Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anne de Montmorency

 | 
Thierry Rentet

Première partie. Les fondements de la puissance

Chapitre I. La famille et les alliances

Texte intégral

  • 1 Gaudemet J., Le mariage en occident, Paris, 1987. Flandrin J.-L., Familles. Parenté, maison, sexua (...)
  • 2 Selon une autre version, l’ancêtre des Montmorency se serait converti au christianisme en même tem (...)

1Sous l’Ancien Régime, le mariage dépasse largement le cadre de l’union entre deux individus. À travers lui, les familles recherchent honneur et respectabilité. C’est aussi vrai pour les paysans que pour les nobles1. Toutefois, pour ces derniers, la notion de lignage, c’est-à-dire la longue chaîne des ancêtres et la promesse de descendance (mâle) induite par le mariage, est au centre des tractations qui précèdent les accordailles. Les Montmorency ne dérogent pas à la règle. Fiers d’un ancêtre converti à la foi chrétienne par saint Martin en personne2, ils ont de tout temps recherché les alliances prestigieuses, tout en n’hésitant pas, le cas échéant, à consentir à des unions certes plus modestes, mais plus rentables à terme. L’illustration de cette double et habile politique matrimoniale se retrouve chez Guillaume et son fils Anne.

Les Montmorency en 1530 : une famille unie et à nouveau puissante

Guillaume de Montmorency : le pater familias

  • 3 Le lignage compte trois connétables : Thibaut (mort vers 1086), puis son petit-fils Mathieu Ier, p (...)
  • 4 Sur cette phase de récupération, voir, entre autres, l’Histoire de la France rurale, Paris, 1975, (...)
  • 5 S’il garde seul le titre, deux décisions du Parlement de Paris l’obligent à partager la baronnie a (...)
  • 6 Il devient seigneur de Chantilly en 1492 après le décès de son oncle maternel Pierre d’Orgemont.
  • 7 Bedos Rezak B., Ibid, p. 25.

2La longue galerie des ancêtres du lignage est plutôt flatteuse. Bouchard le Barbu, premier Montmorency connu, apparaît dans un acte de 1005. Après une expédition punitive menée par le roi Louis VI, ses descendants demeurent fidèles aux Capétiens. Ils obtiennent en retour de nombreux offices curiaux3. Le lignage connaît cependant des difficultés lors de la seconde phase de la guerre de Cent Ans et la première moitié du XVe siècle voit un repli des Montmorency, marqué par une diminution des titres et des offices curiaux et des mariages moins éclatants que lors des siècles précédents. Néanmoins, cette perte de prestige cesse avec le baron Guillaume. En effet, le père du Grand Maître est strictement contemporain de la très longue récupération démographique, économique et politique qui stimule le royaume de France entre 1450 et 15304. Il naît en 1451 de l’union contractée par Jean de Montmorency avec Marguerite d’Orgemont sa seconde épouse. Au départ, Guillaume n’est qu’un puîné, mais les aléas familiaux vont bouleverser la destinée du lignage. La première chance de Guillaume est l’exhérédation de ses deux frères aînés : Jean, seigneur de Nivelle et Louis, seigneur de Fosseux, issus d’un premier lit. Ainsi en 1477, à la mort de son père, Guillaume devient baron de Montmorency5. Sa deuxième chance est d’épouser en 1484 Anne Pot, fille du célèbre Guy Pot, orateur de la noblesse aux États généraux de 1484, auxquels assiste Guillaume. Grâce aux Pot, de bonnes seigneuries bourguignonnes viennent gonfler le capital foncier de Guillaume. Sa troisième chance est d’avoir recueilli deux beaux héritages : celui des Pot et celui des Orgemont6. Enfin, dernière mais précieuse chance, il engendre une descendance nombreuse, sa femme lui donnant quatre garçons et trois filles. Né en 1493, Anne n’est que le second fils du couple. Mais en deux ans, il devient l’héritier de la lignée par la mort de son aîné Jean (1516), puis du fils de celui-ci Claude (1518). Comme le souligne Brigitte Bedos Rezak : « Il a fallu des guerres civiles, des procès, des morts inattendues pour permettre à ce deuxième fils d’un troisième fils [l’auteur aurait pu ajouter : “lui-même issu d’un second mariage”] d’accéder à la tête de l’antique seigneurie7. »

  • 8 Il se trouve aujourd’hui au Musée de Lyon.
  • 9 Jourda P., Marguerite de Navarre, Paris, 1930, p. 54-55.

3Les portraits de Guillaume de Montmorency, notamment celui peint par Clouet8, laissent entrevoir un vieil homme très austère. Cette image léguée à la postérité contraste avec l’anecdote du banquet offert par le roi aux ambassadeurs d’Henry VIII dans la cour de la Bastille : « Le souper fini, on se masqua pour danser sans souci du rang et de l’âge, pour s’amuser plus librement : l’on vit ainsi travesti M. de Montmorency, qui avait plus de 70 ans9. »

  • 10 Baillargeat R., Vie et œuvre des seigneurs de Montmorency, Paris, 1959, t. 1 : « L’église collégia (...)
  • 11 Chronologiquement : XI-270 d’Ecouen le 17 juillet 1529 ; XI-268, de Chambly le 20 janvier 1530 ; X (...)
  • 12 BnF, ms. fr. 4051-20, de Chantilly, le 5 juillet 1530 ; fr. 4051-2 et 4754-32 de Chantilly, en jui (...)
  • 13 XI-269 et XI-271.
  • 14 BnF, ms. fr. 4051-2 et fr. 4754-32.
  • 15 Idem, fr. 4754-9, 4754-75 et 4754-32. Jacqueline de La Trémoille, dame de Jonvelle, avait été fianc (...)
  • 16 XI-268.
  • 17 XI-270.
  • 18 Les lettres adressées au secrétaire commencent par un « Berthereau » très sec.
  • 19 XI-268.
  • 20 Cette forêt est située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Damville, une seigneurie appartena (...)

4Les rapports du père et du fils semblent sans ombre. Anne voue même une très grande piété filiale à ses parents, au point de faire achever les travaux de rénovation de la collégiale Saint-Martin de Montmorency entrepris par Guillaume10. En outre, les lettres du père au fils précisent les relations entretenues par les deux hommes. Il semble que Guillaume ait peu écrit à son fils directement. Pour les années 1529-1530, seules quatre lettres ont été conservées aux ACC11, alors que la BnF est un peu plus favorisée avec six lettres12. On peut répartir ses missives en deux blocs. D’un côté les comptes rendus de la vie à Chantilly, soit sur la grossesse de sa bru, Madeleine de Savoie13, soit sur les visites reçues au château14. De l’autre côté les lettres contenant des demandes. Demande pour qu’Anne obtienne un prieuré au frère de Mme de Jonvelle15 ; pour qu’il vienne en aide à sa sœur abbesse de Maubuisson troublée dans la jouissance de son bénéfice16 ; pour que son fils parle au roi en faveur du contrôleur Meigret17. Les lettres échangées entre les deux hommes étaient-elles plus nombreuses ? Probablement. Cependant, une autre explication pourrait fournir un début de réponse à ce surprenant silence épistolaire. Pour la période 1529-1530, Guillaume écrit quatre fois plus à Nicolas Berthereau qu’à son fils Anne. Dans les missives au secrétaire, le ton et les sujets abordés diffèrent plus ou moins grandement de ceux présents dans les lettres à son fils18. Tous les billets de Guillaume sont courts. Ils n’excèdent pas dix lignes, et ils vont droit au but. La lettre du 21 janvier 153019 témoigne parfaitement de la pensée de son auteur. Les trois premières lignes exposent le problème : la sœur d’Anne de Montmorency, Marie, abbesse de Maubuisson, est empêchée dans la jouissance d’un droit dans la forêt de Merey20 par l’action de M. de Garancières. Les trois lignes suivantes décrivent les procédures en cours et les appuis dont dispose M. de Garancières. Enfin les trois dernières énoncent la solution à apporter en demandant (ordonnant) au Grand Maître de parler de l’affaire au gouverneur de Normandie, M. de Brézé.

  • 21 Bedos Rezak B., op. cit., p. 21-22 et Mirot L., Histoire du château de Chantilly, Paris, 1925, p.  (...)
  • 22 Ibid., p. 84 et p. 52. Dans la série « L », quelques lettres d’Yvon Pierres : XIII-297, XIV-160, X (...)
  • 23 Ibid., p. 84 et p. 53.

5L’impression d’ensemble qui se dégage des billets du vieux baron est celle d’un homme habitué à être obéi qui a banni de son vocabulaire toute forme de redondance et de phrases inutiles. Il se comporte comme un véritable pater familias qui maintient ses droits et ceux de sa lignée envers et contre tout. Certes, le cercle des personnes qu’il recommande à l’intention de son fils est restreint, qu’il s’agisse de l’une de ses filles, d’un cousin comme l’évêque de Limoges, ou encore de serviteurs du château comme Yvon Pierres ou Pierre de Garges. Mais, ce qu’il importe de relever, c’est qu’on fasse toujours appel à lui, voire que c’est lui qui prenne les décisions en l’absence de son fils, quand, par exemple, il fait enfermer dans un coffre tous les papiers trouvés au domicile de l’abbé d’Hérivaux dont il vient d’apprendre le décès. De plus, c’est lui qui reçoit le roi à Chantilly en 152721, puis M. du Praët accompagné de la marquise de Zenète en juilletaoût 153022 et enfin M. de Noircarmes en septembre de la même année23. À ces occasions, surtout semble-t-il pour la venue de M. du Praët, lui qui est décrit comme plutôt économe, voire avare, dépense sans compter. C’est du moins ce que laisse entendre le capitaine de Chantilly dans une lettre écrite à Berthereau :

  • 24 XIII-52, Chantilly le 30 mai 1530.

« Le grant maistre voulloit que l’on ne espargnast riens à madame [Madeleine de Savoie], n’y à ceulx qui la viendront veoir et que si M. son père plaignoit la despence, que je y fournisse. Je vous asseure qu’il n’y a personne que s’en soit encores plainct… et aucune manie n’y a cessé que mondit seigneur [Guillaume] ait riens plainct et a plus grant peur qu’il n’y ait faulte de riens que nul autre, et suys esbay dire dont ce est venu24. »

  • 25 ACC, série BA (Montmorency et Enghien), registre 2 BA 8, fo 89 pour Boissy et fo 128 pour Saint-Le (...)
  • 26 XI-269.

6L’affection n’empêche pas respect des cadres légaux de la féodalité. Anne prête foi et hommage à son père à deux reprises en 1527 pour des fiefs qu’il a achetés et qui relèvent du seigneur de Montmorency : ceux de Boissy-lès-Taverny et de Saint-Leu acquis de Joseph de Montmorency25. Néanmoins, le fils admire et continue de craindre son père. Il prévient tous ses désirs. Ainsi, lorsque Guillaume demande « une petite mule pour me aider à revenir du parc et du jardin », Anne fait intervenir ses hommes de confiance et la mule est trouvée26. Le père ressent de la fierté pour son cadet devenu l’aîné de ses fils et qui réussit au-delà des espérances placées en lui. Dans ces conditions, on pourrait craindre les réactions des autres rejetons de Guillaume vis-à-vis d’un frère aussi bien servi par la chance. Il n’en est rien, car ils profitent eux aussi des retombées de la gloire du Grand Maître en n’hésitant pas à le solliciter à chaque fois que cela est nécessaire pour eux-mêmes ou pour un de leurs fidèles.

Dans l’ombre du Grand Maître : le frère et les sœurs

  • 27 Du Chesne A., op. cit., p. 360. Aucun des cinq fils d’Anne ne sera clerc.
  • 28 Ibid., p. 355. Pour la liste des gouverneurs au XVIe siècle, voir Harding R., Anatomy of a Power E (...)
  • 29 Du Chesne A., op. cit., p. 372.
  • 30 Ibid., p. 373.

7Vers 1530, Anne de Montmorency a déjà perdu deux de ses frères. Jean, son aîné, est mort d’une fièvre contractée en 1516. Philippe le puîné, est le seul garçon dont Guillaume ait fait un ecclésiastique. Après avoir reçu l’archidiaconé de Blois en 1514, il devient évêque de Limoges en 1517 et le demeure jusqu’à sa mort en 151927. Il ne reste à Anne que son frère cadet François, seigneur de La Rochepot. Depuis 1528, celui-ci occupe la charge de lieutenant général en Picardie en l’absence du gouverneur de cette province, Charles de Bourbon, duc de Vendôme28. En revanche, les trois sœurs du Grand Maître, Louise, Anne et Marie, sont encore en vie. Les deux premières ont été bien mariées par leur père. Louise a épousé successivement Ferry de Mailly, baron de Conty, mort en 1512, puis Gaspard de Coligny, seigneur de Châtillon, maréchal de France, mort en 1522. De son côté, Anne a épousé en 1517 Guy XVI de Laval, que François Ier a nommé le jour de son mariage amiral de Bretagne et gouverneur et lieutenant général pour le roi pour cette même province29. Marie, quant à elle, est religieuse. D’abord simple moniale à l’abbaye de Variville, elle devient abbesse de Maubuisson en 1529. À ce tableau de famille, il faut ajouter Guillaume, fils bâtard du baron Guillaume, gentilhomme et homme d’armes de la compagnie de François de Montmorency (le fils du Grand Maître), en 155930.

  • 31 XV-47. Elle est cependant antérieure à juillet 1531, mois de son décès, probablement 1530 à cause (...)
  • 32 XI-244, de Mello, le 9 juillet 1530. Cependant La Rochepot a écrit au moins 3 lettres à Berthereau
  • 33 I-35, [s. l. n. d.] ; I-77, de Châtillon, le 8 janvier avant 1526 ; I-98, de Châtillon, le 8 avril (...)

8Le premier constat à faire lorsqu’on se penche sur les relations des membres du lignage entre eux, est décevant. Le nombre très limité de lettres ne permet pas d’essayer de pénétrer l’intimité affective des frères et sœurs, ni de connaître les sentiments des uns pour les autres. Aucune lettre du demi-frère. Aucune lettre de Marie la religieuse. Une lettre d’Anne de Laval, sans date, ni lieu31. Une lettre de François32. La seule à avoir laissé plus de traces écrites est Louise, dont la série « L » a conservé cinq lettres33. C’est peu, mais on peut estimer que Louise et son frère passent une bonne partie des années 1527, 1528 et 1529 à se côtoyer à la cour, mis à part en octobre-novembre 1527 lorsque le Grand Maître se rend en Angleterre. Quand son frère participe aux négociations de Cambrai durant le printemps et l’été 1529, Louise est à ses côtés, car elle accompagne Louise de Savoie.

  • 34 XI-243, de Chantilly, le 16 août 1529.
  • 35 Mathieu de Longuejoue au Grand Maître, de Bordeaux : VII-46, le 25 juin 1530, et X-173, le 30 juin (...)

9Lorsqu’elle le quitte, elle lui écrit un billet par lequel elle résume ce qu’elle a fait depuis son départ : passage à Saint-Germain, puis venue à Chantilly voir son père et les travaux du château. Elle regrette de ne pas être passée par Fère « voyr vostre parc, n’eust esté que tousjours depuis que je vous lésé, je est eu une grant payne d’avoir fort mal aux dens34 ». Elle termine sa lettre en évoquant une terre que le roi lui a accordée à la requête de son frère. En 1530, Louise devait, à l’origine, rester à la cour pour informer son frère des potins de celle-ci. Mais, une maladie la contraint à déléguer cette tâche à d’autres personnes35. À partir de juillet cependant, le frère et la sœur sont de nouveau réunis et participent tous deux à la remontée sur Paris.

  • 36 Maubuisson est située le long de l’Oise, à l’opposé du site de Pontoise. Sur l’histoire de l’abbay (...)
  • 37 Dutilleux A. et Depoin J., Ibid., liste des abbesses.
  • 38 XIII-170, de Maubuisson.

10Les relations qu’Anne de Montmorency entretient avec ses sœurs nous échappent en grande partie, peut-être à cause de leur proximité. Mais, grâce à des témoignages de tiers, nous savons que le Grand Maître ne néglige jamais une occasion de s’occuper des intérêts de ceux de son sang. Premier exemple de comportement népotique, celui de la nomination de Marie à la tête de l’abbaye de Maubuisson. Cette abbaye cistercienne royale est l’un des plus prestigieux établissements ecclésiastiques féminins d’Île-de-France36. Le 31 juillet 1529, la 14e abbesse, Henriette de Villiers La Faye meurt37 après un court abbatiat de cinq ans. Les rapports entre celle-ci et le Grand Maître paraissent avoir été cordiaux, si l’on se réfère à la lecture des lettres que la religieuse lui a écrites. Le 24 octobre 1528 par exemple, elle lui adresse un appel au secours afin que celui-ci règle une affaire dans laquelle est impliquée « vostre pauvre prieuse de l’Hostel-Dieu de Ponthoise38 ».

  • 39 XI-236, de Clairvaux, le 20 août 1529.
  • 40 ACC, série GE, reg. 2 GE 11, comptes de Compiègne pour 1537, partie « dépenses », chapitre consacr (...)

11La 15e abbesse est Marie de Montmorency. Sa nomination semble réjouir tous ceux qui interviennent dans l’affaire. Trois semaines après le décès d’Henriette de Villiers, l’abbé de Cîteaux envoie une lettre à Anne de Montmorency39. L’abbé se félicite du bon vouloir du roi et de celui du Grand Maître et envisage les conséquences positives du choix de Marie car « en ce espérons estre et honnourez et supportez aux affaires d’icelle » (les affaires de l’ordre cistercien). Pour prouver sa bonne volonté, l’abbé annonce la nomination comme commissaire chargé de veiller au bon déroulement de l’affaire en cours, de M. de Chaalis qui « a bonne voulunté de vous faire service et à vostre seur ». Laissons de côté la rhétorique pour faire deux remarques sur le fond. L’abbé attend sans aucun doute une attitude réciproque à la sienne de la part des Montmorency. Dans le cas présent, le don contre-don est moral et il est à replacer dans le contexte du début de l’application du Concordat de Bologne. En ne s’opposant pas à la nomination, voire en la facilitant, l’abbé de Cîteaux espère se concilier Anne de Montmorency dont la puissance aux côtés du roi est en train de s’affirmer. L’aspect spatial tient également une place non négligeable. L’abbaye de Chaalis est située à une quinzaine de kilomètres de Chantilly et bien que l’abbé ne réside pas en permanence, loin s’en faut, il fait partie des puissants seigneurs voisins des propriétaires de Chantilly. Un compte de 1537 fait apparaître que l’abbaye de Chaalis figure au rang des établissements ayant bénéficié des aumônes distribuées par le Grand Maître40. Quant à l’ordre de Cîteaux, il suffit de rappeler que son origine bourguignonne laisse entrevoir l’intérêt pour les Montmorency d’entretenir de bons rapports avec ses représentants et de ménager une institution encore influente.

12Les trois sœurs ont adopté vis-à-vis de leur frère des attitudes différentes. L’une ne semble pas avoir été en contact épistolier régulier avec lui, alors que son mari, Guy de Laval, a laissé de nombreuses missives. La deuxième se rapproche spatialement du Grand Maître en étant pourvue de l’abbaye de Maubuisson. La dernière, en épousant des hommes de guerre, en fréquentant la cour, en écrivant lors de séparations, a seule maintenu des liens très forts avec lui, ce qui peut contribuer à expliquer l’attention particulière prêtée à ses neveux Coligny à partir de 1530.

  • 41 Lettres de François à son frère à la BnF, ms. fr. 2974, 3039, 4051.
  • 42 XI-244.

13Une autre cause de cet attachement est peut-être à rechercher dans le fait que son unique frère survivant, François de La Rochepot, n’engendre aucun descendant de son mariage avec Charlotte d’Humières. La quantité insignifiante des lettres échangées entre Anne de Montmorency et son frère François ne permet pas de percer réellement l’intensité des liens unissant les deux frères. Les lettres de la BnF du début des années 1520 sont en fait des comptes rendus techniques sur les campagnes menées le long de la frontière picarde par le cadet des Montmorency : sièges des villes, ravitaillement des troupes, paiements de celles-ci, mouvements des ennemis41… Au total, pas de marques spécifiques de liens fraternels dans cette correspondance entre deux soldats. En outre, il est hasardeux de tirer des enseignements généraux de la seule lettre conservée dans la série « L »42.

  • 43 XII-194, de Saint-Dié, le 12 octobre 1530.
  • 44 Decrue F., op. cit., p. 7, Bedos Rezak B., op. cit., p. 24. Anne Pot meurt le 24 février 1510.
  • 45 Ibid., p. 29 et p. 25. L’acte date du 19 septembre 1522.
  • 46 Le terrier de la seigneurie d’Auxey établi en 1519 présente Anne de Montmorency comme seigneur et (...)
  • 47 X-272. Lettre du 7 novembre 1530, d’Offémont. Louise de Nesle, dame de Mélo et d’Offémont, veuve d (...)
  • 48 AD C-d'O, fonds Blancheton, 31 janvier 1531.

14À côté de cette lettre, La Rochepot rédige trois billets à l’intention de Nicolas Berthereau. Tous les trois laissent entrevoir un personnage tenant son rang, mais plutôt effacé, toujours dans l’ombre d’un frère admiré. Ce qui ne l’empêche pas de tirer profit de la situation pour obtenir des dons et recommander des personnes. Dans la lettre du 12 octobre 153043, La Rochepot rappelle à Berthereau « d’avoir souvenance de Lesance pour le faire coucher en l’estat de varlet de chambre du dauphin ». La deuxième lettre concerne la gestion de ses biens patrimoniaux. Après la mort d’Anne Pot en 151044, Anne de Montmorency hérite de sa mère la seigneurie de La Rochepot qui lui revient en tant que cadet des fils de la défunte. Après 1522, lorsque le vieux baron Guillaume (il a plus de 70 ans) rédige son testament45, la seigneurie de La Rochepot46 revient à François, alors qu’Anne garde celle de Châteauneuf. Cependant, la gestion des biens que les deux frères possèdent en Bourgogne, ne semble pas totalement séparée. C’est ce que confirme la lettre47 par laquelle La Rochepot informe Berthereau qu’il envoie à son frère un porteur « pour luy faire les devoirs de quelque disme qui la achetés, mouvant de la seigneurie de Chasteauneuf ». On peut même dire que les officiers bourguignons d’Anne s’occupent également des affaires de François. Simon Belot, capitaine et châtelain de Châteauneuf pour le premier, est présenté dans trois documents comme procureur du second, à l’occasion de l’attribution de baux à cens annuel et perpétuel de parcelles de vignes sises à Saint-Romain48. Cette perméabilité recouvre une réalité féodale complexe dans laquelle les liens du sang et ceux de l’hommage sont entremêlés.

  • 49 V-39. La lettre XV-322, écrite par un certain Mouton et adressée à Berthereau fait état d’un prêt (...)

15La dernière lettre laissée par M. de La Rochepot accentue l’impression d’un seigneur peu engagé dans une gestion stricte de son patrimoine, tout en faisant ressortir son caractère impécunieux. À cette occasion, sa missive49 à Berthereau ne vient qu’en troisième tentative pour obtenir de l’argent prélevé sur une amende. Une fois de plus, le secrétaire du Grand Maître fait office d’agent de liaison entre les deux frères. Un rôle qu’il assume à des degrés divers, en fonction de sa disponibilité et de l’objet de la demande.

  • 50 CAF, pour François 1 200 livres, le 11 janvier 1527, t. VI-8954 ; pour Guillaume, 3 000 livres, le (...)
  • 51 XII-194.
  • 52 VI-251, de Chantilly, le 13 novembre 1529 ; XIV-82, de Chantilly, le 29 décembre 1529 ; XI-267, de (...)

16Il semble bien que l’un des principaux soucis de François de Montmorency soit de recueillir de l’argent venu en grande partie des dons et pensions royaux. D’ailleurs, en consultant le CAF (Catalogue des Actes de François Ier), on s’aperçoit qu’il fait partie des grands noms de la cour qui touchent très régulièrement leur dû, ainsi que d’autres membres de sa famille. Est-ce un hasard si, en quatre jours, François, Guillaume et Louise reçoivent, les deux premiers leur pension et la dernière un don royal50 ? Dans l’une de ses lettres, François demande à Berthereau « de ramentevoir à monseigneur le grant maistre ma despence de ma pension de l’année passée51 ». Au même et à quatre reprises, Guillaume demande de s’occuper du versement de sa pension52. Le harcèlement épistolaire de la fin 1529-début 1530 s’explique probablement par la difficulté rencontrée par les officiers curiaux pour obtenir le paiement de leurs pensions. Cette période coïncide avec celle de la réunion de la rançon du roi.

  • 53 XI-243.
  • 54 XI-244.

17Ainsi, frère et sœurs ont recours au Grand Maître ou à son secrétaire pour réaliser des promesses de dons, de pensions ou d’offices. Mais leurs lettres ne laissent que peu de place aux petits soucis quotidiens. Louise parle de sa rage de dents53 et François évoque sa jambe qui « n’est point encore de tout asseurée54 ». Faut-il en conclure que leurs rapports sont totalement dénués d’affection ? Certainement pas, car une bonne partie des échanges doit se faire soit directement par oral, soit par l’intermédiaire de tierces personnes, comme dans le cas de la femme du Grand Maître, Madeleine de Savoie.

Madeleine de Savoie : une épouse soumise, exigeante et surveillée

  • 55 En revanche, le t. XVI (1541-1559), contient 3 lettres du connétable à sa femme (104, 105, 106).

18Pour la période 1527-1530, il n’existe aucune lettre d’Anne de Montmorency à son épouse, et celle-ci n’a laissé qu’une seule missive adressée à son mari55. Pourtant, ne serait-ce que pour l’année 1530, Madeleine de Savoie, qui reste éloignée de lui pendant huit mois et qui espère donner naissance à leur premier garçon, aurait de quoi raconter à son époux. En fait, certains membres de leur entourage leur servent d’intermédiaires.

19Dans le sens Chantilly-Bayonne, Yvon Pierres, maître d’hôtel de Madeleine et, accessoirement, Pierre de Garges, le capitaine de Chantilly, envoient des nouvelles à Berthereau, que celui-ci répercute auprès du Grand Maître. En sens inverse, c’est le secrétaire qui est chargé d’informer la Grande Maîtresse sur la santé de son mari. Et malheur à lui s’il oublie d’écrire, car il se fait aussitôt rappeler à l’ordre, non par Madeleine elle-même, mais par Yvon Pierres sur injonction de sa maîtresse.

  • 56 IX-107.
  • 57 XIII-236.
  • 58 XIII-295.

Le 21 février 1530 : « Regardez de luy an mandez le plus souvant que vous pourez, car san se la, elle haura grousse fascherye56. »
Le 6 mai : « Madame à soyr se playgneyt de vous… que vous datez vos lestres de Bayouge [Bayonne] et qu’il [le Grand Maître] estoyet encore à Fontarabye et que il ne vous soyt nul gré dont ne luy mandez la vérité. Je luy ay dyt que je croyays sy vos lestres estoyent datés de Boygne [Bayonne] que monseigneur y estoyt, elle m’a dyt qu’elle avoyt sceu le contrayre par deulx lyeux. Je vous en avertys comme à mon amy57. »
Le 27 juillet : « Madame est toute ébaye que ne luy escryvez que de scavés car à l’aucasyon qu’elle a esté en payne de monseigneur, on luy envoye les lestres de Parys que on escryst à la cour et M. le premyer présydent luy en envoye ugne que monseigneur luy escryvyst de Moulyer [?]. M. de Vylleroy luy en a envoyé une que maistre Cosme [Clausse] luy escryvyst de Barbésyeux58. »

  • 59 Parmi beaucoup de cas de perte de lettres : IX-182, Lubiano à Berthereau ; VII-252, Pointet au mêm (...)

20Ces quelques bouts de lettres révèlent l’attachement qui lie deux hommes au service de la même famille. Yvon Pierres prévient amicalement Nicolas Berthereau du ressentiment que sa maîtresse éprouve à son égard, car le secrétaire ne remplit pas assez au goût de celle-ci l’un des rôles à lui assignés, qui consiste à donner des nouvelles le plus régulièrement possible. Dans les conditions d’acheminement du courrier à l’époque, la régularité épistolaire est l’unique moyen dont disposent les correspondants pour pallier les inconvénients induits par la durée d’acheminement. Encore faut-il que le courrier passe, car un tel désagrément existe fréquemment en temps normal, comme le montrent les nombreuses lettres évoquant ce problème de la rupture du cordon épistolaire59. Dans le cas présent, Berthereau ne peut pas justifier l’absence de lettres de sa part car les allers-retours non seulement fonctionnent bien, mais s’effectuent en grand nombre.

  • 60 XIII-295.
  • 61 Decrue F., op. cit., p. 148.
  • 62 Ibid., p. 18, et 143.
  • 63 Ibid., p. 168. La surintendance des chantiers royaux appartient au Grand Maître de France. Bedos R (...)
  • 64 Decrue F., op. cit., p. 169.
  • 65 Les relations entre le Grand Maître et M. de Villeroy ont été mises en évidence par Hamon P., op. (...)
  • 66 Clausse au Grand Maître, 3 lettres : IV-136, X-63, X-145 ; à Berthereau, 13 lettres : III-92, III- (...)
  • 67 M. de Villeroy au Grand Maître : I-172, I-174, I-241, X-312 ; à Berthereau : III-300, IX-239, XIV- (...)

21La multiplicité des moyens d’information auxquels Madeleine de Savoie peut avoir recours pour obtenir des nouvelles de son mari est grande, puisque par deux fois Yvon Pierres signale deux autres sources. Dans sa lettre du 27 juillet 153060, il mentionne les noms des personnages ayant fait parvenir des lettres à la femme du Grand Maître. Il s’agit du premier président du Parlement de Paris, Pierre Lizet, et de Côme Clausse, seigneur de Marchaumont, secrétaire des finances, attaché au service du duc d’Orléans, Henri. Clausse a rejoint son maître lors des derniers mois de captivité de celui-ci en Espagne61. Après sa libération, il correspond avec Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, autre secrétaire des finances, mais qui est lui agrégé à l’un des réseaux d’Anne de Montmorency62. Villeroy, demeuré à Paris une partie du printemps et de l’été 1530, a reçu la double mission de servir de point d’appui parisien pour coordonner la collecte de la rançon pour l’Île-de-France, avant de l’expédier vers Bayonne, et de surveiller les travaux de Chantilly63. L’exécution de ces deux charges n’est peut-être pas étrangère à sa nomination de contrôleur des chantiers royaux64. Clausse et Villeroy appartiennent au même milieu des serviteurs royaux engagés dans le maniement des finances royales65. Ils servent chacun un maître, mais comme le duc d’Orléans et le Grand Maître entretiennent de bonnes relations, les serviteurs profitent de leur double affinité professionnelle et patronale pour échanger des informations par courrier. De cette manière est vérifiée la grande porosité pouvant exister entre deux réseaux mettant leur connivence en commun pour le bien et le service des maîtres, au risque parfois de court-circuiter malgré eux l’informateur principal. Ni Clausse66, ni Villeroy67 n’ont agi dans l’intention de nuire à Nicolas Berthereau en faisant parvenir à Madeleine de Savoie une lettre du premier au second, mais cela rentre dans un système normal de transmission de l’information concernant le maître.

  • 68 Pierre Jourda avait déjà relevé le problème de l’absence de correspondance entre Marguerite de Nav (...)
  • 69 Katia Béguin ne fait mention que de quelques lettres entre Henri II et son fils Louis (le Grand Co (...)

22C’est d’ailleurs le dernier enseignement des lettres d’Yvon Pierres. Ses courriers reflètent l’organisation pyramidale d’une société dans laquelle les représentants des puissantes familles ne communiquent presque pas entre eux directement, mais utilisent les services de fidèles68. Un siècle plus tard, les Condé père et fils ne s’écrivent pas davantage69. Les Montmorency se conforment à cette règle en pratiquant le ricochet épistolaire. Le système est conçu pour éviter une perte de temps pour les princes. Il est considéré à la fois comme un devoir et comme un honneur de la part du fidèle à qui incombe la tâche de donner des nouvelles de son maître. Il suppose une grande confiance, voire une certaine complicité entre le puissant et son serviteur.

  • 70 Blimer P., « Qui était Madeleine de Savoie ? », BSHM, no 11, 1993, p. 12-14. Celle-ci est la nièce (...)
  • 71 Deux filles sont déjà nées : Eléonore et Anne. Neuf autres enfants naîtront après 1530 : Jeanne, C (...)
  • 72 Le « beau filz » à venir est aussi évoqué par Simon de Bury, l’un des valets de chambre du Grand M (...)

23Ceci peut se vérifier avec la grossesse de Madeleine de Savoie. Mariée à 21 ans en janvier 1527, à Anne de Montmorency70, Madeleine n’accouche du premier enfant mâle du couple que le 17 juillet 153071. L’arrivée de l’héritier met fin à une attente de trois ans et demi, attente partagée par la famille, mais aussi par les serviteurs. À l’instar du futur grand-père, tout le monde semble persuadé que la Grande Maîtresse attend un fils72. N’écrit-il pas au Grand Maître :

  • 73 XI-271, Chantilly, le 16 mars 1530.

« Dieu vous donne beaucoups d’enffans, comme j’espère. Qui fera lungne [lignée] ne mourroit pas de sang quant il auroit cella. Et quant au petit que a ma fille, vostre femme, en son ventre, il semble qu’il ce porte très bien et la mère aussy73. »

  • 74 Simon de Bury (« et aparsoit l’on bien la rondeur de son ventre » [VIII-108]) et Pierre de Warty ( (...)
  • 75 Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly : XIII-221 (13 avril), IV-310 (18 avril), XIV-217 (22 avri (...)
  • 76 Le 13 mai, Yvon Pierres dit avoir reçu le matin même une lettre de Berthereau datée du 9 (XIII-243 (...)

24À travers ces mots, on ressent à la fois la conscience très forte d’appartenir à un lignage, l’obsession de vouloir le perpétuer et le soulagement qu’enfin la descendance est en voie d’être assurée. Il faut dire que le baron Guillaume a presque 80 ans et que, jusqu’à cette date, aucun de ses fils survivants n’a donné d’héritier à sa vieille Maison. Aussi, la grossesse de l’hiver 1529-printemps 1530 est-elle particulièrement surveillée. Le mieux placé, mais non le seul74, pour rendre compte de la gestation est sans doute Yvon Pierres. Du 13 avril au 7 juillet 1530, il envoie à Berthereau 22 courriers75. Pratiquement tous contiennent la même phrase : « Pour toujours contynuer à vous faire savoyr des nouvelles de madame ma métresse qui est, la grasse à nostre seigneur, an ausy bonne santé que la vystes jamès et an povez asurez Monseigneur. » Il ne faut sans doute pas voir dans cette répétitivité, un manque d’imagination de la part d’Yvon Pierres, qui se laisserait gagner, au fil des semaines, par une banale routine épistolaire. Tout au contraire, il se veut avant tout rassurant. Sa conduite est dictée, en grande partie, par l’éloignement du Grand Maître et de son secrétaire. Néanmoins, les 200 lieues séparant Chantilly de Bayonne sont parcourues par les chevaucheurs des postes en un temps record de quatre à cinq jours seulement76.

  • 77 Quatre lettres d’Yvon Pierres mentionnent l’imminence de l’accouchement : XIII-258, le 25 mai ; XI (...)
  • 78 X-198 : Louis Braillon au Grand Maître, de Chantilly, le 27 juillet 1530. Sa visite est annoncée p (...)
  • 79 Yvon Pierres revient aussi sur le niveau de nuisance sonore émis par le bébé : « Et quant ylle tes (...)

25Après quelques hésitations sur la date de l’accouchement77, celui-ci intervient enfin le 17 juillet 1530. Le nouveau-né devient le centre d’intérêt des lettres écrites par les serviteurs et par les visiteurs de Chantilly qui ne manquent pas de venir rendre une visite à la mère et au nourrisson. Entre le 25 juillet et le 28 août 1530, Yvon Pierres écrit dix lettres à Nicolas Berthereau, essentiellement consacrées à la santé du petit Montmorency. Ce dernier reçoit la visite de Louis Braillon, l’un des médecins du roi, un proche de Louise de Savoie. Le praticien envoie un rapport circonstancié au père78. C’est lui qui donne l’autorisation à Madeleine de Savoie de rejoindre son mari : « Après la my aoust, elle pourra partir pour aller vers vous », en ajoutant un commentaire entendu : « Et [elle] espère qu’elle ira si bien disposée que devant ung an elle sera en couche. » Quant à l’enfant, « il est très beau, bien complexioné et tiendra de vous en complexion et y a telle et si grande expectation79 ».

  • 80 VII-281, M. de Santhe à Berthereau, de Chantilly.
  • 81 XIII-165, Charlotte d’Humières au Grand Maître, de Chantilly.
  • 82 XV-72, Gabriel de Davant à Berthereau, de Paris, le 20 juillet 1530. La lettre de M. de Castres ne (...)
  • 83 XI-234, M. de Castres au Grand Maître, de Paris : « Monsieur de Villeroy et moy nous en irons tout (...)
  • 84 XIII-121, de Chantilly, le 25 juin 1530.

26Au cours de l’été 1530, Madeleine de Savoie se rétablit. Cependant, aucune lettre ne mentionne ses relevailles. L’enfant grandit, grâce au bon lait de sa nourrice et aux sollicitudes des adultes qui l’entourent. Car l’héritier se porte comme un charme et tous les visiteurs qui défilent devant lui s’accordent à le trouver beau. Il se nourrit bien, ainsi que le font remarquer M. de Santhe, le 8 août : « Madame est au mieux qu’il est possible et mon petit seigneur prent bonne noriture80 », et la belle-sœur du Grand Maître le 10 octobre : « Je vous promès que ne ce porte pas moins bien et sy continue comme il commance, j’essepère quy sera onque foy en bon point et l’a déjà le visage aussy gros [que] moy81. » Après être venu contempler l’enfant, Gabriel de Davant, accompagné d’un autre serviteur d’Anne de Montmorency, Pierre Audebert, ne peut retenir sa plume et laisse glisser ces mots : « J’ay vu le daufin de Chantilly et l’ay veu bien jasé comme verrés par les lettres de M. de Castres82. » Certains serviteurs vont plus loin dans les marques d’affection prodiguées à la mère et au fils. M. de Villeroy se rend à Chantilly dès le 17 juillet83. Cependant, trois semaines auparavant, Yvon Pierres apprenait à Berthereau que le même Villeroy « envoya hyer une acquenée d’Allemaigne » à la Grande Maîtresse84. Quant à Jean Grolier, son commentaire sur le fils du maître frôle le dithyrambe :

  • 85 XIV-249, Grolier à Berthereau, de Paris, le 23 septembre 1530.

« J’ay trouvé audit Chantilly le plus bel enffant et le mieulx nourry que je viz jamais et vous asseure que ceulx qui en ont la charge en sont conssenxieux. Je l’ay veu remuer par trois fois sans l’avoir jamais veu ne crier, ne pleurer, mais rire et faire cent tours… c’est un très bel enffant et prie nostre seigneur le vouloir préserver et garder85. »

  • 86 Idem.

27Cet homme habitué à manipuler les chiffres de l’extraordinaire des guerres, cet ex-trésorier de Milan, bibliophile et amateur d’art semble avoir littéralement « craqué » pour le nourrisson, au point de demander l’autorisation à Madeleine de Savoie, via Berthereau, après avoir vu le berceau « auquel y a des rideaux et corde de damas une et povoit que je luy en veulx faire faire les autres pour ceste heure, qui sont cousu par les coings et viennent par le milieu86 ».

28La naissance a également des effets bénéfiques sur ceux qui ne peuvent se rendre à Chantilly. Ainsi, M. de Bonnes écrit-il :

  • 87 XI-257 : M. de Bonnes au Grand Maître, de Bonnes, le 15 août 1530.

« Il a pleu à Nostre-Seigneur me donner encores respict que espoire vous veoir et de vous faire service et davantaige me faire ce bien que je verré le beau présent qu’il a pleu au Créateur vous donner de ce beau filz que vous promectz, monseigneur, m’a donné tant de joye que je pance qu’il m’a recouvert la moytié de la santé que j’ay et que pour le jourduy est la chose de ce monde que plus je désire à veoir et supplie très humblement à celluy qui le vous a donné le nous vueille garder et prester pour tresious comme vous et tous voz serviteurs le debvons désirer87. »

  • 88 Flandrin J.-L., Les amours paysannes, op. cit., p. 36 à 59. Constant J.-M., La vie quotidienne, op (...)

29Les relations d’Anne de Montmorency avec les membres de sa famille ne donnent pas lieu à des grandes effusions épistolaires. Cependant, les rares lettres que les membres du lignage échangent entre eux montrent trois éléments. D’une part, le père, même âgé, reste un rouage essentiel dans une organisation familiale placée sous le double signe des relations féodo-vassaliques et du respect que tout fils doit à son père88. D’autre part, la famille utilise la position de celui de ses membres qui connaît la réussite sociale afin de bénéficier des belles miettes qui tombent du gâteau royal. Enfin, l’absence de lettres entre les membres de la famille aristocratique peut s’expliquer en grande partie par la présence constante à leurs côtés de serviteurs dont l’une des fonctions est de servir de liens, de messagers entre les membres de ladite famille.

30Cette fonction d’agents de transmission des ordres et des demandes du Grand Maître est aussi assurée par les alliés de la famille Montmorency. Les liens tissés à partir des alliances matrimoniales mettent en effet en œuvre de véritables stratégies lignagères, qui sont autant de témoignages des ambitions affichées par les individus et leurs familles.

Alliances matrimoniales et stratégies curiales

31Inclure les familles alliées à l’intérieur du premier cercle des relations du Grand Maître, c’est insister sur les liens du sang qui unissent les Montmorency à quelques familles du royaume. C’est aussi montrer les ouvertures possibles dont le Grand Maître peut bénéficier grâce à l’appui desdites familles lors du règlement d’affaires importantes. Enfin, cela induit des entraides réciproques et peut-être l’inclination de certaines orientations royales.

Les alliances prestigieuses

  • 89 Au XIIe siècle, Mathieu Ier avait épousé Alix d’Angleterre, puis Alix de Savoie.

32Depuis le début de leur lignage, les Montmorency ont conclu des alliances prestigieuses89. Cependant, après les tourmentes du XVe siècle, Anne est le premier des Montmorency à renouer avec cette politique matrimoniale qui rapproche sa famille du trône. Par son mariage avec Madeleine de Savoie, le Grand Maître devient le parent de trois maisons régnantes : celles de France, de Navarre et de Savoie. Son épouse est la fille de René, Grand Bâtard de Savoie, demi-frère de Louise de Savoie, la fille de Philippe, duc de Savoie et la mère de François Ier et de Marguerite d’Angoulême, laquelle a épousé en secondes noces Henri d’Albret, roi de Navarre.

  • 90 BnF, ms. fr. 3032 fo 1 ; 3052 fos 3 et 9 ; 3044 fo 11 ; 3001 fos 33, 35, 38, 43, 45 et 70 ; 3017 f(...)

33Le roi écrit de nombreuses lettres à son Grand Maître, notamment au printemps 153090. Le ton des lettres royales varie en fonction des nouvelles qui parviennent de Bayonne, allant de l’encouragement à la menace à peine voilée. Mais les missives du souverain sont avant tout des messages d’un monarque à son principal conseiller chargé pour l’heure de négocier la libération de ses fils. Pas d’effusion, nulle trace d’affection superflue, ce n’est pas l’objet de ces courriers qui ne sont en fait que la transcription écrite des conversations orales que les deux hommes avaient ordinairement à la cour au sujet des questions de gouvernement.

  • 91 Decrue F., op. cit., p. 71.
  • 92 Doucet R., Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris,(...)
  • 93 Sur le rôle de Guillaume en 1525, voir Bedos Rezak B., op. cit., p. 20-21, Harsgor M., Recherches… (...)
  • 94 Sur le rôle d’Anne en 1525-1526, voir Bedos Rezak B., op. cit., p. 114, Jacquart J., op. cit., p.  (...)
  • 95 Du Chesne A., op. cit., p. 355. Dans le manuscrit de la BnF Clair. 835 « Officiers des maisons… », (...)
  • 96 Du Chesne A., op. cit., p. 355. Il semble d’ailleurs que ce soit les officiers parisiens qui aient (...)
  • 97 Harsgor M., Ibid., p. 1239-1240.

34Le ton est plus affectueux dans les lettres de Louise de Savoie et de Marguerite de Navarre. Depuis son mariage avec Madeleine de Savoie, toutes deux appellent le Grand Maître « mon nepveu ». En choisissant cette expression, elles entendent le placer sous leur protection, tout en montrant l’estime et l’attachement qu’elles lui portent et en resserrant les liens autour du roi91. De fait, ce choix le positionne au sein de la cour et de la famille royale. Car l’affection n’interdit pas l’arrière-pensée politique. Pour Louise, ce « neveu » demeure avant tout un serviteur de son fils dont le rôle est de conseiller le roi. Ses lettres au Grand Maître montrent la part très active qu’elle joue dans le règlement des affaires politiques du royaume. Le sommet de sa carrière se situe probablement entre 1525 et 1526, quand, en qualité de régente d’un royaume traumatisé par le désastre de Pavie, Louise doit affronter les prétentions des corps de l’État qui, à l’instar du Parlement ou de la Sorbonne, ruminent leur opposition à certaines décisions royales, tel le Concordat92. Dans ces moments cruciaux pendant lesquels se jouent non l’avenir de la dynastie, mais les rapports de pouvoir pour le contrôle de la monarchie, peu nombreux sont les fidèles qui répondent immédiatement à l’appel de la régente93. Parmi eux figure Guillaume de Montmorency. Trois éléments peuvent contribuer à expliquer l’attitude de la régente envers un homme de 75 ans. D’une part, un double lien moral et affectif les unit. Leurs fils sont prisonniers en Italie et Anne de Montmorency semble même demeurer l’un des rares soutiens du roi dans les mois qui suivent leur capture94. De son côté, Louise sait qu’elle peut trouver un soutien identique chez Guillaume qui est son chevalier d’honneur95 depuis 1516. D’autre part, Guillaume a en charge les deux capitaineries stratégiques de La Bastille (depuis 1503) et du château de Vincennes (depuis 1516) qui défendent Paris à l’est et au sud-est96. Enfin, dernière raison, par sa femme Anne Pot et surtout par sa mère Marguerite d’Orgemont, Guillaume est apparenté à de nombreuses familles de parlementaires telles celles des Le Coq, des Perdriel, des Luillier, des Brinon et des Barthelémy97. Comment récompenser une telle fidélité et un tel dévouement à la famille des Valois-Angoulême, si ce n’est en attirant davantage les Montmorency dans l’orbite royale par un mariage princier ?

  • 98 Francis Decrue écrit lui-même que : « M. de Montmorency, le père, s’entendit avec Louise de Savoie (...)
  • 99 Knecht R., op. cit., p. 251.
  • 100 Giono J., Le désastre de Pavie, Paris, 1963, coll. « Trente journées qui ont fait la France ».
  • 101 La Cronique, p. 45-56, Giono J., Ibid., p. 215-216, Knecht R., op. cit., p. 224.

35Pour comprendre les motivations des uns et des autres98, il convient de repartir des mois qui suivent la capture du roi à Pavie afin de bien mettre en évidence ce que Robert Knecht intitule le « second avènement99 ». Le 24 février 1525, après la défaite de son armée devant Pavie, François Ier est prisonnier des Impériaux100. La liste des tués au combat est longue. Outre 6 000 soldats, François Ier a perdu une partie de la fine fleur de sa noblesse, celle-là même qui, dix ans auparavant, lors de la bataille de Marignan, avait contribué à établir de manière éclatante le nouveau règne. Comme la plupart des survivants101, Anne de Montmorency a été capturé, près du roi. Il fait même partie des dix-sept seigneurs français qui accompagnent le souverain dans sa geôle lombarde de Pizzighettone puis en Espagne. Il appartient au petit cercle des serviteurs (François de Tournon, archevêque d’Embrun ; Jean de Selve, premier président du Parlement de Paris ; Philippe Chabot, seigneur de Brion ; Jean de La Barre, bailli de Paris et Gilbert Bayard, secrétaire des finances) devant lesquels le roi jure secrètement de ne pas respecter le traité de Madrid signé le 14 janvier 1526.

  • 102 Jean de Selve n’a pas fait partie des promus de 1526. Est-ce une vengeance du roi qui lui signifie (...)
  • 103 Babelon J.-P., Nouvelle histoire de Paris, Paris au XVIe siècle, Paris, 1986, p. 526.
  • 104 Charles d’Angoulême, le père de François Ier, avait eu deux maîtresses dont l’une, Antoinette de P (...)

36En regardant la carrière de cinq des six hommes après 1526, on peut constater que la fortune ne leur a pas été défavorable102. L’un des premiers gestes du monarque libéré a consisté à récompenser ceux qui ont partagé ses mois de prisons. Tournon passe du siège d’Embrun à celui de Bourges et obtient le chapeau de cardinal. Jean de La Barre reçoit le comté d’Étampes et l’office de prévôt de Paris, avant d’être nommé gouverneur de Paris (11 décembre 1528103). Philippe Chabot récupère l’office d’amiral laissé vacant par la mort de Bonnivet. Il est de plus nommé capitaine de Honfleur et de Dijon (capitale du duché de Bourgogne, dont il devient le gouverneur pour le roi). De surcroît, en janvier 1527, il épouse Françoise de Longwy, fille de Jeanne, la sœur bâtarde de François I104. Gilbert Bayard déjà secrétaire des finances cumule cette fonction avec celle de général des finances de Bretagne.

  • 105 Tiévant C., Le gouverneur de Languedoc pendant les premières guerres de religion (1559-1574), Pari (...)
  • 106 CAF, t. I-2324, de Bordeaux.

37Cependant, le mieux loti de tous est sans conteste Anne de Montmorency. Nommé le 23 mars 1526 Grand Maître de France et gouverneur et lieutenant général du roi en Languedoc105, il accède au capitanat du château de Nantes le 17 avril 1526, date à laquelle le roi expédie à Louis Du Bois, seigneur des Arpentis, lieutenant de Nantes pour le précédent capitaine « de remettre le chasteau de Nantes… ainsi que l’artillerie et les munitions » entre les mains du nouveau capitaine106. Ainsi nanti, Anne de Montmorency peut épouser la cousine du roi, le jeudi 10 janvier 1527.

  • 107 Decrue F., op. cit., p. 66.
  • 108 Ibid.
  • 109 Sur ce mariage, voir Dejean J.-L., Marguerite de Navarre, Paris, 1987, p. 131.
  • 110 Toujours en 1527, la belle-sœur du roi, Renée de France, est fiancée au fils du duc de Ferrare.

38Les deux étapes de la progression d’Anne de Montmorency sont bien distinctes. Avant 1525, il reçoit des offices qui reconnaissent ses talents militaires (capitaine de La Bastille en 1518, maréchal de France en 1522). Après 1525, le parcours du seigneur de Chantilly devient fulgurant. Mais il n’est pas isolé. En effet, « cette promotion de 1526… est celle des compagnons d’enfance du roi107 ». Plus exactement, « ceux qui survivent à Pavie [et se] partagent les dépouilles de ceux qui ont succombé108 ». François Ier fait entrer au Conseil royal les nouveaux dignitaires et constitue une nouvelle génération de Grands qu’il comble d’offices, de titres et de pensions. À y regarder de plus près, ces accumulations ne procèdent que d’une redistribution de cumuls antérieurs. Ainsi, pour Anne de Montmorency, l’office de Grand Maître était entre les mains de René de Savoie, dont la veuve, Anne Lascaris, devient sa belle-mère ; le gouvernement du Languedoc était tenu par le connétable de Bourbon et le capitanat du château de Nantes appartenait à Bonnivet dont le titre d’amiral échoit à Chabot qui recouvre aussi le gouvernement de la Bourgogne que possédait M. de La Tremoille. Parallèlement, le roi tisse des liens matrimoniaux étroits avec ceux qui l’ont bien servi. En l’espace d’un mois (décembre 1526-janvier 1527), Henri d’Albret, roi de Navarre, épouse Marguerite, la sœur de François Ier109, l’amiral Chabot se marie avec une cousine bâtarde du roi, et Anne de Montmorency convole avec une cousine germaine, fille d’un bâtard de la Maison de Savoie. Trois mariages (et des fiançailles110) éminemment politiques puisque le roi de Navarre, dépossédé par l’Empereur de la partie espagnole de son royaume, conserve la Navarre « française » dans la vassalité d’un roi de France qui, devenu son beau-frère, va appuyer (du moins l’espère-t-il) ses revendications territoriales. Chabot, promu gouverneur de Bourgogne, tient l’une des voies d’accès au royaume et représente le monarque dans la province qui est au centre du litige l’opposant au Habsbourg. Montmorency, nouveau gouverneur du Languedoc a en charge l’une des plus vastes provinces du royaume, avec sa « frontière » roussillonnaise, très sensible elle aussi.

39Toutefois, les alliances prestigieuses acquises par le Grand Maître le liant par le sang et les offices curiaux au roi et dans une moindre mesure, aux grandes familles du royaume et de ses marges, pour spectaculaires et enrichissantes financièrement qu’elles soient, ne sauraient remplacer la formidable puissance que représentent les alliances avec des lignages certes plus modestes, mais bien implantés dans les provinces ou dans des secteurs clés de la société française du temps.

Le poids du nombre : droits et devoirs des familles alliées

  • 111 Decrue F., op. cit., p. 4, signale un désaccord entre « Le loyal Serviteur » qui fait remonter le (...)
  • 112 Les lignes qui suivent s’appuient essentiellement sur Harsgor M., Ibid., p. 1228-1271 (chapitre co (...)
  • 113 Généalogie des Villiers dans Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la Maison roy (...)

40Ce qui apparaît d’emblée capital, ce sont les alliances conclues par Jean de Montmorency pour Guillaume, Marguerite et Philippe, les trois enfants de son second mariage. En épousant Anne Pot le 17 juillet 1484, Guillaume avait probablement en tête les fructueuses expectatives que lui apportait sa nouvelle épouse. En effet, Anne Pot est l’unique héritière de deux successions importantes : celle des Pot et celle de Villiers de L’Isle-Adam. Elle est en outre la principale bénéficiaire de l’héritage venu des Courtiamble. Vers 1503, à la mort de son frère, René, célibataire et sans enfant111, elle hérite pleinement de son père Guyot Pot et de son oncle Philippe, décédé lui aussi sans descendance. L’importance foncière et pécuniaire de ce double héritage constitué par deux grands rassembleurs de terres est considérable et Mickaël Harsgor a parfaitement résumé l’intérêt que les deux familles retirent de leur alliance112 : Guillaume profite de l’argent des Pot pour accroître son influence au nord de Paris, tandis que les Pot renforcent leurs domaines bourguignons en les agrégeant aux terres que Guillaume possède dans le duché. Mais Anne Pot est aussi l’héritière des Villiers de L’Isle-Adam par sa mère Marie de Villiers de L’Isle-Adam113. En deux générations, la branche aînée des Villiers de L’Isle-Adam s’éteint faute de mâle. Pourquoi la fille de Marie recueille-t-elle la plus grosse part d’un héritage que son oncle Philippe Luillier, ou ses cousins par alliance, Guillaume de Bissijat et Louis Gatineau, auraient pu réclamer ?

  • 114 Du Chesne A., op. cit., p. 360. Du Chesne puise cette information dans la Gallia Christiana, t. II (...)
  • 115 Gallia Christiana, t. IX, col. 763. Il ne succède pas à son oncle Louis de Villiers de L’Isle-Adam (...)
  • 116 XIII-269, Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 27 mai 1530.
  • 117 ACC, série BA, registre 2 BA 1, fo 4.
  • 118 Gadeguin R. et Renaux D., Histoire de Villiers-le-Bel, Paris, 1975, p. 191-193. La pierre tombale (...)
  • 119 Rabasse J. et Duchesne A., op. cit., p. 12.

41Ce choix semble à porter au crédit de Charles de Villiers, évêque de Limoges de 1519 à 1530, qui recueille en 1534 l’héritage de son oncle, Philippe de Villiers, Grand Maître de Rhodes. Il n’est pas sans intérêt de savoir que le prédécesseur de Charles sur la cathèdre de Limoges était Philippe, quatrième fils de Guillaume de Montmorency114. En 1530 il est nommé évêque-comte de Beauvais115, ce qui fait de lui l’un des pairs du royaume. À la fin de mai 1530, Guillaume de Montmorency, âgé de 80 ans, quitte sa belle-fille prête d’accoucher pour aller représenter son fils le Grand Maître, alors à Bayonne, à l’entrée du nouveau prélat dans Beauvais116. Or c’est Charles qui, le 10 septembre 1527, institue Anne de Montmorency son héritier pour ses « terres et seigneuries de L’Isle-Adam, Nogent, Valmondois, Giraulcourt, Flesleu et Fontenelles117 », en se réservant jusqu’à sa mort l’usufruit des domaines légués. Après 1527, Charles de Villiers conserve des attaches géographiques avec les biens qu’il a donnés à son cousin Anne de Montmorency, car il demeure abbé de Notre-Dame-du-Val, une abbaye cistercienne située à 5 km à l’ouest de L’Isle-Adam. Il s’y fait d’ailleurs inhumer après son décès survenu en 1535118. Les liens entre les Montmorency et les Villiers semblent tellement forts que Charles de Villiers se fait représenter sur le vitrail qu’il offre à la collégiale Saint-Martin de Montmorency119.

  • 120 Philippe de Villiers est né en 1464. Il est élu Grand Maître de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem (...)
  • 121 VIII-225, au Grand Maître, le 28 février 1527, XII-35 ; au même, le 1er mars 1527 ; X-120, au même (...)
  • 122 XV-166, au Grand Maître.
  • 123 XI-273, au Grand Maître, le 26 juillet 1530.
  • 124 Au Grand Maître : IV-2 et VI-72. À Berthereau : XI-154, XIII-184, XV-57, XV-260 et XV-277. Toutes (...)
  • 125 V-327.
  • 126 XV-276, au Grand Maître, le 21 décembre 1530. Seule lettre signée « Charles, évêque de Beauvais ».
  • 127 V-107, au Grand Maître. Il existe un Bresles à 6 km au sud-est de Beauvais.

42Les deux « oncles » du Grand Maître semblent entretenir des rapports différents avec lui. Ses fonctions de Grand Maître de Rhodes impliquent Philippe dans la politique internationale120. Sur les six lettres conservées, quatre sont rédigées à Paris121, une à Saint-Jean-de-Latran122, et une à Saragosse123. Toutes sont relatives aux affaires de l’Ordre qu’il dirige. Charles a laissé dix lettres, réparties à égalité entre le Grand Maître et son secrétaire. En se fiant aux lieux de rédactions et aux sujets abordés, il apparaît que les champs d’action de l’évêque sont plus restreints que ceux de son oncle Philippe : sept lettres écrites de L’Isle-Adam124, une de Chantilly125, une de Beauvais126 et une de Bresles127. Quant aux informations contenues dans ces lettres, elles révèlent un prélat dans les normes du temps, amateur d’oiseaux de chasse et de lévriers et solliciteur à ses heures. En somme, il se comporte comme un évêque non-résident (aucune lettre de Limoges), plus proche de la cour et de la famille de son « neveu » que de ses ouailles.

43L’héritage des Villiers de L’Isle-Adam revient définitivement au Grand Maître au milieu des années 1530, Philippe mourant en 1534 et Charles en 1535. L’attitude des Pot et des Villiers est comparable en ceci que les derniers représentants des branches aînées de ces familles préfèrent transmettre en bloc leurs plus beaux fleurons fonciers à un gendre (cas des Pot) ou à un neveu par alliance (cas des Villiers) avec la garantie posthume du respect de l’intégrité des domaines légués venant renforcer une assise foncière déjà considérable, plutôt que de pourvoir des membres de leurs familles respectives. Les Pot et les Villiers semblent rechercher au-delà de l’extinction de leur « race », à perpétuer le souvenir de leur gloire et de leur richesse à travers le choix du lignage montmorencéen ainsi consolidé financièrement, foncièrement et politiquement. Mais les Montmorency concluent aussi des alliances dynamiques avec des familles en pleine ascension. Depuis la fin du XVe siècle, trois lignages occupent une place à part dans les relations que le Grand Maître entretient avec sa parentèle, à cause de leur importance numérique et des avantages (mais aussi parfois des inconvénients) que génèrent ces alliances. Il s’agit des familles Gouffier, Dinteville et Anglure.

Les Gouffier, de protecteurs à protégés

  • 128 Pour les Gouffier, voir BnF, Dossiers Bleus 323-8225, P. O. 1366 et 1367, Carrés d’Hozier 302 et 3 (...)
  • 129 Carouge P., Ibid., première partie, chapitre deux : le temps des procès (1462-1492).
  • 130 Mort en 1523, Adrien avait été nommé cardinal le 14 décembre 1516, alors que le roi et le pape Léo (...)
  • 131 Les Hangest sont aussi présents à la cour dès le règne de Charles VIII puisque Jacques apparaît su (...)
  • 132 Deux nouvelles de L’Heptameron de Marguerite de Navarre ont pour héros Bonnivet : la quatrième et (...)
  • 133 Cloulas I., Henri II, Paris, 1985, p. 38-39. René de Cossé a plus de 70 ans en 1530.

44Guillaume Gouffier, seigneur de Boisy, de Ciron, de Maulevrier et Bonnivet, baron de Rouannais descend d’un lignage originaire du Poitou128. Au milieu du XVe siècle, il est le premier à propulser sa famille vers les sphères curiales en épousant d’abord Louise d’Amboise, sœur de Georges d’Amboise, le ministre de Louis XII. De ce premier mariage naissent Pierre (tué à Marignan), Madeleine (femme de René Le Roy, seigneur de Chavigny) et Louise (religieuse à Poissy) ; veuf, il se remarie avec Philippe de Montmorency, la tante du Grand Maître, qui, en premières noces, avait épousé Charles de Melun. Le destin de Guillaume Gouffier offre un parallélisme étonnant avec celui de Guillaume de Montmorency. Les deux hommes ne sont que des cadets de famille et tous deux connaissent les mêmes difficultés pécuniaires et judiciaires dans le dernier tiers du XVe siècle129. De l’union entre Guillaume Gouffier et Philippe de Montmorency, célébrée en 1472, naissent huit enfants (six garçons et deux filles) dont les vies croisent celle du Grand Maître. Quatre des fils deviennent des clercs. Adrien est cardinal, Emard (ou Aymar) évêque d’Albi et abbé de Cluny, Pierre abbé de Saint-Denis130 et Louis, baron de Saint-Maixent, est conseiller-clerc au Parlement de Paris. Les deux autres demeurent laïques. Artus, seigneur de Boisy, épouse Hélène de Hangest, fille de Jacques de Hangest, seigneur de Genlis131. D’abord gouverneur du dauphin François, en 1506, il accède à l’office de Grand Maître en 1516, charge dont il ne jouit que trois ans. C’est Artus qui introduit son frère cadet Guillaume dans l’entourage de François Ier. Seigneur de Bonnivet, amiral de France, Guillaume Gouffier est resté célèbre pour ses aventures galantes132 et ses funestes inspirations devant Pavie. Les filles Gouffier profitent aussi de l’ouverture sociale. Charlotte est mariée à René de Cossé, seigneur de Brissac. Celui-ci assume la charge de gouverneur des enfants du roi, fonction dans laquelle il a succédé à son beau-frère Bonnivet et dans l’exercice de laquelle il est assisté de sa femme et de sa demi-sœur Madeleine Gouffier, dame de Chavigny133. Anne Gouffier pour sa part est l’épouse depuis 1507 de Raoul de Vernon, seigneur de Montreuil-Bonin et de Téligny.

  • 134 Elles se trouvent à la BnF dispersées dans différents tomes du Fonds Français comme le 3027 et le (...)
  • 135 VII-57, au Grand Maître, de Fère, le 14 juillet 1529 ; VII-251, à Berthereau, de Fère, le même jou (...)
  • 136 Au Grand Maître : VII-14, de Blois, le 4 mars 1530 ; VIII-155, de Saint-Germain, « ce mercredi mat (...)
  • 137 XV-44.
  • 138 VII-29, M. de Montreuil au Grand Maître, de Vitoria, le 27 avril 1530. Dans cette lettre, M. de Mo (...)

45Ce rapide panorama généalogique des Gouffier a permis de mettre en place les différents membres de cette famille tentaculaire, ainsi que leur lien de parenté très proche avec le Grand Maître. Cependant, la mise en évidence des liens du sang n’est intéressante que si elle débouche sur les enjeux induits par ceux-ci. À cet égard, les Gouffier offrent un bon exemple, parmi d’autres, de l’utilisation des relations familiales dans un monde semifermé comme celui de la cour de France au début du XVIe siècle. Les lettres de Bonnivet au Grand Maître sont nombreuses134, mais elles disparaissent après 1525, suite à la mort de l’amiral et n’ont donc pas été prises en compte dans ce travail. Pour la période 1527-1530, seuls Claude et Anne Gouffier ont laissé des lettres, trois pour le premier135 et dix pour la seconde136. À côté de quelques anecdotes touchant, par exemple, le manque d’argent137, les missives des Gouffier révèlent trois éléments. D’abord, elles renseignent Anne de Montmorency sur la vie d’une partie de la cour lorsque celle-ci est scindée en plusieurs entités distinctes. En 1529, Claude Gouffier (le fils d’Artus) est à Fère-en-Tardenois. Il donne des nouvelles de la santé du roi et des exploits cynégétiques que celui-ci accomplit, alors que le Grand Maître est à Cambrai auprès de Louise de Savoie. En 1530, Mme de Montreuil ne quitte pas d’une semelle les enfants du roi restés en France, suppléant par là même l’absence du couple Brissac envoyé auprès des fils aînés du souverain retenus en otage en Espagne, pendant que son mari, M. de Montreuil, effectue des navettes entre Bayonne et Vitoria138.

  • 139 Mme de Montreuil au Grand Maître : VII-14, IX-275, XV-85, XV-44, VIII-157 et XV-187.

46D’autre part, on entrevoit assez bien la cohésion que suscitent les alliances matrimoniales et la manière dont des parents peuvent s’aider les uns les autres à renforcer des positions ou à en conquérir par l’intermédiaire d’un membre influent de la parentèle. Dans ses dix lettres, Mme de Montreuil cite six fois le duc d’Angoulême et ses sœurs, trois fois le roi, quatre fois Louise de Savoie, deux fois la reine de Navarre, mais aussi, trois fois M. de Brissac, cinq fois Mme de Brissac et trois fois des parentes (Madeleine de Savoie, Louise de Châtillon et Madeleine de Chavigny). Les trois attachements de Mme de Montreuil apparaissent visiblement : la fonction (elle est gouvernante des fils du roi), puis la sujétion à la famille royale et enfin la famille. Bien plus, et dernier enseignement de ces lettres, lorsque Mme de Montreuil fait référence à d’autres personnages que ceux des trois catégories évoquées ci-dessus, il s’agit pour elle, soit de rendre compte d’actions qu’ils ont entrepris le plus souvent sur commandement du Grand Maître (comme par exemple M. de Warty porteur d’une lettre pour Anne de Montmorency, ou bien encore M. de La Barre, le prévôt de Paris, qui fait « porter les draps de soye qu’avez demandé pour messeigneurs »), soit pour demander une intervention du Grand Maître envers une personne sur lequel il peut agir (le général de Normandie Preudhomme afin qu’il paie les officiers au service des enfants du roi ou qu’il indemnise le boucher qui leur fournit la viande ; M. de Clermont pour qu’il libère deux prisonniers espagnols que l’empereur réclame en échange de Mme de Brissac), soit pour recommander quelqu’un comme M. de Saint-Gelays qui désire un bénéfice et qu’elle envoie vers son cousin139.

  • 140 Carouge P., op. cit.
  • 141 Surnom donné à Anne à l’époque où il n’était encore qu’un cadet de famille.

47Pierre Carouge a bien montré la manière dont Artus Gouffier, Grand Maître de France de 1515 à 1519, pousse son jeune cousin dans les arcanes du pouvoir140. C’est sous sa protection que le « camus de Montmorency141 » effectue ses débuts à la cour. Cette situation perdure jusqu’en 1525, Bonnivet demeurant le favori du roi entre 1519 à 1525. Cependant, en moins de dix ans, les Gouffier perdent presque tous les avantages acquis au cours du quart de siècle écoulé. Entre 1519 et 1529, disparaissent Artus (1519), Guillaume (1525) Pierre (1527), Louis (1528). Il ne reste plus que les sœurs dont le poids et l’influence politiques ne sont en rien comparables à ceux de leurs frères. Pour les fils d’Artus et de Guillaume, la seule solution pour continuer à être présents à la cour est de s’en remettre à leur cousin Montmorency. Ainsi Claude, fils d’Artus et François, fils de Bonnivet se placent-ils sous sa protection. Ce renversement de position s’exprime à travers les fonctions occupées : Claude ne dépasse pas celui, fort honorable mais sans grand pouvoir, de Grand Écuyer de France. François est intégré au corps de gentilshommes de la chambre. Jamais cependant les Gouffier ne parviennent à se replacer directement dans la faveur royale. Désormais, ils doivent compter sur la bienveillance du Grand Maître.

  • 142 XIV-13 : Jean Jalleteau au Grand Maître, de Bonnivet, le 9 décembre 1528. Louis Gouffier, décédé l (...)
  • 143 X-141 : M. de Lameth au Grand Maître, de Paris, le 14 janvier 1529.
  • 144 Idem.

48Leur infériorité se ressent à travers les lettres de la série « L ». Le receveur de la seigneurie de Bonnivet, Jean Jalleteau, remercie Anne de Montmorency de s’occuper des affaires de son maître Louis Gouffier, après le décès de ce dernier142. De plus il promet de venir à Paris pour rendre ses comptes143. De son côté, le Grand Maître s’est engagé à « ayder à deffendre le droict de mesdits seigneurs voz cousins, comme tuteur oncle que vous estes, et la faveur de vous monseigneur leur porter a beaucoup de profit à la conservacion de leur droict en bonne justice »144. Néanmoins, celle-ci a des limites, clairement définies dans une lettre que lui adresse Mathieu de Longuejoue, l’un de ses officiers domestiques majeurs :

  • 145 XII-174 : Iverny au Grand Maître, de Blois, le 2 septembre 1530.

« Monseigneur, touchant le commandement qui a esté fait au bailly de La Barre des biens meubles de messieurs voz cousins, enffans de feu l’admiral, j’ay parlé audit de La Barre et luy ay dit que de l’administracion desdits biens, vous n’en aviez prins aulcune charge et que vous ne vous en meslez et de ce il s’en doit adresser à M. de Lamet, tuteur onéraire desdits enffans145. »

  • 146 Saint-Jouin-des-Marnes est situé dans le département actuel des Deux-Sèvres. Le nouvel abbé expédi (...)
  • 147 XII-204 : Charles de Hémard à Berthereau, de Saint-Jouin, le 9 octobre (1528).

49Il intervient aussi dans le domaine de la transmission des bénéfices. Il semble bien en effet mêlé à celle de l’abbaye de Saint-Jouin que détient Aymar Gouffier, évêque d’Albi. Faute de Gouffier capable de succéder à Aymar, l’abbaye poitevine146 échoit à M. de Brissac, un cousin de celui-ci147.

  • 148 XV-85, Mme de Montreuil et M. de Polisy au Grand Maître, de Blois, le 21 septembre 1529.

50Dans le même ordre d’idée, Mme de Montreuil rend compte fidèlement de ce qui se passe à la cour. Parfois, comme pour donner plus de poids à sa missive, elle la fait cosigner par un autre cousin du Grand Maître, présent lui aussi à la cour : Gaucher de Dinteville, seigneur de Polisy148.

Des alliés encombrants : les Dinteville

  • 149 Bourquin L., op. cit., p. 38-44, 78-81, 122, 143.

51Le rôle des Dinteville dans la défense des provinces orientales au XVIe siècle, leur place stratégique de relais de l’autorité royale pendant les guerres civiles, leur puissance foncière et militaire ont été particulièrement bien mis en évidence par Laurent Bourquin dans sa thèse149. La démonstration d’ensemble aboutit à prouver la formation d’une noblesse seconde utilisée par la royauté pour contrer les prétentions des grands lignages comme celui des Guises et assurer ainsi la pérennité de la présence monarchique lors de la crise séculaire allant de 1560 à 1650 (dates larges). Toutefois, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur la période antérieure des années 1525-1530 pour tenter de comprendre les éléments ayant pu contribuer à favoriser l’ascension des Dinteville.

  • 150 Les autres lignages sont ceux des Choiseul, des Lenoncourt et des d’Anglure. Bourquin L., Ibid., p (...)
  • 151 Sa généalogie peut être recomposée (après élimination des invraisemblances) à partir de BnF, Cabin (...)

52Laurent Bourquin évoque tout à fait légitimement l’extraordinaire destin de Gaucher de Dinteville et d’autres représentants de la noblesse seconde champenoise soutenus par la faveur royale150. Tous ces hommes sont des guerriers inscrits sur les rôles des montres des compagnies d’ordonnance. Ils tiennent une province ou un bout de province pour le roi. La première question que l’on peut se poser est de savoir s’il n’existe pas d’autres relais à l’autorité royale que celle reposant uniquement sur le service armé. En se fondant sur le cas de Gaucher de Dinteville151, il est possible de suggérer l’existence parallèle d’une géographie ecclésiastique et royale. Gaucher est l’un des treize enfants de Claude de Dinteville et de Jeanne de La Baume. Parmi cette nombreuse descendance, figurent un abbé de Sainte-Bénigne de Dijon (Louis), un évêque d’Auxerre (François, entre 1514 et 1530), un abbé de La Ferté-sur-Saône et de La Bussière-en-Argonne (Claude), une abbesse de Sainte-Maure de Verdun (Claude), un abbé de Montier-Ramée puis de Sainte-Seine de Dijon (Guillaume) et un chevalier de Rhodes commandeur de Troyes (Pierre). Tous les enfants du couple sont bien implantés localement et, pour les garçons, connaissent une réussite éclatante dans les cours princières. Jacques, seigneur de Dammartin est grand veneur de France, Jacques seigneur de Commarin, des Chenets et de Bar-sur-Seine, chevalier de l’Ordre de Saint-Michel, grand veneur du duc de Bourgogne puis chambellan, chevalier d’honneur de la chambre des comptes de Dijon et capitaine de la ville et château de Beaune ; Catherine a été mariée au seigneur de Ranconnières, Guyot, mort à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, lequel était capitaine de la garde du duc d’Orléans, le futur Louis XII ; et Jean, enterré à Messine, était chevalier de l’Ordre de Calatrava.

  • 152 Le ralliement est surtout le fait de Guyot Pot car son frère Philippe était déjà un serviteur du r (...)
  • 153 XI-238, François de Dinteville au Grand Maître, de Saint-Germain, et Gaucher de Dinteville au Gran (...)
  • 154 La série « L » a conservé de Gaucher de Dinteville huit lettres écrites au Grand Maître et onze à (...)
  • 155 XV-246, VII-297, XIV-260, XIII-270, VII-115 et XII-64.
  • 156 XIII-296, XV-63, IX-227, XII-155, XV-211, X-203, VIII-198, XIV-264 et VI-171.
  • 157 XV-187, XIV-135, IX-60, XIII-278, VII-132 et I-131.

53Claude de Dinteville, le père de Gaucher, étant mort devant Nancy en 1477, ses enfants ont entre 25 et 45 ans au tournant du XVIe siècle. Cela situe leur début de carrière curiale dans les années 1480 (1481 pour Gaucher), soit après le rattachement de la Bourgogne au royaume. Ce faisant, les Dinteville basculent dans la fidélité au roi de France, nouveau seigneur du duché, à l’instar d’autres familles bourguignonnes comme celle des Pot152. Mais, les années 1480 sont marquées également par l’entrée de Guillaume de Montmorency au conseil du roi. Or, les Pot et les Montmorency sont des cousins des Dinteville. Plus exactement, Jean de Dinteville, grandpère de Gaucher, a épousé Anne de Courtiamble, sœur de Marguerite de Courtiamble, mariée à Jacques Pot, grand-père d’Anne Pot, la mère d’Anne de Montmorency. Certes, le lien familial entre les Dinteville et les Montmorency est plus ténu qu’entre ces derniers et les Gouffier, même si François de Dinteville, évêque d’Auxerre signe « vostre humble et bon oncle » et que Gaucher de Dinteville commence l’une de ses missives par « Monsieur mon cousin153 ». Pourtant, les lettres relativement nombreuses des Dinteville à leur cousin Montmorency et à son secrétaire154, montrent une famille de solliciteurs effrénés. Sur 36 lettres, 21 (soit 58,4 %) abordent des thèmes liés à une requête dont six qui recommandent soit un autre Dinteville, soit une personne proche155 ; neuf qui sont des demandes en faveur du Dinteville rédacteur de la lettre156 ; six qui remercient le Grand Maître ou son secrétaire d’être intervenus157. Les hasards de la conservation nous permettent de connaître le contenu de l’une des interventions d’Anne de Montmorency en faveur de cousins tant « aimés » et soutenus :

  • 158 IX-296, lettre en faveur de M. de Polisy, [s. l. n. d.].

« Monsieur le bailly, j’ay sceu comme vous poursuyviez à faire tout l’enuy et desplaisir que vous povez à M. de Polisy et aux siens et que de longue main estiez en ceste volenté sans nulle occasion, de quoy je m’esbahis. Il est mon parant et amy et le vouldroys supporter en son bon droit de tout mon povoir, comme à celuy que je suis seur ne vouldroit faire chose que à la raison, vous advisant que s’il est aultrement, ou fait envers luy chose qui ne se doyve, mectré peyne d’y faire pourveoir en sorte que si vous efforcer de ce faire, congnoistrer qu’il a des amys qui ne souffriront luy estre fait tort158. »

  • 159 Sur cette ténébreuse affaire, voir Decrue F., op. cit., p. 172-173. L’évêque d’Auxerre était accus (...)

54L’affaire à l’origine de ce billet par lequel le Grand Maître se pose en protecteur de ses cousins n’a pu être retrouvée. Toujours est-il qu’il ne s’agit pas d’une opération isolée car en mai 1531, le Grand Maître parvient à soustraire l’évêque d’Auxerre François (II) de Dinteville de la procédure lancée contre lui par le Parlement de Paris, en le recueillant dans son château de Chantilly. Mieux, après avoir fait intervenir différentes personnes, dont Louise de Savoie, il arrive à convaincre le roi d’envoyer l’évêque en ambassade à Rome159. Anne de Montmorency qui n’a jamais ménagé ses efforts pour avancer les carrières de ses proches, semble s’être particulièrement dépensé pour les Dinteville. Il faut essayer de comprendre pourquoi en proposant des éléments de réponse puisés dans un passé commun aux deux lignages.

  • 160 Harsgor M., op. cit., p. 1228-1272 (p. 1253-1255) et p. 1273-1324 (p. 1312).
  • 161 AN, X1a 4846, fo 325-341.
  • 162 Mickaël Harsgor pense que Guillaume a fait jouer toutes ses relations familiales au sein du parlem (...)

55Dans ses chapitres consacrés à Guillaume de Montmorency et aux frères Pot160, Mickaël Harsgor revient sur un conflit juridique ayant opposé ledit Guillaume aux dix frères Dinteville. Sans entrer dans le détail du procès161, il est à noter qu’en 1489, au début de la procédure, les dix frères Dinteville sont unis. Puis en 1505, ils ne sont plus que quatre à poursuivre la procédure engagée. Enfin, en 1515, le procès se conclut au bénéfice de Guillaume de Montmorency dont la femme est reconnue seule héritière des Pot et des Courtiamble. Est-ce par lassitude ou pour une autre raison que les Dinteville arrêtent leurs poursuites ? La première hypothèse est recevable. Les archives judiciaires sont pleines de procès qui durent 40, 50 ou 60 ans et dont les cartons de procédure se transmettent de génération en génération au même titre que le patrimoine foncier. De plus, intenter une action devant les tribunaux coûte cher162. La seconde proposition privilégie la thèse d’un arrangement survenu entre Guillaume et les Dinteville. Aucune certitude ne fonde cette piste, seulement un faisceau de présomptions.

  • 163 Ibid., p. 1257-1258.
  • 164 AN LL 126, fo 194 et LL 129, fo 408. Ces difficultés sont mentionnées dans Fourquin G., Les campag (...)
  • 165 AN X1a 4846, fo 337.

56Guillaume de Montmorency entre au conseil royal en 1484163, l’année de la réunion des États généraux de Tours auxquels il participe et où il entend le célèbre discours de Philippe Pot. Cependant, son influence ne devient déterminante qu’à partir de l’accession au trône de Louis XII, soit en 1498. Cet accroissement de prestige s’accompagne d’une volonté de rassembler des terres au nord de Paris. Mais, pour mener à bien ses opérations foncières, Guillaume doit emprunter de l’argent au chapitre de Notre-Dame de Paris. Or à deux reprises, en 1495 et 1503164, le seigneur de Montmorency est obligé de demander aux chanoines un délai pour rembourser sa créance. Dans ces conditions, on peut imaginer un Guillaume de Montmorency aux abois, qui transige avec les Dinteville afin d’éviter la perte de terres dont le revenu est estimé à 6 000 livres de rentes165.

  • 166 BnF, ms. fr. 21449 : Officiers et domestiques de la Maison de François Ier (1516-1534). Années 151 (...)
  • 167 BnF, Dossiers Bleus 237-6085, fo 10.
  • 168 Gallia Christiana, t. VII, col. 934.
  • 169 Ibid., col. 882.
  • 170 Ibid., t. XII, col. 332-334.
  • 171 Ibid., t. VII, col. 875-876. Ont leur sépulture à Notre-Dame-du-Val : Charles de Montmorency et se (...)

57La deuxième conviction repose sur l’étude du cursus honorum des frères Dinteville entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe. En effet, pendant cette période, outre leurs implantations bourguignonnes et champenoises déjà mises en évidence, les membres du lignage Dinteville entrent à la cour du roi ou se rapprochent de Paris. Gaucher de Dinteville devient maître d’hôtel de Louis XII et est confirmé dans cette fonction par François Ier166. Jacques « l’Aîné » occupe l’office de Grand Veneur de France, tandis que Jacques le « Jeune » est chevalier de l’ordre de Saint-Michel et chambellan du roi167. Parmi les ecclésiastiques, Antoinette de Dinteville est élue abbesse de Maubuisson en 1481168, Claude de Dinteville devient abbé du Val-Notre-Dame en 1484169, enfin, François (I) de Dinteville est sacré évêque d’Auxerre en 1514170. Bien que le Concordat ne soit pas encore entré en application aux dates mentionnées, comment ne pas penser que le seigneur de Chantilly se désintéresse d’élections qui se déroulent (pour Maubuisson et le Val-Notre-Dame) à moins de 20 km de Montmorency et de Chantilly ? D’autant plus que dans le cas du Val-Notre-Dame, nombre de membres du lignage montmorencéen sont enterrés dans l’église abbatiale171.

  • 172 CAF, t. I-398. Les lettres de la régente sont écrites à Lyon. Elles sont enregistrées à la chambre (...)
  • 173 Ibid., I-835. Accord enregistré à la chambre des comptes de Dijon le 6 avril 1518 (AD C-d'O reg. B (...)
  • 174 Ibid., t. VI-8998, de Saint-Germain, le 6 février 1527 et BnF, ms. fr. 5502, fo 50.
  • 175 Ibid., t. II-1276, de Blois, le 20 novembre 1520. AN X1a 1523, reg. du conseil, fo 33. Cette survi (...)

58Le troisième élément relève des rapports triangulaires entre la royauté les Montmorency et les Dinteville. En décembre 1515, la régente Louise de Savoie érige en châtellenie les seigneuries de Polisy, Polisot et Buxeuil situées dans le comté de Bar-sur-Seine et appartenant à Gaucher de Dinteville172. En mai 1518, le roi échange avec le même Gaucher la mairie et les droits de justice de la seigneurie de Polisot contre une portion de la seigneurie d’Avirey et Lingey au comté de Bar-sur-Seine173. La volonté royale, relayée par un soutien sans faille des Montmorency père et fils, de créer un pôle localement puissant autour de Bar-sur-Seine et de le confier aux Dinteville, est confirmée par la provision royale de l’office de capitaine et gouverneur de Bar-sur-Seine en faveur de Jean de Dinteville, vacant par la résignation de Gaucher de Dinteville son père174, le même Gaucher ayant déjà obtenu la survivance de l’office de bailli de Troyes pour le même Jean en 1520175. Ces deux derniers exemples montrent la continuité des faveurs royales accordées aux différentes générations de Dinteville.

  • 176 Jean de Dinteville est représenté sur le tableau de Hans Holbein intitulé « Les ambassadeurs », au (...)
  • 177 Ces Coligny sont des cousins des Coligny, seigneurs de Châtillon. Leur branche naît dans la second (...)

59Gaucher de Dinteville et son épouse, Anne du Plessis, ont neuf enfants dont sept qui parviennent à l’âge adulte, lesquels sont soit bien mariés, soit bien installés. François (II), né en 1498 devient évêque d’Auxerre en 1530 à la mort de son oncle François (I) de Dinteville. Il est aussi abbé de Montierander, Montier-La-Celle et Montieramey. Charlotte, née en 1503, épouse Louis Raquier, seigneur de la Motte-Tilly, gentilhomme ordinaire de la chambre. Louis, né en 1503, chevalier de Rhodes, commandeur de Trépigny et de la Villedieu, meurt en défendant Malte le 22 juillet 1531 sous les ordres de Philippe de Villiers-de-L’Isle-Adam, Grand Maître de l’Ordre, un cousin. Jean, né en 1504, chancelier d’Orléans, échanson ordinaire du dauphin François, bailli de Troyes en 1530, est ambassadeur en Angleterre en 1532176. Guillaume, né en 1505, seigneur des Chenets et de Dammartin, est écuyer d’écurie du dauphin François, chevalier de l’Ordre de Saint-Michel, capitaine de 50 hommes d’armes, bailli de Troyes en 1551, gouverneur du Bassigny. Il épouse en 1546 Louise de Rochechouart, fille d’Antoine de Rochechouart et de Jacquette de La Rochefoucauld. Gaucher (II), né en 1509, seigneur de Vanlay, panetier ordinaire du dauphin François, puis gentilhomme ordinaire de la chambre du roi et d’Henri, duc d’Orléans, capitaine de Bar-sur-Seine, épouse en 1544 Louise de Coligny, fille de Philibert de Coligny, seigneur de Beaufort177. Françoise, née en 1512, épouse Claude d’Anglure, seigneur de Bussy-le-repos et de Massingy, capitaine des légionnaires de Champagne.

  • 178 Baillargeat R., op. cit., et Rabasse J. et Duchesne A., op. cit.

60La dernière marque de l’attachement des Dinteville aux Montmorency subsiste encore de nos jours, bien qu’en partie restaurée. Il s’agit du vitrail offert par François de Dinteville pour compléter l’ornementation des verrières de la collégiale Saint-Martin de Montmorency. Représente-t-il l’oncle ou le neveu178 ? Quoi qu’il en soit, dans les deux cas, le don doit être interprété comme un signal très clair et très fort de reconnaissance et de désir d’être associé à l’importance grandissante de la Maison de Montmorency, tout comme les Villiers, les Gouffier et les Pot dont les verrières encadrent celles du baron de Montmorency et de sa famille.

  • 179 Solnon J.-F., La cour de France, Paris, 1987, p. 21. Un exemple concret de cette croissance peut ê (...)
  • 180 Bourquin L., op. cit., p. 53.

61La réussite éclatante de Gaucher de Dinteville, de ses frères et sœurs et de ses enfants, prouve que les règnes de Charles VIII, Louis XII et François Ier ont été des périodes d’ouverture pour une cour de France dont les effectifs ne cessent de croître179, brassant des familles nobles originaires de l’ensemble du royaume. Dans ce contexte, certaines familles comme celle des Dinteville « malgré leurs origines provinciales peuvent prétendre assez vite […] à des charges ou des titres éminents à la cour180 ». Pour autant les Dinteville et d’autres, doivent-ils leur ascension à leurs seuls mérites propres ? La réalité est certainement plus complexe. Jouent aussi les implantations locales. Il est vital pour le roi d’avoir à sa cour les représentants influents des gentilshommeries provinciales à un moment où le monarque apparaît comme le seul à pouvoir faciliter des volontés d’élévation sociale, compte tenu de la disparition des grandes maisons princières (Bretagne, Anjou-Provence, Bourgogne, Bourbonnais) entre 1477 et 1523. Jouent également les mariages entre lignages nobles qui se réalisent à la même époque et dont l’archétype pourrait être le bloc Montmorency-Pot-Dinteville qui couvre trois provinces, celles d’Île-de-France, de Champagne et de Bourgogne. De telles alliances contribueraient à assurer la stabilité des provinces frontières, tout en arrimant certains lignages provinciaux (ceux qui comptent et qui en expriment le désir) au pouvoir royal par l’octroi d’offices curiaux, de charges, de terres et de bénéfices ecclésiastiques situés dans les lieux que le pouvoir monarchique contrôle à peu près, ou entend contrôler.

62Ainsi, la promotion des Dinteville se placerait sous le triple sceau de l’utilitarisme royal, des alliances entre maisons nobiliaires et du règlement à l’amiable d’un différend entre parents. Le danger pour les Montmorency est d’être entraîné dans la spirale infernale d’exigences sans cesse renouvelées, ou d’avoir à couvrir des agissements illicites. Gaucher de Dinteville n’hésite pas à se prévaloir de sa bonne entente et de son lien de parenté avec le Grand Maître pour tenter d’être dispensé de loger les gens de guerre dans un village situé sur l’une de ses seigneuries en érigeant à l’entrée du village un poteau avec les armoiries d’Anne de Montmorency :

  • 181 I-131 : Dans cette lettre, François de Montmorency est qualifié de seigneur de Thorey, ce qui sign (...)

« Mon cousin, pour ce que de long temps et d’ancienneté me suis réputé vostre serviteur et humble parent… à ceste cause avoys faict mectre voz armes en ung posteau près de ma maison de Vanlay afin que les gens de guerre de ce royaulme exemptassent de logis les paisans dudit village qui pour la plus part sont à moy181. »

  • 182 Idem.

63Cependant, un vassal du frère du Grand Maître, François, a fait scier ledit poteau. Gaucher feint de ne pas comprendre la raison de ce geste : « […] certains mauvais garsons […] ont par despit rompu voz armes et mises en pièces, de quoy je me esmerveille […] qui vous plaise de luy donner à cognoistre que ce n’est point à vous à qui il se doit jouer182 » et demande à son cousin d’intervenir.

  • 183 XV-221, de Thennelières, le 3 septembre 1528.

64Le même Gaucher demande une fois de plus l’aide du Grand Maître afin que celui-ci lui fasse recouvrer une terre appartenant à feu M. de Lautrec, et ceci quelques jours seulement après l’annonce de son décès. Même si la mort de Lautrec « est dommaige innénarable », il demande à son cousin « sy vous plaisoit en faire la demande au roy, je croy que n’en seriez pas esconduyt183 ».

  • 184 IX-60, de Thennelières, le 18 septembre 1528 : « Je suis à faire une enqueste contre M. de Ruffey (...)
  • 185 X-203, de Blois, le 30 juillet 1529. Dix mois plus tard, M. de Ruffey a perdu son procès devant la (...)

65Gaucher, toujours lui, écrit une nouvelle fois à son cousin à propos d’un héritage impliquant le fils de sa nièce Bénigne de Dinteville mariée à Gérard de Vienne, seigneur de Ruffey (encore un Bourguignon). Dans une première lettre, il introduit sa demande184 et dans une seconde, il requiert l’assistance du Grand Maître afin d’obtenir bonne et rapide justice185.

  • 186 BnF, Dossiers Bleus 237, dossier 6085 et Bourquin L., op. cit., deuxième partie. Les 16 quartiers (...)

66Ces quelques exemples tendent à prouver que les Dinteville ne sont pas de tendres naïfs provinciaux, mais qu’au contraire ils ont su tirer amplement parti d’une conjoncture favorable à leurs intérêts. Bien implantés en Bourgogne et en Champagne, alliés à l’une des grandes familles du royaume, bénéficiaires d’un système soutenu par la monarchie depuis la fin du XVe siècle consistant à générer autour du souverain des fidélités directes lui permettant de tenir les provinces frontières ou éloignées du centre de décision, les Dinteville se retrouvent opportunément dans le rôle délicat mais gratifiant de relais d’une monarchie aux abois lorsqu’il s’agit de faire demeurer la Champagne dans l’orbite royale durant les guerres de Religion. Entre-temps, ils ont consolidé leurs positions par le mariage de Marie de Dinteville, fille de Gaucher (II) et petite-fille de Gaucher (I) avec son cousin germain Joachim de Dinteville, petit-fils de Jacques, frère de Gaucher (I)186.

  • 187 Bourquin L., Ibid., p. 38.

67Les Dinteville sont donc dès la fin du XVe siècle l’un des lignages sur lesquels s’appuie le roi de France pour contrôler les marges nord orientales de son royaume. Deux autres familles, citées par Laurent Bourquin, celles des Choiseul et celle des Anglure187 remplissent la même fonction. Toutefois, cette dernière présente l’avantage d’être liés au lignage montmorencéen.

Les d’Anglure : renforcer les alliances à l’est et au sud

  • 188 Sur les d’Anglure, voir BnF, P.O. 66 et 67, Carrés d’Hozier 27, Dossiers Bleus 23, Nouveaux d’Hozi (...)
  • 189 XI-58, Saladin d’Anglure au Grand Maître, de Bourlemont, le 17 novembre 1528. « Je vous suplie qui (...)
  • 190 VIII-228, d’Etoges, le 12 mai 1527 et VIII-117, de Boulogne, le 1er juin 1528.
  • 191 III-275, de Montigny-le-Roy ; XIII-35, de Bourlemont ; XIV-266, de Bourlemont le 22 novembre 1527  (...)
  • 192 François d’Anglure épouse Marie de Choiseul, Jacques, leur fils, se marie avec Louise de Vienne.
  • 193 Du Chesne A., op. cit., p. 178.

68Le lignage des Anglure peut-être suivi depuis le XIIe siècle188. Il est bien assis en Champagne autour d’un noyau foncier composé des seigneuries d’Anglure, Etoges et Bourlemont. Les d’Anglure, malgré un lien de parenté avec le Grand Maître qu’ils rappellent à l’occasion189, ont une relation épistolaire avec Anne de Montmorency moins dense que celle des Dinteville, puisque seulement sept lettres écrites par des membres du lignage ont été conservées. Elles n’émanent que de deux d’Anglure. René, seigneur d’Etoges a laissé deux lettres190. Le nombre très faible de lettres de René peut en partie s’expliquer par le fait qu’il meurt en 1529. Son cousin Saladin d’Anglure, seigneur de Bourlemont en a écrit au moins cinq191 à Anne de Montmorency. Les similitudes de destinées entre le Grand Maître et ses cousins sont assez étonnantes. Les trois hommes sont au départ des cadets de famille. Saladin d’Anglure, seigneur d’Etoges et Colart d’Anglure, seigneur de Bourlemont (le père de René) sont les deuxième et troisième fils de Simon-Saladin d’Anglure, tout comme Anne de Montmorency n’était que le deuxième fils du baron Guillaume. Comme leur cousin, ce sont eux qui réalisent les cursus les plus brillants. Alors que les branches aînées des barons d’Anglure et des sires de Bonnecourt sont confinées dans de solides unions locales192, Colart d’Anglure-Bourlemont épouse le 26 juin 1491 Marguerite de Montmorency, fille de Jean II et de Marguerite d’Orgemont et dame de Conflans-Sainte-Honorine193. Son fils Saladin d’Anglure-Bourlemont épouse en premières noces Hélène de Mailly, fille d’Hadrien de Mailly, seigneur de Conti, un cousin du Grand Maître, puis en secondes noces Marguerite de Ligneville, fille unique d’Henri de Ligneville, chambellan du duc René de Lorraine. Quant à Isabelle, la fille de Saladin d’Anglure-Etoges, elle est mariée à Jean-Antoine de Lascaris, comte de Tende. De cette union naît Anne Lascaris, la mère de Madeleine de Savoie, l’épouse du Grand Maître.

  • 194 Bourquin L., op. cit., p. 32.
  • 195 Duchesne A., op. cit., p. 253 et preuves p. 258. Information reprise par Harsgor M., op. cit., p.  (...)
  • 196 Lecoy de La Marche A., Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéra (...)

69Comment deux familles sans antécédent généalogique, sans liens géographiques et politiques ont-elles pu se rencontrer et s’unir en 1491 ? À défaut de preuve formelle, le seul indice matériel existant a été localisé en Provence. À partir des années 1470, René, duc d’Anjou, duc de Bar et duc de Lorraine, comte de Provence, roi (virtuel) de Naples et de Sicile, s’installe en Provence. Il y développe l’ordre du Croissant qu’il avait fondé en 1448. Parmi les chevaliers figurent Saladin d’Anglure, baron d’Etoges qui par ailleurs est aussi conseiller et chambellan de René. En reconnaissance de ces honneurs, Saladin prénomme son fils René194. Or, c’est aussi durant cette décennie que Guillaume de Montmorency fréquente la petite cour provençale. En 1481, on trouve son nom dans le testament de Charles d’Anjou, le fils de René, en qualité de chambellan et membre de son conseil. À ce titre, il reçoit une gratification de 6 000 écus d’or195. La cour provençale du « bon roi René » est également fréquentée par de grandes familles comme celle des hellénisants Lascaris, voisins du comte de Provence par leurs seigneuries de Tende et de Vintimille196.

  • 197 Du Chesne A., op. cit., preuves, p. 264. Information reprise par Harsgor M., op. cit., p. 1251. L’ (...)
  • 198 Harsgor M., Ibid., p. 1251. En 1475, la seigneurie de Damville à nouveau menacée, une nouvelle pro (...)

70À partir de là, les Montmorency et les Anglure des branches cadettes lient leurs destins pour quelques générations. En 1473, Colart d’Anglure-Bourlemont consent à ce que sa femme Marguerite de Montmorency devienne dame de Damville afin de conserver cette seigneurie dans le patrimoine des Montmorency197. Ceci « est un exemple de la façon dont une coalition de familles importantes comme les Montmorency et les Pot, réussissait à défendre leurs intérêts communs en utilisant les services de leurs alliés de maisons de moindre importance198 ».

71À la génération suivante, celle du Grand Maître, de René d’Anglure-Etoges et de Saladin d’Anglure-Bourlemont, les rapports entre cousins continuent d’être cordiaux comme le prouve l’étude des lettres que les deux derniers personnages envoient au premier. Cordiaux mais intéressés.

  • 199 XIII-35 et XI-58. La lettre XI-58 contient une phrase fort intéressante : « Tous ceulx de ces fron (...)
  • 200 XIV-266. Saladin désigne son cousin sous le vocable de « prothonotaire de Lanques ». Or l’une des (...)
  • 201 IX-2. Saladin conclut sa lettre par ces mots : « Vous vous en servirés en telle sourte qu’il vous (...)
  • 202 VIII-228. Dans cette lettre, il annonce aussi la mort de sa femme Catherine de Courey.
  • 203 VIII-117.
  • 204 À ces alliances, il faut ajouter les titres et les charges que possède René d’Anglure-Etoges. Il a (...)
  • 205 BnF, ms. fr. 21511 : Montres des compagnies pour les années 1519-1522, fo 1034 et N.A.F. 8617 : Mo (...)

72Pour Saladin, sur les cinq lettres qu’il adresse à son cousin Montmorency, deux concernent la pension de 400 livres que le Grand Maître lui a obtenu199, une autre demande une intervention afin de régler un différent relatif à la jouissance d’un bénéfice200, et une annonce l’arrivée de M. de Courville, un cousin de Saladin201, venant se mettre au service du seigneur de Chantilly. Les deux lettres de René d’Anglure-Etoges recouvrent les mêmes préoccupations. Dans l’une202, il demande à être payé de la pension que le roi lui octroie et aussi de celle de chambellan que Louise de Savoie lui a donnée ; dans l’autre, s’il déplore le décès de frère Bernardin des Baux, il se réjouit qu’Anne de Montmorency soit son héritier et demande « l’estat que ledit seigneur des Baux avoit sur ladite marine203 ». La question qui se pose est d’estimer la pertinence de la demande du seigneur d’Etoges. Demande-t-il une charge de capitaine des galères sans grande illusion quant à la faisabilité de son entreprise ? ou au contraire, pense-t-il avoir une bonne opportunité de réussir à devenir marin grâce à ses antécédents familiaux (un père chevalier du Croissant et proche du dernier comte de Provence) et aux alliances contractées par sa famille puisqu’une de ses sœurs est l’épouse de Jean-Antoine Lascaris, comte de Tende et de Vintimille et mère d’Anne Lascaris, elle-même génitrice de Claude de Tende, nouveau gouverneur de Provence et belle-mère du Grand Maître depuis 1527204 ? La piste provençale n’est d’ailleurs pas à négliger puisque dans les « montres » de la compagnie du Grand Bâtard de Savoie (mari d’Anne Lascaris) des années 1521 et 1522, on trouve trois membres du lignage d’Anglure : Claude, François et Jean205. En outre, l’un des frères de Colart, Renaud, est évêque de Marseille au temps du roi René, tandis que sa nièce, Isabelle épouse un Lascaris dont la petite fille est mariée à Anne de Montmorency. Cette double ouverture, francilienne avec les Montmorency et provençale avec les Lascaris, confère aux d’Anglure une dimension autrement plus importante que leur seule implantation champenoise. Seule certitude, René d’Anglure-Etoges n’obtient pas de commandement dans la marine du Levant.

  • 206 BnF, Dossiers Bleus 23, 512-513. Cité par Bourquin L., op. cit., p. 32.
  • 207 Ibid.
  • 208 Paris, 6 février 1517. BnF, ms. fr. 25720, fo 60 et CAF, t. I-594. Parmi les officiers domestiques (...)
  • 209 Fontainebleau, en décembre 1529. CAF, t. I-3778. Jean d’Anglure, seigneur de Coublanc est un cousi (...)
  • 210 De Moulins, février 1530. CAF, t. I-3665. Recey-sur-Ource trouve dans l’actuel département de la C (...)
  • 211 BnF, Clair. 835, fo 2077-2160 : officiers domestiques de François Ier de 1515 à 1547, et BnF, ms. (...)
  • 212 Idem.

73Comme pour les Dinteville, les d’Anglure émergent à la cour dans le dernier quart du XVe siècle. Après la défaite et la mort de Charles le Téméraire, Simon-Saladin d’Anglure est nommé chambellan du roi Louis XI206. Son fils Colart (Nicolas), mort en 1516, qui est le beau-frère de Guillaume de Montmorency, apparaît quant à lui sur le rôle des officiers royaux en qualité d’écuyer d’écurie du roi207. Mais il semble que ce soit sous François Ier que les d’Anglure connaissent une ascension réelle par la multiplication des charges curiales qu’ils détiennent et les faveurs dont ils jouissent. En 1517, le roi ordonne au trésorier général des guerres de payer à Saladin d’Anglure, seigneur de Bourlemont et capitaine de Montigny-le-Roi, sa pension pour une année de ses gages208. En 1529, le souverain accorde deux foires annuelles et un marché hebdomadaire à Coublanc (situé en Champagne) en faveur de Jean d’Anglure, seigneur du lieu209. Trois mois plus tard, François Ier autorise la création de trois foires annuelles et d’un marché chaque samedi à Recey-sur-Ource, seigneurie qui appartient à Claude d’Anglure210. Entre 1529 et 1533, François d’Anglure, seigneur de Boursault porte le titre d’échanson du roi211. Le même François, devenu seigneur d’Etoges après le décès de son père René, est capitaine de la Porte entre 1532 et 1540212.

  • 213 Bourquin L., op. cit., p. 34.

74Bien sûr, la famille des d’Anglure « n’est liée à aucune famille de la haute noblesse de Champagne213 ». Cependant, comme celle des Dinteville, elle n’en a pas besoin puisque les alliances de ces deux lignages dépassent largement les cadres de la province champenoise et touchent directement à la cour. Le ralliement des Dinteville et des d’Anglure au roi de France profite aux deux parties en présence. Toutefois, il semble qu’il existe un intermédiaire entre ces lignages champenois et le souverain en la personne d’Anne de Montmorency (ou plus exactement des membres du lignage montmorencéen).

  • 214 Ibid., p. 28.
  • 215 Ibid., p. 45.

75Cela pourrait signifier que l’appui que François Ier trouve dans ces familles n’est peut-être pas né ex-nihilo dans les années 1520-1530 de la seule volonté royale, mais qu’il procède de facteurs plus complexes combinant des paramètres familiaux et géo-stratégiques à l’échelle du royaume. Cela pourrait signifier également que la politique du Valois-Angoulême est peut-être moins novatrice qu’elle n’en a l’air puisqu’elle reposerait sur des réflexes hérités du Moyen Âge mettant en avant les jeux d’alliances matrimoniales. Bien plus, une troisième famille champenoise, celle des Choiseul, dont le profil ressemble à celui des Dinteville et des Anglure, joue un rôle grandissant dans le contrôle de la province. Or, la lecture de la première partie de la thèse de Laurent Bourquin révèle que seuls les Dinteville et les d’Anglure obtiennent le collier de Saint-Michel214. De même pour les charges curiales, l’auteur cite les Dinteville et les Anglure, jamais les Choiseul215.

  • 216 Un exemple de cet équilibre est fourni par la lettre que Pierre de Harancourt adresse au Grand Maî (...)

76On peut alors formuler l’hypothèse selon laquelle sur les trois familles composant l’embryon de la noblesse seconde champenoise du XVIe siècle, les deux lignages qui connaissent un avancement spectaculaire sous le règne de François Ier doivent en partie leur promotion rapide au fait qu’elles sont liées à de grands lignages dont l’envergure se déploie sur l’ensemble du royaume entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle : les Pot, les Montmorency, les Lascaris et, par le jeu des alliances, les Savoie et les Valois-Angoulême. Quant à la troisième famille, elle lie son sort à celui des gouverneurs de la province : les d’Albret, puis, à partir de 1524, les Guises. Aucun Choiseul ne figure dans le CAF entre les années 1515 et 1540. En poussant plus loin le raisonnement, il convient de se demander si le choix de ces trois lignages ne résulte pas d’une volonté royale d’équilibrer les pouvoirs et les influences locales des grandes familles aristocratiques qui composent l’entourage du roi dans les années 1520-1530. Tant que cet équilibre est assuré au profit du souverain, la province considérée est en paix216. Mais si les forces centripètes prennent un ascendant politique et moral sur l’autorité royale, celle-ci s’éclipse plus ou moins durablement.

  • 217 Constant J.-M., Les Guise, Paris, 1984, p. 21 et 22.
  • 218 Ibid.

77À cet égard, la Champagne, province frontalière avec le duché lorrain, pourrait servir de cas d’école. Claude de Lorraine en est le gouverneur depuis 1524. Certes, celui-ci est le beau-frère du duc de Vendôme et il a été élevé au rang et titre de duc de Guise et pair de France en 1527217. Cependant, il est issu d’une Maison réputée étrangère. Le roi, conscient de l’atout et du risque de confier la garde de la province à un tel personnage, peut avoir pensé faire surveiller le premier duc de Guise par l’entremise de lignages champenois alliés de son Grand Maître. Ces lignages, aux nombreuses ramifications, unis entre eux par le mariage de Claude d’Anglure, seigneur de Jours et de Françoise de Dinteville, fille de Gaucher (II), sont censés contre balancer le poids croissant que Claude de Guise exerce en Champagne, où il dispose lui-même d’un réseau de lignages satellitaires tel celui des Choiseul. Jean-Marie Constant rapporte une anecdote selon laquelle en 1536, « le duc rejoignit sa Champagne où il se sentait tellement indépendant qu’il se permit de refuser au connétable, chef des armées, les canons de Troyes. Il fallut l’intervention personnelle du roi pour qu’il consentît à s’en dessaisir218 ». Un tel comportement demandait à être encadré au plus près afin d’éviter les débordements, d’autant plus qu’à l’époque Jean de Dinteville est le bailli de Troyes.

*

78Les alliances matrimoniales prestigieuses ou utiles, les offices curiaux, les titres, les pensions et les charges qui commencent à s’accumuler sur les épaules d’Anne de Montmorency, grâce aux bienfaits d’une faveur royale qui s’affirme et qui retombe sur les parents et les alliés, tous ces éléments créent une synergie dont profite le Grand Maître. Celle-ci est renforcée par le poids du nombre, par cette masse impressionnante des cousins plus ou moins proches. Bien sûr, les conflits et les tensions existent, mais ils semblent s’atténuer à partir du début des années 1520 et l’impression générale qui ressort des relations entretenues par le Grand Maître avec sa vaste parentèle est celle d’une force solide et compacte. Comme si chaque composant de la nébuleuse Montmorency percevait le double intérêt, général et particulier, qu’il peut escompter retirer du soutien apporté, dans la limite de ses ressources et de ses compétences, au Grand Maître, tout en sachant que celui-ci aide, soutient et encourage sans relâche tous les membres de sa famille.

79Cependant, les structures de l’édifice que les Montmorency bâtissent patiemment à la cour et la puissance qu’il procure, reposent sur des fondations instables. Qu’un revers de fortune ou qu’une disgrâce s’abatte sur le chef du lignage et la construction s’écroule en tout ou partie. Comme tout seigneur, Anne de Montmorency sait que la seule puissance constante, durable et palpable est celle qui repose sur la terre. Aussi, parallèlement à la quête des honneurs que poursuit inlassablement le Grand Maître et afin de préserver ses proches des revers politiques, le seigneur de Chantilly se constitue-t-il un patrimoine foncier considérable, dépassant largement le cadre du nord de l’Île-de-France. Mais, toute expansion du patrimoine foncier demande une surveillance accrue de celui-ci et génère des conflits d’ordre judiciaire. C’est pour gérer l’un et parer aux autres qu’Anne de Montmorency fait appel aux services et aux compétences d’une douzaine de personnes. Ce noyau d’administrateurs constitue le groupe des officiers domestiques majeurs du Grand Maître.

Notes

1 Gaudemet J., Le mariage en occident, Paris, 1987. Flandrin J.-L., Familles. Parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, p. 28 et suiv. Flandrin J.-L., Les amours paysannes (XVIe-XIXe siècles), Paris, coll. « Archives », 1975, p. 36-37 et p. 59 et suiv. Constant J.-M., La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1985, p. 132 et suiv.

2 Selon une autre version, l’ancêtre des Montmorency se serait converti au christianisme en même temps que Clovis. Blancpain M., Anne de Montmorency « le tout puissant », 1493-1567, Paris, 1988, p. 9.

3 Le lignage compte trois connétables : Thibaut (mort vers 1086), puis son petit-fils Mathieu Ier, puis le petit-fils de celui-ci, Mathieu II. Ce dernier reçoit le droit de porter sur ses armes seize alérions en récompense de sa bravoure sur le champ de bataille de Bouvines.

4 Sur cette phase de récupération, voir, entre autres, l’Histoire de la France rurale, Paris, 1975, t. 2, deuxième partie ; Jacquart J., François Ier, Paris, 1981, rééd. 1994, chapitre III ; Quilliet B., La France du Beau XVIe siècle, Paris, 1998, deuxième partie.

5 S’il garde seul le titre, deux décisions du Parlement de Paris l’obligent à partager la baronnie avec ses demi-frères. Bedos Rezak B., op. cit., p. 18 à 20, et Harsgor M., op. cit., p. 1241 et suiv.

6 Il devient seigneur de Chantilly en 1492 après le décès de son oncle maternel Pierre d’Orgemont.

7 Bedos Rezak B., Ibid, p. 25.

8 Il se trouve aujourd’hui au Musée de Lyon.

9 Jourda P., Marguerite de Navarre, Paris, 1930, p. 54-55.

10 Baillargeat R., Vie et œuvre des seigneurs de Montmorency, Paris, 1959, t. 1 : « L’église collégiale Saint-Martin de Montmorency », et Rabasse J. et Duchesne A., La collégiale Saint-Martin, Montmorency, 1992.

11 Chronologiquement : XI-270 d’Ecouen le 17 juillet 1529 ; XI-268, de Chambly le 20 janvier 1530 ; XI-271, de Chantilly le 16 mars 1530 ; XI-269, de Chantilly le 5 avril 1530.

12 BnF, ms. fr. 4051-20, de Chantilly, le 5 juillet 1530 ; fr. 4051-2 et 4754-32 de Chantilly, en juillet 1530 ; fr. 4754-9, 4754-75 et 4051-41 de Chantilly, en octobre 1530.

13 XI-269 et XI-271.

14 BnF, ms. fr. 4051-2 et fr. 4754-32.

15 Idem, fr. 4754-9, 4754-75 et 4754-32. Jacqueline de La Trémoille, dame de Jonvelle, avait été fiancée au Grand Maître entre 1520 et 1526. Sur ce projet, voir Decrue F., op. cit., p. 68-70.

16 XI-268.

17 XI-270.

18 Les lettres adressées au secrétaire commencent par un « Berthereau » très sec.

19 XI-268.

20 Cette forêt est située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Damville, une seigneurie appartenant au Grand Maître.

21 Bedos Rezak B., op. cit., p. 21-22 et Mirot L., Histoire du château de Chantilly, Paris, 1925, p. 37. On peut aussi se reporter à quelques lettres de la série « L », par exemple VIII-216, Pierre de Garges au Grand Maître, de Chantilly, le 18 mars 1527 ; XII-118, le même au même, de Chantilly, le 13 octobre 1527.

22 Ibid., p. 84 et p. 52. Dans la série « L », quelques lettres d’Yvon Pierres : XIII-297, XIV-160, XIV-237, XIV-279 ; et de Pierre de Garges : XIV-236.

23 Ibid., p. 84 et p. 53.

24 XIII-52, Chantilly le 30 mai 1530.

25 ACC, série BA (Montmorency et Enghien), registre 2 BA 8, fo 89 pour Boissy et fo 128 pour Saint-Leu. Joseph de Montmorency appartient à la branche des Nivelle installée aux Pays-Bas.

26 XI-269.

27 Du Chesne A., op. cit., p. 360. Aucun des cinq fils d’Anne ne sera clerc.

28 Ibid., p. 355. Pour la liste des gouverneurs au XVIe siècle, voir Harding R., Anatomy of a Power Elite, the Provincial Governors of Early Modern France, New Haven-London, 1978, p. 220-227.

29 Du Chesne A., op. cit., p. 372.

30 Ibid., p. 373.

31 XV-47. Elle est cependant antérieure à juillet 1531, mois de son décès, probablement 1530 à cause de l’allusion aux fils du roi.

32 XI-244, de Mello, le 9 juillet 1530. Cependant La Rochepot a écrit au moins 3 lettres à Berthereau.

33 I-35, [s. l. n. d.] ; I-77, de Châtillon, le 8 janvier avant 1526 ; I-98, de Châtillon, le 8 avril avant 1526 ; I-228, de Châtillon, le 20 janvier, avant 1526 ; XI-243, de Chantilly, le 16 août 1529. Elle a également écrit quatre lettres à Berthereau.

34 XI-243, de Chantilly, le 16 août 1529.

35 Mathieu de Longuejoue au Grand Maître, de Bordeaux : VII-46, le 25 juin 1530, et X-173, le 30 juin 1530.

36 Maubuisson est située le long de l’Oise, à l’opposé du site de Pontoise. Sur l’histoire de l’abbaye, voir Dutilleux A. et Depoin J., Histoire de l’abbaye de Maubuisson, Pontoise, 1882.

37 Dutilleux A. et Depoin J., Ibid., liste des abbesses.

38 XIII-170, de Maubuisson.

39 XI-236, de Clairvaux, le 20 août 1529.

40 ACC, série GE, reg. 2 GE 11, comptes de Compiègne pour 1537, partie « dépenses », chapitre consacré aux « fiefz et aulmosnes ordonnez estre paiez par l’estat de messeigneurs les trésoriers de France ». L’aumône pour Chaalis est comprise dans une dépense globale de 100 livres 53 sous et 4 deniers.

41 Lettres de François à son frère à la BnF, ms. fr. 2974, 3039, 4051.

42 XI-244.

43 XII-194, de Saint-Dié, le 12 octobre 1530.

44 Decrue F., op. cit., p. 7, Bedos Rezak B., op. cit., p. 24. Anne Pot meurt le 24 février 1510.

45 Ibid., p. 29 et p. 25. L’acte date du 19 septembre 1522.

46 Le terrier de la seigneurie d’Auxey établi en 1519 présente Anne de Montmorency comme seigneur et baron de Châteauneuf, La Roche de Nolay (ancien nom de La Rochepot), Meursault, Auxey et Saint-Romain. AD C-d'O, fonds Blancheton. Toutes les terres bourguignonnes héritées des Pot ont fait l’objet d’un recensement en 1519.

47 X-272. Lettre du 7 novembre 1530, d’Offémont. Louise de Nesle, dame de Mélo et d’Offémont, veuve de Jean de La Gruthuise, avait légué ses biens à François de La Rochepot par testament rédigé le 13 avril 1524 [ACC, série GE (domaines divers), I, carton 1]. Elle meurt le 21 mars 1530, comme l’apprend Pierre de Garges à Berthereau (XIV-284, de Chantilly, le 1er avril 1530).

48 AD C-d'O, fonds Blancheton, 31 janvier 1531.

49 V-39. La lettre XV-322, écrite par un certain Mouton et adressée à Berthereau fait état d’un prêt de 480 livres que M. de la Rochepot n’a pas remboursé.

50 CAF, pour François 1 200 livres, le 11 janvier 1527, t. VI-8954 ; pour Guillaume, 3 000 livres, le 13 janvier 1527, t. VI-18956 ; pour Louise, don du droit de gabelle du grenier à sel de Sens pour 10 ans, le 15 janvier 1527, t. VI-18959.

51 XII-194.

52 VI-251, de Chantilly, le 13 novembre 1529 ; XIV-82, de Chantilly, le 29 décembre 1529 ; XI-267, de Chantilly, le 1er février 1530 et VI-261, d’Ecouen, le 5 février 1530.

53 XI-243.

54 XI-244.

55 En revanche, le t. XVI (1541-1559), contient 3 lettres du connétable à sa femme (104, 105, 106).

56 IX-107.

57 XIII-236.

58 XIII-295.

59 Parmi beaucoup de cas de perte de lettres : IX-182, Lubiano à Berthereau ; VII-252, Pointet au même ; XI-150, Montredon au même ; et V-26, de Clermont au même.

60 XIII-295.

61 Decrue F., op. cit., p. 148.

62 Ibid., p. 18, et 143.

63 Ibid., p. 168. La surintendance des chantiers royaux appartient au Grand Maître de France. Bedos Rezak B., op. cit., p. 115.

64 Decrue F., op. cit., p. 169.

65 Les relations entre le Grand Maître et M. de Villeroy ont été mises en évidence par Hamon P., op. cit., notamment p. 379-380 (échange de correspondance) et 393-394 (soutien à Ruzé contre Besnier).

66 Clausse au Grand Maître, 3 lettres : IV-136, X-63, X-145 ; à Berthereau, 13 lettres : III-92, III-172, IV-16, VII-103, VII-158, X-246, XII-231, XII-262, XII-266, XIII-262, XIV-32, XV-244, XV-269.

67 M. de Villeroy au Grand Maître : I-172, I-174, I-241, X-312 ; à Berthereau : III-300, IX-239, XIV-33.

68 Pierre Jourda avait déjà relevé le problème de l’absence de correspondance entre Marguerite de Navarre et son mari, doublée d’une absence de mention du nom de celui-ci dans les lettres de la reine. Jourda P., op. cit., p. 33-34.

69 Katia Béguin ne fait mention que de quelques lettres entre Henri II et son fils Louis (le Grand Condé). Béguin K., op. cit, p. 47 et 89.

70 Blimer P., « Qui était Madeleine de Savoie ? », BSHM, no 11, 1993, p. 12-14. Celle-ci est la nièce de Louise de Savoie, la mère du roi.

71 Deux filles sont déjà nées : Eléonore et Anne. Neuf autres enfants naîtront après 1530 : Jeanne, Catherine, Henri, Louise, Charles, Madeleine, Gabriel, Guillaume et Marie.

72 Le « beau filz » à venir est aussi évoqué par Simon de Bury, l’un des valets de chambre du Grand Maître. VIII-108, Simon de Bury au Grand Maître, de Chantilly, le 26 février 1530.

73 XI-271, Chantilly, le 16 mars 1530.

74 Simon de Bury (« et aparsoit l’on bien la rondeur de son ventre » [VIII-108]) et Pierre de Warty (« et vous asseure monseigneur, que l’on commance à s’en apercevoir, tant que le seing quy luy grossist, que le corps quy luy rondist. Elle a souvent fois mal de cueur, de quoy elle ne se deffera poinct » [V-171 : Pierre de Warty au Grand Maître, de Montfort-L’Amaury, le 16 janvier 1530]) donnent des indications sur l’avancée de la grossesse.

75 Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly : XIII-221 (13 avril), IV-310 (18 avril), XIV-217 (22 avril), XIII-226 (28 avril), IV-29 (2 mai), XIII-236 (6 mai), XIII-243 (13 mai), XIII-245 (15 mai), XIII-258 (25 mai), IV-293 et XIII-269 (27 mai), XIII-51 (30 mai), XIII-53 (31 mai), IX-83 (3 juin), VII-290 (8 juin), VII-285 (9 juin), XIII-277 (17 juin), XIII-280 (20 juin), XIII-121 (25 juin), VII-296 (1er juillet), XII-147 (5 juillet) et XIII-287 (7 juillet).

76 Le 13 mai, Yvon Pierres dit avoir reçu le matin même une lettre de Berthereau datée du 9 (XIII-243). Le 20 juin, il accuse réception d’une missive expédiée le 15 (XIII-280).

77 Quatre lettres d’Yvon Pierres mentionnent l’imminence de l’accouchement : XIII-258, le 25 mai ; XIII-277, le 17 juin ; XIII-280, le 20 juin et XIII-287, le 7 juillet.

78 X-198 : Louis Braillon au Grand Maître, de Chantilly, le 27 juillet 1530. Sa visite est annoncée par Yvon Pierres qui mentionne qu’il n’a pas demandé d’honoraires pour son déplacement, XIII-295.

79 Yvon Pierres revient aussi sur le niveau de nuisance sonore émis par le bébé : « Et quant ylle teste une des testée de sa nouryse et qui ne soyt pas sou, vous l’oyryez cryer comme un petit cochon pour avoyr le reste. » XIII-293.

80 VII-281, M. de Santhe à Berthereau, de Chantilly.

81 XIII-165, Charlotte d’Humières au Grand Maître, de Chantilly.

82 XV-72, Gabriel de Davant à Berthereau, de Paris, le 20 juillet 1530. La lettre de M. de Castres ne figure pas dans la série « L », contrairement à une lettre du 17 juillet (XI-234) et à une lettre du 7 août (XI-235).

83 XI-234, M. de Castres au Grand Maître, de Paris : « Monsieur de Villeroy et moy nous en irons tout à l’instant à Chantilly et vous ferons scavoir nouvelles. »

84 XIII-121, de Chantilly, le 25 juin 1530.

85 XIV-249, Grolier à Berthereau, de Paris, le 23 septembre 1530.

86 Idem.

87 XI-257 : M. de Bonnes au Grand Maître, de Bonnes, le 15 août 1530.

88 Flandrin J.-L., Les amours paysannes, op. cit., p. 36 à 59. Constant J.-M., La vie quotidienne, op. cit., chapitre V : Parenté, mariage et bonheur conjugal, p. 132-139.

89 Au XIIe siècle, Mathieu Ier avait épousé Alix d’Angleterre, puis Alix de Savoie.

90 BnF, ms. fr. 3032 fo 1 ; 3052 fos 3 et 9 ; 3044 fo 11 ; 3001 fos 33, 35, 38, 43, 45 et 70 ; 3017 fo 53. Ces références portent sur des lettres écrites entre le 6 mars et le 10 avril. Pour les mois de mai et de juin, de nombreuses lettres se trouvent dans ms. fr. 3017 et 3052.

91 Decrue F., op. cit., p. 71.

92 Doucet R., Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris, Paris, 1921 et 1926 ; Farge J. K., Le parti conservateur au XVIe siècle. Université et Parlement de Paris à l’époque de la Renaissance et de la Réforme, Paris, 1992. Résumé de l’opposition du Parlement à la régente dans Knecht R., op. cit., p. 228-235.

93 Sur le rôle de Guillaume en 1525, voir Bedos Rezak B., op. cit., p. 20-21, Harsgor M., Recherches…, op. cit., p. 1261.

94 Sur le rôle d’Anne en 1525-1526, voir Bedos Rezak B., op. cit., p. 114, Jacquart J., op. cit., p. 175 et Knecht R., op. cit., p. 239 et suiv.

95 Du Chesne A., op. cit., p. 355. Dans le manuscrit de la BnF Clair. 835 « Officiers des maisons… », fo 1935-1959 (Officiers domestiques de Louise de Savoie entre 1496 et 1518), Guillaume apparaît comme Chambellan de Louise et premier chevalier d’honneur.

96 Du Chesne A., op. cit., p. 355. Il semble d’ailleurs que ce soit les officiers parisiens qui aient demandé à Guillaume de prendre toutes les dispositions nécessaires à la défense de la capitale en venant les rejoindre avec 15 ou 20 gentilshommes « de ceulx qu’il cognoistroit estre gens d’honneur », ainsi qu’il est rédigé sur le mandement des parlementaires cité par Harsgor M., op. cit., p. 1261.

97 Harsgor M., Ibid., p. 1239-1240.

98 Francis Decrue écrit lui-même que : « M. de Montmorency, le père, s’entendit avec Louise de Savoie… » et laisse entendre que c’est la régente elle-même qui conçut et organisa le mariage. Decrue F., op. cit., p. 69.

99 Knecht R., op. cit., p. 251.

100 Giono J., Le désastre de Pavie, Paris, 1963, coll. « Trente journées qui ont fait la France ».

101 La Cronique, p. 45-56, Giono J., Ibid., p. 215-216, Knecht R., op. cit., p. 224.

102 Jean de Selve n’a pas fait partie des promus de 1526. Est-ce une vengeance du roi qui lui signifierait de la sorte son mécontentement pour ne pas avoir tenu le Parlement dans un devoir de fidélité vis-à-vis de la régente ? En outre, il meurt dès 1529, soit avant l’autre grand événement qui clôt les séquelles de Pavie, à savoir la libération des Enfants.

103 Babelon J.-P., Nouvelle histoire de Paris, Paris au XVIe siècle, Paris, 1986, p. 526.

104 Charles d’Angoulême, le père de François Ier, avait eu deux maîtresses dont l’une, Antoinette de Polignac, était la mère de Jeanne. Knecht R., op. cit., p. 14-16. et 252.

105 Tiévant C., Le gouverneur de Languedoc pendant les premières guerres de religion (1559-1574), Paris, 1993, consacre les pages 86 à 93 de son livre à l’étude des pouvoirs d’Anne de Montmorency en Languedoc.

106 CAF, t. I-2324, de Bordeaux.

107 Decrue F., op. cit., p. 66.

108 Ibid.

109 Sur ce mariage, voir Dejean J.-L., Marguerite de Navarre, Paris, 1987, p. 131.

110 Toujours en 1527, la belle-sœur du roi, Renée de France, est fiancée au fils du duc de Ferrare.

111 Decrue F., op. cit., p. 4, signale un désaccord entre « Le loyal Serviteur » qui fait remonter le décès à l’année 1501 et Du Chesne A. qui fait mourir René Pot en 1503. De son côté, Harsgor M., op. cit., p. 1253, le fait mourir en 1505.

112 Les lignes qui suivent s’appuient essentiellement sur Harsgor M., Ibid., p. 1228-1271 (chapitre consacré à Guillaume de Montmorency) et 1273-1325 (chapitre sur les frères Pot).

113 Généalogie des Villiers dans Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne et de la Maison du Roy, Paris, 1756, t. VII, p. 13.

114 Du Chesne A., op. cit., p. 360. Du Chesne puise cette information dans la Gallia Christiana, t. II, col. 537.

115 Gallia Christiana, t. IX, col. 763. Il ne succède pas à son oncle Louis de Villiers de L’Isle-Adam qui avait tenu l’évêché de 1487 à 1521. Entre les deux s’intercale Antoine de Lascaris-Tende. Ibid., col. 760-763.

116 XIII-269, Yvon Pierres à Berthereau, de Chantilly, le 27 mai 1530.

117 ACC, série BA, registre 2 BA 1, fo 4.

118 Gadeguin R. et Renaux D., Histoire de Villiers-le-Bel, Paris, 1975, p. 191-193. La pierre tombale est encore visible à l’abbaye.

119 Rabasse J. et Duchesne A., op. cit., p. 12.

120 Philippe de Villiers est né en 1464. Il est élu Grand Maître de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem (devenu Ordre de Rhodes, puis Ordre de Malte) en 1521 et doit défendre l’île de Rhodes contre Soliman pendant 6 mois avant de signer une reddition avec les honneurs le 18 décembre 1521. Pendant 8 ans il sollicite le pape, l’empereur et le roi de France pour obtenir de nouvelles possessions en Méditerranée. Finalement le 24 mars 1530, l’empereur cède à l’Ordre l’archipel maltais « en fief perpétuel, noble et franc ».

121 VIII-225, au Grand Maître, le 28 février 1527, XII-35 ; au même, le 1er mars 1527 ; X-120, au même, le 5 mars 1527 ; XI-272, au même, le 16 mars 1527. Cette dernière est écrite la veille du règlement de la succession de frère Bernardin des Baux entre Anne de Montmorency et l’Ordre de Rhodes, cf. ACC, série BA, registre 2 BA 1, fo 4 : lettres du mardi 17 mars 1527 avec l’accord passé entre Anne de Montmorency et le Grand Maître de Rhodes.

122 XV-166, au Grand Maître.

123 XI-273, au Grand Maître, le 26 juillet 1530.

124 Au Grand Maître : IV-2 et VI-72. À Berthereau : XI-154, XIII-184, XV-57, XV-260 et XV-277. Toutes ces lettres sont antérieures à 1530 puisqu’il les signe en tant qu’évêque de Limoges.

125 V-327.

126 XV-276, au Grand Maître, le 21 décembre 1530. Seule lettre signée « Charles, évêque de Beauvais ».

127 V-107, au Grand Maître. Il existe un Bresles à 6 km au sud-est de Beauvais.

128 Pour les Gouffier, voir BnF, Dossiers Bleus 323-8225, P. O. 1366 et 1367, Carrés d’Hozier 302 et 303, Cabinet d’Hozier 168, Nouveau d’Hozier 159 et Chérin 95. Il faut aussi se reporter à la très intéressante thèse de Carouge P., L’amiral de Bonnivet et sa famille, (v. 1450-v. 1525), Paris, 1999, résumé dans Position de thèses de l’École des Chartes, Paris, 1999, p. 99-108.

129 Carouge P., Ibid., première partie, chapitre deux : le temps des procès (1462-1492).

130 Mort en 1523, Adrien avait été nommé cardinal le 14 décembre 1516, alors que le roi et le pape Léon X conféraient à Bologne (Knecht R., op. cit., p. 87). Emard a été nommé par le roi abbé de Cluny en 1518.

131 Les Hangest sont aussi présents à la cour dès le règne de Charles VIII puisque Jacques apparaît sur les rôles des officiers de la reine Anne de Bretagne en qualité de panetier (BnF, ms. fr. 21451 : Recueil des pièces manuscrites et imprimées sur les Maisons des rois et des reines).

132 Deux nouvelles de L’Heptameron de Marguerite de Navarre ont pour héros Bonnivet : la quatrième et la seizième.

133 Cloulas I., Henri II, Paris, 1985, p. 38-39. René de Cossé a plus de 70 ans en 1530.

134 Elles se trouvent à la BnF dispersées dans différents tomes du Fonds Français comme le 3027 et le 3028.

135 VII-57, au Grand Maître, de Fère, le 14 juillet 1529 ; VII-251, à Berthereau, de Fère, le même jour ; XIII-326, au Grand Maître, de Neulles (Nesles ?), le 12 septembre 1530.

136 Au Grand Maître : VII-14, de Blois, le 4 mars 1530 ; VIII-155, de Saint-Germain, « ce mercredi matin », VIII-157, de Saint-Germain, le 6 septembre 1529 ; IX-275, de Blois, le 7 avril 1530 ; XIV-107, de Saint-Germain, le 13 août 1529 ; XV-44, de Saint-Germain, le 29 janvier 1530 ; XV-85, de Blois, le 21 septembre 1529 ; XV-187, de Saint-Germain, « lundi ». À Berthereau, XIV-36, de Saint-Germain, le 14 avril 1530 ; XV-306, de Saint-Germain, le 14 août 1529.

137 XV-44.

138 VII-29, M. de Montreuil au Grand Maître, de Vitoria, le 27 avril 1530. Dans cette lettre, M. de Montreuil s’excuse de ne pas écrire plus souvent et se met au service du Grand Maître « comme à celuy qui m’est pour père ».

139 Mme de Montreuil au Grand Maître : VII-14, IX-275, XV-85, XV-44, VIII-157 et XV-187.

140 Carouge P., op. cit.

141 Surnom donné à Anne à l’époque où il n’était encore qu’un cadet de famille.

142 XIV-13 : Jean Jalleteau au Grand Maître, de Bonnivet, le 9 décembre 1528. Louis Gouffier, décédé le 2 septembre 1528 au cours de la retraite des armées du roi survenue après l’échec devant Naples.

143 X-141 : M. de Lameth au Grand Maître, de Paris, le 14 janvier 1529.

144 Idem.

145 XII-174 : Iverny au Grand Maître, de Blois, le 2 septembre 1530.

146 Saint-Jouin-des-Marnes est situé dans le département actuel des Deux-Sèvres. Le nouvel abbé expédie une lettre au Grand Maître : VIII-326, et deux à Berthereau (VI-182 et IX-210) concernant l’envoi de toiles pour chasser les faucons.

147 XII-204 : Charles de Hémard à Berthereau, de Saint-Jouin, le 9 octobre (1528).

148 XV-85, Mme de Montreuil et M. de Polisy au Grand Maître, de Blois, le 21 septembre 1529.

149 Bourquin L., op. cit., p. 38-44, 78-81, 122, 143.

150 Les autres lignages sont ceux des Choiseul, des Lenoncourt et des d’Anglure. Bourquin L., Ibid., p. 37-47 et pour Gaucher de Dinteville, p. 45.

151 Sa généalogie peut être recomposée (après élimination des invraisemblances) à partir de BnF, Cabinet d’Hozier 120, Dossiers Bleus 237 (dossier 6085, fo 10).

152 Le ralliement est surtout le fait de Guyot Pot car son frère Philippe était déjà un serviteur du roi.

153 XI-238, François de Dinteville au Grand Maître, de Saint-Germain, et Gaucher de Dinteville au Grand Maître, de Vanlay.

154 La série « L » a conservé de Gaucher de Dinteville huit lettres écrites au Grand Maître et onze à Berthereau ; de François (I) de Dinteville, frère de Gaucher et évêque d’Auxerre de 1514 à 1530, deux lettres au Grand Maître ; de Jean (I) de Dinteville, frère de Gaucher et chevalier de l’Ordre de Calatrava, six lettres à Nicolas Berthereau ; de Louis de Dinteville, frère de Gaucher, une lettre à Berthereau ; de François (II) de Dinteville, fils de Gaucher et évêque de Riez puis d’Auxerre (de 1530 à 1554), sept lettres à Nicolas Berthereau ; de Jean (II) de Dinteville, fils de Gaucher, une lettre. À ces lettres, il faut ajouter celles de François (II) de Dinteville envoyé en ambassade à Rome à partir de 1531 et conservées dans BnF, Du Puy 437 et 537.

155 XV-246, VII-297, XIV-260, XIII-270, VII-115 et XII-64.

156 XIII-296, XV-63, IX-227, XII-155, XV-211, X-203, VIII-198, XIV-264 et VI-171.

157 XV-187, XIV-135, IX-60, XIII-278, VII-132 et I-131.

158 IX-296, lettre en faveur de M. de Polisy, [s. l. n. d.].

159 Sur cette ténébreuse affaire, voir Decrue F., op. cit., p. 172-173. L’évêque d’Auxerre était accusé d’avoir battu à mort l’un des religieux de son abbaye de Montierander. Il faut dire que François (II) de Dinteville était « reconnu en son temps pour boire beaucoup » selon les termes même des notices biographiques de BnF, Dossiers Bleus 237 et Cabinet d’Hozier 120. Le 26 juillet 1531, le roi, alors à Fontainebleau, alloue une somme à l’évêque d’un montant de 2 400 livres afin qu’il se rende à Rome (BnF, Clair. 1215, fo 69 vo et CAF, t. II-4180).

160 Harsgor M., op. cit., p. 1228-1272 (p. 1253-1255) et p. 1273-1324 (p. 1312).

161 AN, X1a 4846, fo 325-341.

162 Mickaël Harsgor pense que Guillaume a fait jouer toutes ses relations familiales au sein du parlement de Paris afin d’entraver le déroulement normal de la procédure, ce qui est probable. Mais comment expliquer alors que l’un des frères « promect etiam cum juramento rien faire jamais poursuicte » ? Harsgor M., op. cit., p. 1254-1255.

163 Ibid., p. 1257-1258.

164 AN LL 126, fo 194 et LL 129, fo 408. Ces difficultés sont mentionnées dans Fourquin G., Les campagnes en Île-de-France, Paris, 1962, p. 499 et reprises par Harsgor M., op. cit., p. 1256.

165 AN X1a 4846, fo 337.

166 BnF, ms. fr. 21449 : Officiers et domestiques de la Maison de François Ier (1516-1534). Années 1516, 1524, 1529, 1530 et 1531.

167 BnF, Dossiers Bleus 237-6085, fo 10.

168 Gallia Christiana, t. VII, col. 934.

169 Ibid., col. 882.

170 Ibid., t. XII, col. 332-334.

171 Ibid., t. VII, col. 875-876. Ont leur sépulture à Notre-Dame-du-Val : Charles de Montmorency et ses deux épouses successives Marguerite de Beaujeu et Jeanne de Roussy morts respectivement en 1381, 1336 et 1356 ; Peronelle de Villiers, dame de Montmorency, décédée en 1400 ; Marguerite de Montmorency femme d’Antoine de Villiers, morts en 1504 et 1490. Claude de Dinteville est abbé de 1484 à 1507.

172 CAF, t. I-398. Les lettres de la régente sont écrites à Lyon. Elles sont enregistrées à la chambre des comptes de Dijon (dont le chevalier d’honneur est Jacques de Dinteville) le 24 juillet 1516 (AD C-d'O, reg. B 72, fo 22).

173 Ibid., I-835. Accord enregistré à la chambre des comptes de Dijon le 6 avril 1518 (AD C-d'O reg. B 72, fo 29).

174 Ibid., t. VI-8998, de Saint-Germain, le 6 février 1527 et BnF, ms. fr. 5502, fo 50.

175 Ibid., t. II-1276, de Blois, le 20 novembre 1520. AN X1a 1523, reg. du conseil, fo 33. Cette survivance enregistrée au parlement de Paris le 5 janvier 1521.

176 Jean de Dinteville est représenté sur le tableau de Hans Holbein intitulé « Les ambassadeurs », aux côtés de Charles Du Sollier, commandeur de Morette, l’autre ambassadeur du roi en Angleterre et lié lui aussi au Grand Maître.

177 Ces Coligny sont des cousins des Coligny, seigneurs de Châtillon. Leur branche naît dans la seconde moitié du XIVe siècle. Père Anselme, op. cit., t. VII, p. 159-160.

178 Baillargeat R., op. cit., et Rabasse J. et Duchesne A., op. cit.

179 Solnon J.-F., La cour de France, Paris, 1987, p. 21. Un exemple concret de cette croissance peut être fourni par le nombre des gentilshommes de la chambre du roi. En 1524, ils sont 30, alors qu’en 1534, leur nombre est passé à 53 auxquels il faut ajouter une « liste complémentaire » de 9 gentilshommes. BnF, ms. fr. 21449.

180 Bourquin L., op. cit., p. 53.

181 I-131 : Dans cette lettre, François de Montmorency est qualifié de seigneur de Thorey, ce qui signifie qu’Anne de Montmorency est encore appelé M. de La Rochepot et donc que la lettre est antérieure à 1522.

182 Idem.

183 XV-221, de Thennelières, le 3 septembre 1528.

184 IX-60, de Thennelières, le 18 septembre 1528 : « Je suis à faire une enqueste contre M. de Ruffey d’une habilleté qu’il m’a cuydé faire, comme vous dira le bailly [Guillaume de Dinteville, fils de Gaucher et bailli de Troyes]. »

185 X-203, de Blois, le 30 juillet 1529. Dix mois plus tard, M. de Ruffey a perdu son procès devant la chambre des enquêtes, mais il a fait appel de la décision rendue devant la chambre que dirige le président Clatin. Gaucher écrit à son cousin : « Que vostre plaisir soit faire escripre… unes lettres à messieurs les présidens et conseillers… en recommandant mon affaire… et que j’en puisse avoir la despesche et expédition dedans ce parlement… »

186 BnF, Dossiers Bleus 237, dossier 6085 et Bourquin L., op. cit., deuxième partie. Les 16 quartiers de noblesse de Joachim de Dinteville font apparaître que du côté maternel, sa mère est Gabrielle de Stainville. Celle-ci avait pour parents Louis de Stainville et Odette Luillier. Odette et sa sœur Madeleine signent les lettres qu’elles écrivent au Grand Maître par la formule « vostre humble et obéissante cousine ». Elles sont les petites-filles d’Antoine de Villiers, seigneur de L’Isle-Adam dont la première épouse se nommait Marguerite de Montmorency. Pour Odette Luillier : V-251, de Nancy ; pour Madeleine Luillier : XIV-110, de Chantilly, le 20 novembre 1530, XIV-145, de Gauze ( ?), et XV-197, de Paris.

187 Bourquin L., Ibid., p. 38.

188 Sur les d’Anglure, voir BnF, P.O. 66 et 67, Carrés d’Hozier 27, Dossiers Bleus 23, Nouveaux d’Hozier 10 et Cabinet d’Hozier 10. On peut aussi consulter la monumentale monographie familiale de Poull G., Le château et les seigneurs de Bourlemont, Rupt-sur-Moselle, 1962-1964, 2 tomes. Le second tome qui commence en 1412 étudie plus particulièrement les Anglure et permet de suivre les différents rameaux de cette famille à travers l’espace et le temps jusqu’au XXe siècle.

189 XI-58, Saladin d’Anglure au Grand Maître, de Bourlemont, le 17 novembre 1528. « Je vous suplie qui vous plaise me donner à congnoistre que je suis vostre cousin germain et qu’avés quelque amour en moy… »

190 VIII-228, d’Etoges, le 12 mai 1527 et VIII-117, de Boulogne, le 1er juin 1528.

191 III-275, de Montigny-le-Roy ; XIII-35, de Bourlemont ; XIV-266, de Bourlemont le 22 novembre 1527 ; IX-2, de Paris, le 25 novembre 1527 ; XI-58, de Bourlemont, le 17 novembre 1528.

192 François d’Anglure épouse Marie de Choiseul, Jacques, leur fils, se marie avec Louise de Vienne.

193 Du Chesne A., op. cit., p. 178.

194 Bourquin L., op. cit., p. 32.

195 Duchesne A., op. cit., p. 253 et preuves p. 258. Information reprise par Harsgor M., op. cit., p. 1244.

196 Lecoy de La Marche A., Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, 1875, Genève (reprint), 1969, t. II, p. 153 et suiv.

197 Du Chesne A., op. cit., preuves, p. 264. Information reprise par Harsgor M., op. cit., p. 1251. L’opération qui permet de maintenir Damville entre les mains des Montmorency est un retrait lignager.

198 Harsgor M., Ibid., p. 1251. En 1475, la seigneurie de Damville à nouveau menacée, une nouvelle procédure de retrait lignager est utilisée qui transfère la seigneurie à Guyot Pot. Colart accepte la « combinaison… en échange [de] la seigneurie de Neuvis-le-Pailloux en Berry », Ibid, p. 1251.

199 XIII-35 et XI-58. La lettre XI-58 contient une phrase fort intéressante : « Tous ceulx de ces frontières par desà sont payer de leur estat axepté moy. » Sans lui donner plus d’importance qu’elle n’en a (Bourlemont dans le rôle du plaignant avance des arguments jouant en sa faveur), elle dénote le soin spécifique que le roi semble apporter à payer les gentilshommes qui verrouillent les confins orientaux.

200 XIV-266. Saladin désigne son cousin sous le vocable de « prothonotaire de Lanques ». Or l’une des six branches de la famille des Choiseul, alliée des d’Anglure, porte le titre de baron de Lanques. Bourquin L., op. cit., p. 29 et 31.

201 IX-2. Saladin conclut sa lettre par ces mots : « Vous vous en servirés en telle sourte qu’il vous plaira. J’aymerois myeulx qu’il fust mort qu’il ne fust homme de bien. » Les recherches pour trouver un M. de Courville dans l’entourage du Grand Maître ou à la cour ont été infructueuses.

202 VIII-228. Dans cette lettre, il annonce aussi la mort de sa femme Catherine de Courey.

203 VIII-117.

204 À ces alliances, il faut ajouter les titres et les charges que possède René d’Anglure-Etoges. Il a été lieutenant général du roi en Dauphiné et Grand Maître de Savoie (BnF, Dossiers Bleus 23, 512-513) Or, son neveu par alliance (époux d’Anne Lascaris) est René, Grand Bâtard de Savoie. Ce dernier est également amiral de Provence (CAF, t. IX, liste des principaux officiers royaux du règne de François Ier).

205 BnF, ms. fr. 21511 : Montres des compagnies pour les années 1519-1522, fo 1034 et N.A.F. 8617 : Montres des années 1520-1524, fo 10.

206 BnF, Dossiers Bleus 23, 512-513. Cité par Bourquin L., op. cit., p. 32.

207 Ibid.

208 Paris, 6 février 1517. BnF, ms. fr. 25720, fo 60 et CAF, t. I-594. Parmi les officiers domestiques de Louise de Savoie entre 1496 et 1518, figure un Gilles d’Anglure, fils du vicomte d’Etoges, valet tranchant en 1517 (BnF, Clair. 835 : « Officiers des Maisons… », fo 1935-1959). Aucune des généalogies des Anglure ne mentionnant de Gilles d’Anglure-Etoges, il n’est pas impossible que le Gilles en question soit en fait Saladin.

209 Fontainebleau, en décembre 1529. CAF, t. I-3778. Jean d’Anglure, seigneur de Coublanc est un cousin de René et Saladin d’Anglure. Coublanc est situé dans l’actuel département de la Haute-Marne, à 20 km au sud de Langres.

210 De Moulins, février 1530. CAF, t. I-3665. Recey-sur-Ource trouve dans l’actuel département de la Côte-d’Or, à 28 km au sud-est de Châtillon-sur-Seine. La date n’étant pas précisée, il n’est pas possible de savoir si la décision royale a été prise avant ou après le départ du Grand Maître de Moulins le 22 février.

211 BnF, Clair. 835, fo 2077-2160 : officiers domestiques de François Ier de 1515 à 1547, et BnF, ms. fr. 21449 : Officiers et domestiques de la Maison de François Ier. François est le fils de René d’Anglure-Etoges. Un d’Anglure chasse l’autre puisqu’en 1540, c’est René d’Anglure-Bourlemont, fils de Saladin d’Anglure-Bourlemont qui apparaît en qualité d’échanson du roi.

212 Idem.

213 Bourquin L., op. cit., p. 34.

214 Ibid., p. 28.

215 Ibid., p. 45.

216 Un exemple de cet équilibre est fourni par la lettre que Pierre de Harancourt adresse au Grand Maître, dans laquelle il l’informe que « monseigneur de Guyse m’a dit le bien que m’avez fait faire au roy de me faire donner l’office de bailly de Chaumont, qui n’est pas le premier bien qu’il vous a pleu me faire, de quoy je vous remercye très humblement ». XII-81 : Pierre de Harancourt au Grand Maître, de Sainte-Ménéhould, le 25 juillet 1527.

217 Constant J.-M., Les Guise, Paris, 1984, p. 21 et 22.

218 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540