Version classiqueVersion mobile

Les ressources des faibles

 | 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

L’enjeu de la neutralité : les cantons suisses et la guerre de Trente Ans

André Holenstein

Texte intégral

  • 1 Andreas Suter, « Neutralität. Prinzip, Praxis und Geschichtsbewußtsein », Manfred Hettling et al. (...)

1Dans l’historiographie de la neutralité suisse qui, durant ces dernières années, a accompagné le débat politique au sujet des relations étrangères de la Suisse, un argument s’est fait entendre qui tend à relativiser l’ancienneté de la neutralité helvétique1. Selon cet argument, la neutralité – principe fondateur et fondamental de la diplomatie contemporaine de la Suisse – ne représenterait qu’un phénomène plutôt récent qui ne remonterait pas au-delà du Congrès de Vienne de 1815. Ce n’est qu’à cette occasion que les principaux éléments de la conception actuelle de la neutralité suisse auraient été mis en place. Et ce ne serait donc que depuis cette date que la neutralité aurait véritablement commencé à s’enraciner dans l’imaginaire politique des Suisses – cela avec un succès considérable.

  • 2 Hervé de Weck, article « Marignan, bataille de », Dictionnaire historique de la Suisse (www. dhs. (...)

2Cet argument vise à critiquer le mythe qui fait remonter la naissance de la neutralité suisse à la défaite des confédérés à la bataille de Marignan en 15152. Cette défaite aurait sanctionné l’échec de la politique expansionniste des confédérés, que ceux-ci avaient entamée après leurs succès dans les guerres bourguignonnes des années 1470, et leur aurait rappelé leur vraie vocation d’acteurs mineurs et humbles sur la scène européenne.

3Face à ce récit plutôt mythique qui érige la neutralité en principe fondateur de la Confédération, bien ancré dès les débuts de l’époque moderne, l’argument critique évoqué privilégie l’idée d’une neutralité assez récente. Pour ce qui est des pratiques de neutralité des confédérés à l’époque prérévolutionnaire, l’argument critique renvoie au fait que celles-ci n’auraient rien eu d’exceptionnel. Elles seraient tout à fait comparables au comportement des autres puissances de l’époque qui, elles aussi, selon les circonstances, s’abstenaient de participer à tel conflit militaire, sans pour autant en faire un principe stratégique et constitutif de leur politique ni de leur diplomatie.

  • 3 Th. Maissen, lui aussi, souligne l’importance du XVIIe siècle tout en accentuant l’impact des guer (...)

4Dans ce qui suit, il s’agira de mettre en question ces deux propositions qui, l’une comme l’autre, partent d’un événement fondateur. Je soutiendrai la thèse que les cantons suisses ont été amenés à envisager la neutralité comme principe fondateur et constitutif de leur existence politique déjà bien avant le début du XIXe siècle, mais je n’adhérerai tout de même pas à l’idée que leur abstentionnisme politique ait été l’effet du choc de Marignan. J’avancerai plutôt l’idée qu’à partir du XVIIe siècle, les cantons ont été forcés d’accepter la neutralité comme condition de leur existence et que, dorénavant, celle-ci résida véritablement au cœur de la raison d’être du Corps helvétique. Ce sont les expériences de la guerre de Trente Ans qui ont forcé les cantons à s’accommoder de ce fait3.

5Un regard sur la situation au début des années 1630 servira à mieux faire comprendre à quel point la rivalité entre les deux religions marqua les relations entre les cantons et combien elle remit sérieusement en question l’ensemble de la Confédération à partir du moment où les grandes puissances européennes cherchèrent à gagner des alliés parmi les cantons suisses et que ceux-ci à leur tour envisagèrent de s’allier à l’une ou l’autre des puissances. L’enchevêtrement des conflits entre confédérés helvétiques et des conflits entre les grandes puissances européennes entraîna des risques imprévisibles et difficiles à maîtriser. Dans un deuxième temps il s’agira de présenter la situation géopolitique des cantons au moment où la grande guerre commença à occuper les régions limitrophes de la Suisse. Ce tableau une fois établi, l’analyse des événements du début des années 1630 permettra de mieux saisir l’impasse ou le blocage des cantons face à la dynamique politique et militaire qui se déployait sur leurs frontières – impasse ou blocage lié à l’extrême labilité du système confédéral.

Le biconfessionalisme du Corps helvétique

  • 4 Bruce Gordon, The Swiss Reformation, Manchester, Manchester UP, 2002 ; Daniela Hacke, « Zwischen K (...)

6Dès les toutes premières années de la Réforme, le biconfessionalisme fut établi parmi les cantons4. Une minorité de cantons adopta la nouvelle religion – parmi eux, les villes les plus importantes, comme Zurich, Berne, Bâle et d’autres. La majorité des cantons resta cependant fidèle à l’Eglise romaine – parmi eux, à deux exceptions près, tous les cantons ruraux. À la suite d’une première guerre de religion disputée en 1531, les cantons catholiques imposèrent à leurs confédérés protestants une paix qui, tout en garantissant le nouveau culte dans les territoires réformés, interdit pour l’avenir toute extension de la religion réformée dans les bailliages communs. Ainsi se stabilisa un statu quo entre cantons catholiques et cantons réformés qui fit de la Confédération un ensemble définitivement divisé par la religion.

7Pourtant, ce statu quo n’était pas vraiment équilibré. Il ne correspondait pas à l’importance et au poids relatif des deux partis. Les villes réformées occupaient, avec leurs territoires étendus, le plateau central ; leur population dépassait de loin celle des cantons catholiques. L’économie des villes réformées, avec leur artisanat et leur commerce, était beaucoup plus développée que celle des cantons catholiques qui, eux, subsistaient par l’agriculture, l’élevage et le service étranger.

  • 5 Andreas Würgler, article « Diète », Dictionnaire historique de la Suisse (www.dhs.ch; 18 janvier 2 (...)

8Au plan politique et constitutionnel, en revanche, les cantons catholiques dominaient numériquement la Diète, ce qui amena les cantons réformés à s’organiser dans une diète particulière réformée. L’époque moderne vit donc coexister deux diètes – l’une catholique, l’autre réformée. Et ce ne fut que pour régler les affaires des bailliages gouvernés en commun que l’ensemble des 13 cantons continua à se réunir5.

9Face à la domination politique et constitutionnelle des cantons catholiques, l’objectif politique à long terme des deux grandes villes réformées, Zurich et Berne, resta de faire réviser la paix défavorable de 1531 afin de mieux faire valoir leur poids au niveau de la Confédération.

  • 6 Rudolf Bolzern, article « Ligue d’Or », Dictionnaire historique de la Suisse (www.dhs.ch ; 18 janv (...)

10À partir du milieu du XVIe siècle, les relations entre les confédérés des deux religions commencèrent à se détériorer. Les tensions croissantes se manifestèrent en 1586 à travers la création de la « Ligue d’Or ». Cette alliance engageait les sept cantons catholiques (5 cantons intérieurs, ainsi que Fribourg et Soleure) à rester fidèles à l’ancienne foi et à se promettre « une assistance mutuelle en cas de péril intérieur ou extérieur ». De plus, ils s’accordaient mutuellement le droit d’intervenir dans tout canton contractant où la religion catholique était menacée6.

  • 7 Rudolf Bolzern, Spanien, Mailand und die katholische Eidgenossenschaft. Militärische, politische u (...)

11Sur le plan des relations étrangères, la concurrence, la rivalité et la méfiance entre les confédérés des deux confessions se firent sentir par les alliances que les deux partis conclurent avec des puissances étrangères afin de renforcer leur influence au sein de la Confédération. Tandis que l’alliance avec la France constitua un pilier important des relations étrangères pour l’ensemble des cantons – à l’exception de Zurich, qui ne rejoignit l’alliance qu’en 1614 après plusieurs décennies d’abstention –, les pactes des cantons catholiques avec la Savoie en 1560 (5 cantons intérieurs, ainsi que Soleure) et en 1577 (5 cantons intérieurs), et surtout le pacte de 1587 avec l’Espagne (5 cantons intérieurs, et Fribourg) témoignèrent d’une politique marquée par les intérêts confessionnels (voir la carte p. 51). L’alliance avec la grande majorité des cantons catholiques ouvrit à l’Espagne un nouveau passage direct entre le Milanais et les Flandres, et renforça par là la sécurité du duché de Milan, dont les cantons couvraient dorénavant la frontière nord. Les cantons catholiques gagnèrent en retour le soutien militaire et financier de l’Espagne en cas de guerre de religion avec leurs confédérés réformés et obtinrent des avantages économiques pour le commerce avec le Milanais7. Du côté de Berne et de Zurich, les alliances avec Genève (1584) et avec la République de Venise (1615) servirent de contrepoids aux pactes des confédérés catholiques.

La situation géopolitique des cantons suisses à l’époque de la guerre de Trente Ans

12L’analyse de la situation géopolitique de la Suisse, située au milieu des grandes puissances belligérantes, permet de distinguer les risques multiples que la guerre de Trente Ans entraîna pour la cohésion du Corps helvétique (voir la carte p. 52).

13La Suisse se retrouva au milieu des champs de bataille européens. Plusieurs territoires habsbourgeois l’entouraient. Au nord et à l’est, la Souabe autrichienne, l’Alsace, le Vorarlberg et le Tyrol appartenaient à la ligne autrichienne, tandis que la Franche Comté à l’ouest et le duché de Milan au sud dépendaient de la ligne espagnole. La Suisse se vit placée au centre des lignes directes qui reliaient les territoires espagnols de la Méditerranée et d’Italie à ceux des Flandres. La carte met en évidence un autre point important : la Suisse ressentit indirectement la pression croissante de la France sur l’Alsace et la Franche-Comté – une France alliée à la Suède, nouvelle puissance militaire du Nord, qui entra en guerre en 1630 aux côtés des états protestants de l’Empire afin de briser la domination des forces catholiques et impériales en Allemagne.

Le Corps helvétique après 1587. – À l’exception de Soleure, qui préféra toujours s’aligner sans réserve au côté de la France, tous les cantons catholiques (gris foncé) entrèrent dans l’alliance avec l’Espagne en 1587. Parmi les cantons réformés (gris clair), ressortent les vastes territoires de Berne et de Zurich, alors que Bâle et Schaffhouse, les deux villes frontalières sur le Rhin, se retrouvèrent dans une situation exposée, ce qui les amena à prendre parti pour une neutralité stricte et inconditionnelle durant la guerre de Trente Ans (R. Bolzern, op. cit. 1982, p. 24).

La situation géopolitique de la Suisse, 1640-1650

  • 8 Ibid.

14L’intérêt de l’Espagne pour une alliance avec les cantons catholiques se concrétisa par l’ouverture d’un nouveau passage direct à travers des Alpes suisses (voir la carte p. 54). Le camino de Suizos – le chemin des Suisses – offrait plusieurs avantages par rapport aux autres liaisons entre le sud et le nord. Il n’y avait qu’un seul col – celui du St-Gothard – à franchir pour atteindre l’autre côté des Alpes. De plus, le chemin des Suisses passait par un corridor de territoires contrôlés par les cantons catholiques. Finalement, le chemin des Suisses représentait effectivement le chemin le plus court entre le sud et le nord. Il quittait le duché de Milan à quelques kilomètres au nord de la ville de Milan pour rejoindre un autre territoire habsbourgeois à Waldshut, ville appartenant à la ligne autrichienne des Habsbourg. « Le libre passage des troupes devint très important pour l’Espagne dans le premier quart du XVIIe siècle, la route de Savoie étant trop risquée : au total, 73 000 hommes, de nationalité allemande, italienne, wallonne ou espagnole, franchirent ainsi le Gothard entre 1604 et 16258. »

Les tentations de la guerre : les cantons face aux propositions d’alliance des grandes puissances

  • 9 Paul Schweizer, Geschichte der Schweizerischen Neutralität, Frauenfeld 1895, p. 209-280 ; Frieda G (...)

15Il est évident que ce système de 13 états confédérés et en même temps divisés entre eux – ce véritable ensemble de 13 frères ennemis – se vit confronté à une situation extrêmement délicate et périlleuse au moment où la guerre de Trente Ans éclata9. En raison des liens étroits des cantons avec leurs alliés étrangers, en raison aussi des fortes tensions politiques et confessionnelles à l’intérieur de la Confédération, il fallait s’attendre à ce que les cantons de part et d’autre cherchent à profiter du soutien de leurs alliés étrangers pour atteindre leurs objectifs politiques à l’intérieur de la Confédération.

  • 10 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 54*-72*, 102*-110*.
  • 11 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 16*-21*.

16Pour les cantons réformés, il s’agit de se débarrasser de la domination des cantons catholiques et de réviser la paix de Cappel de 1531 – paix défavorable pour les communautés réformées dans les bailliages communs. En fait, les pressions du parti catholique commencèrent à s’accentuer justement dans les années 1620. Le prince-abbé de Saint-Gall profita du soutien des cantons catholiques pour redoubler ses efforts contre-réformateurs dans les bailliages communs de Thurgovie et de la vallée du Rhin10. Du côté des cantons catholiques, l’idée de revendiquer les biens ecclésiastiques sécularisés pendant la Réforme gagna du terrain, à l’instar de ce que pratiquait l’Empereur ; en 1629, ce dernier – au sommet de sa puissance, à l’issue de la première phase de la guerre – décréta la restitution des biens ecclésiastiques sécularisés par les états protestants depuis la paix de Passau de 155211.

Le chemin des Suisses (camino de Suizos) (R. Bolzern, op. cit. 1982, p. 88)

17La crise parmi les confédérés atteignit son apogée avec l’arrivée des troupes suédoises dans le sud de l’Empire en 1631. Le déroulement de la crise permet de mieux comprendre l’enjeu que représenta la proximité des grandes armées. La présence de troupes suédoises dans le voisinage fit naître auprès de Zurich, le premier canton réformé, l’espérance de pouvoir profiter de la pression, voire même du soutien militaire de cette grande puissance contre les confédérés catholiques. Ceux-ci, de leur côté, se virent menacés par la possibilité d’une alliance entre leurs voisins réformés et la Suède.

  • 12 E. Bonjour, op. cit., p. 24-25.

18Les cantons catholiques furent avertis de cette menace dès le début des années 1630. En 1631, la Suède adressa une première proposition d’alliance à l’ensemble des cantons avec comme objectif de briser l’hégémonie habsbourgeoise. La monarchie nordique invoqua le mythe de l’origine commune des peuples suédois et helvétiques, mais – mal informée de la situation de la Suisse – elle ne vit pas que sa proposition n’avait aucune chance d’être acceptée par les cantons catholiques. La Diète refusa la proposition. À cet égard, Edgar Bonjour a avancé la thèse que cette première proposition suédoise ne fut pas à prendre au sérieux et qu’elle ne servit qu’à entamer des négociations secrètes avec les cantons réformés, avant tout avec Zurich12.

  • 13 P. Schweizer, op. cit., p. 216-220 ; F. Gallati, op. cit. 1918, p. 73*-149* ; F. Gallati, op. cit.(...)
  • 14 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 80*-87*.
  • 15 P. Schweizer, op. cit., p. 254 ; E. Bonjour, op. cit., p. 40-43. – Cf. à ce sujet l’ouvrage collec (...)

19Ces négociations secrètes eurent lieu effectivement au cours des années 1632 et 163313. En mars 1632, l’envoyé suédois proposa une alliance aux villes réformées, qui les aurait obligées à l’aide financière et militaire au profit du roi de Suède14. Compte tenu des anciens traités avec la maison d’Autriche et des relations tendues avec leurs confédérés catholiques, les villes réformées reculèrent devant cette proposition d’une alliance offensive. Par la suite, Zurich et Berne tentèrent de modérer le contenu de l’alliance et de la rendre compatible avec la Ligue héréditaire conclue avec l’Autriche au début du XVIe siècle. Bâle et Schaffhouse, par contre, s’opposèrent strictement à toute alliance – et cela pour deux raisons. Les deux villes frontalières étaient beaucoup plus exposées au risque d’être mêlées à la guerre. De plus, leurs pactes avec les confédérés helvétiques les obligaient à observer une neutralité stricte au cas où un conflit émergerait entre les confédérés15.

  • 16 P. Schweizer, op. cit. ; E. Bonjour, op. cit., p. 24-25 ; F. gallati, op. cit. 1918, p. 85*-87*, 1 (...)

20À la différence des deux villes sises sur le Rhin, le projet d’alliance avec la Suède reçut beaucoup de sympathie auprès de certains dirigeants politiques et ecclésiastiques à Zurich. Johann Jacob Breitinger, le premier pasteur de l’église zurichoise, figura parmi les critiques les plus farouches d’une politique trop réservée qui laissait passer l’occasion unique d’améliorer le sort du parti réformé dans la Confédération16.

  • 17 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 93*-96*.
  • 18 Ibid., p. 94*.

21Il faut toutefois se garder de se faire une idée trop cohérente de la politique des cantons confédérés. Ce furent bien souvent les péripéties de la guerre qui dictèrent aux cantons leurs attitudes et leurs marges de manœuvre. Ainsi, au printemps 1632, Gustave Adolphe, le même roi de Suède qui, quelques semaines auparavant, avait sollicité une alliance d’abord avec les 13 cantons, puis – après leur refus – un pacte exclusif avec les villes réformées, fut forcé de prier les cantons de maintenir leur neutralité17. Par son appel, le roi de Suède cherchait à empêcher les cantons catholiques de permettre le passage à une armée espagnole. Pour une fois, l’ensemble des cantons put se mettre d’accord et déclara unanimement vouloir observer la neutralité en interdisant tout passage de troupes espagnoles à travers la Suisse18. Grâce à une constellation tout à fait fortuite, les confédérés furent donc amenés à une déclaration de neutralité qui, à ce moment, arrangeait tout le monde – les cantons réformés aussi bien que leurs confédérés catholiques et le roi de Suède. Pour ce qui est de l’Espagne, son alliance avec les cantons catholiques était arrivée à son terme en 1621 et n’avait pas encore été renouvelée. Vu les dettes espagnoles auprès des cantons catholiques, ceux-ci ne s’empressèrent pas trop de soutenir leur ancien allié en cette occasion.

22C’est ainsi que prit fin une première phase critique, qui avait vu les tentatives suédoises de nouer une alliance, dans un premier temps avec l’ensemble des cantons, et dans un deuxième temps avec les villes réformées. Ces tentatives échouèrent pour plusieurs raisons : tandis que les raisons du refus des cantons catholiques furent évidentes, les avis furent partagés du côté des réformés. Bâle et Schaffhouse, les villes frontalières sur le Rhin, ne laissèrent aucun doute sur leur position de stricte neutralité. Zurich et Berne, par contre, envisagèrent sérieusement, pendant un certain temps, les avantages d’une alliance suédoise. Toutefois, la crainte d’être entraînés dans la grande guerre incita leurs dirigeants à esquiver les demandes suédoises et à temporiser. Pour finir, les partisans d’une politique pragmatique eurent le dessus, d’autant plus que l’effet d’une alliance offensive avec la Suède était évident. Elle devait entraîner automatiquement le renouvellement de l’alliance des confédérés catholiques avec l’Espagne et leur rapprochement de l’Empire.

  • 19 Ibid., p. 102*-110*.

23En outre, un conflit majeur, à cause duquel Zurich et Berne avaient joué la carte d’une alliance avec les Suédois, venait d’être résolu à l’entière satisfaction du parti réformé. Au cours de l’année 1632 en effet, les cantons se mirent enfin d’accord sur le mode de règlement de leurs conflits confessionnels. Cet accord fut un grand succès pour les cantons réformés, puisque leurs confédérés catholiques acceptèrent pour l’avenir de soumettre tout litige religieux ressortissant des bailliages communs à un tribunal paritaire19.

  • 20 P. Schweizer, op. cit., p. 221-254 ; F. Gallati, op. cit. 1919, p. 3*-62*.

24Un deuxième événement critique allait presser la Confédération l’année suivante et remettre en cause une paix précaire20. Au mois de septembre 1633, une armée suédoise fit son entrée, de façon surprenante, sur le territoire suisse, en passant par la petite ville zurichoise de Stein am Rhein pour atteindre la rive suisse du Rhin. Son objectif n’était pourtant pas d’attaquer la Confédération. Le général suédois Gustav Horn essaya plutôt de s’emparer de la ville autrichienne de Constance afin d’empêcher des troupes espagnoles de s’établir dans la région. Horn installa son quartier général sur la rive suisse du Rhin, d’où il entreprit le siège de Constance.

  • 21 Amtliche Sammlung der ältern eidgenössischen Abschiede, t. VI/1 (1618-1648), Frauenfeld, 1867, no (...)

25Il s’agissait là bien sûr d’une flagrante violation de la neutralité qui, aussitôt, pesa lourd sur la paix, déjà fragile au sein de la Confédération. Les cantons catholiques soupçonnèrent instantanément le gouvernement de Zurich d’avoir délibérément ouvert le passage aux troupes suédoises21. Ils furent convaincus que Zurich avait agi de connivence avec les Suédois afin d’augmenter par cette action la pression sur les cantons catholiques et d’assumer le contrôle de Constance après une prise de la ville par lesdits Suédois.

  • 22 Eidgenössische Abschiede, op. cit., p. 769-770.

26La réaction des confédérés catholiques ne se fit pas attendre. Les cantons de la Suisse centrale mobilisèrent leurs troupes et prirent position sur le territoire de l’abbaye de Saint-Gall à proximité de la frontière du bailliage commun de Thurgovie et du canton de Zurich. Leur objectif était de sauvegarder la réputation des cantons confédérés en tant que seigneurs de Thurgovie et de préserver la neutralité22.

27La guerre entre les confédérés ennemis était imminente. De plus, les puissances belligérantes menaçaient d’envahir pour la première fois le territoire helvétique, puisque l’on annonçait l’arrivée d’une armée espagnole, qui avança par les vallées autrichiennes afin de mettre fin au siège suédois et de libérer la ville de Constance. Entre-temps, Zurich et Schaffhouse, tout en espérant une conquête rapide de Constance par les troupes du général Horn, s’engagèrent indirectement au côté des troupes suédoises en leur fournissant des boulets de canon et de la poudre à canon. Zurich mobilisa ses troupes et les plaça le long de la frontière du bailliage de Thurgovie. Pour le cas où les cantons catholiques s’associeraient aux troupes espagnoles et impériales et leur permettraient le passage du Rhin, le gouvernement zurichois décida formellement de s’allier à la Suède. Il s’agissait là d’une mesure conditionnelle en dernier ressort, justifiée par l’invasion imminente de la Suisse orientale par une armée espagnole. Zurich n’obtint d’ailleurs aucun soutien pour sa décision de la part des ses confédérés réformés. La crise faillit déboucher sur une guerre civile, d’autant plus dangereuse que les confédérés ennemis étaient résolus à s’allier, respectivement, à la Suède et à l’Espagne. La Suisse orientale eût sans doute été transformée en un nouveau champ de combats de la grande guerre. Pourtant la confrontation militaire put être évitée in extremis grâce à la retraite de l’armée suédoise le 1er octobre 1633. Horn ne réussit pas à s’emparer de la ville de Constance et se retira devant les armées impériales et espagnoles qui coururent au secours de la ville assiégée.

La neutralité : accommodation, bon gré mal gré, à la dynamique politique en Europe (XVIIe siècle)

  • 23 Th. Maissen, op. cit., p. 94, a d’ailleurs rappelé à juste titre que ni Paul Schweizer ni Edgar Bo (...)
  • 24 E. Bonjour, op. cit., p. 19.
  • 25 Th. Maissen, op. cit., p. 94. – P. Schweizer, op. cit., p. 212 et E. Bonjour, op. cit., p. 24-25, (...)

28La neutralité des cantons suisses ne résulta pas d’un choix libre et délibéré des confédérés à la suite de la défaite de Marignan en 151523. Elle ne fut pas non plus le résultat d’un octroi des grandes puissances réunies au Congrès de Vienne en 1815. Comme l’avait déjà souligné Edgar Bonjour, la neutralité fut le résultat d’un processus d’apprentissage et d’adaptation plutôt que l’effet d’un acte fondateur – processus assez pénible d’ailleurs. et non sans douleurs24 Le XVIIe siècle fut l’époque décisive de ce processus d’accommodation des cantons à la neutralité25.

  • 26 Thomas Maissen, Die Geburt der Republic. Staatsverständnis und Repräsentation in der frühneuzeitli (...)
  • 27 Cf. la réponse des cantons réformés au chancelier suédois Oxenstierna, qui les avait invités à se (...)
  • 28 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 5* ; E. Bonjour, op. cit., p. 23 ; Hans Conrad Peyer, Verfassungsges (...)
  • 29 Johannes Burkhardt, « Der Dreißigjährige Krieg als Staatsbildungskrieg », Geschichte in Wissenscha (...)

29Thomas Maissen a tout à fait raison d’insister sur le fait que la neutralité des cantons suisses et du Corps helvétique émana de la raison d’État et qu’elle devint l’expression adéquate de leur propre intérêt politique26. En s’accommodant de la neutralité, les cantons firent preuve de prudence politique. L’ascension des grandes puissances sur le continent et leur guerres incessantes imposèrent aux cantons suisses une stratégie de survie. L’accord commun plus ou moins explicite des membres du Corps helvétique en vue de se tenir à l’écart des conflits des puissances tint compte de la fragilité de leur système confédéral. Il était évident que la neutralité des cantons réformés devait entraîner celle des confédérés catholiques, et vice-versa, tandis qu’avec des alliances offensives avec des puissances étrangères les cantons couraient non seulement le risque d’être impliqués dans la guerre mais aussi de mettre en cause l’existence du Corps helvétique et leur liberté27. La neutralité devint une sorte de dénominateur commun dans les rapports politiques des cantons avec les puissances étrangères. Face à la dynamique géopolitique sur le continent au XVIIe siècle, cette maxime représenta un sage compromis, un arrangement judicieux, qui tenait compte non seulement du conflit confessionnel au sein du système confédéral, mais aussi de la faiblesse politique et militaire de cet ensemble de 13 petits états au cœur d’une Europe belliqueuse28. La neutralité apparaît comme la réponse helvétique au défide la grande guerre de la première moitié du XVIIe siècle – une guerre que Johannes Burkhardt a qualifiée de guerre de formation d’État (Staatsbildungskrieg), puisqu’elle contribua à la formation d’un système plurilatéral de puissances européennes tout en abandonnant l’idée de l’Empire universel29.

  • 30 P. Stadler, op. cit., p. 620-621. – E. Bonjour, op. cit., p. 19-42, particulièrement p. 19-23.

30L’expérience des cantons suisses pendant la première moitié du XVIIe siècle est donc assez paradoxale. Les alliances et les projets d’alliances des cantons, orientés des côtés les plus divers, entraînèrent de grands risques tout en ayant certains avantages : grâce à l’enchevêtrement et aux contradictions des alliances étrangères des divers cantons, la Confédération comme ensemble ne fut pas impliquée dans la guerre. Une sorte de neutralité émergea de cette situation – neutralité qui ne doit pas être confondue avec un principe juridique clairement défini, mais qui ressemble plutôt à une manière d’agir qu’il fallait tester au cas par cas et qui, par la suite, commença tout de même à être reconnue comme maxime de la politique étrangère des confédérés30.

  • 31 E. Bonjour, op. cit., p. 91 : « Es war also mehr äußere Not als innerer Trieb, was die Schweizer z (...)
  • 32 E. Bonjour, op. cit., p. 35-39.

31C’est donc plutôt à contrecœur que les cantons adoptèrent un principe qui non seulement garantissait leur existence politique à l’écart des grands conflits mais qui, en même temps, était devenu synonyme de leur immobilité politique et qui prouvait combien leur marge de manœuvre politique s’était rétrécie31. L’acceptation du principe de neutralité par les cantons reflétait le blocage interne du système confédéral. En se déclarant neutres et en s’abstenant de participer aux conflits militaires des grandes puis sances, les confédérés arrivèrent à sauvegarder leur indépendance tout en figeant leur inertie et leur immobilisme confédéral pour le reste de l’Ancien Régime. En restant à l’écart des conflits militaires des XVIIe et XVIIIe siècles, ce corps de 13 états réussit à conserver un système politique de plus en plus atavique, qui devait s’effondrer en 1798, au moment justement où la neutralité suisse devint un principe sans valeur face à l’hégémonie de la République française sur le continent et face à l’écroulement de l’ancienne balance des puissances européennes qui, dès ses débuts au XVIIe siècle, avait garanti la neutralité des confédérés suisses32.

Notes

1 Andreas Suter, « Neutralität. Prinzip, Praxis und Geschichtsbewußtsein », Manfred Hettling et al. (dir.), Eine kleine Geschichte der Schweiz. Der Bundesstaat und seine Traditionen, Francfort sur le Main, Suhrkamp Verlag, 1998, p. 133-188 ; Andreas Suter, « Die Entdeckung von Marignano. Die Tradition der neutralen Schweiz als Erfindung des 19. Jahrhunderts », Neue Zürcher Zeitung, no 36, 13/14 février 1999, p. 93. – Cf. la réponse judicieuse de Thomas Maissen, « Neutralität als innenund aussenpolitisches Argument. Die Eidgenossenschaft in der Staatenwelt des 17. Jahrhunderts », Neue Zürcher Zeitung, no 36, 13/14 février 1999, p. 94.

2 Hervé de Weck, article « Marignan, bataille de », Dictionnaire historique de la Suisse (www. dhs. ch ; 18 janvier 2008) ; François Walter, « Marignan, 1515. Traces de la mémoire d’une bataille de géants », Barbara Roth-Lochner/Marc Neuenschwander/François Walter (dir.), Des archives à la mémoire. Mélanges d’histoire politique, religieuse et sociale offerts à Louis Binz, Genève, Société d’histoire et d’archéologie, 1995, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève 57 », p. 477-503.

3 Th. Maissen, lui aussi, souligne l’importance du XVIIe siècle tout en accentuant l’impact des guerres de Louis xiv pendant la deuxième moitié du siècle (Th. Maissen, op. cit., p. 94).

4 Bruce Gordon, The Swiss Reformation, Manchester, Manchester UP, 2002 ; Daniela Hacke, « Zwischen Konflikt und Konsens. Zur politisch-konfessionellen Kultur in der Alten Eidgenossenschaft des 16. und 17. Jahrhunderts », Zeitschrift für Historische Forschung, 32, 2005, p. 575-604 ; Daniela Hacke, « Church, Space and Conflict : Religious Co-Existence and Political Communication in Seventeenth-Century Switzerland », German History, 25, 2007, p. 285-312 ; Randolph C. Head, « Fragmented Dominion, Fragmented Churches. The Institutionalization of the Landfrieden in the Thurgau, 1531-1610 », Archiv für Reformationsgeschichte, 96, 2005, p. 117-144 ; Thomas Maissen, « Konfessionskulturen in der frühneuzeitlichen Eidgenossenschaft. Eine Einführung », Schweizerische Zeitschrift für Religions-und Kulturgeschichte, 101, 2007, p. 225-246.

5 Andreas Würgler, article « Diète », Dictionnaire historique de la Suisse (www.dhs.ch; 18 janvier 2008).

6 Rudolf Bolzern, article « Ligue d’Or », Dictionnaire historique de la Suisse (www.dhs.ch ; 18 janvier 2008).

7 Rudolf Bolzern, Spanien, Mailand und die katholische Eidgenossenschaft. Militärische, politische und wirtschaftliche Beziehungen zur Zeit des Gesandten Alfonso Casati (1594-1621), Lucerne, Stuttgart, Rex-Verlag, 1982 ; Rudolf Bolzern, « Article Espagne », Dictionnaire historique de la Suisse (www.dhs.ch ; 18 janvier 2008).

8 Ibid.

9 Paul Schweizer, Geschichte der Schweizerischen Neutralität, Frauenfeld 1895, p. 209-280 ; Frieda Gallati, « Eidgenössische Politik zur Zeit des Dreissigjährigen Krieges », Jahrbuch für Schweizerische Geschichte, 43, 1918, p. 1*-149* ; Frieda Gallati, « Eidgenössische Politik zur Zeit des Dreissigjährigen Krieges », Jahrbuch für Schweizerische Geschichte, 44, 1919, p. 1*-258* ; Leonhard Haas, « Schwedens Politik gegenüber der Eidgenossenschaft während des Dreißigjährigen Krieges », Schweizer Beiträge zur Allgemeinen Geschichte, 9, 1951, p. 68-160.

10 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 54*-72*, 102*-110*.

11 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 16*-21*.

12 E. Bonjour, op. cit., p. 24-25.

13 P. Schweizer, op. cit., p. 216-220 ; F. Gallati, op. cit. 1918, p. 73*-149* ; F. Gallati, op. cit. 1919, p. 8*-10* ; L. Haas, op. cit., p. 68-160.

14 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 80*-87*.

15 P. Schweizer, op. cit., p. 254 ; E. Bonjour, op. cit., p. 40-43. – Cf. à ce sujet l’ouvrage collectif qui rappelait, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’importance de la neutralité et de l’obligation d’arbitrage stipulés par les anciens pactes fédéraux des cantons de Bâle, Schaffhouse, Soleure et Appenzell. (Walter Schläpfer/Karl Schib/Alfred Stoecklin/Bruno Amiet, Neutralität und Vermittlung innerhalb der alten Eidgenossenschaft, Aarau, H. R. Sauerländer & Co., 1946). Dans sa préface, David Lasserre – connaisseur de la neutralité et du fédéralisme suisses – souligne l’importance de la tradition suisse d’arbitrage en vue de déterminer comment la Suisse pouvait collaborer à l’Organisation des Nations Unies tout en sauvegardant sa tradition de neutralité, comment, donc, elle pouvait résoudre le problème de « l’opposition entre le principe d’une organisation collective de la sécurité, et celui de la neutralité de ses membres. [...] N’y a-t-il pas dès lors un grand profit à voir comment la Confédération a résolu ce problème lorsqu’il s’est posé à elle, et comment elle a pratiquement concilié, du moins dans son organisation intérieure, ces deux principes théoriquement incompatibles ? Certes, il y aurait outrecuidance à considérer comme nécessairement applicables à un organisme groupant tous les États du monde les solutions adoptées et pratiquées par une ligue de huit ou treize minuscules républiques, pour la seule raison qu’ils ont l’un et l’autre une base fédérative. Il peut être utile toutefois, pour juger intelligemment certains problèmes internationaux actuels, de connaître les expériences que la Suisse a faites en ces matières, et en particulier comment son fédéralisme même l’a amenée à confier à quelques uns des ses membres une mission spéciale, celle de garder une attitude systématiquement neutraliste quand la discorde menaçait la paix de la Confédération » (ibid., p. 3-4).

16 P. Schweizer, op. cit. ; E. Bonjour, op. cit., p. 24-25 ; F. gallati, op. cit. 1918, p. 85*-87*, 110*-124*. – Les jugements des historiens suisses à l’égard du rôle du pasteur zurichois Breitinger et de quelques magistrats de la ville de Zurich sont très controversés. Les uns les accusent de haute trahison pour avoir favorisé pendant un certain temps l’alliance de leur canton avec la Suède. D’autres se hâtent de les disculper. Ces jugements témoignent des difficultés à apprécier les pratiques et les discours de neutralité de la première moitié du XVIIe siècle et renvoient à des expériences et à des convictions attachées au patriotisme national du XIXe siècle, pour lequel tout bon Suisse doit forcément partager l’idée de la stricte neutralité de son pays. Voir P. Schweizer, op. cit., p. 226-232 ; F. Gallati, op. cit. 1918, p. 110*, 123* ; Peter Stadler, « Das Zeitalter der Gegenreformation », Handbuch der Schweizer Geschichte, 2 t., 2e édition, Zurich, Verlag Berichthaus, 1980, p. 571-672, ici : p. 636-637.

17 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 93*-96*.

18 Ibid., p. 94*.

19 Ibid., p. 102*-110*.

20 P. Schweizer, op. cit., p. 221-254 ; F. Gallati, op. cit. 1919, p. 3*-62*.

21 Amtliche Sammlung der ältern eidgenössischen Abschiede, t. VI/1 (1618-1648), Frauenfeld, 1867, no 643a, p. 767-768.

22 Eidgenössische Abschiede, op. cit., p. 769-770.

23 Th. Maissen, op. cit., p. 94, a d’ailleurs rappelé à juste titre que ni Paul Schweizer ni Edgar Bonjour n’avaient insisté sur l’importance de l’acte fondateur de la bataille de Marignan.

24 E. Bonjour, op. cit., p. 19.

25 Th. Maissen, op. cit., p. 94. – P. Schweizer, op. cit., p. 212 et E. Bonjour, op. cit., p. 24-25, avaient souligné tous les deux l’importance de la guerre de Trente Ans comme le défile plus important posé à la neutralité des cantons confédérés.

26 Thomas Maissen, Die Geburt der Republic. Staatsverständnis und Repräsentation in der frühneuzeitlichen Eidgenossenschaft, Gottingue, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, coll. « Historische Semantik 4 », p. 209-214, particulièrement p. 212-214.

27 Cf. la réponse des cantons réformés au chancelier suédois Oxenstierna, qui les avait invités à se joindre à la convention des états protestants de Heilbronn : « Wenn die evangelischen Städte in den geschlossenen Bund einträten, so wäre dieß ihnen und dem gemeinen Wesen eher nachtheilig, wie denn auch der allerseligste König [Gustav Adolf, roi de Suède ; AH] für besser erachtet und durch eigenes Schreiben die eidgenössischen Lande dazu ermahnt habe, insgemein die Neutralität zu halten ; thätliche Parteinahme von Seite der Evangelischen würde immer Zwietracht nach sich ziehen, bei den Miteidgenossen von der andern Religion neue Verbindungen mit der Gegenpartei und die Oeffnung ihrer bisher verschlossen gewesenen Pässe zur Folge haben, auch die haupt-sächlichsten Pässe in den Bünden, durch welche Deutschland von Italien getrennt werde, zu des gemeinen Wesens höchstem Schaden in äußerste Gefahr bringen. » (juillet 1633 ; Eidgenössische Abschiede, op. cit., no. 637, p. 760-761).

28 F. Gallati, op. cit. 1918, p. 5* ; E. Bonjour, op. cit., p. 23 ; Hans Conrad Peyer, Verfassungsgeschichte der alten Schweiz, Zurich, Schulthess, 1978, p. 83 ; Hans R. Guggisberg, « Parität, Neutralität und Toleranz », Zwingliana, 15, 1982, p. 632-649.

29 Johannes Burkhardt, « Der Dreißigjährige Krieg als Staatsbildungskrieg », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 45, 1994, p. 487-499.

30 P. Stadler, op. cit., p. 620-621. – E. Bonjour, op. cit., p. 19-42, particulièrement p. 19-23.

31 E. Bonjour, op. cit., p. 91 : « Es war also mehr äußere Not als innerer Trieb, was die Schweizer zum Neutralitätswillen erzog ; er setzte sich nur langsam im Bewußtsein der Behörden und des Volkes durch ».

32 E. Bonjour, op. cit., p. 35-39.

Table des illustrations

Légende Le Corps helvétique après 1587. – À l’exception de Soleure, qui préféra toujours s’aligner sans réserve au côté de la France, tous les cantons catholiques (gris foncé) entrèrent dans l’alliance avec l’Espagne en 1587. Parmi les cantons réformés (gris clair), ressortent les vastes territoires de Berne et de Zurich, alors que Bâle et Schaffhouse, les deux villes frontalières sur le Rhin, se retrouvèrent dans une situation exposée, ce qui les amena à prendre parti pour une neutralité stricte et inconditionnelle durant la guerre de Trente Ans (R. Bolzern, op. cit. 1982, p. 24).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende La situation géopolitique de la Suisse, 1640-1650
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Le chemin des Suisses (camino de Suizos) (R. Bolzern, op. cit. 1982, p. 88)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search