Version classiqueVersion mobile

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Conclusion

Gábor Klaniczay

Texte intégral

  • 1 Sur la notion de région historique, en particulier celles de l’Europe du Centre-Est ou de l’Europe (...)

1Les études réunies dans ce volume concernent une région historique de l’Europe médiévale qui, après plusieurs siècles de formation, commençait depuis le XIVe siècle à vivre dans le cadre d’États dynastiques de plus en plus entrelacés et qui développait une identité économique, sociale, religieuse et culturelle comportant de nombreux traits communs1. Les Angevins, les Luxembourg, les Jagellon et les Habsbourg, ces nouveaux lignages qui remplacèrent les premières dynasties chrétiennes – les Arpadiens, les Premyslides, les Piast et les Babenberg –, conclurent des alliances dynastiques multiples et élaborèrent des stratégies politiques pour s’approprier plusieurs royaumes de la région, voire la région tout entière. En cela d’ailleurs, ils suivaient les objectifs déjà formulés par les Arpadiens qui détenaient la couronne de Croatie depuis le XIIe siècle, et des Premyslides, qui recueillirent pour un temps l’héritage autrichien des Babenberg et entreprirent leur expansion vers la Silésie, la Petite Pologne et la Hongrie. Ces premières tentatives furent poursuivies par les Angevins hongrois, qui devinrent maîtres de la Pologne après la mort de Casimir III le Grand (1370), puis par les Luxembourg. Sigismond, qui avait obtenu la Hongrie en épousant Marie d’Anjou, devint aussi roi de Bohême et empereur. La construction de cette unité supranationale des pays d’Europe centrale continua au XVe siècle sous les Jagellon et les Habsbourg, et aussi par la diplomatie de Mathias Corvin, permettant finalement aux Habsbourg de stabiliser l’Europe centrale pour les temps modernes par leur empire multinational.

  • 2 Voir les contributions de ces deux auteurs dans Natalia Alexiun et alii (dir.), Histoire de l’Euro (...)
  • 3 Urszula Borkowska, « La culture religieuse des Jagellon polonais », dans L’Église et le peuple chr (...)
  • 4 Bronisław Geremek, The Common Roots of Europe, Cambridge, Polity Press, 1996.
  • 5 František Graus, Lebendige Vergangenheit. Überlieferung im Mittelalter und in den Vorstellungen vo (...)
  • 6 František Šmahel, La révolution hussite, une anomalie historique, Paris, PUF, 1985 ; Id., Die Prag (...)
  • 7 Jozef Macek, Jagellonsky vek v cheskych zemích (1471-1526), Praha, Academia, 1992.
  • 8 Pál Engel, The Realm of St. Stephen. A History of Medieval Hungary, London-New York, I.B. Tauris, (...)
  • 9 Erik Fügedi, Castle and Society in Medieval Hungary (1000-1437), Budapest, Akadémiai kiadó, 1986; (...)
  • 10 András Kubinyi, Főpapok, egyházi intézmények és vallásosság a középkori Magyarországon. [Prélats, (...)
  • 11 Otto Brunner, Land und Herrschaft. Grundfragen der territorialen Verfassungsgeschichte Österreichs (...)

2La période examinée dans cet ouvrage, qui s’étend de la fin du XIVe au milieu du XVIe siècle, est non seulement celle de la construction de ces nouveaux ensembles dynastiques et politiques mais aussi le moment historique où les quatre pays concernés – l’Autriche, la Hongrie, la Bohême et la Pologne – arrivent au seuil de la modernité. Une période caractérisée par des changements importants sur les plans économique et social comme dans le domaine religieux. Sur ces phénomènes, l’historiographie des dernières décennies a déjà obtenu des acquis considérables : pour la Pologne, citons les travaux de Jerzy Kłoczowski, de Henryk Samsonowicz2, d’Urszula Borkowska3 et de Bronisław Geremek4 ; pour la Bohême, ceux de František Graus5, de František Šmahel6 et de Jozef Macek7 ; pour la Hongrie, ceux de Pál Engel8, d’Erik Fügedi9 et d’András Kubinyi10 ; pour l’Autriche enfin, ceux d’Otto Brunner11. Les contributions rassemblées ici témoignent d’un renouvellement situant les réflexions et les derniers résultats obtenus à l’échelle nationale dans une perspective comparative. Ils contribuent ainsi à l’élaboration d’une synthèse originale sur l’Europe centrale.

3Le départ de la réflexion est illustré par les quatre premières études de notre volume, qui discutent la fonction conventionnellement attribuée à cette région du point de vue occidental, fonction résumée par les termes de « bouclier de la Chrétienté » ou d’antemurale Christianitatis. Mettant en cause le cliché d’un espace trop vite qualifié de « périphérique », qui aurait seulement cherché à obtenir le soutien des autres pays chrétiens en récompense de son exposition aux attaques des infidèles, Dariusz Kołodziejczyk a démontré comment le discours médiéval sur la croisade fut réinterprété en Pologne à partir du XVe siècle. Au lieu de suivre les appels européens à l’alliance anti-ottomane, les rois de Pologne se montrèrent pragmatiques : au nom d’une « raison d’État » déjà moderne, ils préféraient développer les contacts diplomatiques avec l’Empire ottoman ou les khans tatares. Ils devaient s’adapter à une réalité politique multiconfessionnelle, née de l’alliance dynastique avec la Lituanie, dont beaucoup de sujets étaient païens jusqu’au XIVe siècle, ou orthodoxes, comme les Ruthènes, ou encore musulmans, comme les Tatars. Ces idées évoluant vers une tolérance religieuse avaient été exprimées dans le traité écrit en 1415 par Paweł Włodkowic, ambassadeur polonais au concile de Constance et recteur de l’université de Cracovie qui condamna la conversion des infidèles par l’épée, principe fondateur des croisades médiévales.

  • 12 James M. Powell, Anatomy of a crusade, 1213-1221, Philadelphia 1986; József Laszlovszky, Judit Maj (...)
  • 13 Tibor Klaniczay, « A kereszteshad eszméje és a Mátyás-mítosz » [L’idée de Croisade et 1e mythe du (...)
  • 14 Nóra Berend, At the Gate of Christendom. Jews, Muslims and « Pagans » in Medieval Hungary, c. 1000 (...)

4Ce constat du déclin de l’idéologie de l’antemurale en Pologne converge avec les considérations de Sándor Csernus sur la réinterprétation de l’idée de Croisade en Hongrie à la fin du Moyen Âge. Elles s’inscrivent dans la longue durée. Dans un premier temps, les monarchies d’Europe centrale ont bien accueilli l’idée occidentale de Croisade comme guerre juste et offensive menée pour l’expansion de la Chrétienté, participant même aux Cinquième et Sixième croisades12. Elles se conformèrent également à la réinterprétation des croisades comme lutte contre les hérétiques : d’abord dans les expéditions contre les « patarins » bosniaques par les rois de Hongrie, ensuite dans les campagnes contre les hussites, nommées « croisades » jusqu’au temps du roi Mathias Corvin13. L’étude de S. Csernus a aussi montré comment la croisade est devenue une forme d’autodéfense, dès la dévastation causée par les Tatars au XIIIe siècle puis avec la poussée ottomane à partir de la fin du XIVe siècle. Elle permettait à la fois de solliciter l’aide internationale et de mobiliser la population. Dès 1456, l’élément populaire de la croisade pouvait cependant dégénérer en révolte paysanne, ce qui arriva effectivement en Hongrie en 1514. C’est dans le contexte de ces transformations successives de l’idée de Croisade que la notion de « bouclier de la Chrétienté » s’élabora en Hongrie et s’y maintint des siècles durant. Il convient toutefois de souligner qu’à la fin du Moyen Âge cette métaphore, au lieu de s’appuyer sur la conscience d’une marginalité associée à la position de la Hongrie aux « portes » de la Chrétienté – comme c’était le cas aux XIIe et XIIIe siècles14 –, se basait plutôt sur le sentiment de protéger le cœur de l’Europe chrétienne de la poussée ottomane.

5Autre tentative de changement de la vision d’une Europe « périphérique » : la mise en valeur de sa position centrale dans les réseaux de communication de l’époque. Gerhard Jaritz a illustré ce phénomène par son étude sur l’espace urbain en Autriche. L’« internationalité » de fait que constituait la présence de foules d’étrangers de toutes conditions dans les villes autrichiennes était telle qu’elle représentait un vrai problème pour la police et la législation urbaines. Petr Hlaváček a offert un panorama des rôles assumés par la Bohême sur les plans politique, culturel et ecclésiastique en tant que « cœur de l’Europe » ; ceci depuis les ambitions conquérantes d’Otakar II Přemysl au XIIIe siècle – dont les projets se réfèrent aux rêves antiques d’Alexandre pour les clercs lettrés de sa cour –, en passant par la période glorieuse de Charles IV, celle où Prague était le centre de l’Empire, puis par les ambitions messianiques des temps hussites, pour finir avec les visions universalistes de Jan Amos Comenius, le grand penseur tchèque du XVIIe siècle, qui consacra la position centrale de la Bohême dans le monde par cette formule : Orbis terrarum nucleus Europa est, Europae cor Germania, Germaniae Bohemia, Bohemiae Praga.

  • 15 Ferenc Maksay, « Le Pays de la noblesse nombreuse », Études historiques (dir. Zsigmond Pál Pach), (...)
  • 16 J. Szűcs, op. cit. (éd. 2002), p. 68-69; Erik Fügedi, The Elefánthy: The Hungarian Nobleman and hi (...)
  • 17 L’Académie Polonaise des Sciences dispose d’un Institut d’histoire de la civilisation matérielle, (...)

6Après cet arrière-plan réexaminant la position géopolitique, religieuse et culturelle de l’Europe centrale, le présent volume a posé deux séries d’interrogations : l’une sur les élites sociales de l’époque, divisées, l’autre sur les germes de modernité religieuse. Les fonctions spécifiques de la noblesse dans les pays centre-européens à la fin du Moyen Âge avaient déjà été exposées par l’historien hongrois Ferenc Maksay, qui désigna la Hongrie comme un « pays de noblesse nombreuse15 ». Le trait fut appliqué, dans une démarche comparative, à la Pologne par Jenő Szűcs, Erik Fügedi et plus récemment par János M. Bak16. Ici, la comparaison sur le rôle des élites inclut les trois autres pays d’Europe centrale, la Pologne, la Bohême et l’Autriche. Jarosław Dumanowski a approché les rivalités au sein de la noblesse polonaise du point de vue de leur civilisation matérielle – un domaine de recherche dans lequel l’historiographie polonaise a obtenu depuis quelques décennies des résultats spectaculaires17. En sondant les inventaires nobiliaires de Grande Pologne, il a caractérisé les diverses attitudes des nobles envers la mode et le luxe, ainsi que la réception des modèles étrangers et leur confrontation à l’habit « national ».

7Les études d’Olivier Chaline et de Jean Bérenger ont réussi à effectuer une analyse quasi jumelle des structures politico-sociales montantes de deux territoires centraux de l’empire des Habsbourg, la Bohême et l’Autriche. O. Chaline a décrit la variété des hiérarchies nobiliaires dans les pays de la Couronne de Bohême (incluant le margraviat de Moravie, le duché de Silésie ainsi que la Haute et la Basse Lusace), leur unification et différenciation à notre période, l’évolution des institutions d’une société d’États au temps de Georges de Poděbrady et de Vladislav Jagellon, et enfin l’intégration habsbourgeoise des noblesses bohême et morave à la construction dynastique mise en place par Ferdinand après 1526. Jean Bérenger s’est concentré sur l’origine et l’évolution historique des diètes avant de définir dans un deuxième temps le rôle que jouait la noblesse dans la vie politique et administrative en Basse-Autriche. Comme en Hongrie, la noblesse autrichienne gardait la haute main sur l’administration financière et l’octroi au prince de contributions rendues indispensables par la lutte contre le péril ottoman. La persistance de structures anciennes après 1526 fut néanmoins compensée par l’apparition de traits plus modernes, véritablement monarchiques.

8Deux études de cas complètent cette présentation des élites sociales. Grzegorz Myśliwski a présenté un exemple intéressant des transformations dans les procédures judiciaires : le rôle des « anciens » (des hommes âgés comme dépositaires de la mémoire) dans les actions en bornage, autrement dit dans les procès sur les limites des propriétés foncières. Tenant le déclin du rôle traditionnel de cette ancienne « élite villageoise » pour un indice de la modernisation du système judiciaire par la transformation des critères d’évaluation des preuves, il observe au XVIe siècle un contraste significatif entre le royaume de Pologne (où les « anciens » perdent alors leur fonction) et le duché autonome de Mazovie, où cette procédure persiste jusqu’au XVIIe siècle. Nathalie Kálnoky a examiné le déclin du statut privilégié d’une autre élite en Transylvanie : la « Noble nation sicule », dont une partie perdit la liberté personnelle en 1562 sur ordre de Jean II de Szapolya. Elle a tenté de situer cette transformation dans le phénomène plus large de l’établissement du « second servage ».

  • 18 Beatrix F. Romhányi, Kolostorok és társaskáptalanok a középkori Magyarországon : katalógus [Monast (...)
  • 19 Marie-Madeleine de Cevins, Les franciscains observants hongrois de l’expansion à la débâcle (vers (...)
  • 20 Celle-ci avait été révélée par Jenő Szűcs, notamment dans : « Die oppositionelle Strömung der Fran (...)

9La troisième partie de ce volume est dédiée à la question de la modernité religieuse. L’Europe centrale offre un terrain particulièrement fertile pour observer comment cette modernité, qui se manifesta de façon explosive dans l’Europe de la Réforme aux XVIe et XVIIe siècles, se préparait déjà au XVe siècle. L’examen de l’économie monastique en Hongrie par Beatrix Fülöpp-Romhányi, experte en topographie monastique18, a révélé la capacité d’adaptation des moines aux changements économiques environnants et leur goût pour l’innovation. La série d’informations la plus riche et aussi la plus volumineuse qu’elle a obtenus provient de l’ordre, de fondation hongroise, des ermites de saint Paul. Le succès de ceux-ci s’appuie largement sur leurs entreprises économiques, comme l’acquisition et l’exploitation de moulins et de vignes, les transactions immobilières concernant des maisons urbaines et leur participation au commerce du sel. On relève également des initiatives économiques chez les bénédictins hongrois, qui cherchaient à se réformer à la fin du Moyen Âge, comme chez les cisterciens et les dominicains, avec plus ou moins de succès. Le plus grand ordre religieux hongrois du XVe siècle, celui des franciscains observants, est l’objet d’étude de Marie-Madeleine de Cevins, qui leur a récemment consacré un livre entier19. Ici, elle examine le phénomène remarquable de l’apostasie franciscaine, avec en toile de fond la participation de certains frères à la jacquerie dirigée par Georges Dózsa en 151420 et l’adhésion d’un nombre non négligeable d’entre eux à la Réforme luthérienne pendant les années 1530.

  • 21 Jozef Macek, Víra a zbožnost jagellonského věku [La foi et la piété à l’ère des Jagellon], Prague, (...)

10Alors qu’en Hongrie et en Pologne, ce sont ces ordres religieux, les franciscains observants et les ermites de saint Paul qui cherchent à introduire des éléments « modernes » dans le christianisme de la fin du Moyen Âge, préparant ainsi le terrain à la Réforme, en Bohême cette réformation était déjà en marche par l’activité des hussites, qu’ils fussent utraquistes ou membres de l’Unité des Frères. Deux contributions ont abordé ces sujets. Olivier Marin a offert un bilan historiographique particulièrement circonstancié des éléments médiévaux et modernes de l’église utraquiste, s’appuyant notamment sur l’ouvrage posthume de Jozef Macek (paru en 2001)21 et sur une dizaine d’études récentes qui témoignent d’un intérêt renouvelé pour cette église tchèque nationale dont la trajectoire offre un prélude intéressant à la Réforme. Cette image est complétée par l’étude de la doctrine théologico-nationale de l’Unité des Frères menée par Daniel Larangé.

11Troisième volet de ce panorama des « ferments » de la modernité religieuse, la présentation générale du christianisme polonais effectuée par Hubert Łaszkiewicz met en lumière les progrès du clergé séculier, en lien avec deux dévotions qui acquirent dès les années 1500 une position dominante en Pologne : le culte marial (avec le pèlerinage de Jasna Góra, c’est-à-dire Częstochowa) et le « dolorisme » ou compassion avec le Christ souffrant. L’humanisme et une certaine conception politique jouèrent aussi un rôle essentiel dans l’élaboration d’une sorte de « gallicanisme polonais ». Celui-ci aboutit dès le XVIe siècle à la formation d’un État pluriconfessionnel lié à la fois au succès de la Réforme protestante, à la survie du catholicisme et à la présence de l’orthodoxie en Lituanie et sur les marges orientales de la Pologne.

12Pour clore ces réflexions terminant l’examen, forcément lacunaire, de quelques problèmes-clés des XVe et XVIe siècles centre-européens, on pourrait énumérer quelques champs adjacents où les conclusions posées à ce jour gagneraient à être approfondies à l’avenir afin de parvenir à la synthèse définie initialement comme objectif.

  • 22 Premier aperçu dans : Katalin Szende, « Városi gazdálkodás a középkori Magyarországon [Écono-mie u (...)
  • 23 Jenő Szűcs, Városok és kézművesség a XV. századi Magyarországon [Villes et artisanat en Hongrie au (...)
  • 24 András Kubinyi, « Városhálózat a késő középkori Kárpát-medencében [Le réseau des villes dans le ba (...)

13Il faudrait continuer tout d’abord à chercher quels étaient les leviers de modernité provenant des villes, évoquées dans la communication de Gerhard Jaritz pour l’Autriche et dont on attend l’analyse globale de Katalin Szende pour la Hongrie22. Ils sont souvent considérés comme cruciaux pour comprendre l’avènement de la modernité en Europe et soulèvent la question des difficultés de l’Europe centrale, en particulier de son possible retard dans le passage à l’ère moderne. Des jalons importants ont déjà été posés en ce sens par Jenő Szűcs23 et András Kubinyi pour la Hongrie24.

  • 25 Thomas Da Costa Kaufmann, Court, cloister, and city: the art and culture of Central Europe, 1450-1 (...)

14Second milieu d’innovation, qui permettrait de contextualiser aussi bien les efforts diplomatiques (belligérants ou pacifiques) que la hiérarchie des élites (dont la noblesse) et les représentants du renouveau religieux : les cours royales, princières et seigneuriales. En prenant appui sur les grandes synthèses existantes, comme celle de Thomas Da Costa Kaufmann25, et sur les recherches effectuées dans le sillage des grandes expositions internationales récentes sur Charles IV, Sigismond de Luxembourg, Mathias Corvin et Marie de Habsbourg, on obtiendrait une image inédite des cours des XIVe-XVIe siècles en Europe centrale.

15La liste n’est évidemment pas close. L’essentiel est que l’ensemble des études recueillies dans ce volume offre un nouveau point de départ pour mener à bien la réflexion. Cela suppose d’entretenir – sinon de rétablir ou de créer parfois – une communication régulière entre tous les chercheurs travaillant sur cette période fascinante, à commencer par ceux qui proviennent des pays concernés. Ajoutons que, pour que ces échanges « entre voisins » s’intègrent mieux dans le cadre européen, la contribution de leurs collègues « occidentaux » – français notamment – est indispensable. Leur intérêt pour cette Europe centrale si longtemps négligée à l’Ouest, mais aussi leur expertise complétant, réinterprétant et diffusant au plan international les résultats des historiographies « indigènes » sont un soutien essentiel en vue de la construction d’une nouvelle vision synthétique de cette époque décisive pour l’histoire de notre continent.

Notes

1 Sur la notion de région historique, en particulier celles de l’Europe du Centre-Est ou de l’Europe centrale, voir : Jenő Szűcs, Les trois Europes, Paris, L’Harmattan, 1985 (rééd. Éditions Ibolya Virág, 2002); Maciej Janowski, Constantin Iordachi, Balázs Trencsényi, « Why bother about historical regions? Debates over Central Europe in Hungary, Poland and Romania », East Central Europe 32 (2005), p. 5-58; Gábor Klaniczay, « Von Ostmitteleuropa zu Westmitteleuropa. Eine Umwand-lung im Hochmittelalter », dans Ivan Hlaváček (dir.), Böhmen und seine Nachbarn in der Přemysl-idenzeit im mitteleuropäischen Vergleich, Sigmaringen, Thorbecke, sous presse.

2 Voir les contributions de ces deux auteurs dans Natalia Alexiun et alii (dir.), Histoire de l’Europe du Centre-Est, Paris, PUF, 2004, p. 3-185.

3 Urszula Borkowska, « La culture religieuse des Jagellon polonais », dans L’Église et le peuple chrétien dans les pays de l’Europe du Centre-Est et du Nord (XIVe-XVe siècles), Rome, École Française de Rome, 1990, p. 249-265.

4 Bronisław Geremek, The Common Roots of Europe, Cambridge, Polity Press, 1996.

5 František Graus, Lebendige Vergangenheit. Überlieferung im Mittelalter und in den Vorstellungen vom Mittelalter Köln-Wien, Böhlau, 1975.

6 František Šmahel, La révolution hussite, une anomalie historique, Paris, PUF, 1985 ; Id., Die Prager Universität im Mittelalter : gesammelte Aufsätze, Leiden, Brill, 2007 ; František Šmahel, Alexander Patschovsky, Die hussitische Revolution, vol. I-III, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 2002.

7 Jozef Macek, Jagellonsky vek v cheskych zemích (1471-1526), Praha, Academia, 1992.

8 Pál Engel, The Realm of St. Stephen. A History of Medieval Hungary, London-New York, I.B. Tauris, 2001.

9 Erik Fügedi, Castle and Society in Medieval Hungary (1000-1437), Budapest, Akadémiai kiadó, 1986; Id., Kings, Bishops, Nobles, and Burghers in Medieval Hungary, London, Variorum, 1986.

10 András Kubinyi, Főpapok, egyházi intézmények és vallásosság a középkori Magyarországon. [Prélats, institutions ecclésiastiques et religiosité en Hongrie médiévale], Budapest, METEM, 1999 ; Id., Városfejlődés és vásárhálózat a középkori Alföldön és az Alföld szélén [Évolution urbaine et réseau des places de marché dans la Grande Plaine hongroise et à ses marges au Moyen Âge], Szeged, 2000.

11 Otto Brunner, Land und Herrschaft. Grundfragen der territorialen Verfassungsgeschichte Österreichs im Mittelalter, Wien, 1965.

12 James M. Powell, Anatomy of a crusade, 1213-1221, Philadelphia 1986; József Laszlovszky, Judit Majorossy, József Zsengellér (dir.), Magyarország és a keresztes háborúk. Lovagrendek és emlékeik [La Hongrie et les croisades. Les ordres de chevalerie et leur héritage], Máriabesnyő – Gödöllő, Attraktor, 2006.

13 Tibor Klaniczay, « A kereszteshad eszméje és a Mátyás-mítosz » [L’idée de Croisade et 1e mythe du roi Mathias], Irodalomtörténeti Közlemények, 79 (1975), p. 1-14.

14 Nóra Berend, At the Gate of Christendom. Jews, Muslims and « Pagans » in Medieval Hungary, c. 1000-c. 1300, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

15 Ferenc Maksay, « Le Pays de la noblesse nombreuse », Études historiques (dir. Zsigmond Pál Pach), Budapest, 1980, p. 167-191.

16 J. Szűcs, op. cit. (éd. 2002), p. 68-69; Erik Fügedi, The Elefánthy: The Hungarian Nobleman and his Kindred, Budapest, CEU Press, 1998; János M. Bak (dir.), Nobilities in Central and Eastern Europe, volume thématique de History and Society in Central Europe, 2 (1994); Id., « Probleme einer vergleichenden Betrachtung mittelalterlichen Eliten in Ostmitteleuropa », dans M. Borgolte (dir.), Das europäische Mittelalter im Spannungsbogen des Vergleichs, Berlin, 2001, p. 49-64.

17 L’Académie Polonaise des Sciences dispose d’un Institut d’histoire de la civilisation matérielle, qui fut longtemps dirigé par le professeur Maria Bogucka.

18 Beatrix F. Romhányi, Kolostorok és társaskáptalanok a középkori Magyarországon : katalógus [Monastères et chapitres canoniaux en Hongrie médiévale : un catalogue] (Monasteriologia Hungarica nova), Budapest, 2000.

19 Marie-Madeleine de Cevins, Les franciscains observants hongrois de l’expansion à la débâcle (vers 1450-vers 1540), Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, 2008.

20 Celle-ci avait été révélée par Jenő Szűcs, notamment dans : « Die oppositionelle Strömung der Franziskaner im Hintergrund des Bauernkrieges und der Reformation in Ungarn », Études historiques hongroises I (dir. F. Glatz et E. Pamlényi), Budapest, 1985, p. 483-514.

21 Jozef Macek, Víra a zbožnost jagellonského věku [La foi et la piété à l’ère des Jagellon], Prague, 2001.

22 Premier aperçu dans : Katalin Szende, « Városi gazdálkodás a középkori Magyarországon [Écono-mie urbaine en Hongrie au Moyen Âge] », dans A. Kubinyi, J. Laszlovszky, P. Szabó (dir.), Gazdaság és gazdálkodás a középkori Magyarországon : gazdaságtörténet, anyagi kultúra, régészet [Économie et gestion dans la Hongrie médiévale : histoire économique, civilisation matérielle, archéologie], Budapest, 2008, p. 413-446.

23 Jenő Szűcs, Városok és kézművesség a XV. századi Magyarországon [Villes et artisanat en Hongrie au XVe siècle], Budapest, 1955 ; Id., « Das Städtewesen in Ungarn im 15.-17. Jahrhundert », dans György Székely (dir.), La Renaissance et la Réformation en Pologne et en Hongrie, Budapest, 1963, p. 97-164.

24 András Kubinyi, « Városhálózat a késő középkori Kárpát-medencében [Le réseau des villes dans le bassin carpatique à la fin du Moyen Âge] », dans E. Csukovits, T. Lengyel (dir.), Bártfától Pozsonyig. Városok a 13-17. században [De Bardejov à Bratislava. Les villes du XIIIe au XVIIe siècle], Budapest, 2005, p. 9-36.

25 Thomas Da Costa Kaufmann, Court, cloister, and city: the art and culture of Central Europe, 1450-1800, London, Weidenfeld and Nicolson, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search