Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Troisième partie. Pouvoirs et réseaux

Chapitre VIII. Les bons offices du Grand Maître

Texte intégral

1Les liens sociaux reposent sur des droits et des devoirs mutuels. Ces deux notions se retrouvent à longueur de missives car Anne de Montmorency remplit les deux types d’obligations. Il protège aussi bien des individus que des institutions et des corps constitués. Parallèlement, il installe ou consolide ceux dont il agrée la requête. Le revers de cette activité réside dans une inflation des demandes de protection, lesquelles contribuent à faire apparaître leurs auteurs comme d’éternels insatisfaits. Cependant, au-delà de ce simple constat, des rythmes et des stratégies propres aux chasseurs d’offices ou de bénéfices apparaissent. D’autant que tous les moyens, ou presque, sont bons pour obtenir la charge convoitée.

Protéger

2L’un des moyens de mesurer la puissance d’Anne de Montmorency est de recenser les demandes de protection. Ces requêtes émanent avant tout d’individus. Elles composent le cœur même de la correspondance passive et les chapitres précédents s’en sont fait largement l’écho. Cependant, elles peuvent aussi avoir été rédigées par des villes disséminées sur l’ensemble du royaume.

Un phénomène à l’échelle du royaume : l’aide apportée aux « bonnes villes »

  • 1 Le roi l’a désigné en 1522 pour lutter contre les brigands opérant dans le Maine et de l’Anjou. De (...)

3La série « L » contient 29 lettres émanant de conseils de villes. Mises à part celles en provenance de Fribourg et de Sion, les autres sont envoyées par vingt cités du royaume. Parmi elles, sept sont des cités languedociennes et quatre sont des villes où Anne de Montmorency possède soit des biens (Les Baux et Marseille), soit des commandements (Nantes), soit les deux (Compiègne). Quant aux autres, la plupart d’entre elles le connaissent physiquement. Amiens l’a vu passer à plusieurs reprises dans les années 1520 à l’occasion de campagnes menées sur la frontière picarde. Bayonne l’a accueilli en 1525, alors qu’il revenait en France après sa captivité espagnole. Beauvais peut être assimilé à Amiens, avec en plus le fait que son comte-évêque est l’un de ses cousins. Boulogne est le port d’embarquement pour l’Angleterre et a pour capitaine Oudart du Biez, un proche du Grand Maître. Le Mans ne peut que se féliciter de son action menée dans la lutte contre le brigandage1. Orléans peut se souvenir que Guillaume de Montmorency a été son bailli. Restent Reims et Rouen avec lesquelles le Grand Maître n’a pas d’accointances particulières. Le cas de Reims est intéressant car il met en jeu un rapport de force entre puissants. En effet, la demande de la cité champenoise est appuyée par le duc de Guise. Il s’agit pour lui de tester ses capacités d’intermédiaire efficace entre une ville et le pouvoir royal (voir tableau 22).

Tableau 22 : Les lettres émanant des conseils de villes du royaume.

  • 2 Le cas de la Bretagne a été abordé dans Le Page D., op. cit., p. 164-166.

4L’objet des demandes tourne autour de quelques thèmes. En premier lieu, on trouve les questions relatives à la pression fiscale. Même s’il faut établir un lien entre ces requêtes et la réunion de la rançon royale, on retrouve ce type de demandes tous les ans2. Viennent ensuite les sujets concernant la vie « militaire », plainte après le passage des troupes, lutte contre les soldats débandés, ou rivalité entre deux cités pour la possession d’armes à feu. Enfin, le dernier grand sujet de requête est relatif à la création d’offices. L’exemple marseillais permet de comprendre les relations nouées entre un puissant personnage et une cité. En détaillant les lettres, il est possible de reconstituer les mécanismes des relations entre les protagonistes. On peut alors s’apercevoir qu’ils dépassent les cadres stricts d’un rapport entre deux entités pour englober d’autres acteurs.

  • 3 X-301.
  • 4 Sur les devoirs de pourvoir à l’approvisionnement à peu près régulier de leur province, voir Hardi (...)
  • 5 CAF, t. I-2868, de Saint-Germain, le 11 février 1528.

5Le 29 décembre 1527, les consuls rédigent une missive afin d’obtenir une traite de « quatourze mille sommées de bledz3 ». Ils comptent faire venir « quatre à cinq mille sommées » du Languedoc voisin, et le « demourant » de Bourgogne. La requête n’est pas originale4 et les lieux d’approvisionnement sont toujours les mêmes. Toutefois le Grand Maître n’est pas le gouverneur de la Provence. Cependant, les consuls ont trois bonnes raisons de s’adresser à lui. En tant que seigneur des Baux et propriétaire de navires amarrés à Marseille, le Grand Maître est directement intéressé par la famine qui menace la province. En sa qualité de gouverneur du Languedoc, c’est lui qui peut autoriser la sortie des denrées de première nécessité de sa province. Parce qu’il est Grand Maître, il a accès au roi directement. Il peut donc présenter au souverain la requête des Marseillais. Si l’on ajoute qu’il est l’un des principaux propriétaires fonciers de Bourgogne (même si ses terres produisent surtout du vin), on comprend aisément les causes de l’appel lancé par les Phocéens. Ceux-ci obtiennent satisfaction. Bien plus, les risques de famine provençale permettent à quelques personnes de réaliser de belles opérations spéculatives. Ainsi, Anne Lascaris, comtesse de Tende et dame de Villars obtient-elle du souverain l’autorisation d’approvisionner son comté grâce à du blé provenant de Bourgogne5. Il est vrai qu’elle est aussi la belle-mère du Grand Maître.

  • 6 VIII-132, de Marseille. En 1529, une autre lettre de Lubiano (XIII-227) annonce un nouveau voyage (...)
  • 7 De Marseille, le 24 août 1528 : VIII-133 et VI-211.
  • 8 VIII-133.
  • 9 VI-211.
  • 10 CAF, t. I-3268. De Saint-Germain.

6La seconde demande que les consuls de Marseille adressent au Grand Maître atteste de l’efficacité du système montmorencéen. Le 21 août 1528, le conseil de Marseille lui envoie un court billet pour le prévenir qu’il délègue vers le roi et lui « les sieurs Nicolas Darenne et Jean Sicole de ceste cité pour vous faire entendre quelques affaires qui accourent à ladite cité », et termine le message en réitérant leur « parfaicte fiance » en lui6. Trois jours plus tard, Christophe de Lubiano expédie deux lettres7 par lesquelles il informe de la résolution prise par le conseil trois jours auparavant et assure le Grand Maître de la bonne disposition des consuls à son égard car « ne scauroient mieulx faire en toutes choses que touchant à vostre service8 ». Au secrétaire, l’éloge des Marseillais est encore plus accentué puisqu’il lui affirme que « je ne vous scaurois escripre comme en toutes les choses qui touchent le service de monseigneur nostre maistre sont soingneux et dilligents9 ». Est-ce un effet des recommandations de Lubiano ? S’agit-il d’une manifestation de la bonne volonté d’Anne de Montmorency à l’égard des élites marseillaises ? Le roi agit-il tout simplement en habile politique à un moment où, après la perte de Naples, de Gênes, puis de Savone, il a besoin de se concilier les bonnes grâces des Marseillais ? Peut-être les trois à la fois. Toujours est-il que le 22 décembre 1528, un mandement royal confirme les franchises des habitants de Marseille et les dispense de contribuer aux charges et impôts divers pesant sur la Provence10.

7Il faut prendre avec beaucoup de précaution toutes ces demandes. D’abord en gardant à l’esprit que le Grand Maître est loin d’être le seul personnage d’envergure nationale à être sollicité de la sorte. La seule demande de la cité rémoise appuyée par le duc de Guise est la preuve que ce système fonctionne pour tous les grands aristocrates de l’entourage royal. Ensuite, en prenant en compte le fait que ces requêtes font partie d’un mode de fonctionnement normal d’une relation politique entre pouvoirs. Néanmoins, il existe un espace dans lequel le Grand Maître semble particulièrement influent : le Languedoc, une province qui se place d’emblée sous les ailes de son protecteur.

« Nostre protecteur » : un gouverneur et sa province

8Ce mot et ses dérivés reviennent à de nombreuses reprises dans les lettres en provenance du Languedoc. Ils ne sont utilisés que dans celles adressées au Grand Maître. Ils impliquent des devoirs réciproques. Ils induisent également des droits, que le gouverneur partage avec quelques-uns de ses serviteurs.

  • 11 VII-34 : les généraux de la justice des Aides au Grand Maître, de Montpellier.
  • 12 XI-232 : les consuls de Montpellier, Nîmes et Béziers au Grand Maître, de Béziers, le 6 décembre 1 (...)
  • 13 IX-324 : les consuls de Narbonne au Grand Maître, de Narbonne.
  • 14 VIII-171 : l’abbé d’Aniane au Grand Maître, de Narbonne.
  • 15 VIII-276 : Jacques Minut au Grand Maître, de Grenade, le 6 août 1529.

9Lorsque la cour des Aides sollicite le soutien du Grand Maître, elle lui rappelle que l’une de ses missions est de défendre « l’auctorité de ladite cour de céanz de laquelle vous estez protecteur11 ». Quand ils demandent à leur gouverneur de faire annuler les traites de blés consenties par le roi, les consuls de Montpellier, Nîmes et Béziers l’interpellent en ces termes : « Vous qui estes nostre gouverneur, père, et protecteur », avant d’ajouter : « Le pouvre pays et peuple duquel estes protecteur12. » Les consuls de Narbonne lui écrivent que : « Pour estre soulaigez de noz povretez, ne savons nous retirer à autre que à vous, soubz la protection duquel avons aprins d’estre tousjours secouruz contre assaulx de fortune13. » L’abbé d’Aniane intervient en faveur des habitants de Narbonne qui « veullent de plus en plus tousjours estre et demeurer soubz vostre protection et garde14 ». Jacques Minut écrit une lettre d’introduction en faveur de l’un des Capitouls, Jean Debagis, qui se rend auprès du Grand Maître « pour vous faire entendre l’estat d’icelle [ville], comme à celui qui en est le singulier protecteur15 ».

10Sont associés à l’idée de protection les concepts positifs d’unicité (« singulière souvenance »), d’ancienneté (« comme voz prédecesseurs »), d’affection (« vous aymez cordiallement ledit pays et peuple », « entière dévotion et espérance »), de confiance (« nostre totale fiance gist en vous ») et de responsabilité (« pour le bien de la chose publicque »). Sont également présentes des expressions antinomiques. Elles contrastent souvent terme à terme avec les éléments positifs, comme pour mieux souligner les bienfaits de l’action du gouverneur. Les rédacteurs insistent sur « la pouvreté du peuple », la mauvaise « fortune », la « totale ruyne » du pays, sa « notoire stérilité », ses « calamité et indigence », ou à tout le moins la « grant nécessité » dans lequel il se trouve.

11La protection que réclament les correspondants du Grand Maître recouvre trois sens. Le premier est politique et militaire. Le gouverneur protège sa province contre les invasions, contre les exactions des bandes de soldats, ordonnés ou déserteurs, qui la traversent, et contre celles qui y stationnent. Bien que nommé par le souverain, il symbolise la préservation d’une identité reposant sur la défense de ses privilèges. Le second sens est économique. Il se confond avec l’acception étymologique de l’adjectif « économique », puisque le gouverneur est aussi le père nourricier de sa province. Il la protège de la famine, des appétits extérieurs, des marchands étrangers qui convoitent son blé. Enfin, le dernier sens englobe les deux autres dans un cadre quasi mystique. Le gouverneur est l’ange gardien de sa province, celui qui, tel Saint Georges, se dresse contre la Fortune et son cortège de malheurs. Il est l’intercesseur auprès du Maître, c’est-à-dire le monarque, celui par lequel passe le salut de la province. En somme, un bon gouverneur est celui qui demeure en permanence à l’écoute de sa province, qui fait siennes ses us et coutumes, ses lois et ses privilèges, ses doléances et ses sollicitations, en acceptant de les défendre le cas échéant.

  • 16 XI-233, IX-324, et VIII-149.
  • 17 X-61 (parlement) ; VII-34 et XI-230 (cour des Aides) ; VII-338 (États) ; XIII-98 (officiers de Bea (...)

12L’analyse des lettres languedociennes révèle une quantité importante de déplacements, d’allers-retours reliant le gouverneur à sa province. Le flux des porteurs paraît d’autant plus incessant qu’il fonctionne dans les deux sens. Les institutions languedociennes expédient vers la cour de nombreux députés. Outre les consulats16, parlement, cour des Aides, États, officiers de sénéchaussée, envoient périodiquement des porteurs17. Les particuliers eux aussi utilisent des porteurs spéciaux quand le service de poste est défaillant ou lorsqu’ils ont une nouvelle d’extrême importance à délivrer. Ainsi, entre 1526 et 1530, M. de Clermont envoie expressément vingt et un porteurs au Grand Maître et au roi. Ceux-ci sont des gens de confiance, tel M. de La Parnelière, lieutenant de sa compagnie, qui, à lui seul effectue cinq voyages et M. de La Voulte qui en accomplit deux.

  • 18 XIV-101 : Leblanc au Grand Maître, de Montpellier, le 26 juin 1526. Leblanc est le syndic des État (...)
  • 19 XIII-98 : les officiers de Beaucaire au Grand Maître, de Nîmes, le 25 août 1528.
  • 20 AD Hte-Gar., série C, reg. 2277, fo 347.

13Lorsqu’ils sont envoyés par les particuliers, les coursiers apportent des nouvelles relatives à la défense de la province, aux déplacements de l’empereur, ou à la santé des fils du roi. Ils en profitent, sans que cela soit une règle absolue, pour présenter une requête. Quand ils sont députés par les villes ou les corps provinciaux, les porteurs sont munis d’instructions concernant un problème particulier rencontré par ceux qui les mandatent. Peut alors surgir un dilemme opposant deux institutions qui viennent voir leur gouverneur pour qu’il tranche en faveur de l’une des deux. En 1526, profitant du changement de gouverneur, les officiers du Puy « ont mis en termes à la court de ériger nouvellement un siège de sénéschal au pays de Vellay et par ce moyen despartir ceste séneschaussée [de Beaucaire] en deux18 ». Deux mois plus tard, « ceulx du Puy » n’ayant pas renoncé à leur projet, les officiers de Beaucaire envoient « le procureur dudit seigneur, lequel ensemble aultres dépputez, s’en vont à la court19 ». La grande terreur desdits officiers est que ceux du Puy fassent « aucune surprinse audit affaire, ce pendent que lesdits déléguez sont après faire leur voyaige ». Aux États provinciaux d’octobre 1526, les députés se prononcent contre l’érection du bailliage du Velay en sénéchaussée20. Finalement, le Puy n’obtient pas la scission. Le roi et le gouverneur ont tranché en faveur des officiers de Beaucaire. Les arguments de ceux-ci ont dû les convaincre. On peut également se demander, d’une part, si la requête n’était pas mal venue, alors que le roi et son conseil préparent la reprise de la guerre ; d’autre part, si les gens du Puy bénéficiaient des appuis nécessaires pour avoir une chance de faire aboutir leur revendication.

14Même en écartant les parts prises par une certaine phraséologie et la défense d’intérêts particuliers, les liens unissant le Languedoc à son gouverneur semblent très forts, peut-être même davantage que pour d’autres provinces. Cela est dû, pour partie, à la personnalité du Grand Maître, dont on vante le sérieux et l’application. Cela vient également des enjeux de la période. Le Languedoc connaît ses premières grandes difficultés frumentaires à partir de 1526-1530. En outre, la peste effectue un retour remarqué (Toulouse en 1529, le Bas-Languedoc en 1530). Enfin, entre 1527 et 1529, la province vit dans la double crainte, d’une invasion espagnole (un peu fantasmée, notamment par M. de Clermont) et des razzias des flottes barbaresque de Barberousse et génoise de Doria (bien réelles celles-là). Face à tant d’éléments défavorables, elle attend l’aide providentielle de son gouverneur, lequel répond à ses appels. Toutefois, tout dévouement, toute prise en compte d’intérêts particuliers ou locaux à un prix et Anne de Montmorency, pas plus qu’un autre gouverneur, ne néglige les profits qu’il peut retirer de la province qu’il administre au nom du roi.

  • 21 Decrue F., op. cit., p. 74.
  • 22 BnF, ms. fr. 3073-21 : M. de Clermont au Grand Maître, de Narbonne, le 24 mai 1528. Enregistrement (...)

15Le premier corollaire de la bonne réceptivité du Grand Maître à l’égard de sa province, est la possibilité de nommer aux offices vacants dans celle-ci. En matière d’offices militaires, il s’agit même d’un droit21. On peut compléter les exemples déjà évoqués d’Aymery de Bazillac, de François de Marguerites et d’Arnaud de Barran, par celui de Guirault de Barran, le frère d’Arnaud. Le 24 mai 1528, M. de Clermont rappelle au gouverneur qu’Arnaud lui a déjà écrit pour qu’il fasse nommer Guirault à « la capitainerye de Chasteauneuf d’Arry [Castelnaudary] » dont le capitaine, Raymond Du Pré est décédé depuis quatre jours22.

  • 23 BnF, ms. fr. 30784-149 : M. de Clermont au Grand Maître, d’Aigues-Mortes, le 6 novembre (1532).
  • 24 Ibid., 3064-119 : M. de Clermont au Grand Maître, de Pézenas, le 26 avril 1528.
  • 25 AD Hte-Gar., série B, reg. 23, fo 97.
  • 26 VIII-116 : Pierre Darnoye à Berthereau, de Béziers, le 3 mai 1531.
  • 27 IX-217 : M. de La Chesnaye au Grand Maître, de Lyon, le 24 septembre (1531).

16Dans le domaine de la justice, si les nominations au parlement lui échappent (juridiquement parlant), en revanche, il a le pouvoir de désigner les officiers des sénéchaussées et des bailliages. Une lettre de M. de Clermont nous apprend que « le secrétaire Barthoys, advocat à Thoulouse, a escript qu’il vous avoys pleu demander pour luy l’office de juge-mage audit Thoulouse, de quoy vous mercie bien humblement23 ». Le 26 avril 1528, M. de Clermont recommande un porteur (sans préciser son nom) venant vers le Grand Maître pour obtenir l’office de lieutenant du sénéchal de Carcassonne siégeant à Béziers24. Le 3 mars 1530, le parlement enregistre les lettres patentes érigeant un siège de lieutenant du sénéchal de Carcassonne résidant à Béziers. Le premier détenteur de cet office se nomme Pierre Darnoye25. Le 3 mai 1531, celui-ci rappelle à Berthereau que c’est « Monseigneur le Grant Maistre [qui] nous le fist obtenir et à moy donner l’office de lieutenant26 ». À l’inverse, le gouverneur peut bloquer la nomination d’un officier27.

  • 28 Le diocèse de Narbonne ne voit son évêque qu’en 1574. Tiévant C., op. cit., p. 151.
  • 29 VIII-231 : Jean Testu au Grand Maître, de Montpellier, le 19 juillet 1530.
  • 30 III-190 et XIV-115 (lettres identiques) : M. de Barran au Grand Maître, de Toulouse, le 4 mai 1529 (...)
  • 31 III-190 et XIV-115.
  • 32 Gallia, t. XIII. Maffre est le 46e abbé, de 1529 à 1548.
  • 33 V-92.
  • 34 III-90 et XIV-115.

17L’autre domaine d’intervention du gouverneur concerne la dévolution des bénéfices. Les sollicitations ont pour cadre les provinces ecclésiastiques de Toulouse et de Narbonne. Officiellement, il n’a aucune compétence en la matière. Officieusement, c’est lui qui, en l’absence des archevêques28, sert d’intermédiaire auprès du roi pour présenter des candidats à l’épiscopat ou à l’abbatiat. S’il échoue à placer le légat d’Avignon sur les sièges de Lavaur et de Carcassonne, son action est déterminante dans beaucoup d’autres cas. L’abbé d’Aniane devient évêque de Sisteron en 1531. Jean Testu le prévient que l’abbaye « de ce pays de Languedoc » dont M. de Tarbes avait reçu le placet est libre suite au décès de son abbé29. Arnaud de Barran sollicite le Grand Maître pour obtenir différents bénéfices. Ayant appris la mort de l’abbé de Calers, abbaye située dans le diocèse de Rieux, il la demande pour l’un de ses parents nommé Guillaume Forcadié, chanoine de Rieux30. Parallèlement, il recommande l’un de ses fils pour qu’il devienne abbé de Comalongue31. Pour Calers, il échoue car c’est Maffre Villaris, qui est élu32. Pour Comalongue, il réussit à faire nommer son fils33 contre les autres. Il met en avant trois arguments. Son fils a obtenu le placet le premier, « il n’a point meilheur voulanté de faire service au roy et à vous que j’ay », et son principal compétiteur, Maffre Rougier de Commenis, a déjà une abbaye et deux mille livres de rentes34.

18Celui qui rédige le plus grand nombre de missives relatives à des bénéfices est, sans conteste, M. de Clermont. Si les années 1526 et 1527 se déroulent sans qu’aucune missive ne traite de ce sujet, en revanche, au cours de l’année 1528, le lieutenant général en écrit cinq. On peut distinguer trois types de lettres : les requêtes au sens strict (9 juin et 27 juillet), l’obéissance aux ordres du roi et à ceux du Grand Maître (13 août et 28 octobre) et la mise à disposition de réseaux locaux en faveur d’un grand personnage (6 novembre). On note également le rôle non négligeable joué par les laïcs dans la transmission des volontés royales. Le monarque (ou le Grand Maître) prévient M. de Clermont de sa volonté. Aussitôt, celui-ci dépêche l’un de ses gentilshommes vers les religieux (13 août, 27 octobre et 6 novembre).

Référence

Date

Bénéfice

Type de requête

BnF, fr. 3073-49

9 juin

Abbaye (sans la nommer)
Abbaye de Saint-Paul

Pourvoir le fils de M. d’Humières
Échange avec la première abbaye

BnF, fr. 3073-179

27 juillet

Abbaye de Burlas (diocèse de Castres)

Remplacement du doyen décédé

BnF, fr. 3074-77

13 août

Abbaye de Saint-Hilaire

Pourvoir l’abbé d’Aniane

BnF, fr. 3073-223

28 octobre

Évêché de Narbonne

Prébende de chanoine pour un serviteur

BnF, fr. 3074-145

6 novembre

Évêché d’Albi

Nomination du chancelier Duprat

Tableau 23 : Requêtes de M. de Clermont concernant des bénéfices languedociens pour l’année 1528.

19D’une manière plus générale, les correspondants essaient d’obtenir des bénéfices pour des parents, des alliés ou des amis. Qu’ils œuvrent pour eux ou pour le compte d’un proche, ils contribuent à renforcer le contrôle de la province au profit du gouverneur. Cependant, avertir celui-ci des bénéfices vacants a un prix, que résume parfaitement M. de Clermont :

  • 35 Ce qui est peut-être vrai en 1528, ne l’est plus en 1544, lorsque l’un de ses fils, Jacques, devie (...)
  • 36 Ibid., ms. fr. 3064-41 : M. de Clermont au Grand Maître, de Narbonne, le 4 février 1528.

« Monsieur, vous me mandés… tenir l’yeil s’il vacqueroit quelque évesché ou abbaye pour vous en advertir, à quoy n’y aura poinct de faulte et donneray charge à de mes amys si rien survient, m’en advertir et vous en depescheray incontinant la poste, car quant à moy, je n’ay à faire de bénéfices35, mais si quelque office vacquoit de par-delà, je vous vouldrés bien supplier avoir quelque souvenance de moy36. »

20On ne saurait exprimer plus clairement les termes d’une réciprocité avantageuse pour les deux parties. M. de Clermont, bien implanté dans la province, participe au renforcement de la puissance de son cousin-gouverneur. En contrepartie, celui-ci l’aide à s’installer à la cour, où il participera à l’accroissement du pouvoir du Grand Maître, tout en servant les intérêts de son lignage et de ses réseaux propres. Cependant, qu’elle soit écrite ou orale, la demande doit respecter certaines règles, à commencer par la période la plus favorable pour la formuler.

Les quatre saisons de la demande

21En prenant pour base la période allant de novembre 1529 à décembre 1530 (soit la durée du voyage curial), il est possible de présenter une périodisation des demandes inscrites dans les lettres de la série « L ». Toutefois, le graphique 11 n’exprime qu’une tendance. Il faut garder à l’esprit que des requêtes ont pu être présentées directement aux intéressés par oral. D’autre part, la série « L » n’a conservé qu’une partie des lettres qu’ils ont reçues. Enfin, la courbe des demandes adressées à Anne de Montmorency inclut les lettres envoyées par la reine de Navarre conservées à la BnF. Ces trois points posés, les deux courbes du tableau sont suffisamment dissemblables pour donner lieu à un commentaire.

22Sur les quatorze mois, le nombre de demandes adressées au Grand Maître ne passe au-dessus de celui de son secrétaire que quatre fois, en mars, juin, juillet et août 1530. Pour les dix autres mois, il est soit égal (février et septembre), soit inférieur (à huit reprises). En outre, on remarque que la courbe concernant l’action du Grand Maître présente un aspect moins heurté que celle de son secrétaire. Cette dernière combine plusieurs phénomènes dont le fil rouge est fondé sur les activités des deux hommes durant la période concernée.

Graphique 11 – Répartition des demandes entre le Grand Maître et son secrétaire entre novembre 1529 et décembre 1530.

  • 37 Se reporter au chapitre sur 1530.
  • 38 Decrue F., op. cit., p. 168.

23Entre la mi-décembre 1529 et la fin janvier 1530, le Grand Maître n’est pas à la cour. Il doit rester à Chantilly à cause de coliques37. C’est donc son secrétaire qui réceptionne pour lui le courrier qui lui est envoyé, parmi lequel se trouvent les sollicitations pour obtenir un office. En février-mars 1530, les deux hommes sont sur les chemins qui les conduisent à Bayonne. En avril-mai-juin, sur les dix-huit requêtes recensées pour ce trimestre, Nicolas Berthereau en reçoit douze. Cela correspond au moment où Anne de Montmorency est en pleine négociation avec les Espagnols. On note qu’en juin, le nombre des demandes qui lui sont adressées remonte, comme si les solliciteurs anticipaient la libération. En juillet, deux demandes expédiées au Grand Maître. La cour est réunie pour fêter la fin de la captivité des fils du roi. Il n’est pas impossible que Nicolas Berthereau ait obtenu un congé de la part de son maître pour aller se reposer un peu chez lui aux Bordes près d’Amboise. Puis, il est probable qu’il rejoigne la cour en août, alors que celle-ci remonte vers Paris en passant par le Val de Loire. En octobre-novembre, c’est au tour d’Anne de Montmorency de quitter la cour pour Chantilly, où il passe les deux mois à récupérer des fatigues accumulées depuis un semestre et à voir son fils38. Lorsqu’il revient à la cour en décembre, c’est pour s’occuper des préparatifs du sacre de la reine Eléonore. Mais, son secrétaire est là pour recueillir les demandes.

  • 39 En fait 59, mais deux, écrites aux deux hommes « à Bayonne » (donc en 1530), ne sont pas datées. C (...)

24La courbe d’activité du secrétaire fait également apparaître des périodes propices aux requêtes et des phases de vide relatif. Ce second point la replace dans une perspective d’ensemble qui n’est propre ni au secrétaire, ni à l’année 1530. 116 demandes d’offices curiaux ont été repérées pour la période 1526-1530. 42 d’entre elles portant la mention « s. d. », n’ont pu être rangées dans une année précise. 67 sont des demandes formulées en 153039, 10 l’ont été en 1529, 2 en 1527, 1528 et 1533, et une pour les années 1526 et 1531. Toutefois avant d’aborder concrètement la demande, il a semblé opportun de présenter une périodisation des demandes sur l’année, d’abord pour l’ensemble de celles-ci, puis pour la seule année 1530, enfin pour les autres années.

25La courbe du total des requêtes montre que les demandes d’offices sont effectuées tout au long de l’année. Le Grand Maître et son secrétaire sont sollicités en permanence, sans qu’ils puissent bénéficier d’un mois de répit commun. Cependant, l’intensité du flux des demandes varie selon les périodes de l’année. Si la pression des quémandeurs semble se desserrer entre février et mars, puis en mai, juillet et septembre, les deux hommes sont littéralement assaillis d’octobre à janvier, mois au cours desquels leur sont soumises 46 requêtes sur 118, soit 39 %. À cette première séquence s’en ajoute une seconde, ponctuelle celle-la, au mois d’avril, avec 17 demandes. Le total des quatre mois d’hiver et de celui d’avril se monte à 63 cas, soit 53,8 % du total annuel.

  • 40 BnF, Clair. 835, et ms. fr. 21449.
  • 41 XV-147 : M. de Boisrigaud au Grand Maître.
  • 42 XIV-47 : M. de Boisrigaud au Grand Maître.
  • 43 IX-114 : M. de Boisrigaud à Berthereau.
  • 44 XII-202 et XI-169 : M. de Boisrigaud à Berthereau.

26La période d’accalmie relative allant de mai à septembre s’explique facilement. Elle se situe au beau milieu de l’année et vient après la clôture définitive des rôles des différentes Maisons princières. On peut penser que le mois d’août 1530 se situe hors de la norme habituelle, en raison du regroupement de la cour dans le Val-de-Loire. En année normale, deux types de solliciteurs écrivent en été. D’un côté, ceux qui sont éloignés du Grand Maître et de son secrétaire et pour lesquels le seul moyen de se rappeler à leur bon souvenir est de commencer à envoyer très tôt, et de manière régulière, des lettres dans lesquelles ils expriment leur souhait de figurer sur le prochain rôle. M. de Boisrigaud, ambassadeur en Suisse, appartient à cette catégorie. Apparu dans la Maison du roi en 1528 en qualité d’écuyer d’écurie40, il écrit tous les ans à peu près à la même époque. En septembre 1529, il s’inquiète de savoir s’il a été reconduit dans son office41. La crainte grandit l’année suivante. En juillet 1530, il envoie un billet pratiquement identique à celui de 152942. Nouvelle lettre le 9 août 153043, suivie par une missive le 28 octobre et une autre le 2 décembre 153044. Pour les 2 dernières lettres, il rejoint la masse des demandes affluant en fin d’année.

Graphique 12 – Répartition mensuelle des demandes d’offices adressées au Grand Maître et à son secrétaire entre 1526 et 1530.

  • 45 XIII-122.
  • 46 BnF, ms. fr. 21449. Du Croc accompagnait l’expédition de Lautrec.

27D’un autre côté, on rencontre les demandes nées des circonstances. Pour rester avec M. de Boisrigaud, il est remarquable que la toute première requête qu’il adresse au Grand Maître date du 28 juin 152845. Ayant appris le décès de son cousin M. Du Croc, survenu en Italie le 1er mai 152846, il désire obtenir l’office d’écuyer d’écurie du défunt. Un mois plus tard, le nom de Boisrigaud apparaît sur la liste des écuyers d’écurie.

28La seconde période de calme relatif est celle de février-mars. La feuille des officiers ayant été établie en janvier, les solliciteurs se doutent qu’il ne sert pas à grand-chose d’entamer une procédure dans les semaines qui suivent.

  • 47 III-254 : Hélène de Hangest au Grand Maître, de Saint-Loup.

29Attachons-nous maintenant aux deux phases propices à la rédaction d’une demande. On comprend aisément celle du dernier trimestre et du mois de janvier, lorsque la tension monte et atteint son paroxysme en décembre, avant d’amorcer un reflux en janvier. Une lettre d’Hélène de Hangest, dame de Montmort rend compte de cette tension. Le 4 janvier 1529, elle écrit à son cousin le Grand Maître afin de lui rappeler qu’elle l’a déjà sollicité en novembre pour qu’il fasse inscrire sur la liste des officiers du roi M. de La Tremblaye47. Il faut d’ailleurs noter que pour les années 1526, 1527, 1528 et 1530, la cour passe les derniers mois de l’année soit à Paris, soit à Saint-Germain, soit à Fontainebleau. Elle bouge très peu. Ce qui rend le nombre de demandes coïncidant avec cette période d’autant plus intéressant qu’il ne représente en fait probablement qu’une partie du nombre réel des requêtes, l’autre se faisant directement par oral, dans un recoin de galerie ou de garde-robe.

  • 48 En ancien style, l’année 1527 commence le 21 avril, l’année 1528 débute le 12 avril, l’année 1529 (...)
  • 49 BnF, ms. fr. 21449, fo 193.
  • 50 VIII-228. René, vicomte d’Etoges, apparaît bien sur la liste des officiers de la Régente à partir (...)

30Reste le mois d’avril. Pour expliquer la croissance subite du nombre des demandes effectuées ce mois-là, il faut se remémorer que jusqu’à Henri III, l’année commence à Pâques qui tombe généralement au mois d’avril48. De plus, le mois d’avril correspond au début de l’un des quatre quartiers, date théorique de paiement d’un quart des gages annuels des officiers. Si la liste définitive est fixée en janvier, la mise en paiement ne débute qu’en avril, après vérification des noms et obtention de l’acquêt indispensable à la mise en paiement. Pour l’année 1531 par exemple, le compte est tenu par Jean Carré, « commis par le roy à tenir le compte et faire le payement des gaiges desdits officiers », signé par le roi et contresigné par M. de Villandry le 2 avril 153149. Cependant, mise en recouvrement ne signifie pas paiement effectif. Ainsi, le 12 mai 1527, René d’Anglure signale à son cousin le Grand Maître qu’il n’a toujours rien reçu de sa pension de l’office de chambellan octroyé par Louise de Savoie50. Toutefois, le mois d’avril semble être une période anormalement fertile en demandes. En effet, en décomposant les 17 demandes reçues pour le quatrième mois de l’année, on s’aperçoit que onze d’entre elles le sont pour la seule année 1530 (courbe de 1530). En enlevant ce chiffre, on retombe sur un chiffre voisin de ceux de la courbe « hors 1530 » qui, s’il est supérieur à celui du mois de mars, ne représente que le tiers du nombre des demandes globales (courbe du total des demandes). Il est fort possible qu’avril 1530 ait vu une importante et inhabituelle poussée de solliciteurs qui ont cru, comme tous les gens de la cour, qu’Anne de Montmorency allait parvenir à faire libérer les fils du roi pour le 30 avril. Or qui dit libération dit offices à pourvoir dans les Maisons des princes, ainsi que chez la nouvelle reine. Sur les onze demandes d’avril 1530, sept concernent un office chez le dauphin ou chez la reine Eléonore, contre quatre chez le roi.

31Sur une année, les demandes d’offices se répartissent en quatre périodes. D’octobre à janvier, elles affluent entre les mains du Grand Maître et de Nicolas Berthereau. C’est le temps de la rédaction de l’état des officiers. Puis, viennent deux mois plus calmes (février-mars) que l’on peut interpréter comme une période de retombée de la tension née de la « chasse aux offices » des mois précédents. En avril, nouvelle poussée, concomitante à l’établissement du rôle permettant de payer les officiers. Enfin, de mai à septembre, le nombre des demandes régresse, sans jamais être nul. Au cours de ces cinq mois, ce sont surtout les officiers éloignés du Grand Maître qui écrivent pour se rappeler à son bon souvenir et préparer le renouvellement de leur charge pour l’année suivante.

  • 51 IX-11 : le jardinier de Blois au Grand Maître, de Blois, le 12 août 1526.
  • 52 V-55 : Jean de La Fosse à Berthereau, de Blois.
  • 53 XIV-166 : M. de Sourdis à Berthereau, de Saint-Germain.

32En accédant à l’office de Grand Maître de France à partir de 1526, Anne de Montmorency devient certainement le personnage le plus en vue de la cour au moment où il s’agit d’organiser le service de celle-ci. La même année, son secrétaire, Nicolas Berthereau, est pourvu de l’office de clerc d’offices. Aidé de trois collègues, il peut efficacement seconder son maître puisque sa tâche consiste à distribuer les gages associés aux charges curiales. Il est donc parfaitement logique que les personnes sollicitant un office ou demandant à être payées de leurs gages s’adressent à eux. Le jardinier de Blois « scay que avez la puissance et crédit de ce faire51 ». Jean de La Fosse écrit à Berthereau que « monseigneur a la totalle charge [de constituer les Maisons]52 ». M. de Sourdis a appris que « l’estat de la Maison ce doit fère à Chantilly53 ». Tout au long de l’année, et particulièrement entre octobre et janvier, puis en avril, les deux hommes voient affluer les demandes d’obtention d’un office à la cour. Pour cet exercice, certains épistoliers se montrent particulièrement obstinés.

  • 54 AD C-d’Or, Fonds Blancheton, côte provisoire 6-58. Acte du 25 juin 1537. Clomot est situé à 10 km (...)
  • 55 Les quatre demandes (VII-333, VII-313, VI-152 et VII-185) sont précédées d’une lettre dans laquell (...)

33Dans la catégorie des solliciteurs pugnaces, il faut placer « noble homme Charles Mellan » rendant foi et hommage pour la terre et seigneurie de Clomont [Clomot] à Barbanson d’Artois, élu de Clermont-en-Beauvaisis, procureur spécial de François de La Rochepot54. Sur les six lettres que lui adresse Mellan, Berthereau a lu, entre le 26 août et le 5 novembre 1259, quatre fois la même demande d’obtention de la cure de Chanceaux dont la collation est à l’abbé de Flavigny55. Mellan écrit autant de fois qu’il est nécessaire, sans chercher à comprendre ce qui pourrait expliquer le silence du secrétaire. Pour lui, cette affaire doit être traitée en priorité parce qu’il a engagé son crédit auprès d’un tiers (son neveu) en l’assurant qu’il parviendrait, grâce aux bonnes relations qu’il entretient avec Berthereau, à infléchir la volonté du Grand Maître en sa faveur.

  • 56 M. de Bazillac au Grand Maître, de Narbonne : IX-279, VI-134, VIII-218, VIII-106 et IX-286 ; de To (...)
  • 57 VIII-106, IX-286, XV-41 et XII-45.
  • 58 CAF, t. II-4175, de Fontainebleau, le 24 juillet 1531.
  • 59 Pour sa part, Arnaud de Barran envoie 4 lettres au Grand Maître. Toutes sont des demandes d’office (...)

34On peut aussi évoquer M. de Bazillac avec 8 lettres dont 7 rédigées à Narbonne56. 6 sont adressées au Grand Maître et 2 à Berthereau. Plus que la sûreté de Narbonne, ce qui le préoccupe le plus est la perception de ses gages. Ce sujet revient à quatre reprises57. Il finit par obtenir gain de cause puisque le 24 juillet 1531, il reçoit 1 200 livres tournois « pour tout ce qui lui est dû de sa pension du passé58 ». La coïncidence entre le paiement des gages et la nomination à l’office de capitaine de Narbonne induit la question suivante : est-il uniquement payé en récompense de ses services, ou lui donne-t-on de l’argent afin qu’il puisse assurer, pendant un certain temps, l’avance sur gages des hommes qu’il commande à Narbonne59 ?

  • 60 V-14, de Saint-Géniès.
  • 61 III-147, de La Voulte. L’autre office a été donné à Pierre Darnoye (cf. supra).
  • 62 XIV-244, Saint-Géniès.
  • 63 XIV-28, de Narbonne.
  • 64 XI-145, Le Canet.

35Cependant, le détenteur de l’insistance épistolaire demeure M. de La Voulte qui, durant pratiquement un an, revient à cinq reprises sur l’obtention d’un office de lieutenant du sénéchal de Béziers. Dans un premier temps, le 16 avril, il envoie l’information selon laquelle un office de lieutenant du sénéchal et un office de lieutenant à robe courte sont vacants à Béziers60. Huit jours plus tard, il rappelle au secrétaire de lui réserver le siège de lieutenant de Béziers61. Cinq mois passent et La Voulte, qui, semble-t-il, n’a pu avoir ledit office, relance le secrétaire en lui écrivant que « si c’est vostre bon plaisir, par mondit frère me ferez envoyer aussi don de la lieutenance » et pour emporter la décision il « envoye une espée espagnolle que j’ay heue du butin… et me desplait que ne sont meilleures beaucoup qu’elles sont »62. Au cœur de l’hiver suivant, il commence à douter : « S’il est dit qu’il y ay siège à Bésiers, je vous prie ne me mectre en oubly et me faire dépescher mes lettres de lieutenant et je vous récompanceré le mieux que le pouré63. » Enfin, au début du printemps, soulagé, il peut écrire : « J’escriz à mon frère se retirer par devers vous pour me faire depescher les lettres de l’office qu’il a pleu à monseigneur me donner de lieutenant à robe courte64. » Aurait-il eu gain de cause sans le soutien du Grand Maître, de son secrétaire et probablement de M. de Clermont ?

36L’insistance dont font preuve nombre de rédacteurs de requêtes amène à se poser plusieurs questions. Pourquoi semble-t-il nécessaire de réitérer la demande ? Pourquoi le Grand Maître et son secrétaire ne répondent-ils pas dans les jours qui suivent la réception de la lettre ? S’agit-il d’attendre le moment le plus favorable ? Est-on en présence d’un rituel plus ou moins formalisé ? Les deux hommes font-ils « monter la pression » afin de créer une dépendance qui obligerait le futur récipiendaire, c’est-à-dire qui le mettrait dans l’obligation de rendre service après l’obtention de ce qu’il poursuivait ? Les réponses sont vraisemblablement composées d’un subtil dosage entre ses différentes suggestions, comme le laissent supposer les courriers que Mellan adresse à Berthereau. L’affaire de la cure de Chanceaux montre également l’estimation des services rendus : un bénéfice de 70 livres par an (monnayable à un vicaire qui desservira effectivement la cure du neveu) en échange des travaux exécutés pour le Grand Maître tout au long de l’année (surveiller les vendanges, vendre les grains des seigneuries, tenir informé des procès). On le voit à travers l’exemple de Mellan, les demandes tiennent aussi aux types de charges ayant motivé les requêtes.

La chasse à l’office

37Existe-t-il des critères, un « profil-type » pour qu’un candidat à un office soit agréé, et en dehors desquels sa requête a peu de chance d’aboutir ? La réponse ne paraît pas évidente. Il est néanmoins possible de présenter une sélection de requêtes satisfaites grâce à l’entremise du Grand Maître. Participer à la nomination des officiers curiaux ne constitue qu’une part des activités auxquelles celui-ci se livre dans le cadre de ses fonctions auliques. En croisant les lettres et le CAF, on s’aperçoit que nombre de courtisans, à l’instar de la reine de Navarre, ont recours à lui afin d’obtenir des pensions, des dons et des charges hors de la cour. Durant l’année 1530, celle-ci envoie plusieurs courriers à son « neveu » pour recommander des serviteurs.

  • 65 BnF, ms. fr. 3042-77. Jourda P., Répertoire, op. cit., lettre 447, p. 98.
  • 66 Ibid., 3026-83 et ibid., lettre 448, p. 99.
  • 67 Ibid., 3025-157 et ibid., lettre 452, p. 100.
  • 68 Ibid., 3025-153 et ibid., lettre 453, p. 100.
  • 69 Ibid. 3026-38 et ibid., lettre 461, p. 102.
  • 70 Ibid., 3024-161 et ibid., lettre 469, p. 103.
  • 71 Ibid., 3638-17 et ibid., lettre 471, p. 103.
  • 72 Ibid., 3026-32 et 3025-141. Ibid., lettres 478 et 483, p. 105-106.
  • 73 Ibid., 3025-109 et ibid., lettre 488, p. 107.

38Le 10 février, Marguerite adresse deux lettres au Grand Maître. L’une en faveur de Gilles de La Pommeraie, serviteur de la reine Claude pendant une décennie et sommelier de panéterie de bouche, lequel demande le même office chez la nouvelle reine ou chez les fils du roi65. L’autre pour recommander Pierre Binet, qui tenait un office à la trésorerie des princes et désirerait être remis en son office66. Le 13 mars, elle le sollicite en faveur d’un valet de chambre des enfants67. Le 16 mars, elle effectue la même démarche au nom de Tristan Lambert (s’agit-il du même personnage dans les deux cas68 ?). Le 24 avril, elle prend la plume pour recommander Charles Mesnager argentier de la feue reine Claude69. Le 14 juin, elle envoie une lettre portée par un couple de serviteurs des fils du roi qui désireraient être remis en leur état70. Le 22 juin, elle rappelle que sa mère, Louise de Savoie, a promis une place dans la Maison du dauphin au petit-fils de M. de Vilaines71 (Jean Brinon). En juillet, elle recommande le père de son secrétaire Victor Brodeau, requête qu’elle renouvelle le 2 août72. Enfin, le 9 août, la reine de Navarre rédige un billet en faveur de Marc Marchant, afin que celui-ci retrouve dans la Maison de la reine Eléonore, la charge de contrôleur de l’argenterie qu’il détenait du temps de la reine Claude73.

  • 74 Jourda P., art. cit., p. 35.
  • 75 CAF, t. II-4608.
  • 76 Hamon P., Messieurs des finances, op. cit., p. 353.

39Trois éléments sont à relever. D’abord, les demandes cessent en août 1530, au moment où la reine rejoint la cour. Étant en contact quotidiennement avec le Grand Maître, elle n’éprouve plus la nécessité de lui écrire. Ensuite, ses lettres incluant des recommandations représentent un tiers du total de sa correspondance avec lui pour l’année 1530. Ce chiffre renseigne sur la fébrilité qui agite la cour, ou plutôt les cours : la « compagnie » se trouvant avec le roi et sa mère, celle qui a suivi le Grand Maître à la frontière et celle qui est restée à Blois avec Marguerite durant l’année 1530. enfin, on remarque que cinq anciens officiers de la reine Claude (soit les 2/3 des requêtes de Marguerite) s’adressent à la reine de Navarre afin qu’elle use de son amitié avec le Grand Maître pour les faire remettre dans leurs charges antérieures. Il est difficile de connaître le sort de tous les recommandés de la reine de Navarre. Pierre Jourda signale que le père de Brodeau, a été le pelletier de la reine Anne de Bretagne, puis celui de sa fille Claude de France, mais il ne parle pas d’un office chez la reine Eléonore74. En revanche, Charles Mesnager est argentier de la reine Eléonore en 153275. La différence de traitement tient peut-être au fait que Mesnager a aussi sollicité Louise de Montmorency76.

40Ce dernier exemple montre la nécessité de recouper les lettres adressées au Grand Maître avec d’autres sources, afin d’essayer d’approcher au plus près une réalité qui demeure relativement floue par manque de sources fiables. Le CAF permet en partie de pallier ces insuffisances. Il montre surtout qu’en matière de requêtes, les activités du Grand Maître le conduisent aussi à recevoir des sollicitations de personnages moins en vue que la sœur du roi.

  • 77 XIV-166, ainsi que II-275, IV-1, VIII-278, IX-179 et 218, XI-178, XII-76, XIV-75 et 322 et XV-63.
  • 78 XII-64.

41Le point de départ de l’enquête est constitué par le groupe de neuf récipiendaires qui remercient le Grand Maître de leur avoir donné un office, soit moins de 10 % des demandes d’offices à la cour. Il n’a, hélas, pas été possible de vérifier la réponse apportée à chaque requête. Soit parce que le solliciteur n’a pas pu être identifié, tel le porteur de la lettre que M. de Sourdis envoie à Berthereau77 ; soit parce que plusieurs offices d’un même type existent : la charge que demandent Mme de Montreuil et M. de Polisy pour le neveu de David Le Maistre est-elle celle de gardevaisselle de bouche ou du commun78 ?

  • 79 BnF, Clair. 835, fo 2395.
  • 80 Idem, fo 2077-2160 : « Officiers domestiques de François Ier ».
  • 81 BnF, ms. fr. 21449, fo 191.
  • 82 VIII-192. Confirmée par BnF, ms. fr. 21449.
  • 83 BnF, ms. fr. 21449, fo 185 vo (Hector) et 191 (pour Louis).
  • 84 VIII-162 et XI-119.
  • 85 BnF, ms. fr. 21449, fo 188 vo.
  • 86 BnF, Clair. 835, fo 2370.
  • 87 Ibid., fo 2325.
  • 88 BnF, ms. fr. 21449, fo 182 vo.
  • 89 BnF, Clair. 835, fo 2303.
  • 90 BnF, ms. fr. 21449, fo 2080.
  • 91 Ibid., fo 184.

42Malgré ces insuffisances, un certain nombre de requêtes ont porté leurs fruits. Le cas de François de Cenème a déjà été mentionné à plusieurs reprises79. Le fils de M. de Guéméné accède à la chambre du roi en 153180. La même année, Nicolas Jousseaume entre dans le corps des fourriers du roi81, aux côtés de son père. Jean de Foville (ou Fauville) remercie le Grand Maître pour son office de maréchal des logis82. Une étude plus poussée permettrait de savoir si Hector de Fauville, l’un des deux porte-manteaux du roi et Louis de Fauville, qui appartient au corps des fourriers (comme les Berthereau et les Jousseaume) sont des parents de Jean83. Antoine Roussot dit Bourguignon, recommandé à deux reprises par Marin de Montchenu84, premier maître d’hôtel du roi, apparaît bien sur la liste des sauciers85. Louis de Ronsart (ou Ronsard), père du poète et maître d’hôtel du dauphin, accède à l’office de premier maître d’hôtel86. Antoine de Bremieu qui réclame à Berthereau un office à la cour, obtient celui d’écuyer d’écurie de la reine Eléonore87. Vincent du Puy, seigneur de Vatan, reçoit la confirmation de son office de maître d’hôtel du roi88. Tristan de Carné, ancien officier de la reine Claude, remplit la fonction de maître d’hôtel de la reine Eléonore à partir de 153189. M. de La Hargerie est reconduit dans l’office de maître d’hôtel du roi, qu’il tient depuis 152890. Antoine Raffin, dit Poton, sénéchal d’Agenais, souhaite que son fils intègre le corps des écuyers d’écurie. C’est chose faite en 153191.

  • 92 Roland ne vise qu’une place de panetier de bouche (XIV-311). C’est son oncle qui précise « chef de (...)
  • 93 BnF, ms. fr. 21449, fo 186. En 1534, Antoine Gauthier, neveu de Louis Burgensis, entre dans le cor (...)
  • 94 BnF, Clair. 835, fo 2239.

43Parfois, l’office convoité n’est pas obtenu. Cependant le Grand Maître et son secrétaire s’arrangent pour trouver une charge équivalente. Roland Burgensis, neveu de Louis Burgensis, premier médecin du roi, désire être couché en l’état de chef de la paneterie de bouche92. Il se retrouve sommelier de la paneterie93. M. de Polisy demande pour son gendre, Claude d’Anglure, baron de Jours, un office d’écuyer d’écurie chez le dauphin. Il devient panetier du duc d’Angoulême94.

44Il ne semble pas que l’on s’adresse plus au Grand Maître pour les charges prestigieuses (gentilhomme de la chambre, panetier, échanson, maître d’hôtel), de préférence à son secrétaire. Les seules remarques que l’on puisse faire sont de trois ordres. D’une part, dans 30 % des cas, l’auteur de la lettre qui introduit la demande est un parent du Grand Maître (M. de La Rochepot, Mme de Montreuil, M. de Polisy, M. de Dinteville, M. d’Anglure, M. de Saint-Bonnet, M. de Ruffey, Marie d’Athies), l’un de ses officiers domestiques majeurs (M. d’Iverny, Yvon Pierres, Pierre de Garges), ou une personne qui appartient à son service (G. Morel, F. de Cenèmes, Simon de Bury, C. de Menville, Mme de Corbeil). D’autre part, dans 48 cas, soit près de la moitié, le rédacteur de la lettre occupe déjà un office à la cour. Enfin, 61 requêtes, soit presque les 2/3, sont des recommandations en faveur d’une tierce personne : un fils, un neveu, un parent ou un allié. Les trois chiffres confirment que la cour est un univers relativement fermé, à l’intérieur duquel tout le monde se connaît et où il est important d’être reconnu. Ils donnent aussi créance à l’hypothèse selon laquelle Anne de Montmorency tient une position-clé à la cour de François Ier à la fin des années 1520, lui permettant de favoriser les carrières de tel ou tel personnage en fonction soit d’un lien de parenté avec un membre de son lignage dont celui-ci peut se prévaloir, soit d’une position que l’intéressé détient auprès de lui. Il resterait à éclaircir les raisons qui le poussent à écarter, voire à rejeter tel ou tel autre solliciteur. Un début de réponse est fourni par la lettre que M. de La Vacherie adresse au Grand Maître :

  • 95 III-32 : M. de La Vacherie au Grand Maître, d’Orléans, le 9 décembre 1530.

« Vous ay faict plusieurs foiz la révérance et me suis présenté à vous, mais il m’a semblé, au regart de vostre œil ne m’estre pas favorable dont par grant longueur de temps ay porté merveilleux ennuy95. »

45Le regard d’Anne de Montmorency n’est pas favorable à ce solliciteur car celui-ci n’a pas été recommandé par un personnage connaissant soit le Grand Maître, soit son secrétaire. À cet égard, la missive que M. d’Avrille, secrétaire de M. de Laval écrit à Berthereau est parfaitement illustrative de ce qu’il convient de faire :

  • 96 XI-43 : M. d’Avrille à Berthereau, de Vitré. Requête à mettre en parallèle avec la mésaventure du (...)

« Monsieur de Carlonet, ce porteur, s’en va par-delà pour quelque petit office qui c’est vacqué en son quartier. C’est la surgardye des eaulx, boys et forestz du roy en l’evesché de Cornouaille. Il est officier de monseigneur mon maistre [M. de Laval] es terres qu’il a audit evesché et pour ceste cause, mondit seigneur en escript à monseigneur le Grant Maistre pour luy avisé que verrez. Et pour ce que c’est ung gentilhomme qui vault que l’on face pour luy, je le vous ay bien voullu adresser, vous priant, monsieur le secrétaire, que pour l’amour de moy, luy vueillez estre aydant en tout ce qui vous sera possible au recouvrement dudit office. Et en luy faisant plaisir, vous m’en ferez et si ne demourera ingrat de la peine que vous prandrez pour luy et du plaisir que luy ferez. Vous priant de rechef l’avoir pour recommandé…
[Post-scriptum] Ce porteur n’entend pas la court. Baillez luy instruction comme il aura à se gouverner. L’office est si petite chose que je croy n’y aura pas grant presse, mais elle est à son aysibleté96. »

  • 97 Par exemple, XV-303 : Claude Vachot à Nicolas Berthereau, de Paris.
  • 98 CAF, t. I-1242 et t.  II-23930 et 23933.
  • 99 Ibid., t. II-4343, 5243, 5395, 5477, 6068, 6227, 6753, 6755, 7086, 7294 et t. VI-I7325.
  • 100 BnF, Clair. 250, fo 1077.

46Les requêtes concernent toute la gamme des offices, dans toutes les Maisons princières. Les solliciteurs sont parfois prestigieux. C’est le cas de la reine de Navarre. Des indices tendraient même à penser que le souverain en personne participe au système, et qu’il le fait parfois de manière désordonnée, promettant la même charge à deux personnes différentes97. Une telle attitude complique sérieusement la tâche du Grand Maître et peut contribuer à expliquer les changements par rapport aux demandes initiales. Dans cette lutte au bon office, la surprise vient du fait que le Grand Maître ne semble pas chercher à tout prix à placer des gens à lui, hormis quelques secteurs privilégiés comme la Maison de la nouvelle reine ou l’office de clerc d’office pour son secrétaire et alors que dès le début des années 1520, le CAF signale des dons en sa faveur98. Néanmoins, cette situation évolue par la suite puisque pour les seules années 1533 et 1534, le CAF contient 11 mentions de faveurs accordées à la requête du Grand Maître99. Comment s’opère le choix des personnages récompensés ? À l’origine, on trouve souvent un lien étroit avec le Grand Maître, comme c’est le cas avec Louis du Retour (trois récompenses), dont le patronyme figure sur les listes des archers de sa compagnie100, de Tenneguy Du Boucher, gentilhomme de sa Maison (deux dons), de Colas Pierres, « autrefois homme d’armes de [sa] compagnie » et de Jean Champion, l’un de ses valets de chambre (une gratification chacun).

  • 101 CAF, t. II-3664, 3924, 4551, 4863, 4864, 5207 et 5284. Pour les pensions : t. II-4861, 4862, 5957, (...)

47Toutes les faveurs accordées à la requête du Grand Maître datent du début des années 1530. Elles sont chronologiquement parallèles à de nombreux dons royaux opérés à son profit, des dons venant compléter les pensions qui lui sont versées101. Faveurs et dons reflètent une position forte à la cour, et particulièrement auprès du roi. La mention de son nom en position d’intermédiaire quasi incontournable prouve qu’il est bien le conseiller privilégié du roi.

Rembourser

  • 102 V-53, VII-144, VII-306, XIII-210, XIII-217, XIII-244, XIII-251 et XIV-89.
  • 103 CAF, t. I-3518 (Paris, le 26 octobre 1529), 3563 (Fontainebleau, le 14 décembre 1529), 3617 (Dijon (...)
  • 104 Les exemples donnés par Philippe Hamon concernent C. de Gramont, M. de Saint-Bonnet, G. Tavelli, M (...)
  • 105 CAF, t. I-2994 (de Paris, le 1er juillet 1528), 3048 (de Fontainebleau, le 4 juillet 1528) et 3058 (...)
  • 106 Ibid., t. I-3111, de Noyon, le 26 juin 1529.

48Lors de son ambassade aux Pays-Bas entre août 1529 et juin 1530, Gilles de La Pommeraie se plaint avec insistance de manquer d’argent auprès de Nicolas Berthereau102. Pour la même période, le CAF contient quatre mandements royaux (octobre 1529, décembre 1529, février et juillet 1530), ordonnant de délivrer, à chaque fois, 410 livres au plénipotentiaire afin qu’il puisse tenir son rang103. On remarque que M. de La Pommeraie ne reçoit aucune somme entre février et juillet, période pendant laquelle le Grand Maître est absent de la cour. Ceci est d’autant remarquable qu’en règle générale, les ambassadeurs sont dégrevés de leurs frais de mission (et de leurs dettes) à leur retour dans le royaume104, tels Jean-Jacques de Passano, envoyé en Italie de septembre 1527 à juin 1528, qui reçoit à quelques jours d’intervalle sa pension annuelle, 3 000 livres et le remboursement de ses frais de voyages105, ou Louis des Barres gratifié en juin 1529 de 1800 livres pour les frais occasionnés lors de son ambassade en Savoie, entre janvier 1527 et août 1528106.

49Marie d’Acigné, dame de Canaples, adresse à son cousin la requête suivante :

  • 107 XII-48 : Marie d’Acigné au Grand Maître, [s. l.], [1528].

« Monseigneur, yl a plu au roy avant le partement de monsieur de Canaples luy donner congé de bailler et résyner son ofyse de bailly d’Amyens à homme de bien et sufysant et pourse que monsieur de Saveuse, que bien congnoisés, est bien pour le serser et de ses amys, je vous suplye monseigneur, luy fère admetre la résygnasyon du dyt ofyse de bailly à son profyt. A seste cause, je anvoye se porteur devers vous avecques unne procurasyon esprese de mon dyt seigneur de Canaples pour en fère la résygnasyon et ausy je vous suplye monseigneur, de ayder au dyt de Saveuse à fère en pareyl cas de la siene de conseyller à lun de ses amys. Se faysans, monseigneur, vous me obligerés de plus en plus à vous fère se[r] vyse quy est se que plus désyre.
Vostre très humble et obéyssante cousyne107. »

  • 108 CAF, t. IX, liste des officiers royaux, parlement de Paris. Imbert de Saveuse résigne le 12 août 1 (...)
  • 109 Idem, t. VI-19598, de Fontainebleau.

50Grâce à ce billet, on sait que Jacques Barthonnier, le successeur d’Imbert de Saveuse au parlement de Paris108 est l’un de ses amis. De plus, le 6 août 1528, le roi autorise le seigneur de Canaples à bailler son office à Imbert de Saveuse109.

51D’autres cas peuvent également être présentés. Alix Pot écrit au Grand maître le 5 octobre 1529 afin qu’il l’aide à devenir prieure de l’hôtel-Dieu de Pontoise, charge à laquelle elle accède le 20 février 1530, juste avant qu’il ne quitte Moulins. John Sandys fait partie de l’ambassade anglaise qui vient en France en 1527-1528. Durant son séjour, il rédige ce billet :

  • 110 IX-317 : John Sandys au Grand Maître, de Paris, [1527].

« Monseigneur, je me suis trouvé en ceste ville de Paris empesché pour quelque peu d’argent que j’ey doy et trouve mes créditeurs fort importuns. Je envoye ung homme en Engleterre pour m’apporter argent, et n’y aura faulte que je ne aye ce que je envoye quérir. Ce temps pendant, il m’est forcé que je vous prie, me prester et envoyer par mon homme, présent porteur au quel me fie, cent escus pour appaiser mes créanciers et sachés moonseigneur que me ferés plaisir et ne fauldray mon argent receu de le vous rendre ladite somme de cent escus110. »

  • 111 CAF, t. I-2867, de Saint-Germain, le 13 février 1528.

52Le 13 février 1528, « Jean Sandis », gentilhomme anglais reçoit 410 livres en don du roi pour services rendus au roi et le défrayer des dépenses survenues pendant un voyage à Paris111. La concordance géographique entre le lieu d’où écrit Sandys et le lieu où il est tombé malade est troublante. Elle l’est d’autant plus que le 29 décembre 1527, le même Sandys avait rédigé un billet peu amène à Anne de Montmorency :

  • 112 III-124 : John Sandys au Grand Maître, de Paris, le 29 décembre 1527.

« Monseigneur, je vous mercye des trente escus que ma avés envoyés, vous priant me avoir pour excusé si ne les prens et vous les renvoye, car je ne me suis point trouver empesché pour si peu que trente escus, et ne vous eusse point escript pour me prester cent escus si je eusse pensé n’en avoir que trente. Néanmoins, monseigneur, si vous plaist me prester cent escus, serez de bref remboursé et n’eust esté les grans vens qui ont empêché le navigage sur la mer, je ne fusse point en ceste peinne et fust mon homme de retour112. »

53En termes très diplomatiques, John Sandys reproche au Grand Maître de lui avoir fait l’aumône. La question qui se pose alors est de savoir si l’ambassadeur s’est tourné directement vers le roi, s’il a sollicité un autre conseiller royal, ou si Anne de Montmorency l’a recommandé au souverain ?

  • 113 CAF, t. IX, p. 78 et 80.
  • 114 XIV-104 : M. de Boisrigaud au Grand Maître, de Lucerne, le 4 novembre 1527.

54L’attribution des revenus de la terre et seigneurie d’Usson est aussi un exemple très parlant. Louis Dangerant, seigneur de Boisrigaud est le résident auprès des cantons suisses d’octobre 1522 à novembre 1528, puis de mars 1529 à octobre 1535113. Le 4 novembre 1527, M. de Boisrigaud remercie le Grand Maître de « la bonne volunté et affection qu’il vous plaist avoir en mon endroit [et] réduire à bon port mon affaire d’Usson114 ». En juillet 1528, une lettre de Boisrigaud, jointe en annexe d’un courrier diplomatique, précise toute la procédure suivie pour mettre entre ses mains ladite terre sise au bailliage de Montferrand :

  • 115 XV-68 : Morelet et Boisrigaud au Grand Maître, de Berne, le 1er juillet 1528.

« Plaise monseigneur le grant maistre demander au roy pour le sieur de Boysrigault, son escuyer d’escuyrie et son ambassadeur aux Ligues, la terre et revenu de la seigneurie de Usson en Auvergne pour le temps de quinze années, laquelle seigneurie et terre escheue es mains dudit seigneur dès la feste Sainct Jean dernièrement passée, qui ne fut soixante ans a es mains de la couronne de France et fut baillée par le roy Louis onziesme par mariage jusques à fin de paiement à feu la vieille admyrable bastarde dudit roy Louis, femme du bastard de Bourbon, admyral de France, laqquelle la tenue à ses héritiers jusques à présent que le temps est expiré comme dit est et ne vault ladite seigneurie toutes charges faictes que cinq cens Livres, laquelle seigneurie le roy estant devant Pavye me octroya à la requeste de feu monseigneur le grant maistre votre prédecesseur, le cas advenant que ledit terme fust expiré, et ce scet bien le seigneur Dorne à qui l’affaire fust commandé par ledit seigneur, lequel de long temps m’a octroyé la réserve de la capitènerie du chasteau dudit Usson que le seigneur d’Orilhac, jadiz prévost de l’ostel, tient le cas advenant quelle vacque comme scait le seigneur de Villeroy qui m’en a dépesché brevet, à quoy semblablement vous plaise me tenir la main comme j’ay mon entière espérance115. »

  • 116 CAF, t. I-2478. Enregistrement par la chambre des comptes de Paris : AN, P 2304, p. 1493. Dans le (...)

55Pour le récompenser de son dévouement et lui permettre de payer ses dettes, le roi lui donne effectivement la terre et seigneurie d’Usson116. Moins de deux ans plus tard, François d’Escart, seigneur de La Vauguyon, sénéchal du Bourbonnais, reçoit la terre d’Usson en compensation de terres abandonnées en Artois au profit de l’empereur :

  • 117 Ibid., I-3701, d’Angoulême, en mai 1530.

« Suys esté adverty qu’on a fait eschange de la terre et seigneurie d’Usson, qu’il a pleu au roy (à vostre requeste) m’octroyer et qu’on la baillé à monsieur des Cars pour quelques aultres terres qu’on veult bailler à l’empereur, ce que bonnement ne puys encores croire. Au fort, je ne scay que ce sera bien me donné merveilles qu’il faut que telle chose tumbe plustost sur moy que sur aultruy, et que tout bien que je tiens de vous, faille qu’il me soyt par aultre osté117. »

  • 118 Knecht R., op. cit., p. 215 et 266.
  • 119 Il est aussi l’un des seigneurs indemnisés lors des confiscations opérées au bénéfice de l’empereu (...)
  • 120 M. de Boisrigaud au Grand Maître : XV-47, de Lucerne, le 15 juillet 1530 ; XI-169, de Soleure, le (...)

56M. « Des Cars » est un ancien complice du connétable de Bourbon, assigné à résidence entre 1524 et 1526118 et rentré en grâce lors des expéditions de Lautrec et de Saint-Pol119. Le don royal pose un problème par rapport à M. de Boisrigaud, qui, entre-temps, est reparti en Suisse. Durant le second semestre de l’année 1530, M. de Boisrigaud rédige trois autres lettres abordant le même sujet. Le 7 juillet : « Avez entendu comment la terre et seigneurie d’Usson, qu’il a pleu au roy cy davant me donner, a esté baillée à M. Des Cars en change et récompense de quelques terres qu’il a baillées en Flandres. » Le 2 décembre : « M’ayez en recommandacion touchant ma récompense de la seigneurie d’Usson que j’ay perdue comme bien scavez. » Enfin, le 5 janvier 1531 : « [Je] vouldrois bien que se peult trouvé chose en brief pour ma recompense d’Usson120. »

57On peut remarquer deux éléments. Le revirement royal intervient au moment où le Grand Maître est absent de la cour. De plus, même après avoir réintégré celle-ci, il ne peut aller à l’encontre de la décision de François Ier, car cela reviendrait à remettre en cause l’application du traité de Cambrai. Certes, le Grand Maître aide M. de Boisrigaud à obtenir un office d’écuyer d’écurie puis, il s’entremet pour que les revenus de la terre d’Usson lui reviennent. Mais la réalisation des requêtes de personnages qu’il protège, est conditionnée par sa résidence à la cour auprès du roi. Dès qu’il s’absente, il est remplacé par d’autres courtisans qui cherchent à lui nuire.

  • 121 CAF, t. I-2904, à Saint-Germain, le 10 mars 1528.
  • 122 Ibid., t. I-2994, à Paris, le 30 mai 1528.
  • 123 Ibid., t. VI-19567, à Paris, le 1er juillet 1528.
  • 124 Ibid., t. VI-19735, à Paris, le 3 février 1529.
  • 125 Ibid., t. II-4175, à Fontainebleau, le 24 juillet 1531.
  • 126 Ibid., t. II-4181, à Fontainebleau, le 31 juillet 1531.
  • 127 Ibid., t. II-4095, à Chantilly, le 15 juin 1531, confirmé par t. II-4116, à Paris, le 26 juin 1531 (...)

58Il existe un élément supplémentaire confirmant cette réalité. Pour la période allant de 1526 et 1531, le CAF fournit de nombreux actes de pensions payées à des officiers curiaux proches du Grand Maître. Le 10 février 1528, Oudart du Biez reçoit 1 200 livres pour les services qu’il a rendus aux ambassadeurs du roi d’Angleterre venus en France l’année précédente121. Nicolas de Bucourt a droit à 100 livres pour les frais engagés lors de la garde de Semblançay122. À Pierre de Clermont sont envoyées 1 300 livres qui se répartissent de la manière suivante : 600 livres pour lui, 600 pour « l’imprévu » et 100 pour M. de La Parnelière, agent de M. de Clermont123. À M. de Grangis sont octroyées 200 livres par mois pour lui permettre de poursuivre ses activités diplomatico-militaires auprès des Ligues Grises124. Aymery de Bazillac, maréchal des logis du roi et capitaine de Saint-Béat, reçoit 1 200 livres « pour tout ce qui lui est dû de sa pension du passé125 ». Une semaine plus tard, il est nommé capitaine de la ville de Narbonne avec 800 livres de gages annuels126. François Du Fou, seigneur du Vigean, reçoit une assignation sur les deniers de l’Épargne ou des offices, la somme de 4 800 livres représentants deux années de sa pension et deux années de ses gages de capitaine de Lusignan, à raison de 1 200 livres par an chacun127.

  • 128 Ibid., t. VII-27508, [s. l. ], [1530].
  • 129 Ibid., t. VII-28045 (M. de Saint-Bonnet), 27605 (M. des Arpentis), 27606 (M. de Poisieux), t. VIII (...)

59Si la date du paiement de 600 livres de sa pension pour l’année 1529, accordée à François de Béarn, n’est pas connue précisément128, en revanche, l’année 1531 est marquée par les paiements des pensions de M. de Saint-Bonnet, auquel sont attribuées 2 600 livres. Cette somme comprend sa pension pour l’année 1530, une augmentation de 1 000 livres accordée par le roi et 600 livres « pour ses gages et état de capitaine et garde du vieux château de Bayonne, des années 1526, 1527, 1528, 1529, 1530 et 1531 ». Louis Du Bois, seigneur des Arpentis, reçoit 500 livres pour sa pension de 1530. M. de Poisieux perçoit 400 livres pour sa pension de 1530. À Pierre de Clermont reviennent 3 000 livres, de sa pension de 1530. Jacques Ragueneau doit donner à Louis de Fourmillon 2 406 livres, 13 sous et 4 deniers, somme incluant la garde de la tour d’If pendant seize mois et vingt jours, la garde pour l’année en cours, l’entretien d’une frégate pour l’année précédente et l’année en cours et les frais engagés pour entretenir les gens de guerre placés sous son autorité129.

60Rappelons que messieurs de Saint-Bonnet et de Clermont sont des cousins du Grand Maître, que messieurs de Clermont, de Poisieux et des Arpentis sont ses lieutenants, respectivement pour le Languedoc, Saint-Malo et Nantes, et que Messieurs de Béarn et de Fourmillon sont respectivement lieutenant et homme d’armes de sa compagnie.

  • 130 Ibid., t. II-5944, à Lyon, le 19 juin 1533.
  • 131 Ibid., t. I-2868, à Saint-Germain, le 11 février 1528, et t. I-2907, à Saint-Germain, le 15 mars 1 (...)
  • 132 V-100 : Loys Hémard au Grand Maître, de Lyon, le 9 février 1528.

61Dans d’autres cas, le soutien d’Anne de Montmorency n’est pas établi avec certitude. Cependant, de fortes présomptions jouent en faveur de la thèse d’une intervention de sa part, entreprise dans le dessein de favoriser un proche. Que penser des 500 écus accordés à Nicolas Berthereau et à Côme Clausse sur les prises et saisies faites par le maître des ports à Lyon, somme qui leur avait été assignée, dans un premier temps, sur deux confiscations en Languedoc « qui ne sont venues à aucun profit130 » ? Que dire des autorisations répétées en faveur de la comtesse de Tende, la belle-mère du Grand Maître, enjoignant au sénéchal de Lyon, puis aux Lyonnais, de laisser passer les blés qu’elle a fait acheter en Bourgogne pour les acheminer jusqu’en Provence131, alors même que le 9 février 1528, Louis Hémard, un serviteur du Grand Maître, ajoute en post-scriptum de l’une de ses lettres : « on ne veut laisser passer le blé de madame de Villars132 » ?

62Les demandes d’obtention de charges ou de dons royaux montrent clairement que le Grand Maître apparaît de plus en plus comme l’un des intermédiaires incontournables pour accéder jusqu’au souverain. Les autres personnages sont la mère et la sœur du roi, Lautrec (jusqu’en 1528), Chabot et le prévôt de La Barre, surtout actifs au printemps 1530, et, dans une moindre mesure, les secrétaires Villeroy et Robertet. Il est plus que probable, comme le montrent les lettres de la reine de Navarre, que les demandes adressées à tous ces personnages influents, dont le pouvoir peut se conjuguer ou s’annuler, reprennent les schémas définis pour celles que reçoivent le Grand Maître et son secrétaire. Les solliciteurs semblent souvent obtenir gain de cause. Cela est dû pour une part à la qualité de leur requête, mais aussi, probablement, aux cadeaux qui peuvent l’accompagner.

Entre amitié et pot-de-vin : le cadeau

63Le cadeau est-il un élément constitutif de la demande ? Avant de tenter d’apporter des réponses à partir des 119 requêtes d’offices auliques, il faut le définir et envisager les différentes formes qu’il peut revêtir à partir d’un corpus de 42 missives expédiées par des correspondants n’étant pas forcément liés directement à la cour.

La diversité des cadeaux

  • 133 Définition du Petit Robert. Notions traitées pour le Bourbonnais médiéval sous l’angle des avantag (...)

64« Un cadeau est un objet que l’on offre à quelqu’un. Il peut s’agir d’un objet animé tel un animal ou d’une chose inanimée, sans âme (fleurs, fruits, livres, argent, habits, etc.). Le mot possède deux synonymes : don et présent133. » Le premier suppose une renonciation totale, gratuite, consentie unilatéralement sans rien attendre en retour. Il véhicule l’idée d’abandon, de sacrifice. Le second est utilisé surtout en littérature et en poésie (les « présents de Cérès » désignent les moissons par exemple). Étymologiquement, il vient du verbe latin « presentare » qui signifie « mettre en avant ». En définitive, le cadeau recouvre les deux termes, le don désintéressé et le présent qui, par sa valeur et sa portée, renseigne sur celui qui l’offre.

  • 134 XIV-249, de Paris le 23 septembre 1530.
  • 135 XV-363, de Paris, le 6 décembre 1530. Citée par Bedos Rezak B., op. cit., p. 80. Il s’agit probabl (...)
  • 136 VII-320, à Berthereau, de Chantilly, le 13 août 1530. « Il y a des faulcons et des cinges que le s (...)

65Les cadeaux que Jean Grolier fait à la Grande Maîtresse à l’automne de l’année 1530 rendent compte de cette ambiguïté. Il s’agit d’une « petite beste fort estrange et assez belle qui ressemble à ung lyon et n’est riens si doulx. Je la garde pour madite dame la grande maistresse et ne scay si je le luy doit envoyer là134 ». Ce cadeau intervient peu de temps après la naissance du fils du Grand Maître. Or dans la même lettre, Grolier demande s’il peut faire confectionner un dais pour le berceau du nourrisson. À la différence des fruits qui peuvent se « gastés », ces dons sont faits pour durer et accompagner ceux auxquels ils sont destinés durant une partie de leur vie. Pour la bête, Grolier ne l’envoie pas tout de suite. Il demande d’abord une autorisation, puis trois mois plus tard, il « envoye… à madame la beste dont je vous ay escript. Elle est doulce et gracieuse et si bonne. Elle fait semblant de mordre, elle ne fait aucun mal. Il fault garder de la manier, au moins de luy mestre le may sur le doz car elle est si délicate que merveille et n’a que le poil135 ». Délai pour attendre que l’animal grandisse et voir s’il est dangereux ? Temps de négociation et de pressions du Grand Maître auprès de son épouse pour qu’elle accepte une petite bête moins inoffensive que le prétend Grolier ? La réponse ne peut être fournie clairement. On sait seulement par une lettre de Pierre de Garges136, qu’en règle générale Anne de Montmorency n’appréciait pas beaucoup les animaux exotiques. Pourquoi celui-là aurait-il fait exception ? Peut-être pour exprimer une reconnaissance du maître en faveur de l’un de ses serviteurs qui s’était si bien occupé de ses affaires ? D’un autre côté, le don de Grolier intervient à un moment où l’homme de finance subit les tracasseries de la commission de la Tour Carrée. Il agit spontanément parce qu’une naissance est un événement joyeux qui doit être fêté par le lignage et les clients de celui-ci. On ne peut cependant pas exclure la part de calcul.

  • 137 Zemon Davis N., Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, 2003, chapitre trois.

66Toute la difficulté d’une étude sur les cadeaux et les dons repose sur la nécessaire prise de distance vis-à-vis de l’objet offert, de la personne qui accomplit l’offrande, et du contexte dans lequel le geste est effectué. Dans son ouvrage sur le don en France au XVIe siècle, Natalie Zemon Davis consacre un chapitre à la corrélation à établir entre pratiques du don et visées sociales137. Assez court et essentiellement étayé par des exemples empruntés au journal de Gouberville, il incite à poursuivre la réflexion entamée, en apportant de l’eau au moulin. Pour la série « L », trois catégories de présents apparaissent : le cadeau qui entretient l’amitié, le présent en nature qui accompagne une demande et son équivalent en argent, le pot-de-vin.

  • 138 XIII-164 : M. de Châteaumorand au Grand Maître, de Châteaumorand.
  • 139 VII-98 : Oudart du Biez au Grand Maître et XIII-181, à Berthereau.
  • 140 Pour les poires et les bergamottes : XV-263 (voir Charton-Le Clech S., op. cit., p. 42). Pour les (...)
  • 141 X-14 : Henri Bohier au Grand Maître, de Fère, le 6 juillet 1527.
  • 142 XI-239 : Oudart Hennequin au Grand Maître, de Troyes.
  • 143 À Berthereau : VI-188, M. d’Espinolles et Antoine Hellin, XIV-61 et XIV-263.
  • 144 II-288 : Louis Bernard à Berthereau, de Lyon, le 26 décembre 1536.

67Le cadeau qui entretient l’amitié représente un tiers du total. La variété des cadeaux est grande. Les faucons, les lévriers et les chevaux sont les animaux qui reviennent le plus fréquemment. M. de Châteaumorand envoie trois milans138. Oudart du Biez offre d’abord « une couple de jeunes [lévriers] », puis un cheval139. Les fruits sont aussi prisés. La femme de Louis Acarie, receveur du Poitou et M. de Villeneuve envoient des raisins, ce dernier précisant que sur les « deux petits cabas… l’un [est] pour vous et l’autre s’il vous plaist le donner à la royne-mère, ma maistresse ». Jean Grolier envoie des fruits : poires, bergamotes et particulièrement des melons140. Les mélanges sont peu courants, mais ils existent néanmoins. Henri Bohier expédie quatre petits cochons de lait, deux cimiers de cerfs, vingt pattes (de cerfs) et deux douzaines d’artichauts141. Oudart Hennequin, évêque de Troyes offre un tiercelet, des roses de Provins, des pruneaux et des poires142. Les objets sont aussi offerts. François d’Aubray destine à Berthereau deux aunes de satin de Venise, tandis que M. de La Pommeraie fait confectionner un tableau pour lui143. Enfin, Louis Bernard envoie des parfums génois à base d’ambre et de musc144. On peut rattacher à ces objets le présent que M. de Saint-Gelays offre au secrétaire :

  • 145 VI-248 : Mellin de Saint-Gelays à Berthereau, de Paris.

« Je vous feys relier quelques livres qui ne vous scauroient desplaire à vostre retour. Cependant, je vous en envoye ung quy vous eust donné du plaisir, si celuy quy l’a translatée eust aussi bien entendu latin, françois et grac, comme il entend l’art d’imprimer. Je vous supplie monsieur le contrerolleur que vous ne m’esloigniez de vostre bonne grace puis que par tant de obligacions vous m’avez donné confidence d’y estre145. »

  • 146 VIII-36 : G. Le Roy, sieur du Chillou au Grand Maître, d’Honfleur, le 28 octobre.
  • 147 VII-98 : Oudart du Biez au Grand Maître, de Rue.

68Deux impératifs guident tous ces envois. Les correspondants semblent chercher à faire plaisir au destinataire de la lettre. Le sieur du Chillou sait que le Grand Maître prend « plaisir à quelques petites bestes… voue en verrez une petite que vous prendrez si elle vous plaist146 ». Oudart du Biez sait qu’il aime « les lévriers pour lièvres147 ». La seconde logique est celle du moment de l’année. Elle vaut avant tout pour les fruits et légumes.

  • 148 Comme le fait remarquer Natalie Zemon Davis, le terme « cadeau » utilisé pour désigner un présent (...)

69Malgré l’absence de requête concomitante à l’expédition de cadeau, il n’est pas impossible que la plupart de ces missives ne soient rédigées en réalité que pour préparer une demande ou remercier de l’accomplissement d’un service. Ce qui signifierait qu’elles tomberaient de facto dans le second groupe : les cadeaux en nature. Ceux-ci intéressent 52 % des lettres du corpus. En plus d’une grande variété des présents, on rencontre une diversité très importante des demandes. Gages, transmission de courrier, paiement des compagnies, demande d’argent, il est difficile de trouver une cohérence objective dans l’analyse des motifs évoqués dans les lettres. Même constat lorsqu’on se tourne vers les présents148 envoyés. On retrouve des cadeaux déjà rencontrés tels les fruits et légumes (artichauts, raisins, oranges), les animaux (cheval, faucon, lévrier) et les draps italiens. Existe-t-il une adéquation entre don et requête ? La dame de Saint-Moris, Charlotte Collet écrit :

  • 149 X-264 : Charlotte Collet au Grand Maître, d’Amboise, le 18 octobre 1526.

« Monseigneur, tout à ceste heure, ung notère d’Amboise nomé Masé Monyer c’est tué. Sy c’estoit vostre bon plaisir me faire ce bien de la me faire doner, j’an arois ung soisante escuz qui seroit pour vous faire entretenir les vaches pour vous doner des petis fourmages149 »,

70tandis que M. de Mailloles annonce au secrétaire qu’il envoie

  • 150 XI-127 : M. de Maillolles à Berthereau, de Roncey.

« à monseigneur demy cent de trufles par ce porteur, lesquelles vous suply luy présentés. Il y en a la moytié d’ugne sorte et l’autre moytié d’ung autre. Sy mondit seigneur les trouve bonnes, je luy en envoyra tant que la saison durera et affin qu’ayés souvenance de moy et que m’envoyés l’ordonnance que le roy a fayt dernièrement sur le fayt de sa gendarmerie suyvant la promesse que me festes à l’Isle Bouchart, je vous envoye par ailleurs ung quartier de trufles pour vous150 ».

  • 151 X-313 : Marie de Quatrelivres au Grand Maître, de Paris.

71De son côté, Marie de Quatrelivres assure le Grand Maître qu’en contrepartie d’un office de conseiller au parlement ou de secrétaire du roi, elle lui fera confectionner « ung lict de can que ne donnerez pour deux mil escuz et ne se trouvera son pareil à la court151 ».

  • 152 Mousnier R., La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Pairs, 1956, p. 106.

72Les trois exemples laissent supposer qu’il n’y a pas de rapport entre le service demandé et le présent offert. Les 120 livres de l’office de notaire d’Amboise représentent quelques centaines de fromages. En revanche, les 2 000 écus du lit de camp sont largement en dessous du prix d’un office de conseiller au parlement qui se vend ordinairement quelques dizaines de milliers de livres152. Le présent procède de deux logiques. Celle, déjà vue, de faire plaisir, que l’on retrouve chez Marie de Quatrelivres et M. de Mailloles. Et celle d’entretenir un lien durant une certaine période, qui est probablement inscrite en filigrane dans la missive de Charlotte Collet (chaque année, elle enverra quelques fromages).

  • 153 IX-62 : L. Bourdiez à Berthereau, [s. l. n. d.].
  • 154 XIV-196 : M. de La Fresnaye au Grand Maître, de Bar, [s. d.] [1528].
  • 155 IX-47 : Jean de Sarcus au Grand Maître, d’Hesdin.

73Quelques lettres montrent que la pratique ne peut évidemment pas être réduite aux seuls Grand Maître et Nicolas Berthereau. Eux-mêmes en usent. Léon Bourdiez évoque les deux sacres reçus par son capitaine, M. de Villiers, de la part du secrétaire pour le remercier d’avoir accompli son devoir153 (sans plus de précision). Pareillement, M. de La Fresnaye accuse réception du lévrier qu’Anne de Montmorency a fait parvenir au duc de Bar en remerciement de l’envoi d’hommes de guerre en Italie154. M. Sarcus, capitaine d’Hesdin, dénonce un moine ayant soudoyé par des cadeaux un marchand de Paris pour que celui-ci retienne les bulles pontificales octroyées à son fils155. Cette affaire fait d’ailleurs plutôt référence à une pratique assez répandue : celle du pot-de-vin.

  • 156 VII-333.
  • 157 IX-179.
  • 158 VII-200.
  • 159 XI-50.
  • 160 IV-314.
  • 161 VV-221 : Pons Bruni à Berthereau, de Marseille, le 28 octobre 1528.

74L’expression « pot-de-vin » peut être prise dans son acception littérale. Ainsi, à la fin de l’une de ses missives sollicitant l’obtention d’un bénéfice, Mellan glisse habilement que sur la récolte de vin produite par les seigneuries du Grand Maître, six fillettes (soit six demi-bouteilles) ont été réservées au secrétaire156. Si les exemples de pots-de-vin en nature sont rares, ceux exprimés en argent se rencontrent un peu plus souvent. Etienne Gallois promet 150 écus à Nicolas Berthereau si le gentilhomme qu’il recommande obtient l’office d’archer qu’il convoite157. Franc-Conseil et Archambaud de La Rivière signalent que les consuls d’Aigues-Mortes offrent au secrétaire 15 écus soleil pour s’être occupé de leur conserver leur artillerie convoitée par des capitaines marseillais158. M. de Clermont sans fixer de somme précise promet « si quelque chose me tumbe entre les mains, dont je vous puisse faire avoir quelque bon pot de vin159 ». L’abbé d’Aniane prévient Berthereau et M. de La Mairie que les consuls de Narbonne envoient deux députés vers le roi afin d’obtenir la confirmation, pour leur cité, d’affranchissements concernant certaines tailles et autres privilèges. La ville est prête à verser 10 000 écus au Grand Maître et un bon pot-de-vin à ses deux serviteurs160. En Provence, Pons Bruni qui cherche à devenir conseiller du parlement d’Aix utilise un argument de poids afin de convaincre le secrétaire qu’il est l’homme idéal. Il lui « promez de rechief ne vous seray ingrat de vostre trevail et poyne pour lesquelles de mon petit pouvoir recognoistre, vous ay aprester une cheyne de cens ducas avecques quelques fruytz de ce pays161 ».

  • 162 Le système des intermédiaires bien introduits en cour et agissant en contrepartie d’un pot-de-vin (...)

75Il n’est pas improbable que la première catégorie ait été surestimée et qu’il faille en fait redistribuer une partie des cadeaux apparemment effectués au nom de l’amitié dans l’une des deux autres catégories, notamment lorsque l’expéditeur et le destinataire se placent dans une configuration de relation verticale, c’est-à-dire hiérarchique. Ce pourrait être le cas de M. de Villeneuve qui évoque Louise de Savoie sa « maistresse », ou de Louis Bernard qui demande au secrétaire de présenter des parfums génois. Quoi qu’il en soit, toutes ces propositions renforcent la qualité d’intermédiaire privilégié du Grand Maître et de son secrétaire pour atteindre l’objectif (ou la personne) visé162.

76Il existe une autre catégorie de pot-de-vin, qui consiste à remercier un grand personnage pour le mal qu’il se donne pour défendre des intérêts et des privilèges particuliers. L’office de gouverneur du Languedoc n’est pas très lucratif. Il ne rapporte que quelques milliers de livres par an, soit une goutte d’eau parmi les immenses revenus d’Anne de Montmorency. Le plus intéressant est ce qui se passe dans l’ombre du Grand Maître, tant dans la manière dont se déclinent les différentes pensions accordées à ses proches, que dans les profits que ceux-ci peuvent espérer retirer de l’implantation de leur maître en Languedoc.

  • 163 AD Hte-Gar., série C, reg. 2277, fo 350.
  • 164 BnF, ms. fr. 3 074-127 : M. de Clermont au Grand Maître, de Montpellier, le 10 octobre 1526.
  • 165 Pour 1527, aucune lettre ne mentionne le montant octroyé au gouverneur. Pour 1528, de Montpellier  (...)
  • 166 VI-283 : M. de Magny au Grand Maître, de Montpellier, le 21 décembre 1530.

77Aux États d’octobre 1526, M. de Clermont présente les lettres patentes datées de Dax, du 23 mars précédent, instituant Anne de Montmorency gouverneur du Languedoc. Pour célébrer cet événement, les États accordent à leur nouveau protecteur 12 000 livres163. Cette somme, exceptionnelle, est largement supérieure à ce que ses prédécesseurs avaient coutume de recevoir en pareille occasion164. Les années suivantes, 1528 et 1529, celui-ci n’est gratifié que de 3 000 livres165. Mais en 1530, il reçoit 7 000 francs166. On peut se demander si cette somme n’est pas constituée, en partie, par un cadeau en l’honneur de la naissance de son premier fils.

  • 167 BnF, ms. fr. 3074-127 : M. de Clermont au Grand Maître, de Montpellier, le 10 octobre 1526.
  • 168 VIII-285 : Christophe de Lubiano à Berthereau, de Montpellier, le 19 août 1527.

78Ce système des dons pécuniaires s’étend aux proches du Grand Maître. Dès le 10 octobre 1526, M. de Clermont assure celui-ci que s’il se marie, « ledit païs fera ung présent honneste pour les espingles, de madame vostre femme167 ». La gratification à la future épouse du gouverneur tire son origine du cadeau que l’on faisait à une femme afin qu’elle puisse s’acheter un objet de toilette. Avec les sommes qu’elle reçoit, Madeleine de Savoie a de quoi s’offrir une très belle parure. En 1527, Christophe de Lubiano, pense que les États vont « bailler IV à V mille frans pour les espingles de madame ma maistresse168 ». Finalement,

  • 169 VIII-350 : Christophe de Lubiano au Grand Maître, de Montpellier, le 26 août 1527.

« ceulx des estatz qui vous désirent à faire service ont proposé et estoient d’oppinion de bailler… IV à V mille frans. Toutesfoys, les autres ont allégué les grosses charges de ceste présente année et ont treuvé par les registres qu’ilz n’avoient donné à madame de Bourbon… la somme de III mille frans, à laquelle somme sont arrestés et ont octroyé169 ».

  • 170 XV-116 : Poncher au Grand Maître, de Pont-Saint-Esprit, le 11 novembre 1529.
  • 171 VI-58 : M. de La Mairie au Grand Maître, de Lyon, le 21 novembre 1529.
  • 172 V-113 : Hector de Sancerre au Grand Maître, de Montpellier, le 14 octobre 1526.

79Une fois le don reçu, il reste à le percevoir. C’est l’une des fonctions du général Poncher. En 1529, par exemple, il s’est « avisé de recouvrer les mandemens des III mille livres, que j’envoye en ung pacquet si dedans à M. le trésorier Groslier170 ». Son paquet transite par M. de La Mairie qui le réceptionne à Lyon, lequel demande au Grand Maître de lui renvoyer rapidement l’acquet signé s’il veut avoir son argent171. Quand il ne peut lui-même effectuer ces opérations, le général Poncher se fait remplacer par son commis Hector de Sancerre, le receveur d’Orléans. En octobre 1526, celui-ci est à Montpellier pour organiser le recouvrement du don versé au gouverneur et l’envoyer au général172. Dans le même temps, M. de La Mairie écrit lui aussi à Anne de Montmorency pour lui signaler, d’une part qu’Hector de Sancerre « vous a faict despecher tous les mandemens pour le recouvrement [du don] », d’autre part que la somme devait être à l’origine versée à la mi-novembre, mais que les représentants des États devant se rendre à Lyon pour le 24 novembre, ils viendront avec lui (M. de La Mairie) la lui porter. Toutefois, l’existence de différentes catégories amène à se poser la question de leur fonctionnement dans le cadre plus restreint de la cour.

La cour, un monde à part ?

  • 173 X-263 : M. de Ruffey au Grand Maître, de Commarin.
  • 174 IX-179 : E. Gallois à Berthereau, d’Orléans.
  • 175 VIII-208 : François de Cenème à Berthereau, de Luzarches, le 26 avril 1530.
  • 176 XII-202 : M. de Boisrigaud à Berthereau, de Lucerne, le 28 octobre 1530.
  • 177 XII-207 : M. de Bremieu à Berthereau, de Lucerne, le 23 octobre 1530.

80À partir des renseignements fournis par les 119 demandes d’offices curiaux, on peut affirmer que les règles du jeu rencontrées pour les requêtes concernant des charges exercées à l’intérieur de la cour sont différentes de celles prévalant en dehors de celle-ci. Qu’elle soit présentée par un tiers, qu’elle s’adresse au Grand Maître ou à son secrétaire, qu’il s’agisse d’une lettre de remerciement ou d’une demande, la lettre rédigée en vue d’obtenir un office curial ne contient pratiquement jamais d’expression de gratitude exprimée sous forme d’envoi ou de promesse de cadeau. Seules 5 des 119 missives font référence à un présent. Une s’adresse au Grand Maître, celle de Girard de Vienne qui envoie un couple de tiercelets après avoir reçu un billet lui annonçant qu’il a été pourvu d’un office173. Les quatre autres ont pour destinataire Nicolas Berthereau. Celle d’Etienne Gallois lui fait miroiter une somme de 150 écus si la personne recommandée obtient un office d’archer de la Garde174. Celle de François de Cenème, nouvellement incorporé dans la Maison du dauphin, l’avertit qu’un faucon est réservé au Grand Maître175. Celle de M. de Boisrigaud, demandant s’il est reconduit dans son office d’écuyer d’écurie, lui apprend qu’il lui expédie une « tablette dont on use en ce pays » pour écrire176. Enfin, celle de M. de Bremieu le prévient du cadeau que M. de Boisrigaud s’apprête à lui faire177.

81L’absence quasi généralisée de connexion entre requête et présent suscite plusieurs interrogations. En s’appuyant sur l’exemple de François de Cenème, on pourrait émettre l’hypothèse selon laquelle lorsqu’il y a demande indirecte, la requête est dissociée du présent. Ainsi, dans un premier temps, François de Montmorency, sollicité par Cenème, écrit à Berthereau afin que celui-ci appuie une demande auprès du Grand Maître. Dans un deuxième temps, ce dernier accorde l’office. Dans un troisième temps, l’intéressé remercie en offrant un cadeau. C’est possible. Cependant, cela signifierait la perte d’une soixantaine de lettres de remerciement, ce qui semble un nombre bien trop élevé pour que cette piste soit suivie.

82Deuxième hypothèse : les demandes n’aboutissant pas, il n’est pas nécessaire de faire un cadeau. On peut simplement remarquer que les correspondants connaissaient les pressions subies par le Grand Maître pour satisfaire les requêtes. Il était donc préférable pour eux d’accompagner la leur d’un cadeau, ou, à tout le moins, d’une promesse de présent.

  • 178 IX-149, VIII-192, VIII-208, VIII-301, IX-149, IX-230, X-263, XI-187 et XIV-7.
  • 179 VIII-208 et X-263.

83Troisième hypothèse : les remerciements se font oralement, dans le cadre de la cour. Cette supposition paraît plus fondée. En effet, sur les huit lettres de remerciement178, deux seulement sont accompagnées d’annonces d’expédition de présent179. On peut penser que dans les six autres cas, le nouvel officier arrive à la cour avec son cadeau, comme M. de Ruffey :

  • 180 X-263. La phrase concernant les faucons a été ajoutée dans un post-scriptum.

« je ne faudray de faire ce que vous m’escripvez et prendrey le chemin de Blays [Blois] pour trouver le roy à Blays ou en chemin… Monseigneur j’espère de vous porté une couple de terceletz voulant [volant]180. »

  • 181 VIII-208.

84Ou alors, qu’il se rend au préalable chez le Grand Maître, comme François de Cenème, seigneur de Luzarches qui écrit à celui-ci : « Vous veult bien advertir que je vous garde ung aussi bon faulcon qu’il y en aye point en France181. »

85Quatrième hypothèse : la personne qui demande une charge aulique sait que le Grand Maître attend du futur officier certaines prestations. Autrement dit, le cadeau à venir n’est pas palpable. On ne peut ni le contempler, ni le déguster. Il est constitué des services que le promu pourra rendre une fois installé dans sa charge.

  • 182 XV-152.
  • 183 Guillaume Petit à Berthereau : XIII-179, de Chantilly ; et IX-109 : Paris.
  • 184 XIV-65.
  • 185 IX-230.

86La plupart des requêtes sont construites sur l’association suivante : demande d’office-offre de service. M. de Consac espère un office chez le roi ou le dauphin, « affin que je soyes plus près de vostre personne et que puissiez congnoistre le grant envye que j’ay de leur faire service et à vous monseigneur182 ». Guillaume Petit, évêque de Senlis, recommande Pierre Formenton, sieur de Mauconseul, pour une charge dans la Maison du dauphin « et vous asseure ledit gentil homme ne moy, serons ingratz envers vostre service ». Il renouvelle sa requête cinq mois plus tard : « Je vous ay escript que où me ferez plaisir en cest affaire que ne seroys ingrat envers vous183. » Dans l’une de ses lettres à Nicolas Berthereau, Marie Barré plaide pour son frère, inquiété pour son office de maître de la garderobe : « Je suys asseuré que s’il vous plaist luy [le Grand Maître] en porter parolle, qu’il [le frère de Marie] fera beaucoup pour vous184. » Marie de Quoquelet se plaint que son mari n’ait pas reçu sa pension. Elle assure le secrétaire que « je vouldroys qu’il fut en ma puissance de vous faire quelque bon service, qui seroit de bon cueur185 ». M. de Saint-Julien espère être pourvu d’un office d’écuyer d’écurie du roi. Si sa requête est agréée, il assure le Grand Maître que

  • 186 X-225.

« vous m’obligerez de plus en plus à vous demourer bon serviteur que je suis, vous priant au demourant, monseigneur, voulloir estre asseuré que si en quelque chose vous puis faire service en me commandant, ne me trouverez autre que bon serviteur186 ».

  • 187 X-111.
  • 188 VIII-184.
  • 189 X-49.

87M. de Belleville demande s’il est reconduit dans son office de chambellan. Il espère avoir une réponse positive : « Qu’il vous plaise ainsi le faire, pour m’obliger de plus en plus mectre peyne d’exécuter la bonne voullenté que j’ay de vous faire service, si j’ay tant d’heur d’en avoir la puissance187. » Marie d’Athies, dame de Montmort supplie le Grand Maître : « Sy vous plaist nous fère pour l[u] y sette requeste que de rechef vous recommande, sans houblier vostre nouriture et de moy ne vous puis fère autre service que de prier188. » Bochart, supplie lui aussi le Grand Maître « qu’il vous plaise me faire ce bien et honneur et espère que se le faicte, mectrè peine que n’aurés [à] regrecter de m’y avoir mys189 ». Mme de Maillé remercie Anne de Montmorency du

  • 190 VIII-301.

« bien et honneur qu’il vous a pleu faire à mon filz de l’avoir mis en l’office de panetier cheux la rayne, dont à jamais luy et moy en sommes tenus à vous et si c’est vostre plaisir, le tiendrés tousjours du nombre de voz serviteurs, car je désire qu’il vous face service en toutes les sortes qu’il luy sera possible190 ».

88René de Menon, sieur du Boussay, veut placer son fils chez le dauphin. Si sa requête est agrée,

  • 191 IX-91.

« povez estre asseuré que sur la personne, povoir et biens avez le commandé et que serez d’aussi bon cueur obéy en ce qu’il vous plaira que je me voys humblement recommandé à la toute vostre bonne grace en laquelle vous prye que face perpétuellement demeuré191 ».

  • 192 Leiner W., Der Widmungsbrief in der französischen Litteratur (1580-1715), Heidelberg, 1965, p. 90 (...)

89On pourrait multiplier les citations et renforcer davantage encore la conviction qui se dégage des exemples présentés. Ce qui compte c’est la mise à disposition des biens et des personnes. Comme pour les épîtres et les dédicaces192, il faut se méfier des figures de rhétorique, des effets de style et d’annonce. Cependant, la sincérité des requêtes est probablement moins feinte qu’elle n’y paraît de prime abord. D’une part, les rôles des officiers sont établis tous les ans par le Grand Maître et les clercs d’offices. Dans l’absolu, cela signifie que tout officier n’ayant pas rempli correctement les devoirs de sa charge peut être remplacé. Dans le cas présent, il s’agit de rendre service au prince en l’assistant dans les actes de sa vie quotidienne. Il s’agit également de rendre service au Grand Maître en le renseignant sur les faits et gestes du prince. Un exemple tardif peut contribuer à rendre compte du rôle de ces serviteurs placés dans l’entourage des princes. Lorsque le dauphin François décède en 1536, François de Cenème fait partie des gentilshommes qui assistent à l’autopsie de son corps. Il est « l’œil » du Grand Maître. D’autre part, on remarque que 29 demandes (soit un tiers du corpus) sont exprimées au nom d’un membre de la famille de l’officier : 7 pour un fils, 4 pour un frère, 3 pour un neveu, un mari ou un gendre, 2 pour un père ou un cousin, 1 pour une femme, un des enfants, une belle-sœur, un allié ou un parent. On peut considérer que les quémandeurs n’agissent que par opportunisme familial dans l’espoir de caser l’un des leurs dans les Maisons princières. On peut également penser qu’ils écrivent parce qu’ils savent que le Grand Maître est content des services rendus et comme « bon sang ne saurait mentir », les qualités dont ils ont fait preuve sont aussi présentes chez les membres de leur lignage. En somme, lorsque les enfants succèdent aux pères, on en arrive à la création de réseaux lignagers s’inscrivant dans le temps. Ceci s’apparente au don de soi. Ainsi métamorphosé en une chose immatérielle, le cadeau gagne en durée ce qu’il perd en consistance. Ce qui n’exclut nullement les calculs.

*

90Le cadeau et le présent sont des éléments fondamentaux des relations sociales dans une société de contact dans laquelle les liens d’homme à homme sont encore fortement ancrés dans les mentalités. Toutefois, le monde de la cour semble fonctionner selon des règles en partie hors normes. Le cadeau et le présent participent aux rites des relations amicales ou expriment une reconnaissance après un bienfait. Ils sont aussi fondés sur un élément moins tangible : le don de soi. Il ne s’agit pas d’une nouveauté, mais bien de la transformation d’un phénomène issu des siècles antérieurs et adapté aux nouvelles règles de fonctionnement de l’État royal. La croissance de l’appareil d’État génère celles des demandes présentées pour l’intégrer. Toutes deux permettent au Grand Maître et à son secrétaire de sélectionner celles qui leur semblent correspondre le plus à leurs besoins du moment. Cependant, sollicitation et présent dépendent de l’objet de la demande. Lorsque celui-ci est relatif à un office à la cour, il semble bien que le solliciteur n’adresse pas de cadeau au Grand Maître ou à son secrétaire, mais qu’il entre dans un processus d’obligation physique par lequel il s’engage à payer de sa personne. Cette implication n’est que le reflet de ce qui sous-tend toute relation réticulaire, laquelle s’inscrit dans un intervalle inclus entre l’âpreté, qui met en concurrence plusieurs individus pour un même poste, et la solidarité dont font preuve les membres du réseau.

Notes

1 Le roi l’a désigné en 1522 pour lutter contre les brigands opérant dans le Maine et de l’Anjou. Decrue F., op. cit., p. 33-34.

2 Le cas de la Bretagne a été abordé dans Le Page D., op. cit., p. 164-166.

3 X-301.

4 Sur les devoirs de pourvoir à l’approvisionnement à peu près régulier de leur province, voir Harding R., op. cit., p. 15 et 28-29.

5 CAF, t. I-2868, de Saint-Germain, le 11 février 1528.

6 VIII-132, de Marseille. En 1529, une autre lettre de Lubiano (XIII-227) annonce un nouveau voyage de Sicole pour régler une autre affaire concernant Marseille.

7 De Marseille, le 24 août 1528 : VIII-133 et VI-211.

8 VIII-133.

9 VI-211.

10 CAF, t. I-3268. De Saint-Germain.

11 VII-34 : les généraux de la justice des Aides au Grand Maître, de Montpellier.

12 XI-232 : les consuls de Montpellier, Nîmes et Béziers au Grand Maître, de Béziers, le 6 décembre 1527.

13 IX-324 : les consuls de Narbonne au Grand Maître, de Narbonne.

14 VIII-171 : l’abbé d’Aniane au Grand Maître, de Narbonne.

15 VIII-276 : Jacques Minut au Grand Maître, de Grenade, le 6 août 1529.

16 XI-233, IX-324, et VIII-149.

17 X-61 (parlement) ; VII-34 et XI-230 (cour des Aides) ; VII-338 (États) ; XIII-98 (officiers de Beaucaire).

18 XIV-101 : Leblanc au Grand Maître, de Montpellier, le 26 juin 1526. Leblanc est le syndic des États particuliers de la sénéchaussée de Beaucaire.

19 XIII-98 : les officiers de Beaucaire au Grand Maître, de Nîmes, le 25 août 1528.

20 AD Hte-Gar., série C, reg. 2277, fo 347.

21 Decrue F., op. cit., p. 74.

22 BnF, ms. fr. 3073-21 : M. de Clermont au Grand Maître, de Narbonne, le 24 mai 1528. Enregistrement par le Parlement de Toulouse dans AD Hte-Gar., série B, reg. 21, fo 59.

23 BnF, ms. fr. 30784-149 : M. de Clermont au Grand Maître, d’Aigues-Mortes, le 6 novembre (1532).

24 Ibid., 3064-119 : M. de Clermont au Grand Maître, de Pézenas, le 26 avril 1528.

25 AD Hte-Gar., série B, reg. 23, fo 97.

26 VIII-116 : Pierre Darnoye à Berthereau, de Béziers, le 3 mai 1531.

27 IX-217 : M. de La Chesnaye au Grand Maître, de Lyon, le 24 septembre (1531).

28 Le diocèse de Narbonne ne voit son évêque qu’en 1574. Tiévant C., op. cit., p. 151.

29 VIII-231 : Jean Testu au Grand Maître, de Montpellier, le 19 juillet 1530.

30 III-190 et XIV-115 (lettres identiques) : M. de Barran au Grand Maître, de Toulouse, le 4 mai 1529 ; et V-92 : de Montesquieu, le 14 mai 1529.

31 III-190 et XIV-115.

32 Gallia, t. XIII. Maffre est le 46e abbé, de 1529 à 1548.

33 V-92.

34 III-90 et XIV-115.

35 Ce qui est peut-être vrai en 1528, ne l’est plus en 1544, lorsque l’un de ses fils, Jacques, devient évêque de Saint-Pons, diocèse situé dans la province de Narbonne et abbé de Saint-Florent-en-Vinoit. BnF, ms. fr. 20240, fo 34 : généalogie des seigneurs de Castelnau et de Clermont.

36 Ibid., ms. fr. 3064-41 : M. de Clermont au Grand Maître, de Narbonne, le 4 février 1528.

37 Se reporter au chapitre sur 1530.

38 Decrue F., op. cit., p. 168.

39 En fait 59, mais deux, écrites aux deux hommes « à Bayonne » (donc en 1530), ne sont pas datées. Ce chiffre comprend les 10 demandes formulées par la reine de Navarre pour l’année 1530.

40 BnF, Clair. 835, et ms. fr. 21449.

41 XV-147 : M. de Boisrigaud au Grand Maître.

42 XIV-47 : M. de Boisrigaud au Grand Maître.

43 IX-114 : M. de Boisrigaud à Berthereau.

44 XII-202 et XI-169 : M. de Boisrigaud à Berthereau.

45 XIII-122.

46 BnF, ms. fr. 21449. Du Croc accompagnait l’expédition de Lautrec.

47 III-254 : Hélène de Hangest au Grand Maître, de Saint-Loup.

48 En ancien style, l’année 1527 commence le 21 avril, l’année 1528 débute le 12 avril, l’année 1529 part du 28 mars et le premier jour de l’année 1530 est le 17 avril.

49 BnF, ms. fr. 21449, fo 193.

50 VIII-228. René, vicomte d’Etoges, apparaît bien sur la liste des officiers de la Régente à partir de 1517, mais en qualité de valet tranchant. BnF, Clair. 835, fo 1935-1959 « Officiers domestiques de Louise de Savoie entre 1496 et 1518 ».

51 IX-11 : le jardinier de Blois au Grand Maître, de Blois, le 12 août 1526.

52 V-55 : Jean de La Fosse à Berthereau, de Blois.

53 XIV-166 : M. de Sourdis à Berthereau, de Saint-Germain.

54 AD C-d’Or, Fonds Blancheton, côte provisoire 6-58. Acte du 25 juin 1537. Clomot est situé à 10 km à l’ouest de Châteauneuf.

55 Les quatre demandes (VII-333, VII-313, VI-152 et VII-185) sont précédées d’une lettre dans laquelle Mellan se réjouit de la nomination du protonotaire de Danaille comme abbé de Flavigny (XIII-182, de Dijon, le 4 février 1529). Chanceaux est à 40 km au nord de Dijon et à 15 km à l’est de Flavigny.

56 M. de Bazillac au Grand Maître, de Narbonne : IX-279, VI-134, VIII-218, VIII-106 et IX-286 ; de Toulouse : IX-276. À Berthereau, de Narbonne : XV-41 et XII-45.

57 VIII-106, IX-286, XV-41 et XII-45.

58 CAF, t. II-4175, de Fontainebleau, le 24 juillet 1531.

59 Pour sa part, Arnaud de Barran envoie 4 lettres au Grand Maître. Toutes sont des demandes d’offices et de bénéfices situés en Languedoc. XIV-115 et III-190, de Toulouse (lettres identiques), V-92, de Montesquieu et XII-199, de Limoges.

60 V-14, de Saint-Géniès.

61 III-147, de La Voulte. L’autre office a été donné à Pierre Darnoye (cf. supra).

62 XIV-244, Saint-Géniès.

63 XIV-28, de Narbonne.

64 XI-145, Le Canet.

65 BnF, ms. fr. 3042-77. Jourda P., Répertoire, op. cit., lettre 447, p. 98.

66 Ibid., 3026-83 et ibid., lettre 448, p. 99.

67 Ibid., 3025-157 et ibid., lettre 452, p. 100.

68 Ibid., 3025-153 et ibid., lettre 453, p. 100.

69 Ibid. 3026-38 et ibid., lettre 461, p. 102.

70 Ibid., 3024-161 et ibid., lettre 469, p. 103.

71 Ibid., 3638-17 et ibid., lettre 471, p. 103.

72 Ibid., 3026-32 et 3025-141. Ibid., lettres 478 et 483, p. 105-106.

73 Ibid., 3025-109 et ibid., lettre 488, p. 107.

74 Jourda P., art. cit., p. 35.

75 CAF, t. II-4608.

76 Hamon P., Messieurs des finances, op. cit., p. 353.

77 XIV-166, ainsi que II-275, IV-1, VIII-278, IX-179 et 218, XI-178, XII-76, XIV-75 et 322 et XV-63.

78 XII-64.

79 BnF, Clair. 835, fo 2395.

80 Idem, fo 2077-2160 : « Officiers domestiques de François Ier ».

81 BnF, ms. fr. 21449, fo 191.

82 VIII-192. Confirmée par BnF, ms. fr. 21449.

83 BnF, ms. fr. 21449, fo 185 vo (Hector) et 191 (pour Louis).

84 VIII-162 et XI-119.

85 BnF, ms. fr. 21449, fo 188 vo.

86 BnF, Clair. 835, fo 2370.

87 Ibid., fo 2325.

88 BnF, ms. fr. 21449, fo 182 vo.

89 BnF, Clair. 835, fo 2303.

90 BnF, ms. fr. 21449, fo 2080.

91 Ibid., fo 184.

92 Roland ne vise qu’une place de panetier de bouche (XIV-311). C’est son oncle qui précise « chef de la paneterie de bouche » (XV-356).

93 BnF, ms. fr. 21449, fo 186. En 1534, Antoine Gauthier, neveu de Louis Burgensis, entre dans le corps des valets de chambre du dauphin, où il rejoint François de Cenème. Clair. 835, fo 2392.

94 BnF, Clair. 835, fo 2239.

95 III-32 : M. de La Vacherie au Grand Maître, d’Orléans, le 9 décembre 1530.

96 XI-43 : M. d’Avrille à Berthereau, de Vitré. Requête à mettre en parallèle avec la mésaventure du sire de Gouberville. Foisil M., op. cit., p. 157-161.

97 Par exemple, XV-303 : Claude Vachot à Nicolas Berthereau, de Paris.

98 CAF, t. I-1242 et t.  II-23930 et 23933.

99 Ibid., t. II-4343, 5243, 5395, 5477, 6068, 6227, 6753, 6755, 7086, 7294 et t. VI-I7325.

100 BnF, Clair. 250, fo 1077.

101 CAF, t. II-3664, 3924, 4551, 4863, 4864, 5207 et 5284. Pour les pensions : t. II-4861, 4862, 5957, 5959, 5960, 5961, 6307, 6308 et 6309.

102 V-53, VII-144, VII-306, XIII-210, XIII-217, XIII-244, XIII-251 et XIV-89.

103 CAF, t. I-3518 (Paris, le 26 octobre 1529), 3563 (Fontainebleau, le 14 décembre 1529), 3617 (Dijon, le 7 février 1530) et 3737 (Bordeaux, le 25 juillet 1530).

104 Les exemples donnés par Philippe Hamon concernent C. de Gramont, M. de Saint-Bonnet, G. Tavelli, M. de Morette, et J. Brinon. Tous sont soit des parents, soit des protégés du Grand Maître. Hamon P., op. cit., p. 224-225.

105 CAF, t. I-2994 (de Paris, le 1er juillet 1528), 3048 (de Fontainebleau, le 4 juillet 1528) et 3058 (de Fontainebleau, le 9 juillet 1528).

106 Ibid., t. I-3111, de Noyon, le 26 juin 1529.

107 XII-48 : Marie d’Acigné au Grand Maître, [s. l.], [1528].

108 CAF, t. IX, liste des officiers royaux, parlement de Paris. Imbert de Saveuse résigne le 12 août 1528.

109 Idem, t. VI-19598, de Fontainebleau.

110 IX-317 : John Sandys au Grand Maître, de Paris, [1527].

111 CAF, t. I-2867, de Saint-Germain, le 13 février 1528.

112 III-124 : John Sandys au Grand Maître, de Paris, le 29 décembre 1527.

113 CAF, t. IX, p. 78 et 80.

114 XIV-104 : M. de Boisrigaud au Grand Maître, de Lucerne, le 4 novembre 1527.

115 XV-68 : Morelet et Boisrigaud au Grand Maître, de Berne, le 1er juillet 1528.

116 CAF, t. I-2478. Enregistrement par la chambre des comptes de Paris : AN, P 2304, p. 1493. Dans le CAF, ce don est placé à la fin de l’année 1526. Or M. de Boisrigaud, qui se qualifie d’écuyer d’écurie dans sa requête, ne demande cet office qu’en juin 1528 (XIII-122 : M. de Boisrigaud au Grand Maître, de Berne, le 28 juin 1528).

117 Ibid., I-3701, d’Angoulême, en mai 1530.

118 Knecht R., op. cit., p. 215 et 266.

119 Il est aussi l’un des seigneurs indemnisés lors des confiscations opérées au bénéfice de l’empereur aux Pays-Bas. Decrue F., op. cit., p. 145.

120 M. de Boisrigaud au Grand Maître : XV-47, de Lucerne, le 15 juillet 1530 ; XI-169, de Soleure, le 2 décembre 1530 ; IX-149 : de Soleure, le 5 janvier 1531.

121 CAF, t. I-2904, à Saint-Germain, le 10 mars 1528.

122 Ibid., t. I-2994, à Paris, le 30 mai 1528.

123 Ibid., t. VI-19567, à Paris, le 1er juillet 1528.

124 Ibid., t. VI-19735, à Paris, le 3 février 1529.

125 Ibid., t. II-4175, à Fontainebleau, le 24 juillet 1531.

126 Ibid., t. II-4181, à Fontainebleau, le 31 juillet 1531.

127 Ibid., t. II-4095, à Chantilly, le 15 juin 1531, confirmé par t. II-4116, à Paris, le 26 juin 1531. Son nom avait été avancé pour devenir capitaine de Fère-en-Tardenois lors de la prise de possession de cette terre par le Grand Maître, en 1527.

128 Ibid., t. VII-27508, [s. l. ], [1530].

129 Ibid., t. VII-28045 (M. de Saint-Bonnet), 27605 (M. des Arpentis), 27606 (M. de Poisieux), t. VIII-27732 (M. de Clermont) et t. VII-28200 (M. de Fourmillon).

130 Ibid., t. II-5944, à Lyon, le 19 juin 1533.

131 Ibid., t. I-2868, à Saint-Germain, le 11 février 1528, et t. I-2907, à Saint-Germain, le 15 mars 1528.

132 V-100 : Loys Hémard au Grand Maître, de Lyon, le 9 février 1528.

133 Définition du Petit Robert. Notions traitées pour le Bourbonnais médiéval sous l’angle des avantages reçus de la part du prince dans l’exercice d’une fonction dans Mattéoni O., op. cit., p. 380-388.

134 XIV-249, de Paris le 23 septembre 1530.

135 XV-363, de Paris, le 6 décembre 1530. Citée par Bedos Rezak B., op. cit., p. 80. Il s’agit probablement d’un ocelot, ramené d’une mission à Anvers (XIV-249).

136 VII-320, à Berthereau, de Chantilly, le 13 août 1530. « Il y a des faulcons et des cinges que le sieur Christofle [de Lubiano] luy a envoyez. Il y en a ung pour vous et deux pour maistre Cosme de Montmelle. Jé le tout fait mectre à Vineul [Vineuil Saint Firmin] pour ce que monseigneur neust pas voullu quilz eussent esté céans. »

137 Zemon Davis N., Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, 2003, chapitre trois.

138 XIII-164 : M. de Châteaumorand au Grand Maître, de Châteaumorand.

139 VII-98 : Oudart du Biez au Grand Maître et XIII-181, à Berthereau.

140 Pour les poires et les bergamottes : XV-263 (voir Charton-Le Clech S., op. cit., p. 42). Pour les melons : VI-280 et XV-289.

141 X-14 : Henri Bohier au Grand Maître, de Fère, le 6 juillet 1527.

142 XI-239 : Oudart Hennequin au Grand Maître, de Troyes.

143 À Berthereau : VI-188, M. d’Espinolles et Antoine Hellin, XIV-61 et XIV-263.

144 II-288 : Louis Bernard à Berthereau, de Lyon, le 26 décembre 1536.

145 VI-248 : Mellin de Saint-Gelays à Berthereau, de Paris.

146 VIII-36 : G. Le Roy, sieur du Chillou au Grand Maître, d’Honfleur, le 28 octobre.

147 VII-98 : Oudart du Biez au Grand Maître, de Rue.

148 Comme le fait remarquer Natalie Zemon Davis, le terme « cadeau » utilisé pour désigner un présent n’était pas en usage au XVIe siècle. Zemon Davis N., op. cit., Paris, 2003, p. 25.

149 X-264 : Charlotte Collet au Grand Maître, d’Amboise, le 18 octobre 1526.

150 XI-127 : M. de Maillolles à Berthereau, de Roncey.

151 X-313 : Marie de Quatrelivres au Grand Maître, de Paris.

152 Mousnier R., La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Pairs, 1956, p. 106.

153 IX-62 : L. Bourdiez à Berthereau, [s. l. n. d.].

154 XIV-196 : M. de La Fresnaye au Grand Maître, de Bar, [s. d.] [1528].

155 IX-47 : Jean de Sarcus au Grand Maître, d’Hesdin.

156 VII-333.

157 IX-179.

158 VII-200.

159 XI-50.

160 IV-314.

161 VV-221 : Pons Bruni à Berthereau, de Marseille, le 28 octobre 1528.

162 Le système des intermédiaires bien introduits en cour et agissant en contrepartie d’un pot-de-vin se rencontre aussi à la cour de Bourgogne au XVe siècle. Derville A., « Pots-de-vin, cadeaux, racket, patronage. Essai sur les mécanismes de décision dans l’État bourguignon », Revue du Nord, no 56, 1974, p. 341-364.

163 AD Hte-Gar., série C, reg. 2277, fo 350.

164 BnF, ms. fr. 3 074-127 : M. de Clermont au Grand Maître, de Montpellier, le 10 octobre 1526.

165 Pour 1527, aucune lettre ne mentionne le montant octroyé au gouverneur. Pour 1528, de Montpellier : VIII-163, XIII-36, X-267 et XIII-22. Pour 1529, de Pont-Saint-Esprit : XV-116, VI-52, VI-250 et XV-326.

166 VI-283 : M. de Magny au Grand Maître, de Montpellier, le 21 décembre 1530.

167 BnF, ms. fr. 3074-127 : M. de Clermont au Grand Maître, de Montpellier, le 10 octobre 1526.

168 VIII-285 : Christophe de Lubiano à Berthereau, de Montpellier, le 19 août 1527.

169 VIII-350 : Christophe de Lubiano au Grand Maître, de Montpellier, le 26 août 1527.

170 XV-116 : Poncher au Grand Maître, de Pont-Saint-Esprit, le 11 novembre 1529.

171 VI-58 : M. de La Mairie au Grand Maître, de Lyon, le 21 novembre 1529.

172 V-113 : Hector de Sancerre au Grand Maître, de Montpellier, le 14 octobre 1526.

173 X-263 : M. de Ruffey au Grand Maître, de Commarin.

174 IX-179 : E. Gallois à Berthereau, d’Orléans.

175 VIII-208 : François de Cenème à Berthereau, de Luzarches, le 26 avril 1530.

176 XII-202 : M. de Boisrigaud à Berthereau, de Lucerne, le 28 octobre 1530.

177 XII-207 : M. de Bremieu à Berthereau, de Lucerne, le 23 octobre 1530.

178 IX-149, VIII-192, VIII-208, VIII-301, IX-149, IX-230, X-263, XI-187 et XIV-7.

179 VIII-208 et X-263.

180 X-263. La phrase concernant les faucons a été ajoutée dans un post-scriptum.

181 VIII-208.

182 XV-152.

183 Guillaume Petit à Berthereau : XIII-179, de Chantilly ; et IX-109 : Paris.

184 XIV-65.

185 IX-230.

186 X-225.

187 X-111.

188 VIII-184.

189 X-49.

190 VIII-301.

191 IX-91.

192 Leiner W., Der Widmungsbrief in der französischen Litteratur (1580-1715), Heidelberg, 1965, p. 90 et suiv.

Table des illustrations

Légende Tableau 22 : Les lettres émanant des conseils de villes du royaume.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Légende Graphique 11 – Répartition des demandes entre le Grand Maître et son secrétaire entre novembre 1529 et décembre 1530.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Graphique 12 – Répartition mensuelle des demandes d’offices adressées au Grand Maître et à son secrétaire entre 1526 et 1530.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540