Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Deuxième partie. De la puissance au pouvoir

Chapitre IV. Une France montmorencéenne ? Esquisse d’une géographie épistolaire, 1526-1530

Texte intégral

1Quatre cinquièmes des 3 126 lettres du corpus total sont rédigées à l’intérieur du royaume. À l’aide de cette masse importante, il est possible d’esquisser une géographie épistolaire du Grand Maître et de son secrétaire à la fin des années 1520. La spatialisation des relations qu’Anne de Montmorency entretient à l’échelle du royaume met en valeur des zones d’influences, des zones de pouvoir, mais aussi des vides, des « angles morts ». On peut aussi distinguer les espaces communs au Grand Maître et à son secrétaire, des aires propres à chacun d’entre eux.

Les grands lieux de pouvoirs

2Les lettres en provenance du dedans du royaume révèlent 432 lieux différents de rédaction, pour un total de 2 474 lettres, soit une moyenne théorique de 5,7 lettres par lieu. Cependant, ce chiffre ne veut rien dire car à côté des 309 lieux d’où n’a été écrite qu’une seule lettre et des 71 lieux à partir desquels deux missives ont été rédigées, six villes représentent à elles seules presque la moitié (46,34 %) du total des lettres « françaises ». Le tableau 6 répartit en cinq groupes les 51 premiers bourgs et cités qui totalisent 76,32 % des lettres « françaises ». Dans le premier groupe figurent 18 villes dans lesquelles la cour effectue des séjours plus ou moins longs. Trois catégories sont à distinguer. D’une part, on note la présence de villes picardes (Amiens et Coucy) qui se rattachent au voyage de 1527. D’autre part, on relève la longue liste des étapes du grand périple de décembre 1529-septembre 1530 au cours duquel, le roi est allé chercher ses deux fils. Sa longue pérégrination est passée par la Champagne (Nogent, Châtillon et Troyes), la Bourgogne (Dijon), le Bourbonnais (Moulins), le Val de Loire (Orléans, Blois, Amboise et Tours), l’Anjou et le Poitou (Châtellerault et Dissay), l’Angoumois, la Saintonge (Angoulême et Saint-Jean-d’Angély) et la Guyenne (Blayes et Bordeaux). Enfin, Saint-Germain, lieu de résidence ordinaire de la cour pour la période 1526-1529, constitue à lui seul, la dernière catégorie.

Tableau 6 : Villes du royaume d’où expédiées au moins 5 lettres.

3Le deuxième groupement de villes rassemble les douze lieux où le Grand Maître possède des intérêts fonciers et dans lesquelles il assume des fonctions de commandement. Terres et seigneuries forment l’ossature du groupe avec la présence de l’Isle-Adam, Ecouen, Compiègne, Fère-en-Tardenois, le tout sous la férule de Chantilly. Le nom des Montmorency est associé à celui de Chantilly. Pourtant ce n’est qu’en 1492 que le baron Guillaume hérite de son oncle maternel, Pierre d’Orgemont, les terres de Chantilly, Aussois, Chavercy et Montépilloy. Anne est probablement né à Chantilly le 15 mars 1493 et y a été baptisé. Plus que Montmorency et avant la construction d’Ecouen, Chantilly est le lieu à partir duquel s’organise la vie seigneuriale du Grand Maître. C’est à Chantilly que son épouse Madeleine de Savoie accouche de son premier fils et héritier, François, né le 17 juillet 1530. C’est là que se tient tous les ans la vérification des comptes de la recette générale des terres appartenant au Grand Maître. C’est encore là que le roi vient chasser en octobre 1527 et en septembre 1529. Tous ces événements mêlant vie familiale, administration seigneuriale et divertissements curiaux font que le Grand Maître cherche absolument à garder un lien épistolaire avec Chantilly à chaque fois qu’il doit s’en absenter. Ce qui lui arrive fréquemment entre 1526 et 1530. Cette dernière année surtout est marquée par une très longue absence de dix mois, de janvier à octobre. Pour leur part, Marseille et Châteauneuf-en-Auxois forment les pivots des biens possédés en Provence et en Bourgogne. Marseille étant en plus un port de commerce doublé d’un port de guerre. Il faut rattacher à cette liste Fontainebleau où le Grand Maître possède un logis.

4À l’instar de Compiègne, Nantes est une ville royale dont le capitaine se nomme Anne de Montmorency. Il y exerce donc des fonctions de commandement (par délégation), tout comme il dirige les opérations de libération des fils du roi au printemps 1530, à partir de Bayonne.

5Reste Paris et ses 486 lettres, soit un cinquième des lettres écrites dans le royaume, dans les frontières de 1530. Cette prédominance reflète-t-elle l’affirmation de la volonté royale de transformer Paris en réelle capitale de l’État sur lequel règne François Ier ? Un indice peut être fourni par l’identité des correspondants du Grand Maître et de son secrétaire. Sur les 176 personnes qui rédigent des lettres depuis Paris, on relève 41 officiers des finances, 20 parlementaires (dont 6 présidents), 3 maîtres des requêtes, 17 officiers curiaux (de Marin de Montchenu, premier maître d’Hôtel du roi à Georges de Colme, concierge du Louvre), 10 ambassadeurs et 12 prélats.

6Cette liste, non exhaustive n’a de sens que remise dans la perspective de la concentration des pouvoirs sur la capitale. Après le traité de Madrid de 1526, Anne de Montmorency qui s’était jusque-là surtout illustré dans la carrière des armes, élargit l’éventail de ses compétences et commence à connaître des questions administratives et particulièrement de toucher au nerf de la guerre que sont les finances et à celles non moins épineuses du fonctionnement de la justice royale, à un moment où le roi semble quelque peu brouillé avec ses parlementaires suite au lit de justice de juillet 1527. La faveur royale lui permet de participer à la nomination des bénéfices ecclésiastiques et notamment à ceux des diocèses qui relèvent de son gouvernement du Languedoc. Son ambassade en Angleterre et les talents de négociateur qu’il déploie lors des conférences de Cambrai de 1529 au cours desquelles il se montre partisan d’une paix avec l’empereur, font que les ambassadeurs étrangers commencent à s’adresser à lui pour atteindre le roi et présenter leurs lettres de créances. Le Grand Maître et son secrétaire ont accès au chiffre de la correspondance diplomatique de Jean Du Bellay, l’évêque de Bayonne envoyé par le roi à Londres. Mais, le plus important repose dans le fait que tous ces correspondants écrivent de Paris. Néanmoins, les lettres parisiennes que reçoivent les deux hommes recouvrent deux logiques qui se combinent.

7Tous les historiens de François Ier ont remarqué le très net ralentissement des déplacements de la cour royale entre 1526 et 1529 avec pour corollaire, une augmentation des séjours à Paris, Saint-Germain et Fontainebleau. Le souverain ne quitte l’Île-de-France qu’à la Noël 1529 pour n’y revenir que 8 décembre 1530. Pour des raisons politiques (reprise en main du royaume), financières (Lyon cède provisoirement sa position de créditrice du roi au profit de Paris), mais aussi physiques (le roi a besoin de récupérer des forces après la dure incarcération madrilène et il ressent les premières atteintes d’un « mal » mystérieux qui lui fait cesser toute activité pendant plusieurs jours) François Ier et la cour effectuent de petits déplacements en Île-de-France pendant trois ans, période qui recouvre les lettres adressées au Grand Maître. On a donc probablement une adéquation entre les deux phénomènes. Il faut ajouter à cela que le Grand Maître possède plusieurs résidences dans Paris, dont l’hôtel de La Rochepot, ce qui permet de venir chez lui et de déposer un billet en son absence. On comprend alors que le fait pour François Ier de demeurer, entre 1526 et 1529, plus souvent en Île-de-France qu’avant 1525, profite à son Grand Maître qui, grâce à ses fonctions à la cour, à ses implantations territoriales franciliennes et parisiennes, et aux relations qu’il entretient avec les représentants des pouvoirs locaux, s’impose comme l’un des intermédiaires auxquels il faut s’adresser pour parvenir jusqu’au roi.

8Le troisième groupe rassemble neuf noms. Laval et Vitré sont les lieux de résidence de Guy de Laval, beau-frère du Grand Maître et gouverneur de Bretagne. Luzarches, terre située à neuf kilomètres au sud de Chantilly, est détenue par l’un des commensaux du Grand Maître. Poisieux est une terre qui appartient à M. de Poisieux, son lieutenant pour Saint-Malo. Tilloloy est la propriété de François de Rasse, seigneur de La Hargerie, l’un de ses protégés picards. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le principal correspondant d’Anne de Montmorency à Bourges n’est pas son archevêque François de Tournon. La capitale du Berry est le lieu où vient mourir M. de La Mairie, l’un des très proches serviteurs du seigneur de Chantilly. Pernois est le lieu de villégiature hivernale de François d’Halluin, évêque d’Amiens, qui y passe le plus clair de son temps à élever des oiseaux de chasse. Sarlat est un évêché périgourdin que tente vainement de conquérir un fidèle du Grand Maître entre 1529 et 1530. Enfin, Noizay, petit bourg situé sur le bourrelet de la rive droite de la Loire, à 5 kilomètres à vol d’oiseau d’Amboise, est le lieu d’implantation foncière de Nicolas Berthereau.

9Le quatrième groupe a pour thème la guerre et l’économie. Lyon est la capitale économique du royaume. Dirigée par un patriciat d’origine majoritairement italienne, elle regarde autant vers Paris (prêts d’argent au roi), que vers l’Italie (approvisionnement en marchandises de luxe, liens familiaux et espérances de reconquêtes politiques et commerciales dans le sillage du roi de France). La ville est également l’un des points de concentration des armées et l’endroit où s’effectue le paiement des premières soldes avant le franchissement des Alpes. De plus, en 1530, Elle devient l’un des lieux de rassemblement de la rançon du roi. Aussi, il semble parfaitement logique que pour toutes ces raisons le Grand Maître entretienne une correspondance importante avec celle, qui, en outre, présente pour lui l’avantage de posséder des foires où peut se vendre une partie des marchandises ramenées du Levant par ses bateaux ou récupérées grâce au système de la course maritime, comme le montrent quelques lettres que Christophe de Lubiano rédige depuis Marseille. Aix a pour elle d’être la capitale politique de la Provence et siège d’un archevêché. À ce titre, elle sert de résidence ordinaire au lieutenant général de Provence, M. du Puy-Saint-Martin, qui écrit très régulièrement au Grand Maître pour lui donner des nouvelles d’Italie. Rouen est la troisième ville du royaume, c’est un port actif, en butte cependant à certaines difficultés économiques. De Boulogne, dont la citadelle surveille Calais toujours anglaise, Anne de Montmorency reçoit chaque semaine des lettres de son capitaine, Oudart du Biez. Toulon est un port de pêche dont la rade sert de lieu de relâche et d’abri pour les galères venues ou allant à Marseille. Enfin, Honfleur, fournit, en 1526-1527, à la demande expresse du roi, des corsaires venant avec leurs navires renforcer la flotte du Levant, afin de prendre Gênes et de prêter main-forte à l’expédition que Lautrec entreprend en Italie.

10Le dernier groupe compte six villes du Languedoc (Narbonne, Montpellier, Béziers, Toulouse, Aigues-Mortes et Pont-Saint-Esprit), province dont le Grand Maître est le gouverneur.

11On pourrait arrêter là cette classification descriptive. Cependant, deux remarques s’imposent. Tout d’abord, la présentation proposée est contestable. Ainsi Compiègne est autant un lieu de passage de la cour qu’une capitainerie appartenant au Grand Maître. Marseille est le premier port français de Méditerranée, mais il y détient des biens fonciers à partir de 1528. Saint-Denis accueille le couronnement de la reine Eléonore le 5 mars 1531, mais son abbé est le seigneur auquel il rend foi et hommage pour sa terre d’Ecouen. Chantilly est bien le point d’ancrage des Montmorency, mais le roi vient y faire quelques séjours cynégétiques en 1527 et 1529. Dijon reçoit la cour au début de janvier 1530, mais c’est aussi un lieu ordinaire où se plaident les affaires foncières des terres montmorencéennes bourguignonnes. Ces quelques exemples montrent à quel point il est parfois difficile, voire périlleux, d’établir des classements cartésiens ne tenant compte que d’un seul critère.

12L’intérêt du tableau 6 est double. D’une part, il fait apparaître encore plus précisément une « France montmorencéenne » avec son noyau central parisien et une demi-couronne au nord de la capitale, les ramifications provinciales liées directement au Grand Maître, ou contrôlées par des fidèles, l’établissement dans le sud du royaume, en Languedoc et en Provence et enfin, le rapport très fort au pouvoir et à la cour où des informateurs permettent à Anne de Montmorency d’être tenu au courant de tout ce qui se trame. D’autre part, il permet de se rendre compte de la puissance du Grand Maître dès les années 1526-1530. Parmi les cinquante et une villes du royaume, on trouve les trois plus grandes cités de celui-ci, à savoir Paris, Lyon et Rouen, les deux premiers pôles économiques, Lyon et Rouen. En outre, les deux premiers ports du pays, Rouen et Marseille, auxquels il convient d’ajouter Aigues-Mortes qui, malgré son ensablement, demeure le premier port du Languedoc, et l’axe ligérien qui, de Nantes à Orléans constitue la principale artère fluviale du pays, sont en relation avec lui. Bien plus, cinq des six villes de Parlement sont présentes. En outre, les nouvelles des frontières parviennent au Grand Maître avec Boulogne au nord, Bayonne au sud-ouest, Narbonne et Toulon au sud-est, et Dijon à l’est. Enfin, dans la liste figurent les plus célèbres résidences royales : Paris, Fontainebleau, Saint-Germain, Compiègne, Amboise et Blois.

13De cela, de cette capacité à gérer des informations multiples, venues des quatre coins du royaume et d’une bonne partie de l’Europe, tout en surveillant attentivement la croissance de ses intérêts, la cartographie épistolaire du Grand Maître rend compte assez fidèlement.

Les enseignements d’une cartographie épistolaire

14Les cartes 1 et 2 ont été réalisées grâce aux mentions des lieux de rédaction des lettres qui figurent en bas des courriers expédiés au Grand Maître et à Berthereau. Toutefois, il n’a pas été possible de localiser tous les lieux pour différentes raisons. Tout d’abord, parce que dans 262 cas ils n’apparaissent au bas des missives. Cependant, par recoupements logiques, le nombre des lettres non-localisées a pu être ramené à 150. Le deuxième problème relève de l’identification (quel Saint-Vincent parmi les trente existant ?). La dernière difficulté rencontrée a résidé dans l’absence de renseignement concernant quelques lieux de rédaction. Au total, ce sont 72 lieux qui n’ont pas pu prendre place sur les cartes. Toutefois, le corpus restant est suffisamment conséquent pour permettre l’élaboration d’une représentation spatiale de la correspondance du Grand Maître (à laquelle il faut joindre celle de son secrétaire) pour la période allant de 1526 à 1530. Une typologie épistolaire zonale répartit les lettres dans trois catégories.

Carte 1 – Cartographie épistolaire du Grand Maître et de son secrétaire pour la période 1526-1530.

Carte 2 – Le cœur de la France montmorencéenne.

Les vides épistolaires

15Les zones de faible activité épistolaire sont la Bretagne intérieure, l’Auvergne, le Rouergue, le Limousin, la Marche, la Normandie hors axe fluvial de la Seine, le Forez, le Dauphiné, la Haute-Provence, la Guyenne intérieure, le sud de l’Île-de-France et la Beauce. Plus étonnant mais en parfaite adéquation avec le rôle mineur joué par cette province avant 1530, la Champagne ne présente que peu de missives. Celles-ci sont d’ailleurs en partie liées aux implantations seigneuriales des Dinteville et des d’Anglure. Globalement, les espaces vides coïncident soit avec ceux dans lesquels le Grand Maître ne possède aucun bien, soit avec des régions peu visitées par le pouvoir, soit avec des zones enclavées.

Zones d’influence et de présence

16La distinction entre zones d’influence et zones de présence renvoie à une notion de durée. L’influence suggère la stabilité. Elle peut être acquise, comme en Bourgogne, organisée autour des deux pôles que sont Dijon et Châteauneuf. Elle peut aussi être en voie de constitution. Le Languedoc et la Provence rentrent parfaitement dans ce cadre. Enfin, elle peut refléter des situations dépassant le cas du Grand Maître. La Basse-Seine, de l’estuaire à Rouen, les moyenne et basse vallées du Rhône, de Lyon à Marseille, ainsi que l’axe Bordeaux-Toulouse-Narbonne comptent parmi les artères économiques et politiques essentielles du royaume.

17La présence est plus ponctuelle. En général, elle reflète assez fidèlement les déplacements. Ainsi, la Cour se déplace de Fontainebleau à Dijon entre novembre 1529 et janvier 1530. Puis elle remonte sur la Loire, pour redescendre par le Poitou jusqu’à Bordeaux au printemps 1530. Quant à l’espace compris dans le triangle Bayonne, Mont-de-Marsan et Pau, il est directement lié à la présence du Grand Maître à la frontière basque entre mars et juillet 1530.

18On peut toutefois trouver un espace ou influence et présence s’équilibrent. Il s’agit de l’axe ligérien qui accueille régulièrement la Cour, mais dans lequel on trouve Nantes dont le capitaine est Anne de Montmorency et surtout la région autour d’Amboise où Berthereau exerce une intense politique d’achats fonciers dans la paroisse de Noizay notamment.

Le cœur du système

19Le dernier espace est celui dans lequel l’ombre politique, économique, foncière, culturelle d’Anne de Montmorency (et, dans une moindre mesure, de Nicolas Berthereau) se dessine Beaucoup plus nombreux et resserrés que pour le reste du royaume, le nombre d’impacts épistolaires a nécessité la confection d’une carte spécifique, permettant un focus.

20Paris et Saint-Germain, lieux centraux du pouvoir royal en Île-de-France ; Chantilly, Ecouen et Paris, lieux de résidence du Grand Maître ; L’Isle-Adam, Fère-en-Tardenois, Compiègne, Beaumont, principales acquisitions pour la période ; Offémont et Mello entrées dans les possessions de son frère François ; Boran, Méry, Luzarches, Macquelines, seigneuries appartenant à des commensaux ; Maubuisson et Beauvais, bénéfices ecclésiastiques dévoluent à des parents. La concordance de tous ces éléments contribue à expliquer à elle seule le choix du roi après Pavie.

21Bien sûr, le Grand Maître ne contrôle pas le royaume à lui tout seul. Mais il fait mieux que cela. Il participe à l’Histoire en raison de la faveur que lui accorde le roi. Il est présent en personne ou par ses représentants là où se déroule l’événement. Les relations qu’il entretient avec les mondes des finances et de la justice rendent compte du phénomène.

Les exemples significatifs des mondes des finances et de la justice

Une implication croissante dans la gestion financière du royaume

  • 1 Ces dix-sept lettres représentent 2,3 % des missives.
  • 2 L’étranger représente 23,6 % des 3 126 lettres servant de base à la présente étude.

22Les quatre-vingt-deux correspondants du Grand Maître et de son secrétaire qui travaillent au (bon) fonctionnement de la machine financière du royaume ont laissé un total de 733 lettres écrites de 130 lieux différents. Cependant, 17 lettres étant sans indication de lieu, les calculs s’effectuent sur la base de 716 missives1. En décortiquant ce corpus, on s’aperçoit que 174 d’entre elles sont écrites en dehors du royaume, contre 542 en dedans, ce qui donne 24,3 % pour l’étranger et 75,7 % pour le royaume. Ces proportions sont très proches des pourcentages réalisés pour l’ensemble des lettres2.

  • 3 Cette affirmation est à nuancer, dans la mesure où Jean Grolier par exemple se rend à Chantilly ju (...)

23Pour les 542 lettres rédigées à l’intérieur du royaume, l’adéquation avec le total des courriers métropolitains du Grand Maître est moins flagrante. Ces missives se répartissent entre 86 lieux d’expédition différents. Mais, de 47 lieux n’émanent qu’une seule lettre, de 13 lieux 2 lettres, de six lieux 3 lettres et de trois lieux 4 lettres. En outre, de seize lieux sont parties au moins 5 lettres, ainsi que l’indique le tableau 7. La géographie épistolaire des gens de finances révèle plusieurs nuances par rapport à celle de l’ensemble du corpus. On constate notamment la faible part des lieux de résidence d’Anne de Montmorency. Chantilly et Fère n’offrent que 3 lettres chacune. Les gens de finances ne viennent pas au Grand Maître3, ne sont pas des commensaux, ni des fidèles ou des serviteurs habitués à évoluer dans l’entourage quotidien d’Anne de Montmorency chez lui.

24Cependant, l’absence de lieux montmorencéens contraste avec la forte présence des villes-étapes de la cour. On peut pratiquement retracer le trajet de la cour entre 1527 et 1530 en comparant les villes du tableau et les itinéraires du CAF. Par exemple, entre décembre 1529 et août 1530, la cour passe par Nogent-sur-Seine, Troyes, Bar-sur-Seine, Dijon, Moulins, Blois, Amboise, Tours, Châtellerault, Angoulême, Bordeaux, Cognac, Saint-Jean-d’Angély, Lusignan, Dissay, Poitiers, Orléans, Fontainebleau et Saint-Germain, toutes villes présentes dans le tableau 7. Les gens des finances vivent à la cour, ce qui n’est pas une révélation en soi. En revanche, ce que révèlent leurs lettres, c’est le double rôle qu’ils y tiennent. Ils s’occupent des affaires financières, et, en parallèle, ils sont chargés d’informer Anne de Montmorency des mouvements de la cour quand celui-ci n’y est pas physiquement présent. Se met alors en place une superposition de fonctions, l’une publique (tenir la charge incombant à un office), l’autre privée (faire du renseignement pour le compte du Grand Maître).

Nombre de lettres

Villes

1

Ainay-le-Duc, Amiens, Bar-sur-Seine, Bar-aux-Lannes, Caderousse, Chatellerault, Champrond, Châteaudun, Civray, Cognac, Damerecourt, Garennes, Honfleur, Is-sur-Thil, La Ferté, Le Havre, Le Puy, Le Thil, L’Epinard-en-Brie, Lezay, Loches, Louviers, Louvres, Mehun-sur-Yèvre, Melun, Montreuil, Nantua, Neuilly, Péronne, Pont-de-Sorgues, Pont-Saint-Esprit, Provins, Roanne, Roussy, Saint-André, Saint-Benoît, Saint-Epin, Saint-Mathurin, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Senlis, Seyssel, Sordes, Troyes, Vatan, Vienne, Villiers, Villemonble.

2

Angerville, Barbézieux, Chanteloup, Châtillon, Dijon, Dissay, Fontainebleau, La Poterie, Limours, Lusignan, Montmeilliant, Pilles, Stains.

3

Bourges, Chantilly, Coucy, Fère, Poitiers.

4

Moulins, Saint-Jean-d’Angély, Toulouse.

5-9

Amboise (5) ; Bayonne (7) ; Aix, Nantes, Nogent-sur-Seine (8) ; Bordeaux, Montpellier (9).

10-19

Tours (10), Rouen (11), Orléans (15).

20-40

Saint-Germain (24), Marseille (25), Blois (28), Angoulême (32).

Plus de 50

Lyon (55), Paris (188).

Tableau 7 – Répartition des lettres écrites en France par les gens des finances.

  • 4 Plus précisément, la seigneurie de Fère est dotée d’une chambre à sel dépendant du grenier à sel d (...)
  • 5 Ibid., p. 218.

25La troisième remarque a trait à la relation spatiale existant entre les zones d’implantations foncières du Grand Maître et les aires couvertes par les activités de plusieurs membres du corpus. Château-Thierry est situé à proximité de Fère-en-Tardenois4. En outre, il est à remarquer que le contrôleur Charles Luillier est aussi le procureur d’Anne de Montmorency lors de la remise au nouveau baron de Fère des titres de la baronnie conservés à la chambre des comptes de Blois5. Le Languedoc est représenté par le trésorier de France en Languedoc (Pierrevive), les généraux du Languedoc (Poncher et Charles du Plessis), les receveurs et commis à la recette générale de la province (Jean Testu, Martin de Troyes et Antoine Hellin), et le visiteur des gabelles Aymar d’Ancézune. La Provence figure également en bonne place avec le receveur général Julien Bonacorsi et le contrôleur de Marseille Jean Sicole. On note aussi la présence des officiers chargés de la marine du Levant : Pierre Charton, Jacques Colin et Jacques Ragueneau. On trouve également dans le corpus, le receveur de Compiègne, le contrôleur de Nantes et le receveur de Valois.

  • 6 VI-156 et VI-262.
  • 7 XIII-77 et XIII-291. Les deux lettres sont du 24 juillet 1530.
  • 8 XIII-291.
  • 9 XIII-77.
  • 10 XV-261.
  • 11 V-152, VI-183 et XIII-58.
  • 12 IX-283. Champrond écrit aussi une lettre à Berthereau (VII-163) par laquelle il lui demande d’être (...)

26La quatrième remarque pourrait relever de l’anecdote, mais elle lève un coin sur la mentalité des hommes des finances. Parmi les 86 lieux présents dans le tableau, on en repère qui n’appartiennent ni aux grandes villes du royaume ni aux endroits de passage du serpent curial. Ainsi en est-il de Caderousse, Champrond, L’Epinard-en-Brie, Chanteloup, La Poterie, Limours et Stains. En fait, il s’agit de terres dont les propriétaires sont des officiers des finances. Aymar d’Ancézune est seigneur de Caderousse. Michel de Champrond est seigneur de Champrond. Jean Ruzé est seigneur de Stains et de L’Epinard-en-Brie. Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy est également sieur de Chanteloup. Jean Carré est sieur de La Poterie. Enfin, Jean de Poncher est seigneur de Limours. Sur les six hommes, quatre sont proches d’Anne de Montmorency, à savoir Neufville, Carré, Poncher et Ruzé. Le fait d’écrire à un grand personnage à partir de l’un des lieux d’implantation foncière offre peut-être un moyen de mesurer l’intensité des relations entre les serviteurs et le maître. Tous les officiers n’écrivent pas de chez eux au Grand Maître. Pour continuer dans cette voie interprétative, il faut ajouter qu’en rédigeant des missives au milieu de leur patrimoine, ces hommes se sentent en confiance et n’hésitent pas à aborder des problèmes personnels, comme si le fait d’être sur leurs terres leur permettait de présenter des requêtes qu’ils n’auraient pas écrites ailleurs. Ainsi, Jean Carré rédige deux lettres de La Poterie pour Berthereau6. Dans les deux cas, il attend des nouvelles du secrétaire pour monter à cheval et se présenter à lui à la cour. Or les missives de Carré sont probablement à replacer dans un contexte difficile pour le receveur général de Normandie puisqu’étant en butte aux tracasseries des juges de la Tour Carré, il a préféré s’éloigner momentanément de Paris et attendre chez lui qu’on lui fasse signe de revenir. Depuis L’Epinard-en-Brie, Jean Ruzé rédige deux lettres le même jour, l’une au Grand Maître et l’autre à Berthereau7. Dans ses deux lettres, Ruzé demande à être remis en son état de receveur général qui lui a été retiré au profit d’Etienne Besnier, ajoutant même qu’il serait préférable que « les choses [soient] faites avant que les meschans de par deçà en puissent estre advertis8 », ajoutant aussi que « si voullés que j’aille devers vous et en quel lieu, je acompliray incontinant votre commandement9 ». Dans sa lettre écrite de Stains10, Jean Ruzé informe le secrétaire qu’il ne peut se rendre lui-même à la cour qui est à Ecouen, car il doit retourner à Paris pour une affaire pressante. Il y envoie cependant quelqu’un. Jean de Poncher écrit trois lettres depuis Limours11. Au Grand Maître, il demande qu’il lui fasse parvenir une lettre signée du roi contenant ses pouvoirs afin de pouvoir assister aux États du Languedoc. À Berthereau, il demande de servir d’intermédiaire entre lui et les Nîmois avec lesquels il a quelque chose à régler. Michel de Champrond expédie une lettre de sa terre de Champrond12. Elle se résume à une tentative de justification par laquelle il se défend d’avoir offensé le Grand Maître et l’assure de sa sincérité, « car si c’estoit à vérité, je vous en demanderay pardon ».

  • 13 Charton-Le Clech S., op. cit., p. 95 et suiv. Huppert G., op. cit., p. 139 et suiv.

27En dehors de la portée immédiate du courroux du maître ou des poursuites de l’administration royale, la terre sert de refuge où l’on attend la décision du retour en grâce. En outre, on retrouve chez les officiers des finances un souci identique à celui mis en valeur par Sylvie Charton-Leclech et par Georges Huppert13, qui est d’acquérir un confortable patrimoine foncier, de le mettre en valeur afin d’espérer intégrer totalement à terme le second ordre, en se rapprochant de l’idéal nobiliaire qui est de vivre sans avoir à travailler. Le risque encouru étant alors de trop étaler une réussite qui choque les contemporains, à commencer par le roi. Celui-ci n’est d’ailleurs pas le dernier à réclamer des comptes comme dans le cas de Jean de Poncher dont les héritiers sont obligés de se séparer de la belle seigneurie de Limours pour la remettre entre les mains du souverain qui s’empresse de la transférer dans celles de la maîtresse royale en titre, la duchesse d’Etampes.

28La cinquième remarque concernant le tableau 7 est relative à la répartition des lettres à l’échelle du royaume. En reprenant les seize villes d’où émanent au moins cinq lettres, on retrouve grosso modo les grandes lignes de force de la correspondance globale. Paris arrive toujours largement en tête avec 188 lettres. Ce total représente plus du tiers (38,7 %) du score parisien pour l’ensemble du corpus de la série « L ». Le Grand Maître n’y est probablement pas pour grand-chose, car l’explication passe avant tout par le poids croissant de la capitale dans le traitement des affaires du royaume, ainsi que par les liens qui existent entre les gens des finances et la chancellerie, comme il a été vu précédemment. Lyon vient ensuite. Là encore, pas de commentaire particulier par rapport à ce qui a déjà été dit. Suivent Angoulême, Blois, Marseille et Saint-Germain. La liste des seize villes du tableau 7 ne prend de réelle valeur que comparée à celle du tableau 6. Quatre des seize villes (Bayonne, Nantes, Marseille et Paris) figurent dans la colonne « affaires du Grand Maître » qui en compte douze. Aucune n’appartient à la catégorie « fidèles et serviteurs », une seule (Montpellier) rentre dans le groupe des villes du « Languedoc » qui en totalise six, mais huit (Nogent/Seine, Tours, Orléans, Amboise, Bordeaux, Angoulême, Saint-Germain et Blois) font aussi partie de la catégorie « séjours de la cour » qui en compte dix-huit, tandis que trois (Aix, Rouen, Lyon) rentrent dans la colonne « économie-guerre » qui en rassemble six.

29La mise en parallèle semble assez probante pour pouvoir conclure sur le rôle joué par Anne de Montmorency en matière de finances à la fin des années 1520. Par le nombre de lettres qu’il reçoit, par le nombre de hauts officiers des finances qui lui écrivent, par les villes à partir desquelles ces officiers rédigent les lettres qu’ils lui adressent, il apparaît comme l’un des conseillers de François Ier les mieux renseignés sur la situation financière du royaume à la fin des années 1520. Ce faisant, il se rapproche du centre de l’échiquier politique du royaume. Cependant, il faut garder à l’esprit que ce déplacement ne résulte pas uniquement de la seule volonté du Grand Maître ou de celle du roi, elle est tributaire du poids de la conjoncture politique des années 1527-1530. Cette dépendance se retrouve dans l’analyse de la géographie épistolaire des gens de justice.

Ventilation géographique des lettres des gens de justice

  • 14 Les notaires et secrétaires du roi, l’audiencier et le contrôleur de l’Audience sont par définitio (...)

30L’étude des différents lieux dans lesquels les gens de justice exercent habituellement leurs fonctions laisse entrevoir de fortes concentrations14. La première est Paris. Seize parlementaires et avocats appartiennent au parlement de Paris, auxquels il faut joindre quatre officiers de la cour des comptes, un notaire parisien, un conseiller au Châtelet et le prévôt de Paris. Soit un total de vingt-trois personnes. À ce premier chiffre, il convient d’ajouter les officiers composant une petite nébuleuse francilienne au nord de la capitale composée du procureur du roi à Pontoise, des baillis de Clermont-en-Beauvaisis, de Beaumont-sur-Oise, de Senlis, du Valois et du Vermandois, et des officiers de Compiègne. Au sud de Paris, seul le bailliage d’Etampes est présent. Paris intra muros et le nord de la province d’Île-de-France se retrouvent à nouveau en tête des lieux liés au Grand Maître. Viennent ensuite le Languedoc, représenté par onze individus, puis la Bourgogne, la Normandie et la Provence avec sept officiers, la Bretagne et la Guyenne avec cinq, l’axe ligérien d’Orléans à Tours avec quatre personnes, la Picardie et la Champagne avec deux officiers chacune, et enfin le Viennois, le Valentinois et le duché de Milan avec un représentant chacun.

  • 15 Il manque Grenoble, seul parlement dans le ressort duquel Anne de Montmorency ne possède aucun bie (...)

31À première vue, on retrouve les grands pôles de la correspondance globale. Paris et le Bassin parisien ; puis, les capitales provinciales, villes de parlement (Aix, Bordeaux, Dijon, Rouen, Toulouse15) ; ensuite, les marges sud-orientales du duché de Bretagne, prolongées par le Val de Loire ; enfin, quelques points isolés tels Troyes et Reims en Champagne, ou encore Amiens et Boulogne en Picardie.

  • 16 Le Page D., « Noblesse et pouvoir royal en Bretagne (1480-1540) », Kerhervé J. (dir.), Noblesses d (...)
  • 17 Présence parallèle des Guises, et de Claude d’Annebault. Le Page D., art. cit., p. 147-148.
  • 18 Hamon P., op. cit., p. 266-267 et 358.
  • 19 Le Page D., art. cit., p. 140-141.

32La Bretagne occupe une place remarquable, notamment grâce à la présence des officiers travaillant dans le cadre de la cour des comptes du duché. Il faut dire que la fin des années 1520 correspond à la période précédant le rattachement effectif de la Bretagne au royaume, en 1532. Aussi, la nomination des membres du lignage des Laval au poste de gouverneur du duché16, et celle d’Anne de Montmorency aux capitanats de Nantes et de Saint-Malo17 n’ont-elles rien de surprenant. Elles vont de pair avec une politique royale systématique consistant à introduire des hommes sûrs aux postes stratégiques du duché, elle-même parallèle à une vaste entreprise de reprise en main des comptes de la province18, tandis qu’en sens inverse, la cour de France accueille favorablement des membres de lignages bretons tels les Rohan, les Guéméné, ou encore les Carné et les Guenguat19, fidèles de la duchesse Anne, puis de sa fille Claude.

  • 20 VII-338 et X-115 (Bertrand) ; XV-134 (Fournier) ; XI-115 (Frison) ; XII-149 (Laurent) ; V-28, V-30 (...)
  • 21 VII-34 et XI-230 : cour des Aides de Montpellier, de Montpellier ; V-184 : cour des comptes de Par (...)
  • 22 Montconis : XI-24 (d’Avignon) et XV-34 (de Montpellier).
  • 23 Mugy : III-164 (de Vendôme).

33Le cas de la Bretagne amène à nuancer une explication qui ne serait fondée que sur les lieux théoriques d’exercice des charges et des offices de judicature. En d’autres termes, les gens de justice rédigent-ils toujours leurs missives à partir des lieux où ils sont censés exercer leur fonction ? Sans pouvoir se montrer trop affirmatif, on peut néanmoins mettre en évidence la tendance suivante : les juges, les notaires, les procureurs du roi et les procureurs du Grand Maître écrivent généralement de l’intérieur de leur ressort. Jean Bertrand envoie sa lettre du Puy, André Fournier de Pontoise, Jean Frison de Reims, Pierre Laurens de Nantes, Franc-Conseil d’Aigues-Mortes et Duchiénot de Montbéron20. Constat identique pour les corps constitués21. Même lorsqu’ils n’écrivent pas depuis leur lieu d’exercice, le rayon d’action de leurs membres semble restreint. Jean de Montconis sort de Nîmes, mais il expédie ses lettres d’Avignon et de Montpellier22. Jean de Mugy, procureur du roi à Tours, rédige sa lettre à Vendôme23.

  • 24 IV-35, VI-118, XI-189, IX-193, XII-184, XII-185, XIII-180, XIII-181, XIV-57, XV-64, XV-144. Cepend (...)
  • 25 VIII-74, d’Ecouen.
  • 26 X-170, le 21 juin 1530 ; VIII-166, le 29 juin 1530 ; VIII-60, le 30 juin 1530. La lettre XIV-248 e (...)
  • 27 XV-43.
  • 28 VI-37 et XIV-209.
  • 29 VII-102, d’Orléans, VII-143, XIV-62. La lettre XV-31 est écrite à Amiens, mais elle date de 1536.
  • 30 III-50, V-36 et XI-187, de Saint-Germain ; VII-142, de Paris ; VII-277, de Blois.
  • 31 VIII-40, de Paris ; X-121, de Montereau ; XIII-125, de Coucy.
  • 32 V-106, VII-73 et XIV-92, de Blois ; VII-33, de Bordeaux ; VII-122 et XV-217, de Tours ; IV-42 et V (...)
  • 33 IV-180, IX-310, XI-105, XII-36 et XIII-139, de Paris ; IV-268 et XIV-194, de Warty ; V-171, de Mon (...)
  • 34 VII-11 et IX-44, d’Esclaron ; VII-44, de Genelle ; VII-63, de Montiérander ; VII-106, de Vitry ; V (...)
  • 35 Pour les références des lettres de Jean de Poncher, voir la partie précédente sur les financiers, (...)

34Pour les baillis et sénéchaux, cette règle semble ne pas s’appliquer. Deux groupes s’affirment. D’un côté, se rangent les officiers plutôt sédentaires. C’est le cas d’Oudart Du Biez à Boulogne24, de Jean Le Grant à Ecouen25, d’Antoine Raffin à Bayonne26, de Jean de Chicon d’Hendaye27, d’Antoine de Rochechouart à Foudoas28 et de François de Saint-Mesmin à Orléans29. Dans l’autre, se situent les hommes qui se déplacent, parfois sur de longues distances. Pierre de Clermont est très actif dans tout le Languedoc. Jean de Dinteville30 et Jean de La Barre31 suivent la cour. Ils peuvent y rencontrer Robert de La Marthonie lorsque celui-ci n’est pas en Touraine32. Pierre de Warty parcourt le royaume33. Marin de Montchenu suit les préparatifs des expéditions italiennes34. Jean de Poncher se rend en Languedoc, province dont il est le trésorier35.

  • 36 ACC, série BA, reg. 2 BA 2, fo 295, 298, 300. Le Grant sert même de prête-nom au capitaine de Chan (...)

35Pour comprendre le classement ci-dessus, on doit prendre en compte le fait que tous ces personnages occupent au moins une autre fonction, mais celle-ci joue soit en faveur d’une fixation locale, soit facilite les déplacements. Pour les sédentaires, on retiendra qu’Oudart Du Biez est chargé du Boulonnais, d’où il surveille les Anglais et les Impériaux, tandis que Le Grant doit son office au comte de Beaumont-sur-Oise, Anne de Montmorency, et participe à la gestion de ses domaines franciliens36. Dans le second groupe, il faut signaler que Jean de Poncher appartient au sérail des hommes des finances, que M. de Warty détient l’office de Grand Maître des Eaux et Forêts, que Pierre de Clermont et Marin de Montchenu sont des capitaines de compagnie, que M. de Bonnes détient l’office de maître des Eaux et Forêts d’Angoumois et que Jean de Dinteville appartient à la Maison des fils du roi.

  • 37 Blaigny : IX-113 ; Coussin : IX-68 ; Savin : VIII-123 ; Sayve : IX-299 et X-277.
  • 38 Bricaud : VI-199, XI-151 et XIII-153. Laurens : V-160 et XII-149.
  • 39 De Bures : VI-10 ; Coffart : XII-203 ; Harnois : V-207 ; Panigarola : XI-223.
  • 40 Du Bellay : IX-148 ; Charmolue : III-95, IV-168, VI-49, XI-6, XI-18, XIII-204, XIII-238, XIV-19, X (...)
  • 41 D’Oppède : III-54 et IX-5. Bruni : III-121, III-148, V-294 et VII-221. Fabri : XI-210.
  • 42 II-126, X-99, X-122, X-223.
  • 43 IV-140, IV-144, V-157 et VI-3, d’Amiens ; VIII-329 et X-38, de Compiègne ; XI-31 et XV-106, de Par (...)
  • 44 V-205 et VII-40 de Lern ; XI-300, de Grenade.
  • 45 VII-100, de Pagny ; X-12, d’Angoulême ; X-117, de Montbazon.
  • 46 Du Solier : 9 lettres de Savone, 2 de Saint-Julien près de Savone, 2 lettres de Cologne, 7 d’Ausbo (...)
  • 47 Gérente : 5 lettres de Viterbe et 11 de Rome. Une lettre de Paris, de Troyes et de Châtillon-sur-S (...)
  • 48 II-116, II-118 et XI-112, de Paris ; XIV-168, de Rouen ; II-103, de Savone ; II-104, de Gênes.
  • 49 Meigret seul (sans Boisrigaud) : VIII-80, de Paris, IX-156, de Soleure, X-217, d’Amboise ; X-224, (...)
  • 50 Minut : 3 lettres de Paris, de Nantes et de Toulouse, une de Grenade et une de Balma.

36Si l’on s’intéresse aux membres des parlements, cours des comptes et cours des Aides, on retrouve la même opposition. Les simples conseillers, les auditeurs et maîtres des comptes, les procureurs du Grand Maître auprès des parlements et des cours des comptes ont tendance à ne pas beaucoup bouger du lieu où ils exercent leur activité professionnelle. Gérard Blaigny, Jean Coussin, Savin, Pierre Sayve écrivent de Dijon37. Gilles Bricaud et Pierre Laurens de Nantes38. David de Bures, Jean Coffart, Nicolas Harnois et Panigarola de Rouen39. Martin Du Bellay, Nicolas Charmolue, Guillaume Chenu, Imbert de Saveuse de Paris40. Jean d’Oppède, Fouque Fabri et Pons Bruni d’Aix ou de Marseille41. Bertrand Dages de Bordeaux42. En revanche, les présidents, qu’ils soient du parlement ou de la cour des comptes, semblent se déplacer davantage. C’est vrai pour Jean Brinon43, Jean de Calvimont44, Thierry Dorne45, Charles Du Solier46, Balthasar Gérente47, François de Marsillac48, Lambert Meigret49 et Jacques Minut50.

  • 51 Baïf a laissé 21 lettres de Venise. Dodieu a rédigé au moins 11 lettres de Florence (et 2 de Paris (...)
  • 52 La Faucauldière : six lettres de Nantes, une de Moulins, de Saint-Jean-d’Angély, de Montrichard, d (...)
  • 53 XIII-152, XIV-247, XV-122 et X-134 (avec Iverny et Briçonnet).
  • 54 Joubert : X-20. Belcier : XV-338.

37Bien sûr, on remarque des exceptions dans les deux catégories. Lazare de Baïf, Claude Dodieu, et Antoine Hellin, tous trois conseillers à Paris, écrivent respectivement de Venise, Florence et Malines51, tandis que M. de La Foucauldière et Mathieu de Longuejoue voyagent en France et à l’étranger52. Alors que Pierre Lizet demeure à Paris53, que Pantaléon Joubert rédige une lettre de Grenade et François de Belcier de Vayres54.

38Certes, il peut paraître abusif de classer dans la catégorie « sédentaire » quelqu’un qui n’a laissé qu’une seule lettre, alors qu’il est beaucoup plus facile et raisonnable de s’appuyer sur des masses compactes de dix, vingt, voire cinquante missives pour trier entre ceux qui bougent et ceux qui se déplacent. Mais, si certains individus ont laissé des traces écrites en plus grand nombre que d’autres, n’est-ce pas précisément parce que le mouvement génère la correspondance épistolaire ?

39La ventilation géographique des correspondants du Grand Maître et de son secrétaire appartenant au monde de la justice a révélé qu’il existe au moins deux niveaux de compréhension des relations qu’ils entretiennent avec la centaine d’hommes qui composent cette catégorie. Le premier est direct, c’est-à-dire qu’il repose sur les lieux de travail des officiers de justice. Le second est indirect, puisqu’il est établi sur les lieux de rédaction des lettres adressées au Grand Maître et à Nicolas Berthereau. En croisant ces deux niveaux, on entrevoit les intérêts réciproques mis en œuvre par chacune des deux parties. Anne de Montmorency sert d’intermédiaire entre les représentants de la justice royale et le souverain. En contrepartie, il sait qu’il peut profiter de la compréhension des hommes de loi, voire user de leurs talents pour arranger au mieux ses affaires. Sa position au sein de la cour se renforce, ce qui est visible si l’on analyse les lettres rédigées en dehors royaume.

Le dehors du royaume

  • 55 Il s’agit de la lettre VII-337 : Antoine Rincon au Grand Maître, de « Lönich en Poullongne », le 2 (...)
  • 56 Une seule lettre mentionne le retour d’une expédition ramenant des objets précieux et des « Indien (...)

40Une remarque préliminaire doit être faite avant d’aborder le thème de la répartition géographique des lettres. Aucune missive reçue par Anne de Montmorency et son secrétaire ne déborde du cadre européen. Sur 3 126 lettres, une seule provient des marges du continent européen55, mais aucune n’est expédiée des rives méridionales ou orientales de la Méditerranée. Pas une seule ne parvient des terres nouvelles découvertes au-delà des océans. Preuve supplémentaire de la fixation transalpine des rois de France et de leurs conseillers et du désintérêt pour les expéditions transatlantiques56. Le temps n’est pas encore venu non plus de la prise de conscience que la lutte contre l’empire Habsbourg ne peut se mener que par des alliances de revers et par des attaques ponctuelles de comptoirs portugais et espagnols. Malgré cela, l’étude de la correspondance européenne du Grand Maître traduit les enjeux de la politique française du moment. Un quart des lettres reçues (815, soit 26 %) provient de huit États européens, comme l’indique le tableau 8.

  • 57 Chiffre obtenu en incluant les quatre lettres expédiées à partir de la principauté de Sedan.
  • 58 Avec quatre lettres de Nancy et une de Lunéville.
  • 59 En comprenant une lettre de Calais.
  • 60 15 lettres pour l’Espagne et 2 pour le Portugal.

État

Nombre de lettres

% du corpus des lettres étrangères (815 lettres)

% du corpus total (3 126 lettres)

Italie

323

39,63 %

10,36 %

Cantons suisses

315

38,65 %

10,07 %

Pays-Bas57

82

10,07 %

2,62 %

Empire58

31

3,81 %

0,99 %

Angleterre59

24

2,94 %

0,76 %

Péninsule iberique60

17

2,08 %

0,54 %

Comtat venaissin

15

1,84 %

0,48 %

Savoie

8

0,98 %

0,25 %

Tableau 8 – Les principaux États européens, lieux d’expédition de lettres.

  • 61 Le Roy-Ladurie E., op. cit., p. 101-136.
  • 62 Titres des chapitres VII et VIII de la thèse d’A.-M. Lecoq. Lecoq A.-M., op. cit, 1987.
  • 63 Decrue F., op. cit., p. 8.
  • 64 Ibid., p. 27-28. Cette mission est un échec et Venise conclut une paix séparée avec les ennemis de (...)

41La supériorité de l’Italie et des cantons suisses est à replacer dans le contexte des conflits de « l’exutoire péninsulaire61 ». La botte italienne sert de champ de bataille au « second César », au « nouveau Constantin62 », quitte à y être fait prisonnier et rançonné. La péninsule est familière au Grand Maître à plus d’un titre. Depuis 1512, il participe aux descentes régulières qu’organisent les rois de France en vue de récupérer leurs héritages napolitain et milanais63. Il a aussi voyagé en Italie en qualité d’ambassadeur de François Ier qui, après la défaite de La Bicoque (1522), l’a envoyé à Ferrare et à Venise dans l’espoir de conserver des alliés en vue d’une nouvelle entreprise militaire64. De plus, ses fonctions de maréchal de France et le fait qu’il reste dans le royaume alors que Lautrec puis Saint-Pol commandent sur le terrain, l’amènent à organiser le ravitaillement et la logistique des armées royales engagées sur les théâtres d’opération italiens, donc à recevoir une partie du courrier et des comptes rendus de ceux, capitaines et officiers des finances, qui dirigent ou suivent la progression, parfois difficile, des troupes royales.

  • 65 Ibid., p. 20-21. Pour cette ambassade, F. Decrue signale qu’Anne de Montmorency est accompagné du (...)
  • 66 Ibid., p. 21. Pour la période 1526-1530, 2 lettres seulement viennent de Zurich, alors que Lucerne (...)

42Les cantons helvètes fournissent les mercenaires les plus redoutés du moment. Anne de Montmorency les connaît bien pour les avoir affrontés (à Marignan), commandés (à La Bicoque) et recrutés. En décembre 1521, François Ier lui a confié la levée de soldats suisses65. Il mène à bien cette mission, « malgré l’opposition de Zurich et grâce à l’appui de Lucerne66 ».

Noms

Nombre de lettres

Noms

Nombre de lettres

Viterbe

10

Soleure

32

Augsbourg

11

Malines

35

Bade

11

Venise

37

Asti

12

Savone

46

Florence

12

Fribourg

44

Avignon

13

Coire

45

Cambrai

13

Rome

56

Alexandrie

16

Lucerne

64

Londres

20

Berne

81

Bruxelles

26

Total

580

Tableau 9 – Les dix-neuf villes concentrant les lettres venant de l’étranger.

43En descendant vers l’analyse des villes où sont rédigées les lettres, on remarque qu’un classement de celles-ci de manière quantitative laisse entrevoir que le Grand Maître entretient des relations essentiellement avec des villes-capitales de royaumes ou d’États. C’est ce qui apparaît sur le tableau 9 où sont regroupées les dix-neuf cités d’où sont parties au moins dix lettres. Ces villes totalisent 580 lettres, soit 71 % du corpus rassemblant les 815 lettres étrangères, alors qu’elles ne représentent que 2,3 % desdites villes. Sept villes italiennes, six villes suisses, trois villes des Pays-Bas, une ville anglaise, une cité de l’Empire et une enclave pontificale dans le royaume de France. Le classement des cités décalque le classement des pays. Il faut toutefois distinguer différents cas.

Les villes capitales

  • 67 Soleure est une francisation de Solothurn, chef-lieu du canton du même nom.

44Les villes-capitales sont présentes majoritairement avec dix mentions : les capitales de cantons suisses (Soleure67, Fribourg, Lucerne et Berne), les capitales d’États italiens (Rome, Venise et Florence), la capitale anglaise (Londres) et les deux lieux de résidence de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas (Bruxelles et Malines).

  • 68 Boisrigaud, Morelet et Meigret ne sont pas les seuls commissionnaires du roi en Suisse dans les an (...)
  • 69 CAF, t. IX, p. 75 et suiv. Le seigneur de Boisrigaud obtient, non sans mal, un congé du roi pour ve (...)
  • 70 Philippe Hamon note que « les années 1527-1532 sont particulièrement délicates » en ce qui concern (...)
  • 71 Jean Morelet de Museau est plus un ambassadeur-payeur qu’un résident à proprement parler, car ses (...)
  • 72 CAF, t. IX, p. 75 et suiv.
  • 73 Lambert Meigret appartient à une grande famille lyonnaise, montée à Paris pour entrer au service d (...)
  • 74 CAF, t. IX, p. 80.

45La localisation des lettres expédiées de Suisse montre bien l’arc helvète allant de Genève à Coire et dont l’épicentre est la ville de Berne. L’arc reproduit l’opposition géographique qui sépare la Suisse des lacs, de la Suisse des vallées alpines, la Suisse des cités fières de leurs luttes séculaires contre les tutelles féodales, de la Suisse des villages fournissant la main-d’œuvre guerrière. D’ailleurs, les ambassadeurs et résidents français habitent Berne et rayonnent à partir de cette ville. Le roi de France est représenté par trois hommes68. Louis Dangerant, seigneur de Boisrigaud, réside en Suisse d’octobre 1522 à novembre 1528, puis de mars 1529 à octobre 153569. Il a laissé 76 lettres dans les tomes de la série « L », dont 56 écrites des quatre villes prises comme lieux de référence pour les affaires de la Suisse. Il est le seul à partager son temps entre les quatre cités, allant d’une réunion à l’autre afin de défendre la politique royale et de faire patienter les Suisses qui désespèrent de leurs pensions70. Morelet71 effectue des missions en Suisse en 1521, puis à cinq reprises entre 1524 et 152972. Il y décède d’ailleurs en mai 1529. Lambert Meigret73 pour sa part, n’arrive en Suisse qu’en novembre 152974.

  • 75 Les lettres de Nicolas Raincé sont toutes rassemblées dans le tome II. Elles s’échelonnent de juin (...)
  • 76 Depuis le 14 septembre 1515, Balthasar Jérente occupe les fonctions de Grand Président et premier (...)
  • 77 CAF, t. IX, p. 60-61. listes des ambassadeurs.
  • 78 Voir Pinvert L., Lazare de Baïf, Paris, 1900.
  • 79 Lucien Pinvert a recensé 191 lettres adressées au Grand Maître (sur un total de 725). Pinvert L., (...)
  • 80 Claude Dodieu, chevalier, seigneur de Vély est né à Lyon. Il devient conseiller clerc au Parlement (...)
  • 81 Le doge n’assiste même pas à la séance du conseil au cours de laquelle Baïf annonce à la Seigneuri (...)

46Rome, Venise et Florence. Les trois villes sont des centres politiques d’une Italie divisée en États indépendants, alliés ou rivaux en fonction du rapport de force établi dans la péninsule. C’est d’ailleurs le rôle politique de ces cités qui est mis en avant dans la correspondance passive du Grand Maître. Sur les 56 lettres rédigées de Rome, 30 sont des dépêches expédiées par Nicolas Raincé, solliciteur du roi à la cour de Rome75. L’autre grand pourvoyeur de nouvelles concernant la cité papale se nomme Balthasar Jérente76 (ou Jarente), président des comptes de Provence, qui envoie 10 lettres entre décembre 1528 et juillet 1529 en sa qualité d’ambassadeur77. Autre capitale, autre ambassadeur : à Venise, le roi de France est représenté entre 1529 et 1532 par l’humaniste Lazare de Baïf78. La série « L » ne contient que 21 des missives que Baïf a envoyées à Anne de Montmorency, ce qui ne représente qu’une petite partie de sa volumineuse activité épistolaire79. Enfin, 11 des 12 lettres expédiées depuis Florence sont dues à la plume de Claude Dodieu de Vély80, ambassadeur dans la capitale toscane. Les cas florentin et vénitien se ressemblent en ce sens que les deux villes sont des alliées de François Ier. Pour le roi de France et pour son Grand Maître, qui s’est rendu à Venise en 1522, il est vital de connaître l’évolution des deux cités quant à leur sympathie pour la France, à un moment où le monarque français cherche des alliés dans la péninsule. Pour Baïf, arrivé à l’été 1529, sa mission tourne court du fait de la signature du traité de Cambrai et les Vénitiens lui font comprendre qu’il ne sert pas à grand-chose81, sinon à envoyer des oiseaux et des livres. Pour Dodieu, la tâche est tout aussi ardue puisqu’il faut assurer Florence du soutien de la France alors que les Médicis, appuyés, par le pape et l’empereur, cherchent à revenir au pouvoir dans la cité des bords de l’Arno.

  • 82 Decrue F., op. cit., p. 13.
  • 83 Ibid., p. 97-99.

47Londres est également une capitale connue d’Anne de Montmorency. Il s’y rend une première fois en 1519 comme otage dans le cadre de la conclusion des clauses d’un traité avec l’Angleterre82. Il y retourne en octobre 1527, cette fois en qualité d’ambassadeur extraordinaire83 chargé de remettre le collier de l’Ordre de Saint-Michel à Henry VIII et de recevoir la ratification du traité d’Amiens signé en septembre 1527. De retour dans le royaume, en novembre 1527, le Grand Maître est averti de ce qui se passe en Angleterre par l’ambassadeur du roi à Londres, Jean Du Bellay. Sur 20 dépêches qu’il envoie de Londres, 11 sont des lettres en partie chiffrées.

  • 84 Ibid., p. 123.
  • 85 Ibid., p. 138. Les lettres de M. de La Pommeraie présentent la caractéristique de n’être ni datées, (...)
  • 86 Gabriel de Davant est appelé « le goujat », ce qui correspond dans la terminologie militaire médié (...)

48Dernières villes-capitales d’où parviennent des lettres adressées au Grand Maître ou à son secrétaire, Bruxelles et Malines. Comme pour les villes précédentes, les missives sont avant tout des dépêches d’ambassadeurs. Pour Malines, sur 36 lettres, 17 viennent d’Antoine Hellin, 11 de Gilles de La Pommeraie et 5 de Gilbert Bayard. Chronologiquement, c’est Gilbert Bayard qui le premier se rend aux Pays-Bas, en décembre 1528, afin de rétablir les pourparlers entre les couronnes de France et d’Espagne et ainsi de poser les jalons qui vont conduire aux négociations de Cambrai en 152984. Un an plus tard, Gilles de La Pommeraie arrive à Malines avec pour mission de commencer à mettre en application les clauses du traité de Cambrai85. En parallèle avec M. de La Pommeraie, le roi dépêche aux Pays-Bas deux commissaires royaux chargés de régler les problèmes et les litiges soulevés par la cession des terres des seigneurs français possessionnés au Pays-Bas. Ce travail de juristes est confié à Jean Billon, conseiller du roi, et à Antoine Hellin, conseiller au Parlement de Paris. Quant aux 25 lettres bruxelloises, 11 sont de Gilles de La Pommeraie et 10 de Gabriel de Davant86 qui l’accompagne lors de ses déplacements officiels dans et hors du royaume.

  • 87 Il ne s’est rendu ni à Florence, ni à Rome.
  • 88 On peut prendre comme exemple toutes les lettres que la reine Eléonore envoie au Grand Maître pend (...)
  • 89 Bennassar B., Un siècle d’or espagnol (1528-1648), Paris, 1982, p. 22. Chaunu P. et Escamilla M., (...)
  • 90 Ibid. Voyage en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas.

49La correspondance qui émane des villes-capitales est surtout d’ordre diplomatique. Au même titre que le souverain, Anne de Montmorency est tenu au courant des discussions engagées par les plénipotentiaires du roi de France dans les lieux de résidence des cours étrangères. Deux remarques complètent ce rapide tour d’horizon. D’abord, le Grand Maître a séjourné dans la plupart de ces cités. Londres, les villes suisses, Venise87 ont reçu Anne de Montmorency accrédité par le roi comme ambassadeur extraordinaire, perpétuant ainsi la tradition médiévale d’envoyer de grands personnages pour des ambassades de prestige, même si, dans le cas des villes suisses, le prestige se combine avec l’utilitarisme (Montmorency, maréchal de France, va recruter des mercenaires). Ensuite, on peut s’étonner de la quasi-absence de l’Espagne. 17 lettres (seulement) viennent de la péninsule ibérique, dont 2 du Portugal (Lisbonne précisément). Elles ne pèsent pas bien lourd par rapport aux dizaines de lettres venues des Pays-Bas, de Suisse et d’Italie. 5 sont écrites de Tolède, 4 de Vitoria, 3 de Madrid, une de Valladolid, une de Fontarabie et une de Saragosse. Pourtant, le roi envoie des ambassadeurs auprès de Charles Quint comme Gilbert Bayard en décembre 1526, Gabriel de Gramont de décembre 1525 à juin 1527, ou encore M. de Turenne qui épouse par procuration la princesse Eléonore en 1530. La raison de cette anomalie est triple. D’une part, le Grand Maître a reçu des lettres d’Espagne qui ne sont pas conservées au Musée Condé88 ; d’autre part, la France et l’Espagne sont en guerre permanente entre 1527 et 1529, ce qui couvre une bonne moitié de la période envisagée. Or la guerre ne favorise pas les relations diplomatiques ; enfin, Charles Quint est un souverain nomade qui parcourt ses différents États ibériques89 et qui s’absente beaucoup d’Espagne entre 1529 et 153190.

  • 91 Hamon P., op. cit., p. 386 : « Montmorency joue sa carrière sur la rançon. »

50Les villes-capitales jouent donc un rôle important pour le Grand Maître, dans la mesure où elles permettent de donner une appréciation de l’étendue de son pouvoir, en relation directe avec les événements politiques du moment. Bien plus, le but des relations diplomatiques de l’époque, vise généralement à préparer la guerre. Dans cette optique, le recours à un guerrier tel qu’Anne de Montmorency, donne l’occasion à François Ier de fournir à son maréchal de France la possibilité de s’illustrer sur un terrain moins dangereux, mais tout aussi périlleux qu’un champ de bataille, car, comme l’a souligné Philippe Hamon, de l’échec ou de la réussite d’une ambassade dépend la carrière d’un favori91. La même remarque peut être faite pour une autre catégorie de villes qui, sur un laps de temps très court, peuvent devenir elles aussi des cités temporairement importantes.

Les villes temporairement importantes

51Pour huit des neuf autres villes du tableau 9, le point commun qui les relie entre elles est qu’elles deviennent soit pour quelques jours, soit, plus généralement, pour quelques semaines, des lieux temporairement importants. Il peut s’agir soit de lieux de conférence, comme Cambrai, de lieu de résidence, comme Bade, de villes étapes des armées du roi (Asti), ou lieux de combats (Alexandrie ou Savone), soit encore de villes provisoirement lieux de pouvoir (Viterbe et Augsbourg), soit enfin d’une ville focalisant un temps l’attention du Grand Maître et liée aux affaires que celui-ci entreprend en Provence (Avignon).

  • 92 Decrue F., op. cit., p. 130-132.
  • 93 BnF, Dossiers Bleus 557-14666, fo 2 et Cabinet d’Hozier 285-7750, fo 4.
  • 94 Tilloloy est l’une des seigneuries appartenant à François de Rasse. BnF, Dossiers Bleus 557-14666, (...)
  • 95 XIV-21. Dans la lettre III-281, La Hargerie pense qu’il faut renforcer les défenses de la ville.
  • 96 XIV-21. Même préoccupation dans VIII-178, du 25 juin et VIII-175, du 27 juin, adressées au Grand M (...)
  • 97 VIII-178.
  • 98 XIV-21.
  • 99 XV-61. Pour les lettres de Nicolas Charmolue, voir XIV-73, IX-24 et XV-331.

52Entre juillet et août 1529, Anne de Montmorency participe aux négociations de Cambrai aux côtés de Louise de Savoie, du chancelier Duprat et de François de Tournon, archevêque de Bourges92. Aussi ne reçoit-il pas de lettres de Cambrai pour cette période. Les courriers qui lui sont adressés datent soit de juin 1529, soit de décembre 1529-janvier 1530. En juin, le Grand Maître est tenu informé des préparatifs de la conférence qui doit se tenir dans la cité épiscopale par François de Rasse (ou Raisse), seigneur de la Hargerie93. M. de La Hargerie, parti de Tilloloy94, arrive à Cambrai le 19 juin 1529. Il fait partie de l’équipe des maréchaux des logis chargés de préparer et d’organiser la conférence à venir. Il assure la logistique en somme. Son rôle consiste aussi bien à veiller à la sécurité de Louise de Savoie en obtenant pour les Français le contrôle d’une des portes de la ville95, qu’à préparer les logis, spécialement celui de la Régente et du Grand Maître96, et les trains des chevaux97. Enfin, dernière mission mais pas des moindres, il se sacrifie pour goûter méticuleusement le vin servi lors des négociations : « J’ay faict visiter toutes les caves et vous asseure qu’il n’y a vins qui vaille, don suis très mary98. » Autant de missions délicates dont M. de La Hargerie se sort avec les honneurs semble-t-il, car aucune plainte concernant l’organisation des négociations n’a été trouvée. François de Rasse revient à Cambrai à la fin de l’année 1529 et au début de 1530. En compagnie d’autres commissaires royaux, dont Nicolas Charmolue, avocat au Parlement de Paris, il participe à l’application des clauses du traité de Cambrai ainsi qu’il le relate dans l’une de ses lettres adressées au Grand Maître99.

  • 100 Boisrigaud au Grand Maître : IV-146, VI-86, X-24, XIV-12, XIV-320. Boisrigaud à Berthereau : IX-11 (...)
  • 101 Boisrigaud/Meigret, X-226 et XII-143. Morelet écrit une fois de Bade (VIII-330). Les deux autres l (...)
  • 102 C’est ce que laisse entendre Morelet dans la lettre VIII-330. Voir aussi VI-86, Boisrigaud au Gran (...)

53La deuxième ville est celle de Bade en Suisse. Sur 11 lettres, 6 émanent de Boisrigaud100, 2 sont de Boisrigaud co-signant soit avec Morelet, soit avec Meigret101. L’importante différence quantitative existant entre Bade et les quatre grands lieux de recrutement français en Suisse est due au fait que la petite cité de Bade est le lieu de résidence ordinaire des ambassadeurs du roi auprès des cantons helvètes. Les représentants du souverain ne se tiennent à Bade qu’en dehors des périodes de négociations avec les chefs de guerre ou lorsque les représentants des cantons germanophones ou Hauts Cantons, ne sont pas parvenus à s’entendre avec eux sur le montant de leur participation à l’armée royale102.

  • 103 Le comté d’Asti avait composé la dot que Valentine Visconti avait apportée à son époux Louis d’Orl (...)
  • 104 Bochetel : V-239 et II-128. Jacques Colin : XV-139, X-231 et V-64. M. Des Barres : XIII-70. André (...)
  • 105 Castiglione: II-54. Linhac: VIII-97. Bozzolo: IV-254.

54Pour les trois villes italiennes d’Asti, Alexandrie et Savone, leur importance est d’ordre stratégique. Asti est une seigneurie qui appartient au roi de France depuis 1498103. Située sur le versant oriental des Alpes, elle permet d’avoir du printemps à l’automne, un point d’appui en Italie à partir duquel les armées du roi peuvent intervenir dans la partie septentrionale de la péninsule et particulièrement le duché de Milan. Asti est également une étape pour les commissaires royaux envoyés en mission au-delà des Alpes, comme le montre la liste des expéditeurs de lettres. Les neuf personnages écrivent tous au Grand Maître exclusivement. Guillaume Bochetel, secrétaire et notaire du roi signant en finance, rédige 2 lettres. Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroise, chargé d’une mission à Gênes, envoie 3 lettres. M. Des Barres, dit Le Barrois, ambassadeur auprès du duc de Savoie, expédie une lettre. André Le Roy, officier de finance, envoie 2 lettres. Charles de Pierrevive, seigneur de Lésigny, trésorier de France en Languedoc, expédie une lettre104. Les trois autres épistoliers, M. de Castiglione, M. de Linhac et Francesco de Gonzague de Bozzolo rédigent chacun une lettre105. Ce sont des capitaines de compagnie ou de bandes d’aventuriers au service du roi de France. Les dates mentionnées, ainsi que les fonctions des rédacteurs des lettres, désignent la capitale du comté d’Asti comme l’un des lieux de rassemblement de l’envoi de subsides et d’hommes vers la Lombardie. C’est un lieu de rassemblement et de récupération avant d’entamer la descente vers la plaine padane.

  • 106 Bochetel : VI-208. Lésigny : VIII-226, XIV-10 et XI-220. Hurault : VIII-292, VIII-290 et IX-302. L (...)

55L’un des objectifs à atteindre est la ville d’Alexandrie. Pour son malheur, Alexandrie est la première grande ville étape après Asti dont elle n’est séparée que par une quarantaine de kilomètres. En contrôlant Alexandrie, l’armée du roi de France a le choix entre trois options. Soit remonter vers Milan (par Pavie), soit descendre sur Gênes et la côte ligure (pour embarquer des hommes par exemple), soit encore continuer vers le sud-est en direction de Bologne pour pénétrer dans les États du pape. Aussi, n’est-il pas surprenant de retrouver parmi les rédacteurs de lettres des gens des finances tels Bochetel, Lésigny, et Raoul Hurault, des hommes de guerre tels Linhac, Castiglione, l’amiral d’Annebault, le comte de Saint-Pol, le comte de Pontremoli et le baron de Conty, et des officiers curiaux envoyés en ambassade comme M. d’Isernay, valet de chambre du roi106. Alexandrie apparaît comme un point nodal de la stratégie française en Italie du Nord. Mais son importance n’est rien comparée au point focal de l’automne 1528 : Savone.

  • 107 La Roncière C. de, op. cit., p. 204.
  • 108 Ibid., p. 237.
  • 109 Ibid., p. 213.
  • 110 Ibid., p. 234.
  • 111 Au Grand Maître : IX-34, XIII-137, XIII-29, XII-82, IX-311, III-71, III-78, IX-267, XII-109. À Ber (...)
  • 112 Saint-Blancard au Grand Maître : X-244, VIII-255, XIII-57, IX-304 et III-241. Sur les mésaventures (...)
  • 113 XV-11, VIII-173 et II-64, du 23 juillet 1527.
  • 114 IX-26, X-180 et IV-62.
  • 115 Au Grand Maître : Barbézieux, VII-6 ; Navarro, III-297 ; d’Ancienville, X-154 ; le prieur de Saint (...)
  • 116 Bourrilly V.L., Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroise, Paris, 1905, donne à la fin du livre une ch (...)
  • 117 De Castillon : III-218 et X-182.
  • 118 Au Grand Maître : Isernay, IV-203 ; Marsillac, II-103 ; Passano, IV-274.
  • 119 La Pommeraie, VIII-246. Donazren : IX-202, III-162 et V-33 (toutes adressées à Berthereau).

56De sa reprise le 16 août 1526 par le prince Pedro Navarro, commandant en chef de la flotte confédérée issue de la Ligue de Cognac107, à la capitulation du commandeur de Morette, gouverneur de la ville, le 21 octobre 1528108, Savone a cru, quelques mois durant, pouvoir rivaliser avec Gênes, grâce à la protection du roi de France. Le port ligure est redevenu pendant ces deux années l’une des pièces maîtresses de la présence française en Italie. De Savone sont parties les expéditions contre Gênes qui ont abouti à la reconquête de la capitale de la République génoise le 19 août 1527109 et les convois de ravitaillement vers Naples. À Savone sont arrivés les débris de l’armée royale chassée de Naples à l’automne 1528110. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner du nombre assez élevé de 46 lettres que le Grand Maître reçoit de Savone durant ces deux années cruciales pour l’avenir des prétentions du roi de France dans la péninsule italienne. De la liste des rédacteurs émergent trois groupes. D’une part les soldats : le commandeur de Morette, gouverneur de la ville111, le baron de Saint-Blancard, vice-amiral de la flotte du Levant112 M. de Linhac, capitaine d’une compagnie d’ordonnances venue assurer la défense de Savone113, le capitaine Jonas, capitaine de galères114 et messieurs de Barbézieux, amiral de la flotte du Levant, Pedro Navarro, Antoine de Villiers sieur d’Ancienville, commandant d’une escadre, le prieur de Saint-Gilles, capitaine de galères115 ; d’autre part les diplomates : Jacques Colin116, M. de Castillon, ambassadeur du roi faisant escale à Savone117, Féau d’Isernay et Jean-Joaquim de Passano, seigneur des Vaux, François de Marsillac, conseiller au parlement de Rouen, expédient chacun une lettre118 ; enfin, M. de La Pommeraie et Guy Donazren, deux proches du Grand Maître119.

  • 120 Et non pour lui-même comme le pensait C. de La Roncière, Histoire de la marine…, op. cit., p. 229- (...)
  • 121 Mignet M., Rivalité de François Ier et de Charles Quint, Genève (reprint), 1978, p. 432 et suiv. D (...)
  • 122 À Berthereau : Lubiano, IX-163 et XV-271, Colin, XIV-172 et VI-178.

57Le triptyque associe des officiers royaux porteurs d’une commission officielle et des représentants d’Anne de Montmorency agissant pour son compte ou pour celui de son secrétaire Nicolas Berthereau. L’importance de Savone aux yeux du Grand Maître repose donc autant sur le service du roi que sur l’intérêt personnel. En effet, celui-ci a demandé le grenier à sel de Savone pour son secrétaire Nicolas Berthereau qui escompte réaliser une très bonne affaire120. Il faut replacer cet épisode du grenier à sel de Savone et des profits escomptés grâce à lui, dans l’ambiance euphorique de la marche conquérante, mais oh combien lente et ralentie par un manque chronique d’argent, de M. de Lautrec vers Naples, c’est-à-dire entre l’automne 1527 et l’été 1528. Les revenus du grenier à sel de Savone sont estimés à 50 000 écus par an. Il ne peut imaginer le retournement d’Andrea Doria, qui passe du service de François Ier à celui de Charles Quint dans le courant de l’été 1528121. À partir de ce moment, le cadeau devient empoisonné et Nicolas Berthereau tente désespérément de trouver un acheteur122 pour un bien qui ne vaut que tant que Savone demeure française. Ainsi, ce n’est pas seulement le Grand Maître qui avait intérêt à sauvegarder « l’indépendance » de Savone par rapport à Gênes. Il y était poussé par une partie de son entourage immédiat auquel il avait voulu faire plaisir en lui faisant octroyer une récompense par le roi.

  • 123 Lemonnier H., « Henri II, la lutte contre la Maison d’Autriche », Lavisse E. (dir.), Histoire de F (...)
  • 124 Gérente : II-108, II-120, II-122, II-123 et XII-98. Raincé II-119.

58La dernière ville italienne est celle de Viterbe. Après la prise et le sac de Rome (mai 1527) par les troupes du connétable de Bourbon, le pape Clément VII reste prisonnier dans le château Saint-Ange jusqu’en novembre 1527123. En décembre 1527, le souverain pontife parvient à s’enfuir de la ville éternelle et trouve refuge dans la petite cité de Viterbe. Nicolas Raincé et Balthasar Gérente le rejoignent. Le ton de leurs lettres124 suit l’évolution de l’expédition de Lautrec. D’abord optimiste (avril-juillet 1528), il vire au catastrophique (août-septembre) et montre les atermoiements de la politique pontificale qui se sait plus, entre deux maux (Valois ou Habsbourg) lequel choisir.

  • 125 III-21, VIII-136, XIII-75, X-199, IV-223, XIV-136, IV-230, XV-5, VIII-185 et XIV-265. Ces lettres (...)
  • 126 CAF, t. IX, p. 37.
  • 127 Confession nommée Augustana en son honneur. Chaunu P. et Escamilla M., op. cit., p. 233-235.

59D’Augsbourg sont expédiées 11 lettres, dont 10 ont pour rédacteur M. de Morette125. Celui-ci est l’ambassadeur du roi de France auprès de l’empereur de novembre 1529 à août 1531126. À ce titre, il suit Charles Quint tout au long du périple qu’il accomplit durant ces deux années et qui le conduit d’Italie (où il reçoit la couronne impériale) aux Pays-Bas (où il nomme la remplaçante de Marguerite d’Autriche, laquelle est décédée en décembre 1530), en passant par l’Empire. Arrivé à Augsbourg le 18 juin 1530, l’Empereur assiste à la diète d’empire qui s’y tient et au cours de laquelle il prend connaissance de la « Confession d’Augsbourg127 ».

  • 128 Au Grand Maître : VII-75. À Berthereau : XV-156 et IV-15.
  • 129 VII-122, VI-77 et VIII-30.
  • 130 XI-24 et XI-121.
  • 131 Au Grand Maître : XI-213, Pierre Joly ; XII-158, Jonas Schurtes ; V-256, M. de Santhes.
  • 132 Au Grand Maître : XV-80, le capitaine Jonas (dont sont conservées 7 autres missives) ; V-275, Clau (...)

60D’Avignon, capitale du Comtat venaissin, enclave pontificale ceinturée de territoires relevant du roi de France sont envoyées 13 lettres. Mais, contrairement à celles expédiées depuis les autres villes étrangères, les missives avignonnaises se partagent entre le Grand Maître (9 lettres) et son secrétaire (4 lettres). Parmi les rédacteurs, on trouve Jacques Du Pin128, envoyé par Anne de Montmorency à Marseille afin de vérifier les comptes de ses galères. André Le Roy a laissé 3 lettres alors qu’il s’achemine vers l’Italie. Mais toutes sont adressées à Anne de Montmorency129. Le juge-mage de Nîmes écrit deux fois à Nicolas Berthereau à propos d’une affaire de droit d’aubaine130. Les 5 autres lettres sont des courriers uniques. Soit que les rédacteurs n’écrivent qu’une fois131, soit qu’ils n’écrivent qu’une fois d’Avignon132.

  • 133 VII-175 et XV-156.

61Avignon apparaît comme une ville étape, soit pour des correspondants venant ou allant en Provence ou en Italie, soit pour des Provençaux ou des Languedociens venant y traiter une affaire pour le compte du Grand Maître ou de son secrétaire. La ville occupe donc une place à part qui fait d’elle, non pas une cité temporairement importante pour des raisons politiques internationales comme les autres villes rangées dans la même catégorie qu’elle, mais une cité d’où les serviteurs du Grand Maître expédient des rapports à l’occasion d’une halte d’un ou deux jours. Cependant, Avignon joue un rôle non-négligeable dans les affaires d’Anne de Montmorency puisqu’elle est le lieu ordinaire de séjour du légat du pape pour Avignon, la Provence et le Languedoc. Or à la fin des années 1520, la légature du comtat est entre les mains de François de Clermont, cardinal de Clermont-Lodève qui n’est autre que le frère de Pierre de Clermont, le lieutenant général du Languedoc. On peut penser que les serviteurs du Grand Maître s’arrêtent à Avignon plus facilement que dans d’autres villes rhodaniennes parce qu’ils sont sûrs d’y être bien accueillis, voire attendus dans le cas de Jacques Du Pin qui y apporte le remboursement d’une dette de 1 000 écus, contractée par le Grand Maître auprès du légat133.

62Les villes capitales et les villes importantes temporairement sont des cités connues. Il semble normal que des lettres rédigées de ces lieux de pouvoirs, parviennent au Grand Maître. Pourtant, dans le tableau des dix-neuf villes, pour la plupart puissantes cités européennes ou capitales provinciales, un nom sonne comme une anomalie, celui de la petite ville helvète de Coire.

Coire, une anomalie ?

  • 134 La Valteline a été jusqu’au XVIe siècle un fief de l’évêque de Coire. Avec le passage à la Réforme (...)
  • 135 CAF, t. IX, p. 84.
  • 136 Ses lettres contiennent une grande variété de sujets : garde des cols alpins (I-193, IV-228, V-267 (...)
  • 137 CAF, t. II-4198, de Fontainebleau. Original se trouve aux AN, Trésor des chartes, JJ 246, no 16, fo(...)
  • 138 CAF, t. II-4148, de Fontainebleau (original aux AN, acquits sur l’épargne, J 960, no 5). Les lettre (...)
  • 139 CAF, t. II-4782, de Nantes. Original aux AN, acquits sur l’épargne, J 962, no 4. Dans la lettre IV (...)
  • 140 CAF, t. II-5547, de Soissons, le 15 mars. Grangis est gratifié de 1 000 livres sur les 10 000 que (...)

63La présence de cette bourgade située sur le Rhin supérieur parmi la liste des cités européennes qui comptent dans l’Europe des années 1530, peut surprendre. Coire, francisation de Chur, est le chef-lieu du canton des Grisons, appelé aussi les Ligues Grises. La ville occupe en fait une position stratégique à la croisée de deux axes de communication. L’axe nord-sud, du Saint-Empire à la Lombardie la place au débouché (ou à l’entrée, selon le sens de la marche) des cols alpins qui commandent l’accès à la Valteline134 et permet directement d’atteindre Milan. L’axe est-ouest, qui relie le Tyrol autrichien à la Suisse, passe à dix kilomètres au nord de la cité. Y entretenir un représentant permanent revient à pouvoir surveiller une part importante des mouvements des troupes au service des Habsbourg et à recevoir des nouvelles de l’Europe danubienne. Entre mars 1525 (au lendemain de Pavie) et janvier 1531135, le résident du roi de France s’appelle Geoffroy Tavelli, sieur de Grangis136. Il faut croire que son dévouement à la cause du roi a été efficace car plusieurs actes du CAF le signalent comme bénéficiaire de faveurs et de dons royaux entre 1531 et 1533, soit à l’issue de sa charge. Des lettres de naturalité, octroyées par le roi en juillet 1531, nous apprennent qu’il était originaire du comté d’Asti137. Le 12 juillet de la même année, de nouvelles lettres de naturalité, avec remise des droits à payer, lui sont concédées, ainsi qu’à sa femme et à ses enfants138. Le 25 août 1532, un mandement envoyé au receveur général du Dauphiné lui demande de faire délivrer pendant trois ans à « Goeffroy Tavel[li], sieur de Grangis, les revenus des terres et seigneuries de La Bussière, Bellecombe et Avallon139 ». Enfin, en 1533, Grangis reçoit en deux fois le remboursement des frais engagés pendant son ambassade, ainsi que le reliquat de sa pension de résident permanent140.

  • 141 II-56, de Coire, le 8 mai 1527.
  • 142 XIV-50, de Coire, le 18 juillet 1527.

64Si ses origines font de lui un sujet du roi, son dévouement au service de celui-ci est probablement à rechercher au détour de 2 des 40 lettres qu’il a écrites à Anne de Montmorency : « Monseigneur, vous savez que quant j’estoys en prison, oultre les estrapades et autres tourmens, il m’a fallu payer troys mille cinq cens escuz pour en sortir141. » Il ajoute quelques mois plus tard : « Moy qui ay si longuement demeurer en prison et en tant de tourmens et perdu tant142. » En définitive, Coire n’est qu’une anomalie par la taille et au regard du prestige des autres villes étrangères qui composent le tableau 9. Mais elle n’en est plus une si on se réfère à son importance stratégique primordiale dans la partie d’échecs à laquelle se livrent Charles Quint et François Ier.

  • 143 Hamon P., op. cit., p. 55-56.

65La correspondance passive du Grand Maître dessine un arc européen allant de Londres à Rome en passant par Bruxelles et Berne. Elle rend parfaitement compte de la politique étrangère française du moment qui cherche des alliés pour contrecarrer les projets hégémoniques de Charles Quint. François Ier se rapproche d’Henry VIII dès la signature de la Ligue de Cognac en 1526. Il s’entremet dans le projet tudorien d’annulation du mariage avec la tante de l’empereur. Il reçoit des ambassades dont celles dirigée par le cardinal Wolsey en août-septembre 1527. Il envoie son Grand Maître auprès d’Henry VIII en octobre 1527 pour consolider les liens entre les deux royaumes. Il prend en charge une partie de la créance que l’empereur possède sur le souverain anglais lors de l’élaboration du règlement de sa rançon. Avec les cantons suisses, François Ier mène une politique de chantage. Il a besoin d’eux pour monter ses expéditions militaires et grossir les effectifs de ses armées grâce à leurs mercenaires, mais il sait que l’apport des pensions qu’il leur verse est indispensable à leur économie143. Le Grand Maître s’impose alors comme un intermédiaire privilégié car il connaît les Suisses et les très nombreuses lettres des ambassadeurs français auprès des cantons prouvent que la gestion des mercenaires fait partie de ses compétences. Avec l’Italie, le roi de France entretient les rapports passionnels d’un monarque qui se veut l’héritier spirituel des empereurs antiques (à défaut d’avoir pu ceindre la couronne impériale en 1519). Là encore, Anne de Montmorency est présent pour tenter, sans toujours y parvenir, de coordonner tout ce qui relève de l’intendance. Car, à défaut d’être un stratège, il est méthodique, ne rechigne pas à rester à l’arrière, et possède suffisamment de fidèles et de serviteurs placés dans les rouages de l’administration de l’extraordinaire de guerres pour pouvoir faire accélérer l’envoi de renforts en hommes, en victuailles et en munitions.

66La correspondance passive est aussi le révélateur de l’évolution de la politique étrangère royale à partir de 1529, lorsqu’après les défaites en Italie, François Ier doit se résoudre à traiter avec Charles Quint. Le Grand Maître devient alors le pivot des négociations entre le Valois représenté par sa mère et le Habsbourg qui a délégué ses pouvoirs à sa tante. Il est informé au jour le jour des préparatifs de la conférence de Cambrai et, à la suite de l’accord qui est intervenu entre les « Dames », l’un de ses serviteurs, M. de La Pommeraie, est envoyé en ambassade aux Pays-Bas.

*

67S’interroger sur l’existence d’une « France montmorencéenne » ne consiste pas à vouloir à tout prix prouver qu’à la fin des années 1520 le Grand Maître est omniscient, omniprésent, omnipotent. Les cartes confectionnées à partir des lieux de rédaction des lettres pour arbitraires et incomplètes qu’elles soient, insistent autant sur les espaces à l’intérieur desquels il pèse sur les décisions prises, que sur ceux dans lesquels sa présence est, au mieux, furtive. Bien plus, pour les régions plus ou moins contrôlées, le pouvoir d’Anne de Montmorency allie un pouvoir propre résultant de la concentration d’une puissance seigneuriale et féodale impressionnante, et un pouvoir délégué, fruit de la faveur royale, visible par les différents offices royaux qu’il cumule.

68Influent en Île-de-France, notamment au nord de Paris ; bien implanté en Bourgogne, où son pouvoir peut heurter celui de l’amiral Chabot, gouverneur de la province ; de plus en plus présent en Provence, dans le Languedoc, mais aussi en Bretagne ; informé en temps réel (c’est-à-dire en même temps que le roi) des tractations diplomatiques européennes, le Grand Maître rassemble de plus en plus les éléments constitutifs de la fonction de favori. En définitive, à travers la « France montmorencéenne » transparaît la politique royale, française et européenne, du moment, tant le Grand Maître évolue quotidiennement au cœur de l’appareil monarchique.

Notes

1 Ces dix-sept lettres représentent 2,3 % des missives.

2 L’étranger représente 23,6 % des 3 126 lettres servant de base à la présente étude.

3 Cette affirmation est à nuancer, dans la mesure où Jean Grolier par exemple se rend à Chantilly juste après la naissance du fils du Grand Maître, mais ne rédige son rapport de visite qu’une fois revenu à Paris.

4 Plus précisément, la seigneurie de Fère est dotée d’une chambre à sel dépendant du grenier à sel de Château-Thierry. Moreau-Nelaton E., op. cit., p. 226.

5 Ibid., p. 218.

6 VI-156 et VI-262.

7 XIII-77 et XIII-291. Les deux lettres sont du 24 juillet 1530.

8 XIII-291.

9 XIII-77.

10 XV-261.

11 V-152, VI-183 et XIII-58.

12 IX-283. Champrond écrit aussi une lettre à Berthereau (VII-163) par laquelle il lui demande d’être son avocat auprès du Grand Maître et lui explique que n’ayant rien à faire, il est parti pour s’en retourner chez lui à Champrond. Cette lettre n’est (hélas) pas écrite de Champrond, mais de Marseille.

13 Charton-Le Clech S., op. cit., p. 95 et suiv. Huppert G., op. cit., p. 139 et suiv.

14 Les notaires et secrétaires du roi, l’audiencier et le contrôleur de l’Audience sont par définition gyrovagues puisqu’en tant que membres de la chancellerie royale, ils suivent la cour dans ses déplacements. Michaud H., op. cit., p. 63-66.

15 Il manque Grenoble, seul parlement dans le ressort duquel Anne de Montmorency ne possède aucun bien.

16 Le Page D., « Noblesse et pouvoir royal en Bretagne (1480-1540) », Kerhervé J. (dir.), Noblesses de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, Actes de la journée d’étude tenue à Guigamp le 22 novembre 1997, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 129-149.

17 Présence parallèle des Guises, et de Claude d’Annebault. Le Page D., art. cit., p. 147-148.

18 Hamon P., op. cit., p. 266-267 et 358.

19 Le Page D., art. cit., p. 140-141.

20 VII-338 et X-115 (Bertrand) ; XV-134 (Fournier) ; XI-115 (Frison) ; XII-149 (Laurent) ; V-28, V-30, VI-169, VII-214, VII-151, VII-152, VII-154, XIII-215, XV-205, XV-251, XV-252, XV-301 (Franc-Conseil. Cependant, VI-162 est écrite de Montpellier, XII-212 de Marseille et XV-205 de Lyon) ; VI-57 (Duchiénot).

21 VII-34 et XI-230 : cour des Aides de Montpellier, de Montpellier ; V-184 : cour des comptes de Paris et XIII-6 : Parlement de Paris, de Paris ; X-15 : parlement de Provence, d’Aix ; X-61 : parlement de Toulouse, de Toulouse ; VII-69 : le parlement de Bordeaux, de Bordeaux ; V-187 : parlement de Rouen, de Rouen.

22 Montconis : XI-24 (d’Avignon) et XV-34 (de Montpellier).

23 Mugy : III-164 (de Vendôme).

24 IV-35, VI-118, XI-189, IX-193, XII-184, XII-185, XIII-180, XIII-181, XIV-57, XV-64, XV-144. Cependant, VI-256 est écrite à Angers et V-44 à Biez.

25 VIII-74, d’Ecouen.

26 X-170, le 21 juin 1530 ; VIII-166, le 29 juin 1530 ; VIII-60, le 30 juin 1530. La lettre XIV-248 est rédigée à Assier.

27 XV-43.

28 VI-37 et XIV-209.

29 VII-102, d’Orléans, VII-143, XIV-62. La lettre XV-31 est écrite à Amiens, mais elle date de 1536.

30 III-50, V-36 et XI-187, de Saint-Germain ; VII-142, de Paris ; VII-277, de Blois.

31 VIII-40, de Paris ; X-121, de Montereau ; XIII-125, de Coucy.

32 V-106, VII-73 et XIV-92, de Blois ; VII-33, de Bordeaux ; VII-122 et XV-217, de Tours ; IV-42 et VIII-55, de Paris ; VIII-328, de Ris ; XI-93, de Saint-Germain ; XI-257, de Bonnes ; XV-217, de Tours.

33 IV-180, IX-310, XI-105, XII-36 et XIII-139, de Paris ; IV-268 et XIV-194, de Warty ; V-171, de Montfort-L’Amaury, VI-35, de Châteaurenault ; X-4, de Loches ; X-127, de Barbézieux ; X-128, de Libourne ; XI-201, de Pau.

34 VII-11 et IX-44, d’Esclaron ; VII-44, de Genelle ; VII-63, de Montiérander ; VII-106, de Vitry ; VIII-125 et VIII-322, X-87, XII-167, de Lyon ; IX-150 et XI-119, de Paris ; IX-312, de Saint-Denis ; XI-72, de Lausanne ; XII-293, de Langres ; XV-109, de Tornière.

35 Pour les références des lettres de Jean de Poncher, voir la partie précédente sur les financiers, ainsi que la partie du chapitre cinq consacrée au Languedoc.

36 ACC, série BA, reg. 2 BA 2, fo 295, 298, 300. Le Grant sert même de prête-nom au capitaine de Chantilly Pierre de Garges pour l’achat d’un moulin à vent près de Montmorency. Idem, fo 79 vo et 80.

37 Blaigny : IX-113 ; Coussin : IX-68 ; Savin : VIII-123 ; Sayve : IX-299 et X-277.

38 Bricaud : VI-199, XI-151 et XIII-153. Laurens : V-160 et XII-149.

39 De Bures : VI-10 ; Coffart : XII-203 ; Harnois : V-207 ; Panigarola : XI-223.

40 Du Bellay : IX-148 ; Charmolue : III-95, IV-168, VI-49, XI-6, XI-18, XIII-204, XIII-238, XIV-19, XIV-73 et XIV-245. Chenu : III-108, III-259, V-9, XIV-29. Saveuse : X-302, XV-233.

41 D’Oppède : III-54 et IX-5. Bruni : III-121, III-148, V-294 et VII-221. Fabri : XI-210.

42 II-126, X-99, X-122, X-223.

43 IV-140, IV-144, V-157 et VI-3, d’Amiens ; VIII-329 et X-38, de Compiègne ; XI-31 et XV-106, de Paris.

44 V-205 et VII-40 de Lern ; XI-300, de Grenade.

45 VII-100, de Pagny ; X-12, d’Angoulême ; X-117, de Montbazon.

46 Du Solier : 9 lettres de Savone, 2 de Saint-Julien près de Savone, 2 lettres de Cologne, 7 d’Ausbourg, une de Londres, de Calais, de Nice, de Bologne, de Portofino, de Plaisance, d’Oulx, de Mayence, de Paris et de « Frequereul ».

47 Gérente : 5 lettres de Viterbe et 11 de Rome. Une lettre de Paris, de Troyes et de Châtillon-sur-Seine.

48 II-116, II-118 et XI-112, de Paris ; XIV-168, de Rouen ; II-103, de Savone ; II-104, de Gênes.

49 Meigret seul (sans Boisrigaud) : VIII-80, de Paris, IX-156, de Soleure, X-217, d’Amboise ; X-224, de Lyon ; X-256, de Soleure ; et XI-2, de Fribourg.

50 Minut : 3 lettres de Paris, de Nantes et de Toulouse, une de Grenade et une de Balma.

51 Baïf a laissé 21 lettres de Venise. Dodieu a rédigé au moins 11 lettres de Florence (et 2 de Paris). Hellin a écrit au moins 19 missives à partir des Pays-Bas (et 4 de Paris).

52 La Faucauldière : six lettres de Nantes, une de Moulins, de Saint-Jean-d’Angély, de Montrichard, de Florence, du camp de « Folvier » et une sans lieu. Pour Longuejoue, voir la partie sur les officiers domestiques majeurs du Grand Maître.

53 XIII-152, XIV-247, XV-122 et X-134 (avec Iverny et Briçonnet).

54 Joubert : X-20. Belcier : XV-338.

55 Il s’agit de la lettre VII-337 : Antoine Rincon au Grand Maître, de « Lönich en Poullongne », le 29 juin 1526. Le 23 septembre de la même année, Rincon rédige une autre lettre, toujours de Pologne : BnF, ms. fr. 3012-139.

56 Une seule lettre mentionne le retour d’une expédition ramenant des objets précieux et des « Indiens » du Brésil. III-202 : M. Du Chillou au Grand Maître, Honfleur, le 17 mars 1527.

57 Chiffre obtenu en incluant les quatre lettres expédiées à partir de la principauté de Sedan.

58 Avec quatre lettres de Nancy et une de Lunéville.

59 En comprenant une lettre de Calais.

60 15 lettres pour l’Espagne et 2 pour le Portugal.

61 Le Roy-Ladurie E., op. cit., p. 101-136.

62 Titres des chapitres VII et VIII de la thèse d’A.-M. Lecoq. Lecoq A.-M., op. cit, 1987.

63 Decrue F., op. cit., p. 8.

64 Ibid., p. 27-28. Cette mission est un échec et Venise conclut une paix séparée avec les ennemis de François Ier.

65 Ibid., p. 20-21. Pour cette ambassade, F. Decrue signale qu’Anne de Montmorency est accompagné du capitaine bernois Jean de Diesbach. Le CAF contient un acte de foi et hommage du 7 novembre 1527, rendu par Jean de Stainville, pour sa femme Jeanne du Refuge, veuve de Jean de Diesbach, capitaine aux Ligues. Or Jean est le frère de Louis de Stainville, mari d’Odette Luillier, une cousine du Grand Maître. CAF, t. VI-19381.

66 Ibid., p. 21. Pour la période 1526-1530, 2 lettres seulement viennent de Zurich, alors que Lucerne en fournit 64. Grâce au nombre de lettres, on arrive aux mêmes conclusions que Philippe Hamon pour qui « la Suisse centrale [est] plus impliquée que Zürich ». Hamon P., op. cit., p. 55-56.

67 Soleure est une francisation de Solothurn, chef-lieu du canton du même nom.

68 Boisrigaud, Morelet et Meigret ne sont pas les seuls commissionnaires du roi en Suisse dans les années 1520. Ainsi, d’après le CAF, ce sont quatre envoyés français qui se trouvent en même temps sur le sol des cantons entre mars et mai 1528 : Boisrigaud, Morelet, Guillaume Du Plessis, sieur de Savonnières et Christophe Hennequin. Cette présence accrue est l’indice d’une intense activité diplomatique couplée à des entreprises de levées de mercenaires afin de renforcer l’armée de Lautrec en Italie.

69 CAF, t. IX, p. 75 et suiv. Le seigneur de Boisrigaud obtient, non sans mal, un congé du roi pour venir voir sa famille et s’occuper de ses seigneuries. Les Suisses n’acceptent de le laisser partir qu’après l’arrivée de son remplaçant intérimaire, Jean Morelet de Museau et sous le serment de revenir dans les six mois. Voir les lettres que Boisrigaud envoie soit au Grand Maître (notamment VII-65, VIII-23, VIII-169, IX-284, XII-281, XIV-12), soit à Berthereau (IX-194).

70 Philippe Hamon note que « les années 1527-1532 sont particulièrement délicates » en ce qui concerne la régularité du paiement des pensions que le roi verse aux Suisses. Hamon P., op. cit., p. 54.

71 Jean Morelet de Museau est plus un ambassadeur-payeur qu’un résident à proprement parler, car ses fonctions ne lui permettent pas de séjourner trop longtemps hors du royaume. Lapeyre A. et Scheurer R., op. cit., t. I, p. 231-232, notice 479.

72 CAF, t. IX, p. 75 et suiv.

73 Lambert Meigret appartient à une grande famille lyonnaise, montée à Paris pour entrer au service de la monarchie. François A., Le Magnifique Meigret, valet de chambre de François Ier et ami de Marot, Paris, 1947, et Dupède J. et Hamon P., « Humanistes en famille : les Meigret », BHR, t. LII, 1990, p. 333-344.

74 CAF, t. IX, p. 80.

75 Les lettres de Nicolas Raincé sont toutes rassemblées dans le tome II. Elles s’échelonnent de juin 1526 à février 1531. Le personnage ne semble pas très recommandable puisqu’en 1536 le cardinal Du Bellay signale au Grand Maître que Raincé entretient deux clercs « qui contrefont les sceaux et les signatures, dont il s’ayde secrètement pour prouver par seings du roy ce qu’il ne peult persuader par raison ». Cité par Michaud H., op. cit., p. 358.

76 Depuis le 14 septembre 1515, Balthasar Jérente occupe les fonctions de Grand Président et premier maître rational des comptes de Provence. En 1531, il devient évêque de Vence, en 1541 évêque de Saint-Flour, pour finir archevêque d’Embrun en 1548. Il meurt en 1555. Valbelle H. de, op. cit., t. I, p. 185, note 10.

77 CAF, t. IX, p. 60-61. listes des ambassadeurs.

78 Voir Pinvert L., Lazare de Baïf, Paris, 1900.

79 Lucien Pinvert a recensé 191 lettres adressées au Grand Maître (sur un total de 725). Pinvert L., op. cit., p. 20-24.

80 Claude Dodieu, chevalier, seigneur de Vély est né à Lyon. Il devient conseiller clerc au Parlement de Paris le 30 juillet 1524, puis maître des requêtes ordinaires le 23 mars 1529. Abbé de Saint-Riquier, puis évêque de Rennes en 1542, il accomplit une ambassade auprès de Charles Quint, puis auprès du pape Paul IV. Notice biographique dans Popoff M., op. cit, p. 479.

81 Le doge n’assiste même pas à la séance du conseil au cours de laquelle Baïf annonce à la Seigneurie la conclusion de la paix de Cambrai. Pinvert L., op. cit., p. 31-33, et Decrue F., op. cit., p. 181.

82 Decrue F., op. cit., p. 13.

83 Ibid., p. 97-99.

84 Ibid., p. 123.

85 Ibid., p. 138. Les lettres de M. de La Pommeraie présentent la caractéristique de n’être ni datées, ni localisées dans la moitié des cas (37 fois sur un total de 74). Cependant, compte tenu des personnages cités et des thèmes abordés, on peut en déduire que 35 des 37 lettres sont écrites soit à Malines, soit à Bruxelles. Vers 1550, Gilles de La Pommeraie entre au conseil chargé d’administrer les affaires du connétable.

86 Gabriel de Davant est appelé « le goujat », ce qui correspond dans la terminologie militaire médiévale à un valet d’armes. Son nom apparaît à trois reprises dans le CAF pour les années 1526-1531 : t. VI-19269, t. VII-27849 et t. VII-27884.

87 Il ne s’est rendu ni à Florence, ni à Rome.

88 On peut prendre comme exemple toutes les lettres que la reine Eléonore envoie au Grand Maître pendant le premier semestre de 1530, et qui sont conservées à la BnF, ms. fr. 2932, 2981, 3011, 3021 et 3032.

89 Bennassar B., Un siècle d’or espagnol (1528-1648), Paris, 1982, p. 22. Chaunu P. et Escamilla M., Charles Quint, Paris, 2000, p. 82. À la bougeotte impériale, s’ajoute le fait que Madrid n’est pas encore devenue la capitale unique des possessions ibériques.

90 Ibid. Voyage en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas.

91 Hamon P., op. cit., p. 386 : « Montmorency joue sa carrière sur la rançon. »

92 Decrue F., op. cit., p. 130-132.

93 BnF, Dossiers Bleus 557-14666, fo 2 et Cabinet d’Hozier 285-7750, fo 4.

94 Tilloloy est l’une des seigneuries appartenant à François de Rasse. BnF, Dossiers Bleus 557-14666, fo 2. Elle se trouve à 50 km au sud de Cambrai. Le village est traversé par la grande route reliant Cambrai à Paris.

95 XIV-21. Dans la lettre III-281, La Hargerie pense qu’il faut renforcer les défenses de la ville.

96 XIV-21. Même préoccupation dans VIII-178, du 25 juin et VIII-175, du 27 juin, adressées au Grand Maître.

97 VIII-178.

98 XIV-21.

99 XV-61. Pour les lettres de Nicolas Charmolue, voir XIV-73, IX-24 et XV-331.

100 Boisrigaud au Grand Maître : IV-146, VI-86, X-24, XIV-12, XIV-320. Boisrigaud à Berthereau : IX-114.

101 Boisrigaud/Meigret, X-226 et XII-143. Morelet écrit une fois de Bade (VIII-330). Les deux autres lettres sont celles de capitaines suisses. À noter la lettre IX-162, envoyée par deux Suisses à Boisrigaud et Morelet.

102 C’est ce que laisse entendre Morelet dans la lettre VIII-330. Voir aussi VI-86, Boisrigaud au Grand Maître.

103 Le comté d’Asti avait composé la dot que Valentine Visconti avait apportée à son époux Louis d’Orléans, grand-père de Louis XII. Quilliet B., Louis XII, Paris, 1987, p. 22.

104 Bochetel : V-239 et II-128. Jacques Colin : XV-139, X-231 et V-64. M. Des Barres : XIII-70. André Le Roy : XII-80 et XII-211. Lésigny : VIII-100. Toutes ces lettres sont écrites entre juillet et novembre 1528.

105 Castiglione: II-54. Linhac: VIII-97. Bozzolo: IV-254.

106 Bochetel : VI-208. Lésigny : VIII-226, XIV-10 et XI-220. Hurault : VIII-292, VIII-290 et IX-302. Linhac : V-94. Castiglione : VI-131. D’Annebault : XIV-322. Saint-Pol : XII-84. Pontremoli : IV-159. Conty : VI-228. M. d’Isernay : VII-22. À relever aussi, une lettre de Parcello Mercuriano, jardinier du roi à Blois : IX-11.

107 La Roncière C. de, op. cit., p. 204.

108 Ibid., p. 237.

109 Ibid., p. 213.

110 Ibid., p. 234.

111 Au Grand Maître : IX-34, XIII-137, XIII-29, XII-82, IX-311, III-71, III-78, IX-267, XII-109. À Berthereau : V-52. À ces lettres, il faut en ajouter deux de ses frères : II-95 et XII-79.

112 Saint-Blancard au Grand Maître : X-244, VIII-255, XIII-57, IX-304 et III-241. Sur les mésaventures de Saint-Blancard face à Andréa Doria, voir La Roncière C. de, op. cit., p. 234 et suiv.

113 XV-11, VIII-173 et II-64, du 23 juillet 1527.

114 IX-26, X-180 et IV-62.

115 Au Grand Maître : Barbézieux, VII-6 ; Navarro, III-297 ; d’Ancienville, X-154 ; le prieur de Saint-Gilles IV-182.

116 Bourrilly V.L., Jacques Colin, abbé de Saint-Ambroise, Paris, 1905, donne à la fin du livre une chronologie de toutes les lettres de l’abbé.

117 De Castillon : III-218 et X-182.

118 Au Grand Maître : Isernay, IV-203 ; Marsillac, II-103 ; Passano, IV-274.

119 La Pommeraie, VIII-246. Donazren : IX-202, III-162 et V-33 (toutes adressées à Berthereau).

120 Et non pour lui-même comme le pensait C. de La Roncière, Histoire de la marine…, op. cit., p. 229-230.

121 Mignet M., Rivalité de François Ier et de Charles Quint, Genève (reprint), 1978, p. 432 et suiv. Doria réclame le retour de Savone à Gênes et donc la disparition du grenier à sel de Savone.

122 À Berthereau : Lubiano, IX-163 et XV-271, Colin, XIV-172 et VI-178.

123 Lemonnier H., « Henri II, la lutte contre la Maison d’Autriche », Lavisse E. (dir.), Histoire de France, Paris, 1907 (rééd. 1983), t. V-2, p. 65.

124 Gérente : II-108, II-120, II-122, II-123 et XII-98. Raincé II-119.

125 III-21, VIII-136, XIII-75, X-199, IV-223, XIV-136, IV-230, XV-5, VIII-185 et XIV-265. Ces lettres sont rédigées entre le 8 juillet et le 17 novembre 1530. La lettre IV-291, non-signée (mais très probablement écrite par M. de Morette) est adressée au général Morelet et datée du 10 novembre 1530.

126 CAF, t. IX, p. 37.

127 Confession nommée Augustana en son honneur. Chaunu P. et Escamilla M., op. cit., p. 233-235.

128 Au Grand Maître : VII-75. À Berthereau : XV-156 et IV-15.

129 VII-122, VI-77 et VIII-30.

130 XI-24 et XI-121.

131 Au Grand Maître : XI-213, Pierre Joly ; XII-158, Jonas Schurtes ; V-256, M. de Santhes.

132 Au Grand Maître : XV-80, le capitaine Jonas (dont sont conservées 7 autres missives) ; V-275, Claude de Menville (dont sont conservées 5 autres lettres).

133 VII-175 et XV-156.

134 La Valteline a été jusqu’au XVIe siècle un fief de l’évêque de Coire. Avec le passage à la Réforme, le fief est sécularisé et devient la propriété du canton des Grisons.

135 CAF, t. IX, p. 84.

136 Ses lettres contiennent une grande variété de sujets : garde des cols alpins (I-193, IV-228, V-267, V-179, V-78, VIII-250, IX-318, XI-303, XIII-8, XV-78, XV-88), pensions des Ligues Grises (I-193, VIII-247, IX-318, XI-303), difficulté d’être payé (IV-228, V-78, V-108, V-315, VI-16, VIII-250, XIII-8, XV-88) et d’être récompensé (V-178, VI-77, VIII-247, VIII-274, XII-14, XIII-82), nouvelles de Hongrie (III-139, V-267, XIII-100), recommandation (III-44, III-256, V-258, XV-1), diffusion du luthéranisme (V-315, XV-78).

137 CAF, t. II-4198, de Fontainebleau. Original se trouve aux AN, Trésor des chartes, JJ 246, no 16, fo 5. Sur les Italiens en France au début du XVIe siècle, se reporter à Billot C., « Les Italiens naturalisés français sous le règne de François Ier, (1514-1547) », Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, p. 477-492.

138 CAF, t. II-4148, de Fontainebleau (original aux AN, acquits sur l’épargne, J 960, no 5). Les lettres IV-55, VI-77 et VIII-274 signalent l’existence de deux enfants que Grangis a envoyés, avec leur mère, à Breschia.

139 CAF, t. II-4782, de Nantes. Original aux AN, acquits sur l’épargne, J 962, no 4. Dans la lettre IV-55, Grangis demande pour récompense une terre ayant appartenue au connétable de Bourbon. Il remercie le Grand Maître pour l’octroi de la seigneurie de La Bruyère (V-178 ; VI-16 et VIII-247), même si ses revenus sont grevés d’une rente annuelle que prélève le lieutenant général du roi en Provence (VI-16).

140 CAF, t. II-5547, de Soissons, le 15 mars. Grangis est gratifié de 1 000 livres sur les 10 000 que le roi lui doit. Originaux à la BnF, Clair. 1215, fo 71 et Fr., no 533. Et CAF, t. II-5997, de Lyon, le 26 juin. Il reçoit les 9 000 livres restant. Originaux à la BnF, ms. fr. 15629, no 294 et AN, acquits sur l’épargne, J 960c, fo 113. Dans les deux documents, Tavelli est qualifié de chevalier, alors qu’il ne l’était pas dans les actes antérieurs.

141 II-56, de Coire, le 8 mai 1527.

142 XIV-50, de Coire, le 18 juillet 1527.

143 Hamon P., op. cit., p. 55-56.

Table des illustrations

Légende Tableau 6 : Villes du royaume d’où expédiées au moins 5 lettres.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Carte 1 – Cartographie épistolaire du Grand Maître et de son secrétaire pour la période 1526-1530.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Carte 2 – Le cœur de la France montmorencéenne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540