Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Deuxième partie. Des élites sociales divisées

Identité et rivalité. La culture matérielle de la noblesse polonaise au XVIe siècle

Jarosław Dumanowski

Texte intégral

  • 1 Roger S. Mason, Conspicuous Consumption. A Study of Exceptional Consumer Behaviour, New York, St M (...)

1L’étude de la culture matérielle permet non seulement de faire l’énumération de ce que possédaient les gens mais aussi de saisir les gestes quotidiens et les comportements des individus et des groupes sociaux1. Les recherches sur la culture matérielle de la noblesse polonaise au XVIe siècle sont possibles grâce à l’apparition et à la généralisation d’une source de production récente : les inventaires après décès que les nobles enregistraient dans les offices des tribunaux nobiliaires locaux. Ces premiers inventaires polonais sont encore rares, fragmentaires et laconiques à cette période, mais en comparaison des sources médiévales, ils offrent la possibilité de mener des recherches approfondies et approchant la réalité. Leur apparition comme documents écrits en polonais marque par ailleurs une grande rupture avec le règne du latin au Moyen Âge. Le besoin manifeste de disposer d’une documentation prouvant la possession non seulement de terres ou d’animaux mais aussi de mobilier, de vêtements, de bijoux, etc. met en relief le rôle de la consommation comme moyen de construction de l’identité nobiliaire et comme instrument de rivalité sociale.

2En m’appuyant sur les inventaires de la noblesse de Grande Pologne (Wielkopolska, la partie occidentale de la Pologne, dont Poznań), je tenterai d’analyser dans les pages qui suivent le rôle de la mode, du luxe et de la réception des modèles étrangers en tant qu’expression de la nouvelle sensibilité nobiliaire qui remplaça progressivement les anciennes valeurs médiévales et notamment chevaleresques au cours du XVIe siècle.

Discours littéraire et témoignages iconographiques

  • 2 Mikołaj Rej, Żywot człowieka poczciwego [La vie d’un honnête homme], éd. Julian Krzyżanowski, Wroc (...)
  • 3 Irena Turnau, History of Dress in central and Eastern Europe from the Sixteenth to the Eighteenth (...)

3En 1568, le poète polonais Nicolas Rey (Mikołaj Rej) écrivait : « J’entends dire que dans les pays étrangers on peint des représentants de différentes nations. Mais si on voulait représenter un Polonais, il faudrait le peindre nu et avec des ciseaux pour qu’il puisse tailler son costume comme il le veut2 ! » Cet extrait cité à maintes reprises par de nombreux historiens polonais a déjà été commenté de plusieurs manières. On y a vu une notation éclairante sur l’extrême popularité des modes étrangères dans la Pologne du XVIe siècle. Une autre interprétation présente cette réflexion du poète comme illustrant la thèse de l’absence de costume national polonais à cette époque. Elle a également été perçue comme l’expression de la passion du moraliste et l’effet de son exagération satirique. Dans ce dernier cas, cela revient à nier la valeur documentaire de son témoignage3.

4Les observations de Rey sont pourtant dignes de retenir l’attention, indépendamment de leur exactitude. L’image pittoresque donnée par le poète n’est pas à négliger compte tenu de l’importance de l’auteur. Nicolas Rey, créateur de la version polonaise du modèle de l’honnête homme, peut être considéré à la fois comme un idéologue de la noblesse provinciale, comme un calviniste critiquant avec ardeur toutes les manifestations du luxe et enfin comme le « père de la littérature polonaise » exaltant la fierté nationale.

5Cette citation mérite aussi d’être replacée dans un contexte tout à fait différent. Analysés selon le point de vue de l’historien de la mode – qui connaît les caractéristiques de la tenue du poète lui-même d’après les gravures de l’époque qui illustrent les éditions contemporaines de ses œuvres –, les mots de Rey prennent un sens nouveau. Dans ces portraits, on reconnaît aisément le costume qu’il critique si sévèrement dans ses poèmes. L’homme qui regrettait l’absence de vêtement national polonais s’habillait conformément aux modèles venus de l’Ouest, ceux-là mêmes qu’il ridiculisait de manière constante. Au demeurant, la première phrase de l’observation de Rey (« J’entends dire... de différentes nations ») permet de poser une hypothèse. Elle se réfère vraisemblablement aux livres présentant des exemples de tenues vestimentaires originaires de divers pays, livres venus d’Occident et qui jouissaient d’une certaine popularité au XVIe siècle. Ce serait donc l’imaginaire des auteurs occidentaux du XVIe siècle appliqué à l’identité des habitants du royaume de Pologne qui, non sans paradoxe, aurait ensuite contribué à façonner cette identité polonaise – au moins sur le plan du discours.

  • 4 Erazm Gliczner, « Książki o wychowaniu dzieci [Les livres sur l’éducation des enfants] », dans J. (...)

6La notation de Nicolas Rey n’est qu’un élément au sein d’une très longue liste de mentions dues à des lettrés, des courtisans et des prédicateurs critiquant unanimement l’inclination des Polonais à imiter les modes étrangères et déplorant l’absence totale de mode nationale. Erazm Gliczner, prédicateur luthérien, déclarait en 1558 : « Chez nous il est impossible de reconnaître qui est italien, allemand, turc, tartare ou hongrois et qui est polonais. Chez le roi, il y a des courtisans, qui apparaissent aussi en ville. Le costume de la cour se retrouve ainsi immédiatement porté en ville4. » Le théologien critique ici le manque de valeur significative du costume : il est impossible de reconnaître d’après lui la nationalité et la qualité d’un individu. La tendance à l’imitation a un fort impact social. La cour, origine des nouveautés, dicte la mode, suivie ensuite dans les villes – situation décrivant pratiquement un modèle d’apparition et de diffusion de la mode à l’époque moderne.

7Les constatations du moraliste pourront être imputées à la rigidité protestante et au mépris du luxe et de l’ostentation qui l’accompagne habituellement. Sauf qu’il ne constitue aucunement un cas isolé. Voici l’opinion d’un représentant d’un autre milieu, Łukasz Górnicki, auteur du « Courtisan polonais » (variante polonaise du Cortegiano), qui semble partager l’avis de Gliczner. Il reconnaît en 1560 dans son œuvre brossant le type du courtisan polonais idéal :

  • 5 Łukasz Górnicki, Dworzanin polski [Courtisan polonais], éd. Roman Pollak, Wrocław, 1954, p. 162.

« Je ne sais pas si c’est bien ou mal que nous, Polonais, n’ayons pas notre propre costume. Il me semble que ce costume polonais devait exister il y a longtemps, avant que nous acceptions les nouveautés. Les vêtements anciens nous semblent étranges maintenant, mais ils montrent une belle liberté polonaise, qui faisait la gloire de la République. À présent, les costumes nouveaux montrent une débauche insolente qui peut causer encore notre servitude. [...] Ainsi les Hongrois – qui ont commencé à imiter des vêtements turcs – ont-ils disparu. Dieu seul sait ce qui peut découler de cette multitude de costumes. Si tous ceux d’où viennent les costumes que nous portons commençaient à envahir notre Pologne, que nous resterait-il5 ? »

8Les participants de la discussion partagent l’indignation du premier intervenant, qui constate : « Comme nous le voyons, il y a tant de costumes différents qu’on ne sait pas lequel est le plus populaire, tant nous, Polonais, sommes si attirés par les modes étrangères. » Son interlocuteur renchérit : « C’est vrai qu’il y a beaucoup de costumes chez nous aujourd’hui. Ils sont innombrables. Les uns s’habillent à l’italienne, les autres à l’espagnole, à la mode de Brunswick, à la hongroise dans deux genres différents – l’ancien et le nouveau –, à la cosaque, à la tartare ; il y a encore d’autres costumes mais je ne les connais même pas. »

  • 6 Marcin Bielski, Satyry [Les satires], Kraków, 1889, p. 23; Mikołaj Rej, Krótka rozprawa miedzy trz (...)

9Ces observations de Górnicki rappellent les commentaires de Castiglione sur la diversité des modes en Italie. Mais elles ne se contentent pas, nous en sommes certain, de copier l’œuvre du maître italien. Ces commentaires et opinions étaient souvent repris à leur compte par d’autres auteurs appartenant à tous les milieux possibles6.

Une source nouvelle au XVIe siècle : l’inventaire après décès

10L’apparition d’une nouvelle source, l’inventaire après décès, qui se généralise en Pologne à partir du milieu du XVIe siècle, ouvre des perspectives novatrices de recherches en comparaison de l’époque médiévale. Son émergence est déjà par elle-même l’expression de nouveaux besoins, de nouveaux moyens de communication et d’une nouvelle sensibilité dont les implications dépassent largement la notion de culture matérielle au sens étroit du terme.

11La généralisation des inventaires est une conséquence de la loi « Des tutelles » promulguée par la Diète polonaise en 1565. Bien que le processus lui-même ait commencé avant le milieu du XVIe siècle, il connut un essor inouï à la suite de l’application de la loi en 1566. Cette réglementation confirmant l’usage récent de l’acte écrit contraignait les tuteurs des héritiers mineurs à dresser un inventaire pour estimer la valeur exacte de la succession et garantir leurs droits aux héritiers. Notons que la pratique de l’écriture en de telles circonstances était en soi un signe de changement entrant dans les éléments reconnus habituellement comme indicateurs de modernité – parmi d’autres éléments tels que le rôle laissé à la langue nationale, le développement concomitant de la bureaucratie et enfin l’importance croissante de la consommation en tant que facteur d’identification personnelle.

12Le développement des institutions autonomes de la noblesse à l’échelle régionale – tribunaux, offices locaux, diétines – s’est très rapidement accompagné de la promotion de la langue polonaise. Dans les actes des tribunaux locaux de la noblesse polonaise (acta castrensia, acta terrestria), le latin garda un rôle primordial jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Néanmoins, certains types documentaires étaient rédigés principalement en polonais depuis les années 1550. Aux dépositions de témoins citées au moins partiellement en latin depuis le Moyen Âge s’ajoutèrent des inventaires après décès, des testaments et les procès-verbaux des diétines et de la diète.

13L’introduction du polonais dans le texte des inventaires après décès changea complètement leur caractère. De simples énumérations d’objets, de témoignages rares et extrêmement laconiques, les inventaires devinrent des descriptions de biens et de leurs catégories de plus en plus détaillées. Le latin, pauvre et schématique, si éloigné de la réalité matérielle du XVIe siècle, fut remplacé par une richesse terminologique reflétant une classification plus élaborée des biens meubles.

14Le besoin de les dénommer et de les décrire avec précision découlait de leur nouvelle fonction. Si les rares inventaires du XVe ou du début du XVIe siècle se limitaient pratiquement aux énumérations d’armes et de trésors (bijoux, objets d’or et d’argent), les inventaires rédigés en polonais qui se généralisèrent au milieu du XVIe siècle contiennent un large éventail d’objets. On y trouve des vêtements, des ustensiles en étain et en cuivre, des couverts de table, du linge, bien évidemment des bijoux et des armes mais aussi des horloges, des livres, de la nourriture et l’équipement équestre. L’image et la composition de la richesse, fondée initialement sur les objets durs et précieux – les bijoux, l’argenterie et les armes richement décorées –, deviennent plus complexes. Parmi les nouveaux objets qui sont parmi les plus nombreux, nous trouvons du linge de table, des chemises, des draps de lit, etc. fabriqués en tissu raffiné désigné en Pologne sous l’appellation de linge « de Cologne » ou « flamand ». Les plus belles collections de linge sont énumérées pour l’essentiel dans les inventaires décrivant les biens appartenant à des femmes. En même temps, les armes et les bijoux occupent une partie importante des inventaires – ceux des hommes comme ceux des femmes –, le traitement textuel de ces objets ne se limitant plus à leur simple énumération.

Turcs ou italiens ? Diversité des modes et des modèles

15Dans les inventaires polonais des biens nobiliaires du XVIe siècle, nous rencontrons de nombreux qualificatifs indiquant l’origine des objets cités : turc, italien, flamand ou allemand. Ces appellations sont ambigües : elles peuvent se référer au lieu de production ou d’achat d’une marchandise ou aux différents modes de fabrication des objets. En fait, elles reflètent avant tout les impressions de l’auteur de l’inventaire. De quelle connaissance de la Turquie ou de l’Italie pouvait bien se targuer un noble polonais paradant en manteau oriental ou coupé dans un drap italien ? Quels savoirs avaient des pays lointains des gens qui n’y avaient jamais mis les pieds et se les imaginaient à travers les objets nommés « flamands » ou « de Brunswick » ? L’examen de la chronologie de l’apparition de telles appellations et l’identification des objets ainsi appelés par rapport aux autres objets qui les accompagnent peuvent s’avérer instructifs non seulement pour identifier l’origine de ces objets mais aussi et surtout pour appréhender les concepts (ou idées) qui leur étaient associés.

16Sans nul doute, le XVIe siècle fut en Pologne une période de diversité extraordinaire des modes vestimentaires.

de Cologne et de Flandre

217

turc

77

italien

20

de Brunswick

8

cosaque

7

tchèque

6

polonais

4

lituanien

4

allemand

4

de Francfort

4

de Moscou

3

ruthénien

2

de Wrocław (Breslau)

2

Désignation des objets dans les inventaires après décès. D’après un échantillonnage de 57 inventaires après décès de nobles de Grande Pologne au XVIe siècle

  • 7 Inventaire après décès de Wojciech Parzniczewski, Varsovie, Archiwum Główne Akt Dawnych (Archives (...)
  • 8 Inventaire après décès de Jan Złotkowski (1580), Poznań, Archiwum Państwowe w Poznaniu (Archives N (...)

17Fait remarquable, cette diversité peut être observée non seulement au niveau global mais aussi au sein d’un même inventaire. L’analyse des inventaires après décès du XVIe siècle dévoile en effet une réalité très complexe. Dans les coffres et armoires de nobles polonais de cette époque, on trouve simultanément des vêtements et tissus décrits comme turcs, italiens, hongrois, allemands, lituaniens et russes. Bien évidemment, cela ne prouve pas que ces objets étaient vraiment produits dans ces pays. Cela résulte souvent, on l’a dit, des conceptions, associations d’idées et représentations de leurs propriétaires. Les descriptions des objets originaires de tel ou tel pays créent des stéréotypes, pour ainsi dire des étiquettes. Malgré cela, on remarque que les objets appartenant à une seule personne ne forment pas un ensemble homogène par leur style, qu’il soit réel ou seulement « à la façon de ». Les costumes dits « russes » s’accompagnent aussi de vêtements « italiens », « turcs » et « hongrois » dans les inventaires. Dans l’un d’eux, daté de 1554, un caftan à la hongroise, identifié souvent comme un élément du costume polonais, se trouve aux côtés de pantalons italiens7. Dans d’autres inventaires, les hauts bonnets orientaux ourlés de fourrure sont notés à la suite de bérets ou chapeaux de velours typiques de la mode occidentale8. Le propriétaire d’un caftan russe et de pantalons italiens possédait aussi un bonnet oriental garni de fourrure, un béret noir italien populaire à la Renaissance et un bonnet de feutre. Les exemples similaires sont légion. Cette diversité offre un contraste saisissant avec le règne du costume national qui caractérise le XVIIe siècle.

  • 9 Inventaire après décès de Grzegorz Czekanowski de 1570, ibid., Castrensia Calissiensia 59, p. 1146 (...)
  • 10 Inventaire après décès de Wojciech Tomisławski de 1584, Varsovie, Archiwum Główne Akt Dawnych, Ter (...)
  • 11 Jarosław Dumanowski, « The Gentry’s World of Objects in 18th Century Great Poland », Acta Poloniae (...)

18On observe également la cohabitation d’objets occidentaux et orientaux dans d’autres catégories de biens meubles comme les armes et le matériel d’équitation. Les inventaires après décès mentionnent à la fois des sabres orientaux, donnés souvent pour « turcs », et des « glaives9 ». C’est aussi dans les listes de selles qu’on rencontre en même temps des objets qualifiés de turcs ou d’italiens10. Il faut certes tenir compte des éléments vestimentaires, des armes et des pièces de harnachement qui ne sont pas identifiés clairement comme occidentaux ou orientaux. Et, naturellement, les données des inventaires sont sujettes à caution. Les chercheurs ont déjà mis en évidence le caractère sélectif des inventaires, qui ne mentionnent parfois aucun vêtement et décrivent uniquement les possessions des gens aisés, en occultant les éléments permettant d’avoir une image fidèle de la vie des catégories moins favorisées de la société11. En ce qui nous concerne, nous disposons cependant de toute une série de témoignages littéraires et iconographiques. Le fait que cette différenciation de styles et de modes se manifeste non seulement parmi des couches sociales différentes mais concerne aussi des biens appartenant à un seul propriétaire nous paraît particulièrement significatif.

19Le costume national polonais, assimilable au vêtement nobiliaire, s’est élaboré définitivement au XVIIe siècle. Ses premières formes remontent néanmoins à la seconde moitié du XVIe siècle. Son apparition découle du choc des influences venues d’Europe de l’Ouest d’une part et de la mode orientale arrivée de Turquie et de Perse, d’autre part. Les influences orientales ont été transmises par le biais de la mode hongroise et par les contacts directs entre Polonais, Turcs et Tartares. Cette lente orientalisation de la mode et de l’esthétique s’est renforcée après l’union de Lublin en 1569. L’annexion de la Russie kiévienne intensifia les contacts avec l’Orient orthodoxe. Au total, la culture polonaise des apparences est née dans un creuset d’influences très différentes.

20Outre les informations sur le cadre matériel de l’existence, sur la richesse ou la pauvreté des individus du passé, les inventaires après décès fournissent, cachée dans la hiérarchie subtile des objets listés et leur description laconique, une image assez fine de la sensibilité des hommes de ce temps. Même leurs omissions sont éloquentes. Les exemples glanés ici illustrent un processus fondamental changeant les modalités du jeu social : le début de la transformation de la noblesse polonaise, qui cultivait encore au début du XVIe siècle l’idéal chevaleresque, en un groupe de propriétaires fonciers appréciant la douceur de vivre et affirmant (ou conquérant) leur statut social par une consommation de luxe. Elle eut des répercussions considérables : le remplacement des vertus militaires par une consommation ostentatoire, coûteuse et difficile à imiter sans moyens matériels adaptés, creusa l’écart entre l’élite nobiliaire et la masse des nobles pauvres, si nombreux en Pologne.

Notes

1 Roger S. Mason, Conspicuous Consumption. A Study of Exceptional Consumer Behaviour, New York, St Martin’s Press, 1981; Daniel Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, XVIIe-XIXe siecle, Paris, Fayard, 1997 ; Andrzej Pośpiech, Pułapka oczywistości. Pośmiertne spisy ruchomości szlachty wielkopolskiej z XVII wieku [Piège de l’évidence. Registres après décès des biens meubles de la noblesse de Grande Pologne du XVIIe siècle], Warszawa, 1992 ; Id., « Regestrum omnium rerum mobilium. Probate inventories of the Polish Gentry as a Source for the Study of the Landed Society (the Case of Wielkopolska in the 17th century) », dans Omnia Res mobilia. Polish Studies in Posthumous Inventories of Movable Property in the 16th-19th Century, Warsaw 1999, p. 163-192; Jarosław Dumanowski, Świat rzeczy szlachty wielkopolskiej w XVIII w. [Le monde des objets de la noblesse de Grande Pologne au XVIIIe siècle], Toruń, 2006.

2 Mikołaj Rej, Żywot człowieka poczciwego [La vie d’un honnête homme], éd. Julian Krzyżanowski, Wrocław 1956, p. 202.

3 Irena Turnau, History of Dress in central and Eastern Europe from the Sixteenth to the Eighteenth Century, Warszawa, 1991, p. 71; Władysław Łoziński, Życie polskie w dawnych wiekach, Kraków 1978, p. 109; Janusz Tazbir, « La consommation et la Réforme: les dissidents polonais et le problème du luxe », Kwartalnik Historii Kultury Materialnej, 1982, 30 (1), p. 24.

4 Erazm Gliczner, « Książki o wychowaniu dzieci [Les livres sur l’éducation des enfants] », dans J. Skoczek (dir.), Wybór pism pedagogicznych polskiego Odrodzenia [Le choix des écrits pédagogiques de la Renaissance polonaise], Wrocław, 1956, p. 286.

5 Łukasz Górnicki, Dworzanin polski [Courtisan polonais], éd. Roman Pollak, Wrocław, 1954, p. 162.

6 Marcin Bielski, Satyry [Les satires], Kraków, 1889, p. 23; Mikołaj Rej, Krótka rozprawa miedzy trzema osobami Panem, Wójtem a Plebanem [Un court entretien entre trois personnes: le Seigneur, le Maire et le Curé], éd. Konrad Górski et Witold Taszycki, Wrocław, 1953, p. 166-168; Jodok Ludwik Decjusz, Księga o czasach króla Zygmunta [Livre sur le temps du roi Sigismond], Warszawa, 1960, p. 21; Łukasz Górnicki, « Rozmowa Polaka z Włochem [Entretien d’un Polonais avec un Italien] », dans Łukasz Górnicki, Pisma [Les écrits], éd. Roman Pollak, t. II, Warszawa 1961, p. 378.

7 Inventaire après décès de Wojciech Parzniczewski, Varsovie, Archiwum Główne Akt Dawnych (Archives Centrales des Actes Anciens), Acta castrensia Lanciciensia 3, p. 308-310.

8 Inventaire après décès de Jan Złotkowski (1580), Poznań, Archiwum Państwowe w Poznaniu (Archives Nationales de Poznań), Castrensia Calisiensia 241, p. 316-317 ; inventaire après décès de Wiktoryn Pierzchliński (1581), ibid., Castrensia Posnaniensia 161, p. 958-961.

9 Inventaire après décès de Grzegorz Czekanowski de 1570, ibid., Castrensia Calissiensia 59, p. 1146-1147 ; inventaire après décès de Jan Zlotkowski mentionnant des sabres et des glaives.

10 Inventaire après décès de Wojciech Tomisławski de 1584, Varsovie, Archiwum Główne Akt Dawnych, Terrestria Radziejoviensia 8, p. 151v., 153v.

11 Jarosław Dumanowski, « The Gentry’s World of Objects in 18th Century Great Poland », Acta Poloniae Historica, 90, 2004, p. 51-76 ; Id., « Mise en scène sociale, identité et représentation : la culture matérielle de la noblesse de Grande Pologne au XVIIIe siècle », dans J. Dumanowski, M. Figeac (dir.), Noblesse française et noblesse polonaise : mémoire, identité, culture, XVIe-XXe siècle, Pessac, MSHA, 2006, p. 395-403.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540