Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Troisième partie. Pouvoirs et réseaux

Introduction

Texte intégral

  • 1 Parrochia D., Philosophie des réseaux, Paris, 1993.
  • 2 Musso P., Critique des réseaux, Paris, 2003.

1Tout est-il réseau ? Daniel Parrochia l’affirme. Mais les exemplesout qu’il cite sont soit des réseaux naturels (réseaux hydrographique, capillaire…), soit anthropiques (flux de marchandises, axes de communications1…). On peut alors être tenté de critiquer une extension abusive de la notion de réseaux2. D’aucuns se montrent rétifs à l’utilisation d’un tel concept pour le XVIe siècle. Certes le terme lui-même n’est jamais écrit dans les lettres de la série « L », pas plus qu’il n’apparaît dans les ouvrages contemporains. Cependant, lorsque l’expéditeur d’une missive se recommande « à tous ceulx de la maison » ou « à toute la compaignie », quand un autre utilise le possessif « nostre bon patron » ou « nostre maistre » pour désigner Anne de Montmorency, comment appeler la structure à laquelle il fait référence ou le lien qui l’unit à ce patron si ce n’est par celui de « réseau » ?

2Mais écrire que tel personnage appartient au réseau de tel autre, qu’il en est le client, le serviteur, le fidèle parce que l’on a prouvé l’existence d’un lien de subordination entre les deux individus concernés suffit-il à comprendre le fonctionnement du réseau identifié ? L’intérêt majeur du corpus des correspondances passives du Grand Maître et de son secrétaire tient justement à la possibilité d’avoir l’occasion de pénétrer au cœur des réseaux d’un grand personnage de la cour de François Ier, afin d’en comprendre les mécanismes, les ressorts et les hiérarchies. Pour parvenir à ce résultat, il faut dépasser la notion déjà bien balisée et bien exploitée de « cercles concentriques ». Celle-ci a l’avantage de la clarté, mais présente l’inconvénient de figer le système représenté dans l’espace (un centre vers lequel tout converge) et dans le temps (ces cercles semblent immuables).

  • 3 Castellano J. L. et Dedieu J.-P., Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de (...)
  • 4 Ibid., p. 231.
  • 5 Lemieux V., Les coalitions. Liens, transactions et contrôles, Paris, 1998, p. 32 et suiv.
  • 6 Ibid. Il existe des réseaux ouverts ou fermés, totaux ou partiels, des cliques, des cercles, des co (...)

3Aussi, faut-il aller puiser dans les outils élaborés par d’autres sciences humaines pour essayer de parvenir à comprendre le fonctionnement d’un réseau au XVIe siècle. L’ouvrage dirigé par Jean-Pierre Dedieu et Juan-Luis Castellano a déjà largement tracé la voie de la réflexion sur la notion de réseau d’acteurs sociaux adaptée à une étude historique3. Cependant, l’angle d’approche est surtout orienté sur la connaissance du fonctionnement de l’administration, perspective conditionnée par les sources utilisées qui ne ménagent qu’une place restreinte aux correspondances épistolaires. La théorie du réseau d’acteurs sociaux initiée par la psychologie sociale des années 1930 et développée notamment par les sociologues après la seconde guerre mondiale4, repose sur la recherche de la place des individus dans une société donnée à travers la création des liens entre acteurs, l’élaboration de transactions visant à définir les hiérarchies et les tentatives de contrôle du groupe formé5. Les sources dont dispose l’historien ne lui permettent pas toujours de proposer des analyses aussi subtiles que celles des sociologues6. Néanmoins, en s’inspirant de leurs méthodes, une anatomie des réseaux sociaux au XVIe siècle peut être envisagée pour la dernière partie.

4Il se dégage des lettres étudiées une pyramide réticulaire organisée verticalement, dans le cadre de rapports hiérarchisés, et horizontalement dans le cadre de relations plus informelles, le but visé étant la satisfaction de la volonté royale. Celle-ci est d’autant mieux exécutée qu’elle se rapproche des ambitions personnelles. De la capacité à s’informer pour informer le monarque dépend la réussite durable d’une carrière curiale. D’où l’impérieuse nécessité d’accéder à l’office stratégique de Grand Maître. De cette tour de contrôle, celui-ci supervise l’ensemble des activités auliques.

5Cependant, pour réaliser cette ambition, il faut être en mesure de peupler la cour de fidèles serviteurs et de les protéger, c’est-à-dire de faciliter leur progression au milieu d’un univers constitué de chausse-trappes. Cela suppose une réelle capacité à distinguer l’homme (ou la femme) idoine à remplir la fonction assignée au milieu d’une foule de solliciteurs intéressés et dans un climat de tension quasi permanente, notamment lors de la période d’élaboration du rôle annuel des offices curiaux. Il est vrai toutefois que les gestes de bonne volonté, les cadeaux et les pots de vins peuvent contribuer à effectuer le bon choix.

6Il faut donc avoir les épaules solides et la tête bien faite (à défaut d’être bien remplie) pour supporter et organiser des rapports qui oscillent sans cesse entre deux pôles antagonistes. D’un côté en effet, les missives renvoient l’image de groupes extrêmement solidaires, ce qui coïncide avec la vision traditionnelle que l’on se fait d’une société d’Ancien Régime. De l’autre en revanche, la compétition pour l’obtention d’un office, d’un bénéfice ou d’une récompense paraît tellement féroce et âpre qu’elle ne laisse de place ni à l’improvisation, ni au relâchement.

Notes

1 Parrochia D., Philosophie des réseaux, Paris, 1993.

2 Musso P., Critique des réseaux, Paris, 2003.

3 Castellano J. L. et Dedieu J.-P., Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1998. Voir notamment les dix premières pages de l’introduction, qui présente la théorie de la notion, ainsi que la conclusion qui ouvre des perspectives de recherches, tout en posant les limites de celles-ci.

4 Ibid., p. 231.

5 Lemieux V., Les coalitions. Liens, transactions et contrôles, Paris, 1998, p. 32 et suiv.

6 Ibid. Il existe des réseaux ouverts ou fermés, totaux ou partiels, des cliques, des cercles, des coalitions.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540