Version classiqueVersion mobile

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Conclusion

Christophe Patillon et Laurent Jalabert

Texte intégral

1L’histoire des mouvements ouvriers depuis les années 1960 reste un chantier en friche. Les approches présentées ont cependant pu révéler un certain nombre d’enseignements et laissent supposer de riches perspectives d’avenir.

Enseignements

2Les mouvements ouvriers dans les diverses régions étudiées sont très denses, même si aucune évolution quantitative n’a été fournie, tant des études microsectorielles, par branches, voire même par entreprises seraient nécessaires. Bien évidemment, dans cet ensemble, il convient de dissocier des mouvements emblématiques, bien visibles dans les régions espagnoles (Charbon, chantiers navals), en Bretagne (Joint Français), ou même en Loire-Atlantique (Chantiers navals, métallurgie), de mouvements plus isolés et au retentissement local, du type travailleurs des manufactures de Tabac (Morlaix). Pour l’essentiel, les conflits sociaux sont liés à la crise industrielle et aux licenciements massifs qui en découlent. La fermeture de sites industriels ou les compressions de personnels par le biais de plans sociaux sont l’objet des principales luttes.

3Ces conflits sont liés à des phénomènes complexes mêlant évolutions internationales et réalités nationales ou locales.

  • À l’échelle internationale, deux phénomènes majeurs émergent pour lesquels les mouvements sociaux sont particulièrement impuissants : la désindustrialisation de l’Europe occidentale qui conduit dans le pire des cas à la liquidation de secteurs entiers ; et la restructuration du capital de bien des industries. Dans le premier cas, les ouvriers agissent par le biais de luttes désespérées, qui n’empêchent que rarement les fermetures d’entreprises ou les compressions massives de personnels. Dans le meilleur des cas, comme l’a montré le cas asturien, les résistances ouvrières ne font que retarder les conséquences de réalités macroéconomiques lointaines. La désindustrialisation est un phénomène constant et croissant face auquel le monde ouvrier paraît impuissant. Face aux recapitalisations, ils sont le plus souvent aussi spectateurs impuissants : les principales fermetures de sites dans la métallurgie ligérienne ont été précédées de phénomènes de rachats d’entreprises locales par des sociétés nationales, puis internationales, qui les liquident dans des temporalités plus ou moins larges, en invoquant, même dans le cas d’usines rentables, la concurrence mondiale. Les divers exemples ont pu montrer que les mouvements ouvriers demeuraient impuissants face à des contraintes internationales.
  • En parallèle de ces évolutions internationales, les conflits ouvriers restent déterminés par les circonstances locales. Les régions de l’Ouest atlantique européen, pour des raisons qui divergent, ont été touchées par la crise avec un certain décalage par rapport à d’autres bassins industriels. Les premiers effets massifs de la désindustrialisation se font sentir à la fin des années 1970 et surtout dans les années 1980, puis 1990. L’Ouest atlantique français qui connaît de tardives Vingt Glorieuses reste un temps protégé ; tandis que son homologue espagnol, pour des raisons politiques liées à la sortie du franquisme, ne connaît les effets massifs de la désindustrialisation que dans les années 1980. Les circonstances locales restent bien sûr déterminantes pour comprendre la réalité de ces conflits.

4Enfin, un dernier apport de ces journées renvoie à la nature des conflits sociaux. Très nombreux, ils se caractérisent comme des luttes sociales désespérées et isolées, qui ne dégagent que fort rarement des mouvements de solidarité ouvrière plus large, le cas asturien faisant peut-être exception pour des secteurs bien particuliers (mineurs, chantiers navals). Les conflits ouvriers des années 1970 et plus encore des années 1980 et 1990 semblent « parcellisés », centrés autour de réalités propres à chaque secteur, voire même à chaque entreprise. Les fermetures de sites ne dégagent pas de solidarité intersectorielle entre les ouvriers, l’impuissance face au rouleau compresseur de la désindustrialisation semble prédominer. Les témoins évoquent d’ailleurs un réel sentiment d’isolement quand ils se trouvent seuls confrontés à un processus de fermeture d’usine, et de culpabilité quand ils se situent dans un secteur prospère où la négociation sociale se joue sur des questions salariales, de primes, etc. (chimie). Le mouvement ouvrier semble bel et bien se disloquer en ces années 1970-2009 ! Ce manque d’unité du mouvement ouvrier s’explique par des considérations multiples qui doivent être approfondies : sentiment d’impuissance face à des économies toujours plus mondialisées ; réalité d’une société devenue plus individualiste ; perte d’audience des syndicats ouvriers ; manque d’unité du mouvement ouvrier, etc. Plus encore, les mouvements sociaux sont souvent à la recherche de leurs interlocuteurs. Le temps du patronat local avec lequel ils pouvaient négocier jusqu’aux années 1970 est révolu. Désormais, l’interlocuteur décisif, en général un conseil d’administration d’une multinationale, lointain, semble bien inaccessible, et surtout inflexible comme l’illustre le cas Chantelle, d’où le caractère encore plus désespéré des luttes. Le mouvement social se trouve donc en position d’une telle faiblesse, qu’il ne songe plus qu’à négocier dans les meilleures conditions pour les salariés les fermetures de sites, les témoignages illustrant remarquablement cette réalité (Morlaix, Chantelle, etc.).

5Le pouvoir politique affiche lui aussi une même impuissance, essayant simplement par des jeux de compensations à limiter la facture sociale. Il procède le plus souvent par des politiques de palliatifs sociaux (préretraites en Espagne notamment, formation, etc.) ; ou par des politiques d’aménagement du territoire visant à recréer un dynamisme économique vers d’autres secteurs (Pays de la Loire, Pays basque, etc.). Ces palliatifs ne répondent qu’indirectement aux situations des ouvriers touchés par la désindustrialisation. Ces derniers se sentent parfois de véritables laissés-pour-compte de la crise.

Perspectives

6Les premiers enseignements de cette histoire du mouvement ouvrier dans l’Ouest atlantique depuis les années 1960 ne sont que provisoires. Ils laissent cependant entrevoir de riches perspectives de recherche.

  • 1 Cf. Sirinelli J.-F., Les Vingt décisives, Paris, Fayard, 2007.

7La première renvoie à la fixation d’une chronologie. Le basculement de mouvements ouvriers qui révèlent les solidarités ouvrières (de type Front populaire, grève de 1947…), vers des mouvements parcellaires, désespérés et privés de solidarités ouvrières, semble se situer entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1980, dans un processus plus large de transformation profonde de la société française1. Afin de mieux fixer ce rythme, ce passage d’une réalité des conflits à une nouvelle, il conviendrait de multiplier les études monographiques.

8La seconde perspective renvoie à la compréhension interne des mouvements sociaux. Les approches sociologiques révèlent que les luttes des années récentes évoquent à la fois des formes de types plus anciennes (occupations d’usines, appels à des solidarités extérieures, piquets de grèves, etc.), et des formes nouvelles qui privilégient les choix individuels (mutations, reclassements, formations, etc.). Incontestablement, la nature interne de ces mouvements, comme leurs enjeux pour les salariés ou leurs représentants, reste mal connue.

9La troisième perspective renvoie enfin aux conséquences individuelles ou collectives des processus subis par le monde ouvrier. Les témoignages révèlent les situations de détresses sociales, mais aussi psychologiques, vécues par le monde ouvrier au-delà du conflit lui-même. Ces phénomènes sont bien mal connus des historiens, et se placent pourtant dans une réalité profonde des mutations de la société française depuis les années 1960. Ils sont certainement les fondements de nouvelles attitudes sociales, mais aussi plus encore politiques, d’une classe qui semble se sentir abandonnée et impuissante, voire en perte de repères sociaux et professionnels. Avec l’usine, un monde s’effondre. Ces réalités vécues, individuellement ou collectivement, méritent d’être approfondies par le développement d’enquêtes orales, et avec l’appui des sciences sociales proches, sociologie ou encore psychologie.

10La dernière perspective renvoie enfin aux représentations que se fait le mouvement ouvrier de ces cadres extérieurs invoqués qui génèrent la désindustrialisation. Comment cette hydre bien inconnue qu’est la mondialisation est-elle perçue par la base ? Comment le monde lointain, si proche dans ses effets sociaux, est-il imaginé, compris… ? Là encore, les questions sont plus nombreuses que les réponses…

Notes

1 Cf. Sirinelli J.-F., Les Vingt décisives, Paris, Fayard, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search