Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Troisième partie. Pouvoirs et réseaux

Chapitre VII. La pyramide réticulaire

Texte intégral

1Présenter une analyse réticulaire à partir des lettres de la série « L » suppose de croiser deux types de données différentes. D’une part les grands thèmes qui ressortent des missives : affaires domestiques, relations internationales, finances et cour ; d’autre part, la répartition des épistoliers à l’intérieur de différents groupes fondés sur les fonctions qu’ils occupent. À l’arrivée, ce sont onze réseaux qui apparaissent dont la porosité peut s’avérer très grande. On constate alors que la durée de vie d’un réseau est variable, qu’il existe différentes catégories de réseaux et que leur base est duale.

Le fonctionnement des réseaux sociaux au XVIe siècle

2En 1530, le Grand Maître et son secrétaire s’éloignent de la cour pendant cinq mois, tout en étant le centre de toutes les attentions, et de toutes les médisances. Cet état de fait oblige les cent soixante-quatorze personnes qui écrivent au premier et les cent six qui s’adressent au second à charger leurs lettres de renseignements sur leur(s) fonction(s), leur(s) mission(s), leurs rapports avec d’autres personnages. Autrement dit, elles sont le reflet des réseaux à l’intérieur desquels elles évoluent. Pour le Grand Maître, la répartition des correspondants à l’intérieur de cinq réseaux est inégale, puisque quatre-vingt-deux sont intégrés à un réseau curial, quarante-huit à un réseau domestique, trente et un à un réseau lié à la politique internationale, vingt-neuf à celui de la diplomatie et vingt-quatre à un réseau financier. Berthereau reçoit des lettres que l’on peut répartir dans six réseaux. Quarante-quatre pour le réseau curial, trente-neuf pour celui des serviteurs du Grand Maître, trente-deux pour celui des finances, dix pour le réseau domestique, sept pour celui de la diplomatie et six pour celui des parents du Grand Maître. Pour les deux hommes, trois grandes variables peuvent être identifiées : la place de l’acteur dans les réseaux, la taille de ceux-ci et leur durée.

Les différents types d’appartenance à un réseau

3Les rédacteurs des lettres et la teneur de celles-ci déterminent la place que le Grand Maître occupe au sein de chaque réseau. On s’aperçoit qu’il existe des réseaux auxquels il est intégré, d’autres qu’il contrôle et d’autres qu’il domine.

L’intégration

  • 1 François Ier, Charles Quint, Henry VIII, Jean III du Portugal, Ferdinand d’Autriche et le pape Clé (...)
  • 2 Le connétable de Castille, Pedro de Velasco, le chancelier Duprat, le duc de Vendôme, le duc de No (...)
  • 3 Henry VIII craint un rapprochement du roi de France et de la papauté, et les relations cordiales e (...)
  • 4 C’est le cas des lettres de Clément VII (BnF, ms. fr. 2997-22), Marguerite d’Autriche (fr. 3032-17 (...)

4Par intégration, il faut comprendre le fait d’appartenir à un réseau sans posséder la capacité à le diriger. Cela semble bien être le cas du réseau politique international. On y retrouve trente et un personnages, parmi lesquels des monarques1, des régentes telles Louise de Savoie et Marguerite d’Autriche, des sœurs de souverains telles Marguerite de Navarre et la reine Eléonore, des roitelets comme Henri d’Albret, le marquis de Saluces, Alphonse et Hercule d’Este, des personnages importants2. Le Grand Maître n’est pas à la tête de ce réseau. Il y est seulement intégré à cause de ce qui survient en 1530, qui le place, très provisoirement, en position centrale dans le règlement du conflit franco-espagnol, dont l’issue intéresse aussi bien l’Italie, que l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Empire. Mais ce réseau est plus éphémère, plus circonstanciel que les autres, car intimement lié à la conjoncture. Après juillet 1530, il disparaît rapidement. Même si des causes politiques et diplomatiques jouent3, la raison fondamentale du rapide étiolement des lettres émanant de ce réseau demeure la libération des fils du roi. Car les missives que reçoit le Grand Maître sont surtout des lettres d’encouragement à poursuivre sa mission, et des billets de félicitations pour être parvenu au terme de celle-ci4. Après l’été 1530, les lettres en provenance de l’étranger ont tendance à se tarir, et seules demeurent les lettres rédigées par François Ier, sa mère et sa sœur.

5Le réseau des dirigeants continentaux confère au Grand Maître une stature européenne. Pour autant, à cette date, il ne peut pas se prévaloir de pouvoir influencer de manière vitale sur son existence. Autrement dit, il n’exerce sur lui aucun contrôle, ce qui le différencie de trois réseaux : celui de la cour, celui des finances et celui de la diplomatie.

Le contrôle

  • 5 La liste est établie à partir des noms figurant sur les registres des officiers curiaux conservés (...)
  • 6 Montchenu, de Bonnes, de La Hargerie, Passano, Saint-Bonnet. BnF, ms. fr. 21449. Années 1529 et 15 (...)
  • 7 Brissac, de La Pommeraie. Ibid.
  • 8 Chabot, Barbézieux, de La Barre, François de Montmorency, Boisy, Raffin, de Warty, Du prat. Ibid.
  • 9 Périgort, Babou, Macault, Isernay, Bombelle. Ibid.
  • 10 Neufville, Bayard, Dorne, Colin. Ibid.
  • 11 Pour Louise de Savoie : Georges de Vercles, Mme de Montreuil, Louis Braillon. Pour Marguerite de N (...)
  • 12 Solnon J.-F., op. cit., p. 16.
  • 13 Ibid., p. 39 et 44.

6Il existe au moins deux manières de définir le réseau curial. Au sens large, il inclut toutes les personnes qui fréquentent la cour de France à la fin des années 1520. Dans ce cas de figure, 90 % des épistoliers rentrent dans la catégorie. Cependant, en ne retenant que les officiers curiaux, un corpus de quatre-vingt-deux personnages se dégage de la masse des correspondants5. En son sein, les situations sont très diverses, puisqu’aux côtés du roi, des membres de sa famille, de grands aristocrates, tels des membres du lignage Bourbon, on peut décliner la plupart des fonctions curiales : aumôniers, grand écuyer, maîtres d’hôtel6, panetiers7, échansons (M. de Boursault), gentilshommes de la chambre8, valets de chambre9, secrétaires de la chambre10, maréchal des logis (Charles de Magny), jusqu’au médecin du roi, Louis Burgensis. À ces officiers du roi, s’ajoutent ceux de sa mère, de sa sœur et de ses enfants11. Beaucoup de personnes fréquentent ce « fourretout social12 » qu’est la cour de France au début du XVIe siècle. Peu y restent en permanence, mais la plupart vont et viennent, au gré des services par quartier et des besoins. Toutes ne sont pas liées au Grand Maître. Cependant, il faut bien constater qu’il commence à bien contrôler la chambre du roi et le service de bouche, deux des institutions touchant le roi de près13, et ce dès avant 1531.

  • 14 Ibid., p. 38.

7Le Grand Maître ne commande pas ce réseau, ayant au-dessus de lui le roi et les représentants des grands lignages aristocratiques. Mais sa fonction curiale lui donne un droit de regard sur tous les officiers domestiques du roi et de sa famille qui fréquentent la cour14. Il assume donc une domination partagée avec d’autres, tout en assurant une recherche d’équilibre entre les entités rivales qui se partagent les pouvoirs à la cour, sous la haute bienveillance du monarque. Parmi ses attributions, figure le contrôle du paiement des gages des officiers auliques, ce qui l’amène à entrer en contact avec les milieux financiers.

  • 15 Michaud H., op. cit., p. 119.
  • 16 Cloulas I., op. cit., p. 147 et Decrue F., op. cit., p. 148.
  • 17 Hamon P., op. cit., p. 297.
  • 18 Gascon R., op. cit., p. 369, et Hamon P., op. cit., p. 144.
  • 19 Decrue F., op. cit, p. 144.

8Ce groupe est composé de vingt-quatre représentants du monde financier. Durant le premier semestre de l’année 1530, le gratin des finances royales rédige missive sur missive à l’intention du Grand Maître. Cependant, celui-ci n’exerce qu’un contrôle limité sur ce réseau. Quantitativement d’abord : un tiers se situe dans la mouvance d’Anne de Montmorency. Grolier et Villandry surveillent ses intérêts à la cour, quant à Ruzé, ses démêlés politico-financiers ont déjà été aperçus. Karuel est un homme d’armes de sa compagnie. Lésigny, de Mazy, Poncher et Testu appartiennent à l’appareil financier royal du Languedoc. Limité aussi, et surtout, qualitativement puisqu’on relève la présence du chancelier Duprat sur lequel le Grand Maître n’a pas beaucoup de prise. Une remarque similaire peut être faite pour l’archevêque de Bourges, François de Tournon. De plus, Gontier est lié à l’amiral Chabot, Sancho de Yesso au roi de Navarre, Babou est un vieux serviteur de Louise de Savoie15, Clausse assure la liaison entre son maître, le duc d’Orléans, et Anne de Montmorency16, Preudhomme et d’Apestéguy n’ont pas d’accointances particulières avec le Grand Maître, Meigret et Bohier représentent des familles de financiers en perte de vitesse17 sur lesquelles on ne peut s’appuyer durablement. Spina, issu d’une famille de marchands-banquiers florentins établis à Lyon18, a été sollicité pour prêter de l’argent au roi19, mais ne fait pas partie des bailleurs de fonds habituels du Grand Maître qui emprunte ordinairement sur la place de Paris. On retrouve un nombre semblable de limitations pour le réseau diplomatique.

  • 20 De novembre 1529 à août 1531. CAF, t. IX, p. 37.
  • 21 Résident en Angleterre de janvier 1530 à janvier 1531. Ibid., p. 17.
  • 22 Entre août 1529 et juin 1530. Ibid., p. 50.
  • 23 D’octobre 1530 à janvier 1531. Ibid.
  • 24 De novembre 1529 à octobre 1533. Ibid., p. 79.
  • 25 Présent de mars 1529 à octobre 1535. Ibid., p. 78. M. de Boisrigaud avait déjà été ambassadeur rés (...)
  • 26 De juin 1529 à mars 1534. Ibid., p. 67.
  • 27 De janvier 1529 à novembre 1530. Ibid., p. 56.
  • 28 De décembre 1529 à juillet 1530. Ibid., p. 48. M. de La Tour épouse par procuration la reine Eléon (...)
  • 29 Le premier en février et le second au printemps 1530 pour régler les détails des clauses du traité (...)

9Avec trente et un représentants, le réseau des diplomates offre, à lui seul, un concentré de l’activité déployée par le Grand Maître pendant l’année 1530, tout en montrant les limites de son action. Au premier rang des ambassadeurs figurent les envoyés du roi de France auprès des puissances et des princes étrangers. Parmi les résidents figurent Charles Du Solier, seigneur de Morette, qui suit l’empereur20, Joachim de Passano, seigneur des Vaux,21, Gilles de La Pommeraye, installé auprès de Marguerite d’Autriche22, auquel succède Gilbert Bayard23, Lambert Meigret, résident en Suisse24, conjointement avec M. de Boisrigaud25, Lazare de Baïf, en poste à Venise26, Gabriel de Gramont, évêque de Tarbes, présent à Rome27, où il côtoie Nicolas Raincé, le secrétaire de la légation française dans la Ville Éternelle. Dans les ambassadeurs extraordinaires se rangent Babou de La Bourdaisière et François de La Tour, vicomte de Turenne, envoyés en Espagne28, Antoine Hellin et Féau, sieur d’Isernay, expédiés aux Pays-Bas29.

  • 30 D’avril 1530 à mars 1532. CAF, t. IX, p. 84.
  • 31 Ibid., p. 110.
  • 32 Decrue F., op. cit., p. 128 et 183. Henry VIII possède un ambassadeur auprès de François Ier, en l (...)

10Le réseau diplomatique est aussi composé des ambassadeurs étrangers fréquentant la cour de France. La plupart sont des agents des Habsbourg. L’empereur désigne comme résident le clerc François Bonvalot30, et envoie, parallèlement, d’abord M. Du Praët (janvier 1530), puis M. de Noircarmes (juillet 1530) pour traiter spécifiquement des problèmes soulevés par la délivrance des princes, puis par l’accueil de la reine31. De son côté, Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas, demande à ses conseillers Guillaume des Barres et Philippe de Lalaing, seigneur d’Hoogstraeten, d’entretenir une correspondance suivie avec le Grand Maître. Les deux hommes avaient fait partie de l’ambassade impériale venue en France entre janvier et mars 1529. En 1530, ils correspondent avec Anne de Montmorency pour régler le problème des possessions flamandes enlevées aux seigneurs français. On relève ensuite les noms d’Italiens ; Carducci pour Florence, et Carazolo pour Milan. Gregorio Casale quant à lui, est l’ambassadeur du roi d’Angleterre à Rome32.

  • 33 XIII-210 : M. de La Pommeraie à Berthereau, de Malines, le 24 février 1530.
  • 34 VIII-46 : M. de La Pommeraie au Grand Maître, de Bruxelles, le 2 septembre 1529.

11Les envoyés des différents souverains et ceux des États italiens négocient avec le Grand Maître, ils ne lui obéissent pas et n’ont pas de compte à lui rendre. Ceci n’empêche d’ailleurs pas les uns et les autres de s’apprécier comme en témoignent les caisses de vin qu’Anne de Montmorency fait apporter à M. de Hoogstraeten33. Il est vrai que ce personnage avait confié en septembre 1529 à M. de La Pommeraie que la signature de la paix aiderait la carrière du Grand Maître et la sienne34.

  • 35 Hellin au Grand Maître : VI-25, VI-53, VIII-38 et XI-4.
  • 36 À titre d’exemple, entre avril 1526 et janvier 1530, Joachim de Passano se rend en Angleterre (avr (...)

12De ce premier frein à l’influence du Grand Maître, découlent les deux autres. D’une part, on constate que la correspondance émanant des diplomates se contracte après juillet 1530, pour ne plus concerner que les Pays-Bas d’où écrit Antoine Hellin qui donne des nouvelles de la maladie, puis de la mort de Marguerite d’Autriche survenue en décembre 153035. D’autre part, la diplomatie connaît un rythme assez élevé de rotations, même si la mobilité des résidents, est compensée par un constant recours aux mêmes personnes36. Tous les serviteurs royaux envoyés en ambassade écrivent au Grand Maître et à son secrétaire. Pour certains, leurs liens avec les deux hommes sont d’autant plus étroits qu’ils appartiennent aussi au dernier des réseaux d’Anne de Montmorency, celui des serviteurs et des parents, celui sur lequel il exerce une domination sans partage.

La domination

  • 37 En font partie Guillaume et François de Montmorency, Jean d’Humières, Charles de Villiers, madame (...)
  • 38 Tels M. des Arpentis, Pierre et Jean de Garges, Mathieu de Longuejoue, Nicolas Charmolue, Jean Gro (...)
  • 39 C’est le cas de Guy Karuel, de Louis de Fourmillon, de M. de Montredon, du baron d’Oursières, de C (...)
  • 40 Jean de Poncher, M. de La Hargerie, M. de Villeroy, Gilles de La Pommeraie, Jean Ruzé, l’abbé d’An (...)

13Le contrôle suppose une responsabilité partagée avec d’autres personnages. Il est donc susceptible d’être remis en cause. En revanche, la domination induit une autorité incontestable et incontestée, comme celle exercée sur le réseau domestique. Avec quarante-huit personnes, il s’agit du deuxième réseau en importance après celui de la cour. Sa composition s’avère néanmoins composite, puisqu’on n’y rencontre pas moins de trois sous-groupes. Le premier est celui des parents du Grand Maître. Cette notion doit être entendue au sens de parentèle, c’est-à-dire qu’elle est composée de tous ceux qui se réclament d’un ancêtre commun avec lui37. Le deuxième sous-ensemble est constitué par ses serviteurs. Ceux qui tiennent un office dans sa Maison38 et ceux qui appartiennent à sa compagnie d’ordonnance39. Le troisième sous-groupe rassemble ceux que le Grand Maître a pris sous sa protection40. Des capitaines des seigneuries montmorencéennes aux hommes d’armes, des parlementaires aux gens de finances, du père au lointain cousin, tous se réclament ou dépendent du Grand Maître et agissent aux mieux de ses intérêts.

14La part d’intégration, de contrôle et de domination renvoie au statut social de chaque protagoniste. Dans le cas du Grand Maître, la mise en évidence de son intégration à un réseau de dirigeants internationaux, le contrôle qu’il exerce sur des réseaux liés à la cour, au monde des finances et à celui de la diplomatie et la domination qu’il exerce sur ses réseaux domestiques montre bien qu’il appartient au sérail monarchique. Les années 1527-1530 sont déterminantes en ceci qu’elles constituent réellement le tournant de sa vie. Ceci est visible autant par la croissance numérique du nombre de lettres qui lui sont adressées, que par la qualité de ses correspondants. Cependant, Anne de Montmorency ne constitue pas le seul lien fédérateur entre tous les personnages qu’il est amené à rencontrer dans l’exercice professionnel et géographique qui conditionne fortement la création et l’entretien du lien avec le Grand Maître.

Des profils à géométrie variable

  • 41 Charton-Le Clech S., op. cit., p. 327. Leroux de Lincy A., op. cit., p. 6. Lapeyre A. et Scheurer (...)
  • 42 Pour les Grolier, Leroux de Lincy A., op. cit., p. 3. Pour les Spifame, rappel des origines dans D (...)
  • 43 Généalogie des Du Val dans Charton-Le Clech S., op. cit., p. 325.

15Chaque membre du réseau se rattache aux autres parce qu’il partage avec eux un certain profil. La famille, l’environnement professionnel et l’implantation géographique sont les principaux profils rencontrés. Les liens familiaux créés à l’intérieur du groupe des officiers des finances sont très puissants, notamment chez les hauts officiers. Les Babou, Beaune, Bohier, Briçonnet, Grolier, Hurault, Morelet de Museau, Pierrevive, Poncher, Ruzé et Spifame sont tous apparentés41. Si le bloc des Tourangeaux et de leurs alliés d’origine italienne (les Grolier sont venus de Vérone et les Spifame de Lucques42) est probablement celui qui semble le plus étendu et le plus puissant dans le premier tiers du XVIe siècle, il est loin d’être le seul à exister. Ainsi, les Du Val, les Preudhomme et les Luillier composent eux-aussi une parentèle43.

  • 44 Pour tous les liens matrimoniaux, se reporter à Popoff M., op. cit., Lapeyre A. et Scheurer R., op (...)

16Par le jeu des alliances matrimoniales et des parentèles, le Grand Maître est l’allié de nombre de parlementaires. Outre les alliances déjà évoquées entre les Ruzé, Poncher, Spifame et Briçonnet, les Anjorant sont liés aux Brinon, les Brinon aux Anthonis, aux La Rozière et aux Hennequin et Les Hennequin aux Hacqueville. Les Briçonnet sont alliés aux Petit, aux Le Viste et aux Le Gendre, Les Le Gendre aux Alligret et aux Luillier, Les Luillier aux Du Val et aux Corbie. Les Le Viste sont liés aux Bohier, tandis que Les Billon s’allient aux Huault, les Le Coq aux Sanguin, aux Louviers et aux Le Picart, eux-mêmes liés aux Longuejoue. Les Pichon sont alliés aux Thiboust et aux Ragueneau44. L’idée n’est pas de faire croire qu’Anne de Montmorency contrôle le Parlement et que celui-ci lui obéit au doigt et à l’œil, mais bien de mettre l’accent sur les connivences potentielles pouvant exister entre un grand seigneur et les représentants de la cour souveraine relativement fermée et balisée par des alliances matrimoniales croisées.

  • 45 Très éloigné puisque le lien remonte au XVe siècle lorsque Jacques de Montmorency, demi-frère de J (...)
  • 46 Il commence ses lettres au secrétaire par « Monsieur mon cousin » et les termine par « Vostre humb (...)
  • 47 Dans sa lettre XV-338, Belcier écrit à Berthereau en se recommandant de son cousin M. de La Mairie
  • 48 BnF, Dossiers Bleus 446-11957.

17On peut relever d’autres liens entre certains correspondants et le Grand Maître ou ses proches officiers. Outre leur fonction de sénéchal, Pierre de Clermont, Jean de Dinteville et Girard de Vienne sont des cousins, de même que Philippe Pot, mort président des enquêtes en 1524, et Louis Gouffier, conseiller-clerc. Jean Brinon peut aussi se targuer d’un cousinage avec le Grand Maître45. Claude Dodieu est un cousin de Nicolas Berthereau46. François de Belcier est un cousin de M. de La Mairie47. En épousant Marie de Saint-Mesmin en 1531, Nicolas Berthereau devient le beau-frère de François de Saint-Mesmin48. La même année, les deux beaux-frères se retrouvent au sein du collège des notaires et secrétaires du roi, le lien familial se doublant alors d’une relation professionnelle.

18Deux exemples peuvent donner des indications précises sur des réseaux constitués sur une base professionnelle. Le premier est celui de Jean Grolier. Son rôle auprès du Grand Maître a déjà été mis en évidence. Il s’agit maintenant de montrer qu’il est la pierre angulaire d’un réseau composé d’officiers des finances. Le choix s’est porté sur lui car il est celui des officiers des finances dont la série « L » a gardé le plus grand nombre de lettres. La subjectivité de ce critère peut être compensée par la mise en évidence de la toile relationnelle qu’il tisse à la fin des années 1520. Jean Grolier est en relation avec trente-sept personnes appartenant à l’administration des finances ordinaires et à celle de la guerre. Il est possible de les répartir en trois grands groupes. D’abord, celui des officiers centraux. Il comprend sept généraux des finances (Apestéguy, Babou, Bayard, Bohier, Le Coincte, Poncher et Preudhomme), quatre receveurs généraux (Besnier, Carré, Ragueneau et Ruzé), deux secrétaires des finances (Robertet et Villandry) et un greffier des généraux (Bochetel). Puis celui du personnel de l’administration des guerres rassemblant dix contrôleurs (Breton, Catin, Du Pin, Joubert, Luillier, Mynier, Pointet, Séguier, Thizart et de Thou), quatre commissaires des guerres (Bérard, Héruvet, La Maladière et La Périe), et deux clercs de Grolier (Du Solier et Le Roy). Enfin, celui composé de quatre receveurs (Barquillet, Prunier, le receveur de Paris et celui de Troyes), deux élus (Berthereau et Antoine Grolier), et un commis (Pierre Le Bray, commis de Besnier).

  • 49 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de Vindry F., L’État-Major français au XVIe siècle, Paris, 19 (...)
  • 50 À titre de comparaison permettant de replacer à sa juste valeur ce chiffre, ce sont « 190 personne (...)

19Au-delà de Grolier, c’est le pouvoir du Grand Maître qui transparaît. À travers les montres effectuées par les contrôleurs et les commissaires, qui rendent compte à Grolier de leur mission, c’est tout « l’État-major49 » français de la fin des années 1520 qui défile dans ces lettres. Ce sont aussi des informations concernant le montant des quartiers, les difficultés de paiement, ou encore les pertes de temps dues aux clercs qui s’égarent. Les missives de Grolier renseignent également sur les rapports très étroits, amicaux ou rivaux qu’entretiennent les membres de l’ordinaire et ceux de l’extraordinaire. En effet, tout le problème de Grolier est de trouver chaque trimestre l’argent nécessaire au paiement des compagnies et des mortes-payes, d’où l’obligation de rester en contact avec ceux qui sont susceptibles de lui fournir l’argent dont il a un impérieux besoin : le trésorier de l’Épargne, les généraux des finances et, dans une moindre mesure, les receveurs généraux. Bien sûr, le nombre de trente-sept officiers des finances ne représente pas le personnel qui administre le royaume. Cependant, il rend compte simplement des liaisons et des affinités existant entre les officiers des finances en relation épistolaire avec le Grand Maître et son secrétaire50.

  • 51 Certains portent le titre de commissaire, d’autres celui de contrôleur, d’autres encore celui de t (...)
  • 52 Ainsi, la montre de 61 hommes d’armes et de 123 archers de la compagnie du Grand Maître faite à Ba (...)

20Le second exemple est celui des commissaires des guerres. Dix-huit hommes occupent une fonction liée au contrôle de la guerre51. Ils effectuent les montres, c’est-à-dire le décompte trimestriel des gens d’armes et des archers de chaque compagnie présents à celles-ci52. Une fois la montre opérée et le rôle rempli et contrôlé, les trésoriers des guerres ou leurs commis délivrent la solde due à la compagnie, puis cette somme est répartie entre chaque homme.

  • 53 CAF, t. IX, Administration des guerres.
  • 54 BnF, Clair. 251, fo 1119. Le trésorier associé est Georges Héruvet (ou Héroet). On pourrait égalem (...)
  • 55 CAF, t. IX, administration des guerres. Le Moyne est contrôleur général depuis le 8 janvier 1526, (...)

21Le CAF ne mentionne que dix commissaires des guerres pour la fin des années 152053. Parmi eux, sept sont en relation épistolaire avec le Grand Maître. Il s’agit de Louis de Lavardin, sieur de Rennay, André Le Roy, seigneur de Gueynes, Pierre de Bérard, sieur de la Foucaudière, Guy Karuel, sieur de Boran, Jean de La Périe, Lanteaulme d’Oursières et Pierre de Troussebois, dit Champmaigre, sieur de Ris. À cette liste, il faut ajouter Loys de Parrot, seigneur de Roussay qui participe à la montre de la compagnie du Grand Maître le 29 janvier 153054. Il faut également tenir compte de l’artillerie. Sur les quatre commissaires de l’artillerie cités par le CAF, un écrit au Grand Maître : Jean de Raconis ; un participe à la prise de possession de la seigneurie de Fère par les procureurs d’Anne de Montmorency : Guillaume de La Fontaine, sieur de Viarmes ; tandis que le contrôleur général de l’artillerie, Ambroyse Le Moyne s’adresse aussi à lui55.

  • 56 BnF, Clair. 251, fo 1123. Montre complète puisqu’elle recense 98 hommes d’armes (chiffre annoncé d (...)
  • 57 Valynseele J., op. cit., p. 8.
  • 58 BnF, Clair. 251, fo 1123. À titre de comparaison, on peut se reporter à l’article de Gunner Lind s (...)

22Deux remarques permettent de mieux cerner la position prise par le Grand Maître à la fin des années 1520 au sein de l’administration de la guerre. D’une part, trois sont des hommes d’armes de sa compagnie, à savoir Guy Karuel, Jean de La Périe et Lantheaulme d’Oursières. C’est même Jean de La Périe qui pratique la montre de la compagnie du Grand Maître le 7 mars 1530 à Gaillac56. D’autre part, les commissaires des guerres sont placés sous l’autorité du connétable et des maréchaux de France. Or à la fin des années 1520, le connétable de Bourbon a fui le royaume dès 1523 et est mort lors du siège de Rome en 1527. Restent les maréchaux. En 1526, Anne de Montmorency, Lautrec, Théodore Trivultio et Fleuranges sont les maréchaux de François Ier57. L’année suivante, Lautrec part en Italie, Fleuranges séjourne dans sa principauté sedanaise et Trivultio réside à Lyon qu’il gouverne. Le seul à demeurer proche du roi est Anne de Montmorency. Les commissaires des guerres s’adressent donc à lui comme à celui qui veille sur l’organisation de l’armée qu’il tente de rationaliser en les incitant à rendre des rôles sur lesquels hommes d’armes et archers sont inscrits par ordre alphabétique… des prénoms58.

  • 59 Pour l’ordinaire : Jean Grolier, René Thizart, Georges Héruvet (ou Hérouet), Guyot de La Maladière (...)
  • 60 Hamon P., op. cit., p. 22-24.
  • 61 Le 17 février 1528, la solde est versée pour le quartier d’avril-mai-juin 1527. Le 29 janvier 1530 (...)

23En revanche, seuls les contrôleurs assurant la montre de la compagnie du Grand Maître, c’est-à-dire Audebert Catin et Thibault Mynier, lui écrivent. Cela s’explique par le fait que les contrôleurs des guerres dépendent du contrôleur général et, à ce titre, n’ont pas, ou peu, de comptes à rendre aux maréchaux de France. Si la partie purement administrative échappe pour moitié au Grand Maître, il est néanmoins très au courant de l’activité des trésoriers des guerres et de leurs commis. Tous les trésoriers ordinaires des guerres, ainsi que les trésoriers de l’extraordinaire de guerres lui écrivent59. Avec leurs commis (Jean de Champeverne pour Jean Carré par exemple) ils délivrent les acquêts de paiement à partir des rôles transmis par les commissaires et les contrôleurs. Cependant, entre l’émission de l’ordre et sa concrétisation en monnaie sonnante et trébuchante dans les chausses des gens d’armes, il peut se passer un délai considérable, variant de six à 24 mois60. Dans le cas de la compagnie du Grand Maître les retards se situent plutôt en moyenne dans l’ordre du semestre61.

  • 62 XIV-199 : M. du Puy-Saint-Martin au Grand Maître, d’Aix, le 3 mars 1531.
  • 63 VII-229, Lubiano à Berthereau, de Marseille, le 29 octobre 1529.

24Dans une société où l’information circule lentement, la base géographique d’un réseau est un élément presqu’indissociable de la vie de celui-ci. Du fait de son installation à Marseille, Christophe de Lubiano s’insère dans des réseaux locaux. Sans les dominer réellement, on peut dire qu’il les contrôle puisqu’il devient un relais incontournable entre des habitants de la cité et le Grand Maître. Son rôle est clairement mis en lumière dans une lettre que le lieutenant général de Provence envoie au Grand Maître en mars 1531, par laquelle il l’assure que « depuys la mort de messire Pons Bruni, M. de Sainct-Hilliers [Lubiano] vostre maistre d’hostel, l’[Fouquet] a constitué vostre homme de bien et scavant62 ». De fait, Mademoiselle de Lescains se présente à lui pour qu’il écrive à Berthereau afin d’obtenir une lettre dont elle a besoin, « car elle est de bonne race et personne, qu’elle mérite bien et sans vostre ayde, seroit la plus pouvre gentilfemme de ce pays63 ». La seule présence de Lubiano à Marseille crée la condition sine qua non de l’existence d’un réseau dont la base géographique constitue la raison d’être.

25Le profil d’un réseau est variable. Les liens qui unissent ses membres peuvent être fondés sur la famille, l’activité professionnelle ou encore la géographie. Cependant, il serait illusoire de croire que ces différents paramètres sont totalement imperméables les uns par rapport aux autres. Cela signifie qu’il existe une nécessaire complémentarité entre les réseaux.

Une nécessaire complémentarité

  • 64 La meilleure définition de ce rapport est celle d’Ulrich Pfister pour lequel la relation clientéla (...)

26La création de la relation implique la mise en place d’un rapport inégal entre un dominant et un dominé64. L’étude de la correspondance passive du Grand maître confirme ce fait. Mais elle permet aussi de mettre en évidence la nécessaire complémentarité des réseaux auxquels un personnage appartient, car tout homme appartient à plusieurs réseaux en même temps. La question n’est plus alors de s’interroger sur la réalité et l’intensité du lien de fidélité de tel personnage envers un autre. La question est de savoir si la réalité et l’intensité du lien ne relèvent pas aussi de la place que tient ce personnage dans les différents réseaux auxquels il appartient.

  • 65 Le constat ne vaut que pour l’année 1530. Le même tableau, réalisé un an auparavant, ferait appara (...)

27Sur les cent soixante-quatorze personnes écrivant au Grand Maître au cours de l’année 1530, trente-huit appartiennent, au moins, à deux réseaux liés à lui, ainsi qu’il apparaît sur le tableau 19 (voir p. 274-275). En réalisant les dix interconnexions possibles entre les cinq réseaux, il est possible d’établir le classement des cumuls suivant : dix-huit personnes sont impliquées à la fois dans le réseau de la cour et dans celui des serviteurs, neuf individus ont un pied à la cour et un pied dans les finances du royaume, sept sont à la fois des serviteurs et des financiers, six appartiennent au réseau de la cour et à celui de la diplomatie, six à ceux de la cour et de la politique internationale, six aussi pour la liaison diplomatie-finances, cinq sont insérés dans les réseaux de la diplomatie et des serviteurs, enfin, deux sont engagées dans la politique internationale et les finances. En revanche, aucune connexion n’est réalisée ni entre la politique internationale et la diplomatie, ni entre les réseaux de politique internationale et celui des serviteurs65.

28Sur les cinq réseaux en relation avec Anne de Montmorency tout au long de l’année 1530, trois présentent de fortes imbrications les uns dans les autres : ceux de la cour, des domestiques et des finances. Ainsi, quel que soit le biais par lequel on aborde l’étude des réseaux d’influence du Grand Maître à la fin des années 1520, quantitatif, qualitatif, géographique, sociologique ou professionnel, on retombe toujours sur les mêmes bases et les mêmes noms. Soit une quarantaine de personnes qui émergent de l’ensemble de la masse des individus en relation avec Anne de Montmorency pendant cette période. Les membres de ce petit noyau, avec lesquels le Grand Maître n’a pas forcément d’affinité particulière (on pense ici au chancelier Duprat), contrôlent la cour et sont bien implantés dans les finances. Certains d’entre eux possèdent en outre la particularité d’être rattachés au Grand Maître par des liens plus étroits fondés sur la famille, sur l’appartenance à sa Maison domestique ou sur ceux de la protection accordée par un grand personnage à des individus qui décident de frayer dans son sillage afin de parvenir à occuper des fonctions dans l’appareil d’État.

29Pour son secrétaire, vingt-trois épistoliers figurent dans le tableau 20 (voir p. 276-277). Ils trouvent place dans au moins deux réseaux. Le premier constat qui s’impose est l’importance du réseau des serviteurs du Grand Maître puisque sur les trente-neuf membres recensés pour 1530, seize appartiennent au moins à un autre réseau. Il semble bien que ce groupe forme un noyau fédérateur autour duquel viennent s’agréger les autres réseaux. Numériquement, le deuxième réseau est celui des gens de finances, avec quinze représentants. On remarque le très fort recoupement (onze cas) existant entre les serviteurs et les financiers. Il faut probablement y voir un « effet 1530 ». Pour parvenir à assumer la mission confiée par le roi, le Grand Maître a mis toutes les chances de son côté en réquisitionnant toutes les personnes à son service. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que Berthereau est l’un des clercs d’offices de la Maison du roi. À ce titre, il est en relation étroite avec les officiers de finances depuis sa nomination, en 1527.

  • 66 P. Hamon est le premier à s’étonner du procédé utilisé. Hamon P., op. cit., p. 353.

30Onze correspondants appartiennent au réseau curial et à un autre réseau. Dix-neuf des vingt-trois épistoliers de Nicolas Berthereau appartiennent soit aux trois réseaux, soit à deux d’entre eux. Les trois derniers réseaux, la diplomatie, les parent du Grand Maître et le réseau domestique du secrétaire, font figure de parents pauvres à côté des trois premiers. Peu de connexions sont réalisées avec les trois autres. Ce pourrait-il que cette disproportion soit le reflet du statut social du secrétaire ? Il n’est pas encore assez influent à la cour pour y développer son propre réseau domestique curial. Les parents du Grand Maître s’adressent directement à celui-ci. En revanche, Berthereau sert d’intermédiaire entre Anne de Montmorency et ses serviteurs, les officiers des finances et les officiers curiaux. L’intérêt d’appartenir à des structures emboîtées peut être vérifié dans le cas de M. de Villeroy. Lorsque celui-ci tente d’obtenir un office pour l’un de ses neveux, il s’adresse aussi bien au Grand Maître qu’à son secrétaire66.

31Onze noms figurent dans les deux tableaux. Parmi ceux-ci, seule Mme de Montreuil n’a pas de gémellité réticulaire fondée sur les réseaux de la cour, des finances et des serviteurs du Grand Maître. Une telle homogénéité ne doit rien au hasard. La présence parmi les épistoliers de personnages évoluant au sein des trois structures contrôlées ou dominées par le seigneur de Chantilly peut être considérée comme le témoignage de la puissance de celui-ci. Le Grand Maître a convoqué le ban et l’arrière-ban de tous ceux qui lui sont fidèles afin de mettre toutes les chances de réussite de son côté. Autrement dit, le système mis en place au printemps 1530 pour parvenir à faire libérer les fils du roi, gagne encore en efficacité par le fait que nombre de ses protagonistes sont directement liés au Grand Maître. Toutefois, les réseaux dont il dispose ne lui assurant pas une totale sécurité, il s’appuie sur d’autres constitués par ses serviteurs, au premier rang desquels on retrouve son secrétaire. En définitive, il semble ressortir de cette analyse de l’appartenance à des réseaux multiples que le Grand Maître ne pouvait pas échouer dans sa mission car tout avait été verrouillé avant à son départ de la cour. Le roi lui a donné les pleins pouvoirs car il était le seul, en 1530, à être en mesure de les assumer.

Tableau 19 – L’appartenance à différents réseaux, le cas du Grand Maître.

Tableau 20 – L’appartenance à différents réseaux, le cas de Nicolas Berthereau.

32Anne de Montmorency et Nicolas Berthereau évoluent au sein de onze réseaux différents, mais non étanches. La correspondance conservée pour cette année minore certainement le poids réels des réseaux. S’il est douteux que d’autres existent, en revanche, il y a fort à parier que les lettres ne rendent compte que partiellement de leur importance numérique. Toutefois, de cette complémentarité découle une inclusion des réseaux les uns dans les autres, en tout ou partie, laquelle engendre un fonctionnement global restreignant l’autonomie des réseaux, ce qui produit la mise en évidence de relations sociales verticales et horizontales amenant à se poser à question de la nature même des réseaux rencontrés.

Quelques caractères des réseaux

  • 67 Dans le même ordre d’idée, en 1530, ni le Grand Maître, ni Berthereau n’ont intérêt à activer le r (...)

33Il serait simpliste de vouloir opposer la structure interne des réseaux du Grand Maître à celle des réseaux de son secrétaire, en inscrivant les premiers dans un plan vertical et les seconds dans un plan horizontal67. On retrouve les deux formes dans les onze réseaux. C’est même ce qui fait leur force. Ce qui se conçoit et se vit comme des rapports hiérarchisés pour l’un (les préséances à la cour, les relations maître-serviteurs, la place centrale au sein de la parentèle), peut se transformer chez l’autre en liaison sub-égalitaire, fondée sur l’amitié, une position sociale équivalente, ou encore des attaches familiales. Le propos peut être éclairci par quelques exemples. Lorsqu’un membre de la cour comme Georges de Vercles écrit à Nicolas Berthereau, la base de leur relation est double. Elle est verticale, car de Vercles est seigneur de Noizay, seigneurie dans laquelle Berthereau possède des terres. Mais, elle est également horizontale, car les deux hommes appartiennent au monde des secrétaires des grands personnages de la cour, M. de Vercles étant l’un de ceux de Louise de Savoie. Cependant, lorsque le même de Vercles rédige une missive pour le Grand Maître, c’est la verticalité qui domine les relations entre les deux hommes, car le premier n’est qu’un petit seigneur comparé au premier baron de France. De plus, il tient un office curial inscrit sur un registre dont le rôle est établi par le Grand Maître. Sur ce dernier point, on peut faire remarquer que de Vercles a de bonnes raisons de cultiver l’amitié de Berthereau, puisqu’il peut être amené à solliciter celui-ci pour l’attribution d’un office. Il se place alors en position d’infériorité, ce qui renvoie à des relations de type vertical. Des remarques identiques concernent d’autres catégories de personnages. Jean Grolier entretient avec Berthereau des rapports amicaux. Avec le Grand Maître, ses relations deviennent hiérarchiques. Guillaume de Montmorency appartient au réseau domestique du Grand Maître et à celui des parents du Grand Maître de Nicolas Berthereau. Cependant, dans les deux cas, le fondement des rapports est hiérarchique, père-fils d’un côté et maître-serviteur de l’autre.

34Les trois exemples qui précèdent illustrent parfaitement l’impossibilité de figer de manière définitive les membres des réseaux à l’intérieur de deux blocs séparés. En fin de compte, on se trouve en présence non seulement de réseaux gigognes, mais aussi de réseaux dont les membres adaptent leur comportement en fonction de celui auquel ils sont confrontés et de l’objet de la mise en relation, c’est-à-dire de la nature même du réseau.

  • 68 Pour reprendre la terminologie des sociologues, ce type de réseau pourrait être qualifié de « coal (...)

35Ce dernier point est probablement le plus délicat à traiter. La durée de vie d’un réseau dépend non seulement de celle de ses membres, mais aussi de sa nature. Dans le cas précis d’Anne de Montmorency, il convient de distinguer entre réseau structurel et réseau conjoncturel. Dans le premier type rentrent les groupes constitués par la famille et les serviteurs. Ces deux entités se rattachent au Grand Maître à cause de sa position de chef de lignage pour l’un et de seigneur et patron pour l’autre. Elles sont structurelles car elles puisent leurs fondements dans l’organisation sociale du temps. Leur durée de vie s’étend sur une vie d’homme, soit trente, cinquante, voire quatre-vingts ans. À l’inverse, le réseau regroupant les principaux dirigeants de la chrétienté peut être qualifié de conjoncturel car son existence est subordonnée à celle du fait politique majeur de l’année 1530 : la délivrance des fils du roi68.

  • 69 Pour Nicolas Berthereau, il semble que la répartition soit plutôt binaire, avec, d’un côté des rés (...)

36Pour les deux derniers réseaux du Grand Maître, à savoir le groupe des diplomates et celui des financiers, leur identification est plus délicate. Leur composition incite à les ranger parmi les réseaux structurels, tandis que leur objet les classerait plutôt parmi les réseaux de type conjoncturels. La solution consisterait alors à les inclure dans un troisième type de réseau, que l’on pourrait qualifier, faute de mieux, d’hybrides ou mixtes69. Si l’existence de réseaux sociaux au XVIe siècle ne fait pas de doute, ce qui pose problème réside dans la difficulté d’établir une typologie nette et précise. La modélisation devient alors délicate en raison de l’instabilité même de la majorité des réseaux. Cependant, il est possible de trouver quelques dénominateurs communs, parmi lesquels figure la nécessité de s’informer et d’informer.

Informer et s’informer : recouper les informations

37Pour un homme comme Anne de Montmorency, la position de principal conseiller du roi dépend avant tout du bon vouloir de celui-ci. La disgrâce passagère de 1536, puis celle, définitive, de 1541 sont là pour témoigner de la condition inconfortable de favori royal. Néanmoins, au-delà même de devoir plaire au souverain, il faut être en mesure de lui prouver quotidiennement que son choix a été le bon. Pour cela, il est indispensable de se tenir informé de tous les événements touchant de près ou de loin le monarque, en les recoupant pour s’assurer de leur réalité. La contrepartie d’une ample collecte d’informations suppose une capacité de protection de grande envergure des provinces, des villes et des hommes fournissant l’information.

38À une époque où la vitesse de circulation des nouvelles est lente, où la rumeur devient vite certitude et où les courriers se perdent assez facilement, la fiabilité d’une source dépend soit de la personne qui la transmet, soit de la possibilité de la recouper par d’autres canaux. La série « L » conserve toute une série de comptes rendus multiples de faits identiques. Leur analyse permet de s’interroger sur la qualité de l’information transmise et sur la place du transmetteur dans le dispositif. Le flux d’informations qui parvient jusqu’au Grand Maître est dense. Il donne l’impression d’une volonté de se tenir au courant de tout. Celle-ci est d’autant plus forte quand il n’est pas présent en personne sur les lieux de l’action, soit parce que ses fonctions officielles à la cour le tiennent éloigné de son gouvernorat ; soit parce qu’il doit quitter momentanément sa demeure et celle de la cour. Quelques exemples soulignent bien l’obligation impérieuse d’être tenu au courant.

39Les 11 et 12 novembre 1529, huit lettres partent de Pont-Saint-Esprit, lieu de tenue des États du Languedoc, dont les destinataires sont le Grand Maître et son secrétaire. Le tableau 21 (voir ci-contre) récapitule leurs thèmes. Son avantage est de mettre en valeur les thèmes communs et ceux spécifiques à chaque correspondant ou à chaque destinataire. Ils sont abordés dans un ordre décroissant, ne reprenant pas forcément celui des courriers.

40Des neuf thèmes qui se dégagent de l’ensemble des missives, on peut effectuer deux lectures complémentaires. La première est horizontale. On constate que le nombre de fois qu’un thème est abordé ne dépend pas de son importance. Ainsi, des thèmes aussi essentiels pour la vie du royaume et les relations internationales que l’octroi et la ratification du traité de Cambrai, ou celui de l’assignation de la noblesse, c’est-à-dire le montant de son don pour la rançon royale, ne viennent-ils qu’après celui concernant des affaires personnelles et surtout celui signalant les autres épistoliers. Ce thème appelle une remarque supplémentaire. Trois noms seulement reviennent en boucle : M. de La Mairie (mentionné quatre fois), M. de Clermont et M. de Poncher (deux fois chacun). Tous trois sont munis d’une commission royale et sont proches du Grand Maître.

Tableau 21 – Thèmes abordés par les huits comptes rendus envoyés au Grand Maître et à son secrétaire à l’issue des états du Languedoc de novembre 1529.

41La seconde lecture est verticale. Qui écrit quoi ? La lettre du général du Languedoc Jean de Poncher est celle qui contient le plus d’informations. Cependant, sur les six thèmes abordés dans sa missive, quatre ont un rapport avec la fiscalité et l’argent. On peut même inclure celui des affaires personnelles. En effet, s’il fait référence à Jean Grolier, c’est uniquement pour réfuter les accusations de malversations dont celui-ci est l’objet.

  • 70 La signature manquante est celle de Jean Testu, le receveur général du Languedoc.

42La lettre des trois États du Languedoc est paraphée par M. de Clermont, l’évêque de Lodève, Jean de Poncher et M. de La Mairie, soit quatre des cinq commissaires royaux70. La missive des États synthétise les grandes décisions prises par les États : octroi, doléances, ratification et retrait des compagnies. François de Béarn, lieutenant de la compagnie du Grand Maître a assisté aux réunions. Sa lettre est technique en ce sens que le thème qu’il développe est celui de la diminution des rations alimentaires allouées à ses hommes et à leurs chevaux. Il profite de l’occasion pour présenter une sollicitation personnelle. La lettre des députés du Languedoc, signée par Bertrand, le greffier des États, est centrée sur les trois thèmes majeurs à leurs yeux : l’octroi au roi, les doléances présentées par la province et la ratification du traité de Cambrai. M. de Clermont se félicite de la bonne tenue des États, probablement en référence aux États de l’année précédente, marqués par une violente altercation entre membres de la noblesse languedocienne. Il évoque l’assignation de la noblesse de la sénéchaussée de Beaucaire, signalant par là qu’elle est en retard sur celle des autres sénéchaussées de la province, notamment celle de Carcassonne dont il est le sénéchal. M. de La Mairie est le seul personnage à écrire à la fois au Grand Maître et à son secrétaire. Sa fonction est d’informer ses correspondants des dons que leur ont octroyés les États. Il rajoute des paragraphes concernant des affaires personnelles : activités à venir en compagnie de Christophe de Lubiano et soutien de la sollicitation de M. de Béarn, son lieutenant de compagnie. Enfin, l’abbé d’Aniane rédige un court billet dont l’objectif est de se rappeler au bon souvenir du Grand Maître.

  • 71 À l’exception de Franc Conseil.

43Il reste deux remarques à formuler. Les huit lettres impliquent directement ou indirectement quatre officiers domestiques majeurs du Grand Maître : Nicolas Berthereau, M. de La Mairie, Christophe de Lubiano et Jean Grolier, soit un tiers du groupe, chiffre révélateur de l’importance accordée au gouvernement de leur patron, tant militairement, que fiscalement et économiquement. D’autant plus que, parmi les rédacteurs de novembre 1529, figurent les correspondants qui expédient le plus grand nombre de lettres pour la période allant de 1526 à 153071. Le Grand Maître, absorbé par les affaires du royaume, n’assiste pas en personne aux réunions des États de sa province. Cependant, son absence est remarquablement palliée par la mise en place d’une chaîne humaine dont le rôle est de l’informer fidèlement de tout ce qui s’y trame.

44On retrouve cette nécessité vitale en maintes occasions, à commencer par les opérations menées au cours de l’année 1530. Absents de chez eux pendant la majeure partie de l’année 1530, absents de la cour durant un semestre, excentrés aux confins occidentaux de la chaîne pyrénéenne pour le service du roi le temps d’un printemps, Anne de Montmorency et Nicolas Berthereau ont sans cesse besoin d’informations. Dans ce contexte, cinq personnages sont surtout précieux pour la qualité et la richesse des informations qu’ils expédient au Grand Maître et à son secrétaire.

  • 72 Ainsi le 16 mai, le Grand Maître apprend successivement que le roi est guéri de son « dévoyement d (...)

45Jacques Colin et Jean Du Bellay écrivent aux deux hommes. Le premier brosse de vastes tours d’horizon des derniers événements sus ou vus à la cour72. Colin colporte aussi les rumeurs de la cour. À propos d’un doyenné que le roi veut lui donner, Louise de Savoie lui a rapporté ces mots :

« Sur quoy, ung homme que vous congnoissez acoustumé puis aucuns temps çà à contrarier aux voluntez de nostre commun maistre, monte sur ses grans chevaulx et se print à dire : Il est grant besoing de faire ung petit comptereau évesque afin que ce liseur soit satisfait »,

46avant de conclure sur un ton faussement sentencieux, mêlant avertissement et l’humour :

  • 73 XIII-279, Jacques Colin à Berthereau, de Bordeaux, le 20 juin 1530.

« Mais que faictes vous par-delà ? Si vous ne vous en venez et amenez ce que vous estes aller quérir, afin que je vous face une charrettée de tels petitz comptes et la moictié plus joyeulx. Si vous ne tardez plus guières, vous me ferez faire des miracles de Mahomet qui alla devers la montagne quant il veit qu’elle ne vouloit venir devers luy73. »

  • 74 Scheurer R., Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, t. 1 : 1529-1535, Paris, 1969, p. 120-194.
  • 75 Tout du moins pour celles adressées à Berthereau, comme le montre cette phrase : « On m’employe le (...)
  • 76 Certaines lettres conservées aux ACC et à la BnF sont chiffrées et déchiffrées entre les lignes, ( (...)
  • 77 Idem. Autre allusion dans V-127.
  • 78 V-142.

47À peine débarqué du bateau qui le ramène d’Angleterre, Jean Du Bellay s’immerge à nouveau dans le monde de la cour. Il la suit dans tous ses déplacements tout au long du premier semestre de l’année 1530. Prélat, courtisan, suivant de près l’affaire de la validation du divorce d’Henry VIII par les universités françaises, il expédie vingt-cinq lettres au Grand Maître, complétées par dix missives à Nicolas Berthereau74. Ces lettres sont remarquables car elles alternent une grande fraîcheur de ton75 et les révélations concernant les ennemis du Grand Maître. Ces dernières sont d’ailleurs codées76 car Jean Du Bellay utilise le chiffre dont il se servait pour expédier des messages depuis l’Angleterre, comme il l’écrit lui-même dans sa lettre du 18 mars77. L’usage d’un chiffre lui permet de démasquer le double-jeu de l’amiral Chabot, lequel, dès le mois de mars 1530 tente de rompre la bonne intelligence existant entre le roi et sa sœur d’un côté, et Anne de Montmorency, de l’autre. Son nom apparaît dans la lettre du 26 avril, puis dans celle du 4 mai : « Il est vray que l’admiral persiste en sa charité contre vous78. » En fait, Chabot ne fait probablement pas grand-chose pour empêcher les correspondants du Grand Maître, via Berthereau, de diffuser les informations sur son compte. Cette stratégie augmente la pression pesant sur les épaules d’Anne de Montmorency.

  • 79 II-275, de Saint-Germain, le 31 décembre 1530.
  • 80 Plus 2 lettres non datées, mais écrites en mai.
  • 81 Les 10 mars, 16 et 21 mai, 1er et 18 juin.
  • 82 Les 8-9, 12-13 et 28-29 mars, les 23-24 avril.
  • 83 Le système semble bien rôdé puisqu’on le retrouve en 1537. BnF, ms. fr. 3056, fo 39, 43, 49, 55, 6 (...)

48De son côté, Jean Breton, seigneur de Villandry, rédige essentiellement des missives à l’attention du Grand Maître. Sur les 36 lettres de lui conservées pour l’année 1530, une seule s’adresse à Nicolas Berthereau79. À la différence des lettres de Jacques Colin, celles de M. de Villandry sont dépourvues d’humour. En revanche, ce sont de précieuses mises en garde envoyées à Anne de Montmorency pour le prévenir des cabales de cour qui naissent dans le but de le perdre dans l’esprit du roi. M. de Villandry se révèle être un auxiliaire particulièrement zélé qui sait admirablement tirer parti de ses fonctions. Sa qualité de secrétaire des finances lui permet d’être en contact quotidien avec le souverain, et donc d’être à l’affût de toute réaction royale. Il est frappant de constater l’existence d’un parallélisme certain entre les lettres que le monarque envoie à son Grand Maître et celles que celui-ci reçoit de M. de Villandry. Le roi adresse à Anne de Montmorency 14 lettres entre le 5 mars et le 18 juin80. Pour la même période, M. de Villandry en expédie 33. Or, à 5 reprises, Villandry envoie un billet le même jour que celui du roi81, tandis que par 4 fois, sa lettre suit la missive royale d’une journée82. Autrement dit, le Grand Maître dispose d’une version officielle et d’une version officieuse, la seconde lui facilitant la compréhension et la portée de la première83.

  • 84 IX-118, XIII-254 et XIV-219.
  • 85 IX-250 (du 30 avril 1530), XIII-254 (21 mai), XIV-219 (30 mai).
  • 86 IX-118.
  • 87 Le 20 juin : « Nous espérons avoir la venue de la royne et de messeigneurs dedans lundy prochain, (...)

49Jacques de Seurre écrit à Nicolas Berthereau. Avec Jacques Colin et Jean Du Bellay, il est certainement l’informateur le plus consciencieux. D’abord par le nombre de personnages cités dans ses missives : quatre le 3 mai, mais onze le 21 mai et neuf le 30 mai84. Ensuite, il est le seul à fournir des renseignements précis sur les procédures engagées par la Tour Carrée85. Le 3 mai, il évoque l’arrestation du prévôt de Caen effectuée par traîtrise puisque les archers du prévôt de l’Hôtel l’attendaient dans une arrière-chambre86. Enfin, ses lettres expriment les tensions qui traversent la cour et la montée de l’impatience provoquée par l’attente forcée87.

  • 88 D’Angoulême : IX-250, IV-26, IV-28, IX-206, XIII-247 et XIII-252. De Barbézieux : VII-316. De Bord (...)
  • 89 IX-250.
  • 90 XIII-274.
  • 91 IV-26, IV-28, IX-206, XIII-252 et V-250.

50Jean Bourdineau fait parvenir 13 lettres à Nicolas Berthereau, dont 9 entre le 30 avril et le 12 juin 153088. À dire vrai, il vaut mieux parler de billets que de lettres, car leur longueur ne dépasse pas 6 lignes. En comparant leur contenu à celui des lettres de Jacques de Seurre ou de Jean Du Bellay, la déception est grande. On trouve bien quelques bribes d’information sur la santé du roi et de Louise de Savoie89, une allusion à l’attente du mois de juin : « Nous sommes actendans de voz bonnes nouvelles que nous trouvons moult longues90. » Mais, en définitive, rien de bien précis. En revanche, cinq missives contiennent des recommandations pour un office91. Manifestement, Jean Bourdineau ne joue pas le même rôle que Jacques Colin, Jean Du Bellay et Jacques de Seurre. Il n’a pas les relations de compagnonnage que ceux-ci semblent entretenir avec le secrétaire. Pourtant, les quatre hommes appartiennent au monde de la cour. L’explication est ailleurs et trouve un début de réponse à travers les missives de deux autres correspondants.

  • 92 Palamède Gontier à Berthereau : XIV-198, XIV-278 et IX-222. Au Grand Maître : XII-45. Lettre d’avr (...)
  • 93 XIII-240, le 11 mai et XIII-261, le 26 mai.

51Palamède Gontier est trésorier de Bretagne. À ce titre, il a été chargé de superviser le rassemblement de l’argent du duché92. Puis, une fois sa mission accomplie, il vient à la cour, qu’il rejoint à Angoulême. De là, il écrit 2 missives à Berthereau93. Puis, plus rien. Une telle rupture pose problème. Gontier n’est pas parti pour Bayonne. Il n’a pas eu maille à partir avec la Tour carrée. En revanche, s’il se met au service du Grand Maître, il le fait en service commandé :

  • 94 IX-222, de Nantes, le 12 avril 1530. Lien confirmé par Michaud H., op. cit., p. 122, et par Hamon (...)

« Je m’en retourne dedans peu de jours gaigner la court selon que monseigneur l’admiral m’a mandé. Vous m’employerez là et partout ailleurs et je ne fauldray à vous complaire en toutes choses94. »

  • 95 Cette piste est d’autant plus intéressante, qu’en 1559, on retrouve des lettres de Palamède Gontie (...)

52Or l’hostilité de celui-ci par rapport au Grand Maître va croissante à partir de mars 1530. Dans ces conditions, la position de Gontier devient intenable et il n’est pas impossible que Berthereau ait choisi de stopper toute correspondance avec lui par peur des fuites95.

  • 96 XIII-234, le 5 mai ; IV-31, le 8 mai ; et XIII-242, le 13 mai.
  • 97 IV-31.
  • 98 XIII-234.
  • 99 XIII-242.

53Le cas de François Joret diffère de celui de Gontier. En 1530, il est receveur du Valois. En mai 1530, il rédige trois lettres à Berthereau depuis Angoulême96. Avec Joret, on a le sentiment que le Grand Maître et Berthereau ont mis en place avant leur départ de la cour tout un système de rotation périodique de personnages a priori sûrs, avec pour tâche d’assurer une permanence physique durant un laps de temps plus ou moins long. Cependant, dans le cas de Joret, l’expérience tourne court. Il exprime son étonnement d’être là ainsi que son incapacité à remplir le rôle qu’on attend de lui. Le 3 mai, après avoir donné succinctement des nouvelles de la cour, où tout va pour le mieux, il s’excuse de ne pas en dire davantage car « les nouvelles quy arrivent à Angoulesme viennent de Bayonne97 ». Le 5 mai : « Je ne vous escriptz rien des nouvelles de ceste compaignie parce que en pourrez entendre par gens qui en peuvent scavoir plus que moy98. » Enfin, le 13 mai, son billet est consacré à la recommandation de l’une de ses connaissances99.

54La qualité des comptes rendus qui parviennent au Grand Maître et à son secrétaire est très variable. Elle dépend, pour partie de la personnalité de leurs auteurs et pour partie de la place qu’occupe chacun d’eux au sein de la cour. Mais l’essentiel est ailleurs. Il est à rechercher dans l’accumulation d’informations que renferment toutes les missives qu’ils reçoivent. En les recoupant, tous deux peuvent parfaitement jauger la situation et son évolution alors qu’ils sont éloignés de la cour. Il apparaît d’abord vital de pouvoir recouper les informations, compte tenu des risques d’erreurs, des exagérations et des pertes pouvant perturber les envois de courrier. En tout état de cause, même absent de la Cour, le Grand Maître y occupe une position réellement centrale.

La position centrale d’un Grand Maître

  • 100 Solnon J.-F., op. cit., p. 38.

55Le Grand Maître de l’Hôtel ou Grand Maître de France est, avec le connétable, le chancelier, l’amiral et les maréchaux de France, l’un des grands officiers de la couronne. Son autorité sur la cour est grande. Chaque année, il fait dresser la liste des officiers devant servir dans les diverses Maisons princières. Il est aussi responsable des dépenses liées au fonctionnement de la cour. Enfin, il fait figure de chef du service général, responsable des logis royaux, de la police de la cour et de la sécurité du roi100. Entre 1515 et 1547, trois hommes occupent cet office dont le titulaire est à la fois un proche et un fidèle du roi.

  • 101 Carouge P., op. cit., chapitre IV.
  • 102 Ibid.

56De 1515 à 1519, le premier Grand Maître de François Ier n’est autre que son ancien gouverneur Artus Gouffier, seigneur de Boisy. Celui-ci jouit de la confiance totale du jeune monarque. Ses pouvoirs sont étendus, au point que Pierre Carouge voit en lui en « quasi alter rex101 ». Il dirige la Maison du roi, participe, avec Duprat, à la préparation du Concordat de Bologne, négocie avec l’empereur Maximilien et son petit-fils Charles les traités de Noyon et de Cambrai. En quatre ans, il impose « l’image d’un homme de paix, attaché à la concorde entre les princes chrétiens102 ».

57Après son décès en mai 1519, le roi le remplace par René, Grand Bâtard de Savoie, demi-frère de Louise de Savoie. Bien qu’il ait tenu l’office plus longtemps que son prédécesseur, il ne semble pas avoir possédé les mêmes talents d’organisateur et de négociateur. Il meurt à Pavie. La charge reste vacante plus d’un an (janvier 1525-mars 1526). Aussi, l’une des premières décisions de François Ier libéré consiste-t-elle à nommer un nouveau Grand Maître. Le 23 mars 1526, il désigne Anne de Montmorency pour assumer cette lourde tâche. Homme consciencieux, besogneux et appliqué, ce dernier dispose d’assez d’intelligence politique pour s’inspirer de la démarche initiée par son cousin Artus au début du règne, sans rechigner à revêtir l’armure lorsque la diplomatie cède la place à la guerre à l’égal de René de Savoie. Les lettres de la série « L » laissent entrevoir un Grand Maître soucieux de régler tous les détails de la vie quotidienne de la cour, se servant de son incontournable position pour se constituer un réseau de fidèles parmi les officiers auliques.

Veiller sur tout et sur tous

58À partir de 1526, Anne de Montmorency régit quasiment tout le service intérieur de la cour et rares sont les domaines qui échappent à sa compétence : santé du roi et de la famille royale ; vie à la cour avec ses promiscuités, ses conditions de voyage difficiles, et ses soucis d’approvisionnement ; passe-temps enfin, tels la chasse à courre, le jeu de paume et surtout la fauconnerie.

  • 103 VI-124 et X-7 (Galiot de Genouillac), VII-57 (Claude Gouffier), XI-242 (l’amiral Chabot), VII-13 ( (...)

59À en croire les lettres qu’il reçoit, Anne de Montmorency peut estimer que François Ier se porte bien. C’est le sens des missives que lui adressent Galiot de Genouillac, Louis Gouffier, l’amiral Chabot et François de Guise103. Pourtant, en 1528, M. de La Hargerie lui envoie un message alarmiste faisant état d’une rumeur en provenance des Pays-Bas et se répandant en Picardie :

  • 104 XII-24 : M. de La Hargerie au Grand Maître, de Tilloloy, le 13 février 1528.

« Monseigneur, ilz ont faict coure en Flandres plysieurs melvays bruys de la persone du roy et mesmes dysant quelques foys quil estoyt mort, et ne fault doubter que ycelluy bruyt ont courut en Espaigne, et povoyt estre que par ycelluy bruyt, l’empereur ne se soyt tenu plus ferme extimation si le roy fust mort (duquel incoparable domaige Dieu nous veulle garder) que le roy d’Engleterre, Vénitiens et aultres nos alliés ne ussent changé de pied, considérant le gros gaige que ont de nous. Pour obvyer à teul bruys et melvaise expérience, quant le roy se trouvera bien disposé fayre ung voiaige en ceste grosse ville de Paris, feroyt pensser et congnoistre le contrayre de tous ces ennemys, car il ne fault doubter que sa venue à Paris seroyt si tost divulguer, ainsi sa santé104. »

  • 105 CAF, t. VIII, p. 453 et suiv.
  • 106 Chanterac B. de, op. cit., p. 98.
  • 107 CAF, t. VIII, p. 458.
  • 108 X-4, de Loches, le 20 janvier 1528. La lettre du Grand Maître mentionnée par M. de Warty date du 1 (...)

60Ce précieux témoignage vient après une année 1527 au cours de laquelle le roi et la cour n’ont pratiquement pas quitté Paris et ses environs, mis à part un voyage jusqu’à Amiens pendant l’été105. De plus, François Ier s’est installé à Saint-Germain depuis la Noël 1527 et n’en a pas bougé. En outre, cette rumeur intervient au moment où Lautrec est demeuré de longues semaines à Parme, puis à Bologne, abandonné par ses contingents suisses et lâché par les alliés italiens du roi106. Comme le suggère M. de La Hargerie, il s’agit en fait d’une manœuvre d’intoxication impériale qui transforme la cause première de l’inaction de Lautrec en Italie, à savoir le manque d’argent, en un immobilisme provoqué par la pseudo-maladie du roi. Cependant, il faut noter que les craintes de M. de La Hargerie ne semblent pas trop affecter le souverain et son entourage puisque le roi ne revient à Paris qu’à l’extrême fin du mois de mars 1528107. D’autant plus que François Ier « est fort amendé de son caterre, dont je loue Dieu », comme le Grand Maître l’a appris à Pierre de Warty108. Ce dernier personnage donne aussi des nouvelles de la sœur du roi.

  • 109 Jourda P., op. cit., p. 1016 et Répertoire analytique…, qui résume des dizaines de lettres au Gran (...)

61Jusqu’à la fin des années 1530, une réelle affection lie Marguerite d’Angoulême au Grand Maître. Cet attachement est visible dans le nombre très élevé de lettres que celle-ci lui adresse109. Pierre Jourda en a répertorié 28 pour la seule période allant de janvier à août 1530. Cependant, en plus de cette correspondance, Anne de Montmorency peut compter sur une dizaine d’officiers curiaux évoluant dans l’entourage de la sœur de François Ier pour le renseigner sur ses faits et gestes. Ce système fonctionne dès qu’il est séparé d’elle.

  • 110 XI-201 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Pau, le 13 décembre 1527. Même constat chez Mme de Fr (...)

62À l’occasion du voyage nuptial de la nouvelle reine de Navarre, Pierre de Warty et Julienne de Fromont avertissent le Grand Maître de la plus légère indisposition du couple. Arrivé à Pau, M. de Warty constate que « l’air [du Béarn] est terriblement mauvais pour tous deulx », avant de conclure « cest ayr icy n’est point bon pour la santé d’elle ne de luy, car j’ay trouvé la royne amegrie depuis son partement de Compiègne110 ». M. de Warty semble avoir été placé auprès du couple par le roi, sa mère et le Grand Maître, pour leur servir de chaperon et ne pas laisser se prolonger trop longtemps le voyage pyrénéen. C’est ce qui ressort de la fin de sa missive paloise :

  • 111 XI-201.

« De l’heure que je verray qu’il sera en estat de povoir aller par païs, je tiendray la main à les faire desloger le plus tost qu’il me sera possibble, car je scay que c’est le vouloir du roy et de Madame… Vous povez asseurez Madame que je hasteray le partement de la royne le plus que je pourray quant je verray que le roy sera en estat pour aller par pays111. »

  • 112 M. de Warty au Grand Maître : X-128, de Libourne, le 10 janvier 1528 ; X-127, de Barbézieux, le 12 (...)
  • 113 X-4 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.

63Début janvier 1528, le couple navarrais entame sa remontée vers le nord du royaume. À chaque grande étape, M. de Warty envoie un message dont la teneur ne varie guère : les souverains navarrais « font très bonne chère112 ». À Loches cependant « ilz demeurent en ceste ville pour ce que la royne s’est trouvée ung petit peu mal, qui n’est pas cas pour laisser à partir demain113 ».

64À Libourne, Pierre de Warty a vu arriver Adrien de Launay. Ce dernier écrit aussi de Loches et complète l’information fournie par M. de Warty :

  • 114 X-3 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.

« Vous avez entendu la dilligence qu’elle a faicte depuys que j’arryvé devers elle, quy est fort grande, mays, vous congnoissez son affection quy la porte plus que puissance et a esté contrainte de se reposer aujourd’huy114. »

  • 115 Adrien de Launay au Grand Maître : IV-87, de Blois, le 4 mars 1530 ; XIV-201, de Blois, le 18 mars (...)
  • 116 VII-23 : Jean Gauchery au Grand Maître, de Blois, le 2 avril 1530. XIII-69, Victor Brodeau au Gran (...)
  • 117 VII-299 : Madeleine Luillier à Berthereau, de Blois, le 22 mai 1530.

65Ce souci de protéger la sœur du roi se retrouve également lors de la seconde grossesse de la princesse. Le Grand Maître est informé par les mêmes personnes, renforcées par Blanche de Tournon115. Il peut aussi lire les lettres de Jean Gauchery et de Victor Brodeau116, tandis que son secrétaire lui fait part de celle de Madeleine Luillier117.

  • 118 Il figure sur la liste des gentilshommes à partir de 1521. BnF, ms. fr. 21449, fo 65.
  • 119 CAF, t. VIII, principaux officiers royaux, « Eaux et forêts » et « baillis et sénéchaux ».
  • 120 Devèze M., op. cit., p. 60-61.

66Au-delà des nouvelles contenues dans ces lettres, il s’avère très instructif d’identifier leurs auteurs. Pierre de la Bretonnière, seigneur de Warty est placé sous l’autorité du Grand Maître en tant que gentilhomme de la Chambre118. Il est aussi Grand Maître des Eaux et Forêts et bailli de Clermont-en-Beauvaisis119, offices qui lui ont été attribués sur recommandation de Louise de Savoie120.

  • 121 BnF, Clair. 835, fo 1973-1997 : Officiers du duc et de la duchesse d’Alençon entre 1512 et 1524.
  • 122 Ibid., fo 1999-2015 : Officiers de Marguerite de Navarre pour les années 1529-1539.
  • 123 Jourda P., art. cit., p. 30-59. L’article de Guignard J., « Humanistes tourangeaux », Bibliothèque (...)
  • 124 BnF, Clair. 835, fo 1935-1959 : Officiers de Louise de Savoie entre 1496 et 1518.
  • 125 Jourda P., art. cit., p. 38.
  • 126 Sa sœur, Marie Brodeau, est l’épouse d’un autre secrétaire de la reine de Navarre : Galliot Mandat (...)

67Adrien de Launay figure parmi les secrétaires de Marguerite depuis 1517121. En 1529, il détient toujours cet office, aux côtés de Jean Gauchery et de Victor Brodeau122. Si Gauchery est quasiment inconnu, en revanche la carrière de Victor Brodeau est beaucoup mieux balisée grâce aux travaux que Pierre Jourda lui a consacrés123. D’abord secrétaire de Louise de Savoie124, il devient le valet de chambre de Marguerite en 1524125, puis son secrétaire en 1529126.

  • 127 Ibid., fo 1973-1997 : Officiers du duc et de la duchesse d’Alençon entre 1512 et 1524.
  • 128 BnF, Clair. 835, fo 2014.

68Madeleine Luillier est une cousine du Grand Maître par les Villiers. Sa mère Gabrielle de Villiers est la tante de Charles de Villiers-de-L’Isle-Adam, l’un des aumôniers de la duchesse d’Alençon au début des années 1520127. Madeleine devient dame d’honneur de Marguerite en 1539, en remplacement de Mme de Châtillon, c’est-à-dire Blanche de Tournon, autre correspondante du Grand Maître. Quant à Julienne de Fromont, il s’agit de l’une des pensionnaires de la reine128.

  • 129 XV-162 : François de Béarn au Grand Maître, de Pau, le 18 novembre 1527.

69D’autres lettres adressées au Grand Maître servent à prouver que la fonction première de cette demi-douzaine de personnages est bien de le renseigner sur l’état de santé du couple navarrais et notamment celui de la reine. Entre novembre et décembre 1527, François de Béarn, lieutenant de la compagnie d’Anne de Montmorency, se trouve à Pau. Il y rédige deux missives. Le 18 novembre : « Monseigneur, j’ay tout plain d’affères avecques lez roy et royne de Navarre pour quelque peu de b [e] in que j’ay en leur comté d’Armignac129. » Un mois plus tard, il expose la raison qui l’a obligé à demeurer en Béarn :

  • 130 VIII-212 : François de Béarn au Grand Maître, de Pau, le 21 décembre 1527.

« Monseigneur, les roy et royne de Navarre sont sur leur partement pour retourner à la court, avec lesquelz ne fauldray de m’en aller devers vous et y fusse plus tost allé, n’eust esté qu’ilz m’ont jusques icy détenu pour leurs estatz de ce pays130. »

70Aucune allusion au mauvais air béarnais, à l’amaigrissement de la reine ou à la maladie du roi. Pourtant, M. de Béarn les a côtoyés pendant un mois. La raison de ce silence est simple : son capitaine ne lui a pas demandé de lui faire parvenir de comptes rendus sur ce sujet.

71Les personnages qui servent de relais entre Anne de Montmorency et Marguerite de Navarre sont avant tout des serviteurs de celle-ci. Ils vivent dans son entourage et occupent des fonctions leur permettant de la voir quotidiennement. Du fait de la bonne santé de la reine de Navarre, ils n’ont parfois pas grand-chose à écrire. Néanmoins, la qualité des informations qu’ils délivrent met en évidence certains traits de sa personnalité.

  • 131 BnF, Clair. 835, fo 2301-2331.

72En revanche, les lettres se rapportant à la reine Eléonore sont nettement plus rares. Cela s’explique de deux façons. D’une part, entre le 1er juillet 1530 (arrivée d’Eléonore sur le sol du royaume) et le 5 mars 1531 (date de son couronnement), le Grand Maître ne la quitte pas. Il n’est donc pas nécessaire de déléguer auprès d’elle des informateurs. D’autre part, la Maison de la reine n’existe que sur le papier131, mais elle ne fonctionne pas encore. Pour cela, il faut attendre les années 1531-1532. Hélas, les lettres de la série « L » s’arrêtent précisément au début de l’année 1531.

  • 132 Et à son père. Le 16 octobre 1520, le baron Guillaume est le parrain de Marguerite Turc, dont la m (...)

73Dans les années 1527-1531, le Grand Maître est certainement l’un des seigneurs de la cour qui comptent le plus pour la seconde épouse et la sœur du roi, et ceci pour des raisons différentes. Pour Eléonore, c’est l’un des rares personnages de l’entourage royal qui ne lui soit pas a priori hostile. Pour Marguerite, une longue amitié d’une dizaine d’années l’attache à lui132. Ce sentiment est renforcé par le mariage d’Anne de Montmorency avec Madeleine de Savoie, et par les grossesses conjointes des deux femmes, qui accouchent à deux jours d’intervalle, les 15 et 17 juillet 1530. Elle est consolidée par les liens familiaux et professionnels de certains de leurs serviteurs. Aussi, n’est-il pas étonnant de voir que, même séparés par des dizaines de lieues, la reine de Navarre et le Grand Maître restent proches l’un de l’autre grâce à la mise en place de solides liens épistolaires.

  • 133 Cloulas I., op. cit., p. 57.
  • 134 VII-14 : Mme de Montreuil au Grand Maître, de Blois, le 4 mars 1530.
  • 135 VI-35 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobre 1530.
  • 136 X-246 : M. de Marchaumont à Berthereau, de Château-Renault, le 25 octobre 1530 et XV-269 : M. de M (...)
  • 137 Cloulas I., op. cit., p. 58.
  • 138 X-63 : M. de Marchaumont à Berthereau, de Saint-Denis, le 5 février 1531. En post-scriptum, M. de (...)
  • 139 XIII-62 : M. de Brissac, Humières et Saint-André au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobr (...)
  • 140 VI-35 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobre 1530.
  • 141 Benedetto Tagliacarne dit Théocrène est le précepteur des fils du roi. Il suit le dauphin et son f (...)
  • 142 XII-262 : M. de Marchaumont à Berthereau, de Château-Renault, le 28 octobre 1530.

74De tels liens existent aussi avec les fils du roi. Cependant, les lettres les concernant sont moins chargées d’affection. Elles dénotent davantage les devoirs de surveillance qui incombent aux hommes et aux femmes chargés de la redoutable mission de servir les enfants du roi. Que ce soit pendant la période 1526-1530, au moment où seuls Charles, Madeleine et Marguerite demeurent à la Cour pendant que leurs frères aînés sont retenus dans les geôles espagnoles, ou que ce soit après le retour des deux otages en juillet 1530, le Grand Maître contrôle tous les faits et gestes des rejetons royaux133. Il décide de leur habillement134, surveille leurs conditions de logement135 et même si les menus ne sont pas détaillés, presque toutes les lettres mentionnent leur bel appétit. Leur santé lui est contée par le détail, notamment lorsqu’ils sont malades136. Il veille aussi sur les pratiques religieuses des princes137. En 1531, M. de Marchaumont les accompagne à Saint-Denis. C’est l’occasion pour lui de relater leurs dévotions. Mais sa missive montre aussi que des proches du Grand Maître ne sont jamais très loin : « La messe dicte, mesdits seigneurs sont aller veoir le trésor de céans, où messeigneurs de Laval et La Rochepot les sont venuz trouver138. » Enfin, il se tient au courant de leurs activités physiques139, notamment le tir à l’arc dans la grande salle du chasteau de Château-Renault « car la pluye tombe tout le jour »140 ou le maniement de l’épée « où ilz preignent plus de plaisir que aux leçons de Monsieur Theocrenne141, combien que messeigneurs d’Orléans et d’Angoulesme apreignent merveilleusement bien et principallement monseigneur d’Orléans142 ».

  • 143 XI-224 : Blanche de Tournon au Grand Maître, de Blois, le 11 avril 1530.
  • 144 BnF, Clair. 835, fo 2369-2395 : Officiers des fils du roi entre 1521 et 1524.
  • 145 Elle demande d’ailleurs des nouvelles de ses sœurs au secrétaire de son cousin : « Je vous prie me (...)
  • 146 BnF, Clair. 835, fo 2353-2368 : Officiers des enfants entre 1521 et 1524.
  • 147 VIII-198 : M. de Polisy au Grand Maître, de Blois, le 12 août 1529.
  • 148 X-60 : M. de Polisy au Grand Maître, de Blois, le 22 novembre 1530 ; IX-227 : M. de Polisy à Berth (...)
  • 149 III-287, V-37, VI-289, IX-218, XII-64 et XV-85.

75Lorsqu’on reprend la liste des principaux informateurs du Grand Maître, on s’aperçoit qu’il s’agit de personnes de confiance. Certaines ont déjà été entrevues évoluant dans l’entourage de la reine de Navarre, comme Blanche de Tournon143, Pierre de Warty ou Victor Brodeau. D’autres sont appelées à jouer un rôle important par la suite tel Côme Clausse. Cependant, celles qui sont responsables des Enfants forment un écrin protecteur qui a toute sa confiance, pour la bonne et simple raison qu’elles appartiennent toutes à sa parentèle. La principale informatrice du Grand Maître est une cousine, Anne Gouffier, dame de Montreuil-Bonin, laquelle détient l’office de gouvernante du duc d’Angoulême144. Cette charge lui a permis de rester en France alors que ses deux sœurs, Charlotte, dame de Brissac, gouvernante du dauphin et Madeleine, dame de Chavigny, gouvernante du duc d’Orléans, ont suivi leurs petits maîtres en Espagne145. Le deuxième personnage évoluant dans la domesticité des enfants du roi est Gaucher de Dinteville, seigneur de Polisy. Son office de premier maître d’hôtel des enfants146 fait de lui un exécutant fidèle des désirs du Grand Maître. Il vient à la cour se « mectre au service de monseigneur d’Angoulesme ensuivant le vouloir de Madame et vostre147 ». Dans ses lettres, il apparaît plutôt comme un relais dans la chaîne de transmission des ordres148. À plusieurs reprises, Mme de Montreuil et M. de Polisy écrivent ensemble à leur cousin au sujet de l’entretien de la Maison des Enfants149.

  • 150 Cloulas I., op. cit., p. 56.
  • 151 Decrue F., op. cit., p. 96.
  • 152 Ibid., p. 140-141.

76La réorganisation qui suit le retour du dauphin et du duc d’Orléans profite au Grand Maître. En 1526, sur les rives de la Bidassoa, le roi embrasse deux enfants de 10 et 9 ans. Quatre ans plus tard, il retrouve deux grands garçons. Cette métamorphose a pour conséquence un changement dans la composition des serviteurs qui dirigent les Maisons des Enfants de France. Les gouvernantes, Charlotte, Madeleine et Anne Gouffier, laissent place à des gouverneurs. M. de Brissac demeure le gouverneur de l’ensemble des Maisons des enfants. Il a sous ses ordres trois chambellans qui sont en fait les gouverneurs des trois fils de François Ier150. Jean d’Humières a en charge le dauphin. Jean d’Albon de Saint-André veille sur Henri. Pierre de la Bretonnière, seigneur de Warty, s’occupe de Charles. René de Cossé-Brissac est un cousin par alliance, puisqu’il est le mari de Charlotte Gouffier. Jean d’Humières, seigneur de Nédonchel et de Mouchy, est le beau-père de François de La Rochepot, le frère du Grand Maître. Jean d’Albon de Saint-André a fait partie de l’escorte qui a accompagné celui-ci à Bayonne, tout comme Jean d’Humières (qui était aussi du voyage en Angleterre en 1527151) et Pierre de Warty152.

77Des lettres des personnes chargées de veiller sur les enfants du roi, on peut retenir deux éléments. Même s’il existe une hiérarchie entre les correspondants avec des informateurs permanents et d’autres qui renseignent à l’occasion, on remarque, une fois de plus, que des réseaux différents peuvent fonctionner, un laps de temps donné, en parfaite symbiose. D’autre part, dans le cas du Grand Maître, force est de constater que lesdits réseaux s’organisent autour de la parentèle de celui-ci, complétée accessoirement par celle de son secrétaire.

  • 153 Les fils du roi lui envoient aussi des missives. Dans un court billet adressé à son père, le duc d (...)

78Être tenu informé des moindres faits et gestes des membres de la famille royale est la gageure que parvient à soutenir Anne de Montmorency à la fin des années 1520. Certes, sa tâche est facilitée par le fait que ceux-ci lui écrivent. De nombreuses lettres du roi, de sa mère, de sa sœur et de la reine Eléonore ont été conservées153.

  • 154 XV-348 : Louis de Ronsard (il signe « Ronsart ») à Berthereau, de Cognac, le 12 août 1530.
  • 155 XIV-65 : Marie Barré à Berthereau, d’Amboise, le 8 novembre 1530.

79Cependant, nonobstant cette abondante littérature, la force d’Anne de Montmorency réside dans le fait qu’il a su, directement ou par l’intermédiaire de son secrétaire, mettre en place des réseaux constitués d’hommes et de femmes évoluant dans l’entourage immédiat des Valois-Angoulême. Du gouverneur des Enfants à la chambrière, en passant par les gouvernantes, les chambellans, les panetiers, les secrétaires et les maîtres d’hôtel, toute une organisation œuvre discrètement à maintenir quotidiennement le contact entre lui et les princes de la Maison de France. Certes, sa fonction de Grand Maître de France l’oblige à être constamment présent, prêt à répondre au moindre souhait ou commandement princier. Mais il ne faut pas douter que son souci second soit de se rendre indispensable. Pour ce faire, il faut pouvoir compter sur des gens de confiance. D’où le recours à la famille, aux cousins, aux parents, mais également à des personnes que l’on connaît. Louis de Ronsard conclut sa lettre à Berthereau en signant : « D’ung de voz meilleurs voisins et loyal amy154. » Marie Barré regrette de ne pouvoir se rendre en voisine sur les terres que le secrétaire possède près d’Amboise : « Si le temps eust esté beau, je feusse allé veoir voz terres qui sont de par deçà… et mon compère Pierre Le Moyne m’avoit promis de me mener regarder155. »

80On peut aussi remarquer la disponibilité des correspondants. Leurs lettres émanent de lieux divers, dispersés à l’intérieur d’une bonne partie du royaume. En fait, occupant des fonctions curiales, ils sont obligés, une partie de l’année de suivre les déplacements de la cour, ce qui n’est pas toujours évident et pose de gros problèmes d’intendance.

Les contraintes de la vie de cour

81La santé des membres de la famille royale est l’une des principales préoccupations des correspondants du Grand Maître. Toutefois, l’absence ou le déclenchement de maladies dépend très souvent des conditions de vie à la cour. Le nomadisme de celle-ci étant inhérent à son existence même, cela pose souvent de grandes difficultés au regard des conditions de voyage, de logement, et de subsistance. Quelle que soit la saison, les déplacements de la cour sont complexes et périlleux. Cette vérité vaut aussi bien lorsqu’elle chemine dans sa totalité, que lorsqu’une partie seulement des individus qui la composent s’aventure sur les routes du royaume.

  • 156 X-128 : M. de Warty au Grand Maître, de Libourne, le 10 janvier 1528.

82En janvier 1528, M. de Warty déplore que : « De lieu en lieu il demeure des femmes de la royne [de Navarre], malades et le povre M. de Fougères qui est mort par les champs… Ilz [la reine et son mari] n’auront pas grant suyte, car la plus grant part de leur train demeure par les champs à l’occasion du mauvais temps et des grans vans qu’il faict156. » L’annonce du décès d’un officier curial provoque la compassion. Elle a surtout pour effet de libérer une charge qu’il va falloir pourvoir rapidement d’un titulaire.

  • 157 Idem, et X-127 : de Barbézieux, le 12 janvier 1528.
  • 158 X-4 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.
  • 159 X-127 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Barbézieux, le 12 janvier 1528.

83Ce qui intéresse au plus au point le Grand Maître, ce sont les itinéraires suivis par les voyageurs. Le correspondant donne souvent la liste des étapes à suivre, ainsi que le calendrier prévu. Fréquemment, il doit revoir à la hausse ses estimations par rapport à la progression envisagée à l’origine. Partis de Pau au lendemain de la Noël 1527, Henri d’Albret et son épouse mettent cinq semaines pour parvenir à Saint-Germain. Le 12 janvier 1528, ils sont à Barbézieux. Jusqu’à Libourne, où le cortège arrive le 10 janvier 1528, Pierre de Warty espère être à Saint-Germain le 16 ou le 17 janvier 1528157. Cependant, arrivé à Loches le 20 janvier seulement, il doit revoir ses prévisions initiales et prévenir que le couple navarrais devrait atteindre Saint-Germain le 27 ou le 28 janvier158. Cela signifie que depuis Libourne, la remontée sur l’Île-de-France aura duré deux fois plus longtemps que prévu, même si le train royal avance vite car, comme l’écrit M. de Warty : « Le roy de Navarre n’a plus besoing d’estre solliciter pour s’avancer, veu qu’il est hors de ses pays159. »

  • 160 X-3 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.
  • 161 X-63 : M. de Marchaumont au Grand Maître, de Paris, le 17 décembre 1529.
  • 162 Charles IX et sa cour progressent à une vitesse moyenne de 17 kilomètres par jour. Boutier J., Dew (...)
  • 163 Gascon R., op. cit., p. 179.
  • 164 Lors de son voyage de 1556 qui le conduit du Mesnil-au-Val à Blois, Gilles de Gouberville chevauch (...)

84Adrien de Launay se joint à Pierre de Warty pour relater le voyage du couple navarrais. À Loches, il donne les étapes à venir : « Demain [mardi 21 janvier 1528] à Montrichart, mercredy à Blois, jeudy à Viévy [Viévyle-Rayé], vendredy à Bonneval, samedy à Chartres, dymenche à Montfort [l’Amaury] et lundy à Saint-Germain160. » Ce qui fait des étapes quotidiennes de 35 kilomètres, avec une très longue étape de 52 kilomètres entre Chartres et Montfort. Ce rythme se rapproche de celui de Louis de Brézé, grand sénéchal de Normandie, qui, avec son épouse Diane de Poitiers, parcourt la distance séparant Paris de Troyes en sept jours : « Demain, il va coucher à Brie conte Robert, dimanche à Suysines [Sivry], lundy à Chastel [Châtenay-sur-Seine], mardy à Provyns, mercredy à Nogent et jeudy à Troyes, pour faire la feste là où sera la court161. » Leur moyenne est d’un peu plus de 29 kilomètres par jour grâce à la dernière étape de 50 kilomètres entre Nogent et Troyes. Ce rythme est plus rapide que celui de la cour de Charles IX162. Il est équivalent à celui des marchandises lyonnaises163. Il est plus lent que celui de Gilles de Gouberville164.

  • 165 Au Grand Maître : VI-300, VI-309 et XIII-2.
  • 166 XII-150 : Adrien de Launay à Berthereau, de Blois, le 27 juillet 1530.
  • 167 Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly : XIII-297, XIV-160, XIV-237 et XIV-279.
  • 168 « Madame la marquise et sa compaignie a esté acuylié le plus honorablement qu’il est possible […] (...)

85Lorsqu’en 1530 doña Mencia de Mendoza, marquise de Zenete, traverse le royaume du sud au nord afin d’aller retrouver son futur époux Guillaume de Nassau, prince d’Orange, six personnes informent le Grand Maître de ce voyage. M. de La Hargerie a reçu la mission d’accompagner la marquise de bout en bout du périple165. Ponctuellement, ses renseignements sont complétés par ceux fournis par Adrien de Launay à Blois (« la marquize de Genette est deslogée, monstrant d’estre fort contente du traictement qu’elle a eu166 »), puis par M. de Hanches, Pierre de Garges, Guy Karuel et Yvon Pierres qui attendent la marquise à Chantilly, où elle séjourne du mercredi 1er août 1530 au soir, au samedi 4 août au matin. Quatre lettres d’Yvon Pierres informent Nicolas Berthereau au jour le jour des préparatifs de la réception organisée en l’honneur de la marquise167. La visite elle-même est relatée par Louis de Le standart, seigneur de Hanches. Le séjour de la marquise fournit à celui-ci l’occasion de rédiger une lettre dont le lyrisme a pour but essentiel de glorifier Chantilly168. Le capitaine

  • 169 XII-86 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 5 août 1530.
  • 170 XIII-303 : Guy Karuel à Berthereau, de Chantilly, le 3 août 1530. Il signale qu’il écrit au Grand (...)
  • 171 Karuel, Pierres et M. de Hanches, BNF, Clair 250, fo 1077.
  • 172 XII-86 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 5 août 1530.

86de Chantilly, Pierre de Garges, paraît lui aussi très satisfait : « Madame la marquise… avec ques sa compaignye… ont esté si bien recueilliz et festoiez de toutes choses qu’ilz s’en sont allez si contens que l’on ne scauroit plus et ont esté deffrayez de toutes choses comme vous me l’aviez escript169. » Enfin, Guy Karuel, seigneur de Boran, est moins dithyrambique, mais il assure lui aussi que la marquise « a trové an se lyeu ausy bonne compainye de hommes et de fames que il est peut possible170 ». Trois des quatre informateurs appartiennent à la compagnie d’ordonnance du Grand Maître171. Malgré tous ces comptes rendus, le Grand Maître ne saurait être pleinement satisfait qu’en entendant quelqu’un lui raconter par le menu les réjouissances. Aussi, M. de La Pommeraie, présent à Chantilly en même temps que la marquise, part-il vers lui dès le 6 août172.

87Le Grand Maître est parfaitement informé de faits et gestes des personnes dont il doit assurer le bien-être en croisant les sources écrites et en les comparant à la relation orale qui lui est faite du même événement. De plus, connaître les étapes lui permet de savoir à tout moment (avec un décalage dû au temps mis par le courrier pour lui parvenir) où elles se trouvent et ainsi de pouvoir leur envoyer des porteurs de lettres, ou d’anticiper leur arrivée afin de pourvoir à leur confort. Ce dernier point relève de la compétence des maîtres d’hôtel et des fourriers.

  • 173 Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., op. cit., p. 135.

88L’un des points noirs récurrents des cours européennes à l’époque moderne réside dans les difficultés que les officiers chargés de la logistique curiale rencontrent fréquemment, à savoir le logement. Chambellans, maîtres d’hôtel et les fourriers partagent deux obsessions : trouver des logements sains et réussir à loger tout le monde173 173. De la qualité du logis et de l’espace vital dont chacun dispose au final, dépend la réputation de celui qui orchestre l’ensemble de l’intendance de la cour, à savoir le Grand Maître de France.

  • 174 X-246 : M. de Marchaumont à Berthereau, Château-Renault, le 25 octobre 1530.
  • 175 VIII-154 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Compiègne, le 1er septembre 1527.
  • 176 IV-87 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Blois, le 4 mars 1530.
  • 177 X-63 : M. de Marchaumont au Grand Maître, de Paris, le 17 décembre 1529.
  • 178 IX-8 : La Rue au Grand Maître, de Saint-Germain, « mardi matin » (fin 1530) : « J’ay prins sur mon (...)
  • 179 ACC, série BA, reg. 2 BA 1 : « Inventaire des titres de Montmorency en 1527 », fo 10. Entre 1531 e (...)

89Nombreuses sont les lettres qui, comme celle de M. de Marchaumont, font référence à un ordre donné par Anne de Montmorency pour préparer le logis des princes. En l’occurrence, il s’agit d’envoyer un maréchal des logis à Herbault afin de superviser la mise en état des chambres des enfants du roi174. Dans ce domaine, l’improvisation tourne souvent au cauchemar. Pour l’éviter, il faut avoir recours à des gens sérieux que l’on connaît. En 1527, Adrien de Launay fait part au Grand Maître des difficultés survenues à Compiègne lors de la visite du légat d’Angleterre, le cardinal Wolsey : « J’ay esté contrainct de mectre mes dames d’Aubigny et mareschalle de La Marche [La Marck] dehors » du logis de L’Escu de France afin de loger les gens du légat175. Le 4 mai 1530, il déplore que la cour devant arriver le lendemain, le prévôt de La Barre ne soit pas encore là pour organiser le logis176. La course au logis peut prendre des allures de jeu des chaises musicales. Louis de Brézé et son épouse, Diane de Poitiers demandent à M. de Castres de leur prêter une chambre. Ne pouvant les recevoir, celui-ci les loge chez mademoiselle de Vaujour, dans une pièce qu’avait réservé M. de St-Pol, lequel n’a plus qu’à demander l’hospitalité au contrôleur Meigret177. Parfois, les frictions sont rudes et le Grand Maître doit arbitrer178. La solution consiste alors à acheter une maison près de la résidence royale. C’est ce que fait le Grand Maître à Fontainebleau, le 6 juillet 1528, lorsqu’il acquiert un logis appartenant à Antoine de Rancon, écuyer d’écurie et garde du haras du roi179.

  • 180 VI-35 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobre 1530. Même constat dans (...)
  • 181 M. de La Hargerie au Grand Maître : VI-300, [s. l.], le 22 juillet 1530 et XIII-2, de Blois, le 25 (...)

90Parallèlement à l’installation, la recherche du bon air préoccupe les officiers. Lorsque les fils du roi arrivent à Château-Renault, la première information que leurs gouverneurs délivrent au Grand Maître est pour l’assurer que « messeigneurs se trouvent très bien logez icy et en fort bel ayr, sans y avoir danger180 ». Ce que l’on redoute bien sûr, c’est l’épidémie. C’est elle qui fait éviter Poitiers, Chatellerault, Tours et un peu plus tard La Bourdaisière au cortège de la marquise de Zenete181.

  • 182 Le tour royal de 1564-1566 semble se dérouler sans grands problèmes de ravitaillement. Idem, p. 13 (...)
  • 183 Une lettre de M. de Monchenu s’inquiète de la nourriture qui va être servie lors du banquet qui do (...)
  • 184 Ainsi, le cardinal Wolsey reçoit-il 4 poinçons de vin lors de son entrée à Compiègne. XIV-305 : M. (...)
  • 185 XIII-144 : M. d’Iverny à Berthereau, de Blois, le 31 août 1530.
  • 186 III-107 : Noël Juger à Berthereau, de Montmorency.
  • 187 IX-30 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 27 avril 1530.
  • 188 XIV-78 : Oudart Dourot à Thierry Fouet dit Dornes, de Dijon, le 16 décembre 1529. En 1530, Les vin (...)
  • 189 XV-317 : Pierre Le Basque à Berthereau, de Crevant. V-310 : Gilles Godet à Berthereau, de Dijon. V (...)

91Une fois que tout le monde est casé, après que les fourriers et les maîtres d’hôtel aient aplani les différends et apaisé les revendications des uns et des autres, il faut nourrir et abreuver la collectivité, ce qui soulève de nouveaux problèmes182. Si l’on s’en tient aux lettres de la série « L », le régime alimentaire réservé aux habitués de la cour ne semble pas constituer un grand centre d’intérêt183. Exception faite du vin. Les correspondants sont intarissables sur le précieux nectar. Présenter ce breuvage en signe de bienvenue demeure une marque d’hospitalité à laquelle il ne faut pas déroger184. M. d’Iverny est assez désappointé de ne pas avoir été averti de l’arrivée à la cour de M. de Noircames, ambassadeur de l’empereur : « Par ce que je luy eusse esté faire la révérance et fait présenter du vin de ceste ville [Blois]… vray est que ilz ne sont si roiddes en bouche que ceulx du païs de Bourdeloys185. » En tant que seigneur de Chantilly et de Montmorency, le Grand Maître déguste le vin (blanc et clairet) de ses vignes186. Il fait aussi rentrer dans ses caves « six pièces de vin d’Arbois, douze du Languedoc, vingt de Tournon et de Chalosse187 ». Dans le cadre de ses fonctions à la cour, il surveille les rentrées de vins consommés par le roi. De Bourgogne, d’Aquitaine, de Touraine, du Berry, de Chalosse, de Sancerre, de Cahors, d’Orléans, voire d’Arbois188, les vins donnent lieu à de nombreux trafics de la part de sommeliers, Pierre Le Basque pour le Grand Maître, Houdart pour le roi, ou du premier maître d’hôtel du roi, Marin de Montchenu, qui sillonnent continuellement les routes et les vignobles du royaume afin d’en ramener à la Cour189.

92Mais, celui qui prend le plus de plaisir à déguster du vin est Thibaut Mynier. Celui-ci a fait

  • 190 XII-219 : Thibault Mynier à Berthereau, d’Orléans, le 5 novembre 1529.

« choysir douze pièces de vin cléret [pour le Grand Maître] que soit bien meilleurs et plus exelans que se soient peu trouver dedans la ville d’Orléans… et m’a promis Vyart les faire charger en trois charretes… pour les mener à Paris… et les feray conduyre par journée esprès pour garder qu’ilz ne soient basleter par le chemin… il les fault laisser rasseoir ung moys entier avant que les taster car les vins d’Orléans sont de ceste nature qu’ilz vueillent estre reposez longuement et tenuz netz en la cave190 ».

  • 191 Lachiver M., Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, 1988, p. 174.
  • 192 V-145 : Guillaume des Barres, dit Le Barrois au Grand Maître, d’Orléans, le 5 juin 1529.
  • 193 XV-44 : Mme de Montreuil au Grand Maître, de Saint-Germain, le 29 janvier 1529.

93À travers ces quelques exemples, on perçoit bien l’importance du vin, rosé et blanc essentiellement191, dans la consommation de la cour. Aucune missive évoquant les charrois de vins d’un bout à l’autre du royaume ne fait mention de retard de paiement, ce qui contraste avec la viande. En effet, deux lettres informent le Grand Maître du mécontentement des bouchers qui fournissent la cour en viande. Le Barrois, maître d’hôtel de Louise de Savoie, l’alerte dès qu’il a ouï-dire que le boucher du roi veut de l’argent pour subvenir aux besoins du duc de Norfolk192. Quant à Mme de Montreuil, elle lance un appel pressant à son cousin le vendredi 29 janvier 1529, car « mon bouchier m’a dit deux ou troys foys ceste sepmaine que s’il ne a argent dedans dimenche, qui luy est impossible qu’il puisse plus fournir, aussi ne feront les aultres pourvoyeurs193 ».

94Même si la consommation de vins est traitée plus en détail que celle de viandes, les thèmes liés à l’alimentation ne représentent qu’une très faible place dans la correspondance du Grand Maître. Ceci peut paraître surprenant compte tenu des dépenses physiques induites par les pratiques de passe-temps particulièrement violents comme la chasse.

Les passe-temps

  • 194 Ce divertissement sert de support à des paris où les gains (ou les pertes, c’est selon) peuvent re (...)
  • 195 VIII-42 : Isernay au Grand Maître, de Bordeaux, le 25 juin 1530.
  • 196 XIII-125 : M. de La Barre au Grand Maître, de Coucy, le 2 juillet 1527. VI-124 : Galiot de Genouil (...)

95Si le tir à l’arc, l’épée et le jeu de paume194 sont très prisés à la cour de François Ier, le roi s’y adonne surtout lorsqu’il ne peut pas chasser le cerf195. Car sa grande passion demeure la chasse. Le nombre d’heures quotidiennes passées à chasser reflète son état de santé. En exagérant à peine, on peut dire que plus il chasse, mieux son royaume est gouverné. De nombreuses missives font état des parties de chasse royales196. L’intérêt de ces exemples, pris parmi d’autres, tient autant dans les événements qu’ils présentent que dans la personnalité de ceux qui les exposent. Claude de Guise, l’amiral Chabot, Galiot de Genouillac, le prévôt de La Barre, Claude de Boisy, tous ces hommes sont soit des grands officiers de la couronne, soit des membres du conseil, soit encore des amis ou des protégés du Grand Maître. Ils font partie des courtisans qui accompagnent le souverain lorsque celui-ci chasse. Ce sont les mieux placés pour rendre compte des activités cynégétiques du roi.

  • 197 VIII-208 : François de Cenesme au Grand Maître, de Luzarches, le 26 avril 1530 ; III-119 : Méry d’ (...)
  • 198 Au Grand Maître, l’évêque d’Amiens : III-91, IV-4, VI-80, VIII-215, X-221, XV-132 et XV-149 ; l’év (...)
  • 199 Au Grand Maître : XV-228, Pierre de Garges, de Chantilly ; IV-299 : François de Montmorency, de Sa (...)
  • 200 Buthemont au Grand Maître : V-121, V-123, VIII-87, VIII-258, VIII-307 et IX-285 ; à Berthereau : I (...)
  • 201 BnF, Clair 835, fo 2380.
  • 202 BnF, ms. fr. 3074-193 : M. de Clermont au Grand Maître, d’Avignon, le 21 décembre 1529.

96Cependant, il existe un type de chasse auquel Anne de Montmorency voue une véritable passion. Il s’agit de la chasse au faucon. Sachant cela, ses commensaux lui font parvenir des oiseaux197, ses amis et les grands seigneurs de la cour l’entretiennent de leurs élevages198. Il possède ses propres fauconniers. Le personnage qui semble coordonner l’élevage des oiseaux est un dénommé Charlot qui apparaît dans plusieurs missives199. La série « L » contient aussi des courriers de trois fauconniers exerçant leur art à la Cour. Leur correspondance, très technique, accentue l’impression laissée par les lettres des seigneurs. Il s’agit de Jacques de Buthemont, de Matault et de Francisco Antonio Dafflito200. Le premier appartient au corps des gentilshommes de la fauconnerie des fils du roi201. Les deux autres sont des fauconniers du roi202.

  • 203 « Aussi, combien que n’ayés loisir d’estre bon faucaulnier, vous prie prendre ceste peine de faire (...)
  • 204 Le sacre et le gerfault sont des variétés de faucons. Le tiercelet est un faucon mâle. Le sor (ou (...)

97Leur nombre non-négligeable de lettres s’explique en grande partie par les circonstances propres à l’année 1530. C’est parce qu’ils sont séparés du Grand Maître, alors au Pays Basque, que ces hommes qui le côtoient ordinairement à la cour, lui écrivent. De plus, on remarque qu’ils adressent également, bien qu’en moins grand nombre, des missives à Nicolas Berthereau. Même si ce dernier ne paraît pas intéressé au premier chef par la fauconnerie203, il surveille de très près tout ce qui touche à l’art de la volerie. Les lettres des trois hommes sont des comptes rendus techniques. Il n’est question que de sacre, de sacret sor, de tiercelet, de gerfaut, de hagard204.

  • 205 Ibid., p. 143.
  • 206 Gerfaut malade dans V-266 et XIII-55. Sacre blessé par un héron dans VIII-87. Sacre tué par un pay (...)
  • 207 IX-229 : Buthemont à Berthereau, de Gemaulx (Hagetmau), le 5 avril 1530.

98La chasse au faucon a ceci de paradoxal que lorsqu’ils se déplacent, les seigneurs se font accompagner par leurs oiseaux, mais que ces derniers sont d’une très grande fragilité. Un faucon n’était utilisé que deux ou trois saisons205. Trois raisons majeures expliquent cette brève existence. Soit il se perd ; soit il tombe malade comme le gerfaut de Matault qui refuse de s’alimenter depuis huit jours, ou reçoit des coups de bec du héron qu’il pourchassait, incident qui arrive au sacre bleu de Buthemont ; soit il est tué par un paysan, triste fin survenue à un autre sacre de Buthemont206. D’autre part, il faut sans cesse entretenir leur capacité à chasser leurs proies. Cela oblige les fauconniers à parcourir la campagne afin de repérer les héronnières. Ceci débouche sur un impératif : en période de chasse, il faut sans cesse déplacer les faucons, d’où une multiplication des causes de perte. Cette chasse s’accommode très bien du nomadisme curial. Mais dès que celle-ci s’arrête trop longtemps en un même lieu, les fauconniers connaissent des problèmes pour alimenter leurs bêtes. Ils se retrouvent dans l’obligation d’acheter de la viande et de la préparer : « Nous sommes icy en ung lieu où nous dépençons tout et si l’argent nous fault, nous fauldrons à menger. A ceste cause, je vous prie me faire bailler X escuz et se seront XX sur ce quartier d’avril207. »

  • 208 Frédéric II, De arte venandi cum avibus. Les trois autres sont : ceux qui se repaissent du gibier (...)

99Anne de Montmorency se range dans la quatrième et dernière catégorie de chasseurs au faucon distinguée par l’empereur Frédéric II dans son traité de fauconnerie, celle des seigneurs qui veulent détenir de bons rapaces, meilleurs que les autres « ce qui leur vaudra réputation et honneur supplémentaires. Leur plus grande satisfaction tient à la qualité de leurs oiseaux208 ». Probablement par éducation, mais aussi par obligation. En effet, même si vers 1530, il existe un grand fauconnier responsable des chasses royales, le Grand Maître de France entend bien s’approprier une partie de la gloire qui retombe sur ceux qui organisent de bonnes chasses.

100Si le roi est le seul à diriger la cour, le Grand Maître de France l’organise quotidiennement. Tout comme son cousin Artus Gouffier, Anne de Montmorency, tout en demeurant un serviteur fidèle du roi a su établir un double contrôle sur la cour. Quantitatif d’abord, en plaçant des parents, des alliés, des commensaux, des protégés un peu partout et principalement parmi les officiers de la Chambre ; qualitatif ensuite, en obtenant de ces personnes des comptes rendus précis des activités, de la santé et des humeurs des membres de la famille royale.

101Tout ce travail est affaire de réseaux. Tous sont autonomes, mais aucun ne vit en autarcie. Des passerelles entre les uns et les autres existent, à commencer par celles posées par le Grand Maître et son secrétaire. Tous deux centralisent les informations, les recoupent afin d’apporter la meilleure solution aux éventuels problèmes posés par leurs correspondants. De la qualité des renseignements fournis dépend la précision des réponses. Le tout sert les intérêts du Grand Maître dont l’autorité, construite entre 1526 et 1529 est pratiquement sans égale à partir de 1530.

102Il faut prendre garde au fait que les lettres envoyées au Grand Maître et de son secrétaire renvoient une fausse impression de concentration autour de deux personnages principaux, limitant la prestation de tous les autres acteurs à des seconds rôles, y compris celle d’un souverain de l’envergure de François Ier. Une fois cette précaution enregistrée, force est de constater que tout au long de l’année 1530, les deux hommes bénéficient du soutien de onze réseaux de personnes principalement implantées à la cour, dans le monde des finances et sur les terres qui leur appartiennent. Le but de ces réseaux est de maintenir vivace l’accès à des informations de toute nature pour deux hommes absents de chez eux et de la cour durant de longs mois. Chaque correspondant occupe une place précise et remplit des obligations particulières estimées en fonction de ses capacités à approcher l’événement et à en rendre compte. C’est en recoupant les nouvelles reçues que les deux hommes connaissent, de jour en jour, ce qui se fait et se défait autour du roi.

*

103En 1530, François Ier pouvait-il utiliser quelqu’un d’autre pour mener à bien la mission consistant à lui rendre ses enfants en échange d’une rançon colossale ? Sa mère et sa sœur ? Le fait d’être des femmes représente un handicap rédhibitoire pour ce type de mission. De plus, Marguerite est enceinte. Le roi de Navarre ? C’est un ennemi de Charles Quint car il existe entre eux un contentieux à propos de la Navarre espagnole. Les Bourbons ? Même si l’ensemble du lignage n’a pas participé à la trahison du connétable, la maison de Bourbon subit une baisse de crédit. De plus, elle est trop impliquée dans le renoncement de seigneuries situées aux Pays-Bas pour être fiable à cent pour cent. Le chancelier Duprat ? Il est âgé et sans grand prestige en dehors des cercles parlementaires parisiens. L’amiral Chabot ? Sa renommée n’est pas assez grande et il semble que son ambassade auprès de l’empereur en 1529 ne se soit pas bien passée. Les Guises ? Bien que sa bonne étoile commence à briller (le comte Claude est devenu duc par la grâce du roi ; son frère, le cardinal de Lorraine, entre au conseil royal au printemps 1530), le lignage ne bénéficie pas encore d’assises suffisamment solides à la cour de France, fondées sur une fréquentation assidue et de longue date, pour diriger ce type de mission.

104Reste Anne de Montmorency. Il ne souffre d’aucune des faiblesses pesant sur les autres personnages qui entourent le roi. Il est fidèle et a la confiance du monarque. Il est estimé des Impériaux et n’a aucun litige personnel à leur encontre. Il est marié à une cousine du souverain et sa parentèle est nombreuse et disséminée sur l’ensemble du royaume. Il est bien introduit dans l’armée, les finances et la justice, autant de réseaux qu’il peut mettre à la disposition du roi pour produire une synergie capable de surmonter tous les obstacles qui pourraient surgir. En 1530, il est le seul seigneur susceptible de mobiliser plusieurs centaines d’individus dans le but assigné par le roi. Cependant, malgré ses qualités, malgré ses réseaux, le Grand Maître passe très près de la catastrophe. Non pas parce qu’il aurait pu échouer, mais parce qu’il a eu à affronter le temps et l’absence, qui sont les ennemis du courtisan. Car seule la présence physique importe. Elle seule le protège des coups bas des adversaires. Elle seule lui permet d’étendre sa protection sur ceux qui ont lié, durablement ou momentanément, leur sort au sien.

Notes

1 François Ier, Charles Quint, Henry VIII, Jean III du Portugal, Ferdinand d’Autriche et le pape Clément VII.

2 Le connétable de Castille, Pedro de Velasco, le chancelier Duprat, le duc de Vendôme, le duc de Norfolk, le prince de Melfi, Guillaume de Nassau, les cardinaux de Mantoue, Salviati, de San-Severino et Trivultio.

3 Henry VIII craint un rapprochement du roi de France et de la papauté, et les relations cordiales entretenues par le Tudor et le Valois depuis 1527 se refroidissent. Le traité de Cambrai a privé le roi de ses principaux alliés dans la péninsule italienne. Ceux-ci, désespérés, attendent le bon vouloir de l’empereur à leur égard. De leur côté, Charles Quint et son frère Ferdinand, roi de Bohème et de Hongrie, doivent faire face à un double danger. Les marches orientales de l’Empire sont sous la menace constante des Turcs, qui viennent juste de lever le siège de Vienne et restent menaçants en Hongrie. Tandis que la réforme luthérienne prend de l’ampleur et s’étend dans l’Europe rhénane et danubienne.

4 C’est le cas des lettres de Clément VII (BnF, ms. fr. 2997-22), Marguerite d’Autriche (fr. 3032-17), du duc de Norfolk (fr. 3037-47), de Philippe de Lalaing (fr. 3070-79), du cardinal de Mantoue (fr. 3014-56), du cardinal San-severino (fr. 3010-50), du duc de Ferrare (fr. 20504-59) et d’Henry VIII (fr. 2997-11).

5 La liste est établie à partir des noms figurant sur les registres des officiers curiaux conservés à la BnF, ms. fr. 21449, et Clair. 835.

6 Montchenu, de Bonnes, de La Hargerie, Passano, Saint-Bonnet. BnF, ms. fr. 21449. Années 1529 et 1530.

7 Brissac, de La Pommeraie. Ibid.

8 Chabot, Barbézieux, de La Barre, François de Montmorency, Boisy, Raffin, de Warty, Du prat. Ibid.

9 Périgort, Babou, Macault, Isernay, Bombelle. Ibid.

10 Neufville, Bayard, Dorne, Colin. Ibid.

11 Pour Louise de Savoie : Georges de Vercles, Mme de Montreuil, Louis Braillon. Pour Marguerite de Navarre : Victor Brodeau, Etienne Leblanc, Adrien de Launay, Jean Gauchery, Jean de Charpaignes Pour les fils du roi : M. de Brissac, M. d’Humières, M. de Saint-André, M. de Montreuil, M. de Buthemont, Côme Clausse et Louis de Ronsard.

12 Solnon J.-F., op. cit., p. 16.

13 Ibid., p. 39 et 44.

14 Ibid., p. 38.

15 Michaud H., op. cit., p. 119.

16 Cloulas I., op. cit., p. 147 et Decrue F., op. cit., p. 148.

17 Hamon P., op. cit., p. 297.

18 Gascon R., op. cit., p. 369, et Hamon P., op. cit., p. 144.

19 Decrue F., op. cit, p. 144.

20 De novembre 1529 à août 1531. CAF, t. IX, p. 37.

21 Résident en Angleterre de janvier 1530 à janvier 1531. Ibid., p. 17.

22 Entre août 1529 et juin 1530. Ibid., p. 50.

23 D’octobre 1530 à janvier 1531. Ibid.

24 De novembre 1529 à octobre 1533. Ibid., p. 79.

25 Présent de mars 1529 à octobre 1535. Ibid., p. 78. M. de Boisrigaud avait déjà été ambassadeur résident d’octobre 1522 à novembre 1528.

26 De juin 1529 à mars 1534. Ibid., p. 67.

27 De janvier 1529 à novembre 1530. Ibid., p. 56.

28 De décembre 1529 à juillet 1530. Ibid., p. 48. M. de La Tour épouse par procuration la reine Eléonore le 20 mars 1530. Decrue F., op. cit., p. 147. Deux autres hommes sont aussi en Espagne au même moment, il s’agit de M. de Rabodanges, écuyer tranchant du roi, envoyé par le Grand Maître à Madrid en février 1530, et de Guillaume Bochetel.

29 Le premier en février et le second au printemps 1530 pour régler les détails des clauses du traité de Cambrai. Ibid., p. 37 et 50, et Decrue F., op. cit., p. 145.

30 D’avril 1530 à mars 1532. CAF, t. IX, p. 84.

31 Ibid., p. 110.

32 Decrue F., op. cit., p. 128 et 183. Henry VIII possède un ambassadeur auprès de François Ier, en la personne de Francis Briant dont le silence épistolaire s’explique par le fait qu’il accompagne le Grand Maître à Bayonne. Decrue F., op. cit., p. 184.

33 XIII-210 : M. de La Pommeraie à Berthereau, de Malines, le 24 février 1530.

34 VIII-46 : M. de La Pommeraie au Grand Maître, de Bruxelles, le 2 septembre 1529.

35 Hellin au Grand Maître : VI-25, VI-53, VIII-38 et XI-4.

36 À titre d’exemple, entre avril 1526 et janvier 1530, Joachim de Passano se rend en Angleterre (avril 1526-juillet 1527), à Ferrare (août 1527-novembre 1527, avec un aller-retour à Venise en septembre 1527), de nouveau à Ferrare en février 1528, puis à Londres à nouveau (juin 1528), puis à Rome (juillet 1528-février 1529), avant de repartir pour Ferrare (février 1529-avril 1529) et enfin retourner à Venise (avril-août 1529). CAF, t. IX, p. 17, 23, 53, 56 et 67. Passano retourne en Angleterre entre mars 1531 et janvier 1532. Le même constat peut être fait pour l’évêque de Tarbes (ibid., p. 22, 36, 40, 55 et 56), pour François de La Tour (ibid., p. 22, 60 et 67) et les frères Du Bellay, Jean, évêque de Bayonne, et Guillaume, seigneur de Langey (ibid., p. 79, 60, 69, 17 et 22).

37 En font partie Guillaume et François de Montmorency, Jean d’Humières, Charles de Villiers, madame d’Azincourt, mademoiselle d’Aurigny, Saladin d’Anglure, M. de Boursault, Charles et Gabriel de Gramont, M. de Turenne, M. de Clermont, M. de Brissac et M. de Saint-Bonnet. En sa qualité de parrain du premier fils du Grand Maître, Charles de Martigny, évêque de Castres, peut être placé dans ce sous-groupe.

38 Tels M. des Arpentis, Pierre et Jean de Garges, Mathieu de Longuejoue, Nicolas Charmolue, Jean Grolier, l’abbé d’Hérivaux, Christophe de Cargerie, et Simon de Bury.

39 C’est le cas de Guy Karuel, de Louis de Fourmillon, de M. de Montredon, du baron d’Oursières, de Charles de Magny, de M. de La Mairie, de Jeannot d’Andonis, et de Christophe de Lubiano.

40 Jean de Poncher, M. de La Hargerie, M. de Villeroy, Gilles de La Pommeraie, Jean Ruzé, l’abbé d’Aniane, Oudart Du Biez, Perault, Pierre de Mesmond, le baron de Saint-Blancard, Denis Poillot, Jean Maynier d’Oppède et Pierre Mathieu.

41 Charton-Le Clech S., op. cit., p. 327. Leroux de Lincy A., op. cit., p. 6. Lapeyre A. et Scheurer R., op. cit., p. 231-232, notice 479. P. Anselme, op. cit., t. VI, p. 448-451 (généalogie des Poncher). Hervier D., « Pierre Le Gendre et son inventaire après décès, étude historique et méthodologique », Bibliothèque du XVIe siècle, t. XLII, Paris, 1977. Delmas A., Gaillard, Jacques et Raoul Spifame, étude d’une famille au XVIe siècle, Positions des thèses de l’École nationale des Chartes, 1943, p. 55-61.

42 Pour les Grolier, Leroux de Lincy A., op. cit., p. 3. Pour les Spifame, rappel des origines dans Dubost J.-F., op. cit., p. 135.

43 Généalogie des Du Val dans Charton-Le Clech S., op. cit., p. 325.

44 Pour tous les liens matrimoniaux, se reporter à Popoff M., op. cit., Lapeyre A. et Scheurer R., op. cit., Charton-Le Clech S., op. cit.

45 Très éloigné puisque le lien remonte au XVe siècle lorsque Jacques de Montmorency, demi-frère de Jean de Montmorency (le grand-père d’Anne) épouse une Perdriel, tante de la femme de Brinon. Par voie de conséquence, François de Marsillac en se mariant avec l’une des filles de Jean Brinon, entre dans cette large parentèle (Harsgor M., op. cit., p. 1239), de même que Nicole Le Coq (ibid.).

46 Il commence ses lettres au secrétaire par « Monsieur mon cousin » et les termine par « Vostre humble cousin et serviteur ». Le degré de cousinage n’a pu être retrouvé.

47 Dans sa lettre XV-338, Belcier écrit à Berthereau en se recommandant de son cousin M. de La Mairie.

48 BnF, Dossiers Bleus 446-11957.

49 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de Vindry F., L’État-Major français au XVIe siècle, Paris, 1909.

50 À titre de comparaison permettant de replacer à sa juste valeur ce chiffre, ce sont « 190 personnes qui sont, à titre divers, au service de Morelet de Museau [pour les années 1510-1529] et 66 clercs et commis qui ont Jean Carré pour maître [pour la même période ?] ». Hamon P., art. cit., p. 185.

51 Certains portent le titre de commissaire, d’autres celui de contrôleur, d’autres encore celui de trésorier et d’autres enfin celui de commis. Pour les années 1544-1547, l’administration de la guerre emploie quinze commissaires et dix-sept contrôleurs. Hamon P., op. cit., p. 18-19.

52 Ainsi, la montre de 61 hommes d’armes et de 123 archers de la compagnie du Grand Maître faite à Bagnaux, en Languedoc, le 17 février 1529 est effectuée par André Le Roy, commissaire des guerres, pour servir à l’acquêt de Jean Grolier, trésorier des guerres. BnF, Clair. 249, fo 177.

53 CAF, t. IX, Administration des guerres.

54 BnF, Clair. 251, fo 1119. Le trésorier associé est Georges Héruvet (ou Héroet). On pourrait également ajouter Jamet de Messon qui, en 1527, réclame ses gages de deux ans de commissaire ordinaire des guerres, office dont il a été privé après avoir été cassé. XV-172, au Grand Maître, d’Aigueperce, le 22 août 1528.

55 CAF, t. IX, administration des guerres. Le Moyne est contrôleur général depuis le 8 janvier 1526, en remplacement de Nicole Berziau.

56 BnF, Clair. 251, fo 1123. Montre complète puisqu’elle recense 98 hommes d’armes (chiffre annoncé dans le préambule du rôle de montre, alors que 96 noms seulement apparaissent) et 200 archers.

57 Valynseele J., op. cit., p. 8.

58 BnF, Clair. 251, fo 1123. À titre de comparaison, on peut se reporter à l’article de Gunner Lind sur les prénoms des officiers de l’armée danoise entre 1648 et 1864. Lind G., « Name styles and the perception of social reality », L’État moderne et les élites…, op. cit., p. 234-245.

59 Pour l’ordinaire : Jean Grolier, René Thizart, Georges Héruvet (ou Hérouet), Guyot de La Maladière et Nicolas de Troyes. Pour l’extraordinaire (années 1526-1531) : Gaillard Spifame, Pierre d’Apestéguy et Jean Laguette. De plus, les huit trésoriers de l’extraordinaire des guerres successifs écrivent au Grand Maître : Lambert Meigret, Jean Carré, Gaillard Spifame, Pierre d’Apestéguy, Jean Laguette, Jean Godet, Martin de Troyes et Jean Prévost.

60 Hamon P., op. cit., p. 22-24.

61 Le 17 février 1528, la solde est versée pour le quartier d’avril-mai-juin 1527. Le 29 janvier 1530, pour celui de juillet-août-septembre 1529. Le 7 mars 1530, pour celui d’octobre-novembre-décembre 1529. Pour les trois exemples : BnF, Clair. 250, fo 1077 ; 251, fo 1119 et fo 1123. Aucune lettre des hommes d’armes, des commissaires et des contrôleurs, ne se plaint d’un retard excessif du règlement de la solde et ce malgré la distance séparant le capitaine de sa compagnie.

62 XIV-199 : M. du Puy-Saint-Martin au Grand Maître, d’Aix, le 3 mars 1531.

63 VII-229, Lubiano à Berthereau, de Marseille, le 29 octobre 1529.

64 La meilleure définition de ce rapport est celle d’Ulrich Pfister pour lequel la relation clientélaire est « une amitié instrumentale entre deux personnes à statut social inégal ». Cité par Hamon P., op. cit., p. 347.

65 Le constat ne vaut que pour l’année 1530. Le même tableau, réalisé un an auparavant, ferait apparaître des liaisons différentes, ne serait-ce que pour Louise de Savoie, Marguerite d’Autriche et Marguerite de Navarre. Cette flexibilité montre bien à quel point il est difficile et délicat d’établir des modèles sur la longue durée lorsqu’on aborde l’étude des relations humaines.

66 P. Hamon est le premier à s’étonner du procédé utilisé. Hamon P., op. cit., p. 353.

67 Dans le même ordre d’idée, en 1530, ni le Grand Maître, ni Berthereau n’ont intérêt à activer le réseau domestique du secrétaire car ses membres ne leur sont d’aucune utilité dans les opérations de collecte de la rançon.

68 Pour reprendre la terminologie des sociologues, ce type de réseau pourrait être qualifié de « coalitions », c’est-à-dire « d’ensembles concertés et temporaires d’acteurs individuels ou collectifs qui ont des rapports de coopération et de conflit ». Lemieux V., op. cit., p. 35. En l’espèce, la définition relève de la coalition politique.

69 Pour Nicolas Berthereau, il semble que la répartition soit plutôt binaire, avec, d’un côté des réseaux structurels organisés autour de sa famille, de celle du Grand Maître et des serviteurs de ce dernier, et de l’autre, des réseaux hybrides se raccrochant au monde des finances, de la cour et de la diplomatie.

70 La signature manquante est celle de Jean Testu, le receveur général du Languedoc.

71 À l’exception de Franc Conseil.

72 Ainsi le 16 mai, le Grand Maître apprend successivement que le roi est guéri de son « dévoyement d’estomac », et l’amiral Chabot de sa « colicque » ; que le cardinal de Lorraine a gardé le lit deux jours à cause d’un genou enflé « d’ung coup de raquette qu’il se donna en jouant à la paulme » ; que messieurs de Rochefort, d’Aubigny et l’évêque de Lisieux sont fêtés « à qui mieulx mieulx ». Colin termine sa lettre en élargissant à l’Europe, puisqu’il évoque la prise de Volterra par les Florentins et conclut sur l’empereur qui « pense plus à faire son filz roy des Romains qu’au siège auquel il assiste ». V-94.

73 XIII-279, Jacques Colin à Berthereau, de Bordeaux, le 20 juin 1530.

74 Scheurer R., Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, t. 1 : 1529-1535, Paris, 1969, p. 120-194.

75 Tout du moins pour celles adressées à Berthereau, comme le montre cette phrase : « On m’employe le mains qu’on peult, je m’en soubczie le mains qu’il est possible, mais il ne meurt evesque ne riens. Que voulez-vous que je vous en facze ? » BnF, ms. fr. 3080, fo 187-190. Jean Du Bellay à Berthereau, de Blois, le 18 mars 1530.

76 Certaines lettres conservées aux ACC et à la BnF sont chiffrées et déchiffrées entre les lignes, (BnF, ms. fr. 3080, fo 187-190 ; XIV-280 ; IX-225 ; V-125 ; V-127 ; IV-288 ; V-142). Toutes sont expédiées à Nicolas Berthereau.

77 Idem. Autre allusion dans V-127.

78 V-142.

79 II-275, de Saint-Germain, le 31 décembre 1530.

80 Plus 2 lettres non datées, mais écrites en mai.

81 Les 10 mars, 16 et 21 mai, 1er et 18 juin.

82 Les 8-9, 12-13 et 28-29 mars, les 23-24 avril.

83 Le système semble bien rôdé puisqu’on le retrouve en 1537. BnF, ms. fr. 3056, fo 39, 43, 49, 55, 61, 71, 77, 83, 87, 93, 125 et 129.

84 IX-118, XIII-254 et XIV-219.

85 IX-250 (du 30 avril 1530), XIII-254 (21 mai), XIV-219 (30 mai).

86 IX-118.

87 Le 20 juin : « Nous espérons avoir la venue de la royne et de messeigneurs dedans lundy prochain, dieu le veuille que ainsi soit, car il y en a icy qui sont bien faschez de tant de délay qu’on nous baille, mais le roy le tient pour seure » (XIII-311). Trois jours plus tard, autre son de cloche : « Le roy a eu nouvelles qu’il aura femme et enffans ceste sepmaine et l’a ainsi dit devant tout le monde. Dieu veuille que ainsi soit, car je vous asseure que ceste prolongacion luy fasche bien et à la compaignie. » D’autant plus qu’à cause de l’oisiveté forcée, des rixes éclatent, ce qui oblige le roi à intervenir pour « apaisé toutes les querelles des gentilzhommes et ne font que jouer à la paulme » (XIII-265 pour les deux extraits).

88 D’Angoulême : IX-250, IV-26, IV-28, IX-206, XIII-247 et XIII-252. De Barbézieux : VII-316. De Bordeaux : XIII-274 et V-250.

89 IX-250.

90 XIII-274.

91 IV-26, IV-28, IX-206, XIII-252 et V-250.

92 Palamède Gontier à Berthereau : XIV-198, XIV-278 et IX-222. Au Grand Maître : XII-45. Lettre d’avril 1530.

93 XIII-240, le 11 mai et XIII-261, le 26 mai.

94 IX-222, de Nantes, le 12 avril 1530. Lien confirmé par Michaud H., op. cit., p. 122, et par Hamon P., op. cit., p. 356. Il lui est même reproché (en 1532 il est vrai) d’avoir essayé de gagner un fidèle du Grand Maître à la cause de l’amiral. BnF, Dupuy 260, fo 331, du 24 août 1532. Citée par Hamon P., op. cit., p. 395.

95 Cette piste est d’autant plus intéressante, qu’en 1559, on retrouve des lettres de Palamède Gontier à Alixant (qui a succédé à Berthereau comme secrétaire du connétable), soit longtemps après la mort de Chabot. XVII-320, de Paris, le 6 mai et XVII-322, de Paris, le 19 mai. Aurait-il finalement rallié le camp d’Anne de Montmorency ? Son basculement serait tardif puisqu’en 1538, il est compromis dans le procès intenté à l’amiral. Michaud H., op. cit., p. 113, note no 6.

96 XIII-234, le 5 mai ; IV-31, le 8 mai ; et XIII-242, le 13 mai.

97 IV-31.

98 XIII-234.

99 XIII-242.

100 Solnon J.-F., op. cit., p. 38.

101 Carouge P., op. cit., chapitre IV.

102 Ibid.

103 VI-124 et X-7 (Galiot de Genouillac), VII-57 (Claude Gouffier), XI-242 (l’amiral Chabot), VII-13 (duc de Guise).

104 XII-24 : M. de La Hargerie au Grand Maître, de Tilloloy, le 13 février 1528.

105 CAF, t. VIII, p. 453 et suiv.

106 Chanterac B. de, op. cit., p. 98.

107 CAF, t. VIII, p. 458.

108 X-4, de Loches, le 20 janvier 1528. La lettre du Grand Maître mentionnée par M. de Warty date du 16 janvier 1528.

109 Jourda P., op. cit., p. 1016 et Répertoire analytique…, qui résume des dizaines de lettres au Grand Maître.

110 XI-201 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Pau, le 13 décembre 1527. Même constat chez Mme de Fromont. V-68 : Mme de Fromont au Grand Maître, de Pau, le 18 novembre 1527.

111 XI-201.

112 M. de Warty au Grand Maître : X-128, de Libourne, le 10 janvier 1528 ; X-127, de Barbézieux, le 12 janvier.

113 X-4 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.

114 X-3 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.

115 Adrien de Launay au Grand Maître : IV-87, de Blois, le 4 mars 1530 ; XIV-201, de Blois, le 18 mars 1530 ; XV-161, de Blois, le 21 août 1530. Blanche de Tournon au Grand Maître : XI-224, de Blois, le 11 avril 1530.

116 VII-23 : Jean Gauchery au Grand Maître, de Blois, le 2 avril 1530. XIII-69, Victor Brodeau au Grand Maître, de Blois, le 29 juillet 1530 ; XIV-276, le 1er août 1530 ; V-249, le 2 août 1530 et IX-271, le 6 août 1530.

117 VII-299 : Madeleine Luillier à Berthereau, de Blois, le 22 mai 1530.

118 Il figure sur la liste des gentilshommes à partir de 1521. BnF, ms. fr. 21449, fo 65.

119 CAF, t. VIII, principaux officiers royaux, « Eaux et forêts » et « baillis et sénéchaux ».

120 Devèze M., op. cit., p. 60-61.

121 BnF, Clair. 835, fo 1973-1997 : Officiers du duc et de la duchesse d’Alençon entre 1512 et 1524.

122 Ibid., fo 1999-2015 : Officiers de Marguerite de Navarre pour les années 1529-1539.

123 Jourda P., art. cit., p. 30-59. L’article de Guignard J., « Humanistes tourangeaux », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, t. VII, 1940, p. 133-189, évoque Victor Brodeau en reprenant l’article de Pierre Jourda.

124 BnF, Clair. 835, fo 1935-1959 : Officiers de Louise de Savoie entre 1496 et 1518.

125 Jourda P., art. cit., p. 38.

126 Sa sœur, Marie Brodeau, est l’épouse d’un autre secrétaire de la reine de Navarre : Galliot Mandat. Ibid., p. 36 et BnF, Clair. 835, fo 1999-2015.

127 Ibid., fo 1973-1997 : Officiers du duc et de la duchesse d’Alençon entre 1512 et 1524.

128 BnF, Clair. 835, fo 2014.

129 XV-162 : François de Béarn au Grand Maître, de Pau, le 18 novembre 1527.

130 VIII-212 : François de Béarn au Grand Maître, de Pau, le 21 décembre 1527.

131 BnF, Clair. 835, fo 2301-2331.

132 Et à son père. Le 16 octobre 1520, le baron Guillaume est le parrain de Marguerite Turc, dont la marraine est Marguerite. L’autre parrain est René, Grand bâtard de Savoie. Jourda P., op. cit., p. 56.

133 Cloulas I., op. cit., p. 57.

134 VII-14 : Mme de Montreuil au Grand Maître, de Blois, le 4 mars 1530.

135 VI-35 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobre 1530.

136 X-246 : M. de Marchaumont à Berthereau, de Château-Renault, le 25 octobre 1530 et XV-269 : M. de Marchaumont à Berthereau, de Château-Renault, le 26 octobre 1530. Dans chacune de ses lettres, Victor Brodeau évoque la bonne santé des enfants. Victor Brodeau au Grand Maître, de Blois : XIII-69, le 29 juillet 1530, XIV-276, le 1er août 1530, et IX-271, le 6 août 1530.

137 Cloulas I., op. cit., p. 58.

138 X-63 : M. de Marchaumont à Berthereau, de Saint-Denis, le 5 février 1531. En post-scriptum, M. de Marchaumont ajoute qu’il a fait dire les deux messes qu’Anne de Montmorency lui a demandées de faire célébrer « l’une de monseigneur Saint Denys, l’autre de monseigneur Saint Anthoine de Pade ».

139 XIII-62 : M. de Brissac, Humières et Saint-André au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobre 1530.

140 VI-35 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobre 1530.

141 Benedetto Tagliacarne dit Théocrène est le précepteur des fils du roi. Il suit le dauphin et son frère en Espagne. Il reçoit l’évêché de Grasse en récompense de son dévouement. Cloulas I., op. cit., p. 35, 42-44 et 58. La lettre de M. de Ronsart (VI-133) signale que Théocrène se recommande au bon souvenir du Grand Maître.

142 XII-262 : M. de Marchaumont à Berthereau, de Château-Renault, le 28 octobre 1530.

143 XI-224 : Blanche de Tournon au Grand Maître, de Blois, le 11 avril 1530.

144 BnF, Clair. 835, fo 2369-2395 : Officiers des fils du roi entre 1521 et 1524.

145 Elle demande d’ailleurs des nouvelles de ses sœurs au secrétaire de son cousin : « Je vous prie me mandez de eulx, car je ne scay point la cause de la demeure de madame de Brissac et n’ay riens entendu de madamoiselle de Chavigny. » XIV-36 : Mme de Montreuil à Berthereau, de Saint-Germain, le 14 avril (1527).

146 BnF, Clair. 835, fo 2353-2368 : Officiers des enfants entre 1521 et 1524.

147 VIII-198 : M. de Polisy au Grand Maître, de Blois, le 12 août 1529.

148 X-60 : M. de Polisy au Grand Maître, de Blois, le 22 novembre 1530 ; IX-227 : M. de Polisy à Berthereau, de Chenonceaux, le 7 septembre 1530.

149 III-287, V-37, VI-289, IX-218, XII-64 et XV-85.

150 Cloulas I., op. cit., p. 56.

151 Decrue F., op. cit., p. 96.

152 Ibid., p. 140-141.

153 Les fils du roi lui envoient aussi des missives. Dans un court billet adressé à son père, le duc d’Angoulême met en valeur le rôle d’intermédiaire du Grand Maître : « Monseigneur, j’ay si grand envye de vous veoir, je vouldroys estre avecques vous et dictes à monseigneur le Grant Maistre qu’il me vienne quérir et je vous en supplie car il faut bien que j’ay grand envye d’y aller. » VI-98 : Charles [duc d’Angoulême] au roi, [s. l. n. d.].

154 XV-348 : Louis de Ronsard (il signe « Ronsart ») à Berthereau, de Cognac, le 12 août 1530.

155 XIV-65 : Marie Barré à Berthereau, d’Amboise, le 8 novembre 1530.

156 X-128 : M. de Warty au Grand Maître, de Libourne, le 10 janvier 1528.

157 Idem, et X-127 : de Barbézieux, le 12 janvier 1528.

158 X-4 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.

159 X-127 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Barbézieux, le 12 janvier 1528.

160 X-3 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Loches, le 20 janvier 1528.

161 X-63 : M. de Marchaumont au Grand Maître, de Paris, le 17 décembre 1529.

162 Charles IX et sa cour progressent à une vitesse moyenne de 17 kilomètres par jour. Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., op. cit., p. 22.

163 Gascon R., op. cit., p. 179.

164 Lors de son voyage de 1556 qui le conduit du Mesnil-au-Val à Blois, Gilles de Gouberville chevauche à une vitesse de 45 kilomètres par jour en moyenne. Foisil M., Le sire de Gouberville, Paris, 1981, p. 158.

165 Au Grand Maître : VI-300, VI-309 et XIII-2.

166 XII-150 : Adrien de Launay à Berthereau, de Blois, le 27 juillet 1530.

167 Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly : XIII-297, XIV-160, XIV-237 et XIV-279.

168 « Madame la marquise et sa compaignie a esté acuylié le plus honorablement qu’il est possible […] M. de Montmorency la reseut avec belle compaignye de gentilzhommes et estoyt pour le moins quarante portant robe de soaye […] M. de La Hargerie m’a juré que en lieu où aye esté la marquise, elle n’a eu chambre avec ses suytes sy bien en point comme elle a eu en ce lieu… [je] croyes que n’ey veu Espaignol ny Espaignolle séans qui ne dye que la triomphe de la France est à Chantilly… Il y eut un Espaignol qui dansa la gaillarde du commencement et dit depuis qu’il pensoit que il n’y eust bons danseurs qu’à la court, mès qu’il n’en avoit point encore veu de milleurs qu’an ce lieu. » XIV-301 : M. de Hanches à Berthereau, de Chantilly, le 4 août 1530.

169 XII-86 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 5 août 1530.

170 XIII-303 : Guy Karuel à Berthereau, de Chantilly, le 3 août 1530. Il signale qu’il écrit au Grand Maître, mais sa lettre n’a pas été conservée.

171 Karuel, Pierres et M. de Hanches, BNF, Clair 250, fo 1077.

172 XII-86 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 5 août 1530.

173 Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., op. cit., p. 135.

174 X-246 : M. de Marchaumont à Berthereau, Château-Renault, le 25 octobre 1530.

175 VIII-154 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Compiègne, le 1er septembre 1527.

176 IV-87 : Adrien de Launay au Grand Maître, de Blois, le 4 mars 1530.

177 X-63 : M. de Marchaumont au Grand Maître, de Paris, le 17 décembre 1529.

178 IX-8 : La Rue au Grand Maître, de Saint-Germain, « mardi matin » (fin 1530) : « J’ay prins sur monseigneur le cardinal de Laurenne une chambre et pour quatre chevaulx, et sur monseigneur le cardinal de Tournon ung moulin pour loger partie des officiers de mesdits seigneurs [les fils du roi]. Leurs mareschaulx des logis s’en vont plaindre par quoy monseigneur, je vous supplie me garder mon bon droit ou sinon Mesdits seigneurs demouront sur le pavé. »

179 ACC, série BA, reg. 2 BA 1 : « Inventaire des titres de Montmorency en 1527 », fo 10. Entre 1531 et 1534, il y fait réaliser des travaux de « maçonnerye, charpenterye, couverture, menuiserye et serrurerye », par Pierre Postel, « maistre charpentier de la grande congné », pour une valeur de 800 livres tournois « la clef sur l’uys ». ACC, série A, carton 2 : « Dépenses de maison et pension entre 1527 et 1534 ».

180 VI-35 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Château-Renault, le 16 octobre 1530. Même constat dans la lettre XIII-62 que messieurs de Brissac, d’Humières et de Saint-André expédient le même jour.

181 M. de La Hargerie au Grand Maître : VI-300, [s. l.], le 22 juillet 1530 et XIII-2, de Blois, le 25 juillet 1530.

182 Le tour royal de 1564-1566 semble se dérouler sans grands problèmes de ravitaillement. Idem, p. 138.

183 Une lettre de M. de Monchenu s’inquiète de la nourriture qui va être servie lors du banquet qui doit suivre l’entrée de la reine Eléonore dans Paris. IX-312 : Marin de Monchenu au Grand Maître, de Saint-Denis, le 5 février 1531.

184 Ainsi, le cardinal Wolsey reçoit-il 4 poinçons de vin lors de son entrée à Compiègne. XIV-305 : M. des Barres au Grand Maître, de Compiègne, le 1er septembre 1527.

185 XIII-144 : M. d’Iverny à Berthereau, de Blois, le 31 août 1530.

186 III-107 : Noël Juger à Berthereau, de Montmorency.

187 IX-30 : Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 27 avril 1530.

188 XIV-78 : Oudart Dourot à Thierry Fouet dit Dornes, de Dijon, le 16 décembre 1529. En 1530, Les vins d’Arbois sont conduits à Chambord. XII-248 : M. d’Iverny au Grand Maître, d’Orléans, le 4 décembre 1530.

189 XV-317 : Pierre Le Basque à Berthereau, de Crevant. V-310 : Gilles Godet à Berthereau, de Dijon. VII-298 : Simon Testu à Berthereau, d’Angoulême, le 4 mai 1530. XIV-43 : le même au même, d’Angoulême, le 9 mai 1530. VIII-162 : M. de Monchenu et M. de Clermont au Grand Maître, de Blaye, le 4 juin 1530. IX-150 : Marin de Monchenu au Grand Maître, de Paris.

190 XII-219 : Thibault Mynier à Berthereau, d’Orléans, le 5 novembre 1529.

191 Lachiver M., Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, 1988, p. 174.

192 V-145 : Guillaume des Barres, dit Le Barrois au Grand Maître, d’Orléans, le 5 juin 1529.

193 XV-44 : Mme de Montreuil au Grand Maître, de Saint-Germain, le 29 janvier 1529.

194 Ce divertissement sert de support à des paris où les gains (ou les pertes, c’est selon) peuvent représenter des sommes non négligeables. Le trésorier des menus plaisirs reçoit une assignation de 250 écus à payer à M. de Saint-Pol et au Grand Maître « pour prêts au roi et gains par eux faits au jeu de paume pendant le mois de février 1531 ». CAF, t. II-3924, à Paris, le 26 mars 1531.

195 VIII-42 : Isernay au Grand Maître, de Bordeaux, le 25 juin 1530.

196 XIII-125 : M. de La Barre au Grand Maître, de Coucy, le 2 juillet 1527. VI-124 : Galiot de Genouillac au Grand Maître, de Chantilly, le 17 octobre 1527. VII-57 : M. de Boisy au Grand Maître, de La Fère, le 14 juillet 1529. XI-242 : l’amiral Chabot au Grand Maître, de Fère, le 3 août 1529. VII-13 : le duc de Guise au Grand Maître, de Joinville, le 22 février 1530. X-7 : Galiot de Genouillac et le prévôt de La Barre au Grand Maître, de La Barbelinière, le 8 avril 1530.

197 VIII-208 : François de Cenesme au Grand Maître, de Luzarches, le 26 avril 1530 ; III-119 : Méry d’Orgemont au Grand maître, de Méry.

198 Au Grand Maître, l’évêque d’Amiens : III-91, IV-4, VI-80, VIII-215, X-221, XV-132 et XV-149 ; l’évêque de Beauvais : V-107 et XV-276 ; Guy de Laval : VII-167, XII-242 et XV-273 ; Louis de Brézé : XII-29, de Condé ; Jean de La Barre : XII-22, de Paris.

199 Au Grand Maître : XV-228, Pierre de Garges, de Chantilly ; IV-299 : François de Montmorency, de Saint-Germain ; IV-4 et VIII-215 : François d’Halluin, de Pernois, les 17 et 19 janvier 1527 ; XV-276 : Charles de Villiers, de Beauvais, le 21 décembre 1530. Il pourrait s’agir de Charles Lefèbvre dont l’unique lettre ne concerne que la santé de ses oiseaux. Son nom ne figure pas sur les listes d’officiers domestiques consultées. VII-121 : Charles Lefebvre au Grand Maître, d’Hetoutesvil (Estouteville).

200 Buthemont au Grand Maître : V-121, V-123, VIII-87, VIII-258, VIII-307 et IX-285 ; à Berthereau : IX-229. Matault au Grand Maître : V-266, XI-106 et XV-174 ; à Berthereau : XIII-55. Dafflito au Grand Maître : XI-205 et 206 ; à Berthereau : VII-280.

201 BnF, Clair 835, fo 2380.

202 BnF, ms. fr. 3074-193 : M. de Clermont au Grand Maître, d’Avignon, le 21 décembre 1529.

203 « Aussi, combien que n’ayés loisir d’estre bon faucaulnier, vous prie prendre ceste peine de faire choisir une douzaine de bons sonnetez de Verdin et de les m’envoyer. » VI-259 : M. de Clermont à Berthereau, d’Agde, 1528.

204 Le sacre et le gerfault sont des variétés de faucons. Le tiercelet est un faucon mâle. Le sor (ou saur) est un faucon de un an. Le hagard est un faucon capturé à l’âge adulte. Sur toutes ces distinctions, voir Van den Abeele B., La fauconnerie au Moyen Âge. Connaissance, affaitage et médecine des oiseaux de chasse d’après les traités latins, Paris, 1994, p. 57 à 75.

205 Ibid., p. 143.

206 Gerfaut malade dans V-266 et XIII-55. Sacre blessé par un héron dans VIII-87. Sacre tué par un paysan dans XI-205. Souvent le paysan tue le faucon car celui-ci a attaqué des oiseaux de bassecour. Van den Abeele B., op. cit., p. 141.

207 IX-229 : Buthemont à Berthereau, de Gemaulx (Hagetmau), le 5 avril 1530.

208 Frédéric II, De arte venandi cum avibus. Les trois autres sont : ceux qui se repaissent du gibier attrapé par leurs oiseaux, ceux qui aiment à contempler de beaux vols et ceux qui chassent par vanité. Cité par Van den Abeele B., op. cit., p. 164.

Table des illustrations

Légende Tableau 19 – L’appartenance à différents réseaux, le cas du Grand Maître.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Tableau 20 – L’appartenance à différents réseaux, le cas de Nicolas Berthereau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Tableau 21 – Thèmes abordés par les huits comptes rendus envoyés au Grand Maître et à son secrétaire à l’issue des états du Languedoc de novembre 1529.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540