Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Première partie. Le bouclier de la chrétienté en question

Espace urbain et communication « internationale » en Autriche aux XVe et XVIe siècles

Gerhard Jaritz
Traduction de M.-M. de Cevins

Texte intégral

  • 1 Stephen Harold Riggins, « The Rhetoric of Othering » dans Id. (dir.), The Language and Politics of (...)
  • 2 Willem Frijhoff, « Communication et vie quotidienne à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne », (...)

1Identifier et être identifié font partie des éléments les plus importants de la communication et de la culture de la fin du Moyen Âge et des débuts de l’époque moderne. La perception de soi et celle d’autrui jouaient un rôle décisif dans ce processus. Les identités collectives et la connaissance souvent stéréotypée que l’on avait de soi par analogie, comparaison ou opposition avec la connaissance tout aussi stéréotypée que l’on avait des autres étaient entretenues et accentuées. Cette forme de communication pouvait se référer à des personnes ou à des groupes aussi bien qu’à des actes ou à des objets. Elle fonctionnait habituellement en relation avec des règles et appréciations qui influençaient la perception que l’on avait de ceux avec qui l’on communiquait, autrement dit des autres, et par là sans doute la perception de soi-même1. Avant de parler de communication, il faut avoir à l’esprit ce que Willem Frijhoff soulignait voici quelques années dans une intervention sur la communication et la vie quotidienne : « La communication est avant tout un fait culturel impliquant pratiques sociales, représentations et codes symboliques et engageant un procédé d’appropriation de sens qui serait plutôt de l’ordre de la négociation que de l’imposition2. »

  • 3 Voir de manière générale Richard Lachmann, Capitalists in Spite of Themselves: Elite Conflict and (...)

2La période à laquelle s’intéresse cette contribution, les XVe et XVIe siècles, correspond à une phase de développement et de modification des centres d’intérêt, notamment à propos de l’autre, du connu et de l’inconnu3. Dans ce contexte, c’est une période à partir de laquelle le nombre de preuves documentaires sur la communication et en parallèle les descriptions et jugements des autres et de l’altérité ont considérablement augmenté. Ces sources sont bien adaptées par conséquent à l’analyse du rôle et de la fonction de ce type de communication dans la société, ainsi qu’à l’examen des connotations qui leur étaient partiellement associées ou qui en résultaient.

  • 4 Sur la communication dans l’espace urbain autrichien, voir en particulier Albert Müller, « Mobilit (...)

3En me limitant au cadre spatial des villes autrichiennes4, je m’efforcerai ici de déterminer dans quelle mesure on peut reconstituer la communication qui, en milieu urbain, faisait référence à une sphère que je qualifierai ici d’« internationale ». L’attention portera principalement sur la perception de l’altérité de l’étranger telle qu’on peut la lire dans les vestiges documentaires, afin de repérer les schémas respectifs qu’elle illustre. Cette altérité ne sera pas entendue uniquement en lien avec des individus mais aussi avec des objets matériels, envisagés dans leur fonction et leur utilisation.

  • 5 Sur Vienne, voir Walter Koch, Ausländische Besuche in Wien. Ein Beitrag zur internationalen Stellu (...)
  • 6 Gerhard Jaritz, « Die Nähe der Ferne. Rezeptionsmuster in Alltag und Sachkultur des Spät-mittelalt (...)

4Les matériaux documentaires provenant des villes autrichiennes sont souvent d’une grande richesse. Ils comportent des indications sur la perception des personnes, des choses et des phénomènes qui arrivaient de l’étranger – parfois de très loin, d’autres fois de régions moins éloignées –, et qui entraient en contact de diverses manières avec les habitants de la cité et les communautés, avec leur notables ou leurs représentants5. Si l’on examine les sources d’un point de vue global, on constate d’emblée que les contrastes jouent un rôle très important. D’un côté, on observe des signes d’accueil favorable et l’expression d’une vision nettement positive des étrangers, de l’autre, plus souvent d’ailleurs, des appréciations extrêmement négatives6.

  • 7 Krems an der Donau (Basse-Autriche), « Archives de la cité », Missiv-Protokoll IV, fol. 298v-299r  (...)
  • 8 Sur les passeports aux XVe et XVIe siècles, voir Deutsches Rechtswörterbuch X, Heidelberg, Heidelb (...)

5Les étrangers entrant dans les villes autrichiennes et identifiés comme tels étaient souvent dépeints à travers les différences que constituaient leur langue, leur conduite, leur gestuelle, leurs caractéristiques physiologiques ou vestimentaires, etc. Ce sont ces critères d’identification qui pouvaient être utilisés pour émettre un jugement négatif ou positif. Prenons l’exemple des indications données par les représentants de la ville de Krems-sur-le-Danube, à l’ouest de Vienne, dans une lettre adressée au gouverneur de Basse-Autriche en 15567. Les autorités municipales de Krems rapportent que, le 17 avril de cette année-là, deux Italiens étaient arrivés dans la ville. Ils ne parlaient pas un traître mot d’allemand, n’avaient pas de passeport8, étaient vêtus de haillons et présentaient des blessures à la tête, aux mains et aux pieds. Ils avaient raconté des histoires abracadabrantes pour expliquer leur arrivée en Autriche, à Vienne puis à Krems. Pour cette raison mais aussi à cause de leur piètre tenue vestimentaire et parce qu’ils étaient schwarz und ungestalt (« noirs et difformes »), les autorités de Krems les avaient fait rechercher, en vain. Elles demandaient maintenant au gouvernement de Basse-Autriche ce qu’elles devaient faire au sujet de ces deux suspects.

  • 9 Voir par exemple Ernst Schubert, Fahrendes Volk im Mittelalter, Bielefeld, Verlag für Regionalgesc (...)
  • 10 Sur la construction de ces images visuelles, voir Gerhard Jaritz, « The Visual Image of the Other (...)
  • 11 Gustav Winter (éd.), Niederösterreichische Weisthümer II : Die Viertel ob und unter dem Manhartsbe (...)

6Ceux-ci correspondent à une catégorie de personnes et de groupes que l’on croise habituellement dans la documentation, plus spécialement à la fin du XVe et au XVIe siècle, pas seulement dans celle des villes autrichiennes d’ailleurs : les « autres » en tant que suspects identifiés, décrits et définis de façon variable comme des étrangers, « noirs », romanichels, lansquenets ou mendiants non originaires du pays, anabaptistes, etc.9. La manière dont ils étaient traités et dont on s’adressait à eux rejoint les problèmes généraux que l’on observe dès qu’une communauté d’habitants se trouve en contact avec des inconnus : ils deviennent facilement verdächtliche durchstreichende personen, autrement dit des suspects et des vagabonds, des marginaux qualifiés d’errants et de sans-logis, ne comprenant aucune langue, n’ayant aucune autorisation, des menteurs mal habillés, monstrueux, blessés, infirmes ou difformes, « noirs », etc10. La suspicion immédiate qui pesait sur eux apparaît également dans de nombreuses lois et divers règlements. Dès le milieu du XVe siècle, on trouve par exemple dans le code urbain de la bourgade de Weiten en Basse Autriche une loi obligeant tous les habitants et les taverniers à informer le juge local de l’arrivée de tout étranger, homme ou femme, qui viendrait à eux et qu’ils ne connaîtraient pas11.

  • 12 Voir Hartmann J. Zeibig, « Der Ausschuss-Landtag der gesammten österreichischen Erblande zu Innsbr (...)

7Comme le montre l’exemple précédent provenant de Krems, les étrangers appréciés de manière négative que l’on rencontre dans les villes autrichiennes font figure d’individus fauteurs de troubles. La tendance à la généralisation apparaît à de nombreuses reprises. En 1509, les États de Basse-Autriche soumirent à l’empereur Maximilien Ier le problème de la charge que représentaient les étrangers pour les villes : ceux-ci, marchands, colporteurs et agents des compagnies étrangères détournaient le fructueux commerce loin des villes. Ils obtinrent gain de cause : leurs activités furent interdites12.

  • 13 Ibid., p. 255. Sur la diète de 1518, voir Hermann Wiesflecker, Kaiser Maximilian I. Das Reich, Öste (...)
  • 14 J. Zeibig, op. cit., p. 255, 275 et 277 ; A. Nagl, op. cit., p. 30-31.
  • 15 J. Zeibig, op. cit., p. 232. Sur les escroqueries pratiquées par les marchands et sociétés commerc (...)
  • 16 Ibid., p. 282, 304-305 et 310 ; A. Nagl, op. cit., p. 31.

8Mais les problèmes continuèrent. Durant l’année 1518 – particulièrement troublée en raison des difficultés de l’Autriche et de l’empereur Maximilien face aux Turcs et aux Vénitiens ainsi que de l’agitation intérieure –, la municipalité de Vienne exprima une nouvelle doléance contre les étrangers devant la diète des États tenue à Innsbruck13. à en juger par les déclarations des délégués viennois, il serait dommage que, dans la ville de Vienne comme dans toute l’Autriche, les étrangers aient plus de droits et de libertés que les ressortissants locaux, lesquels en outre soutenaient fidèlement l’empereur tandis que les étrangers quittaient le pays dès qu’ils sentaient la paix menacée. Les citadins demandèrent donc à l’empereur de conserver et de garantir leurs privilèges. Cette généralisation tient certainement en partie au fait que des marchands et compagnies de commerce étrangers installés à Vienne toute l’année, avec leurs énormes entrepôts, commerçaient au préjudice des affaires de la cité et au mépris de ses privilèges économiques, ce qui contribuait au déclin et à l’appauvrissement non seulement de Vienne mais aussi des autres villes et bourgades autrichiennes14. Ces compagnies étaient accusées de capter tous les matériaux ou marchandises de première nécessité, indispensables à la population – argent, cuivre, métal, acier, lin, sucre, épices, céréales, bœufs, vin, viande, lard, chandelles et cuir15. Elles étaient devenus si puissantes grâce à ces procédés qu’elles avaient privé de leurs fournisseurs les marchands locaux. Elles faisaient la pluie et le beau temps en matière de prix. L’empereur avait cependant une vision radicalement inverse de la situation. Il voyait des avantages matériels à la présence de ces compagnies commerciales étrangères en Autriche – à savoir le versement des taxes, douanes et péages – et en concluait que ces gens apportaient aussi de l’argent avec eux, ce qui ne pouvait être que bénéfique à la population. Si ces marchands ne venaient plus à Vienne, cela entraînerait une diminution drastique des revenus qui mènerait la cité au scandale et à la ruine (emporung und verderbung16).

  • 17 J. Zeibig, op. cit., p. 240, 282.
  • 18 Ibid., p. 282, 288.
  • 19 Ibid., p. 240; A. Nagl, op. cit., p. 33.

9En 1518, les plaintes à l’encontre des marchands étrangers continuèrent à s’exprimer sous d’autres formes. Ils ne furent plus autorisés à pratiquer le colportage et durent donc se contenter de vendre sur la place publique, dans les villes, les bourgades et les villages17. La même année, il leur fut interdit non seulement de colporter mais aussi de commercer de jour et sur les marchés hebdomadaires, dans les villes aussi bien qu’à la campagne. Les marchands ne résidant pas en Autriche étaient uniquement autorisés à fréquenter les foires annuelles18. Les problèmes venaient manifestement aussi du fait que l’on ignorait tout ou presque de la qualité, ou des différences de qualité, des marchandises arrivant de l’extérieur. La question fut soulevée tout particulièrement en 1518, une fois de plus, à propos de la soie. Il devait y avoir un large éventail de qualités entre celle de Venise, Milan, Gênes, Lucques, ou encore de Turquie ou de Grèce et d’Allemagne ainsi que d’autres lieux. Or les marchands les vendaient toutes, en ville et à la campagne, les unes à côté des autres. Cela fut désormais interdit en raison du manque d’informations fiables sur leur provenance ; car l’homme du commun, qui ignorait ces différences, pouvait être floué. Chaque pièce d’étoffe devait en outre être marquée de façon à ce que chacun sache d’où elle venait19.

  • 20 J. Zeibig, op. cit., p. 243-244.

10Des généralisations à caractère péjoratif concernant la communication avec les étrangers et les pays étrangers peuvent pareillement être repérées dans les critiques portant sur le luxe vestimentaire, non plus seulement à l’intérieur de l’espace urbain mais dans l’ensemble du pays. En 1518, les délégués des États d’Autriche demandèrent de la même manière à l’empereur la promulgation d’une loi somptuaire détaillée, afin de remédier aux importants mouvements d’argent en direction des pays étrangers résultant de l’abondance de vêtements luxueux20. De plus, la production d’étoffes, drap et soie, dans les terres héréditaires des Habsbourg devrait être soutenue de façon à ce que l’argent puisse être gardé en Autriche. Les auteurs de la proposition précisèrent que l’ensemble du pays et toutes les classes sociales étaient touchés par le problème du luxe vestimentaire ; mais il est évident que l’espace urbain était particulièrement visé par ces déclarations.

  • 21 Voir de manière générale Margaret C. Jacob, Strangers Nowhere in the World. The Rise of Cosmopolit (...)
  • 22 Ferdinand Opll, Leben im mittelalterlichen Wien, Wien-Köln-Weimar, Böhlau, 1998, p. 77.
  • 23 Harry Kühnel, « “Mit Seife mißt man die Kultur”. Mentalität und Alltagshygiene, » Archiv für Kultu (...)
  • 24umb saiffen in frombte walchesche nacion gen Vinedig mit swörer mue und arbait... ziehen. Ibid., (...)
  • 25 J. Zeibig, op. cit., p. 233, 235, 277, 281.

11À côté de ces appréciations négatives et empreintes de suspicion à l’égard des personnes et des marchandises de provenance étrangère arrivant dans les villes autrichiennes, d’autres jugements exercés dans un contexte différent et à d’autres niveaux sociaux expriment au contraire un point de vue positif. Parfois, on trouve même une étonnante ouverture d’esprit à l’égard de l’altérité et des divers aspects des personnes, objets et cultures étrangers21. Si l’on examine par exemple d’autres sources commerciales ayant survécu dans les villes autrichiennes, on repère une catégorie d’objets qui sont associés à des distances ou à des contrées lointaines : les Venedigerware (« articles de Venise »), autrement dit les articles divers, essentiellement des épices et condiments, importés en Europe centrale par l’intermédiaire de Venise et consommés pour l’essentiel dans les couches aisées de la société urbaine. Les documents commerciaux de plusieurs grandes villes autrichiennes, surtout ceux de Vienne22 et de Wiener Neustadt, mentionnent un nombre élevé de ce type de marchandises : notamment les épices, entre autres le poivre, le gingembre, le safran, la noix de muscade et la cannelle, le galanga, l’huile d’olive, les figues, les amandes et le raisin sec, ainsi que des thériaques et autres potions médicinales à base de plantes, des confiseries et du savon. Dans la première moitié du XVIe siècle, ce dernier article fit apparemment l’objet de débats houleux, à propos de la protection de l’économie locale23. Dans le cadre de la guerre contre Venise, l’empereur Maximilien de Habsbourg délivra en 1516 une charte « traitant du savon qui occasionne beaucoup de peine et de troubles pour aller le chercher dans les pays italiens étrangers, à savoir Venise24 ». Pour décharger ses sujets de voyages périlleux et montrer à l’ennemi vénitien qu’il pouvait fort bien se passer de lui, Maximilien donna l’ordre de créer à Vienne une fabrique qui produirait des savons proches de ceux importés jusqu’alors de Venise. Cette mesure utilitaire fut réellement appliquée : des sources de 1519 évoquent l’exportation de « savon viennois » à Sopron (en allemand Ödenburg), en Hongrie occidentale. Mais le savon fabriqué à Vienne ne semble pas avoir connu un grand succès commercial : des dérogations autorisant l’importation de savon vénitien dans la ville de Linz, en Haute-Autriche, apparaissent dès 1517. Et la controverse sur l’importation de savon vénitien en Autriche reprit de plus belle en 151825.

  • 26 Ibid., p. 240-241; A. Nagl, op. cit., p. 33.

12Comme partout, les articles vénitiens et les autres marchandises d’importation avaient une fonction de prestige, pourrait-on dire, dans la société urbaine autrichienne. Cela risquait d’inciter les marchands à vendre des produits falsifiés. Les détracteurs des compagnies étrangères accusaient aussi celles-ci de ne pas laisser les marchandises qu’elles recevaient de Venise, Calcutta, Lisbonne, Anvers, Lyon ou Francfort dans leur état original. Elles en détérioraient la qualité en ajoutant par exemple de l’argile au gingembre. Cela devrait être interdit, disaient les délégués, tout comme mélanger du poivre avec diverses graines et autres procédés du même genre. Car ce n’est pas seulement de l’escroquerie, c’est mettre en danger la vie ou la santé de certaines personnes, notamment les femmes enceintes et les malades. Il faudrait donc nommer des inspecteurs dans les villes et à la campagne en les chargeant de vérifier si des ajouts douteux ont été effectués sur les épices proposées à la vente26.

  • 27 Voir Otto Brunner, Die Finanzen der Stadt Wien von den Anfängen bis ins 16. Jahrhundert, Vienne, V (...)
  • 28 O. Brunner, op. cit., p. 252-257 et 266 ; F. Opll, op. cit., p. 86.
  • 29 O. Brunner, op. cit., p. 254, note 4.
  • 30 Ibid., p. 253, note 5, et 266.
  • 31 Ibid., p. 254-257.

13La question de l’exclusivité des productions venant de l’étranger affleure également dans la documentation à propos du vin. D’une part, la production autrichienne était protégée par diverses mesures d’embargo sur les importations, qui visaient spécialement les vins de provenance hongroise27. D’autre part, les vins méridionaux, notamment ceux de Malvasia et de Romagne ou encore de Rivoglio, étaient considérés comme des vins de prestige utilisés dans les réceptions officielles et offerts à des hôtes de marque28. En certaines occasions spécifiques, les autorités faisaient présent de ces vins pour honorer leurs invités, membres de la cour, nobles, princes d’Empire, délégués des États et autres personnes de haut rang. Une quantité impressionnante de preuves de ces cadeaux honorifiques a survécu à Vienne. On notera la place de choix laissée aux vins autrichiens de bonne qualité et aux vins méridionaux. En 1475 par exemple, le comte Haug von Werdenberg reçut un tonneau de vin de Malvasia, un autre de vin de Rivoglio ainsi que de la bière29. On offrait aussi des épices et des confiseries30. En 1426, le noble autrichien nommé Jörg Stuchs reçut une boîte de sucreries, de coriandre et d’anis. Le roi de Hongrie fut gratifié en 1470 de confiseries31.

14De tels présents peuvent être mis en lien avec la perception positive de certains individus étrangers. Il était d’usage de remettre aux seigneurs et autres membres de l’élite sociale venus d’ailleurs, aussi bien qu’à leurs domestiques, messagers ou musiciens, des cadeaux honorifiques. Pour certains d’entre eux, ces cadeaux apparaissent presque comme des aumônes. Ils formaient une catégorie hybride et venaient souvent de très loin. à Vienne par exemple, on rencontrait des gens qui prétendaient avoir fui Constantinople après la chute de l’empire byzantin. Certains n’étaient en réalité que des imposteurs. Les comptes de la ville répertorient les entrées suivantes :

  • 32 Ibid., p. 259, note 2.

« Pour ceux qui viennent de Constantinople : 6 florins (1455).
Pour quatre hommes venus de Constantinople : 4 livres (1456).
Pour trois Grecs arrivant de Constantinople de la part du maire : 3 florins hongrois (1466).
Pour le cousin de l’empereur de Constantinople de la part du maire : 4 shillings (1466)32. »

15On trouve aussi d’autres étrangers visiblement appréciés et soutenus par les autorités urbaines, ceci principalement en raison de la condition sociale élevée dont ils avaient donné la preuve en déclinant leur identité. Le registre de comptabilité de Vienne mentionne ainsi :

  • 33 Ibid., note 3.

« Pour un chevalier d’Espagne de la part du conseil municipal : 4 florins (1445).
Pour un Français : 1 florin hongrois et une lance pour 6 shillings (1465).
Pour un comte d’Angleterre de la part du conseil municipal : 3 livres (1475)33. »

  • 34 Ibid., p. 283, note 5.

16En outre, les voyageurs pouvaient recevoir des cadeaux s’ils apportaient des nouvelles intéressantes sur la situation politique34. En 1438, un serviteur obtint douze shillings pour avoir fourni aux autorités viennoises des informations provenant de Meissen. En 1452, deux pèlerins de retour de Rome reçurent quatre shillings pour le prix des nouvelles qu’ils donnèrent sur le roi Ladislas le Posthume.

17Le phénomène de la communication « internationale » dans les villes autrichiennes peut être étudié à l’aide de preuves documentaires de plus en plus étoffées au fil des XVe et XVIe siècles. Les indications que contiennent les textes à propos des personnes et objets étrangers ne sont jamais neutres. Elles sont d’une part très critiques : elles expriment un jugement dévalorisant à l’égard des individus arrivant de l’extérieur aussi bien qu’envers l’étranger de façon générale, et considèrent que les objets d’importation pouvaient nuire à la culture, à l’économie et à la sécurité locales. Inversement, d’autres situations font apparaître que les produits d’origine extérieure constituaient un élément important pour la haute société urbaine et son mode de vie, et indiscutablement valorisant. De la même manière, les étrangers des couches sociales élevées étaient bien accueillis dans les villes autrichiennes. Le contexte joue ici un rôle déterminant ; il conditionne les résultats de l’analyse. Soulignons donc pour terminer qu’une communication « internationale » ainsi entendue dans l’espace urbain à l’époque considérée ne peut être appréhendée qu’en ayant conscience du poids de ces divers facteurs, de ces oppositions et de ces contrastes.

Notes

1 Stephen Harold Riggins, « The Rhetoric of Othering » dans Id. (dir.), The Language and Politics of Exclusion. Others in Discourse, Thousand Oaks-London-New Delhi, Sage, 1997, p. 6: Self and Other actually are so intertwined that to stop talking about « them », one must stop talking about « us ». Voir aussi Howard S. Becker, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press, 1966, p. 14-15: Whether a given act is deviant or not depends in part on the nature of the act (that is, whether or not it violates some rule) and in part on what other people do about it.

2 Willem Frijhoff, « Communication et vie quotidienne à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne », dans Kommunikation und Alltag in Spätmittelalter und früher Neuzeit, Sitzungsberichte der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse 596, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1992, p. 17.

3 Voir de manière générale Richard Lachmann, Capitalists in Spite of Themselves: Elite Conflict and Economic Transitions in Early Modern Europe, New York et al., Oxford University Press, 2000, p. 1-8: « Something Happened »; Bernd Roeck, « Überleben in der Risikogesellschaft. Formen der Bewältigung des Wandels im “langen 16. Jahrhundert” », dans Achatz von Müller et Jürgen von Ungern-Sternberg (dir.), Die Wahrnehmung des Neuen in Antike und Renaissance, Munich-Leipzig, de Gruyter, 2004, p. 121-133.

4 Sur la communication dans l’espace urbain autrichien, voir en particulier Albert Müller, « Mobilität – Interaktion – Kommunikation. Sozial – und alltagsgeschichtliche Bemerkungen anhand von Beispielen aus dem spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Österreich », dans Kommunikation und Alltag, op. cit., p. 219-249.

5 Sur Vienne, voir Walter Koch, Ausländische Besuche in Wien. Ein Beitrag zur internationalen Stellung der Stadt im Mittelalter, phil. Diss. [thèse de doctorat], Wien, 1967.

6 Gerhard Jaritz, « Die Nähe der Ferne. Rezeptionsmuster in Alltag und Sachkultur des Spät-mittelalters », dans Bericht über den neunzehnten österreichischen Historikertag in Graz, Wien, Verband Österreichischer Historiker und Geschichtsvereine, 1993, p. 369-374.

7 Krems an der Donau (Basse-Autriche), « Archives de la cité », Missiv-Protokoll IV, fol. 298v-299r : 1556, April 17, Krems. Voir aussi Gerhard Jaritz, « Über zwei verdächtige Personen in Krems an der Donau (1556) oder : Zur Konstruktion von Kriminalität », dans Katrin Keller, Gabriele Viertel et Gerald Diesener (dir.), Stadt, Handwerk, Armut. Eine kommentierte Quellensammlung zur Geschichte der Frühen Neuzeit. Helmut Bräuer zum 70. Geburtstag zugeeignet, Leipzig, Leipziger Universitäts-Verlag, 2008, p. 617-625.

8 Sur les passeports aux XVe et XVIe siècles, voir Deutsches Rechtswörterbuch X, Heidelberg, Heidelberger Akademie der Wissenschaften, 2001, col. 549-550. Pour la France, voir Daniel Nordman, « Saufconduits et passeports en France à la Renaissance », dans Jean Ceard et Jean-Claude Margolin (dir.), Voyager à la Renaissance. Actes du colloque de Tours, 30 juin-13 juillet 1983, Paris, Éd. Maisonneuve et Larose, 1987, p. 145-158.

9 Voir par exemple Ernst Schubert, Fahrendes Volk im Mittelalter, Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, 1995, p. 415-427 ; Gerhard Jaritz, « Das Bild des “Negativen” als Visualisierung der Übertretung von Ordnungen im Spätmittelalter », Anzeiger des Germanischen Nationalmuseums 1993, p. 210 ; Bernd Roeck, Außenseiter, Randgruppen, Minderheiten. Fremde im Deutschland der frühen Neuzeit, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993, p. 85-90 ; Angelika Schaser, « Städtische Fremdenpolitik im Deutschland der frühen Neuzeit », dans Alexander Demandt (dir.), Mit Fremden leben. Eine Kulturgeschichte von der Antike bis zur Gegenwart, Munich, Beck, 1995, p. 140-145 ; Ulman Weiss, « Fremde in thüringischen Städten der Frühneuzeit », dans Wilhelm Janssen et Margret Wensky (dir.), Mitteleuropäisches Städtewesen in Mittelalter und Frühneuzeit. Edith Ennen gewidmet, Köln-Weimar-Wien, Böhlau, 1999, p. 141-166 ; Reimer Gronemeyer, Zigeuner im Spiegel früher Chroniken vom 15. bis zum 18. Jahrhundert, Gießen, Focus, 1987, passim ; Helmut Bräuer, « ...und hat seithero gebetlet ». Bettler und Bettelwesen in Wien und Niederösterreich während der Zeit Kaiser Leopolds I., Wien-Köln-Weimar, Böhlau, 1996, p. 176-189.

10 Sur la construction de ces images visuelles, voir Gerhard Jaritz, « The Visual Image of the Other in Late Medieval Urban Space », dans Derek Keene, Balázs Nagy, Katalin Szende (dir.), Segregation, Integration and Assimilation in the Medieval Towns of Central and Eastern Europe, Aldershot, Ashgate, 2009, p. 231-245.

11 Gustav Winter (éd.), Niederösterreichische Weisthümer II : Die Viertel ob und unter dem Manhartsberge, Wien, Leipzig, Braumüller, 1896, p. 1029 : Ain ieder gastgeb oder burger zu Weitten dem frömbd leut in sein haus chöment, es sei mann oder weib, die sew nicht chennent, das schüllen si aim richter zü Weitten ze wissen tüen und ansagen. und wër des nicht tät, der ist dem richter zu wandel vervallen 72 phenning. Sur la condition juridique des étrangers en général, voir Knut Schulz, « Störer, Stümpler, Pfuscher, Bönhaser und Fremde. Wandel und Konsequenzen der städtischen Bevölkerungs-und Gewerbepolitik seit der Mitte des 16. Jahrhunderts », dans Helmut Jäger et alii (dir.), Civitatum Communitas. Studien zum europäischen Städtewesen. Festschrift Heinz Stoob zum 65. Geburtstag, vol. 2, Köln-Wien, Böhlau, 1984, p. 688-690 ; Claudia Seiring, Fremde in der Stadt (1300-1800). Die Rechtsstellung Auswärtiger in mittelalterlichen und neuzeitlichen Quellen der deutschsprachigen Schweiz, Frankfurt/Main et al., Lang, 1999. Voir aussi note 9.

12 Voir Hartmann J. Zeibig, « Der Ausschuss-Landtag der gesammten österreichischen Erblande zu Innsbruck 1518 », dans Archiv für Kunde österreichischer Geschichtsquellen 13, 1854, réimpr. 1965, p. 329 : Die Stet gemainclich habn ain grosse beswerung von den Auslendern, dann die auswendigen kramer und hawsirer, als Schottn und dergleichn annder allnthalbn im Lannd umbziehn, alle Gslosser und Dörffer, auch die Wiertshewser besuchen mit Irn phennbertn, gewürtz vnd anndern, das doch zu merern tail vngerecht vnd nicht gut werung ist, auch Hungern, Beheim vnd oberlendisch gesellschafft gross sumen gelts allnthalbn im Lannd in dörffern vnd Merkhtn legn auffden Saffran, auch ochssn vnd annders furzukauffen vnd Inen dartzu von den, so Merkht vnd Gslosser habn, rukhen gehaltn wirdet, dadurch der hanndl gar von den Stetn und merkhtn, die sich doch des betragn vnd davon Ir Stewr gebn mussn, kumbt zubegernn : gemainclich bey den Prelatn, Herrn vnd Adl darob zu sein, damit hinfur solh hanndtierung der auslennder vnd der, so mit gemainer Lanndschafft nicht mitleiden, nicht gedult, sonnder wie von alter herkomen ist, bey den Stetn und merkhtn beleib, damit allnthalbn ain geleiche purd aufgelegt werd (Gand, 4 mars 1509).

13 Ibid., p. 255. Sur la diète de 1518, voir Hermann Wiesflecker, Kaiser Maximilian I. Das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, vol. 4, Wien, Verlag für Geschichte und Politik, 1981, p. 305-320 ; Alfred Nagl, « Der Innsbrucker Generallandtag vom Jahre 1518 », Jahrbuch für Landeskunde von Niederösterreich, NF 17/18, 1919, p. 12-36.

14 J. Zeibig, op. cit., p. 255, 275 et 277 ; A. Nagl, op. cit., p. 30-31.

15 J. Zeibig, op. cit., p. 232. Sur les escroqueries pratiquées par les marchands et sociétés commerciales étrangères, voir aussi ibid., p. 239.

16 Ibid., p. 282, 304-305 et 310 ; A. Nagl, op. cit., p. 31.

17 J. Zeibig, op. cit., p. 240, 282.

18 Ibid., p. 282, 288.

19 Ibid., p. 240; A. Nagl, op. cit., p. 33.

20 J. Zeibig, op. cit., p. 243-244.

21 Voir de manière générale Margaret C. Jacob, Strangers Nowhere in the World. The Rise of Cosmopolitanism in Early Modern Europe, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006.

22 Ferdinand Opll, Leben im mittelalterlichen Wien, Wien-Köln-Weimar, Böhlau, 1998, p. 77.

23 Harry Kühnel, « “Mit Seife mißt man die Kultur”. Mentalität und Alltagshygiene, » Archiv für Kulturgeschichte 73/1, 1991, p. 72-73.

24umb saiffen in frombte walchesche nacion gen Vinedig mit swörer mue und arbait... ziehen. Ibid., p. 72.

25 J. Zeibig, op. cit., p. 233, 235, 277, 281.

26 Ibid., p. 240-241; A. Nagl, op. cit., p. 33.

27 Voir Otto Brunner, Die Finanzen der Stadt Wien von den Anfängen bis ins 16. Jahrhundert, Vienne, Verlag für Jugend und Volk, 1929, p. 216-217 ; András Kubinyi, « Weinbau und Weinhandel in den ungarischen Städten im Spätmittelalter und in der frühen Neuzeit », dans Ferdinand Opll (dir.), Stadt und Wein, Linz, Österreichischer Arbeitskreis für Stadtgeschichtsforschung, 1996, p. 83 ; Richard Perger, « Weinbau und Weinhandel in Wien », dans ibid., p. 217-218.

28 O. Brunner, op. cit., p. 252-257 et 266 ; F. Opll, op. cit., p. 86.

29 O. Brunner, op. cit., p. 254, note 4.

30 Ibid., p. 253, note 5, et 266.

31 Ibid., p. 254-257.

32 Ibid., p. 259, note 2.

33 Ibid., note 3.

34 Ibid., p. 283, note 5.

Auteur

M.-M. de Cevins (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540