Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Troisième partie. Les ferments de modernité religieuse

Les moines et l’économie en Hongrie à la fin du Moyen Âge

Beatrix Fülöpp-Romhányi

Texte intégral

1À la fin du Moyen Âge, l’économie européenne a connu de profonds bouleversements. La fin de la guerre de Cent ans a ouvert la voie à un développement rapide. Le foyer essentiel de ce développement a été sans nul doute la partie occidentale du continent, mais les pays d’Europe centrale – même si ce fut à divers degrés – en ont aussi bénéficié. La présente contribution touche à un domaine particulier de l’histoire économique européenne : elle se propose, à partir de l’exemple du royaume de Hongrie, d’examiner le rôle des moines dans la production et les échanges, ainsi que les inflexions de l’économie monastique au cours des XVe et XVIe siècles.

2Avant d’en venir au cœur du sujet, il convient de dresser en quelques mots un bilan global des sources. Tout chercheur hongrois sait que les archives médiévales des monastères et des ordres religieux présents en Hongrie sont extrêmement fragmentaires pour cette période. La plus grande partie des documents ayant survécu concerne la vie économique, et plus précisément les domaines fonciers. Cela s’explique par le sort de leurs archives à la veille de l’occupation ottomane. En effet, lorsque les moines durent fuir en abandonnant leur établissement, ils sauvèrent ce qui était le plus important dans la perspective d’un retour : les documents relatifs à leurs terres et à leurs droits, qui garantissaient les conditions matérielles d’un nouveau départ. Il y eut certes des pertes accidentelles, aux XVIe et XVIIe siècles comme dans les siècles suivants. Elles expliquent que nous ne disposions aujourd’hui que d’un corpus documentaire lacunaire. Les affirmations qui suivent demeurent par conséquent à l’état d’hypothèses, même si le nombre de chartes dépouillées leur confère pratiquement une valeur de certitude statistique.

Le contexte monastique hongrois

  • 1 Sur l’histoire des franciscains observants en Hongrie, voir Marie-Madeleine de Cevins, Les francis (...)
  • 2 L’historien allemand Kaspar Elm emploie cette expression à propos des ermites de saint Paul.

3Le XVe siècle a vu la majorité des congrégations régulières présentes en Hongrie reprendre de l’allant, à l’exception des ordres monastiques issus de la famille bénédictine, qui durent attendre la fin du XVe et le début du XVIe siècle pour être réformés. Le mouvement de la devotio moderna et les réformes à l’intérieur des différents ordres, par exemple chez les franciscains et les dominicains, donnèrent une nouvelle impulsion aux fondations. C’est surtout la branche observante des franciscains qui en profita1, avec plusieurs douzaines de créations ; mais d’autres ordres ont également enregistré des fondations. Parmi eux, on mentionnera en priorité les ermites de saint Paul (ou « pauliniens »), cet ordre érémitique constitué en Hongrie au XIIIe siècle qui évolua en ordre « pseudo-mendiant »2 au cours des XIVe et XVe siècles.

4L’essor des réguliers dans le royaume magyar aboutit à un total que l’on situe entre 350 et 400 couvents et monastères vers 1500 (tous ordres confondus), à leur apogée numérique pour le Moyen Âge. Certes, au moins en valeur absolue, le nombre de moines et de frères restait globalement inférieur à celui que l’on trouvait dans les royaumes d’Europe occidentale.

  • 3 Jenő Szűcs, « A ferences obszervancia és az 1514. évi parasztháború : egy kódex tanulsága [L’obser (...)
  • 4 Une liste des dominicains de Transylvanie dressée en 1525 fournit le nom de 172 frères. Beatrix F.(...)
  • 5 Les données concernant les effectifs des prieurés pauliniens ont été récemment publiées dans : Bea (...)
  • 6 Géza Érszegi, « Hétköznapok a középkorvégi magyarországi bencés monostorokban [La vie quotidienne (...)

5La plus grande congrégation était celle des franciscains observants. Au début du XVIe siècle, vers 1509, la province hongroise comptait 1 700 frères ; même après la peste de 1510 – à laquelle succombèrent quatre cents frères –, ils étaient encore 1472 en 15233. Les frères prêcheurs étaient au nombre de six cents environ4, les pauliniens environ cinq cents5. Inversement, lorsqu’en 1508 l’abbé de Pannonhalma Máté Tolnai (Mathieu de Tolna) inspecta les monastères hongrois, il ne trouva que 46 moines bénédictins dans les 17 abbayes visitées, situées principalement en Transdanubie6. Même en leur additionnant les monastères non inspectés, le nombre total de bénédictins hongrois ne devait pas dépasser la centaine.

  • 7 Ferenc Hervay, « Die Geschichte der Zisterzienser in Ungarn », dans J. Perschy (dir.), 800 Jahre Z (...)
  • 8 Les abbayes des bénédictins et des chanoines de Prémontré subirent elles aussi de lourdes pertes e (...)

6À la fin du XVe siècle, les visiteurs cisterciens décrivaient une situation assez semblable7. Quand Mathias Corvin décida de relancer la réforme des ordres monastiques, il apprit que les abbayes cisterciennes étaient pour ainsi dire désertes. En 1478, au début de son programme, le roi mit fin à l’existence de l’abbaye de Kerc en Transylvanie. Puis il s’entendit avec le chapitre général de l’ordre en 1480 pour trouver le moyen de ranimer les abbayes hongroises. C’est dans ce cadre que des monastères entiers – abbés compris – arrivèrent de différentes abbayes allemandes pour repeupler sept monastères. En dépit de ces efforts, le manque de vocations locales puis l’arrivée du protestantisme et l’occupation ottomane au début du siècle suivant entravèrent le succès à long terme de ces initiatives. Ajoutons qu’aucune des abbayes cisterciennes fondées en Hongrie au cours du Moyen Âge ne survécut aux tempêtes des XVIe et XVIIe siècles8.

L’évolution générale du temporel des abbayes

  • 9 Le début du processus remonte à la fin du XIIIe siècle, comme les recherches de Ferenc Maksay et d (...)
  • 10 Budapest, Archives Nationales de Hongrie (Magyar Országos Levéltár), abrégé en MOL dans les notes (...)
  • 11 MOL, Dl 87199 (19 déc. 1346).
  • 12 MOL, Dl 3958 (19 déc. 1347).
  • 13 MOL, Dl 91910 (28 févr. 1385).
  • 14 Béla Gyéressy, Ferenc Hervay, Melinda Tóth (éd.), Documenta Artis Paulinorum I-III, Budapest, 1975 (...)

7On constate simultanément un changement dans la structure du temporel des différents établissements réguliers. La tendance générale fut de stabiliser et d’équilibrer les revenus, en les transformant en argent. Les premiers exemples se trouvent dans des chartes de provenance bénédictine rédigées au milieu du XIVe siècle, lorsque les abbés affermèrent leurs domaines en échange de certaines sommes d’argent à différentes personnes puis à d’autres monastères9. Quelques exemples l’attestent. Ainsi, en 1344, l’abbaye de Garamszentbenedek loua deux de ses étangs piscicoles, situés dans le comitat de Csongrád, pour 40 marcs, à trois individus dont un bourgeois de Pest, boucher de son métier10 ; en 1346, l’abbaye de Szekszárd afferma son domaine de Besenyő, à Báta, pour une durée de 40 ans à Maître Töttös de Becse, huissier royal11 ; en 1347, l’abbaye de Muraszentkereszt loua ses terres situées dans les villages de Schepand et Dulanch, en Slavonie, à Nicolas, fils d’Étienne de Lindva, ancien ban (banus) de Slavonie12 ; en 1385, le chapitre collégial d’Arad certifia que Nicolas, fils d’Étienne, lui-même fils de Pósa de Szer, et son cousin Ladislas avait bien versé le loyer dû à l’abbaye de Bizere pour les domaines monastiques qu’ils avaient reçus en bail13. Peu après, en 1414, Pierre, abbé de Csatár, loua le domaine de Filefölde au monastère paulinien de Jenő14. Des affaires similaires affleurent au XVe siècle dans les chartes de plusieurs monastères cisterciens et prémontrés. Il est vrai qu’à cette période, la majorité de ces abbayes se trouvait déjà entre les mains de commendataires dont l’ambition principale était de réaliser le plus grand profit possible.

  • 15 Corpus Iuris Hungarici. Magyar Törvénytár, 1000-1526, Budapest, 1899, p. 606.
  • 16 Pongrác Sörös (dir.), A Pannonhalmi Szent Benedek Rend története : Elenyészett bencés apátságok [H (...)

8Ce n’est pas un hasard si l’article 20 du décret de 1498 qui détermina les effectifs des troupes mobilisables pour la défense du pays énumère plusieurs abbayes : les abbayes bénédictines de Pannonhalma et de Pécsvárad, l’abbaye cistercienne de Pétervárad et le prieuré cartusien de Lövöld furent contraints de lever chacun(e) un contingent de 200 cavaliers ; l’abbaye de Szekszárd 100, celle de Zobor 5015. Observons que les quatre plus importants monastères se situaient au même niveau de prestations que les évêques de Győr, de Vác et de Veszprém, ou encore que les chapitres cathédraux d’Esztergom, d’Eger et de Várad. Pourtant, on le sait, la vie monastique agonisait dans ces établissements. Zobor perdit même son autonomie en 1468 : l’archevêque d’Esztergom Jean Vitéz occupa le monastère et l’incorpora au temporel de l’évêché de Nitra. Les derniers moines quittèrent Zobor en 147116.

9Les recherches concernant l’économie monastique et la gestion des domaines ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge en sont encore, il faut l’avouer, à leurs balbutiements. On ne connait pas en détails les changements survenus entre le XIVe et le XVIe siècle. Parmi les nombreuses interrogations qui subsistent, j’en mentionnerai quatre. Les bouleversements du milieu du XIVe siècle – notamment l’introduction de la redevance seigneuriale du neuvième (nona) dans les domaines laïques – ont-ils pesé sur l’économie monastique ? Quelles méthodes gestionnaires étaient appliquées dans les domaines monastiques et comment évoluèrent-elles entre le XIVe et le XVe, voire le début du XVIe siècle ? Quelles furent les conséquences de l’institution au tournant des XIVe et XVe siècles des commendataires (commendatores) sur la gestion foncière des établissements monastiques ? Et quels effets eurent les réformes entamées un siècle plus tard au sein des différents ordres ? Toutes ces questions ne pourront trouver une réponse qu’après l’examen attentif des sources.

Les méthodes gestionnaires des ermites de saint Paul

  • 17 Pour la famille Kanizsa (ou Kanizsai) : MOL, Dl 7818 (14 déc. 1392) ; András Végh, Buda város közé (...)
  • 18 MOL, Dl 34532 (26 janv. 1487) ; E. Mályusz (éd.), « A szlavóniai és horvátországi középkori pálos (...)
  • 19 MOL, Dl 34374 (29 sept. 1364) ; E. Mályusz (éd.), op. cit., III, no 187 ; MOL, Dl 34376 (22 sept. (...)

10L’organisation domaniale la mieux connue par la documentation est celle des pauliniens. Après 1308 – date de la reconnaissance officielle de l’ordre par le légat Gentile – la structure foncière des monastères s’est progressivement transformée. Au milieu du XIVe siècle, les moulins et probablement les vignes procuraient déjà d’importants revenus en argent aux ermites. À la fin du siècle, les plus puissants magnats du royaume – les familles Kont, Kanizsai ou Cudar – concédèrent plusieurs maisons de Buda à différents établissements pauliniens17. La majorité de ces maisons ne demeura pas longtemps entre les mains des moines. Celles qui étaient en leur possession à la fin du Moyen Âge comptaient néanmoins parmi leurs biens fonds les plus précieux et étaient généralement mises en location. Ils avaient également d’autres maisons liées à des prébendes ecclésiastiques. Un troisième groupe de maisons urbaines servait à la commercialisation du vin produit sur les terres des prieurés pauliniens – à Zagreb par exemple18. Les moines n’avaient pas attendu ces donations pour posséder des maisons urbaines : les archives du monastère Saint-Sauveur, sur les rives de l’Adriatique, contiennent des chartes mentionnant la location de maisons situées à Senj (en Croatie, en hongrois Zengg) dès les années 136019. On peut supposer que ces pratiques témoignant d’une gestion « capitaliste » du temporel foncier ont pénétré ensuite de Dalmatie jusque dans les établissements du centre (hongrois) de l’ordre.

  • 20 Édition de la charte de Louis Ier : Gregorius Gyöngyösi, Vitae Fratrum Eremitarum Ordinis S. Pauli (...)
  • 21 Budapest, Bibliothèque universitaire (ELTE Egyetemi Könyvtár), Cod. Lat. 131, Formularium, fol. 59(...)

11Outre les moulins, les maisons urbaines et les vignes, les ermites de saint Paul percevaient une quatrième source de revenu : le sel. Le roi Louis Ier d’Anjou (Louis le Grand) fit don aux ermites d’une quantité de sel annuelle valant 300 florins d’or. Cette donation fut confirmée successivement par Sigismond de Luxembourg, Albert Ier, Vladislav (ou Wladislas) Ier, Ladislas V, Mathias Corvin et Vladislav II20. Le formulaire paulinien des années 1530 reproduit quatre chartes demandant une livraison de sel, lequel paraît représenter alors une fraction considérable des ressources de l’ordre21.

  • 22 Formularium fol. 53r-v. La première charte est probablement une compilation car en 1515 et 1516 le (...)
  • 23 Michael Stenczel était un bourgeois de Buda originaire de Bardejov (aujourd’hui en Slovaquie, en h (...)

12Tous ces revenus perçus en argent servaient d’assise financière pour consentir des prêts hypothécaires. Une des premières affaires de ce type concerne la ville de Buda, qui emprunta 2 000 florins d’or aux moines, remboursables en cinquante ans, dans les années 1440. Un contrat analogue fut établi avec la ville de Vienne au début du XVIe siècle22. Dans le deuxième cas, on note qu’un notable de Buda, Michael Stenczel23, apparaît comme le procureur de l’ordre, un élément qui reflète les bons rapports entre l’ordre paulinien et la ville. Ces deux exemples ne représentent qu’une infime partie des cas connus, même s’ils impliquent des montants exceptionnellement élevés. Nombre de monastères prêtaient des sommes plus ou moins importantes, principalement aux nobles de la région. Ceux-ci les gageaient sur leurs terres. Or, faute de liquidités permettant de rembourser leurs dettes, ils parvenaient rarement à les récupérer. Le temporel foncier de l’ordre paulinien s’accrut d’autant. En outre, ce processus favorisa l’évolution « capitaliste » de la gestion des institutions monastiques car les domaines acquis par hypothèque étaient baillés à ferme, selon un processus qui se renforça dans les années 1530 et 1540. Précision utile : ce type de gestion des domaines semble ne pas avoir eu cours dans les maisons non hongroises de cet ordre : on ne trouve semblables affaires ni en Pologne, ni en Autriche, ni en Allemagne. Cela peut s’expliquer par l’insertion des moines dans la société locale, différente selon les pays. En Pologne par exemple, les appuis de l’ordre étaient des évêques et les familles nobles apparentées à ces évêques, ou bien des membres de la cour royale. Et la noblesse rurale y était bien plus puissante qu’en Hongrie.

Des difficultés persistantes

  • 24 MOL, Dl 16606 ; György Bónis (éd.), Szentszéki regeszták. (Iratok az egyházi bíráskodás történetéh (...)
  • 25 MOL, Dl 88534 (1472) ; Gy. Bónis (éd.), op. cit., no 3200. L’appel s’adresse principalement à la v (...)
  • 26 MOL, Dl 18926 (1484) ; Gy. Bónis (éd.), op. cit., no 3471. Une charte similaire a été promulguée e (...)
  • 27 B. Romhányi, « Egy régi... », op. cit., p. 237-238.
  • 28 János Karácsonyi, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig [Histoire de l’ordre de (...)

13Certains conflits opposant les ermites de saint Paul au clergé séculier concernent également l’économie. En 1468, le vicaire d’Esztergom obligea plusieurs curés des diocèses d’Esztergom, de Győr et de Veszprém à rembourser leurs dettes auprès du monastère d’Örményes24. Des cas analogues sont enregistrés en 147225 et en 148426. Les querelles entre frères mendiants et clercs paroissiaux portaient généralement sur les principes théoriques, par exemple entre le couvent des Prêcheurs de Sighişoara (aujourd’hui en Roumanie, en hongrois Segesvár, en allemand Schäßburg) et le curé de Volkány Nicasius, auparavant prédicateur dans diverses grandes villes de Transylvanie, notamment Cluj (Kolozsvár ou Klausenburg) et Bistriţa (Beszterce, Bistritz). L’histoire nous est parvenue grâce à un document écrit par le supérieur du couvent de Sighişoara au début du XVIe siècle. Il précise que le « plus grand adversaire » de l’ordre (in principio maximus emulus et persecutor ordinis) se convertit à la fin de sa vie, renonça à ses biens au profit des dominicains et se fit enterrer dans leur église, devant l’autel Saint-Dominique et dans l’habit de l’ordre. La satisfaction du prieur est manifeste à en juger par la longueur du récit27. D’autres conflits avaient un enjeu économique impliquant les laïcs. Invoquons ici l’exemple du moulin des franciscains de Bistriţa. Celui-ci ayant été réduit en cendres au début des années 1520, les religieux demandèrent l’aide de la ville pour reconstruire le moulin ; mais les magistrats refusèrent catégoriquement, arguant de ce que les franciscains n’auraient jamais dû posséder ce moulin. Leur intention ne fait aucun doute : la concurrence du moulin des franciscains était devenue gênante28. Les monopoles dont bénéficiaient les établissements réguliers, voire l’existence de moulins leur appartenant, occasionnèrent ailleurs aussi des litiges.

  • 29 Bulle pontificale promulguée le 1er juin 1475 et publiée dans R. P. Mortier (éd.), Histoire des ma (...)
  • 30 Franz Zimmermann, Carl Werner, Georg Müller (éd.), Urkundenbuch zur Geschichte der Deutschen in Si (...)
  • 31 B. Romhányi, « Egy régi... », op. cit., p. 237.
  • 32 Beatrix F. Romhányi, « Domonkos kolostorok birtokai a későközépkorban [Les possessions des couvent (...)

14Après 1475 – lorsque le pape Sixte IV restreignit le caractère mendiant de l’ordre des Prêcheurs en autorisant officiellement leurs couvents à conserver les biens meubles et immeubles qu’ils recevaient par testament ou pro anima29 –, on trouve un certain nombre de domaines entre les mains des dominicains hongrois. Mais les donations posèrent malgré tout des difficultés, en Hongrie comme ailleurs. En 1465, le vice-voïvode de Transylvanie Miklós de Vízakna (Nicolas de Vizakna) légua une grange au couvent dominicain de Sighişoara, à condition que sa famille puisse la racheter pour 350 florins. Sa veuve et son neveu entamèrent aussitôt des négociations avec les religieux et ils en payèrent une partie, mais ils mirent trente ans à verser l’intégralité de la somme requise ; le dernier versement, de 27 florins, fut même converti en une chasuble30. En 1501, l’évêque de Bosnie, Gabriel Polnar fît son testament dans l’abbaye bénédictine de Kolozsmonostor en présence de frères prêcheurs de Cluj. Il émit le vœu d’être enseveli dans l’église de Sighişoara et donna aux frères de nombreux objets en argent ainsi que 4 000 florins. Il céda en outre un plat en argent à chaque couvent de la province dominicaine de Hongrie. Ces dispositions provoquèrent un tollé dans la famille du testateur. Comme l’écrit le prieur Fabri,... et sic sub grandi fulminacione maledictionis suorum consangwineorum (sic !) mandavit exequi testamentum et sic in manibus fratrum suam deo redidit animam et sepultus est, iuxta quod mandaverat, hic circa altare... L’exécution du testament prit des années car la famille refusait de payer les 4 000 florins. Finalement, Antoine Polnar, frère du défunt et alors maire de Sighişoara, trouva une issue au conflit en donnant au couvent une grange et un jardin situés à côté du pont du Küküllő. En sus, il donna son manteau pour en faire une cappa en soie pour les offices et deux chasubles, offrandes pour lesquelles le couvent s’engagea à commémorer perpétuellement les mérites du donateur. Là aussi, la remise des sommes d’argent semble avoir posé des difficultés31. C’est peut-être en raison du besoin de liquidités des donateurs que nombre de couvents mendiants (dominicains mais aussi franciscains conventuels) recevaient dès la fin du XIVe siècle des domaines fonciers dont une partie demeura finalement en leur possession. À la fin du Moyen Âge, la moitié environ des couvents dominicains hongrois étaient propriétaires de terres, certes d’étendue modeste32.

  • 33 Noémi Gyöngyvér Szabó, « Monasztikus férfikolostorok társadalmi kapcsolatai a 15-16. Században a v (...)

15Un autre exemple provient d’une région et d’un ordre différents : en 1449, le prieur prémontré de Csorna dut réclamer en justice l’exécution du testament de Guillaume de Fraknó, qui avait concédé des terres aux chanoines. Ses cousins, membres du lignage des Haraszti, dont l’un avait été notaire royal, avaient fait obstacle à l’application de ses dernières volontés. Le procès aboutit à un accord de compromis selon lequel le prieur obtint le domaine figurant dans le testament, en échange de la promesse d’établir gracieusement des chartes à la demande de la famille du testateur par le locus credibilis (bureau d’authentification) du prieuré de Csorna, comme cela était déjà l’usage par le passé. Cette clause prouve que les parents du défunt préféraient renoncer à une terre plutôt que d’avoir à rétribuer la confection des chartes qui pouvaient leur être utiles33.

  • 34 Le manque de financement (et plus généralement de soutien) pour les études universitaires se lit é (...)

16Troisième indice exploitable pour examiner l’économie monastique en Hongrie : la fréquentation des studia generalia par les étudiants hongrois issus des ordres religieux. Elle est particulièrement faible. Le chapitre général dominicain s’en plaignait régulièrement auprès des supérieurs de la province hongroise, apparemment sans succès. La difficulté fut contournée au moins pour la forme lorsque le studium de Buda fut élevé au rang de studium generale. Cela ne doit pas faire oublier que l’établissement ne fournit jamais aucun docteur et que son prestige ne franchit guère les frontières du pays. Les frères prêcheurs hongrois étaient-ils moins attirés par les études supérieures ou moins talentueux ? Non, bien qu’ils semblent effectivement moins motivés que d’autres. Certaines données inclinent à penser que c’est le financement de leurs études qui posait problème. L’absence de studium generale dans la province dominicaine de Hongrie ne serait pas la seule explication. La pauvreté relative des couvents me paraît avoir été plus déterminante. Cela ne veut pas dire que les couvents n’avaient pas de ressources matérielles suffisantes. Mais peut-être manquaient-ils de revenus en argent. L’économie naturelle encore dominante dans le royaume magyar à la fin du Moyen Âge et la faiblesse des villes se reflèteraient ainsi indirectement dans la timide fréquentation par les dominicains hongrois des universités étrangères et dans la faible proportion de ceux qui réussirent à y obtenir un grade élevé34.

17Pour conclure, on peut dire que l’économie monastique hongroise reflète d’une part la faculté d’adaptation des moines aux changements environnants et leur goût pour l’innovation, d’autre part la nécessité de stabiliser leurs revenus. Les facteurs de cette évolution sont multiples : profusion des contrats constituant des rentes viagères – forme médiévale de la sécurité sociale (voire de la retraite par capitalisation !) –, obligations fiscales envers l’Église et le trésor royal., etc. Enfin, dans le cas des frères mendiants, il faut compter avec les besoins liés à leur formation supérieure. Les établissements réguliers n’ignoraient pas eux non plus les activités de crédit courantes en Europe occidentale. Mais les conflits liés aux testa-ments et les difficultés des familles pour racheter un domaine gagé par l’un des leurs semblent être plus propres à la Hongrie.

18Ces affaires reflètent également la crise financière que traversait l’ensemble des habitants du royaume de Hongrie, à savoir le manque de liquidités et le bas niveau de capitalisation des domaines féodaux. Ils résultaient de la structure archaïque de l’économie hongroise et, à la fin du XVe siècle, de l’alourdissement du joug fiscal sous Mathias Corvin. Leurs conséquences ne sauraient être sous-estimées. Certains de ces conflits furent invoqués contre les religieux au début du XVIe siècle. En fournissant des arguments supplémentaires aux partisans du luthéranisme, ils contribuèrent à son succès.

Notes

1 Sur l’histoire des franciscains observants en Hongrie, voir Marie-Madeleine de Cevins, Les franciscains observants hongrois de l’expansion à la débâcle (vers 1450-vers 1540), Roma, 2008.

2 L’historien allemand Kaspar Elm emploie cette expression à propos des ermites de saint Paul.

3 Jenő Szűcs, « A ferences obszervancia és az 1514. évi parasztháború : egy kódex tanulsága [L’observance franciscaine et la guerre paysanne de 1514 : enseignements d’un manuscrit] », Levéltári Közlemények 43 (1972), p. 213-263, ici p. 220. Sur les aspects idéologiques, voir encore Jenő Szűcs, « Ferences ellenzéki áramlat a magyar parasztháború és a reformáció hátterében [Le courant d’opposition franciscaine dans la guerre paysanne hongroise et le contexte de la Réforme] ». Irodalomtörténeti Közlemények 78 (1974), p. 409-435. Récemment et en français : M.-M. de Cevins, op. cit., p. 45-46, avec mise au point bibliographique.

4 Une liste des dominicains de Transylvanie dressée en 1525 fournit le nom de 172 frères. Beatrix F. Romhányi, « Egy régi-új forrás az erdélyi domonkosok történetéhez [Une source ancienne ou nouvelle pour l’histoire des dominicains de Transylvanie] », Communicationes Archaeologicae Hungariae 2004, p. 235-247, ici p. 239). L’estimation globale de six cents dominicains se fonde sur l’hypothèse d’un nombre équivalent de religieux dans les couvents situés dans le reste du royaume de Hongrie.

5 Les données concernant les effectifs des prieurés pauliniens ont été récemment publiées dans : Beatrix F.-Romhányi, « A pálos rendi hagyomány az oklevelek tükrében [La tradition paulinienne à la lumière des chartes] », Történelmi Szemle 50 (2008), p. 289-312, ici p. 291-294.

6 Géza Érszegi, « Hétköznapok a középkorvégi magyarországi bencés monostorokban [La vie quotidienne dans les monastères bénédictins hongrois à la fin du Moyen Âge] », dans I. Takács (dir.), Mons Sacer 996-1996. Pannonhalma 1000 éve, Pannonhalma, 1996, p. 561-570.

7 Ferenc Hervay, « Die Geschichte der Zisterzienser in Ungarn », dans J. Perschy (dir.), 800 Jahre Zisterzienser im Pannonischem Raum, Klostermarienberg, 1996, p. 27-42.

8 Les abbayes des bénédictins et des chanoines de Prémontré subirent elles aussi de lourdes pertes et la vie monastique y fut souvent suspendue pendant plusieurs décennies, même dans celles qui échappèrent à la destruction.

9 Le début du processus remonte à la fin du XIIIe siècle, comme les recherches de Ferenc Maksay et de László Solymosi l’ont prouvé à propos du cens sur les vignes. Ferenc Maksay, « Benedekrendi gazdálkodás Tihanyban a xiii-xiv. századi struktúraváltás idején [Gestion bénédictine à Tihany au temps des changements structurels des XIIIe et XIVe siècles] », Somogy megye múltjából. Levéltári Évkönyv 3 (1972), p. 1-47 ; László Solymosi, « A szőlő utáni adózás új rendszere a 13-14. századi Magyarországon [Le nouveau système de taxation des vignes en Hongrie aux XIIIe et XIVe siècles] », Történelmi Szemle 38 (1996), p. 1-43.

10 Budapest, Archives Nationales de Hongrie (Magyar Országos Levéltár), abrégé en MOL dans les notes qui suivent, ms Dl 3723 (8 oct. 1344).

11 MOL, Dl 87199 (19 déc. 1346).

12 MOL, Dl 3958 (19 déc. 1347).

13 MOL, Dl 91910 (28 févr. 1385).

14 Béla Gyéressy, Ferenc Hervay, Melinda Tóth (éd.), Documenta Artis Paulinorum I-III, Budapest, 1975-1978, t. III, p. 44.

15 Corpus Iuris Hungarici. Magyar Törvénytár, 1000-1526, Budapest, 1899, p. 606.

16 Pongrác Sörös (dir.), A Pannonhalmi Szent Benedek Rend története : Elenyészett bencés apátságok [Histoire de l’ordre de saint Benoît à Pannonhalma : les abbayes bénédictines disparues], Pannonhalma, A Pannonhalma Szent Benedek-rend története, t. XII/B, 1912, p. 416.

17 Pour la famille Kanizsa (ou Kanizsai) : MOL, Dl 7818 (14 déc. 1392) ; András Végh, Buda város középkori helyrajza [Topographie médiévale de la ville de Buda], Budapest, Akadémiai kiadó (Monumenta Historiae Budapestiensis XV), 2006, p. 224-226, 249, 264. L’une de ces maisons se trouvait dans la rue Saint-Paul, près du centre de l’ordre. Pour la famille Kont : Ibid., Inventarium 72 (v. 1394) ; B. Gyéressy et alii (éd.), op. cit., t. I, p. 217-218. Pour la famille Cudar : A. Végh, op. cit., Inventarium 46 (v. 1396) ; B. Gyéressy et alii (éd.), op. cit., I. p. 50 ; MOL, Dl 8850 (6 oct. 1400). L’emplacement des deux terrains à bâtir et leur sort ultérieur restent inconnus.

18 MOL, Dl 34532 (26 janv. 1487) ; E. Mályusz (éd.), « A szlavóniai és horvátországi középkori pálos kolostorok oklevelei az Országos Levéltárban II-III [Les chartes des prieurés pauliniens médiévaux de Slavonie et de Croatie conservées aux Archives Nationales, vol. II-III] », Levéltári Közlemények 5 (1927), p. 136-209 et 6 (1928), p. 87-203, ici vol. II no 115. Ce privilège suscita des conflits entre le monastère et la ville. En 1506 le roi Vladislav II dut interdire à la municipalité d’empêcher les moines de mettre en vente leur vin : MOL, Dl 34593 (21 sept. 1506) ; E. Mályusz (éd.), op. cit., II, no 170. Les moines de Szentjobb (Sîniob, en Roumanie) possédaient un droit similaire pour leur maison de Debrecen située dans le quartier oriental de la ville. La maison et le droit afférent sont mentionnés en 1531 au moment de leur mise en location. Le locataire était la ville elle-même, qui payait 20 florins aux moines. Vince Bunyitay, Szilágymegye középkori műemlékei [Les monuments médiévaux du comitat de Szilágy], Budapest, 1887, p. 473-474.

19 MOL, Dl 34374 (29 sept. 1364) ; E. Mályusz (éd.), op. cit., III, no 187 ; MOL, Dl 34376 (22 sept. 1375) ; E. Mályusz (éd.), op. cit., III, no 186 ; MOL, Dl 34379 (19 mars 1381) ; E. Mályusz, op. cit., III, no 186 ; MOL, Dl 34382 (14 oct. 1399) ; E. Mályusz, op. cit., III, no 187-188 ; MOL, Dl 34388 (12 mai 1417).

20 Édition de la charte de Louis Ier : Gregorius Gyöngyösi, Vitae Fratrum Eremitarum Ordinis S. Pauli Primi Eremitae, éd. Franciscus L. Hervay, Budapest 1988, c. 26. Chartes de Sigismond : MOL, Dl 7684 (22 juin 1391), MOL, Dl 8835 (18 févr. 1406). Charte d’Albert Ier : MOL, Dl 13158 (1er mars 1438) ; transcrite par Ladislas V en 1456 : MOL, Dl 8833. Chartes de Vladislav Ier : MOL, Dl 13562 (30 juillet 1440), MOL, Dl 13563 (deux copies identiques). Charte de Ladislas V : MOL, Dl 15059 (24 juin 1456). Charte de Vladislav II : MOL, Dl 21516 (21 déc. 1505). Mathias Corvin trancha le conflit sur la livraison du sel le 11 mai 1461 : MOL, Dl 15586.

21 Budapest, Bibliothèque universitaire (ELTE Egyetemi Könyvtár), Cod. Lat. 131, Formularium, fol. 59r (Alia ad eundem pro subsidio petendo ad capitulum); fol. 90r (Supplicatoria pro salibus trecentorum florenorum pro capitulo). Cette charte mentionne le lieu où le sel était habituellement vendu : ut sales ipsi de camera maiestatis vestre solute et reddite in civitate Budensi, Pesthiensi ac ubique locorum vendi possent) ; fol. 90r-v (Alia supplicatoria prioris generalis ad regiam maiestatem pro eadem...). Le roi Jean Ier de Szapolya est le probable destinataire de la quatrième charte, datée de 1532 (fol. 14v).

22 Formularium fol. 53r-v. La première charte est probablement une compilation car en 1515 et 1516 le prieur général était Dominique, alors que le formulaire a été rédigé sous le généralat de Valentin Hadnagy. Le copiste a probablement commencé cette notice avec le nom du prieur général d’alors puis il a copié un autre texte. La fin de la troisième charte mentionne le maire de Vienne Hans Rinner et le corps des jurats (Johanni Rynderer magistro civium, iudici totique consulatui inclite civitatis Viennensis). Rinner, marchand de sel de profession, fut maire entre 1516 et 1517. Peter Csendes, « Die Wiener Salzhändler im 15. und 16. Jahrhundert », dans Jahrbuch des Vereins für Geschichte der Stadt Wien 27 (1971), p. 7-30, ici p. 17 ; F. Czeike, Wien und seine Bürgermeister, Wien, 1974, p. 40 ; Richard Perger, Walter Hetzer, Wiener Bürgermeister der frühen Neuzeit, Wien, 1981, p. 77-78 ; Richard Perger, Die Wiener Ratsbürger, 1396-1526 : ein Handbuch, Wien, 1988, p. 235.

23 Michael Stenczel était un bourgeois de Buda originaire de Bardejov (aujourd’hui en Slovaquie, en hongrois Bártfa), jurat en 1518 et 1527 et doyen de la confrérie du Saint-Sacrement en 1524. En 1529, il quitta Buda et s’établit à Presbourg (Pozsony en hongrois, l’actuelle Bratislava). András Kubinyi, « Buda város pecséthasználatának kialakulása [L’instauration de l’usage des sceaux dans la ville de Buda] », Tanulmányok Budapest Múltjából 14 (1961), p. 109-146, ici p. 251.

24 MOL, Dl 16606 ; György Bónis (éd.), Szentszéki regeszták. (Iratok az egyházi bíráskodás történetéhez a középkori Magyarországon) [Les registres du Saint-Siège (Écrits pour l’histoire de la juridiction ecclésiastique en Hongrie médiévale)], Budapest, 1997, no 3083.

25 MOL, Dl 88534 (1472) ; Gy. Bónis (éd.), op. cit., no 3200. L’appel s’adresse principalement à la veuve de Nicolas de Kisvárda et à la famille Ducho.

26 MOL, Dl 18926 (1484) ; Gy. Bónis (éd.), op. cit., no 3471. Une charte similaire a été promulguée en 1484 par Louis, patriarche d’Aquilée et procureur du cardinal Jean d’Aragon, à propos de deux monastères pauliniens de la région de Baranya. MOL, Dl 18972 ; Gy. Bónis (éd.), op. cit., no 3473.

27 B. Romhányi, « Egy régi... », op. cit., p. 237-238.

28 János Karácsonyi, Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig [Histoire de l’ordre de saint François en Hongrie jusqu’en 1711], Budapest, 1922-1924, vol. I, p. 205-207. On note qu’en 1509, à la demande de Martin de Transylvanie, le prieur dominicain de Bistriţa promit qu’il ne construirait pas de moulin sur l’étang piscicole de Kéthely que le couvent avait reçu par testament de Jean de Transylvanie, un parent de Martin. MOL, Dl 74333.

29 Bulle pontificale promulguée le 1er juin 1475 et publiée dans R. P. Mortier (éd.), Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des Frères Prêcheurs, t. IV : 1400-1486, Paris, 1909, p. 495.

30 Franz Zimmermann, Carl Werner, Georg Müller (éd.), Urkundenbuch zur Geschichte der Deutschen in Siebenbürgen, t. VII, Bucarest, 1991, no 4451.

31 B. Romhányi, « Egy régi... », op. cit., p. 237.

32 Beatrix F. Romhányi, « Domonkos kolostorok birtokai a későközépkorban [Les possessions des couvents dominicains à la fin du Moyen Âge] », Századok 144 (2010), no 2, p. 395-410.

33 Noémi Gyöngyvér Szabó, « Monasztikus férfikolostorok társadalmi kapcsolatai a 15-16. Században a végrendeletek tükrében [Les liens sociaux des établissements réguliers masculins à la lumière des testaments aux XVe et XVIe siècles] », Századok 143 (2009), p. 451-466, ici p. 458.

34 Le manque de financement (et plus généralement de soutien) pour les études universitaires se lit également dans le sort des universités fondées en Hongrie au Moyen Âge. Rappelons qu’il y eut trois tentatives en ce sens, qui échouèrent toutes, malgré les efforts des souverains. La première fondation universitaire, celle de Pécs en 1367, demandée par le roi Louis Ier, se vit refuser par le pape Urbain V l’autorisation de disposer d’une faculté de théologie ; elle ne dépassa donc pas officiellement le statut de studium generale. On connaît mal ses maîtres et ses étudiants, qui étaient environ 800 à la fin du XIVe siècle. En 1395, le pape Boniface IX promulgua la charte de fondation de l’université d’Óbuda à la demande du roi Sigismond de Luxembourg. Dotée des quatre facultés, son activité semble s’interrompre après 1419. Dans l’intervalle, l’université de Pécs avait elle aussi fermé ses portes, en raison de la progression des Ottomans mais aussi pour des raisons financières. La troisième tentative est celle du roi Mathias Corvin, qui sollicita en 1465 du pape Pie II une bulle confirmant la fondation de l’Academia Istropolitana installée à Presbourg. Elle eut pour chancelier l’humaniste et archevêque-primat Jean Vitéz. Après la mort de ce dernier en 1472, l’université déclina et disparut peu après le décès du roi Mathias en 1490.

Auteur

Université Calviniste de Budapest (Hongrie).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540