Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Neutralité et appartenance au Corps helvétique : Neuchâtel à l’épreuve de la guerre de Dix Ans

Alexandre Dafflon

Texte intégral

1La situation de la principauté de Neuchâtel, dont le territoire est constitué de l’union, depuis 1592, du comté de Neuchâtel et de la seigneurie de Valangin, est, à l’aube de la guerre de Dix Ans, marquée par de fortes tensions politiques internes et par un positionnement géostratégique porteur de menaces extérieures. Ces deux facteurs constituent un danger non négligeable pour l’intégrité du petit État à la veille de l’irruption du conflit européen à ses frontières.

Tensions internes et prolongements extérieurs

  • 1 Lignage apparenté à la Maison de Valois, à laquelle il se rattache par Jean d’Orléans, comte de Du (...)
  • 2 À l’exception notable de deux communautés, celles du Landeron et de Cressier (Lionel Bartolini, Un (...)

2Les premières décennies du XVIIe siècle à Neuchâtel sont caractérisées par un antagonisme fort entre le pouvoir seigneurial, aux mains de la famille des Orléans-Longueville1 depuis 1543, et les institutions communales, en premier lieu le corps des bourgeois de la ville de Neuchâtel. Depuis leur avènement, les princes français eurent en effet toujours maille à partir avec les prétentions de la bourgeoisie, cette dernière profitant de l’affaiblissement financier des premiers princes d’Orléans pour conquérir des droits nouveaux et gagner plus d’autonomie. On peut à bon droit parler, pour certaines circonstances, d’une véritable rivalité entre deux pouvoirs concurrents et d’une possible révolution politique à Neuchâtel, une république urbaine et patricienne remplaçant le pouvoir seigneurial. L’antagonisme décrit se trouvait encore accentué par le dualisme confessionnel, les princes d’Orléans, catholiques, régnant sur une population passée à la réforme en2 1530 :

  • 3 Louis-Édouard Roulet, « Le XVIIe siècle », Neuchâtel et la Suisse, Neuchâtel, Chancellerie d’État, (...)

« Au seizième siècle, la ville de Neuchâtel, forte de ses privilèges, au bénéfice temporairement des revenus et de l’administration du comté, autorisée à frapper monnaie et, par le truchement de ses bourgeois forains, présente partout dans le pays, paraissait sur le point de remplacer le seigneur. A une évolution politique vieille de plusieurs siècles semblait devoir succéder une révolution institutionnelle3. »

  • 4 D’autres traités de combourgeoisie liaient Neuchâtel aux cantons catholiques de Soleure (1396), Fr (...)
  • 5 L.-É. Roulet, « Le XVIIe siècle », op. cit., p. 42.
  • 6 Ainsi, en 1599, Marie de Bourbon accéda au souhait des bourgeois forains, installés hors de la vil (...)

3Ces tensions internes avaient des prolongements sur le plan des relations extérieures du comté, puisque, depuis 1406, comte, chapitre et bourgeois de Neuchâtel avaient contracté des traités de combourgeoisie qui les liaient à la République bernoise4. Or, en vertu de ces traités, la cité de l’Aar disposait d’un droit d’arbitrage dans les conflits entre les bourgeois de Neuchâtel et leur seigneur, droit qui permettait aux Bernois de s’ingérer dans les affaires intérieures du comté et qui, depuis la réforme de 1530, intégrait pleinement Neuchâtel dans la zone d’influence bernoise. Au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, la puissance bernoise entra dans une phase de repli, alors que les princes d’Orléans-Longueville entreprenaient une politique de reprise en main de leur comté. Les régentes Marie de Bourbon et Catherine de Gonzague furent les artisanes d’une véritable « restauration du pouvoir seigneurial5 », avec la réunion au comté de la seigneurie de Valangin (1592) et le rabaissement des bourgeois de Neuchâtel6.

  • 7 Jean Hurny, Le procès de 1618. Différend entre le prince Henri II d’Orléans-Longueville, les bourg (...)

4Le tournant du XVIIe siècle marqua toutefois le début d’une nouvelle ère : l’avènement d’Henri iv en France, le renouvellement de l’alliance entre le Roi Très Chrétien et les treize cantons (1602) et le renoncement définitif de la Savoie à ses ambitions en Suisse occidentale (1617) permirent à Berne de sortir de son isolement politique et diplomatique. Les Bernois reprirent dès lors la main dans les affaires neuchâteloises grâce au renouvellement de la combourgeoisie avec la ville, en 1616. L’occasion ne tarda point à s’offrir à la puissance bernoise. À la suite d’une intervention du prince Henri II dans un conflit entre bourgeois, en 1617, la bourgeoisie de Neuchâtel fit appel à l’arbitrage bernois. Cité à comparaître devant Leurs Excellences de Berne, le prince, qui était en séjour dans son comté, ignora l’invitation qui lui était faite. Le conflit avec ses bourgeois et la ville de Berne s’étendit vite à des sujets plus sensibles, tels la rédaction d’un coutumier pour l’ensemble du Pays de Neuchâtel, la question de la liberté de conscience sur les terres neuchâteloises et les modalités de prestation de serment du prince et de ses sujets. Refusant l’arbitrage bernois, Henri II préféra chercher l’appui de Louis xiii et de ses alliés catholiques au sein de la Confédération. Or, ses démarches n’eurent pas le succès escompté et, en définitive, le prince dut accepter la sentence bernoise en 1618 déjà. Le conflit du prince avec la cité de l’Aar s’enlisa ensuite dans la lourdeur des procédures judiciaires et dans les urgences de l’heure liées au début de la guerre européenne7.

  • 8 Id., « Négociations pour la vente de Neuchâtel entre Henri II de Longueville et le duc de Savoie e (...)
  • 9 Jean Hory (1573-1656), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, seigneur et baron de Lignières (1624 (...)
  • 10 Il existe une représentation de la ville d’Henripolis, dans une brochure imprimée en 1625-1626 à L (...)
  • 11 AE Neuchâtel, AS, C 9 no 5, charte de fondation de la ville d’Henripolis, sceau équestre d’Henri I (...)

5En 1625, lassé de l’attitude chicanière des bourgeois de Neuchâtel, le prince songea à vendre sa principauté au duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie. C’eût été une belle manière de rendre à Berne la monnaie de sa pièce et de faire payer les constantes immixtions de la cité de l’Aar dans les affaires de la principauté8. Henri II se ravisa toutefois et, sur l’avis de son conseiller Jean Hory9, se mit à rêver à la création d’une cité nouvelle, débarrassée des prétentions séculaires d’une bourgeoisie imbue de ses privilèges. Cette cité nouvelle, dotée de larges libertés, serait apte à concurrencer en tous points l’antique ville de Neuchâtel et sa bourgeoisie peu obéissante. La ville nouvelle, située sur les rives du lac de Neuchâtel, à proximité de l’embouchure de la Thielle, devait s’appeler, comme il se devait, Henripolis10. La vocation d’Henripolis devait être avant tout commerciale, puisqu’elle eût dû constituer une étape sur une voie – en grande partie fluviale – joignant les Pays-Bas au nord et la Méditerranée au sud. L’édification de la cité devait être financée par des capitaux privés : deux marchands, l’un bâlois et l’autre saint-gallois, ayant pignon sur rue à Milan et Amsterdam, obtinrent le marché contre une avance de 50 000 écus, à charge pour eux de trouver des clients. De Dieppe, le prince délivrait, en juin 1626, une charte instituant les droits et les devoirs des habitants de la nouvelle ville11.

  • 12 Louis-Édouard Roulet, « Henry II d’Orléans-Longueville, prince de la Fronde, et l’inclusion du Pay (...)

« Cité artisanale et commerciale, munie de belles franchises, ouvertes à tous les hommes entreprenants, tolérante en matière de religion, prospère et active, grâce à une communication par eau ininterrompue entre la Méditerranée et la mer du Nord. L’essor d’Henripolis, est-il besoin de le préciser, ne peut qu’entraîner le déclin de Neuchâtel, déclin économique d’abord, déclin politique ensuite. Et le déclin de Neuchâtel aura pour conséquence le renforcement de l’autorité seigneuriale dans le comté. Tout cela se tient remarquablement sur le plan du raisonnement pur12. »

6Mais le rêve du prince ne se réalisa pas et Henripolis demeura un projet oublié dans les cartons de l’administration comtale. Manque d’argent et de sécurité en ces temps de guerre européenne, refus des propriétaires des terres de vendre, hostilité évidente de la bourgeoisie de Neuchâtel et de la République bernoise, tous ces facteurs expliquent sans doute l’échec des projets princiers. Ainsi, les trois premières décennies du XVIIe siècle marquaient les limites de la restauration seigneuriale à Neuchâtel et le grand retour de la puissance bernoise dans la principauté. Ces faits ne seraient pas sans conséquence dans les années suivantes, comme le remarque justement Louis-Édouard Roulet :

  • 13 L.-É. Roulet, « Le XVIIe siècle », op. cit., p. 51.

« [...] face à l’alliance bernoise, les combourgeoisies de Soleure, de Fribourg et de Lucerne n’avaient pas fait le poids. La vocation helvétique du pays – pour le comté comme pour la ville – semblait obligatoirement liée aux volontés et aux destinées de Leurs Excellences [de Berne]. La constatation était à la fois brutale et réconfortante. Mais elle fermait l’éventail des options13. »

Henri II d’Orléans-Longueville, protagoniste de la guerre européenne

  • 14 Une étude approfondie de la personnalité d’Henri II mériterait d’être menée, non seulement dans le (...)
  • 15 À sa naissance ainsi qu’à la mort de sa grand-mère et de sa mère, Henri héritait de biens importan (...)

7Henri II, bien qu’humilié par l’issue de son conflit avec la bourgeoisie de Neuchâtel et le canton de Berne, n’en demeure pas moins une figure importante de l’histoire neuchâteloise et son rôle, dans les événements qui nous intéressent, mérite que son portrait soit ici esquissé14. Né deux jours seulement avant la mort accidentelle de son père, il régna d’abord sous la curatelle de sa grand-mère, Marie de Bourbon, puis de sa mère Catherine de Gonzague. En 1617, soit à vingt-deux ans, il prit personnellement le pouvoir en main15.

  • 16 Henri choisit ses épouses successives dans son milieu social, puisqu’il épousa en 1617 Louise de B (...)

8Duc de Longueville et d’Estouteville (Seine-Maritime), comte de Dunois (Eure-et-Loir), de Tancarville (Seine-Maritime) et de Saint-Pol (Saint-Pol-sur-Ternoise, Pas-de-Calais), pair de France, filleul d’Henri IV, Henri appartient à l’entourage direct du Roi Très Chrétien et jouit à la Cour du fameux « rang intermédiaire » accordé à son aïeul Léonor par l’avant-dernier roi Valois. Sous Louis XIII, avec le frère du roi, Gaston d’Orléans, les princes de Condé, les Vendôme ou encore les Montmorency, Henri appartient à ce groupe que l’on nomme à la Cour les grands et qui eurent tant à se plaindre de la politique du cardinal de Richelieu16. Son extraction quasi royale ainsi que sa vie à la Cour, sans compter l’exemple d’autorité que lui avaient laissé sa grand-mère et sa mère, ne contribuèrent pas à lui inspirer de la compréhension pour les revendications des bourgeois de Neuchâtel, ni pour les prétentions arbitrales des Bernois.

  • 17 Henri II de Condé (1588-1646), premier prince du sang, gouverneur de Bourgogne, futur beau-père d’ (...)
  • 18 Bernard, duc de Saxe-Weimar (1604-1639), sert d’abord dans les armées de Gustave II Adolphe de Suè (...)
  • 19 Jacques Rouxel de Médavy (1603-1680), maréchal de France en 1651, gouverneur de Montbéliard
  • 20 et des comtés de Belfort et Ferrette (1636), plus tard de Thionville (1656) (Dictionnaire de biogra (...)

9La carrière du prince fut avant tout militaire. Doté, encore enfant, du gouvernement de Picardie, il reçut, en 1619, des mains de Louis XIII, le gouvernement de Normandie, qu’il conserva jusqu’à sa mort. Grand capitaine dans les armées royales, Orléans-Longueville devait participer à la défense du royaume après la déclaration de guerre contre l’Espagne du 19 mai 1635 et surtout après la défaite de Corbie (7-16 août 1636). Peu après, il contribuait aux campagnes françaises en Franche-Comté et en Lorraine d’abord, en Piémont ensuite, enfin en Allemagne. Ainsi, en 1637, après l’entrée des troupes françaises en Franche-Comté et le siège interrompu de Dole par l’armée du prince de Condé17 (28 mai–15 août 1636), Henri d’Orléans-Longueville fut l’un des trois commandants des opérations militaires françaises dans la Comté. Trois armées envahirent simultanément la province espagnole : celle du duc Bernard de Saxe-Weimar18 arrivait par la Saône, celle du comte de Grancey19 avançait par Montbéliard et celle du duc de Longueville pénétrait dans la province par la Bresse. Les troupes françaises prirent un grand nombre de localités, sans s’attaquer aux grandes places, et menèrent une campagne de pillage et de dévastation, imitées en cela par les troupes ennemies du duc de Lorraine20 Longueville conduisit ensuite les troupes françaises en Italie, puis en Allemagne, avant de remplacer, en 1639, Bernard de Saxe-Weimar à la tête de l’armée d’Alsace. En 1641, malade, il mit fin à sa carrière militaire et se retira provisoirement en Normandie.

10La présence d’Henri II en Franche-Comté constitue une donnée importante du sujet qui nous occupe. Le prince souverain de Neuchâtel, État réputé neutre par ses alliances avec les cantons suisses, participait au premier rang à la violation de la neutralité comtoise, établie par la Ligue héréditaire entre Maximilien Ier et les cantons suisses (1511), reconnue à plusieurs reprises par les rois de France dès 1512, et pour la dernière fois en décembre 1610. Protagoniste de l’irruption des troupes françaises en Franche-Comté, Longueville prenait le risque considérable d’entraîner dans le conflit sa principauté située à proximité immédiate du théâtre des opérations. Nous verrons toutefois qu’il mit tout en œuvre pour dissocier son engagement de prince français à la tête des troupes royales de son statut de prince souverain de Neuchâtel et Valangin en Suisse.

La guerre aux portes de la principauté

Les revendications du marquis d’Ogliani

  • 21 Marc-Claude de Rye, marquis d’Ogliani (1554-1632), seigneur et baron de Dicey, comte de Roussillon (...)
  • 22 Ces prétentions avaient été exprimées dès 1601, sans succès, et reprises en 1618, au moment de la (...)
  • 23 AE Neuchâtel, AS, P19 no 21, copie d’une lettre de Charles IV (III) de Lorraine au gouvernement be (...)
  • 24 AE Neuchâtel, AS, R11 no 25, lettre d’Henri II à son Conseil d’État de Neuchâtel, Paris, le 12 déc (...)

11Dès avant la déclaration de guerre de la France s’étaient manifestées des menaces sur Neuchâtel – singulièrement sur la seigneurie de Valangin, principale zone de contact avec la Franche-Comté. Profitant de circonstances favorables, l’ambassadeur du roi d’Espagne auprès des ligues suisses, le marquis d’Ogliani21, fit valoir d’anciennes revendications sur la seigneurie de Valangin, dont il réclamait la possession comme petit-fils par alliance de René de Challant, dernier seigneur de Valangin avant la réunion de 159222. La menace était sérieuse dans la mesure où l’empereur Ferdinand II apportait son soutien au marquis d’Ogliani, par l’intermédiaire du général en chef des troupes impériales, le duc Charles de Lorraine. Ce dernier adressa, le 8 septembre 1635, de Luxeuil, une lettre au gouvernement bernois enjoignant à ce dernier de donner la main à « l’amiable et douce exécution23 » de la restitution de la seigneurie à son souverain légitime. Henri II prit les menaces du marquis d’Ogliani très au sérieux dans la mesure où l’évêché de Bâle faisait d’ores et déjà l’objet d’incursions de troupes belligérantes et où, comme ses voisins, la principauté demeurait sur le papier partie intégrante de l’Empire. Longueville enjoignit à son gouvernement de Neuchâtel de « veille[r] et teni[r] la main à la garde et seureté » de son comté24. Pour le prince, il s’agissait non seulement d’assurer sa souveraineté sur l’ensemble du territoire neuchâtelois contre les menaces du prétendant Ogliani, mais également de prévenir tout désordre intérieur qui eût pu démentir la neutralité de sa principauté dans une phase de la guerre où les opérations se rapprochaient de celle-ci. Ainsi, le 9 février 1636, engageait-il son Conseil d’État à

  • 25 AE Neuchâtel, AS, R11 no 26, lettre d’Henri II à son Conseil d’État de Neuchâtel, Paris, le 9 févr (...)

« remettre dans le devoir [mes sujets] qui s’en voudroient esloigner, estimant qu’ilz ne manqueront touts de nous donner des preuves de leur fidélité et de l’obéissance qu’ilz nous doivent et par leur naissance et par le traittement qu’ilz reçoivent de nous, et qu’ilz y seront d’autant plus conviez que leur intérest y est évident plus que le nostre propre, puisque nous ne pouvons perdre ce qui est à nous principalement, et qu’eux y trouveroient leur ruine et la dissipation toute entière de leurs biens. Ce que vous leur sçaurez bien remonstrer25 ».

Les mesures de sécurité prises à Neuchâtel

  • 26 François-Louis d’Affry (1590-1645), membre du patriciat fribourgeois, lieutenant au régiment des C (...)
  • 27 AE Neuchâtel, AS, F13 no 9, lettre de Fribourg au Conseil d’État, Fribourg, le 20 septembre 1635.
  • 28 AE Neuchâtel, AS, Z12 no 30, lettre de Lucerne au Conseil d’État, Lucerne, le 25 septembre 1635 (o (...)
  • 29 AE Neuchâtel, AS, T13 no 3, lettre de Berne au Conseil d’État, Berne, le 20 décembre 1635 (origina (...)
  • 30 AE Neuchâtel, AS, Q13 no 22, lettre de Berne au Conseil d’État, Berne, le 5 février 1636 (original (...)
  • 31 AE Neuchâtel, AS, M13 no 27, lettre de Soleure au Conseil d’État, Soleure, le 2 janvier 1636 (orig (...)

12Sur injonction de leur prince, le gouverneur François d’Affry26 et les membres du Conseil d’État prirent un ensemble de mesures destinées à assurer le maintien du territoire de la principauté hors du conflit. Il s’agissait d’abord de prendre des garanties auprès des alliés suisses. Dès le 20 septembre 1635, le gouvernement de Fribourg promettait au Conseil d’État d’observer les traités de combourgeoisie au cas où des entreprises seraient menées sur la seigneurie de Valangin27. Cinq jours plus tard, les mêmes assurances étaient exprimées par le gouvernement de Lucerne28. Mais c’était surtout les assurances des Bernois, les puissants voisins et les seuls à pouvoir réellement agir et intervenir rapidement, qui étaient attendues à Neuchâtel. Elles vinrent à la fin du mois de décembre 1635 sous la forme d’une information indiquant que le commandant des troupes impériales cantonnées dans l’évêché de Bâle avait affirmé aux Bernois qu’il ne songeait nullement à troubler la tranquillité des contrées voisines alliées du Corps helvétique29. Il faut avouer que c’était une assez piètre garantie. Un mois plus tard, les Bernois, alertés par une rumeur d’irruption des troupes impériales dans la Franche-Montagne, en avertissaient les autorités neuchâteloises et leur demandaient un secours en cas de besoin, offrant en échange la réciproque30. Quant à Messieurs de Soleure, ils s’excusaient de ne pouvoir s’engager, du fait qu’ils avaient eux-mêmes besoin de toutes leurs troupes afin d’assurer leur propre sécurité31. Les garanties de secours apportées par les cantons combourgeois – et singulièrement celles de Berne – ne constituaient pas à proprement parler une assurance infaillible pour l’intégrité de la principauté. C’est pourquoi cette dernière devait songer à sa propre défense.

  • 32 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 7, séance du 15 septembre 1624, fol. 56 vo.

13Très tôt, c’est-à-dire dès avant l’entrée de la France dans la guerre, le Conseil d’État avait pris une mesure générale de limitation draconienne et de contrôle du service étranger. Ces mesures s’inscrivaient dans celles prises par les cantons suisses, de leur côté, pour contrôler l’engagement de troupes capitulées dans le conflit sans pour autant mettre fin à ces pratiques, prévues dans les traités d’alliance avec les puissances. Le 15 septembre 1624, le Conseil d’État arrêtait que « mandement sera adressé à tous les officiers de cest Estat, pour deffendre à toutes personnes de ne s’enroller soubz quel capitaine que ce soit pour tirer en guerre et sortir du pays, à peine de confiscation de corps et de biens, sy ce n’est pour le service de Son Altesse ou pour donner secours à Ses alliez [...], et ordonne à tous les subjectz de Sadite Altesse de se tenir prestz avec leurs armes et munitions de guerre qui leur sont esté ordonnées32 ». L’interdiction fut réitérée le 19 décembre 1625 :

  • 33 Guillaume, seigneur de Montigny et de Plancy, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, gouverne (...)
  • 34 Robert Miron (1569-1641), seigneur du Tremblay et de Sève, conseiller au parlement (1595), intenda (...)
  • 35 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 7, séance du 19 décembre 1625, fol. 204 vo. La même (...)

« Sur l’advertissement qu’on a receu que plusieurs des subjectz de Son Altesse se licentient de sortir du pays pour tirer en guerre, mondit sieur de Montigny33 ayant faict entendre qu’à la prière de Monsieur Miron34, il a permis à aulcung des capitaines suisses qui vont pour le service de Sa Majesté, d’en lever une douzaine rière la chastellaine [sic] du Landeron, et dont le lieutenant du Landeron a le nom et surnom et non davantage, il a là-dessus esté dict et arresté que tous ceux qu’en oultre vouldront sortir seront saysis prisonniers, pour par apprès estre procédé contr’eux à forme des mandements émanés de la part de la seigneurie35 »

  • 36 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 11, séance du 6 mars 1632, fol. 8 vo (voir aussi le (...)
  • 37 Deux ambassadeurs résidaient alors à Soleure : Robert Miron, ambassadeur ordinaire, et François-An (...)
  • 38 Jean Clerc-dit-Guy († 1644), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, maire de La Sagne, puis de Val (...)
  • 39 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 7, séance du 18 octobre 1624, fol. 67 vo.

14À la veille de l’entrée de la France dans la guerre, un mandement à tous les officiers rappelait la défense faite « à tous et un chescun de s’enroller et sortir du lieu pour tirer en guerre, sans passeport et permission par escript de monseigneur le gouverneur à peyne d’estre escheus en corps et biens à Son Altesse pour estre chastiez exemplairement36 ». Des autorisations furent néanmoins accordées, du moins avant le début de la guerre franco-espagnole et sous la pression des représentants de la France37. Ainsi, à l’automne 1626, grâce à l’insistance de l’ambassade de France à Soleure et malgré les hésitations du Conseil d’État, Jean Clerc-dit-Guy38, maire de Valangin, était autorisé à lever une compagnie de deux cents hommes dans la principauté « sans bruit, ny tambour, et sans prendre des soldats qui sont desjà enrollez pour les ellections, ou propres à servir de capitaines, lieutenants ou autres officiers pour la tuition [protection] du pays, et à condition qu’il fera relever de toutes peines et sensures ce conseil et lesdictz officiers pourroyent encourir envers Son Altesse d’avoir enfrainct et contrevenu à ses commandementz et deffences et aux publications faictes par tout cest Estat sur ce subject, par Messieurs les ambassadeurs de France estantz à présent à Soleure par acte authenticque et ce dans huictaine, et de plus promettra et s’obligera par autre acte authenticque de rapporter dans trois sepmaines l’advis et consentement de Sadite Altesse ; et à deffaut, de subir, comme dès à présent il s’y submet, de porter les peines de corps et de biens portées par les publications et deffences de Sadite Altesse, et de ramener ses soldatz au pays et de les entièrement desdomager de tous frais et soldes, sans que la seigneurie en aye aulcunes plainctes, et sera appelé pour recepvoir les sensures qu’en ce il a encourrues de n’avoir desmandé à temps la permission en la propre personne de Son Altesse39 ».

  • 40 Une autorisation, assortie de conditions strictes, fut accordée par le Conseil le 4 juillet 1625 à (...)
  • 41 Jacques Guy d’Haudanger (1608-1675), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, seigneur et vicomte de (...)
  • 42 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 12, séance du 8 mai 1644, fol. 156 vo.
  • 43 Ibid., fol. 156 vo (mandement du gouverneur et Conseil d’État, Neuchâtel, le 9 mai 1644).

15Les autorisations accordées, avec d’infinies précautions, par la seigneurie, avant tout soucieuse de se ménager des échappatoires diplomatiques, cessèrent bientôt complètement, sans que l’on sache si des levées de troupes se poursuivirent dans les faits ou si le Conseil d’État parvint réellement à y mettre fin40. En 1644 encore, une affaire devait faire grand bruit au sein du Conseil d’État. Le 8 mai 1644, en effet, ce dernier était informé par le prince que Jacques Guy d’Haudanger41, colonel d’un régiment portant son nom au service de France, avait reçu l’ordre de porter ses hommes en Allemagne « au préjudice des alliances avec les Ligues suisses en général42 ». En vertu de ces alliances, le Conseil décidait que « mandement prohibitif sera envoyé audit collonel, capitaines et officiers, de ne porter leurs armes en aucun lieu où les autres de la mesme nation ne se peuvent et doibvent porter [...], à peyne de privation de bourgeoisie et confiscation de corps et biens43 ». Le texte du mandement lui-même insistait sur le lien unissant la principauté et ses sujets à la politique extérieure des cantons suisses :

  • 44 Ibid., fol. 156 vo et 157 ro.

« Nous avons employé tous nos soings depuis ces guerres qui travaillent la Chrestienté, à entretenir la neutralité avec les parties qui s’y sont formez et nous sommes estroictement tenus, liez et attachez avec les magniffiques, hauts et puissants seigneurs les cantons de Suisse, alliez par combourgeoisie perpétuelle avec Son Altesse et ce sien Estat, affin de ne donner subject à aulcun d’altérer la tranquilité, paix et repos d’iceluy et le tenir à couvert des invasions par l’assistance desdits seigneurs. Cependant, nous avons apprins qu’on fait marcher [les] compagnies [du régiment Guy d’Haudanger] et qu’on est en vollonté les fayre entrer et faire guerre à des pays où les aultres corps et régiments suisses ne peuvent (leurs alliances sauves) aller fayre guerre, contre l’intention de Son Altesse et de nous, en la permission de la levée, les dettachant et séparant ainsi du Corps helvétique, avec lequel cest Estat a esté uny et porté bien et mal de temps immémorial, comme se peut apparoir des histoires des guerres de Bourgogne et d’Autriche44. »

  • 45 Nicolas-Jacques de Praroman, bailli de Romont (1629), membre du Grand-Conseil (1645), Statthalter (...)
  • 46 AE Neuchâtel, AS, E23 no 8, « dépositions de témoins contre ceux qui avoient enrôlé pour le servic (...)

16L’affaire devait en rester là et le colonel Guy d’Haudanger échapper aux menaces de ses souverains et seigneurs, contrairement au sort réservé par les autorités de Fribourg au colonel de Praroman, coupable des mêmes faits, dont les biens furent placés sous séquestre45. Quoi qu’il en fût, l’interdiction, répétée sans cesse tout au long des hostilités, ne devait pas être respectée à la lettre et, dans les dernières années de la guerre, on relève des témoignages accablant certains officiers ayant recruté malgré tout dans le pays. Il apparaissait toutefois que les hommes enrôlés étaient, dans leur majorité, des étrangers résidant dans la principauté46.

  • 47 AE Neuchâtel, AS, Q4 no 31(m), « rôle des hommes portant armes dans ceste souveraineté, après juin (...)
  • 48 Philippe Henry, « L’évolution démographique », Histoire du Pays de Neuchâtel, t. 2, De la réforme (...)

17En parallèle, les autorités procédèrent à la mobilisation des milices du pays, afin d’assurer la sécurité des frontières : un rôle des hommes portant armes dans tous le pays47, daté de la seconde moitié de l’année 1635, porte l’effectif des milices à 5 019 hommes, hors ville de Neuchâtel, chiffre considérable si l’on songe que la principauté comptait alors entre 25 000 et 30 000 habitants48. Une partie importante de ces milices fut envoyée sur les frontières de la Franche-Comté, avec ordre d’observer le développement des événements outre-Jura et de veiller à l’intégrité du territoire. Tout l’hiver 1635-1636 se passa dans une certaine inquiétude. Mais la présence des armées belligérantes s’éternisant en Franche-Comté, les milices neuchâteloises eurent bien des difficultés à maintenir une présence militaire constante aux frontières.

  • 49 AE Neuchâtel, manuel du Conseil d’État, CP 33 10, séance du 5 janvier 1630, fol. 149 vo.
  • 50 Ibid., CP 33 11, séance du 9 mars 1637, fol. 224 ro.
  • 51 Ibid., CP 33 11, séance du 20 février 1638, fol. 248 vo.
  • 52 Ibid., CP 33 13, séance du 8 décembre 1645, fol. 74 ro et vo.

18Une autre mesure destinée à assurer à la fois la subsistance du pays dans un contexte de guerre et la distance nécessaire à l’égard des belligérants concernait l’exportation des grains et les échanges commerciaux avec la Franche-Comté. Une interdiction générale d’exporter les grains avait été décrétée en Conseil dès le 5 janvier 163049. Elle fut maintenue tout au long des troubles et même réitérée en 1649, après la fin du conflit, ce qui prouve que cette mesure n’était pas uniquement destinée à préserver la neutralité de la principauté, mais qu’elle obéissait également aux aléas de l’approvisionnement du pays. Des autorisations ponctuelles d’exporter furent toutefois accordées tout au long de la guerre. Ainsi, par exemple, le 9 mars 1637, le Conseil d’État autorisait-il l’exportation de cent muids d’orge en faveur des troupes françaises cantonnées à Porrentruy50. La mesure fut réitérée au mois de février 163851. D’autres dispenses furent accordées au gré des circonstances et des personnes demandeuses. Mais, le 8 décembre 1645, le Conseil refusait sèchement aux habitants du Locle, de La Sagne et des Brenets de lever l’interdiction générale d’exporter des grains52. La sauvegarde d’une certaine neutralité économique et commerciale n’était pas le seul argument de la politique menée par les autorités neuchâteloises. Il s’y ajoutait la volonté d’établir un cordon sanitaire contre la peste et les épizooties qui sévissaient en Franche-Comté.

  • 53 Les Fourgs, commune du département du Doubs, frontalière de la Suisse, canton de Pontarlier.
  • 54 AE Neuchâtel, AS, Q26 no 4, lettre des officiers au siège de Pontarlier, Pontarlier, le 9 août 163 (...)
  • 55 Ibid., O15 no 21, lettre du parlement de Dole au Conseil d’État, Dole, le 10 janvier 1641.

19Ces mesures de restriction des échanges avec les pays en guerre ou occupés provoquèrent à la longue les plaintes et supplications des gens de Franche-Comté. Certains possédaient des biens dans la principauté et ne pouvaient plus en recueillir les fruits. Ainsi, en août 1637, les officiers au siège de Pontarlier demandèrent-ils au gouverneur d’autoriser un habitant des Fourgs53 à venir recueillir les fruits d’une pièce de terre qu’il possédait sur le territoire de la principauté54. Le parlement de Dole exprima à plusieurs reprises son espérance de voir le Conseil d’État révoquer son arrêt prohibant tout commerce avec la Franche-Comté55. En définitive, les mesures de sécurité prises par les autorités neuchâteloises se révélèrent efficaces, mais elles n’empêchèrent pas les incursions temporaires de troupes belligérantes sur le territoire de la principauté ni, surtout, les mouvements de la population civile de part et d’autre de la frontière. Ces derniers constituaient certainement un danger non négligeable pour la neutralité neuchâteloise.

Mouvements de troupes et de population

20Dès le mois de juin 1636, le gouverneur d’Affry signalait à Henri II l’afflux de réfugiés de qualité venus de Franche-Comté devant l’avance des troupes françaises dans la province :

  • 56 AE Neuchâtel, AS, R 27 no 42, lettre de François-Louis d’Affry à Henri II d’Orléans-Longueville, N (...)

« L’espouvante est si grande dans la Franche-Comté que la pluspart des dames se retirent en Suisse avec le meilleur de leurs meubles. Il y en a quelques-unes dans vos Estats que je tolère n’estimant pas que Sa Majesté et Votre Altesse le trouvent mauvais. Je ne sçay rien du progrès de l’armée du Roy, [celle-ci] estant encores assés esloygnée de vos Estats. Si elle s’en approche, je croy qu’il sera nécessaire d’en envoïer complimenter les chefs et, si je le puis endurer, je m’en iray moi-mesme56. »

  • 57 Fritz Chabloz, « Les Suédois dans les Montagnes neuchâteloises (1639-1644) », Musée neuchâtelois, (...)
  • 58 AE Neuchâtel, AS, B13 no 19 et D13 no 2, dépositions d’habitants de Travers et des Verrières sur l (...)

21Les frontières de la principauté furent toutefois relativement épargnées jusqu’au début de l’année 1639, date du déplacement subit des troupes du duc de Saxe-Weimar de l’évêché de Bâle le long de la vallée du Doubs. Morteau, puis Pontarlier et le château de Joux tombèrent dans les mains57 des « Suédois ». Ces derniers firent quelques incursions en terre neuchâteloise, comme en témoignent les dépositions d’habitants des villages de Travers et des Verrières, proches du château de Joux58. Les excès commis par les Suédois, avec la complicité d’habitants de la principauté, concernaient principalement des ressortissants francs-comtois réfugiés en pays neuchâtelois :

  • 59 Mazelier (macelier, maiselier, mazilier, etc.) : boucher, charcutier.
  • 60 Boquinquant (bouquincan) : vêtement en peau de bouc.
  • 61 AE Neuchâtel, AS, B 13 no 19, déposition d’habitants de Travers contre celui qui a emmené des sold (...)

« [...] Pierre Borrel, grandgier, [...] a rapporté apprès avoir receu le serment, estre soit souvenant que sur certain jour de dimanche passé estant un peu eslogné de [sa] maison [...], vit sortir sept vaches appartenant ès Bourguignons. S’y estant accouru y trouva des Suédois avec un certain jeusne homme sans barbe se disant estre mazelier59 de Neufchastel, un peucrotelé par le visage de la vérolle, vestu de gris avec un boquinquant60 de ladite coulleur, parlant allemant avec lesdits Suédois, auquel ledit déposant dit pourquoy ils sortoyent hors de sa maison lesdites bestes. Luy respondit quil[s] appartenoyent esdits Suédois veu que les Bourguignons les luy avoyent missées et tost apprès les achepta desdits Suédois, mais ne sachant pour combien. S’en estant allé avec lesdits Suédois et lesdites vaches, ledit déposant bonne espace de temps apprès cella en la mayson de Jean Villemin du Bodz trouva que ledit mazelier y avoit mis lesdites bestes. Ayant demandé son nom audit Bods, luy respondit que c’estoit le filz de feu Anthoyne du Plan. Aultre chose n’en sçayt61. »

  • 62 Hugues Tribolet († 1653), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, maître-bourgeois (1618, 1620), ma (...)
  • 63 AE Neuchâtel, AS, C13 no 16, mandement du Conseil d’État, Neuchâtel, le 19 juin 1639.
  • 64 Ibid. Après la fin de la guerre, des enquêtes minutieuses furent encore menées, comme l’atteste un (...)

22L’incursion des troupes suédoises dans le Haut-Doubs provoqua un afflux plus massif de réfugiés derrière la frontière de la principauté. On ne sait que peu de choses sur ces « Bourguignons », comme on les appelait à Neuchâtel. Certains étaient de véritables civils fuyant les pillages et incendies pratiqués par les troupes, d’autres étaient probablement eux-mêmes des pillards qui venaient mettre à l’abri le fruit de leurs rapines. Quoi qu’il en fût, leur présence posait un véritable problème aux autorités neuchâteloises, puisqu’elle attirait l’attention des armées et provoquait leurs incursions en territoire neutre. Au mois de juin 1639, suite aux plaintes du duc de Saxe-Weimar, le Conseil d’État ordonna des enquêtes dans les communes situées à proximité de la frontière du Doubs, afin de dénombrer les Bourguignons réfugiés et d’estimer leurs effets et leurs biens. Certains documents parlent de « butin », ce qui corrobore l’hypothèse que certains réfugiés étaient des pillards. En juin 1639, les autorités enjoignirent à Hugues Tribolet62, maire du Locle, de « faire arrêter sur les frontières les Bourguignons qui s’y trouveroient, de rechercher ceux qui étoient coupables des vols et assassinats dont le duc de Weimar se plaignoit63 ». La seigneurie ordonnait également « d’arrêter ceux des subjects de cedit Estat qui se trouveront avoir retirés en leurs maisons desdits réfugiés depuis les commandements et mandements de les faire sortir et deffence de les retenir ou retirer64. »

  • 65 AE Neuchâtel, AS, R13 no 27, défense faite par le lieutenant gouverneur et le parlement de Dole à (...)
  • 66 AE Neuchâtel, AS, R15 no 19, lettre du parlement de Dole au Conseil d’État, Dole, le 25 août 1639.
  • 67 Baume-les-Dames, commune du département du Doubs, chef lieu de canton.
  • 68 AE Neuchâtel, AS, N15 no 23, lettre des officiers du bailliage de Baume au gouverneur de Neuchâtel (...)
  • 69 Ornans, commune du département du Doubs, chef-lieu de canton, sous l’Ancien Régime chef-lieu d’une (...)
  • 70 AE Neuchâtel, AS, N15 no 23, lettre des officiers du bailliage d’Ornans au Conseil d’État, Ornans, (...)
  • 71 AE Neuchâtel, AS, K15 no 3, Morteau, le 19 novembre 1646.

23Ces enquêtes neuchâteloises furent suivies d’une communication au parlement de Dole, exigeant de ce dernier d’intervenir pour empêcher les sujets francs-comtois d’entrer dans la principauté pour y « faire des courses, pilleries et voleries65 ». Le mois suivant, le parlement de Dole assurait le Conseil d’État de ses soins et de sa vigilance à faire arrêter les brigands qui commettaient des désordres en terre neuchâteloise66. Ce genre de communication se maintint tout au long du conflit, et même au-delà. En 1641, les officiers du bailliage de Baume67 écrivirent au gouverneur de Neuchâtel pour lui dire que, par ordre du gouverneur de Franche-Comté, ils s’étaient transportés sur la frontière pour y saisir morts ou vifs ceux qui commettaient des excès sur les terres du comte de Neuchâtel68. Peu de jours auparavant, c’était les officiers du bailliage d’Ornans69 qui faisaient la même démarche70. En novembre 1646, les officiers du prieur de Morteau protestaient auprès du Conseil d’État de tout l’empressement qu’ils mettaient à la recherche et à la punition des ressortissants du Val qui avaient commis des excès en terre neuchâteloise71.

24Les mouvements de troupes et de populations, avec les risques qu’ils comportaient et les difficultés qu’ils engendraient, contraignirent donc les autorités des deux côtés de la frontière à maintenir des correspondances et des échanges. Les interlocuteurs des autorités neuchâteloises purent être différents en fonction des phases des opérations en Franche-Comté, tantôt le parlement de Dole, tantôt le commandant « suédois » du château de Joux, tantôt des représentants des troupes françaises.

Les leçons du conflit

  • 72 Anuschka Tischer, Französische Diplomatie und Diplomaten auf dem Westfälischen Friedenkongress. Au (...)

25À partir de 1644, la baisse de tension fut sensible en Franche-Comté, que les troupes françaises commencèrent à évacuer. L’Europe se dirigeait vers une paix de compromis. Les Neuchâtelois en furent directement les témoins puisque leur prince, ayant obtenu du roi de France, par lettres patentes du 30 septembre 1642, le titre de « prince souverain de Neuchâtel en Suisse » et devenu en 1643 membre du Conseil de Régence à Paris, fut désigné en 1645 pour prendre la tête de la délégation française aux conférences de Münster. Ayant obtenu tacitement le détachement de sa principauté de l’Empire, Longueville soutint la cause des Suisses à Münster, défendue par le bourgmestre bâlois Jean-Rodolphe Wettstein, et contribua probablement à leur propre indépendance à l’égard de l’Empire72. Lucien Bély estime que l’envoi de Longueville à la tête de la délégation française aux négociations de Westphalie répondait à un souci de la régente et du cardinal-ministre de se débarrasser d’un prince plus qu’encombrant à la Cour, maintenant que les hostilités allaient vers leur terme :

  • 73 Lucien Bély, « Les négociations à Münster et à Osnabrück », L’art de la paix en Europe. Naissance (...)

« Après le traité franco-impérial des 11-14 novembre 1647 et le traité hispano-hollandais du 30 janvier 1648, le duc n’espère plus de succès pour lui. Il a demandé à rentrer et il part le 3 février 1648. Il ne semble pas que la Cour ait souhaité son retour et il gêne plus en France qu’à Münster, d’autant que les événements de la Fronde provoquent un regroupement de tous les mécontents73. »

  • 74 La duchesse a beaucoup plus inspiré écrivains et historiens que son époux. Voir à ce sujet l’ouvra (...)
  • 75 Louis II de Bourbon, prince de Condé (1621-1686), premier prince du sang et premier pair, gouverne (...)
  • 76 Armand de Bourbon, prince de Conti (1629-1666), prince du sang et pair de France, comte de Pézenas (...)
  • 77 Il devait s’éteindre à Rouen, le 11 mai 1663, sa succession donnant lieu à une longue querelle qui (...)

26Rentré en France, Longueville n’allait pas tarder à entrer dans les cabales qui devaient bientôt former la Fronde des princes. On sait le rôle que sa seconde épouse, la princesse Anne-Geneviève de Condé, qui avait charmé par son esprit le congrès de Münster, joua dans cet épisode de la minorité de Louis XIV74. Arrêté le 18 janvier 1650 avec ses beaux-frères les princes de Condé75 et de Conti76, le duc de Longueville devait séjourner au château de Vincennes, à Marcoussis près de Montlhéry, puis au Havre, avant d’être remis en liberté en février 1651 et rétabli dans ses fonctions. Il se retira alors des affaires et passa le plus clair de son temps dans son gouvernement de Normandie77.

  • 78 Château de Joux : forteresse située dans la commune de Cluse-et-Mijoux (arr. de Pontarlier, Doubs) (...)

27La paix de Westphalie permit à Henri II de mettre, très provisoirement et en qualité de gouverneur investi par le roi de France, la main sur le château de Joux78, qu’il occupa à partir de 1648, jusqu’à ce que la paix des Pyrénées de 1659 lui imposât la restitution de la forteresse aux Espagnols. C’était également la preuve que les intérêts régionaux du prince ne coïncidaient pas rigoureusement avec ceux du roi.

  • 79 Il faut signaler qu’Henri II s’abstint vertueusement de tout séjour long dans sa principauté neuch (...)

28Par ailleurs, le prince tira les leçons de la longue crise traversée depuis 1618. Si sa principauté n’avait pas trop souffert de la guerre de Dix Ans, c’est qu’il avait su d’abord s’effacer et ne pas trop apparaître comme le souverain de Neuchâtel combattant sur les champs de bataille d’Europe79. C’est également qu’il avait eu la sagesse, peu avant l’éclatement du conflit, de tolérer sans trop de mauvaise grâce les interventions bernoises dans les affaires internes de la principauté. Ce fut à ce prix que fut resserrée l’union entre Neuchâtel et le canton protecteur, à ce prix aussi que fut affirmée l’appartenance de la principauté à l’ensemble politique constitué par les cantons suisses, leurs alliés et leurs sujets, à ce prix enfin que fut assurée, plutôt bien que mal, la neutralité effective du pays de Neuchâtel durant le conflit en Franche-Comté.

  • 80 Jacques d’Estavayer (1601-1664), seigneur de Molondin, membre du Grand-Conseil de Soleure (1642), (...)

29Or, tirant pleinement les leçons de la guerre, Longueville songea dès sa libération des geôles du cardinal Mazarin à faire admettre de plain-pied sa principauté dans le Corps helvétique, c’est-à-dire d’en faire un quatorzième canton. C’est bien cette intention qu’il annonçait à son gouverneur à Neuchâtel, Jacques d’Estavayer-Molondin80, au mois de juin 1652, dans une lettre accompagnant une formule de pleins pouvoirs :

  • 81 Jeremias Jakob Stenglin (ou Stenglein) (1609-1660), natif d’Augsbourg, secrétaire et truchement du (...)
  • 82 Jean de La Barde (1603-1692), marquis de Marolles-sur-Seine (1661), ambassadeur ordinaire du roi a (...)
  • 83 AE Neuchâtel, Fonds d’Estavayer, dossier 126, « Pays de Neuchâtel – Corps helvétique/Démarches ent (...)

« Je vous ay desjà fait sçavoir que j’estimois cette confédération sy utile qu’il n’en falloit pas perdre la conjoncture [d’un traité d’alliance de ma souveraineté de Neuchâtel avec Messieurs des cantons en général], sy on la trouvoit favorable [...]. Je me remetz à vous, comme j’ay desjà fait, de remplir le plein pouvoir de vostre nom pour travailler vous-mesmes à cette négociation ou d’y envoyer le sieur Stenglin81 avec les instructions que vous luy donnerez. Mais je désire que sy l’on trouve jour d’y réussir, l’on face comprendre dans le traité la seigneurie et chasteau de Joux, en cas qu’il me demeure par la paix entre les deux Couronnes [de France et d’Espagne]. J’escriray aussy à la Cour pour faire envoyer ordre à M. de La Barde82 d’appuyer de l’autorité du Roy la conclusion de cette affaire83. »

  • 84 Ibid., lettre d’Henri II « aux magnifiques et puissans seigneurs Messieurs des treize cantons des (...)
  • 85 Ibid., pleins pouvoirs sur parchemin signés d’Henri II, Rouen, le 22 juin 1652, avec le sceau du p (...)
  • 86 Elles sont exposées brièvement par L.-É. Roulet (« Henri II d’Orléans-Longueville, prince de la Fr (...)
  • 87 AE Neuchâtel, Fonds d’Estavayer, dossier 126, lettre du Roi à M. de La Barde, Compiègne, le 18 sep (...)
  • 88 Henri II n’était pas seul, parmi les alliés des Suisses, à souhaiter l’intégration pleine et entiè (...)

30La missive de Longueville était accompagnée d’une lettre aux treize cantons et d’une lettre adressée en particulier à Leurs Excellences de Berne, signées d’Henri II mais non datées, dans lesquelles le prince faisait état de son désir de voir ses comtés de Neuchâtel et Valangin entrer pleinement dans la Confédération84. Dans sa démarche auprès des cantons suisses, Longueville sollicitait l’aide et les bons offices des Bernois. A la lettre du prince était joint aussi, comme on l’a dit plus haut, un quatrième document, qui accordait les pleins pouvoirs à Jacques d’Estavayer, et était daté de Rouen, du même 22 juin 165285. Des démarches secrètes furent entreprises par Stenglin auprès de Wettstein, vieille connaissance du prince86. Malgré l’appui de la diplomatie française, dont témoigne une lettre de la Cour à l’ambassadeur La Barde de septembre 165287, les démarches entamées par Longueville se soldèrent par un échec88. Une intégration de Neuchâtel dans la Confédération eût nécessairement amoindri l’influence bernoise dans la principauté. La cité de l’Aar ne favorisa donc pas les démarches de Longueville. Mais, surtout, les tensions confessionnelles au sein de la Confédération, qui devaient aboutir à une nouvelle guerre entre cantons catholiques et évangéliques en 1656 et au maintien du statu quo hérité de la deuxième paix nationale de 1531, contribuèrent de manière décisive à l’échec d’Henri II d’Orléans-Longueville. L’équilibre intérieur de la Confédération était désormais figé pour plusieurs décennies. On peut aussi s’interroger sur le rôle joué par la diplomatie française dans cet échec, malgré l’appui formel exprimé par la Cour aux démarches de Longueville. L’hostilité depuis toujours évidente de ce dernier envers la personne et la politique du cardinal Mazarin ne dut sans doute pas plaider en sa faveur, dans ces circonstances où il se présentait en demandeur de l’appui de la Cour.

31En dépit de son échec, Longueville ne baissa pas les bras. À défaut d’une entrée de sa principauté dans la Confédération, il chercha à faire reconnaître par ses voisins l’appartenance de Neuchâtel et Valangin au Corps helvétique, son objectif étant de faire bénéficier sa principauté de la neutralité territoriale de l’espace helvétique et des avantages commerciaux concédés aux Suisses dans le royaume. Ce projet s’inscrivait dans les longues et laborieuses négociations qui devaient mener au renouvellement de l’alliance de 1602, arrivée à échéance huit ans après la mort de Louis XIII (1651). Or, comme le rappelle l’historien William Martin, le rapport de force entre les deux parties avait beaucoup évolué depuis la signature de la première alliance au XVIe siècle :

  • 89 William Martin, Histoire de la Suisse, 7e édition, Lausanne, Payot, 1974, p. 132.

« On était loin de 1516, alors que les Suisses, même vaincus, pouvaient parler au roi de France d’égal à égal. En un siècle et demi, les deux pays avaient évolué, chacun de son côté, l’un sur une courbe descendante, l’autre sur une courbe ascendante89. »

32En 1657, venu à Neuchâtel afin d’accélérer les pourparlers de renouvellement de l’alliance entre le roi et les cantons, le prince tenta de mettre à profit son séjour pour obtenir l’inclusion de sa principauté dans le Corps helvétique. Ce fut en vain. Les divisions intérieures de la Confédération furent l’obstacle majeur aux projets du prince. En désespoir de cause, Longueville obtint du roi, le 12 décembre 1657, un traité d’alliance particulier, octroyant aux Neuchâtelois les mêmes droits que ceux des Suisses en France :

  • 90 R. Scheurer, op. cit., p. 106.

« Ainsi, par d’autres voies, Henri II est-il parvenu à faire reconnaître et à renforcer l’ancrage des comtés de Neuchâtel et Valangin dans la Confédération aux yeux du roi de France, faute de l’avoir obtenu des Confédérés eux-mêmes90. »

  • 91 L’alliance renouvelée en 1663 entre les cantons et le roi ne concrétiserait pas les espérances du (...)

33Longueville avait toutefois été dupé par le cardinal-ministre, car, malgré les promesses faites par la Cour au prince à la fin de 1657, la France ne fit rien pour inclure la principauté de Neuchâtel dans la conclusion de l’alliance générale avec les Suisses, en 166391.

  • 92 L.-É. Roulet, « Le XVIIe siècle », op. cit., p. 79.

« Mort quelques mois avant la grandiose cérémonie de Notre-Dame, où le jeune Roi-Soleil et le bourgmestre Waser, de Zurich, prêtèrent serment de fidélité sur la Bible, le duc de Longueville ne fut plus témoin de son infortune neuchâteloise92. »

34L’épreuve de la guerre de Dix Ans, si elle n’aboutit pas à la reconnaissance de Neuchâtel comme membre du Corps helvétique, n’en contribua pas moins à un renforcement de facto de son statut d’allié de Berne bénéficiant de la neutralité des Suisses. La guerre aux frontières de la principauté avait prouvé une chose : la chaîne jurassienne constituait bien une frontière géographique, politique et militaire et Neuchâtel devait être définitivement considérée comme partie intégrante de l’espace helvétique. Le statut ambigu de la principauté n’en demeurait pas moins et les tensions vives qui secoueraient le second XVIIe siècle – difficultés successorales, immixtions constantes d’une France conquérante dans les affaires intérieures – le prouveraient jusqu’à la « grande affaire » de 1707. Et, en dépit des évolutions liées à l’histoire de la Confédération et de l’Europe de 1648 à 1815, les questions posées par Henri II ne cessèrent de se poser aux hommes d’État et à l’opinion publique – nouvel acteur apparu au XVIIIe siècle – au cours du long siècle et demi qui devait mener à la naissance d’un canton de Neuchâtel en 1814.

Notes

1 Lignage apparenté à la Maison de Valois, à laquelle il se rattache par Jean d’Orléans, comte de Dunois et de Longueville (1402-1468), bâtard du duc Louis d’Orléans (1371-1407) et de Yolande dite Mariette d’Enghien, petit-fils légitimé de Charles v et compagnon d’armes de Jeanne d’Arc. Le petit-fils de Dunois, Louis († 1516), épousa en 1505 Jeanne de Hochberg († 1543), fille de Marie de Savoie et de Philippe de Hochberg, comte de Neuchâtel. Le premier des Orléans-Longueville à régner nominalement sur Neuchâtel fut François (1513-1548) dont l’épouse, Jacqueline de Rohan (vers 1520-1587), exerça la régence lors de la minorité de Léonor d’Orléans-Longueville (1540-1573). C’est en faveur de Léonor, grand chambellan de France, que Charles ix institua, par lettres patentes de septembre 1571, le « rang intermédiaire » entre les princes du sang et les pairs de France (François Bluche, « Longueville », Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 2e édition revue et corrigée, 2005, p. 890). À la mort de Léonor, l’épouse de ce dernier, Marie de Bourbon (1529-1601), exerça la régence pour son fils Henri Ier (1568-1595). Celui-ci, disparu prématurément, laissait un très jeune fils, Henri, placé sous la tutelle de sa grand-mère Marie de Bourbon, puis de sa mère Catherine de Gonzague (vers 1568-1629). Henri II n’inaugura son règne personnel qu’en 1617.

2 À l’exception notable de deux communautés, celles du Landeron et de Cressier (Lionel Bartolini, Une résistance à la Réforme dans le Pays de Neuchâtel : Le Landeron et sa région (1530-1562), Neuchâtel, éd. Alphil, 2006, 185 p.).

3 Louis-Édouard Roulet, « Le XVIIe siècle », Neuchâtel et la Suisse, Neuchâtel, Chancellerie d’État, 1969, p. 43.

4 D’autres traités de combourgeoisie liaient Neuchâtel aux cantons catholiques de Soleure (1396), Fribourg (1290) et Lucerne (1501), mais, depuis la réforme, ces alliés s’étaient effacés devant la puissance bernoise, malgré un attachement particulier des Orléans-Longueville pour Fribourg et Soleure. C’est du reste dans le patriciat de ces deux derniers cantons que les princes d’Orléans-Longueville choisirent leurs gouverneurs pour la principauté dès 1576. Quant au chapitre de Neuchâtel, il disparut lors de la réforme de 1530.

5 L.-É. Roulet, « Le XVIIe siècle », op. cit., p. 42.

6 Ainsi, en 1599, Marie de Bourbon accéda au souhait des bourgeois forains, installés hors de la ville de Neuchâtel, de se séparer des bourgeois internes, provoquant l’ire de ces derniers et de leurs alliés bernois.

7 Jean Hurny, Le procès de 1618. Différend entre le prince Henri II d’Orléans-Longueville, les bourgeois de Neuchâtel et les Bernois, Neuchâtel, Attinger/Paris, Alph. Picard, 1910, coll. « Recueil de travaux publiés par la Faculté des Lettres sous les auspices de la Société académique 5 ».

8 Id., « Négociations pour la vente de Neuchâtel entre Henri II de Longueville et le duc de Savoie en 1615, 1618, 1623 », Musée neuchâtelois, 1917, p. 161-168.

9 Jean Hory (1573-1656), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, seigneur et baron de Lignières (1624), secrétaire d’État (1601), conseiller d’État (1611), destitué de ses charges en 1626 et contraint à l’exil (1640), il fut gracié en 1652 et revint dans la principauté, sans se mêler à nouveau des affaires publiques (Fritz Chabloz, « Un homme d’État neuchâtelois – Le chancelier Hory », Musée neuchâtelois, 1876, p. 139-145, 147-151, 276-289 et 1877, p. 113-121, 130-139, 206-215, 230-239).

10 Il existe une représentation de la ville d’Henripolis, dans une brochure imprimée en 1625-1626 à Lyon en français, en allemand et en néerlandais. La ville devait pouvoir accueillir près de 15 000 habitants, dans près de 1 650 maisons, et se présentait comme une vaste cité portuaire et commerciale, dont les plans s’inspiraient d’un plan idéal typique des architectes de la Renaissance et de leurs héritiers. Le comte de Neuchâtel y eût dû avoir son propre palais.

11 AE Neuchâtel, AS, C 9 no 5, charte de fondation de la ville d’Henripolis, sceau équestre d’Henri II d’Orléans-Longueville, Dieppe, le 14 juin 1626.

12 Louis-Édouard Roulet, « Henry II d’Orléans-Longueville, prince de la Fronde, et l’inclusion du Pays de Neuchâtel dans le corps helvétique des ligues suisses au XVIIe siècle », Schweizer Beiträge zur Allgemeinen Geschichte/Études suisses d’histoire générale, 18/19, 1960-1961, p. 311-327, ici : p. 319.

13 L.-É. Roulet, « Le XVIIe siècle », op. cit., p. 51.

14 Une étude approfondie de la personnalité d’Henri II mériterait d’être menée, non seulement dans le contexte particulier de Neuchâtel et de la Confédération, mais également dans celui de la France de Louis xiii et de la minorité de Louis XIV, sans oublier la dimension européenne du personnage (guerre de Trente Ans et négociations de Westphalie). La dispersion des sources et l’échec final de Longueville dans ses projets expliquent peut-être le manque d’intérêt des historiens pour une personnalité emblématique du premier XVIIe siècle (Louis-Édouard Roulet, « Henri II d’Orléans-Longueville et le Pays de Neuchâtel au XVIIe siècle », Musée neuchâtelois, 1959, p. 3-17 ; Rémy Scheurer, « Henri II d’Orléans-Longueville, les Suisses et le comté de Neuchâtel à la fin de la Guerre de Trente Ans », Marco Jorio (dir.), 1648. Die Schweiz und Europa. Aussenpolitik zur Zeit des Westfälischen Friedens, Zurich, Chronos Verlag, 1999, p. 99-109).

15 À sa naissance ainsi qu’à la mort de sa grand-mère et de sa mère, Henri héritait de biens importants : domaines en Normandie, Beauce et Poitou, hôtel de Longueville, à Paris, sis aux rues du Petit-Bourbon et des Poulies, tout près du vieux Louvre, châteaux de Châteaudun (Eure-et-Loir), Trie (Oise), Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), Longueville-sur-Scie (Seine-Maritime) et Coulommiers (Seine-et-Marne), ce dernier édifié par Catherine de Gonzague sur le modèle du Palais du Luxembourg à Paris.

16 Henri choisit ses épouses successives dans son milieu social, puisqu’il épousa en 1617 Louise de Bourbon-Soissons (1603-1637), puis, en 1642, Anne-Geneviève de Bourbon-Condé (1619-1679).

17 Henri II de Condé (1588-1646), premier prince du sang, gouverneur de Bourgogne, futur beau-père d’Henri II d’Orléans-Longueville.

18 Bernard, duc de Saxe-Weimar (1604-1639), sert d’abord dans les armées de Gustave II Adolphe de Suède, puis entre au service de la France en 1635. Il envahit à deux reprises la Franche-Comté, en 1636 et en 1639.

19 Jacques Rouxel de Médavy (1603-1680), maréchal de France en 1651, gouverneur de Montbéliard

20 et des comtés de Belfort et Ferrette (1636), plus tard de Thionville (1656) (Dictionnaire de biographie française, t. 16, Paris, Letouzey et Ané, 1985, p. 938).

En 1636, Longueville s’empara de Lons et procéda au pillage et à l’incendie de nombreuses places et châteaux. L’année suivante, il était de retour en Franche-Comté, où il prit Chaussin, Frontenay, Poligny et Arbois. Il ne parvint toutefois pas à prendre Salins.

21 Marc-Claude de Rye, marquis d’Ogliani (1554-1632), seigneur et baron de Dicey, comte de Roussillon, conseiller d’État et grand écuyer du duc de Savoie, gouverneur du Chablais (1602). Passé au service d’Espagne, il fut ambassadeur extraordinaire du roi auprès des cantons catholiques de 1624 à 1632. Il avait épousé Christine d’Avy, petite-fille par sa mère de René de Challant († 1565), dernier seigneur de Valangin.

22 Ces prétentions avaient été exprimées dès 1601, sans succès, et reprises en 1618, au moment de la controverse juridique entre Henri II et les autorités bernoises, en 1628 également.

23 AE Neuchâtel, AS, P19 no 21, copie d’une lettre de Charles IV (III) de Lorraine au gouvernement bernois au sujet de Valangin, Luxeuil, le 8 septembre 1635.

24 AE Neuchâtel, AS, R11 no 25, lettre d’Henri II à son Conseil d’État de Neuchâtel, Paris, le 12 décembre 1635.

25 AE Neuchâtel, AS, R11 no 26, lettre d’Henri II à son Conseil d’État de Neuchâtel, Paris, le 9 février 1636.

26 François-Louis d’Affry (1590-1645), membre du patriciat fribourgeois, lieutenant au régiment des Cent-Suisses (1624-1644), bourgmestre de Fribourg (1625), gouverneur de Neuchâtel (1626-1645), avoyer de Fribourg (1644), membre de l’Ordre de Saint-Michel (Rémy Scheurer/Louis-Édouard Roulet/Jean Courvoisier, Histoire du Conseil d’État neuchâtelois. Des origines à 1945, Neuchâtel, Chancellerie d’État, 1987, p. 16-17).

27 AE Neuchâtel, AS, F13 no 9, lettre de Fribourg au Conseil d’État, Fribourg, le 20 septembre 1635.

28 AE Neuchâtel, AS, Z12 no 30, lettre de Lucerne au Conseil d’État, Lucerne, le 25 septembre 1635 (original en allemand).

29 AE Neuchâtel, AS, T13 no 3, lettre de Berne au Conseil d’État, Berne, le 20 décembre 1635 (original en allemand).

30 AE Neuchâtel, AS, Q13 no 22, lettre de Berne au Conseil d’État, Berne, le 5 février 1636 (original en allemand).

31 AE Neuchâtel, AS, M13 no 27, lettre de Soleure au Conseil d’État, Soleure, le 2 janvier 1636 (original en allemand).

32 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 7, séance du 15 septembre 1624, fol. 56 vo.

33 Guillaume, seigneur de Montigny et de Plancy, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, gouverneur de Dieppe, ambassadeur du duc de Longueville à Neuchâtel (Édouard Rott, Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, de leurs alliés et de leurs confédérés, t. 3 : 1610-1626, Berne, Imprimerie A. Benteli, 1906, p. 1132). En qualité de représentant personnel du duc de Longueville, Montigny présidait le Conseil d’État.

34 Robert Miron (1569-1641), seigneur du Tremblay et de Sève, conseiller au parlement (1595), intendant d’Auvergne (1599), président aux requêtes du Palais (1600), prévôt des marchands de Paris, président du tiers état aux états généraux de 1614, ambassadeur ordinaire du Roi en Suisse de 1617 à 1627 (É. Rott, op. cit., t. 3, 1610-1626, p. 1130).

35 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 7, séance du 19 décembre 1625, fol. 204 vo. La même interdiction est reprise plusieurs fois par le Conseil.

36 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 11, séance du 6 mars 1632, fol. 8 vo (voir aussi les séances du 15 septembre 1624 et du 24 mars 1628).

37 Deux ambassadeurs résidaient alors à Soleure : Robert Miron, ambassadeur ordinaire, et François-Annibal d’Estrées, marquis de Cœuvres (1572-1670), gouverneur de l’Île-de-France, ambassadeur extraordinaire en Suisse et aux Ligues grises (É. Rott, op. cit., t. 3, 1610-1626, p. 1108-1109).

38 Jean Clerc-dit-Guy († 1644), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, maire de La Sagne, puis de Valangin, membre du Conseil d’État (1626), capitaine d’une compagnie du régiment de Diesbach au service de France (1624) (AE Neuchâtel, Nicole Quellet-Soguel, « Notes biographiques sur les membres du Conseil d’État », 1611-1648).

39 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 7, séance du 18 octobre 1624, fol. 67 vo.

40 Une autorisation, assortie de conditions strictes, fut accordée par le Conseil le 4 juillet 1625 à David Chambrier (1599-1625) pour cent hommes seulement, ce dernier « ayant fait veoir le brevet de Son Altesse par lequel Elle luy permet la levée de deux centz hommes de ses subjectz rière ces deux comtez, personnages non expérimentez aux armes, Sadite Altesse s’est entretenue et réservée pour son service et la deffence du pays ceux qui y sont bien versez, et à condition aussi qu’il cappitulera comme et aux mesmes conditions que les autres cappitaines suisses qui sont au service de Sa Majesté très Chrestienne et non autrement » (AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 7, séance du 4 juillet 1625, fol. 168).

41 Jacques Guy d’Haudanger (1608-1675), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, seigneur et vicomte de Sorcy (élection de Rethel), seigneur d’Aubigny et de Bioley (Vaud), annobli en 1663 et 1667, colonel d’un régiment au service de France (1643-1648), maréchal de camp (1654) (Édouard Rott, Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, de leurs alliés et de leurs confédérés, t. 6 : 1643-1663, Berne, Stämpfli, 1917, p. 60 et 936).

42 AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 12, séance du 8 mai 1644, fol. 156 vo.

43 Ibid., fol. 156 vo (mandement du gouverneur et Conseil d’État, Neuchâtel, le 9 mai 1644).

44 Ibid., fol. 156 vo et 157 ro.

45 Nicolas-Jacques de Praroman, bailli de Romont (1629), membre du Grand-Conseil (1645), Statthalter (1669), capitaine aux gardes suisses (1639), colonel d’un régiment au service de France (1642-1648) (É. Rott, op. cit., t. 6 : 1643-1663, p. 60).

46 AE Neuchâtel, AS, E23 no 8, « dépositions de témoins contre ceux qui avoient enrôlé pour le service de France, malgré les défenses », le 23 février 1644.

47 AE Neuchâtel, AS, Q4 no 31(m), « rôle des hommes portant armes dans ceste souveraineté, après juin 1635 ».

48 Philippe Henry, « L’évolution démographique », Histoire du Pays de Neuchâtel, t. 2, De la réforme à 1815, Hauterive, Gilles Attinger, 1991, p. 140.

49 AE Neuchâtel, manuel du Conseil d’État, CP 33 10, séance du 5 janvier 1630, fol. 149 vo.

50 Ibid., CP 33 11, séance du 9 mars 1637, fol. 224 ro.

51 Ibid., CP 33 11, séance du 20 février 1638, fol. 248 vo.

52 Ibid., CP 33 13, séance du 8 décembre 1645, fol. 74 ro et vo.

53 Les Fourgs, commune du département du Doubs, frontalière de la Suisse, canton de Pontarlier.

54 AE Neuchâtel, AS, Q26 no 4, lettre des officiers au siège de Pontarlier, Pontarlier, le 9 août 1637.

55 Ibid., O15 no 21, lettre du parlement de Dole au Conseil d’État, Dole, le 10 janvier 1641.

56 AE Neuchâtel, AS, R 27 no 42, lettre de François-Louis d’Affry à Henri II d’Orléans-Longueville, Neuchâtel, le 14 juin 1636.

57 Fritz Chabloz, « Les Suédois dans les Montagnes neuchâteloises (1639-1644) », Musée neuchâtelois, 1884, p. 347-350 et 1885, p. 21-25 et 50-58.

58 AE Neuchâtel, AS, B13 no 19 et D13 no 2, dépositions d’habitants de Travers et des Verrières sur les violences et les excès commis par les Suédois, Travers, le 6 février 1639 et Les Verrières, les 17 et 18 février 1639.

59 Mazelier (macelier, maiselier, mazilier, etc.) : boucher, charcutier.

60 Boquinquant (bouquincan) : vêtement en peau de bouc.

61 AE Neuchâtel, AS, B 13 no 19, déposition d’habitants de Travers contre celui qui a emmené des soldats suédois de maison en maison pour piller et emporter le bétail appartenant aux Bourguignons réfugiés, Travers, le 6 février 1639.

62 Hugues Tribolet († 1653), d’une famille bourgeoise de Neuchâtel, maître-bourgeois (1618, 1620), maire du Locle (1634), puis de Valangin (1644), conseiller d’État, anobli par Henri II (1642) (AE Neuchâtel, Nicole Quellet-Soguel, « Notes biographiques sur les membres du Conseil d’État », 1611-1648).

63 AE Neuchâtel, AS, C13 no 16, mandement du Conseil d’État, Neuchâtel, le 19 juin 1639.

64 Ibid. Après la fin de la guerre, des enquêtes minutieuses furent encore menées, comme l’atteste un « mémoire et estat des papiers que sont esté trouvés rière le feu sieur maire Favargier, après son décès, touchant les Bourguignons et saisie des biens et effects d’iceux rière ces Estats », [1649] (AE Neuchâtel, Chancellerie, série des « Cartons bleus », AC 522/78, dossier 5/i, « France, commerce, contentieux », 1549-1685). David Favargier (vers 1592-1649) : d’une vieille famille bourgeoise de Neuchâtel, procureur général (1628), conseiller d’État (1632), intendant général des troupes levées pour la garde des frontières (1635), maire de Neuchâtel (1642) (AE Neuchâtel, Nicole Quellet-Soguel, « Notes biographiques sur les membres du Conseil d’État », 1611-1648 »).

65 AE Neuchâtel, AS, R13 no 27, défense faite par le lieutenant gouverneur et le parlement de Dole à tous sujets de Franche-Comté de faire des courses, pilleries et voleries sur les États voisins, particulièrement sur les terres de Neuchâtel, sous peine de vie, Dole, le 18 juillet 1639.

66 AE Neuchâtel, AS, R15 no 19, lettre du parlement de Dole au Conseil d’État, Dole, le 25 août 1639.

67 Baume-les-Dames, commune du département du Doubs, chef lieu de canton.

68 AE Neuchâtel, AS, N15 no 23, lettre des officiers du bailliage de Baume au gouverneur de Neuchâtel, Bretonvilliers, le 15 février 1641. Bretonvilliers, commune du département du Doubs, canton du Russey, sous l’Ancien Régime dans le bailliage de Baume-les-Dames.

69 Ornans, commune du département du Doubs, chef-lieu de canton, sous l’Ancien Régime chef-lieu d’une subdélégation.

70 AE Neuchâtel, AS, N15 no 23, lettre des officiers du bailliage d’Ornans au Conseil d’État, Ornans, le 30 janvier 1641.

71 AE Neuchâtel, AS, K15 no 3, Morteau, le 19 novembre 1646.

72 Anuschka Tischer, Französische Diplomatie und Diplomaten auf dem Westfälischen Friedenkongress. Aussenpolitik unter Richelieu und Mazarin, Munster, AschendorffVerlag, 1999, coll. « Schriftenreihe der Vereinigung zur Erforschung der Neueren Geschichte 29 ». Voir également Rémy Scheurer, « Henri II d’Orléans-Longueville, les Suisses et le comté de Neuchâtel à la fin de la guerre de Trente Ans » Marco Jorio (éd), 1648, die Schweiz und Europa : Aussenpolitik zur Zeit des Westfälischen Friedens, Zurich, Chronos Verlag, 1999, p. 99-109, ici : p. 101 ; Madeleine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville », Yves Durand (éd)., Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne. Hommage à Roland Mousnier, Paris, PUF, 1981, p. 153-168 ; Arlette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1589-1661), Paris, Fayard, 1989, p. 504 et Robert R. Harding, Anatomy of a power elite. The Provincial Governors of Early Modern France, New Haven/Londres, Yale UP, 1978.

73 Lucien Bély, « Les négociations à Münster et à Osnabrück », L’art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 2007, p. 231.

74 La duchesse a beaucoup plus inspiré écrivains et historiens que son époux. Voir à ce sujet l’ouvrage de Jacques Debû-Bridel, Anne-Geneviève de Bourbon, duchesse de Longueville, Paris, Gallimard, 1938, et le récent ouvrage d’Arlette Lebigre, La duchesse de Longueville, Paris, Librairie académique Perrin, 2004 (ouvrage destiné au grand public, à consulter avec une certaine précaution en ce qui concerne les possessions « suisses » du duc de Longueville).

75 Louis II de Bourbon, prince de Condé (1621-1686), premier prince du sang et premier pair, gouverneur de Bourgogne et de Bresse, vainqueur de Rocroi (1643).

76 Armand de Bourbon, prince de Conti (1629-1666), prince du sang et pair de France, comte de Pézenas, gouverneur de Guyenne, puis de Languedoc.

77 Il devait s’éteindre à Rouen, le 11 mai 1663, sa succession donnant lieu à une longue querelle qui dura jusqu’en 1707.

78 Château de Joux : forteresse située dans la commune de Cluse-et-Mijoux (arr. de Pontarlier, Doubs), surplombant la route reliant la Bourgogne à la Suisse et à l’Italie (l’une des routes du sel).

79 Il faut signaler qu’Henri II s’abstint vertueusement de tout séjour long dans sa principauté neuchâteloise durant la guerre de Dix Ans. Il ne fit qu’un passage très bref, en août 1639, alors qu’il avait été appelé à remplacer Bernard de Saxe-Weimar en Allemagne du Sud (AE Neuchâtel, manuels du Conseil d’État, CP 33 12, séance du 12 août 1639, fol. 17 vo). Il ne devait revenir à Neuchâtel qu’à la fin de son règne, en juillet et août 1657, dans la perspective du renouvellement de l’alliance des cantons suisses avec le roi de France (cf. ci-dessous).

80 Jacques d’Estavayer (1601-1664), seigneur de Molondin, membre du Grand-Conseil de Soleure (1642), du Petit-Conseil (1649), contrôleur de l’extraordinaire des guerres pour la France dans la Valteline (1624), secrétaire interprète de l’ambassade de France à Soleure (1624-1648), colonel d’un régiment au service de France (1635-1645), capitaine aux gardes suisses (1639), maréchal de camp (1645), châtelain du Landeron et conseiller d’État à Neuchâtel (1628), gouverneur et lieutenant général de Neuchâtel (1645-1664).

81 Jeremias Jakob Stenglin (ou Stenglein) (1609-1660), natif d’Augsbourg, secrétaire et truchement du duc de Longueville au congrès de Westphalie, conseiller d’État et chancelier à Neuchâtel (1648-1655) (AE Neuchâtel, Nicole Quellet-Soguel, « Notes biographiques sur les membres du Conseil d’État », 1649-1694).

82 Jean de La Barde (1603-1692), marquis de Marolles-sur-Seine (1661), ambassadeur ordinaire du roi auprès des ligues suisses et grisonnes (1648-1660), puis ambassadeur extraordinaire auprès des mêmes ligues (1661-1663).

83 AE Neuchâtel, Fonds d’Estavayer, dossier 126, « Pays de Neuchâtel – Corps helvétique/Démarches entreprises par Henri II d’Orléans-Longueville pour unir au Corps helvétique les comtés souverains de Neuchâtel et Valangin, 1652 », lettre d’Henri II à Jacques d’Estavayer, Rouen, le 22 juin 1652.

84 Ibid., lettre d’Henri II « aux magnifiques et puissans seigneurs Messieurs des treize cantons des ligues suisses » et lettre « aux magnifiques et puissans seigneurs Messieurs les advoïer et conseil de la Ville et Canton de Berne », Rouen, 1652 (date laissée en blanc).

85 Ibid., pleins pouvoirs sur parchemin signés d’Henri II, Rouen, le 22 juin 1652, avec le sceau du prince (le nom du plénipotentiaire désigné est laissé en blanc, comme indiqué dans la lettre du prince à Jacques d’Estavayer, du même jour).

86 Elles sont exposées brièvement par L.-É. Roulet (« Henri II d’Orléans-Longueville, prince de la Fronde », op. cit., p. 324-325).

87 AE Neuchâtel, Fonds d’Estavayer, dossier 126, lettre du Roi à M. de La Barde, Compiègne, le 18 septembre 1652, contresignée Le Tellier.

88 Henri II n’était pas seul, parmi les alliés des Suisses, à souhaiter l’intégration pleine et entière de sa principauté dans la Confédération. D’autres alliés frappaient à la porte des cantons : Saint-Gall, Bienne, Mulhouse, Genève et l’Évêché de Bâle, tirant les leçons de la guerre de Trente Ans, souhaitèrent également renforcer leurs liens avec la Confédération, sans plus de succès (Handbuch der Schweizer Geschichte, t. 2, Zurich, Berichthaus Verlag, 1977, p. 675-676).

89 William Martin, Histoire de la Suisse, 7e édition, Lausanne, Payot, 1974, p. 132.

90 R. Scheurer, op. cit., p. 106.

91 L’alliance renouvelée en 1663 entre les cantons et le roi ne concrétiserait pas les espérances du prince, ceci malgré les promesses faites à Longueville par Louis xiv en 1657 (article ix du traité du 12 décembre 1657 : « Promet Sa Majesté qu’en faisant Son alliance générale avec Messieurs des cantons, Elle y comprendra ledit seigneur prince, comme son allié et confédéré [...], sy ledit seigneur prince le requiert et demande d’y estre compris. », AE Neuchâtel, AS, T12 no 9, « Traicté d’alliance entre le Roy et la Couronne de France et Monseigneur le duc de Longueville pour ses comtés souverains de Neufchastel et Valengin en Suisse », copie manuscrite du traité imprimé à Paris, chez Alexandre Lesselin, au coin de la rue Dauphine, 1658).

92 L.-É. Roulet, « Le XVIIe siècle », op. cit., p. 79.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search