Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Le pouvoir régional et la crise industrielle dans la région des Pays de la Loire à l’époque de la présidence d’Olivier Guichard

Laurent Jalabert

Full text

  • 1 Cette communication est une première approche d’un sujet vaste qui se place dans un travail de rec (...)

1Baron du gaullisme, défenseur de la politique d’aménagement du territoire, favorable à l’industrialisation du pays tout au long des années 1960-1970, Olivier Guichard, devenu président de la région des Pays de la Loire en 1974 à l’époque des EPR, puis dans les années 1980 à l’époque des collectivités locales décentralisées, a été confronté tout au long de la période à la crise industrielle. Malgré son volontarisme, placé à la tête d’une institution qui ne dispose que de peu de leviers économiques efficaces, a-t-il su créer les conditions de la relance industrielle ? Ce grand notable du gaullisme a-t-il pu, face à la désindustrialisation de la région qu’il dirige, impulser des initiatives pour juguler le déclin industriel1 ?

Un baron du gaullisme à la tête d’une région

  • 2 La bibliographie sur Olivier Guichard est très diverse, pour une approche rapide, mais complète on (...)
  • 3 Avec Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, Jacques Foccart et Roger Frey.

2Né en 1920, Olivier Guichard2 est l’un des cinq barons du gaullisme3. Pilier de la France Libre, chef du cabinet du général de Gaulle de 1951 à 1958, conseiller technique à l’Élysée en 1959, chargé de mission entre 1962 et 1967 auprès du Premier ministre Georges Pompidou, il est au cœur de la France gaullienne. Nommé directeur de la Direction pour l’Aménagement du territoire et l’Aménagement régional (DATAR) de 1963 à avril 1967, puis ministre de l’Industrie au lendemain des élections législatives de 1967 et enfin ministre du Plan et de l’Aménagement du territoire entre juin 1968 et juin 1969, il est l’un des grands animateurs de la politique industrielle du général de Gaulle.

  • 4 Témoignage de Michel Rabreau, son suppléant à partir de 1967, 23 avril 2009.

3C’est alors que la perspective d’une nomination ministérielle se dessine qu’il décide tardivement d’entrer dans le jeu électoral en 1967. Originaire de Gironde, il a passé l’essentiel de sa carrière dans la capitale, mais choisit de s’implanter dans la septième circonscription de Loire-Atlantique dans la presqu’île de Guérande. Après avoir obtenu le retrait du député sortant4, il entame une longue carrière au Palais Bourbon jusqu’en 1997, même s’il ne siège que très peu en raison de ses fonctions ministérielles dans les premières années. Après la démission du général de Gaulle, Georges Pompidou et Jacques Chaban-Delmas le nomment ministre de l’Éducation nationale (1969-1972). Il poursuit à cette époque son enracinement local en accédant au conseil général de Loire-Atlantique en 1970, puis à la mairie de La Baule (1971), station balnéaire dont il souhaite alors faire le point d’appui d’un vaste projet de développement touristique régional. En 1972, dans le ministère Messmer, le chef de l’État lui accorde de nouveau le ministère de l’Équipement, du logement et du tourisme dans lequel il est plus à son aise.

4Ayant fait le choix de soutenir Jacques Chaban-Delmas lors de l’élection présidentielle de 1974, il est écarté par Jacques Chirac du gouvernement. Redevenu simple maire de La Baule, il bénéficie de la démission de son suppléant, Michel Rabreau, en octobre 1974, pour siéger au Palais Bourbon après un nouveau succès lors d’une élection législative partielle. En parallèle, il profite de la nomination de Vincent Ansquer au gouvernement pour devenir le second président de la région des Pays de la Loire, siège qu’il occupera jusqu’en 1998. Il revient au gouvernement comme Garde des Sceaux de 1976 à 1977, dernière fonction nationale qu’il occupe. Il se contente ensuite de siéger au Palais Bourbon et d’administrer la région, la commune de la Baule et le SIVOM de la presqu’île de Guérande jusqu’à la fin des années 1990. Sa carrière politique s’achève péniblement en 1998 par la publication dans la presse de divers scandales sur l’utilisation des fonds régionaux et sur une affaire de détournements de fonds publics par des administrateurs à l’intérieur du SIVOM qu’il préside.

  • 5 Voir son ouvrage, Aménager la France. Inventaire de l’avenir, Paris, Robert Laffont, 1965.

5L’énoncé de ces nombreuses fonctions politiques, nationales ou locales, permet de bien mesurer le rôle et la place que peut occuper Olivier Guichard dans le contexte de la période qui nous intéresse ici. Rappelons pour mémoire, qu’entre 1967 et 1968, ministre de l’Industrie, il essaie d’imposer au gouvernement une nouvelle politique de développement industriel, s’appuyant sur les travaux menés au sein de la DATAR qu’il a animée dans les années qui précèdent5. Fervent défenseur de la planification industrielle, il est l’un de ceux qui défend les grands programmes d’industrialisation par la politique de l’aménagement du territoire : métropoles d’équilibres, développement des Zones industrialo-portuaires (ZIP), programmes de nouveaux habitats urbains, aménagement de nouvelles zones touristiques… constituent les bases de ce que doit être la politique de la nation. La région des Pays de la Loire, où il s’installe alors, bénéficie de ces programmes. La conurbation Nantes/Saint-Nazaire devient une métropole d’équilibre au début des années 1960, et une ZIP est développée autour de l’activité portuaire à Nantes/Saint-Nazaire. Olivier Guichard soutient ici l’idée d’un pôle commun entre les deux cités le long de l’estuaire de la Loire, qui doit devenir une zone d’activités industrielles de premier plan selon la DATAR à la fin des années 1960. Tout au long des années 1970, Olivier Guichard participe à la quasi-totalité des groupes de réflexion sur la politique d’aménagement du territoire, comme ministre jusqu’en 1974, puis comme président de région ou parlementaire. En 1993, il est à nouveau mandaté par Édouard Balladur, Premier ministre, pour proposer une réforme des collectivités locales. En ce sens, il plaide pour le développement du pouvoir régional, comme il l’avait déjà fait en 1969, lorsqu’il avait essayé de convaincre le général de Gaulle de renforcer cette unité territoriale autour du slogan, « L’avenir appartient aux régions ». Son idée directrice est de renforcer le pouvoir économique des régions.

  • 6 Cet article trop bref ne portera pas des réponses exhaustives. Par contre, les archives privées d’ (...)

6Placé au carrefour de la vie politique nationale et locale depuis le début des années 1960, Olivier Guichard est l’élu d’une région touchée par les phénomènes de désindustrialisation : la crise des industries navales dans le bassin de l’estuaire de la Loire, la crise du secteur de la métallurgie en sont les meilleurs exemples. Comment ce chantre de l’industrialisation a-t-il pu répondre à ces difficultés en tant qu’élu local6 ?

Combattre la crise : la région Pays de la Loire accompagnatrice de grandes initiatives de l’État

  • 7 Entre 1968 et 1974, la région gagne en effet 29 % d’emplois industriels, contre 9 % à l’échelle na (...)
  • 8 Voir les divers témoignages recueillis dans cet ouvrage.

7La crise économique internationale, qui débute en 1974 avec le premier choc pétrolier, remet en cause les ambitions de la politique française d’aménagement du territoire dressées à l’époque du général de Gaulle et conduit à la réorientation en profondeur de ses actions. Certains équipements ne peuvent être achevés, par exemple le pôle industriel de Fos-sur-Mer dont les ambitions sont considérablement revues à la baisse. Mais surtout, des régions entières voient leur tissu industriel s’effondrer : bassins miniers et sidérurgiques de Lorraine, du Nord-Pas-de-Calais, de la Loire, chantiers navals ou vieux centres textiles… La politique d’aménagement ne peut plus s’appuyer sur une croissance garantie, reconduite d’année en année, pour dessiner de belles perspectives. Il lui faut répondre, coup par coup, aux incendies, toujours plus nombreux, que la crise allume de tous les côtés. En matière industrielle, il faut attendre 1984 et la création de quinze « pôles de conversion », pour que soit mise en œuvre une politique de reconversion globale des régions industrielles les plus touchées, qui associe plans sociaux de grande ampleur, réhabilitation du parc de logements, amélioration de la desserte routière, traitement des friches industrielles, actions de formation et de transfert de technologies. La région des Pays-de-la-Loire n’échappe pas à ce processus après avoir connu une croissance de l’emploi industriel plus forte qu’ailleurs dans le pays7. Plusieurs foyers industriels connaissent d’importantes difficultés, dans la Sarthe au Mans dans le secteur automobile, dans le Maine-et-Loire, les industries textiles des Mauges, et bien sûr en Loire-Atlantique les industries navales, métallurgiques ou mêmes agro-alimentaires8.

Heurts et malheurs des grands projets régionaux

  • 9 C’est à ce moment-là qu’Olivier Guichard est parachuté dans la région lors de l’élection législati (...)
  • 10 Ce discours nous a été communiqué par Paul Camous que nous remercions.
  • 11 Certaines données dans les fonds d’archives privées d’Olivier Guichard seront précieuses, malheure (...)
  • 12 Dans la même optique, le projet d’aménagement touristique de la zone La Baule/Guérande n’est pas m (...)

8Les grands projets régionaux sont alors abandonnés assez rapidement, tel celui du projet de développement et d’aménagement de la ZIP de Saint-Nazaire, pourtant porté par Olivier Guichard. L’OREAM (Organisation d’études d’aménagement des aires métropolitaines) des Pays de la Loire (à l’origine dénommé OREAM Nantes/Saint-Nazaire), est mise en place en 1967 afin de contribuer à l’essor du bassin Nantes/Saint-Nazaire9. Parmi les premiers à présenter son schéma d’aménagement, il est approuvé et reconnu comme directive nationale d’aménagement du territoire en 1970, à l’époque où Olivier Guichard est au centre des rouages gouvernementaux. La mise en œuvre a privilégié les actions prioritairement retenues par le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT). Des réserves foncières pour les équipements publics, les zones industrielles, l’habitat et les zones naturelles ont été créées dès cette époque. En 1975, est prévu le développement des infrastructures du Port autonome de Nantes/Saint-Nazaire, avec pour projet d’en faire un port multimodal air-mer. Dans une allocution prononcée le 28 janvier 1976 lors de la session régionale d’information de l’Institut des hautes études de la défense, le préfet de région, Paul Camous, proche d’Olivier Guichard, signale qu’une « anticipation en matière d’équipements collectifs lourds, qui vingt ans plus tôt n’aurait pas été raisonnable, s’impose. Elle doit être réalisée telle qu’elle a été conçue et préparée pour permettre cette deuxième phase de l’aménagement du territoire national. Son calendrier et sans doute l’ampleur des équipements collectifs doivent même, être accélérés et révisés en hausse10 ». Les difficultés économiques vont pourtant considérablement retarder le développement du programme. Les réalisations ont été lentes à se dessiner11, ce n’est qu’au début des années 2000 que l’essentiel est réalisé, sans que n’ait été développé le bassin industriel attendu, même si les industries chimiques ont poursuivi leur développement (notamment la raffinerie de Donges), et les industries navales ont pu maintenir partiellement leur activité. La désindustrialisation est effective dans l’ensemble des industries lourdes. Le schéma est à plusieurs reprises suspendu et il n’arrive à son terme qu’au début des années 2000, après avoir bénéficié des financements assurés par les contrats de plan État-région. En ce sens, Olivier Guichard a œuvré localement pour la poursuite d’un mouvement qu’il avait initié à l’échelle nationale trente ans plus tôt12.

  • 13 Olivier Guichard avait affiché son scepticisme au début des années 1970 sur le programme TGV.

9En effet, l’effort d’équipement du territoire ne se relâche pas. L’État se lance dans la construction d’un réseau ferroviaire à grande vitesse, en inaugurant en quelques années trois lignes nouvelles, notamment le TGV Atlantique (1989)13. La région des Pays de la Loire le co-finance en partie pour la liaison à grande vitesse vers Le Mans, puis pour l’aménagement de la ligne jusqu’à Nantes et au-delà, vers les stations balnéaires du littoral (40 % des investissements du Contrat de plan État-région votés en 1989). Les trois métropoles régionales (Le Mans, Angers, Nantes) sont reliées par l’axe rapide. Nantes se situe à à peine deux heures de Paris. L’axe Nantes/Saint-Nazaire n’est cependant aménagé qu’en 1999. La réalisation du programme autoroutier se poursuit lentement. C’est au cours des années 1990 que s’achèvent les infrastructures autoroutières (notamment l’A 11, axe central Nantes-Angers-Le Mans-Paris). Des voies rapides, notamment de Nantes à Rennes, financées par des crédits régionaux (Pays de la Loire et Bretagne), entament la mise en œuvre d’un réseau interrégional qui sera complété dans les années 2000. Mais l’axe Saint-Nazaire/La Roche-sur-Yon ne voit pas le jour.

De nouvelles orientations pour limiter l’impact de la crise industrielle

10Limitée pour la mise en œuvre de « grands projets », la région des Pays de la Loire cherche en contrepartie à appuyer les initiatives gouvernementales visant à limiter les effets de la crise sur ses territoires. Plusieurs exemples, peuvent être évoqués.

  • Saint-Nazaire est choisi par le gouvernement Mauroy comme un « pôle de conversion » en 1984. Le Conseil régional, dans son premier contrat de plan État-région en accompagne sa création. L’objectif n’est cependant pas de maintenir les activités traditionnelles, mais de voir naître de nouveaux secteurs. Lors de ses interventions à l’Hôtel de région, Olivier Guichard soutient l’idée de favoriser l’essor de la recherche fondamentale dans le bassin Nantes/Saint-Nazaire. Une Agence nationale de valorisation de la recherche (ANVAR) est créée en 1979 avec l’appui de l’EPR des Pays de la Loire. Plusieurs plans « productique » sont adoptés entre 1970 et 1988 pour favoriser l’adoption de nouvelles technologies par les industries (notamment en terme de robotisation). Enfin, les laboratoires de recherche, les universités, les écoles d’ingénieurs sont perçus comme des outils essentiels de la politique d’aménagement. De telles mesures, si elles drainent d’incontestables créations d’emplois dans des domaines industriels dynamiques, sont cependant en décalage par rapport aux mouvements sociaux et aux fermetures de sites industriels auxquels la région est confrontée. Il s’agit d’une réponse non vers les salariés en difficulté, mais davantage d’actions guidées par des données macro-économiques plus globales, imposées par les mutations industrielles les plus contemporaines. Ces choix économiques ne sont guère originaux et pourraient se retrouver dans bien des espaces français de la période.
  • Enfin, en s’appuyant sur les suggestions de la DATAR, Olivier Guichard concède que la politique d’aménagement du territoire doit s’adapter aux nouvelles contraintes économiques et doit favoriser les initiatives locales dynamiques, plus que les grands projets d’envergure nationale. L’essentiel des initiatives de la collectivité qu’il dirige viendra soutenir des micro-projets et ne doit plus miser seulement sur les infrastructures ou le maintien des activités en crise14.

Un parti pris politique. Accompagner indirectement la crise industrielle

  • 15 Dont les capitaux ne sont plus ou que rarement régionaux.

11Incontestablement, tant dans son activité ministérielle que dans celle d’élu local, Olivier Guichard n’a cessé d’intervenir dans le domaine de l’action économique pour favoriser le développement industriel de la région dans laquelle il choisit de s’implanter en 1967. Mais la politique régionale, comme celle de la plupart des collectivités locales, ne permet pas de répondre à un phénomène de désindustrialisation qui lui échappe. Face aux fermetures provoquées par des grands groupes, devenus multinationales de l’industrie15, les pouvoirs locaux sont spectateurs, car ils ne disposent pas des compétences leur permettant des interventions directes.

12Ils se contentent d’accompagner les mutations économiques en créant des impulsions par la politique d’aménagement du territoire qu’ils administrent : infrastructures, pôles de compétence, aides à la recherche sont stimulés dans les Pays de la Loire à l’époque d’Olivier Guichard, notamment autour du bassin Nantes/Saint-Nazaire, qui n’est pas le moins avantagé. Pour autant, il s’agit de réponses « dérivées » aux situations sociales que génère la crise industrielle. Le pouvoir régional ne porte aucune réponse directe à des situations de dégradation de l’activité économique qui lui échappent et face auxquelles il est impuissant. Ce n’est pas de sa compétence directe. En outre, à partir de 1982, Olivier Guichard a beau jeu de se décharger de la réponse sociale à engager vers les conseils généraux de la région, responsables en ce domaine.

  • 16 Un dépouillement systématique de ses correspondances privées, ou des demandes d’intervention, perm (...)
  • 17 Terme repris à Jean Renard, Nantes à la croisée des chemins, Rennes, PUR, 2008.

13Olivier Guichard, personnalité majeure de la Ve République à l’échelle nationale, au pouvoir en plein cœur de la crise a-t-il joué son rôle ? La région des Pays de la Loire n’a certainement pas été la plus mal dotée dans le pays. Mais le grand baron du gaullisme ne s’est pas opposé à des politiques du secteur privé ou à des réalités économiques plus générales (restructurations, licenciements…). Il est resté discret lors des grands conflits sociaux, se montrant peu présent sur le terrain16. Il s’en est tenu à la logique des « reconversions », « recompositions industrielles », esquivant les questions sociales. Enfin, chantre de la régionalisation, ses relations avec la ville-centre, Nantes, ont été tumultueuses. « La belle endormie » s’est réveillée dans les années 1970-1980 tout en bénéficiant de l’appui de Paris, notamment en terme d’infrastructures. Bien que « métropole inachevée17 », Nantes draine un incontestable développement économique régional. Olivier Guichard a toujours refusé de se présenter aux élections municipales dans une ville qui lui tendait les bras, notamment en 1977. Peu soucieux de s’encombrer de l’administration d’une grande ville, il abandonne la cité à la gauche qui saura en tirer profit. Là encore, la grande personnalité politique régionale esquive de se confronter au devenir direct de l’espace qui devient le poumon économique de la région.

***

14S’il demeure difficile de mesurer l’impact de l’implication d’Olivier Guichard dans l’amortissement de la crise sociale de la région des Pays de la Loire – et plus particulièrement de la zone Nantes/Saint-Nazaire – il apparaît cependant que ce grand notable de la République s’est cantonné à des choix établis dès les années 1960 alors qu’il dirigeait la DATAR. Pour lui, le rôle du pouvoir politique est de créer les impulsions visant à générer le dynamisme économique du secteur industriel. Il revient à l’État, ou aux collectivités locales, de créer les conditions du développement : pouvoir d’imagination de grands projets, création d’infrastructures, aides ponctuelles aux secteurs dynamiques novateurs. L’action sociale ne relève pas des compétences des pouvoirs qu’il administre. Cette philosophie politique n’a jamais été démentie dans son action régionale.

Notes

1 Cette communication est une première approche d’un sujet vaste qui se place dans un travail de recherche collectif autour d’Olivier Guichard, dans le cadre d’un programme de recherche de l’Agence nationale de la recherche, intitulé Gaulhore (« Gaullistes, Hommes et Réseaux »). Cet article donnera plus des pistes de recherche que des résultats définitifs.

2 La bibliographie sur Olivier Guichard est très diverse, pour une approche rapide, mais complète on se référera à la notice du Dictionnaire des gaullistes du RPF à l’UNR, Honoré Champion, 2004 (dir. Lachaise B.).

3 Avec Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, Jacques Foccart et Roger Frey.

4 Témoignage de Michel Rabreau, son suppléant à partir de 1967, 23 avril 2009.

5 Voir son ouvrage, Aménager la France. Inventaire de l’avenir, Paris, Robert Laffont, 1965.

6 Cet article trop bref ne portera pas des réponses exhaustives. Par contre, les archives privées d’Olivier Guichard, disponibles au service des archives du Conseil régional donnent un bel aperçu de l’ampleur de l’interventionnisme de l’élu aux différentes échelles de la vie politique (cote 23 W).

7 Entre 1968 et 1974, la région gagne en effet 29 % d’emplois industriels, contre 9 % à l’échelle nationale.

8 Voir les divers témoignages recueillis dans cet ouvrage.

9 C’est à ce moment-là qu’Olivier Guichard est parachuté dans la région lors de l’élection législative.

10 Ce discours nous a été communiqué par Paul Camous que nous remercions.

11 Certaines données dans les fonds d’archives privées d’Olivier Guichard seront précieuses, malheureusement soumises à des délais de consultation très tardifs, notamment la côte 23 W 182, consacrée à la réflexion sur l’aménagement du territoire menée au Conseil régional par l’entourage du président entre 1987 et 1997 (consultable en 2058…).

12 Dans la même optique, le projet d’aménagement touristique de la zone La Baule/Guérande n’est pas mené à son terme. Contesté dans la zone de Guérande par les « saliniers », il est âprement discuté à l’intérieur de la majorité gaulliste de l’époque, qui finalement y renonce. Le maire de Guérande, Michel Rabreau, pourtant proche d’Olivier Guichard s’y oppose, préférant maintenir les marais salins comme éléments du patrimoine historique, mais aussi comme activité économique à reconstruire (témoignage cité de ce dernier).

13 Olivier Guichard avait affiché son scepticisme au début des années 1970 sur le programme TGV.

14 Rappelons que certains choix établis par Olivier Guichard lorsqu’il était ministre du Plan sous de Gaulle ont été contestés, notamment son plan autoroutier, ou encore les programmes d’aménagement touristique du Languedoc.

15 Dont les capitaux ne sont plus ou que rarement régionaux.

16 Un dépouillement systématique de ses correspondances privées, ou des demandes d’intervention, permettrait d’approfondir ce sujet. Il n’est que rarement présent dans la région, si ce n’est le week-end.

17 Terme repris à Jean Renard, Nantes à la croisée des chemins, Rennes, PUR, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540