Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Première partie. Les fondements de la puissance

Chapitre II. Les officiers domestiques majeurs

Texte intégral

1Un prince puissant est avant tout un prince bien obéi, autrement dit, un prince qui sait choisir ses serviteurs avec soin. Anne de Montmorency n’échappe pas à la règle. Treize hommes émergent de la masse de ses serviteurs. Ils forment ce que l’on peut appeler le groupe des officiers domestiques majeurs du Grand Maître. Ensemble, au sein d’une structure homogène et hiérarchisée, ils traitent la totalité des affaires du seigneur de Chantilly. Malgré des origines géographiques et sociales variées, ils sont soudés les uns aux autres par des liens tant familiaux, militaires que fonciers. Cependant, ce qui les rapproche le plus, ce sont les fonctions qu’ils exercent pour leur maître.

Recomposer le groupe

  • 1 Decrue F., op. cit., p. 171.
  • 2 Bedos Rezak B., op. cit., p. 80-84.

2Compter les membres d’un groupe informel relève de la gageure, d’autant plus que dans les biographies d’Anne de Montmorency, la question des serviteurs n’est jamais abordée sous cet angle. Francis Decrue reste imprécis1. Brigitte Bedos Rezak donne les patronymes des années 1540-1560, au temps du connétable2. Les lettres de la série « L », livrent les noms des très proches serviteurs du Grand Maître, un « noyau dur » restreint mais particulièrement actif et efficace.

Des origines sociales et géographiques variées

3Le groupe des officiers domestiques majeurs d’Anne de Montmorency à la fin des années 1520 est composé de Nicolas Berthereau, Claude de Durant, seigneur de La Mairie, Christophe de Garges, Jean de Garges, Pierre de Garges, Jean Grolier, Richard Le Rouillé, abbé d’Hérivaux, Sébastien Le Rouillé, seigneur de Genetoy, René Le Rouillé, Mathieu de Longuejoue, seigneur d’Iverny, Christophe de Lubiano, seigneur de Saint-Illiers, Charles de Magny, Yvon Pierres, dit Courson, seigneur de Bellefontaine.

  • 3 Mention de cette double lecture dans XIII-216, Grolier à Berthereau, de Paris le 15 mars 1530 et X (...)
  • 4 « Familles Du Verdier et Berthereau, tableaux généalogiques », document manuscrit de 1735, p. 5.
  • 5 On peut parler de lignage puisque son frère était écuyer et que lui-même accède à la noblesse en d (...)
  • 6 « Familles Du Verdier… », p. 5.
  • 7 BnF, Dossiers Bleus 446-11957.

4Même si le nombre de lettres laissées par Nicolas Berthereau est très faible, son rôle de secrétaire fait de lui le point nodal du groupe. Il ne faut pas perdre de vue qu’il reçoit plus de 250 lettres de la part des autres officiers et qu’il lit celles qu’ils adressent au Grand Maître3. Berthereau est issu d’une famille originaire du Berry et de l’Orléanais4. Il devient le chef de son lignage5 après le décès de son frère aîné Pierre, survenu en 1529. Le 30 janvier 1531, il épouse Marie de Saint-Mesmin6, fille d’Aignan de Saint-Mesmin, écuyer, seigneur du Breuil, du Mesnil et de La Claye, ancien conseiller du duc d’Orléans (Louis XII) et lieutenant général du duché7. C’est un juriste qui a participé à la première réformation de la coutume d’Orléans en 1509. L’un des frères de Marie est François de Saint-Mesmin, prévôt d’Orléans, puis conseiller du roi en son Grand Conseil.

  • 8 BnF, Dossiers Bleus 305-7710, fo 2. Carrés d’Hozier 283, fo 218-221. Cabinet d’Hozier 155-4009, fo(...)

5Les frères Christophe, Jean et Pierre de Garges descendent d’une vieille famille de noblesse d’épée dont les possessions sont localisées depuis la fin du XIVe siècle aux confins de l’Île-de-France et de la Picardie. Leur grand-père, Raoul de Garges, avait été, sous le règne de Charles VI, gouverneur de Creil, qu’il avait défendu contre les Anglais8.

  • 9 BnF, Dossiers Bleus 585-15366, fo 3-7.
  • 10 Gallia Christiana, t. VIII, col. 826-827. Richard est le 22e abbé. La Gallia (et les Dossiers Bleu (...)

6Richard Le Rouillé et ses neveux Sébastien et René sont les représentants d’une famille du nord de l’Île-de-France entrée au XVe siècle dans les offices de judicature9. De 1506 à 1530, Richard occupe le bénéfice d’Hérivaux, abbaye royale située dans le diocèse de Senlis10. Le frère de Richard, Denis, seigneur de Genetoy, est conseiller au Châtelet de Paris. Il a deux fils. Sébastien est aussi conseiller au Châtelet. À la mort de son père, en 1524, il devient seigneur de Genetoy. René est archidiacre à Blois. En 1530, il reçoit l’abbaye d’Hérivaux.

  • 11 Popoff M. (éd.), Prosopographie des gens du parlement de Paris, 1266-1753, Paris, 1996, p. 668-669
  • 12 Ordonnances des rois de France, règne de François Ier, Paris, 1936, t. V, années 1527-1529, ord. n(...)
  • 13 M. d’Iverny au Grand Maître : XI-53, de Turin, le 6 octobre 1529 ; V-273, de « Vauguière », le 12 (...)
  • 14 M. d’Iverny au Grand Maître : X-124, de Paris, le 21 janvier 1530 et XII-18, de Paris, le 31 janvi (...)
  • 15 Popoff M., op. cit., p. 668-669.

7Mathieu de Longuejoue, chevalier, seigneur d’Iverny, devient avocat au Parlement de Paris le 6 avril 149911. Il est nommé conseiller au Châtelet le 27 avril 1502, puis conseiller au Parlement le 29 décembre 1515, à la place de Jean Le Cocq. Le 26 février 1523, il est reçu maître des requêtes à la place d’Antoine Le Viste. Entre 1525 et 1530, il accomplit diverses missions pour le roi. En 1528, il fait partie de la commission nommée par le souverain pour instruire et juger en dernier ressort les responsables de malversations financières12. En 1529, il accompagne l’amiral d’Annebault envoyé en ambassade auprès de Charles Quint13. En 1530, le roi le nomme membre de la commission chargée d’évaluer les compensations à donner aux seigneurs français ayant perdu leurs possessions flamandes conformément aux clauses du traité de Cambrai14, puis, il part pour l’Espagne afin de participer à la délivrance des fils du roi15.

  • 16 AN, Trésor des Chartes, JJ 243, no 210, fo 50, repris dans le CAF, t. VI-18985. Les lettres de nat (...)
  • 17 Passage confirmé par une phrase de la lettre XII-239 adressée à Berthereau, de Marseille, le 10 no (...)
  • 18 AM de Toulouse, Ms 153, p. 275. Lettres patentes données à Saint-Germain, le 9 février. Mention da (...)
  • 19 AD B-du-R, série E 764, not. Jean Sicole, fo 246, acte du 15 juin 1528 ; judicature de Marseille 2 (...)
  • 20 BnF, Pièces Originales 1768-40899.
  • 21 Valbelle H. de, Histoire journalière (1498-1539), présentée par V.L. Bourilly, R. Duchene, L. Gail (...)
  • 22 CAF, t. VII-24647, repris par Picot E., art. cit., p. 19.

8Les archives, nationales et départementales, n’ont pas conservé beaucoup d’éléments concernant Christophe de Lubiano. Ses lettres de naturalité indiquent une origine ibérique16 et un passage au service des rois de France au tout début du XVIe siècle17. Un document daté du 9 février 152818, le présente investi de la mission de renforcer les équipages des galères envoyées en Sicile. Les archives départementales des Bouches-du-Rhône signalent à plusieurs reprises le rôle important qu’il joue à Marseille entre 1528 et 1541 : contrôle des prises de mer, protection des meurtriers d’Antoine de Glandevès, ou encore réception de deux galères pour défendre les côtes de Provence19. Le Cabinet des titres de la BnF n’a conservé qu’une pièce datée du 12 août 153720, où figurent son nom, sa qualité (seigneur de Saint-Illiers), sa fonction auprès d’Anne de Montmorency (maître d’hôtel) et la charge à lui confiée (l’entretien des galères du Grand Maître). Heureusement, le précieux témoignage que constitue l’Histoire journalière d’Honorat de Valbelle compense ce silence archivistique. Elle le mentionne à neuf reprises entre 1531 et 1539 sous la dénomination de « Monsieur le Maître21 ». Sa place dans la vie de la cité semble importante puisqu’il fait partie des dignitaires marseillais qui reçoivent un bijou du pape lors de la venue de celui-ci à Marseille en 1533. De plus, en 1537, il est l’un des parrains d’Henri de Tende, le fils du gouverneur. Christophe de Lubiano meurt au début de l’année 1541, léguant ses biens à son maître le connétable22.

  • 23 BnF, Cabinet d’Hozier 124-3240, fo 2-3.
  • 24 Précisions mentionnées dans le testament de M. de La Mairie, idem, fo 2.

9Pour Claude de Durant, chevalier, seigneur de La Mairie, les renseignements obtenus concernent surtout sa descendance23. Outre la seigneurie de La Mairie, il possède en 1530 (année de son décès) celles de Turi, de Filerval et de Duri, assises au bailliage de Senlis, et de La Boissière, située sur la paroisse de « Boures-sur-Oise » (probablement Boran) au diocèse de Senlis24.

  • 25 BnF, Dossiers Bleus 523-13690, fo 3 et Carrés d’Hozier 494, fo 172-173.
  • 26 Recueil historique des chevaliers de l’Ordre de Saint-Michel, Popoff M. (éd.), Paris, 2003, vol. 2 (...)

10Yvon Pierres est d’origine angevine25. Le parcours généalogique de son lignage est remarquable. Son grand-père, Pierre Pierres, est marchand et seigneur du Plessis-Baudoin. Son père, Charles Pierres, est écuyer et seigneur du Chesnay et de La Flèche. Yvon quant à lui réalise une opération doublement bénéfique. Sous François Ier, il épouse Françoise d’Auré, dame de Bellefontaine. Sous Charles IX, il obtiendra le collier de l’Ordre du roi26.

  • 27 Il mourra en 1556. Son curieux tombeau, œuvre de Pierre Bontemps, se trouve au Louvre. Il a été ré (...)
  • 28 Leroux de Lincy A., op. cit., Paris, 1866, chapitre premier.
  • 29 Charon-Parent A., « Les grandes collections du XVIe siècle », Histoire des bibliothèques française (...)
  • 30 Hamon P., op. cit., p. 15, 180, 300 ; et Messieurs des finances…, op. cit., p. 444, 452 et 459.

11Charles de Magny est issu d’un lignage de petite noblesse picarde27. Le plus célèbre membre du groupe est Jean Grolier. Son biographe, Leroux de Lincy, a retrouvé ses origines milanaises, puis l’installation de la famille à Lyon au XVe siècle28. Jean est surtout connu pour avoir été un bibliophile averti29, et l’un des trésoriers du règne de François Ier30.

12Ce tour d’horizon succinct met déjà deux éléments en valeur. D’un côté, il permet de se rendre compte de la diversité du groupe. À côté de régnicoles originaires de la vallée de la Loire ou du nord de l’Île-de-France, on trouve des étrangers naturalisés depuis plus ou moins longtemps. À côté des représentants de la noblesse d’épée, se rangent des individus issus du monde de la marchandise et passés par les études de droit dans l’espoir, réel et réalisé, de connaître une ascension sociale. Cependant, la moitié des membres du groupe est unie par des liens du sang. Christophe, Jean et Pierre de Garges sont frères. L’abbé d’Hérivaux a pour neveux Sébastien et René Le Rouillé. Cette cohésion est le signe manifeste qu’Anne de Montmorency entend s’appuyer sur des individus connus et sûrs pour l’épauler dans la difficile tâche de gérer ses affaires.

13Toutefois, il convient de rechercher d’autres critères qui, combinés entre eux, peuvent permettre de délimiter plus finement le groupe tel qu’il se présentait vraisemblablement à la fin des années 1520, afin de tenter de reconstituer sa structure, c’est-à-dire de faire apparaître les hiérarchies internes.

Six critères pour délimiter le groupe

14Le premier critère retenu est totalement subjectif et en partie aléatoire puisqu’il repose sur le nombre de lettres laissées dans la série « L ». Néanmoins, il s’agit du premier élément qui a permis d’isoler les membres du groupe de la masse des épistoliers. En effet, bien que ne représentant que 1,4 % des correspondants, ils totalisent près de 13 % des missives. Mais, plus que le nombre lui-même, c’est la répartition entre le Grand Maître et son secrétaire qui est intéressante et éclairante pour la reconstitution du groupe.

  • 31 Lettres n’étant adressées ni au Grand Maître, ni à Nicolas Berthereau.

Tableau 1 – Nombre de lettres des officiers domestiques majeurs.
Note 3131

15Les totaux répertoriés dans le tableau 1 montrent une inversion complète de la répartition globale des tomes de la série « L ». En effet, alors que globalement le Grand Maître reçoit 2/3 des lettres et son secrétaire le tiers restant, dans le cas des missives envoyées par les officiers domestiques majeurs, ce rapport bascule, avec 1/3 au premier et 2/3 au second. On peut préciser en remarquant qu’il existe des officiers qui semblent plutôt écrire au Grand Maître, tels l’abbé d’Hérivaux et Mathieu de Longuejoue, d’autres qui répartissent leurs lettres entre Anne de Montmorency et son secrétaire, tels Pierre de Garges et Claude de Durant et enfin ceux qui sont plutôt en rapport avec Nicolas Berthereau, tels Yvon Pierres et Sébastien Le Rouillé. En outre, il semble exister un clivage interne entre ceux qui rédigent plus de trente lettres et ceux qui en ont laissées moins de vingt.

  • 32 L’ambassadeur Morelet a laissé 87 lettres, M. de La Pommeraie 72, M. de Boisrigaud 64 et Geoffroy (...)

16Cependant, ce seul critère ne saurait suffire. La série « L » compte d’autres correspondants au nombre de lettres élevé32. Pourtant, il est impossible de les ranger aux côtés des officiers domestiques majeurs du Grand Maître car ils ne remplissent pas les autres conditions nécessaires pour faire partie du groupe, à commencer par les offices occupés auprès des Montmorency et des charges relevant de l’armée.

  • 33 Après 1538, il deviendra le bailli général du connétable.
  • 34 Bedos Rezak B., op. cit, p. 36.
  • 35 Il tient cet office entre 1529 et 1552, année de son décès. Moreau-Nelaton E., op. cit., p. 316, e (...)
  • 36 ACC, série BA, reg. 2 BA 31 : comptes… rendus par Pierre de Garges pour l’année 1532.
  • 37 Bedos Rezak B., op. cit., p. 36.
  • 38 Charton-Le Clech A., Chancellerie et culture au XVIe siècle. Les notaires et secrétaires du roi de (...)
  • 39 Dans sa biographie, A. Leroux de Lincy présente en annexe V (p. 357 et suiv.) 14 lettres de Grolie (...)
  • 40 Citée par Bedos Rezak B., op. cit., p. 283-284.
  • 41 Grolier au Grand Maître : V-97, VI-43 et IX-259.

17Au sens strict du terme, neuf membres du groupe occupent un office domestique. Nicolas Berthereau est le secrétaire du Grand Maître33. Il possède un droit de regard sur toute l’administration des affaires touchant les Montmorency. Pierre de Garges est le capitaine du château de Chantilly. Il remplit également la charge de clerc des fiefs. À ce titre, il est chargé d’établir et de tenir à jour la liste de tous les vassaux rendant foi et hommage à son maître34. Son frère Christophe est le capitaine du château de Fère-en-Tardenois35. Son autre frère, Jean, est le receveur de la baronnie de Damville située en Normandie36. Sébastien Le Rouillé accède à l’office de bailli de Montmorency en 1533. C’est lui qui préside le tribunal seigneurial qui se réunit chaque semaine37. Vient ensuite la cohorte des maîtres d’hôtel. Christophe de Lubiano, Claude de Durant et Charles de Magny sont les maîtres d’hôtel du Grand Maître. Pour sa part, Yvon Pierres est celui de la Grande Maîtresse. Enfin, même s’il ne détient pas d’office à proprement parler, Jean Grolier est très lié à la vie des seigneuries montmorencéennes. En effet, quand il s’agit de faire rénover la vieille demeure cantillienne, c’est à lui que fait appel le Grand Maître en qualité de conseiller artistique38. Ses lettres sont remplies d’avis et de jugements sur la manière de mener les travaux d’embellissement de la résidence39. On peut même dire qu’il est consulté avant chaque exécution des maîtres d’œuvre, ainsi que l’indique un passage de l’une de ses missives : « Monseigneur, vous m’écrivez aussi, que vous en voulez deux dessous [des croisées] et trois dessus, qui reviendrait très mal à l’œil… et faut… qu’il y en ait ou deux ou trois partout40. » Son conseil est aussi requis sur les thèmes des tapisseries qui doivent orner la demeure transformée41.

  • 42 Sur le paiement des compagnies, Grolier au Grand Maître : III-262, VI-14 et 50, VII-68, VIII-158, (...)
  • 43 BnF, Clair. 250, fo 1077 : Montres des compagnies pour les années 1527-1529. On peut remarquer que (...)
  • 44 BnF, Clair. 250 : montres des compagnies pour les années 1527-1529, fo 1075 (montre de la compagni (...)

18Par ailleurs, Jean Grolier appartient au corps des financiers. Il est chargé de payer les compagnies d’ordonnances. Dans ses lettres42, il cite 18 compagnies dont celle du Grand Maître. Or les rôles de montres de celle-ci nous apprennent que parmi la centaine d’hommes d’armes qu’elle comprend, figurent les noms de Claude de Durant, Christophe de Lubiano, Yvon Pierres et Jean de Garges43. En outre Christophe de Garges sert dans celle de M. de La Rochepot44, le frère du Grand Maître.

19Il est remarquable de constater qu’entre 1526 et 1529, soit au moment des grandes expéditions de M. de Lautrec puis de M. de Saint-Pol en Italie, les compagnies des frères Montmorency n’ont pas été engagées sur les différents théâtres d’opération. Ceci a permis aux hommes d’armes de percevoir leur solde (sans être présents physiquement sur les lieux des montres) tout en travaillant pour le compte du Grand Maître en leur qualité d’officiers domestiques.

20L’ossature guerrière du groupe est donc clairement établie. Ces hommes se connaissent, ont combattu ensemble sous les ordres des Montmorency qui ont éprouvé leur bravoure et leur fidélité. Mais ils sont aussi capables de se muer en administrateurs et en serviteurs civils en temps de paix. Ce double attachement au Grand Maître est relayé par trois derniers critères qu’il est possible de regrouper sous la dénomination de critères de proximité, à savoir l’antériorité, les alliances et les liens féodo-vassaliques. Les trois peuvent se combiner.

  • 45 ACC, série B (Chantilly), Reg. 2 B 131.
  • 46 ACC, série B (Chantilly), carton 115.
  • 47 Idem.
  • 48 Ibid., série BB (Ecouen), Reg. 2 BB 7. Guillaume est qualifié d’écuyer.

21L’ancienneté des relations remonte fréquemment à la génération précédente. Si l’on prend Mathieu de Longuejoue, il rend foi et hommage à Anne de Montmorency pour les fiefs du Plessis-Pomponne, de La Baste et d’Iverny45, ainsi que pour le fief du Plessis-au-Bois46. Or pour cette dernière terre, Jean de Longuejoue, avocat au Châtelet de Paris et père de Mathieu, rendait foi et hommage à Jean de Montmorency dès 145147. De même, en 1460, on trouve un « Pierre Le Roullyé, escuier et maistre d’hostel dudit seigneur de Montmorency » (Guillaume) qui assiste à la reddition de comptes du receveur d’Ecouen, Collet Le Portier48.

  • 49 Gallia…, t. VIII, col. 826-827.
  • 50 Ibid. La notice précise : « Johannis superioris nepos ex sorore. »

22Le cas de la famille Le Rouillé est intéressant en ce sens qu’elle est liée à celle des Montmorency. Le grand-père du Grand Maître, Jean de Montmorency, a eu un fils bâtard prénommé Jean. Celui-ci, prothonotaire apostolique, devient le 21e abbé d’Hérivaux, bénéfice qu’il reçoit en commande en 1490 et qu’il tient jusqu’à sa mort en 150649. Son successeur est Richard Le Rouillé, le fils de la sœur utérine de Jean de Montmorency50.

  • 51 BnF, Cabinet d’Hozier 124-3240, fo 3.
  • 52 Crété L., Coligny, Paris, 1985, p. 32. Voir aussi sa notice dans Valynseele J. et alii, Dictionnair (...)
  • 53 Du Chesne A., op. cit., p. 377.
  • 54 BnF, Clair. 244, Montres pour les années 1517-1519, fo 793, montre de la compagnie de Gaspard de C (...)
  • 55 BnF, Cabinet d’Hozier 124-3240, fo 3.
  • 56 ACC, série BA, Reg. 2 BA 8, fo 61.
  • 57 Idem, série BA, carton 38.

23Lorsque le critère d’antériorité ne peut pas être évoqué, il existe toujours un lien qui unit le Grand Maître à ses serviteurs. Pour Claude de Durant, son contrat de mariage, daté du 14 février 1522, révèle qu’à cette date, il occupe la fonction de maître d’hôtel de Gaspard de Coligny, seigneur de Châtillon et maréchal de France51. Gaspard est le mari de Louise de Montmorency, la sœur du Grand Maître. Bien plus, lorsque Coligny meurt à Dax le 4 août 152252, Anne de Montmorency hérite de son office de maréchal de France et d’une partie de sa compagnie53. Parmi les transfuges figure Claude de Durant54. Cependant, même intégré à l’équipe du Grand Maître, M. de La Mairie conserve des liens avec les Châtillon puisque dans son testament rédigé le 30 août 1530, il ordonne que la garde noble de son fils soit transférée à Louise de Châtillon et à Madeleine de Mailly (fille de Louise et de son premier mari Ferry de Mailly) au cas où sa veuve viendrait à mourir ou à se remarier avant la majorité de son fils55. Pour Pierre de Garges, c’est en qualité de vassal d’Anne de Montmorency qu’il prête foi et hommage à celui-ci le 6 août 1520 pour le fief de Maillet assis à Taverny56. De même, le 15 juillet 1546, Nicolas Berthereau avoue tenir d’Anne de Montmorency le fief de Mauregard assis à Belloy-en-France, mouvant de sa baronnie et château de Montmorency57.

  • 58 II-297 : Richard Le Rouillé à Pierre de Garges, de Fère, le 3 septembre 1530.

24Enfin, si la tendance d’Anne de Montmorency consistant à faire confiance à des dynasties de serviteurs est patente avec la présence du clan Le Rouillé et le trinôme fraternel des de Garges, il faut ajouter que ces deux familles sont alliées, comme l’indique le début d’une lettre de Sébastien Le Rouillé à « M. mon cousin » Pierre de Garges58.

25Jusqu’à présent, les critères envisagés pour parvenir à cerner le groupe sont fondés sur les liens qui unissent les officiers domestiques majeurs au Grand Maître. Mais la cohésion de celui-ci est renforcée par le fait que dans leurs lettres, les hommes du groupe font référence aux autres officiers majeurs. À partir de leurs indications, il est possible d’élaborer une représentation systémique du groupe reposant sur le nombre de mentions repérées.

Présentation d’une hiérarchie modélisée du groupe

26Le nombre de lettres a permis de recomposer le groupe, mais il n’a pas permis d’essayer de s’immiscer à l’intérieur de celui-ci en vue d’en connaître la hiérarchie. Car identifier un groupe ne peut pas constituer une fin en soi. Il convient de proposer une représentation de son mode de fonctionnement. Deux éléments peuvent permettre de parvenir à des résultats qui, s’ils ne sont pas parfaits, doivent se rapprocher sensiblement de la réalité. Il s’agit d’une part du nombre de fois que chaque membre du groupe est cité par les autres et qu’il évoque les autres ; d’autre part, il est possible de dégager les thèmes abordés dans les missives et impliquant les autres membres du groupe. Le tableau 2 rassemble toutes les mentions des officiers domestiques majeurs repérées dans leurs missives. Sous chaque membre du groupe figurent le nombre de lettres écrites au Grand Maître et à son secrétaire, puis le nombre de fois que son nom est évoqué dans les lettres des autres membres, puis un premier ratio qui résulte du produit du nombre d’évocation par le nombre de lettres, puis le nombre de fois que le personnage cite les autres membres du groupe, et enfin un second ratio, produit du nombre d’évocation par le nombre de lettres.

27Le tableau met en évidence trois sous-groupes. Le premier est composé de Grolier et de Lubiano qui écrivent respectivement 87 et 79 lettres. Dans le second, on trouve Pierre de Garges (53 lettres), Yvon Pierres (51), l’abbé d’Hérivaux (40), M. de La Mairie (38) et M. d’Iverny (34). Dans le dernier, sont inclus Sébastien Le Rouillé (15 lettres), Charles de Magny et Jean de Garges (13 chacun), Christophe de Garges (7 lettres) et René Le Rouillé (4 lettres). Les trois sous-groupes ont été définis de manière purement numérique et ne servent qu’à faire surgir les différences à l’intérieur de chacun d’eux lorsque l’on s’attache à comparer les citations et les évocations. Avec la paire Grolier-Lubiano, les chiffres des citations (33 pour Grolier et 22 pour Lubiano), montrent que Grolier est en contact avec plus de personnages que Lubiano, ce que confirme le ratio 1 qui donne un coefficient de 0,36 pour Grolier et de 0,28 pour Lubiano. Pour les évocations, Grolier est évoqué 13 fois tandis que Lubiano ne l’est que 11 fois. Le tableau permet de se rendre compte que deux membres du groupe aux correspondances volumineuses rayonnent différemment. Malgré son état de maître d’hôtel, Lubiano semble confiné géographiquement et fonctionnellement à donner des informations sur la Provence, alors que Grolier multiplie ses activités et donc ses contacts.

Tableau 2 – Évocations et citations dans les lettres des officiers domestiques majeurs.

28Le deuxième sous-groupe comprend cinq personnages, trois hommes d’armes (Pierres de Garges, Yvon Pierres et M. de La Mairie) et deux robins (l’abbé d’Hérivaux et M. d’Iverny). C’est le groupe le plus intéressant, d’une part parce qu’il est le plus diversifié quant aux résultats qu’il affiche ; d’autre part parce qu’il recèle l’abbé d’Hérivaux, Pierre de Garges et M. d’Iverny, trois hommes qui, avec Nicolas Berthereau et Jean Grolier, constituent les pivots du groupe des officiers domestiques majeurs. Non pas tant à cause du nombre de lettres qu’ils envoient (respectivement 40, 53 et 34), mais par le nombre de personnes qu’ils citent (40, 33 et 32), et surtout grâce aux coefficients très forts et très proches de leurs ratios des citations : 0,82, 0,75 et 0,94. Cependant, leurs ratios d’évocation placent M. d’Hérivaux (1,05) largement en tête devant Pierre de Garges (0,54) et M. d’Iverny (0,43). L’explication réside probablement à la fois dans un effet « famille » (les frères de Garges sont en relation les uns avec les autres et M. d’Hérivaux est évoqué par ses neveux) doublé d’une position privilégiée de M. d’Iverny au sein du groupe puisqu’il n’est évoqué que par les Le Rouillé et Grolier avec lequel il partage la tâche de planifier et de gérer l’expansion foncière du Grand Maître. Là encore, les nuances de positionnement sont considérables. Pierre de Garges et Hérivaux sont au centre de relations étoffées (9 personnages évoqués et 7 cités pour Pierre de Garges, 8 membres évoqués pour M. d’Hérivaux et autant de citations). M. d’Iverny, quant à lui, paraît au courant de nombreuses affaires (7 officiers évoqués) mais n’est accessible directement qu’à un nombre restreint de protagonistes (4 citations) à cause de la spécificité juridico-foncière des actions qu’il mène pour Anne de Montmorency.

  • 59 Christophe de Lubiano signale à plusieurs reprises la venue de celui qu’il appelle son « compère » (...)

29Pour les deux autres membres du sous-groupe (Yvon Pierres et M. de La Mairie), les chiffres élevés de leurs lettres (51 et 38) dissimulent en fait de très faibles relations avec les autres officiers. Yvon Pierres ne cite que deux personnes : Pierre de Garges (une fois) et M. de La Mairie (15 fois, il est vrai, mais il n’adresse son courrier qu’à Berthereau), pour un ratio de citation de 0,27 et il n’est évoqué que par deux personnages (Lubiano et Pierres de Garges), ce qui rend son ratio d’évocation quasi inexistant (0,06). M. de La Mairie ne cite qu’un personnage (Lubiano) et a un ratio de 0,1. Cependant, l’anomalie vient du nombre élevé de sept personnes qui cite M. de La Mairie dans ses lettres, faisant grimper son ratio de citation à 1,44. Il convient peut-être de mettre en avant deux explications pour comprendre ce phénomène. À cause de sa fonction d’inspecteur des domaines provinciaux, M. de La Mairie est amené à rentrer en contact avec d’autres membres du groupe à titre amical59. Surtout, sur les 58 citations, les trois quarts demandent des nouvelles de sa santé pendant le printemps et l’été 1530. M. de La Mairie n’est certainement pas un isolé, mais il apparaît plus comme un exécutant qui rend compte que comme un « décideur » qui possède une bonne marge d’autonomie à la manière de Christophe de Lubiano à Marseille par exemple.

30Le dernier sous-groupe rassemble ceux que l’on peut qualifier de « seconds couteaux », à savoir Sébastien et René Le Rouillé, Charles de Magny, Jean et Christophe de Garges. Le nombre de lettres baisse considérablement (pour ne pas dire qu’il est insignifiant pour René Le Rouillé) et les ratios spectaculaires (1,07 pour Sébastien, 0,69 pour Jean et 0,57 pour Christophe) voire aberrants (2,75 pour René) n’ont pas de grande signification. L’intérêt des lettres de ces cinq hommes réside dans la mise en lumière de liens essentiellement familiaux pour les Le Rouillé et les de Garges. Il faut peut-être noter la situation nouvelle de Sébastien et de René Le Rouillé qui, du fait du décès de leur oncle, prennent du galon (Sébastien cite 4 fois M. d’Iverny dans des lettres qui datent de 1530), mais la perte des correspondances de la décennie suivante anéantit toute tentative pour suivre ces ascensions de manière cohérente.

31Il est possible de compléter cette première approche du groupe en la recoupant avec celle des grands thèmes communs aux missives des officiers domestiques majeurs. Les tableaux 3 et 4 présentent le nombre de citations et d’évocations (colonnes 1, 2, 4, 6, 8, 10 et 12) pour chacun des membres du groupe à partir de six grands thèmes issus de l’analyse des missives (Affaires des Montmorency, Argent, Contact, Affaires personnelles, Recommandation et Marchandises), ainsi que des ratios (colonnes 3, 5, 7, 9, 11 et 13) établis en divisant chaque chiffre par le total des chiffres du thème. On remarque deux catégories de thèmes. D’une part, les quatre thèmes prépondérants des affaires des Montmorency, de l’argent, du contact et des affaires personnelles ; d’autre part les thèmes en retrait de la recommandation et des marchandises. Dernière remarque, les lettres envoyées à Berthereau et celles adressées au Grand Maître sont confondues afin d’obtenir des quantités exploitables.

Tableau 3 – Nombre de citations et ratios par thème.

32Le thème des marchandises est le thème le moins représenté à la fois en citations et en évocations. Le pluriel indique un regroupement incluant les marchandises au sens strict (jarres d’huile, fruits, tissus…), les cadeaux (animaux exotiques) et les oiseaux (tiercelets et sacres). L’homme le plus concerné est Christophe de Lubiano qui apparaît sur les deux tableaux. Expédié dans la cité phocéenne, il pourvoit le Nord en produits provençaux et méditerranéens. Le groupe n’a pas pour fonction principale d’offrir des cadeaux au Grand Maître. Déjà installés dans l’entourage d’Anne de Montmorency, ses membres ne connaissent pas la nécessité lorsqu’une affaire réclame une éventuelle intervention du maître de lui adresser des offrandes pour attirer son attention. La simple recommandation peut suffire.

  • 60 XIV-152 : Hérivaux à Berthereau, de Bordeaux, le 29 mai 1530.

33Jean Grolier se recommande cinq fois à d’autres officiers, mais dans aucune des 220 lettres, personne ne se recommande à lui. Pour ce thème, c’est Yvon Pierres qui se recommande le plus, suivi par Pierre de Garges. On peut avancer comme explication que les deux hommes sont restés à Chantilly de l’automne 1529 à l’été 1530. Pour eux, terminer certaines de leurs lettres par une formule de recommandation leur permet, par l’intermédiaire de Nicolas Berthereau à qui ils expédient leurs courriers, de rester en contact avec d’autres membres du groupe. M. d’Hérivaux se recommande une fois à Charles de Magny afin que celui-ci « saulve [son] logis » dans lequel l’abbé a laissé ses affaires60. Si l’on regarde du côté des évocations, le seul personnage à se détacher du lot est M. de La Mairie qui en totalise 26 sur les 31 recensées. Cela est dû en grande partie à son état de santé qui se détériore, un peu aussi parce qu’il sert de contact dans certaines tractations.

34Le thème du contact met en présence trois acteurs. L’émetteur, qui initie le contact ; le relais, qui le transmet et le récepteur, auquel le message est destiné et qui peut être pris dans le groupe ou en dehors. Dans le premier cas de figure, on retrouve Pierre de Garges, M. d’Hérivaux, Jean Grolier ou Christophe de Lubiano. Les quatre hommes ont recours à ce procédé lorsqu’ils sont éloignés du récepteur. Il devient donc nécessaire d’utiliser un relais pour faire parvenir l’information à son destinataire. Lubiano est isolé à Marseille ; Grolier et Pierre de Garges sont en Île-de-France quand le Grand Maître est à Bayonne accompagné de quelques membres du groupe ; M. d’Hérivaux est plongé dans une affaire périgourdine dont il ne ressortira pas. Les relais sont plus nombreux puisque neuf membres du groupe sont évoqués en tant que contacts, ce qui situe le thème en deuxième position des évocations juste derrière celui des affaires du Grand Maître. On peut dire qu’à défaut de correspondances conservées entre les membres du groupe, c’est un bon indice du degré de complicité qui règne entre les officiers domestiques d’Anne de Montmorency, notamment lorsqu’ils ont à régler des affaires personnelles.

Tableau 4 – Nombre d’évocation et ratios par thème.

  • 61 V-231 : Hérivaux au Grand Maître, de Paris, le 12 juillet 1529.
  • 62 IV-309 : M. de La Mairie à Berthereau, de Montpellier, le 19 octobre 1526.

35Ce thème est intéressant puisqu’il permet aux membres du groupe d’utiliser le réseau auxquels ils appartiennent pour résoudre des problèmes qui les touchent en propre. Le cas le plus flagrant est celui de l’abbé d’Hérivaux qui sollicite Berthereau, M. d’Iverny et M. de La Mairie afin que ceux-ci pressent le Grand Maître de faire remonter une affaire de bénéfice ecclésiastique devant le Grand Conseil61, ou écrivent à un cousin, président du parlement de Bordeaux62. Il convient également d’associer aux déboires de l’abbé son neveu René qui l’accompagne en Aquitaine et qui tient informé le Grand Maître et son secrétaire de l’état de santé de son oncle. Pour les frères de Garges, leur citation et leur évocation se rattachent au versement retardé de leur pension.

  • 63 Bedos-Rezak B., op. cit., p. 29. Affaire évoquée dans une lettre de Sébastien à Berthereau : VIII- (...)

36Le thème de l’argent recouvre toutes les transactions financières opérées par les hommes du groupe, à savoir achats de terres pour le Grand Maître, envois d’argent pour payer des ouvriers, expédition de pensions… Onze officiers sur douze traitent des affaires d’argent, soit pour en acheminer (Grolier), soit pour en quémander (Christophe de Garges). L’absence de Sébastien Le Rouillé ne signifie absolument pas qu’il ne connaît pas des affaires monétaires, mais simplement qu’il ne cite pas un autre officier relativement à ce thème. En effet, lorsqu’on regarde le nombre d’officiers évoqués, Sébastien se place juste derrière Grolier. Il faut dire que la période 1529-1530 est marquée par l’achat tumultueux de la terre de Nesles située près de Fère63. Car pour le groupe, le thème de l’argent est très souvent associé à celui des affaires du Grand Maître.

  • 64 Solnon J.-F., op. cit., p. 18.
  • 65 C’est du moins ainsi que l’on peut interpréter certaines allusions de Pierre de Garges dans ses le (...)

37Il s’agit du thème principal, tant pour les citations (onze officiers concernés) que pour les évocations (dix individus). Le seul qui en semble exclu totalement est Charles de Magny. En réalité, lui aussi s’occupe des affaires d’Anne de Montmorency grâce à son rôle d’informateur curial. L’essentiel est de retenir la prédominance d’un quarteron composé de Jean Grolier, Pierre de Garges, l’abbé d’Hérivaux et M. d’Iverny, ce qui corrobore les graphes sur les mentions, tout en précisant les activités primordiales du quatuor. L’association de l’argentier (Grolier), des techniciens (M. d’Iverny et M. d’Hérivaux) et du contrôleur (Pierre de Garges) prouve l’extraordinaire faculté d’Anne de Montmorency à choisir des hommes sûrs travaillant pour lui. Car malgré les éloignements successifs (mission en Angleterre fin 1527, négociations de Cambrai en 1529, long séjour à Bayonne en 1530), le Grand Maître réussit toujours à être informé de l’évolution de ses affaires grâce au cercle de ses officiers domestiques majeurs, nonobstant la dispersion spatiale du groupe. En fait, même si le système de la cour où les officiers royaux servent par trimestre64, n’existe pas sous une forme institutionnalisée pour les officiers d’Anne de Montmorency, l’impression qui se dégage du groupe est qu’il fonctionne sur le modèle curial de mobilité rotative avec de véritables tours de permanence. Quand Berthereau n’est pas à la cour, Charles de Magny supplée à son absence. Quand le Grand Maître s’installe à Bayonne (à l’origine pour quelques semaines) il emmène avec lui Berthereau et Jean de Garges, et M. de La Mairie passe afin de rendre compte de sa tournée bourguignonne et languedocienne. Pierre de Garges se déplace jusqu’à Paris pour converser avec Jean Grolier65 à propos de la construction de Chantilly. On comprend mieux les lamentations d’un Christophe de Lubiano qui implore à plusieurs reprises Anne de Montmorency et Nicolas Berthereau afin d’obtenir son « congé » pour venir jusqu’à la cour ou jusqu’à Chantilly pour parler avec les deux hommes. Lorsqu’on traite des affaires du Grand Maître de France, infimes (l’expédition de singes venus d’Afrique) ou importantes (l’achat de terres), lorsqu’on a une affaire personnelle à résoudre que ni le contact ni la recommandation ne peuvent arranger, il faut voir le maître pour parler avec lui. Cependant, même si la présence physique est irremplaçable, la proximité peut s’exprimer aussi à travers une représentation graphique qui, bien que donnant une image figée de relations qui par essence bougent et évoluent sans cesse, offre l’avantage de positionner chaque membre les uns par rapport aux autres et permet d’entrevoir les compétences respectives de tous.

  • 66 Mattéoni O., op. cit., partie III, chap. VII. Pour l’auteur, l’expression « officiers centraux » d (...)
  • 67 Béguin K., op. cit., deuxième partie : « Un monde presque clos », p. 147 à 262.

38Les graphes 1 et 2 tentent de présenter une approche visuelle des positions occupées par les douze hommes (treize avec Berthereau placé arbitrairement en position d’intermédiaire). Les graphes sont bâtis sur le même modèle. À partir d’un titre relatif soit aux citations (graphe 1), soit aux évocations (graphe 2), chaque graphe est divisé en huit segments qui se rejoignent au centre occupé par Anne de Montmorency. Plus un personnage se situe vers le centre, plus il est proche du Grand Maître. Les six thèmes des tableaux 3 et 4 sont repris, auxquels ont été ajoutés les ratios correspondants et le nombre de lettres (seule notion exprimée en chiffres bruts). Globalement, les deux graphes présentent des caractères communs avec des personnages centraux et d’autres rejetés en périphérie. On voit nettement la concentration des principaux membres du groupe à l’intérieur ou à proximité immédiate des cercles des moyennes, concentration plus grande pour les citations (23 réalisations sur 32 possibles) par rapport aux évocations (15 pour 32). Cela signifie donc bien qu’à l’exception du thème « marchandises », qui n’est par ailleurs pas très important numériquement avec seulement 9 citations-évocations relevées, Pierre de Garges (13 fois dans le cercle), l’abbé d’Hérivaux (12 fois), Jean Grolier (10 fois), et M. d’Iverny (4 fois, seulement) sont les personnages qui, avec Nicolas Berthereau, gèrent, soutiennent et coordonnent les affaires (au sens large) du Grand Maître. Par leurs qualifications, les critères concourant à leur sélection par le maître, les entraides qu’ils développent entre les membres d’une même famille, ils ressemblent à ceux qu’Olivier Mattéoni appelle les « officiers centraux des ducs de Bourbon66 ». Par leur organisation en un « réseau hiérarchisé et centralisé », leur « substrat social hétérogène », et leur « origine géographique diverse », ils préfigurent ceux qui appartiennent au « monde clos » de la maison domestique des princes de Condé étudiée par Katia Béguin67.

Graphe 1 – Positionnement théorique de chaque officier par rapport au Grand Maître en fonction des évocations. (N.B. : le cercle représente le cercle des moyennes.)

Graphe 2 – Positionnement théorique de chaque officier par rapport au Grand Maître en fonction des évocations. (N.B. : le cercle représente le cercle des moyennes.)

39À l’opposé, on trouve les serviteurs en marge, tels les frères Jean et Christophe de Garges, René Le Rouillé et Charles de Magny. Leur rôle entre 1527 et 1530 est plus restreint. Cela tient probablement à un moins grand rayonnement spatial. Jean de Garges appartient à l’équipe qui gère Damville en Normandie ; Christophe, en tant que capitaine de Fère-en-Tardenois, dirige cette seigneurie isolée de l’agrégat francilien ; René marche dans les pas de son oncle l’abbé d’Hérivaux ; Charles de Magny joue les « bouche-trous » à la cour lorsque Berthereau n’y est pas présent. Il en résulte une faiblesse importante quant aux citations et aux évocations dont ils font l’objet.

40La surprise vient de M. de La Mairie. À peu près absent du centre du graphique 1, il figure huit fois à l’intérieur du cercle des moyennes des évocations. Cette position privilégiée montre bien les liens très forts qui unissent tous les officiers les uns aux autres lorsqu’un péril menace l’un des leurs (ici la maladie), mais aussi dans tous les aspects de la vie quotidienne. C’est là que l’on touche l’une des limites inhérentes à toute correspondance, à savoir qu’il existe une part inconnue des rapports entre les officiers et leur maître (ou des officiers entre eux) qui relève du dialogue oral. Dans le meilleur des cas, ces discussions sont simplement mentionnées dans les lettres en des termes trop évasifs pour pouvoir en tirer une information concrète. Cependant, si on ne peut que supposer certaines choses, les graphes 1 et 2 agissent comme les révélateurs d’un instantané. Celui-ci peut être synthétisé par la présentation d’un graphe d’intensité des flux nominaux.

Le graphe d’intensité des flux nominaux

Graphe 3 – Mentions des membres du groupe dans les lettres adressées au Grand Maître et à son secrétaire.

  • 68 Voir par exemple Le Roy Ladurie E., Saint-Simon ou le système de la cour, Paris, 1997, p. 195.
  • 69 Le graphe 3 est réalisé avec le logiciel Ucinet. Borgatti S.P., M.G. Everett, and L.C. Freeman, 19 (...)

41Il est difficile de représenter graphiquement des systèmes complexes68 et de les rendre lisibles du premier coup d’œil. Le graphe 3 confirme cette règle69. Pourtant, son intérêt est grand car il permet de visualiser les hiérarchies contenues dans le groupe. Il reprend les chiffres des nominations et des évocations présentées dans les tableaux 3 et 4. Le seul apport concerne l’introduction du nom de Nicolas Berthereau, puisqu’à six reprises il est mentionné dans les lettres.

42Toutefois, il faut toujours garder à l’esprit qu’il ne s’agit que de mentions dans des lettres et en aucun cas de relations directes. Les mentions induisent des relations, mais elles ne sauraient remplacer les lettres et les échanges verbaux auxquels se livraient les membres du groupe entre eux et dont seules subsistent en partie les missives adressées à Nicolas Berthereau.

  • 70 En revanche, pour Berthereau, les rapports reposent également sur des sentiments plus affectifs. S (...)
  • 71 Sur la notion de relation symétrique, voir Lemieux V., Les réseaux d’acteurs sociaux, Paris, 1999, (...)

43La première impression est celle d’une sensation d’ordre transposant assez fidèlement les liens hiérarchiques unissant le seigneur de Chantilly à ses officiers domestiques majeurs70. Le graphe montre clairement l’existence d’un quatuor composé de Pierre de Garges, M. d’Hérivaux, Jean Grolier et M. d’Iverny. Entre ces quatre hommes, 11 des 12 relations symétriques possibles71 sont réalisées, avec une intensité relationnelle importante entre les trois pôles du trinôme Pierre de Garges-M. d’Hérivaux-M. d’Iverny. Entre Pierre de Garges, M. d’Hérivaux et Jean Grolier, les relations sont également parfaitement symétriques, même s’il faut relever que Grolier nomme plus qu’il n’est évoqué. Les autres relations s’organisent à partir de ce quatuor.

44Une relation symétrique de plus faible importance réunit Pierre de Garges, M. d’Hérivaux et Christophe de Garges. Viennent ensuite les liens fondés sur la parenté. On remarque les liens unissant Pierre à ses deux frères, Jean et Christophe. Cependant, ces derniers ne se citent pas dans leurs lettres. De même, les trois membres de la famille Le Rouillé fonctionnent en trinôme. Néanmoins, dans le cas des neveux Le Rouillé (Sébastien et René), leurs mentions ont pour objet principal la succession de leur oncle Hérivaux.

45Le schéma se caractérise aussi par une multiplication des relations symétriques entre deux individus. On constate ainsi l’existence des liens entre M. d’Iverny et les trois Le Rouillé, avec M. d’Iverny comme principal coordinateur, ainsi que des liens entre M. de La Mairie et Christophe de Lubiano (alors que M. de La Mairie est cité par sept correspondants différents), ou encore entre Yvon Pierres et Pierre de Garges. La question que l’on peut se poser est de savoir s’il s’agit du même type de relation. Enfin, ce qui est remarquable, c’est que René Le Rouillé mis à part, aucun des membres du groupe en relation avec les autres ne pratique d’exclusive, c’est-à-dire de relations strictement délimitées en fonction de l’appartenance au monde soit des robins, soit des gens de guerre, car le ciment du groupe est le service du maître.

46Autour du Grand Maître s’organise le groupe restreint de ses officiers domestiques majeurs. Nicolas Berthereau le secrétaire filtre une partie des affaires d’Anne de Montmorency. Mises à part les affaires d’État (cela concerne surtout les lettres de M. d’Iverny), il ne semble pas qu’il existe de critères sélectifs quant au choix des sujets traités dans les lettres qu’il reçoit, d’autant plus qu’il lit le courrier adressé à son maître. Sous Berthereau, se tiennent quatre hommes : Pierre de Garges, l’abbé d’Hérivaux, M. d’Iverny et Jean Grolier. Ce sont eux qui font remonter les informations vers Anne de Montmorency et vers le secrétaire. Vient ensuite un trio composé de M. de La Mairie, Christophe de Lubiano et Yvon Pierres. Tous les trois agissent comme des relais dans la diffusion d’informations d’autant plus précieuses qu’ils sont parfois éloignés pendant des mois (cas de Lubiano) du maître. Enfin, cinq autres hommes composent le noyau des serviteurs majeurs, mais leur position paraît moins assurée, en tout cas moins dominante que celle des autres. Charles de Magny, Jean et Christophe de Garges, frères du capitaine de Chantilly, Sébastien et René Le Rouillé, neveux de l’abbé d’Hérivaux, semblent tenir le rôle de supplétifs, en attendant peut-être de se hisser en tête du groupe à la faveur d’un remplacement. Reste à vérifier si ces constatations peuvent se révéler exactes. Pour cela, il faut reprendre les informations contenues dans les missives et retrouver les fonctions exercées par chaque officier.

Les fonctions des officiers domestiques majeurs

  • 72 Sondages réalisés à partir de Chantilly. Les archives. Le cabinet des titres, Paris, 1926-1929, 4  (...)

47Les sondages effectués dans la masse volumineuse des ACC72 débouchent sur le sentiment de se trouver en face d’une machine à engranger les revenus et à rassembler des terres par tous les moyens mis à sa disposition. Ceci suppose que chacun effectue des tâches bien précises. C’est ce qui apparaît dans les graphiques individualisés, lesquels synthétisent les grands thèmes présents dans les missives des membres du groupe. Ce système permet de connaître les domaines de compétence de chaque personnage.

Richard Le Rouillé et Mathieu de Longuejoue, les spécialistes

  • 73 Iverny, XI-164, Chantilly, le 27 septembre 1527 et XII-116, Paris, le 9 octobre 1528 ; Hérivaux, X (...)
  • 74 Iverny, VIII-159, de Paris, le 19 avril 1529 ; Hérivaux, XV-233, de Paris, le 1er septembre 1528.
  • 75 Iverny, VIII-238, Saint-Jean-d’Angély, le 15 août 1530 ; Hérivaux X-19, Sarlat, 31 juillet 1530.
  • 76 Iverny, XII-42, Paris, le 4 avril 1530 ; Hérivaux X-143, Paris, le 15 février 1529.
  • 77 Hérivaux, X-143.
  • 78 Iverny au Grand Maître, I-94. La lettre évoquée est I-87, M. d’Hérivaux au Grand Maître, de Paris, (...)

48Les deux hommes occupent deux places fondamentales dans le dispositif montmorencéen ainsi que le montrent les deux graphiques ci-dessous. Ils partagent la lourde tâche de veiller sur les affaires du Grand Maître, en particulier sur les procès en cours. Ils lui rendent directement compte, sans passer par Berthereau le plus souvent. En détaillant un peu plus, on s’aperçoit que ces deux clercs travaillent en binôme. Que ce soit sur le legs de M. de Limoges73, sur la récupération des parts de la seigneurie de Montmorency encore aux mains des Montmorency-Nivelle74, sur les problèmes suscités par l’achat de la terre de Nesles-en-Tardenois75, ou encore sur les démêlés avec le comte de Dammartin76, M. d’Hérivaux renvoie à M. d’Iverny : « Nous adviserons M. d’Iverny et moy à expédier ceste affayre au myeulx qui sera possible77 », lequel rebondit sur M. d’Hérivaux : « Les affaires de monseigneur de Montmorency vostre père et les vostres se portent très bien. Je croy que M. de Hérivaulx vous en escript78. »

Légende. I : Affaires des Montmorency ; II : Famille Montmorency ; III : Travaux à Chantilly ; IV : Affaires du roi ; V : Famille Le Rouillé ; VI : Carrière de M. d’Hérivaux.
Graphique 1 – Répartition thématique et quantitative des lettres de M. d’Herivaux.

  • 79 La lettre XIII-114 évoque le mariage du fils de feu Robertet d’Alluye.

Légende. I : Affaires des Montmorency ; II : Famille Montmorency ; III : Travaux à Chantilly ; IV : Affaires du roi ; V : Famille de M. d’Iverny ; VI : Carrière de M. d’Iverny ; VII : Demande ; VIII : Recommandation ; IX : Divers79
Graphique 2 – Répartition thématique et quantitative des lettres de M. d’Iverny.

  • 80 Bedos Rezak B., op. cit., p. 282-284.

49Les deux hommes sont des juristes, des techniciens du droit qui trouvent des solutions aux imbroglios juridiques engendrés par le droit féodal. Ils forment le duo responsable du contentieux et font bénéficier leur maître non seulement de leurs compétences, mais aussi de leurs appuis et connaissances au Parlement pour que les arrêts des juges lui soient favorables. À côté de cette activité principale, et toujours pour le service du Grand Maître, M. d’Iverny et M. d’Hérivaux donnent à l’occasion des nouvelles des membres de la famille de celui-ci et participent au comité de surveillance chapeautant les travaux de Chantilly et de Fère. Dans ce dernier domaine, ils se contentent de rendre compte de l’avancée des deux constructions, laissant les discussions d’ordre esthétique et financier à Jean Grolier80. En contrepartie, ils savent qu’ils peuvent compter sur la protection qu’Anne de Montmorency leur offre pour avancer leur carrière. Iverny n’hésite pas à solliciter le Grand Maître comme dans sa lettre du 6 janvier 1523 :

  • 81 I-94.

« Je me doubte qu’il me fauldra estre homme de court et prandre l’office de mestre des requestes que tenoit M. de Fresnes mon cousin… j’eust bon besoing de vostre présence car pour avoit ledit office, me convient subvenir aux affaires du roy, ce que je foiz volontiers… et que seray plus près de vous pour vous faire service81. »

  • 82 XIII-88.
  • 83 VI-8, Paris, le 4 septembre 1527.
  • 84 XV-226, Paris, 22 mai 1529.
  • 85 Idem.

50Cependant, la comparaison entre les deux graphiques laisse transparaître une inégalité sociale voilée mais réelle. M. d’Iverny est plus impliqué dans les affaires du royaume que l’abbé d’Hérivaux, sa carrière est déjà bien remplie, grâce en partie à l’appui de son protecteur. Dans le cas de l’abbé, on constate l’importance du thème de l’évocation de sa carrière, aussi bien avec le Grand Maître qu’avec Berthereau. À y regarder de plus près, on est frappé par l’acharnement quasi pathologique que Richard Le Rouillé montre dans sa quête d’un évêché, n’importe lequel. Celui de Senlis lui conviendrait parfaitement, pour des raisons évidentes de proximité avec Chantilly (10 km) et son abbaye d’Hérivaux (13 km). Le 26 août 152782, il informe Anne de Montmorency qu’« aujourduy matin, Pierre de Garges… m’a adverty qu’il [Oudart Hennequin, évêque de Senlis] est trespassé ceste nuyt, dont monseigneur je vous advertys, vous suppliant m’avoir en vostre souvenance et bonne recommandation ». Mais Senlis lui échappe, alors que selon lui « les chanoines estoient bien deslibérer d’en disposer au vouloir de monseigneur de Montmorency vostre père et au vostre. Mays puisque ainsy est, vous aurez d’aultres moyens assez de me faire du bien plus grand que celuy-là quand vous playra83 ». Celui de Limoges ne lui déplairait pas non plus : « car j’en scaurays mieux faire mon profit que ne fait [l’actuel évêque]84 ». Il est même prêt à aller décrocher un diocèse « en ces pays de langue doc ou Daulphiné, ou allieurs loing85 ».

  • 86 Gallia Christiana, t. II, col. 1523-1524.

51Finalement, il est nommé à Sarlat en 1529 et jusqu’à son décès en 1530, ce petit diocèse devient son obsession. Sur neuf lettres écrites au Grand Maître à propos de sa carrière, six abordent la question de Sarlat. Pour les lettres envoyées à Berthereau, c’est l’intégralité de la correspondance (soit sept lettres) qui concerne le diocèse périgourdin. L’opiniâtreté de l’abbé n’a d’égale que sa rapacité à faire valoir ses droits sur un évêché contesté par un clerc local86. Obstiné, il est prêt à balayer toutes les objections pouvant s’élever entre lui et son évêché. Une telle pugnacité, alors même que le Grand Maître négocie la libération des fils du roi, puis que la cour fête le retour de ceux-ci, demande à être comprise. Le Rouillé veut probablement profiter de la relative proximité d’Anne de Montmorency (à Bayonne puis à Bordeaux) et de la cour (à Angoulême puis à Bordeaux) par rapport au Périgord pour parvenir à ses fins. En cela, l’abbé est parfaitement conscient que le roi impose plus facilement sa volonté dans les provinces où il est présent physiquement.

  • 87 Heller H., The Conquest of Poverty. The Calvinist Revolt in Sixteenth Century France, Leiden, 1986 (...)
  • 88 XIV-113 : Jean Grolier à Berthereau, de Bar-aux-Lannes, le 30 mai 1530.
  • 89 On retrouve le même souci de respectabilité et le désir de revêtir « l’habit ecclésiastique, viole (...)

52Mais on peut tenter de regarder cette affaire par le petit bout de la lorgnette, celui des mécanismes régissant le fonctionnement des rapports entre maître et serviteurs. Contrairement à M. d’Iverny, l’abbé d’Hérivaux ne se trouve pas dans une position « protecteur-serviteur », mais dans celle de « maître-serviteur ». Pour M. d’Iverny, la protection de Montmorency est un « plus » dans une carrière déjà bien remplie. Il ne sert pas qu’un maître, il sert aussi la Couronne. Il est parvenu à un palier à partir duquel il peut continuer son ascension en s’appuyant sur le Grand Maître, tout en sachant que si Montmorency vient à disparaître le pire qui puisse lui arriver est de stagner. Pour Richard Le Rouillé au contraire, il faut absolument profiter de la bonne étoile de son maître pour espérer se hisser au niveau atteint par M. d’Iverny. Car à partir de ce niveau, Montmorency ne serait plus pour lui un maître pour le compte duquel il effectue des besognes délicates, mais un protecteur. En devenant évêque, il espère entrer dans le monde très clos des prélats, mi-courtisans, mi-hommes d’Église. Bien sûr, Sarlat n’est ni le prestigieux archevêché de Reims, ni Limoges aux 1 000 paroisses, ni Rouen et ses 20 à 30 000 livres de revenus annuels87, mais Sarlat est (aurait été) un pas vers plus d’indépendance tout en restant confortablement installé dans le sillage du protecteur ; c’est la possibilité de servir la Couronne en qualité d’ambassadeur à l’instar de Jean Du Bellay, évêque de Bayonne, autre protégé du Grand Maître ; c’est se faire appeler « M. de Sarlat88 » qui sonne mieux que Le Rouillé ou abbé d’Hérivaux89.

53Anne de Montmorency s’est attaché les services de Mathieu de Longuejoue et de Richard Le Rouillé en raison de leurs compétences juridiques. La place du thème relatif aux affaires du Grand Maître dans les deux graphiques les concernant prouve clairement le rôle que jouent les deux hommes dans l’entourage d’Anne de Montmorency. Cependant, bien que fonctionnant de concert sur les principaux dossiers fonciers, M. d’Iverny et M. d’Hérivaux ont des rapports différents avec le Grand Maître quant à la finalité de leur service. Mais qu’il soit un protecteur ou qu’il soit le maître, c’est toujours Anne de Montmorency qui tire les ficelles en étant parfaitement informé de ses affaires juridiques. Un souci analogue se retrouve pour ses autres affaires, notamment tout ce qui touche à l’approvisionnement en numéraire, non seulement de la compagnie d’ordonnance du Grand Maître, mais aussi de ses seigneuries.

Jean Grolier, le pourvoyeur

54De tous les membres du groupe, Jean Grolier est celui qui a laissé le plus de trace, puisqu’il subsiste 87 lettres écrites de sa main (ou dictées par lui). Deux grands pôles dominent sa correspondance. Il s’agit des questions se rapportant directement à son office de trésorier des guerres et de celles touchant aux affaires du Grand Maître. En qualité de trésorier des guerres, Grolier est directement mêlé au financement de toutes les campagnes des années 1527-1528-1529.

Légende. I : soldes des compagnies ; II : Argent de la guerre ; III : Famille Montmorency ; IV : Chantilly ; V : Autres Terres ; VI : Argent Montmorency ; VII : Autres affaires des Montmorency ; VIII : Nouvelles de la cour ; IX : Recommandation ; X : Affaires personnelles ; XI : Transmission de lettres ; XII : Tapisseries ; XIII : Santé ; XIV : Cadeaux ; XV : Obéir à un ordre du Grand Maître ; XVI : Autres.
Graphique 3 – Répartition thématique et quantitative des lettres de Jean Grolier.

  • 90 Hamon P., op. cit., p. 282-331. La procédure proprement dite ne commence qu’après 1530, mais dans (...)
  • 91 Compagnies du Grand Maître, de M. de Clermont, de M. d’Alègre, de M. de Saint Pol, de M. de Créqui (...)

55Après le traité de Cambrai, l’activité de Grolier retombe dans la périlleuse banalité du paiement des compagnies d’ordonnance à l’heure même où la commission de la Tour Carrée commence à s’intéresser à sa gestion90. Ses lettres rendent compte de toutes ces préoccupations. La différence entre le thème de « l’argent de la guerre » et celui du « paiement des compagnies » tient avant tout au fait que dans le second, les noms des compagnies sont clairement inscrits91.

  • 92 VI-14, de Paris, le 20 septembre 1530. Même phrase presque mot pour mot toujours à propos de Chris (...)

56Jean Grolier apparaît comme le pourvoyeur principal des compagnies de dix-huit capitaines-gentilshommes, dont celle d’Anne de Montmorency. Toutefois, il est aussi le pourvoyeur en argent des autres officiers domestiques majeurs. C’est lui qui, sur instruction du Grand Maître, donne de l’argent à Christophe de Garges pour que celui-ci puisse continuer les aménagements du parc de Fère-en-Tardenois : « Je feray fournir à M. de Genetoy [Sébastien Le Rouillé] ce qu’il me demandera pour voz affaires, et à Christofle de Garges pour vostre parc de Fère92. »

  • 93 XIV-249, de Paris : « J’ay esté si enrumé et mal à mon aise que j’ay esté trois jours sans bouger (...)

57Lorsqu’il écrit à Nicolas Berthereau, Jean Grolier lui fait part des affaires du Grand Maître, mais, tout comme les autres membres du groupe, il introduit quelques propos à caractère plus personnel. À quatre reprises, il donne des nouvelles de sa santé. Le 23 septembre 1530, au retour de Chantilly, il se plaint d’un rhume93. Bien que ses maladies ne soient jamais très graves, elles freinent et retardent la poursuite de ses multiples activités, ce qui le désole profondément. Ce credo du service du maître se retrouve plus intensément encore chez Pierre de Garges et M. de La Mairie.

Pierre de Garges et Claude de Durant : les gardiens des biens fonciers

Légende. I : Travaux de Chantilly ; II : Gestion de Compiègne ; III : Gestion de Fère ; IV : Gestion de Villiers ; V : Gestion de Beaumont ; VI : Gestion de Chantilly ; VII : Santé des Montmorency ; VIII : Nouvelles de ses frères ; IX : Exécution d’ordres ; X : Envoi de papiers ; XI : Autres.
Graphique 4 – Répartition thématique et quantitative des lettres de Pierre de Garges.

58À première vue, les tableaux concernant Pierre de Garges et M. de La Mairie n’ont que peu d’éléments communs. Cependant, une fois écartés les thèmes liés aux aléas de la vie quotidienne, telle la maladie de M. de La Mairie, force est de constater que les deux hommes remplissent des missions équivalentes pour des domaines géographiques différents. Ces fonctions font des deux hommes les gardiens des terres et des seigneuries montmorencéennes.

  • 94 Les lettres se rapportant à la construction de Chantilly sont chronologiquement : au Grand Maître  (...)
  • 95 Sur Bucan, voir Mâcon G., Le château de Chantilly, Paris, 1906, p. 35, et Bedos Rezak B., op. cit. (...)
  • 96 ACC, série BA, reg. 2 BA 31, fo 2 et 3.
  • 97 ACC, série A, carton 2.

59Pierre de Garges le sédentaire et Claude de Durant le gyrovague ont pour fonction essentielle de rendre compte de la bonne santé économique desdites seigneuries. Le premier régente les terres septentrionales. Ses lettres permettent de suivre étape par étape les travaux de transformation de Chantilly94, de la galerie de Bucan95 aux charpentes du château, en passant par les planchers et le pavement venu de Rouen. Pierre de Garges fait aussi office d’intendant général et de receveur des comptes des seigneuries d’Île-de-France comme il apparaît en entête des « Comptes de la recette générale des terres et seigneuries de la baronnie de Montmorency » rendus par Pierre de Garges le 1er mars 153396. Autant de responsabilités que confirment ses lettres puisqu’on retrouve dans le graphique cinq des sept seigneuries citées par le registre de 1532. À ces nombreuses tâches, il ne faut pas oublier d’ajouter celles qui concernent l’organisation de la vie quotidienne telle qu’elle ressort des dépenses de Maison et pensions effectuées pour les années 1527-153497. Le capitaine de Chantilly gère les demandes inopinées du maître, non sans posséder une marge de manœuvre.

  • 98 Idem.
  • 99 Idem.
  • 100 Ibid.

60Le 26 juillet 1527, Anne de Montmorency lui demande de lui envoyer 5 ou 600 francs « pour satisfaire à ce que j’ay affaire ycy en actendant que je soye à Compiègne98 ». Au dos du billet du maître figure la réponse de Pierre de Garges datée du mardi 27 juillet. Il envoie Jean Le Moyne, valet de chambre du Grand Maître vers celui-ci avec 500 livres… seulement. C’est aussi lui qui remet à Yvon Pierres, maître d’hôtel de la Grande Maîtresse, l’argent qu’elle demande pour satisfaire à sa dépense. 361 livres le 16 novembre 1527, 200 livres le 15 novembre 1528, 270 livres et 16 sols le 16 juillet 1530 (juste avant l’accouchement de la Grande Maîtresse)99. Enfin, c’est lui qui règle les pensions de certains serviteurs et commensaux du Grand Maître. Les 1er janvier 1528, 1529, 1530 et 1531, il remet sa pension annuelle de 100 livres tournois à Guillaume de La Fontaine, seigneur de Viarmes. Idem pour Nicolas de Bucourt, écuyer, seigneur de Saint-Martin-du-Tertre, qui reçoit le 10 février 1528 et le 26 janvier 1529, 60 livres pour demi-année de sa pension de lieutenant de la Bastille pour Anne de Montmorency100.

61Ces quelques exemples suffisent à montrer la multiplicité des tâches accomplies par Pierre de Garges dans l’exercice de ses fonctions de capitaine de Chantilly. Ils expliquent probablement pourquoi il ne fait pas partie de la compagnie d’ordonnance du Grand Maître. Il est obligé de demeurer en permanence à Chantilly pour veiller sur la bonne marche du système.

Légende. I : États du Languedoc ; II : Blés du Languedoc ; III : Gestion des biens bourguignons ; IV : Gestion de Fère ; V : Gestion de Monbéron ; VI : Montres de la compagnie ; VII : Galères du Grand Maître ; VIII : Dettes du Grand Maître ; IX : Demande d’instructions ; X : Santé ; XI : Autres.
Graphique 5 – Répartition thématique et quantitative des lettres de M. de La Mairie.

  • 101 XIII-89 : au Grand Maître, de Mâcon le 27 octobre 1528.
  • 102 Aujourd’hui Montbron. Voir Geninet J., « La baronnie de Montbéron en Angoumois, fief du quatrième (...)
  • 103 V-103, à Berthereau, de Charmé le 2 août 1530.

62M. de La Mairie tient un rôle similaire à celui du capitaine de Chantilly mais pour les terres situées à l’est et au sud de la Loire. Tous les ans, entre 1528 et 1530, il effectue des pérégrinations à travers la partie méridionale du royaume. Et même si le sens de rotation de sa boucle change, les étapes principales demeurent toujours identiques : Châtillon, sur les terres de Louise de Montmorency ; la Bourgogne (« au départir de Nesles, je suys passé par Chasteau Neuf, Monceaulx [Meursault], la Roche [Pot] et Givry101 ») ; le Languedoc, où il assiste aux réunions des États provinciaux ; l’Angoumois où le Grand Maître possède la baronnie de Montbéron102, et où en 1530, M. de La Mairie, diminué par la maladie, éprouve quelques difficultés à louer une ferme (« Je n’ay pourveu à la ferme de Montbéron103 »).

  • 104 XIII-89, de Mâcon le 27 octobre 1528.

63À la lecture des lettres de Pierre de Garges et de M. de La Mairie, le réel sentiment de se trouver en présence d’hommes efficaces, agissant selon des modalités préparées à l’avance ou des ordres reçus (pour Pierre de Garges, onze de ses lettres au Grand Maître et neuf de ses lettres à Berthereau commencent par l’indication qu’il a bien reçu leurs lettres). Lorsqu’un problème se pose, ils rendent compte, demandent des ordres, attendent la réponse, puis exécutent les ordres reçus. Néanmoins, lorsque nécessité fait loi, ils sont capables de mettre en place des solutions provisoires afin de sauvegarder les intérêts de leur maître. Ainsi, quand le receveur de la Rochepot est à l’article de la mort, M. de La Mairie écrit au Grand Maître qu’il a « baillé sa charge à ung sien frère qui est prebtre104 », en attendant mieux.

64Un semblable mélange d’autonomie relative, rendue nécessaire à cause des fréquentes absences du Grand Maître et de son impossibilité à veiller lui-même sur l’ensemble de ses vastes domaines, et de respect des directives exprimées par Anne de Montmorency ou son secrétaire, se retrouve également chez les autres membres du groupe, en particulier chez Christophe de Lubiano qui opère à partir de Marseille.

Christophe de Lubiano, un cavalier échoué à Marseille

  • 105 À Nicolas Berthereau, sans date ni lieu, mais qui a été écrite en même temps que la lettre XII-239 (...)
  • 106 La lettre XIV-189, au Grand Maître, de Marseille, le 13 septembre 1530 fait quatre pages d’une écr (...)
  • 107 Au Grand Maître, de Marseille, le 10 octobre 1530.

65Entre 1527 et la fin de l’hiver 1531, il écrit 32 lettres au Grand Maître et 47 à son secrétaire, ce qui donne une fréquence moyenne d’une lettre toutes les six semaines au premier et d’une lettre tous les mois au second. Le graphique des thèmes abordés dans ses lettres présente une remarquable diversité des sujets exposés. Seule la lettre XII-172105 ne propose qu’un seul thème. Toutes les autres sont de véritables comptes rendus, parfois très longs106 et très détaillés sur tous les événements en rapport avec Marseille. À titre d’exemple, la lettre XIV-126107 traite de cinq sujets : les galères du Grand Maître, les comptes des activités marseillaises du Grand Maître (essentiellement des droits d’aubaine et des prises marchandes), une recommandation de Lubiano en faveur d’un capitaine marseillais, une annonce des cadeaux qu’il envoie à Chantilly par la poste, et des nouvelles de la Tour d’If en construction.

  • 108 Les deux premières phrases de cette lettre sont dans un français du XVIe siècle correct. Mais la s (...)
  • 109 ACC, série BA, reg. 2 BA 1, fo 24. Acte du 31 avril 1528. Les deux autres procureurs du Grand Maît (...)
  • 110 VII-301, le 23 avril 1529 ; et XIII-227, le 24 avril 1529.

66Lubiano a été désigné volontaire pour venir à Marseille contrôler ses affaires provençales. Il aborde toujours les mêmes sujets. L’exemple le plus net étant celui des galères mentionnées vingt fois dans chacune des deux correspondances. Dans le détail pourtant, les nuances sont importantes. Passe encore qu’il ne renseigne que Berthereau sur ses affaires personnelles à Marseille. Dans les lettres IX-163108 et XV-271, il parle de la « greneterie » [le grenier à sel] de Savone que le secrétaire a réussi à se faire attribuer. Mais pour d’autres thèmes, Lubiano semble considérer qu’ils concernent en priorité soit Anne de Montmorency, soit son secrétaire. Ainsi, il est mentionné, à titre de procureur d’Anne de Montmorency, parmi ceux qui prennent possession en son nom de la maison et du jardin109. Il écrit d’ailleurs au Grand Maître deux lettres depuis « le Jardin de Marseille110 ».

Légende. I : Galères ; II : Comptes ; III : Biens ; IV : Languedoc ; V : Vie à Marseille ; VI : Tour d’If ; VII : Recommandations ; VIII : Recommandations de capitaines ; IX : Cadeaux ; X : Prisonniers ; XI : Affaires personnelles ; XII : Affaires de Berthereau ; XIII : Autres.
Graphique 6 – Répartition thématique et quantitative des lettres de Christophe de Lubiano.

  • 111 VIII-285, le 19 août 1527 et VIII-350, le 26 août 1527. AD Hte-Gar., série C, P-V des États du Lan (...)
  • 112 VIII-285.
  • 113 AD Hte-Gar., série C, P-V des États du Languedoc, reg. C 2277, P-V entre 1513 et 1534, fo 360-375.
  • 114 VIII-285, le 19 août 1527 et VIII-350, le 26 août 1527.

67Autre thème qui touche plus particulièrement Anne de Montmorency, le Languedoc. Lubiano fait allusion à trois reprises aux affaires de la province dont le Grand Maître est gouverneur. Dans deux lettres, il écrit de Montpellier111 où il assiste aux réunions des États provinciaux qui durent du 16 au 24 août 1527. Il joue le rôle de représentant officieux du nouveau gouverneur (« je leur dis ma créance de par vous112 »), mais son nom n’apparaît pas dans les procès-verbaux des réunions des États113. Sa mission semble avoir été de demander quelles sommes d’argent les États donneraient cette année-là aux représentants du pouvoir royal dans la province et à leurs proches114.

68Dernier thème mieux traité dans les lettres au Grand Maître que dans celles à Berthereau, la vie de Marseille, c’est-à-dire celle du port et de ses activités, aussi bien civiles (envois ou retours de navires) que militaires (problèmes posés par les pirates de Barberousse, puis à partir de juillet 1528, dangers découlant de la « trahison » d’Andrea Doria, approvisionnement de l’expédition de Naples…), voire alliant les deux (courses en Méditerranée pour capturer des marchands « turcs » et s’emparer des cargaisons des navires battant pavillons ennemis).

  • 115 XI-128, le 23 février 1528.
  • 116 IX-119, le 18 février 1530.
  • 117 VI-154 et VII-180 par exemple.
  • 118 XV-271, le 5 juin 1528.
  • 119 VIII-263, au Grand Maître, de Toulon, le 16 juin 1530 : « Monseigneur, pour l’entretien de voz gal (...)
  • 120 XIV-189.
  • 121 IX-119 à Berthereau le 18 février 1530 : « Et sy ay tiray cinquante hommes de rame des meilleurs q (...)
  • 122 X-69.

69À l’inverse, les thèmes qui dominent dans les lettres écrites à Berthereau insistent davantage, sur des relations reposant sur leur amitié. Il en profite pour s’épancher en évoquant des problèmes personnels : « Luy [M. de La Mairie] dictes que à la chappelle de la Magdellaine au près du jardin, j’ay comancé à faire ma sépeulture115 », ou encore « je suis tousjours actendant que par le moyen de M. de La Mérye et le vostre, monseigneur me face quelque bien par deça comme aulcunes foys je vous ay escript par ce que viellesse s’aproche et richesse s’enfuit116 ». De même, c’est au secrétaire plus qu’au maître qu’il annonce par le menu l’envoi de vêtements, de fruits et d’animaux exotiques117. Enfin, lorsqu’il a à recommander quelqu’un, il interpelle avant tout Berthereau (quatorze fois contre six au Grand Maître) et ses phrases sont chargées d’expressions amicales telles « luy fètes plézir », « pour l’amour de moy », ou d’autres qui renforcent leur amitié : « Vous scavez bien que scet que gardé le bien du maistre et complaire aux gens118. » Grâce à Christophe de Lubiano, il est possible d’analyser et de comprendre ce qui se passe dans la tête d’un serviteur loin de ses bases, qui assume sa charge du mieux qu’il peut : il chiffre le coût d’entretien des galères du Grand Maître (en ne donnant pas une estimation identique entre le début et la fin de la lettre119) ; il calcule le nombre de boisseaux de blé qu’il faut acheter pour confectionner des biscuits pour nourrir les galériens, en déplorant que l’argent ne soit pas arrivé plus tôt afin d’acheter la « sommade » de blé 60 sols et non pas 100120 ; il prépare la galère du Grand Maître qui est prêtée à Andréa Doria en 1530, en ayant soin de retirer les meilleurs rameurs, selon les instructions transmises par Berthereau121 ; Il surveille la répartition équitable des prises de mer entre les différents capitaines en comptant, au sol près, la part qui revient au Grand Maître122.

70Cependant, il souffre de son isolement et de sa vie (relativement) sédentarisée dans la cité phocéenne et l’un de ses réconforts est alors d’émailler ses missives de petites phrases qui entretiennent et renouvellent ses amitiés et connaissances cantiliennes (en les tançant bien un peu parfois) parmi lesquelles figure Yvon Pierres.

Yvon Pierres, le parfait serviteur

Légende. I : Famille Montmorency ; II : Vie à Chantilly ; III : Affaires personnelles ; IV : Distribution du courrier ; V : Construction de Chantilly ; VI : Biens des Montmorency ; VII : Nouvelles de la cour ; VIII : Cadeaux.
Graphique 7 – Répartition thématique et quantitative des lettres d’Yvon Pierres.

  • 123 XXIII-131, écrite à Chantilly est une lettre d’Yvon Pierres à Anne de Montmorency, mais elle est a (...)
  • 124 Se reporter au chapitre consacré à l’année 1530.
  • 125 VI-209, Yvon Pierres à Berthereau, de Blois, le 21 août 1530.
  • 126 Pacault A., La baronnie de Châteaubriant aux XVIe et XVIIe siècles. Étude d’une campagne tradition (...)

71Yvon Pierres écrit cinquante et une lettres à Berthereau, une à Louise de Montmorency, mais aucune au Grand Maître123. Cette absence est-elle le reflet d’une position particulière à l’intérieur du système ? L’analyse du graphique 7 contribue à apporter des éléments de réponse. Sur huit thèmes, six concernent Anne de Montmorency. Et parmi eux, celui de la santé des Montmorency demeurés dans la résidence familiale écrase les cinq autres. Yvon Pierres n’envoie pratiquement pas de nouvelles de la cour pour deux raisons. D’une part parce qu’elle ne vient pas à Chantilly entre 1528 et 1530 ; d’autre part parce qu’il sait que d’autres assument cette charge124. De plus, son office de maître d’hôtel de Madeleine de Savoie l’oblige à rester à Chantilly entre novembre 1529 et juillet 1530, période qui correspond à la grossesse de la Grande Maîtresse. À partir de l’été 1530, il doit veiller sur François de Montmorency. C’est lui qui, aidé par Pierre de Garges, assure le contrôle de la domesticité qui a en charge le nourrisson. Toutefois, à la fin du mois d’août 1530, il accompagne la Grande Maîtresse partie rejoindre son mari à la cour125. On peut penser que ce voyage ne lui déplaît pas puisqu’il rompt avec une sédentarité forcée de près d’une année. Pour récompenser ce serviteur modèle, Anne de Montmorency le fera capitaine de Châteaubriant dans les années 1540126.

72Dans le groupe des officiers domestiques majeurs, Yvon Pierres est le dernier à être en contact quotidiennement avec les Montmorency (ainsi qu’avec le secrétaire du Grand Maître). Cependant, le groupe se compose aussi de cinq autres personnages, que leurs fonctions auprès du Grand Maître et de sa famille obligent à ranger parmi les officiers domestiques majeurs, bien qu’ils n’occupent pas (ou pas encore) la place des huit autres.

Sébastien, René, Jean, Christophe et Charles : les « seconds couteaux »

73Les frères Le Rouillé, les frères Jean et Christophe de Garges et M. de Magny peuvent être qualifiés de « seconds couteaux » en raison notamment de la faiblesse numérique de leurs correspondances qui ne dépassent pas la quinzaine de lettres au total. Toutefois, les thèmes abordés dans leurs missives et les missions qu’ils remplissent ressemblent à ceux des officiers domestiques déjà rencontrés.

  • 127 XIV-252, de Paris le 28 septembre 1529. L’affaire concerne un bail concédé par les moines de Saint (...)
  • 128 XII-190, de Sarlat, le 3 février 1530 ; XIV-125, de Paris le 2 avril 1530 ; IX-180, de Paris le 10 (...)
  • 129 XIV-2.

74Jusqu’en août 1530, les frères Sébastien et René Le Rouillé demeurent dans l’ombre de leur oncle Richard, abbé d’Hérivaux. Son trépas leur ouvre des perspectives. Les lettres de Sébastien se répartissent entre trois périodes. Avant août 1530, il est au service d’Anne de Montmorency pour le compte duquel il surveille les affaires liées au comté de Fère-en-Tardenois, mais il communique surtout avec Berthereau. Il agit comme son procurateur devant le Parlement de Paris, en liaison avec Nicolas Charmolue, avocat au Parlement. L’affaire qu’ils traitent concerne un procès engagé par Berthereau contre le capitaine de Crécy-La-Loge127, puis contre sa veuve et ses enfants mineurs128. À partir de septembre 1530, soit après le décès de son oncle, Sébastien a rejoint M. d’Iverny et Pierre de Garges. La dernière lettre de lui conservée dans le corpus est datée du 17 novembre 1530129. Elle est adressée au Grand Maître et ne traite que des affaires de celui-ci. Il est quasiment impossible qu’il s’agisse d’un pur hasard.

  • 130 Gallia Christiana, t. 8, col. 527.
  • 131 XII-205, à Berthereau, le 31 octobre 1530.

75De son côté, son frère René recueille les différents bénéfices que tenait le défunt. Il devient le 23e abbé d’Hérivaux130. Puis il tente de s’approprier la cure normande d’« Enfreville » [Aufreville]131 avec la complicité de Jean de Garges, le receveur de la seigneurie de Damville. En 1530, sa carrière ne fait que commencer.

  • 132 Constant J.-M., op. cit., p. 244.

76Trois thèmes principaux émergent des lettres de Jean de Garges : les comptes des terres normandes, la prospection foncière en vue de nouvelles acquisitions et les oiseaux. Le premier rentre dans le cadre normal de ses attributions. Le dernier est inhérent à la condition nobiliaire au XVIe siècle132. Le deuxième retient plus l’attention car il sous-entend une volonté méthodique d’agrandissement du patrimoine terrien parallèle à un gonflement des ressources du Grand Maître.

  • 133 Greengrass M., « Property and Politics in XVIth Century France: the landed Fortune of Constable An (...)

77Jean de Garges écrit pour indiquer les seigneuries à vendre aux alentours de Damville133. Elles peuvent intéresser le Grand Maître car elles jouxtent cette seigneurie. Dans le cas de Corneuil, il serait possible d’unir les deux offices de vicomte,

  • 134 IV-23.

« en ce faisant, ce ne seroit que ung office… dont du cou pourriez faire quelque composicion, en sorte que le tout vous pourroit demourer, et que son office pourroit augmenter de valeur pour le moins de moictié134 ».

  • 135 Moreau-Nelaton E., op. cit., p. 227. Dans son ouvrage, l’auteur a répertorié toutes les lettres de (...)
  • 136 Ibid., p. 227-228 et VI-108.
  • 137 Ibid., p. 316. L’inventaire de ses biens date du 28 mars 1552.

78Pierre, capitaine de Chantilly, Jean casé en Normandie, reste le puîné Christophe. Lorsqu’Anne de Montmorency devient seigneur et baron de Fère-en-Tardenois, il se trouve devant un choix. Soit reconduire le capitaine de l’administration précédente, lié semble-t-il à Semblençay135 ; soit écouter les conseils de l’abbé d’Hérivaux qui lui propose « un gentilhomme voisin, homme de bien et d’entendement136 », qui ne demande aucune rétribution et qui, selon l’aveu de l’abbé en fin de lettre est le beau-père de la femme de son neveu Sébastien ; soit désigner quelqu’un de sûr. Il choisit la dernière solution en élevant Christophe de Garges à l’office de capitaine de Fère. Cette nomination lève un voile sur les luttes et les pressions qui entourent Anne de Montmorency. En dernier ressort, c’est lui qui décide, car il tient à récompenser un fidèle, qui offre le double avantage d’être célibataire (ainsi, le risque de créer une dynastie de capitaines de Fère est minimisé) et frère de son capitaine de Chantilly (auquel Christophe vient rendre annuellement ses comptes). Christophe demeure en fonction du 22 mars 1529 au début de l’année 1552137. 23 ans au service du Grand Maître qui suffisent à prouver la confiance dont jouissait le capitaine auprès de celui-ci.

  • 138 Pour les oiseaux, X-83 ; pour la seigneurie, IX-142 et XI-147 ; pour le parc, V-259, IX-142 et IX- (...)

79Entre 1529 et 1531, les lettres du capitaine de Fère traitent essentiellement de trois thèmes : procurer des oiseaux au Grand Maître, donner des nouvelles de la seigneurie (coupes de bois, concessions de baux…), envoyer des comptes rendus de l’avancée des travaux de la clôture du parc du château, élevée pour signifier aux manants de Fère la volonté du nouveau seigneur de se réserver le gibier qui y vit (cerfs, sangliers et lièvres) et le débarrasser des bêtes sauvages qui l’encombrent, en particulier les renards et les « chats hérets » [sauvages]138.

  • 139 XIV-80, XIV-77, XIII-185 et XIII-339, écrites à Nogent/Seine entre le 20 et le 30 décembre 1529. L (...)
  • 140 XIV-80. L’« estrème colyque qui le tormante » revient dans la lettre XIV-77.
  • 141 Pour 1528, III-102 et XV-367. Pour 1530, XII-284 et VI-283. Pour les quatre autres lettres, il s’a (...)
  • 142 AD Hte-Gar., C 2277 : P-V des États du Languedoc, fo 593-416.
  • 143 Ibid., fo 459-468. La liste des commissaires royaux et leurs pouvoirs sont reproduits dans Archive (...)
  • 144 AD Hte-Gar., fo 469-507 (1531), fo 508-565 (1532), fo 598-614 (1534). Pour 1536, C 2278, fo 22-42.

80De M. de Magny, subsistent treize lettres, dont une seule adressée à Anne de Montmorency. Elles ont été écrites entre 1528 et 1531. À travers elles, l’ambivalence rencontrée chez les autres membres du groupe atteint son paroxysme puisque deux thèmes principaux ressortent des missives de M. de Magny : donner des nouvelles de la cour139 qu’il suit en attendant que le Grand Maître soit remis « d’une sy apre doulleur de collyque140 », et faire un compte rendu de la réunion des États du Languedoc auxquels il assiste en 1528 et 1530141. Sa présence n’est pas attestée dans les procès-verbaux des États du Languedoc pour 1528142, mais il figure en dernière place dans la liste des commissaires royaux nommés pour les États de décembre 1530143. On retrouve le service alterné ou conjoint du roi et du maître. On doit aussi remarquer qu’en 1528, ni M. de La Mairie, ni M. de Magny présents tous les deux à Montpellier, n’apparaissent comme commissaires royaux, pas plus qu’ils ne font référence dans leurs lettres respectives au rôle joué par l’autre au cours des États. Leur présence simultanée est-elle une manière de tester la qualité des comptes rendus de l’un et de l’autre, avant de choisir celui des deux qui semble le plus compétent ? En tout état de cause, en 1529, M. de La Mairie, en qualité de commissaire des guerres, est l’un des commissaires royaux. En 1530, il est remplacé, pour cause de décès, par M. de Magny. Le nouveau commissaire royal assiste aussi aux États de 1531, 1532, 1534 et 1536144.

81Présenter les frères Le Rouillé, les frères de Garges et Charles de Magny comme des « seconds couteaux » ne se justifie pas seulement par rapport au nombre de lettres qu’ils ont laissé dans le corpus. L’expression signifie aussi que les tâches accomplies pour Anne de Montmorency sont moins diversifiées, ce que reflète le nombre de thèmes abordés dans leurs lettres. Cependant, qu’ils écrivent 80 lettres ou qu’ils n’en rédigent qu’une dizaine, les officiers domestiques majeurs du Grand Maître se singularisent aussi par leurs fonctions de représentants de celui-ci.

Procureurs du Grand Maître

  • 145 ACC, série GE, carton 4. Acte daté du 11 janvier 1547.
  • 146 Ibid., série GE, carton 4, acte du 26 mars 1528. Les vassaux sont Gérard Tastevache et Guillaume D (...)
  • 147 Ibid., série BA, reg. 2 BA 1, fo 5. L’abbé d’Hérivaux est appelé « Richard Le Boulhié ».
  • 148 Ibid., série GE, carton 3. Le voyage dure du 26 au 29 septembre 1527. Entre le 10 et le 26 septemb (...)
  • 149 Moreau-Nelaton E., op. cit., p. 219 à 228.
  • 150 II-298. À cette occasion, la petite troupe s’arrête au soir de la première étape à Macquelines, ch (...)
  • 151 ACC, Série BA, reg. 2 BA 1, fo 13-14.
  • 152 Ibid., fo 24.

82Il s’agit d’une fonction récurrente. Nicolas Berthereau rencontre des difficultés lors de la prise de possession de la terre et seigneurie du Roulet145 ; M. de La Mairie agissant au nom d’Anne de Montmorency et de Madeleine de Savoie son épouse et dame de Montbron, reçoit les foi et hommage de deux vassaux de la seigneurie146. Richard Le Rouillé est institué le mardi 10 septembre 1527 procureur du Grand Maître pour prendre possession de L’Isle-Adam et « faire les foy et hommaiges en sondit nom, prester le serement de fidélité, payer les droictz et deniers seigneuriaulx et composer bailler les adveuz et dénombrements147 ». Richard, seul procureur officiel, se fait accompagner de son neveu Sébastien et tous deux envoient un mémoire des frais occasionnés pour aller de Chantilly à L’Isle-Adam prendre possession des terres et seigneuries que Charles de Villiers de L’Isle-Adam lègue à son cousin le Grand Maître148. L’abbé d’Hérivaux prend aussi possession un an plus tard (le 10 octobre 1528) de la terre et seigneurie de Fère-en-Tardenois et dresse un compte rendu minutieux de la prise de possession juridique et de la visite des nouvelles terres149. Là encore, bien que seul habilité à ratifier les actes officiels dressés pour l’occasion, il se fait accompagner de Pierre de Garges et de Guillaume de La Fontaine, seigneur de Viarmes et expédie sa note de frais dès son retour à Chantilly pour un voyage qui a duré du 18 au 29 octobre150. Quant au « noble homme » Charles de Magny, il prête foi et hommage pour son maître à l’évêque d’Angoulême à raison de la seigneurie de Montbron le 26 février 1527151 ; Christophe de Lubiano lui, est l’un des procureurs d’Anne de Montmorency lors de la prise de possession de la maison et du jardin marseillais échus au Grand Maître le 31 avril 1529152.

  • 153 Ibid., Série BA, reg. 2 BA 32 : comptes de la recette de Noël Juger, receveur de Montmorency, pour (...)

83Si Sébastien Le Rouillé participe dès 1527-1528 aux expéditions envoyées pour prendre possession des nouvelles terres franciliennes, son frère René ne rentre officiellement au service du Grand Maître qu’après 1530. En devenant abbé d’Hérivaux après son oncle Richard, il remplace celui-ci dans l’autre fonction dévolue aux officiers majeurs, celle de gérer le contentieux juridique du Grand Maître. En 1533, René ordonne au receveur de Montmorency, Noël Juger, de bailler au porteur de sa lettre 11 livres 6 sols parisis « pour payer certaines despenses en quoy mondit seigneur [le Grand Maître] a esté comdampné par sentence donnée des gens tenans les requestes du palais à Paris153 ».

La gestion du patrimoine foncier

  • 154 Ibid., série BA, reg. 2 BA 31.
  • 155 Ibid., série BC, reg. 2 BC 15 : Comptes de Villiers-le-Bel pour 1530. Les autres auditeurs sont Je (...)
  • 156 Ibid., série BC, reg. 2 BC 16 : Comptes pour Villiers-le-Bel pour 1531. Les recettes de 1530 et 15 (...)

84La dernière participation des hommes du groupe aux affaires de leur maître relève de la gestion de son patrimoine foncier. Il est possible de scinder cette activité en deux branches. On peut qualifier la première de passive car elle consiste à écouter les redditions de comptes des receveurs des différentes seigneuries. Le rôle incombant à Pierre de Garges qui centralise toutes les recettes des seigneuries septentrionales appartenant au Grand Maître a déjà été signalé. À la fin d’un registre des recettes générales des seigneuries d’Île-de-France pour l’année 1532154, outre le paraphe de Pierre de Garges, on trouve ceux de Mathieu de Longuejoue, de Sébastien Le Rouillé et de Thomas Raponel (ou Rapouel). Le capitaine de Chantilly appartient aussi aux équipes qui reçoivent les comptes des différents receveurs. Le 1er février 1531, Noël Juger, receveur de Villiers-le-Bel vient « au chastel de Chantilly155 » pour rendre ses comptes. Parmi les auditeurs, figure Pierre de Garges. Un an plus tard, le même receveur rend à nouveau ses comptes qui ont pour vérificateurs Pierre de Garges, Jacques de Piennes, Nicolas Berthereau, Jehan Sanguin, et l’abbé commenditaire de l’abbaye de La Solve (Mathieu de Longuejoue)156.

  • 157 Ibid., série BA, reg. 2 BA2.

85Il semble que l’année 1532 ait constitué un tournant dans la vérification des recettes. En effet, depuis mai 1531, Anne de Montmorency était devenu le nouveau baron de Montmorency. Voulant faire sentir aux receveurs le poids d’une nouvelle administration, il augmente le nombre d’auditeurs des comptes et désigne trois officiers domestiques majeurs parmi ceux-ci. Cette hypothèse ne peut pas être vérifiée directement car les comptes postérieurs ont été perdus. Cependant, grâce à un registre157 rédigé au XVIIe siècle pour Henri II de Montmorency, le petit-fils d’Anne, il semble possible de rendre ce raisonnement probant. Ses 452 folios recto-verso contiennent les présentations résumées de tous les registres de comptes et de prestations de foi et hommage que possédaient les Montmorency depuis le Moyen Âge jusqu’au début du XVIIe siècle. En les analysant, il semble bien que la décennie 1522-1532 corresponde aux années de mise en place graduelle d’une nouvelle équipe. Cette période s’inscrit entre deux événements très importants pour le lignage. 1522 est l’année de la rédaction du testament du baron Guillaume, par lequel il partage ses biens entre ses enfants. L’année 1532 est celle qui suit son décès.

  • 158 Ibid., fo 301.
  • 159 Ibid., fo 294.
  • 160 Ibid., fo 295 à 298.
  • 161 Ibid., fo 300.
  • 162 Ibid., fo 300 vo.
  • 163 Ibid., fo 301.

86En 1517, Noël Juger rend son premier compte en tant que receveur de la baronnie de Montmorency158. Ses comptes sont contrôlés par Jean d’Argillière et Jacques de Piennes. En 1522, le cinquième compte de Juger est contrôlé par Guillaume Legrand et Jacques de Piennes159. À partir de 1523, Juger rend ses comptes en présence de « Richard Le Rouillé humble abbé commenditaire de Nostre Dame de Hérivault, Jan Legrand, seigneur de Pisceux, conseiller du roy nostre sire et gouverneur de Beaumont sur Oize, Jaques de Piennes, seigneur de Russelay, maitre d’hostel du roy160 ». En 1529, vient s’ajouter Sanguin161 et en 1531 Berthereau et « Laiguejoe162 ». Enfin en 1532, signent Richard Le Rouillé, Sébastien Le Rouillé, Pierre de Garges, Mathieu de Longuejoue et Rappouel163. Ainsi, en 10 ans, un duo qui veillait sur les débris de la baronnie patrimoniale a laissé la place à une équipe renforcée composée simultanément ou à tour de rôle des principaux officiers domestiques majeurs au service du Grand Maître. Entre temps, la baronnie a retrouvé son lustre d’antan sous la férule unique d’Anne de Montmorency.

  • 164 Ibid., fo 232 vo.
  • 165 Idem.
  • 166 Ibid., série BA, reg. 2 BA 9, fo 35, 70, 89 et 133 vo ; reg. 2 BA 6, fo 11, 127, 204 et 233.
  • 167 Ibid., Série BC, reg. 2 BC 16, Comptes de Villiers-le-Bel pour 1531.

87Le même registre signale l’existence d’un cahier de 32 feuillets intitulé « cayer des foys et hommages faictz et prestés aux seigneurs de Montmorency par plusieurs gentilzhommes leurs vassaux164 ». Ce cahier, perdu aujourd’hui, était accompagné d’une demi-feuille en papier en date du 22 mai 1532 signée Pierre de Garges intitulée « mandement du seigneur baron de Montmorency à tous ses vassaulx tenans fiefz et arrière fiefz en sadite baronnie de venir audit Montmorency en faire foy et hommage165 ». On retrouve ce mandement à huit reprises pour des seigneuries ou groupes de seigneuries situées en Île-de-France166. Le parallélisme entre une cérémonie féodo-vassalique accomplie par tout nouveau seigneur lors de son entrée en fonction et le contrôle des comptes par des hommes dévoués est renforcé par le fait que ce sont ces mêmes hommes qui agissent comme procureurs du seigneur de Montmorency pour recevoir les foi et hommage des vassaux de celui-ci. En effet, Richard Le Rouillé et Pierre de Garges perçoivent une indemnité pour avoir passé deux jours au château de Montmorency pour recueillir les foi et hommage des vassaux relevant de la seigneurie167.

88À partir de 1531-1532, une ère nouvelle commence pour Anne de Montmorency, ses officiers domestiques majeurs et ses vassaux. Cette période dure jusqu’à la mort du connétable en 1567. Pendant plus de 30 ans, le seigneur de Chantilly régente d’une main de fer ses possessions diverses. Il ne peut le faire que parce que dès la fin des années 1520 il s’est appuyé sur une douzaine de serviteurs qui, de par leur zèle à le servir, ont verrouillé quelques positions-clés dans son entourage immédiat et assaini les comptes de ses seigneuries. Mais la gestion passive du patrimoine montmorencéen se double d’une gestion active à laquelle participent les mêmes acteurs.

  • 168 Ibid., série BC, carton 4.
  • 169 Ibid., série BA, reg. 2 BA 31, comptes de Pierre de Garges…, chapitre « dépenses liées à des achat (...)
  • 170 Ibid., série BA, reg. 2 BA 1 (Inventaire…), fo 13. Bail daté du 29 mars 1527.
  • 171 Ibid., série BA, reg. 2 BA 32 (Comptes de la recette de Noël Juger pour 1533), chapitre « dépenses (...)
  • 172 Ibid., série BA, carton 12.

89La gestion active consiste à agir en qualité de procureur d’Anne de Montmorency. Ainsi, l’abbé d’Hérivaux passe 16 baux à cens en son nom en 1528168. Mathieu de Longuejoue s’entremet pour que le Grand Maître acquiert pour 9 300 livres tournois deux fiefs assis à Epiais appartenant au seigneur de Saint-Pierre-aux-Champs169. M. de La Mairie pour sa part passe un bail à ferme avec Pierre Corandin dit Guillemin et Pierre Corandin son cousin, pour Montbron. Le bail dure trois ans et se monte à 1 500 livres par an, plus 100 livres pour les gages des officiers de la seigneurie170. C’est ce bail qui arrive à expiration en 1530 et pour lequel M. de La Mairie, alors souffrant, a du mal à trouver preneur. En 1533, René Le Rouillé et Pierre de Garges font partie de l’équipe chargée de remesurer les coupes de bois des massifs de Montmorency, Saint-Leu, Boissy, Follemprinse et L’Isle-Adam171. D’autres fois, les officiers domestiques du Grand Maître lui servent de prête-nom à l’occasion d’achats fonciers comme dans le cas de la vente du moulin de Jaigny à Montmorency172.

  • 173 Huppert G., Bourgeois et gentilshommes, la réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, 1983. (...)
  • 174 ACC, série BD, carton 1. Ponthus de Rapillart est l’un des 100 gentilshommes de l’Hôtel du roi.
  • 175 Ibid.

90Cependant, l’exemple le plus spectaculaire concerne la terre du Mesnil-Aubry. La démarche est en tout point comparable avec celle utilisée par les « bourgeois gentilshommes » de Georges Huppert173, puisque le Grand Maître met 30 ans pour s’emparer d’une seigneurie qui, pour son malheur, est située entre Ecouen et Chantilly. En 1528, Richard Le Rouillé, en compagnie de M. de La Mairie, donne quittance à Ponthus de Rapillart seigneur du Mesnil-Aubry, de la somme de 110 écus pour huit années d’arrérages de la rente d’un muid de froment qui appartient à Anne de Montmorency sur la seigneurie du Mesnil-Aubry174. Cinq ans plus tard, le 18 juin 1533, c’est René Le Rouillé qui à son tour donne quittance à Ponthus de Rapillart de la somme de 50 livres qui équivaut à deux années d’arrérages d’une rente annuelle d’un muid de blé175. La nasse se resserre autour de Ponthus de Rapillart car le 27 juin 1533, Anne de Montmorency par l’intermédiaire de Guillaume Chenu, son procureur devant le Parlement de Paris, reconnaît avoir

  • 176 Ibid.

« esté satisfaict du principal des arrérages de la rente… et ne restoit plus que les despens pour lesquelz il parestoit et requeroit que lesdits défendeurs [Ponthus de Rapillart et sa femme Loyse de Villiers] fussent condamnez en iceulx… La court parties oyes, a condampné et condampne lesdits défendeurs es despens de ladite cause176 ».

  • 177 Ibid.
  • 178 Ibid. Berthereau se sert d’intermédiaires : « noble homme Martin Soude, archer de la Porte du roy  (...)
  • 179 Ibid. En 1567, une technique similaire est employée pour se rendre possesseur du comté de Dammarti (...)

91L’offensive reprend le 22 juin 1546 lorsque Berthereau achète à Guillaume Nicolas demeurant à Puisieux, le fief de la Viesville constitué de 10 arpents de terres labourables et de quatre parties : une de 4 arpents, deux de 2 arpents, et une dernière de 2 arpents assis autour du moulin à vent du Mesnil-Aubry. Les quatre parties sont assises aux terroirs de Villiers-le-Sec et du Mesnil-Aubry177. Une deuxième phase se déroule autour de la possession du moulin. En trois semaines, le secrétaire du Grand Maître rachète les différentes parties du moulin à vent situé au Mesnil. Entre le 8 février et le 2 mars 1549, il devient propriétaire de l’intégralité du moulin178. Les démarches entreprises par la veuve de Rapillart ne font que retarder l’échéance, car rien n’empêche Anne de Montmorency de devenir seigneur du Mesnil-Aubry. C’est en cette qualité que le 13 octobre 1566, il rachète à la veuve de Berthereau le moulin pour la somme de 947 livres parisis179.

92L’affaire est finalisée à la fin de la vie du connétable. Pourtant, dès 1524, Richard Le Rouillé écrivait une lettre à celui qui n’était encore que M. le maréchal de Montmorency par laquelle il lui donnait des nouvelles de ses affaires foncières,

  • 180 I-87, Hérivaux au maréchal de Montmorency, de Paris, le 5 janvier 1524.

« les quelles se portent bien par tout, mercy à dieu et principallement en vostre baronnie de Montmorency… toutes les fascheuses affayres qui y estoyent le temps passé sont bien nettoyées et croy que n’y a aujourdhuy en France mayson de la qualité de la vostre plus nette quelle est et espère que au plaisir de Nostre Seigneur qui luy plaise vous donner senté, qu’elle prospérera et croystra de biens et honneur dores en avant de plus en plus180 ».

93Espérances réalisées sur tous les points…

*

94Reconstituer le groupe des officiers domestiques majeurs d’Anne de Montmorency à la fin des années 1520 a permis de s’introduire dans le fonctionnement quotidien de la gestion de l’un des plus gros patrimoines foncier du royaume. Dans ce groupe cohabitent des juristes et des hommes d’armes. Les premiers apportent leur science du droit. Les seconds leur capacité et leur aptitude au commandement. Le tout forme une alchimie réussie, fondée en partie soit sur des liens familiaux, soit sur des liens féodo-vassaliques et dont le produit est rendu d’autant plus efficace que les pouvoirs du Grand Maître croissent. Ce groupe homogène est cependant régi par des règles établissant une hiérarchie interne. Autour d’un premier noyau réunissant Nicolas Berthereau, l’abbé d’Hérivaux, M. d’Iverny, Pierre de Garges et Jean Grolier, travaillent huit autres personnages au rôle plus réduit, mais tout aussi indispensable. Ces « seconds couteaux » n’attendent que l’occasion de faire valoir leurs qualités afin de pouvoir suppléer la défaillance de l’un des membres du quintet. Car ce système n’est valable que pour la période comprise entre 1525 et 1550. Après 1550, les décès (Christophe de Garges en 1552, Nicolas Berthereau en 1556) obligent le connétable à recruter de nouveaux collaborateurs tels Jean d’Alesso, Alixant, Firmin Derdoy et Christophe de Sizesmes. Cependant, malgré les changements d’individus, les obligations et les charges restent identiques, de même que demeure le rôle d’intermédiaires que jouent les officiers domestiques majeurs d’Anne de Montmorency dans la gestion d’un patrimoine foncier dont la croissance peut pratiquement être qualifiée d’exponentielle à partir de la fin des années 1520.

Notes

1 Decrue F., op. cit., p. 171.

2 Bedos Rezak B., op. cit., p. 80-84.

3 Mention de cette double lecture dans XIII-216, Grolier à Berthereau, de Paris le 15 mars 1530 et XIV-167, Pierre de Garges à Berthereau, de Chantilly, le 29 novembre 1529.

4 « Familles Du Verdier et Berthereau, tableaux généalogiques », document manuscrit de 1735, p. 5.

5 On peut parler de lignage puisque son frère était écuyer et que lui-même accède à la noblesse en devenant notaire et secrétaire du roi en 1531.

6 « Familles Du Verdier… », p. 5.

7 BnF, Dossiers Bleus 446-11957.

8 BnF, Dossiers Bleus 305-7710, fo 2. Carrés d’Hozier 283, fo 218-221. Cabinet d’Hozier 155-4009, fo 13. Nouveau d’Hozier 149-3296, fo 8. Chérin 89-1824 (qui reprend la généalogie du Cabinet). Raoul était enterré dans l’église des Célestins de Creil. On trouve aussi une généalogie de la famille de Garges dans la Collection Afforty, t. 11, p. 5920.

9 BnF, Dossiers Bleus 585-15366, fo 3-7.

10 Gallia Christiana, t. VIII, col. 826-827. Richard est le 22e abbé. La Gallia (et les Dossiers Bleus qui reprennent ses informations) parle d’un abbatiat de 34 ans au lieu de 24.

11 Popoff M. (éd.), Prosopographie des gens du parlement de Paris, 1266-1753, Paris, 1996, p. 668-669.

12 Ordonnances des rois de France, règne de François Ier, Paris, 1936, t. V, années 1527-1529, ord. no 504, p. 215.

13 M. d’Iverny au Grand Maître : XI-53, de Turin, le 6 octobre 1529 ; V-273, de « Vauguière », le 12 octobre 1529 ; IV-318, de Castel-Saint-Jean, le 27 octobre 1529 ; et VIII-327, de Lyon, le 15 novembre 1529.

14 M. d’Iverny au Grand Maître : X-124, de Paris, le 21 janvier 1530 et XII-18, de Paris, le 31 janvier 1530.

15 Popoff M., op. cit., p. 668-669.

16 AN, Trésor des Chartes, JJ 243, no 210, fo 50, repris dans le CAF, t. VI-18985. Les lettres de naturalité ont été données à Saint-Germain en janvier 1527. Elles présentent Lubiano comme natif d’Espagne et sont accordées en récompense des services rendus au roi depuis 25 ans. Il n’est pas Italien comme le pensait Picot E., « Les Italiens en France », Bulletin italien, Bordeaux, 1903, t. 3, p. 18-19.

17 Passage confirmé par une phrase de la lettre XII-239 adressée à Berthereau, de Marseille, le 10 novembre 1528 : « Considérez qu’il y a XXVIII ans que je suys au service du roy. »

18 AM de Toulouse, Ms 153, p. 275. Lettres patentes données à Saint-Germain, le 9 février. Mention dans le CAF t. I-2864.

19 AD B-du-R, série E 764, not. Jean Sicole, fo 246, acte du 15 juin 1528 ; judicature de Marseille 206, fo 85 et suiv. Série B, parlement de Provence, reg. B 33 20, fo 21, le 26 septembre. Cette commission se trouve aussi dans le CAF, t. II-6246 et 6264. Notice biographique dans Guerout M. et Liou B., La Grande Maîtresse, nef de François Ier : recherches de documents et d’archives, Paris, 2001, p. 205.

20 BnF, Pièces Originales 1768-40899.

21 Valbelle H. de, Histoire journalière (1498-1539), présentée par V.L. Bourilly, R. Duchene, L. Gaillard et Ch. Rostaing, Aix, PUP, 1985, 2 vol., t. I, p. 215, 219, 226, 259, 290, 306, 331 et 333.

22 CAF, t. VII-24647, repris par Picot E., art. cit., p. 19.

23 BnF, Cabinet d’Hozier 124-3240, fo 2-3.

24 Précisions mentionnées dans le testament de M. de La Mairie, idem, fo 2.

25 BnF, Dossiers Bleus 523-13690, fo 3 et Carrés d’Hozier 494, fo 172-173.

26 Recueil historique des chevaliers de l’Ordre de Saint-Michel, Popoff M. (éd.), Paris, 2003, vol. 2 (1560-1568), notice 570. Il est reçu le 12 janvier 1563.

27 Il mourra en 1556. Son curieux tombeau, œuvre de Pierre Bontemps, se trouve au Louvre. Il a été réalisé en 1557 à la demande de sa sœur Louise de Magny.

28 Leroux de Lincy A., op. cit., Paris, 1866, chapitre premier.

29 Charon-Parent A., « Les grandes collections du XVIe siècle », Histoire des bibliothèques françaises, t. II, p. 85-99, et Leroux De Lincy A., op. cit., p. 64 et suiv.

30 Hamon P., op. cit., p. 15, 180, 300 ; et Messieurs des finances…, op. cit., p. 444, 452 et 459.

31 Lettres n’étant adressées ni au Grand Maître, ni à Nicolas Berthereau.

32 L’ambassadeur Morelet a laissé 87 lettres, M. de La Pommeraie 72, M. de Boisrigaud 64 et Geoffroy Tavelli 41.

33 Après 1538, il deviendra le bailli général du connétable.

34 Bedos Rezak B., op. cit, p. 36.

35 Il tient cet office entre 1529 et 1552, année de son décès. Moreau-Nelaton E., op. cit., p. 316, et Bedos Rezak B., Ibid., p. 36.

36 ACC, série BA, reg. 2 BA 31 : comptes… rendus par Pierre de Garges pour l’année 1532.

37 Bedos Rezak B., op. cit., p. 36.

38 Charton-Le Clech A., Chancellerie et culture au XVIe siècle. Les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547, Toulouse, 1993, p. 42.

39 Dans sa biographie, A. Leroux de Lincy présente en annexe V (p. 357 et suiv.) 14 lettres de Grolier au Grand Maître et 15 à Berthereau. Contrairement à ce que pensait l’auteur, ces missives n’ont pas été rédigées entre 1557-1558, mais entre 1527 et 1530.

40 Citée par Bedos Rezak B., op. cit., p. 283-284.

41 Grolier au Grand Maître : V-97, VI-43 et IX-259.

42 Sur le paiement des compagnies, Grolier au Grand Maître : III-262, VI-14 et 50, VII-68, VIII-158, 195 et 315, IX-125, X-39,104 et 273, XIII-157et XIV-187 ; à Berthereau : VI-280, VII-129 et 266, IX-172, XI-68, XII-259, XIII-212 et 213, XIV-249 et XV-267, 287 et 363.

43 BnF, Clair. 250, fo 1077 : Montres des compagnies pour les années 1527-1529. On peut remarquer que Pierre de Garges n’appartient à aucune des deux compagnies.

44 BnF, Clair. 250 : montres des compagnies pour les années 1527-1529, fo 1075 (montre de la compagnie de François de La Rochepot effectuée à Montdidier, le 17 juillet 1527).

45 ACC, série B (Chantilly), Reg. 2 B 131.

46 ACC, série B (Chantilly), carton 115.

47 Idem.

48 Ibid., série BB (Ecouen), Reg. 2 BB 7. Guillaume est qualifié d’écuyer.

49 Gallia…, t. VIII, col. 826-827.

50 Ibid. La notice précise : « Johannis superioris nepos ex sorore. »

51 BnF, Cabinet d’Hozier 124-3240, fo 3.

52 Crété L., Coligny, Paris, 1985, p. 32. Voir aussi sa notice dans Valynseele J. et alii, Dictionnaire des maréchaux de France, du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2000 (1988), p. 132-133.

53 Du Chesne A., op. cit., p. 377.

54 BnF, Clair. 244, Montres pour les années 1517-1519, fo 793, montre de la compagnie de Gaspard de Coligny effectuée le 15 février 1517 (1518). Claude de Durant est en 23e position dans la liste des gens d’armes.

55 BnF, Cabinet d’Hozier 124-3240, fo 3.

56 ACC, série BA, Reg. 2 BA 8, fo 61.

57 Idem, série BA, carton 38.

58 II-297 : Richard Le Rouillé à Pierre de Garges, de Fère, le 3 septembre 1530.

59 Christophe de Lubiano signale à plusieurs reprises la venue de celui qu’il appelle son « compère » à Marseille, mettant en avant un lien affectif avec M. de La Mairie.

60 XIV-152 : Hérivaux à Berthereau, de Bordeaux, le 29 mai 1530.

61 V-231 : Hérivaux au Grand Maître, de Paris, le 12 juillet 1529.

62 IV-309 : M. de La Mairie à Berthereau, de Montpellier, le 19 octobre 1526.

63 Bedos-Rezak B., op. cit., p. 29. Affaire évoquée dans une lettre de Sébastien à Berthereau : VIII-219, de Paris, le 18 août 1529. Sébastien apparaît dans trois lettres d’Iverny au Grand Maître (XII-116, de Paris, le 9 octobre 1529, VIII-238, de Saint-Jean-d’Angély, le 25 août 1530, et XIII-38, d’Amboise, le 19 septembre 1530), ainsi que dans deux lettres d’Hérivaux (VI-29, au Grand Maître, de Fère, le 8 octobre 1528, et VII-219, à Berthereau, de Chantilly, le 27 novembre 1529).

64 Solnon J.-F., op. cit., p. 18.

65 C’est du moins ainsi que l’on peut interpréter certaines allusions de Pierre de Garges dans ses lettres, notamment la XIII-314, Pierre de Garges à Berthereau, de Chantilly, le 18 août 1530.

66 Mattéoni O., op. cit., partie III, chap. VII. Pour l’auteur, l’expression « officiers centraux » désigne tous les officiers des ducs de Bourbon qui gèrent les domaines du Bourbonnais, soit 1396 individus sur près de deux siècles.

67 Béguin K., op. cit., deuxième partie : « Un monde presque clos », p. 147 à 262.

68 Voir par exemple Le Roy Ladurie E., Saint-Simon ou le système de la cour, Paris, 1997, p. 195.

69 Le graphe 3 est réalisé avec le logiciel Ucinet. Borgatti S.P., M.G. Everett, and L.C. Freeman, 1999,

70 En revanche, pour Berthereau, les rapports reposent également sur des sentiments plus affectifs. Sur les 123 mentions comptabilisées dans les lettres qu’il reçoit, 40, soit 1/3, mettent en corrélation le nom d’une personne du groupe et des expressions exprimant soit des liens affectifs ou amicaux (« mon compaignon », « mon compère », « le pouvre homme »), soit une recommandation (« je me recommande à… », « n’oubliez pas de me recommander à… »).

71 Sur la notion de relation symétrique, voir Lemieux V., Les réseaux d’acteurs sociaux, Paris, 1999, p. 16.

72 Sondages réalisés à partir de Chantilly. Les archives. Le cabinet des titres, Paris, 1926-1929, 4 vol.

73 Iverny, XI-164, Chantilly, le 27 septembre 1527 et XII-116, Paris, le 9 octobre 1528 ; Hérivaux, XV-233, Paris, le 1er septembre 1528.

74 Iverny, VIII-159, de Paris, le 19 avril 1529 ; Hérivaux, XV-233, de Paris, le 1er septembre 1528.

75 Iverny, VIII-238, Saint-Jean-d’Angély, le 15 août 1530 ; Hérivaux X-19, Sarlat, 31 juillet 1530.

76 Iverny, XII-42, Paris, le 4 avril 1530 ; Hérivaux X-143, Paris, le 15 février 1529.

77 Hérivaux, X-143.

78 Iverny au Grand Maître, I-94. La lettre évoquée est I-87, M. d’Hérivaux au Grand Maître, de Paris, le 5 janvier 1524.

79 La lettre XIII-114 évoque le mariage du fils de feu Robertet d’Alluye.

80 Bedos Rezak B., op. cit., p. 282-284.

81 I-94.

82 XIII-88.

83 VI-8, Paris, le 4 septembre 1527.

84 XV-226, Paris, 22 mai 1529.

85 Idem.

86 Gallia Christiana, t. II, col. 1523-1524.

87 Heller H., The Conquest of Poverty. The Calvinist Revolt in Sixteenth Century France, Leiden, 1986, p. 11.

88 XIV-113 : Jean Grolier à Berthereau, de Bar-aux-Lannes, le 30 mai 1530.

89 On retrouve le même souci de respectabilité et le désir de revêtir « l’habit ecclésiastique, violet ou rouge [qui] protège des revers de fortune » chez les Italiens pourvus de bénéfices dans le royaume de France. Dubost J.-F., La France italienne (XVIe-XVIIe siècles), Paris, 1997, p. 264.

90 Hamon P., op. cit., p. 282-331. La procédure proprement dite ne commence qu’après 1530, mais dans deux lettres adressées au Grand Maître, Grolier fait état de plaintes à l’encontre des clercs qu’il emploie pour procéder au paiement des compagnies (X-238 et IV-247). Il l’assure qu’il n’y est pour rien.

91 Compagnies du Grand Maître, de M. de Clermont, de M. d’Alègre, de M. de Saint Pol, de M. de Créqui, de M. de Guise, de M. d’Astier, du roi de Navarre, de M. de Laval, de M. de Brézé, de M. de Chateaubriant, de M. de Montejehan, de M. de Lignac, de M. de Rieux, de M. de Tende, de M. de La Marck père et fils, de M. de Saint Prest.

92 VI-14, de Paris, le 20 septembre 1530. Même phrase presque mot pour mot toujours à propos de Christophe de Garges dans VIII-358, de Paris, le 5 septembre, écrite 15 jours avant, ce qui semble indiquer que Grolier n’a pas obtempéré tout de suite à la demande d’Anne de Montmorency.

93 XIV-249, de Paris : « J’ay esté si enrumé et mal à mon aise que j’ay esté trois jours sans bouger de la chambre ».

94 Les lettres se rapportant à la construction de Chantilly sont chronologiquement : au Grand Maître : XII-105, XII-110, XII-118, XV-94, III-216, XV-99, I-300, XII-86, XII-94, XII-102, IX-30, II-68, XII-37, VII-27, XII-40, I-287, I-290, VIII-253 et III-40 ; à Berthereau : IV-9, XIII-332, XI-138, XI-174, XI-183, XII-241, XII-258, XIII-52, XIV-169, XIV-284, XIV-164 et V-192.

95 Sur Bucan, voir Mâcon G., Le château de Chantilly, Paris, 1906, p. 35, et Bedos Rezak B., op. cit., p. 282-287.

96 ACC, série BA, reg. 2 BA 31, fo 2 et 3.

97 ACC, série A, carton 2.

98 Idem.

99 Idem.

100 Ibid.

101 XIII-89 : au Grand Maître, de Mâcon le 27 octobre 1528.

102 Aujourd’hui Montbron. Voir Geninet J., « La baronnie de Montbéron en Angoumois, fief du quatrième fils du connétable », BSHM, 1993, no 11, p. 27 à 32.

103 V-103, à Berthereau, de Charmé le 2 août 1530.

104 XIII-89, de Mâcon le 27 octobre 1528.

105 À Nicolas Berthereau, sans date ni lieu, mais qui a été écrite en même temps que la lettre XII-239, datée du 10 novembre 1528 et écrite à Marseille. Dans ce mémoire, Lubiano demande à Berthereau de l’aider à lui faire avoir la « gavelle » (comprendre la gabelle, Lubiano est espagnol) de Marseille.

106 La lettre XIV-189, au Grand Maître, de Marseille, le 13 septembre 1530 fait quatre pages d’une écriture serrée.

107 Au Grand Maître, de Marseille, le 10 octobre 1530.

108 Les deux premières phrases de cette lettre sont dans un français du XVIe siècle correct. Mais la suite s’apparente à de l’écriture phonétique d’un français espagnolisé : « Les novelas désa pour la letra de monseigneur… Pierre Charreton est à la mort en seta villa et ne saret échaper aujour duy… »

109 ACC, série BA, reg. 2 BA 1, fo 24. Acte du 31 avril 1528. Les deux autres procureurs du Grand Maître sont Gilles de La Pommeraie et « Loys Hainart » [Louis Hémard].

110 VII-301, le 23 avril 1529 ; et XIII-227, le 24 avril 1529.

111 VIII-285, le 19 août 1527 et VIII-350, le 26 août 1527. AD Hte-Gar., série C, P-V des États du Languedoc, reg. C 2277, P-V entre 1513 et 1534, fo 360-375.

112 VIII-285.

113 AD Hte-Gar., série C, P-V des États du Languedoc, reg. C 2277, P-V entre 1513 et 1534, fo 360-375.

114 VIII-285, le 19 août 1527 et VIII-350, le 26 août 1527.

115 XI-128, le 23 février 1528.

116 IX-119, le 18 février 1530.

117 VI-154 et VII-180 par exemple.

118 XV-271, le 5 juin 1528.

119 VIII-263, au Grand Maître, de Toulon, le 16 juin 1530 : « Monseigneur, pour l’entretien de voz galleres, il fauldrait 16000 frans par moys. » Puis, en post-scriptum : « Monseigneur, pour l’entretien de voz galleres, il en couste 15 000 frans par moys. » Il conclut « mais que cela couste moins cher en temps de guerre ».

120 XIV-189.

121 IX-119 à Berthereau le 18 février 1530 : « Et sy ay tiray cinquante hommes de rame des meilleurs qu’il y avoit dedans », et d’ajouter sur un ton réprobateur « et encores est-elle trop bien. »

122 X-69.

123 XXIII-131, écrite à Chantilly est une lettre d’Yvon Pierres à Anne de Montmorency, mais elle est adressée au connétable et est donc postérieure à 1538. D’autre part, la position d’Yvon Pierres a pu évoluer en une décennie et faire qu’après 1538, il puisse écrire directement à son maître.

124 Se reporter au chapitre consacré à l’année 1530.

125 VI-209, Yvon Pierres à Berthereau, de Blois, le 21 août 1530.

126 Pacault A., La baronnie de Châteaubriant aux XVIe et XVIIe siècles. Étude d’une campagne traditionnelle et d’une grande terre de la noblesse de cour, thèse de doctorat, dactyl., université de Paris IV, 1992, 4 vol., 1 062 p.

127 XIV-252, de Paris le 28 septembre 1529. L’affaire concerne un bail concédé par les moines de Saint-Denis.

128 XII-190, de Sarlat, le 3 février 1530 ; XIV-125, de Paris le 2 avril 1530 ; IX-180, de Paris le 10 avril 1530.

129 XIV-2.

130 Gallia Christiana, t. 8, col. 527.

131 XII-205, à Berthereau, le 31 octobre 1530.

132 Constant J.-M., op. cit., p. 244.

133 Greengrass M., « Property and Politics in XVIth Century France: the landed Fortune of Constable Anne de Montmorency », French History, 1988, t. 2, no 4, p. 63-82. Pour Corneuil, XI-63 (au Grand Maître) et IV-23 (à Berthereau). Lettres écrites le même jour de Damville. Pour Villiers, I-177, à Berthereau, de Damville le 13 mai (1526).

134 IV-23.

135 Moreau-Nelaton E., op. cit., p. 227. Dans son ouvrage, l’auteur a répertorié toutes les lettres de la série « L » des ACC relatives à la baronnie de Fère-en-Tardenois, ce qui englobe tout le XVIe siècle et une partie du XVIIe. Il en cite d’ailleurs de longs extraits.

136 Ibid., p. 227-228 et VI-108.

137 Ibid., p. 316. L’inventaire de ses biens date du 28 mars 1552.

138 Pour les oiseaux, X-83 ; pour la seigneurie, IX-142 et XI-147 ; pour le parc, V-259, IX-142 et IX-211. Pour les chats, IX-211.

139 XIV-80, XIV-77, XIII-185 et XIII-339, écrites à Nogent/Seine entre le 20 et le 30 décembre 1529. La lettre XV-315 a été écrite à Chaumont/Loire et date du 5 octobre 1530.

140 XIV-80. L’« estrème colyque qui le tormante » revient dans la lettre XIV-77.

141 Pour 1528, III-102 et XV-367. Pour 1530, XII-284 et VI-283. Pour les quatre autres lettres, il s’agit de lettres d’étape qui servent à M. de Magny à baliser la route qu’il emprunte en maintenant le contact avec Berthereau. Elles ne contiennent rien de précis ou d’exploitable.

142 AD Hte-Gar., C 2277 : P-V des États du Languedoc, fo 593-416.

143 Ibid., fo 459-468. La liste des commissaires royaux et leurs pouvoirs sont reproduits dans Archives de la France (dir. Jean Favier), t. 3, « le XVIe siècle » par Hamon P. et Jacquart J., Paris, 1997, p. 158-161.

144 AD Hte-Gar., fo 469-507 (1531), fo 508-565 (1532), fo 598-614 (1534). Pour 1536, C 2278, fo 22-42.

145 ACC, série GE, carton 4. Acte daté du 11 janvier 1547.

146 Ibid., série GE, carton 4, acte du 26 mars 1528. Les vassaux sont Gérard Tastevache et Guillaume Duchesne.

147 Ibid., série BA, reg. 2 BA 1, fo 5. L’abbé d’Hérivaux est appelé « Richard Le Boulhié ».

148 Ibid., série GE, carton 3. Le voyage dure du 26 au 29 septembre 1527. Entre le 10 et le 26 septembre, Le Rouillé a pris possession de la terre de Fontenelles, également léguée par Villiers de L’Isle-Adam (reg. 2 BA 1, fo 6).

149 Moreau-Nelaton E., op. cit., p. 219 à 228.

150 II-298. À cette occasion, la petite troupe s’arrête au soir de la première étape à Macquelines, chez le beau-père de Pierre de Garges. Le séjour proprement dit à Fère dure du 20 au 26 octobre et coûte 71 livres et 11 sols. La dépense totale se monte à 96 livres 6 sols tournois, somme allouée en la dépense du compte de Pierre de Garges.

151 ACC, Série BA, reg. 2 BA 1, fo 13-14.

152 Ibid., fo 24.

153 Ibid., Série BA, reg. 2 BA 32 : comptes de la recette de Noël Juger, receveur de Montmorency, pour 1533, chapitre « dépenses de fraiz et mises de justice ».

154 Ibid., série BA, reg. 2 BA 31.

155 Ibid., série BC, reg. 2 BC 15 : Comptes de Villiers-le-Bel pour 1530. Les autres auditeurs sont Jehan Sauguin, Jehan Legrant, bailli de Beaumont-sur-Oise et Jacques de Piennes.

156 Ibid., série BC, reg. 2 BC 16 : Comptes pour Villiers-le-Bel pour 1531. Les recettes de 1530 et 1531 sont sensiblement équivalentes : 477 livres pour 462 livres. L’abbaye de « La Solve » est en fait celle de la Selve Majeure.

157 Ibid., série BA, reg. 2 BA2.

158 Ibid., fo 301.

159 Ibid., fo 294.

160 Ibid., fo 295 à 298.

161 Ibid., fo 300.

162 Ibid., fo 300 vo.

163 Ibid., fo 301.

164 Ibid., fo 232 vo.

165 Idem.

166 Ibid., série BA, reg. 2 BA 9, fo 35, 70, 89 et 133 vo ; reg. 2 BA 6, fo 11, 127, 204 et 233.

167 Ibid., Série BC, reg. 2 BC 16, Comptes de Villiers-le-Bel pour 1531.

168 Ibid., série BC, carton 4.

169 Ibid., série BA, reg. 2 BA 31, comptes de Pierre de Garges…, chapitre « dépenses liées à des achats de terres ».

170 Ibid., série BA, reg. 2 BA 1 (Inventaire…), fo 13. Bail daté du 29 mars 1527.

171 Ibid., série BA, reg. 2 BA 32 (Comptes de la recette de Noël Juger pour 1533), chapitre « dépenses diverses ».

172 Ibid., série BA, carton 12.

173 Huppert G., Bourgeois et gentilshommes, la réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, 1983. chapitre IV et en particulier les pages 61 à 64 concernant Thomas Bohier et Chenonceaux.

174 ACC, série BD, carton 1. Ponthus de Rapillart est l’un des 100 gentilshommes de l’Hôtel du roi.

175 Ibid.

176 Ibid.

177 Ibid.

178 Ibid. Berthereau se sert d’intermédiaires : « noble homme Martin Soude, archer de la Porte du roy » (dont le capitaine depuis 1540 se nomme Charles de Magny) et son receveur, « honorable homme Jehan Fromont ».

179 Ibid. En 1567, une technique similaire est employée pour se rendre possesseur du comté de Dammartin, avec Jean d’Alesso utilisé comme prête-nom. ACC, série CA (Dammartin), carton 3.

180 I-87, Hérivaux au maréchal de Montmorency, de Paris, le 5 janvier 1524.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 – Nombre de lettres des officiers domestiques majeurs.Note 3131
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Tableau 2 – Évocations et citations dans les lettres des officiers domestiques majeurs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Tableau 3 – Nombre de citations et ratios par thème.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Tableau 4 – Nombre d’évocation et ratios par thème.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Graphe 1 – Positionnement théorique de chaque officier par rapport au Grand Maître en fonction des évocations. (N.B. : le cercle représente le cercle des moyennes.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Graphe 2 – Positionnement théorique de chaque officier par rapport au Grand Maître en fonction des évocations. (N.B. : le cercle représente le cercle des moyennes.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Graphe 3 – Mentions des membres du groupe dans les lettres adressées au Grand Maître et à son secrétaire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Légende. I : Affaires des Montmorency ; II : Famille Montmorency ; III : Travaux à Chantilly ; IV : Affaires du roi ; V : Famille Le Rouillé ; VI : Carrière de M. d’Hérivaux.Graphique 1 – Répartition thématique et quantitative des lettres de M. d’Herivaux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Légende. I : Affaires des Montmorency ; II : Famille Montmorency ; III : Travaux à Chantilly ; IV : Affaires du roi ; V : Famille de M. d’Iverny ; VI : Carrière de M. d’Iverny ; VII : Demande ; VIII : Recommandation ; IX : Divers79Graphique 2 – Répartition thématique et quantitative des lettres de M. d’Iverny.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Légende. I : soldes des compagnies ; II : Argent de la guerre ; III : Famille Montmorency ; IV : Chantilly ; V : Autres Terres ; VI : Argent Montmorency ; VII : Autres affaires des Montmorency ; VIII : Nouvelles de la cour ; IX : Recommandation ; X : Affaires personnelles ; XI : Transmission de lettres ; XII : Tapisseries ; XIII : Santé ; XIV : Cadeaux ; XV : Obéir à un ordre du Grand Maître ; XVI : Autres.Graphique 3 – Répartition thématique et quantitative des lettres de Jean Grolier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Légende. I : Travaux de Chantilly ; II : Gestion de Compiègne ; III : Gestion de Fère ; IV : Gestion de Villiers ; V : Gestion de Beaumont ; VI : Gestion de Chantilly ; VII : Santé des Montmorency ; VIII : Nouvelles de ses frères ; IX : Exécution d’ordres ; X : Envoi de papiers ; XI : Autres.Graphique 4 – Répartition thématique et quantitative des lettres de Pierre de Garges.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Légende. I : États du Languedoc ; II : Blés du Languedoc ; III : Gestion des biens bourguignons ; IV : Gestion de Fère ; V : Gestion de Monbéron ; VI : Montres de la compagnie ; VII : Galères du Grand Maître ; VIII : Dettes du Grand Maître ; IX : Demande d’instructions ; X : Santé ; XI : Autres.Graphique 5 – Répartition thématique et quantitative des lettres de M. de La Mairie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Légende. I : Galères ; II : Comptes ; III : Biens ; IV : Languedoc ; V : Vie à Marseille ; VI : Tour d’If ; VII : Recommandations ; VIII : Recommandations de capitaines ; IX : Cadeaux ; X : Prisonniers ; XI : Affaires personnelles ; XII : Affaires de Berthereau ; XIII : Autres.Graphique 6 – Répartition thématique et quantitative des lettres de Christophe de Lubiano.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Légende. I : Famille Montmorency ; II : Vie à Chantilly ; III : Affaires personnelles ; IV : Distribution du courrier ; V : Construction de Chantilly ; VI : Biens des Montmorency ; VII : Nouvelles de la cour ; VIII : Cadeaux.Graphique 7 – Répartition thématique et quantitative des lettres d’Yvon Pierres.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105279/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540