Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Troisième partie. Pouvoirs et réseaux

Chapitre IX. Entre âpreté et solidarité : les deux pôles des relations réticulaires

Texte intégral

  • 1 Muchembled R., L’invention, op. cit., chapitre premier. Du même auteur, La société policée. Politi (...)

1Les lettres de la série « L » renvoient le reflet d’une société polie, voire policée, assez éloignée des comportements du temps1. Pas d’injures, peu de menaces directes, tout semble se dérouler de manière convenue. Pourtant, à travers les lignes, se devinent les rancœurs, les conflits d’intérêts et les ambitions des protagonistes. Les chocs frontaux sont rares, au contraire des antagonismes larvés car la lutte pour l’attribution d’une charge ou d’une pension peut se révéler particulièrement âpre dans les coulisses du pouvoir. Cependant, tous les acteurs ont en commun de recourir au jugement impartial du maître, lequel tranche en dernier ressort, non sans avoir écouté les arguments des uns et les arguties des autres et pris conseil auprès de ses proches serviteurs. C’est là qu’intervient le second pôle des relations réticulaires, celui d’une nécessaire solidarité entre les acteurs. Dans ce domaine, il faut bénéficier d’alliés pour se faire entendre. Ne gagne pas forcément celui qui est sûr de son bon droit, mais celui qui a su se ménager un réseau efficace.

Conflits frontaux et conflits larvés

2Les tensions qui surgissent dans les lettres sont de différentes natures. On peut distinguer celles qui opposent deux serviteurs du Grand Maître, celles où s’affrontent un serviteur et un autre personnage et celles mettant en cause deux épistoliers sans liens apparents avec lui.

Tensions entre serviteurs

3Tout n’est pas parfait à l’intérieur du système montmorencéen. Il arrive au Grand Maître de s’irriter contre l’un de ses serviteurs ou de tancer tel autre qui n’agit pas assez vite à son goût. Toutefois, les altercations les plus virulentes naissent entre officiers. Elles ont souvent pour cause soit le grippage momentané du système de la recommandation, soit la répartition des tâches générées par le service.

  • 2 IX-153. Toutes les lettres d’Yvon Pierres concernant cette affaire sont écrites de Chantilly. Pour (...)
  • 3 IX-107.
  • 4 IX-232.

4Pour la série « L », il n’existe que deux réels cas de violence épistolaire. Le premier concerne une affaire impliquant Nicolas Berthereau et Yvon Pierres. Celle-ci couvre les mois de février, mars et avril 1530. À l’origine, il semble qu’Yvon Pierres se soit mis en position d’intermédiaire afin de procurer un office curial à l’une de ses connaissances. Le 5 février, il avertit le secrétaire que M. de Boisdauphin (Jean de Laval) lui envoie un courrier afin que son fils soit placé dans la Maison du dauphin2. Le 21 février, il relance Berthereau : « Je vous prie que ayez souvenance des artycles que je vous ay mandé pour Bois Daufyn3. » Le 1er avril, nouvelle allusion : « Je vous recommande la fayre de Bois Daufyn… dont plusieurs foyz vous en ay escript4. » Enfin, le 22 avril, après une tardive et négative réponse du secrétaire, Yvon Pierres lui répond en déversant toute son amertume :

  • 5 XIV-217.

« J’ai receu les lestres que m’avez escrytes touchant Boydaufyn et mon nepveu. Quant de m’en esbaïser [étonner], je ne m’en esbaïse poynt tropt car monseigneur l’avoyt promys à madame [Madeleine de Savoie] à ma requeste et ausy à son oncle tout droyt. Vous me mandez que on y mestra persongne sans en parlez au roy et à Madame [ici, Louise de Savoie]. Je ne suys pas sy pauvre d’antandement que je n’an tande byen que le roy ny Madame ne quegnoystroit tans sus que monseigneur et mestre et vous promest ma foy sy j’étoys allyer là où vous estez [Bayonne] et que fusyez où je suys, je m’étrays peyne de logez vostre nepveu sy le me mandez car au lyeu où vous estez, je n’y faudrays et suys fort marry de tant vous en avoyr escryst5. »

5Le ton violent et réprobateur employé par Yvon Pierres est à la hauteur de sa désillusion. Il a le sentiment d’avoir perdu la face dans une affaire qu’il pensait sûre d’aboutir grâce à l’appui de l’épouse du Grand Maître. Il rejette sur le secrétaire l’affront qu’il subit et qui entame le crédit dont il jouissait auprès de personnes qui l’avaient sollicité. Surtout, il accuse celui-ci de lui mentir et de ne pas oser lui avouer les véritables raisons du rejet de sa demande.

  • 6 XIII-244. Cette somme correspond exactement au total des trois mandements du 26 octobre 1529, 14 d (...)
  • 7 « Envoyés, envoyés, envoyés argent ». XIV-93, [s. l.] [Malines], le 21 décembre 1529.
  • 8 XIII-244, XIV-93 et XIII-188.

6On retrouve le même type d’appel au secours entremêlé d’indignation chez Gilles de La Pommeraie. À partir d’août 1529, celui-ci a été envoyé aux Pays-Bas afin de s’assurer de la bonne exécution de la Paix des Dames. À plusieurs reprises, il se plaint de n’avoir reçu que 600 écus en 10 mois d’ambassade6. Ces récriminations de plénipotentiaire désargenté constituent le quotidien des émissaires royaux7. Cependant, les choses se gâtent lorsqu’il apprend qu’il fonctionne en concurrence avec une seconde équipe composée d’Antoine Hellin et de Jean Billon. Le ton monte rapidement : « Soulx couleur que je ne suys que ung sanble [simple] panetier, l’on me traicte aussy mal », ou bien : « Il suffist à monseigneur d’avoyr geté ses serviteurs là en quelque lieu, jamais payé, après ne s’en soucie », ou encore : « Se me seroit trop grant deshonneur qu’en ma présence ilz [Hellin et Billon] portassent la charge dont j’ay le nom8. »

  • 9 « Je vous promets ma foy » pour Pierres et « je vous jure ma foy que tout ce que je vous en escrip (...)
  • 10 XIII-226.
  • 11 CAF, t. I-3616, de Dijon, le 7 février 1530. On peut remarquer que ses pouvoirs sont délivrés le l (...)

7Les mésaventures d’Yvon Pierres et de Gilles de La Pommeraie rendent compte des tensions pouvant surgir entre collaborateurs d’un même maître. Le refus d’une demande implique aussitôt une crispation et la mise en cause de l’honneur du débouté9. Des chocs d’intérêts et des malaises passagers s’ensuivent, qui retombent vite. Dans sa lettre datée du 28 avril 1530, Yvon Pierres ne fait pas la moindre allusion au différent qu’il vient d’avoir avec Nicolas Berthereau10. De même, l’irritation de Gilles de La Pommeraie se calme lorsque le roi envoie des pouvoirs égaux aux trois hommes « à l’effet de poursuivre devant le Grand Conseil de l’empereur à Malines la vérification et l’enregistrement des traités de Madrid et de Cambrai11 ».

8La rapidité de l’effacement de ces incidents est sans commune mesure avec les rivalités prolongées qui peuvent survenir entre d’autres serviteurs. Ce type de querelle touche d’autres enjeux liés à la possession du pouvoir délégué. Deux exemples marseillais illustrent de tels conflits.

  • 12 Poly J.-P., La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structures di (...)
  • 13 Il s’agit de la galère La Brave et du galion. II-167, Pontevès au Grand Maître, de Carpentras, le (...)
  • 14 ACC, série BA, reg. 2 BA 1, fo 26. La transaction a lieu entre le jour du don royal de la seigneur (...)
  • 15 « Monseigneur, il [d’Ornezan] a faict le partaige de voz navires, ce qu’il n’a pas faict à vostre (...)
  • 16 La Roncière C. de, op. cit., p. 217-218.

9Le capitaine Micheau de Pontevès est issu d’une vieille famille provençale suivie depuis le début du XIe siècle12. En 1529, il commande deux navires appartenant à Anne de Montmorency13, venus de l’héritage de frère Bernardin des Baux. Le défunt est d’ailleurs au centre d’une polémique dont les protagonistes sont Pontevès et Lubiano. Le premier acte se déroule le 11 février 1528, quand le Grand Maître, par l’intermédiaire de son maître d’hôtel, conclut une transaction avec Pontevès « sur les dégatz par luy prétenduz luy avoir esté faictz par le capitaine Bernardin14 ». Micheau se met au service du nouveau seigneur des Baux, mais il doit très vite fournir des justifications à propos d’une querelle née du partage de prises de guerre. Il en rejette la responsabilité sur Magdelon d’Ornezan, le frère du baron de Saint-Blancard15. En fait, il rédige sa lettre alors que la flotte française est de retour d’une expédition contre la Sardaigne qui s’est soldée par un échec16.

  • 17 IX-15, Lubiano au Grand Maître, de Marseille, le 1er août 1528. Cette lettre fait référence à une (...)
  • 18 Lubiano au Grand Maître (IX-15) et à Berthereau (VI-212), de Marseille, le 1er août 1528.

10Mais l’affaire ne s’arrête pas là, puisqu’une fois de plus, Christophe de Lubiano tente de protéger les affaires du Grand Maître en relançant cette histoire de partage mal effectué et en accablant le capitaine Micheau lui-même, qui aurait agi sciemment dans le but de flouer le Grand Maître17. Mais Lubiano est obligé de faire machine arrière. Au secrétaire, il écrit seulement qu’il est « esbay comment le cappitaine Micheau a importuné monseigneur pour le relacement de la robe taillée, veu que je ne luy doney oncques empeschement ». Au Grand Maître, son explication est plus détaillée en livrant la raison de son erreur : « Mès c’est monsieur du Puy-Saint-Martin, lieutenant de ce pays, que n’a pas levé la main pour les droitz du roy que appartiennent à monseigneur le comte de Tende, pour ce qu’il a sceu à la vérité la valeur de la prinse de La Brave et ce que luy ont baillé par inventoire ne vault pas de vingt pars une18. »

  • 19 « Les rudesses que luy a usé et use journellement vostre maistre d’hostel. » II-162 : La mère du c (...)
  • 20 Ibid.

11Une lettre donne en partie la cause de la reculade de Lubiano. Elle émane de la mère du capitaine Micheau, qui n’hésite pas à voler au secours de son fils en accusant Lubiano de harcèlement19. Elle termine sa lettre en demandant au Grand Maître d’écrire à Lubiano que celui-ci « ne luy done troble suz ce qu’il vous a pleu luy accorder ». Elle est persuadée que son fils, débarrassé de la suspicion de Lubiano « fera le proffit du maistre, car je ause dire ceste parole que vous… verrés en brief par effaict que de ceulx que auront charge de la mer, mon filz sera celuy qui vous portera le bien20 ».

12L’animosité de Lubiano à l’égard de Pontevès se tasse pour l’année 1529, après un voyage du capitaine à la cour et un retour en Provence retardé par une maladie, mais elle est relancée par les événements de décembre 1530 lorsque Micheau de Pontevès est impliqué dans le meurtre de François Forbin. À la suite de ce crime, ses relations avec le Grand Maître semblent se distendre, ce qui donne raison, a posteriori, à Lubiano. Cependant, celui-ci n’a pas toujours eu des intuitions aussi lumineuses. C’est ce qui ressort de ses démêlés avec Claude de Menville. Celui-ci cumule la charge de capitaine de galère avec celle de capitaine de la baronnie des Baux-de-Provence, une charge convoitée par Christophe de Lubiano dépêché à Marseille pour prendre possession de ce bien. Les deux hommes entrent alors en compétition et multiplient les dénonciations réciproques pour perdre le rival dans l’esprit du Grand Maître.

  • 21 « Pour otant que suys de vous subgectz et habitant de là. » XV-104, Menville au Grand Maître, de M (...)
  • 22 Le don royal de décembre 1528 comprend les « naufs, gallères, gallion et barches et autres vaissea (...)
  • 23 XV-104 : « Vous plaira avoir souvenance et m’avoir pour recommandé touchant la place d’huyssier de (...)
  • 24 Lubiano « est après pour arrenter. Si vous plet, envoyerés qui le me bahle pour le prix qu’il en t (...)
  • 25 VI-220, de Marseille, le 6 septembre 1528, et XIII-328, de Marseille, le 8 octobre 1528.
  • 26 « J’eusse envoyé le cappitaine Claude [de Menville], mais je me donne au dyable sy j’ay sceu trouv (...)
  • 27 ACC, série BA, reg. 2 BA 1, fo 23 et 24.

13Dans ses lettres, Lubiano ne fait jamais référence à Claude de Menville, jusqu’au moment où il faut désigner un capitaine pour la seigneurie des Baux. Le choix du nouveau seigneur se porte sur Menville pour plusieurs raisons. Celui-ci est un Provençal. Il habite aux Baux comme il le rappelle dans deux de ses lettres21, ce qui peut faciliter la prise de possession par un nouveau seigneur venu du Nord. De plus, grâce à cette nomination, le Grand Maître s’attache un capitaine de galères auquel il peut confier le commandement de l’un de ses navires22. Enfin, cette désignation compense en partie le refus du Grand Maître de le pourvoir de l’office d’huissier de la chambre du roi que réclamait Menville23. À partir du printemps 1528, les relations s’enveniment entre Lubiano et Menville. Ce dernier n’obtient pas le bail à ferme de la baronnie, malgré des demandes en ce sens au Grand Maître24. Il se plaint à Berthereau de ce que le maître d’hôtel ne le laisse pas jouir de son nouvel office en paix, en ajoutant perfidement que Lubiano agit de la sorte par dépit « ledit seigneur Christofle a esté marry de ne pas avoir ladite cappitaineye », avant d’ajouter deux mois plus tard : « je vous prie fère escripre à mondit seigneur audit seigneur Chritofle touchant la cappitainerye des Baulx qui ne me donne mes empeschemens25 ». De son côté, Lubiano ne se prive pas de dénoncer les incapacités de son heureux rival chaque fois que l’occasion s’en présente26. Mais Lubiano doit se résoudre à accepter que la capitainerie lui échappe, lui qui pensait pourtant l’obtenir après avoir été désigné pour aller recevoir l’enregistrement par le parlement de Provence du don du roi27.

  • 28 XIV-205, Alberto Pio, comte de Carpi au Grand Maître, de Paris, le 5 avril 1529.
  • 29 XI-128, Lubiano à Berthereau, de Marseille, le 23 février 1529.
  • 30 Ibid.
  • 31 XIV-216, « aux gallères », le 21 mai 1529.
  • 32 XV-232, des Baux, le 1er février 1529.
  • 33 Bourquin L., art. cit., p. 23.
  • 34 XV-232. La lettre du comte de Carpi au Grand Maître (XIV-205) mentionne que « Jehan Paulle Corce » (...)

14L’opposition Menville-Lubiano est ravivée quelque temps plus tard à propos d’une affaire d’aubaine. En janvier 1529, un baron napolitain, le seigneur de Prouget, « qui est sorty du royaulme de Naples pour s’estre déclaré pour le party du roy28 », meurt aux Baux, intestat. Étant un étranger, tous ses biens, bagages et effets personnels sont confisqués et doivent revenir au seigneur des Baux, car « la baronnye des Baulx […] est la première baronnye de Prouvence et que le seigneur a des libertez et des privillèges plus que nul aultre du pays29 ». Et Lubiano d’ajouter : « Mais le gros est le meilleur. La femme du cappitaine Claude avoit mys la main devant que l’inventaire feust fait30. » Menville se défend en écrivant à Berthereau « que mandés les lettres […] de l’éritaige que je compris ycy aux Baulx et […] de escripre à monsieur le mestre [Lubiano] que me le laise31 ». Dans leur lutte, les deux hommes font intervenir des tiers. Mais à ce jeu, c’est Claude de Menville qui se montre le plus habile. Il fait écrire le fils du défunt, Jean Carlo Cossa32. Celui-ci, descendant de Jean de Cossa, noble napolitain, chevalier de l’Ordre du Croissant33, envoie l’inventaire de l’argent saisi par Lubiano (« ung petit d’argant monoie de Rome et de Naples ») et demande au Grand Maître « de mander audit messire Christofle qu’il me retourne et relasse mondit argant34 ».

  • 35 VIII-223, les consuls au Grand Maître, des Baux, le 8 octobre 1528. Le même jour, Menville envoie (...)
  • 36 Il est aussi employé pour régler les problèmes de traites de blé levées par les Bonvisi (VI-200 et (...)
  • 37 M. de La Parnelière à Berthereau : VI-200, de Béziers, le 2 août 1528 ; XI-83, de Narbonne, le 8 a (...)

15L’année précédente, il avait fait écrire les consuls des Baux, lesquels le tiennent « pour ung homme de bien, veu et congneu, qu’il nous maintient bonne justice et est agréable à tous voz subjetz35 ». Les consuls profitent de l’occasion pour rappeler au Grand Maître que dans son testament frère Bernardin légua « à l’église parrochialle des Baulx pour la réparation d’icelle deux cens escuz d’or [et est] si petite que la moytié de voz subjectz ne scauroient entrer dedans, et avons délibéré de l’augmenter, avec l’ayde de Dieu et de vous ». Phrases révélatrices de la manière à peine voilée avec laquelle des sujets et des autorités locales promettent l’obéissance à un nouveau seigneur en échange d’un geste de bonne volonté. Cependant, la vraie cause de leur empressement à soutenir Claude de Menville est mentionnée au début de leur courrier où l’on apprend qu’ils sont sous la menace d’une amende que Lubiano veut leur infliger pour avoir reçu son rival comme capitaine des Baux Finalement, les différends entre les deux hommes trouvent une solution à l’amiable par l’envoi de M. de La Parnelière, lieutenant de la compagnie de M. de Clermont36. Celui-ci a rédigé au moins trois lettres à Nicolas Berthereau pour rendre compte de ses médiations37.

  • 38 Autre exemple de conflit dans VIII-116, opposant Parnois, lieutenant du sénéchal de Béziers et M. (...)
  • 39 Il achète cependant une bastide. XII-74 : Lubiano au Grand Maître, de Marseille, le 11 juillet 152 (...)

16À travers ces deux exemples d’affrontements entre deux officiers montmorencéens38, on se rend compte des tensions qui peuvent surgir lorsqu’il s’agit d’assurer le service du Grand Maître. Christophe de Lubiano voudrait bien régenter l’intégralité des affaires que celui-ci possède en Provence, des galères aux revenus de la seigneurie des Baux, en passant par les nominations et les expéditions de cadeaux destinés à Chantilly. Cependant, le Grand Maître préfère confiner son maître d’hôtel dans ce qui relève de la mer et de Marseille, ce qui représente déjà beaucoup de travail et nécessite l’envoi d’un homme de confiance, Jacques Du Pin, chargé d’épauler Lubiano dans la gestion de ses biens marseillais. Mais, quand il faut trouver un personnage pour administrer la seigneurie des Baux, il choisit un noble local, Claude de Menville, qui connaît les usages, la terre, les paysans et la langue du pays. C’est cet enracinement qui manque à Christophe de Lubiano39.

17D’autres cas révèlent également le rôle d’intermédiaires joués par les officiers domestiques majeurs du Grand Maître. Il s’agit d’affaires perturbant le fonctionnement normal des rapports hiérarchiques au sein de sa compagnie d’ordonnance. François de Béarn est le lieutenant de la compagnie. Il partage le plus clair de son temps entre la Guyenne où il est possessionné et le Languedoc où il surveille les cantonnements de la compagnie. Théoriquement, sa fonction fait de lui le supérieur des archers et des autres hommes d’armes. La réalité semble bien différente.

  • 40 XIV-26 : Jeannot Chance à Berthereau, de Montpellier, le 12 janvier 1528.
  • 41 XIV-26. Les deux extraits qui suivent également.
  • 42 La démarche de Jeannot Chance qui retourne en Languedoc pourvu de la seule parole de Berthereau te (...)
  • 43 On trouve un cas similaire avec la lettre IX-187 qu’adresse Gaspard Morel, archer lui-aussi, à Ber (...)
  • 44 BnF, Clair. 250, fo 1077.

18Jeannot Chance dit « Tholoze » écrit un billet depuis Montpellier40. Son objet porte sur le refus opposé par François de Béarn de l’admettre dans la compagnie tant qu’il n’a pas reçu un ordre signé du Grand Maître. L’élément le plus intéressant de la lettre réside dans la procédure utilisée pour l’enrôler. C’est Charles de Magny, maître d’hôtel d’Anne de Montmorency, homme d’armes de sa compagnie et envoyé pour le représenter aux États du Languedoc, qui « vous [Berthereau] avoit script vous faisant m’anvoyer de me pourvoir de une place d’archier en ladite companhie41 ». La lettre de M. de Magny a été portée par Jeannot lui-même, « darnièrement que j’estois à Fontainebleau ». Le secrétaire accepte la proposition de M. de Magny (« lequel vous plut me pourvoir dont vous en suis fort tenu »). Mais, « quand je fus de retour, je dis à monsieur le baron que je avois esté porveu, lequel me demande si je ly portoys lectres de monseigneur, monseigneur le Grant Maistre. Je luy dis que non ». Le refus du baron de Béarn d’incorporer quelqu’un sans un ordre écrit s’appuie-t-il sur une procédure normale42, ou cherche-t-il à se venger d’avoir été court-circuité par M. de Magny ? Aucune trace de cette affaire ne transparaît dans les lettres du baron de Béarn43. Une seule chose est certaine cependant : à la montre du 17 février 1528, le nom de Jeannot Chance figure sur le rôle dressé par André Le Roy44. Magny a donc obtenu gain de cause, malgré l’opposition de son lieutenant.

  • 45 Un exemple parmi d’autres est fourni par le passage d’une lettre de François de Béarn qui mentionn (...)

19L’impression d’ensemble se dégageant de l’analyse des lettres pourrait laisser supposer que les relations entre serviteurs du Grand Maître sont parfaitement cordiales. Ce lissage provient du fait que la plupart des tensions quotidiennes se règlent directement, entre antagonistes. Dans le pire des cas, elles font l’objet d’un bref compte rendu45. On peut remarquer que les conflits les plus graves se déroulent soit lorsqu’Anne de Montmorency est éloigné durablement de Chantilly, soit dans ses possessions méridionales, en Provence et en Languedoc. Dans les trois cas, il convient de noter qu’à chaque fois, le pouvoir d’une autorité locale est remis en cause par l’irruption d’un personnage proche du Grand Maître, tels Christophe de Lubiano et Charles de Magny. Les relations entre serviteurs sont donc vraisemblablement beaucoup plus conflictuelles que ce qui ressort du corpus. Ceci est confirmé par les conflits qui surgissent en périphérie de la nébuleuse montmorencéenne.

Les conflits périphériques

20Aux marges du système montmorencéen les frictions sont nombreuses. Au-delà des querelles et de leurs fondements, l’élément remarquable se situe dans la capacité de celui-ci à donner, ou non, une issue favorable à la supplique qui lui est adressée. On peut distinguer deux catégories : celle opposant un serviteur à un non-serviteur ; et celle mettant en cause deux personnages dont les liens avec le Grand Maître sont apparemment ténus.

  • 46 Les chroniques de Jean de Tarde, Paris, 1867, p. 221, note 2.
  • 47 Jourda P., Répertoire, op. cit., p. 98, lettre no 445. Cette lettre n’a pas été conservée, mais Pi (...)
  • 48 Ibid., lettre no 446 (BnF, ms. fr. 3024-73).
  • 49 Dessalles L., Histoire du Périgord, Le Bugue-sur-Vézère, 1982 (réed.), p. 949. Babelon J.-P., Henr (...)
  • 50 Babelon J.-P., op. cit., p. 29.
  • 51 XI-20 : Hérivaux à Berthereau, de Bordeaux, le 7 juin 1530.
  • 52 Ibid. L’abbé de La Sauve est aussi le rival de Le Rouillé à Sarlat.
  • 53 Ibid. et XIII-54 : Hérivaux à Berthereau, de Bordeaux, le 3 juin 1530.

21Pendant l’été 1530, Richard Le Rouillé, abbé d’Hérivaux s’est installé à Sarlat, en Périgord, afin d’essayer de prendre possession de l’évêché que le roi lui a donné. Il meurt le 30 août 1530, terrassé par les fièvres, sans avoir pu concrétiser son ambition. Il faut dire que la partie était mal engagée, tant les résistances à l’arrivée de cet étranger à la tête du diocèse étaient fortes. L’abbé d’Hérivaux apparaît d’emblée comme l’homme de la cour. Pour parvenir à ses fins, il peut compter sur le soutien du Grand Maître. Celui-ci le recommande à Marguerite de Navarre qui intervient auprès de son royal frère et « employa pour faire confirmer par le chapitre de Sarlat la nomination de l’abbé d’Hérivaux, le crédit du roi de Navarre son mari, de Georges d’Armagnac, évêque de Rodez et de M. de Forts (Vivonne ?) qu’elle envoie sur place46 ». Début 1530, la reine écrit à l’évêque de Rodez et à M. de Fors au sujet de l’élection de l’évêque de Sarlat47. Bien plus, le 4 février 1530, elle exprime sa satisfaction que l’on ait donné l’évêché de Sarlat à « M. d’Hérivault » et demande à M. de Rodez et M. de Fors de le faire confirmer48. L’intervention du couple royal navarrais s’explique par le fait qu’Henri d’Albret est comte du Périgord depuis 152249 et gouverneur de Guyenne depuis 152850. L’abbé d’Hérivaux écrit aussi à Guillaume de Montmorency et à Madeleine de Savoie afin qu’ils le soutiennent auprès du Grand Maître51. Il s’appuie également sur Louise de Châtillon, la sœur d’Anne de Montmorency, laquelle a demandé pour lui l’abbaye de la Sauve Majeure au cas où son abbé viendrait à mourir52. Il tente d’intéresser à son affaire le cardinal-chancelier Antoine Duprat, nommé légat au début de l’année 153053.

  • 54 XIII-299 : Hérivaux à Berthereau, de Sarlat, le 31 juillet 1530. Cette affaire est traitée plus en (...)
  • 55 Maubourguet J., Sarlat et le Périgord méridional, Périgueux, 1955, t. 3, p. 110.
  • 56 Ibid., p. 46.
  • 57 Ibid., p. 110.
  • 58 CAF, t. II-20034, de Bordeaux, le 20 mai 1530.

22Son compétiteur, Jacques de Larmandie, a réussi à coaliser un véritable bloc sarladais. Richard Le Rouillé fait parvenir à Nicolas Berthereau la liste de « ceux qu’il fault envoyer quérir pour venir vers le roy54 ». Cette coalition fonctionne à partir de trois réseaux qui s’imbriquent les uns dans les autres. Le premier est celui de la noblesse sarladaise. Les Larmandie, les Salignac, les La Mothe-Fénelon, les Roffignac et les Sireuil contrôlent l’évêché. Leur position au sein du chapitre cathédral tend même à se renforcer depuis la fin du XVe siècle55. Le deuxième est constitué par les alliances matrimoniales dont le pivot est le lignage des Gontaut-Biron. Jean de Gontaut-Biron a épousé Anne de Bonneval, une parente de l’évêque décédé en 1527. Bertrand de Salignac a deux filles. Jeanne épouse Armand de Gontaut-Biron et Françoise est mariée à François de Gontaut-Biron56. Le troisième réseau s’organise autour des grandes familles marchandes de Sarlat qui tiennent le consulat et sont représentées au sein du chapitre cathédral. Ce sont les Hamelin, les Blanchet, les Millon57. Enfin, ce qui fédère ces trois réseaux, c’est le chapitre cathédral lui-même. L’archevêque de Nazareth n’est autre que l’ancien évêque de Sarlat (de 1492 et 1519), Armand de Gontaut-Biron, qui a résigné son bénéfice à Charles de Bonneval. Sur les quatorze détenteurs des prébendes capitulaires, quatre figurent dans la liste évoquée : le chambrier, le grand-prieur, le sacristin et un religieux. À ces noms, s’ajoutent ceux de Jean et Guillaume Blanchet dont l’un des parents, lui aussi prénommé Jean, est le sous-prieur du chapitre depuis 1511, Jean de Sireuil, dont l’un des parents, Michel de Sireuil, est l’infirmier du chapitre depuis 1505, le sieur de La Roche-Morin, Jean de Hamelin, a deux frères chanoines : le célerier et l’ouvrier58. Les sieurs de Salignac sont apparentés à Bertrand de Salignac, sous-chantre de la cathédrale en 1511. Enfin, L’office de prévôt a été tenu par Larmandie jusqu’à son élection à l’évêché.

  • 59 Francis Decrue rapporte l’histoire de la grâce de l’évêque d’Auxerre François de Dinteville, obten (...)
  • 60 IX-28 : « Madame la mareschalle [Louise de Montmorency] m’a mandé que le roy luy a dit pourquoy ce (...)
  • 61 X-19 : Hérivaux au Grand Maître, de Sarlat, le 31 juillet 1530.
  • 62 « Il est besoing que vous facez commander par le roy à quelqu’un de ses huyssiers de chambre de le (...)

23Pourtant, malgré tous ses efforts, l’abbé d’Hérivaux ne parvient pas à entrer en possession de l’évêché. Si son décès est la cause principale de son échec, on peut aussi avancer une autre explication. Toutes les lettres du monde ne remplaceront jamais une discussion en aparté avec le souverain59. Or le Grand Maître est absent de la cour pendant tout le printemps de l’année 1530. Ce constat figure noir sur blanc dans la lettre du 3 juin 1530 que l’abbé d’Hérivaux fait parvenir au secrétaire60. En outre, si le temps joue contre Richard Le Rouillé, il semble l’allié le plus précieux de son adversaire. Jacques de Larmandie fait la sourde oreille à tout ce qui vient de la cour. Il ne répond même pas aux deux lettres que le roi lui envoie61, ce qui horripile M. d’Hérivaux62. L’échec de Richard Le Rouillé offre une bonne illustration des limites du pouvoir du Grand Maître dans ses tentatives pour favoriser l’un de ses serviteurs. Pour le Grand Maître, ce revers n’est pas isolé.

  • 63 « [Albe] a faict procuration de recouvrer son dit office à ung docteur de par deça moyennant mil t (...)
  • 64 Ibid. Martin suit la procédure habituelle, voir Mousnier R., op. cit., p. 41.
  • 65 XI-130, de Marseille. Lubiano signale que Bruni écrit à Berthereau, mais cette lettre n’a pas été (...)
  • 66 Mathieu s’estime « très joyeux, car je vous asseure monseigneur qu’il [Bruni] est très homme de bi (...)
  • 67 IX-53, de Marseille. Lubiano ne propose personne pour remplacer Bruni.
  • 68 CAF, t. IX, liste des conseillers des parlements.

24En septembre 1528, Arnaud Albe résigne son office de conseiller au parlement d’Aix. Aussitôt deux candidats se mettent sur les rangs : Pons Bruni et Louis Martin. Les deux hommes déploient des stratégies différentes. Martin bénéficie de l’avantage d’être le résignataire selon un véritable contrat dont les clauses sont clairement exposées par Bruni63. En outre, il vient à la cour du roi pour « se retirer devers madame, ma dame de Villars64 », Anne Lascaris, la belle-mère du Grand Maître. Bruni reste à Marseille, où il travaille pour Anne de Montmorency, écrit au secrétaire du Grand Maître et lui offre une chaîne d’une valeur de cent ducats. Il semble que les arguments avancés par Pons Bruni l’aient emporté sur ceux de Louis Martin car, le 23 décembre 1528, Lubiano écrit à Berthereau : « C’est ung homme qui vault beaucoup et sy ne feust pour non abandonner les affaires de monseigneur, il s’en seroit allé à la court pour monstrer sa suffisance, ce que je croy qu’il fera, mais qu’il est dépesché les affaires de monseigneur65. » Opinion partagée par le conseiller au parlement Pierre Mathieu66. Hélas, le 1er janvier 1529, Lubiano prend la plume pour annoncer le décès de Pons Bruni « qui estoit celuy à qui vous adviez faict donner l’office de conseiller67 », survenu « à cause de la peste qui c’estoit mise [à Marseille] ». Cette mort inopinée permet à Louis Martin de s’emparer de l’office vacant, office qu’il occupe jusqu’au 10 septembre 153668.

25Ainsi, malgré de légitimes prétentions à vouloir régenter correctement ses affaires, le maître est forcé de reconnaître que sa capacité à tout contrôler est limitée dans le temps et surtout dans l’espace. Il semble bien qu’il existe une « zone interne » qu’il dirige parfaitement. Celle-ci coïncide généralement avec les lieux où il est et où il peut imposer ses décisions et sa volonté rapidement. Mais au-delà, dans une vaste « zone externe », il subit plus ou moins les événements et doit lutter, le plus souvent vainement, contre les inerties et les liaisons d’intérêts contraires aux siens. Dans le cas d’Anne de Montmorency, les échecs que ce dernier ressent dans des affaires opposant ses serviteurs à des personnages étrangers à ses réseaux remettent en cause l’autorité royale. Lorsque les Sarladais repoussent l’abbé d’Hérivaux, c’est tout le système monarchique qui est contesté, alors que le roi ne se trouve qu’à une centaine de kilomètres du lieu de l’action. Certes, on peut argumenter que la possession de l’évêché de Sarlat ne va changer la vie ni du royaume ni de la chrétienté. Cependant, le souverain n’a pas intérêt à ce que de tels incidents se reproduisent trop fréquemment. Il en est de même pour le Grand Maître. Dans tous les cas, le détenteur du pouvoir doit être en mesure de faire respecter sa volonté, même lorsqu’il s’agit de remplacer un serviteur décédé.

Le fidèle, le maître et la mort

26Lorsqu’on aborde le problème de la mort, on ne peut qu’être frappé par le grand contraste qui existe entre la banalité des termes choisis pour annoncer le décès d’une personne et tous les mouvements que celui-ci génère. Un trépas est certes l’occasion d’exprimer son chagrin et son émotion. Le plus souvent pourtant, la disparition d’un individu provoque une réaction en chaîne devant permettre aux vivants de retirer quelques avantages du décès dûment constaté.

Une expectative : la mort du détenteur

  • 69 Le thème du décès d’un individu a été relevé dans 238 missives sur 556, soit dans 42 % des cas.

27Tout détenteur de charge est un mort en sursis. Aussi, n’est-il pas surprenant de constater que 556 lettres, soit 17,7 % du corpus, sont consacrées en tout ou partie à l’annonce d’un décès ou d’une maladie69. La mort suscite toujours de nombreux remous autour d’elle, surtout dès qu’un pouvoir est en jeu. La masse de missives recueillies permet de présenter une typologie des décès

  • 70 Pour Robertet : XII-152.
  • 71 Respectivement : XI-281 (10 septembre), VI-16 (20 septembre), et BnF, ms. fr. 3074-101 (22 septemb (...)
  • 72 VIII-298 : Du Chesnoy ; IX-71 : Houllon ; XV-152 : de Conssac.
  • 73 XV-184, Le Caron.
  • 74 IX-128.
  • 75 « Monseigneur, il est mort ung des saulcier, Du Comte, à Angoulesme, qui estoit de ce quartier. Il (...)

28Le type le plus répandu est le décès naturel. Encore faut-il distinguer entre le trépas survenu brutalement, tel celui du bailli Robertet70, et celui arrivant à l’issue d’une maladie plus ou moins longue comme pour M. de Lautrec dont la mort, en 1528, est annoncée au Grand Maître par les ambassadeurs en Suisse Boisrigaud et Morelet, par le résident auprès des Ligues Grises, M. de Grangis, et par M. de Clermont71. Le deuxième type procède d’une exécution capitale. On le retrouve dans des lettres que les prévôts des maréchaux font parvenir au Grand Maître72, ainsi que dans celles des officiers de justice dépendant du capitaine de Compiègne73. Jacques Colin fait également une allusion à une exécution collective organisée par les Espagnols qui ont fait « pendre ou estrangler treize des beaupères [du monastère Saint-Ange à Milan] qui y estoient74 ». Le troisième type fait référence à un meurtre. Soit le correspondant désigne la victime comme dans le cas de l’assassinat de François Forbin par le capitaine Micheau. Soit, il évoque un homicide commis par un individu. Marin de Montchenu et de M. de Clermont agissent ainsi en présentant deux candidats pour un office curial vacant75.

  • 76 À propos d’une affaire d’apparition diabolique dans le Cambrésis, M. de La Hargerie signale que le (...)
  • 77 Rares sont les cas d’une simple annonce non accompagnée d’une requête. Le 19 octobre 1530, M. de N (...)
  • 78 IX-179 : Etienne Gallois à Berthereau, d’Orléans, le 15 avril (1530).
  • 79 « Je vous seuplie Monseigneur vouloir faire la requeste au roy de voulloir donner sa plasse de mes (...)
  • 80 I-94 : M. d’Iverny au Grand Maître, de Paris, le 1er juin 1524.
  • 81 XII-203 : Jean Coffart au Grand Maître, de Rouen, le 4 octobre (1528).
  • 82 XIV-115 : Arnaud de Barran au Grand Maître, de Toulouse, le 4 mai (1529).
  • 83 XI-210 : Fouquet Fabri au Grand Maître, d’Aix, le 9 décembre 1530.

29Les circonstances de la mort ne donnent généralement pas lieu à commentaire76. En revanche, dès que le décès est connu, une véritable ruée sur la plume et le parchemin s’engage pour être celui qui préviendra le premier de l’événement en espérant ainsi tirer parti de l’effet d’annonce77. Les exemples sont nombreux de correspondants qui rédigent en hâte un billet pour combler le plus rapidement possible le vide créé par un trépas. Etienne Gallois écrit pour avertir qu’un office d’archer de la garde est vacant après le meurtre de son titulaire78. M. des Barres, dit Le Barrois, propose un échange d’offices79, de même que Mathieu de Longuejoue80. Jean Coffart remercie le Grand Maître de lui avoir obtenu l’office de conseiller au parlement de Rouen qu’il convoitait81. Démarche identique pour Arnaud de Barran dont le fils a été pourvu de l’abbaye de Comalongue au diocèse de Toulouse82. Fouquet Fabri demande l’office de conseiller au parlement d’Aix vacant par le décès de François Forbin83.

  • 84 XI-24 : Monconis (juge-mage de Nîmes) à Berthereau, d’Avignon, le 12 janvier 1526.
  • 85 VI-71 : M. de Saint-Polgue au Grand Maître, de Saint-Polgue, le 3 décembre 1530.
  • 86 X-293 : Audebert Catin à Berthereau, de Lyon, le 5 décembre 1530.

30Le droit d’aubaine est aussi très convoité. M. de Monconis prévient Berthereau des difficultés qu’il aura à recueillir l’aubaine d’un certain Le Franc, à moins de porter l’affaire devant le Grand Conseil84. M. de Saint-Polgue85, homme d’armes de la compagnie du Grand Maître, lui réclame la dépouille de Francisquin de La Coste, de son vivant homme d’armes dans la même compagnie, mais natif d’Aire, un village des environs de Béthune. Francisquin est donc un étranger qui n’a pas demandé ses lettres de naturalité. Ses biens, estimés à 1 200 livres par Audebert Catin le contrôleur de la compagnie86, reviennent à son capitaine qui en dispose comme il l’entend.

  • 87 X-248 : Louise de Châtillon à Berthereau, de Châtillon, le 7 octobre 1528. La terre en question es (...)

31Le décès d’une personne suscite aussi des convoitises de gens prêts à tout pour récupérer un bien dont ils estiment avoir été spoliés. Ainsi, Louise de Châtillon se plaint-elle à Nicolas Berthereau que l’un de ses beaux-frères, du lignage des Mailly, s’est emparé de l’une des terres lui appartenant en Picardie après qu’il ait appris le trépas du fils de Louise87.

  • 88 VI-295 : François d’Halluin au Grand Maître, de Saint-Just.
  • 89 XIII-37 : Maynier d’Oppède à Berthereau, de Cavaillon.
  • 90 XIV-248 : Poton au Grand Maître, d’Assier.
  • 91 VI-245 : Jacques Du Pin à Berthereau, de Tours.
  • 92 XI-165, l’abbé d’Aniane au Grand Maître, de Toulouse, le 4 avril 1530.

32Prévenir à l’avance de l’imminence d’un trépas est une manière de prendre date et de bien se positionner lorsque ce qui n’est au demeurant qu’une expectative se sera effectivement réalisé. Car l’envoi d’un courrier ne constitue pas seulement un faire-part, c’est aussi un acte politique par lequel le correspondant affirme et revendique pour lui-même, ou un tiers, le droit de participer au partage des dépouilles du défunt. La pratique de l’anticipation du décès est attestée, mais elle n’est pas généralisée. Sur 556 lettres, 18 cas ont été repérés dont ceux de l’évêque d’Amiens qui demande une abbaye car son possesseur « a quelque maladie secrète et n’est possible qui s’ent vivra encore ung moys88 », de M. d’Oppède qui a appris que le détenteur d’un office « nommé messire Gaspard du Perier, que l’on doubte estre dangereux de peste89 », du sénéchal d’Agenais, qui a su que l’un de ses cousins « Monsieur de Villebrenyer, estoit en extrémité de malladye90 ». Cependant, à trop rêver que l’office ou le bénéfice est déjà dans l’escarcelle, on s’expose à de cruelles désillusions. Jacques Du Pin lorgnait sur une charge, mais : « Il y a ung moys que me suys enquis du personnaige mallade dont avions devisé et me fut dit qu’il n’estoit en ceste ville, qui m’a fait pensé qu’il avoit recouvert santé91. » De son côté, l’abbé d’Aniane rédige un billet dans lequel il dément la rumeur de la mort de l’évêque de Vabres92.

  • 93 XI-202 et X-102.
  • 94 VIII-278 : de La Gervaise au Grand Maître, de Famechon ( ?).
  • 95 XIII-88 : Richard Le Rouillé au Grand Maître, de Paris, le 27 août 1526.
  • 96 VI-171 : François de Dinteville à Berthereau, de Saint-Germain, le 16 avril (1527).

33Le caractère très intéressé de la démarche fonctionne essentiellement pour deux types de charges : les offices (à la cour, ou dans la domesticité du Grand Maître) et les bénéfices ecclésiastiques. Le correspondant revendique d’abord pour lui. M. de Barbézieux procède de manière subtile en envoyant deux lettres à quelques jours d’intervalle. Dans la première, il évoque la maladie dont souffre le gouverneur du Lyonnais, Théodore Trivulzio. Dans la seconde, il réclame l’office tenu le malade qui en raison de son grand âge (« il est fort vieulx »), ne saurait vivre très longtemps encore93. M. de La Gervaise se propose pour remplacer, le cas échéant, le titulaire d’un office dont la santé se détériore quotidiennement94. Richard Le Rouillé avertit Anne de Montmorency du décès de l’évêque de Senlis, Artus Fillon, et se recommande à lui pour obtenir la mitre épiscopale95. François de Dinteville rédige une lettre à Berthereau dans laquelle il l’informe que Louise de Savoie a écrit à M. de Bourges, François de Tournon, en sa faveur pour obtenir une prébende à Saint-Etienne de Troyes96.

  • 97 IV-114 pour Saint-Blancard, XIV-260 pour Polisy et XIII-37 pour d’Oppède.
  • 98 VII-330.
  • 99 VII-35.
  • 100 III-212.
  • 101 XV-324, M. de Clermont à Berthereau, de Béziers, le 22 mai 1528.
  • 102 VI-71 : M. de Saint-Polgue au Grand Maître, de Saint-Polgue, le 3 décembre (1530).

34Le correspondant écrit également pour proposer une tierce personne. M. de Saint-Blancard, M. de Polisy et M. d’Oppède demandent chacun un office pour un cousin97. Le général Morelet tente d’en obtenir un pour son fils98. Même chose pour M. de La Roche du Maine qui réclame un bénéfice pour un parent99. Jean Ruzé avance le nom de Germain Maçon, le neveu de sa femme pour succéder à un titulaire en extrémité de maladie100. M. de Clermont écrit à Berthereau pour faire obtenir un bénéfice à son neveu101. En plus de réclamer une aubaine, M. de Saint-Polgue propose un « ung myen parent en vostre Compaignie archier nommé Lonain monté et armé en jhendarme et homme de bien et vous playra luy donner la place dudit Francesquin ou autre102 ».

  • 103 V-162 : M. de Ruffey au Grand Maître, de Commarin. I-32 : M. d’Esquilly au Grand Maître, d’Esquill (...)
  • 104 X-79 : Jacques de Montigny au Grand Maître, de Montigny.
  • 105 XII-64.
  • 106 XV-102.
  • 107 XIV-280.
  • 108 Leur « agonie… était guettée » et le décès provoquait une ruée dans laquelle « chaque compétiteur, (...)

35La recommandation peut aussi être multiple. Lorsque le capitaine de Châteauneuf, l’une des seigneuries bourguignonnes d’Anne de Montmorency, décède, le nom de Simon Belot est proposé à la fois par M. de Ruffey et par M. d’Esquilly103. Leur recommandation conjointe aboutit et Belot devient le nouveau châtelain de Châteauneuf, coupant l’herbe sous le pied à M. de Montigny qui lui aussi avait signalé le décès, mais sans proposer personne, espérant peut-être obtenir la charge pour lui104. Madame de Montreuil et M. de Polisy écrivent de concert au Grand Maître pour recommander quelqu’un pour un office de garde-vaisselle105, alors même que son possesseur est encore en vie. Parfois, le rédacteur propose un partage des différentes charges détenues par le moribond. Loys Hénard passe en revue tous les offices que tient Pierre Charton et invite Berthereau à consentir à la redistribution qu’il envisage106. Jean Du Bellay se laisse prendre au jeu du partage des bénéfices de l’archevêque d’Auch dont il a appris la maladie107. L’impression qui ressort des lettres est celle de laïcs et de clercs à l’affût du premier signe de défaillance du titulaire. Elle confirme ce que Roland Mousnier évoque à propos des élus108.

  • 109 IV-114 : sénéchal de Comminges pour M. de Saint-Blancard ; et X-277 : sénéchal de Rennes pour Pier (...)
  • 110 XIII-37 : M. d’Oppède.
  • 111 XIV-260 : M. de Polisy.
  • 112 XIV-134 : grenier à sel de Narbonne pour Dupont-Rieu.
  • 113 M. de Clermont demande que celui de Carcassonne soit donné à son frère le légat d’Avignon. VIII-21 (...)
  • 114 XIV-303 pour M. d’Orgemont et XV-187 pour madame de Montreuil.
  • 115 VII-35.
  • 116 XV-324.
  • 117 VI-295.
  • 118 VI-190.

36Tous les types d’offices et de bénéfices sont concernés : sénéchal109, conseiller au parlement110, écuyer d’écurie111 ou encore responsable d’un grenier à sel112. Même si les diocèses ne sont pas oubliés113, les bénéfices ecclésiastiques convoités sont surtout les abbayes. Si M. d’Orgemont et Mme de Montreuil ne précisent pas de quel bâtiment il s’agit114, M. de La Roche du Maine a des vues sur celle de Saint-Maur-sur-Loire115, M. de Clermont sur l’une des abbayes de Narbonne, « laquelle bien que de petite valeur je désire pour ung myen nepveu116 », François d’Halluin sur celle de Breuteuil117. Jean Vigoureux, chanoine de Senlis, tente de devenir chapelain de Lectoure118.

  • 119 Gallia Christiana…, t. XIII, col. 344-345. Pierre de Buxi est évêque de Lavaur de 1525 à 1526. Son (...)
  • 120 V-73 : le cardinal de Clermont-Lodève au Grand Maître, d’Aubenas, le 7 novembre 1526.
  • 121 VIII-217. Cette annonce est fausse puisque l’épiscopat de Martin de Saint-André, soixantecinquième (...)

37À l’opposé, le légat d’Avignon s’excuse presque d’avoir été élu évêque par le chapitre de la cathédrale de Lavaur réuni pour trouver un successeur à Pierre de Buxi119. Il demande au Grand Maître d’assurer « le dit seigneur [le roi] et Madame que en la dite élection n’ay poinct eu de practique, car je suis à soixante lieues dudit Lavaur et au chapitre je n’ay parent, allyé, ne congnoissance120 ». Malgré ses dénégations, le cardinal de Clermont-Lodève sait qu’il possède des parents en Languedoc, à commencer par son frère Pierre de Clermont, le nouveau lieutenant général du roi dans la province. Il faut noter que l’élection date de novembre 1526, soit quelques mois après la nomination de son cousin le Grand Maître comme gouverneur du Languedoc. De plus, une lettre, postérieure il est vrai, de M. de Clermont au Grand Maître infirme les propos du légat : « L’on m’a porté nouvelles que ledit evesque [de Carcassonne] est mort. Mondit frère le légat a des amys au chapittre, mais il ne veult rien entreprandre sans le vouloyr du roy, comme la raison veult121. »

  • 122 Sans parvenir toutefois aux outrances générées par la règle du délai de quarante jours concernant (...)

38Telle qu’elle est décrite dans les lettres, la mort apparaît comme un commerce122. Supputations, avertissements, rumeurs, démentis vont bon train car elle frappe indistinctement, soit en raison du grand âge du défunt, soit, le plus souvent, suite à une maladie. Une lettre sur cinq renvoie l’image d’un quotidien morbide mélangeant angoisses et espérances. Parmi elles, il faut ranger le partage des dépouilles.

Le partage des dépouilles, le cas de M. d’Hérivaux

  • 123 XIV-316 : Iverny à Berthereau, de Blois.
  • 124 XII-174 : Iverny au Grand Maître, de Blois, le 2 septembre 1530.
  • 125 Ibid.

39Le cas le plus complet présent dans les lettres de la série « L » est celui du partage des dépouilles de Richard Le Rouillé. À peine est-il décédé que tous ses bénéfices sont redistribués au profit de serviteurs proches du Grand Maître. Certains refusent les dons qui leur sont concédés. D’autres en revanche les acceptent. Lorsque Richard Le Rouillé meurt, son compétiteur, Jacques de Larmandie, est certes soulagé, mais sa joie n’est que de courte durée. Le roi et son Grand Maître décident de continuer d’ignorer l’élection du Périgourdin et se mettent en tête de vouloir remplacer Le Rouillé par Mathieu de Longuejoue. Celui-ci apprend la mort de l’abbé d’Hérivaux le 27 août 1530123. Le cheminement de l’information est assez remarquable. René Le Rouillé, neveu du défunt et présent lors du décès, écrit à Berthereau. Celui-ci parle à l’élu Bayard, lequel s’empresse d’écrire à M. de Villandry qui montre la lettre à Iverny. Tous les protagonistes sont connus pour appartenir à différents réseaux d’Anne de Montmorency. Pour autant, Iverny ne sait pas encore qu’il a été choisi pour succéder à l’abbé. C’est chose faite le 2 septembre. La veille, il a reçu une lettre du Grand Maître lui annonçant « la griesve maladie de monsieur de Hérivaulx124 ». Le 2 au matin, nouvelle lettre du Grand Maître l’avertissant « du trepas de mondit sieur de Hérivaulx125 ». Dans la même lettre, Iverny apprend la décision royale. Aussitôt, il remercie son protecteur :

  • 126 Ibid.

« De tant de bien et honneur que il vous a pleu me faire. Dieu me donne grace de le povoir mectre en bonne exécucion, ce que j’espère faire à vostre bonne ayde, après avoir entendu ce que mondit seigneur de Hérivaulx a fait à Sarlat, et ne tiendra à chose qui soit à mon possible que le bon plaisir du roy et le vostre ne sortissent effect126. »

  • 127 Il recevra l’évêché de Soissons trois ans plus tard. Popoff M., op. cit., p. 668-669.
  • 128 Le 13 septembre 1530, Iverny annonce au Grand Maître : « Hier, pendant que j’estoys à Veretz, la p (...)
  • 129 Valette J., Le rôle politique et religieux des évêques de Sarlat de 1519 à 1688, [s. l. n. d.], p. (...)
  • 130 XIV-184 : Iverny à Berthereau, de Blois, le 23 novembre 1530.

40La lettre sous-entend qu’Iverny est mis au courant des agissements du défunt abbé à Sarlat. Plus prudent, plus patient127, plus diplomate que Le Rouillé, il estime que ses chances de succès sont nulles face à un adversaire élu depuis bientôt un an128. Le changement radical de stratégie de la part de Larmandie est remarquable. Autant les neuf mois précédents il feignait la maladie pour éviter d’avoir à venir s’expliquer devant le roi alors à Angoulême, puis à Bordeaux. Autant le décès de Le Rouillé et le départ de la cour pour le Val-de-Loire lui ont redonné de l’énergie et c’est lui qui attaque en recourant à l’archevêque de Bordeaux, lequel a entériné les bulles pontificales en sa faveur. Devant ce regain de vigueur, Iverny n’insiste pas et préfère trouver un accord avec Jacques de Larmandie, sur la base d’un compromis acceptable pour eux deux : il abandonne la poursuite de l’évêché en échange de la résignation en sa faveur de l’abbaye de la Sauve Majeure que tient Larmandie129. Dans un billet à Berthereau daté du 23 novembre 1530, il donne la clé de sa négociation réussie avec Larmandie : il s’est entremis pour faire connaître rapidement l’office qu’un neveu de l’abbé Barthelémy de Salignac, doyen de Saint-Yriex dont le nom apparaissait dans la liste dressée par l’abbé d’Hérivaux, détient dans la maison du dauphin130. Ainsi, sans se déplacer, sans perdre trop d’énergie, Iverny est parvenu à se faire un allié au sein du réseau adverse qui l’a aidé à trouver un terrain d’entente avec lui, en échange de renseignements sur la Cour.

  • 131 VII-273 : René Le Rouillé à Berthereau, de Paris, le 7 septembre 1530.

41Restent les autres bénéfices détenus par le feu abbé. Revenu à Paris, René Le Rouillé rédige une lettre à Berthereau dès le 7 septembre 1530 pour lui exposer ce qui est survenu depuis la mort de son oncle131. Celui-ci était l’un des hommes de confiance des Montmorency père et fils. Aussi, dès que son décès a été connu à Chantilly, le baron Guillaume a envoyé

« maistre Jean son chappelain pour mectre de l’ordre tant aux tiltres et enseignemens que feu mondit sieur avoit en sa garde quy luy touchent et pareillement à monseigneur le grant maistre et monseigneur de La Roche [pot], ce qu’il a fait et le tout mis en ung couffre en bonne seuretté ».

42René ne paraît guère surpris de cette célérité et termine sa lettre en parlant de son frère Sébastien, qui doit ramener à Jean Grolier l’argent de la vente d’une forêt. Les serviteurs meurent mais le service demeure. La réaction de M. d’Iverny est également rapide :

  • 132 XIII-38 : Iverny au Grand Maître, d’Amboise, le 13 septembre 1530.

« Je rescrips à monsieur de Garges que tous les tiltres de conséquence qui se trouveront en la maison de feu monsieur de Hérivaulx […] qui appartiennent à monseigneur de Montmorency et à vous, il en face ung brief inventaire et les envoye à Chantilly au cappitaine pour les mectre avec les aultres voz tiltres et que dudit inventaire il vous en envoye ung double à ce que peussiez veoir quelles lettres avoyt mondit seigneur de Hérivaulx et s’il en restent aulcunes à lever et du demourant comme papiers et aultres choses concernans les procès, il vous plaira adviser entre les mains de qui elles demoureront, ou dudit sieur de Garges ou de monsieur de Genetoy, ou que le tout soit mys à ung coffre jusques à ce que y ayez et entendu ce qui se y trouvera132. »

  • 133 VII-273.
  • 134 XII-179 : Jean de Garges à Berthereau, d’Évreux, le 19 septembre 1530.

43En quelques phrases tout est dit : protéger les intérêts du maître en dressant un état (en double exemplaire) des affaires que gérait Hérivaux pour les Montmorency ; penser à réorganiser rapidement l’équipe qui administre leurs biens ; faire agir les officiers domestiques majeurs disponibles (René Le Rouillé et son frère Sébastien [« M. de Genetoy »]), les frères de Garges, Jean, receveur de Damville et Pierre, capitaine de Chantilly. Les lettres que les quatre hommes envoient en septembre montrent la cohésion du réseau des officiers domestiques majeurs du Grand Maître. Le 7 septembre, René Le Rouillé écrit à Berthereau que « je n’ay eu nouvelles de cure de Normandie, mais j’espère ce jourd’hui ou demain en avoir nouvelles. Je vous prie le cas advenant m’avoir pour recommandé133 ». Jean de Garges apprend la nouvelle de la mort de l’abbé alors qu’il se trouve en Normandie. Il écrit à Berthereau le 19 septembre qu’il a « sceu, dont me desplait, la mort de M. de Hérivaulx134 », mais, sans s’épancher davantage, il redevient pragmatique. Le trépassé était curé d’Aufreville au diocèse d’Évreux. Or de Garges a appris que la cure était à la présentation du seigneur d’Aufreville. Celui-ci a déjà présenté quelqu’un mais comme il « n’est encores hors des ans de mynorité, la présentation en appartient au roy comme ayant la garde d’iceluy seigneur ». Le même jour, Pierre de Garges écrit à Anne de Montmorency. Il recommande Sébastien Le Rouillé qui lui semble le mieux placé pour régler un litige opposant le baron de Fère à ses paysans de Villiers. Ces derniers

  • 135 XII-105 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 19 septembre 1530.

« qu’ilz se dient estre usagers en vostre forest, sont fort après pour en avoir délivrance, parquoy me semble qu’il seroit grant besoingt que vous donniez la charge à quelque homme congnoissant pour mectre ordre en tous lesdites affaires. Si vous plaisoit en donner la charge au nepveu de feu M. de Hérivaulx, il seroit bien homme pour ce faire135 ».

44Quant à Sébastien, il se trouve justement à Fère lorsque lui parvient l’annonce du trépas de son oncle. La lettre qu’il adresse à Nicolas Berthereau mêle affliction et sens du service :

  • 136 XI-222 : Sébastien Le Rouillé à Berthereau, de Fère, le 5 septembre 1530.

« Je vous supplie m’estre tousjours advocat envers monseigneur le Grant Maistre pour estre continué en son service, car ad ce que je puis prévoir, il y a beaucoup gens pourchassant la charge de ses affaires. Mais là où il luy plaira me faire ce bien de s’en vouloir fier à moy, il me trouvera son humble serviteur et fiable… si je suis continué au service de monseigneur, je n’en doibtz scavoir gré qu’à vous… je n’ay osé escripre à monseigneur le Grant Maistre pour estre continué à son service, remectant toute mon espérance en vous… Le trouble que j’ay à présent est à cause que ne vous puis faire plus longue lettre136. »

  • 137 Gallia…, t. 8, col. 826-827.

45En un mois, tout est réglé. Les frères Le Rouillé se partagent les dépouilles de leur oncle. Sébastien hérite de la gestion des affaires et des biens. René pour sa part obtient une partie des bénéfices, dont l’abbaye d’Hérivaux137. Le Grand Maître saisit l’opportunité du décès de Richard Le Rouillé pour avancer l’un de ses neveux dans la carrière des honneurs qu’il lui réserve. Dès le 23 août 1530, Charles de Hémard l’avertit que

  • 138 XIV-105 : Charles de Hémard au Grand Maître, de Brion, le 23 août 1530.

« monseigneur le légat vous a octroyé de très bon cueur le prieuré de Frèneville vaccant par le décès de feu Monsieur de Hérivaulx que dieu absoulle, pour Monsieur vostre nepveu de Chastillon et la prébende d’Orléans pour le nepveu du feudit sieur de Hérivaulx… Et pour ce quil est requis exprimer l’aage de mondit seigneur vostre nepveu d’aultant quil est mineur d’ans, et n’ayant certitude d’ycelle, je nay peu bonnement faire dépescher la signature de sa provision138 ».

  • 139 Crété L., op. cit., p. 32.
  • 140 BnF, Cab. d’Hozier 124-3240, fo 2.
  • 141 Ibid., fo 3.

46Le neveu en question est Odet de Coligny, l’un des fils de Louise de Châtillon. Il est né le 10 juillet 1517139. Il a donc 13 ans lorsque son oncle le met en possession du prieuré. Cinq ans plus tard, il reçoit l’évêché de Beauvais, vacant après le décès de Charles de Villiers de L’Isle-Adam, autre parent du Grand Maître. Le même Odet, devenu protestant, assiste en 1568, au mariage de Jean de Durand, seigneur de La Mairie, le fils de Claude mort en 1530140. Or sur le contrat de mariage de Claude de Durand en date du 14 février 1522, celui-ci est présenté comme étant « maistre d’hôtel de monseigneur messire Gaspard de Coligny », le père d’Odet et de l’amiral de Coligny141.

  • 142 XIV-105.

47Montmorency, Châtillon, La Mairie, Le Rouillé : pour récompenser les uns et avancer les autres, les réseaux fonctionnent pleinement. Il peut paraître surprenant que le Grand Maître n’hésite pas à s’octroyer une partie des dépouilles pour favoriser un membre de son lignage. Toutefois, ce qui s’apparente au népotisme le plus flagrant, n’est en réalité qu’une contribution à l’élaboration d’une stratégie à moyen et long terme pour tenter de conforter le pouvoir du lignage et ses fortes positions au sein de la Cour et dans les allées du pouvoir. En 1530, René Le Rouillé abandonne, sans discuter, un prieuré qui rapporte entre 1 400 et 1 500 livres par an142. En 1535, il ne devient pas évêque de Beauvais. Mais à sa mort, le 13 septembre 1559, il est chanoine de la Sainte-Chapelle de Paris, abbé d’Hérivaux et de Notre-Dame du Val et évêque de Senlis.

48Les rivalités entre fidèles représentent une constante dans le rapport social. Acquérir, garder et transmettre une charge ne peut s’accomplir sans le consentement du maître. Cela exige des qualités d’écoute et d’opportunisme. Cela signifie aussi le respect de codes comportementaux qui prévalent jusqu’à la mort et au-delà.

Les expressions d’un attachement

  • 143 Decrue F., op. cit., p. 170.
  • 144 Ibid.
  • 145 II-283.
  • 146 Anne de Montmorency est absent car il accompagne le roi dans son périple picard et normand. Braude (...)

49Le 24 mai 1531 Guillaume de Montmorency s’éteint à l’âge très respectable de 80 ans. Il est enterré dans la nécropole familiale de la collégiale Saint-Martin de Montmorency où repose déjà sa femme Anne Pot143. À cette occasion, les fils du roi, leurs gouverneurs, Théodore et Pomponio Trivultio, madame de Nevers, la reine de Navarre envoient leurs condoléances au Grand Maître144. Un an plus tard, les dimanche 12 et lundi 13 mai 1532, a lieu les cérémonies du « bout de l’an de feu monseigneur de Montmorency145 ». Y assistent146 : François de La Rochepot, frère cadet d’Anne de Montmorency ; Charles de Villiers de L’Isle-Adam, évêque de Beauvais ; Guillaume Petit, évêque de Senlis ; Guillaume Salé dit de Bruyères, abbé de Royaumont ; Guy Karuel, seigneur de Boran ; Pierre de Garges, capitaine de Chantilly et seigneur de Garges et de Piscop ; Jean de Garges, bailli de Damville, maître d’hôtel de Guillaume de Montmorency, frère de Pierre et seigneur de Macquelines ; René Le Rouillé, abbé d’Hérivaux ; Sébastien Le Rouillé, seigneur de Genetoy et frère de René ; Pierre de Warty, bailli de Clermont-en-Beauvaisis ; Philippe de Suze, seigneur de Coye-la-Forêt ; François Disque, conseiller au Parlement de Paris ; les lieutenants civils Lecourt, d’Attechy et Hellin ; Jacques de Piennes, seigneur du Russeloy ; Sarmoises, autre maître d’hôtel de Guillaume ; Noël Juger, receveur d’Ecouen ; le contrôleur de Senlis ; François d’Arquevilliers, écuyer ; messieurs de Frémont, d’Arpajon et de Montjay.

  • 147 Il a épousé Claude de Villiers-de-L’Isle-Adam. ACC, série A, carton 84.
  • 148 Ibid., série BC, reg. 2 BC 16.

50On remarque une belle concentration spatiale gravitant autour de Chantilly : Royaumont (5 km), Hérivaux (8 km), Senlis (8 km), Boran (7 km), Coye (6 km), Garges et Piscop (20 km de Chantilly, mais seulement 3 d’Ecouen). On note également une orientation plutôt valoisienne et picarde avec les évêques de Senlis et de Beauvais et les seigneurs du Russeloy et de Macquelines. Troisièmement, les liens familiaux sont bien représentés : François de La Rochepot est le fils de Guillaume, Charles de Villiers est un cousin, Philippe de Suze un parent147, de même que les Le Rouillé. On note aussi la présence d’officiers domestiques tels le capitaine de Chantilly, le bailli de Damville, le receveur d’Ecouen, les maîtres d’hôtel. Enfin, il est intéressant de rapprocher cette liste de celle des serviteurs d’Anne de Montmorency qui reçoivent les prestations de foi et hommage de ses vassaux, le 25 juin 1531. Les procureurs du Grand Maître sont : le sieur de Meudon (A. Sanguin), Antoine Hellin, Pierre de Garges, Sébastien Le Rouillé, Noël Juger et Jean Legrand148. Les fidèles et les serviteurs sont présents jusque dans les cérémonies organisées pour célébrer la mémoire du maître défunt, démontrant ainsi la force des liens qui les unissent. Leur attachement les conduit même à sacrifier leur propre vie pour le service du patron.

51Une fois de plus, l’année 1530 va servir de cadre à l’étude de l’un des aspects du fonctionnement des réseaux montmorencéens. Cette année-là, la mort enlève au Grand Maître deux de ses proches collaborateurs. Outre Richard Le Rouillé déjà évoqué, il perd également M. de La Mairie. Alors que dans le premier cas la mort est rapide, dans le second, les lettres de l’intéressé, relayées par celles des serviteurs qui assistent, impuissants, à son lent dépérissement, s’étalent sur trois mois dans une longue agonie épistolaire.

  • 149 XIII-176 : M. de la Mairie à Berthereau, de Boretz, le 16 janvier 1530.
  • 150 XIII-21. Saint-Vincent est situé à 25 km au nord-est de Bayonne

52Pour Claude de Durant, seigneur de La Mairie, l’année 1530 débute de manière assez banale puisqu’il a « heu la collicque bien forte et après la fyèvre m’a prins de sorte que m’a faict reverdir ma bouche comme à un ladre. Je demeure huyt jours après ma fyèvre bien foible. Dyeu mercys de ceste heure je ne m’en soucis plus149 ». Après un périple par la Bourgogne et le Languedoc, il passe par Bayonne rendre compte au Grand Maître de ses activités, puis il commence à remonter début juin vers Paris. Le 10 juin, il ressent une première alerte. Il écrit à Berthereau du village de Saint-Vincent-de-Tyrosse que ses « jambes me sont merveilleusement enflées et ne me font point de doulleur150 ». Dans la même lettre, il lui demande si le Grand Maître veut bien lui envoyer pour trois jours son médecin Artus car « j’avois envoyé quérir le médecin et ung apothicaire de Dast [Dax] », mais ceux-ci ont plusieurs malades à soigner et n’ont pu venir à son chevet. Il a beau tenter de dissimuler le mal dont il souffre, il n’en est pas moins inquiet, au point d’écrire en post-scriptum : « Si vous escripvez à Chantilly, je vous prie n’escripre que je me tienne mal ».

  • 151 VII-286. Mont-de-Marsan se trouve à 70 kilomètres au nord-est de Saint-Vincent.
  • 152 Anne de Hondetot, dame de Hautbourdin. La série « L » a conservé une lettre d’elle au Grand Maître (...)
  • 153 V-146. Tartas est situé à mi-chemin entre Dax et Mont-de-Marsan.

53Huit jours plus tard, le 18 juin, il est toujours immobilisé à Saint-Vincent. La douleur croît car il souffre jour et nuit. Il lance un nouvel appel à Berthereau en le priant « supplyer monseigneur escripre une bonne lettre à maistre Girard surgien [chirurgien] du roy soit trouvé au Mont de Marsan où je suis délibéré l’aller ectendre151 ». Il lui demande également d’écrire « une autre lettre à Mme de Haultbordin152 qu’elle m’envoye sa lityère pour me mener jusques au dit lyeu ». Le 21 juin, il a réussi à gagner Tartas153, mais ses jambes continuent de le faire souffrir énormément et cela le ralentit considérablement. En trois jours en effet, il n’est parvenu à parcourir que 45 km. Il apprend à Berthereau qu’à Dax, il n’a pas pu avoir la litière demandée le 18 juin. Cependant, il persiste dans l’idée de vouloir se rendre à Mont-de-Marsan pour consulter un médecin qu’il connaît.

54Un mois et demi plus tard, il écrit deux lettres de Charmé, un petit bourg des Charentes à une trentaine de kilomètres au nord d’Angoulême. Au Grand Maître, il envoie de ses nouvelles

  • 154 IX-121, le 2 août 1530.

« au moyen que je me suis connié [cogné] mes deux jambes et le bras droict à l’occasyon d’une grosse froideur qui me tient continuellement, j’ay envoyé prier à ce matin M. de La Vauguyon pour me prester la lestière de sa fame jusques à Bourges où je suis délibéré aller pour me mectre entre les mains du médecin qui est là que on dit qui est souverain. Vous suppliant monseigneur, escripre une bonne lettre audit médecin en faveur de moy et M. de Saragosse la me fera tenir154 ».

  • 155 V-103.

55La lettre à Berthereau n’a pas exactement la même teneur155. Elle complète la première puisqu’il y rend compte de ce qu’il a fait depuis Mont-de-Marsan. On apprend qu’il est passé par la baronnie de Montbron, mais qu’il a dû la quitter sans parvenir à louer l’une des fermes qui en dépend à cause de la peste qui y règne. Il fait aussi état des 256 écus dépensés depuis son départ de Bayonne, somme incluant ses frais de séjour et de transports, ses consultations médicales et ses achats de remèdes. Enfin il demande au secrétaire de lui faire confectionner un bonnet de velours et l’informe qu’il lui envoie une procuration pour résigner son office. Ce dernier point constitue la seule allusion à son état de santé. Ce sont probablement les deux dernières lettres écrites par M. de La Mairie, dont la mort est connue par des témoins qui ont assisté impuissants à son trépas.

  • 156 XIV-246.
  • 157 « Lon ma envoyé ung corps sans ame car n’a nulle vertu ne puissance et est une ame sans corps car (...)
  • 158 IX-3.
  • 159 XIV-243.

56Le 18 août, Mme de Domont, belle-mère de M. de La Mairie, écrit à Berthereau de Bourges où le moribond a fini par arriver156. Il est descendu chez Mme Detout qui a rédigé une lettre pour le greffier Bochetel dans laquelle « elle luy escrips l’estat en quoy est M. de La Mairye qui est très mauvays. Les médecins luy ont baillé une femme pour téter. Dieu veulle qui luy puisse vye ». La dernière phrase semble écrite sans grande conviction puisque la tétée est utilisée lorsqu’aucun remède prescrit n’a opéré une quelconque amélioration de l’état de santé du malade. Il s’agit du dernier recours avant l’extrême-onction. Le 28 août, Jean du Monstier envoie un paquet à Berthereau contenant deux lettres de sa main et le billet de l’un des médecins qui tentent de soigner le moribond. La lettre du praticien berruyer ne laisse planer aucun doute157. Malgré cela, M. Du Monstier veut encore croire qu’une guérison est possible, même si la réalité de la mort imminente de son ami se lit à travers les mots qu’il écrit au Grand Maître : « Sa santé qui est très mauvaise à ce que m’a escript le médecin qui le pense158 » et à Berthereau « [il] est en grant danger si Dieu ne luy ayde… mais il est si débille que cest pitié et men pars à ce matin pour l’aller veoir159. »

  • 160 Une copie du testament est conservée à la BnF, Cabinet d’Hozier 124-2340, fo 3. Il meurt le jour m (...)
  • 161 M. de La Mairie ignore que Richard Le Rouillé est en train lui aussi de succomber à une maladie.
  • 162 IX-3 : « Moy estant à Bajonoys [Bayonne] avec vous. » Il existe un François du Monstier, homme d’a (...)
  • 163 « Anne de La Fontaine, fille de feu Guillaume de La Fontaine, seigneur de Domont et de damoiselle (...)
  • 164 BnF, Cab. d’Hozier 124-3240, fo 3.

57Le 30 août, M. de La Mairie fait consigner par écrit ses dernières volontés. Dans son testament, il indique le lieu de sa sépulture, le partage qu’il fait de ses biens et terres, les legs qu’il constitue160. Il désigne aussi ses exécuteurs testamentaires. Premier nom cité, celui de « maistre Jean Lauroulier [pour Richard Le Rouillé], abbé de Hérivaux ». Deuxième personne désignée, « noble homme Jean du Monstier, escuyer, seigneur de Sarragosse et de Cardampierre ». Troisième patronyme, celui de « damoiselle Louise de Frenicle ». Enfin, dernier personnage mentionné, « damoiselle Anne de La Fontaine, sa femme ». M. d’Hérivaux est déjà connu161. Jean du Monstier, commissaire des guerres a accompagné Anne de Montmorency à Bayonne162. Louise de Frenicle est la mère d’Anne de La Fontaine163, laquelle est dame de La Mairie depuis 1522164.

  • 165 XV-346 : Anne de La Fontaine à Berthereau, de Chantilly, « ce jour de sacrement ».
  • 166 XII-147 : Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 5 juillet 1530. Cette phrase est ajoutée en (...)
  • 167 Idem : « Aujourdhuy à dyz heures le mactyn est arrivé le goujat [Gabriel de Davant]. »
  • 168 XII-164 : Anne de La Fontaine à Berthereau, de Chantilly, le 7 juillet 1530.
  • 169 XIII-287 : Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 7 juillet 1530.
  • 170 « Par les dernyères lestres que m’avez envoyées de M. de La Mairye, ay veu comme il s’en va à Bour (...)

58Les lettres de Mme de La Mairie sont remarquables par la progression mensuelle de l’intensité dramatique qui les habite. En juin165, elle ignore tout de l’état de santé de son mari. Elle écrit à Berthereau : « Je vous mercye… de la peine que prenés de me faire savoyr… la bonne santé de M. de La Mairye. » Or comme il a été dit, le 10 juin, M. de La Mairie recommande expressément à Berthereau de cacher son réel état de santé. Le secrétaire respecte la consigne comme le prouve la lettre d’Yvon Pierres du 5 juillet : « Vous en qui jé toute fiance, vous ne m’avez pas mandé que M. de La Mairye estoyt malade au moys166. » La fuite vient probablement de Gabriel de Davant, arrivé le jour même à Chantilly en provenance de Bayonne167, qui révèle à Yvon Pierres le véritable état de santé de M. de La Mairie, sans toutefois oser le dire franchement à sa femme. Néanmoins, celle-ci écrit deux jours plus tard à Berthereau : « prenez tant de peine pour moy que de me faire savoyr comme M. de La Mairye se porte de sa senté. Je suis en bien grant doubte que se ne soyt guières bien qui me donne plus d’ennuy que ne savez penser168 ». Le même jour, Yvon Pierres écrit à Berthereau : « Mandez des nouvelles de M. de La Mairye an ce commerce, car la pouvre famme est an grant peyne de luy169. » À partir de la mi-juillet, Mme de La Mairie est au courant de la maladie de son mari. Cependant, elle attend le départ de Madeleine de Savoie de Chantilly le 15 août 1530, pour aller voir son époux à Bourges. Elle est obligée de demander son « congé » à la Grande Maîtresse et supplie Berthereau d’entreprendre la même démarche auprès du Grand Maître170.

  • 171 « Je vins yer trouver ma mère et mon filz avec qui je paseré mon ennuy le myeux qui me sera posibl (...)
  • 172 BnF, Cab. d’Hozier 124-3240, fo 3.
  • 173 Ibid.

59La dernière lettre est datée du 14 octobre 1530. Anne de La Fontaine paraît très affectée par son veuvage171. Mais la déprime est relative car ce dont elle ne parle pas, c’est la raison principale pour laquelle elle est venue au Plessis-Roye. Le 26 octobre 1530, « devant Jean de Foquembergues, écuyer, licencié es lois, juge ordinaire et garde de la prévosté foraine de Roye… dame Jeanne [pour Anne] de La Fontaine [accepte] la tutelle et garde noble de Jean de Durand, chevalier, seigneur de La Mairie, de Turi, de Filerval et de Duri172 ». Ce faisant, elle remplit une obligation portée sur le testament de son feu mari qui lègue ses biens à son fils mineur et donne la tutelle de celui-ci à son épouse, sous condition qu’elle ne contracte pas une nouvelle union tant que durera la minorité173.

60La maladie et la mort d’un serviteur marquent des étapes importantes dans la vie des structures organisées pour le service du maître. La position d’intermédiaire de Berthereau tout au long de la maladie apparaît clairement. Son attitude est complexe car il est partie prenante. Dans un premier temps, il pratique à la demande de l ‘ intéressé la rétention d’information. Puis à la suite d’une indiscrétion, il reprend son rôle d’émetteur, en ménageant Mme de La Mairie et en la préparant à l’annonce d’une triste nouvelle. La solidarité dont font preuve les serviteurs du Grand Maître entre eux les soude autour de lui. Elle résulte d’un sentiment d’appartenance à une communauté dans laquelle le hasard ne tient qu’une place restreinte.

Une nécessité sans hasard

  • 174 La série « L » présente cependant de nombreux exemples de lecture partagée.

61Évoluer dans un réseau, groupe structuré dont les compétences sont mises au service d’un maître, suppose le respect de certaines règles. Il s’agit de créer un climat de confiance entre tous les membres du groupe. La relation épistolaire, dans la brièveté du message qu’elle délivre, oblige les rédacteurs à aller à l’essentiel. Cela réduit la possibilité de dissimuler ses sentiments à l’égard du « récepteur ». La connivence ainsi créée par l’intimité de la lecture174 dévoile une partie des rapports entretenus par les membres du groupe. Cette confraternité ressort d’une logique d’échanges de services, autrement dit de dons réciproques.

  • 175 Un singe (XI-185, avec un écho dans la lettre de Pierre de Garges à Berthereau, VII-320), un perro (...)
  • 176 VII-231, Lubiano à Berthereau, de La Mairie et de Magny, de Marseille, le 20 octobre 1528.
  • 177 IX-201.
  • 178 « Je vous avertis comme à ung amy. » XIII-326.
  • 179 « Vous en qui jé toutte fiance. » XII-147.

62La solidité d’un groupe peut se mesurer aux recours dont les membres usent les uns envers les autres. De ce point de vue, le cercle des officiers domestiques majeurs constitue un cas d’école. La première forme de solidarité réside dans l’envoi de présents. À Nicolas Berthereau, Christophe de Lubiano envoie régulièrement des animaux et des tissus175. Il en expédie aussi à messieurs de La Mairie et de Magny176. Il existe une corrélation entre ces envois réguliers et l’éloignement prolongé du maître d’hôtel. Une autre forme de liens consiste à réclamer des nouvelles de tel ou tel membre du groupe ou à le prévenir d’un danger potentiel. Christophe de Lubiano se plaint à Nicolas Berthereau qu’Yvon Pierres ne lui écrit pas assez souvent177. Ce dernier avertit le secrétaire du courroux de la Grande Maîtresse qui semble irritée de ne pas assez souvent recevoir des nouvelles de son mari178. Cependant, peu de temps après, le même Yvon Pierres ne cache pas sa déception de ne pas avoir été averti de la maladie de M. de La Mairie, alors qu’il pensait être un ami suffisamment proche pour être mis dans la confidence et garder le secret179.

  • 180 « [Soyez] tousjours [mon] advocat envers monseigneur le Grant Maistre pour estre continué en son s (...)
  • 181 BnF, ms. fr. 3078-9 : Jean Du Bellay à Berthereau, de Bordeaux, le 10 juin 1530 qui écrit : « Pour (...)
  • 182 XII-172 : Lubiano à Berthereau, « mémoire pour l’attribution de l’office de la gabelle de Marseill (...)
  • 183 XIV-284.
  • 184 VII-273.
  • 185 IV-9 (procuration), V-51 (résignation du greffe des étangs de Compiègne), XI-138 (exploitation de (...)
  • 186 XI-178.
  • 187 XII-228, XII-258 et XIII-314.

63Plus importante pour le fonctionnement du groupe est l’utilisation réciproque des compétences et des fonctions de chacun. Compte tenu de l’état de conservation des missives, le secrétaire du Grand Maître semble être largement sollicité par ces partenaires. Bien évidemment, il est celui qui a l’oreille du maître pour transmettre une demande180, malgré des affaires parfois plus pressantes181. On lui expédie des mémoires concernant tel ou tel office, comme par exemple celui de la gabelle de Marseille182. M. d’Iverny lui demande s’il a connaissance d’un office vacant à la cour183. René Le Rouillé se recommande à lui pour l’obtention d’une cure normande184. Sa diligence est aussi requise pour l’expédition de lettres de procuration pour un procès ou celles de résignation d’office185. C’est à lui que le capitaine de Chantilly demande conseil avant d’agir, pour savoir s’il peut demander un office de maître des requêtes de la Maison du dauphin au Grand Maître, avant de conclure : « Je nen vouldrois parler si la chose ne se pouvoit faire, ne tenir propoz que premièrement je nay sceu vostre oppinion186. » Apparemment satisfait, il récidive à plusieurs reprises : demandes pour devenir chef des mortes payes de Compiègne, pour obtenir une partie des offices domestiques de M. de Magny promu maître d’hôtel du roi, ou encore pour faire en sorte que son frère Christophe soit toujours considéré comme un homme d’armes de la compagnie du Grand Maître187.

  • 188 IX-119 : Christophe de Lubiano à Berthereau.
  • 189 IX-177.
  • 190 XIV-164.

64Nicolas Bertherau peut être associé à un autre officier. Ainsi, Christophe de Lubiano lui adresse-t-il cette plainte : « Je suis tousjours actendant que, par le moyen de M. de La Mairie et le vostre, monseigneur me face quelque bien… car viellesse saproche et richesse s’enfuyt188. » Pierre de Garges remercie les mêmes personnages d’avoir parlé au Grand Maître à propos d’un office d’avocat du roi à Compiègne189, puis, il leur rappelle une demande formulée par leur intermédiaire afin d’obtenir l’office de garde du marteau de la forêt de Cuise190.

  • 191 XIII-54, de Bordeaux, le 3 juin 1530.
  • 192 Saint-Saud comte de, « Note sur François de Belcier », BSHAP, t. LXVI, 1939, p. 120-121.
  • 193 « Il est requis dempescher la confirmacion de ladite eslection. Il fauldra avoir les provisions po (...)
  • 194 XIV-152.
  • 195 VII-238.
  • 196 XII-179.
  • 197 XIII-314, Pierre de Garges à Berthereau, de Chantilly, le 18 août 1530.

65Berthereau sert également d’intermédiaire entre les membres du groupe. C’est par exemple l’abbé d’Hérivaux qui lui demande d’écrire à M. de La Mairie par rapport à l’affaire de l’évêché de Sarlat. Parallèlement, il écrit directement à ce dernier, dont l’un des cousins, François de Belcier, est premier président du parlement de Bordeaux et demande à Berthereau de transmettre sa lettre191. Le but de la démarche est d’obtenir une médiation de Belcier dont la première épouse avait été Marguerite de Larmandie192, apparentée au compétiteur de l’abbé. Ce dernier utilise son neveu Sébastien envoyé à Sarlat en février 1530 pour se rendre compte de l’ambiance qui y règne. Il décèle immédiatement un risque et écrit au secrétaire afin d’empêcher Larmandie de s’emparer du diocèse193. Enfin, le même abbé écrit à Charles de Magny pour « me saulver mon logys où j’ay fait mes provisions vous [Berthereau] attendant194 ». Quand il a un besoin urgent d’argent, Jean de Garges écrit à Berthereau afin que celui-ci en parle à Grolier195. C’est également Jean de Garges qui propose que la cure d’Aufreville, détenue par feu l’abbé d’Hérivaux, soit donnée à René Le Rouillé196. Quand Christophe de Garges s’inquiète de sa pension, c’est son frère Pierre qui, se rendant à Paris pour discuter avec Grolier, pose la question de la solde fraternelle à Berthereau197.

  • 198 Sébastien Le Rouillé à Berthereau : IX-180, VIII-219, XV-316, XIV-125, XIV-170 et XIV-252. René Le (...)
  • 199 V-23 : Jean de Garges à Berthereau.
  • 200 Quatre lettres concernent des acheteurs potentiels. Lubiano à Berthereau : IX-63 et XV-271. Jacque (...)

66En contrepartie des bons offices du secrétaire, les autres membres du groupe l’aident de diverses manières. Les frères Le Rouillé se chargent d’un procès l’impliquant, jusqu’à la sentence finale, favorable au secrétaire198. Jean de Garges lui signale un office de vicomte à revendre199. Début 1528, Christophe de Lubiano lui annonce le décès de Charton, à la fois contrôleur de la marine du Levant et possesseur de l’office de grenetier de Savone. Cette dernière charge étant d’un très bon rapport (50 000 écus par an), il propose au secrétaire de la demander pour lui. Berthereau accepte l’offre. Cependant, à l’été 1528, André Doria demande le retour de Savone à Gênes et la destruction de son grenier à sel. Devant le refus de François Ier, le Génois passe au service de l’empereur. Ce revirement transforme la belle affaire en cadeau empoisonné, et à l’automne 1528, Berthereau tente de se défaire d’un bien qui n’a de valeur que tant que Savone demeure française200.

  • 201 XV-361.
  • 202 Il est vrai que Richard Le Rouillé vient juste de décéder !
  • 203 XIII-88.
  • 204 XIII-295 : Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 27 juillet 1530.
  • 205 VIII-88 : Jean de Garges au Grand Maître, de Nanteuil-le-Haudoin, le 22 décembre (1525).

67À l’occasion, les lettres envoyées au secrétaire, et parfois, mais moins souvent, au Grand Maître, permettent aussi de suivre le cheminement d’une information à travers le groupe. À l’automne 1530, Jean Grolier lui fait part d’une requête de Sébastien Le Rouillé, lequel lui demande les lettres d’acquisition de la terre de Manteresse qui avaient été recouvertes par feu M. de La Mairie qui les avait baillées à Pierre de Garges201. Dans le même courrier, le trésorier demande à être remboursé de 400 livres tournois prêtées à l’abbé d’Hérivaux202. En 1528, ce dernier fait part au seigneur de Chantilly de la disparition de l’évêque de Senlis, nouvelle apprise par Pierre de Garges203. Aux portes de la vie, du mariage, voire à celles de la mort, la solidarité des membres du groupe est renforcée par des liens très forts. Ainsi, lorsque la « femme Ducomte », nourrice de François de Montmorency accouche d’une fille, celle-ci a pour marraines Mme de Villars et Mme de La Mairie et pour parrain Yvon Pierres204. Lorsque Jean de Garges désire se marier, il adresse deux requêtes au Grand Maître. Dans la première, il annonce son intention de convoler avec une demoiselle du Valois205. Dans la seconde, il précise sa pensée :

  • 206 I-298 : le même au même, de Paris, le 6 janvier (1526).

« Monseigneur, depuys quinze jours vous ay escript comment mes amys mavoient conseiller de me marier avecques la fille de Monsieur de Maclines qui est demourant en Vallois qui est fort riche homme et que par leur conseil m’estoyt fiancé mois que j’estoit tenu de bailler la somme de mil livres tournois pour employer à achecter de la rente pour assigner son douaire, ce que ne scauroit faire sans vostre aide par prest au autrement.
Monseigneur, vous scavez que vous m’avez tousjours promys que vous me aideriez par quoy vous supplie ce faire aultrement ne scauroit parachever ce que j’ay commancé206. »

  • 207 La demande a été satisfaite puisque le 22 février 1526, Jean de Garges prête serment de fidélité « (...)
  • 208 BnF, Cab. d’Hozier 124-2340, fo 3.

68Précaution supplémentaire, ou volonté de donner plus de poids à sa demande, il la fait co-signer par son frère Pierre207. Enfin, on l’a vu, lorsque M. de La Mairie rédige son testament, il désigne comme premier exécuteur testamentaire l’abbé d’Hérivaux208.

69Ce comportement s’explique par la volonté de renforcer des positions acquises. Il puise vraisemblablement aussi ses fondements dans la nécessité d’être solidaires afin d’essayer de repousser, de conjurer les assauts de la mort qui rôde. Ce type de fonctionnement s’inscrit dans un système d’économie du don équivalent à celui défini par Marcel Mauss. Donner-recevoir-rendre, les trois termes de l’échange sont inscrits dans les lettres des officiers domestiques majeurs du Grand Maître. Toutefois, à la différence du « potlatch » nord-américain ou de la « kula » des îles Trobriand, cet échange se déroule dans une société marchande. Il ne produit pas seulement de l’honneur, il n’engendre pas de processus d’apaisement entre tribus rivales, il conditionne la vie d’un réseau dont les membres partagent des obligations de résultats vis-à-vis d’un seigneur, d’un patron. Berthereau et ses compagnons sont solidaires parce que cela leur assure un confort matériel et moral certain, tout en renforçant la crédibilité de leur maître, donc sa propension à être bien obéi. Un bon maître est avant tout celui dont les serviteurs s’entendent bien. Le résultat de cette bonne entente, qui suppose une autorité bienveillante, mais sans faille de la part du patron, se matérialise par l’accession aux emplois, aux titres et aux honneurs.

  • 209 Pour Villeroy : VII-303 (Grolier à Berthereau) ; pour Bochetel : XV-361 (idem) ; pour Menville : X (...)
  • 210 M. de La Mairie à Berthereau : V-103, VII-187, VII-204, X-267, XI-82 et XIII-176 ; Yvon Pierres à (...)
  • 211 Grolier à Berthereau : VII-162, VII-256, VII-303, XII-183, XIII-209, XIII-249, XIII-290 et XIV-113 (...)
  • 212 VII-204, X-267, XIII-176 (La Mairie) et XI-148 (Yvon Pierres).
  • 213 Notice de Gilles de La Pommeraie dans Le Page D., op. cit., p. 632-633. Appartenance à la compagni (...)
  • 214 Ibid., p. 633 (Notice biographique).

70Cependant, le groupe des officiers domestiques majeurs ne fonctionne pas en autarcie. Il est ouvert sur d’autres cellules, comme le prouvent les nombreuses recommandations qui émaillent les courriers de ses membres. En effet, outre les autres officiers domestiques majeurs, Christophe de Lubiano, Yvon Pierres, M. de La Mairie, Jean Grolier et les autres se recommandent aux bonnes grâces de quelques personnages. À côté de quelques mentions occasionnelles telles celles adressées à M. de Villeroy, Guillaume Bochetel, Claude de Menville, Jacques Du Pin et M. de La Voulte209, on retrouve toujours les mêmes patronymes : Gilles de La Pommeraie et Cosme Clausse, seigneur de Marchaumont. Le premier est cité six fois par M. de La Mairie, une fois par Yvon Pierres et une fois par Jean de Garges210. Le second l’est huit fois par Jean Grolier, cinq fois par Yvon Pierres, trois fois par M. de La Mairie, une fois par Christophe de Lubiano et une fois par Pierre de Garges211. À quatre reprises, les deux hommes sont associés dans la recommandation212. Sans appartenir au cercle des officiers domestiques majeurs, Gilles de la Pommeraie est proche du Grand Maître dont il a été l’un des archers, aux côtés d’hommes d’armes nommés Yvon Pierres et Jean de Garges213. Côme Clausse quant à lui est l’un des secrétaires du duc d’Orléans214. Il est d’ailleurs remarquable qu’ils occupent l’office de premier président de la chambre des comptes de Bretagne l’un après l’autre, tandis que Berthereau est receveur du fouage de Saint-Malo, dans le ressort duquel se situe la seigneurie de La Pommeraie.

Solidarités nantaises

  • 215 N’apparaît pas la lettre adressée au roi : XI-289. M. des Arpentis, de Nantes, le 19 octobre.
  • 216 BnF, Dossiers Bleus 106-2585. Son grand-père avait été maître d’hôtel de Louis XI. Le Roux N., art (...)
  • 217 CAF, t. I-439, de Bordeaux, le 17 avril 1526.
  • 218 AC Nantes : C 71, 109, 112 et 292 ; E 10, 14, 15 et 176 ; G 704 et 769. Et AD L-At, série B, reg. (...)

71Ces renseignements permettent de mesurer l’entrée en force de serviteurs d’Anne de Montmorency dans les affaires du duché breton. Ceci vaut également pour la capitale du duché à partir de 1526. De la capitale bretonne, proviennent 42 lettres répertoriées dans le tableau 24215. Aux côtés des deux lettres écrites par les habitants de la ville, on note la présence d’un certain nombre de personnalités influentes de Nantes, voire du duché. Louis Du Bois, seigneur de Monclar et des Arpentis tient l’office de lieutenant du château de Nantes216. Mis en place du temps de l’amiral Bonnivet, il reçoit, en 1526, l’ordre du roi de remettre le château, ainsi que les armes et les munitions qu’il renferme entre les mains du nouveau capitaine nommé Anne de Montmorency217. Il apparaît à plusieurs reprises dans les archives communales218.

  • 219 Sur cette commission, voir Hamon P., op. cit., p. 302-305 et surtout Le Page D., op. cit., p. 48-5 (...)
  • 220 Le Page D., op. cit., p. 308-301, 432 et 641.
  • 221 AC Nantes, G 704 : Compte général de l’hôtel-Dieu (1532) rendu en présence de Pierre de Razine et (...)

72Les autres épistoliers sont connus grâce notamment aux travaux de Dominique Le Page. Jacques Minut, premier président du parlement de Toulouse a déjà été rencontré. En 1526, il préside la « commission Minut », chargée de vérifier les comptes des officiers de finances opérant en Bretagne. Il est secondé dans cette tâche par Pierre Bérard, seigneur de La Foucauldière et François de Rasse (ou Raisse), seigneur de La Hargerie. Alain de Guengat, est l’un des maîtres d’hôtel ordinaires de François Ier, qui le récompense de son dévouement par le capitanat du château de Brest. Gilles de Commacre connaît un cursus complet à la chambre des comptes de Bretagne : clerc et secrétaire, puis conseiller, maître et auditeur, et enfin président. Nicolas Du Val a été payeur des gens des comptes. Palamède Gontier a été trésorier et receveur général de Bretagne. Gilles Bricaud, sieur de Viollain, cumule les offices de contrôleur de la recette ordinaire de la ville et de secrétaire et auditeur des comptes219. De plus, sa signature apparaît au bas des deux lettres que les Nantais envoient à leur capitaine. Pierre Laurent est procureur de Nantes220. Enfin, Pierre de Razine est le lieutenant de Louis du Bois221.

Tableau 24 – Lettres au Grand Maître et à son secrétaire en provenance de Nantes.

  • 222 VIII-84.
  • 223 Arrestation du prévôt : IX-17 et VIII-94 (à mettre en liaison avec XI-289, écrite au roi à ce suje (...)

73Avant d’entreprendre l’analyse du contenu des missives, il faut savoir qu’avant 1526, les Montmorency n’ont aucun contact direct avec Nantes. Cette précision, ajoutée à la liste des épistoliers et à celle de leurs fonctions, suggère l’importance du rôle du Grand Maître à Nantes et en Bretagne à la fin des années 1520. Au-delà de ce constat, se profile tout un jeu de services escomptés et rendus. Rares sont en effet les lettres nantaises se contentant d’un simple compte rendu. En prenant l’exemple des lettres que M. des Arpentis envoie à son capitaine, on remarque qu’une seule d’entre elles se présente sous la forme d’un simple compte rendu des affaires de l’empereur222. Toutes les autres mêlent informations générales223 et appels désespérés concernant la pension des mortes-payes du château. Globalement, un constat identique peut être fait pour les missives des autres rédacteurs.

  • 224 Gilles de Commacre commence ses lettres par : « Monsieur mon bon frère » et les termine par « vost (...)
  • 225 VI-199.

74Cependant, les « bons amis nantais224 » se montrent particulièrement attentifs à arranger les affaires de Berthereau. Si celui-ci n’occupe qu’un seul office en Bretagne, il reçoit un important don royal concernant les grandes écuries de la ville. Ce cadeau aussitôt accepté, il entend le revendre au plus offrant. C’est alors qu’interviennent Louis des Arpentis, Pierre de Razine, Gilles Bricaud et Pierre Laurens, soit les lieutenants, second du lieutenant, procureur du roi et contrôleur des rentrées ordinaires de Nantes. Malgré le « grant esmoi225 » soulevé à Nantes par le don royal, ils s’activent pour que le secrétaire tire un bon profit de sa vente, en envoyant vers lui les personnes susceptibles de le racheter, en lui conseillant la démarche à suivre pour parvenir à ses fins, en précisant qu’ils ont parlé au sénéchal et à l’alloué de Nantes pour faire accélérer le dénouement de l’affaire. En échange de leurs bons et loyaux services provinciaux, Berthereau s’entremet pour les introduire dans le monde du pouvoir et de la Cour.

  • 226 Respectivement : IX-139 ; XI-172 et XV-275 ; IV-5.
  • 227 XIV-162.
  • 228 XII-209 : Pierre de Razine à Yvon Pierres, de Nantes, le 27 septembre 1528. Cette lettre est rédig (...)
  • 229 Respectivement : VI-199 ; XI-151 ; XIII-153.
  • 230 XII-149.

75M. des Arpentis lui demande de l’aider à obtenir une promesse de don faite par le Grand Maître, pour être payé de trois années d’arriérés de pension, ou de pouvoir quitter Nantes pour aller se soigner chez lui226. Pierre de Razine revient sur le sujet de la solde des mortes-payes227. Dans l’unique lettre conservée qu’il écrit à son attention, Razine demande à Yvon Pierres (un cousin) et à Berthereau de l’aider à régler une affaire pendante devant le parlement de Paris, relative à la terre de Marigny près de Loudun228. Fin août 1528, Bricaud demande au secrétaire de lui expédier un mandement demeuré entre les mains de Florimond Robertet et signale que la terre de Pontemer dont jouissait M. de Vaudémont, dont la rumeur du décès devant Naples est parvenue en Bretagne, était un don royal. En octobre 1529, il lui demande de lui expédier les lettres de naturalités d’un dénommé Michel Marquès. Dans un autre courrier, il lui rappelle qu’il a une affaire à Paris et le remercie d’avoir fait signer le mandement par Robertet229. Quant à Pierre Laurens, il écrit une lettre qu’il fait porter par un gentilhomme désirant un office à la cour230.

  • 231 XV-286. Cette lettre est rédigée à Blandin, l’une des terres dont Gilles de Commacre est le seigne (...)

76Gilles de Commacre aussi utilise ce système. D’un côté, il transmet des lettres que le secrétaire rédige à l’attention de Bricaud et de M. des Arpentis (XIII-219) ; de l’autre, il lui envoie une requête reçue par sa femme émanant de l’épouse d’un archer qui tente de joindre M. de La Fuye, gouverneur du baron de Clairvaux, neveu de l’amiral. Ce long cheminement s’explique par le fait qu’« elle a entendu que souvant je vois ou escriptz en court231 ».

  • 232 Pour les trois extraits : V-295. Pour Jacques de Châteautro, maître des requêtes du duché de Breta (...)

77Ces quelques exemples illustrent clairement la manière dont s’amorcent des échanges réciproques entre serviteurs d’un patron. Chacun utilise les compétences et les fonctions des autres pour pousser des avantages personnels tout en demeurant dans la fidélité du maître. Ce système n’est pas, loin s’en faut, uniquement réservé à ceux qui gravitent dans l’entourage du Grand Maître. Dans le cas précis du duché breton, Dominique Le Page a parfaitement montré la manière dont ce grand fief rentre dans l’orbite royale après le décès de la duchesse Anne. Après 1514, tout en encourageant le ralliement des officiers bretons, Louis XII et surtout François Ier nomment des officiers exogènes aux postes-clés afin de faciliter la prise en main de la nouvelle province. Parmi ceux-ci figurent Anne de Montmorency, promu capitaine de Nantes et de Saint-Malo. Dans la capitale provinciale, ce dernier noue des fidélités dont certaines passent par des serviteurs très proches de lui, tels Nicolas Berthereau et Yvon Pierres. Ce noyautage dont le but principal est d’assurer le maintien de l’ordre dans la ville et le plat pays alentour, ne peut s’accomplir que par la mise en place d’hommes sûrs. Tel est le message que M. des Arpentis délivre à son capitaine. Tout en annonçant la maladie du sénéchal de Nantes, il propose le nom d’un remplaçant, au cas où ledit sénéchal viendrait à décéder. Il s’agit de « mestre Jacques de Chasteau Trou, mestre des requestes de se pays et duchié de Bretaigne ». Il justifie son choix en disant que « les séneschaulx de Bretaigne sont tous des gens de robe longue », avant de conclure : « Et quand les offisiers de justisse y seront de par vous, vous en serés beaucoup plus fort au pays et moy myeux obéy soubz vous232. »

78L’exemple des missives nantaises permet de se rendre compte de l’existence d’une seconde forme de solidarité, fondée à la fois sur la géographie et les services rendus. Toutefois, il induit le fonctionnement d’un troisième type de liens solidaires reposant lui sur les réseaux que doivent tisser des individus de statut social équivalent.

De secrétaire à secrétaire

  • 233 XIII-260.
  • 234 IX-143.
  • 235 IV-303.
  • 236 XIV-31.

79Dès la fin des années 1520 et surtout à partir de l’année 1530, Anne de Montmorency devient l’une des pièces maîtresses du fonctionnement des institutions monarchiques centrales. Les plus grands et les plus influents personnages du royaume s’adressent à lui pour obtenir offices, charges, pensions et soldes. Toutefois, parallèlement, avec moins d’éclat mais avec une efficacité redoutable et le consentement implicite de son maître, Nicolas Berthereau se retrouve au centre d’une nébuleuse qui intègre les secrétaires, serviteurs, clercs et lieutenants de grands personnages ou de personnages importants en contact avec le Grand Maître. C’est ce qui apparaît sur le tableau 25. Trente-sept personnages ont été recensés sûrement, auxquels il faudrait ajouter Jean Gaillard dont la « bonne dame et maistresse [le] traicte myeulx qu’il ne m’appartient233 », le serviteur du général Le Cointe recommandé par Jean de Chantesmes234, M. de La Gatelinière qui suit son maître en Normandie235, ou encore Barquillet, receveur de Compiègne, qui commence sa lettre à Nicolas Berthereau par « Monseigneur et maistre236 ». À partir des 130 lettres de ce corpus bien particulier, il est possible de dresser une typologie de leurs objets.

  • 237 Délai confirmé par la lettre V-24 du 27 juillet faisant état de deux lettres de Berthereau écrites (...)

80La première catégorie d’épistoliers est celle des secrétaires d’un grand personnage. À l’instar de Jean de Rouvray pour le duc de Longueville et d’Alain Avrille pour Gui de Laval, il est plus que probable que la plupart de ces missives font doublon avec des demandes de leur maître adressées à celui de Berthereau. Autrement dit, les patrons écrivent au patron et les secrétaires au secrétaire. Une solidarité de « classe » fonctionne entre égaux dans des systèmes tout à la fois interdépendants et parallèles. Les demandes pour un office à la cour affluent sur le bureau de Berthereau, ce qui, compte tenu de son rôle auprès du Grand Maître, est tout à fait logique. Cependant, il reçoit aussi des requêtes pour faciliter l’obtention d’offices en province (notamment en Languedoc et en Bretagne) ou de bénéfices, pour faire accélérer le paiement d’une compagnie d’ordonnance, ou encore pour recouvrer des lettres de chancellerie. Dans cette dernière catégorie, le secrétaire de M. de Clermont, Dupont-Rieu, se montre particulièrement insistant puisqu’à huit reprises il évoque l’impérieuse nécessité d’avoir des lettres du roi confirmant le don d’une maison à Narbonne. Entre la première demande et la lettre de remerciement, cinq mois s’écoulent. Mais au-delà du délai, il faut relever la remarquable périodicité des missives : 27 juin, 27 juillet, 2 et 25 août, 5 et 23 septembre, 10 octobre et enfin 6 novembre. Soit trois à quatre semaines pour échanger des informations entre Paris et Agde237.

Nom

Fonction (s)

Références

Avrille Alain

Secrétaire de M. de Laval

XI-43, XIV-68

Barandin Emmanuel

Secrétaire de Mme de Villars

VI-235, X-197, XI-199, XII-193, XIV-239 et 268, XV-366

Bauquin Florimond

VI-255 et 285

Bayard Gilbert

Secrétaire de la Chambre

XV-250, 279, 285

Bochetel Guillaume

Secrétaire de la Chambre

IV-301 ; VI-208 ; VII-149, 184 ; IX-157 ; X-270 ; XV-242, 293

Bourdineau Jean

Clerc d’offices

IV-26 et 28, V-150, VII-316 et 326, IX-206 et 250, XI-175 et 182, XIII-218, 247, 252 et 274, XV-268 et 341

Breton Jean

Secrétaire de la Chambre

III-53, VII-140

Bricaud Gilles

Secrétaire de la chambre des comptes de Bretagne

VI-199, XI-151, XII-153

Charron Florimont

Clerc de Jean Carré

IX-188

Clausse Côme

Secrétaire du dauphin François

III-92 ; VII-103 et 158, XII-262 et 266, XIII-262, XIV-32, XV-244 et 269.

Colin Jacques

Secrétaire de la Chambre

IV-25, V-135 et 137, VI-178, IX-10,128 et 185, XIII-128, 259, 266 et 279, XIV-142 et 172, XV-292

Commacre Gilles de

Secrétaire de la reine Claude

XIII-219, XV-286

Davant Gabriel de

Secrétaire de M. de La Pommeraie

III-128, VI-241 et 267, VII-134, 176, 183 et 211, IX-220, XI-141, 173 et 180, XII-261 et 263, XIII-126 et 130, XIV-315, XV-72

Du Val Jean

Secrétaire des fils du roi

XI-35

Dupont-Rieu

Secrétaire de M. de Clermont

IV-44, V-24, VI-238, VII-246, VIII-197, X-229, 230 et 249, XI-80, XV-254

Dusolier François

Clerc de Jean Grolier

XIV-102

Forget Pierre

Secrétaire de Louise de Savoie

VI-144, VII-292, IX-95 ; XIII-255

Godet Gilles

Clerc d’offices

V-310, VI-177, VII-207, IX-233

Guerin Jean

Secrétaire de M. des Baux

XIV-135

Harden Guillaume

Secrétaire de ?

V-4

Hemard Charles

Secrétaire de M. de Clermont

IV-44 et 102

Heruvet Georges

Secrétaire de la Chambre

VII-155 et 242 ; IX-87

La Naladiere, Guyot de

Commis de Jean Grolier

V-32 ; VII-253 et 257 ; IX-228

La Parneliere, M. de

Lieutenant de M. de Clermont

VI-200, XI-83, XIV-312

La riviere M. de

Serviteur de M. de La Trémoille

V-214

Launay Adrien de

Secrétaire de la reine de Navarre

XII-150 ; XIV-56

Lemoine Jean

Serviteur de M. de La Pommeraie

IX-241

Letur

Lieutenant du Vermandois

XV-355

lucas Guy

Serviteur de M. d’Iverny

XIV-132

Marchant Jérôme

Serviteur de M. de Tarbes

XIV-148

Neufville Nicolas de

Secrétaire de la Chambre

III-300 ; IX-239 ; XIV-33

Parnois

Lieutenant du sénéchal de Béziers

VIII-116

Petremol Antoine

Secrétaire du général de Bretagne

VI-276 ; XIII-323 et 325

Razine Pierre de

Lieutenant de M. des Arpentis

V-13, 45 ; VI-249 ; XIV-162

Rouvray, Jean de

Lieutenant du Grand Maître des Eaux et forêts

IV-244 ; VII-209 ; XII-208 ; XIII-178 ; XV-307

Seurre Jacques de

Clerc d’offices

III-117 et 171 ; IV-33, 88 et 300 ; VII-245 ; IX-118, 175, 200 et 224 ; XIII-229, 254, 265 et 311 ; XIV-202 et 219.

Testu Simon

Clerc d’offices

VI-197, 234 ; XIII-256

Vallee Geoffroy

Secrétaire de Jean Carré

XII-264

Tableau 25 – Secrétaires, clercs et lieutenants écrivant à Nicolas Berthereau.

  • 238 BnF, Clair. 835, fo 2077-2160.

81Nicolas Berthereau reçoit également du courrier de ces alter ego de la cour. Au sens strict, l’expression recouvre quatre hommes : Jean Bourdineau, Gilles Godet, Jacques de Seurre et Simon Testu. Tous quatre sont, comme lui, clercs des offices curiaux. Il semble bien qu’à partir de 1527, quand Berthereau accède à cet office, il exerce une sorte de préséance sur ses collègues. Ce qui se conçoit logiquement. Au sens large, on peut inclure dans les relations de cour les secrétaires de la Chambre du roi. Ceux-ci présentent l’énorme avantage d’exécuter pour le compte du roi des missions de confiance dont ils rendent compte au Grand Maître ou à son secrétaire. C’est le cas de Nicolas de Neufville (qui servait déjà le dauphin François avant 1515), de Jean Breton (à partir de 1524), de Gilbert Bayard (à partir de 1526), de Jacques Colin, Guillaume Bochetel et Georges Héruvet (secrétaires à partir de 1528). Bien plus, de 1540 à 1546, Berthereau rejoindra le groupe des secrétaires de la Chambre238.

  • 239 XIV-35.
  • 240 Ainsi, celle de Guyot de La Maladière : « S’il vous plaist que je face quelque chose pour vous par (...)
  • 241 « Vostre humble frère et serviteur », « vostre humble serviteur et bon amy », « vostre bon compaig (...)
  • 242 La Charité C., « Le stile et manière de composer, dicter, et escrire toutes sortes d’epistres, ou (...)

82La dernière catégorie inclut les secrétaires et serviteurs de proches d’Anne de Montmorency. Il s’agit de François Dusolier, clerc de Jean Grolier, Guy Lucas, secrétaire de M. d’Iverny, Jean Lemoine, Gabriel de Davant, serviteurs de Gilles de La Pommeraie et d’Emmanuel Barandin, serviteur de Mme de Villars. Leurs lettres sont surtout des messages transmettant des nouvelles de la santé des intéressés ou de celle d’autres serviteurs du Grand Maître. Rentre aussi dans cette catégorie Jean Guérin, secrétaire de feu Bernardin des Baux. Dès mars 1528, soit trois mois après le décès de ce dernier, il adresse une lettre à Nicolas Berthereau pour rendre compte de ses activités à Marseille239. Le délai de vacuité réduit entre le décès du sieur des Baux et la mise à disposition en faveur du Grand Maître semble indiquer un passage sans trop d’état d’âme. De nombreuses lettres se concluent sur une invitation à utiliser les services que l’épistolier se propose de mettre à disposition du secrétaire240. Cette invitation est souvent renforcée par l’utilisation d’une adresse finale fraternelle et amicale241. Malgré l’absence de lettre de Berthereau aux membres du corpus, on peut raisonnablement penser qu’il en usait de même. Certes, il ne faut se laisser bercer ni par toutes ses protestations d’amitié et cette profusion de bons sentiments, ni par l’utilisation réitérée de termes codifiés issus d’ouvrages spécialisés242. Cependant, la relation amicale ainsi créée, entretenue, resserrée par la lettre débouche effectivement sur un échange.

  • 243 XIV-134, XV-254 et V-24.

83Il n’est pas rare que l’épistolier, tout en sollicitant le secrétaire, s’arrange pour accompagner sa requête d’une information susceptible d’intéresser celui-ci. Ainsi Dupont-Rieu évoque à plusieurs reprises la vacance de l’office de grenetier de Narbonne243. Berthereau est aussi contacté pour arranger des affaires se déroulant sur Paris. Les deux secrétaires de M. de Clermont font appel à lui pour régler un procès évoqué devant le Grand Conseil ; Pierre Forget le remercie d’avoir permis de trouver une solution entre lui et Mme de Guéméné. L’échange peut prendre la forme d’un lien informel. Au printemps 1530, Jacques de Seurre donne des nouvelles de la cour et distribue le courrier que Berthereau y envoie. En échange, le secrétaire lui envoie des informations concernant la libération des fils du roi et distribue les lettres destinées à ses connaissances. Jean Gaillard donne des nouvelles de la cour, mais demande l’aide du secrétaire pour être pourvu d’un office.

  • 244 « Vous advisant que si nestoit la mocquerye que lon pourroit faire de nous si ne venyons à bout du (...)
  • 245 VI-200 et XI-83.
  • 246 XIV-219.
  • 247 XI-175 et IX-250.
  • 248 « Ce n’est le premier bien faict et plaisir que m’avez faict dont je me tiens et rends à tenu à ja (...)
  • 249 XIII-178.
  • 250 XIII-234.
  • 251 XIII-241 et 260.
  • 252 Vallée : XIII-264. Guérin : VI-181.
  • 253 XIV-102.
  • 254 IX-233.
  • 255 D’origine piémontaise, Barandin reçoit ses lettres de naturalité en septembre 1526. CAF, t. I-2464 (...)

84Un dernier élément ressort des missives des secrétaires et des serviteurs. Leur analyse fait apparaître que l’important ne réside pas tant dans la rapidité de l’un des protagonistes à remercier l’autre de s’être entremis pour lui, mais bien à créer un lien entre plusieurs personnages. Dans la chaîne mise en place, chacun oblige l’autre à tour de rôle, directement ou indirectement. La réciprocité induit une alternance des rôles de débiteur et de créancier. Ce jeu de rebonds est-il régulier ? Autrement dit, la fréquence de la tenue d’un rôle dépend-elle de la position sociale de l’individu ? Répondre de manière tranchée par l’affirmative ou la négative serait somme toute simplificateur et impliquerait une vision d’une société strictement hiérarchisée. De plus, il faut prendre garde aux impressions laissées par l’analyse des missives, qui est forcément biaisée. Néanmoins, à plusieurs reprises, les topoï de l’indignité et de l’humilité reviennent sous la plume des épistoliers. L’insistance de Dupont-Rieu trouve sa source dans la volonté d’éviter de devenir la risée du Languedoc244. Dans l’affaire des traites de blé que les Bonvisi retirent du Languedoc, M. de La Parnelière met en jeu son « honneur245 ». Jacques de Seurre confesse que « vous me faictes tant d’onneur que de m’escripre que j’en ay honte246 ». Jean Bourdineau s’excuse de ne pas écrire plus souvent mais il n’y a « nouvelles dignes de vous faire entendre », il supplie Berthereau de l’« excuser si je suis trop hardy à vous donner peine… toutesfois l’affection que j’ay apperceu en vous de ayder voz amys et compaignons m’en a fait prendre hardiesse247 ». Antoine Petremol confesse à deux reprises les dettes morales qu’il a contractées envers Berthereau248. Jean de Rouvray supplie Berthereau « avec toutes les autres obligations en quoy je suis tenu envers vous pour les biens et plaisirs que m’avez faictz, me faire ce plaisir que de voulloir despescher ladite monstre249 ». Même son de cloche chez François Joret, prêt à rendre service au secrétaire à cause « du bon voulloir qu’avez en mon endroit sans l’avoir mérité250 ». Par deux fois, Jean Gaillard, qui se présente comme « voustre pouvre voisin et serviteur que congnoissez de long temps » et qui estime faire partie des « pouvres despourveuz dont je suis l’ung », évoque « le résidu de[sa] pouvre vie251 ». Geoffroy Vallée et Jean Guérin s’excusent de la « peyne » qu’ils lui donnent252. François Dusolier termine sa missive par ces mots « vous m’aurez, s’il vous plaist, pour excusé253 ». Pour sa part, Gilles Godet demande au secrétaire « s’il vous plaist me faire ce bien et honneur de me porter quelques foiz de voz nouvelles, vous me ferez bien grant plaisir254 ». Enfin, la « hardiesse » dont fait preuve Emmanuel Barandin le 27 juillet 1526 ne précède que de quelques jours l’obtention de ses lettres de naturalité255.

  • 256 XV-303 : Claude Vachot à Berthereau, de Paris.
  • 257 « Monsieur, on m’a dit de par deçà que le goujat est pannetier de monseigneur le daulphin, dont je (...)

85Bien sûr, les secrétaires et serviteurs ne sont pas les seuls à utiliser ce langage. À propos d’un office, un dénommé Claude Vachot s’est « déporté vous ennuyer de mes humbles requestes256 ». Cependant, la densité d’un vocabulaire similaire dans un corpus bien ciblé socialement semble accréditer l’hypothèse selon laquelle, à la fin des années 1520, Nicolas Berthereau est devenu une personnalité incontournable du deuxième niveau de la gestion quotidienne de la vie de cour : celui de l’intendance et de la logistique. L’utilisation de topoï d’humilité et d’indignité par des hommes engagés dans le service de l’État monarchique montre bien que cette utilisation n’est pas seulement un jeu intellectuel faussement modeste réservé à une élite d’humanistes. Elle puise ses racines dans les fondements même de l’organisation sociale du temps dans laquelle la solidarité tient lieu de ciment. D’ailleurs, malgré l’âpreté de certaines luttes, malgré la mort qui rôde à chaque détour de chemin, lorsqu’une bonne nouvelle met en valeur l’un des membres d’un groupe, la joie résonne dans les missives des autres. En dépit de son ton sentencieux, une lettre de Pierre de Bourgongne à Nicolas Berthereau est parfaitement révélatrice de cet état d’esprit et introduit une réflexion sur la représentation de l’ascension sociale257.

86En tant que secrétaire du Grand Maître, Berthereau coordonne les activités des serviteurs de celui-ci. Grâce à sa charge de clerc d’office, il participe au paiement des officiers curiaux. En outre, l’année 1530 lui donne l’occasion de mettre en valeur ses talents d’intendant pour filtrer la masse de lettres qui parvient à son maître. Ses multiples tâches font de lui un intermédiaire idéal entre ce dernier et le reste des officiers royaux. Toutefois, l’étude de sa correspondance spécifique permet de reconstituer les liens de solidarités qui existent entre lui et tout un groupe de personnages d’un statut social équivalent au sien. Les missives du groupe sont empruntées d’une extrême solidarité résultant pour une bonne part de la conjoncture de cette période, et notamment de celle de l’année 1530. Néanmoins, leur étude dessine les contours d’une convivialité fondée sur l’échange et la déférence. Elle démontre que les liens unissant ces hommes entre eux sont nécessairement solidaires car tous ont misé sur la réussite politique d’Anne de Montmorency. Mais, au-delà de celle-ci, et à travers elle, c’est la possibilité d’une ouverture sociale qui se profile. Mais, que le Grand Maître connaisse la disgrâce, entraînant celle de son secrétaire, et les fidèles amis de ce dernier sauront habilement réorienter leur amitié et reporter leurs espoirs sur d’autres personnages. Un tel revirement n’est concevable qu’à partir du moment où chaque individu évolue dans différents réseaux.

*

87La lutte est rude pour parvenir à s’immiscer dans l’intimité d’un Grand. Il faut capter sa confiance, ou celle de l’un de ses proches. Dans cette optique, il convient de savoir se rendre indispensable en accomplissant des services dans l’espoir final d’en être récompensé par un titre, une charge, une pension ou un bénéfice. Joue alors la loi sociale de l’offre et de la demande dans laquelle le nombre de demandeurs est supérieur à celui des récompenses attribuées. La compétition devient, de ce fait, inévitable. Il en résulte une intense quête des symptômes de défaillance humaine dans laquelle tous les coups sont permis, y compris celui d’anticiper sur le trépas d’autrui.

  • 258 Muchembled R., La société policée, op. cit., première partie : les fondations, de François Ier à L (...)

88Nonobstant cette veille permanente, le système réticulaire fonctionne aussi grâce à de forts liens de solidarité entre ses acteurs. Fondé tant sur des affinités spatiales ou homogamiques que sur de nécessaires entraides sociales, le réseau fonctionne sur la base d’échanges réciproques engagés par les individus qui le composent. Il serait illusoire de croire à une authenticité, à une véracité ou à un altruisme total des gestes, de paroles et des écrits des épistoliers. Cependant, il serait tout aussi contre-productif de penser que tous les échanges, les dons et les promesses dont ils s’abreuvent ne sont que de vaines paroles ou de vains écrits. Plus ou moins consciemment, ils participent de la mise en place d’une société policée dans laquelle les ambitions sociales et politiques passent par un dressage éducatif et normatif, pour la plus grande gloire du souverain258.

Notes

1 Muchembled R., L’invention, op. cit., chapitre premier. Du même auteur, La société policée. Politique et politesse en France, du XVIe au XXe siècle, Paris, 1998, première partie.

2 IX-153. Toutes les lettres d’Yvon Pierres concernant cette affaire sont écrites de Chantilly. Pour la lettre de M. de Boisdauphin : XIII-192, de Paris, le 4 février 1530.

3 IX-107.

4 IX-232.

5 XIV-217.

6 XIII-244. Cette somme correspond exactement au total des trois mandements du 26 octobre 1529, 14 décembre 1529 et juillet 1530 d’un montant de 410 livres chacun. CAF, t. I-3518, 3563 et 3737.

7 « Envoyés, envoyés, envoyés argent ». XIV-93, [s. l.] [Malines], le 21 décembre 1529.

8 XIII-244, XIV-93 et XIII-188.

9 « Je vous promets ma foy » pour Pierres et « je vous jure ma foy que tout ce que je vous en escript est vérité » chez La Pommeraie.

10 XIII-226.

11 CAF, t. I-3616, de Dijon, le 7 février 1530. On peut remarquer que ses pouvoirs sont délivrés le lendemain du retour du Grand Maître auprès du monarque.

12 Poly J.-P., La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structures dites féodales dans le Midi, Paris, 1976, p. 169-170.

13 Il s’agit de la galère La Brave et du galion. II-167, Pontevès au Grand Maître, de Carpentras, le 4 mars 1529.

14 ACC, série BA, reg. 2 BA 1, fo 26. La transaction a lieu entre le jour du don royal de la seigneurie des Baux à son favori (18 décembre 1527) et le moment où le roi lui donne les galères, munitions et artilleries du même Bernardin (mars 1528). Comme si le Grand Maître avait voulu solder le passif du défunt avant de prendre possession effective de tous ses biens.

15 « Monseigneur, il [d’Ornezan] a faict le partaige de voz navires, ce qu’il n’a pas faict à vostre prouffit, ne la rayson pour vousdits navires, attendu ce que luy ay donné à entendre ladite despense, et ont esté fort mal tractez. » XI-197, Pontevès au Grand Maître, de Marseille, le 16 février 1528.

16 La Roncière C. de, op. cit., p. 217-218.

17 IX-15, Lubiano au Grand Maître, de Marseille, le 1er août 1528. Cette lettre fait référence à une lettre envoyée par le Grand Maître en juin 1528 commandant à Lubiano de « relâcher » l’affaire.

18 Lubiano au Grand Maître (IX-15) et à Berthereau (VI-212), de Marseille, le 1er août 1528.

19 « Les rudesses que luy a usé et use journellement vostre maistre d’hostel. » II-162 : La mère du capitaine Michaud au Grand Maître, de Marseille, le 2 mars 1528.

20 Ibid.

21 « Pour otant que suys de vous subgectz et habitant de là. » XV-104, Menville au Grand Maître, de Marseille, le 17 février 1528 ; et « non pour proffit que j’espère de avoir, mais tout seullement pour l’honneur, pour ce que je suis habitant dudit lieu ». IV-12, le même à Berthereau, même lieu et même jour.

22 Le don royal de décembre 1528 comprend les « naufs, gallères, gallion et barches et autres vaisseaulx » ayant appartenu à frère Bernardin. ACC, série BA, reg. 2 BA 1, fo 22.

23 XV-104 : « Vous plaira avoir souvenance et m’avoir pour recommandé touchant la place d’huyssier de la chambre du roy. » Le nom de Claude de Menville n’apparaît pas sur les listes d’officiers curiaux pour les années 1528-1547. Ni dans BnF, Clair. 835, ni dans ms. fr. 21449, ni dans ms. fr. 21450.

24 Lubiano « est après pour arrenter. Si vous plet, envoyerés qui le me bahle pour le prix qu’il en trouvera de ung autre. Je me parforceray de entretenir voustre plasse mieulxs que ung autre arrentier ne feroit et je retiendray les blés pour fournir à vousdites gallères quant besoin en seroit ». XV-115, au Grand Maître, de Marseille, le 3 novembre 1527. Dix ans plus tard, Claude de Menville, toujours capitaine des Baux, prend à ferme la baronnie des Baux pour un montant annuel de 1 100 livres tournois. AD B-du-Rh., série B, reg. B 1257 : arrentements et baux à ferme pour la période 1532-1544, p. 1027. La date n’est pas précisée, mais le bail évoque « M. le connétable », ce qui le situe au moins en 1538.

25 VI-220, de Marseille, le 6 septembre 1528, et XIII-328, de Marseille, le 8 octobre 1528.

26 « J’eusse envoyé le cappitaine Claude [de Menville], mais je me donne au dyable sy j’ay sceu trouver marinier ny officier qui ayt voullu aller avecques luy. » XI-170, Lubiano à Berthereau, de Marseille. Quelques lignes avant, Lubiano annonce que les autres navires sont pourvus de leurs chiourmes, officiers et capitaines.

27 ACC, série BA, reg. 2 BA 1, fo 23 et 24.

28 XIV-205, Alberto Pio, comte de Carpi au Grand Maître, de Paris, le 5 avril 1529.

29 XI-128, Lubiano à Berthereau, de Marseille, le 23 février 1529.

30 Ibid.

31 XIV-216, « aux gallères », le 21 mai 1529.

32 XV-232, des Baux, le 1er février 1529.

33 Bourquin L., art. cit., p. 23.

34 XV-232. La lettre du comte de Carpi au Grand Maître (XIV-205) mentionne que « Jehan Paulle Corce » est décédé au printemps 1529.

35 VIII-223, les consuls au Grand Maître, des Baux, le 8 octobre 1528. Le même jour, Menville envoie à Berthereau une missive (XIII-328) dans laquelle il se plaint de Lubiano.

36 Il est aussi employé pour régler les problèmes de traites de blé levées par les Bonvisi (VI-200 et XI-83).

37 M. de La Parnelière à Berthereau : VI-200, de Béziers, le 2 août 1528 ; XI-83, de Narbonne, le 8 août 1528 ; et XIV-312, de Narbonne, le 21 mars 1529.

38 Autre exemple de conflit dans VIII-116, opposant Parnois, lieutenant du sénéchal de Béziers et M. de Poncher, général du Languedoc à propos d’une nomination à la commission des assiettes de la ville.

39 Il achète cependant une bastide. XII-74 : Lubiano au Grand Maître, de Marseille, le 11 juillet 1529. Sur cet achat, voir aussi Valbelle H. de, op. cit., t. I, p. 226.

40 XIV-26 : Jeannot Chance à Berthereau, de Montpellier, le 12 janvier 1528.

41 XIV-26. Les deux extraits qui suivent également.

42 La démarche de Jeannot Chance qui retourne en Languedoc pourvu de la seule parole de Berthereau tendrait à prouver le contraire.

43 On trouve un cas similaire avec la lettre IX-187 qu’adresse Gaspard Morel, archer lui-aussi, à Berthereau.

44 BnF, Clair. 250, fo 1077.

45 Un exemple parmi d’autres est fourni par le passage d’une lettre de François de Béarn qui mentionne que « Dymetre Grec, archer, s’en vouloyt aller s’il n’avoit place d’homme d’armes. c’estuy là se contentera de quelques rougeurs ». VIII-180 : François de Béarn au Grand Maître, d’Aigues-Mortes.

46 Les chroniques de Jean de Tarde, Paris, 1867, p. 221, note 2.

47 Jourda P., Répertoire, op. cit., p. 98, lettre no 445. Cette lettre n’a pas été conservée, mais Pierre Jourda a déduit son existence à partir des allusions faites dans la lettre suivante portant le no 446.

48 Ibid., lettre no 446 (BnF, ms. fr. 3024-73).

49 Dessalles L., Histoire du Périgord, Le Bugue-sur-Vézère, 1982 (réed.), p. 949. Babelon J.-P., Henri IV, Paris, 1982, p. 25.

50 Babelon J.-P., op. cit., p. 29.

51 XI-20 : Hérivaux à Berthereau, de Bordeaux, le 7 juin 1530.

52 Ibid. L’abbé de La Sauve est aussi le rival de Le Rouillé à Sarlat.

53 Ibid. et XIII-54 : Hérivaux à Berthereau, de Bordeaux, le 3 juin 1530.

54 XIII-299 : Hérivaux à Berthereau, de Sarlat, le 31 juillet 1530. Cette affaire est traitée plus en détail dans « La rivalité entre Richard le Rouillé et Jacques de Larmandie pour devenir évêque de Sarlat en 1530 », Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. CXXX, 2003-4, p. 563-576.

55 Maubourguet J., Sarlat et le Périgord méridional, Périgueux, 1955, t. 3, p. 110.

56 Ibid., p. 46.

57 Ibid., p. 110.

58 CAF, t. II-20034, de Bordeaux, le 20 mai 1530.

59 Francis Decrue rapporte l’histoire de la grâce de l’évêque d’Auxerre François de Dinteville, obtenue par son cousin qui, pour l’occasion, a mobilisé tous ses amis à la cour, avant d’avoir une longue conversation avec le roi en forêt de Saint-Germain. Decrue F., op. cit., p. 173.

60 IX-28 : « Madame la mareschalle [Louise de Montmorency] m’a mandé que le roy luy a dit pourquoy ceste matière ne se expédioit. Elle luy a respondu qu’on attendoyt vostre retour. »

61 X-19 : Hérivaux au Grand Maître, de Sarlat, le 31 juillet 1530.

62 « Il est besoing que vous facez commander par le roy à quelqu’un de ses huyssiers de chambre de les venir quérir et mender vers luy. » Ibid.

63 « [Albe] a faict procuration de recouvrer son dit office à ung docteur de par deça moyennant mil trois cens escuz que luy a donnez. Et aussi qu’il deusse prandre en mariage une sienne parente et luy donner trois escuz en augmentation de son doaire, ce que a promis de faire. » VII-221 : Pons Bruni à Berthereau, de Marseille, le 28 octobre 1528.

64 Ibid. Martin suit la procédure habituelle, voir Mousnier R., op. cit., p. 41.

65 XI-130, de Marseille. Lubiano signale que Bruni écrit à Berthereau, mais cette lettre n’a pas été conservée.

66 Mathieu s’estime « très joyeux, car je vous asseure monseigneur qu’il [Bruni] est très homme de bien et bien suffisant et sera bien pourveu audit office ». X-298, au Grand Maître, de Marseille, le 13 décembre 1528.

67 IX-53, de Marseille. Lubiano ne propose personne pour remplacer Bruni.

68 CAF, t. IX, liste des conseillers des parlements.

69 Le thème du décès d’un individu a été relevé dans 238 missives sur 556, soit dans 42 % des cas.

70 Pour Robertet : XII-152.

71 Respectivement : XI-281 (10 septembre), VI-16 (20 septembre), et BnF, ms. fr. 3074-101 (22 septembre).

72 VIII-298 : Du Chesnoy ; IX-71 : Houllon ; XV-152 : de Conssac.

73 XV-184, Le Caron.

74 IX-128.

75 « Monseigneur, il est mort ung des saulcier, Du Comte, à Angoulesme, qui estoit de ce quartier. Il y en y a deulx qui sont pryé à monseigneurr de Clermont et à moy vous suplyer quy vous plust donner l’office à l’ung des deulx. L’ung s’apelle Le Bourguinion qui a esté autre foys cassé pour ce qu’il tua ung homme à Tours. L’autre est Saugrener, enfant de cuisine quy a long-temps qu’il est de cest office et se trova à Madrie quant la royne de Navarre y vint. Nous faisons excerser l’office audit Saugrener en actendant vostre responce. » VIII-162 : Marin de Montchenu et M. de Clermont au Grand Maître, de Blaye, le 4 juin 1530. Le plus surprenant dans cette affaire est son épilogue. En effet, malgré de bons soutiens, Saugrener ne figure pas parmi les titulaires des quatre offices de sauciers en 1531, à la différence d’Antoine Roussot dit Bourguignon. BnF, ms. fr. 21449, année 1531. Le contenu des lettres ne permet pas d’apporter de réponse quant au choix effectué.

76 À propos d’une affaire d’apparition diabolique dans le Cambrésis, M. de La Hargerie signale que les condamnées « sont mortes en grande contrition, espérant la miséricorde de Dieu ». VIII-296 : au Grand Maître.

77 Rares sont les cas d’une simple annonce non accompagnée d’une requête. Le 19 octobre 1530, M. de Neufville demande au Grand Maître « qu’il vous plaise renvoier icy le consierge du Louvre [Georges de Colme] car il fait grant faulte pour ce qu’il n’y a personne que une femme audit Louvre et celluy qui avoit la garde de la porte est mort et y va tant de gens chacun jour audit Louvre, les ungs pour robber quelques services et tout ce qu’ilz peuvent. Je y ay mys des gens, mais ilz ne sont pas craintz comme il sera ». X-312, de Paris.

78 IX-179 : Etienne Gallois à Berthereau, d’Orléans, le 15 avril (1530).

79 « Je vous seuplie Monseigneur vouloir faire la requeste au roy de voulloir donner sa plasse de mestre d’ostel au bailly de saint Piere le Moutier et il me ballera le ballyage sans austre chosse, vous asseurant qu’il l’est bien homme pour le faire. » XIII-70 : Guillaume des Barres au Grand Maître, d’Asti, le 11 août 1527.

80 I-94 : M. d’Iverny au Grand Maître, de Paris, le 1er juin 1524.

81 XII-203 : Jean Coffart au Grand Maître, de Rouen, le 4 octobre (1528).

82 XIV-115 : Arnaud de Barran au Grand Maître, de Toulouse, le 4 mai (1529).

83 XI-210 : Fouquet Fabri au Grand Maître, d’Aix, le 9 décembre 1530.

84 XI-24 : Monconis (juge-mage de Nîmes) à Berthereau, d’Avignon, le 12 janvier 1526.

85 VI-71 : M. de Saint-Polgue au Grand Maître, de Saint-Polgue, le 3 décembre 1530.

86 X-293 : Audebert Catin à Berthereau, de Lyon, le 5 décembre 1530.

87 X-248 : Louise de Châtillon à Berthereau, de Châtillon, le 7 octobre 1528. La terre en question est celle de Buire-au-Bois située à 4 km au nord d’Auxi-le-Château (Pas-de-Calais).

88 VI-295 : François d’Halluin au Grand Maître, de Saint-Just.

89 XIII-37 : Maynier d’Oppède à Berthereau, de Cavaillon.

90 XIV-248 : Poton au Grand Maître, d’Assier.

91 VI-245 : Jacques Du Pin à Berthereau, de Tours.

92 XI-165, l’abbé d’Aniane au Grand Maître, de Toulouse, le 4 avril 1530.

93 XI-202 et X-102.

94 VIII-278 : de La Gervaise au Grand Maître, de Famechon ( ?).

95 XIII-88 : Richard Le Rouillé au Grand Maître, de Paris, le 27 août 1526.

96 VI-171 : François de Dinteville à Berthereau, de Saint-Germain, le 16 avril (1527).

97 IV-114 pour Saint-Blancard, XIV-260 pour Polisy et XIII-37 pour d’Oppède.

98 VII-330.

99 VII-35.

100 III-212.

101 XV-324, M. de Clermont à Berthereau, de Béziers, le 22 mai 1528.

102 VI-71 : M. de Saint-Polgue au Grand Maître, de Saint-Polgue, le 3 décembre (1530).

103 V-162 : M. de Ruffey au Grand Maître, de Commarin. I-32 : M. d’Esquilly au Grand Maître, d’Esquilly, le 4 novembre s-d (les deux lettres et celle de la note suivante sont d’avant 1526).

104 X-79 : Jacques de Montigny au Grand Maître, de Montigny.

105 XII-64.

106 XV-102.

107 XIV-280.

108 Leur « agonie… était guettée » et le décès provoquait une ruée dans laquelle « chaque compétiteur, même dans la nuit noire ou aux premières heures du jour se précipitait près du roi ou de ses secrétaires ». Mousnier R., op. cit., p. 8.

109 IV-114 : sénéchal de Comminges pour M. de Saint-Blancard ; et X-277 : sénéchal de Rennes pour Pierre de Cace.

110 XIII-37 : M. d’Oppède.

111 XIV-260 : M. de Polisy.

112 XIV-134 : grenier à sel de Narbonne pour Dupont-Rieu.

113 M. de Clermont demande que celui de Carcassonne soit donné à son frère le légat d’Avignon. VIII-217 : M. de Clermont au Grand Maître, de Narbonne, le 5 avril 1529.

114 XIV-303 pour M. d’Orgemont et XV-187 pour madame de Montreuil.

115 VII-35.

116 XV-324.

117 VI-295.

118 VI-190.

119 Gallia Christiana…, t. XIII, col. 344-345. Pierre de Buxi est évêque de Lavaur de 1525 à 1526. Son successeur est Georges de Selve.

120 V-73 : le cardinal de Clermont-Lodève au Grand Maître, d’Aubenas, le 7 novembre 1526.

121 VIII-217. Cette annonce est fausse puisque l’épiscopat de Martin de Saint-André, soixantecinquième évêque de Carcassonne, dure de 1516 à 1545. Gallia, t. VI, col. 918-920.

122 Sans parvenir toutefois aux outrances générées par la règle du délai de quarante jours concernant la validité de la résignation d’un office, Mousnier R., op. cit., p. 28-29.

123 XIV-316 : Iverny à Berthereau, de Blois.

124 XII-174 : Iverny au Grand Maître, de Blois, le 2 septembre 1530.

125 Ibid.

126 Ibid.

127 Il recevra l’évêché de Soissons trois ans plus tard. Popoff M., op. cit., p. 668-669.

128 Le 13 septembre 1530, Iverny annonce au Grand Maître : « Hier, pendant que j’estoys à Veretz, la partie [Larmandie] fist appeller le procureur du roy et requeroyt estre renvoyée pardevant l’archevesque de Bordeaulx sur la confirmation de sa prétendue élection… À ce que pendant que je voy, ladite partie est eschauffée à faire la poursuitre. » XIII-38 : Iverny au Grand Maître, d’Amboise.

129 Valette J., Le rôle politique et religieux des évêques de Sarlat de 1519 à 1688, [s. l. n. d.], p. 35.

130 XIV-184 : Iverny à Berthereau, de Blois, le 23 novembre 1530.

131 VII-273 : René Le Rouillé à Berthereau, de Paris, le 7 septembre 1530.

132 XIII-38 : Iverny au Grand Maître, d’Amboise, le 13 septembre 1530.

133 VII-273.

134 XII-179 : Jean de Garges à Berthereau, d’Évreux, le 19 septembre 1530.

135 XII-105 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 19 septembre 1530.

136 XI-222 : Sébastien Le Rouillé à Berthereau, de Fère, le 5 septembre 1530.

137 Gallia…, t. 8, col. 826-827.

138 XIV-105 : Charles de Hémard au Grand Maître, de Brion, le 23 août 1530.

139 Crété L., op. cit., p. 32.

140 BnF, Cab. d’Hozier 124-3240, fo 2.

141 Ibid., fo 3.

142 XIV-105.

143 Decrue F., op. cit., p. 170.

144 Ibid.

145 II-283.

146 Anne de Montmorency est absent car il accompagne le roi dans son périple picard et normand. Braudel F. et Labrousse E. (dir.), op. cit., t. 1, p. 74.

147 Il a épousé Claude de Villiers-de-L’Isle-Adam. ACC, série A, carton 84.

148 Ibid., série BC, reg. 2 BC 16.

149 XIII-176 : M. de la Mairie à Berthereau, de Boretz, le 16 janvier 1530.

150 XIII-21. Saint-Vincent est situé à 25 km au nord-est de Bayonne

151 VII-286. Mont-de-Marsan se trouve à 70 kilomètres au nord-est de Saint-Vincent.

152 Anne de Hondetot, dame de Hautbourdin. La série « L » a conservé une lettre d’elle au Grand Maître dont le sujet ne concerne pas, hélas, M. de La Mairie. XII-129, au Grand Maître, [s. l. n. d.].

153 V-146. Tartas est situé à mi-chemin entre Dax et Mont-de-Marsan.

154 IX-121, le 2 août 1530.

155 V-103.

156 XIV-246.

157 « Lon ma envoyé ung corps sans ame car n’a nulle vertu ne puissance et est une ame sans corps car nen a que la peau et les os », avant d’ajouter « la malladie et sa débilité sont plus fortes que les médessins. Nous metons poyne et metrons tant que nous pourons jusques au bout, mais je me doubte que tout ne vauldra rien. » XIV-214 : M. de La Vays à M. de Sarragosse, de Bourges, le 25 août 1530.

158 IX-3.

159 XIV-243.

160 Une copie du testament est conservée à la BnF, Cabinet d’Hozier 124-2340, fo 3. Il meurt le jour même.

161 M. de La Mairie ignore que Richard Le Rouillé est en train lui aussi de succomber à une maladie.

162 IX-3 : « Moy estant à Bajonoys [Bayonne] avec vous. » Il existe un François du Monstier, homme d’armes dans la compagnie du Grand Maître. BnF, Clair. 251, fo 123, montre faite à Gaillac le 7 mars 1530.

163 « Anne de La Fontaine, fille de feu Guillaume de La Fontaine, seigneur de Domont et de damoiselle Louise Frénicle ». Testament de M. de La Mairie.

164 BnF, Cab. d’Hozier 124-3240, fo 3.

165 XV-346 : Anne de La Fontaine à Berthereau, de Chantilly, « ce jour de sacrement ».

166 XII-147 : Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 5 juillet 1530. Cette phrase est ajoutée en post-scriptum.

167 Idem : « Aujourdhuy à dyz heures le mactyn est arrivé le goujat [Gabriel de Davant]. »

168 XII-164 : Anne de La Fontaine à Berthereau, de Chantilly, le 7 juillet 1530.

169 XIII-287 : Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 7 juillet 1530.

170 « Par les dernyères lestres que m’avez envoyées de M. de La Mairye, ay veu comme il s’en va à Bourges pour se faire médeciner et quy l’est bien plus mal que je ne jusques en pense. Je demande congé à madame la grant mestresse de l’aler voyr… Je vous suplye Monsieur l’eleu autant qu’il m’est posible, faictes tant pour moy que Monseigneur ne le treuve point mauvays pour ce que madite dame a peu de femmes. » XIII-312, de Chantilly, le 15 août 1530.

171 « Je vins yer trouver ma mère et mon filz avec qui je paseré mon ennuy le myeux qui me sera posible. » XIV-165, à Berthereau, du Plessis-Roye, le 14 octobre 1530.

172 BnF, Cab. d’Hozier 124-3240, fo 3.

173 Ibid.

174 La série « L » présente cependant de nombreux exemples de lecture partagée.

175 Un singe (XI-185, avec un écho dans la lettre de Pierre de Garges à Berthereau, VII-320), un perroquet vert « qui parle assez bien » (VI-154), des fruits venus de Barbarie et du tissu « pour faire ung manteau pour la pluie » (XI-193).

176 VII-231, Lubiano à Berthereau, de La Mairie et de Magny, de Marseille, le 20 octobre 1528.

177 IX-201.

178 « Je vous avertis comme à ung amy. » XIII-326.

179 « Vous en qui jé toutte fiance. » XII-147.

180 « [Soyez] tousjours [mon] advocat envers monseigneur le Grant Maistre pour estre continué en son service. » Sébastien Le Rouillé à Berthereau ; Autres demandes dans : X-140, Iverny à Berthereau ; XI-222, et les six lettres de l’abbé d’Hérivaux relatives à l’évêché de Sarlat, cinq rédigées à Bordeaux entre avril et juin 1530 : IX-190, V-134, XIV-152, XIII-54, XI-20 et une à Sarlat : XIII-299, le 31 juillet.

181 BnF, ms. fr. 3078-9 : Jean Du Bellay à Berthereau, de Bordeaux, le 10 juin 1530 qui écrit : « Pour Sarlat, se fera ce qui sera possible et espère que s’en trouvera bonne issue, mais je ne pense que M. d’Hérivaulx soyt pour beaucoup vous en importuner pour ceste heure, voyant les affaires où vous estes. »

182 XII-172 : Lubiano à Berthereau, « mémoire pour l’attribution de l’office de la gabelle de Marseille » qui se termine par cet appel pressant : « Ma viellesse se recommande à vostre dilligence. »

183 XIV-284.

184 VII-273.

185 IV-9 (procuration), V-51 (résignation du greffe des étangs de Compiègne), XI-138 (exploitation de la forêt de Compiègne).

186 XI-178.

187 XII-228, XII-258 et XIII-314.

188 IX-119 : Christophe de Lubiano à Berthereau.

189 IX-177.

190 XIV-164.

191 XIII-54, de Bordeaux, le 3 juin 1530.

192 Saint-Saud comte de, « Note sur François de Belcier », BSHAP, t. LXVI, 1939, p. 120-121.

193 « Il est requis dempescher la confirmacion de ladite eslection. Il fauldra avoir les provisions pour faire saisyr et mectre le temporel en la main du roy. » XIII-190 : Sébastien Le Rouillé à Berthereau, de Sarlat, le 3 février 1530.

194 XIV-152.

195 VII-238.

196 XII-179.

197 XIII-314, Pierre de Garges à Berthereau, de Chantilly, le 18 août 1530.

198 Sébastien Le Rouillé à Berthereau : IX-180, VIII-219, XV-316, XIV-125, XIV-170 et XIV-252. René Le Rouillé au même : XIII-239.

199 V-23 : Jean de Garges à Berthereau.

200 Quatre lettres concernent des acheteurs potentiels. Lubiano à Berthereau : IX-63 et XV-271. Jacques Colin au même : XIV-172 et VI-178. Le gouverneur de Savone, M. de Morette, rend la place le 21 octobre 1528. La Roncière C. de, op. cit., p. 204.

201 XV-361.

202 Il est vrai que Richard Le Rouillé vient juste de décéder !

203 XIII-88.

204 XIII-295 : Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 27 juillet 1530.

205 VIII-88 : Jean de Garges au Grand Maître, de Nanteuil-le-Haudoin, le 22 décembre (1525).

206 I-298 : le même au même, de Paris, le 6 janvier (1526).

207 La demande a été satisfaite puisque le 22 février 1526, Jean de Garges prête serment de fidélité « pour raison de la quarte partie de la seigneurie de Macqueline, mouvant du roi à cause de son château de Crépy […] à cause de damoiselle Michelle de Sainct Benoît sa femme ». BnF, Carrés d’Hozier 283, fo 221.

208 BnF, Cab. d’Hozier 124-2340, fo 3.

209 Pour Villeroy : VII-303 (Grolier à Berthereau) ; pour Bochetel : XV-361 (idem) ; pour Menville : XI-114 (M. de La Mairie à Berthereau) ; pour La Voulte : XIV-138 (idem) ; et pour Du Pin : XI-130 (Lubiano à Berthereau).

210 M. de La Mairie à Berthereau : V-103, VII-187, VII-204, X-267, XI-82 et XIII-176 ; Yvon Pierres à Berthereau : XI-148 ; Jean de Garges à Berthereau : XV-248.

211 Grolier à Berthereau : VII-162, VII-256, VII-303, XII-183, XIII-209, XIII-249, XIII-290 et XIV-113 ; Yvon Pierres à Berthereau : IX-205, XI-128, XI-148, XIII-133 et XIII-226 ; La Mairie à Berthereau : VII-204, X-267 et XIII-176 ; Lubiano à Berthereau : XI-128 ; Pierre de Garges à Berthereau : XIII-52.

212 VII-204, X-267, XIII-176 (La Mairie) et XI-148 (Yvon Pierres).

213 Notice de Gilles de La Pommeraie dans Le Page D., op. cit., p. 632-633. Appartenance à la compagnie d’ordonnance : BnF, Clair. 245, fo 829, montre passée à Ardres le 22 juin 1520.

214 Ibid., p. 633 (Notice biographique).

215 N’apparaît pas la lettre adressée au roi : XI-289. M. des Arpentis, de Nantes, le 19 octobre.

216 BnF, Dossiers Bleus 106-2585. Son grand-père avait été maître d’hôtel de Louis XI. Le Roux N., art. cit. p. 155.

217 CAF, t. I-439, de Bordeaux, le 17 avril 1526.

218 AC Nantes : C 71, 109, 112 et 292 ; E 10, 14, 15 et 176 ; G 704 et 769. Et AD L-At, série B, reg. 30, fo 105.

219 Sur cette commission, voir Hamon P., op. cit., p. 302-305 et surtout Le Page D., op. cit., p. 48-51 et 314-330 ; et du même auteur, art. cit., p. 141. Pour Commacre, Du Val, Gontier et Bricaud, notices biographiques dans Le Page D., op. cit., p. 637-638, 651-653, p. 412-413 et p. 606. Pour Guengat, ibid., p. 122, 124, 131 et 488.

220 Le Page D., op. cit., p. 308-301, 432 et 641.

221 AC Nantes, G 704 : Compte général de l’hôtel-Dieu (1532) rendu en présence de Pierre de Razine et de Christophe Brecel, sénéchal de Nantes.

222 VIII-84.

223 Arrestation du prévôt : IX-17 et VIII-94 (à mettre en liaison avec XI-289, écrite au roi à ce sujet) ; nouvelles des Enfants : VI-60 ; trafic : VII-317.

224 Gilles de Commacre commence ses lettres par : « Monsieur mon bon frère » et les termine par « vostre humble frère et serviteur ». Pierre Laurens signe « vostre bon frère et serviteur » (mais Gilles Bricaud le présente comme le « bon amy » de Berthereau dans XII-153, de même que Pierre de Razine dans XIV-162). M. des Arpentis conclut par « celuy qui demeure à jamais l’ung des voz bons amys ». Pierre de Razine se présente comme « vostre serviteur et bon amy ». Gilles Bricaud quant à lui est plus déférent puisqu’il demeure son « humble et obéissant serviteur ».

225 VI-199.

226 Respectivement : IX-139 ; XI-172 et XV-275 ; IV-5.

227 XIV-162.

228 XII-209 : Pierre de Razine à Yvon Pierres, de Nantes, le 27 septembre 1528. Cette lettre est rédigée le même jour que la missive XIV-162 que Razine expédie à Berthereau.

229 Respectivement : VI-199 ; XI-151 ; XIII-153.

230 XII-149.

231 XV-286. Cette lettre est rédigée à Blandin, l’une des terres dont Gilles de Commacre est le seigneur. Le Page D., op. cit., p. 638.

232 Pour les trois extraits : V-295. Pour Jacques de Châteautro, maître des requêtes du duché de Bretagne, indications dans Le Page D., ibid., p. 410.

233 XIII-260.

234 IX-143.

235 IV-303.

236 XIV-31.

237 Délai confirmé par la lettre V-24 du 27 juillet faisant état de deux lettres de Berthereau écrites les 7 et 13 juillet.

238 BnF, Clair. 835, fo 2077-2160.

239 XIV-35.

240 Ainsi, celle de Guyot de La Maladière : « S’il vous plaist que je face quelque chose pour vous par deçà, en le me faisant savoir, je lacompliray de bon cueur. » IX-228, à Berthereau, de Paris, le 22 février 1530.

241 « Vostre humble frère et serviteur », « vostre humble serviteur et bon amy », « vostre bon compaignon et serviteur », « vostre frère et vray amy et humble serviteur ».

242 La Charité C., « Le stile et manière de composer, dicter, et escrire toutes sortes d’epistres, ou lettres missives (1553). De la Dispositio tripartite de Pierre Fabri au poulpe épistolaire d’Erasme », L’épistolaire au XVIe siècle, Cahiers V-L Saulnier no 18, Paris, 2001, p. 17-32.

243 XIV-134, XV-254 et V-24.

244 « Vous advisant que si nestoit la mocquerye que lon pourroit faire de nous si ne venyons à bout du premier bien que nous a esté donné par deçà, je ne vous donneray ennuy de si peu de chose. » X-229.

245 VI-200 et XI-83.

246 XIV-219.

247 XI-175 et IX-250.

248 « Ce n’est le premier bien faict et plaisir que m’avez faict dont je me tiens et rends à tenu à jamais vostre et me semble que envers vous je ne suis fait que pour vous donner peine » et « je mectray ce plaisir avec les autres obligacions perpétuelles que j’ay à vous ». XIII-325 et VI-276.

249 XIII-178.

250 XIII-234.

251 XIII-241 et 260.

252 Vallée : XIII-264. Guérin : VI-181.

253 XIV-102.

254 IX-233.

255 D’origine piémontaise, Barandin reçoit ses lettres de naturalité en septembre 1526. CAF, t. I-2464. L’acte est signé d’Amboise. Or dans sa lettre, Barandin évoque un voyage qui doit conduire Mme de Villars à Blois.

256 XV-303 : Claude Vachot à Berthereau, de Paris.

257 « Monsieur, on m’a dit de par deçà que le goujat est pannetier de monseigneur le daulphin, dont je ne suys pas marry car il a bien mérité. Mais je suys desplaisant daultre costé de ce que il ne tiendra plus compte de nous aultres pouvres. Je pensoys que ne me deuz jamais oublié de mescripre de ses bonnes nouvelles ; mais je cognoys que l’on dit communnément que vouldroit mieulx que ung pouvre homme devint riche et ainsi empreut le goujat, lequel ne tient plus compte de moy pource quil est plus grand maistre que moy, nonobstant si ne veulx-je pas oublié de me recommander à luy et à tous les serviteurs de la mayson dont vous estes le principal. » XV-70 : Pierre de Bourgogne à Berthereau, de Lyon, le 7 décembre 1530.

258 Muchembled R., La société policée, op. cit., première partie : les fondations, de François Ier à Louis XIV.

Table des illustrations

Légende Tableau 24 – Lettres au Grand Maître et à son secrétaire en provenance de Nantes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540