Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Conclusion

Texte intégral

1Entre 1526 et 1538, Anne de Montmorency connaît une promotion politique et sociale aussi rapide que spectaculaire. Même si, pour lui, la carrière des honneurs avait commencé avant 1525, son ascension, déjà fort estimable, a connu une accélération après la piteuse défaite de Pavie. Le désastre de 1525 est non seulement marqué par la capture du roi et la disparition de nombreux seigneurs français, mais elle offre l’opportunité aux survivants, même faits prisonniers, d’atteindre plus facilement la source de tout pouvoir, à savoir le roi. De tous les proches du souverain, celui qui a profité le plus de cet appel d’air est sans conteste le seigneur de Chantilly. Grand Maître de France et gouverneur du Languedoc dès 1526, il épouse une cousine du monarque en janvier 1527. Cette union prestigieuse lui permet d’arrondir son patrimoine foncier car la mariée amène en dot la baronnie de Fère-en-Tardenois, tandis que le roi fait don à son favori du comté de Beaumont-sur-Oise. Les historiens du règne de François Ier et les biographes d’Anne de Montmorency attribuent cette pluie de faveurs à la conjonction de trois causes. D’une part, le roi nourrit à l’égard de son Grand Maître de réels sentiments amicaux depuis leur enfance commune passée à Amboise. D’autre part, le souverain doit combler le vide politique issu de Pavie. Enfin, le monarque entend récompenser l’indéfectible fidélité du lignage montmorencéen vis-à-vis de la Couronne. À juste titre, les uns et les autres présentent le Grand Maître comme l’homme de la situation, celui dont le recours s’imposait naturellement à François Ier, et à sa mère. Ils établissent bien le parallèle existant entre la nouvelle attitude du roi après son retour de captivité et la mise en avant d’Anne de Montmorency. Il semble néanmoins qu’il faille élargir cette notion d’homme providentiel. En effet, à la lumière des lettres de la série « L », il est possible de proposer de nouvelles clés de lecture des événements de la fin des années 1520, venant compléter celles qui existent. Autrement dit, à une vision fondée sur les seuls ressorts de la camaraderie et de l’attachement viscéral à un système et à l’homme qui l’incarne, il convient d’ajouter une explication plus politique qui gomme quelque peu l’image d’Épinal persistante d’un monarque brave, jouisseur et ami des arts. Se dessinent alors les contours d’un roi habile, opportuniste et fin tacticien, en un mot : politique.

2Certes, François Ier est un affectif, et Charles Quint qui l’a appris à ses dépens en 1526, saura en jouer dans la décennie suivante. Mais c’est aussi un prince machiavélien qui sait merveilleusement utiliser l’arme de la séduction et de l’affection pour parvenir à ses fins. Au sortir de sa prison madrilène, l’objectif du souverain est quadruple : il doit assurer son pouvoir sur le cœur politique du royaume : Paris ; il lui faut retrouver son autorité légitime et incontestée, mise à mal par le Parlement ; il veut reprendre la guerre contre l’empereur ; il espère libérer rapidement ses enfants retenus en otage en Espagne.

3Pour réaliser ses ambitions, François Ier doit trouver des soutiens. Or quel est le seigneur d’Île-de-France à l’ancienneté lignagère ancestrale et dont les possessions protègent la capitale au nord ? Quel est le gentilhomme dont une partie de la parentèle détient des offices au Parlement de Paris ? Quel est le capitaine capable d’organiser la mobilisation financière et militaire de l’armée royale en vue d’opérer de nouvelles expéditions en Italie ? Enfin, quel est l’homme dont les contacts avec les Impériaux sont suffisamment bons pour servir de plénipotentiaire acceptable et respecté ? À toutes ces questions, un seul nom s’impose au roi : Anne de Montmorency.

4En 1526, le seigneur de Chantilly est déjà pourvu d’un confortable patrimoine foncier situé principalement entre la capitale et l’Oise. Il tient en fief ou en arrière-fief les terres et seigneuries de Chantilly, Apremont, Vineuil-Saint-Firmin, Avilly-Saint-Léonard, Montmorency, Soisy, Ecouen, Villiers-le-Bel, Taverny, Saint-Leu, Saint-Prix, Ermont, le Plessis-Bouchard, Orgemont, Deuil, Montmagny, Garges, Stains, Villetaneuse, Epinay, Montsoult, Maffliers, Margency et Conflans-Sainte-Honorine. En 1527, il prend possessions de celles de L’Isle-Adam, Villiers-Adam, Valmondois, Fleleu et Fontenelles. La même année, le roi lui octroie le comté de Beaumont-sur-Oise et la capitainerie de Compiègne. Ces deux cités gardent deux des points de passage de l’Oise, ultime barrière naturelle entre Paris et la frontière picarde.

5De plus, les membres de son lignage et de sa parentèle, ses officiers domestiques majeurs, ses commensaux renforcent un maillage déjà très dense. L’un est seigneur de Luzarches, un autre de Coye-la-Forêt, un troisième de Villiers-le-Sec. D’autres sont installés au-delà de l’Oise, mais toujours à une distance d’une vingtaine de kilomètres de Chantilly. La plupart de ces hommes participent avec sérieux et compétence à la gestion du patrimoine foncier du Grand Maître. En outre, pour celui-ci, et donc pour le roi, ces serviteurs sont précieux puisque ce sont des combattants. Une partie d’entre eux forme même l’ossature de sa compagnie d’ordonnance.

6Cette concentration foncière n’est pas l’apanage de la noblesse d’épée. Elle vaut aussi pour le monde de la justice. Par sa mère, Anne Pot et par sa grand-mère paternelle, Marguerite d’Orgemont, le Grand Maître est bien introduit dans les milieux judiciaires parisiens. Il a des parents et des alliés au Parlement, à la cour des Aides et à la chambre des comptes. Certains de ses proches collaborateurs et serviteurs comme Mathieu de Longuejoue et les membres de la famille Le Rouillé tiennent des offices au Parlement et au Châtelet. Ces connivences sont renforcées par le fait que bon nombre d’officiers de justice lui rendent foi et hommage pour des terres situées à l’intérieur du même périmètre que celles de ses serviteurs et commensaux. Les Nicolaï, les Boucher, les Du Val, les Anjorant, les Ruzé, pour ne citer que les noms les plus connus, sont ses vassaux. Son secrétaire, Nicolas Berthereau, est apparenté aux Séguier et aux Brodeau. Les Le Rouillé s’allient aux Vaudétar. Sans contrôler à lui seul les instances judiciaires parisiennes, le Grand Maître y a ses entrées et y jouit d’une influence certaine. En outre, les différents tribunaux lui donnent souvent raison dans les procès qu’il doit mener pour faire respecter son droit (ou en tout cas ce qu’il considère comme étant son droit).

7L’influence du Grand Maître se retrouve dans l’armée et dans le prolongement de celle-ci, les finances. Il est l’un des trente capitaines des compagnies d’ordonnance du roi. Un nombre non négligeable de capitaines sont ses parents, ses alliés ou ses compagnons d’armes. Avec 100 hommes d’armes et 200 archers, sa compagnie est l’une des plus grosses du royaume. De plus, sur les dix commissaires des guerres que compte le royaume, trois appartiennent à sa compagnie (Guy Karuel, Jean de La Pairie et Lanteaulme d’Oursières). L’un de ses commensaux, Guillaume de La Fontaine, est l’un des quatre commissaires de l’artillerie. Enfin, il confie à Jean Grolier, trésorier de l’extraordinaire des guerres, la surveillance de la construction de ses châteaux.

8Pour toutes ces raisons, François Ier a besoin d’Anne de Montmorency à la fin des années 1520 afin que celui-ci l’aide à redresser une situation compromise par les revers militaires et une trop longue absence. On peut même affirmer qu’avant 1526, le seigneur de Chantilly possède une solide position sociale locale en Île-de-France et une réputation bien établie parmi les chefs militaires du royaume de guerrier courageux, qualité qui supplée l’intelligence tactique qui lui fait défaut. À partir de 1526, le roi lui confère une stature d’homme d’État. Grâce aux « coups de pouce » royaux successifs, lui qui était déjà présent en Île-de-France et en Bourgogne, s’implante en Languedoc et en Provence, tout en posant des jalons en Bretagne. En outre, son frère, François de la Rochepot, est le lieutenant général du roi en Picardie. Deux de ses beaux-frères sont des gouverneurs de grandes provinces : Claude de Tende, en Provence, et Guy de Laval en Bretagne.

9Cependant, dans le contexte monarchique de la France du premier XVIe siècle, tous ces bienfaits ne servent pas à grand-chose s’ils ne sont pas complétés par une bonne position à la cour. En mars 1526, Anne de Montmorency accède à la Grande Maîtrise de France. Il s’agit de l’office curial autour duquel s’organise tout le service de la cour. Le Grand Maître tient le rôle, la liste, des officiers auliques, du Grand Aumônier au fourrier. Il supervise toute l’intendance des services de bouche et du commun. Il détient les clefs des châteaux royaux et organise les séjours dans les résidences royales. Il introduit les ambassadeurs étrangers accrédités auprès du roi de France. Bref, le Grand Maître est l’un des rares grands officiers de la Couronne, avec le chancelier, dont les fonctions à la cour ne soient pas purement honorifiques. En outre, dès 1527, il nomme son secrétaire particulier, Nicolas Berthereau, à l’un des quatre postes de clercs des offices. Ses attributions consistent à enregistrer le nom de tous les officiers des différentes Maisons princières composant la cour. Doté par François Ier des meilleures cartes, Anne de Montmorency utilise tous ces atouts pour servir son souverain et pérenniser sa nouvelle position de principal serviteur du roi.

10Ce qui caractérise le système ainsi mis en place réside bien dans sa parfaite cohérence. En permettant à Anne de Montmorency d’accroître sa puissance foncière, le roi renforce sa puissance seigneuriale et féodale. Ce faisant, il multiplie le nombre de ses vassaux et commensaux qui sont autant de serviteurs potentiels que le Grand Maître utilise soit dans la gestion de ses affaires, soit dans le contrôle de la cour, soit dans les deux, comme pour Nicolas Berthereau par exemple. Ces placements débouchent sur un renforcement de la surveillance de la cour et donc sur une plus grande capacité de réaction par rapport à ce qui s’y passe. À condition toutefois de toujours conserver le soutien royal. Celui-ci peut être retiré dans trois cas : soit lors d’un changement de règne, soit en cas d’incompétence, soit, au contraire, en cas de trop grande réussite. Dans toutes les configurations, il y a rupture d’un équilibre. Ce qui nécessite une recomposition des réseaux.

11Les réseaux au service du Grand Maître montrent le poids croissant que celui-ci occupe dans le système politique de la fin des années 1520. Un réseau curial, un en politique internationale, un dans le monde de la diplomatie, un parmi les gens de finances, tous quatre donnent le sentiment qu’une toile d’araignée se tisse à l’échelle du royaume. Cette première impression est renforcée par le fait que ces structures réticulaires ne fonctionnent pas en autarcie. D’une part, bon nombre de correspondants appartiennent à plusieurs réseaux. D’autre part, nombre d’épistoliers informent à la fois le Grand Maître et son secrétaire (et probablement d’autres personnes non citées dans leurs missives). Troisièmement, les réseaux recoupent en partie des cercles concentriques fondés sur la notion d’intimité par rapport à la personne du Grand Maître. Si celui de la famille forme la colonne vertébrale du système montmorencéen, celui des officiers domestiques majeurs en compose la moelle épinière, celui qui donne vie au cercle des autres officiers domestiques et des autres serviteurs, du valet de chambre au pâtre, en passant par la nourrice, les receveurs des seigneuries et les gardes forestiers, auxquels il faut ajouter les serviteurs dispersés dans les différentes possessions patrimoniales provinciales situées en Bourgogne, en Provence, en Bretagne ou encore en Picardie.

12Ces réseaux sont complémentaires. Ils s’emboîtent totalement ou partiellement les uns dans les autres. Grâce à eux, le Grand Maître peut mener à terme les différentes missions que François Ier lui confie entre 1526 et 1530, avec, pour point d’orgue, la libération des fils du roi le 1er juillet 1530. À cette occasion, l’ensemble des lettres de la correspondance passive du Grand Maître montre très clairement la manière dont l’un des premiers personnages du royaume peut utiliser les différents réseaux auxquels il appartient, qu’il domine ou qu’il contrôle. En l’occurrence, il s’agit de mobiliser le plus grand nombre possible d’énergies dans l’unique but de faire aboutir les négociations entamées avec les Espagnols. Le résultat visible de cette exigence est la contraction de l’espace épistolaire du Grand Maître et de son secrétaire le long d’un axe dont les différents segments relient les lieux de pouvoir engagés dans le processus mis en œuvre.

13Le propre des réseaux est de fonctionner grâce aux actions entreprises par ceux qui les font vivre. La série « L » ne permet pas, hélas, de suivre l’évolution sur le moyen terme (c’est-à-dire pour les années 1530-1560) des structures existant à la fin des années 1520 dans l’entourage du Grand Maître. De plus, même s’il existe de remarquables études ponctuelles telles celle de Mark Greengrass portant sur la composition du Conseil des derniers Montmorency, ou celle de Katia Béguin sur la recomposition des réseaux montmorencéens après 1632, il semble quasiment impossible, à l’heure actuelle, d’envisager une analyse sur le long terme de ce groupe. À peine peut-on poser quelques jalons. Les fils de Sébastien Le Rouillé, Pierre et René, deviennent successivement évêque de Senlis. L’un des fils de Jean de Garges, François, est le lieutenant des gendarmes que commande Guillaume de Montmorency, seigneur de Thorey, l’un des fils du connétable. Charles Pierres, fils d’Yvon, est l’un des gentilshommes ordinaires du connétable. Jean de Durant, fils de Claude, épouse en 1568 Charlotte de Meaune, en présence du cardinal Odet de Châtillon, l’un des neveux du connétable. En 1614, le fils de Jean, Odet, dont on devine aisément quel personnage l’a tenu sur les fonts baptismaux, est mis en possession du commandement du château, ville et comté de Clermont-en-Beauvaisis par le prince de Condé, beau-frère d’Henri II de Montmorency. Pour tous ces exemples, la continuité clientélaire (et géographique dans le cas des membres du lignage Durant) est manifeste. Cependant, le fils de Guy Karuel, Antoine, blessé mortellement à la bataille de Montcontour en 1569, est l’un des maîtres d’hôtel du cardinal de Bourbon. De même, Anne Berthereau, fils de Nicolas, meurt en 1567 dans les rangs protestants en combattant les armées dirigées par le connétable, qui est aussi son parrain.

14Ces quelques exemples pris parmi la descendance des officiers domestiques majeurs et d’un commensal du Grand Maître, suggèrent que l’étude des réseaux d’un personnage puissant amène à se poser la question de l’existence des conduites de fidélité. En d’autres termes, l’appartenance à un réseau implique-t-elle une exigence de fidélité ?

15Au XVIe siècle, comme au XXIe, chaque individu est enserré dans les filets de structures réticulaires. La famille, les amis, la religion, le travail, la seigneurie composent les structures du plus grand nombre. Pour les personnages évoluant autour du Grand Maître, les réseaux fondés sur la cour, l’armée, la justice, les finances, la diplomatie étoffent les groupes sociaux dans lesquels ils vivent. Une telle approche n’est concevable qu’en adaptant à l’Histoire un outil forgé par d’autres sciences humaines : les réseaux d’acteurs sociaux. L’une des confirmations des lettres adressées au Grand Maître réside bien dans le fait que leurs rédacteurs évoluent au sein de différents réseaux. Une fois ce constat fait, il reste à essayer de prouver l’intérêt d’une telle démarche. Il est quintuple.

16Premièrement, l’utilisation de cette notion permet de pénétrer à l’intérieur des réseaux structurant la vie sociale d’un individu. Cette vivisection fait apparaître les enjeux de l’appartenance à des réseaux : les amitiés, les rancœurs, les haines, les espoirs, les désillusions, bref, les hiérarchies internes. Autrement dit, il ne s’agit plus seulement d’identifier l’appartenance à un réseau, mais d’en saisir les ressorts.

17Deuxièmement, elle invite à un renversement de postulat. À l’idée que la fidélité d’un personnage dépend de son appartenance à un réseau, elle substitue celle selon laquelle son degré de fidélité découle aussi de la place qu’un individu occupe dans différents réseaux. Il faut toutefois assortir ce postulat d’une nuance. Il y a fort à parier que l’intensité du lien personnel dépende aussi du moment où il est stimulé, voire des intermédiaires et des raisons utilisés pour l’activer. Cela oblige à relativiser la gratuité de l’engagement au profit du calcul et de la préméditation. Ce faisant, on inscrit le rapport de fidélité dans le triptyque du donner-recevoir-rendre cher à Marcel Mauss.

18Troisièmement, elle amène à se poser la question de savoir si, dans cette optique d’une étude du phénomène du don/contre-don, le XVIe siècle peut être considéré comme une période transitoire au cours de laquelle cohabitent deux formes de don. Dans sa forme subjective, le don correspond à un abandon. Le vassal se donne à son seigneur, les parents confient leur enfant à un grand personnage pour que celui-ci fasse son éducation. La version objective, quant à elle, est fondée sur le cadeau, le présent matériel. Il peut s’agir d’un animal exotique, d’un vêtement de luxe, d’un livre (à travers le phénomène des dédicaces), ou d’une somme d’argent. En d’autres termes, cette forme de don rend compte de l’élévation du niveau de vie global d’une société et de son entrée dans une ère commerciale. La lente montée du don objectif et le lent déclin du don subjectif ne pourraient-ils pas être le reflet de la mise en place d’une société plus individualiste dans laquelle la personne compte plus que le groupe ? Aucun don n’est gratuit. Celui qui ne donne pas s’isole du groupe, tout comme celui qui ne rend pas ou pas suffisamment. En filigrane derrière le don subjectif, transparaît la notion d’honneur. Or « l’honneur » est l’une des vertus essentielles développées par la noblesse de l’époque moderne pour préserver l’intégrité d’une position sociale privilégiée.

19Quatrièmement, elle peut permettre de participer à la compréhension des mutations de la société de l’époque moderne en proposant une explication sociale à des comportements politiques. Pour la noblesse, d’épée notamment, la constante mise en avant de relations fondées sur la fidélité ne lui permet-elle pas de trouver une réponse, puisée dans son passé féodal, à la déstabilisation sociale dont elle est victime de plus en plus violemment et ouvertement à partir de l’époque moderne ? Plutôt qu’une remise en cause, qu’elle n’opérera que contrainte et forcée dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la noblesse trouve une réponse sécurisante dans l’affirmation de solidarités fondées sur la fidélité et l’honneur. Cette crispation sur des valeurs issues d’un passé recomposé la force à adopter une attitude anachronique, décalée, vis-à-vis de la société qui se met en place. Elle affirme son existence, mais, en contrepartie, elle provoque une réaction de défiance de la part du pouvoir monarchique.

20Cinquièmement, elle s’inscrit dans l’élaboration laborieuse d’un système de gouvernement appelé la monarchie absolue. Cependant, au moins autant que les facettes innovantes de ce système, elle ménage une part non négligeable de continuation d’attitudes héritées du Moyen Âge. En 1526, François Ier reprend possession du centre géographique et politique de son royaume. Il adopte exactement la même démarche de ses lointains ancêtres capétiens du XIe siècle qui s’étaient assurés du contrôle de l’Île-de-France avant de se lancer à la conquête du royaume. Cependant, au XVIe siècle, outre la rapidité du rétablissement, ce qui frappe réside dans la différence d’échelle. Là où un Philippe Ier rameutait son ost de quelques centaines de chevaliers pour se battre contre le seigneur de Coucy et rétablir l’ordre dans le petit domaine royal, François Ier, aidé de ses compagnies d’ordonnance, entame une lutte acharnée contre l’empereur, au niveau européen. Mais l’idée est la même : contrôler le centre grâce à des soutiens efficaces. Pour le Valois-Angoulême, à partir de 1526, le pilier de ses ambitions se nomme Anne de Montmorency. Le souverain sait que derrière lui se profile une nébuleuse réticulaire en partie héritée de son lignage, en partie constituée par sa propre action et bientôt renforcée par la volonté royale.

21Ainsi, en tenant compte des cinq remarques énoncées ci-dessus, il apparaît que l’étude des réseaux d’Anne de Montmorency à la fin des années 1520 s’inscrit dans une démarche d’histoire totale. La première difficulté réside dans la maîtrise de l’appréhension de l’histoire politique, économique et sociale du règne de François Ier. La seconde repose sur l’extrême complexité de poursuivre cette quête sur le long terme. Car l’étude des réseaux d’acteurs sociaux de l’un des personnages clé du XVIe siècle français combine trois temps : un cycle long, celui de la monarchie absolutiste qui se met laborieusement en place, un cycle moyen, celui de la vie de cet homme envisagée à travers l’étude de ses réseaux, et celui d’un cycle court correspondant à la succession des événements auxquels il participe. Une telle exigence résume la difficulté de l’exercice, combinée au fait que les sources disponibles ne donnent pas toujours accès aux informations recherchées. Dans le cas présent, la perte de la correspondance passive (en dehors des missives politiques et diplomatiques) d’Anne de Montmorency et de celle de son secrétaire Nicolas Berthereau pour les décennies 1530, 1540 et 1550, empêche toute reconstitution réellement fiable de leurs réseaux. Aussi, les lettres de la série « L » représentent-elles un trésor inestimable mais resserré dans le temps, ne permettant qu’une esquisse de ce que pourrait être une étude des réseaux sociaux au XVIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540