Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

4. Décors et corps

Chapitre XXI. Des corps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’idée d’un corps indissociable de son environnement, d’un corps comme médiateur entre l’être et le monde, d’un corps qui, enfin, s’identifie aussi à l’esprit en dehors de la traditionnelle dichotomie occidentale1, est encore une conception prégnante au Japon. Ainsi – et qui pourrait le dire mieux que des artistes pour lesquels penser leur art est nécessairement penser le corps ? – de nombreux danseurs de butô sont parmi ceux qui expriment le mieux cette approche « cosmologique » de la corporalité2. Min Tanaka, dont la danse exprime selon Odette Aslan un « désir de fusionner avec le grand Tout3 », déclare par exemple : « Notre corps exprime deux millions d’années d’humanité [… et une danse] n’est vraiment établie que si elle exprime l’état d’âme du lieu où elle se déroule4. » De même, Isamu Ôsuka, un autre danseur, appréhende le corps comme « une antenne5 ». Enfin, Patrick De Vos6, dans un exposé admirable sur le fondateur du butô, rapportait certains propos de Hijikata, lui aussi p...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540