Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Troisième partie. Les ferments de modernité religieuse

« O inobedientie filii contumaces ! ». L’apostasie chez les franciscains observants de Hongrie (vers 1490-vers 1540)

Marie-Madeleine de Cevins

Texte intégral

  • 1 L’intérêt de l’examen des franciscains observants pour la réflexion collective amorcée dans ce vol (...)
  • 2 Voir en priorité Kaspar Elm (dir.), Reformbemühungen und Observanzbestrebungen im spätmittelalterl (...)
  • 3 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 231 et carte hors texte.
  • 4 M.-M. de Cevins, « La religion des laïcs, vue par les prédicateurs franciscains hongrois de la fin (...)

1Dans leur manière de vivre comme par leur discours auprès des fidèles, les franciscains de l’Observance illustrent les tensions contradictoires qui traversaient le christianisme occidental à la fin du Moyen Âge, tout en proposant un mode de résolution de celles-ci1. Ils combinaient la soumission inconditionnelle au pape et l’action pastorale qui, si elle ravivait les querelles avec le clergé paroissial, donnait aux frères réformés une bonne raison d’exister à l’heure où lollards et hussites voyaient dans les religieux autant de bouches inutiles dans l’Église. Propagateurs d’une foi exigeante, les franciscains observants incarnaient aussi le renouveau spirituel qu’attendaient clercs et laïcs et les préservaient ainsi des errements de l’hérésie2. Cette lecture globale semble convenir particulièrement à la Hongrie du tournant des XVe et XVIe siècles. L’Observance franciscaine y avait rencontré un franc succès depuis le milieu du XVe siècle. Ses membres, constitués en vicairie (1448) puis en province de Hongrie (1517), supplantèrent les congrégations régulières existantes, au plan numérique – avec plus de 70 couvents et environ 1 700 frères peu avant 1510 – comme par leur rayonnement3. Les missions de conversion et la prédication de la croisade contre les Turcs ottomans puis des indulgences jubilaires en firent plus qu’ailleurs les troupes d’élite de la papauté. Simultanément, les sermonnaires rédigés par deux théologiens et prédicateurs sortis de leurs rangs et bientôt célèbres dans tout l’Occident, Pelbart de Temesvár et Oswald de Laskó, diffusaient une morale de l’intention tendant à détrôner les pratiques codifiées au profit d’une relation intériorisée et personnelle entre les fidèles et leur Dieu4.

D’après M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 557.

  • 5 Voir en particulier K. Elm (dir.), Reformbemühungen..., op. cit.

2On a souvent dit de l’Observance qu’elle avait préparé les déchirements religieux du XVIe siècle. En provoquant de graves dissensions au sein des ordres mendiants – luttes acharnées ponctuées de violences physiques et verbales, défections individuelles et collectives, fondations parallèles, le tout au nom de la fidélité à l’Évangile –, elle aurait amorcé une dynamique dont elle aurait finalement perdu le contrôle. Le changement ne pouvant se produire à partir d’un certain stade que dans la rupture – à en juger par l’itinéraire de Martin Luther –, les réformateurs monastiques et mendiants auraient fait sans le vouloir le lit de la Réformation5.

  • 6 Raoul Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, t. I, Paris, Letouzey & Ané, 1935, p. 640-674 ; (...)
  • 7 Approche juridique dans Laurent Mayali, « Du vagabondage à l’apostasie. Le moine fugitif dans la s (...)
  • 8 Faute de pouvoir citer les travaux et éditions de sources relatifs à l’apostasie régulière, je ren (...)

3L’étude de l’apostasie régulière peut apporter de nouvelles pièces au débat. On sait que, dans le droit de l’Église – inspiré sur ce point de la loi hébraïque – comme dans la littérature religieuse médiévale, « apostasier » (apostatare ou apostare) signifie renoncer délibérément et totalement à la foi chrétienne après le baptême – selon la définition d’Isidore de Séville reprise par le Décret de Gratien puis développée par Thomas d’Aquin (Somme théologique, II, 2) ; ou, s’agissant des clercs séculiers aussi bien que des religieux, quitter définitivement son état et renier ainsi son engagement initial au service de Dieu6. Aussi ancienne que les ordres monastiques, l’apostasia a religione fut d’emblée ressentie comme une menace : elle s’attaquait à la stabilité et à l’obéissance, fondements du cénobitisme. En témoignent dès le haut Moyen Âge les invectives répétées des évêques, abbés et chapitres à l’encontre des vagantes, prêtres en rupture de ban aussi bien que moines défroqués, puis l’arsenal des mesures canoniques qui leur étaient applicables depuis les XIe-XIIe siècles7 et enfin les cas nominatifs mentionnés çà et là par les archives monastiques, épiscopales et pontificales8.

  • 9 . G. Jaritz, op. cit., p. 84-93; Id., « Cistercian Migrations in the Late Middle Ages », dans E. Ro (...)
  • 10 R. Naz (dir.), op. cit., p. 667-668 ; A. Vacant et alii, op. cit., t. XIII, vol. 2, col. 2179-2180
  • 11 Exemples allemands dans : L. Schmugge, P. Hersperger, B. Wiggenhauser (éd.), Die Supplikenregister (...)

4Les études manquent pour apprécier l’ampleur quantitative du fléau dans les derniers siècles du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Gardons-nous d’assimiler trop vite, comme le font parfois les sources ecclésiastiques, apostasie et départ sans autorisation. Car l’apostasia suppose une association entre les faits – la sortie du couvent ou du monastère, accompagnée ou non d’autres actes, écrits, ou paroles interdits par l’ordre – et l’intention de se soustraire à l’obéissance régulière. Cisterciens, chartreux et bénédictins semblent avoir enregistré un pic des déplacements sine licentia au XVe siècle ; mais ces transfuges n’avaient souvent fait que changer d’abbaye sans renoncer à leur état9. Ils entrent dans la catégorie des « religieux fugitifs », soustraits momentanément à l’obéissance, non dans celle des apostats proprement dits10. Les fonds de la Pénitencerie Apostolique livrent bien quelques noms de religieux – chanoines, moines cisterciens, prémontrés, chartreux ou frères mendiants – ayant délibérément abandonné l’habit et apostasié (ab eodem ordine apostatavit)11. Le problème est que ces notices ne recensent que les repentis sollicitant leur réintégration ou au moins leur absolution. Elles ne permettent pas d’évaluer la proportion totale de renégats confirmés. C’est en croisant les exemples repérables au sein de chaque ordre et de chaque province avec les autres sources (pontificales, narratives, etc.) que l’on pourra déceler les phases de progrès et de recul de l’apostasie régulière dans les décennies ayant précédé la Réformation.

5Plusieurs indices autorisent à penser qu’au sein de la province franciscaine observante de Hongrie, les départs illicites s’élevèrent de façon inhabituelle à partir de 1510 environ. Comme si l’ordre qui incarnait la veille encore le triomphe de l’Église se vidait de ses forces au moment précis où le pays devait serrer les rangs pour résister à l’offensive ottomane. Cette vague de défections trahirait-elle un essoufflement de l’idéal réformateur franciscain ?

  • 12 Présentation détaillée dans M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 19-25, 627-634.
  • 13 I. Batthyány, Leges ecclesiasticae regni Hungariae et provinciarum adiacentium (Claudiopoli, 1827) (...)
  • 14 Budapest, Bibliothèque Nationale de Hongrie (Országos Szécsényi Könyvtár), Département des manuscr (...)
  • 15 Ibid., ms Oct. Lat. no 775. Antal Molnár en prépare actuellement l’édition.
  • 16 F. Kollányi, « Magyar ferenczrendiek a xvi. század első felében [Les franciscains hongrois dans la (...)
  • 17 Édition : F. Toldy, Analecta monumentorum Hungariae historicorum litterariorum maximum inedita, t. (...)
  • 18 Aucune édition critique intégrale de ces sermons (Sermones dominicales, de sanctis, de tempore, qu (...)

6Les sources exploitables se répartissent grossièrement en trois types de documents, manuscrits, incunables ou imprimés12. Les textes produits par les responsables de la province franciscaine observante, normatifs pour la plupart, constituent l’essentiel du corpus. à côté des constitutions provinciales et des actes des chapitres, partiellement conservés13, on trouve deux formulaires inédits. Le plus ancien a été copié entre le milieu des années 1510 et 1525 par une dizaine de frères hongrois, dont le secrétaire du vicaire de Hongrie Étienne d’Ivanics, conservateur des archives du couvent franciscain de Buda14. Le second formulaire, rédigé (en latin également) au début des années 153015, a été identifié et commenté dès la fin du XIXe siècle par Ferenc Kollányi mais peu exploité ensuite16. Dans le genre de la chronique régulière, on dispose du récit commencé vers 1425 par Blaise de Szalka (ou Szalkó) en Bosnie – noyau primitif de la province observante de Hongrie – et continué par des frères hongrois (dont le même Étienne d’Ivanics) jusqu’au milieu du XVIe siècle17. Les sermons rédigés par Oswald de Laskó et Pelbart de Temesvár font également allusion à l’apostasie régulière18. Tous ces textes ont pour inconvénient majeur de n’exprimer que le point de vue des détracteurs de l’apostasie. Les renégats n’ont laissé quant à eux aucune déclaration écrite éclairant le sens de leur démarche.

  • 19 Voir « Ferences ellenzéki áramlat... », op. cit. ; « A ferences obszervancia és a 1514. évi parasz (...)

7L’historiographie de l’apostasie régulière en Hongrie a longtemps été entachée de partialité confessionnelle : les auteurs catholiques, clercs ou laïcs, la passaient sous silence tandis que les historiens réformés l’amplifiaient en faisant de tous les religieux défroqués d’ardents propagateurs des idées luthériennes. Les travaux effectués par Jenő Szűcs dans les années 1970 ont été les premiers à s’affranchir de ces a priori. Cherchant à mesurer la participation des franciscains observants hongrois à la jacquerie de 1514, il a relevé des mentions indiquant des départs et exclusions répétés au sein de la province de Hongrie au début du XVIe siècle19. Les connaissances sur l’apostasie régulière hongroise ont peu progressé depuis lors, malgré le renouveau de l’histoire religieuse en Hongrie ces vingt dernières années ; les dernières recherches sur les ordres monastiques et mendiants à l’extrême fin du Moyen Âge – les ermites de saint Paul (Beatrix Romhányi), les ermites de saint Augustin (Gabriella Erdélyi) et les Carmes (Kund Regényi), pour ne citer qu’eux – n’ont pas (encore) livré de résultats significatifs à ce propos.

8Après avoir répertorié les différentes acceptions du mot « apostasie » dans les sources franciscaines hongroises, je distinguerai plusieurs degrés dans la rupture. Suivra une approche quantitative des départs définitifs. J’émettrai enfin quelques hypothèses sur les mobiles des apostats avant d’examiner le traitement qui leur était réservé.

Une ou des apostasie(s) ?

  • 20 János Harmatta (dir.), Lexikon Latinitatis Medii Aevi Hungariae. A magyarországi középkori latinsá (...)

9Clercs ou laïcs, les auteurs du Moyen Âge ne donnaient pas nécessairement au mot d’apostasie le même sens. Les différences s’observent moins entre royaumes ou principautés – les théoriciens, prélats et prédicateurs hongrois ne se distinguant guère de ceux de France ou d’Italie par exemple20 – qu’entre congrégations régulières. Le développement progressif d’une législation propre à chacune d’elles a sans doute contribué à cette diversité. De quelles valeurs les franciscains observants hongrois chargeaient-ils le mot apostasia lorsqu’ils parlaient des membres de leur ordre ? On peut distinguer trois significations distinctes, partiellement emboîtées les unes dans les autres.

  • 21 J. Harmatta (dir.), op. cit., p. 197, entrée « apostata », c).
  • 22 F. Kollányi, op. cit., p. 816.

10Il y a d’abord la définition canonique étroite : est apostat (de religion) tout profès qui sort de son couvent sans y avoir été autorisé par un supérieur. Fréquente dans les sources ecclésiastiques hongroises, épiscopales ou régulières, elle fait de l’apostata un clerc errant (vagus21). Pour Ferenc Kollányi, c’est dans ce sens précis que les rédacteurs du second formulaire emploient le terme22. Il correspond effectivement à la définition fournie par les constitutiones de la province observante de Hongrie rédigées en 1499 et adoptées en chapitre provincial, véritable armature législative de la province jusqu’au XVIe siècle :

  • 23 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

« Intelligitur autem apostatans omnis frater qui sine licentia suorum superiorum, per terras et loca, cum habitu vel sine habitu, cum socio vel sine socio, iverit vel vagabundus fuerit extra nostram familiam23. »

  • 24 Oswald de Laskó, Biga Salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Pelbart de Temesvár applique les termes d (...)
  • 25 J. Szűcs, « A ferences obszervancia... », op. cit., p. 245 et « Ferences ellenzéki áramlat... », o (...)

11Toutefois, Oswald de Laskó, rédacteur des mêmes Constitutions de 1499, considère dans ses sermons que tout frère désobéissant, même s’il ne va pas jusqu’à la dissidence affichée et à l’abandon de son couvent, peut être tenu pour apostat24. L’intention prime ici sur l’acte. La correspondance administrative de la province, note Jenő Szűcs, donne parfois au mot un contenu sémantique encore plus large : celui d’une divergence religieuse allant de l’attirance pour le courant mystique ou spirituel à la profession de thèses déclarées hérétiques ou à l’adoption de mœurs scandaleuses. Lorsqu’elles s’écartaient ouvertement de la doctrine, ces idées ou pratiques hétérodoxes aboutissaient tôt ou tard à la rupture du lien régulier, rejoignant ainsi la définition canonique25.

  • 26 Premier formulaire, fol. 73v, 75-76v, éd. M.-M. de Cevins, dans Les franciscains..., op. cit., p.  (...)

12En y regardant de plus près, on observe des inflexions selon le public visé. Quand ils s’adressaient aux laïcs – par l’entremise des prêtres paroissiaux à qui ils fournissaient des canevas de sermons –, Oswald de Laskó et Pelbart de Temesvár confondaient facilement apostasie et désobéissance volontaire. En revanche, normatifs ou narratifs, les textes produits par les frères à l’intention des frères sont plus restrictifs. Ils répugnent d’ailleurs à prononcer le mot. Sur les quelque deux cents textes copiés dans chacun des deux formulaires, moins d’une douzaine parlent expressément d’apostats. Il s’agit de circulaires administratives, qui précisent aux visiteurs des couvents comment traiter les affaires d’apostasie26. Les responsables (officiales), le vicaire ou ministre provincial et les custodes, évitaient manifestement d’aborder le sujet dans leurs recommandations aux frères ou avaient recours à des périphrases contournées, que l’on rencontre également sous la plume des continuateurs de la chronique de Blaise de Szalka.

13Lorsque le vicaire (ou ministre) provincial utilise le mot dans ses exhortationes, c’est souvent à propos de Satan. Il commence par dénoncer le comportement de l’« ange apostat », formule convenue s’il en est, avant d’enjoindre les frères de ne pas suivre son exemple. Gabriel de Pécsvárad déclare ainsi vers 1512 :

  • 27 Premier formulaire, fol. 4-4v ; éd. : ibid., p. 492-493.

« Tales nimirum post angelum apostatam abeuntes, ejus in similitudinem transformantur, cui dum suo Creatori perversa voluntate reluctando subesse recusaret, Regnum celeste perdidit et gloriam eternamque additus est ad gehennam. O inobedientie filii contumaces, putarisne [ !] eum vos dimittere impunitos, qui etiam angelis peccantibus creaturis nemppe nobilissimis non pepercit, sed rudentibus inferni detractos Tharthareis tradidit penis eternaliter cruciandos, et qui primorum parentum inobediantes tot milibus annorum gravissima ultionis severitate percellere non desistit ? Vestre rebellionis scelus multum percursibitur27. »

  • 28 Premier formulaire, fol. 201v, 205v-206 ; éd. ibid., p. 499. Dans la seconde exhortation, le minis (...)

14Deux exhortations rédigées vers 1515 puis en 1518 comparent à leur tour les frères déviants à l’ange déchu28. L’apostat par excellence, c’est le Malin ; apostasier, c’est marcher sur les pas du démon. Par extension, l’abandon de l’état religieux revenait à abjurer la religion du Christ. La désertion de la communauté régulière était assimilée à celle de la communauté chrétienne dans son ensemble.

Plusieurs degrés d’apostasie

  • 29 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., en particulier chapitre 8, p. 311-336.
  • 30 Premier formulaire, fol. 73.
  • 31 Ego, inquit, pater charissime, meam obedientiam vendidi Christo domino pro se et pro regno suo, se (...)

15En dépit de cette diabolisation caractérisée, tous les écarts n’avaient pas la même gravité. Les dirigeants franciscains distinguent plusieurs degrés de rupture. Le niveau minimal se caractérise par l’insolence envers les supérieurs – gardien, custode ou provincial – et la désobéissance. Deux éléments indissociablement liés, puisque le premier tendait à nier le pouvoir, exercé par délégation au nom de la communauté, des officiales. La plupart des exhortations du vicaire ou ministre de la province observante hongroise copiées dans le premier formulaire dénoncent l’insolence des frères (insolentia, insolenter, insolentes). Comme la désobéissance, elle est jugée incompatible avec l’humilité prônée par le poverello29. Parmi les instructions données aux enquêteurs des couvents en vue du chapitre provincial de 1515 (Informacio de punctis importandis) se trouve l’insolence envers les praelati et superiores30. Pour illustrer le fait qu’elle mène inévitablement à la désobéissance, Oswald de Laskó rapporte dans un sermon de Carême un exemplum selon lequel un frère de la province observante hongroise (in nostra familia Hungarie) aurait répondu au gardien qui lui demandait de se taire qu’il réservait son obéissance au Christ. Et le prédicateur de se lamenter sur les nombreux frères désobéissants : O quot sunt tales in ordine, qui indevote obediunt, et cum murmure, non intuitu dei31...

  • 32 Apostasia [...] est temerarius a statu fidei et obedientie ecclesiastice vel religionis Christiane (...)

16Dès les années 1490, Pelbart de Temesvár faisait de la désobéissance l’un des éléments définissant l’apostasia au sens large, celle qui s’applique aux chrétiens reniant leur foi comme aux réguliers32. Les exhortations vicariales des années 1510 y insistent singulièrement. Vers 1512, Gabriel de Pécsvárad reproche vigoureusement leur insoumission à certains frères, en particulier aux nouveaux profès, qualifiés de « fils de la désobéissance » (inobedientie filii contumaces) et de « faux frères » :

  • 33 Premier formulaire, fol. 73v, éd. M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 492-493.

« dolenda et lamentenda est quorumdam falsorum fratrum rebellio, qui post professionem tante virtutis ipsius [obedientiae] sanctitatem conculcando [...] nec suis prelatis et superioris volunt obedire33. »

17Une autre exhortation du vicaire de Hongrie datant de 1514 ou 1515 emploie exactement les mêmes termes :

  • 34 Premier formulaire, fol. 201v.

« lamentenda est pluriorum falsorum fratrum rebellio, qui post professionem tante virtutis ipsius sanctitatem conculcantes, dignitatemque parvipendentes, nedum inferioribus vel equalibus consentire, sed nec suis prelatis et superioribus volunt obedire...34 »

  • 35 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 93-94.

18Conjointement, les dirigeants provinciaux présentent l’obéissance (obedientia) comme la mère des vertus régulières, bien avant la chasteté, l’humilité et la pauvreté. Ceci tout spécialement dans la branche observante de la grande famille franciscaine, puisque « observer » c’est se conformer à la règle et donc aux dirigeants (praelati) chargés de la faire appliquer35.

  • 36 Quam multi falsorum fratrum in vita depravata scandalizati pereunt et damnarunt. Premier formulair (...)
  • 37 Premier formulaire, fol. 7, ibid., p. 495.

19La seconde étape dans la rupture est le scandalum. Bien au-delà du refus d’obtempérer, cette forme de désobéissance transgresse sciemment la règle et les vœux prêtés au moment de l’entrée en religion. Non par faiblesse, négligence ou laisser-aller, mais dans l’intention affichée de « faire scandale », c’est-à-dire à la fois de provoquer la réaction des supérieurs – ce qui sortait les délinquants de l’anonymat et donnait à leurs revendications un caractère public – et d’inciter leurs compagnons à suivre leur exemple. L’exhortation écrite vers 1512 par Gabriel de Pécsvárad dénonce ainsi, à propos du vœu de chasteté, les frères dépravés qui causent délibérément le scandale36. Leur attitude n’est pas seulement contestataire. Acte de rébellion – les deux exhortations de 1512 et 1514 citées précédemment parlent de rebellio –, elle est aussi trahison de l’ordre (fratri scelerati et scelerati). Car le comportement des coupables ne compromettait pas uniquement leurs chances de salut. Il entachait la réputation de la congrégation entière (hanc sacram religionem suis pravis exemplis denigrare non verentur37).

  • 38 Biga Salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Cité par R. Horváth, Laskai Ozsvát [Oswald de Laskó], Buda (...)
  • 39 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 76-77.

20Enfin, l’ultime degré de rupture, presque toujours irréversible celui-là, était le départ sans autorisation, que ce soit pour rejoindre une autre famille régulière ou la foule insaisissable des clercs gyrovagues. Ce crime, le plus grand pour un régulier puisqu’il signifiait la rupture définitive de l’engagement initial, est comme l’aboutissement de la désobéissance obstinée. Oswald de Laskó précise dans le sermon de Carême déjà mentionné qu’un convers avait quitté son couvent « par désobéissance38 ». L’accord de compromis conclu entre les chefs des deux provinces franciscaines de Hongrie, conventuelle et observante, en 1497 assimile les frères désobéissants aux fugitifs déclarés : il y est question de fratres fugitivi, difesti [sic] et rebelles vel inobedientes39. Notons que la désertion de la communauté était considérée comme suffisamment grave pour se passer de nuances et ne bénéficier d’aucune circonstance atténuante. Selon les constitutions de 1499 citées plus haut, le fait qu’un frère parti sine licentia ait gardé l’habit – signe d’un retour possible – ou l’ait abandonné, qu’il ait agi seul ou avec des complices, qu’il se soit absenté un jour ou plus de trois mois ne faisait aucune différence. Il faut attendre la Contre-Réforme pour que les règlements franciscains distinguent, en Hongrie et ailleurs, plusieurs niveaux d’apostasie assortis de peines proportionnelles à la gravité du délit.

Ampleur du phénomène

21Dans quelle mesure ce degré ultime d’apostasie affectait-il la province franciscaine observante de Hongrie entre les années 1490 et 1540 ? Même au plus fort de la crise, les responsables et leurs scribes n’ont laissé aucune liste complète de renégats. Les indications fournies par les sources franciscaines se situent certainement très en deçà de la réalité, leurs auteurs ayant naturellement tendance à minimiser l’importance du phénomène pour ne pas susciter des départs supplémentaires.

  • 40 J. Szűcs, « Ferences ellenzéki... », op. cit., p. 419.
  • 41 G. Galamb, Marchiai Jakab prédikációs és inkvizítori tevékenysége (A ferences obszervancia itáliai (...)

22Ces réserves faites, la documentation consultée fait apparaître quatre phases successives dans l’évolution de l’apostasie au sein de la province salvatorienne. Avant les années 1490, la proportion d’apostats, absents de la documentation, semble très faible. Les plaintes de l’archevêque de Cracovie – qui déplorait la protection par le voïvode de Moldavie d’« apostats » franciscains hussites – ne suffisent pas à prouver que des frères mineurs hongrois avaient quitté l’ordre pour participer à la révolte de 1437 en Transylvanie40. György Galamb a établi, en s’appuyant sur les Reprobationes triginta octo articulorum quos tenent heretici Usiti de Moldavis de Jean de Torquemada, que ces frères déviants arrivaient en réalité de Pologne. C’est à partir de leur refuge moldave qu’ils tentèrent de diffuser le hussitisme en Transylvanie jusqu’au début des années 1440. Ils ne firent guère d’émules parmi les observants, encore peu nombreux et occupés à les traquer sous la férule de Jacques de la Marche41.

  • 42 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 74-75, d’après un manuscrit du « bullaire de Gyöngyös », fol. 99 (...)
  • 43 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 76-77 ; Szeged, Archives du comitat de Csongrád, ms XII. 4 a/18, (...)
  • 44 Biga salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Voir aussi R. Horváth, op. cit., p. 70-71.
  • 45 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 628.
  • 46 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

23L’apostasie affleure explicitement dans les sources franciscaines hongroises à partir du milieu des années 1490. Le cinquième point de l’accord conclu en 1495 entre les supérieurs des deux provinces franciscaines de Hongrie stipulait que les départs d’une province vers l’autre ne pourraient se faire qu’avec leur double autorisation ; sans quoi le gardien du couvent où un frère divagans s’était établi devrait le « restituer » au gardien de son couvent d’origine42. Dans la confirmation de cette convention signée en 1497, les deux provinciaux s’engagèrent à ne pas héberger pendant plus de trois jours consécutifs les franciscains « fugitifs » et « rebelles43 ». Le texte ne précise pas si les flux menaient plus souvent les observants chez les conventuels que l’inverse. Mais l’augmentation du nombre de couvents et de frères réformés jusqu’aux années 1500 laisse penser que les départs touchaient principalement les conventuels. Dans un sermon de Carême écrit avant la fin de l’année 1497, Oswald de Laskó nomme trois religieux ayant récemment apostasié : deux profès, Benoît de Csanád et André de Hunyad, ainsi qu’un convers nommé Simon de Imoliia, mort trois ans plus tôt44. Ces précisions tendaient sans doute à donner à son discours un caractère véridique. Il ajoute que, si nombre de frères étaient désobéissants, seuls « quelques autres » religieux (et alii nonnulli) allaient jusqu’au départ définitif. De leur côté, les constitutions provinciales de 1499 édictent les mesures à prendre contre les apostats sans s’y attarder plus longuement que les règlements de la branche conventuelle, inspirés eux aussi de la regula bullata (1223). L’article 15 de la septième section prévoit qu’un frère ne pourra être élu à un office si apostataverit cum notabili scandalo45, précaution minimale ! Après avoir rappelé les sanctions que gardiens et custodes doivent infliger aux frères insolents, l’article 21 se borne à préciser qu’ils sont habilités à punir les apostatae46. Au total, la proportion de fugitifs ne paraît pas avoir dépassé ce que l’on peut considérer comme le seuil incompressible de toute congrégation religieuse.

  • 47 Le texte original n’a pas subsisté mais János Karácsonyi en résume une transcription de 1516 dans (...)
  • 48 Item si aliquis accusatus fuerit de peccato gravi et enormi, date audientiam eidem (nisi timendum (...)
  • 49 F. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 385; Urbanus Fridrich, Historia Provinciae Hungariae SS. Salvato (...)

24Un tournant s’opéra à partir de 1510. Outre les exhortations mentionnées précédemment, les actes du chapitre vicarial ouvert à Visegrád le 15 mai 1513 décrétèrent de lourdes peines pour les frères qui délaissaient leur couvent, peines allant jusqu’à l’exclusion de l’ordre pour ceux qui seraient jugés irrécupérables47. à partir du milieu des années 1510, les instructions données aux visiteurs des couvents (Modus visitationis) se font très précises à propos des cas d’apostasia cum scandalo, qui devaient être traités séparément48. Enfin, des témoignages extérieurs à l’ordre montrent (on y reviendra) que des frères mineurs « apostats » furent impliqués dans la grande jacquerie qui ensanglanta le pays au printemps et jusqu’au début de l’été 1514. Les années 1510 à 1520 correspondent donc à un essor des défections. N’y voyons pas cependant un reflux massif. Sachant que, d’après les inventaires internes, la province abritait 1472 frères en 1523 puis 1352 en 153149, l’ensemble des « pertes » – décès et départs autorisés inclus – restait inférieur à 10 % dans un contexte de fléchissement démographique.

  • 50 V. Bunyitay et alii (éd.), op. cit., p. 462-519. Voir aussi J. Szűcs, « Ferences ellenzéki áramlat (...)
  • 51 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 389.
  • 52 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 389-390.
  • 53 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 398.
  • 54 F. Kollányi, op. cit., p. 97, d’après le second formulaire, fol. 16.
  • 55 F. Kollányi, op. cit., p. 97, d’après le second formulaire, fol. 39.
  • 56 Les dispositions prises en 1495 et 1497 en accord avec le vicaire observant visaient certainement (...)
  • 57 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 369-373 et graphique no 1, p. 572.

25L’hémorragie commença véritablement après 1530. Cette fois, les actes des chapitres provinciaux, mieux conservés il est vrai que dans les années précédentes, évoquent systématiquement le problème des apostats (en 1531, 1533, 1535, 1537, etc.)50. à l’opposé des constitutions de 1499, ils ne se contentent pas de condamnations générales : ils livrent des noms précis. Ainsi, en 1531, les pères exclurent de l’ordre Jean de Gyula, ancien gardien de Sárospatak, et Démétrius de Csát, custode d’Ozora51. Le chapitre restreint tenu quelques mois plus tard prononça une sentence similaire52. Vers 1536 ou 1537, le ministre de la province salvatorienne sollicita l’aide du roi Jean de Szapolya dans la traque des apostats53. Le second formulaire reproduit plusieurs témoignages concordants. Un frère écrivit à un autre de se démener pour faire rentrer au bercail celui de leur compagnon qui avait quitté son couvent, ses parents l’ayant déjà supplié de revenir54. Une autre lettre rapporte qu’un religieux avait été puni d’un mois de réclusion pour avoir fugué55. Les franciscains conventuels souffraient du même mal depuis la fin du siècle précédent56. Tardive, la vague fut apparemment plus brutale chez les observants. De 65 couvents environ en 1526, ils tombèrent à une petite cinquantaine en 1537 puis à une trentaine en 1541-1542 et à une quinzaine au milieu des années 1550. Ils abritaient moins de cinq cents frères au début des années 154057. Certes, cette chute des effectifs n’était pas uniquement le fait des départs volontaires : elle traduisait le vieillissement d’individus trop rarement remplacés par de jeunes recrues, les morts causées par les retours pesteux (après l’épidémie de 1510) et les violences, ou encore des déplacements anarchiques à l’approche des différentes armées présentes sur le sol hongrois depuis la victoire turque de Mohács (1526).

Motivations des renégats

  • 58 Biga Salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Cité dans J. Szűcs, « Ferences ellenzéki áramlat... », op. (...)

26Pourquoi ces frères abandonnèrent-ils leur état ? Par orgueil, comme le démon, répondaient les dirigeants provinciaux. Laissons de côté les éternels insatisfaits, les sceptiques, les déçus de la vie régulière, qui finissaient par quitter l’habit quel que soit l’ordre dans lequel ils avaient prêté leurs vœux. Mais les autres ? Certains se posaient peut-être en hérauts d’une nouvelle réforme. Ils avaient à tout le moins leur propre vision du salut. Oswald de Laskó rapporte que l’un d’eux, se référant à saint Matthieu (7, 14), était convaincu de marcher sur la « voie étroite » menant au salut (in arte via superbe incedebat)58.

  • 59 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 334-336.
  • 60 Aperçu dans Antal Molnár, « Egy válság anatómiája [Anatomie d’une crise] », Buksz 2008, p. 220, qu (...)

27Visiteurs et responsables parlent souvent de jeunes profès à propos des frères désobéissants ou rebelles59. S’opposaient-ils à leurs aînés à propos de l’interprétation de la règle et de la nécessité de l’adapter à l’élévation des exigences spirituelles (depuis l’essor du courant mystique et de la dévotion moderne) puis aux attaques luthériennes ? On peut le supposer, sans certitude. La correspondance des frères et les bribes d’inventaires des fonds des bibliothèques franciscaines suggèrent que l’aggiornamento de l’ordre, par le biais de l’humanisme notamment, ne commença que dans les années 154060.

  • 61 Ibid., p. 337-352 et voir infra.
  • 62 Ibid., p. 453-462.

28Il est difficile en revanche de donner à la dissidence franciscaine une tonalité sociale au vu des événements révolutionnaires de 1514. Les apostats franciscains ayant pris part à l’insurrection paysanne n’étaient qu’une poignée et rien ne confirme l’hostilité des frères contre les seigneurs, peu compatible avec le recrutement partiellement nobiliaire des couvents hongrois et leur rayonnement dans l’aristocratie61. De la même manière, on ne saurait interpréter le discours théologique des renégats franciscains à la lumière du luthéranisme naissant. Il y avait bien des émules de Martin Luther parmi les défroqués observants des années 1530 mais ils semblent minoritaires. à quelques exceptions près, les prédicateurs luthériens issus du franciscanisme venaient de la province conventuelle, non de la province « salvatorienne62. »

  • 63 Ibid., p. 297-299.

29Les incertitudes subsistent donc, il faut en convenir, quant aux motivations des apostats de l’observance franciscaine hongroise. Au minimum, on peut penser qu’ils trouvaient l’ordre en décalage avec leurs attentes religieuses. L’attestent les faits suivants, connus depuis les travaux de Jenő Szűcs. Marc de Brescia, lecteur italien venu former les novices hongrois à partir de 1513 et accusé peu après par les dirigeants de la province hongroise d’introduire des « nouveautés » dangereuses dans son enseignement, fut brusquement rappelé en Italie à leur demande en mai 1514. Le commissaire Benoît Benkovich, à qui les dirigeants hongrois reprochaient de prendre ouvertement le parti des jeunes frères contre leurs supérieurs, faisait également partie du voyage63.

Le traitement des apostats

  • 64 R. Naz (dir.), op. cit., p. 672-673.
  • 65 Des exempla célèbres traduisent de façon imagée cette position de principe, notamment dans : Bonum (...)

30L’attitude des responsables provinciaux à l’égard des apostats confirme cette impression de sclérose. Réintégrer ou exclure, tel est l’éternel dilemme des congrégations régulières face à l’apostasie. La première solution a toujours été présentée comme devant l’emporter sur la seconde, afin de sauver coûte que coûte l’âme des intéressés – l’apostasie régulière entraînant, comme l’apostasie tout court, l’excommunication immédiate. Prévue par la législation canonique et pontificale (ainsi que le rappela une décrétale de Boniface VIII, s’il y avait abandon de l’habit), le recours à cette sentence était facilité par les autorisations données par le pape à chaque ordre, franciscains inclus, de pouvoir excommunier leurs apostats et tous ceux qui les aideraient dans leur démarche64. D’où l’insistance des théoriciens monastiques et mendiants sur la nécessité d’épargner aux apostats les flammes de l’Enfer, à la suite de Bernard de Clairvaux65, et l’obligation faite aux supérieurs monastiques et mendiants de rechercher les apostats et de les reconduire, de gré ou de force, dans leur établissement d’origine.

31Mais comment ramener les déserteurs dans l’obéissance ? Comment s’assurer de la sincérité de leur repentir ? En outre, il fallait les empêcher de « contaminer » d’autres frères. Pour ne pas sacrifier le bien de la communauté à celui de quelques individus, on appliqua partout des mesures prophylactiques consistant soit à exclure définitivement les apostats de l’ordre – lorsque les autres solutions avaient échoué –, soit à les arrêter pour les garder ensuite sous les verrous. Ce dernier procédé d’exclusion-réclusion conservait l’espoir de récupérer les malheureux qui couraient obstinément à leur perte, tout les empêchant de faire des émules et de ternir la réputation de l’ordre par leurs frasques, leurs prises de position hétérodoxes ou anticléricales et (surtout ?) par les rumeurs qu’ils colportaient sur la vie que l’on menait dans le couvent qu’ils avaient quitté.

  • 66 ... ab excommunicationis[/e] apostasia [...] absolvere, lit-on dans une charte du diocèse de Veszpr (...)

32En Hongrie aussi, l’apostasie régulière allait de pair avec l’excommunication, au point que les deux termes étaient presque synonymes66. Les chefs de la province franciscaine observante de Hongrie traitèrent le problème avec une rigueur et une sévérité croissantes au fil des ans. Avant 1510, les Constitutions de 1499 prévoyaient un large éventail de sanctions, de l’excommunication simple à l’incarcération plus ou moins longue des apostats, tout en les laissant à l’appréciation du custode ou du gardien qui viendrait à les croiser :

  • 67 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

« Item quilibet custos vel guardianus habeat potestatem excommunicandi, capiendi, incarcerandi ac poena alia puniendi apostatas aliarum custodiarum sive locorum67. »

33La peine ordinaire était la réclusion (omnis apostatans a familia nostra carceri mancipetur). Les pères appelaient néanmoins les responsables à faire preuve de clémence :

  • 68 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

« Verum tamen nullus apostat redire volens repellatur a familia secundum modum de officio reverendi patris vicarii dictum et hoc si de eo spes emendae appareat68. »

  • 69 J. Szűcs, « A ferences obszervancia... », op. cit., notamment p. 241-242 et « Ferences ellenzéki á (...)
  • 70 Premier formulaire, fol. 72, éd. J. Szűcs, « A ferences obszervancia... », op. cit., annexe 5, p.  (...)
  • 71 M.-M. de Cevins, « La circulation de l’information dans la province franciscaine observante de Hon (...)

34Puis vint le choc de la jacquerie de 1514. Lorsque certains prédicateurs franciscains initialement chargés de recruter des volontaires pour la croisade contre les Turcs – lancée par la papauté à grands renforts d’indulgences – choisirent de soutenir les paysans qui retournaient leurs armes contre leur seigneur, le primat qui leur avait confié cette mission les qualifia de « faux prédicateurs » inspirés par le diable, d’apostats et d’excommunicati69. Leur engagement suffit à discréditer l’observance hongroise toute entière, aussitôt montrée du doigt par l’autre branche de l’ordre et privée de ses soutiens à la cour et dans l’aristocratie. Les dirigeants observants décidèrent alors la poursuite et l’enfermement des apostats. Peu après le 15 août 1514, la rébellion à peine terminée, le vicaire ordonnait à tous les frères de dénoncer, d’arrêter et d’emprisonner les apostats afin de les empêcher d’exercer une influence néfaste pour l’ordre (nec dimittatur talis ulterius divagari et malum malo accumulare70). En parallèle, un dépistage systématique de l’apostasie fut mis en place. Les visiteurs furent chargés de repérer les apostats latents ou déclarés et, en cas de suspicion, d’interroger individuellement chacun des frères71. Ces entretiens en privé, qui rappellent les méthodes de l’Inquisition, furent maintenus en Hongrie en dépit des critiques des commissaires cismontains – auxquels les observants hongrois devaient théoriquement obéissance depuis leur rattachement à la familia cismontana en 1502.

  • 72 F. Kollányi, op. cit., p. 97-98, d’après le second formulaire, fol. 200.
  • 73 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 398.

35Un cran de plus dans la fermeté fut atteint dans les années 1530. Le provincial de Hongrie rappela aux custodes et gardiens hongrois, visiblement désemparés, deux points essentiels : primo, les apostats tombaient automatiquement sous le coup de l’excommunication ; secundo, il fallait les capturer avec l’aide du bras séculier, les emprisonner et les garder en captivité tant qu’ils ne se montreraient pas disposés à respecter la règle72. En 1537, le ministre Martin de Nágócs obtenait du roi Jean de Szapolya son concours dans l’arrestation des frères fugitifs sans que personne ne puisse s’y opposer73.

  • 74 F. Kollányi, op. cit., p. 98, d’après le second formulaire, fol. 67v.
  • 75 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 389.
  • 76 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 387 ; F. Kollányi, op. cit., p. 99. Source : V.(...)
  • 77 Item F. Franciscus de Coloswar rediens ex apostasia ex gratia habuit carceres trium dierum, qui ta (...)
  • 78 Ibid., t. II, p. 489 (actes du chapitre de 1537).

36Au même moment, la diminution des effectifs obligea les responsables à envisager des réintégrations. D’après le second formulaire, un custode écrivit à un apostat, d’un ton qui se voulait rassurant, que Dieu ne resterait pas insensible aux larmes de son remords. Il le priait instamment de revenir au plus vite parmi ses compagnons ou dans le couvent le plus proche, où il vivrait en sécurité74. Face à la crise des vocations, les dirigeants levaient les incapacités qui frappaient les frères délinquants : ils leur confièrent même des charges d’encadrement (gardien, voire custode !)75. Ils posaient toutefois leurs conditions, en exigeant des repentis qu’ils prouvent leur intention de s’améliorer et de ne pas retomber dans l’erreur. Les pères assemblés en chapitre refusèrent en 1535 la réintégration de Jacques de Torockó, considérant qu’il n’y avait aucun espoir pour qu’il guérisse (cum nulla spes emendandi de eo)76. Ils admirent François de Kolozsvár (Cluj) après trois jours de prison en précisant que s’il recommençait, il serait définitivement exclu de l’ordre77. Deux ans plus tard, ils interdirent aux membres de la province de recevoir Michel de Bodon, déclaré foncièrement mauvais (totus malus), même au cas où il reviendrait (si revertatur nullo modo recipiatur)78. Ces mesures furent-elles efficaces ? La courbe du nombre de frères semble indiquer que non. Mais il est probable que, sans ces précautions, la chute eût été plus vertigineuse encore.

37L’apostasie qui frappa la province hongroise des franciscains de l’Observance pendant les décennies 1510 à 1530 n’est manifestement pas celle des années précédentes : elle avait changé d’ampleur et de nature. Elle demeure d’interprétation délicate. La vie que l’on menait dans les couvents franciscains observants hongrois ne correspondait vraisemblablement pas à l’image que ses nouveaux membres s’en étaient faite. Incapables d’entamer un réel dialogue, et donc de donner un nouveau souffle à la réforme du franciscanisme, les dirigeants hongrois auraient favorisé sans le vouloir l’adhésion des plus déterminés à des courants hétérodoxes, parmi lesquels le luthéranisme.

  • 79 Voir par exemple, en français : Petr Hlaváček, « Les franciscains observants de Bohême à la fin du (...)

38Une comparaison avec les renégats franciscains d’Autriche, de Pologne et de Bohême permettrait de mieux dégager la spécificité de la crise du franciscanisme hongrois au début du XVIe siècle, en distinguant ce qui découlait du contexte national, dominé par la pression ottomane et l’insécurité générale après 1526, des autres facteurs de malaise. Dans ces trois pays, l’apostasie ne semble avoir pris des proportions importantes qu’en lien avec l’adoption du protestantisme, pas avant ; ce qui revient à assimiler apostats et luthériens79. On ne peut considérer pour autant qu’en Hongrie, la dynamique de réforme qui ébranla les ordres mendiants au bas Moyen Âge a hâté l’avènement du protestantisme. La chronologie montre qu’il s’agit de deux problèmes différents : la crise de conscience des frères mineurs hongrois n’est pas antérieure aux années 1510, à une époque où l’ordre incarnait la tradition plutôt que l’innovation.

  • 80 Ireneusz Wysokiński, « A középkori magyar domonkos rendtartomány felbomlása [La dissolution de la (...)

39L’exemple des frères prêcheurs hongrois, qui avaient accompli leur réforme sans rupture institutionnelle et conservaient des effectifs stables au tout début du XVIe siècle, offre un parallèle instructif. Observants ou non, ils subirent des départs répétés à partir des années 1520 et 1530 ; mais la plupart de ceux qui quittèrent la province de Hongrie sans autorisation rejoignirent des couvents italiens, autrichiens ou allemands. Par ailleurs, alors que les périls du voyage auraient dû les en décourager, les profès qui voulaient poursuivre leur formation intellectuelle et théologique préféraient fréquenter les studia italiens et germaniques plutôt que l’école supérieure de Buda80. Sortir du cadre national leur apparaissait donc nécessaire pour renouveler les sources de leur engagement.

Notes

1 L’intérêt de l’examen des franciscains observants pour la réflexion collective amorcée dans ce volume dépasse le champ du religieux. Il touche aux comportements de la noblesse, dont l’attitude à l’égard des frères mineurs réformés est passée en Hongrie d’un actif soutien (v. 1440-v. 1490) à une prise de distance allant jusqu’à soutenir les projets de fusion lancés par la branche conventuelle de l’ordre. Les nobles avaient-ils été déçus par l’action des observants ou voulaient-ils unifier la famille franciscaine à l’échelle du royaume ? La participation de quelques frères mineurs au soulèvement paysan de 1514 suscita ensuite leur méfiance. Ce n’est qu’après 1520 que des nobles portèrent secours aux couvents frappés par les destructions et le marasme économique. J. Karácsonyi, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig [Histoire de l’ordre de saint François en Hongrie jusqu’en 1711], Budapest, Magyar Tudományos Akadémia, 1922-1924, t. I et II ; M.-M. de Cevins, Les franciscains observants hongrois de l’expansion à la débâcle, Rome, Istituto Storico dei Cappuccini, Bibliotheca Seraphico-Capuccina 83, 2008, p. 367-470. L’étude des franciscains observants peut également éclairer les rapports entre vie régulière et crise sociale au début du XVIe siècle. Les travaux de Jenő Szűcs ont établi que, indignés par l’appauvrissement des paysans et parfois issus du même milieu, certains franciscains observants hongrois avaient participé activement aux violences antiseigneuriales du printemps 1514 et les avaient légitimées par des arguments millénaristes. J. Szűcs, « Ferences ellenzéki áramlat a magyar parasztháború és reformáció hátterében [La dissidence franciscaine dans le contexte de la jacquerie hongroise et de la Réforme] », Irodalomtörténeti Közlemények 1974, p. 409-439 ; trad. allemande : « Die oppositionelle Strömmung der Franziskaner im Hintergrund des Bauernkrieges und der Reformation in Ungarn », dans Études Historiques Hongroises 1985 (dir. F. Glatz et E. Pamlényi), t. I, Budapest, 1985, p. 483-514. Sans aller jusqu’à dénoncer l’ordonnancement de la société médiévale, les sermons des deux grands prédicateurs de la province hongroise, Pelbart de Temesvár et Oswald de Laskó, condamnent le mépris des aristocrates envers les rustici et établissent la supériorité de la noblesse de l’âme sur celle du sang. M.-M. de Cevins, « Le stéréotype du bon laïc dans les sermons franciscains hongrois de la fin du Moyen Âge », dans M. Grandière et M. Molin (dir.), Le stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 26-28.

2 Voir en priorité Kaspar Elm (dir.), Reformbemühungen und Observanzbestrebungen im spätmittelalterlichen Ordenwesen, Berlin, Duncker & Humblot (Ordensstudien vol. 6), 1989 ; Il rinnovamento del francescanesimo : l’Osservanza. Atti del’XI Convegno Internazionale di Studi Francescani (Assisi, 20-22 ottobre 1983), Assise-Pérouse, Centro di Studi Francescani, Università di Perugia, 1985 ; Duncan B. Nimmo, Reform and Division in the Franciscan Order (1226-1538) : from St. Francis to the Foundation of the Capuchins, Rome, BSC no 33, 1987 ; Frédéric Meyer et Ludovic Viallet dir.), Identités franciscaines à l’âge des réformes, vol. I (Foyers et réseaux de diffusion de l’Observance, circulation et transferts de religieux du début du XVe siècle au début du XVIIe siècle) et II (Choix collectifs et enjeux culturels. Début XVe-début XVIIe siècle), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2005 (Collection Histoires croisées).

3 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 231 et carte hors texte.

4 M.-M. de Cevins, « La religion des laïcs, vue par les prédicateurs franciscains hongrois de la fin du Moyen Âge », Specimina Nova I (Université de Pécs, Hongrie), 2001, p 147-168 ; Ead., « Le stéréotype... », op. cit., p. 15-49. L’impact des franciscains sur la piété populaire paraît néanmoins avoir été moins fort en Hongrie qu’en Pologne: M.-M. de Cevins, « The influence of Franciscan friars on popular piety in the kingdom of Hungary at the end of the fifteenth century », dans M. Craciun et E. Fulton (dir.), Religious Orders and the Secular World in East Central Europe, 1300-1800, Aldershot, Ashgate, sous presse. Pour la Pologne, voir la contribution de Hubert Łaszkiewicz.

5 Voir en particulier K. Elm (dir.), Reformbemühungen..., op. cit.

6 Raoul Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, t. I, Paris, Letouzey & Ané, 1935, p. 640-674 ; Alfred Vacant et alii, Dictionnaire de Théologie Catholique, t. I, col. 1602 et t. XIII, vol. 2, col. 2179-2180, Paris, Letouzey & Ané, 1909 et 1937.

7 Approche juridique dans Laurent Mayali, « Du vagabondage à l’apostasie. Le moine fugitif dans la société médiévale », dans D. Simon (dir.), Religiöse Devianz. Untersuchungen zu sozialen, rechtlichen und theologischen Reaktionen auf religiöse Abweichungen im westlichen und östlichen Mittelalter, Frankfurt am Main, Klostermann, 1990, p. 121-142 (non consulté).

8 Faute de pouvoir citer les travaux et éditions de sources relatifs à l’apostasie régulière, je renvoie le lecteur aux références bibliographiques réunies par Gerhard Jaritz dans : « ... monasterium ipsum (sine licentia) exivit. A Familiar Image for the Fifteenth-Century Dioceses of Passau and Salzburg? », dans G. Jaritz, t. Jørgensen, K. Salonen (dir.), « ... et usque ad ultimum terrae ». The Apostolic Penitentiary in Local Contexts, Budapest-New York, Central European University, 2007, p. 85-86, notes 1 et 2.

9 . G. Jaritz, op. cit., p. 84-93; Id., « Cistercian Migrations in the Late Middle Ages », dans E. Rozanne Elder (dir.), Goad and Nail, Kalamazoo, Cistercian Publications, 1985, p. 191-200.

10 R. Naz (dir.), op. cit., p. 667-668 ; A. Vacant et alii, op. cit., t. XIII, vol. 2, col. 2179-2180.

11 Exemples allemands dans : L. Schmugge, P. Hersperger, B. Wiggenhauser (éd.), Die Supplikenregister der päpstlichen Pönitentiarie aus der Zeit Pius’II, Tübingen, Max Niemeyer, 1996 ; L. Schmugge et alii (éd.), Repertorium Poenitentiariae Germanicum, vol. 1-6 (1431-1484), Tübingen, Max Niemeyer, 1996-2005.

12 Présentation détaillée dans M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 19-25, 627-634.

13 I. Batthyány, Leges ecclesiasticae regni Hungariae et provinciarum adiacentium (Claudiopoli, 1827), t. III, p. 609-635 [constitutions de 1499], p. 647-649 [1505], 650-653 [1507], 667-669 [1515] ; V. Bunyitay, R. Rapaics, J. Karácsonyi, F. Kollányi, J. Lukcsics, Egyháztörténelmi emlékek a magyarországi hitújítás korából (Monumenta ecclesiastica tempora innovatae in Hungaria religionis illustrantia), Budapest, Akademiai kiadó, 1902-1912, 5 vol, ici t. II, p. 462-519 [tables capitulaires des chapitres provinciaux de 1531-1552].

14 Budapest, Bibliothèque Nationale de Hongrie (Országos Szécsényi Könyvtár), Département des manuscrits (Kézirattár), ms Codex Latinus medii aevi no 432.

15 Ibid., ms Oct. Lat. no 775. Antal Molnár en prépare actuellement l’édition.

16 F. Kollányi, « Magyar ferenczrendiek a xvi. század első felében [Les franciscains hongrois dans la première moitié du XVIe siècle] », Századok 32 (1898), p. 317-327, 405-419, 510-518, 600-620, 716-731, 814-821, 909-930 et Budapest, Atheneum, 1898.

17 Édition : F. Toldy, Analecta monumentorum Hungariae historicorum litterariorum maximum inedita, t. I, Pest, 1862 (reprint Budapest, MTA, 1986), p. 213-315, sous le titre « Blasii de Zalka et continuatorum eius Cronica fratrum minorum de observantia provinciae Boznae et Hungarie ». Édition réalisée à partir d’un autre manuscrit plus fragmentaire : E. Fermendžin, « Chronicon observantis provinciae Bosnae Argentinae ordinis Sancti Francisci Seraphici », dans Starine JAZU 22 (Zagreb, 1890), p. 1-67.

18 Aucune édition critique intégrale de ces sermons (Sermones dominicales, de sanctis, de tempore, quadragesimales) n’ayant été entreprise à ce jour, il faut se contenter des incunables et des éditions du XVIe siècle.

19 Voir « Ferences ellenzéki áramlat... », op. cit. ; « A ferences obszervancia és a 1514. évi parasztháború. Egy kódex tanúsága [L’observance franciscaine et la guerre paysanne de 1514. Les enseignements d’un manuscrit] », Levéltári Közlemények 43 (1972), p. 213-263 ; « Dózsa paraszháborújának ideológiája [L’idéologie de la guerre paysanne de Dózsa] », Valóság 15/11 (1972), p. 12-39. Ces développements ne sont certes pas dénués d’arrière-pensées partisanes : Jenő Szűcs a tenté, en plein régime communiste, d’étayer le postulat initial d’une dissidence franciscaine à visée révolutionnaire. Son argumentaire s’appuie néanmoins sur d’irréfutables preuves documentaires.

20 János Harmatta (dir.), Lexikon Latinitatis Medii Aevi Hungariae. A magyarországi középkori latinság szótára, vol. I, Budapest, Akadémiai kiadó, 1988, p. 197, entrées « apostasia », « apostata », « apostatans », « apostatatio », « apostaticus », « apostato ».

21 J. Harmatta (dir.), op. cit., p. 197, entrée « apostata », c).

22 F. Kollányi, op. cit., p. 816.

23 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

24 Oswald de Laskó, Biga Salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Pelbart de Temesvár applique les termes d’apostasia et d’apostatatio aux Sarrasins et aux « mauvais chrétiens » ayant abjuré la religion du Christ, non aux frères mineurs. Voir notamment Pomerium, Sermones de Sanctis, Pars Hiemalis, sermo LVII G.

25 J. Szűcs, « A ferences obszervancia... », op. cit., p. 245 et « Ferences ellenzéki áramlat... », op. cit., p. 414-415.

26 Premier formulaire, fol. 73v, 75-76v, éd. M.-M. de Cevins, dans Les franciscains..., op. cit., p. 515-516 (voir extrait cité infra).

27 Premier formulaire, fol. 4-4v ; éd. : ibid., p. 492-493.

28 Premier formulaire, fol. 201v, 205v-206 ; éd. ibid., p. 499. Dans la seconde exhortation, le ministre Albert de Dereszlény reprend presque mot pour mot les déclarations de Gabriel de Pécsvárad : Tales nimirum prout angelum apostatam abeuntes eos in similitudinem transformantur, qui dum suo Conditori perversa voluntate reluctans subesse recusaret, Regnum celeste perdidit et gloriam eternam addictus est ad gehennam.

29 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., en particulier chapitre 8, p. 311-336.

30 Premier formulaire, fol. 73.

31 Ego, inquit, pater charissime, meam obedientiam vendidi Christo domino pro se et pro regno suo, sed vere pauci hec intelligunt. Oswald de Laskó, Biga Salutis, Quadragesimale, Sermo 19 ; cité par J. Szűcs, « Ferences ellenzéki áramlat... », op. cit., p. 419.

32 Apostasia [...] est temerarius a statu fidei et obedientie ecclesiastice vel religionis Christiane [...] recessus Pomerium, Sermones Hiemales, sermo LVII, G.

33 Premier formulaire, fol. 73v, éd. M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 492-493.

34 Premier formulaire, fol. 201v.

35 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 93-94.

36 Quam multi falsorum fratrum in vita depravata scandalizati pereunt et damnarunt. Premier formulaire, fol. 7, éd. M.-M. de Cevins, ibid., p. 495.

37 Premier formulaire, fol. 7, ibid., p. 495.

38 Biga Salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Cité par R. Horváth, Laskai Ozsvát [Oswald de Laskó], Budapest, Sárkány-Nyomda Részvénytársaság Műintézete, 1932, p. 70-71.

39 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 76-77.

40 J. Szűcs, « Ferences ellenzéki... », op. cit., p. 419.

41 G. Galamb, Marchiai Jakab prédikációs és inkvizítori tevékenysége (A ferences obszervancia itáliai, boszniai és magyarországi szerepéhez) [L’activité prédicante et inquisitoriale de Jacques de la Marche (à propos du rôle de l’observance franciscaine italienne, bosniaque et hongroise)], Budapest, Thèse de Doctorat, 2001 (dactyl.), p. 163, 188-193.

42 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 74-75, d’après un manuscrit du « bullaire de Gyöngyös », fol. 99-100 ; autre transcription consultable : Szeged, Archives du comitat de Csongrád, ms XII. 4, a/18, p. 99.

43 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 76-77 ; Szeged, Archives du comitat de Csongrád, ms XII. 4 a/18, p. 100.

44 Biga salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Voir aussi R. Horváth, op. cit., p. 70-71.

45 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 628.

46 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

47 Le texte original n’a pas subsisté mais János Karácsonyi en résume une transcription de 1516 dans op. cit., t. I, p. 369-370, t. II, p. 576.

48 Item si aliquis accusatus fuerit de peccato gravi et enormi, date audientiam eidem (nisi timendum esset de apostasia ejus cum scandalo, quia tunc esset differendum)... Premier formulaire, fol. 75 v, éd. M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op cit., p. 516.

49 F. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 385; Urbanus Fridrich, Historia Provinciae Hungariae SS. Salvatoris, Cassoviae, 1759, t. I, p. 26-28; F. Kollányi, op. cit., p. 29-30, 47.

50 V. Bunyitay et alii (éd.), op. cit., p. 462-519. Voir aussi J. Szűcs, « Ferences ellenzéki áramlat... », op. cit., p. 426.

51 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 389.

52 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 389-390.

53 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 398.

54 F. Kollányi, op. cit., p. 97, d’après le second formulaire, fol. 16.

55 F. Kollányi, op. cit., p. 97, d’après le second formulaire, fol. 39.

56 Les dispositions prises en 1495 et 1497 en accord avec le vicaire observant visaient certainement à protéger les conventuels des départs en direction de l’observance. Les dirigeants conventuels se plaignirent au pape en 1505 de ce que les cisterciens et les prémontrés accueillaient leurs apostats. Le chapitre provincial de 1533 ordonna aux frères errants de retourner dans leur établissement d’origine... en vain. J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 78, 96.

57 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 369-373 et graphique no 1, p. 572.

58 Biga Salutis, Quadragesimale, Sermo 19. Cité dans J. Szűcs, « Ferences ellenzéki áramlat... », op. cit., p. 419.

59 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 334-336.

60 Aperçu dans Antal Molnár, « Egy válság anatómiája [Anatomie d’une crise] », Buksz 2008, p. 220, qui se fonde notamment sur un article de Madame (Zoltán) Soltész, « XVI. századi könyvgyujtők kötetei a gyöngyösi műemlék könyvtár antikva-gyűjteményében [Les volumes du XVIe siècle dans la collection d’ouvrages anciens de Gyöngyös] », Országos Széchényi Könyvtár Évkönyve 1964-1966, Budapest, 1966, p. 115-148.

61 Ibid., p. 337-352 et voir infra.

62 Ibid., p. 453-462.

63 Ibid., p. 297-299.

64 R. Naz (dir.), op. cit., p. 672-673.

65 Des exempla célèbres traduisent de façon imagée cette position de principe, notamment dans : Bonum universale de apibus, trad. H. Platelle, Les exemples du Livre des abeilles, Turnhout, 1997, p. 221-222, no 187 ; Collectaneum exemplorum et visionum Clarevallense, O. Legendre (éd.), Turnhout, Brepols, 2005 (Corpus Christianorum, Continuatio medievalis 208), p. 229, p. 321-322 ; G. Blangez (éd.), Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux, Paris, SATF, 1979-1986, 2 vol., p. 708, no 1-10.

66 ... ab excommunicationis[/e] apostasia [...] absolvere, lit-on dans une charte du diocèse de Veszprém en 1453 à propos de franciscains quittant leur couvent pour entrer chez les ermites de saint Augustin. V. Fraknói, J. Lukcsics (éd.), Monumenta Romana episcopatus Vesprimiensis. A veszprémi püspökség római oklevéltára, Budapest, 1899-1907, t. III, p. 145 ; cité par J. Harmatta (dir.), op. cit., p. 197, « apostasia », 3.

67 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

68 I. Batthyány (éd.), op. cit., t. III, p. 629.

69 J. Szűcs, « A ferences obszervancia... », op. cit., notamment p. 241-242 et « Ferences ellenzéki áramlat... », op. cit., p. 413.

70 Premier formulaire, fol. 72, éd. J. Szűcs, « A ferences obszervancia... », op. cit., annexe 5, p. 260.

71 M.-M. de Cevins, « La circulation de l’information dans la province franciscaine observante de Hongrie au tournant des XVe et XVIe siècles », dans François Brizay (dir.), La circulation de l’information dans l’histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, sous presse.

72 F. Kollányi, op. cit., p. 97-98, d’après le second formulaire, fol. 200.

73 J. Karácsonyi, op. cit., t. I, p. 398.

74 F. Kollányi, op. cit., p. 98, d’après le second formulaire, fol. 67v.

75 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 389.

76 M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 387 ; F. Kollányi, op. cit., p. 99. Source : V. Bunyitay et alii (éd.), op. cit., t. II, p. 482 (actes du chapitre de 1535).

77 Item F. Franciscus de Coloswar rediens ex apostasia ex gratia habuit carceres trium dierum, qui tandem moneatur quod si deinceps se non emendaverit aut in aliquo gravi defectu deprehensus fuerit expelletur ex ordine. Ibid., t. II, p. 482.

78 Ibid., t. II, p. 489 (actes du chapitre de 1537).

79 Voir par exemple, en français : Petr Hlaváček, « Les franciscains observants de Bohême à la fin du Moyen Âge : entre particularisme national, anti-intellectualisme et non-conformisme religieux », Études franciscaines, n. s. 2 (2009), fasc. 1, p. 81-98.

80 Ireneusz Wysokiński, « A középkori magyar domonkos rendtartomány felbomlása [La dissolution de la province dominicaine médiévale de Hongrie] », dans A. P. Illés, B. Zágorhidi (dir.), A domonkos rend Magyarországon [L’ordre des dominicains en Hongrie], Piliscsaba-Budapest-Vasvár, PPKE-METEM-DRGY, 2007, p. 77-88, ici p. 80-81, 78-79.

Table des illustrations

Légende D’après M.-M. de Cevins, Les franciscains..., op. cit., p. 557.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/105206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540