Oder Zweyfache, vnd sehr weit vnterschiedene Gebühr [...], s. l., s. n., (...)
  • 54 [Anonyme], Magna Horologii Campana, Tripartita. Das ist, Ein Dreyfache, im gantzen Teutsch-Landt h (...)

18Quand il coucha ses Trostgedichte sur le papier, Martin Opitz avait en tête les conséquences de la défenestration de Prague. À plus forte raison, aucun protestant intègre ne se permettait, dix ans plus tard, de refuser d’être solidaire de Gustave Adolphe, le victorieux héros de la foi ! Somme toute, comme les écrits de propagande protestante, la polémique contre les neutres atteignit aussi, après les années 1619-1620, un deuxième sommet dans l’emphase : « Notre Seigneur Jésus-Christ rejette la neutralité et l’hésitation en matière religieuse52 », affirme un pamphlet ; un autre nomme ses ennemis dès la page de titre : toute calamité vient « des papistes, des neutralistes, des hésitants et des temporisateurs » (von den Bäpstlern, Neutralisten, Zweyfflern, vnnd Temporisirern). C’étaient (et nous nous autorisons à voir ici un ensemble de synonymes) « des neutralistes, des faiseurs d’opinion, des rêveurs, des frères infidèles, des stipendiés et des traîtres » (Neutralisten, Opinionisten, Träumer, vntrewe Brüder, Quadruplatores vnd Verräther), qui ne remerciaient pas les Suédois de leur engagement53. Un autre libelle avertit que les protestants d’Europe doivent combattre le Pape et l’Espagne de manière active et engagée, et ne doivent accepter aucune paix corrompue. C’est pourquoi l’attitude neutre ne serait pas seulement « dommageable », mais aussi « honteuse », comme on le voit exprimé en des formes sans cesse renouvelées ; elle est « pécheresse », à savoir, « hautement interdite par le Christ lui-même » (von Christo selbst, höchlich verbotten54).

  • 55 Voir : [Anonyme], Gespräche und Discursen zweyer Evangelischer Eydgenossen, von dem gegenwertigen (...)
  • 56 De qui pourrait-il bien s’agir ? L’étroite imbrication de la liberté et du combat final apocalypti (...)
  • 57 Bedencken eines guten Eydgenossen, fol. 43.
  • 58 Gespräche und Discursen, fol. 2 : [...] wann wir nur allhier in der Eydtgnoßschafft im frieden sit (...)
  • 59 Ibid., fol. 2.
  • 60 Ibid., fol. 4 : [...] die Eydtgenossische, will nicht sagen Evangelische Freyheit in eusserste gef (...)
  • 61 Ibid., fol. 4 : [...] damit wir nicht etwan vnversehens vberfallen oder gar vndertruckt werden, jn (...)

19Deux dialogues fictifs55 entre des nommés « Hans » et « Stephan », de même qu’une « réflexion » (Bedenken) du même auteur56 sur ce dialogue, devaient inciter en 1632 les cantons suisses évangéliques à « prendre part à la cause commune » (sich des allgemeinen wesens mit theilhafftig zu machen57). Hans est un spectateur neutre typique ; Stephan, qui revient tout juste du « pays des Souabes », et qui sait donc comment les choses se passent dans le monde, doit l’éduquer à la sagesse politique, mais aussi à une solide morale. Le début du dialogue creuse brusquement un abîme entre le sens commun irresponsable et la sagacité ferme et morale : Hans est content « si nous pouvons tous rester là simplement en paix dans la Confédération, ils peuvent bien se flanquer une volée jusqu’à ce qu’ils en soient fatigués, ils finiront bien par cesser58 ». Stephan le réprimande : ce ne serait pas se défendre contre l’extérieur, mais agir mal, que de rester assis sans rien faire. On devrait désormais, pour ce qui concerne le Habsbourg, « notre ennemi le pire, le plus perfide et le plus dangereux » (vnserem ärgsten, arglistigsten vnd gefährlichsten feind), lui donner le coup de grâce en une si belle occasion59. Il est donc question, à propos de l’oppression autrichienne, comme partout en Europe, et donc aussi dans les Alpes, de liberté. Est-il aussi question de la vraie foi ? Ici, l’auteur est remarquablement aveugle sur la mise en œuvre possible de son discours ; à côté d’attaques incroyablement haineuses contre ceux qui sont attachés à la messe (die Messischen), on trouve en effet des phrases auxquelles même des confédérés catholiques patriotes devaient souscrire. Typiques de cette ambivalence sont des formules doubles du type de celle-ci : « La liberté des confédérés, pour ne pas dire celle de l’Évangile, est mise dans le plus extrême danger60 ». On doit s’armer, défendre, surveiller les frontières et les passages, « pour que l’on ne puisse pas être assailli à l’improviste, ou même opprimé ; et c’est vrai en particulier pour nous, protestants, puisque aucun de nous ne peut dire avec le sceau de la vérité que nous pouvons ou devons avoir grande confiance dans nos petits catholiques61 ».

  • 62 Ibid., respectivement fol. 6 et 8.
  • 63 Ibid., fol. 19.
  • 64 Ibid., fol. 11, cf. fol 19.
  • 65 Ibid., fol. 12.
  • 66 Ibid., fol. 40.
  • 67 Ibid., fol. 21.
  • 68 Ibid., fol. 41. Il s’agit de la métaphore, prisée, du « ni viande ni poisson » ; ibid., fol. 14, m (...)
  • 69 Ibid., fol. 12: [...] daß nicht allein die Göttliche Schrifft klärlich erweiset, daß Gott die laul (...)

20Il était question, pour cet auteur, d’« une ferme et étroite union » (eine feste vnd enge Bündnuß) avec « le héros vaillant, victorieux par la grâce de Dieu, le nouveau Gédéon, à savoir le roi de Suède » (dem tapfferen vnd durch Gottes gnade siegreichen Helden vnd Gedeone, dem König in Schweden62). Ce qui nous intéresse, dans les petits écrits de cet auteur – par ailleurs dignes d’intérêt pour différentes raisons –, c’est qu’ils constituent des pamphlets d’importance contre « le monstre détestable, honteux, abominable de la neutralité » (das häßliche, schändliche vnd abscheuliche Monster der Neutralitet63). Toute tentative pour rester en retrait en tant que neutre serait simplement risible et immature ; des personnes responsables n’auraient rien à gagner « en adoptant une attitude temporisatrice nuisible et ridicule » (dem schädlichen vnd lächerlichen temporisiren64). La neutralité cependant ne serait pas seulement une attitude ridicule et infantile ; « la fausse chimère de cette neutralité dommageable, répugnante et fausse » (falsche wahn von der schändlichen vnd abscheuhlichen falschen Neutralitet) est dangereuse, immorale, pécheresse ; il n’est rien de plus nuisible ni de plus mauvais65. En vue d’étayer ces traits, on trouve dans ces écrits tous les poncifs connus de l’époque, et également toute une série de synonymes : rester assis sans bouger équivaudrait à « temporiser et à rêver de manière intempestive » (vnzeitigen temporisiren vnd fantasiren66) ; ou, exprimé substantivement : « La neutralité » serait « pusillanimité, indolence et paresse » ; ou, de façon plus élaborée : être neutre, ce serait comme « de l’indolence, de la pusillanimité, de la négligence, de la somnolence et de la temporisation infantile, une manœuvre dilatoire et de l’hésitation » (trägheit, zagheit, nachlässigkeit, schläfferigkeit vnd kindisches Temporisiren, Verzögern vnd Cunctiren67). Qui oserait exiger de l’héroïque roi de Suède qu’il accepte « un plat d’écrevisses, qui ne sont ni viande ni poisson » (essen von krebsen, die nicht fleisch noch fisch seind68) ? Notre auteur, forgeur de dialogues, ne brille pas seulement par ses connaissances philologiques et par sa sainte colère ; il connaît aussi les enseignements politiques récents. Il sait « que l’Écriture Sainte n’est pas la seule à montrer clairement que Dieu vomit les indécis, c’est-à-dire les neutres, parce qu’ils ne sont ni froids ni chauds : et que le Christ, avec des mots nets et précis, tient de tels personnages pour ses ennemis, quand il dit que celui qui n’est pas avec lui est contre lui : et que celui qui ne rassemble pas avec lui, divise : tous les militaires expérimentés et tous les politiques de par le monde, tous considèrent que la neutralité est une œuvre nocive et dangereuse pour les masses, pour des raisons indiscutables et d’après d’innombrables exemples69. »

  • 70 Unterm blawen himmel, nicht weit von Straßburg. Il se peut en effet que cet écrit soit issu de Str (...)
  • 71 Beaucoup de ceux qui ne faisaient pas partie des grands électeurs se virent confrontés avant 1640, (...)

21On trouve des jugements intéressants à propos de politique constitutionnelle et confessionnelle dans un sermonnaire datant de 1631, apparemment écrit « sous un ciel bleu, non loin de Strasbourg70 » et intitulé : Postilion, An alle und jede Evangelisch Könige und Potentaten [...] von etlichen vertriebenen Badischen, Wirtenbergischen, Pfaltzischen und Augspurgischen Theologis und Politicis spedirt. Il s’agit d’une violente polémique contre l’Empereur, et en second lieu également contre les princes électeurs71, que poursuivent de leurs invectives, dans le dernier tiers du texte, le Pape et les Jésuites, de façon non moins virulente, mais d’une autre manière (ici en effet, c’étaient les théologiens qui étaient à l’œuvre).

  • 72 Gott befihlt vns den Krieg wider das Babsthumb gestreng (note marginale à côté du § 115).

22Ce sermonnaire est d’abord une parodie anti-impériale. Ses affirmations centrales sont vite résumées : l’Empire serait vraiment « une pure aristocratie » ; la diète de l’Empire serait entièrement bonne, mais l’Empereur entièrement mauvais, qui chercherait à transformer finalement l’« aristocratie » en une « monarchie ». La façon dont les princes électeurs sont dépeints par les auteurs est plus différenciée. En principe, les auteurs jugent que ces princes électeurs sont du bon côté, font partie intégrante de l’ensemble sans chercher à se démarquer dans ce groupe nivelé des états de l’Empire, qui forment la « République romaine », celle-ci étant soumise à des vexations par le méchant Empereur, contre lesquelles elle doit se défendre par le biais de la diète de l’Empire. Les princes électeurs ont un rôle particulier, ils apparaissent comme des officiers de l’Empire, dépendants de la volonté commune des états. En ce qui concerne la façon dont la totalité des états peut être dirigée si elle le souhaite, elle peut se laisser gouverner par les princes électeurs avec, s’il y a lieu, l’aide de quelques autres princes. À vrai dire, les sessions collégiales donnèrent de l’inquiétude, car les princes électeurs cherchaient manifestement à étendre leur domination politique dans l’Empire. Comme nous l’avons dit, de tels passages, intéressants de bout en bout pour la connaissance de la politique constitutionnelle comme de l’époque en général, sont suivis de la condamnation de l’idolâtrie papale et d’un appel à la guerre sainte : « Dieu nous ordonne de faire sévèrement la guerre à la papauté72. »

  • 73 Ach wie hat, aus solchem falschen blinden Wahn, so wol den Ständen als privatis der Athem nach dem (...)
  • 74 Sic ! Nous n’avons relevé nulle part ailleurs une telle locution. Original allemand : das vnser ei (...)

23ans les deux parties s’élabore une nette critique de la neutralité. Dès l’avant-propos, l’auteur verse directement dans la polémique contre la Cour de Vienne et contre les états impériaux fidèles à l’Empire, dans un refus de la neutralité : « Ah, à cause d’une telle folie, aveugle et fausse, comme le souffle des états aussi bien que des individus a empesté l’odeur de la Cour impériale ; ils sont devenus de véritables lèvres de prostituées, mais nous pensons qu’ils sont payés de fiel amer. Comment la neutralité a-t-elle éclos de tout cela, comme d’un œuf ? Comment l’un a-t-il trahi l’autre, comment les partis évangéliques belligérants ont-ils trahi l’empereur d’une manière ou d’une autre73. » Ce développement maladroit et tapageur n’a pas grand sens, mais il rejette sans aucun doute la neutralité, celle-ci équivalant à une « traîtrise » face à la juste cause. La fin de l’avant-propos est à peine plus fine, mais elle continue en tout cas la critique de la neutralité : « Notre seul but chrétien et fervent est d’éveiller à l’Évangile nos frères bien aimés, loin de ce sommeil insensé sans Dieu, et de les mettre en garde contre la guerre neutre évangélique74. »

  • 75 Postilion, respectivement § 103 et 114. Les § 118 et suivants comportent des notes marginales inti (...)
  • 76 Postilion, § 121 : Mit den Neutralisten hat es warlich noch ein seltzames außsehen, vnd scheinet g (...)
  • 77 Ibid. : Vnsere Neutralisten sind noch weit ärger, weil sie die Christliche Kirche wider den Antich (...)
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid., § 122 et suivants : « Combien de temps boiterez-vous d’un bord sur l’autre ? Si c’est le Se (...)

24Dans le dernier tiers du libelle, les « théologiens » offrent de nombreuses attaques contre les « pitoyables neutralistes » qui méconnaissent visiblement que ces guerres furent ordonnées par Dieu. Les protestants devaient « faire tomber la prostituée de Babylone » (der Babylonischen Huren den Fall machen), ne devaient en aucun cas être neutres avec elle75. À côté de la note marginale « état des pitoyables neutralistes » (Zustand dern armsehligen Neutralisten), on trouve enfin la remarque suivante : « Avec les neutralistes, il est vraiment étrange, et il ne semble pas du tout qu’ils s’en sortent sans leur dû : d’après l’Écriture Sainte, cela ne peut pas se produire parce que Dieu déteste et honnit cette neutralité entre ceux qui appartiennent à l’Église chrétienne et l’Antéchrist76 », ce qu’attesteraient de nombreux passages de la Bible. Après que les auteurs eurent passé en revue toutes sortes de fripouilles citées dans la Bible, ils constatent : « Nos neutralistes sont encore plus mauvais parce que, en restant assis sans rien faire, ils fâchent grandement, subornent et affaiblissent l’Église chrétienne contre l’ennemi antichrétien. » « Oui, ils crachent au visage du Christ, en même temps qu’ils assoient leur espoir fou à la fois sur le Christ et sur l’Antéchrist77. » « Les neutralistes au piètre sang » (die Blut-armselige Neutralisten), avec leur « folie et leur malveillance » (Narr-vnd Boßheit), étaient au minimum « des fous grossiers » (grobe Narren) et « de mauvais compagnons » (schlechte Gesellen)78. Bien sûr, on trouve aussi les adjectifs caractéristiques connus, comme dans la formule évoquant « la neutralité hypocrite et impie » (Heuchlerischen lästerlichen Neutralität), ainsi que les autres lieux communs79.

  • 80 Voir à ce sujet un résumé dans : Axel Gotthard, Das Alte Reich 1495-1806, 4e édition, Darmstadt, W (...)
  • 81 [Anonyme], Abtruck einer auffgefangenen Jesuitischen Information Uber die Frage: Ob das Reich den (...)
  • 82 Évidemment, le libelle ici prend parti : dans la lutte entre les Habsbourg d’Espagne et leurs prov (...)

25La neutralité, péché des péchés, plus grave même que « l’apostasie et la chute vers le démon » ? L’emphase ne garantit rien en ce sens. Alors que la guerre de Trente Ans devint de moins en moins confessionnelle et de plus en plus internationale80, la ferveur religieuse recula aussi dans les prises de position populaires sur la neutralité. Un libelle protestant de 1637 apprécie même quelque peu la neutralité ; elle serait en tout cas, à l’écart des guerres de l’Europe centrale, aussi légitime qu’opportune : si les États généraux des Provinces-Unies « agissent en neutres » (in terminis Neutralitatis sich verhalten), le droit à cette neutralité ne devrait pas leur être dénié par l’Empire. Aussi, pourquoi devrait-on faire la guerre aux Hollandais ? « Les Hollandais adoptent volontiers et raisonnablement la neutralité, qui leur a été accordée et autorisée depuis longtemps81. » Deux décennies auparavant, on n’aurait certainement pas écrit de façon aussi dépassionnée82 sur « l’abominable monstre de la neutralité » (abscheuliche Monster der Neutralitet).

  • 83 [Anonyme], Neutrality condemned, by declaring the Reasons Why the Deputy-Lieutenants, intrusted by (...)
  • 84 Il s’agit de la métaphore, rarement absente des écrits du continent, du « ni froid ni chaud ».
  • 85 Variation de la formule « à la fois avec le Christ et l’Antéchrist » (zugleich mit Christus und de (...)
  • 86 Il s’agit d’une évocation, également présente occasionnellement dans les écrits sur le continent, (...)
  • 87 Dans les écrits du continent, les neutres sont souvent désignés ainsi.
  • 88 [Anonyme], Neutrality condemned, by declaring the Reasons Why the Deputy-Lieutenants, intrusted by (...)
  • 89 Dans les écrits du continent, l’équivalence entre neutralité et paresse est fréquente.
  • 90 E. W., A Sermon against Neutrality [...] Preached at the Visitation of the Reverend, doctour Cary (...)

26Quand, sur le continent, le feu de l’enthousiasme religieux s’éteignait déjà, les premières poussées de fièvre atteignaient seulement les îles Britanniques. Un libelle de 164283 maudit la neutralité avec la même verve, et en partie les mêmes poncifs, que les libelles continentaux parus dans les années 1620 et après 1630 : « Mais cet accord qui a pour but et qui produit la neutralité est surtout très éloigné d’être le signe d’une cause ou d’une intention juste : on peut observer que les choses qui sont d’un genre neutre sont sans vie ; et là où l’un et l’autre des deux camps sont pour Dieu, cela signifie qu’il y a peu de vie en eux, c’est-à-dire qu’ils ne sont ni chauds ni froids84, qu’ils ne sont ni pour Dieu ni pour Baal85 ; [...] ces hommes sont tous indécis sur ce qu’ils sont ; en temps de paix, ils peuvent se contenter, comme la planète Mercure, de suivre le mouvement de l’étoile à laquelle ils sont unis, mais aux jours de l’épreuve, ce Protée86 ne peut se cacher derrière un grand nombre de masques, et cependant, autant qu’un pouvoir créé le peut, il s’efforce d’anéantir ce qu’il était auparavant et pourrait se satisfaire d’être un hermaphrodite87, ou un monstre humain similaire mais, même en ces derniers, il y a une figure dominante88. » Le « neutraliste » est « sceptique dans ses idées comme dans ses décisions » (a Sceptique in his opinion, as well as in his resolution). Le neutre « est en effet un fainéant89, qui choisira plutôt de s’étendre silencieusement sur son lit inconfortable, puis se lèvera pour qu’on le lui rende plus doux » (a sluggard indeed, that will choose rather to lye still upon his hard bed, then rise to have it made the softer). Alors que le temps des guerres de religion était terminé en Europe continentale depuis quinze ans (et moins de quinze ans avant l’apparition d’écrits « éclairés »), un traité anglais soutenait que « la neutralité en matière de religion ne se différencie pas de l’athéisme90 ».

  • 91 Johann Friedrich von Württemberg, qui était, selon les critères du temps, un politicien avisé, san (...)
  • 92 « Mieux vaut être mort avec honneur que vivre dans la honte » (Besser in Ehren gestorben, als in S (...)

27Prenons de la hauteur. Que peut bien nous apprendre ce qui semble être, à la première lecture, d’étranges débordements d’un excès de zèle religieux nous inondant de simples suites de pensées ? Ce flot de pensées, si l’on y applique une grille de lecture plus rigoureuse, nous renseigne sur les conditions conceptuelles et structurelles qui expliquent en partie la lenteur avec laquelle la figure naissante de la neutralité, au seuil des temps modernes, fut consolidée en un titre de droit accepté de toutes les parties. En cette circonstance, la doctrine de la guerre juste joua un rôle non négligeable. Un chrétien devait concourir à la victoire de la vérité et de la justice, autrement dit, en se tenant en retrait face à l’injuste agresseur, il commettait un péché. Au nombre des conditions expliquant la neutralité classique des XVIIIe et XIXe siècles, il faut compter le fait que le concept du bellum iustum – « guerre juste » – fut poussé ad absurdum dans les guerres de religion sans fin de la vieille Europe, comme le serait 300 ans plus tard, dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, le ius ad bellum (« droit à la guerre ») sans limite de l’État individuel souverain. C’est seulement au passage que l’on peut discerner, dans les écrits choisis ici, une explication de la notoire « irrévérence » des décideurs nobles devant le concept « honorable » de neutralité, eux qui devaient payer tribut au « sang héroïque » de leur dynastie et le manifester, eux qui étaient « bénis par leur courage91 », eux qui ne pouvaient donc pas rester assis sans rien dire, comme « une lâche poltronne » (eine feige Memme92). De même, c’est seulement en fili grane qu’apparaît l’ambiguïté que comportait la neutralité à l’égard de l’Empire en tant que système politique comme en tant que système féodal. On ne peut cependant éluder cet aspect. Il nous était impossible de relever autrement que par allusions, dans les textes choisis pour cette étude, dans ces libelles polémiques, la transformation de la Chrétienté hiérarchisée, comprenant une instance suprême déterminant la justice, en une communauté organisée horizontalement, composée de sujets souverains soumis au droit international. Cette transformation fut cependant une des conditions structurelles de l’avènement de la neutralité classique.

  • 93 L’histoire de la neutralité suggère de faire débuter au milieu du XVIIIe siècle cette phase de l’h (...)
  • 94 Voir sur ce problème : A. Gotthard, Krieg und Frieden, op. cit., p. 92 s.

28Parce que la neutralité reconnue par le droit des gens classique93 s’appuie sur des conditions structurelles et conceptuelles précises, une recherche de ses racines peut donner d’autre part des informations sur d’importantes tendances dans l’évolution de l’Europe de la première modernité ; par exemple, on peut voir la « sécularisation », tant conjurée et tant décriée, comme un processus fondamental de la première modernité européenne ; on peut déceler aussi la formation, fortement disputée à ses débuts, d’un système d’États modernes ; ou bien, plus particulièrement, la mise en place d’un ensemble de règles relativement contraignantes dans le cadre de ce système, un ius inter gentes (les normes de ce « droit des gens » s’étoffèrent ensuite en un « droit international ») ; on peut y voir aussi, en lien étroit avec ce qui précède, l’évolution, peu claire, des véritables attentes des États94 dans leurs rapports mutuels au début de la période moderne.

Notes

1 À notre connaissance, pour la période antérieure au XVIe siècle, les attitudes de neutralité dans les conflits armés n’ont pas eu d’écho dans des écrits publiés. Les problèmes liés à l’acceptation de la notion de neutralité, et la lente transformation de cette dernière en titre de droit, constituent les thèmes centraux de notre prochaine monographie. Celle-ci établira les raisons pour lesquelles on ne devrait pas parler de « droit de la neutralité » (Neutralitätsrecht) pour la période antérieure au milieu du XVIIIe siècle. Elle s’attachera à chercher le lien entre les publications (œuvres de politologie, travaux de droit des gens, pamphlets) et les archives ; à chercher, par exemple, quels thèmes émergent comme lieux communs dans les imprimés, et sont aussi présents dans les procès-verbaux des conseils – ce qui ne peut être fait dans le cadre du présent article.

2 Nous ne pouvons discuter ici la position des écrits militants (grossièrement élaborés) à l’égard, d’une part, de la littérature savante et, d’autre part, du discours des décideurs. Nous voudrions cependant rendre le lecteur attentif à une difficulté méthodologique : des pamphlets furent publiés en si grand nombre dès le XVIe siècle et surtout au XVIIe siècle que, même en constituant un corpus de plusieurs centaines d’écrits comme base de lecture, on arrive seulement à en embrasser un petit échantillon. De plus, les mots-clefs proposés pour la recherche dans les catalogues électroniques des bibliothèques n’aident pas beaucoup : les pamphlets qui critiquent le comportement des neutres dans une phrase, un paragraphe ou sur plusieurs pages n’annoncent presque jamais, dans leur titre, qu’ils parleront de la neutralité. Outre la patience, il faut donc faire intervenir l’instinct du chercheur : quel titre, quelles phrases introductives peuvent laisser espérer une mention sur le thème de la neutralité ?

3 Voir : Axel Gotthard, Der Augsburger Religionsfrieden, Munster, Aschendorff, 2004, coll. « Reformationsgeschichtliche Studien und Texte 148 », p. 590 sq.

4 À cause de la polarisation confessionnelle, à partir des années 1580, la plupart des institutions du Saint Empire devinrent inopérantes. Les derniers espoirs reposaient sur la diète impériale, c’est-à-dire la réunion plénière de tous les états de l’Empire. Or, la diète convoquée à Ratisbonne en 1608 aboutit à un fiasco spectaculaire : on ne put se mettre d’accord sur l’interprétation de la paix d’Augsbourg. Une partie des protestants rentrèrent chez eux, sans qu’aucune décision ne fût adoptée. L’absence d’institutions capables d’arbitrer les conflits faisait paraître presque inévitable le recours aux armes. Quelques semaines à peine après l’échec de la diète de 1608, les protestants conclurent une alliance, l’« union » ; en 1609, les catholiques suivirent avec la « ligue ».

5 [Anonyme], Politischer Discurs, Ob sich Franckreich der Protestirenden Chur vnnd Fürsten wieder Spannien annehmen, oder neutral erzeigen, vnd mit diesem Hause befreunden solle. Aus dem Französischen ins Deutzsche gebracht, Berlin, Georg Runge, 1615, fol. Biij : eben als wann die jenige, welche jhre vereinigte in der noth verlassen, nicht vngerechter vnd erger wehren als die Feinde.

6 Ibid. Il s’agit naturellement de l’équivalent de la formule antique media via nulla est (Livius). Nous ne pouvons évidemment pas entrer ici dans plus de considérations sur l’importance des réactions, dans l’Antiquité, au discours savant sur la neutralité.

7 Ibid. : entzeucht man sich durch diese lawlichte arth die Freunde, wendet die Feinde nicht abe.

8 Ibid. C’est également un lieu commun qui nous vient de l’Antiquité : celui qui fait le choix de la neutralité est praeda victoris – argument incontournable des propos de politologie qui abordent ce sujet.

9 Ibid. C’est l’un des lieux communs, parmi environ cinq douzaines d’autres, dont l’association constitue dans une large mesure le discours pré-moderne sur la neutralité. Nous devons à nouveau renvoyer à notre monographie, qui établira la liste de ces topoï. On n’y trouve aucune évaluation positive de la neutralité ; tous les arguments se résument à mettre en valeur l’un des trois points critiques suivants : la neutralité est imprudente ; elle manifeste de la lâcheté ; elle est porteuse de péché.

10 Ibid. L’image du neutre comme le résident de l’étage médian était très répandue aux XVIe et XVIIe siècles : il est importuné par la fumée de l’étage inférieur et, selon l’inspiration stylistique de l’auteur, il est couvert et blanchi par la poussière ou les immondices de l’étage supérieur, quand il n’est pas considéré comme étant arrosé d’eau ou même plus souvent d’urine de ce même étage supérieur.

11 [Anonyme], Politischer Discurs und Bedencken über die Uniones im Reich [sans doute de 1617], publié dans : Michael Kaspar Londorp (dir.), Der Römischen Kayserlichen Majestät und des Heiligen Römischen Reichs [...]. Acta publica, t. 1, Francfort sur le Main, Bencard, 1668, p. 366 : Neutral zu seyn würde sich fast nicht leiden wöllen, nit allein propter periculum, da gemeiniglich in solchen Fällen die Neutral-Stände praeda victoris seynd und deme zu plündern bleiben, der die oberhand behält, sondern auch propter leges imperii, welche iedem Stande vorbilden, dem Betrangten Hülffe zu leisten, damit er deß Religion-und Prophanfriedens fähig seyn möge.

12 L’Empire comme système politique (voir par exemple le règlement exécutoire de l’Empire – Reichsexekutionsordnung), aussi bien que comme association féodale (créant un devoir de fidélité du vassal), était peu compatible avec un comportement de neutralité. Les thèses savantes sur la Neutralitas ont pu l’analyser en détail ; mais cela n’intéresse nos pamphlets que fugitivement.

13 Voir Hanne-Margret Birckenbach, « Jenseits von Mythen : zur politischen Psychologie des Friedens », Reiner Steinweg/Christian Wellmann (dir.), Die vergessene Dimension internationaler Konflikte : Subjektivität, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1990, p. 7-28, ici : p. 10.

14 Pour les derniers développements de la recherche sur les causes de la guerre, voir Axel Gotthard, « Der deutsche Konfessionskrieg seit 1619 – ein Resultat gestörter politischer Kommunikation », Historisches Jahrbuch, 122 (2002), p. 141-172.

15 Georg Major, « Prima pars Homeliarum in Evangelia dominicalia, a prima Dominica adventus domini, usque ad Dominicam primampost Epiphaniam Domini », Tertius Tomus operum Reverendi Viri D. Georgii Maioris, continens Homelias in Evangelia Dominicalia et dies Festos, Wittenberg, H. Lufft, 1570 (1re éd. 1562), fol. 179 (note marginale) : Nullum igitur hic medium, nullum hic nomen neutri generis seu neutralitas est, sed necessario sumus aut sub forti Tyranno Diabolo in atrio suo, aut sub fortoriori redemptore Christo in coelo (« Donc ici le milieu, le nom de genre neutre ou la neutralité n’a aucune valeur ; mais nous sommes nécessairement soumis, soit au puissant Diable Despote, dans son antre, soit au Ciel, au Christ rédempteur, qui est plus fort encore »).

16 Georg Eder, Evangelische Inquisition wahrer und falscher Religion. Wider Das gemain unchristliche Claggeschray, dass schier niemands mehr wissen künde, wie oder was er glauben sollte [...], Dillingen, Mayer, 1573, note marginale de la p. 151.

17 Pour des éléments biographiques, voir Axel Gotthard, « Johann Georg I. », Frank-Lothar Kroll (dir.), Die Herrscher Sachsens. Markgrafen, Kurfürsten, Könige, Munich, C. H. Beck, 2004, p. 137-147.

18 [Anonyme], PostReutter, an Bäpstliche Heiligkeit, Bapst Paulum V. durch einen fürnemen geistlichen Praelaten in Italienischer Sprach anßgefertigt [sic] [...], s. l., s. n., 1620, fol. 30 : auch der Sachs, vnd seine Neutralisten bißhero noch jederzeit gegen dem Hauß Oesterreich dergestalt in facto erwiesen, daß man vermercken können, die Neutralstände, vnangesehen sie der Religion halben gar grobe Gesellen : vnd mit Lutherischer Ketzerey behafft sind, habens bißhero mit dem Hauß Oesterreich, oder vielmehr den Catholischen gut gemeynet.

19 Le parti catholique bénéficiait, dans le système impérial, d’une série d’avantages structurels bien établis : un chef catholique pour l’Empire (donc, en même temps, un chef féodal suprême catholique), un grand chancelier catholique (et donc, un directoire catholique pour la diète impériale) et, habituellement, des majorités catholiques au sein des curies les plus influentes de l’Empire, etc. À côté de l’avantage charismatique d’une dignité impériale catholique, le fait que le chef d’une autre lignée de la dynastie gouvernât l’Espagne constituait un atout plus concret.

20 Johann Huß, genandt Martyr [pseudonyme], Böhmische Nebelkap, Oder Der Böhmen falschen vnd geferbten, vnnd dann weder Kalten noch warmen, wie auch jerer gewissen vnnd standthafftigen Freunden Merckzeichen [...], s. l., s. n., s. d. [1619], p. 9. La neutralité est lâche et « efféminée » : c’était un thème courant des écrits de politologie qui abordaient ce thème ; on le rencontre aussi dans les actes officiels. Évidemment, le bellicisme de l’éthique nobiliaire de la vieille Europe forme l’arrière-plan, important, du thème de la neutralité.

21 Ibid., p. 10 : Keine Tugendt viel weniger eine Heroische That ist es, wann jemand Weibischer weise, vnd auß verzagtem Gemühte mit dem traurenden vnd Hülffbedürfftigem ancket, seufftzet, vnd halbe vnd zerbrochene wort weynet : Sonsten weren die alte geitzige Weiber vnd drückpfennige die aller tugendreichisten.

22 Ibid., p. 13 : Der nicht verbeut zu sündigen, weil er es wol könte wehren, der heisset sündiget.

23 Ibid., p. 13 : So ist im Gewissen gar nicht zuverantworten, seinen Nehesten vnd Religions verwanten, in solcher Gefahr stecken lassen, vnd denselben gleichsam selbsten zuverfolgen, vnd vmbs Leben zu bringen, darvon endlich auch Gott dem allmächtigen schwere Rechenschafft [...] gegeben werden muß.

24 C’est en ce sens que les problèmes d’acceptation de la neutralité constitueront la matière de notre prochaine monographie (voir note 1) ; ces problèmes d’acceptation étant vus comme l’indicateur des conditions précises, liées aux structures et aux conceptions du temps, du bellicisme de la première modernité. On ne peut ici traiter plus avant cette question. Voir, pour le moment : Axel Gotthard, « Krieg und Frieden in der Vormoderne », Historische Zeitschrift. Beiheft, 44, 2007, p. 67-94.

25 Dans de nombreux pamphlets de l’époque de la guerre de Trente Ans, la « guerre juste » est considérée comme nécessaire. C’est un élément contextuel important pour notre thème, que nous ne pouvons aborder ici qu’en guise de remarque. Cette « guerre juste » autorisait un chrétien, en dépit du commandement biblique qui interdit la violence, à partir à la guerre ordonnée par Dieu ou, comme il est écrit dans les libelles puritains, à la Guerre Sainte.

26 [Anonyme], Traw, Schaw, Wem, Das ist [...] Erinnerung [...], gestellet an vnterschiedliche des H. Römischen Reichs von deß Bapsts Sawerteig abgesonderte Ständte, sie wollen doch dem liebkosen der Papisten so viel nicht trawen [...], s. l., s. n., 1620, p. 17 : wider den Trachen, vnd die, so jhme die Christliche Kirch wollen helffen auffressen [...] miteinander verbinden, sich dem Antichristen vnd seinem Anhang mit rath vnd that dapffer widersetzen.

27 Ibid., p. 17 : Dann ist es billich daß Glieder eines Leibs jnen einander im fall der noth zur hülffe kommen, vnd so wol den gantzen Leib, als ein, oder das ander desselben Glieder, von seinem vndergang erretten : wie solte solches denen können gewehrt werden, die alle, als Glieder eines Leibs, vnder jhrem Haupt Christo leben ?

28 Ibid., p. 23. Celui qui voulait se positionner en faveur d’une émancipation de la politique vis-à-vis du monopole exclusif de la vérité de la part de la religion, était considéré comme hybride par les pieux auteurs de libelles ; la politique devait rester la servante de la théologie. Des Français se prononcèrent pour cette émancipation : ceux que l’on appela les « politiques », comme ils sont volontiers désignés dans la littérature catholique militante de la fin du XVIe siècle.

29 Ibid., p. 24 : vnd Johannes Bodinus helt darfür, daß die, welche sich zu keiner parthey halten, endtlich beyden partheyen, wenn sie sich widerumb vergliechen, in das netz fallen.

30 « Johan Huß redivivus, genandt Martyr », Der, den Böhmen gelegter Fallstrick Ist allen Evangelischen Ständen, ein gestelte Fallbrück [...], s. l., s. n., 1619 (non paginé) : mit jhren irresolutionibus, Neutralitet vnnd cunctiren gleichsam, rei totius summam vorsetzlich im stich vnnd verderben setzen wollen. Johann Huß, genandt Martyr est un pseudonyme dont se servirent plusieurs auteurs de pamphlets pour promouvoir leurs écrits.

31 Ibid.: darüber am Jüngsten Tag, von Christo vnd seinen Gliedern, für den Richter Stul Gottes angeklagt, vnd zugleich verdammet.

32 Ibid.

33 «Hipilippanus Dinorus», Der Evangelischen Chur-Fürsten, Stände vnd Reichsstätten Andere Schildtwacht [...], s. l., s. n., 1623, fol. A2: So fern die Neutralstände jhre Gewissen gesundt, jhre Religion frey, vnd jhre Freyheiten vnverletzt vnd vnversehrt behalten vnd erhalten wollen, so müssen sie nolentes volentes der Katzen Natur als ein conservativ sich gebrauchen.

34 Ibid., fol. B.

35 [Anonyme], Deutliche vnd gründliche Außführung dreyer jetzo hochnötiger vnd gantz wichtiger Fragen [...], s. l., s. n., 1620, p. 37 : es ist aber nicht schwer, aus heiliger Schrifft vnnd sonsten zu erweisen, daß bey dergleichen zustand die Neutralitet sich nicht wol schicken noch verantworten lassen wolle.

36 Ibid., p. 37 : Platz hat sie, wann erstlich den dritten oder Neutralisten die Sache gantz vnd gar nichts angehet, fürs andere, wann vnter den beyden streitigen Partheyen man keinem Theil verbunden, verpflichtet, oder obligiret ist, weder wegen Göttliches Worts, noch wegen anderer Vrsachen.

37 Ibid., p. 38 : Daß die Neutralitet nicht stat habe, so man einem theil mit Eyd, vnd andern Pflichten zugethan ist, erscheinet gleicher gestalt aus Gottes Wort, vnd dem Gesetz der Natur offenbarlich.

38 Ibid., p. 38 : Es sihet ein Sohn, daß seinem Vater gewalt von jemanden geschehe, in dem fall könte er je mit gutem fug nicht Neutral seyn, sondern were schuldig, sich seines Vaters anzunehmen, wie das vierde Gebot klärlich besaget.

39 Ibid., p. 38 : Obrigkeit[en] in der Schrifft Väter heissen.

40 Ibid., p. 40.

41 Pour une histoire du cercle des électeurs des temps modernes, au sein duquel de nouveaux membres furent assermentés, voir : Axel Gotthard, Säulen des Reiches. Die Kurfürsten in frühneuzeitlichen Reichsverband, vol. 1, Husum, Matthiesen Verlag, 1999, « Historische Studien 457 », p. 35-198.

42 [Anonyme], Deutliche vnd gründliche Außführung dreyer jetzo hochnötiger vnd gantz wichtiger Fragen [...], s. l., s. n., 1620, p. 43 : wann sich Wehetagen des Haupts befinden, können auch die andern Glieder des Leibes mit fug Neutral bleiben ? Sind nicht die Hände schuldig, Artzney anzurichten, anzustreichen, auffzulegen, zu verbinden, vnd dergleichen ? Sind nicht die Füsse schuldig, zu rennen, zu lauffen, Artzney zu holen ?

43 L’école néo-réaliste de la recherche sur les relations internationales commet une erreur majeure en voyant dans cet « intérêt d’État », arbitrairement placé comme arrière-plan de toute analyse, une simple catégorie objectivable – mais ce serait un autre thème d’étude, et nous devons encore une fois renvoyer à notre prochaine monographie.

44 [Anonyme], Deutliche vnd gründliche Außführung dreyer jetzo hochnötiger vnd gantz wichtiger Fragen [...], s. l., s. n., 1620, p. 55 et suiv. : Leidet jemand was umb seines Kaysers, oder um seiner geleisteten Treu und Pflicht wegen, so leidet er in Gott, und mit gutem Gewissen, und müste vielleicht noch wol schärpffer leiden, wann er die schuldige Assistentz seinem Herrn entziehen thäte. Wer könte auffdiesen fall gut seyn für die Strafe unsers Herrn Gottes ?

45 [Anonyme], Das Teutsche KlopffDrauff. Oder, Hochnötigste vnd Rechtmässige auch gut Teutsche Anmahn-vnd Erinnerung [...], s. l., s. n., 1626 : Ihr Neutralisten kommt herbey, Seht doch in was Gefahr man sey. Le fil directeur de cette publication est le suivant : il s’agit, pour les états luthériens de l’Empire et pour les cantons confédérés de Suisse, d’œuvrer activement aux côtés de la France pour contrecarrer l’Espagne. La neutralité n’est ici pas condamnée théologiquement, mais elle apparaît comme infamante et « très dangereuse ». Comme l’annoncera, en rimes, le titre d’un pamphlet commentant la guerre de Hollande : « Nous sommes neutres, jusqu’à ce que notre ennemi/avec notre voisin en ait fini » (Wir seind neutral, bis unsere Feind/Mit unsern Nachbarn fertig seind). Malheureusement, les prises de position à l’égard de la neutralité sont rarement placées à un endroit aussi reconnaissable que le titre.

46 Probablement la région de Halle an der Saale, d’où l’on pense que cet écrit est originaire. Contexte présumé : la pression exercée, depuis l’automne 1625, par les troupes de Wallenstein, que celui-ci amena peu à peu dans la région de Halle. Pour de plus amples développements sur le sujet : [Anonyme], « Aller Neutralisten Spiegel... » [1626], Julius Opel/Adolf Cohn (dir.), Der Dreißigjährige Krieg. Eine Sammlung von historischen Gedichten und Prosadarstellungen, no 39, Halle, Waisenhaus, 1862.

47 Peut-être Matthias Hoë von Hoënegg ? Beaucoup d’observateurs contemporains firent, à tort, du prédicateur de la cour le responsable de la politique étrangère de Dresde, favorable à l’Empire.

48 [Anonyme], Das Teutsche KlopffDrauff. Oder, Hochnötigste vnd Rechtmässige auch gut Teutsche Anmahn-vnd Erinnerung [...], s. l., s. n., 1626 : Gepredigt Fried, Fried, förcht euch nicht !/Da doch nichts mehr als Fried gebricht [...]/So sagt mir, Hoher Doctor mein,/Wer mag doch hieran schuldig sein,/Daß deutsche Freiheit, Ehr und Geld,/Religion und Alles fällt ?/[...] ihr helft wider richten auf/Des antichristischen Reiches Lauf/Der ihr, so viel an euch, dem Thier/Die Hur helft tragen mit Begier/[...] Verkauft Deutschland und Gottes Wort,/Daß wir verlieren immer fort/Ein Kirch, ein Stadt, ein Stift, ein Land,/Pfui, ist das nicht ein große Schand ?

49 [Anonyme], Vermumbter Spannischer Danntz Mit der Königin Helvetia [...], « Jürch » [Zurich], s. n., 1629, fol. C. Cette publication ne parle pas nommément de « neutralité » ; mais, pour les lecteurs contemporains, il était clair que c’était avec les neutres que l’auteur réglait ses comptes. La « paresse » que nous venons de citer dans un vers était à l’époque synonyme de neutralité ; ce lieu commun fait rarement défaut dans les écrits : « Si la maison de ton voisin brûlait à l’instant, et que la tienne tînt debout, pour cette raison tu ne voudrais pas apporter de l’eau ». Pour les contemporains, donc, c’était la neutralité qui était ici désignée, indubitablement – même s’il n’était pas question de l’Helvetia ; cette Dame a rarement été utilisée par les auteurs pré-modernes en lien exprès avec la neutralité. On donne ci-après les citations originales en allemand, des passages repris de ce poème dans le texte de l’article : O wie ist vns vnser Reichthumb so lieb,/O wie wenig achten wir des ewigen Reichthumbs,/O wie hoch vnd Köstlich schetzen wir die freye vngesperte Handlungen,/O wie wenig achten wir die freye Handlung vnd vbung der Christlichen Religion/[...] O wie sind das die allerleichtesten Christen,/die jhre Sündige Haut Gott zu Ehren nicht/wagen oder auffopfern dörffen/[...] Pfui der Faulkeit vnd Schande !

50 Martin Opitz, Trostgedichte, livre VI, lignes 414-420. Nous citons l’œuvre d’après les Gesammelte Werke, éditées par George Schulz-Behrend (Stuttgart, Hiersemann, 1968) : Dann werden außgestellt zu aller Menschen Hassen/Die die Religion im Stiche sitzen lassen,/Der Freyheit abgesagt, und wo der Wind geweht/Umb zeitlichen Gewinn den Mantel hingedreht/[...] Wer dem, der unrecht stirbt, nicht beyspringt in der Noth,/Und seinem Feinde wehrt, der schlägt ihn selber todt.

51 Les Trostgedichte, écrits en 1620/1621 et publiés en 1633, appellent aussi à une guerre nécessaire, ce que nous exposerons plus avant. Dans ce but, Opitz devient même pressant, il se dit assoiffé « du sang rouge de l’ennemi » et crie à ses lecteurs : « et frappez dans le tas avec joie » (und schlagen mit Freuden drein) !

52 Simon Wild, Memorial Ob Den Protestirenden Ständen im Reich Teutscher Nation rahtsamb, sich bey jetziger Zeit von Königlicher Majestät zu Schweden abzuziehen, zu cunctiren, oder sich zwischen denselben vnd den Päbstlern zu imponiren ?, Weimar [?], s. n., 1633 [1re édition 1632], fol. Eij : Der Herr Christus verwirfft die Neutralitet vnd Cunctation in ReligionsSachen. La guerre de Suède était pour l’auteur une « affaire de religion » ; il fustige sans cesse l’attitude consistant à « être neutre et hésiter » de plusieurs états impériaux évangéliques.

53 [Anonyme], Duplex Census Oder Zweyfache, vnd sehr weit vnterschiedene Gebühr [...], s. l., s. n., 1634, p. 17.

54 [Anonyme], Magna Horologii Campana, Tripartita. Das ist, Ein Dreyfache, im gantzen Teutsch-Landt hellauttende Glocke, vnd Auffwecker [...], s. l., s. n., 1632, p. 65 ; ibid., p. 114 : comme « la parole de Dieu extirpera de telles hésitations » (das Wort Gottes vber solchem cunctiren außgerottet wird), le neutre sera « puni dès ici bas et devra rendre là-bas, dans l’avenir, de lourds comptes » (hie Zeitlich gestrafft vnd dort künfftig vber das darfür schwere Rechenschafft geben müssen).

55 Voir : [Anonyme], Gespräche und Discursen zweyer Evangelischer Eydgenossen, von dem gegenwertigen Zustand, s. l., s. n., [1632] ; [anonyme], Anderer jüngstgehaltener Discurß zweyer Eydgenossen, vom Zustand des jetzigen Wesens, s. l., s. n., [1632] ; [anonyme], Bedencken eines guten Eydgenossen, vber die Gespräche Stephans vnd Hansens s. l., s. n., [1632]. Les trois écrits sont reliés ensemble et le volume a une pagination continue.

56 De qui pourrait-il bien s’agir ? L’étroite imbrication de la liberté et du combat final apocalyptique pour la vraie foi, qui transparaît dans les trois écrits, est typique de Heidelberg, quoique non présente là exclusivement. Ce que dit l’auteur à propos du Conseil de la Cour de l’Empire, comme de la majorité à la diète (fol. 30), témoigne d’une bonne connaissance de la politique de l’Empire et d’un point de vue typique du Palatinat. L’auteur donne aussi un aperçu de la situation ailleurs en Europe, ainsi qu’une analyse très pertinente du déclin de la puissance espagnole et, dans ce cadre, persifle avec non moins de pertinence, dans une digression géographique, la péninsule Ibérique (fol. 37). Il sait même que la Ligue est en mauvaise posture et émet des doutes sur l’art de la guerre de Wallenstein. Il y ajoute une certaine connaissance des positions suisses. Ce qui surprend avant tout sur ce sujet, c’est que l’auteur est très au courant des négociations de l’émissaire suédois Rasche auprès des confédérés. Ces écrits sont donc très précisément datables : mars/avril 1632, mai/juin 1632, juillet 1632. Il est très possible (beaucoup d’éléments plaident en ce sens) que notre libelliste soit l’écrivain palatin prolixe et exilé Johann Philipp Spieß (1584-1649). Sur sa vie et son influence, ainsi que sur un certain nombre de ses autres écrits, qui n’intéressent pas notre sujet, on pourra consulter : Frieda Gallati, « Eidgenössische Politik zur Zeit des Dreißigjährigen Krieges », 2e partie : Beilage zum Jahrbuch für Schweizerische Geschichte, 44, 1919, ici : p. 124-149, passim.

57 Bedencken eines guten Eydgenossen, fol. 43.

58 Gespräche und Discursen, fol. 2 : [...] wann wir nur allhier in der Eydtgnoßschafft im frieden sitzen können, sie mögen sich so lang schmeissen, biß sie mühd seind, werden hernach wol auffhören.

59 Ibid., fol. 2.

60 Ibid., fol. 4 : [...] die Eydtgenossische, will nicht sagen Evangelische Freyheit in eusserste gefahr gesetzt.

61 Ibid., fol. 4 : [...] damit wir nicht etwan vnversehens vberfallen oder gar vndertruckt werden, jnsonderheit aber wir Evangelischen, da niemand von vns mit grund der wahrheit sagen kan, daß wir vnseren Messischen viel trawen können oder sollen. L’objet de l’agitation reste particulièrement ambivalent ; on lit par exemple fol. 27, qu’il s’agirait de « défendre la liberté dans les affaires spirituelles et temporelles » (die libertet, oder Freyheit in geistlichen vnd weltlichen sachen zu verteidigen). S’agit-il donc d’une solidarité supra-confessionnelle sous le signe de la « liberté » ? Parallèlement, d’autres passages semblent préconiser la guerre civile : « Nos demi-frères attachés à la messe » (Vnsere Messische halb-brüder) croient qu’ils « commettent un péché s’ils tiennent envers nous un quelconque engagement qui puisse nuire à la religion papiste » – il faut asservir la foi des hérétiques (fides haeretici servanda), thème de prédilection des pamphlets catholiques dans l’Empire ! – et ils attendent « seulement une bonne occasion pour tourner contre nous leur méchanceté et nous achever » (nur auffeine gute gelegenheit jhr böses intent wider vns fort zu setzen vnd zu vollführen), ils en veulent « à notre sang avec avidité et avec le plus grand sérieux, comme les Espagnols et les Italiens idolâtres eux-mêmes » (nach vnserem blut durstiglich, vnd mit grösseren ernst, alß die abgöttischen Spannier vnd Italiäner selbsten) (fol. 29).

62 Ibid., respectivement fol. 6 et 8.

63 Ibid., fol. 19.

64 Ibid., fol. 11, cf. fol 19.

65 Ibid., fol. 12.

66 Ibid., fol. 40.

67 Ibid., fol. 21.

68 Ibid., fol. 41. Il s’agit de la métaphore, prisée, du « ni viande ni poisson » ; ibid., fol. 14, métaphore du manteau dans le vent ; ibid., fol. 26, métaphore détaillée de « la maison du voisin qui brûle » : « que nous restions seulement là debout à béer et regarder le feu brûler joyeusement » (daß wir nur stehen und gaffen, wie das fewer so lustig brennet).

69 Ibid., fol. 12: [...] daß nicht allein die Göttliche Schrifft klärlich erweiset, daß Gott die laulichen, das ist, die Neutralisten, darumb daß sie nicht kalt noch warm, außspeyen thüe: vnd der Herr Christus mit hellen deutlichen worten solche für seine feinde helt, in dem er sagt ; Wer nicht mit jhm sey, der sey wider jhn: vnd der nicht mit jhm samle, der zerstrewe: sondern es halten auch alle weltweise vnd in Regimenten erfahrene Leuthe oder Politici nach anbietung vnvmbstoßlicher gründe vnd vnzehlicher exmpeln die Neutralitet für ein vber die massen schädliches vnd gefährliches werck.

70 Unterm blawen himmel, nicht weit von Straßburg. Il se peut en effet que cet écrit soit issu de Strasbourg, cette ville d’Empire aux avant-postes de la France (qui faisait écran contre une atteinte impériale) étant jadis emplie de réfugiés.

71 Beaucoup de ceux qui ne faisaient pas partie des grands électeurs se virent confrontés avant 1640, pendant la période où la diète ne fut pas réunie, à une désastreuse compétition entre une dérive monarchique et, selon la formule que l’on prend soin d’utiliser désormais, une dérive « oligarchique » du système politique traditionnel. Ce que nous indiquons succinctement ici à cet égard est présenté de façon plus détaillée ailleurs ; voir A. Gotthard, Säulen des Reiches, op. cit., t. 2, p. 724-740 et p. 848.

72 Gott befihlt vns den Krieg wider das Babsthumb gestreng (note marginale à côté du § 115).

73 Ach wie hat, aus solchem falschen blinden Wahn, so wol den Ständen als privatis der Athem nach dem Kayserlichen Hofe so mächtig gestuncken; Das sind wol rechte Hurenlippen gewesen, aber, wir meinen, sie sind mit bitterer Gallen bezahlet. Wie hat auß alle [sic] Neutralitet, als aus einem Ey, außgebrütet? wie hat einer für dem andern dem Kayser die Evangelische streitende Parteyen vffmancherley weise vnd wege verrahten.

74 Sic ! Nous n’avons relevé nulle part ailleurs une telle locution. Original allemand : das vnser eintziger Christlich-eyfferiger Scopus ist, vnsere liebe Mitbrüder am Evangelio aus solchem wahnsinnigen gottlosen Schlaffzu wecken, vnd für den Evangelischen NeutralKrieg zu warnen.

75 Postilion, respectivement § 103 et 114. Les § 118 et suivants comportent des notes marginales intitulées « Observations des neutralistes » et « Réponses à ces observations » (Considerationis dern Neutralisten et Antwort daraufft), qui ne présentent cependant aucun point de vue nouveau ; quand « le temps de la chute de la grande Babylone arrive », on ne pouvait précisément pas « être neutre ».

76 Postilion, § 121 : Mit den Neutralisten hat es warlich noch ein seltzames außsehen, vnd scheinet gar nicht, daß sie leher außgehen werden : Es kan auch nach anleitung Göttlichen Worts nicht geschehen, weil Gott dergleichen Neutralitet zwischen dero Christlichen Kirchen, vnd dem Antichrist, das ist zwischen GOTT vnd dem Teuffel höher hasset vnd anfeindet, als einem rechten pur lautern Abfall zum Teuffel.

77 Ibid. : Vnsere Neutralisten sind noch weit ärger, weil sie die Christliche Kirche wider den Antichristischen Feind [...] mit stillsitzen höchlich ärgern, verführen, schwächen ; Ja sie spotten des Herrn Christi ins Angesicht, in deme sie jhre thorhaffte Hoffnung zugleich vffdem Antichrist vnd Christum setzen.

78 Ibid.

79 Ibid., § 122 et suivants : « Combien de temps boiterez-vous d’un bord sur l’autre ? Si c’est le Seigneur Dieu, alors vous marchez derrière lui. Mais si c’est Baal, vous marchez aussi derrière lui » (Wie lange hincket jhr vffbeyden Seiten ? Ist der Herr Gott, so wandelt jhm nach. Ists aber Bal, so wandelt jhme nach). Ou bien : « Parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni chaud, je te vomirai » (Weil du aber Law bist, vnd weder Kalt noch Warm, werde ich dich außspeyen aus meinem Munde). Toutes les affirmations s’appuient sur des passages de la Bible.

80 Voir à ce sujet un résumé dans : Axel Gotthard, Das Alte Reich 1495-1806, 4e édition, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2009, p. 90 s.

81 [Anonyme], Abtruck einer auffgefangenen Jesuitischen Information Uber die Frage: Ob das Reich den herrn Staten von Holland Die Neutralitet länger Verstatten soll oder nicht?, s. l., s. n., 1637, respectivement fol. B2 et C3: Lesset die Holländer gern vnd billich bey der Neutralitet, so Jhnen vor langem vergönnet vnd verstattet worden. Nous citons d’après les commentaires de « l’éditeur », vraisemblablement palatin.

82 Évidemment, le libelle ici prend parti : dans la lutte entre les Habsbourg d’Espagne et leurs provinces du Nord révoltées, ce Saint Empire Romain Germanique, qui n’appartenait pas aux domaines héréditaires des Habsbourg, mais qui fut habituellement gouverné par des membres de leur branche autrichienne, devait demeurer passif, sans émettre un jugement sur le conflit. Le traité n’est pas impartial, mais son auteur au moins ne s’emporte pas : ce qui n’avait pas toujours été le cas précé

83 [Anonyme], Neutrality condemned, by declaring the Reasons Why the Deputy-Lieutenants, intrusted by the Parliament for Chesire, cannot agree to the treaty of Pacification made by some of that County, s. l., s. n., 1643; les extraits cités se trouvent p. 2, 4 et 5. En un vibrant appel, le traité engage à s’unir au Parliaments party et à agir contre the army of Papists, p. 8.

84 Il s’agit de la métaphore, rarement absente des écrits du continent, du « ni froid ni chaud ».

85 Variation de la formule « à la fois avec le Christ et l’Antéchrist » (zugleich mit Christus und dem Antichristen), très fréquente dans les écrits sur le continent. Ajoutons une étonnante découverte, faite dans le Dictionary of the English Language (t. 2, Londres, Knapton, 1755) : la courte notice du dictionnaire définit Neutrality d’abord comme « un état d’indifférence » (a state of indifference), puis « un état entre le bien et le mal » (a state between good and evil).

86 Il s’agit d’une évocation, également présente occasionnellement dans les écrits sur le continent, du dieu des mers, qui a le don – décisif dans de tels contextes – de modifier son apparence.

87 Dans les écrits du continent, les neutres sont souvent désignés ainsi.

88 [Anonyme], Neutrality condemned, by declaring the Reasons Why the Deputy-Lieutenants, intrusted by the Parliament for Chesire, cannot agree to the treaty of Pacification made by some of that County, s. l., s. n., 1643 : But that Agreement especially is the furthest offfrom being the badge, either of a good cause or meaning, which aimes, and produceth [sic] a Neutrality : It is observable, that things of the Neuter Gender are without life ; and where either side is for God, it argues small life in him, that is, at that time, neither hot nor cold, neither for God nor Baal ; [...] these men are altogether unresolved how to name themselves ; in a time of Peace, they can be content, like the Plannet Mercury, ever to follow the motion of that Starre to which they are conjoyned, but in dayes of triall this Proteus cannot hide himselfe under the variety of shapes, and therefore as much as a created power can doe, he strives to annihilate his former being, and could be content to be an Hermaphrodite, or same Monster of men, but that even in these there is a prevailing forme.

89 Dans les écrits du continent, l’équivalence entre neutralité et paresse est fréquente.

90 E. W., A Sermon against Neutrality [...] Preached at the Visitation of the Reverend, doctour Cary [...] at St. Marie’s Exon, on Friday in Easter-Weef. 1663, Londres, J. Martyn & J. Allestry, 1663, p. 46 : Neutrality in the Substantials of Religion differs not from Atheism. Le passage cité signifie sans doute, au sens strict, une indifférence théologique, et non une neutralité en lien avec un conflit militaire aigu – mais l’auteur use aussi de ces citations antiques dont les traités étaient souvent parés, qui indiquent clairement que la neutralité en temps de guerre était blasphématoire ; d’autre part, l’auteur croit savoir qu’« il y avait une loi, soit chez les Athéniens, soit chez les Lacédémoniens (ma mémoire ne discerne plus chez lesquels) qui, dans le cas d’une guerre civile », permettait aux deux parties, après la fin de la guerre, de « venir et de détruire la maison du neutre et de confisquer ses biens » (It was a Law either amongst the Athenians or Lacedaemonians (my memory will not at present recover whether) that in case a Civil War happened, si quelqu’un restait neutral to both factions, après la fin de la guerre les deux belligérants both should came and pull down his House to the ground, and his Goods became confiscate). C’était en réalité chez les Athéniens : au début des temps modernes, on croyait savoir que Solon avait interdit la neutralité en cas de guerre civile ; la référence est présente dans la plupart des prises de position à l’égard de la neutralité. L’auteur, « E. W. », est sans aucun doute Edward Wetenhall (1636-1713), le futur évêque de l’Église d’Irlande de Kilemore et d’Ardagh qui, dans ses écrits postérieurs, ne se pose plus en agitateur. L’œuvre de jeunesse que nous citons fut imprimée alors que la guerre civile paraissait surmontée ; toutefois, les oppositions confessionnelles ne s’apaisèrent pas durant le règne de Charles ii, qui maintint une sévère politique religieuse.

91 Johann Friedrich von Württemberg, qui était, selon les critères du temps, un politicien avisé, sans connaissances militaires particulières, justifiait ainsi son horreur des conseils de Cour, raison pour laquelle il devait se rendre personnellement sans délai au camp militaire et s’établir à l’armée de l’Union. Voir HStA Stuttgart, A90 A, t. 29, fol. 170, « Resolution » de Johann Friedrich datée du 31 juillet 1620.

92 « Mieux vaut être mort avec honneur que vivre dans la honte » (Besser in Ehren gestorben, als in Schanden gelebt) : déclaration de Schwarzenberg au chancelier Pruckmann au nom du prince électeur de Brandebourg Georg Wilhem, le 12 juillet 1626 ; cité d’après Reinhold Koser, Geschichte der Brandenburgische-preußischen Politik, t. 1, Stuttgart/Berlin, Cotta, 1913, p. 41 s.

93 L’histoire de la neutralité suggère de faire débuter au milieu du XVIIIe siècle cette phase de l’histoire du droit des gens que termineraient ensuite la Société des Nations et le Pacte Briand-Kellog – on peut alors qualifier cette période de « classique », à moins de trouver une étiquette plus adéquate.

94 Voir sur ce problème : A. Gotthard, Krieg und Frieden, op. cit., p. 92 s.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search