Version classiqueVersion mobile

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

4. Décors et corps

Chapitre XIX. Le Centre mythique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Montagne, ô montagne. La montagne est vivante. »
The Taste of Tea de Katsuhito Ishii.
« Cette forêt est vivante. »
La Forêt sans nom de Shinji Aoyama.

Une des caractéristiques les plus saisissantes de l’architecture japonaise, qui frappera autant le spectateur de Moe no Suzaku de Naomi Kawase dans les scènes qui le placent dans la maison des Tahara, que le promeneur entrant dans la cour du sanctuaire Meiji en plein Tôkyô, c’est l’importance de la nature dans l’expérience du lieu. On a ainsi l’impression que la maison, dans le premier cas, a été construite pour que sa perspective occulte le village et soit en prise directe avec la nature lointaine. De même qu’on a le sentiment, dans le second cas, grâce au bois qui ceint le sanctuaire, que la mégalopole qui s’étend au-delà n’existe tout simplement pas.

En Europe, la cohésion de la cité (la communauté) ne va pas sans la cohésion de la ville (l’agglomération). Ce qui joue le rôle de lieu symbolique garant de la cohésion sociale, dans la v...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search