Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Première partie. Le bouclier de la chrétienté en question

Une idéologie à l’épreuve de la modernité. L’idée de croisade en Hongrie à la fin du Moyen Âge

Sándor Csernus

Texte intégral

  • 1 Les interprétations propagandistes et journalistiques qui parlaient d’une « croisade juste » contr (...)

1Les études, les centres de recherche, les colloques scientifiques et les publications concernant l’histoire et l’idéologie de la Croisade se multiplient. Ce phénomène n’est certainement pas indépendant du contexte actuel, à savoir le conflit Est-Ouest que certains observateurs considèrent – à tort ou à raison d’ailleurs – comme une confrontation des cultures et des différentes visions du monde1.

2Il y a un quart de siècle, on avait l’impression que tout avait été dit (ou presque) sur les croisades. En réalité, chaque génération d’historiens ajoute de nouvelles découvertes, de nouvelles visions à ce phénomène historique particulièrement riche et complexe. De nos jours, l’histoire des croisades mais aussi leur historiographie s’inscrivent dans la longue durée. Les recherches récentes posent à nouveau le problème de la notion de croisade et, par suite, de la délimitation de l’ère des croisades. Sans entrer dans les détails, tentons ici une brève présentation des interprétations les plus courantes avant de resserrer le propos.

La croisade : essai de définition et de périodisation

  • 2 Article « Historiens des croisades » dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), Dictionnaire d (...)
  • 3 Les pèlerinages vers Jérusalem ont commencé au milieu du IVe siècle et ont connu un essor considér (...)
  • 4 Article « Croisades » dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), op. cit. ; A. P. Kazhdan (dir (...)

3L’histoire des croisades fait partie sans nul doute des sujets les plus étudiés de l’histoire du Moyen Âge. De plus, les croisades ont fortement influencé le développement de l’historiographie médiévale et contribué à l’épanouissement de la littérature européenne ; principalement dans les pays qui, comme la France, y ont participé2. La croisade, dans la tradition historiographique et selon son acception primitive, est un pèlerinage pieux mais armé effectué pour délivrer les Lieux saints – principalement Jérusalem, le « paradis terrestre » –, donc une entreprise militaire volontaire, la « guerre juste » par excellence, lancée le plus souvent par le pape, soutenue moralement, spirituellement, idéologiquement et financièrement par l’Église occidentale et par d’autres représentants de la communauté chrétienne. Si l’on prend cette définition « à la lettre », une seule croisade subsiste : la première, celle qui fut lancée par le pape Urbain II et conduisit la première armée des croisés jusqu’à Jérusalem, de 1096 à 1099, aboutissant à la prise de celle-ci. C’est la seule entreprise qui réponde à toutes les exigences formulées précédemment. Si l’on met l’accent sur le « pèlerinage pieux », on constate que la pratique du « saint voyage » est bien antérieure à l’appel de Clermont : elle remonte au millénaire de la mort et de la résurrection du Christ en 10333. Si l’on définit enfin la croisade comme un pèlerinage militaire reconnu et soutenu par le pape dont l’objectif principal était soit la prise de Jérusalem, soit la reconquête de la Terre sainte, on arrive à la définition et à la périodisation classiques des croisades : de la première expédition de 1096 (ou de l’appel d’Urbain II le 27 novembre 1095) jusqu’à la huitième, dirigée par Saint Louis (jusqu’à Tunis) en 1270 – voire, selon cette logique « traditionnelle », jusqu’à l’anéantissement des États latins d’Orient sanctionné par la chute d’Acre en 12914.

  • 5 Sur cette conception politique formulée principalement par Pierre Du Bois, voir J. Favier, op. cit (...)
  • 6 A.-J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français jusqu’au milieu du XIVe siècle, Larousse, Paris, (...)

4Mais l’histoire des croisades ne s’arrête pas là. Force est de constater que, malgré les pertes territoriales et les échecs militaires subis sur le terrain, la croisade demeura l’une des préoccupations majeures non seulement des papes et des empereurs, mais également de tous les rois et des princes occidentaux « de valeur ». On serait même tenté de dire que la fin du XIIIe siècle correspond à la première épreuve de « modernisation » et d’adaptation aux circonstances nouvelles de l’idée de Croisade, épreuve dont elle sortit revigorée. D’une part, elle garda son idéal et sa phraséologie « traditionnelle » de « voyage d’Outre-mer » ; d’autre part, confrontée à la réalité des rapports de force, elle devint de plus en plus défensive. Ce double processus déboucha sur une synthèse nouvelle au début du XIVe siècle qui renoua le lien avec la théorie de l’État des monarchies médiévales5. La Chrétienté avait trop investi dans ces entreprises militaires et politiques et elles étaient trop ancrées dans les mentalités collectives occidentales pour que tout soit abandonné après la chute des États d’Orient. Changement majeur, l’histoire des croisades et l’histoire de l’idéologie de la Croisade se séparaient. Le mot « croisade » apparut seulement au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle6. La fin de la première grande phase des expéditions coïncide ainsi avec la première mutation de l’idée de Croisade.

  • 7 Le terme est couramment utilisé dans l’historiographie, par exemple chez S. Runciman, op. cit. ; H (...)
  • 8 Pour prendre quelques exemples : S. Runciman (op. cit.) parle des croisades tardives dans l’Épilog (...)

5Au cours du XIVe siècle, les projets de croisades se sont multipliés. De nouvelles entreprises ont été lancées et les affrontements militaires dans le bassin oriental de la Méditerranée sont entrés dans le quotidien des habitants des pays situés sur la frontière orientale de la Chrétienté occidentale. L’historiographie les désigne généralement sous le nom de « croisades tardives7 ». Notons qu’il y a une incertitude autour de la définition de celles-ci. Des chapitres portant ce titre dans les ouvrages savants nous expliquent que les croisades tardives ne sont pas des croisades car elles ont été organisées à des fins « politiques locales » et sans vision universelle. Faute de mieux, le terme de « croisade tardive » semble adéquat car il exprime à la fois les origines connues et reconnues du phénomène, à cette nuance près que d’autres précisions seraient nécessaires. Sur le plan chronologique, le début ne pose aucune difficulté. Mais où faut-il s’arrêter ? Les réponses divergent : en 1396 (Nicopolis), en 1426 (Chypre), en 1444 (Varna), en 1453 (Constantinople), en 1456 (Belgrade), en 1492 (Grenade), en 1523 (Rhodes), en 1570 (Chypre), en 1526 (Mohács), en 1565 (Malte) ou encore en 1571 (Lépante)8.

  • 9 Pierre Du Bois, De recuperatione Terrae Santae, éd. Ch.-V. Langlois, dans Collection de textes pou (...)

6La notion de croisade subit des modifications non seulement dans le temps mais dans l’espace. Ses composants « régionaux » et ses interprétations se sont parallèlement multipliés. Du point de vue géographique, les affrontements militaires se sont peu à peu déplacés vers l’Europe centrale et vers le centre de la Méditerranée pour s’installer finalement à l’intérieur des territoires chrétiens. D’autre part, une nouvelle conception de la croisade a vu le jour au XIVe siècle. Un conseiller de Philippe Le Bel, Pierre Dubois (ou Du Bois) (v. 1250-après 1321) a recouru à l’idée de Croisade pour justifier l’expansion de la monarchie capétienne : selon lui, c’est le roi de France qui – en rétablissant la paix dans la Chrétienté et en se plaçant à la tête de la croisade – devait guider l’armée chrétienne contre les musulmans et accéder à la plus haute dignité du monde chrétien. En bref, cette théorie manifestement hostile au discours pontifical (au temps de Boniface VIII) comme à l’empereur germanique – Albert de Habsbourg (1298-1308), Henri VII de Luxembourg (1310-1313) puis Louis de Bavière (1314-1347) – interprétait de façon « gallicane » l’idée de Croisade9.

  • 10 La bataille de Nicopolis dispose d’une abondante bibliographie, à commencer par A. S. Atiya, The C (...)
  • 11 Sur les ducs de Bourgogne : J. Calmette, Les Grands Ducs de Bourgogne, Paris, 1975 (repr. de 1949) (...)
  • 12 P. Engel et alii, op. cit., p. 151-160 ; Y. Lacaze, « Philippe Le Bon et le problème hussite : un (...)

7La dernière croisade dont l’objectif clairement défini était la reprise de Jérusalem et de la Terre sainte fut celle du roi de Chypre Pierre Ier (1359-1369) en 1365, qui aboutit à la prise et à la mise à sac d’Alexandrie. Ses chances d’aller plus loin étaient minimes. La vengeance turque de 1426 fut (si l’on peut dire !) à la hauteur de la cruauté des croisés et elle mit fin de facto à l’indépendance du royaume de Chypre. Sur l’autre front, trente ans plus tard, la croisade de Nicopolis apparaît comme l’action d’un monde révolu, une bataille que bon nombre d’historiens considèrent comme le « cheval du vétérinaire » de l’histoire militaire, en bref une entreprise qui révélait toutes les faiblesses, les maladies incurables et la vision inadaptée de la société et des mœurs propres au milieu de la chevalerie. Quoi qu’il en soit, après Nicopolis, l’idée de Croisade entra dans une ère de transformation – surtout en Europe centrale10. Son caractère international s’affaiblit considérablement. L’« exotisme chevaleresque » disparut progressivement et les images convenues du « voyage d’Outremer » se réfugièrent dans les pages des chroniques bourguignonnes, influençant le message complexe que reflétaient les fastes bourguignons de la cour des Ducs11. Le caractère multifonctionnel de la croisade se renforça : placée au service des États expansionnistes (l’Ordre teutonique en guerre contre les « païens »), elle devint un instrument de la lutte contre l’hérésie dont le concile de Constance avait fait un objectif prioritaire, principalement contre les hussites12.

  • 13 Comme l’expose si bien le grand classique de J. Huizinga : The Waning of the Middle Ages, 1937 (su (...)

8Certes, le rêve de la reconquête de Jérusalem continuait à se développer à la cour des princes d’Occident. Le ferme espoir des Chevaliers de la Toison d’Or de combattre les musulmans restait à l’ordre du jour, y compris au moment de contracter des alliances. Des négociations internationales furent organisées pour lancer une entreprise collective. Mais les résultats sur le terrain ont été minces. Seules quelques expéditions menées par Jean de Hunyad (János Hunyadi) furent couronnées de succès13. On parlait de mobilisation internationale, d’une alliance de tous les princes occidentaux et les papes firent des efforts surhumains (souvent contradictoires d’ailleurs) pour organiser la défense de la Chrétienté. Mais dans les faits, les entreprises contre les Turcs pesaient de plus en plus sur les pays d’Europe centrale et orientale (principalement sur la Hongrie et la Pologne) et sur les populations directement menacées par la progression ottomane. Se contentant du soutien moral – au mieux financier et militaire – des autorités européennes (le pape ou les ducs de Bourgogne), les pays centre-européens durent mobiliser leurs propres ressources humaines, économiques et militaires pour faire face au défi musulman. L’idée de Croisade, mise à l’épreuve de la modernité, commença donc à vivre une vie séparée des entreprises de ce nom, tout en conservant son prestige ainsi que ses traditions mobilisatrices et guerrières.

La Hongrie au contact des premières croisades

  • 14 J. Kejr (éd.), Tractatus pacis toti Christiani fiendae, Praha, Naklad Cescoslovenské Akademie, 196 (...)

9Tout d’abord, le mot avait changé de contenu. En Occident, dans la phraséologie traditionnelle, les croisades gardaient une connotation chevaleresque de guerre juste et offensive. A contrario, dans la dure réalité de la lutte anti-ottomane que vivaient les pays d’Europe centrale, cette vision disparut progressivement au profit d’une autre conception ancrée dans la réalité du terrain : la nécessité de se défendre. Au milieu du XVe siècle, un projet de paix universelle attribué à Georges de Poděbrady formula une synthèse entre l’interprétation occidentale traditionnelle de la Croisade et son adaptation au contexte centre-européen14.

  • 15 J’en ai retracé l’évolution dans S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 411-426.
  • 16 Cette mission collective apparaît pour la première fois à l’époque de saint Étienne. Voir la préfa (...)

10Pour bien comprendre le processus, rappelons quels rapports la Hongrie avait entretenus avec les croisades et leur idéologie aux siècles précédents15. L’idée de Croisade sous-tendit l’attitude de la Chrétienté occidentale vis-à-vis des Hongrois dès leur installation en Europe centrale et plus encore depuis leur évangélisation. La fondation d’un grand royaume chrétien dans le bassin des Carpates, sur le Moyen Danube, avait été saluée par les chroniqueurs de l’époque comme une étape décisive ouvrant le chemin terrestre qui menait les pèlerins occidentaux jusqu’à Jérusalem. La naissance de la Hongrie fut donc située dès l’origine dans un contexte d’expansion de la Chrétienté latine. En contribuant à sa création, la communauté chrétienne devait accueillir – pour ainsi dire apprivoiser – ces Hongrois nomades qui avaient menacé l’Occident par leurs raids militaires. Simultanément, le nouvel État chrétien devait protéger la Chrétienté occidentale à l’Est. La logique de sa création et la définition de sa mission étaient donc comparables à celles qui avaient conduit à institutionnaliser la présence normande au nord-ouest de la France en créant le duché de Normandie près d’un siècle plus tôt16. La conversion des pays situés à la périphérie de la Chrétienté du premier millénaire écartait le danger quotidien que représentaient pour elle les redoutables marins vikings et les non moins redoutables cavaliers hongrois. Avec leur adhésion au christianisme latin, la politique évangélisatrice de Rome allait bien au-delà de la nécessité défensive : il ne s’agissait pas seulement de se débarrasser d’agresseurs réguliers mais de mettre les forces des ennemis d’hier au service de la protection, voire de l’expansion de la Chrétienté occidentale. Nul n’ignore le rôle conquérant des princes normands par la suite et l’importance des Hongrois dans la défense de l’Occident contre le déferlement mongol au XIIIe siècle.

11La Pologne paracheva quasiment au même moment les cadres de son État chrétien et contribua elle aussi à protéger les frontières occidentales de la Chrétienté, dont l’extension devint une mission primordiale. En Hongrie en revanche, c’est sa protection qui occupa toujours le premier plan. Autre singularité, les descendants des cavaliers hongrois qui semaient la terreur en Europe aux siècles précédents furent moins sensibles aux entreprises militaires lancées contre les occupants de la Terre sainte. L’attitude hongroise vis-à-vis des premières croisades révèle plutôt une volonté de neutralité, le souhait de maintenir un équilibre entre les deux chrétientés, tout en nourrissant une curiosité manifeste pour ces expéditions.

  • 17 I. Szamota, Régi utazások Magyarországon és a Balkán-félszigeten (1054-1717) [Anciens voyages et v (...)
  • 18 E. Fügedi, op. cit., p. 180.

12Pour les rois de Hongrie entrés en contact avec les milites Christi qu’attiraient la Jérusalem terrestre, le passage des pèlerins puis des croisés a été l’occasion de faire connaissance, de tisser des liens politiques et dynastiques. Occidentaux et chrétiens centre-européens se découvraient mutuellement. C’est aux pèlerins traversant la Hongrie, comme Odon de Deuil ou Otton de Freising, que l’on doit d’ailleurs les premières descriptions du pays17. Ces pèlerinages suivirent immédiatement la nouvelle de la conversion des Hongrois, puisqu’elle ouvrait la route terrestre vers Jérusalem, et ceci dans des conditions particulièrement favorables, sous la protection d’un roi puissant et pieux (saint Étienne)... L’ouverture officielle et sécurisée de cette route eut lieu entre 1018 et 1026. Raoul Glaber, qui en parle dans son Historia Francorum, mentionne ce roi très accueillant et favorable aux pèlerins, et évoque la « multitude innombrable de gentilshommes et de roturiers » en route vers Jérusalem18. Les pèlerins longeant le Moyen Danube formaient souvent des groupes nombreux : douze mille menés par Gunther, évêque de Bamberg ! Parmi eux, des princes et des grands seigneurs comme Henri de Bavière, Henri d’Autriche, Foulques Nerra ou Guillaume IV de Toulouse ont bénéficié de l’hospitalité des rois arpadiens, d’Étienne Ier à Ladislas Ier. La réputation du premier roi de Hongrie est aussi due au soutien, confirmé par les légendes hagiographiques, qu’il accorda aux pèlerins par ses fondations et ses dons aux différentes institutions de Jérusalem et de Rome – preuve supplémentaire de la solidité de sa foi chrétienne.

13L’appel de Clermont changea considérablement la donne. Le pèlerinage paisible et pieux se transforma en croisade armée, en guerre sainte, une guerre juste par excellence qui semblait tout permettre au croisé pour atteindre son objectif, la libération des Lieux saints. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les tout premiers contacts avec ces pèlerins d’un genre nouveau ont été conflictuels : le roi de Hongrie, Coloman (Kálmán) fut contraint d’affronter militairement les croisés pillards de la Première croisade (avril-octobre 1096) et de les disperser. Seul le contingent de Godefroy de Bouillon traversa la Hongrie dans les règles, ses dirigeants ayant respecté les conditions définies au préalable. Ils quittèrent le royaume en bons termes avec les Hongrois et la méfiance née des expériences précédentes fit place au respect mutuel. La « gestion » du passage de la Deuxième croisade (juin 1147), celle de l’empereur Conrad III et du roi de France Louis VII n’a pas été simple. Le roi de Hongrie, Géza Ier dut pratiquement acheter, très cher, le calme et le passage sans violence de l’armée des croisés sur le sol national.

14La Troisième croisade (mai-juin 1189) menée par Frédéric Barberousse, Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion traversa partiellement la Hongrie : l’armée impériale était la seule à avoir choisi la voie terrestre. Béla III (1172-1196) et son épouse capétienne, Marguerite, lui réservèrent le meilleur accueil. Pour la première fois, un important contingent hongrois, conduit par l’évêque de Győr Uros, se joignit aux croisés. Mais quand ceux-ci se trouvèrent en conflit avec le basileus, Béla III, qui tenait à ce que ses rapports avec Byzance demeurent amicaux, rappela les Hongrois. Lui-même fit néanmoins vœu de prendre la croix en 1196 et effectua de nombreuses donations en ce sens. Sa mort en 1196 l’empêcha de tenir parole et c’est sa veuve Marguerite en 1197 puis son fils cadet André II qui reprirent son engagement à sa place.

  • 19 S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 413-420. Pour l’époque arpadienne, voir Gy. Kristó, Hi (...)

15Le bilan des contacts entre le roi de Hongrie (et son entourage) et les princes ayant mené les trois premières croisades avait donc été globalement positif19. La quatrième expédition (1201-1202), bien qu’elle n’ait pas traversé la Hongrie, eut des effets désastreux. Les terres dépendant du roi de Hongrie Émeric (1196-1204), lui-même croisé et en lutte contre les hérétiques (Bogomiles) des Balkans à l’appel du pape Innocent III, subirent des attaques de la part des croisés, notamment la prise et la mise à sac de Zara (Zadar) en 1202. Elles provoquèrent une grave crise de conscience. En agressant un prince chrétien et ayant pris la croix, la Croisade avait perdu son lustre d’antan.

  • 20 S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 421-424 ; Gy. Kristó, Histoire..., p. 128-129; J. R. S (...)
  • 21 On y voit d’ordinaire l’une des causes du mouvement nobiliaire hongrois qui aboutit à la promulgat (...)
  • 22 Fouilles dirigées par Balázs Major. La publication des résultats de ces fouilles est en cours.

16La Cinquième croisade (1217-1218) – connue en Hongrie sous le nom de « croisade d’André II », en Allemagne comme celle de Léopold IV et Louis de Bavière et en France comme celle de Jean de Brienne – constitue un autre tournant20. Il avait fallu plus d’un siècle pour que la Hongrie se joigne activement à ce mouvement déjà si controversé. Du point de vue militaire, l’entreprise ne donna rien mais le prestige du roi de Hongrie – le père de la future sainte Élisabeth – en fut rehaussé. Elle eut un certain impact sur l’évolution des mentalités et sur le gouvernement du pays21. De plus, des fouilles archéologiques récentes permettent de supposer que le séjour d’André II en Terre sainte a laissé des traces plus importantes qu’on ne le croyait auparavant : un groupe d’archéologues hongrois qui fouillait le château fort de Margat (en Syrie) a découvert des fresques extraordinaires représentant la Terre sainte dans cette forteresse gratifiée par André II d’une aide régulière (100 livres d’argent) après son passage22.

  • 23 S. Runciman, op. cit., vol. III, Livre 3 ; S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 421. Sur ce (...)

17Pour le reste, la Hongrie ne joua pas de rôle significatif dans les croisades du XIIIe siècle. Les trois expéditions qui visèrent l’Égypte ne devaient pas traverser la Hongrie. Par ailleurs, la Croisade se tournait de plus en plus souvent contre les « hérétiques ». Malgré les demandes du pape pour lancer des campagnes depuis la Hongrie dans les Balkans, les rois arpadiens demeuraient réticents. Surtout, l’imminence d’une agression des Mongols exigeait la mobilisation des forces du pays. En sens inverse, les demandes de renforts et les appels à la Croisade provenant du roi de Hongrie Béla IV eurent peu d’effets. Les timides appels lancés par Grégoire IX et ses successeurs (le 1er juillet 1241, le 19 janvier 1242 et le 21 juillet 1243) restèrent sans écho. Il faut dire qu’à cette époque, les Mongols étaient considérés comme des alliés potentiels des Chrétiens contre les Turcs23.

  • 24 Notons à ce titre que la Chapelle hongroise (dédiée à Notre-Dame Protectrice des Hongrois) de la b (...)

18Au total, l’idée de Croisade s’enracina difficilement et tardivement en Hongrie. L’image de ce grand royaume chrétien ne s’est pas construite en s’appuyant sur sa participation aux croisades. Celles-ci n’éveillaient aucun enthousiasme dans la masse de la population hongroise. Dans l’ensemble, la croisade – ou l’idée de Croisade dans son interprétation occidentale – demeura étrangère au pays. En dehors de l’élite ecclésiastique et laïque de la cour et de l’entourage royal, elle échappait à toute intériorisation et n’appartenait pas au vécu collectif24.

Les croisades tardives

  • 25 T. Klaniczay, « A kereszteshad eszméje és a Mátyás-mítosz [L’idéal de Croisade et le mythe de Math (...)

19Il faut attendre la fin du XIVe siècle, l’époque des croisades tardives, pour que la Hongrie se repositionne dans la problématique des croisades. Les événements majeurs que sont les batailles de Nicopolis (1396) et de Varna (1444), ou encore la victoire de Belgrade (1456), la grande révolte paysanne de 1514 et la défaite de Mohács (1526) constituent les grandes étapes de cette évolution idéologique. à la fin du XIVe siècle, les Turcs passèrent à l’offensive en Europe et la communauté chrétienne dut « tester » ses propres moyens de résistance. Si la réponse chrétienne de Nicopolis semble spectaculaire à première vue, l’idée de Croisade agissant comme une force mobilisatrice, sa réalisation a été manquée et inefficace. L’utilisation simultanée de l’idéologie de la Croisade contre les hussites s’apparente à une déviation – non sans fondement ni précédents – et à un gaspillage. Mais d’autres entreprises – principalement celle qui mena à la victoire de Belgrade – aboutirent à une interprétation liée au courant « humaniste », donc à une vision plus « moderne » de l’idée de Croisade – à considérer que la modernisation passe par la pensée de la Renaissance.25

  • 26 Les manifestations de « l’année de la Renaissance » en Hongrie, lancées en 2008 pour commémorer le (...)

20Tous les domaines de la réflexion intellectuelle ayant été touchés par l’humanisme de l’époque, l’idée de Croisade ne pouvait échapper à la règle. On sait également qu’en dehors de l’Italie, la Hongrie (principalement la cour royale) a été très réceptive au nouveau courant. Le fait est bien connu pour la cour de Mathias Corvin (ou Mathias Hunyadi)26. Mais les changements remontent en Hongrie au règne de Sigismond de Luxembourg, au lendemain – semble-t-il – de la défaite de Nicopolis. Celle-ci entraîna non seulement une réorientation de la politique intérieure et de la gestion des affaires du royaume, la consolidation des lignes de défense à l’est et au sud et une diplomatie active, mais aussi une idéologie offensive centrée sur la Croisade, qui servait les objectifs du roi Luxembourg.

  • 27 E. Mályusz, Das Konstanzer Konzil und das Königliche Patronaatsrecht in Ungarn, Budapest, Studia H (...)

21Sur le plan international, sa qualité de chef de la dernière croisade chevaleresque procura au roi candidat à l’Empire un surcroît de prestige et d’autorité comme « champion de la Chrétienté ». Il fut le principal bénéficiaire du retour en force de l’universalisme impérial et de l’esprit du conciliarisme lié à la réforme de l’Église in capite et in membris durant la première moitié du XVe siècle. Dans une perspective de modernisation générale des structures de la Chrétienté occidentale, Sigismond a sans nul doute été l’allié d’une partie très importante et influente des humanistes de son époque. Rappelons que son autorité impériale put alors se fonder sur son action de défense de la foi catholique contre ses ennemis extérieurs (en partant en croisade contre les Turcs) et intérieurs (en combattant l’hérésie hussite), sur la résolution du Grand Schisme et le soutien à la réforme de l’Église (au concile de Constance) et ses efforts en vue de rétablir la paix dans la Chrétienté (par ses tentatives de médiation dans la guerre de Cent ans). Tout ceci devant permettre de rassembler les forces des puissances chrétiennes contre la menace turque. Cette vision de l’empereur comme chef de la Chrétienté menacée mêlait des éléments médiévaux et modernes de l’image du prince idéal27.

22Selon Pierre Dubois, celui qui dirige la grande entreprise chrétienne pour la « récupération » de la Terre sainte possède les qualités nécessaires à la défense de la Chrétienté et devient par là le chef incontestable de la Chrétienté. Il pensait au roi de France, il est vrai. Mais l’entourage de Sigismond construisit l’image de son roi-empereur selon les mêmes principes, une image à laquelle s’ajouta la mission protectrice dévolue à l’empereur universel dans les conceptions de la Renaissance. L’esprit de la Croisade et la vision de la Hongrie comme « écu de la Chrétienté » coïncidaient pour les humanistes gravitant autour de Sigismond de Luxembourg avec la modernisation des structures. Ses conseillers exprimèrent leur vision d’une mission collective de la Hongrie dans une lettre solennelle de Sigismond adressée aux cardinaux de Boniface IX le 12 juin 1404, où il reprochait au pape d’avoir agi contre les intérêts de la Hongrie « qui est pourtant l’écu de la Chrétienté à l’Est ». Si la formule de « rempart », « boulevard », « bastion », « écu », etc. de la Chrétienté n’est pas neuve, elle transformait le rôle défensif des Hongrois en une véritable mission collective.

  • 28 Voir le volume dirigé par Ch. Delsol, M. Maslowski, J. Nowicki, Mythes et symboles politiques en E (...)
  • 29 P. Engel et alii, op. cit., p. 194-201, 330-339. Sur les espoirs mis en Ladislas V, voir S. Csernu (...)
  • 30 O. Halecki, The Crusade of Varna, Polish Institute of Arts and Sciences in America, New York, 1943 (...)

23Les tendances apparues à l’époque de Sigismond évoluèrent encore sous ses successeurs, qui s’engagèrent tous personnellement dans la lutte contre les Turcs. Albert de Habsbourg (1438-1439) mourut lors d’une campagne contre les Turcs. Vladislav (ou Wladislas) Ier, déjà roi de Pologne et élu le 8 mars 1440 à Cracovie avant d’être couronné, avait déclaré son intention de réunir les forces des deux pays pour mieux combattre les Turcs car la Hongrie et la Pologne sunt murus et clipeus fidelium pro honore nominis divini et defensione fidei catholice28. La notion était ainsi étendue à la Pologne. En exprimant la volonté d’établir une coopération hungaropolonaise, ce texte alimenta le mythe de l’amitié historique (« amitié d’armes ») entre Hongrois et Polonais. L’avènement des Jagellon sur le trône hongrois était intimement lié à la lutte anti-ottomane, et, dans la phraséologie de l’époque, à la défense de la Chrétienté et à la solidarité chrétienne29. Machiavel parle par exemple en 1520 dans ses Discorsi du rôle de la Hongrie et de la Pologne dans la protection de la Chrétienté : les peuples surgis de l’Est attaquent les peuples chrétiens « mais les Hongrois et les Polonais », « remparts de la Chrétienté », leur barrent la route. Vladislav tomba sur le champ de bataille de Varna, à la tête d’une croisade lancée par le pape Eugène IV, le 10 novembre 144430.

  • 31 P. Engel et alii, op. cit., p. 205-209 ; S. Csernus, « Les Hunyadi, vus par les chroniqueurs franç (...)
  • 32 P. Engel et alii, op. cit., p. 207-209; N. Housley, « Giovanni da Capistrano and the Crusade of 14 (...)

24L’époque des Hunyades se révéla décisive. Jean de Hunyad – le « Chevalier Blanc » des chroniqueurs et de l’historiographie française est le champion modèle de la Chrétienté. Son image mêle aux caractéristiques du chevalier médiéval les qualités d’un chef de guerre, d’un condottiere moderne31. En chef d’État (gouverneur) responsable, il mobilisa ses forces – puisant dans ses propres réserves – et les employa à la défense du royaume et de toute la Chrétienté. La victoire de Belgrade (2-22 juillet 1456) constitue un maillon central dans notre réflexion. Tout d’abord, ce fut à la fois une croisade et un succès, combinaison rarissime au cours des deux siècles précédents dans l’histoire des croisades. Elle joua en outre un rôle essentiel dans la formation de la conscience nationale hongroise. Elle donnait à voir une résistance bien organisée, avec une armée expérimentée (incluant des auxiliaires), dirigée par un chef habile, redoutable et redouté, portée par une foi et une idéologie incarnées par la figure extraordinaire de Jean de Capistran, qui parvint à exalter le patriotisme et canaliser le zèle religieux des différentes populations de la région et à mobiliser les croisés32. Ensuite, cette entreprise réussit à forger, sinon une coalition européenne, du moins une cohésion régionale face à un adversaire susceptible de lancer l’assaut en pleine puissance, trois ans après s’être emparé de Constantinople. La victoire, inattendue et spectaculaire, offrait des modèles d’héroïsme individuel aux contemporains comme à la postérité et resta un exploit collectif exceptionnel.

  • 33 Sur l’essor du mouvement réformateur franciscain, voir M.-M. de Cevins, Les franciscains observant (...)

25La participation de la papauté – Calixte III (1455-1458) ayant mis toutes les forces de l’Église au service de la résistance – donnait un nouvel élan à la cause de la guerre contre les Turcs. L’idée de Croisade n’était pas morte ; elle changeait seulement de nature et de visage. Si les princes ne répondirent pas à l’appel du pape, les prédicateurs envoyés par lui – surtout franciscains – atteignirent un public bien plus large : les masses. Leur enthousiasme pour la « guerre sainte » ouvrait une nouvelle page dans l’histoire de l’idée de Croisade. Celle-ci coïncidait désormais avec le patriotisme populaire, dont la force servit au cours des siècles suivants la résistance hongroise contre la conquête ottomane. La majeure partie de l’armée réunie par Capistran – près de trente mille hommes – était originaire du sud du pays. Jean de Capistran les avait appelés à défendre leurs maisons, leurs familles. Des « paysans, artisans et pauvres gens » se rassemblèrent pour protéger également leur quotidien. Le succès de l’entreprise de Capistran (canonisé en 1724 et érigé en saint protecteur des aumôniers militaires) venait de ce qu’il avait associé protection des valeurs générales et défense des intérêts individuels. Pour lui, les valeurs de la Chrétienté occidentale dans sa version humaniste allaient de pair avec le patriotisme de la population menacée33. Phénomène qui contribua grandement à la survie et à l’épanouissement de cette expérience collective, les différentes catégories de population estimaient – et à juste titre – que cette victoire était également la leur. En témoignent les légendes sur Jean de Capistran, qui reflètent les croyances populaires de l’époque.

  • 34 Il fut fixé d’abord à l’heure de none puis aux vêpres et enfin à sexte, c’est-à-dire midi. C’est s (...)

26La victoire militaire et populaire nourrit le mythe de la « fameuse victoire de Belgrade ». Le nom de la ville devint l’illustration parfaite de la notion plus tard si répandue de la Hongrie comme rempart de la Chrétienté. À Belgrade, l’idée de Croisade rejoignait sur le terrain la mission collective de bastion de la Chrétienté de la Hongrie élaborée par les humanistes de la cour de Sigismond. Les contemporains – et surtout le Saint-Siège – firent tout pour que l’événement ne sombre pas dans l’oubli. Le pape Calixte III décida qu’un angelus appellerait les fidèles à rendre grâce à Dieu de la victoire ; et il servirait à maintenir le zèle des chrétiens dans la défense de la Chrétienté34.

  • 35 P. Engel et alii, op. cit., p. 255-263 ; T. Klaniczay, « A kereszteshad.. », p. 1-3 ; K. Setton, o (...)

27Le règne de Mathias Corvin (1458-1490) constitue un nouveau tournant. Dans une étude remarquable intitulée « L’idée de Croisade et le mythe de Mathias », Tibor Klaniczay a montré la transformation interne que subit la conception médiévale de la Croisade. Il cite Marsiglio Ficino (Marsile Ficin), qui parlait « des sages priant à haute voix » le roi « Mathias le sauveur » de prendre la direction de la croisade pour sauver les valeurs chrétiennes et humanistes de la menace turque. Telle est l’interprétation humaniste de la Croisade. De fait, on sait que Mathias était disposé – à certaines conditions – à prendre la croix pour combattre les Turcs à la tête d’une coalition chrétienne35.

De Belgrade à Mohács

  • 36 P. Engel et alii, op. cit., p. 360-367. Le souvenir de l’origine primitive de cette révolte aurait (...)

28Le terrain hongrois confirme en définitive – comme l’avaient prouvé les campagnes antérieures contre les Albigeois, les païens de la Baltique ou la Reconquista ibérique – la flexibilité de l’idéologie de Croisade. En Hongrie, son acception médiévale évolua, dans un contexte défensif et en lien avec l’exaltation du rôle de la Hongrie comme rempart de la Chrétienté, vers la notion de mission collective, laquelle alimenta, en s’ajoutant au patriotisme populaire, la conscience nationale naissante des Hongrois. Ces changements n’allaient pas sans risques. En 1514, la « croisade populaire » tint les aristocrates, les nobles et tous les dirigeants du pays pour responsables de la persistance du danger ottoman. Attisée sinon dominée par le mécontentement social, elle tourna en révolte paysanne. Pour une fois, les croisés détournaient l’idée de Croisade à leur profit. Interprétation dangereuse aux yeux des dirigeants du pays, naturellement, qui firent tout pour empêcher que l’expérience ne se renouvelle. Cette révolte réprimée sévèrement annonçait la défaite cuisante de l’armée du roi de Hongrie à Mohács (1526). En effet, contaminée par sa coloration populaire et sociale, les paysans ayant retourné leurs armes contre l’élite du pays, l’idée de Croisade perdit son aura aux yeux de la noblesse et plus largement des couches dirigeantes de la société hongroise36.

  • 37 Dans la littérature hongroise, de la Renaissance à la période baroque, l’expérience de la lutte an (...)
  • 38 Dans le texte de l’Hymne National (sous-titré « l’hymne des siècles orageux du peuple hongrois ») (...)

29Mohács occupe une place privilégiée dans la genèse de la conscience nationale hongroise, bien qu’inverse de celle de la victoire de Belgrade : la défaite fut considérée jusqu’au traité de Trianon comme l’événement le plus tragique de l’histoire hongroise, certaines conséquences se faisant sentir jusqu’au XXe siècle. Son issue et son impact sur le pays et sur toute l’Europe centrale, début de plusieurs siècles de troubles et d’oppression, en fit le mémorial des gloires passées, de l’héroïsme, du vain sacrifice et l’illustration de la mauvaise gestion des affaires du pays. Belgrade avait été une affaire hongroise soutenue par une mobilisation collective – internationale et régionale – importante. Alors que Mohács pesa principalement sur l’armée hongroise – malgré la présence d’un fort contingent polonais accompagnant le roi Jagellon. Mais la bataille arrivait après la guerre paysanne de 1514, celle qui dénonçait la trahison des nobles et avait été réprimée dans le sang, entamant fortement le patriotisme populaire. L’union forgée par la conscience du danger extérieur ainsi que par la capacité d’organisation et les ressources financières et humaines des Hunyades, soutenue moralement par la Chrétienté et ce que l’on peut appeler une forme de solidarité internationale, était rompue. Voilà pourquoi Mohács marque la fin de l’ère des croisades en Europe centrale. Son souvenir, ou plus exactement la conviction d’assurer une mission collective, survécut néanmoins et prit part au développement de la conscience nationale hongroise, investissant la tradition populaire, la littérature37, l’historiographie et les beaux-arts. L’hymne national hongrois s’y réfère abondamment38.

  • 39 Ibid., p. 85-88 ; S. Csernus, « Pro Christo et contra inimicos ejus. Buda, 1686 », dans Cahiers d’ (...)
  • 40 S. Csernus, « La Toison d’Or et l’Europe. Aspects politiques. L’Europe centrale du XVe au XVIIIe s (...)

30On ne parle plus de « croisades » dans la Hongrie moderne. Néanmoins, la mort héroïque de Miklós Zrínyi (1566) fut mise en scène par son homonyme Miklós Zrínyi (1620-1664), poète et chef de guerre lui-même, d’une manière idéalisée qui rappelle la mort solennelle d’un croisé, dans son célèbre poème Obsidio Szigetiana (« Le siège de Sziget »), rédigé en 1646. De même, les volontaires de l’armée internationale venus délivrer Buda de l’Ottoman se considéraient en 1686 comme les héritiers des croisés des siècles précédents39. Enfin, certains membres de la noblesse hongroise – surtout de l’aristocratie – trouvèrent une solution originale pour lier tradition hongroise, fidélité aux Habsbourg, foi catholique et engagement militaire contre les Turcs : à partir du XVIe siècle, leurs blasons s’entourent du collier de la Toison d’Or40.

31Pour résumer ce qui précède, on peut distinguer trois phases dans l’évolution de l’idée de Croisade en Hongrie. Située sur la route des armées des croisés, le royaume de Hongrie est entré très précocement en contact avec l’idéologie de la Croisade mais aussi avec la réalité qu’elle recouvrait : rois, princes, chevaliers, soldats à pied, moines et roturiers traversèrent le pays, de façon souvent amicale mais parfois conflictuelle pendant près de deux siècles. Seul l’entourage royal s’intéressait à ces entreprises ; encore faut-il attendre la Cinquième croisade (1217-1218) pour qu’un roi de Hongrie participe à une croisade. Les dernières croisades « classiques » occidentales, qui choisirent la voie maritime, ne concernaient plus le pays. L’idée de Croisade resta présente mais elle n’acquit une dimension notable qu’au moment de la campagne de Nicopolis (1396), la dernière grande entreprise militaire organisée selon les règles classiques des croisades. La défaite, cuisante, entraîna une première adaptation de l’idée de Croisade aux besoins du moment. Elle apparaît dans la conception du pouvoir impérial élaborée par Sigismond de Luxembourg, engagé contre les Ottomans et les hussites, puis dans la vision de la royauté sous Mathias Corvin, après avoir renforcé la détermination des soldats de Jean de Hunyad. Cette renaissance de l’idée de Croisade au cours du XVe siècle en Hongrie et en Europe centrale doit beaucoup au courant de la Renaissance et notamment aux humanistes de la Curie pontificale et de la cour de Sigismond puis des Hunyades. Elle est liée aussi à la victoire de Belgrade (1456). Soutenue par des populations directement menacées par l’avance turque, l’idée de Croisade toucha alors enfin les masses, renforçant le patriotisme populaire et se nourrissant de celui-ci. Elle devint dès lors une composante essentielle de la conscience nationale hongroise et fit de la lutte anti-ottomane une mission collective.

32Au demeurant, dans l’ensemble du continent européen, l’idée de Croisade subit des transformations comparables à celles que nous venons de décrire pour la Hongrie. Elle survécut dans les régions méditerranéennes par le biais des ordres militaires – notamment les Chevaliers de Saint-Jean, bientôt chevaliers de Malte. Elle s’associa à l’idéologie guerrière de l’Empire des Habsbourg pour la protection des frontières orientales de l’Europe occidentale puis pour mener la reconquête catholique de l’Europe centrale – ce qui permet à certains historiens de repousser les limites chronologiques des croisades jusqu’aux XVIe-XVIIIe siècles. La mutation la plus spectaculaire apparaît dans le contexte de l’expansion planétaire en direction des nouveaux mondes, la plus vaste entreprise collective de l’Europe moderne, laquelle avait besoin d’une idéologie cohérente pour engager de telles forces et préserver son dynamisme. Le pape apporta son soutien moral aux puissances conquérantes, Espagne et Portugal, en s’ancrant dans la tradition des croisades. On mit en valeur le caractère évangélisateur des entreprises des conquistadores, qui élargissaient les frontières de la Chrétienté latine tandis que l’or des Indes parait les églises de Rome et que les structures de l’Europe moderne prenaient pied sur d’autres continents – comme l’avaient fait quelques siècles plus tôt les cadres féodaux dans les États latins d’Orient. Soumise à l’épreuve de la modernité, l’idéologie de la Croisade prit ainsi une tournure plutôt offensive en Occident, favorable aux « grandes découvertes » et aux conquêtes extra-européennes. Tandis qu’en Europe centrale, elle avait acquis un aspect défensif, héritier de valeurs formulées par l’idéologie humaniste et le courant intellectuel de la Renaissance tardive, qui s’amalgamèrent au patriotisme populaire résultant du contexte local et par là même à la conscience nationale.

Notes

1 Les interprétations propagandistes et journalistiques qui parlaient d’une « croisade juste » contre les musulmans dans le conflit yougoslave ou mentionnent encore les « croisés occidentaux lancés contre l’Islam » dans la guerre en Irak ou en Afghanistan prouvent l’étonnante vivacité de l’idée, ou plutôt de l’idéologie de la Croisade, mais également l’existence autour d’elle d’un insondable bêtisier. L’actualité des recherches sur les croisades est confirmée par le renouvellement de la production scientifique et la parution de nouvelles éditions de sources. Pour la première, on retiendra spécialement : H. Laurens, J. Tolan, G. Veinstein, L’Europe et l’Islam. Quinze siècles d’histoire, Paris, Odile Jacob, 2009, Introduction, p. 7-14. Parmi les études fondamentales, voir J. Tolan, Cultures en conflit et en convergence. L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009 ; M. Balard, Les Croisades, Paris, 1988 ; Id., Les Latins en Orient, Paris, Presses Universitaires de France, 2006 ; H. E. Mayer, The Crusades, Oxford, Oxford University Press, 1988 ; A. Dupront, Le Mythe de croisade, I-IV, Paris, Gallimard, 1997 ; P. Rousset, Histoire d’une idéologie. La Croisade, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1983 ; J. Alphandéry, A. Dupront, La Chrétienté et l’idée de la Croisade, postface de M. Balard, Paris, 1995. Plusieurs programmes de recherches et des publications d’études ou de sources expriment par ailleurs l’intérêt des historiens hongrois pour ce sujet : J. Laszlovszky, J. Majorossy, J. Zsengellér, Magyarország és a keresztes háborúk. Lovagrendek és emlékek [La Hongrie et les croisades. Les ordres chevaleresques et leur mémoire], Máriabesnyő-Gödöllő, Attraktor, 2006, « Introduction », p. 7-28 et, avec un solide appareil documentaire, p. 279-332, tableaux I-CXLIV.

2 Article « Historiens des croisades » dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2002 ; G. Grente, A. Pauphilet, R. Pichard, R. Barroux (dir.), Dictionnaire des Lettres françaises, Paris, Fayard, 1964, p. 233-235 ; M. Zink, Littérature française du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 1992, p. 190-197 ; A. P. Kazhdan (dir. princip.), A.-M. Talbot, A. Cutler, T. E. Gregory, N. P. Sevcenko (dir.), The Oxford Dictionary of Byzantium, I-II, New York-Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 560-561 ; J. Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, 1993, p. 324-329.

3 Les pèlerinages vers Jérusalem ont commencé au milieu du IVe siècle et ont connu un essor considérable autour du premier millénaire, surtout après la « normalisation » de la situation des chrétiens de Terre sainte en 1027. E.-R. Labande, Recherche sur les pèlerins dans l’Europe des XIe et XIIIe siècles, Poitiers, CESCM, « Cahiers de Civilisation médiévale » I, 1958 ; P. Lalanne, Les pèlerinages en Terre sainte avant les croisades, Paris, « Bibliothèque de l’École des Chartes », 1845. La fondation de l’État hongrois par saint Étienne a également été saluée « par toute la Chrétienté » parce qu’elle ouvrait le chemin terrestre qui menait vers la Terre sainte. E. Fügedi, « Comment l’Europe accueillit la Hongrie en l’an 1000. Le Roi Étienne », dans Cahiers d’Études Hongroises no 4, 1992, p. 173-186 ; S. Csernus, « La Hongrie, les Français et les premières croisades », dans S. Csernus, Kl. Korompay (dir.), Les Hongrois et l’Europe. Conquête et intégration, Paris-Szeged, 1999, p. 411-435 ; P. G. Bozsóky, Keresztes hadjáratok [Les croisades], Szeged, Agapé, 1995, p. 290-295 ; article « Pèlerinage » dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), op. cit. Sur l’État de saint Étienne replacé dans son contexte international, voir M.-M. de Cevins, Saint Étienne de Hongrie, Paris, Fayard, 2004, p. 351-381, 491-520 (Bibliographie) et Gy. Kristó, Histoire de la Hongrie médiévale, t. I : Le temps des Arpads, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 33-50.

4 Article « Croisades » dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), op. cit. ; A. P. Kazhdan (dir.), op. cit., p. 557-560 ; J. Favier, op. cit., p. 328, 687. Voir aussi A. Maalouf, Les croisades vues par les Arabes, Paris, Lattès, 1983 et S. Runciman, A History of the Crusades, I-III, Cambridge, 1951-54, traduit en hongrois sous le titre A keresztes háborúk története (Budapest, Osiris, 1999) avec une bibliographie complémentaire (1951-1998) établie par Zsolt Hunyadi (p. 1011-1031).

5 Sur cette conception politique formulée principalement par Pierre Du Bois, voir J. Favier, op. cit., p. 362 ; J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France au XIIIe-XVe siècle, « Bibliothèque des Histoires », Paris, 1993 et L’idéal du prince et pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude de la littérature politique du temps (préface de B. Guenée), Paris, 1981.

6 A.-J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français jusqu’au milieu du XIVe siècle, Larousse, Paris, 1987, p. 152 ; A.-J. Greimas, T.-M. Keane, Dictionnaire du moyen français, Larousse, 1992, p. 165 ; article « Croisades » dans C. Gauvard et alii (dir.), op. cit.

7 Le terme est couramment utilisé dans l’historiographie, par exemple chez S. Runciman, op. cit. ; H. Laurens et alii, op. cit., p. 52-54, 120-160 ; K. W. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), I-II, Philadelphia, American Philological Society, 1978. Sur son évolution au XVe siècle en Occident : Y. Lacaze, La politique « méditerranéenne » et les projets de croisade chez Philippe Le Bon, I-II, Dijon, Annales de Bourgogne XLI no 161-162 (1969).

8 Pour prendre quelques exemples : S. Runciman (op. cit.) parle des croisades tardives dans l’Épilogue du troisième volume de son œuvre (Livre V) et termine l’histoire des croisades tardives par la croisade manquée de 1464 de Pie II (Énée Sylvio Piccolomini), pape de 1458 à 1464, qui mourut dans l’intervalle. K. Setton situe son histoire dans la politique méditerranéenne de la papauté : il commence son étude par la prise de Constantinople et la création de l’Empire latin, et la mène jusqu’à la victoire de Lépante (voir supra) ; N. Husley, dans The Later Crusades, 1274-1580 : from Lyons to Alcazar (New York-Oxford, Oxford University Press, 1992), va jusqu’au XVIe siècle. Le point de départ du livre de M. Billing (Crusades, London, Allen Lane, 2006) reste 1095 mais il poursuit jusqu’à la prise de Malte par l’armée de Napoléon le 7 juin 1798. Les éditions de documents présentent souvent l’histoire des croisades jusqu’au XVIe siècle, comme dans D. Régnier-Bohler, Croisades et pèlerinages, Récits, chroniques et voyages en Terre sainte. XIIe-XVIe siècle, Paris, Laffont, 1997. En Hongrie, on ne parle pratiquement plus de croisade après Mohács. Olivier Chaline inscrit les croisades tardives d’Europe centrale dans un contexte de reconquête catholique. O. Chaline, La reconquête catholique de l’Europe centrale, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, CERF, 1998, p. 19-22.

9 Pierre Du Bois, De recuperatione Terrae Santae, éd. Ch.-V. Langlois, dans Collection de textes pour servir à l’enseignement de l’Histoire, Paris, 1981.

10 La bataille de Nicopolis dispose d’une abondante bibliographie, à commencer par A. S. Atiya, The Crusade of Nicopolis, London, 1934. Voir la mise au point effectuée en 1996 à l’occasion du colloque commémoratif de Dijon : J. Paviot, M. Chauney-Bouillot (dir.), Nicopolis, 1396-1996, Dijon, Annales de Bourgogne LXVIII no 3 (1996). Voir aussi E. Gaucher, « Deux regards sur une défaite : Nicopolis », dans Cahiers de recherches médiévales 1 (1996), p. 93-104. Malgré l’échec militaire, le roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg et les ducs de Bourgogne virent leur prestige rehaussé. La croisade garda une place privilégiée dans leur politique et – plus encore – dans leur propagande. Sigismond en tira d’utiles enseignements pour le gouvernement de son royaume hongrois, dans la lutte contre le danger turc mais aussi le lancement de ses réformes militaires. P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, Histoire de la Hongrie médiévale, t. II : Des Angevins aux Habsbourg, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 115-160 ; E. C. Antoche, « Les expéditions de Nicopolis (1396) et de Varna (1444) : une comparaison », Medievalia Transylvanica (2000) IV no 1-2, p. 28-80.

11 Sur les ducs de Bourgogne : J. Calmette, Les Grands Ducs de Bourgogne, Paris, 1975 (repr. de 1949), p. 84-86, 222-224 ; E. Bourassin, Philippe le Bon. Le Grand lion de Flandres, Paris, 1983 ; G. Doutrepont, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Paris, 1904 ; M.-Th. Caron, D. Clauzel (dir.), Le Banquet du Faisan. 1454 : l’Occident face au défi de l’Empire ottoman, Arras, Artois Presses Université, 1997.

12 P. Engel et alii, op. cit., p. 151-160 ; Y. Lacaze, « Philippe Le Bon et le problème hussite : un projet de croisade bourguignon », Revue Historique, CCXLI (1969), p. 69-99.

13 Comme l’expose si bien le grand classique de J. Huizinga : The Waning of the Middle Ages, 1937 (surtout les chapitres IV à VII). Voir encore J. Richard (prés.), J.-L. Liez (éd.), La Toison d’Or. Un mythe européen, Metz-Paris, Éd. Serpenoise-Éd. Somogy, 1998, p. 63-102 ; P. Engel et alii, op. cit., p. 196-209.

14 J. Kejr (éd.), Tractatus pacis toti Christiani fiendae, Praha, Naklad Cescoslovenské Akademie, 1964 ; V. Vanecek, Cultus pacis. Études et documents du « Symposium Pragense Cultus Pacis 1464-1964 », Prague, Éditions de l’Académie Tchécoslovaque des Sciences, 1966.

15 J’en ai retracé l’évolution dans S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 411-426.

16 Cette mission collective apparaît pour la première fois à l’époque de saint Étienne. Voir la préface du volume Gy. Kristó, Histoire..., op. cit., p. 7-12, due à S. Csernus et N.-Y. Tonnerre. Sur les rapports franco-hongrois : A. Gabriel, Les rapports dynastiques franco-hongrois au Moyen Âge, Budapest, 1944, p. 7-34.

17 I. Szamota, Régi utazások Magyarországon és a Balkán-félszigeten (1054-1717) [Anciens voyages et voyageurs en Hongrie et dans la péninsule balkanique], Budapest, 1891, p. 13-36 ; B. Köpeczi, Histoire de la culture hongroise, Budapest, Corvina, 1994, p. 30-35.

18 E. Fügedi, op. cit., p. 180.

19 S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 413-420. Pour l’époque arpadienne, voir Gy. Kristó, Histoire..., p. 159-171 ; A. Gabriel, op. cit., p. 31-34.

20 S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 421-424 ; Gy. Kristó, Histoire..., p. 128-129; J. R. Sweeney, « Hungary in the Crusades, 1169-1218 », The International History Review, vol. 3, no 4 (oct. 1981), p. 467-481; J. M. Powell, Anatomy of a Crusade, 1213-1221, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1986; L. Veszprémy, « II. András magyar király keresztes hadjárata, 1217-1218 [La croisade du roi de Hongrie André II en 1217-1218] », dans J. Laszlovszky et alii (dir.), op. cit., p. 99-111.

21 On y voit d’ordinaire l’une des causes du mouvement nobiliaire hongrois qui aboutit à la promulgation de la Bulle d’or (1222), étrangement proche de la Magna Carta anglaise, comme de l’intensification des relations internationales et notamment dynastiques. Dans la tradition populaire hongroise, il existe une tournure humoristique employée pour évoquer quelque chose de très lointain, voire inaccessible : « loin, comme Makó de Jérusalem ». Dans sa version la plus répandue, cette anecdote découle de l’histoire d’un pèlerin hongrois qui, trouvant le voyage maritime trop long, buvait à l’excès et, se réveillant et apercevant à l’horizon la ville de Spalato, se croyait déjà arrivé à Jérusalem. Gy. Kristó, Histoire..., op. cit., p. 123-137 ; L. Szegfű, « Messze volt-e Makó Jeruzsálemtől ? [Makó était-il loin de Jérusalem ?] », dans F. Pitti, Gy. Szabados (dir.), « Magyarok Eleiről » Ünnepi tanulmányok Makk Ferenc tiszteletére, Szeged, 2000, p. 537-558.

22 Fouilles dirigées par Balázs Major. La publication des résultats de ces fouilles est en cours.

23 S. Runciman, op. cit., vol. III, Livre 3 ; S. Csernus, « La Hongrie... », op. cit., p. 421. Sur ce dernier dilemme, voir J. Richard, Saint Louis, Paris, Fayard, 1983, p. 483-512.

24 Notons à ce titre que la Chapelle hongroise (dédiée à Notre-Dame Protectrice des Hongrois) de la basilique Saint-Pierre de Rome abrite un panthéon des saints hongrois ou liés à l’histoire hongroise. Ils sont au nombre de vingt. Seize d’entre eux ont vécu à l’époque arpadienne ( !) mais Ladislas est le seul qui, vu ses mérites exceptionnels aux yeux des contemporains, a été imaginé comme ayant mené lui aussi une croisade.

25 T. Klaniczay, « A kereszteshad eszméje és a Mátyás-mítosz [L’idéal de Croisade et le mythe de Mathias] », Reneszánsz füzetek, no 28, 1975 ; T. Klaniczay, J. Jankovics, Mathias Corvinus and the Humanism in Central Europe, Budapest, 1995.

26 Les manifestations de « l’année de la Renaissance » en Hongrie, lancées en 2008 pour commémorer le 450e anniversaire de l’intronisation de Mathias Corvin, ont permis l’organisation de plusieurs expositions et colloques ainsi que la publication de catalogues et de volumes présentant la richesse extraordinaire de la civilisation de la Hongrie sous Mathias Ier. F. Földesi (dir.), Csillag a holló árnyékában. Vitéz János és a magyarországi humanizmus kezdetei [Une étoile à l’ombre du corbeau. János Vitéz et les débuts du humanisme en Hongrie], Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, 2008 ; P. Farbaky, E. Spekner, K. Szende, A. Végh (dir.), Hunyadi Mátyás, a király. Hagyomány és megújulás a magyar királyi udvarban (1458-1490) [Mathias Hunyadi, le roi. Tradition et renouveau à la cour royale de Hongrie], Budapest, Budapesti Történeti Múzeum, 2008 ; G. Balla (dir.), Beatrix hozománya. Az itáliai majolikaművészet és Mátyás király udvara [La dot de Béatrice. L’art de la majolique italienne et la cour du roi Mathias], Budapest, Iparművészeti Múzeum, 2008 ; Á Mikó, M. Verő (dir.), Mátyás király öröksége. Késő reneszánsz művészet Magyarországon (16-17 század) [L’héritage du roi Mathias. L’art de la renaissance tardive en Hongrie], I-II, Budapest, Magyar Nemzeti Galéria, 2008 ; J. Maillard, I. Monok, D. Nebbiai (dir.), Mathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne, Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, Budapest, 2009.

27 E. Mályusz, Das Konstanzer Konzil und das Königliche Patronaatsrecht in Ungarn, Budapest, Studia Historica Academiae Scientiarum Hungaricae t. 18, Budapest, 1959. Voir également les catalogues des grandes expositions sur l’époque de Sigismond de Luxembourg : I. Takács (dir.), Sigismundus, Rex et Imperator, Art et culture à l’époque de Sigismond de Luxembourg, 1387-1437, Augsburg-Budapest, Philipp von Zabern, 2006 ; M. Pauly, F. Reinert (dir.), Sigismund von Luxemburg. Ein Kaiser in Europa, Tagungsband des internationalen historischen und kunsthistorischen Kongresses in Luxemburg, 8-10 Juni 2005, Mainz am Rhein, Philipp von Zabern, 2006 (notamment les contributions de J. Bak : « Sigismund and the Ottoman advance », p. 89-94 et « Saint of the Knights – Knight of the Saints. Patterns of Patronage at the Court of Sigismund », p. 319-330).

28 Voir le volume dirigé par Ch. Delsol, M. Maslowski, J. Nowicki, Mythes et symboles politiques en Europe centrale et orientale (préface de Pierre Chaunu), Paris, Presses Universitaires de France, 2002, notamment : A. Reszler : « Les Remparts », p. 95-97 ; J. Tazeir, « La Pologne : rempart de la Chrétienté », p. 97-107 ; S. Csernus, « La Hongrie, le rempart de la Chrétienté : naissance et épanouissement de l’idée d’une mission collective », p. 107-124 ; A. Mencwel, « “Pont” des Jagellons et “rempart” des Piast, ou l’inverse ? », p. 124-137.

29 P. Engel et alii, op. cit., p. 194-201, 330-339. Sur les espoirs mis en Ladislas V, voir S. Csernus, « “Lanselot, Roy de Honguerie et de Behaigne”. Naissance et épanouissement d’un mythe au milieu du XVe siècle », Mélanges offerts à Géza Nagy, Acta Universitatis Szegediensis de Attila József Nominatae, Acta Romanica, t. XIII, Szeged (1988), p. 93-117.

30 O. Halecki, The Crusade of Varna, Polish Institute of Arts and Sciences in America, New York, 1943; P. Engel, « János Hunyadi: the Decisive Years of His Career, 1440-1444 », dans J. Bak, B. Király (dir.), From Hunyadi to Rákóczi: War and Society in Late Medieval and Early Modern Hungary. War and Society in Eastern Central Europe III, Brooklyn, Brooklyn College Press, 1982, p. 103-123; P. Engel et alii, op. cit., p. 196-200.

31 P. Engel et alii, op. cit., p. 205-209 ; S. Csernus, « Les Hunyadi, vus par les chroniqueurs français du XVe siècle », dans T. Klaniczay, T. Jankovics (dir.), op. cit., p. 75-95 ; H. Laurens et alii, op. cit., p. 143.

32 P. Engel et alii, op. cit., p. 207-209; N. Housley, « Giovanni da Capistrano and the Crusade of 1456 », in N. Housley (dir.), Crusading in the Fifteenth Century, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004, p. 94-115.

33 Sur l’essor du mouvement réformateur franciscain, voir M.-M. de Cevins, Les franciscains observants hongrois de l’expansion à la débâcle (vers 1450-vers 1540), Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, 2008, p. 31-62.

34 Il fut fixé d’abord à l’heure de none puis aux vêpres et enfin à sexte, c’est-à-dire midi. C’est seulement au milieu de l’année sainte 1500 que le pape Alexandre VI ordonna que les cloches sonnent à midi dorénavant dans toute la Chrétienté en mémoire de la victoire. La tradition persiste en Hongrie : il suffit d’écouter la radio hongroise ou de regarder la télévision à midi pour constater la longévité des mesures pontificales. Zs. Visy (dir.), Déli harangszó. Tanulmányok a pápai rendelet félévezredes jubileumára [L’Angélus de Midi. Études pour commémorer le 500e anniversaire de la proclamation de la bulle pontificale], Budapest, Mundus Kiadó, 2000, p. 187-319 (documents en latin en annexe de l’étude de Géza Érszegi, p. 192-202). Ce livre a également été traduit en italien. P. Engel et alii, op. cit., p. 209.

35 P. Engel et alii, op. cit., p. 255-263 ; T. Klaniczay, « A kereszteshad.. », p. 1-3 ; K. Setton, op. cit., p. 231-270.

36 P. Engel et alii, op. cit., p. 360-367. Le souvenir de l’origine primitive de cette révolte aurait survécu dans un tout autre contexte. Selon certains spécialistes, l’étymologie du mot kouroutz (le rebelle anti-Habsbourg, le malcontent hongrois) remonterait aux « croisés » (de crux) menés par György Dózsa. L’origine de ce terme est toutefois donnée pour inconnue par le « Dictionnaire étymologique du hongrois » (L. Benkő [dir.], A magyar nyelv történeti-etimológiai szótára, t. II, Budapest, Akadémiai kiadó, 1970, p. 681).

37 Dans la littérature hongroise, de la Renaissance à la période baroque, l’expérience de la lutte antiottomane est omniprésente. Les prouesses des héros qui s’y illustrèrent servirent chez les artistes et les écrivains à raffermir la conscience nationale jusqu’à son apogée dans le romantisme hongrois. T. Klaniczay (dir.), Histoire de la littérature hongroise des origines à nos jours, Budapest, Corvina, 1980, p. 27-111.

38 Dans le texte de l’Hymne National (sous-titré « l’hymne des siècles orageux du peuple hongrois ») de Ferenc Kölcsey (1790-1838) composé le 22 janvier 1823, le thème historique qui revient le plus souvent a une connotation turque : « Tends vers lui ton bras protecteur/Quand il affronte l’adversaire ! » Dans trois strophes sur huit, le danger turc est expressément présent et les autres strophes font penser à l’occupation ottomane. Mihály Vörösmarty (1800-1855) cite seulement deux noms propres dans Szózat (« Exhortation »), Árpád le Conquérant et Jean de Hunyad, mais le souvenir de l’époque turque y domine implicitement : « Ici, luttèrent les armées/Du valeureux Árpád/Là, les chaînes furent brisées/Par les bras de Hunyad. » T. Klaniczay (dir.), op. cit., p. 175-196.

39 Ibid., p. 85-88 ; S. Csernus, « Pro Christo et contra inimicos ejus. Buda, 1686 », dans Cahiers d’Études Hongroises no 7, 1995, p. 68-78.

40 S. Csernus, « La Toison d’Or et l’Europe. Aspects politiques. L’Europe centrale du XVe au XVIIIe siècle », dans J. Richard, J.-L. Liez, op. cit., p. 85-93.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540