Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Troisième partie. Les ferments de modernité religieuse

Du cultus dei de Jan Hus à la cultura universalis de Jan Amos Comenius. Modernité de la théologie sociale de l’Unité des Frères

Daniel S. Larangé

Texte intégral

  • 1 Jindřich Halama, Sociální učení českých Bratří 1464-1618 [L’enseignement social des Frères tchèque (...)

1L’Unité des Frères (Jednota bratrská ou Unitas Fratrum) est une com-munauté fondée en 1457 par Frère Řehoř Krejčí (1420-1474). Cette assemblée, déçue par l’utraquisme de Jan Rokycana (1397-1471), se distingue du radicalisme taborite et rejette définitivement le catholicisme romain. Son influence reste importante en Europe centrale du fait qu’elle ouvre la voie à une sécularisation de la culture slave en Silésie, Bohême et Moravie, en rapprochant la piété des activités culturelles et de l’action sociale1.

2Elle défend, à travers un projet véritablement national, une vision « moderne » de la société héritée de Petr Chelčický (1390-1460), un rapport original à un christianisme inscrit dans et pour le peuple et une ambition culturelle slave, théorisée par Luc de Prague (1458-1528) et Jan Augusta (1500-1572), dans un monde catholique et germanique, qui cherche, avec Jan Blahoslav (1523-1571) et Jan Amos Comenius (1592-1670) à faire surgir l’universalité en puisant dans le particularisme régional.

3L’Unité des Frères revendique l’héritage spirituel de Jan Hus (1371-1415) et se donne pour mission d’œuvrer à la réforme de l’Église catholique pour laquelle il s’est sacrifié. La théologie de l’Unité s’articule autour du concept de la cultura, qui suppose une bonne intelligence du culte. Par conséquent, le projet social qu’elle défend aspire à l’universalité, au point que son identité finit par disparaître au moment où elle connaît la plus belle de ses incarnations.

L’héritage spirituel de Jan Hus

  • 2 Josef Smolík, « Hus a bratří [Hus et l’Unité des Frères] », dans Jan Blahoslav Lášek (dir.), Jan H (...)

4Frère Řehoř Krejčí fonde en 1457 la première communauté de l’Unité des Frères, au nord-est de la Bohême, dans le bourg de Kunvald, sur le domaine dépeuplé par les guerres hussites de Žamberk, l’un des fiefs du roi utraquiste Georges de Poděbrady (1420-1471). Il rassemble diverses communautés mises au ban du catholicisme et de l’utraquisme. L’Unité des Frères aspire à retrouver la simplicité et la pureté de l’Église primitive. En optant pour une confrérie ou fratrie (bratrství), elle fait éclater intra muros les barrières sociales, suivant ainsi le vœu formulé par le plus célèbre des réformateurs pragois, mort sur le bûcher de Constance, Jan Hus2. Le pasteur est élu parmi les membres grâce à sa probité et sa sagesse. Il devient alors un modèle à suivre (imitatio), puisant son inspiration dans la lecture (čtení) et la méditation (meditace) de l’Écriture.

5Le puritanisme qui caractérise cette communauté la contraint à vivre dans la marginalité car le monde extérieur est infesté par une perversion et une mécréance institutionnalisées. Ce retrait n’est qu’une façade puisque la purification du monde se fait au sein de la communauté, en suivant plusieurs principes actifs tels que le sacrifice de l’individu pour cette dernière, l’élévation par le travail quotidien du corps et de l’esprit, la prière, la lecture et l’écoute de la Parole de Dieu. La prédication devient donc une activité essentielle, pratique et collective qui fait partager des valeurs communes et défend un projet fédérateur : réformer la société afin de réaliser au mieux la Jérusalem céleste sur la terre et d’y accueillir le retour du Christ au moment de la parousie.

  • 3 Daniel S. Larangé, La Parole de Dieu en Bohême et Moravie. La tradition de la prédication dans l’U (...)
  • 4 Olivier Marin, L’archevêque, le maître et le dévot. Genèses du mouvement réformateur pragois. Anné (...)

6En effet, l’épiclèse se réalise lors de la lecture de l’Écriture en chaire et de la proclamation de son kérygme. C’est pourquoi l’Unité ne reconnaît qu’une seule autorité : celle de la Sola Scriptura, source de la Sola Fide, dont découlent naturellement les œuvres, confirmations matérielles de l’obéissance inconditionnelle à la volonté divine. La Parole devient ainsi l’expression spirituelle du miracle eucharistique. Le culte gravite de ce fait autour de la Parole divine, matériellement visible en la présence de la Sainte Bible qui trône en tête de l’assemblée, mais en l’absence de croix, et elle retentit spirituellement par la voix du prédicateur3. La croix vide, signe de la victoire du Christ sur la mort, est remplacée par le calice, qui représente la Nouvelle Alliance. La primauté accordée à la Lecture et à son interprétation résulte d’un processus historique qui remonte au réformisme pragois du XIVe siècle4.

  • 5 Les ouvrages du dominicain Heinrich de Bitterfeld († 1404) jouent un rôle important : De formation (...)
  • 6 Frances Amelia Yates, The Art of Memory, London, Routledge and Kegan Paul, 1966.
  • 7 Mary Carruthers, Le Livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Diane (...)

7Sacré roi de Bohême en 1346, puis empereur en 1347, Charles IV (1316-1378) élève Prague au rang de première ville d’Europe centrale et de capitale du Saint Empire à partir de 1355, faisant d’elle un centre important de la vie politique, diplomatique et commerciale. L’université de Prague, fondée en 1348, attire des maîtres et des étudiants des autres royaumes qui apportent avec eux l’ensemble des disciplines scolastiques. La formulation doctrinale du sacrement de l’eucharistie fixée par le concile de Latran (1215) suscite de nombreuses disputes savantes5. Elle illustre de manière éloquente la demande émergente de praxis pietatis, notamment par l’élévation de l’hostie et l’engouement pour les reliques. L’eucharistie, avec le miracle de la transsubstantiation, et l’accumulation des reliques, avec le culte de dulie qui s’y rattache (Ap 6, 9), relèvent du devoir de mémoire, comme le rappellent à deux reprises les paroles de son institution : « to čiňte na mou památku », Faites cela en mémoire de moi (1 Co 11, 24-25). Ce respect de la mémoire, fondement de la tradition, se propage et se démocratise aussi bien par le culte des images et l’élévation de l’hostie et du calice que par l’adoration des reliques et l’accumulation des hagiographies. Il est à l’origine de la « modernité » qui marquera tout le mouvement de la Réforme tchèque en justifiant le progrès au nom du cultus memoriae. Mary Carruthers, à la suite de Frances Amelia Yates6, a démontré que la liturgie actionne les mécanismes de l’apprentissage mémoriel afin de fonder une culture religieuse qui identifie chacun des fidèles aux membres du corps christique7.

8Ce « travail de mémoire » caractérise la tradition de l’Unité qui articule le devoir de culte (cultus) avec celui de culture (cultura). C’est pourquoi la prédication devient une activité centrale de la vie religieuse. La lecture de la Parole de Dieu, exercice précisément d’anamnèse, s’accompagne de son commentaire explicatif et d’une interprétation souvent anagogique : le savoir du passé exerce une action présente dans la vie du fidèle. D’où l’injonction et l’engagement de chacun à respecter sa vocation et à poursuivre sa mission dans l’obéissance et l’abnégation.

9Le désir de communier se propage et se popularise, au point que la rémission des péchés par la confession et l’eucharistie n’est plus vécue individuellement mais devient une participation collective aux origines. Dès lors, le latin, langue de la culture savante, inaccessible à l’entendement du profane, apparaît comme la manifestation d’une modernité qui s’adresse à une élite, tandis que la langue vernaculaire, celle pratiquée au sein de la communauté, se pare d’une légitimité historique et relie le peuple à ses racines slaves. Il en découle non seulement la nécessité de traduire la lecture biblique, mais aussi celle de la commenter dans l’idiome national.

  • 8 Le terme « réformisme » est employé par l’historiographie tchèque pour distinguer le mouvement de (...)

10Le sermon tchèque se développe d’une part autour du discours mystique, d’autre part dans la lignée d’une tradition homilétique remontant à saint Augustin et perpétuée à travers saint Bonaventure, saint Dominique et saint François d’Assise. La singularité de cette théologie consiste à allier au kérygme l’urgence eschatologique, à engager la piété dans un projet social et à employer un langage concret pour exprimer les mystères de la foi. Le mérite du réformisme tchèque du XIVe siècle8 est d’avoir réussi à conjuguer toutes ces orientations dans un discours cohérent. Les étudiants tchèques rapportent d’Oxford l’enseignement de John Wyclif (1330-1380), qui incite Jan Milíč de Kroměříž (1320-1374), Matthias de Janov (1350-1393) et Tomáš de Štítné (1331-1409), figures intégrées au panthéon de l’Unité, à réformer les institutions universitaires et religieuses.

  • 9 Mariateresa Fumagalli, Beonio Brocchieri, Stefano Simonetta (dir.), John Wyclif, logica, politica, (...)
  • 10 William Farr, John Wyclif as Legal Reformer, Leiden, E.J. Brill, 1974, p. 22-32.

11La théologie de John Wyclif, contredisant l’ecclésiologie développée par Rome, la scolastique et le droit canon9, sape les fondements mêmes de l’Église. Elle propose de réformer son système, car l’Église n’assure que des fonctions mineures dans l’économie du salut et son institution fait plus de mal que de bien. Elle pourrait toutefois retrouver son utilité si le pouvoir civil remédiait à ses plus grandes faiblesses10.

  • 11 Václav Flajšhans, « Prameny kázání Husových [Les sources des sermons de Jan Hus] », Listy Filologi (...)
  • 12 Paul De Vooght, L’Hérésie de Jean Huss, Louvain, Presses Universitaires de Louvain (Bibliothèque d (...)
  • 13 Eva Kantůrková, Jan Hus : příspěvek k národní identite [Jan Hus : contribution à une identité nati (...)
  • 14 Jan Hus, Drobné spisy české, éd. Amedeo Molnár, Praha, Academia, 1985, p. 297-311.
  • 15 Peter C. A. Morée, Preaching in Fourteenth-century Bohemia. The Life and Ideas of Milicius de Chre (...)

12Le réformisme tchèque, inauguré par la prédication en langue allemande de Konrad Waldhauser (1326-1369) et poursuivi, en tchèque, par Jan Milíč de Kroměříž, Matthias de Janov et Tomáš de Štítné, ouvre la voie à une pratique du kérygme résolument engagée dans un discours social et mystique11. Le ministère de Jan Hus et son destin tragique, partagé avec son compagnon de lutte Jérôme de Prague (1367-1416), consomment définitivement le schisme entre réformisme tchèque et orthodoxie romaine12. La figure de Jan Hus est assurément emblématique : elle constitue une étape de la mythologie essentielle à la maturation de l’identité tchèque13. Le réformateur tchèque a l’originalité de lier sa réflexion théologique avec son activité sociale : la promotion de l’enseignement en langue vernaculaire sans distinction sociale, le respect de la femme et de son autorité spirituelle à partir d’une réhabilitation du mariage comme contrat social (entre l’individu et la communauté) et théologique (entre la personne et Dieu) dans le De Matrimonio (1415) et le De cognicione Dei (1415)14, la communion sous les deux espèces (y compris pour les femmes et les enfants), la condamnation de presque toutes les activités commerciales de l’Église, le rejet de l’excommunication et de la peine de mort. Cette réflexion théorique de Jan Hus est accompagnée d’actions concrètes : il ouvre des centres d’accueil pour recevoir des prostituées repenties, visite les prisons pour absoudre les condamnés à mort et prêche en langue populaire afin d’instruire les masses à la vie sociale et politique. Prenant exemple sur Jan Milíč de Kroměříž15, Jan Hus affirme des choix à l’époque surprenants de la part d’un docteur d’Église, car il place la question sociale au centre de ses démonstrations théologiques.

  • 16 František M. Bartoš, « Z dějin Karlovy university v době husitské [L’histoire de l’université au t (...)
  • 17 Zdeněk Fiala, « O vzniku Dekretu kutnohorského [L’apparition du Décret de Kutná Hora] », dans Dekr (...)
  • 18 František Šmáhel, The Kuttenberg Decree and the Withdrawal of the German Students from Prague in 1 (...)

13Secondé par Jérôme de Prague, Jan Hus est le chef de file des partisans de Wyclif et milite pour une modification des statuts de l’université en faveur du droit de vote de la nation bohémienne, à laquelle appartiennent également les Allemands et les Slaves des autres pays de la Couronne de Bohême16. Par le décret de Kutná Hora du 18 janvier 1409, Venceslas IV accorde trois voix à la nation bohémienne, désormais organisée sur une base linguistique, au prétexte que la natio Teutonica ne possède aucun droit sur la Bohême, la natio Bohemica étant la véritable et légitime héritière du royaume (eiusdem regni iusta heres)17. La faculté de droit et les Allemands de Bohême accueillent sans objection cette évolution de l’université de Prague vers une université nationale. L’échec des négociations à l’été 1409 entraîne l’exclusion des maîtres et des étudiants des trois autres nations18. Cela n’empêche pas pour autant Jan Hus de s’exprimer en tchèque aussi bien qu’en latin et, en certaines occasions, en allemand. Il n’en demeure pas moins que la langue tchèque obtient, par la prédication de Jan Hus, un statut similaire à celui du latin, dans la mesure où le réformateur introduit et reproduit, même littéralement dans ses prêches en latin, certains termes et expressions empruntés au tchèque. Le décret de Kutná Hora marque la reconnaissance du tchèque comme langue et comme identité nationales.

  • 19 Paul Roubiczek, Joseph Kalmer, Jean Hus, guerrier de Dieu (éd. Brigitte Barbey, Antoinette de Budé (...)

14Le concept de nation (národ) que défend l’empereur romain germanique ne possède pas encore son sens moderne. La nation désigne alors une population se caractérisant par son espace et son idiome, sans pour autant la considérer comme un peuple. En rétablissant la nation tchèque dans son droit, le souverain incline néanmoins sa politique vers un sentiment d’appartenance linguistique et territoriale. Même si la question « nationale » revêt à l’époque une acuité exceptionnelle et temporaire, « Hus tente des efforts honnêtes pour garder à cette lutte des proportions justes et modérées19. » Il ne s’agit à aucun moment de songer à une indépendance nationale.

  • 20 Carl Adolf Constantin Höfler, Magister Johannes Hus und der Abzug der deutschen Professoren und St (...)
  • 21 Noemie Reichertová, « K specifiku ženské otazky v husitství [Pour une singularisation de la questi (...)

15À l’université, l’engagement de Hus en faveur d’un enseignement en langue tchèque suscite la haine du corps professoral et des étudiants germaniques20. Il invite les parents à maintenir la langue tchèque dans les familles et en rédige les premières règles orthographiques. Dans ses essais pédagogiques figure notamment un abécédaire indiquant la manière de prononcer correctement les mots. Dans les cours de rhétorique dispensés à l’université, il n’hésite pas à recourir au tchèque afin d’illustrer des figures toutes latines. Il incombe aux femmes, notamment aux mères, de transmettre l’amour de l’idiome tchèque à leurs enfants. Il tient un discours audacieux pour l’époque, conférant à la femme un « sacerdoce culturel », inextricablement lié à la question sociale : la femme forme le centre de gravité de la cellule familiale en élevant les enfants, dirigeant le foyer et y maintenant la piété21.

16Cependant, le haut clergé et en particulier les professeurs nominalistes allemands voient dans ses propos une hérésie d’inspiration wyclifienne. Maître Hübner, de l’université de Prague, ajoute en 1403 vingt-quatre articles aux quarante-cinq figurant déjà dans la sentence d’hérésie qui a frappé John Wyclif, en 1392, à Londres. Lors de l’entrevue du 28 mai 1403, la publication de ces articles est rejetée par la plupart des maîtres tchèques.

  • 22 Josef Macek, Jan Hus et les traditions hussites (XVe-XIXe siècle), Paris, Plon, 1973.
  • 23 František Šmahel, La Révolution hussite, une anomalie historique, Paris, PUF, 1985 ; Id., Husitská (...)
  • 24 Petr Čornej, « Pád Jana Želivského [Le cas de Jan Želivský] », Český Časopis Historický 101/2 (200 (...)

17La condamnation au bûcher de Jan Hus et de Jérôme de Prague provoque les guerres hussites (1420-1434), qui opposent les tenants du programme formulé dès 1420 dans les Quatre articles de Prague (communion sous les deux espèces, libre prédication de l’Évangile, confiscation des biens de l’Église, punition des péchés mortels)22 aux féodaux et à l’Église catholique23. Le radicalisme taborite, conduit par l’hetman Jan Žižka (1370-1424) et le prédicateur Jan Želivský (1380-1422), donne une tournure plus politique à la révolte24, alors qu’un courant plus modéré sert de transition en formant l’utraquisme, Église qui cherche à réformer le catholicisme romain sans en consommer la rupture.

Du cultus à la cultura

18La réforme tchèque témoigne d’une profonde et vivante conscience sociale qui dérive précisément de l’amour mystique (caritas), si prégnant dans le réformisme pragois : les distances entre le prélat et ses ouailles tendent à se réduire, de même que celles existant entre les divers ordres de la société. En effet, le sentiment d’élection fondé sur les honneurs de la naissance s’atténue en faveur du degré de sanctification de chacun, de la sincérité des œuvres accomplies et de la fermeté de la foi. Le discours formulé en tchèque, plus rarement en allemand, s’adapte aux auditeurs afin de faire du prêche dominical, moment crucial précédant l’eucharistie et succédant à l’invocation et à l’écoute de l’Écriture, un espace de dialogue propédeutique à l’administration de la communion sous les deux espèces. L’Église se dépouille progressivement de son habit institutionnel, autoritaire et directif. Tel est, en résumé, l’héritage laissé par Jan Hus au mouvement utraquiste de Jan Rokycana.

  • 25 Jaroslav Boubín, Petr Chelčický. Myslitel a reformátor [Petr Chelčický. Penseur et réformateur], P (...)
  • 26 Ferdinand Hrejsa, Dějiny křesťanství v Československu, II [Histoire du christianisme en Tchécoslov (...)

19Le personnage de Petr Chelčický soulève quant à lui bien des interrogations ; le fondateur de l’Unitas Fratrum semble avoir déchaîné toutes les imaginations25. Ses traités en font l’un des penseurs religieux les plus originaux de son époque. Il ouvre la théologie au clergé séculier et fait du ministère doctoral une expérience universelle. Un cercle de disciples et d’auditeurs cultivés se forme autour de lui car il inaugure une nouvelle voie entre l’utraquisme et le radicalisme hussite26. Il rassemble une communauté de fidèles, les Frères de Chelčický, dont la structure et le fonctionnement n’ont rien de sectaire.

  • 27 Josef Hrabák, Starší česká literatura. Úvod do studia [L’ancienne littérature tchèque. Introductio (...)
  • 28 Jaroslav Boubín, « Potrhaná síť apoštola Petra. K počátkům alegorického výkladu jednoho motivu nov (...)
  • 29 František Šmahel, Zur politischen Präsentation und Allegorie im 14. und 15. Jahrhundert, München, (...)
  • 30 Petr Chelčický, O Trojem lidu řeč [Des trois états], 74b, éd. Rudolf Holinka, Praha, Melantrich, 1 (...)

20Son œuvre la plus accomplie, monument pour la littérature tchèque par la maîtrise de la langue et la richesse stylistique, écrite après 1440 et imprimée seulement en 1521, s’intitule Siet viery pravé [Filet de la vraie foi]27. Il y dénonce le paganisme installé dans une Église qui s’est éloignée du Christ et a refusé de le suivre dans l’humilité et la pauvreté. La métaphore du filet (siet) désigne l’Église véritable et invisible qui retire de la mer – le monde matériel et païen – les poissons – les vrais élus28. Chelčický utilise les principales métaphores de l’imaginaire médiéval, en particulier la légende des deux baleines (velryby) qui représentent le pape et l’empereur29. Dans un premier temps, il démontre que le christianisme n’admet pas de partager le monde entre le pouvoir politique et le pouvoir spirituel. Cela lui permet de dénoncer les flagrantes contradictions des décisions des autorités temporelles sur le plan de la spiritualité. Il défend les serfs et le petit peuple rural contre les seigneurs, les prélats et les bourgeois : dans son traité de théologie politique O trojem lidu řeč [Des trois états], il soutient que l’activité du peuple est plus proche de la volonté de Dieu que celle des ordres dirigeants, car « dans toute la nation Dieu a établi des clercs et des seigneurs, mais c’est Israël qui a révélé l’œuvre de Dieu30 ».

  • 31 Karel Řehák, Sedlák Petr Chelčický, praotec « českých bratřů » [Le paysan Petr Chelčický, patriarc (...)
  • 32 Ernest Denis, Origines de l’Unité des Frères bohêmes, Paris, Ernest Leroux (Annales de la Faculté (...)

21Lorsque Frère Řehoř, apparenté à l’archevêque Jan Rokycana et élevé dans l’utraquisme, fonde, en 1457, l’Unité des Frères dans le village de Kunvald, il intègre sans hésiter les fratres leges Christi de Chelčický31. Dès lors, l’Unité impose le tchèque comme langue liturgique car elle manifeste toute l’humilité d’une nation qui renonce aux honneurs que lui confèrent le latin des savants et l’allemand des puissants32. Frère Řehoř acquiert dans le cadre de la communauté une dimension littéraire et philosophique exceptionnelle. Il assure à ses adeptes une reconnaissance religieuse et la possibilité de communier librement au sang et à la chair du Christ. La sacralisation de l’idiome prend forme à travers les travaux de traduction biblique entamés par la première génération, qui comprend aussi bien les Tchèques de naissance que tous ceux qui, fuyant les persécutions, désirent les rejoindre et mettre en commun leur foi et leurs œuvres.

  • 33 Gustav Gellner, Jan Černý a jiní lékaři čeští do konce doby jagellonské [Jan Černý et d’autres méd (...)

22Parmi les premières grandes figures de l’Unité primitive, Jan Černý-Niger (1456-1530), bachelier en 1479 de l’université de Prague, est un médecin de grande renommée et l’auteur du célèbre herbier Kniha lékařská, kteráž slove herbář aneb zelinář (1517) [Manuel de médecine qui s’intitule herbier ou phytothérapie]33. Le savoir théorique doit être soumis à la pratique, tout comme la théologie l’est au culte. Ce principe est à la base de ce qui rassemble la communauté : la connaissance abstraite et les fonctions dirigeantes découlent du savoir-faire et des activités concrètes. De plus, la pastorale relève d’une hygiène de vie : le pasteur conduit son troupeau sur les chemins de la sanctification et sa parole se doit d’être thérapeutique. Le principe de partage (Ap 4, 32), mis rigoureusement en pratique, attire la sympathie de l’élite intellectuelle, tandis que le refus évangélique de prêter serment (Mt 5, 34) contraint les communautés à ne se concentrer que dans les villages. Après d’âpres luttes intestines, la nouvelle génération de l’Unité trouve un stratagème pour investir les villes, cela au prix du départ des membres les plus conservateurs. Mais leur perte est largement compensée par l’afflux d’anciens fidèles de l’Église utraquiste calixtine, où l’attaque brutale de la curie papale dirigée contre les Compactats de 1436 a provoqué un profond mécontentement.

  • 34 Craig D. Atwood, The Theology of the Czech Brethren from Hus to Comenius, University Park (Pa), Pe (...)

23Depuis le premier évêque de l’Unité, Tůma Přeloučský (1435-1518), on prêche principalement sur le Nouveau testament et à partir de Luc de Prague (1458-1528), sur l’Ancien testament et plus rarement sur les apocryphes. Le travail exégétique se réalise à partir des langues originales, l’hébreu, l’araméen et le grec, à l’aide de manuels de grammaire, de lexiques, d’ouvrages sur les concordances et de commentaires. L’explication de l’Écriture se fait par l’Écriture (explicatio intratextualis). Elle s’accorde sur une interprétation toujours christologique, tout en restant fidèle aux événements historiques. L’attention porte pour une large part sur l’applicatio, qui prend en considération la vie quotidienne de l’assemblée paroissiale34.

  • 35 Albert Pražák, Řehoř Hrubý z Jelení. Studie s ukázkami z díla [Řehoř Hrubý de Jelen. Étude avec de (...)
  • 36 Amedeo Molnár, Bratr Lukáš bohoslovec Jednoty [Frère Luc, théologien de l’Unité], Praha, Husova Fa (...)

24Dieu crée par la parole et son fidèle est un ouvrier à son service (dĕlnik boha). En tant que tel, sa langue revêt une beauté naturelle et divine. Elle est un jardin qu’il doit apprendre à cultiver afin d’y cueillir des fruits qui plaisent au Créateur et sustentent son peuple. Cette métaphore exprime la mission qui incombe à chacun d’aimer la langue que la volonté divine lui a octroyée car Dieu donne en viager les langues à ses fidèles ; il convient donc de les entretenir par l’énergie de sa foi. L’ombre d’Érasme de Rotterdam (1469-1536) plane... Dès 1511, l’humaniste Řehoř Hrubý de Jelen (1460-1514)35 traduit l’Éloge de la folie (1509). Le premier des grands théologiens de l’Unité, Luc de Prague36, cite en 1518 l’Enchiridion militiis christiani (1503), ouvrage totalement retranscrit en tchèque en 1519 par le chevalier Oldřich Velenský de Mnichov (1495-1532).

  • 37 Jaroslav Goll, « Die ältesten apologischen Schriften der Brüder », dans Quellen und Untersuchungen (...)
  • 38 František M. Bartoš, « Erasmus und die böhmische Reformation », Communio Viatorum 1/2-3 (1958), p. (...)

25L’humaniste tchèque Jan Šlechta de Všehrdy (1466-1525) s’adresse à Érasme afin qu’il condamne l’hérésie des Frères, coupable du désordre religieux dans son pays. Celui-ci répond en louant la fraternité qui règne dans la communauté, l’adoption radicale des principes évangéliques au détriment des doctrines scolastiques et la lecture exclusive de la Bible. Manifestation de sympathie d’autant plus étonnante qu’il ne semble pas avoir pris connaissance de la moindre apologie. L’Unité délègue alors à Louvain, en 1520, Mikuláš Klaudián (†1521), médecin et imprimeur du village de Mladá Boleslav, pour le remercier et lui remettre des ouvrages apologétiques de Frères37. Sensible au geste et intéressé par l’expérience tchèque, Érasme facilite la publication des apologies de Jacobus Sobius (1493-1528) en 1535, et semble emprunter au culte des Frères le rituel de la confirmation des enfants qu’il introduit dans son Commentaire sur l’Évangile selon Matthieu, et que son disciple Martin Bucer (1491-1551) popularise auprès des protestants. Parmi les nombreuses influences qu’exerce la pensée d’Érasme sur l’Unité, le rapport social qui lie la langue à la communauté occupe une place remarquable38.

26Même si son œuvre en tchèque n’est pas exempte de latinismes et de maladresses, Luc de Prague insiste sur l’excellence de l’idiome local et rédige ses traités de théologie en gardant à l’esprit l’idée d’en enrichir le lexique religieux. L’Église a pour mission d’inciter ses fidèles à penser dans la langue vernaculaire car elle est l’assemblée des ouvriers ; les travaux manuels sont tout aussi nobles que l’œuvre spirituelle, car le geste de la main en train d’œuvrer est une parole en acte (slovo v dĕji). C’est pourquoi la langue populaire tire sa gloire de son humilité naturelle. Il va même jusqu’à dénigrer les sciences et le savoir ostentatoire qui confèrent une importance artificielle et une supériorité factice : la sagesse est inscrite dans l’esprit qui habite une nation et les proverbes populaires, aussi rudes soient-ils, proviennent de la sagesse inspirée par Dieu.

  • 39 Amedeo Molnár, « Luc de Prague devant la crise de l’Unité des années 1490 », Communio Viatorum 3-4 (...)

27Luc de Prague met ainsi en rapport la langue, le terroir et la conscience de l’homme. Dans son traité sur les fondements de la foi intitulé Bárka [La Barque], dont il ne reste plus que la seconde édition de 151239, il invite le lecteur à distinguer dans le message biblique les choses essentielles des choses ministérielles. Son approche est avant tout pragmatique. La langue ne se réalise qu’oralement : la voix est supérieure à la Lettre car elle porte en elle l’Esprit. Elle confère à l’homme sa souveraineté sur les autres créatures car son souffle a vivifié le terreau dont il a été pétri.

  • 40 Igor Kišš, « Luther und Hus », Communio Viatorum 4 (1965), p. 239-250; Frederick G. Heymann, « The (...)
  • 41 Amedeo Molnár, « Luther und die Böhmischen Brüder », Communio Viatorum 1-2 (1981), p. 47-67.

28L’Unité invite ses jeunes membres à sillonner le monde afin de se confronter à la réalité de sa misère. En récoltant les fruits de leurs expériences et de leurs études dans les universités, ils acquièrent le savoir nécessaire à l’enrichissement de la communauté. C’est pourquoi la communauté entretient des contacts avec la Réforme luthérienne et les communautés orthodoxes. Martin Luther (1483-1546), qui reste fasciné par les idées hussites tout en en rejetant une partie40, prend connaissance dès 1511 de l’Apologie sacrae Scripturae, publiée par les Frères à Nuremberg, et des trois apologies de l’Unité recopiées et réfutées par l’humaniste Jakob Ziegler (1470-1549) à Leipzig. D’ailleurs, la communauté lui envoie après sa dispute de Leipzig de 1519 un exemplaire du De ecclesia de Jan Hus qu’il s’empresse de réimprimer. À charge de revanche, les écrits du grand réformateur allemand sont traduits et publiés à leur tour. L’évêque Jan Roh (1490-1547) confie alors à Jan Špetl de Janovice, à la tête de l’aile progressiste de l’Église utraquiste et futur membre de l’Unité, la mission d’entrer en contact avec Luther, qui aboutit l’année suivante, en 1523, au dialogue épistolaire entre Luther et Luc de Prague sur la nature de la sainte communion41.

  • 42 Jan Blahoslav Lášek, « Jan Augusta », dans Hans J. Hillerbrand (dir.), The Oxford Encyclopedia of (...)
  • 43 Ferdinand Hrejsa, Dějiny křesťanství v Československu, t. IV [Histoire du christianisme en Tché-co (...)
  • 44 Amedeo Molnár, Boleslavští bratří [Les Frères de Boleslav], Praha, Komenského evangelická fakulta (...)
  • 45 Jakub Bílek, Žiwot Jana Augusty staršjho a spráwce gednoty bratrské w Čechách [La Vie de Jan Augus (...)

29Quant à son successeur à la tête de l’Unité, Jan Augusta (1500-1572), il est issu d’une famille utraquiste et n’a reçu aucune formation scolaire42. Chapelier, il apprend le latin en autodidacte et lit tous les livres en langue tchèque se trouvant à sa portée43. Il devient membre de l’Unité en 1524, puis rejoint la paroisse de Mladá Boleslav où il suit pendant cinq ans l’enseignement catéchistique de Luc de Prague44. Il est alors nommé diacre de la paroisse de Brandýs où il est ordonné en 1531. L’année suivante, la charge d’évêque lui est remise et il est nommé en 1547 juge de l’Unité, alors que l’empereur Ferdinand sollicite son aide contre les évangéliques allemands. En effet, de nombreux membres de l’Unité sont à la tête des États tchèques qui refusent de s’engager contre les provinces passées à la réforme luthérienne. Une fois la victoire remportée aux côtés de Charles Quint contre la ligue protestante de Schmalkalden, les membres de l’Unité sont persécutés. Jan Augusta est arrêté en 1548 avec son fidèle collaborateur et biographe, Frère Jakub Bílek45. Tous deux sont emprisonnés à Prague, dans la Tour Blanche, et conduits à deux reprises dans la salle des tortures. Puis ils sont déportés à Křívoklát, en Bohême centrale. Jan Augusta y restera enfermé seize longues années. À la demande du roi Maximilien, l’empereur organise en 1564 le retour du prédicateur à Prague. Il est libéré l’année suivante, à condition de ne pas quitter le territoire impérial et d’abandonner toute activité. Il n’en continuera pas moins d’enseigner, de prêcher la bonne nouvelle et d’ordonner des prêtres.

  • 46 Amedeo Molnár, « L’Unité des Frères et les Réformateurs », Communio Viatorum 1-2 (1978), p. 29-48.

30Auteur prolifique, il compose un grand nombre de livres et cent dix-huit cantiques pour le cantionnaire des Frères de Šamotul. Sa prédication rencontre un franc succès et le classe parmi les partisans du luthéranisme. La Confessio Bohemica (Česká konfese) voit le jour dès 1575. Il œuvre en faveur d’un rapprochement des diverses familles protestantes et d’une formulation commune de leur confession de foi. En cela, il marque un progrès par rapport au conservatisme de Luc de Prague et cherche à inscrire l’Unité dans le grand mouvement de la Réforme46 ; car la prédication de l’évangile doit dépasser les frontières. D’où la nécessité d’un manuel de théologie pastorale, Umění práce díla Páně služebného [De l’art de servir le Seigneur] (1560) qui prend en compte l’importance politique et éthique du sermon.

31En plus de la cure d’âmes, le pasteur a la responsabilité de prêcher. Tout au long de sa vie, le chrétien doit écouter la Parole de Dieu, car elle constitue pour lui « une plénitude, une immense et abondante richesse de la miraculeuse sagesse divine et de l’art divin » (plnost, nesmírné a jako rozhojnilé bohatství divné Boží moudrosti a umění Božího). La Parole divine est au service de tous afin que chacun puisse s’en inspirer au quotidien pour orienter sa vie. La prédication doit se faire dans la langue vernaculaire. Le pasteur n’est plus seulement un modèle culturel pour son auditoire, il en devient aussi l’enseignant. La fonction pastorale progresse ainsi vers l’éducation et se sécularise.

  • 47 « Il est ensuite confié à l’intérieur de la puissance une parole de dieu donnée et ordonnée, afin (...)

32Un bon prédicateur sème la Parole de Dieu afin d’en cueillir des fruits fermes et bons47. Il en est le cultivateur et l’éducateur. L’Unité prend en charge l’entière formation spirituelle de ses membres. La conscience qu’elle développe est une identité religieuse liée à un idiome, le tchèque, pratiqué dans un espace donné. Le choix de l’idiome n’est pas essentiel, mais plutôt la pratique commune et partagée d’une langue, dont le rôle est d’améliorer la transmission de l’information et sa compréhension. La langue, qui ne possède pas en soi de valeur sacrée, s’inscrit en revanche dans le patrimoine d’un peuple et témoigne d’une culture différenciée. C’est l’efficacité qui préoccupe l’Unité : il faut que le message divin soit fidèlement restitué et compris au mieux.

  • 48 Pierre Boglioni, « L’Église et la divination au Moyen Âge, ou les avatars d’une pastorale ambiguë  (...)

33L’Unité rassemble de plus en plus d’intellectuels tout en mettant l’emphase sur l’excellence du travail manuel : la main et l’esprit doivent apprendre à s’harmoniser. Cette conception profondément originale caractérise la modernité d’une théologie qui intègre le corps dans la vie spirituelle. De plus, le travail devient une valeur phare car il est l’activité à partir de laquelle la créature s’élève vers son Créateur par imitatio, forme de divination ou de déification courante au Moyen Âge48. Le livre comme outil intellectuel et spirituel, qui a éveillé la méfiance des premiers membres, finit par occuper une place importante dans la vie communautaire, et les bibliothèques s’enrichissent considérablement : tous savent lire et écrire, et les plus férus sont initiés au grec et à l’hébreu. La Bible reste la référence par excellence : elle est à la fois un signe de ralliement collectif et le viatique indispensable au dialogue spirituel entre l’individu et Dieu. Les communautés les plus fortunées font l’acquisition d’une presse et publient leurs propres ouvrages. C’est pourquoi la Bible et le calice sont exposés sur l’autel.

Ouverture à la cultura universalis

  • 49 František Ř. Beňovský, 1523-1923 Jan Blahoslav, Opava, Nový Život, 1923 ; František Malínský, Živo (...)
  • 50 Amedeo Molnár, « Due teologie a confronto : la Riforma nei Paesi slavi e i suoi rapporti con l ´ O (...)

34Toutes les conditions sont alors rassemblées pour doter la communauté de penseurs d’exception, de l’envergure de Jan Blahoslav49. Sur l’instance de sa communauté, celui-ci entame en 1543 une éducation humaniste à l’école latine de Goldberg en Silésie, dirigée par le grand pédagogue Walentin Trotzendorf (1490-1556), puis la poursuit à Wittenberg auprès de Philipp Melanchthon (1497-1560) et de Martin Luther. Il complète sa formation par de brefs séjours à Königsberg, où il rencontre Andreas Osiander (1498-1552), et à Bâle en 1549, en compagnie de Jan Rokyta (†1591), prêtre de l’Unité en Pologne et ardent défenseur du protestantisme parmi les orthodoxes50. À l’âge de vingt-sept ans, il rentre au pays muni de solides connaissances en théologie, musique et littérature classique. Après une courte formation pastorale à l’école de Prostějov, dans la région d’Olomouc, il est ordonné et se voit confier la charge des archives de l’Unité à Mladá Boleslav, sous la direction de l’évêque Jan Černý-Nigranus (1500-1565).

  • 51 Amedeo Molnár, « Motivy Blahoslavova pohledu na dějiny [Les motifs du point de vue de Blahoslav su (...)

35La conservation de la mémoire devient une préoccupation de plus en plus importante pour l’Unité. La communauté est conçue comme une identité collective. Le pasteur a pour charge de rédiger l’histoire de sa communauté en collectant les œuvres de chacun, ainsi que les faits et les paroles remarquables. Pour cela, il compile des récits sur la vie sociale de sa paroisse, incluant aussi des notes plus biographiques sur les membres de son église. Ce travail évolue considérablement avec Jan Blahoslav, qui fait véritablement œuvre d’historiographe. Profitant de ce qu’il se trouve au cœur de la mémoire de l’Église, il rédige un ouvrage consacré aux origines de l’Unité et de ses règlements, O původu Jednoty bratrské a řádu v ní (1547), panorama historique riche en portraits psychologiques des principaux intervenants de la Réforme tchèque. Ce premier ouvrage l’introduit dans la tradition des grands historiographes de l’Église51, genre littéraire hérité des chroniqueurs hussites, dont les principaux représentants sont des évêques, tels Jan Černý-Niger, Luc de Prague, Matěj Červenka (1521-1569) ou Jan Amos Comenius. D’un côté, Jan Blahoslav réfléchit sur l’écriture, cherchant les stratégies littéraires et les techniques stylistiques les plus appropriées pour conserver et restituer au mieux les parcelles de vie qu’il collecte ; de l’autre, il s’interroge sur l’histoire comme activité intellectuelle et pratique religieuse. Il ouvre ainsi la voie à toute une historiosophie tchèque qui connaîtra son apogée au cours du Renouveau national.

  • 52 Jaroslav Bidlo, Bratr Jan Blahoslav jako archivář a knihovník Jednoty bratrské [Le frère Jan Blaho (...)

36L’autorité de Jan Blahoslav grandit à mesure qu’il mène à terme les diverses missions qui lui sont confiées. Dès 1557, il est nommé évêque et « scribe », autrement dit historiographe et archiviste de l’Unité52. Son immense travail de chroniqueur aux archives est fondamental pour la connaissance de l’histoire du protestantisme tchèque et d’Europe centrale. Il a notamment légué à la postérité trois œuvres majeures, sources d’enseignements et d’informations inépuisables : Sbírka paměti historických [Recueil de mémoires historiques], Akta Jednoty bratrské [Les Actes de l’Unité des Frères] et Vyznamní apologie její [Célèbres apologies].

37Jan Blahoslav incarne l’accomplissement idéal de l’humanisme. Il sort définitivement son Église de la période médiévale et met un terme aux tergiversations qui la séparent en deux camps, l’un prônant l’investissement de la communauté dans le monde par une instruction approfondie et minutieuse, l’autre, plus conservateur et fidèle aux principes de Petr Chelčický et de Jan Augusta, refusant la modernité et défendant un retour à la simplicité évangélique. Sa traduction du Nouveau Testament inspirée par celle de Théodore de Bèze (1519-1605) – la seizième en langue tchèque – obtient un tel succès que l’Unité décide d’offrir à ses fidèles tout le texte de la Bible. Jan Blahoslav fonde alors une école de jeunes exégètes hébraïsants. Les élèves et continuateurs des travaux du maître, protégés et financés par Jan de Žerotín l’aîné (1539-1574), transportent dans son domaine situé à Kralice, en Moravie, l’imprimerie d’Ivančice. Commence en 1579 la publication de la célèbre Bible kralická, dont le Nouveau Testament de Jan Blahoslav, légèrement modifié, forme en 1593 le sixième volume. La traduction de La Polyglotte royale est éditée par des théologiens néerlandais et espagnols de 1569 à 1572. Parallèlement, les rédacteurs consultent des traductions grecques et latines, ainsi que les paraphrases chaldéennes et syriennes. Leur érudition critique se manifeste surtout dans les notes marginales. La Bible de Kralice est une œuvre classique à tous points de vue. Les rédacteurs, fidèles à l’idéal des Frères, y font une image de l’état moral de l’Unité. Professant toujours que l’Écriture doit être accessible aux plus humbles des fidèles, ils évitent constamment de verser dans un style artificiel, restant dans la plus pure tradition de la langue parlée.

  • 53 Manuscrit de la Bibliothèque de Brno (sign. UK V II 4). Jan Blahoslav, Gramatika česká dokonaná 15 (...)
  • 54 Beneš Optát, Petr Gzell, Nový testament, všecek již nejposléze a pilně od Erasma Roterodámského př (...)
  • 55 Beneš Optát, Petr Gzell, Václav Filomates (Philomathes), Grammatika česká v dvojí stránce [La Gram (...)
  • 56 Leopold Calábek, « Náboženské poměry v rodišti Blahoslavově [La religiosité de la ville natale de (...)

38Le plus grand monument de Jan Blahoslav légué à la postérité reste sa Gramatika česká [Grammaire tchèque] (1571)53. Ce traité est écrit pour révéler la pureté et la justesse de la langue tchèque, pour flétrir les solécismes, proscrire les latinismes, hellénismes et germanismes qui l’encombrent, et pour enfin dénoncer les expressions étrangères à la mentalité slave. Partant de la critique de la première grammaire tchèque écrite en 1531 par le prêtre utraquiste et philologue Beneš Optát de Telč (1480-1559), le pasteur et grammairien de l’Unité Petr Gzell (†1564)54 et le pasteur musicien et grammairien Václav Philomates (1490- ?)55, Jan Blahoslav s’avère être plus un savant humaniste, digne successeur d’Érasme, d’une sensibilité esthétique très sûre, qu’un véritable philologue. Il s’occupe plus de phraséologie et de syntaxe que de morphologie et de phonétique. La question linguistique est, selon lui, essentielle, car elle garantit la cohésion de son Église et de son indépendance. À ce niveau, il milite pour un rassemblement de la culture et de la confession56.

39L’investissement de la culture dans la religion est une conséquence directe de la laïcisation du discours théologique. Le religieux, en devenant accessible aux masses, prend en charge la culture populaire. Et inversement, la religion propage la culture par l’intermédiaire de l’enseignement gratuit. En ce sens, l’Unité est devenue le héraut de la culture et des traditions populaires.

40Jan Blahoslav ne se pose pas en législateur de la langue car il est conscient qu’elle est un organisme vivant susceptible de s’enrichir de néologismes, puisés de préférence dans les idiomes slaves avoisinants, pourvu que l’usage le confirme. Les règles grammaticales ne se justifient que pour servir l’exercice de la langue orale et la théorie est subordonnée à la praxis linguistique. Il s’agit de donner au lecteur les moyens de s’exprimer et d’écrire en tchèque selon les usages et les manières qui conviennent. La question de l’élocution posée dans les Vady kazatelů [Des défauts des prédicateurs] est caduque, puisqu’il s’agit désormais de construire une langue écrite et littéraire.

41Enfin, il convient de rappeler la figure patriarcale de Jan Amos Komenský – Comenius –, qui ouvre définitivement les portes de l’Unité à l’universalité en fermant celles de l’Église. Son nom est indissociable de l’Unité qui, sans lui, perdrait l’essentiel de sa richesse et de sa profondeur spirituelles. Philosophe, théologien, linguiste, et aussi poète et écrivain, il est généralement reconnu comme un pédagogue d’exception et le rédacteur de manuels latins, largement étudiés dans les écoles piaristes. Il est l’homme moderne par excellence. Pourtant Comenius demeure un fervent défenseur de la mémoire et de la langue tchèques. Encyclopédiste de génie, polygraphe et polyglotte, il est le dernier évêque de l’Unité qui s’éteint avec lui en exil.

  • 57 Amedeo Molnár, « Comenius’Theologia naturalis », Communio Viatorum 1 (1965).
  • 58 Dagmar Čapková, « La métaphore de la lumière dans la conception coménienne de cultura universalis  (...)

42Pour lui, la catégorie de cultura est au cœur d’une philosophie religieuse qui articule pédagogie, théologie, politique, linguistique et histoire dans une urgence eschatologique. La cultura universalis s’inscrit ainsi dans la prolongation d’une theologia naturalis57, l’homme étant désigné par Dieu pour tenir le rôle de cultivateur du jardin collectif. Ce type de métaphore filée est récurrent sous la plume de Comenius. Elle se combine souvent à celle de l’illumination personnelle et générale58 :

  • 59 Comenius, De rerum humanarum emendatione Conſultationis Catholicae Pars Septima, Pannuthesia Sive (...)

« Inculti ad culturam promovendi per cultos. Vos proinde Culti venite, Ingeniorum culturam univerſalem ſummo ardore promovete! immenſaeqve barbarorum inſcitiae, ſciolorumqve vertigini, et falsò nominatae ſcientiae tumori, litigantiumqve tandem andabatarum inſulſitati, ſuccurrite! Humanitatis eſt, de lumine ſuo accendere aliis lucernas : imò divinum opus eſt, accendere Mundo luminaria ; et ut Apoſtolus loqvitur, facere ut de tenebris ſplendeſcat lux (2 Corinth. 4 verſus 6)59. »

  • 60 Jan Amos Komenský, Moudrost starých Čechů, éd. Frantíšek Svejkovský dans Dílo Jana Amose Komenskéh (...)

43Parmi les voies qui conduisent l’homme à l’humanité, la langue concentre en elle les reflets de la société, l’essence de la religion et les fruits de la culture. La linguistique appliquée exercée par Comenius sustente les considérations philologiques et philosophiques. Il recueille d’abord les proverbes et adages des régions de Bohême dans Moudrost starých Čechů [La Sagesse des anciens Tchèques]60 : la langue populaire et orale recèle un trésor de beauté et d’intelligence.

  • 61 Comenius, Novissima Linguarum Methodus (1ère éd. 1648), Caput IV, § 34.2, dans F. Svejkovský (éd.) (...)
  • 62 Comenius, Novissima Linguarum Methodus, Caput XX, § 1.
  • 63 Dagmar Čapková, Myšlenka lidské aktivity v Komenského pojetí dějin [La Pensée de l’activité humain (...)

44Cela n’empêche pas Comenius de s’accorder avec Érasme sur le caractère indispensable des langues anciennes. Elles dominent toutes les autres et méritent d’être honorées, transmises et étudiées en ce qu’elles sont la mémoire de l’humanité61. Chaque langue particulière, instituée par la volonté de Dieu, manifeste avec éclat l’universalité du Créateur et le devoir d’harmonie qui incombe à toute société, afin de ne pas se disperser comme au temps de Babel, mais de s’écouter réciproquement et de s’accorder dans le concert polyphonique des nations. Dès lors, il s’agit d’œuvrer pour une culture de la langue en tant qu’institution divine : « Linguæ culturam industriæ humanæ divinitùs esse commissam62 ». Un jeu d’analogies règle la mécanique du monde consistant à mettre en relation le microcosme et le macrocosme, l’individu et la société. Il en découle que les langues donnent accès aux différents aspects de la réalité divine et que l’histoire individuelle est une métaphore du destin national63 : l’homme ne peut vivre sans l’humanité, tout comme l’humanité réside en chacun.

  • 64 Umberto Eco, La Ricerca della lingua perfetta nella cultura europea, Bari, Laterza, 1993 ; Paolo R (...)
  • 65 Marcelle Denis, « La « Consultation générale » et les plans d’une coopération universelle », Pædag (...)

45La question de la théodicée le fait particulièrement souffrir, tant dans les épreuves personnelles que par sa dimension théologique. Dans Listové do nebe, v kterýž chudí a bohatí před Kristem žaloby a stížnosti na sebe vedou (1619) [Lettres au ciel dans lesquelles les pauvres et les riches présentent leurs plaintes et souffrances devant le Christ], Comenius développe une correspondance épistolaire entre ceux qui vivent dans la misère, ceux qui baignent dans l’opulence et Jésus-Christ. Il y exprime sa compassion envers les pauvres et réagit aux problèmes sociaux qui lui sont contemporains. Le monde est emporté dans un combat entre les ténèbres et la lumière. Une lumière y pointe pourtant (Lux in tenebris, 1657) et en jaillira (Lux e tenebris, 1665). Il en appelle aux hommes de bonne volonté, prêts à emprunter la voie de la lumière (Via lucis, 1642) qui conduit à la paix : Cesta pokoje [La Voie de la paix] (1637). C’est pourquoi il envisage la création d’une panglossie, une nouvelle langue pansophique qui rassemblerait catholiques et protestants en une grande nation. Néanmoins, cette langue universelle, nécessaire tant en politique que pour le commerce, n’efface en rien l’idiome national dans lequel chaque âme peut s’exprimer librement et poétiquement. Au contraire, la différence est source d’enrichissement. Ce projet, si discuté aux XVIIe et XVIIIe siècles64, s’inscrit dans une démarche irénique. De la sorte, Comenius en exil ouvre son appartenance religieuse et linguistique à l’universel65.

  • 66 Jana Berdychová, Jan Amos Komenský a tělesná kultura [Jan Amos Comenius et l’éducation physique], (...)

46Pour parvenir à réformer la société et les États, écrit-il, il faut former et éduquer les nations. La culture qu’il s’agit de promouvoir est fondée sur la morale : l’homme doit œuvrer pour le bien, et toutes ses œuvres viennent soutenir Dieu dans son combat contre l’obscurantisme et la sauvagerie. Les œuvres (opera) sont, de ce fait, les fruits de la foi (fide). L’homme peut estimer son prochain à l’aune de ses œuvres, alors que seul Dieu est à même d’estimer la foi de chacun. Autre métaphore : la foi est un lopin du ciel que Dieu remet à chaque homme pour qu’il le cultive sur terre afin d’en tirer les meilleurs fruits. L’Unité prône donc un enseignement pratique dont il faut retrouver les principes généraux à force d’exercices. L’imitation et la répétition sont les meilleurs instruments, car à la portée de tous. Le Christ est le maître, et chaque élève est appelé à en être l’apôtre. Le geste didactique par excellence se retrouve dans le travail de la main (manus) qui réalise ce que la pensée (mens) imagine. Autant la main travaille la matière, autant la langue (lingva) façonne l’esprit. Comenius insiste sur l’éducation physique qui doit accompagner les progrès de l’esprit, ce qui le conduit à envisager d’adapter la gymnastique à l’instruction66. Le trigone que Comenius défend dans le Triertium catholicum (1681) prend ici toute sa signification (voir figure 1).

  • 67 Jan Patočka, Die Philosophie der Erziehung des J.A. Comenius, Paderborn, Schöningh, 1971.
  • 68 Étienne Krotký, Former l’homme. L’éducation selon Coménius (1592-1670), Paris, Publications de la (...)
  • 69 Klaus Schaller, Die « Pampaedia » des Johann Amos Comenius. Eine Einführung in sein pädagogisches (...)

47Comenius compose un grand nombre d’ouvrages didactiques tant pour la communauté scientifique, tels les Didactica dissertatio (1638) et Didactica magna universale omnes omnia docendi artificium exhibens (1657), que pour sa propre communauté, avec Velká didaktika [La grande didactique] (1630) et Didactica to jest Umění umělého vyučování [La Didactique, ou L’Art d’enseigner] (1632). La pédagogie coménienne67 envisage l’homme en constant développement. Telle une plante, il surgit de la terre, croît vers le Ciel, et finit par retourner à la terre. Ainsi, à chaque âge correspond une « culture » différenciée qui prend en compte la place et le rôle que l’être humain occupe successivement dans l’écosystème68. C’est pourquoi Comenius envisage une pampædia, méthode générale pour enseigner la cultura universalis à l’ensemble des hommes69.

Fig. 1. – Le trigone défendu par Jan Amos Comenius.

  • 70 Klaus Schaller, Πan. Untersuhungen zur Comenius-Terminologie, Gravenhage, Mouton & C° (Musagetes 5 (...)

48Par ailleurs, le prédicateur défend une pensée de la Totalité70, où l’homme, en quête de connaissance absolue, est placé sur la voie le conduisant à la déification. De même que Dieu s’est fait homme en Jésus, l’homme peut s’élever de sa condition par imitatio Christi. La philosophie coménienne est donc avant tout christocentrique, plutôt que panthéiste. L’épiclèse qu’elle appelle de ses vœux prend forme dans la Sapience universelle, diffusion immanente de l’Essence divine. Tous les aspects de la réalité – social, politique, philosophique, religieux, économique, scientifique, psychologique, etc. – ne peuvent trouver leur synthèse que dans un discours mystique et une activité contemplative.

  • 71 Pavel Floss, J.A. Komenský a vědy o přírodě a člověku [J. A. Comenius et les sciences de la nature (...)
  • 72 Daniel S. Larangé, « De la rhétorique à la prédication. Présentation de l’homilétique de Jean Amos (...)

49La Nature est le premier des livres écrits par Dieu71. L’homme doit le consulter afin de comprendre les deux autres : l’Écriture et la conscience. En insistant sur l’importance de fonder tout discours sur une observation minutieuse de la nature, Comenius poursuit et clôt la tradition de l’Unité qui respecte les sciences physiques (ingénierie, architecture, médecine, pharmacologie, etc.) et considère les productions qui en découlent comme relevant de l’artisanat. C’est en travaillant sur les lois de la nature que l’homme accède à la culture : la philosophie, les mathématiques, la théologie, l’histoire, la géographie, etc. Finalement, la foi de l’Unité incline en faveur d’un culte du savoir qui établit et enrichit la culture. Dans ce cadre, les problèmes sociaux, religieux et culturels relèvent du ministère sacerdotal : le pasteur a pour devoir d’en chercher les solutions pragmatiques72, alors que le docteur s’intéresse aux solutions plus théoriques. L’articulation entre nature et culture se retrouve à de nombreux niveaux de l’activité religieuse, notamment dans la contemplation et la méditation où l’observation de la nature et la réflexion sur la société rendent plus manifestes la royauté de Dieu et l’excellence de sa Parole.

50L’Unité des Frères ouvre ainsi une voie moderne qui conduit du culte à la culture. Si elle contribue à la formation d’une identité religieuse et d’une appartenance « nationale », c’est avant tout par la volonté de ses membres et de ses adeptes de répondre de leur plein gré à l’appel de la Parole de Dieu et à la consubstantiation qui s’est opérée en leur être, et par la libre et double appartenance à une communauté linguistique et à l’univers de Dieu. L’Unité a légué une universalité vécue dans son imitation du Christ : elle est devenue l’agneau qui la symbolise (figure 2). La cultura universalis, fondée sur le principe eucharistique de la rémanence, est ouverte à toute la chrétienté, afin de préparer l’instant eschatologique, le rétablissement du Royaume céleste sur terre et la Parousie. Détournée de son objectif éminemment mystique, elle est réorientée vers la libération spirituelle. La mémoire religieuse devient ainsi mémoire universelle.

  • 73 Amedeo Molnár, « Aspects de continuité de pensée dans la Réforme tchèque », Communio Viatorum 1 (1 (...)

51En règle générale, les hérésies s’inscrivent dans des traditions et les contraignent à se « moderniser ». Elles explorent les voies marginales et peu fréquentées, dans un rapport conflictuel à l’autorité. Tel est le cas du hussitisme, dont l’esprit s’est perpétué dans l’Unité des Frères73. Il convient aujourd’hui de reconnaître l’importance culturelle des petites identités dans la mer des grandes nations. L’Unité, en prônant l’irénisme politique et religieux, en vivant le martyre et en élevant un culte à la culture, a apporté sa pierre à l’édifice européen. Ce faisant, elle a toujours veillé à ce qu’une mémoire commune, mais variée, soit partagée par des identités individuelles et collectives.

Fig. 2. – L’Agneau mystique, symbole de l’Unité des Frères.

Notes

1 Jindřich Halama, Sociální učení českých Bratří 1464-1618 [L’enseignement social des Frères tchèques, 1464-1618], Praha, Centrum pro studium demokracie a kultury (Moderní česká teologie 10), 2003.

2 Josef Smolík, « Hus a bratří [Hus et l’Unité des Frères] », dans Jan Blahoslav Lášek (dir.), Jan Hus mezi epochami, národy a konfesemi. Sborník z mezinárodního sympozia, konaného 22. -26. září 1993 v Bayreuthu, Praha, Česká křesťanská akademie, 1995, p. 241-245.

3 Daniel S. Larangé, La Parole de Dieu en Bohême et Moravie. La tradition de la prédication dans l’Unité des Frères de Jan Hus à Jan Amos Comenius, Paris, L’Harmattan (Religions & spiritualité), 2008.

4 Olivier Marin, L’archevêque, le maître et le dévot. Genèses du mouvement réformateur pragois. Années 1360-1419, Paris, Honoré Champion (Études d’histoire médiévale 9), 2005.

5 Les ouvrages du dominicain Heinrich de Bitterfeld († 1404) jouent un rôle important : De formatione et reformatione ordinis praedicatorum (1389), De institutione sacramenti Eucharistiae (1390) et Determinatio de crebra communione (1391).

6 Frances Amelia Yates, The Art of Memory, London, Routledge and Kegan Paul, 1966.

7 Mary Carruthers, Le Livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Diane Meur (trad.), Paris, Macula, 2002.

8 Le terme « réformisme » est employé par l’historiographie tchèque pour distinguer le mouvement de réforme pragois conduisant à Jan Hus de la Réforme proprement dite.

9 Mariateresa Fumagalli, Beonio Brocchieri, Stefano Simonetta (dir.), John Wyclif, logica, politica, teologia. Atti del Convegno internazionale, Milano, 12-13 febbraio 1999, Firenze, Galluzzo (Millennio medievale 11), 2003; John Stacey, John Wyclif and Reform, New York, AMS Press, 1983; Václav Mudroch, « The Wyclyf Tradition » (éd. Albert Compton Reeves), Athens (Ohio), Ohio University Press, 1979; Gordon Leff, « The Place of Metaphysics in Wyclif’s Theology », dans Anne Hudson, Michael Wilks (dir.), From Ockham to Wyclif, Oxford, Basil Blackwell, 1987, p. 217-232.

10 William Farr, John Wyclif as Legal Reformer, Leiden, E.J. Brill, 1974, p. 22-32.

11 Václav Flajšhans, « Prameny kázání Husových [Les sources des sermons de Jan Hus] », Listy Filologické 66 (1939), p. 397-405.

12 Paul De Vooght, L’Hérésie de Jean Huss, Louvain, Presses Universitaires de Louvain (Bibliothèque de la Revue d’Histoire Ecclésiastique 34), 1960.

13 Eva Kantůrková, Jan Hus : příspěvek k národní identite [Jan Hus : contribution à une identité nationale], Praha, Hynek, 2000.

14 Jan Hus, Drobné spisy české, éd. Amedeo Molnár, Praha, Academia, 1985, p. 297-311.

15 Peter C. A. Morée, Preaching in Fourteenth-century Bohemia. The Life and Ideas of Milicius de Chremsir († 1374) and his Significance in the Historiography of Bohemia, Heršpice, Emam, 1999.

16 František M. Bartoš, « Z dějin Karlovy university v době husitské [L’histoire de l’université au temps du hussitisme] », JSH 40 (1971), p. 54-63, 115-122.

17 Zdeněk Fiala, « O vzniku Dekretu kutnohorského [L’apparition du Décret de Kutná Hora] », dans Dekret kutnohorský a jeho místo v dějinách [Le Décret de Kutná Hora et sa place dans l’histoire], Acta Universitatis Carolinae 2 (1959), p. 21-39.

18 František Šmáhel, The Kuttenberg Decree and the Withdrawal of the German Students from Prague in 1409: A Discussion, Oxford, History of Universities 4 (1984), p. 153-166.

19 Paul Roubiczek, Joseph Kalmer, Jean Hus, guerrier de Dieu (éd. Brigitte Barbey, Antoinette de Budé), Neuchâtel-Paris, Delachaux-Niestlé, 1951, p. 94.

20 Carl Adolf Constantin Höfler, Magister Johannes Hus und der Abzug der deutschen Professoren und Studenten aus Prag, 1409 (1864), Valduz in Lichtenstein, Sändig, 1994 ; František M. Bartoš, « Hus jako student a profesor Karlovy university [Hus, étudiant et professeur de l’Université Charles] », Acta Universitatis Carolinae 2 (1958), p. 9-26.

21 Noemie Reichertová, « K specifiku ženské otazky v husitství [Pour une singularisation de la question féminine dans le hussitisme] », Documenta Pragensia 13 (1996), p. 67-68 ; Božena Kopičková : « Ženská otázka v českém středověku [La question de la femme dans le Moyen Âge tchèque] », Český Časopis Historický 37 (1989), p. 561-574, 682-695 ; Ead., « Žena a rodina v husitství (Současný stav bádání) [La femme et la famille dans le hussitisme (état actuel des recherches)] », Husitské muzeum v Taboře 12 (1999), p. 37-48 ; John Martin Klassen, « Women and Religious Reform in Late Medieval Bohemia », Renaissance and Reformation 5 (1981), p. 203-221.

22 Josef Macek, Jan Hus et les traditions hussites (XVe-XIXe siècle), Paris, Plon, 1973.

23 František Šmahel, La Révolution hussite, une anomalie historique, Paris, PUF, 1985 ; Id., Husitská revoluce [La Révolution hussite], Praha, Univerzita Karlova, 1993, 4 vol.

24 Petr Čornej, « Pád Jana Želivského [Le cas de Jan Želivský] », Český Časopis Historický 101/2 (2003), p. 261-305 ; Božena Kopičková, Jan Želivský, Praha, Melantrich (Odkazy pokrokových osobností naší minulosti 92), 1990 ; Amedeo Molnár, « Želivský, prédicateur de la révolution », Communio Viatorum 4 (II) 1959, p. 328-329 ; František M. Bartoš, « Pád Želivského [Le cas de Želivský] », Jihočeský Sborník Historický 21 (1952), p. 77-88 ; Miloš V. Kratochvíl, Jan Želivský, Praha, Naše Vojsko, 1953 ; Evžen Stein, Želivský jako náboženská osobnost [Želivský, la figure religieuse], Praha, Královská česká společnost nauk, 1948 ; Božena Auštěcká, Jan Želivský jako politik [Jan Želivský, l’homme politique], Praha, Společnost Husova Musea, 1925.

25 Jaroslav Boubín, Petr Chelčický. Myslitel a reformátor [Petr Chelčický. Penseur et réformateur], Praha, Vyšehrad (Velké postavy českých dějin), 2005; Id., « Na okraj arcibiskupského sborníku prací Petra Chelčického [Dans les marges du recueil de travaux de Petr Chelčický] », dans Husitství – Reformace – Renesance. Sborník k 60. narozeninám Františka Šmahela [Hussitisme – Réforme – Renaissance. Mélanges à l’occasion du 60e anniversaire de František Šmahel], Praha, Historický ústav Akademi Věd, 1994, p. 585-599; Robert Kalivoda, « Petr Chelčický », dans Mariateresa Beonio, Brocchieri Fumagalli (dir.), La Chiesa invisible. Riforme politico-religiose nel basso Medioevo, Milano, Feltrinelli, 1978, p. 272-275; František M. Bartoš, « Kdo byl Petr Chelčický? [Qui était Chelčický?] », Jihočeský Sborník Historický 15 (1946), p. 1-8; Carl Vogl, Peter Cheltschizki, ein Prophet an der Wende der Zeiten, Zürich-Leipzig, Rotapfel, 1926.

26 Ferdinand Hrejsa, Dějiny křesťanství v Československu, II [Histoire du christianisme en Tchécoslovaquie, vol. 2], Praha, Husova Čs. evangelická fakulta bohoslovencká, 1947, p. 160-168.

27 Josef Hrabák, Starší česká literatura. Úvod do studia [L’ancienne littérature tchèque. Introduction à son étude], Praha, SPN, 1979, p. 124.

28 Jaroslav Boubín, « Potrhaná síť apoštola Petra. K počátkům alegorického výkladu jednoho motivu novozákonní exegeze [Le filet déchiré de l’apôtre Pierre. Début de l’explication allégorique d’un motif de l’exégèse néotestamentaire] », Mediaevalia Historica Bohemica 3 (1993), p. 91-96.

29 František Šmahel, Zur politischen Präsentation und Allegorie im 14. und 15. Jahrhundert, München, Oldenbourg (Otto von Freising Vorlesungen der Katholischen Universität Eichstätt 9), 1994.

30 Petr Chelčický, O Trojem lidu řeč [Des trois états], 74b, éd. Rudolf Holinka, Praha, Melantrich, 1940, p. 42.

31 Karel Řehák, Sedlák Petr Chelčický, praotec « českých bratřů » [Le paysan Petr Chelčický, patriarche des « Frères tchèques »], Praha, Vlasť, 1907.

32 Ernest Denis, Origines de l’Unité des Frères bohêmes, Paris, Ernest Leroux (Annales de la Faculté de Lettres de Bordeaux 18), 1885.

33 Gustav Gellner, Jan Černý a jiní lékaři čeští do konce doby jagellonské [Jan Černý et d’autres médecins tchèques jusqu’à la fin de la dynastie des Jagellon], Praha, Královské čes. společ. nauk, 1935.

34 Craig D. Atwood, The Theology of the Czech Brethren from Hus to Comenius, University Park (Pa), Pennsylvania University Press, 2009.

35 Albert Pražák, Řehoř Hrubý z Jelení. Studie s ukázkami z díla [Řehoř Hrubý de Jelen. Étude avec des extraits de l’œuvre], Praha, Svobodné slovo, 1964.

36 Amedeo Molnár, Bratr Lukáš bohoslovec Jednoty [Frère Luc, théologien de l’Unité], Praha, Husova Fakulta, 1948.

37 Jaroslav Goll, « Die ältesten apologischen Schriften der Brüder », dans Quellen und Untersuchungen zur Geschichte der Böhmischen Brüder 2 Bände in 1 Band (1re éd. 1878 et 1882), Hildesheim, rééd. New York, Georg Olms, 1977, p. 9-48.

38 František M. Bartoš, « Erasmus und die böhmische Reformation », Communio Viatorum 1/2-3 (1958), p. 116-123 et 1/4 (1958), p. 246-257; Conrad Bittner, Erasmus und Luther und die Böhmischen Brüder, in: Rastloses Schaffen. Festschrift für Friedrich Lammert, Hans Seehase (éd.), Stuttgart, Kohlhammer, 1954, p. 107-129.

39 Amedeo Molnár, « Luc de Prague devant la crise de l’Unité des années 1490 », Communio Viatorum 3-4 (1961), p. 16-17.

40 Igor Kišš, « Luther und Hus », Communio Viatorum 4 (1965), p. 239-250; Frederick G. Heymann, « The impact of Martin Luther upon Bohemia », Central European History 1 (1968), p. 107-130.

41 Amedeo Molnár, « Luther und die Böhmischen Brüder », Communio Viatorum 1-2 (1981), p. 47-67.

42 Jan Blahoslav Lášek, « Jan Augusta », dans Hans J. Hillerbrand (dir.), The Oxford Encyclopedia of the Reformation, vol. 1, Oxford-New York, Oxford University Press, 1996.

43 Ferdinand Hrejsa, Dějiny křesťanství v Československu, t. IV [Histoire du christianisme en Tché-coslovaquie], Praha, Husova Čs. Evangelická Fakulta Bohoslovecká, 1948, p. 300-302.

44 Amedeo Molnár, Boleslavští bratří [Les Frères de Boleslav], Praha, Komenského evangelická fakulta bohoslovecká, 1952, p. 119-121.

45 Jakub Bílek, Žiwot Jana Augusty staršjho a spráwce gednoty bratrské w Čechách [La Vie de Jan Augusta, ancien et superintendant de l’Unité des Frères en Bohême], éd. Jan Blahoslav, Jos. W. Šumawský, Praha, Josef wdowy Fetterlowé, 1837 ; Ferdinand Hrejsa, op. cit., t. V, p. 154.

46 Amedeo Molnár, « L’Unité des Frères et les Réformateurs », Communio Viatorum 1-2 (1978), p. 29-48.

47 « Il est ensuite confié à l’intérieur de la puissance une parole de dieu donnée et ordonnée, afin de la semer comme la bonne et meilleure semence, en premier dans ceux qui sont déjà dans la foi, puis dans ceux qui n’y sont pas. » Jan Augusta, Umění práce díla Páně služebného, Praha, Královská Česká Společnost Nauk, 1941, f.° 139.

48 Pierre Boglioni, « L’Église et la divination au Moyen Âge, ou les avatars d’une pastorale ambiguë », Théologiques 8/1 (2000), p. 37-66.

49 František Ř. Beňovský, 1523-1923 Jan Blahoslav, Opava, Nový Život, 1923 ; František Malínský, Život Jana Blahoslava. Jubilejní vzpomínka [La vie de Jan Blahoslav. Souvenir du jubilé], Praha, Spolek Komenského, 1923 ; Emanuel Havelka, Blahoslav předchůdcem Komenského [Blahoslav, précurseur de Comenius], Praha, Lesching, 1925 ; Anton Škarka, « Jan Blahoslav (Literárně historický portrét, přípravná studie k Dějinám české literatury) [Jan Blahoslav (Portrait historique littéraire, préparé pour l’étude de l’histoire de la littérature tchèque)] », Česká literatura 6 (1958), p. 150-176 ; Josef Janaček, Jan Blahoslav, Praha, Melantrich, 1966 ; Jan Blahoslav Čapek, « Velký syn Moravy [Le grand fils de la Moravie] », Časopis Matice Moravské 86 (1967), p. 167-190.

50 Amedeo Molnár, « Due teologie a confronto : la Riforma nei Paesi slavi e i suoi rapporti con l ´ Ortodossia », dans Ivan IV il Terribile, Jan Rokyta. Disputa sul Protestantesimo, Torino, Claudiana, p. 143-163.

51 Amedeo Molnár, « Motivy Blahoslavova pohledu na dějiny [Les motifs du point de vue de Blahoslav sur l’histoire] », dans Svatopluk Bímka, Pavel Floss (dir.), Jan Blahoslav přechůdce J. A. Komenského 1571-1971 [Jan Blahoslav précurseur de J. A. Comenius, 1571-1971], Uherský Brod, Muzeum Jana Amose Komenského, 1971, p. 15-23.

52 Jaroslav Bidlo, Bratr Jan Blahoslav jako archivář a knihovník Jednoty bratrské [Le frère Jan Blahoslav comme archiviste et bibliothécaire de l’Unité des Frères], dans Václav Novotný, Rudolf Urbánek, Sborník Blahoslavův (1523-1923) k čtyřstému výročí jeho narozenin [Recueil sur Blahoslav (1523-1923), à l’occasion du 400e anniversaire de sa naissance], Přerov, Obzor, 1923, p. 34-37.

53 Manuscrit de la Bibliothèque de Brno (sign. UK V II 4). Jan Blahoslav, Gramatika česká dokonaná 1571, do níž vložen text gramatiky Beneše Optáta z Telče, Petra Gzella z Prahy a Václava Philomatesa z Jindřichova Hradce podle vydání Norimberského 1543 [Grammaire de la langue tchèque achevée en 1571, à laquelle ont été ajoutés les textes de Beneš de Telč, Pierre Gzell de Prague et Václav Philomates de Jindřichova Hradec d’après l’édition de Nuremberg de 1543], éd. I. Hradíl, J. Jireček, Wien, L. Grund, 1857.

54 Beneš Optát, Petr Gzell, Nový testament, všecek již nejposléze a pilně od Erasma Roterodámského přehlédnutý [Le Nouveau testament revu et corrigé d’après les remarques d’Érasme], Náměšti nad Oslavou, 1533.

55 Beneš Optát, Petr Gzell, Václav Filomates (Philomathes), Grammatika česká v dvojí stránce [La Grammaire tchèque en deux parties], Náměšti nad Oslavou, 1533.

56 Leopold Calábek, « Náboženské poměry v rodišti Blahoslavově [La religiosité de la ville natale de la famille Blahoslav] », dans Sborník Blahoslavův (1523-1923) k čtyřstému výročí jeho narozenin, p. 38-49.

57 Amedeo Molnár, « Comenius’Theologia naturalis », Communio Viatorum 1 (1965).

58 Dagmar Čapková, « La métaphore de la lumière dans la conception coménienne de cultura universalis », dans Hana Voisine-Jechova (dir.), La visualisation des choses et la conception philosophique du monde dans l’œuvre de Comenius. Actes du Colloque international des 18-20 mars 1992, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1994, p. 41-51.

59 Comenius, De rerum humanarum emendatione Conſultationis Catholicae Pars Septima, Pannuthesia Sive exhortatorium universale, dans De Rerum humanarum emendatione Conſultatio Catholica, Pragae, Academia Scientiarum Bohemoslovaca, mcmlxvi, Caput VII, § 9, col. 744.

60 Jan Amos Komenský, Moudrost starých Čechů, éd. Frantíšek Svejkovský dans Dílo Jana Amose Komenského [1], Praha, Academia, 1969.

61 Comenius, Novissima Linguarum Methodus (1ère éd. 1648), Caput IV, § 34.2, dans F. Svejkovský (éd.), op. cit., [15ii], Praha, Academia, 1989.

62 Comenius, Novissima Linguarum Methodus, Caput XX, § 1.

63 Dagmar Čapková, Myšlenka lidské aktivity v Komenského pojetí dějin [La Pensée de l’activité humaine dans la conception de l’histoire chez Comenius], Praha, Academia, 1983.

64 Umberto Eco, La Ricerca della lingua perfetta nella cultura europea, Bari, Laterza, 1993 ; Paolo Rossi, Clavis Universalis : arti della memoria e logica combinatoria da Lullo a Leibniz, Milano, R. Ricciardi, 1960.

65 Marcelle Denis, « La « Consultation générale » et les plans d’une coopération universelle », Pædagogica Historica 28/2 (1992), p. 315-326.

66 Jana Berdychová, Jan Amos Komenský a tělesná kultura [Jan Amos Comenius et l’éducation physique], Praha, Olympia, 1991.

67 Jan Patočka, Die Philosophie der Erziehung des J.A. Comenius, Paderborn, Schöningh, 1971.

68 Étienne Krotký, Former l’homme. L’éducation selon Coménius (1592-1670), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

69 Klaus Schaller, Die « Pampaedia » des Johann Amos Comenius. Eine Einführung in sein pädagogisches Hauptwerk, Heidelberg, Quelle und Meyer, 1958.

70 Klaus Schaller, Πan. Untersuhungen zur Comenius-Terminologie, Gravenhage, Mouton & C° (Musagetes 5), 1958 ; Christian Godin, La Totalité, t. 1 : De l’imaginaire au symbolique, Seyssel, Champ Vallon, 1998, p. 206-207.

71 Pavel Floss, J.A. Komenský a vědy o přírodě a člověku [J. A. Comenius et les sciences de la nature et de l’homme], Olomouc, Kraj. pedagog. ústav, 1983 ; Jaromír Červenka, Die Naturphilosophie des Johannes Amos Comenius, Prag, Academia, 1970 ; Gertrude Britschgi von Alprach, Naturbegriffund Menschenbild bei Comenius zur Begründung der Bildungsidee im universalen Rationalismus, Zürich, Juris Verlag, 1964 ; Emanuel Rádl, Věda a víra u Komenského [Science et foi chez Comenius], Praha, YMCA, 1939.

72 Daniel S. Larangé, « De la rhétorique à la prédication. Présentation de l’homilétique de Jean Amos Coménius », Acta Comeniana 15-16 (2002), p. 9-38.

73 Amedeo Molnár, « Aspects de continuité de pensée dans la Réforme tchèque », Communio Viatorum 1 (1972), p. 27-50.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Le trigone défendu par Jan Amos Comenius.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 2. – L’Agneau mystique, symbole de l’Unité des Frères.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540