Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Deuxième partie. Des élites sociales divisées

Les noblesses dans les pays de la Couronne de Bohême, de Georges de Poděbrady à Ferdinand de Habsbourg

Olivier Chaline

Texte intégral

  • 1 Sur la place très particulière du royaume de Bohême dans l’Empire, voir Alexander Begert, Böhmen, (...)
  • 2 On trouvera un exposé synthétique dans les deux volumes correspondant à la période considérée des (...)

1Appartenant au Saint Empire, le royaume de saint Venceslas est fait de plusieurs pays : le royaume de Bohême stricto sensu autour de Prague, avec les deux vallées de l’Elbe et de la Vltava ; le margraviat de Moravie plus à l’est ; le duché de Silésie composé de plusieurs principautés, dans l’axe de la haute vallée de l’Oder ; la Haute et la Basse Lusace, tandis que relèvent enfin de la Couronne de Bohême différents fiefs situés dans des territoires d’Empire, hors des pays évoqués ci-dessus1. Chacun des pays de la Couronne a ses spécificités institutionnelles et juridiques et fait l’objet de la part de ses habitants d’un net patriotisme territorial qui, dans le cas de la Bohême, va de pair avec un sentiment non moins vif de former le cœur du royaume avec la capitale, Prague2. C’est la diète de Bohême qui choisit seule le roi, même si Bohême et Moravie sont rapprochées par la même langue, l’existence de l’Église utraquiste et la présence de plusieurs familles de la haute noblesse dans les deux pays. Les diètes générales rassemblant tous les pays de la Couronne sont rares.

2Les différences sont d’autant plus marquées, voire accrues, que tous n’ont pas eu un destin commun pendant toute la période considérée, du milieu du XVe siècle à celui du XVIe. Les guerres hussites ont largement singularisé la Bohême parmi les autres territoires, surtout par rapport à la Silésie et aux Lusaces. Puis, lors de la lutte entre le roi tchèque et hussite Georges de Poděbrady et son rival hongrois et catholique Mathias Corvin, le royaume s’est trouvé divisé, la Bohême étant tenue par le premier, les trois autres pays par le second. La réunion ne s’est opérée qu’avec l’élection de Vladislav Jagellon comme roi de Bohême puis de Hongrie.

3Pendant cette période décisive, les noblesses ont accru leur emprise sur les différents pays. C’est plus que jamais au pluriel qu’il faut employer le mot de noblesse, d’une part à cause des différences entre les pays de la Couronne, d’autre part en raison de l’évolution sociale et juridique qui sépare et hiérarchise plus nettement les groupes nobiliaires au tournant des XVe et XVIe siècles. Dès lors, parler des noblesses revient à s’interroger sur le processus de différenciation sociale et juridique, sur le rôle politique exercé dans chacun des pays et sur la maîtrise du sol.

Des noblesses plus différenciées ?

Le processus de hiérarchisation

4Il s’agit tout d’abord d’un phénomène de longue durée, puisqu’on peut situer vers 1500 l’aboutissement du processus de différenciation interne de la noblesse tchèque. à cette date, l’ordre des seigneurs (panský stav, Herren) s’est définitivement constitué comme tel, en se différenciant des chevaliers (Rytíři, Ritter).

  • 3 Václav Bůžek, Josef Hrdlička, Pavel Král, Zdeněk Vybíral, Věk urozených. Šlechta v českých zemích (...)
  • 4 C’est aussi de la même période, de 1287 exactement, que date la première mention d’une Table du Ro (...)

5Cette évolution s’est effectuée entre la fin du XIIe et la fin du XVe siècle3. C’est en effet à partir du tournant des XIIe et XIIIe siècles que se remarquent de nettes différences entre nobles, tant par l’ancienneté des lignages, que par le pouvoir exercé ou les patrimoines4. Le service du souverain a dégagé une élite nobiliaire disposant de propriétés plus importantes que celles des autres nobles qui, eux, ne participaient pas au gouvernement dans l’entourage royal. Même s’il n’y avait pas encore de distinction juridique nette entre haute et petite noblesse, il apparaît que le mot même de noblesse désigne surtout les membres de la partie supérieure de cette catégorie. Le mot de šlechta, utilisé depuis le XIIIe siècle, vient de l’allemand, Geschlecht, qui désigne à la fois l’origine et la lignée. Ce changement dans le sens du mot se dessine dans la seconde moitié du XIVe siècle, alors qu’auparavant « noblesse » désigne l’ensemble du groupe, en ce qu’il se différencie du reste de la population par son ancienneté, son rôle militaire, sa participation au pouvoir et la possession du sol.

6Vers le milieu du XIVe siècle, l’accès à la noblesse tend à se restreindre et celle-ci peut-être à se fermer. Du coup, la définition de ce qu’est un noble se modifie et l’insistance s’accroît sur l’ancienneté de la lignée. Il faut quatre générations pour porter des armes dont on pourra tirer fierté en les arborant sur ses châteaux, livrées, etc. Comment désigner les nobles, tout en exprimant les différences entre eux ? On parlera de viri nobiles maiores à propos de la haute noblesse, autrement dit des barones, nobiles, ou en tchèque páni et de plus en plus pour désigner cette catégorie on dira šlechta. Les éléments inférieurs de la noblesse sont par conséquent les viri nobiles minores, qu’on désigne aussi comme milites (en tchèque rytíři), mais on utilise également d’autres mots tels que zeman, panoš, man ou nápravník. Les membres de la plus haute noblesse se font appeler urozený pán depuis le début du XVe siècle. Ils peuvent ainsi se distinguer de tous ceux qui utilisaient aussi le mot pan : petits nobles ou bourgeois des villes anoblis. Le vocable pan devient propre à la plus haute noblesse, les membres de la petite devant se satisfaire d’autres désignations. Au milieu du XVe siècle, on se met à dire Vaše Milost (Votre Grâce) ou Jeho Milost.

7Au début du XVe siècle (selon F. Šmahel), il y aurait 90 familles de la haute noblesse, en comptant les diverses branches d’une même lignée, 20 environ en Moravie, soit au total 200 seigneurs. Au même moment, la petite et moyenne noblesse se monterait à environ 3000 familles, très différentes entre elles par la fortune, le rôle militaire et le poids politique. C’est dans cette catégorie qu’on trouve les combattants les plus résolus des guerres hussites et aussi certains de ses bénéficiaires.

L’impossible unité nobiliaire des pays de la Couronne

  • 5 À cet égard, Bohême et Moravie sont les plus proches.
  • 6 Josef Macek, Jagellonský věk v českých zemích [Le temps des Jagellons dans les Pays tchèques], Pra (...)

8La diversité intra-nobiliaire ne tient pas seulement au développement d’une hiérarchie de plus en plus marquée. Elle est aussi liée au fait que la Couronne de Bohême comporte des pays très différents et sans unité linguistique5. Ajoutons enfin la division religieuse à partir des guerres hussites. Tandis que la Silésie et les Lusaces sont demeurées catholiques, la Bohême et la Moravie voient coexister catholiques et utraquistes. Notons la spécificité des choix politiques par rapport aux appartenances religieuses : en 1458, l’utraquiste Georges de Poděbrady est élu roi de Bohême avec l’appui de seigneurs catholiques de Bohême, puis en 1471 le catholique Vladislav Jagellon est élu par les utraquistes de la diète de Bohême, tandis que les voix catholiques se portent sur Mathias Corvin6. La paix religieuse de Kutná Hora en 1485 facilite le rapprochement entre les seigneurs, en majorité catholiques, et les chevaliers, le plus souvent utraquistes. Mais, avec les vagues successives des Réformes protestantes, la diversité s’accentue d’autant plus qu’une véritable inversion religieuse fait basculer dans le luthéranisme une partie des anciens bastions catholiques silésiens du temps des guerres hussites.

9La Silésie offre une configuration très particulière. Son lien est féodal avec le roi de Bohême mais ce duché longtemps disputé entre la Pologne et la Bohême n’est vraiment entré dans l’orbite de Prague qu’avec les Luxembourg au XIVe siècle et l’autorité royale est ici plus ténue. C’est aussi un pays très fragmenté, fait de plusieurs entités féodales et politiques. Il compte d’abord des Erbfürstentümer, soit des principautés héréditaires dépendant directement du roi de Bohême. Elles sont au nombre de 5 dans les années 1530, soit Breslau, Glogau, Schweidnitz-Jauer, Troppau, Oppeln-Ratibor. Il y a ensuite 7 Mediate Territorien, possédés par des maisons princières. On trouve des seigneuries de taille variable. Mais il faut encore signaler le cas spécifique du comté de Glatz, comté depuis 1459 mais détaché de la Bohême. Signalons enfin deux enclaves moraves : Hohenplotz et Katscher en Haute Silésie. Une autre spécificité silésienne par rapport à la Bohême et à la Moravie est la présence de dynasties qui, pour certaines, ne sont pas liées à l’histoire tchèque. Il y a certes à Troppau une ultime branche des Přemyslides qui s’éteint en 1483. On n’oubliera pas non plus la postérité silésienne de Georges de Poděbrady puisque ses fils ont reçu, Victorin Münsterberg, Troppau et Glatz, Henri Oels à l’extinction de la branche Piast qui s’y trouvait. En revanche, plusieurs principautés sont tenues par les diverses branches de la famille polonaise des Piast, descendants de Vladislav l’exilé qui avait vécu dans la première moitié du XIIe siècle : Liegnitz, Glogau et Sagan, Oels, Oppeln, Teschen. Mais au tournant des XVe et XVIe siècles, plusieurs d’entre elles se sont éteintes (Glogau, Oels, Sagan, Oppeln entre 1476 et 1532), si bien qu’il n’en reste plus que 3 en 1526. Il y a aussi les Wettin dans la principauté de Sagan de 1472 à 1549, tandis que les Hohenzollern s’installent dans celle de Crossen en 1482 avec l’Électeur de Brandebourg et dans celle de Jägerndorf en 1523 avec le margrave d’Ansbach. Signalons enfin les présences plus ou moins brèves de Jean Corvin, fils de Mathias, et du futur roi Sigismond Jagellon de Pologne. On est donc en présence d’une marqueterie féodale et territoriale qui mêle plusieurs dynasties étrangères et voisines au destin de ce duché.

Quelle intégration à un cadre plus vaste ?

10Même si la Bohême stricto sensu s’est largement refermée sur elle-même avec les guerres hussites et leurs suites, il n’en est pas allé de même pour les autres pays de la Couronne. La Silésie était ouverte aussi bien sur les terres d’Empire voisines que sur la Pologne. Avec la Moravie et les Lusaces, elle fut incluse dans la monarchie de Mathias Corvin, ce qui orienta aussi une partie des nobles vers des horizons plus vastes et la Cour hongroise. La question des rapports entre la « communauté du pays » et un cadre monarchique bien plus vaste ne s’est pas trouvée posée seulement après l’élection de Ferdinand de Habsbourg en 1526. Elle était déjà présente du temps des Jagellons, surtout après 1490 lorsque le roi cessa de résider au Château de Prague. Néanmoins, avec la construction d’une Monarchie autrichienne que Ferdinand entendait doter d’organes centraux s’imposant aux institutions des différents pays la composant, le problème prit un tour nouveau qui dépassait la seule forme de l’union personnelle. L’intégration des pays de la Couronne de Bohême à la Monarchie eut pour les noblesses plusieurs conséquences à partir des années 1530.

11Il se produisit une série d’alliances matrimoniales entre familles seigneuriales bohêmes (Berka de Duba, Kolowrat, Lobkovic, Pernštejn, Rožmberk...), et autrichiennes (Roggendorf, Starhemberg, Salm, Ungnad, Thurn...), avec des conséquences sociales et culturelles (nouvelles connaissances dans la haute noblesse d’Empire, bilinguisme, voyages), voire à terme religieuses (liens de familles entre protestants) et pas toujours favorables aux Habsbourg (on s’en rend compte dès 1547 lorsque sont pris des contacts avec des luthériens autrichiens et saxons).

  • 7 Noble sans fortune mais cultivé, il devint secrétaire de Ferdinand de Habsbourg et membre du Conse (...)
  • 8 Marie Ryantová, « Ladislav II. Popel z Lobkovic jako první president apelačniho soudu [Ladislav II (...)
  • 9 L’un d’eux fut Jan Zajíc z Házmburka, l’auteur de la Sarmacia aneb zpověd českého aristokrata, éd. (...)

12Il y eut désormais des places pour des fidèles des Habsbourg, aussi bien dans les nouvelles institutions mises en place à partir de 1527 que dans celles préexistantes mais qu’il importait de contrôler, comme la Chambre de Bohême. Secrétaires et conseillers étaient peu appréciés de la noblesse tchèque à la diète mais ils étaient protégés par Ferdinand et devenaient propriétaires de maisons, de terres etc. ; le cas de Florian Griespek de Griespach est révélateur de ces possibilités inédites de promotion7. En 1548 fut créé le Tribunal d’appel (ou Tribunal suprême) chargé de contrôler les villes royales et son premier président fut Ladislav II Popel de Lobkowicz, d’une famille déjà en vue qui lia ainsi son avenir à celui de la dynastie8. Jusqu’aux années 1550, la grande majorité des nobles de Bohême se tint à l’écart du fonctionnement politique et administratif de la Monarchie, sauf un petit groupe résolument pro-Habsbourg9. Dans les années 1540 encore, on ne dénombrait qu’une quinzaine de Bohêmes à la Cour de Vienne, de diverses confessions.

  • 10 J. Pánek, Poslední Rožmberkové. Velmoži české renesance [Les derniers Rožmberk, de grands nobles d (...)

13Ces quelques familles dont l’horizon commence à s’élargir à l’échelle de la Monarchie ont en général pris fait et cause pour le grand chancelier Heinrich von Plauen (1510-1554) face à Vilém de Rožmberk (1535-1592) au milieu du XVIe siècle10. La querelle porte sur l’introduction des titres de noblesse étrangers dans le royaume de Bohême. Elle ne porte pas seule-ment sur la place de celui-ci dans le Saint-Empire. Elle exprime aussi la volonté de l’ordre des seigneurs d’éviter les distinctions en son sein. Plauen est un serviteur de Ferdinand Ier et a ses terres aussi bien dans le Vogtland et dans le royaume, donc de part et d’autre de la frontière. Il prend part à la vie politique de Bohême, est membre du conseil secret et, finalement, devient grand chancelier de Bohême. Or, en 1548, lorsque l’empereur Charles V lui confirme le titre de prince d’Empire, la question de la valeur de ce titre dans le royaume se trouve posée. Car, au grand scandale des défenseurs de la tradition, Plauen demande à ce que son titre soit reconnu en Bohême. Cela déclenche un conflit avec Vilém de Rožmberk, une affaire qui dure, au-delà de la mort d’Heinrich von Plauen, en divisant la haute noblesse du royaume, non sans marquer l’affirmation d’une jeune génération issue des vieilles lignées seigneuriales tchèques. Vilém de Rožmberk lui-même restait attaché à l’appellation traditionnelle pán et ne se faisait pas appeler vysoce urozený (Hoch-und Wohlgeboren). Le roi impose finalement un compromis : la préséance de Rožmberk est reconnue mais seulement au tribunal du pays, tandis que les princes de Plauen obtiennent le droit de se placer au premier rang de la diète et du conseil du roi. En définitive, c’est la disparition de la branche bohême des Plauen en 1572 qui règle le problème.

14La question de la différenciation interne de la noblesse a été d’autant plus délicate et controversée que beaucoup de nobles en étaient venus à se considérer depuis le XVe siècle comme les piliers du royaume, bien plus que le roi absent ou étranger au pays.

Les piliers du royaume ?

Affirmation de la prééminence politique des seigneurs

15L’effacement des grandes dynasties (Luxembourg puis Habsbourg) ouvre la voie à une monarchie élective en 1452 et à l’accession au trône d’un roi issu de la noblesse tchèque, en la personne de Georges de Kunštat de Poděbrady, le plus important des seigneurs utraquistes, originaire de Bohême orientale. Puis, avec le recours aux Jagellons, la période 1471-1526 s’avère très favorable au renforcement politique de la noblesse ainsi qu’à l’établissement de son contrôle sur les institutions du royaume, en particulier les diètes. C’est le cas durant le long règne de Vladislav 1471-1516, avec une partie pendant laquelle il est seulement roi de Bohême, puis une seconde, à partir de 1490, qui le voit régner aussi sur la Hongrie. En 1526, face aux prétentions de Ferdinand de Habsbourg à ce qu’il considère comme l’héritage de son défunt beau-frère Louis II Jagellon, les ordres de Bohême défendent le principe de l’élection royale qu’ils sont seuls à assurer, alors que Moravie, Silésie et Lusaces se montraient mieux disposées envers le principe héréditaire. Le souci de défendre les privilèges du royaume rencontre celui de marquer la distance entre les deux grandes catégories nobiliaires.

  • 11 Voir Josef Válka, Dějiny Moravy [Histoire de la Moravie], t. I (Středověka Morava), Brno, 1996, p. (...)

16C’est vers la fin du XVe que les seigneurs cherchent à se réserver l’accès au roi et à la diète. Il en résulte la formation d’un ordre spécifique, d’abord en Moravie où le pouvoir de ces grands nobles est mieux établi qu’en Bohême. Dès 1467, Ctibor de Tovačov de Cimburk note : « L’ordre des seigneurs règne sur le pays et le dirige ; les chevaliers et les bourgeois ont des droits aussi limités que possible ; les paysans ont le devoir d’exécuter les corvées et de payer les redevances ». De 1469 à 1490, l’inclusion du margraviat dans le royaume de Mathias Corvin a permis à la noblesse d’imposer à la fois sa prééminence et la spécificité politique du pays, si bien que vers 1480, lorsque Ctibor de Tovačov rédige son Livre de Tovačov, il est en mesure d’énoncer le droit propre à la Moravie et les vues des seigneurs11. Les chevaliers ne peuvent s’émanciper politiquement des seigneurs qu’à la fin du XVe siècle et obtenir des places garanties dans le Tribunal du pays. Les seigneurs jouissent d’une prééminence que les chevaliers et les villes ne sont plus en mesure de contester et ils s’imposent à l’Église aussi. D’ailleurs, l’évêque d’Olomouc est choisi parmi les seigneurs et vote avec eux. Dès 1480, la séparation en deux de la noblesse a été réalisée. Au sommet, on dénombre 15 « vieilles » familles et 8 autres plus récentes qui dominent la société morave, parmi elles les Hradec, les Liechtenstein, les Pernštejn ou les Šternberk dont les terres s’étendent aussi à la Bohême.

  • 12 Précisons que le clergé a disparu de la diète depuis les guerres hussites. Il n’y revient qu’à la (...)

17La même évolution se produit une quinzaine d’années plus tard en Bohême proprement dite puisqu’à la diète de 1497, les seigneurs forment un ordre spécifique12. En 1500, le roi Vladislav rend une loi réglant le fonctionnement de cette assemblée. 47 familles de seigneurs, particulièrement anciennes, parviennent à se réserver toutes les fonctions les plus importantes du pays. C’est, par exemple, le cas des Berka de Duba, des Rožmberk, des Rožmital, ou des Valdštejn. Certaines d’entre elles sont à cheval sur Bohême et Moravie, comme les Boskovic, les Hradec, les Pernštejn ou les Šternberk.

18De leur côté, les chevaliers – sur le modèle des seigneurs – prennent des mesures contre l’afflux de nouveaux membres dans leur ordre, notamment contre les bourgeois des villes royales qui aspirent à entrer dans la noblesse. à partir de 1497 ne sont reconnus chevaliers que ceux qui tirent leurs armoiries du souverain et qui sont acceptés pour siéger avec l’ordre aux séances de la diète. Le roi lui-même ne suffit pas à faire un noble. Il faut la reconnaissance des autres nobles, en plus des armes, de la possession d’une terre, de la naissance légitime et d’une vie sans reproche. Le terme de vladyk se répand, tandis que s’effacent les anciennes catégories internes à la petite et moyenne noblesse. En Silésie où la société nobiliaire est déjà très hiérarchisée, l’accès à l’élite princière ne se produit que de manière exceptionnelle par mariage ou requête acceptée.

Contrôle des institutions

19En Bohême même, après l’élection de Vladislav en 1471, les seigneurs et les chevaliers se considèrent comme les véritables garants de l’unité territoriale du royaume. C’est encore plus le cas à partir de 1490, quand Vladislav règne aussi sur la Hongrie. Le roi est absent car il séjourne désormais surtout à Buda, ce qui a pour effet que les pays de la Couronne, désormais réunifiés, sont placés sous l’autorité de régents, choisis parmi les seigneurs.

  • 13 Ce document fondamental vient de faire l’objet d’une édition critique : Vladislavské zřízení zemsk (...)

20Beaucoup de questions se règlent sur place, par accord entre les ordres, seigneurs et chevaliers, mais sans le roi. Dès 1487, ils se partagent les places au Tribunal suprême (12 juges pour les premiers, 8 pour les seconds) et la même chose se produit en Moravie en 1492. En 1497, les deux ordres se répartissent les charges de grands officiers du royaume, en en écartant les bourgeois des villes royales. La même année, le règlement des modalités électorales pour la Couronne est le fait des nobles et non du roi. Enfin, en 1500, c’est encore sans consultation du roi qu’est adoptée la Constitution pour le pays (Landesordnung), dont le seul rapport avec Vladislav est de porter son nom13.

21Le contrôle du pays par les nobles passe donc, en Bohême, par le Tribunal suprême et les grands officiers. C’est parmi les seigneurs que sont choisis le grand burgrave de Prague qui est régent en l’absence du roi, le grand chambellan, le grand maréchal, le trésorier, le justicier, le chancelier... tandis que les chevaliers fournissent le secrétaire du pays, le sous-trésorier qui surveille la fiscalité et la justice dans les villes royales, le burgrave de Hradec Kralové, les deux charges de burgraves de Karlštejn étant partagées. Le contrôle du pays est aussi l’affaire de la diète qui vote les impôts et du conseil du roi. Tous les nobles dont les biens sont inscrits dans la Table du Royaume (Zemské desky) peuvent siéger à la diète. Mais tous ne viennent pas, loin s’en faut. On envoie des députés.

22En Moravie, la diète réunit les seigneurs (avec lesquels vote l’évêque d’Olomouc), les chevaliers, les députés des villes royales et le clergé, à la différence de la Bohême. Le Tribunal du pays compte 14 seigneurs et 7 chevaliers assurant la gestion des affaires publiques et tenant les principales charges. Le margraviat est placé sous l’autorité d’un capitaine du pays (Landeshauptmann). En Silésie, où la question n’est pas réglée de l’autonomie de ce pays dans la Couronne de Bohême et où il n’y a pas de constitution écrite, où plusieurs territoires ont leurs propres États avec deux curies (nobles et prélats d’une part, villes de l’autre), Mathias Corvin a tâché de donner quelque cohérence institutionnelle au duché en convoquant pour la première fois en 1474 un Fürstentag comportant 3 curies (princes, ducs puis principaux seigneurs en incluant l’évêque de Breslau ; chevaliers des quatre duchés héréditaires, mais aussi ville de Breslau ; enfin quatre représentants des villes et territoires de Schweidnitz, Jauer, Glogau et Neumarkt ou Namslau en alternance – les prélats ne siègent pas comme tels) et qui fut jusqu’au milieu du XVIe siècle la seule assemblée générale. à la différence de la diète de Bohême, le nombre des participants reste limité à quelques dizaines. Les libertés silésiennes ont été garanties en 1498 par le Privilège du roi Vladislav, mais à cette date la distinction restait encore à achever entre le Fürstentag et le Tribunal du pays. Un Oberlandeshauptmann représente le roi. Dans les deux Lusaces, haute et basse, on trouve quatre ordres : seigneurs, chevaliers, villes et prélats. Mais en Haute-Lusace les villes ont un poids comparable à celui des nobles.

  • 14 Voir les études réunies par Petr Vorel dans Stavovský..., op. cit., notamment, pour notre sujet, c (...)

23Au total, quel que soit le pays envisagé, on remarque que les nobles sont solidement établis dans ses institutions. S’ils sont puissants, ils ne sont pas nécessairement en mesure de faire face avec succès à un monarque résolu, une fois celui-ci élu. On ne trouve rien de comparable ici au jus resistendi hongrois, tel qu’il a été énoncé par la bulle d’or de 1222. Trop de choses séparent les pays de la Couronne pour qu’ils soient en mesure de former un front commun contre le roi. On le voit nettement avec l’échec de la révolte de Bohême en 154714. Les nobles tchèques hostiles à Ferdinand se sont tournés vers la Saxe et non vers les autres pays de la Couronne qui étaient parvenus depuis plusieurs décennies à faire reconnaître leur autonomie face à Prague : les Moraves en 1510, les Silésiens en 1511. Enfin, l’absence d’un roi fort a parfois facilité les discordes entre les ordres, voire à l’intérieur d’un seul.

Les conséquences de l’effacement royal

  • 15 Josef Šimák, « Spor o dědictví rožmberské 1523-1528 [La lutte pour l’héritage des Rožmberk, 1523-1 (...)

24L’absence du roi, si elle favorise la noblesse à bien des égards, stimule aussi les conflits internes dont l’arbitrage devient dès lors difficile, voire impossible. Les rapports seigneurs – chevaliers ont souvent été tendus dans les années 1480-1500. Dès 1481 se noue en Bohême, au moins pour un temps, une alliance des villes et des chevaliers contre les seigneurs qui voulaient exclure de la diète les représentants des premières. Les conflits s’accroissent dans la décennie suivante. Finalement, seuls les deux ordres nobles siègent à la diète. Ils deviennent en 1500 avec la constitution de Vladislav Jagellon le législateur unique pour le pays. Mais la haute noblesse peut aussi être déchirée par des conflits internes. On le voit en Bohême dans la première moitié du XVIe siècle avec pour enjeu la survie de l’immense domaine des Rožmberk que le régent Lev de Rožmital entend démembrer et partager, à son profit notamment. Une telle affaire divise la noblesse du royaume pendant plusieurs années (1523-1528). Elle suscite des regroupements en factions politico-nobiliaires ne coïncidant pas avec les clivages religieux, puisque et les Rožmberk et les Rožmital sont catholiques15... Un des enjeux, au-delà des appétits de Lev de Rožmital est aussi la possible emprise de l’État royal sur les patrimoines seigneuriaux. Ainsi, avec ce roi très jeune et absent qu’est Louis II Jagellon, le royaume est travaillé par de fortes tensions au début des années 1520. Le recours aux armes n’est pas impossible.

  • 16 C’est dans ce contexte de la lutte des nobles et des villes qu’il faut comprendre le ralliement de (...)
  • 17 Karel Malý, « Svataváclavská smlouva. Třídní kompromis mezi šlechtou a městy z r. 1517 [L’accord d (...)

25Pourtant, c’est surtout entre les villes royales et les noblesses que les heurts se multiplient à la fin du XVe siècle et au début du XVIe. Les enjeux sont aussi bien politiques qu’économiques. Depuis 1479, les villes ont eu du mal à faire reconnaître leur participation à la diète comme « troisième voix », en principe établie de nouveau en 150816. Elles refusent d’admettre la supériorité du Tribunal du pays sur leurs propres juridictions. Elles voient aussi se réduire la zone dans laquelle elles jouissent du monopole de la brasserie, alors que les nobles ne peuvent produire sur leurs domaines que pour la seule consommation de leurs sujets. Mais, au temps des Jagellons, nombre de nobles ne se sentent plus tenus de respecter cette règle, établissent de nouvelles brasseries et imposent à leurs sujets de consommer la bière produite sur le domaine et non dans la ville voisine. Ces conflits menacent à plusieurs reprises de tourner à la guerre civile : à l’été 1502, lorsque se font face une ligue des villes et les deux ordres nobiliaires, en 1513, quand Prague prend l’initiative de lever une armée confiée au prince de Münsterberg, petit-fils de Georges de Poděbrady, enfin à l’été 1517, un peu plus d’un an après la mort de Vladislav. Quelques seigneurs, tel Vilém de Pernštejn, s’interposent. La diète est convoquée pour la Saint-Venceslas (28 septembre). Presque un mois plus tard, elle adopte un document en 51 articles17. La voix des villes royales à la diète est à nouveau reconnue. Si les nobles reconnaissent la juridiction des tribunaux urbains sur les bourgeois, ils ne relèvent quant à eux, s’ils habitent en ville, que du tribunal du pays. Économiquement, les villes renoncent à leur monopole commercial et artisanal. La question du droit de brasser demeure en suspens pour six années. Celles-ci écoulées, on s’en est tenu au statu quo. Les nobles n’y ont pas perdu. Jamais encore ils n’ont possédé une telle part des terres du royaume, les habitants de leurs domaines étant placés de plus en plus sous leur seule autorité.

Les maîtres du sol ?

Une concentration foncière de longue durée

  • 18 J. Pánek, Poslední..., op. cit., p. 52.

26La concentration des terres est un phénomène qui vient de loin : on remarque, en Bohême même, une concentration graduelle des biens fonciers, bien avant les guerres hussites, au profit d’une quinzaine de grandes familles. Elle s’accompagne de la paupérisation d’une partie de la petite noblesse. Au début du XVe siècle, la plus riche famille noble est celle des Rožmberk, qui tiennent à eux seuls 26 châteaux, 6 villes seigneuriales, 22 bourgs et 500 villages (ou hameaux). Un siècle et demi plus tard, on peut considérer que dépendent des Rožmberk environ 70 000 personnes, soit 6 à 7 % de la population totale18.

  • 19 P. Maťa, op. cit., p. 124-127.
  • 20 F. Šmahel, Husitská revoluce [La révolution hussite], Prague, 1993, 4 vol., t. IV, p. 54-72.

27La période considérée se trouve entre deux bouleversements fonciers de grande ampleur, les guerres hussites et la guerre de Trente ans, deux périodes de vastes confiscations par les vainqueurs : la première a concerné 30 à 40 % du sol, la seconde plus de 50 %19. En comparaison, celles opérées par Ferdinand Ier sur les rebelles de 1547 sont très modestes (5 % environ). Le bilan foncier des guerres hussites est très favorable aux nobles qui sont les principaux bénéficiaires des transferts de biens20. En Bohême stricto sensu, la grande perdante est l’Église, privée de 80 % de son patrimoine et exclue de la diète, mais le roi a vu son pouvoir se réduire et son domaine diminuer. Les principaux bénéficiaires sont la vieille noblesse, avec quelques grandes familles dont plusieurs sont catholiques, et aussi quelques profiteurs de guerre de moindre extraction nobiliaire, enrichis à la faveur des circonstances. En revanche, dans les autres pays de la Couronne, on ne constate pas la disparition des biens d’Église, puisque l’évêque d’Olomouc reste, au XVIe siècle, le premier propriétaire foncier de Moravie. On constate néanmoins là aussi un mouvement de concentration foncière sur la longue durée.

  • 21 Petr Vorel, Páni z Pernštejna. Vzestup a pád rodu zubří hlavy v dějinách Čech a Moravy [Les seigne (...)

28Le premier rang en Bohême est occupé tantôt par les Rožmberk, tantôt par les Pernštejn. Au XVe siècle, ce sont les Rožmberk qui, bons catholiques, ont su néanmoins profiter des guerres hussites en arrondissant leurs vastes biens de propriétés ecclésiastiques de leur voisinage. Puis ils subissent une période de déclin, surtout à partir de la mort de Petr en 1523 qui avait trouvé moyen, pour nuire à sa parenté, de distribuer une partie de son héritage à d’autres nobles. La famille met alors en avant sa propre règle (assortie de documents forgés de toutes pièces) selon laquelle le domaine serait indivisible. Les Pernštejn profitent un temps de cette situation : Vilém, le père, qui meurt en 1521, partageant ses biens entre ses deux fils, Vojtěch et Jan. à l’aîné, les domaines de Bohême, au cadet ceux de Moravie. La mort du premier fait de son frère l’unique héritier d’un ensemble considérable à cheval sur la Bohême et la Moravie. On parle de « Jean le riche », dont le revenu dépasse certaines années celui du roi lui-même21... Mais les Rožmberk reprennent la première place dans la seconde moitié du XVIe siècle.

  • 22 P. Maťa, op. cit., p. 174.
  • 23 P. Maťa, op. cit., p. 168-169.

29Petr Maťa a dressé la carte des principaux propriétaires fonciers en Bohême pour 152922. Il met ainsi en évidence trois régions particulièrement concernées par ces concentrations de terres. Il y a d’abord la Bohême du Sud, avec les Rožmberk qui viennent largement en tête, mais aussi avec leurs parents les seigneurs de Hradec et Kryštof de Švamberk. En Bohême de l’Est, il faut signaler Vojtěch de Pernštejn, Michal Slavata, Zdeněk Kostka de Postupic, ainsi que les fils Trčka z Lipy. Enfin, la Bohême du Nord-Ouest voit s’étendre les domaines des comtes Šlick (avec la ville minière en plein essor de Jachimov/Joachimstal) et des Lobkowicz à proximité de Litoměřice. Vingt huit ans plus tard, en 1557, il est possible de donner un palmarès des nobles les plus riches à partir d’une estimation de la fortune en gros de Bohême (48 000 gros et plus)23. Vilém de Rožmberk vient très largement en tête avec 403 113 gros. Il est suivi à bonne distance par Jaroslav de Pernštejn (215 804), Vilém Trčka de Lipa (169 083), Joachim de Hradec (96 947). Parmi les quinze seigneurs les plus riches, deux sont d’origine étrangère : Ernest de Bavière et Adam Ungnad, en cinquième et septième positions. Onze d’entre eux détiennent aussi des charges très importantes en Bohême ou en Moravie.

Le grand domaine

  • 24 M. Vařeka, op. cit., p. 57-58.

30À partir de 1478 et de la fin des guerres en Bohême, la conjoncture agraire et économique redevient favorable et les nobles (surtout les seigneurs) qui ont déjà constitué de grands domaines peuvent désormais en tirer pleinement avantage, aussi bien par les produits agricoles et par les revenus tirés de l’activité des villes seigneuriales (artisanat et marchés). Mais d’autres possibilités de profit existent. Il y a les brasseries. Les mines ne sont pas non plus à négliger, surtout lorsqu’il s’agit de celles des comtes Šlick dans les montagnes du nord-ouest de la Bohême. La pisciculture est alors en plein essor avec la multiplication des étangs qui font l’objet du traité De piscinis de l’évêque d’Olomouc Dubravius vers 1535-1540. Un tel phénomène, qu’on peut suivre depuis le XIIIe siècle, conduit à la mise en place au cours du XVe d’une véritable économie des étangs, produisant notamment des carpes. Mais elle ne peut se développer que dans des grands domaines avec assez d’espace et de moyens. On a pu mettre en évidence trois zones principales. La première est, très logiquement, la Bohême du Sud sur les terres des Rožmberk. La deuxième est la Moravie occidentale dans laquelle nous retrouvons les Pernštejn, les Cimburk et les Kunštát. Mais il y a aussi en Silésie la région de Teschen sur les domaines du prince Casimir24.

31La formation de ces grands ensembles fonciers va de pair avec la dégradation de la condition paysanne lorsque les charges pesant sur les sujets se mettent à s’alourdir. Le nombre de jours de travail forcé ou robota est appelé à s’accroître. Précisons qu’il ne s’agit pas que des travaux des champs, mais que les prestations exigées peuvent s’appliquer à la construction de fermes seigneuriales comme au transport de denrées et de matériaux ou encore à des productions artisanales. Des lois restreignent la liberté de mouvement et de mariage hors de la seigneurie. On se trouve au début d’un processus de longue durée qui mériterait d’être réétudié complètement. Notons cependant qu’il n’y a pas eu dans les pays de la Couronne de révoltes comparables à celle de Hongrie en 1514 ni à la Guerre des paysans plus à l’Ouest dans l’Empire, en 1524-1525.

  • 25 A. Valenta, Dějiny rodu Kinských, České Budějovice, 2004, p. 16-18.

32Les paysans ne sont pas les seuls à connaître des changements dans leurs activités : les seigneurs aussi, puisqu’au temps des guerriers succède celui des rentiers du sol et des entrepreneurs. Le grand domaine suppose aussi une administration seigneuriale et offre à ce titre des places, des carrières. Dans les cours seigneuriales, les plus grands lignages aristocratiques rassemblent autour d’eux une société de nobles plus modestes et de bourgeois à leur service. Les Vchinsky sont ainsi des chevaliers dans l’orbite des Rožmberk25. Ce n’est que sous le règne de Rodolphe II qu’ils volent véritablement de leurs propres ailes et accèdent à l’ordre des seigneurs, puis se font appeler Kinský. Ces cours seigneuriales imitent celles du roi ou de l’empereur, tant par la titulature des employés que par les ambitions dynastiques qui s’y déploient par ces formations. Elles sont le centre d’une vie à la fois sociale et culturelle.

  • 26 Voir par exemple Tomáš Knoz, « Renesanční zámky na Moravě », dans Tomáš Knoz (dir.), Morava v době (...)
  • 27 Ivo Hlobil, Eduard Petrů, Humanísmus a raná renesance na Moravě [Humanisme et première Renaissance (...)
  • 28 Jan, qui se rendit en Terre sainte en 1493, devint hejtman du cercle de Žatec. Bohuslav fut docteu (...)

33Au cœur de ces grands domaines s’élèvent d’imposants châteaux. Ce sont d’abord des forteresses médiévales, telles que Rožmberk, Český Krumlov ou Pernštejn. Mais la volonté de se faire bâtir des résidences au goût du jour commence aussi à se manifester26. La Renaissance parvient dans les pays de la Couronne, via la Hongrie de Mathias Corvin, d’abord en Moravie et en Silésie27. Certaines de ces cours seigneuriales sont des foyers d’humanisme. Il suffira d’évoquer les deux frères Jan (1450-1517) et Bohuslav Hasištejnský z Lobkowicz (1460/2-1510)28. Tous deux entrèrent dans l’ordre des seigneurs en 1479. Pour une minorité qui en a les moyens, il est possible de partir étudier jusqu’en Italie, à Bologne. La puissance foncière permet de mener grand train.

Des colosses aux pieds d’argile ?

34L’édification de vastes domaines n’a pu se faire sans que soit sensiblement modifiée la structure foncière du pays. Elle ne s’accompagne pas pour autant de la dépossession et de l’amenuisement de l’ordre des chevaliers, à la différence de ce qui s’est passé au temps de la guerre de Trente ans. Au début du XVIe siècle, le juriste Valentín Kornel de Všehrd compare aux pharaons ces seigneurs désormais à la tête de grands ensembles fonciers qui leur donnent d’importants revenus et leur permettent de gager de substantiels emprunts. De tels biens, par leur ampleur, semblent offrir à cet égard des possibilités sans limites. Et pourtant... Certaines lignées donnent financièrement des signes d’essoufflement dès les années 1520. Le phénomène n’est pas général, loin s’en faut, mais, si discret soit-il, il a valeur d’avertissement pour un groupe de grands propriétaires au train de vie dispendieux.

  • 29 Vladimír Holý, « Růst a rozklad rodového majetku švihovských a Rýzmberka a pánů z Rožmitálu (Přísp (...)

35Les Rožmital sont à leur apogée dans la seconde moitié du XVe siècle et le premier quart du XVIe grâce au roi Georges de Poděbrady, qui a épousé une demoiselle de Rožmital29. Zdeněk Lev (1470-1535) est grand bur-grave de Prague (autrement dit régent) de 1507 à 1523. Le personnage est aussi puissant que controversé. On l’accuse de détourner les fonds publics. Cela n’empêche pas ses dettes d’atteindre 70 % de son actif. À sa mort, ses fils s’avèrent incapables de satisfaire les nombreux créanciers qui, en majorité, sont des chevaliers. Les héritiers, au nombre desquels se trouve son gendre Adam de Hradec, doivent renoncer aux vastes biens de Bohême qui s’étendaient de la Vltava à la Bavière et remontaient jusqu’à la vallée de l’Elbe. La famille survit, mais en Moravie et à un rang bien amoindri. Autre puissant lignage, les Pernštejn. Jan (1487-1548) possédait d’amples domaines, tant en Bohême de l’Est (Litomyšl) qu’en Moravie occidentale (où se trouve la seigneurie éponyme avec un imposant château fort) et centrale (au sud d’Olomouc). Mais les dettes aussi sont grandes et, à sa mort, son fils doit aliéner une partie du patrimoine.

  • 30 Sur les créanciers, voir S. Kotlarová, op. cit., p. 61-66 pour les Rožmital et M. Vařeka, op. cit. (...)

36Dans les deux cas, il s’agit de familles de premier plan. L’endettement mine lentement mais sûrement leurs vastes domaines et les créanciers appartiennent en priorité à la petite et moyenne noblesse des chevaliers30. Le passif représente peu à peu une part croissante de l’actif, atteignant presque 80 % pour les Pernštejn vers 1590. Il peut se combiner avec l’extinction démographique, comme dans le cas des Rožmberk au tour-nant des XVIe et XVIIe siècles.

  • 31 Václav Bůžek, Ferdinand Tyrolský mezi Prahou a Innsbruckem. Šlechta z českých zemí na cestě ke dvo (...)

37Les années 1550 marquent un tournant. Au lendemain de la révolte ratée de 1547 en Bohême, qui a coûté très cher aux villes royales rebelles, le renforcement de l’autorité monarchique a aussi des conséquences pour les nobles dans les pays de la Couronne. On dénombre alors 184 familles de seigneurs et 1438 de chevaliers en Bohême et Moravie. à Prague s’installe un lieutenant du roi, l’archiduc Ferdinand de Tyrol qui développe autour de lui une cour où se rencontrent des nobles bohêmes mais aussi autrichiens et tyroliens31. En 1554, avec le soutien royal, un petit groupe de nobles pro-Habsbourg accède aux grandes charges du royaume, tel Hradec ou Popel de Lobkovic. Il y a aussi peu à peu davantage de nobles issus des pays de la Couronne à la cour de Ferdinand Ier à Vienne. Des carrières auliques s’ouvrent à eux, en même temps que des horizons différents et de nouvelles possibilités matrimoniales. Quand ils rentrent au pays, ils y deviennent des soutiens de la politique royale et exercent des charges importantes. En conjuguant ce noyau actif avec la passivité du plus grand nombre, Ferdinand peut espérer faire voter des impôts accrus.

38Ainsi commence, par le sommet, la patiente intégration habsbourgeoise des noblesses bohême et morave à la construction dynastique mise en place en 1526 par Ferdinand. Le phénomène concerne des familles catholiques mais aussi protestantes. Il n’en suscite pas moins un décalage certain entre ces quelques lignées et la plupart des nobles dont le monde reste limité au pays, voire au petit pays. De surcroît, l’ouverture des horizons demeure ambivalente et pas nécessairement favorable à la dynastie. Elle peut conduire aussi bien à la constitution d’une haute noblesse – pas encore nécessairement catholique mais fidèle aux Habsbourg – qu’à la mise en place de solidarités confessionnelles et politiques protestantes qui se sont avérées fort dangereuses un demi siècle plus tard pour la Maison d’Autriche.

Notes

1 Sur la place très particulière du royaume de Bohême dans l’Empire, voir Alexander Begert, Böhmen, die böhmische Kur und das Reich vom Hochmittelalter bis zum Ende des Alten Reiches, Husum, 2003, chapitres V et VI pour la période 1419 à 1612, p. 174-356.

2 On trouvera un exposé synthétique dans les deux volumes correspondant à la période considérée des Velké dějiny zemí koruny české [Grande histoire des pays de la Couronne de Bohême], celui de Petr Čornej et Milena Bartlová, t. VI, 1437-1526, Prague-Litomyšl, 2007, et celui de Petr Vorel, t. VII, 1526-1618, Prague-Litomyšl, 2005. Dans celui-ci, voir en particulier les p. 43-62 sur la structure politique et juridique du royaume, 88-110 sur les ordres (96-106 sur les noblesses), 214-229 sur les villes et les grands domaines. Il y a également beaucoup à prendre dans Joachim Bahlcke, Regionalismus und Staatsintegration im Widerstreit. Die Länder der böhmischen Krone im ersten Jahrhundert der Habsburgerherrschaft (1526-1619), Schriften des Bundesinstituts für ostdeutsche Kultur und Geschichte, t. 3, Munich, 1994, en particulier p. 24-55. Voir aussi le travail plus ancien de Kenneth J. Dillon, King and Estates in the Bohemian Lands 1526-1564, Études présentées à la commission internationale pour l’histoire des assemblées d’États, t. LVII, Bruxelles, 1976.

3 Václav Bůžek, Josef Hrdlička, Pavel Král, Zdeněk Vybíral, Věk urozených. Šlechta v českých zemích na prahu novověku [Le siècle des nobles. La noblesse dans les pays tchèques au seuil de l’époque moderne], Prague-Litomyšl, 2002, sur la période médiévale 36-43, sur les deux ordres nobiliaires 43-54, sur la situation au seuil de l’époque moderne 54-72. Dušan Třeštík et Miloslav Polívka, « Nástin vývoje české šlechty do konce 15. století [Esquisse du développement de la noblesse tchèque jusqu’au XVe siècle] », dans Struktura feudální společností na území Československa a Polska do přelomu 15. a 16. století, Prague, 1984, p. 99-133 ; Jaroslav Mezník, « Česká a moravská šlechta ve 14. a 15. století [La noblesse tchèque et morave aux XIVe et XVe siècles] », Sborník historický, 37, 1990, p. 7-36 ; Josef Petraň, « Skladba pohusitské aristokracie v Čechách [La structure de l’aristocratie en Bohême après l’époque hussite] », Acta Universitatis Carolinae, Philosophica et Historica, I, 1976, p. 9-80.

4 C’est aussi de la même période, de 1287 exactement, que date la première mention d’une Table du Royaume consignant les biens possédés par les nobles en Bohême. Mais l’incendie du 2 juin 1541 fit disparaître les documents conservés dans l’aile Vladislav du Château de Prague. Heureusement, la Table instaurée en 1348 pour le margraviat de Moravie n’a pas subi le même sort. À Prague, il fallut reconstituer autant que possible les documents perdus, au moins ceux qui pouvaient encore fonder des droits. Voir Anton Blaschka et Václav Letošník (éd.), Die böhmische Landtafel. Inventar, Register, Übersichten, Prague, 1944.

5 À cet égard, Bohême et Moravie sont les plus proches.

6 Josef Macek, Jagellonský věk v českých zemích [Le temps des Jagellons dans les Pays tchèques], Prague, 1992-1999, 4 vol. ; Josef Petráň, « Stavovské království a jeho kultura v Čechách (1471-1526) [Le royaume des États et sa culture] », dans Jaromír Homolka (dir.), Pozdně gotické umění v Čechách (1471-1526), Prague, 1978, p. 13-72 ; Karel Malý et Jaroslav Pánek (dir.), Vladislavské zřízení a počatky ústavniho zřízení českých zemích (1500-1619) [La constitution Vladislav et le début de l’ordre constitutionnel en Bohême], Prague, 2001, volume qui compte nombre de communications très importantes pour notre sujet, notamment celles de Kazimierz Orzechowski, « Rola przywilelu krola Wladislawa z 1498 r. w dziejach slaskiego stanowego parlamentaryzmu [Le rôle du privilège du roi Vladislav en 1498 sur le développement du parlementarisme silésien] », p. 153-163, Lenka Bobková, « Zemská zřízení a zemské stavy v Horní a Dolní Lužici v 16 století [Les constitutions territoriales et les ordres en Haute et Basse Lusaces] », p. 165-191, Karel Malý, « Pravní kultura v českém stavovském státě [La culture juridique dans l’État des États tchèques] », p. 55-66, František Šmahel, « Nástin proměn stavovské skladby Českého království od konce 14 do počátku 16. století [Les changements dans la structure des États du royaume de Bohême de la fin du XIVe siècle au début du XVIe siècle] », p. 71-84, Ivan Martinovský, « Vznik a počátky Vladislavského zemského zřízení [Gestation et commencements de la constitution Vladislav] », p. 85-100, Dalibor Janiš, « Ústavní základny moravského zemského práva na počátku novověku [Les fondements constitutionnels du droit territorial morave au début de l’époque moderne] », p. 113-135.

7 Noble sans fortune mais cultivé, il devint secrétaire de Ferdinand de Habsbourg et membre du Conseil de Guerre. Accusé de haute trahison et emprisonné en 1547, il fut libéré par Ferdinand. En 1544, Griespek fit l’acquisition de la terre de Nelahozeves sur laquelle il fit édifier un château Renaissance dans lequel il rassembla une bibliothèque et une collection de tableaux. Il devint aussi intendant de la Chambre de Bohême.

8 Marie Ryantová, « Ladislav II. Popel z Lobkovic jako první president apelačniho soudu [Ladislav II Popel z Lobkovic, premier président du tribunal d’appel] », dans P. Vorel (dir.), Stavovský odboj roku 1547. První krize habsburské monarchie [La révolte des États de 1547. La première crise de la monarchie Habsbourg], Pardubice-Prague, 1999, p. 185-204.

9 L’un d’eux fut Jan Zajíc z Házmburka, l’auteur de la Sarmacia aneb zpověd českého aristokrata, éd. Jaroslav Pánek, Prague, 2007 (voir l’étude introductive, p. 12-86). Ce texte écrit au début des années 1550 fut dédié à l’archiduc Ferdinand de Tyrol, devenu le lieutenant du roi à Prague. L’auteur y exprime son idéal du chevalier chrétien, amateur de tournois et de représentations théâtrales, mais aussi soucieux de lutter contre les Turcs, un péril que seuls les Habsbourg lui semblent à même de pouvoir conjurer efficacement.

10 J. Pánek, Poslední Rožmberkové. Velmoži české renesance [Les derniers Rožmberk, de grands nobles de la Renaissance tchèque], Prague, 1989, p. 85-101 et « Zápas o vedení české stavovské obce v polovině 16. století (Knížata z Plavna a Vilém z Rožmberka 1547-1556) [La lutte pour la conduite de la communauté des États en Bohême au milieu du XVIe siècle (Les princes de Plauen et Guillaume de Rožmberk 1547-1556)] », dans Československý časopis historický, t. 31, 1983, p. 855-884. Du même auteur sur Guillaume de Rožmberk comme réconciliateur, Vilém z Rožmberku. Politik smíru, Prague, 1998, notamment p. 16-21.

11 Voir Josef Válka, Dějiny Moravy [Histoire de la Moravie], t. I (Středověka Morava), Brno, 1996, p. 164-208 et t. II (Morava renesance, reformace a baroka), Brno, 1995, notamment p. 17-30 (« Moravská zemská správa a svoboda v 15.-16. století ») et 43-48 ; Vincenc Brandl (éd.), Kniha Tovačovská [Le Livre de Tovačov], Brno, 1868 ; Josef Válka, « Ctibor Tovačovský a Morava jako model stavovské země [Ctibor de Tovačov et la Moravie comme modèle de pays d’États] », dans František Hýbl (éd.), Morava na prahu nové doby, Přerov, 1995, p. 22-36.

12 Précisons que le clergé a disparu de la diète depuis les guerres hussites. Il n’y revient qu’à la faveur de la Constitution rénovée de Ferdinand II en 1627. à cet égard, la Bohême se distingue de la Moravie.

13 Ce document fondamental vient de faire l’objet d’une édition critique : Vladislavské zřízení zemské a navazující prameny (Svatováclavská smlouva a zřízení o ručničich), éd. Petr Kreuz et Ivan Martinovský, Hradec Kralové, Scriptorium, 2007.

14 Voir les études réunies par Petr Vorel dans Stavovský..., op. cit., notamment, pour notre sujet, celles de Jaroslav Pánek « První krize habsburské monarchie », p. 11-28, de Josef Válka, « Morava a porážky českých stavovských povstání », p. 9-40 et de Petr Vorel, « “Přátelské snešení stavův českých” z března 1547 a jeho signatáři », p. 81-124.

15 Josef Šimák, « Spor o dědictví rožmberské 1523-1528 [La lutte pour l’héritage des Rožmberk, 1523-1528] », Časopis Musea Kralovství českého, t. 70, 1896, p. 81-112, 308-322 et 419-441 ; J. Pánek, Poslední..., op. cit., p. 31-34 ; Simona Kotlárová, Páni z Rožmitálu [Les seigneurs de Rožmital], České Budějovice, 2008, p. 55 ; Petr Maťa, Svět české aristokracie (1500-1700) [Le monde de l’aristocratie tchèque 1500-1700], Prague, 2004, p. 63-65.

16 C’est dans ce contexte de la lutte des nobles et des villes qu’il faut comprendre le ralliement des premiers, à partir de 1484, au principe d’une constitution qu’ils avaient jusqu’alors rejeté. Mettre par écrit ce qui relevait de la coutume fut désormais perçu comme avantageux à plus d’un titre : une constitution ne pouvait plus être une arme entre les mains du roi contre la noblesse et cela ruinait les prétentions des villes à la « troisième voix » qu’elles étaient bien en peine de justifier historiquement. Voir P. Kreuz, I. Martinovský (éd.), op. cit., p. 35.

17 Karel Malý, « Svataváclavská smlouva. Třídní kompromis mezi šlechtou a městy z r. 1517 [L’accord de la Saint-Venceslas. Un compromis de classe entre noblesse et villes en 1517] », Acta Universitatis Carolinae, Philosophica I/2, 1955, p. 195-222 ; Jindřich Francek, 24.10.1517. Svatováclavska smlouva. Urození versus neurození [24.10.1517. L’accord de la Saint-Venceslas. Nobles contre roturiers], Prague, Havran, 2006 ; P. Čornej, M. Bartlová, op. cit., t. VI, p. 534-542. Réglant les relations entre les États, les 51 articles de la Saint-Venceslas 1517 demeurèrent en vigueur jusqu’en 1782. On en trouvera le texte dans P. Kreuz, I. Martinovský (éd.), op. cit., p. 267-291.

18 J. Pánek, Poslední..., op. cit., p. 52.

19 P. Maťa, op. cit., p. 124-127.

20 F. Šmahel, Husitská revoluce [La révolution hussite], Prague, 1993, 4 vol., t. IV, p. 54-72.

21 Petr Vorel, Páni z Pernštejna. Vzestup a pád rodu zubří hlavy v dějinách Čech a Moravy [Les seigneurs de Pernštejn. Ascension et chute de la famille aux armes à la tête d’auroch], Prague, 1999, p. 46-139 ; Marek Vařeka, Jan z Pernštejna 1561-1597. Hospodárský úpadek Pernštejnů, České Budějovice, 2008, p. 13-15.

22 P. Maťa, op. cit., p. 174.

23 P. Maťa, op. cit., p. 168-169.

24 M. Vařeka, op. cit., p. 57-58.

25 A. Valenta, Dějiny rodu Kinských, České Budějovice, 2004, p. 16-18.

26 Voir par exemple Tomáš Knoz, « Renesanční zámky na Moravě », dans Tomáš Knoz (dir.), Morava v době renesance a reformace, Brno, 2001, p. 46-58. Plus généralement, Ferdinand Seibt (dir.), Renaissance in Böhmen, Munich, 1985 et Jarmila Krčálová, « Renesanční architektura v Čechách a na Moravě [L’architecture renaissance en Bohême et en Moravie] », dans Dějiny českého výtvarného umění, t. II/1, Prague, 1989, p. 6-62.

27 Ivo Hlobil, Eduard Petrů, Humanísmus a raná renesance na Moravě [Humanisme et première Renaissance en Moravie], Prague, 1992, p. 102-128, en particulier p. 107-120.

28 Jan, qui se rendit en Terre sainte en 1493, devint hejtman du cercle de Žatec. Bohuslav fut docteur en droit canon, prévôt de Vyšehrad, nommé évêque d’Olomouc mais n’obtint pas l’investiture pontificale. Il était allé en pèlerinage en Terre sainte en 1490. à partir de 1503, il mena une vie érudite dans sa riche bibliothèque de Hasištejn qui est le noyau de celle des Lobkowicz d’aujourd’hui. Voir M. Mžyková, P. Mašek, S. Kasík, Lobkowiczové. Dějiny a genealogie rodu, České Budějovice, 2002, p. 61-63.

29 Vladimír Holý, « Růst a rozklad rodového majetku švihovských a Rýzmberka a pánů z Rožmitálu (Příspěvek k poznání vývoje feudální koncentrace pozemkového majetku v jiozápadních Čechách) [Formation et dislocation du domaine féodal des Švihovský de Rýzmberk et des seigneurs de Rožmitál. Contribution à l’étude du développement de la concentration féodale de la propriété foncière en Bohême du Sud] », Minulostí Plzně a Plzeňska, 3, 1960, p. 45-79 ; Petr Vorel, « Vývoj pozemkové držby pánů z Pernštejna v 15.-17. století [L’évolution des possessions foncières des seigneurs de Pernštejn, XVe-XVIIe siècles] », dans Petr Vorel (dir.), Pernštejnové v českých dějinách, Pardubice, 1995, p. 9-76.

30 Sur les créanciers, voir S. Kotlarová, op. cit., p. 61-66 pour les Rožmital et M. Vařeka, op. cit., p. 300 pour les Pernštejn ; on pourra aussi se reporter à Václav Ledvinka, Úvěr a zadlužení feudálního velkostatku v předbělohorských Čechách (Finanční hospodaření pánů z Hradce 1560-1596) [Crédit et endettement du grand domaine féodal dans la Bohême d’avant la Montagne Blanche (La gestion des seigneurs de Hradec, 1560-1596)], Prague, 1985.

31 Václav Bůžek, Ferdinand Tyrolský mezi Prahou a Innsbruckem. Šlechta z českých zemí na cestě ke dvorům prvních Habsburků [Ferdinand de Tyrol entre Prague et Innsbruck. La noblesse des pays tchèques en chemin vers les cours des premiers Habsbourg], České Budějovice, 2006 (Mono-graphia historica 7) ; trad. allemande (2009).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540