Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

4. Décors et corps

Chapitre XX. Résurgence de la ville

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au Japon, l’« urbain est coupé de l’esthétique1 ». La ville est avant tout « un tissu de relations2 », elle est perçue comme un « paysage à vivre » plutôt qu’un « paysage à voir3 ». Et ce rapport aux formes urbaines est réellement prééminent : Berque observe ainsi que les descriptions de la ville sont quasiment absentes de la littérature japonaise contemporaine. D’une part parce que « l’objet ne le mérite pas4 » et, d’autre part, parce que « le sujet (le lecteur) n’en a cure5 ». Cela n’est bien sûr pas allé sans conséquences sur l’apparence de la ville japonaise moderne. Mais le « désordre » architectural qu’elle est devenue6, le lieu éminemment disharmonieux que cette indifférence à l’urbanisme n’a pas manqué d’engendrer, n’est, dans l’absolu, pas même perçu tant que la collectivité est cohérente.

Or, précisément, Berque constate qu’au fil des années 1980 s’opère ce qui ressemble à un retour d’une conscience de la ville. La ville semble être redevenue brutalement un objet de regard ...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540