Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe centrale au seuil de la modernité

 | 
Marie-Madeleine De Cevins

Introduction

Marie-Madeleine de Cevins et Olivier Chaline

Texte intégral

  • 1 Dans Les trois Europes, Paris, L’Harmattan, 1985 (préface de Fernand Braudel) pour la traduction f (...)

1Les décennies charnières qui s’inscrivent entre le dernier tiers du XIVe siècle et le milieu du XVIe siècle virent s’opérer sur l’ensemble du continent européen de profonds bouleversements dans tous les domaines – politique, diplomatique, social, religieux, philosophique et scientifique –, d’où sortirent aux XVIIIe et XIXe siècles les piliers du monde actuel. Mais l’Angleterre n’est pas la Russie : d’un bout à l’autre du continent, ils ne s’accomplirent pas au même rythme ni de la même manière. Qu’en fut-il entre ces deux pôles, dans l’« Europe médiane » qui les relie et les sépare tout à la fois ? L’originalité historique de cet espace, révélée voici près de trente ans par l’historien hongrois Jenő Szűcs1 à un public occidental qui raisonnait en termes de « bloc de l’Ouest » et de « bloc de l’Est », n’est plus à démontrer. Elle résulte de facteurs ethniques, chronologiques et géographiques, à savoir son peuplement principalement slave et hongrois, le caractère tardif de sa christianisation et sa position sur la ligne de fracture entre l’Orbis latinus et l’Orient orthodoxe et musulman. L’histoire de l’Europe centrale préromantique occupe néanmoins une place discrète dans les programmes universitaires et dans les catalogues des éditeurs français. Les ouvrages de synthèse expédient son sort en quelques lignes en supposant qu’elle connut grossièrement la même évolution que l’Europe atlantique et méditerranéenne. Or les crises de la fin du Moyen Âge, de la Peste Noire au Grand Schisme, puis la découverte de mondes nouveaux n’y eurent pas, de toute évidence, les mêmes conséquences qu’ailleurs.

2L’Europe centrale pose, il est vrai, d’épineux problèmes de dénomination et de délimitation. Sans relancer une polémique trop souvent lourde d’arrière-pensées nationalistes, exposons brièvement les arguments qui nous ont conduits à choisir pour cadre l’Autriche, la Bohême, la Hongrie et la Pologne dans leurs frontières de l’époque.

  • 2 Tel est le parti adopté par Jenő Szűcs dans Les trois Europes. Option contraire : J. Kłoczowski, « (...)
  • 3 M.-M. de Cevins, Saint Étienne de Hongrie, Paris, Fayard, 2004.
  • 4 Il convenait par conséquent de parler d’« Europe centrale » en titre de ce livre, et non d’« Europ (...)

3En recevant le baptême dans le rite latin entre la fin du IXe et la fin du Xe siècle, les chefs tribaux tchèques, polonais et hongrois firent basculer le cœur du continent européen du côté de l’Ouest. Cette orientation ne fut jamais remise en cause par la suite. Les moines français du XIIe siècle voyaient dans leurs confrères de Bohême, de Hongrie et de Pologne autant de membres, comme eux, de l’Occidens. Point d’Europe centrale à leurs yeux. Malgré tout, la situation de ces royaumes coincés entre deux empires chrétiens, le germanique et le byzantin, façonnés par les modèles venus du premier mais perméables à l’influence du second – auxquels il faudrait ajouter la Russie (mongole puis indépendante) et l’Empire ottoman – justifie pleinement l’emploi du syntagme « Europe centrale » à partir de l’époque médiévale. Même après leur arrimage au royaume de Pologne à la fin du XIVe siècle, la Lituanie, la Biélorussie et l’Ukraine occidentale conservèrent leur organisation sociale, fondée sur l’entière soumission personnelle des paysans aux boyards, et leur rituel byzantino-slave. C’est la raison pour laquelle nous les avons écartées de notre propos2. Le duché (puis archiduché) d’Autriche pose le problème inverse. Il appartenait au Saint Empire à l’instar de la Bohême mais avec un peuplement allemand. Cela lui vaut d’être rattaché habituellement à l’Europe occidentale ou intégré à une « Europe du Centre-Ouest » couvrant tous les pays germaniques et séparée par ce fait de ses voisins slaves et hongrois d’« Europe du Centre-Est ». Hongrois et Autrichiens s’appuyaient pourtant sur un socle commun dès le XIe siècle : Étienne Ier, fondateur du royaume magyar, s’était directement inspiré des structures politiques austro-bavaroises3. Cinq siècles plus tard, Mathias Corvin s’intitulait archiduc d’Autriche et installait sa cour à Vienne (1485). Le poids politique de la noblesse autrichienne n’est pas sans rappeler celui des nobles polonais ou hongrois jusqu’au XVIIe siècle. L’Autriche méritait donc une place, fût-elle discrète, dans nos développements4.

4L’espace ainsi délimité présente une réelle unité. Unité politique, dynastique mais aussi sociale et culturelle. Il se composait jusqu’à l’époque moderne de trois grandes monarchies : la Pologne-Lituanie (en union dynastique grâce aux Jagellon depuis 1386), la Hongrie et la Croatie (qui avaient depuis 1102 au plus tard le même roi, successeur de saint Étienne) et les pays de la Couronne de Bohême, celle de saint Venceslas, royaume qui, à la différence des précédents, faisait partie du Saint Empire tout en y jouant un rôle à part. Il faut y ajouter enfin le patrimoine héréditaire, autrichien, des Habsbourg. Avant ceux-ci, les Luxembourg avaient tenté les premiers de rassembler les diverses couronnes d’Europe centrale. Il y eut quatre empereurs Luxembourg, de Henri VII, élu en 1308, à Sigismond, mort en 1437 alors qu’il était à la fois roi de Hongrie, empereur romain germanique et roi de Bohême, ne laissant qu’une fille, mariée à Albert de Habsbourg. Puis vint le roi de Hongrie Mathias Corvin. Entre 1458 et 1490, il fit de son royaume la grande puissance danubienne, occupant Silésie, Moravie, les deux Lusaces et même Vienne ; il échoua cependant à fonder une dynastie. De 1386 à 1572, les Jagellon régnèrent sur la Pologne et la Lituanie, soit le plus vaste État d’Europe. Une branche s’établit en Hongrie de 1440 à 1444 puis de 1490 à 1526, et en Bohême de 1471 à 1526. La défaite de Mohács et la mort du jeune roi Louis II mirent fin en 1526 à cette union personnelle. Elles profitèrent aux Habsbourg. Dès les années 1430, Albert V était parvenu à cumuler la couronne impériale, l’Autriche, la Hongrie-Croatie et la Bohême. Son frère Frédéric III fut lui aussi élu empereur. Le fils d’Albert, Ladislas dit le Posthume, chercha ensuite à tenir Autriche, Bohême et Hongrie. La réussite ne vint que plus tard, patiemment préparée par les combinaisons matrimoniales que l’empereur Maximilien Ier avait prévues pour ses petits-enfants Ferdinand et Marie, mariés à Anne et à Louis II Jagellon. La mort sans postérité de celui-ci en 1526 permit à Ferdinand de Habsbourg de revendiquer les couronnes électives de Bohême puis de Hongrie-Croatie.

5L’Europe centrale connut simultanément des changements de grande ampleur. Le premier est la poussée ottomane depuis les Balkans. Les armées du sultan occupèrent la Serbie et la Bosnie en 1458-1459. En 1484, elles barraient l’accès à la Mer Noire aux Polonais. La chute de Belgrade en 1521 ouvrit la grande plaine du moyen Danube à l’invasion. La monarchie hongroise ne se remit pas du désastre de Mohács et trois ans plus tard Soliman assiégeait Vienne, sauvée de justesse. Si la Pologne négocia une paix dès les années 1530, les hostilités ne cessèrent entre la Porte et le monarque Habsbourg qu’en 1568. La branche cadette de la Maison d’Autriche fut à la fois menacée et aidée par ce péril turc intermittent. Le deuxième changement est la constitution, à partir de 1526-1527, de la Monarchie autrichienne, avec la patiente instauration par Ferdinand d’institutions centrales promises à un bel avenir et consolidées au milieu du siècle. Mais il lui fallut mener une guerre civile en Hongrie contre un compétiteur, Jean de Szapolya (ou Jean Szapolyai), et réprimer une révolte en Bohême en 1547. Un troisième changement tient aux vagues successives des Réformes protestantes dans une partie de l’Europe qui avait déjà été divisée au siècle précédent par la crise hussite, perceptible bien au-delà des limites des pays de la Couronne de Bohême. Les protestantismes existaient sous forme seigneuriale ou urbaine mais n’étaient pas le fait des monarques, tandis que l’Église catholique, parfois privée de fidèles, perdurait en tant qu’organisation. Il en résulta un pluralisme de fait et non de droit et des coexistences plus ou moins pacifiques. La volonté de traduire la Bible en langue vernaculaire renforça le mouvement d’essor et de fixation des langues nationales. Il n’empêchait pas la diffusion de modèles extérieurs, allemands et italiens, dans l’art comme la culture, humaniste. L’Europe centrale devint ainsi un étonnant creuset dans lequel s’élaboraient des formes et des expériences originales.

6Ces transformations touchèrent pareillement la société. Dans les campagnes, on observe le développement de grands domaines, la détérioration de la condition paysanne, l’éclatement de révoltes, parfois de forte amplitude, minant les bases de la hiérarchie sociale. Dans les villes, l’attention est attirée par les patriciats urbains autant que par les troubles, les relations complexes avec les monarques et les nobles, ou encore par la fréquente diversité linguistique. Le clergé pâtit parfois de la remise en cause de sa prééminence sociale, accompagnée çà et là de la perte de ses biens et de la prise en mains par nobles et corps de ville de la nécessaire réforme de l’Église. N’oublions pas enfin les cours, royales mais aussi seigneuriales, qui contribuèrent à la diffusion de nouveaux modèles, sociaux, artistiques et religieux.

  • 5 Ils ont été édités par A. Maczak, H. Samsonowicz et P. Burke (Cambridge, Cambridge University Pres (...)
  • 6 La formule est inspirée, on l’aura deviné, du titre du célèbre manuel de Francis Rapp : Les origin (...)

7Focaliser l’attention sur le siècle et demi qui sépare la fin du XIVe siècle du milieu du XVIe siècle permet de combler un vide chronologique persistant dans l’historiographie. En 1985 paraissaient les actes d’un congrès de démographie historique et d’économie intitulé East Central Europe in Transition. From the Fourteenth to the Seventeenth Century5. Il resta sans postérité. La plupart des chercheurs travaillant sur l’Europe centrale continuent de se positionner soit avant, soit après les dates séparant par convention le Moyen Âge de l’époque moderne. Au lieu des césures de 1453 ou de 1492 auxquelles on est accoutumé en France, les historiens polonais utilisent l’année 1525 et leurs collègues hongrois 1526 en invoquant les ruptures dynastiques et géopolitiques. Quant aux Tchèques, le hussitisme est pour eux le terminus a quo de l’ère des réformes. Nul n’ignore pourtant que les réussites et les drames du XVIe siècle – le siècle d’or de la Pologne, l’éclatement de la Hongrie, la mainmise des Habsbourg sur les rives du Danube et de la Vltava ou encore la fracture protestante – s’ancraient à des réalités anciennes. Pour mettre au jour les racines médiévales de l’Europe centrale moderne6, il fallait s’affranchir de ces contraintes.

  • 7 C’est la thèse que défend Jenő Szűcs, à la suite d’Immanuel Wallerstein dans The Modern World-Syst (...)
  • 8 István Bibó voit ainsi dans l’hypertrophie et les ambitions de la noblesse magyare « le phénomène (...)

8Les années 1400 à 1550 sont décisives pour la région. Selon l’interprétation qui prévaut aujourd’hui, elles virent s’enclencher le processus par lequel, alors qu’elle semblait sur le point de « rattraper » ses modèles occidentaux, l’Europe centrale retomba dans un rôle de périphérie. Ce retournement ne tiendrait pas seulement aux guerres et aux changements de domination. Tandis que l’Europe de l’Ouest s’ouvrait sur l’Amérique et que la Russie entamait la conquête des immensités sibériennes, les pays centre-européens n’avaient aucune possibilité d’expansion territoriale7. Des facteurs internes accentuèrent leur marginalisation. En Occident, les difficultés des XIVe et XVe siècles avaient renforcé l’État princier et royal, revigoré la bourgeoisie urbaine et épuisé la noblesse traditionnelle. Cela permit aux souverains de s’engager sur la voie de l’absolutisme, grâce auquel put s’opérer au fil des siècles une modernisation « par le haut ». L’Europe centrale ne traversa une épreuve analogue qu’un siècle et demi plus tard, après 1450, et dans un contexte différent. Tandis que le mysticisme autocratique triomphait en Russie, la révolte hussite (en Bohême) et les crises de succession affaiblirent des souverains souvent étrangers au pays (sauf en Autriche et en Pologne). La noblesse, nombreuse et revendicative, se considérait comme l’expression de l’ensemble des habitants (la « nation ») depuis le XIIIe siècle et n’envisageait pas d’autre régime politique que celui des « ordres ». Elle coupa court aux tentatives de renforcement du pouvoir monarchique – en Hongrie sous Mathias Corvin puis en Pologne sous la « république de la noblesse » –, allant jusqu’à paralyser le fonctionnement de l’État. Parallèlement, le manque de capitaux et de savoir-faire artisanal maintenait l’ensemble de la région à l’écart des grands flux continentaux, à l’exception relative de la Bohême. Touchés de plein fouet, aveuglés par l’obsession de tenir leur rang, les nobles auraient empêché le décollage de l’économie en renforçant son orientation agraire. Ils firent porter le poids de la récession sur les paysans, qu’ils plongèrent dans une dépendance proche de celle des paysans russes appelée (improprement) « second servage8 ». Renouant avec des formes d’organisation sociale et politique archaïques – du moins selon les critères occidentaux –, l’Europe centrale avait raté le virage de la modernité.

  • 9 Voir par exemple les communications et les conclusions (P. Gilli) de J.-M. Matz (dir.), René d’Anj (...)
  • 10 En Hongrie, la réforme des ordres mendiants fut soutenue au XVe siècle par les nobles mais longtem (...)

9Cette analyse est-elle vraiment pertinente ? Elle raisonne comme si ces pays n’avaient fait que recueillir les apports venus de l’Ouest, hors duquel point de salut. Or, de Jean Hus à Nicolas Copernic, l’« Autre Europe » participa elle aussi à la genèse culturelle du monde « moderne ». Second a priori discutable : la conviction selon laquelle un pays moderne est nécessairement doté d’un État absolutiste excluant les nobles des décisions et s’appuyant sur les bourgeois. La « vraie » modernité ne réside-t-elle pas dans l’association, institutionnalisée ou pragmatique, des élites au pouvoir ainsi que dans la prise en compte des usages ancestraux9 ? Le réquisitoire dressé contre la noblesse mériterait à ce titre d’être entièrement réexaminé. On doit distinguer tout d’abord les aristocrates, magnats et seigneurs, de la foule des hobereaux. Face au hussitisme, à la renaissance humaniste, aux nouvelles méthodes de gestion domaniale ou à la via moderna religieuse, ils ont souvent tenu des positions contradictoires. Le pluriel s’impose donc en Europe centrale pour le mot « noblesse ». Et ce ne sont pas toujours les mêmes groupes sociaux – aristocrates, hobereaux, bourgeois, clercs et paysans – que l’on trouve dans le camp de l’innovation ou dans celui de la tradition10.

  • 11 Les courants littéraires et artistiques ont déjà fourni la matière de nombreuses conférences et ex (...)

10La réflexion collective amorcée ici s’efforce par conséquent de revenir sur les présupposés qui entourent les notions de « première modernité », de « mutations de la Renaissance » et de « modèle occidental » d’une part, et sur celles de « centre » et de « périphérie » européens. Elle se cantonne aux domaines sociaux, religieux et culturels, envisagés séparément comme dans leurs liens réciproques11. Trop vaste pour prétendre épuiser le sujet, elle est aussi l’occasion de faire converger les travaux des rares historiens français qui travaillent sur l’Europe centrale médiévale et moderne avec ceux des chercheurs qui en proviennent. Gageons qu’elle retiendra enfin l’attention d’un public de non spécialistes qu’aurait rebuté un angle d’attaque trop étroit.

11La première partie de ce volume examine la position idéologique et culturelle de l’Europe centrale à travers les notions de « croisade », de « boulevard de la Chrétienté » et de « cœur de l’Europe », exprimées depuis les pays d’Europe centrale ou à leur propos.

12Elle commence par déboulonner le mythe de la supériorité de la civilisation occidentale sur les cultures orientales (D. Kołodziejczyk). La perception de l’« étranger » qui émane des sources urbaines autrichiennes des XVe et XVIe siècles, dominée par la suspicion qu’éveille tout inconnu – surtout s’il est pauvre ou menace la prospérité locale par ses activités –, ne trahit aucune opposition systématique entre Est et Ouest européen, ni dans les mentalités, ni dans les comportements (G. Jaritz). L’idéologie de la Croisade telle qu’elle s’épanouit en Occident à partir de l’époque grégorienne doit beaucoup, on l’oublie souvent, au mythe d’Alexandre le Grand, conquérant de l’Asie décrit comme un chrétien avant l’heure. En Bohême, les intellectuels reprirent cette filiation à leur compte. Loin de placer le royaume de saint Venceslas en position marginale, ils en faisaient dès la fin du Moyen Âge l’épicentre de la Chrétienté, sinon du monde (P. Hlaváček) ! Bien que les habitants de l’Europe centrale – princes, chevaliers ou paysans – aient peu participé aux expéditions en Terre sainte, l’idée de Croisade devint l’une des composantes majeures de la conscience nationale en Hongrie au XVe siècle : sa fonction ancienne de « rempart de la Chrétienté » évolua en mission collective au fil de la progression ottomane (S. Csernus).

13La seconde partie aborde les dynamiques sociales propres à l’Europe centrale. Loin de présenter un front uni, la noblesse tendit partout à se scinder en deux catégories : les aristocrates (appelés « seigneurs », « magnats » ou « barons ») et les membres de la basse et moyenne noblesse (« chevaliers » ou « nobles »). La différence était visible à l’œil nu. Inspirée de modèles aussi bien occidentaux qu’orientaux, la tenue vestimentaire des nobles polonais fortunés du XVIe siècle reléguait la fonction guerrière et l’idéal chevaleresque derrière le goût du luxe et le souci de la représentation (J. Dumanowski). L’essor de la grande propriété assurait aux puissants seigneurs laïcs une domination économique et sociale, voire culturelle, que confortait leur participation au pouvoir suprême dans les pays de la couronne de Bohême (O. Chaline). Le trait était encore plus frappant en Basse-Autriche, où la diète limitait étroitement les prérogatives du prince et où d’autres institutions locales ou nationales réservaient à l’« Ordre des seigneurs » la direction permanente des affaires (J. Bérenger). Dépositaires de la mémoire collective dans un pays de tradition orale, les paysans âgés virent leur place reculer au XVIe siècle dans les procédures judiciaires tranchant les conflits de propriété intranobiliaires en Pologne intérieure et, plus lentement, en Mazovie (G. Myśliwski). Au milieu du XVIe siècle, à la faveur de la division politique du royaume de Hongrie, l’asservissement juridique toucha jusqu’aux communautés qui, tels les Sicules, jouissaient à titre collectif de privilèges pluriséculaires initialement liés à leur vocation militaire (N. Kálnoky).

14Les ferments de renouveau spirituel apparus dans ou hors de l’hérésie en Europe centrale occupent le troisième volet de ce volume. Les établissements monastiques hongrois, prospères au tournant des XVe et XVIe siècles même s’ils étaient peu peuplés et manquaient de liquidités, avaient des méthodes gestionnaires assez modernes ; elles leur valaient cependant des inimitiés parmi les fidèles (B. Romhányi). Soumis quant à eux à l’exigence de pauvreté absolue, les franciscains observants étaient en proie à de violents déchirements internes au début du XVIe siècle, à en juger par l’augmentation des cas d’apostasie (M.-M. de Cevins). Les dernières recherches sur l’histoire du hussitisme, corrigeant maintes lectures réduc-trices des faits, relient le succès de l’utraquisme à un sentiment national teinté de messianisme eschatologique et constatent le conformisme des pratiques religieuses (O. Marin). Plus isolés puisqu’ils refusaient tout dialogue avec Rome sans souscrire aux méthodes des taborites, les membres de l’Unité des Frères comptèrent de brillants théoriciens à partir du XVIe siècle, qui placèrent la notion de cultura au centre de leur doctrine et combinèrent spéculation théologique et action sociale (D. Larangé). Le christianisme polonais, façonné au XVe siècle par les frères mendiants tout en assimilant des éléments orthodoxes, réussit l’exploit, après avoir fortement reculé entre les années 1520 et 1560, de regagner le terrain perdu avant la fin du siècle de Luther (H. Łaszkiewicz).

Notes

1 Dans Les trois Europes, Paris, L’Harmattan, 1985 (préface de Fernand Braudel) pour la traduction française.

2 Tel est le parti adopté par Jenő Szűcs dans Les trois Europes. Option contraire : J. Kłoczowski, « Introduction » de N. Aleksiun, D. Beauvois, M.-E. Ducreux, J. Kłoczowski, H. Samsonowicz, P. Wandycz, Histoire de l’Europe du Centre-Est, Paris, Presses Universitaires de France, Nouvelle Clio, 2004, p. v-xx.

3 M.-M. de Cevins, Saint Étienne de Hongrie, Paris, Fayard, 2004.

4 Il convenait par conséquent de parler d’« Europe centrale » en titre de ce livre, et non d’« Europe du Centre-Est ».

5 Ils ont été édités par A. Maczak, H. Samsonowicz et P. Burke (Cambridge, Cambridge University Press). Le colloque de Bad Homburg intitulé « Central Europe at the Threshold of Modernity » (1989) n’a, à notre connaissance, jamais été publié.

6 La formule est inspirée, on l’aura deviné, du titre du célèbre manuel de Francis Rapp : Les origines médiévales de l’Allemagne moderne. De Charles IV à Charles Quint (1346-1519), Paris, Aubier, 1989.

7 C’est la thèse que défend Jenő Szűcs, à la suite d’Immanuel Wallerstein dans The Modern World-System. Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the 16th Century, New York-London, 1974 (notamment p. 91, 100, 103) et Mercantilism and the Consolidation of the European World-Economy 1600-1750, New York-London, 1980 (p. 131, 144, 147). On la nuancera à l’aide de Zsigmond Pál Pach, Hungary and the European Economy in Early Modern Times, Aldershot, Variorum, 1994, « Preface », p. x-xi.

8 István Bibó voit ainsi dans l’hypertrophie et les ambitions de la noblesse magyare « le phénomène le plus nuisible au développement social de la Hongrie à l’époque moderne ». Cité en traduction française dans J. Szűcs, op. cit., p. 63.

9 Voir par exemple les communications et les conclusions (P. Gilli) de J.-M. Matz (dir.), René d’Anjou (1409-1480) : pouvoirs et gouvernement (Actes du colloque d’Angers, 26-28 novembre 2009), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, sous presse.

10 En Hongrie, la réforme des ordres mendiants fut soutenue au XVe siècle par les nobles mais longtemps boudée par les bourgeois des villes, en qui l’on voit d’ordinaire les partisans inconditionnels du progrès. Au début des années 1520, ces derniers adhérèrent massivement au luthéranisme, de même que les citadins des villes de Bohême et surtout de Moravie, de Silésie et des Lusaces, jadis hostiles au hussitisme et en majorité germanophones. Il n’est pas certain pour autant que les critères ethniques aient déterminé à eux seuls leur engagement confessionnel. L’attitude de la paysannerie est elle aussi ambivalente. La grande jacquerie qui ravagea les campagnes hongroises en 1514 s’opposait à l’asservissement des paysans ; mais elle était partie d’un mot d’ordre que beaucoup jugeaient obsolète en Occident : la Croisade. On pourrait multiplier les exemples.

11 Les courants littéraires et artistiques ont déjà fourni la matière de nombreuses conférences et expositions en Europe, autour des figures de Charles IV, de Sigismond de Luxembourg et de Mathias Corvin notamment. Les autres aspects – pratiques économiques, organisation politique, diplomatie – pourront faire l’objet de prochaines rencontres et ouvrages collectifs s’inscrivant dans le même cadre spatio-temporel.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540