Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Deuxième partie. De la puissance au pouvoir

Chapitre VI. La mise à l’épreuve : Bayonne, 1530

Texte intégral

  • 1 Decrue F., op. cit., p. 139-162 ; Bedos Rezak B., p. 175-179; Knecht R., p. 283-285 ; Hamon P., p. (...)
  • 2 On retrouve la répartition globale entre les deux personnages, soit 2/3 pour le Grand Maître (62,4 (...)

1L’année 1530 peut être considérée comme celle de l’avènement politique d’Anne de Montmorency en tant que conseiller privilégié du roi. Ses différents biographes et les historiens du règne de François Ier ont évoqué, à juste titre, la part prise par le Grand Maître dans la réalisation de la délivrance des fils du souverain1. Un bon indice de son rôle déterminant peut être fourni par l’analyse des 631 lettres qu’il reçoit tout au long de cette année décisive, auxquelles il faut ajouter les 363 adressées à son secrétaire2. Ces 994 missives datées avec certitude de 1530, mettent en évidence l’emboîtement de deux systèmes fonctionnant en parallèle : celui de la cour et celui du Grand Maître. Si ces deux groupes se recoupent en partie, ils gardent cependant des rythmes propres permettant de présenter séparément leur mode de fonctionnement.

Deux systèmes complémentaires

La lente pérégrination curiale

  • 3 CAF, t. VIII, à partir de la page 411. Hélène Michaud présente les rares cas de séparation de rési (...)
  • 4 Représentation cartographique des déplacements des années 1529-1536 dans l’Histoire économique et (...)
  • 5 Selon les clauses du traité de Cambrai, la délivrance des deux princes doit intervenir le 10 avril

2Le recollement des actes émis par la chancellerie royale sous le règne de François Ier permet de reconstituer, pratiquement au jour le jour, l’itinéraire de la cour de France entre 1515 et 15473. En 15304, la cour se rend d’abord en Bourgogne, province revendiquée par Charles Quint jusqu’en 1529. Au passage, elle fait étape le 11 février à Châteauneuf, une seigneurie appartenant au Grand Maître. Puis elle oblique vers le Bourbonnais et s’arrête trois jours à Moulins, capitale du duché confisqué au connétable de Bourbon, le « traître » passé au service de l’empereur en 1523. Ensuite, le cortège curial rejoint la vallée de la Loire et passe tout le mois de mars entre Amboise et Blois. Dans cette dernière ville, il laisse la reine de Navarre, enceinte. Au mois d’avril, s’amorce la lente descente vers le sud. Angoulême retient la cour tout le mois de mai. Sa fixation dans cette cité n’est pas anodine. Le souverain espère que la libération de ses fils aînés aura lieu pendant ce séjour dans la petite capitale de l’Angoumois5, qui constitue le berceau familial des Valois-Angoulême, ainsi que l’apanage du dernier fils du roi, Charles, resté avec son père après le départ de ses frères pour leur captivité madrilène.

  • 6 Decrue F., op. cit., p. 139 et 149-150.
  • 7 Sur ces points, voir Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., Un tour de France royal. Le voyage de C (...)

3Cependant, la délivrance est sans cesse retardée. À peine arrivé à Bayonne (le 22 mars), le Grand Maître et les émissaires espagnols la repoussent au 30 avril, puis au 25 mai6. La cour se déplace alors jusqu’à Bordeaux où elle s’installe pour le mois de juin. La capitale de l’ancien duché d’Aquitaine constitue le point ultime de rapprochement pour le roi, au-delà duquel sa présence inquiéterait les émissaires espagnols chargés de négocier l’échange de ses fils. Bordeaux est aussi une plus grande cité que Bayonne, capable d’accueillir la cour plus durablement7. Les princes et la nouvelle reine sont échangés contre la rançon le 1er juillet et retrouvent leur père et mari le 4 du même mois. À partir du 15 juillet, débute la (lente) remontée vers Paris, par l’Angoumois, le Poitou, et le Val de Loire. La capitale est enfin atteinte à Noël et le Nouvel An est fêté à Saint-Germain.

4Cette brève présentation du grand tour royal de 1530 montre que la cour connaît trois temps au long de cette année. De janvier à avril, elle parcourt certaines provinces du royaume. En mai et juin, le nomadisme laisse place à une quasi-fixité à Angoulême puis à Bordeaux. À partir de juillet, les déplacements reprennent jusqu’au retour en Île-de-France. Ces trois temps sont strictement identiques à ceux opérés par le Grand Maître au cours de la même année, avec cette différence toutefois que les lieux de fixation de la cour ne sont pas équivalents aux siens.

Le périple du Grand Maître

  • 8 Decrue F., op. cit., p. 139. Dans l’une de ses lettres, M. de Clermont évoque la « colicque » du G (...)
  • 9 Idem. M. de Clermont fait allusion à une lettre que le Grand Maître lui a envoyée depuis Dijon, le (...)
  • 10 Pour F. Decrue, l’entrée à Moulins ne se fait que le 21 février. Decrue F., op. cit., p. 139.
  • 11 Ibid., p. 140.
  • 12 Département de la Vienne actuelle. Le trajet n’est pas le plus court pour se rendre de Moulins à B (...)
  • 13 Decrue F., op. cit., p. 149.
  • 14 Cette lenteur serait due à l’ambassadeur impérial qui ne semble pas pressé d’arriver à Bayonne. De (...)

5L’année 1530 peut véritablement être considérée comme le premier grand tournant de la vie politique d’Anne de Montmorency. Sans conteste, l’élément constitutif fondamental en est la réussite des opérations ayant conduit à la libération des fils du roi. Cependant, pour bien comprendre le déroulement de celles-ci, il a paru nécessaire de retracer l’itinéraire du Grand Maître depuis 1529. Celui-ci est malade en décembre 1529, à tel point que les coliques dont il souffre l’obligent à se retirer à Chantilly afin de se rétablir8. Il manque le départ de la cour et ne la rejoint qu’à Dijon le 20 janvier 15309. Il accompagne la cour jusqu’à Moulins, où elle séjourne du 19 au 25 février10. Pour sa part, Anne de Montmorency quitte Moulins dès le 22 février, muni des pleins pouvoirs dont le roi l’a pourvu afin d’accomplir sa mission au mieux et dans les délais les plus brefs11. Il traverse le royaume par Lussac-les-Châteaux12, puis Montbron, terre dont il est le seigneur depuis son mariage13. Il arrive enfin à Bayonne le 22 mars, soit exactement un mois après son départ de Moulins14.

  • 15 M. de Clermont au Grand Maître, BnF, ms. fr. 3074-193 (d’Avignon), fr. 3064-17 (de Capestang, le 1 (...)
  • 16 Ibid., fr. 3064-47, M. de Clermont au Grand Maître, de Montélimar, le 7 février 1530.
  • 17 Decrue F., op. cit., p. 139.
  • 18 Chaunu P. et Escamilla M., op. cit., p. 232-235.
  • 19 BnF, ms. fr. 3064-47, M. de Clermont au Grand Maître, de Montélimar, le 7 février 1530. Toulouse s (...)
  • 20 Pour le détail des exigences espagnoles, voir Decrue F., op. cit., p. 141-149.
  • 21 Ibid., p. 169-170.

6Le choix de Bayonne comme lieu de l’échange ne s’est pas imposé d’emblée aux deux parties. Jusqu’au mois de janvier 1530, l’avis général qui prévaut penche même en faveur de Leucate. M. de Clermont qui écrit d’Avignon le 21 décembre 1529, parle d’aller rejoindre le roi et la cour à Lyon, pour ensuite descendre avec eux sur Narbonne. Même après avoir reçu l’ordre de ne pas monter sur Lyon, M. de Clermont croit encore, à la mi-janvier 1530, à la venue du roi en Languedoc. Même chose le 29 janvier 1530, dans une lettre où il assure que le Languedoc est très désireux de voir le roi et le Grand Maître15. Ce n’est que le 7 février qu’il apprend, par une lettre expédiée de Dijon par Anne de Montmorency et datée du 29 janvier, le passage de la cour par Moulins et donc implicitement, le choix de Bayonne16. Francis Decrue pense que la décision finale de la frontière basque comme lieu d’échange revient à Charles Quint qui « se sentait plus chez lui » à l’ouest des Pyrénées qu’à l’est17. Admettons, même si l’empereur est en Italie d’août 1529 à mai 1530 et qu’ensuite il se rend à Augsbourg, où il arrive le 18 juin 153018. Le choix de Bayonne peut aussi s’expliquer d’une part par la relative tranquillité de la côte atlantique par rapport aux dangers d’un littoral méditerranéen constamment sous la menace des raids des corsaires barbaresques, d’autre part par la volonté royale d’éviter une épidémie de « peste » qui ravage « toutes les villes et tous les villaiges du grand chemin de Pont-Saint-Esprit à Toulouse19 ». Une fois à pied d’œuvre, Anne de Montmorency doit concilier deux objectifs a priori contradictoires. Il veut aller vite pour tenir les délais et ne pas mécontenter le roi, mais il doit sans cesse faire face aux récriminations espagnoles, allant de la vérification (et rectification) du bon aloi des pièces amassées à Bayonne, à la réclamation d’un bassin d’argent par une dame des Pays-Bas20. Du 22 mars au 7 juin, il se tient à Bayonne. À partir du 7 juin, il se rend à Saint-Jean-de-Luz, au plus près de la frontière, bien décidé à obtenir, coûte que coûte, la délivrance des princes. Celle-ci intervient le 1er juillet. Le 4 juillet, le Grand Maître retrouve le roi et la cour, après quatre mois et demi d’absence. Il ne la quitte plus jusqu’en mars 1531. En août 1530, il retrouve son épouse qui le rejoint sur les bords de Loire. Une fois la cour revenue à Paris, le Grand Maître est chargé des préparatifs du couronnement de la reine Eléonore. Celui-ci a lieu à Saint-Denis le 5 mars 1531. Ce n’est qu’après cette date qu’il peut revenir à Chantilly, pour contempler les travaux de rénovation de sa demeure réalisés en son absence et assister aux derniers moments de la vie de son père, qui meurt le 24 mai 153121. Derrière le ballet des déplacements de la cour, de ceux du Grand Maître et de son secrétaire se profile une intense activité diplomatique et donc épistolaire qu’il convient de tenter d’analyser maintenant.

La diagonale de la délivrance

7Ce sont 994 lettres que l’on sait écrites au Grand Maître et à son secrétaire au cours de l’année 1530. En effet, la datation des lettres reçues cette année-là est moins complexe que pour d’autres millésimes. Bon nombre d’entre elles faisant référence à la rançon du roi, à la délivrance des fils du souverain, ou à l’organisation des Maisons des princes. De plus, les lieux d’expédition des courriers (Moulins en février, Angoulême en mai, Bordeaux en juin…), ainsi que les mentions au dos des lettres (« Monseigneur le Grand Maître à Bayonne ») ne laissent planer aucun doute quant à l’année de rédaction. Enfin, parce que les hasards de la conservation archivistique ont sauvé de la destruction les lettres reçues par Nicolas Berthereau, fixé lui aussi à Bayonne au printemps 1530. Ceci permet de mettre en parallèle la correspondance du Grand Maître et celle de son secrétaire. Cela implique de déroger à la règle appliquée jusqu’à présent de ne prendre en compte que les lettres de la série « L » du Musée Condé, en incorporant les lettres conservées à la BnF. Sur les cartes, les chiffres qui accompagnent les localisations se répartissent en trois catégories. Les chiffres normaux représentent le nombre de missives adressées au Grand Maître. Les chiffres en italique ont la même fonction pour les lettres expédiées à Nicolas Berthereau. Enfin, les chiffres en gras additionnent, quand il y a lieu d’être, un chiffre en italique et un chiffre souligné. À l’extérieur des limites du royaume, se trouvent des figures géométriques dont la position symbolise un État ou groupement d’États du temps.

8Le principal enseignement des cartes réside dans la constitution d’un axe longitudinal allant de la frontière basque aux Pays-Bas espagnols et passant par Chantilly, Paris, Blois, Angoulême et Bordeaux. Son existence se décompose en quatre temps : la genèse, c’est-à-dire les trois premiers mois de 1530 ; l’apogée, à savoir les mois d’avril, mai et juin 1530 qui correspondent au moment où le Grand Maître est à Bayonne ; le déclin, qui recouvre les mois de juillet, août et septembre, soit les semaines qui suivent la libération des fils du roi ; enfin, la disparition durant le dernier trimestre 1530, qui voit la remontée de la cour vers Paris.

La genèse (carte 3)

  • 22 Blois fournit à elle seule 42 des 72 lettres du mois de mars.

9De janvier à mars 1530, les lieux d’expédition des lettres sont principalement localisés au nord et à l’est de la Loire. Cela coïncide avec les déplacements de la cour que le Grand Maître rejoint à Dijon le 20 janvier et qu’il quitte le 22 février lors de la halte de Moulins. Puis, Pendant un mois, il est sur la route et, après être passé par Lussac-les-Châteaux et Montbron, il arrive à Bayonne le 22 mars. Quelques points épars en Languedoc et en Provence contribuent à maintenir l’impression d’un éparpillement global des correspondants. Dans le détail cependant, la première grosse concentration épistolaire de l’année apparaît. Elle coïncide avec la ville de Blois22 où s’installe provisoirement la cour et où demeure la reine de Navarre jusqu’à son accouchement. Le reste du royaume n’est que faiblement représenté. Toutefois, les mentions d’Angoulême, de Bordeaux et de Bayonne amorcent déjà la mise en place de l’axe, avec la présence de relais tels Chantilly, Paris, Blois et Barbézieux.

L’apogée (carte 4)

10Le deuxième trimestre 1530 est celui de la plénitude de la « diagonale de la délivrance », de son apogée. Ce n’est certainement pas un hasard si les trois mois d’avril, mai et juin sont ceux pour lesquels le nombre de lettres est le plus élevé avec respectivement 130, 138 et 141 missives, alors que la moyenne mensuelle s’élève à 83 lettres.

Carte 3 – La diagonale de la délivrance, la génèse (janvier-mars).

11Une bande de territoire d’une centaine de kilomètres de largeur au maximum (entre Orléans et Tours), traversant le royaume sur un millier de kilomètres, du nord-est au sud-ouest est parfaitement visible. Les correspondants rédigent leurs missives à partir de six foyers : les Pays-Bas avec Malines ; l’Île-de-France, avec Chantilly, Paris et Saint-Germain ; la vallée de la Loire, d’Orléans à Tours. Puis, un axe longitudinal de la Touraine à l’Angoumois ; le Bordelais ; et enfin, le Pays Basque, tant au nord des Pyrénées (Bayonne), qu’au sud (Vitoria).

12La diagonale est en place avec un déplacement progressif du centre névralgique de la correspondance, à savoir le Blésois et la Touraine en avril, Angoulême en mai et Bordeaux en juin. Cette lente marche vers le sud-ouest coïncide avec les étapes successives de la cour qui vient au plus près des négociations au fur et à mesure que celles-ci s’éternisent. Le reste du royaume semble déserté. De grandes cités comme Lyon, Marseille, Nantes, Rouen ou encore Orléans n’apparaissent plus qu’à l’état résiduel. Au final, les jalons s’installent un à un, créant le vide de part et d’autre du segment concerné. L’espace gagne en longueur, en étirement, ce qu’il perd en largeur, ne laissant subsister que de rares rameaux, plus ou moins autonomes par rapport à lui.

Carte 4 – La diagonale de la délivrance, l’apogée (avril-juin).

13Le printemps 1530 voit donc la réalisation de « la diagonale de la délivrance ». Celle-ci s’appuie essentiellement sur cinq pôles que l’on peut répartir en deux catégories. Il existe deux espaces relativement stables, mais secondaires, qui sont les Pays-Bas et l’Île-de-France. À l’opposé, quatre aires varient, passant alternativement de la position de pôles secondaires à celle de pôles principaux. Il s’agit de la vallée de la Loire, de l’Angoumois, du Bordelais et de la frontière franco-espagnole. Cette dernière disparaît à partir de juillet 1530. Commence alors le déclin de la diagonale.

Le déclin (carte 5)

Carte 5 – La diagonale de la délivrance, le déclin (juillet-septembre).

14Le 3e trimestre est remarquable en ceci qu’il combine deux phénomènes. Premièrement, la dévitalisation de la diagonale est amorcée à partir de juillet. Cela se vérifie par la contraction spatiale des lieux de rédaction des lettres dont la majorité est comprise entre la vallée de la Loire et les Pays-Bas. Ce rétrécissement rend compte tout simplement du début de la remontée de la cour vers l’Île-de-France. Deuxièmement, de part et d’autre de l’axe, la vie semble reprendre son cours. Tout se passe comme si la tension épistolaire extrême du second semestre se relâchait. En fait, cela signifie que les correspondants engagés dans les opérations du printemps 1530, commencent à regagner leurs foyers ou les lieux d’exercice de leurs fonctions.

La disparition (carte 6)

Carte 6 – La diagonale de la délivrance, la disparition (octobre-décembre).

15La carte du dernier trimestre 1530, rend compte de la disparition de la diagonale. L’axe nord-est-sud-ouest qui la caractérisait a laissé la place à un espace épistolaire situé au nord d’une ligne Nantes-Lyon. Les cœurs de cet espace sont respectivement la vallée de la Loire entre Tours et Orléans, où séjourne la cour en octobre-novembre, puis Paris, où elle arrive en décembre. Chantilly retrouve une place conforme à son statut. Il est vrai qu’en l’absence du Grand Maître et de son épouse, la mère de celle-ci y veille sur l’héritier du lignage, François.

  • 23 Gascon R., op. cit., p. 140 et suiv.

16Le retour à une situation normale dans laquelle le nord du royaume est beaucoup mieux représenté que le sud est à nouveau conforme à une configuration spatiale classique qui s’aligne à la fois sur les grandes artères commerciales du royaume : vallées de la Seine, de la Loire et du Rhône23 ; et surtout sur les centres du pouvoir politique : Paris et Saint-Germain, où la cour revient après une absence d’un an.

L’extérieur du royaume

17Les événements se déroulant à la frontière franco-espagnole durant le printemps 1530 intéressent les cours européennes. Aussi, n’est-il pas étonnant de voir figurer sur les cartes un arc continental allant de la péninsule ibérique aux Pays-Bas, en passant par l’Italie, les cantons suisses et l’Empire, et aboutissant aux îles britanniques. Au-delà de ce premier constat, on s’aperçoit qu’il existe des éléments de concordance entre l’évolution globale de la correspondance envoyée depuis le dedans du royaume et celle expédiée à partir des États voisins de la France. Les trois premiers mois de 1530 reflètent une agitation identique à celle qui règne dans le royaume. Des missives parviennent de cinq espaces différents (Angleterre, Pays-Bas, Suisse, Italie et Espagne). On note cependant la part importante prise par les Pays-Bas et l’Espagne d’où arrivent, selon les mois, de 50 à 60 % des lettres étrangères. En avril, il ne subsiste que deux zones expéditrices, à savoir l’Espagne et les Pays-Bas, avec respectivement 10 (plus une lettre du Portugal) et 4 missives. Le phénomène perdure en mai et en juin 1530. On note cependant un retour de l’Italie (deux lettres de Venise et une de Rome) et de l’Angleterre (une missive de Londres) en mai, confirmé en juin (sept lettres d’Italie et deux d’Angleterre). En revanche, un basculement s’opère à partir de juillet, qui s’accentue au fil du second semestre. Si la péninsule ibérique et l’Angleterre disparaissent presque complètement (une lettre en août et une en septembre pour la première, plus de lettre après octobre pour la seconde), l’Italie revient en force, de même que les villes suisses. L’Empire noue un rapport ténu, mais constant, avec le Grand Maître. Cependant que les Pays-Bas continuent de jouer un rôle important, même si, pour le mois de décembre, il faut mettre en corrélation nombre de lettres et maladie de Marguerite d’Autriche, leur gouvernante.

18Comme pour l’intérieur du royaume, les relations internationales d’Anne de Montmorency au cours de l’année 1530 se décomposent en trois moments. En janvier-février-mars, les lettres étrangères sont dispersées à travers le continent. Tous les voisins du roi de France semblent porter une attention particulière à ce qui se met en place au même moment dans le royaume. Puis, en avril-mai-juin, deux pôles émergent et s’imposent, alignant la correspondance étrangère sur la diagonale intérieure, dont elle forme d’ailleurs les prolongements septentrional (Pays-Bas) et méridional (Espagne). Enfin, dans la seconde partie de l’année 1530, l’orientation change à nouveau pour aboutir à la formation d’un arc de cercle incluant les Pays-Bas, l’Empire, les cantons suisses et l’Italie. L’Angleterre et l’Espagne ont disparu pour les deux derniers mois de l’année.

19En détaillant un peu, on constate que l’Angleterre n’est représentée que par Londres, Westminster, Hamptonhill et Hamptoncourt qui sont les quatre lieux de résidence qu’Henry VIII fréquente le plus à cette époque ; que les deux cités de Malines et de Bruxelles monopolisant les flux épistoliers en provenance des Pays-Bas, sont les lieux à partir desquels gouverne Marguerite d’Autriche ; que les cantons suisses sont essentiellement représentés par Fribourg, haut lieu de réunion et de décision des ligues helvètes et où réside l’ambassadeur du roi ; que l’Empire se réduit en réalité aux villes où séjourne Charles-Quint (Augsbourg et Spire) ; que, mises à part deux missives rédigées l’une de la place de Barletta et l’autre de Naples, l’Italie du Sud est absente de cette scène européenne ; et que les lettres en provenance d’Espagne sont concentrées dans les provinces basques espagnoles, là où patientent la reine Eléonore, les fils de François Ier et leurs suites en attendant l’échange avec la rançon du roi.

20La corrélation existante entre les lieux de rédaction des missives et les lieux de résidence et d’exercice du pouvoir des différents monarques et institutions représentatives européens permet de comprendre ce qui fait la grande spécificité des lettres venues de l’étranger. Sur les 210 lettres, seules 18, soit 8,6 %, ont pour destinataire Nicolas Berthereau. Sans entrer dans le détail, on peut dire que la correspondance étrangère reçue par Anne de Montmorency et son secrétaire durant l’année 1530 est fortement connotée socialement puisque les rédacteurs se nomment Henry VIII, Clément VII, Marguerite d’Autriche, Eléonore de Habsbourg, Hercule d’Este et Charles Quint. On tient là un réseau que le Grand Maître ne partage pas avec son secrétaire, parce que ce dernier n’est pas un personnage assez considérable pour recevoir les courriers de tels correspondants.

21Globalement, les lettres en provenance de l’extérieur du royaume se conforment à l’évolution spatiale entrevue pour les missives rédigées dans le royaume. Cependant, elles ont une existence autonome par rapport à la masse des lettres écrites au cours de l’année 1530, en ceci qu’elles émanent pour une grande part de personnages puissants presque exclusivement liés au Grand Maître. Aussi, est-il remarquable de noter d’emblée que l’origine sociale des correspondants ne semble exercer qu’une incidence extrêmement faible, voire négligeable, sur la manière dont se comportent les différents réseaux activés par Anne de Montmorency et son secrétaire Nicolas Berthereau tout au long de l’année 1530. Cette remarque autorise une première approche du monde des réseaux liés au Grand Maître et à son secrétaire.

Première approche technique des réseaux

22L’absence prolongée de la cour, lieu ordinaire de séjour du Grand Maître et de son secrétaire, offre l’opportunité de dévoiler leurs réseaux. Tout l’attrait de l’année 1530 consiste bien à mettre l’accent sur la respiration interne de chaque réseau, en calculant des indices de dispersion et en présentant une périodicité des lettres des correspondants ayant laissé le plus grand nombre de missives.

Analyse de la répartition des lettres

23Pour Anne de Montmorency, la ventilation moyenne est de 52,6 lettres par mois, tandis que celle de Berthereau ne se monte qu’à 30 missives. Mais, ces chiffres ne signifient pas grand-chose, tant il est vrai que la variation va du simple au triple pour les lettres du Grand Maître (30 missives en février contre 101 en juin), et du simple au sextuple pour son secrétaire (10 lettres en mars, contre 59 en mai). En observant les courbes, on s’aperçoit que l’année 1530 peut être scindée en trois quartiers. Pour les six premiers mois de l’année, les deux courbes connaissent une trajectoire ascendante, puis une rupture se produit au cœur de l’été (juillet-août), alors pour les quatre derniers mois de l’année, les deux courbes sont quasiment équidistantes, avec une moyenne d’un peu moins de 30 lettres pour le Grand Maître et d’un peu moins de 20 lettres pour le secrétaire. De plus, on constate que les pics de correspondance sont décalés. Celui du Grand Maître se situe en juin, tandis que celui de Berthereau se place en mai. Enfin, le secrétaire ne reçoit qu’une seule fois des missives en quantité supérieure à son maître, au mois de février. Quelles explications fournir ?

Graphique 9 – Répartition mensuelle des lettres adressées au Grand Maître et à son secrétaire pour l’année 1530.

Périodicité des lettres

  • 24 Déjean J.-L., op. cit., p. 140. L’enfant, prénommé Jean, mourra en décembre 1530.

24Le choix déterminant consiste à opter pour la base de réflexion la mieux adaptée à la démonstration. Plusieurs possibilités s’offrent alors, à commencer par celle fondée sur l’analyse des villes d’expédition communes aux deux hommes. Le premier réflexe consisterait à porter le regard vers une analyse des villes communes à Anne de Montmorency et à Nicolas Berthereau. Mois après mois, la correspondance des deux hommes révèle que certains centres urbains fournissent des lettres expédiées à l’un et à l’autre, ainsi que le montre le tableau 14. Celui-ci inclut trente lieux différents. L’ordre alphabétique a été délaissé en faveur d’une présentation numérique croissante. Deux lectures croisées doivent être faites. Dans un premier temps, on remarque que les quatre villes qui reviennent le plus souvent sont strictement alignées sur la diagonale. Malines est présente cinq fois, dont quatre au cours des cinq premiers mois de l’année. Il s’agit du lieu de résidence ordinaire de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas. C’est aussi le lieu où se règlent les affaires d’abandon des terres des seigneurs français passant sous suzeraineté espagnole. Chantilly apparaît à sept reprises, avec notamment des nouvelles régulières en juin, juillet et août. Cette seigneurie est le pivot de la gestion foncière des possessions montmorencéennes. C’est également le lieu où sa femme, Madeleine de Savoie, réside durant sa grossesse, et où elle accouche d’un garçon, le 17 juillet 1530. Blois est présente sept fois aussi. Pour deux raisons. Il s’agit du lieu choisi par Marguerite de Navarre pour attendre son enfant, qui naît le 15 juillet24. C’est aussi le lieu de séjour de la cour, en mars, puis, en septembre. Enfin, Paris s’impose avec dix mentions. Dans son cas, il faudrait plutôt chercher à savoir la raison des absences de mai et de juillet. Certains doublets, tels ceux de Lyon en janvier-février, d’Angoulême en avril-mai, de Bordeaux en juin-juillet, de Sarlat en juillet-août, et enfin d’Amboise en septembre-octobre ressortent. Lyon, principale place financière du royaume, est l’un des centres actifs du regroupement de la rançon du roi au début de 1530. Angoulême, Bordeaux et Amboise sont tour à tour les résidences de la cour. Enfin Sarlat, au cœur du diocèse périgourdin du même nom, relève d’une tentative d’implantation de l’un des tout proches serviteurs du Grand Maître sur ce siège épiscopal.

  • 25 Decrue F., op. cit., p. 152.

25Deux surprises peuvent être signalées. D’une part, la faible place occupée par Bayonne. La cité basque étant le point d’aboutissement français de la diagonale, on aurait pu s’attendre à voir figurer la ville de manière continue entre mars et juillet. Il n’en est rien, avec seulement deux mentions, en mai et en juillet. La réponse tient probablement au fait que le Grand Maître et son secrétaire ne séjournent pas en même temps dans la ville. Par exemple, pour le mois de juin, les lettres adressées à Nicolas Berthereau le situent à Bayonne, tandis que dès le 7 juin, son maître part s’installer 20 km plus au sud, à Saint-Jean-de-Luz25. D’autre part, on doit se demander s’il existe une logique dans l’évolution mensuelle de la répartition des villes communes. L’hypothèse la plus plausible repose sur le fait que le nombre de villes communes est intimement lié au fonctionnement des réseaux au service des deux hommes.

Tableau 14 – Les villes d’expédition de lettres communes au Grand Maître et à son secrétaire pour l’année 1530.

26La seconde base de départ pourrait reposer sur le nombre de villes d’où sont expédiées les lettres. Certes, comme le montre le tableau 15, l’hypothèse fonctionne à peu près pour le courrier expédié à Anne de Montmorency. L’indice du mois de mai étant le plus bas, cela signifie que le nombre de villes d’où partent les lettres (à savoir 12 cités) est le plus faible de l’année. De plus, on remarque la stabilité des quatre derniers mois, avec une vingtaine de lieux (ce qui pourrait bien constituer une norme, si on ajoute les mois de janvier et d’avril, qui donnent chacun vingt et un lieux). Mais, le maximum se situe en juin, avec vingt-huit lieux différents.

Tableau 15 – Nombre mensuel de lieux de rédaction.

27Pour Berthereau, la courbe est chaotique et ne semble relever d’aucune explication rationnelle. Le mois de mai est inclus dans un ensemble de quatre mois (mai, juin, juillet et août) marqué par une parfaite égalité, avec quatorze lieux. De plus, il est difficilement possible d’évaluer une quelconque norme mensuelle, sauf à dire, en se référant aux quatre derniers mois, qu’elle se situe autour de la dizaine. Reste à expliquer la grande variabilité des quatre premiers mois de l’année.

28Partir des villes communes ou des seuls lieux d’expédition ne permet pas de proposer une analyse fiable et claire du fonctionnement des réseaux du Grand Maître et de ceux de son secrétaire tout au long de l’année 1530. Il faut alors trouver un autre biais permettant de descendre encore d’un degré dans l’analyse, en se fondant par exemple sur les indices de dispersion des lettres.

Les indices de dispersion

29Le premier élément qui milite en faveur de la thèse d’un alignement de la vie des réseaux sur celles du Grand Maître et de son secrétaire, est celui du calcul des deux indices de dispersion, tels qu’ils apparaissent sur les graphiques 10 a et 10 b. Le principe de départ est de calculer un indice qui résulte de la division du nombre total de lettres reçues en un mois par le nombre de lieux différents d’où sont parties les lettres. Par exemple, pour janvier 1530, le Grand Maître réceptionne 48 lettres de 26 lieux différents. L’indice de dispersion pour ce mois-là est donc de 1,84. Plus l’indice se rapproche de 1, plus la dispersion est grande et plus les membres des réseaux sont disséminés à travers le royaume et l’Europe. Au contraire, plus l’indice est élevé (mai 1530 pour le Grand Maître), plus le nombre de lieux de rédaction des missives est restreint et plus les hommes des réseaux sont concentrés dans un faible nombre d’endroits.

Graphique 10 a – Histogramme des indices de dispersion mensuelle, avec moyenne.

Graphique 10 b – Indices mensuels de dispersion.

30Les deux graphiques représentent le même phénomène. Cependant, le premier, exprimé en histogrammes, permet de montrer des moyennes, tandis que le second offre une vision panoramique qui autorise une analyse encore plus fine. Les deux moyennes sont proches l’une de l’autre : 2,38 pour le Grand Maître et 2,33 pour Nicolas Berthereau. À la vue de ces chiffres, on pourrait croire que les personnages en relation avec les deux hommes sont dispersés, ou, à tout le moins, effectuent de nombreux déplacements, puisque le nombre de lettres est deux fois et demi supérieur à celui des lieux d’envoi des courriers. Cependant, la moyenne cache deux disparités. D’une part, elle résulte de l’addition des quotients mensuels divisés par le nombre de mois. Or pour le Grand Maître, quatre mois (mars, avril, mai et juin) se situent au-dessus de la moyenne, tandis que pour son secrétaire, ce chiffre monte à cinq (février, avril, mai, juin et août). D’autre part, les deux courbes sont différentes en ce sens que celle de Berthereau connaît beaucoup moins de fluctuations que celle du Grand Maître, puisque sept des douze mois (février, mars, avril, juin, juillet, août et décembre) ont des indices compris entre 2 et 2,85.

31Le second graphique permet, encore mieux, de se rendre compte de l’opposition semestrielle qui divise l’année 1530 en deux temps forts. Pour le printemps 1530, l’indice de dispersion s’élève progressivement pour atteindre son maximum en mai, tant pour le Grand Maître que pour son secrétaire. À l’inverse, à partir de juillet et jusqu’en décembre, les deux indices se rapprochent régulièrement de la dispersion optimale, à savoir 1. Comment interpréter ces observations ?

  • 26 2 lettres de François Ier, 3 de sa sœur et 21 de Gilles de La Pommeraie n’ont pu être datées avec (...)

32Proposer une périodicité des lettres suppose l’existence d’une correspondance suivie entre le Grand Maître et son secrétaire d’un côté, et les personnages qui leur envoient des lettres de l’autre. Ce postulat étant irrecevable pour l’ensemble du corpus des expéditeurs de missives de l’année 1530, le choix s’est porté sur les seize rédacteurs ayant le plus écrit aux deux hommes. Ainsi qu’il apparaît sur le tableau 16, à eux seize, ils totalisent 288 lettres sûrement datées26. Cela représente 28 % de l’ensemble des lettres de l’année 1530, quand bien même ils ne comptent que pour 6 % des rédacteurs. Les chiffres cumulent les lettres au Grand Maître et celles adressées à son secrétaire. De plus, chaque mois a été divisé en trois décades.

33D’emblée, on remarque la concentration épistolaire des mois d’avril, mai et juin 1530. C’est le seul trimestre de l’année 1530 au cours duquel tous les personnages du tableau rédigent au moins une lettre au Grand Maître ou à son secrétaire. Certes, les écarts sont conséquents. Jean Poncher et Jean Carré n’écrivent respectivement qu’une et deux fois, tandis que le cardinal de Tournon envoie 22 lettres, et que M. de Villandry en expédie 27. Cependant, l’essentiel réside dans l’impression d’une intense activité épistolaire culminant dans les deuxièmes décades de mai et de juin 1530, tandis que le mois de juillet est marqué par une quasi-absence de correspondance.

34La seconde remarque permet de répartir les correspondants à l’intérieur de trois catégories. Dans la première, on peut ranger ceux qui écrivent tout au long de l’année, tels Jean Grolier, M. d’Iverny, et, dans une moindre mesure, Pierre de Garges. La deuxième catégorie comprend les personnages dont les lettres se concentrent sur trois ou quatre mois, comme François Ier, M. de Villandry, Jean Du Bellay, le cardinal de Tournon. Appartiennent également à ce groupe M. de La Pommeraie (encore que le nombre important de ses lettres sans date fausse la répartition sur l’année) et Jean Poncher dont les 3/4 des lettres sont rédigées entre fin janvier et début mars. La troisième catégorie concerne les rédacteurs qui interrompent brusquement leurs envois de lettres. Rentrent dans ce cas de figure Jacques de Seurre (à la fin juin) ; Jean Carré, Jean Ruzé, Jean Bourdineau et M. de La Pommeraie (en juillet) ; M. de La Mairie, Yvon Pierres, la reine de Navarre et le roi (en août). Ces remarques appellent de multiples questions auxquelles les tableaux 15 et 16 ne peuvent répondre : qu’y a-t-il de commun entre François Ier et Jean Bourdineau par exemple ? Comment expliquer les attitudes différentes, voire dissemblables de M. de Villandry et de Jean Grolier ? Quelles raisons avancer pour comprendre la rupture du mois de juillet ? Et celle du mois d’août ? Pourquoi certains personnages ne commencent-ils à écrire qu’en mars, comme Jean Bourdineau, ou en avril, tels le cardinal de Tournon et M. de Villandry ?

Tableau 16 – Répartition par décade des lettres des seize premiers rédacteurs pour l’année 1530.

35Les calculs de dispersion permettent d’apprécier des phénomènes relevant de la dilatation ou de la contraction des réseaux utilisés par le Grand Maître et son secrétaire au cours de l’année 1530. Le tableau 16 présente la répartition par décade des seize principaux correspondants du Grand Maître et de son secrétaire. Il insiste sur les différences de comportement épistolaire des uns et des autres. Toutefois, du fait des constatations et des interrogations qu’ils génèrent, calculs et répartition ne peuvent être considérés que comme les premiers éléments d’un questionnement sur l’existence desdits réseaux. Après avoir été mis à l’épreuve durant le premier semestre de l’année 1530, ceux-ci partagent avec le Grand Maître la joie et surtout les profits récompensant leur dévouement.

Les récompenses du dévouement

36Après la libération de ses fils, François Ier affiche une confiance totale dans la personne de son Grand Maître. Celui-ci dispose alors des moyens de bien servir son souverain tout en favorisant les membres de son lignage et de sa parentèle. Il peut modeler la cour (presque) à son gré, tout en respectant le principe de base qui la régit implicitement : l’équilibre des forces.

Faire sa cour

37Cette expression recouvre deux acceptions complémentaires. Pour l’habile courtisan qu’est Anne de Montmorency, faire sa cour c’est chercher à plaire au roi. Pour un Grand Maître, il s’agit de tenter de placer des personnes sûres pour contrôler l’édifice curial. Le second semestre de l’année 1530 marque véritablement le début de l’emprise qu’Anne de Montmorency exerce sur la cour tout au long de la décennie suivante. Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter les rôles des officiers curiaux. Ils affichent aussi bien les succès qu’il remporte, que les périodes de repli, surtout après 1540, lorsque la disgrâce est définitive.

  • 27 Bourquin L., « Les chevaliers de l’Ordre du Croissant : les sources d’une faveur, les limites d’un (...)
  • 28 Le Roux N., « Élites locales au service de la Couronne au XVIe siècle : l’exemple de la noblesse d (...)
  • 29 Boucher J., « L’ordre du Saint-Esprit dans la pensée politique et religieuse d’Henri III », Cahier (...)
  • 30 Asch R. G., « Courtiers, patronages and faction in early Stuart England. The Caroline court and th (...)
  • 31 Solnon J.-F., op. cit., p. 16-17.

38Les analyses des titulaires des colliers des grands ordres de chevalerie tels l’Ordre du Croissant27, celui de Saint-Michel28, ou celui, plus tardif, du Saint-Esprit29, montrent que les choix opérés par les princes pour constituer leur cénacle s’inspirent d’une politique réaliste qui vise à s’entourer de personnages pourvus d’une noblesse plus ou moins récente dont la spécificité repose avant tout sur l’implantation géographique. Cependant, ce premier cercle ne concerne qu’une minorité des nobles évoluant à la cour. Aussi, il n’est pas sans intérêt d’essayer d’étudier la composition du corps des gentilshommes de la Chambre entre 1516 et 1547. Certes, la Maison du roi ne doit pas être confondue avec la cour entière30, et à l’intérieur même de la Maison du roi, les gentilshommes de la chambre ne représentent qu’à peine un dixième de celle-ci. Toutefois, autant la désignation des grands officiers (connétable, maréchal, amiral, Grand Maître, Grand Écuyer…) ne relève que du roi, autant la composition du corps des gentilshommes résulte de tractations entre les différents favoris royaux du moment. La connaissance de l’évolution de la composition de ce corps de commensaux de seconde catégorie31 peut-elle permettre de mesurer l’influence que le Grand Maître prétend exercer sur la cour à partir de 1526 ?

  • 32 BnF, ms. fr. 21449 et 21450.

39Le tableau 17 recense le nombre de gentilshommes de la chambre année après année, tout au long du règne de François Ier, à l’exception cependant des années 1525 et 1535 et de la période 1537-153932. À partir de 1517, on a recherché systématiquement le nombre de titulaires dont les noms figurent sur la liste l’année précédente. En disposant du chiffre de l’année et du nombre de titulaires en commun par rapport à l’année précédente, il a été possible de calculer un taux de renouvellement du corps, afin de repérer les continuités et les ruptures puis de les confronter avec ce que l’on sait de l’histoire de la cour de François Ier et de celle de son Grand Maître.

Année

Nombre de gentilshommes

Nombre en commun par rapport à l’année antérieure

Taux de renouvellement

Parents et alliés du Grand Maître

1516

21

3

1517

21

21

1

3

1518

20

18

1,1

2

1519

20

19

1,05

2

1520

24

19

1,26

3

1521

23

22

1,04

3

1522

23

23

1

3

1523

22

19

1,15

3

1524

30

20

1,5

4

1525

Pas de rôle

1526

28

23 (par rapport à 1524)

1,21

4

1527

31

27

1,15

5

1528

36

29

1,24

7

1529

41

29

1,41

8

1530

39

39

1

8

1531

48

40

1,2

10

1532

52

45

1,15

10

1533

56

50

1,12

12

1534

61

44

1,38

12

1535

Pas de rôle

1536

61

40 (par rapport à 1534)

1,52

14

1537

Pas de rôle

1538

Pas de rôle

1539

Pas de rôle

1540

60

46 (par rapport à 1536)

1,3

14

1541

66

57

1,15

15

1542

66

59

1,12

14

1543

62

56

1,1

15

1544

64

55

1,16

13

1545

Pas de rôle

1546

54

39 (par rapport à 1544)

1,38

5

1547

62

17

14

Moyenne = 1,24

Tableau 17 – Renouvellement des gentilshommes de la Chambre entre 1516 et 1547.

40Le taux de renouvellement moyen est de 1,24. Seule l’année 1528 se situe exactement dans la moyenne, tandis que huit années (1520, 1524, 1529, 1534, 1536, 1540, 1546 et 1547) sont au-dessus. Pour celles-ci, il faut remarquer que trois d’entre elles coïncident avec des ruptures sérielles (1536, 1540 et 1546). En revanche, les cinq autres, dont l’année 1526, « l’après Pavie », sont parfaitement insérées dans la chronologie. Plus le taux se rapproche de 1, moins le renouvellement est important. Il est nul (= à 1) pour 1516, 1522 et 1530. Il est très faible pour 1519 et 1521. Il est compris entre 1,1 et la moyenne pour 1518, 1523, 1526, 1527, 1531 à 1533 et 1541 à 1544. Il convient d’ajouter d’une part que cette progression se fait par franchissement de seuils : 1524 (30 titulaires), 1529 (41 membres), 1532 (52 gentilshommes) et 1534 (61 officiers) ; d’autre part, que la croissance n’est pas régulière, mais au contraire que deux seuils sont séparés par des diminutions d’effectifs (1518-19, 1526, 1530, 1540, 1543 et surtout 1546). Enfin, que penser des années 1541 et 1542 pendant lesquelles la Chambre du roi atteint son effectif maximum avec 66 titulaires ?

41En combinant taux de renouvellement et croissance des effectifs, il est possible d’obtenir une vision globale, trentenaire, de la composition du corps des gentilshommes de la chambre afin d’y chercher l’empreinte du Grand Maître. Cela revient à rechercher les rapports de force au sein de celle-ci, en détectant les personnages liés d’une manière ou d’une autre à Anne de Montmorency. Ce que fait la dernière colonne du tableau. Celle-ci ne prend en compte que les parents et les alliés, c’est-à-dire les membres du corps possédant un lien de parenté avec lui.

  • 33 Hamon P., op. cit., p. 5.
  • 34 Ibid., tableau de la page 5.

42Le premier constat est simple : sur trente ans, le nombre de gentilshommes a été multiplié par trois. Ce chiffre nuance « la stabilité quasi parfaite » du nombre des gentilshommes de l’Hôtel évoquée par Philippe Hamon33. En revanche, il s’aligne sur l’augmentation des dépenses de l’Hôtel mise en lumière par le même auteur qui remarque qu’en 1516 la « Maison civile » coûte annuellement 412 302 livres, alors qu’en 1546, le total des gages se monte à 568 839 livres34. Dans le même temps, le nombre des parents et alliés du Grand Maître présents parmi les gentilshommes de la Chambre a pratiquement quintuplé. Autre manière d’aborder le rapport d’influence à l’intérieur du groupe : alors qu’en 1516, ils ne représentent que 14 % du corps (soit 3 personnes), en 1543 leur participation s’élève à 24 % (soit 15 titulaires).

43Deuxième constat : sur les huit années pour lesquelles le taux de renouvellement est supérieur à la moyenne, six voient une augmentation du nombre des gentilshommes et, parallèlement, une augmentation de celui des alliés et des parents d’Anne de Montmorency. Dans un seul cas (1540), le taux est supérieur à la moyenne mais le nombre d’alliés ne bouge pas. Pour 1536 et 1540, le nombre des gentilshommes et celui des alliés ne varient pas. Ceci laisse à penser que la situation est stable pour les trois années qui manquent (1537, 1538 et 1539). Enfin, 1546 fait figure d’exception confirmant la règle en combinant fort taux de renouvellement, baisse du nombre des gentilshommes et chute spectaculaire du nombre des alliés du Grand Maître qui, passant de treize à cinq, accentue la décrue amorcée en 1544.

44Troisième constat : Anne de Montmorency devient Grand Maître de France en 1526. Cela signifie qu’il ne peut modifier réellement la composition de la Chambre qu’à partir de 1527-1528. Or 1528 connaît deux hausses concomitantes : celle du nombre des gentilshommes (de 31 à 36) et celle du nombre des parents (de 5 à 7). Ensuite, le nombre des parents croît très régulièrement d’un par an pendant la première phase au cours de laquelle le Grand Maître est au pouvoir, entre 1529 et 1534. Puis, il se stabilise à la fin des années 1530 et au début des années 1540 qui correspondent à la période de pleine puissance d’Anne de Montmorency et à des années de paix. La détente dans les relations internationales qui marque le « ministère » du connétable semble trouver une continuité sur le plan intérieur et notamment au sein de la Chambre royale.

  • 35 BnF, ms. fr. 21450, fo 34, 50 et 66.
  • 36 Ibid.
  • 37 Knecht R., op. cit., p. 483 et suiv.
  • 38 Ibid., p. 482, et Cloulas I., Henri II, p. 112 et 126-127.
  • 39 Ibid, p. 554-558, et p. 139-142.

45Reste l’ultime période du règne de François Ier, soit les années 1541-1547. Deux surprises de taille apparaissent à la lecture du tableau 17. D’une part, il faut attendre 1544 pour que la disgrâce de 1541 commence réellement à faire sentir ses effets. En 1541, 1542 et 1543, Anne de Montmorency est toujours classé premier gentilhomme de la chambre35, nonobstant le fait qu’il ne perçoive plus aucun gage36. Ce n’est qu’en 1544 que son nom disparaît, soit pour une liste composée en 1543, l’année de la prise du pouvoir par d’Annebault37. L’étiage de la représentation montmorencéenne est atteint en 1546 avec seulement cinq membres de la parentèle, ce qui ne constitue qu’1/11e du corps. La seconde surprise vient des chiffres de l’année 1547. Le rôle de cette année est établi en 1546, alors que l’amiral est toujours aux commandes. Pourtant, le nombre des parents remonte de cinq à treize. L’hypothèse servant d’explication à cette augmentation est la suivante. En 1545, Charles, ex-duc d’Angoulême devenu duc d’Orléans, frère puîné du dauphin Henri, meurt. Les deux frères étaient en froid et Charles avait pris parti pour l’équipe emmenée par la maîtresse royale, la duchesse d’Étampes, et l’amiral d’Annebault38. Sa disparition fissure ce bloc et ouvre des brèches dans lesquelles s’engouffrent les tenants du groupe rival. Ainsi, dès 1546, mais avec un effet visible en 1547, le retour au pouvoir du connétable est préparé. Cela signifie que la révolution de palais du printemps 154739 ne serait en réalité que l’aboutissement d’un processus entamé deux ans auparavant et dont l’épilogue serait le fameux duel opposant Jarnac à La Châtaigneraie. Ce scénario est-il plausible ? Plusieurs éléments peuvent l’accréditer.

Année

Noms

1516

Guillaume Gouffier, Anne de Montmorency, Claude Gouffier

1517

Guillaume Gouffier, Anne de Montmorency, Claude Gouffier

1518

Anne de Montmorency, Claude Gouffier

1519

Anne de Montmorency, Claude Gouffier

1520

Anne de Montmorency, Claude Gouffier, François de Montmorency

1521

Anne de Montmorency, Claude Gouffier, François de Montmorency

1522

Anne de Montmorency, Claude Gouffier, François de Montmorency

1523

Claude Gouffier, François de Montmorency

1524

Anne de Montmorency, François de Montmorency, Claude Gouffier

1526

Anne de Montmorency, Claude Gouffier, François de Montmorency, Louis Gouffier

1527

Anne de Montmorency, Claude Gouffier, François de Montmorency, Louis Gouffier, Jean de Mailly

1528

Anne de Montmorency, Claude de Savoie, Claude Gouffier, François de Montmorency, François de Clermont, Louis Gouffier, Jean de Mailly

1529

Anne de Montmorency, Claude de Savoie, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Clermont, Adrien de Hangest, René de Batarnay

1530

Anne de Montmorency, Claude de Savoie, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de CREQUY, François de Clermont, Adrien de Hangest, René de Batarnay

1531

Anne de Montmorency, Claude de Savoie, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Clermont, Adrien de Hangest, Louis de Rohan, René de Batarnay

1532

Anne de Montmorency, Claude de Savoie, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Clermont, Louis de Rohan, Antoine de Halluin, René de Batarnay

1533

Anne de Montmorency, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude de Savoie, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Clermont, Louis de Rohan, Antoine d’Halluin, Guy de Laval, Honorat de Savoie, René de Batarnay

1534

Anne de Montmorency, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude de Savoie, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Clermont, Louis de Rohan, Antoine d’Halluin, Guy de Laval, Honorat de Savoie, René de Batarnay

1536

Anne de Montmorency, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude de Savoie, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Rohan, Louis de Rohan, Guy de Laval, Antoine d’Halluin, Guy de Laval (Lezay), Honorat de Savoie, Charles de Royes, René de Batarnay

1540

Anne de Montmorency, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Rohan, Antoine d’Halluin, Honorat de Savoie, Charles de Cosse, Claude de Savoie, Guy de Laval, Louis de Rohan, Charles de Roye, René de Batarnay

1541

Anne de Montmorency, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Rohan, Antoine d’Halluin, Honorat de Savoie, Charles de Cosse, Claude de Savoie, François de Rohan, Louis de Rohan, Guy de Laval, Charles de Roye, René de Batarnay

1542

Anne de Montmorency, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Rohan, Honorat de Savoie, Charles de Cosse, Claude de Savoie, François de Rohan, Louis de Rohan, Guy de Laval, Charles de Roye, René de Batarnay

1543

Anne de Montmorency, Jean d’Humieres, François de Montmorency, Claude Gouffier, Jean de Crequy, François de Rohan, Honorat de Savoie, Charles de Cosse, François de Toulongeon, Claude de Savoie, François de Rohan, Louis de Rohan, Guy de Laval, Charles de Roye, René de Batarnay

1544

Jean d’Humieres, Claude Gouffier, Jean de Crequy, Charles de Cosse, Honorat de Savoie, Gaucher de Dinteville, François de Montmorency, Claude de Savoie, Guy de Laval, Charles de Roye, René de Batarnay

1546

Jean d’Humieres, Claude Gouffier, Jean de Crequy, Charles de Cosse, Honorat de Savoie

1547

Jean d’Humieres, Honorat de Savoie, François de Montmorency, Henri de Montmorency, François de La Tour, Charles de Roye, François de Rohan, François de Clermont, Jean d’Humieres (le jeune), Artus de Cosse, Gaspard de Coligny, François de Coligny, Louis d’Humieres, François Gouffier

Tableau 18 – Parents et alliés parmi les gentilshommes de la Chambre entre 1516 et 1547.

  • 40 BnF, ms. fr. 21450, fo 138.
  • 41 Michaud C., op. cit., p. 120-121. Charton-Le Clech S., op. cit., p. 42.
  • 42 BnF, ms. fr. 21450, fo 143 vo.
  • 43 Cloulas I., op. cit., p. 60-61. Jacques est le fils de Jean d’Albon, gouverneur du dauphin Henri lo (...)
  • 44 BnF, ms. fr. 21450, fo 145.
  • 45 On peut s’étonner de l’absence de l’aîné, François de Montmorency. Le roi incluait-il dans la disg (...)

46En premier lieu, l’année 1547 est celle du premier compte tenu par Nicolas Berthereau40. Devenu notaire et secrétaire du roi en 153141, il demeure toujours au service du Grand Maître. Deuxièmement, ce dernier ne reprend pas sa place parmi les gentilshommes de la chambre. Le premier gentilhomme n’étant plus Claude d’Annebault mais Jacques d’Albon, seigneur de Saint-André42, un proche du dauphin43, il était difficile de réintroduire le connétable à cet office, compte tenu du fait que le roi ne voulait surtout pas revoir son ancien favori. Cependant, ce dernier apparaît sur le rôle de 1547 en qualité de premier maître d’hôtel44, à la place de Marin de Montchenu, détenteur de cette charge entre 1526 (encore un effet du retour de captivité) et 1546, année de son décès. Troisièmement, l’identité des nouveaux promus est révélatrice de l’alternance qui se prépare. Certes, on relève les noms de François de Montmorency, frère du connétable, ainsi que ceux d’Honorat de Savoie et de Jean d’Humières, deux de ses beaux-frères. On note aussi ceux de François de Rohan et de François de Clermont, deux cousins appartenant à sa génération. Surtout, on remarque les « jeunes pousses » des différentes tiges de sa parentèle : son second fils, Henri de Montmorency, né en 153445, François de La Tour, son gendre, Charles de Roye, mari de Madeleine de Mailly, neveu par alliance, Artus de Cossé-Brissac, fils de René de Cossé, allié par les Gouffier, Jean et Louis d’Humières, fils de Jean, neveux par alliance, François Gouffier, fils de Bonnivet et enfin, Gaspard et François de Coligny, fils de Louise de Montmorency, ses neveux. Tous ont entre treize (Damville) et trente ans. La plupart d’entre eux, ceux que la mort aura épargné, vont jouer un rôle de premier plan dans le demi-siècle à venir.

47L’analyse de la composition du corps des gentilshommes de la chambre du roi entre 1516 et 1547, qu’il faudrait poursuivre pour le règne d’Henri II, a montré la croissance régulière en son sein du nombre des membres de la parentèle du Grand Maître. Elle a aussi permis de voir l’amorce de la mise en place d’une nouvelle cour avant même l’accession au trône d’Henri II. Elle a donné l’impression que s’opère sous le règne de François Ier une mainmise totale sur la cour de la part du clan montmorencéen. Néanmoins plusieurs remarques viennent nuancer cette vision. D’une part, tous les membres apparentés aux Montmorency n’entretiennent pas avec ceux-ci des relations durablement amicales. Si Claude de Savoie, comte de Tende et gouverneur de Provence, est proche du Grand Maître, son frère Honorat de Savoie, comte de Villars, ne semble pas avoir beaucoup d’atomes crochus avec le lignage de son beau-frère. D’autre part, une étude prosopographique complète ferait apparaître que des lignages comme ceux des La Loue, de Moy, de Rieux, de Foix, de Coesmes, par exemple, ne sont pas des intimes du Grand Maître.

  • 46 Decrue F., op. cit., p. 403 et Knecht R., op. cit., p. 408-410.
  • 47 Duby G., Le Moyen Âge, Paris, 1987, p. 149 et suiv.
  • 48 Carouge P., op. cit., chapitre IV.

48Enfin, l’étude des gentilshommes suggère une piste nouvelle pour comprendre le caractère très personnel de la disgrâce de 1541. Ce qui a déclenché l’ire du souverain est connu : profitant de la politique pacifiste menée par le connétable, Charles Quint a fait miroiter au roi de France une possible investiture de Charles, duc d’Orléans, à la tête du duché de Milan. Aussi, lorsque l’empereur désigne son fils Philippe à la tête du duché (11 octobre 1540), la sanction royale tombe et le connétable est congédié en juin 154146. Anne de Montmorency se retire sur ses terres. Le roi ne semble avoir visé que le seigneur de Chantilly. Les autres membres du lignage (y compris François de Montmorency, gouverneur d’Île-de-France depuis 1538) et ceux de la parentèle conservent leurs titres et leurs fonctions. La raison officielle repose sur la rupture de l’entente franco-impériale. À cela, il faut ajouter les rivalités et les jalousies provoquées par la réussite du connétable. On peut envisager une dernière cause qui révèle un François Ier non dénué de pragmatisme politique. En janvier 1526, au sortir de son enfermement, le roi de France est isolé. Cependant, en moins d’un an, il retourne la situation en sa faveur. En politique internationale, il redevient rapidement le pivot d’une coalition réunissant tous ceux que l’hégémonie impériale effraie (Angleterre, États italiens dont la papauté). À l’intérieur, il doit retrouver la confiance de ses sujets et particulièrement celle de sa noblesse. Depuis l’affaire Bourbon, le roi montre une méfiance certaine vis-à-vis de son aristocratie. Le seul moyen de réaffirmer son pouvoir est de s’assurer de l’obéissance et de la loyauté du centre de gravité politique du royaume, l’Île-de-France. En cela, il ne fait que reprendre la vieille recette des Capétiens des XIe et XIIe siècles47. Il en résulte une mise au pas du parlement et la promotion d’un représentant éminent de la noblesse de cette province : Anne de Montmorency. Celui-ci, grâce à ses possessions, à ses alliances, à son prestige parmi les hobereaux locaux, s’impose comme l’homme de la situation. Le roi accroît encore ces éléments par des dons, par des nominations (Beaumont-sur-Oise, Compiègne, Fère-en-Tardenois) et par un mariage avec l’une de ses cousines maternelles. En contrepartie, le rôle d’Anne de Montmorency est de redonner confiance au roi en lui apportant la stabilité politique et sociale dont il a besoin pour amorcer une nouvelle phase de son règne. Le choix de François Ier s’avère excellent tant le seigneur de Chantilly fait preuve à son égard d’une indéfectible fidélité. Cependant, Anne de Montmorency n’est pas un favori comme l’avait été Bonnivet en son temps48. C’est un homme de devoir dont le but est de remplir la mission qui lui a été assignée, tout en utilisant les pouvoirs mis à sa disposition par le souverain pour renforcer et accroître la puissance de son lignage et de sa parentèle.

  • 49 Bourquin L., op. cit., p. 17.
  • 50 Solnon J.-F., op. cit., p. 38.
  • 51 Dans son ouvrage, Desormeaux écrit à la deuxième page : « Elevé par son courage, son génie et ses (...)

49Quinze ans plus tard, la situation a changé. Les grandes familles aristocratiques (Bourbon, Albret, Guise) ont repris leur place. Le rêve italien s’éloigne au profit d’une conquête des marges orientales du royaume49. Dans cette nouvelle configuration de la politique royale, le recours au connétable n’est plus indispensable. Bien plus, sa puissance, visible entre autre par le nombre de membres de son lignage, de sa parentèle, de ses commensaux et de ses serviteurs placés dans les offices curiaux, a de quoi effrayer le monarque. Celui-ci n’a que deux solutions. Soit il l’intègre au groupe aristocratique en le faisant duc et pair, soit il s’en débarrasse. Les raisons de l’éviction de ce vieux compagnon sont multiples. On peut concevoir une certaine lassitude du souverain d’avoir à supporter quotidiennement un personnage qui lui renvoie l’image de son propre vieillissement. Le roi agit aussi par réflexe. Il pense que son Grand Maître, dont la fonction est héritée des maires du palais50, pourrait être tenté, ou l’un de ses descendants, un jour ou l’autre de se comporter comme les Pépinides ayant déposé les souverains mérovingiens trop confiants et privés de pouvoirs par ceux-là mêmes qu’ils avaient élevés à de hautes fonctions51. Plus prosaïquement enfin, François Ier est mû par un profond opportunisme politique. Car le moment est favorable. Le connétable est contesté à la cour et sa politique est un échec. De plus, s’il est à la tête d’une puissante parentèle, les fondations de celle-ci sont fragiles. Il n’a pas pu placer ses fils, dont l’aîné, François, n’a que onze ans en 1541. Son frère, M. de la Rochepot, n’a pas de descendance. En écartant le principal représentant de cette famille tentaculaire, le roi la prive de son chef. Le souverain peut alors se permettre de laisser à ses autres membres leurs titres et leurs fonctions puisque l’élément qui rendait cohérent l’ensemble a été écarté.

  • 52 Solnon J.-F., op. cit., p. 31.
  • 53 Caroll S., op. cit., 1998.
  • 54 Drouot H., Mayenne et la Bourgogne, Paris, 1937.
  • 55 BnF, Clair. 835, fo 2301-2331.

50C’est donc bien pour assurer l’avenir que dès son retour aux affaires en 1547, le connétable pousse fils et neveux vers les cercles du pouvoir, à un moment où, l’âge venant (il approche la soixantaine), il faut songer à faire perdurer la prédominance de sa Maison dans le temps. Ce faisant, il se heurte à d’autres ambitions qui agissent selon les mêmes schémas tactiques. Pour tenter de conserver un équilibre au sein de la cour, Henri II et sa maîtresse Diane de Poitiers misent sur les Guises. Chaque camp marque des points. Claude de Lorraine, épouse Louise de Brézé, la fille de Diane. François de Montmorency, le fils du connétable, est marié, contre son gré, à Diane de France, la fille naturelle du roi52. Mais les Guises jouent leur propre partition en se positionnant en force dans les espaces laissés libres par les Montmorency. Géographiquement, ils diffusent leur influence en Normandie53, et en Bourgogne54. Socialement, ils cadenassent l’Église de France. Toutefois, ces visions à long terme n’empêchent pas des visées plus opportunistes comme le prouve le noyautage de la Maison de la nouvelle reine de France dans laquelle nombre de membres du lignage et de la parentèle des Montmorency, ainsi que certains de leurs serviteurs s’octroient les meilleurs offices55.

  • 56 II-283.
  • 57 BnF, Clair. 835, fo 2285-2299.

51Le chevalier d’honneur de la souveraine est Girard de Vienne, seigneur de Ruffey et de Commarin, baron de Montigny et de Saint-Aubin, chambellan du roi, capitaine de la ville et du château de Beaune. Le premier maître d’hôtel est Jean de Sarcus. Il occupe cette charge jusqu’en 1538, date à laquelle il est remplacé par René d’Arpajon. Ce dernier fait partie de la délégation qui assiste au bout de l’an de feu Guillaume de Montmorency les 12 et 13 mai 153256. Parmi les maîtres d’hôtel, si on relève la présence de Tristan de Carné qui occupait cet office du temps de la reine Claude57, on note surtout les noms de Jean du Monstiers, seigneur de Sarragosse, de Jean du Monceau, seigneur de Thignonville et, à partir de 1534, de René de Montbourcher, seigneur du Bordage. Antoine de Bremieu quant à lui, appartient au corps des écuyers d’écurie.

  • 58 On trouve un Antoine de Montbourcher échanson de la reine Claude en 1523. Ibid.
  • 59 Ibid., fo 2304.
  • 60 Ibid., fo 2305-2306.

52Cette première liste de noms est éloquente puisque les deux filières qui semblent prévaloir pour entrer au service de la nouvelle reine sont d’une part l’origine géographique avec la présence de Bretons comme Carné et Montbourcher58, d’autre part le lien avec le Grand Maître. Toutefois, l’impression du véritable « garde prétorienne » montmorencéenne autour d’Eléonore est surtout visible parmi les dames et demoiselles d’honneur. Lorsque le 1er juillet 1530, la sœur de Charles Quint franchit la Bidassoa, elle est accompagnée de douze dames et demoiselles d’honneur espagnoles59. Dès 1531, ce nombre passe à quatorze, avec la nomination, comme première dame d’honneur, de Louise de Montmorency, la sœur du Grand Maître, à laquelle est adjointe Jeanne de Latre, épouse de Jean de Sarcus. Le véritable changement s’opère en 1532. Cette année-là, treize nouvelles dames et demoiselles d’honneur sont désignées. Il s’agit de : Anne Lascaris, comtesse de Tende, belle-mère du Grand Maître, Madeleine de Savoie, sa femme, Isabeau de Savoie, dame du Bouchage, sa belle-sœur, Hélène de Hangest, veuve d’Artus Gouffier, seigneur de Boisy, une de ses cousines, Marie d’Acigny, dame de Canaples, une de ses cousines, Diane de Poitiers, femme de Louis de Brézé, grand sénéchal de Normandie, Jeanne, bâtarde d’Orléans, Françoise de Longwy, fille de Jeanne d’Angoulême, demi-sœur du roi et femme de l’amiral Chabot, Jacqueline de La Queille, dame d’Aubigny, Isabeau Picart, dame du Ris, Louise de Polignac, dame du Vigean, Anne de La Fontaine, demoiselle en 1532, dame en 1543 (veuve de M. de La Mairie, l’un des officiers domestiques majeurs du Grand Maître, mort en 1530), Marie Gaudin, dame de La Bourdaisière60.

  • 61 Ibid.

53L’année suivante, sept autres dames et demoiselles font leur apparition : Anne de Laval, fille d’Anne de Montmorency (sœur du Grand Maître) et de Guy de Laval, Madeleine de Mailly, dame de Roye, fille de Louise de Montmorency et de son premier mari Ferry de Mailly, Marguerite de Savoie, belle-sœur du Grand Maître, Renée de Rieux, Claude de Rieux, Jacquette de Longwy et Dona Ignez de Velasco61. En 1533, dix des trentequatre dames et demoiselles d’honneur de la reine appartiennent au lignage ou à la parentèle du Grand Maître. En outre, Jean de Sarcus, capitaine d’Hesdin, est l’un des épistoliers picards de celui-ci et Diane de Poitiers est la femme de l’un de ses grands compagnons. Ce sont donc douze dames et demoiselles d’honneur proches d’Anne de Montmorency installées dans l’entourage immédiat d’Eléonore.

  • 62 III-145 : Laurent Crabbe à Berthereau, de Blois. VII-212 : Anne Courtois (femme de Laurent Crabbe) (...)
  • 63 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5129. Description dans le catalogue de l’exposition : Livres du con (...)
  • 64 X-91 : Lessart au Grand Maître, de Cluny, le 18 octobre 1529.

54Certes, il lui a fallu composer avec d’autres puissances de la cour, en particulier celle de la mère du roi. Les dame et demoiselle de Longwy, la bâtarde d’Orléans, la dame du Vigean sont issues de lignages alliés à la famille royale. Marie Gaudin est l’épouse d’un serviteur de la Régente. De plus, celle-ci a obtenu pour ses protégés quelques offices de moindre importance, mais qui assurent une présence discrète. Philibert Babou est le maître de la Chambre de la reine, Laurent Le Blanc est d’abord valet de chambre, puis secrétaire. Néanmoins, l’ossature de la Maison d’Eléonore est dominée par des parents du Grand Maître, et renforcée par des personnages protégés par lui, tel « Laurans Crabbe », originaire d’Orléans, en relation avec Nicolas Berthereau62 médecin de la reine, ou Chérubin d’Oursières, l’un de ses aumôniers qui est aussi le frère d’un homme d’armes de la compagnie d’Anne de Montmorency. Parmi les valets de chambre, figure Louis de Perreau, seigneur de Castillon. Celui-ci est l’auteur d’un Discours de l’origine… des héraults d’armes dont un exemplaire sur parchemin, daté de 1533, a appartenu à Anne de Montmorency63. Il a pour homologue Jean Lessart (ou du Sart) dit « Périgort » qui rend compte au Grand Maître d’une mission qu’il accomplit pour le service du roi auprès des moines de Cluny64.

  • 65 Knecht R., op. cit., p. 286. La Cronique du roy Françoys ne souffle mot de la désinvolture royale.

55La question qui est posée est de savoir dans quel but une telle concentration de personnages proches, voire intimes d’Anne de Montmorency a-t-elle été réalisée ? Trois raisons peuvent être invoquées. La première prend en compte l’attitude du roi après juillet 1530. Celui-ci ne pouvant rien refuser à l’artisan de la délivrance de ses enfants, l’autorise à peupler la Maison de sa nouvelle épouse d’hommes et de femmes intimement liés à lui. La deuxième découle de la position que tient le Grand Maître à la cour. Son office lui permet de choisir en priorité les membres de sa parentèle pour les placer dans des fonctions délaissées par leurs titulaires depuis six ans, c’est-à-dire depuis le décès de la reine Claude. La dernière raison est plus politique. François Ier a confiance en son Grand Maître. Il lui demande donc de verrouiller la Maison de la reine afin de l’isoler de sa suite espagnole et de surveiller ses faits et gestes à sa place. Les douze parentes, alliées et amies du Grand Maître contrebalancent le poids de la camerilla espagnole de la reine. On connaît d’ailleurs le peu d’empressement et d’enthousiasme du souverain pour sa nouvelle épouse, au point qu’il assiste dans les bras de sa maîtresse à l’entrée d’Eléonore dans Paris le 5 mars 153165. Une telle méfiance préfigure un siècle et demi de relations franco-ibériques.

56Les trois raisons sont recevables. Cependant, mise à part la dernière qui est spécifique à l’installation de la nouvelle souveraine, on constate que l’influence qu’exerce Anne de Montmorency sur la cour s’étend à toutes les Maisons princières. Vers 1530, Anne de Montmorency jouit de la confiance entière du roi. Fort de cela et des pouvoirs que lui confie le souverain, il en profite pour mener une politique népotique qui vise à introduire le plus grand nombre possible de personnages dans les parages immédiats de la personne royale. Les buts qu’il poursuit sont multiples : procurer des revenus à des proches a priori fidèles, veiller sur le roi et le surveiller (état de santé et humeur). Son premier soin est de veiller à la composition du corps des gentilshommes de la Chambre. Toutefois, il prend bien garde de confirmer ou de caser des parents à l’intérieur des autres groupes composant la Maison du roi.

Entre domination et équilibre

  • 66 Les officiers de « bouche » servent le roi. Les officiers du commun assurent le service des autres (...)

57En 1531, la Maison du roi compte 547 officiers que l’on peut répartir en trois groupes. 34 personnes sont des pensionnaires qui soit servaient du temps de Louis XII (21 cas), soit servaient François Ier avant son avènement (13 cas). 237 sont des officiers de « bouche » ou du commun66. 276 sont des officiers de premier rang qui se répartissent en : 38 clercs de la Chapelle royale ; 49 gentilshommes de la Chambre, 23 maîtres d’hôtel, 29 panetiers, 16 échansons, 14 valets tranchants, 3 enfants d’honneur, 21 écuyers d’écurie, 10 secrétaires de la chambre, 3 huissiers de la chambre, 30 valets de chambre, 2 porte-manteaux, 1 maître de la garde-robe, 1 « surintendant » des gens de métier, 13 médecins, apothicaire et chirurgiens, 6 clercs d’offices, 9 sommeliers de panéterie, 1 capitaine de la Porte, 1 lieutenant de la Porte, et 1 trésorier.

58Le deuxième groupe a certainement des accointances avec le Grand Maître puisque quatre noms sont liés à celui de Nicolas Berthereau : Gilles et Pierre Bothereau [Berthereau] des cousins du secrétaire, Nicolas Jousseaume, son filleul et le père de celui-ci, François Jousseaume. Cependant, la quasi-totalité des correspondants d’Anne de Montmorency et de Nicolas Berthereau étant issus du troisième ensemble, celui-ci apparaît comme le groupe de référence à partir duquel il est possible de tenter de mesurer l’influence du Grand Maître sur la Maison du roi.

  • 67 En fait quatre, mais le dernier est Adrien de Hangest, déjà nommé parmi les gentilshommes.

59Sur 276 personnes, 20 sont des parents ou des cousins plus ou moins proches d’Anne de Montmorency. La moitié de ceux-ci est présente au sein du corps des gentilshommes de la Chambre : François de Montmorency, Claude de Savoie-Tende, Jean d’Humières et René de Batarnay sont trois de ses beaux-frères ; Claude Gouffier et Adrien de Hangest sont des cousins germains ; Louis de Rohan, Jean de Créquy, Antoine de Luxembourg et François de Clermont sont des parents plus éloignés. Les dix autres alliés se répartissent de la manière suivante : trois maîtres d’hôtel (Jean de Dinteville, bailli de Troyes, Louis de Clermont et Louis Gatineau, seigneur de Saint-Bonnet) ; deux panetiers (René de Brissac, seigneur de Cossé et Louis Le Roy, seigneur de Chavigny) ; trois échansons67 (François d’Anglure, seigneur de Boursault, Méry d’Orgemont, seigneur de Méry et Jean de Rambures) ; deux valets tranchants (François du Puy et Louis de Clermont-Lodève). Mise à part la Chapelle qui ne compte aucun parent ni allié, les Montmorency et leurs cousins sont répartis dans les cinq plus prestigieux corps d’officiers de la Maison du roi, avec des proportions diverses il est vrai : 22,5 % des gentilshommes (en incluant le Grand Maître, premier gentilhomme) ; 13 % des maîtres d’hôtel ; 7 % des panetiers ; 25 % des échansons ; et 14 % des valets tranchants. Toutefois, ces premiers chiffres méritent d’être revus à la hausse si l’on inclut les protégés du Grand Maître.

  • 68 Philippe Chabot, Guillaume de La Barre et Antoine Duprat ne sont pas réputés pour être ses amis.

60Si tous les gentilshommes n’entretiennent pas de rapports amicaux avec lui68, Anne de Montmorency peut cependant compter sur les soutiens de Claude d’Annebault, Gabriel de La Guiche, Charles de Coucy et Guillaume Du Bellay. Il n’est pas inintéressant de noter que parmi les neuf gentilshommes admis dans le corps en 1531, quatre (d’Annebault, Rohan, La Guiche et Coucy) le sont vraisemblablement sur sa recommandation. En additionnant parents et protégés, on arrive au tiers des gentilshommes.

61Le roi dispose de 23 maîtres d’hôtel. En plus de ses trois parents, le Grand Maître compte dans ce corps deux protégés : François Rasse, seigneur de La Hargerie et Jean de Sarcus. Cet apport monte à un quart le nombre des maîtres d’hôtel liés à Anne de Montmorency.

62Quatre hommes (Gilles de La Pommeraie, Louis Du Bellay, Claude Lyobart, seigneur de Lacra et Jean de Sains, seigneur de Marigny) renforcent les deux parents du Grand Maître présents parmi les 29 panetiers. À eux six, ils représentent 20 % des officiers de la paneterie. Le corps des échansons, qui contient déjà quatre parents, ne semble pas accueillir davantage de personnages introduits par Anne de Montmorency. Le même constat peut être effectué pour les valets tranchants.

  • 69 Solnon J.-F., op. cit., p. 32.
  • 70 Ibid., p. 34.
  • 71 Cité par Boucher J., La cour d’Henri III, éd. Ouest-France, 1986, p. 58.

63Au total, avec trente et un membres, le Grand Maître, ses parents, alliés et protégés pèsent pour un quart (24 %) dans les cinq principaux corps de la Maison du roi. Derrière ces statistiques, il faut voir que les officiers servant par quartier, il est arithmétiquement capable d’assurer un suivi permanent de ses intérêts et une défense continuelle de ses positions. On peut s’interroger sur le fait de savoir si ce quart constituerait un « seuil de tolérance » au-delà duquel les autres puissances de la cour (les favoris des années 1540 (Chabot puis d’Annebault), la sœur du roi et son mari, les Bourbons, et les Guises, nouveaux venus) réagiraient et commenceraient à regrouper leurs forces pour mettre fin à ce déséquilibre. En effet, la notion d’équilibre semble tout à fait prégnante lorsqu’on parle de la cour de France sous l’Ancien Régime. Dès les premières pages de son ouvrage sur la cour, Jean-François Solnon y fait référence à plusieurs reprises. Il fait remarquer qu’en 1559, personne, malgré les appels des Montmorency, ne peut rééquilibrer le pouvoir sans partage des Guises69. À propos de la politique menée par Catherine de Médicis dans les années 1560-1570, il relève que « l’équilibre des clans est la règle d’or d’une politique conduite dans des circonstances difficiles70 ». Le déséquilibre au profit d’un clan choque les contemporains. Ainsi, Bernard de Girard, seigneur Du Haillan, historiographe du roi, rapporte qu’à l’occasion d’un festin organisé à la cour en 1581, il avait compté seize personnes « portant le nom de Lorraine71 ». Les trois exemples sont pris alors que le royaume est plongé dans les turbulences des guerres civiles. Celles-ci démultiplient les effets pervers d’un système qui est l’essence même de la cour. Le grand paradoxe de l’institution curiale est qu’elle ne peut bien fonctionner que dans l’équilibre, mais que cet équilibre d’une part est constamment menacé (un décès, une alliance matrimoniale, voire une combinaison d’intérêts convergeants suffisent à la déstabiliser), d’autre part ne s’obtient que par la rupture de l’équilibre antérieur lequel, à un moment donné, ne convient plus.

64Ce seuil existe-t-il à la cour de François Ier ? La réponse pourrait venir de l’analyse de l’évolution de la Maison civile du roi pendant les dix dernières années du règne, soit entre 1536, année qui précède l’accession à la connétablie, et 1547, année qui voit le retour aux affaires d’Anne de Montmorency. À défaut d’étude exhaustive, quelques jalons peuvent être posés.

  • 72 Knecht R., op. cit., p. 481 et suiv.
  • 73 Ibid., p. 482-483 et 498 et suiv.
  • 74 Ibid., fo 81-82.

65Les dates de 1541, 1543 et 1544 sont particulièrement importantes pour cette partie de l’existence d’Anne de Montmorency, puisqu’elles marquent son éloignement progressif de la cour du fait de sa disgrâce. Il est remplacé dans la faveur du roi successivement par l’amiral Chabot (entre 1541 et 1543), puis par le tandem d’Annebault-Tournon, œuvrant sous l’œil bienveillant de la duchesse d’Étampes, favorite en titre72. Les nouveaux conseillers royaux n’ont de cesse d’affaiblir la position de l’ostracisé Montmorency en remplaçant les hommes qu’il avait installés. Si la victime la plus célèbre de cette « chasse aux sorcières » est le chancelier Guillaume Poyet73, dont la carrière s’était déroulée sous les auspices du Grand Maître, il semble bien que les mesures de rétorsion touchent aussi un certain nombre de parents et de fidèles. En 1544, le nom du connétable n’apparaît plus parmi la liste des gentilshommes et son frère François rétrograde en fin de liste74. En 1546, ce dernier disparaît à son tour et Berthereau n’est plus cité comme secrétaire de la Chambre, office qu’il détenait depuis 1540. En 1547, nous l’avons vu, le retour d’Anne de Montmorency et des siens, au sens large, s’apparente à un triomphe.

  • 75 BnF, ms. fr. 21450 : « Officiers et domestiques de François Ier et d’Henri II (1536-1549) ».
  • 76 BnF, Clair. 835.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid.
  • 79 Ibid.
  • 80 Ibid.
  • 81 Solnon J.-F., op. cit., p. 30-32.
  • 82 Knecht R., op. cit., p. 491-493.

66En 153675, sur vingt-cinq maîtres d’hôtel, neuf sont soit des parents (Vincent du Puy, Louis de Clermont, M. de Saint-Bonnet, Jean de Dinteville), soit des protégés (M. de La Hargerie, Gilles de La Pommeraie, Jean de Sarcus, Jean Sanguin et Bertrand d’Ornezan, seigneur de Saint-Blancard). On dépasse alors le tiers des titulaires. Dinteville, Sarcus, Sanguin, Saint-Blancard et Boisrigaud perdent leur office de maître d’hôtel en 154176. En 1543, c’est le tour de Louis de Clermont, suivi en 1544 par Gilles de La Pommeraie77. Chez les panetiers, l’année 1545 est néfaste à M. de Lacra et à Jean de Sains78. Même mise à l’écart, la même année, des échansons Jean de Rambures, Méry d’Orgemont et Martin Du Bellay, et du valet tranchant Guyon de Clermont-Lodève79. Enfin, toujours en 1545, les secrétaires de la Chambre Thomas Raponel (en place depuis 1532) et Nicolas Berthereau (secrétaire depuis 1540) ne sont pas reconduits80. Si les évictions de 1541-1542 sont à relier directement avec la disgrâce du connétable, celles de 1545 sont peut-être à mettre en relation avec deux éléments. Elles s’inscrivent dans une ambiance très sombre de fin de règne marquée par la maladie du roi, ainsi que par l’exacerbation des tensions qui parcourent la cour, divisée entre tenants de l’équipe composée de la maîtresse et des favoris du roi, et partisans du dauphin81. Elles viennent après l’invasion impériale de 1544 qui, partie de Champagne, parvient jusqu’aux portes de la capitale. Selon les termes du traité de Crépy du 18 septembre 1544, François Ier renonce au Piémont, s’engage à aider Charles Quint dans le conflit qui l’oppose au Turc et se satisfait de la promesse impériale d’un projet de formation d’une entité politique autonome aux Pays-Bas ou en Italie du Nord pour son second fils, Charles, le duc d’Orléans82.

  • 83 BnF, Clair. 835, fo 2397-2415. Une telle mesure touche aussi tous les autres officiers du duc.
  • 84 Leur ambition politique les fait incliner vers le fils après avoir tant reçu du père. Constant J.- (...)
  • 85 BnF, ms. fr. 21450, fo 143 vo-145.

67Le dauphin Henri protestant contre les clauses du traité, le roi et son entourage tentent de l’affaiblir en écartant des officiers curiaux proches de lui, mais occupant des offices chez son frère Charles, comme Jean de Dinteville et François Gouffier (chambellans), Claude d’Anglure (gentilhomme de la chambre), François de Hangest et Gaspard de Coligny83 (écuyers tranchants). En septembre 1545, la mort de Charles entraîne un regain de puissance de l’opposition emmenée par le dauphin. Ne pouvant l’atteindre directement, le monarque et ses conseillers décident de saper ce qui subsiste de la puissance de son connétable en procédant à une réorganisation drastique de la Chambre du roi. Les victimes en sont les membres de la parentèle du connétable. Maigre consolation qui tente de masquer la douleur du souverain et son désarroi politique en s’en prenant à des courtisans suspectés d’être assujettis au parti pro-impérial dont l’animateur a été, tout au long des années 1530, Anne de Montmorency. Consolation éphémère puisque dès 1546 le dauphin revient au conseil royal et prépare l’après-François Ier, en s’appuyant sur deux forces antagonistes : celle des Montmorency (liée à lui depuis 1530) et celle des Guises84. Équilibre à nouveau. D’autant que d’anciens officiers du duc d’Orléans, congédiés en 1545, sont propulsés dans la Maison du roi. C’est le cas de François Gouffier et de Gaspard de Coligny qui font leur apparition parmi les gentilshommes de la Chambre85.

  • 86 À propos des Le Roy de Chavigny, Nicolas Le Roux fait remarquer que « les nobles tourangeaux sont (...)
  • 87 BnF, Clair. 835.

68Jusqu’en 1525, Anne de Montmorency n’est qu’un officier curial parmi d’autres. Bien vu du roi, de sa sœur, de la reine-mère, il demeure en retrait par rapport aux véritables favoris du moment que sont les frères Gouffier, Artus, puis Guillaume. C’est même grâce à la protection de son cousin Artus, Grand Maître de France jusqu’en 1519, qu’il doit son introduction à la cour, où il retrouve d’autres parents comme les Le Roy de Chavigny86, les Clermont ou les d’Anglure. Après Pavie, et surtout après Bayonne, les cartes changent de main et il devient le maître du jeu. Il en profite pour introduire ou confirmer parents, alliés, serviteurs et protégés dans des offices curiaux importants au sein de la Chambre du roi, de l’échansonnerie, de la panneterie et parmi les maîtres d’hôtel. Le système mis en place connaît une première alerte en 1536, puis s’effrite après la disgrâce de 1541. Certes, le démantèlement n’est pas total. Il ne peut probablement pas l’être, sous peine d’aggraver le déséquilibre créé, au risque de rompre les alliances nouées en vue de faire tomber le connétable. Il ne peut pas l’être non plus car certains fidèles de celui-ci jouent les tampons entre les groupes rivaux. C’est le cas d’un Villandry, secrétaire de la chambre, auquel son fils Claude succède sans problème dans cet office en 154387. On pense aussi au cardinal Du Bellay, proche aussi bien du connétable que de la sœur du roi. Cependant la traversée du désert du connétable dure six ans. À partir d’avril 1547, il préside le conseil royal. Mais il doit composer avec la nouvelle favorite, Diane de Poitiers et les membres du lignage des Guises, providentiellement propulsés sur le devant de la scène par une alliance matrimoniale voulue par la maîtresse du nouveau souverain.

*

  • 88 Decrue F., op. cit., p. 13.

69Le choix de l’année 1530 comme exemple de fonctionnement et d’interaction entre différents réseaux s’est imposé en raison de deux facteurs. Tour d’abord, parce que cette année sert de point de repère essentiel dans la vie d’Anne de Montmorency. La réussite de la mission confiée par François Ier marque un premier palier dans une carrière entamée dix ans auparavant. Le Grand Maître n’est plus un otage parmi d’autres qui garantit les actions royales, comme en 1519, lorsque François Ier l’avait envoyé avec sept autres personnes en Angleterre88. Il est le principal commissaire royal nommé pour mener à bien l’application des clauses du traité de Cambrai de 1529. Ensuite, parce que cette démarche présente l’intérêt d’ouvrir la question de la définition d’un réseau au XVIe siècle et des modalités de son fonctionnement.

Notes

1 Decrue F., op. cit., p. 139-162 ; Bedos Rezak B., p. 175-179; Knecht R., p. 283-285 ; Hamon P., p. 286-287.

2 On retrouve la répartition globale entre les deux personnages, soit 2/3 pour le Grand Maître (62,4 %) et 1/3 pour Berthereau (37,6 %).

3 CAF, t. VIII, à partir de la page 411. Hélène Michaud présente les rares cas de séparation de résidence intervenus entre le roi et sa chancellerie. Michaud H., op. cit., p. 317-320.

4 Représentation cartographique des déplacements des années 1529-1536 dans l’Histoire économique et sociale, op. cit., t. 1, p. 74. Le grand périple commence lorsque la cour quitte Fontainebleau, le 16 décembre 1529.

5 Selon les clauses du traité de Cambrai, la délivrance des deux princes doit intervenir le 10 avril.

6 Decrue F., op. cit., p. 139 et 149-150.

7 Sur ces points, voir Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, 1984, p. 38-39.

8 Decrue F., op. cit., p. 139. Dans l’une de ses lettres, M. de Clermont évoque la « colicque » du Grand Maître, ce qui « a despleu très fort au sieur légat [frère de M. de Clermont] et à moy, et en mesme temps, j’ay eu ung pareil mal deux jours ». BnF, ms. fr. 3064-17, M. de Clermont au Grand Maître, de Capestang, le 15 janvier 1530.

9 Idem. M. de Clermont fait allusion à une lettre que le Grand Maître lui a envoyée depuis Dijon, le 20 janvier 1530. BnF, ms. fr. 3064-37, M. de Clermont au Grand Maître, du Canet, le 29 janvier 1530.

10 Pour F. Decrue, l’entrée à Moulins ne se fait que le 21 février. Decrue F., op. cit., p. 139.

11 Ibid., p. 140.

12 Département de la Vienne actuelle. Le trajet n’est pas le plus court pour se rendre de Moulins à Bayonne. Il oblige même à effectuer un long détour par l’ouest. Cependant, il évite le Massif Central en plein hiver.

13 Decrue F., op. cit., p. 149.

14 Cette lenteur serait due à l’ambassadeur impérial qui ne semble pas pressé d’arriver à Bayonne. Decrue F., op. cit., p. 149.

15 M. de Clermont au Grand Maître, BnF, ms. fr. 3074-193 (d’Avignon), fr. 3064-17 (de Capestang, le 15 janvier) et fr. 3064-37 (du Canet, le 29 janvier).

16 Ibid., fr. 3064-47, M. de Clermont au Grand Maître, de Montélimar, le 7 février 1530.

17 Decrue F., op. cit., p. 139.

18 Chaunu P. et Escamilla M., op. cit., p. 232-235.

19 BnF, ms. fr. 3064-47, M. de Clermont au Grand Maître, de Montélimar, le 7 février 1530. Toulouse sort tout juste d’une crise épidémique qui a frappé la cité à l’automne 1529, tandis que Montpellier est ravagée par la peste tout au long de l’année 1530. Le Roy-Ladurie E., op. cit., p. 325.

20 Pour le détail des exigences espagnoles, voir Decrue F., op. cit., p. 141-149.

21 Ibid., p. 169-170.

22 Blois fournit à elle seule 42 des 72 lettres du mois de mars.

23 Gascon R., op. cit., p. 140 et suiv.

24 Déjean J.-L., op. cit., p. 140. L’enfant, prénommé Jean, mourra en décembre 1530.

25 Decrue F., op. cit., p. 152.

26 2 lettres de François Ier, 3 de sa sœur et 21 de Gilles de La Pommeraie n’ont pu être datées avec précision.

27 Bourquin L., « Les chevaliers de l’Ordre du Croissant : les sources d’une faveur, les limites d’une fidélité », Le second ordre nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, 1999, p. 21-29 et Popoff M., « L’Ordre du Croissant », Histoire et généalogie, no 37 (sept.-oct. 1991), 38 (nov.-dec. 1991) et 39 (janv.-fév. 1992).

28 Le Roux N., « Élites locales au service de la Couronne au XVIe siècle : l’exemple de la noblesse de Touraine », Le second ordre…, op. cit., p. 153-167.

29 Boucher J., « L’ordre du Saint-Esprit dans la pensée politique et religieuse d’Henri III », Cahiers d’Histoire, 1972-1973.

30 Asch R. G., « Courtiers, patronages and faction in early Stuart England. The Caroline court and the limits of prosopography (c. 1625-40) », L’État moderne et les élites…, op. cit., p. 150.

31 Solnon J.-F., op. cit., p. 16-17.

32 BnF, ms. fr. 21449 et 21450.

33 Hamon P., op. cit., p. 5.

34 Ibid., tableau de la page 5.

35 BnF, ms. fr. 21450, fo 34, 50 et 66.

36 Ibid.

37 Knecht R., op. cit., p. 483 et suiv.

38 Ibid., p. 482, et Cloulas I., Henri II, p. 112 et 126-127.

39 Ibid, p. 554-558, et p. 139-142.

40 BnF, ms. fr. 21450, fo 138.

41 Michaud C., op. cit., p. 120-121. Charton-Le Clech S., op. cit., p. 42.

42 BnF, ms. fr. 21450, fo 143 vo.

43 Cloulas I., op. cit., p. 60-61. Jacques est le fils de Jean d’Albon, gouverneur du dauphin Henri lorsqu’il n’était encore que le duc d’Orléans.

44 BnF, ms. fr. 21450, fo 145.

45 On peut s’étonner de l’absence de l’aîné, François de Montmorency. Le roi incluait-il dans la disgrâce son filleul ?

46 Decrue F., op. cit., p. 403 et Knecht R., op. cit., p. 408-410.

47 Duby G., Le Moyen Âge, Paris, 1987, p. 149 et suiv.

48 Carouge P., op. cit., chapitre IV.

49 Bourquin L., op. cit., p. 17.

50 Solnon J.-F., op. cit., p. 38.

51 Dans son ouvrage, Desormeaux écrit à la deuxième page : « Elevé par son courage, son génie et ses talents à un degré de puissance et de fortune qui ne laissoit que le trône au dessus de lui… » La phrase est sûrement laudative à l’excès (quel génie ?), mais elle est révélatrice des ambitions que l’on a pu prêter aux Montmorency au XVIIIe siècle. Desormeaux J.-L., op. cit., t. 1.

52 Solnon J.-F., op. cit., p. 31.

53 Caroll S., op. cit., 1998.

54 Drouot H., Mayenne et la Bourgogne, Paris, 1937.

55 BnF, Clair. 835, fo 2301-2331.

56 II-283.

57 BnF, Clair. 835, fo 2285-2299.

58 On trouve un Antoine de Montbourcher échanson de la reine Claude en 1523. Ibid.

59 Ibid., fo 2304.

60 Ibid., fo 2305-2306.

61 Ibid.

62 III-145 : Laurent Crabbe à Berthereau, de Blois. VII-212 : Anne Courtois (femme de Laurent Crabbe) à Berthereau, d’Orléans.

63 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5129. Description dans le catalogue de l’exposition : Livres du connétable. La bibliothèque d’Anne de Montmorency, Ecouen-Chantilly, 1991, p. 19.

64 X-91 : Lessart au Grand Maître, de Cluny, le 18 octobre 1529.

65 Knecht R., op. cit., p. 286. La Cronique du roy Françoys ne souffle mot de la désinvolture royale.

66 Les officiers de « bouche » servent le roi. Les officiers du commun assurent le service des autres membres de la cour. Solnon J.-F., op. cit., p. 38.

67 En fait quatre, mais le dernier est Adrien de Hangest, déjà nommé parmi les gentilshommes.

68 Philippe Chabot, Guillaume de La Barre et Antoine Duprat ne sont pas réputés pour être ses amis.

69 Solnon J.-F., op. cit., p. 32.

70 Ibid., p. 34.

71 Cité par Boucher J., La cour d’Henri III, éd. Ouest-France, 1986, p. 58.

72 Knecht R., op. cit., p. 481 et suiv.

73 Ibid., p. 482-483 et 498 et suiv.

74 Ibid., fo 81-82.

75 BnF, ms. fr. 21450 : « Officiers et domestiques de François Ier et d’Henri II (1536-1549) ».

76 BnF, Clair. 835.

77 Ibid.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 Ibid.

81 Solnon J.-F., op. cit., p. 30-32.

82 Knecht R., op. cit., p. 491-493.

83 BnF, Clair. 835, fo 2397-2415. Une telle mesure touche aussi tous les autres officiers du duc.

84 Leur ambition politique les fait incliner vers le fils après avoir tant reçu du père. Constant J.-M., Les Guise, Paris, 1984, p. 22.

85 BnF, ms. fr. 21450, fo 143 vo-145.

86 À propos des Le Roy de Chavigny, Nicolas Le Roux fait remarquer que « les nobles tourangeaux sont entrés au service de la Couronne sans recourir au patronage d’un protecteur ». Dans le cas des Le Roy, il faut noter qu’ils sont alliés aux Gouffier, ce qui peut aider à franchir plus rapidement les étapes de l’ascension curiale, d’autant que Guillaume Gouffier, le père de Bonnivet, était déjà chambellan de Charles VII en 1449. Le Roux N., art. cit., p. 160.

87 BnF, Clair. 835.

88 Decrue F., op. cit., p. 13.

Table des illustrations

Légende Carte 3 – La diagonale de la délivrance, la génèse (janvier-mars).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Carte 4 – La diagonale de la délivrance, l’apogée (avril-juin).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Carte 5 – La diagonale de la délivrance, le déclin (juillet-septembre).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Carte 6 – La diagonale de la délivrance, la disparition (octobre-décembre).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Graphique 9 – Répartition mensuelle des lettres adressées au Grand Maître et à son secrétaire pour l’année 1530.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Tableau 14 – Les villes d’expédition de lettres communes au Grand Maître et à son secrétaire pour l’année 1530.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Tableau 15 – Nombre mensuel de lieux de rédaction.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Graphique 10 a – Histogramme des indices de dispersion mensuelle, avec moyenne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Graphique 10 b – Indices mensuels de dispersion.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Tableau 16 – Répartition par décade des lettres des seize premiers rédacteurs pour l’année 1530.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105297/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540