Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Le Parti communiste français face à la crise de la SEMM-SOTRIMEC à Trignac dans les années 1970

Yannick Drouet

Texte intégral

1Sur la thématique de ce colloque, il nous semblait important de nous interroger sur le regard qu’avaient porté les partis politiques sur la crise industrielle et plus particulièrement ceux se réclamant et étant reconnus comme les défenseurs du mouvement social. S’interroger sur ce regard politique peut revenir schématiquement à poser un certain nombre de questions : quelle analyse à chaud ces partis font-ils de la crise au moment où elle éclate et se développe ? Quelle est leur attitude et leur influence dans les conflits sociaux qui vont alors se multiplier pour la sauvegarde des emplois ? De quelle façon, par quels moyens soutiennent-ils, quand c’est le cas, ces mouvements sociaux ? Quelles solutions proposent-ils face à la crise industrielle ?

  • 1 Le Centre d’histoire du travail possède des archives importantes sur ce conflit, notamment celles (...)

2À partir de ce cadre général, nous avons décidé d’analyser l’attitude d’un parti face à une crise précise. Notre choix s’est porté sur une crise marquante et emblématique du bassin industriel de la Basse-Loire : le conflit de la SEMM-SOTRIMEC en 1974-19751. Rappelons rapidement l’historique de cette entreprise. Dans sa démarche de diversification de la production, la Société nationale de construction aéronautique du sud-ouest (SNCASO), bientôt Sud-Aviation, crée au début des années 1960 un certain nombre de filiales. Parmi celles-ci, la SEMM, Société européenne de matériels mobiles, née en 1961, se lance dans la construction de caravanes, les « roulottes de camping » comme on disait à l’époque. Initialement installée dans les locaux de l’usine aéronautique à Saint-Nazaire, la production, en courbe ascendante, est progressivement transplantée sur le site de Trignac à quelques kilomètres. Le transfert total est terminé en 1968. La SEMM est alors devenue le deuxième constructeur français de caravanes derrière Digue. Elle emploie 650 salariés et plus de 200 intérimaires et assure l’activité d’une quinzaine de maisons sous-traitantes, soit environ 450 emplois (soit un total de 1 300 salariés). Pourtant, en 1971, Sud-Aviation vend l’entreprise au groupe Trigano qui, moins de trois ans plus tard, décide de délocaliser ses activités à Tournon en Ardèche et donc de fermer l’usine de Trignac. Commencent alors quinze mois de lutte dont deux mois d’occupation de l’usine (en mars-avril 1974). Les pouvoirs publics font miroiter une reprise par le groupe Garnier implanté à Redon : une centaine de salariés serait embauchée par la Société trignacaise de mécanique (SO.TRI.MEC) pour produire du matériel agricole et trois cents autres par la Société industrielle de caravane (SIC), les deux filiales étant spécialement créées par la société Garnier. Ce projet de reconversion apparaît très vite illusoire et l’entreprise est finalement liquidée fin mars 1975. Ce sont alors 850 emplois qui sont perdus pour la région nazairienne et qui viennent s’ajouter à une liste déjà longue.

  • 2 Pour davantage d’informations sur cette implantation, lire Mischi J., Traditions politiques locale (...)

3Le choix du parti politique s’est porté « naturellement » sur le PCF qui bénéficie alors d’une implantation locale récente mais forte2 : depuis 1971, la mairie de Trignac est communiste, le maire étant Madame Augustine Bihan et depuis 1973, le conseiller général du canton est également communiste (il s’agit de Jean-Louis Le Corre, également premier adjoint à Trignac). Par ailleurs, la section communiste de la Brière rassemble autour de 200 adhérents répartis en six cellules, dont la cellule d’entreprise Jacques Duclos de la SEMM. La presse communiste est bien diffusée, notamment les Nouvelles de Loire-Atlantique, supplément départemental hebdomadaire à l’Humanité-Dimanche.

Une crise « exemplaire » pour le PCF

  • 3 Sur cette analyse de la crise par le PCF, voir notamment le long article de Georges Marchais dans (...)

4Pour le PCF, la crise de la SEMM-SOTRIMEC est une crise « exemplaire » dans le sens où elle est éclairante de la logique et du système capitalistes. Elle lui permet de développer son analyse sur la crise plus globale des pays occidentaux. L’argumentaire du PCF peut ici être résumé rapidement. Premièrement, la crise n’est pas mondiale. Le chômage, l’inflation, la baisse du pouvoir d’achat ne touchent que les pays capitalistes développés. La crise n’est donc pas fatale et les travailleurs ne doivent en aucun cas en faire les frais. Deuxièmement, elle est liée à la domination des grands groupes monopolistiques qui recherchent à tout prix le profit maximal avec le soutien que leur apportent les gouvernements bourgeois. Pour paraphraser les discours d’alors, l’État intervient directement au profit des grandes entreprises privées, fait supporter au pays le poids des surprofits et participe ainsi directement à la surexploitation des travailleurs. Il s’agit donc d’une crise des structures du capitalisme, d’une crise de ce que les communistes appellent « le capitalisme monopolistique d’État3 ».

5Pour le PCF, la crise de la SEMM-SOTRIMEC s’intègre parfaitement dans ce schéma explicatif :

  • Une stratégie patronale de délocalisation (à l’époque, on parle de transfert) qui ne répond qu’à la seule logique du profit. Pour expliquer la fermeture de l’entreprise, le groupe Trigano invoque des difficultés financières et le marasme dans la vente des caravanes consécutif à la crise de l’automobile. En réalité, cette fermeture est décidée au moment où les exonérations de patente prennent fin à Trignac4. Trigano quitte alors la Basse-Loire pour se réimplanter, se relocaliser sur un autre site, répétant le même scénario des subventions et des exonérations et ce, dans un département, l’Ardèche, au climat social moins tendu et avec une main-d’œuvre moins revendicative et moins exigeante sur le plan des salaires et des conditions de travail. Il faut bien avoir à l’esprit qu’à l’époque cette stratégie de délocalisation apparaît impensable. On peut difficilement imaginer en 1974 qu’une entreprise de 800 salariés puisse être fermée pour être réimplantée 700 kilomètres plus loin.
  • Un État dont la responsabilité, la culpabilité est tout aussi évidente. Le pouvoir brade les entreprises nationales, la richesse nationale, abandonne des pans entiers de l’économie nationale au grand capital. Voilà ainsi une entreprise, la SEMM, avec un outil de production très moderne, un personnel hautement qualifié, une marque – Caravelair – devenue prestigieuse, qui a été privatisée en 1971 et qui, même pas quatre ans plus tard, est vouée à l’abandon. C’est un véritable gaspillage, « gaspillage des moyens de production », « gaspillage des hommes que vous avez exploités pendant des années et dont vous voulez aujourd’hui faire des chômeurs5 ». De plus, le pouvoir condamne à terme le tourisme social par sa politique d’austérité, politique délibérée de restriction du pouvoir d’achat des travailleurs, qui atteint la consommation populaire et donc le tourisme social. Les communistes fustigent un pouvoir qui « sacrifie le tourisme social au profit des requins immobiliers6 ». Et, enfin, le pouvoir est complice de la délocalisation de la SEMM-SOTRIMEC. Pour le PCF, les autorités publiques ont sciemment menti, ont « trompé les travailleurs ». Les ministres concernés, les autorités préfectorales, la DATAR ont multiplié les déclarations apaisantes, ont assuré mordicus qu’il ne saurait y avoir d’implantation de Trigano ailleurs, alors qu’elles étaient tout à fait averties de la situation et qu’elles ont couvert le transfert à Tournon7. À ce titre, la cible préférée du parti est Olivier Guichard, à l’époque ministre de l’Aménagement du territoire8. Surnommé le « déménageur du territoire » par Jean-Louis Le Corre, il est accusé de vouloir faire de la Basse-Loire un désert économique dans l’objectif inavoué d’y affaiblir le mouvement ouvrier.
  • Une collusion de fait entre le patronat et les pouvoirs publics. La presse communiste martèle sans cesse cette collusion : « Pouvoir et9 Patronat ont décidé la fermeture de la SEMM », « Oui, les seuls responsables de cette grave situation, de ce gâchis, sont bien entendu Pouvoir et Patronat », « Cette situation de l’emploi qui va encore s’aggraver, Patronat et Gouvernement en sont les responsables, cette responsabilité ils doivent l’assumer pleinement10 ».

L’influence du PCF dans le conflit de la SEMM-SOTRIMEC

6Le PCF a déployé une très grande activité militante durant cette crise. Il s’est voulu le relais politique incontournable des revendications des travailleurs de l’entreprise. Par l’intermédiaire de ses élus et de ses responsables, qu’ils soient locaux ou nationaux, par la forte mobilisation de sa presse, notamment les Nouvelles de Loire-Atlantique, le PCF a soutenu le mouvement, participé aux actions des salariés, en a initié d’autres, a informé la population, interpellé les pouvoirs publics. On peut citer quelques exemples significatifs de cette pléiade d’actions du parti.

  • 11 Georges Fredet est conseiller municipal de Trignac et secrétaire de la cellule du PCF de Trignac. (...)

7Ainsi, dès février 1974, est créé un Comité de soutien et d’action pour l’emploi des travailleurs de la SEMM à l’instigation de la municipalité communiste de Trignac. À la tête du comité, on retrouve des personnalités communistes locales : le président est Jean-Louis Le Corre, la première vice-présidente Augustine Bihan, le secrétaire Georges Fredet et le trésorier Hubert Delahaie11. Le comité agrège autour de lui des personnalités politiques locales du parti socialiste (PS) et du parti socialiste unifié (PSU), les unions locales CGT, CFDT et FO, des associations comme l’UFF, l’APF, la JOC, le MRJC, le Secours populaire français… Il se fixe pour objectif le maintien de l’entreprise en activité, du plein-emploi et des avantages acquis. Il reste très mobilisé tout au long du conflit.

  • 12 Lettre de Jean-Louis Le Corre à Jo Patron, op. cit.
  • 13 Les municipalités communistes semblent assez coutumières de ce type d’action à cette époque. Le 9 (...)
  • 14 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

8Plus directement, la municipalité trignacaise montre une solidarité sans faille avec le mouvement syndical. Jean-Louis Le Corre souligne « le soutien de la municipalité au conflit de la SEMM, notre présence partout à leurs côtés12 ». Lors de ses délibérations, le conseil municipal affirme son entière solidarité avec les travailleurs de la SEMM et apporte son appui aux organisations syndicales en lutte. De manière très symbolique, un Conseil municipal extraordinaire se tient dans la cour de l’usine le 21 mars 197513. Dans sa délibération, il dénonce « la politique d’austérité et d’inflation poursuivie par le Gouvernement », rappelle que « la situation à la SEMM-SOTRIMEC montre bien comment l’État sert les sociétés privées de notre pays, comment sont dilapidés les fonds publics » et « exige des pouvoirs publics le maintien en activité de la SEMM-SOTRIMEC14 ».

  • 15 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

9Les élus communistes multiplient les courriers aux autorités administratives et aux élus pour dénoncer les responsables de la crise et proposer des solutions. Ainsi, la lettre envoyée par Augustine Bihan au ministre de l’Équipement et des Transports en date du 15 mars 1974 dénonce les agissements de Trigano qui peut « délibérément décider, sans contrepartie pour les substantiels avantages reçus de part et d’autre, de cesser ses activités » et sollicite « une intervention aussi rapide qu’efficace auprès du Gouvernement pour qu’une solution, conforme aux intérêts des travailleurs de la SEMM, de leur famille, de la population et de la commune, intervienne d’urgence15 ». Quant à Jean-Louis Le Corre, il inonde de courriers le préfet de Loire-Atlantique, notamment pour demander une réunion extraordinaire du Conseil général sur les problèmes d’emploi dans le département, demande qui ne sera pas exaucée.

  • 16 L’Humanité, no 9217, 1er avril 1974.

10Les élus locaux interpellent également les parlementaires du parti pour médiatiser davantage le conflit et lui donner une résonance nationale. Le 8 mars 1974, une délégation de députés communistes composée de Roland Renard, député de Seine-et-Oise et Jean Bardol, député du Pas-de-Calais, visite la SEMM, accompagnée par Maurice Rocher, secrétaire fédéral du PCF de Loire-Atlantique et de Marcel Guintard, son homologue vendéen. Trois semaines plus tard, ce même Jean Bardol, dans une question orale au ministre du Travail, presse celui-ci « d’intervenir auprès du patronat pour le règlement négocié16 » du conflit. De la même façon, un an plus tard, le 21 février 1975, Guy Ducoloné, vice-président du groupe communiste à l’Assemblée nationale, accompagne la délégation intersyndicale SEMM-SOTRIMEC à Matignon. Et le 16 avril, une délégation des élus municipaux de Trignac et des sections du PCF de la région nazairienne est reçue à l’Assemblée nationale par les groupes parlementaires communiste, socialiste et gaulliste pour porter les revendications des travailleurs de la SEMM. Le compte rendu que fait la délégation de cette rencontre précise :

  • 17 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

« La délégation reçut alors l’appui sans réserve du groupe communiste qui est, déjà, en plusieurs occasions, intervenu auprès des ministères concernés. Le représentant du groupe socialiste, devait reconnaître (enfin !) que les organisations syndicales, les travailleurs et le Parti communiste avaient eu raison de s’opposer au transfert de l’usine Caravelair à Tournon. Quant au représentant de l’UDR, celui-ci, en l’absence d’Olivier Guichard (occupé à couper les rubans), ne pouvait prendre de position et souhaitait que ce problème soit évoqué à l’échelon départemental17. »

11On a donc une omniprésence du PCF dans ce conflit, un parti qui occupe le terrain et l’espace politiques et qui veut montrer qu’il est finalement le seul véritablement à mener la bataille pour la préservation des emplois et le maintien des activités industrielles en Basse-Loire.

12Ceci amène à s’interroger sur les relations entretenues par le PCF avec les organisations syndicales représentatives de l’entreprise, c’est-à-dire la CGT et la CFDT. La CFDT totalise aux environs de 40 % des suffrages lors des élections. Face au PCF, elle critique la « confusion et les interférences » entre ce qui, pour elle, « relève de l’action syndicale et ce qui est de la responsabilité des partis politiques ». Les élus CFDT de l’entreprise reprochent au PCF d’intervenir dans l’entreprise sans en référer aux organisations syndicales. Ainsi :

« Le mercredi 19 mars 1975, le Parti communiste décidait de prendre la parole devant les travailleurs de la SOTRIMEC. à l’intérieur de l’entreprise, sans avoir, sinon par le tract distribué le matin, contacté les organisations syndicales représentatives des travailleurs (en tous les cas la CFDT)… À cette assemblée, la CFDT a été mise une nouvelle fois devant le fait accompli de la décision du Parti communiste de faire une séance du conseil municipal à la SOTRIMEC. »

13C’est l’explication donnée de la décision des élus CFDT de ne pas participer au Conseil municipal extraordinaire du 21 mars 1975 :

  • 18 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

« Avec les partis politiques, nous nous refusons à participer à des actions dont les objectifs et les modalités n’auraient pas été discutés préalablement. Pour ces raisons, il n’y eut que quelques camarades CFDT à ce conseil extraordinaire, mais aucun élu CFDT en tant que tel18. »

  • 19 Patron J., La SEMM-SO.TRI.MEC 1960-1975, édité à compte d’auteur, Trignac, 1999, p. 182-183.

14La CGT est le syndicat majoritaire de la SEMM, recueillant autour de 60 % des suffrages. Beaucoup d’adhérents de la CGT sont membres du PCF et la « proximité » idéologique entre la centrale syndicale et le parti n’est plus à démontrer. Il reste à savoir si, dans le cas présent, le PCF a influencé la stratégie et les décisions du syndicat. Dans le livre qu’il a écrit sur la SEMM-SOTRIMEC, Jo Patron consacre une double page à ce qu’il intitule « l’indépendance syndicale19 ». S’il débute son paragraphe en rappelant que « les statuts de la CGT indiquent clairement cette indépendance », il nuance son propos dans le développement qui suit. Il met en évidence le rôle joué par les Nouvelles de Loire-Atlantique qui « se considérait comme le porte-parole de la CGT ». Il n’y avait pas une semaine « sans plusieurs articles sur les luttes avec la CGT que le journal faisait siennes ». Surtout, il évoque longuement la rencontre du café Chassagne :

« Lorsque la décision de fermeture de la SEMM a été prise et que la proposition de machines agricoles a été avancée, la pression du Parti Communiste Français a été sensible, voire déterminante. La fédération du PCF 44 a suscité une rencontre à Trignac, début mars 1974, au café Chassagne, avec les principaux militants communistes en responsabilité (Claude Poperen du Bureau politique, Maurice Rocher, secrétaire de la fédération, Guy Texier également secrétaire de l’Union locale CGT de la région nazairienne, Guy Jaques également secrétaire du syndicat CGT de la SEMM) pour faire avaliser son point de vue : le conflit dure ; il faut savoir finir une grève, aboutir ; il ne faut pas être jusqu’au-boutiste ; il faut mieux accepter cela que rien du tout ; personne ne juge qu’il est crédible de garder des caravanes à Trignac. C’est avec remords et amertume, que la CGT a pris ensuite à son compte, bien qu’à contre-cœur, les propositions de rachat de l’entreprise et de reclassements. En effet, de toute évidence, le machinisme agricole était déjà en crise. L’avenir le confirmera. »

  • 20 Il s’agit de Georges Prampart, alors secrétaire de l’UD-CGT.
  • 21 Archives CHT, fonds CGT SEMM 6.
  • 22 Entretien avec Guy Jaques le 5 novembre 2007 à Trignac.

15Cette pression exercée par le PCF est également suggérée par Guy Texier dans une lettre manuscrite adressée à ce même Jo Patron à l’occasion de la sortie de son livre en 1999 : « il y avait entre l’UDCGT et l’ULCGT des divergences avec la fédération du PCF sur la finalité du mouvement. Nous étions qualifiés Jojo20 et moi de jusqu’au-boutiste et de mener les travailleurs dans une voie sans issue21 ». Plus loin, il signifie « la volonté de vassalisation de la CGT » par le PCF à cette époque. Guy Jaques, de son côté, certifie qu’à aucun moment, sauf lors de cette fameuse rencontre du café Chassagne, il n’y a eu de directives émanant du PCF quant à la conduite du conflit22.

Les solutions prônées par le PCF pour sortir de la crise

16Les propositions faites par le PCF pour sortir de la crise montrent les atermoiements voire les ambiguïtés de la politique de ses instances dirigeantes dans ces années 1974-1975. Il y a d’abord des propositions s’appliquant directement à la situation de la SEMM et concernant donc l’avenir de la fabrication de caravanes en France. Peut-on finalement maintenir l’activité caravanes à Trignac ? Le tourisme social a-t-il un avenir en France ?

  • 23 Archives CHT, fonds Malnoé, 46.

17Si on reprend les déclarations de Jean Bardol, le député communiste de Boulogne-sur-Mer, lors de la visite des parlementaires communistes à la SEMM le 8 mars 1974, on peut penser que le PCF y croit. Il suffit, selon lui, de promouvoir une politique volontariste du tourisme social avec des mesures immédiatement applicables. Il faut revoir le système de crédit qui ralentit les possibilités d’achat des foyers populaires (33 % du prix payé à l’achat et le solde sur 18 mois), alléger le taux de TVA pour le camping-caravaning (qui reste à 17,5 % alors qu’il est de 7 % pour les hôtels de luxe) et lever les interdits qui empêchent l’implantation de terrains de camping sur le littoral et dans les zones de fort attrait touristique. Dans le même ordre d’idées, un tract des sections communistes de la Brière, des Chantiers de l’Atlantique et de Saint-Nazaire, daté du 15 mars 1974, argumente en faveur de la poursuite de la fabrication de caravanes à Trignac, en montrant le retard du tourisme populaire en France par comparaison à d’autres pays européens : « pour 1 000 voitures, il y a 50 caravanes aux Pays-Bas, 45 en Grande-Bretagne, 25 en Belgique et 23 en France23 ».

18Mais d’autres déclarations ne vont pas dans le même sens. On lit le 10 mars 1974 dans le numéro 152 des Nouvelles de Loire-Atlantique : « Aujourd’hui, ils se battent pour imposer le maintien du potentiel technique et humain et la reconversion progressive vers de nouvelles fabrications assurant le plein-emploi et la garantie des salaires. » Au même moment, il y a la réunion du café Chassagne dont nous avons précédemment parlé et dont on sait l’importance. Par la suite, le PCF met en avant dans ses tracts et dans sa presse « le maintien de l’outil de travail », « le maintien en activité de l’usine de Trignac », « le maintien d’une activité industrielle », sans préciser davantage et, en tous les cas, en ne faisant quasiment jamais plus référence à la poursuite de la fabrication de caravanes en tant que telle. Même s’il veut garder un certain flou dans son discours pour rester proche des salariés de la SEMM, il apparaît que le PCF ne croit pas alors au maintien de cette activité et encore moins à son avenir.

  • 24 Brouillon de tract de la section de la Brière du PCF, archives CHT, CGT SEMM 4.
  • 25 Nouvelles de Loire-Atlantique, no 156, 7 avril 1974.

19Il y a aussi des propositions plus globales de réponse à la crise. Pour le PCF, la crise ne peut être résolue que par l’application du Programme commun avec des mesures pour lutter contre le chômage (retour à la semaine de 40 heures, retraite à 60 ans, diminution des cadences de travail…) et pour relancer la consommation populaire (augmentation des salaires, revalorisation des prestations familiales, augmentation des retraites et des pensions…). De plus, la mise en œuvre du Programme commun permettrait d’engager, à travers un plan démocratiquement élaboré, une véritable politique d’aménagement du territoire. Dans ce cadre, il serait possible de « mettre à l’étude un programme de véritable développement de la façade atlantique avec la participation de tous les intéressés… La Basse-Loire pourrait tout en développant les activités industrielles existantes s’enrichir des industries électromécaniques et électrotechniques24 ». Pour le PCF, le salut passe par le Programme commun et donc par l’union des forces de gauche. Ainsi, « l’union la plus large est souhaitable pour le succès des luttes, pour le succès des travailleurs de la SEMM » et « face à la collusion Pouvoir et Patronat, le front commun est nécessaire25 ».

20En même temps, et c’est beaucoup plus net en 1975 qu’en 1974, le PCF ne ménage pas ses critiques à l’encontre de ses alliés socialistes, que ce soit la fédération socialiste de Loire-Atlantique, la municipalité de Saint-Nazaire et plus précisément le député de la 6e circonscription, Georges Carpentier, accusés les uns et les autres d’avoir été très timorés, très discrets dans la lutte des salariés de la SEMM. Dans un long tract de quatre pages rappelant l’historique du conflit et daté de janvier 1975, la section du PCF de la Brière critique sévèrement l’attitude du PS :

  • 26 Georges Carpentier préférait à ce moment-là, en février-mars 1974, ménager Olivier Guichard qui fa (...)

« Quand le député socialiste de Saint-Nazaire refuse l’an dernier de condamner l’attitude d’Olivier Guichard lors du conflit de la SEMM26, ou quand il fait l’apologie de cette bonne vieille Europe des libertés à la tribune du Conseil de l’Europe, on est en droit de se poser des questions. Ainsi la fédération de Loire-Atlantique du Parti socialiste ne s’est pas détachée de la collaboration de classe et continue à prêter une oreille complaisante à l’anti-communisme. »

  • 27 Nouvelles de Loire-Atlantique, no 213, 11 mai 1975.
  • 28 La motion de Jean-Louis le Corre demandait notamment : « Le Conseil général de Loire-Atlantique ex (...)
  • 29 Il s’agit d’André Routier-Preuvost, secrétaire fédéral de la SFIO de 1955 à 1969, maire-adjoint de (...)

21Les communistes reprochent aussi aux socialistes de ne pas assez défendre le Programme commun, par exemple lorsque les Nouvelles de Loire-Atlantique relatent la séance du 3 mai 1975 du Conseil général27. Jean-Louis Le Corre a ouvert le débat sur le problème de l’emploi, suivi de « pas moins de quinze interventions dont des socialistes. Certes de bons mots, de bonnes paroles de leur part mais pas un seul mot sur le programme commun de la gauche dans leurs déclarations. Comme si ce programme n’était pas la seule clé du problème à la crise ». La motion finale proposée par l’élu communiste28 est refusée : « Il y eut trois abstentions dont celle de Routier-Preuvost, il est vrai adjoint socialiste, collaborateur du maire réactionnaire de Nantes29. »

22Ce que l’on peut remarquer ici au niveau local reflète les atermoiements des instances nationales du PCF en ces années 1974-1975. Le PCF est alors partagé entre, d’un côté, la volonté d’arriver au pouvoir dans le cadre de l’alliance avec les socialistes et, de l’autre, la pression soviétique pour un raidissement idéologique et l’abandon du Programme commun. Le durcissement des positions du PCF en 1975 transparaît dans les critiques plus incisives à l’égard de ses alliés socialistes dans la gestion du conflit de la SEMM-SOTRIMEC.

***

  • 30 Chiffres tirés du site Internet de l’entreprise : [http://www.vehicule-loisirs.com/trigano-vdl].

23Face à cette crise, le PCF a montré toutes ses capacités de mobilisation. Se revendiquant le parti de la classe ouvrière, utilisant ses liens privilégiés avec la CGT, il était essentiel pour lui d’apparaître en permanence aux côtés des salariés dans leur lutte pour la survie de l’entreprise. Il reste que ce soutien n’était pas exempt d’ambiguïté notamment sur la conduite du mouvement et la question de l’avenir de l’industrie de la caravane, industrie qui n’était finalement pas si compromise que cela. La SIR (Société industrielle de Rochebonne) installée par Trigano à Tournon avec 800 salariés en 1974 existe toujours. Elle s’appelle aujourd’hui Trigano-VDL, emploie à peu près le même nombre de salariés et produit 5 100 camping-car et 5 300 caravanes par an30 !

Notes

1 Le Centre d’histoire du travail possède des archives importantes sur ce conflit, notamment celles déposées par Jo Patron, permanent de l’UL-CGT de Saint-Nazaire à l’époque (Fonds CGT-SEMM).

2 Pour davantage d’informations sur cette implantation, lire Mischi J., Traditions politiques locales et communismes ouvriers. L’implantation du PCF dans la région de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire, éd. AREMORS, 1998.

3 Sur cette analyse de la crise par le PCF, voir notamment le long article de Georges Marchais dans Le Monde du 24 mai 1975.

4 La SEMM bénéficiait de 5 ans d’exonération et devait payer la taxe professionnelle à partir de 1974. Depuis 1971, la mairie de Trignac avait programmé ses investissements en fonction de cette arrivée d’argent. La disparition de la SEMM entraîne alors une augmentation des impôts locaux de 40 % en 1976. La municipalité obtient finalement l’octroi d’une subvention d’équilibre de l’ordre de 500 000 francs permettant de limiter cette augmentation. Lettre de Jean-Louis Le Corre à Jo Patron datée du 28 octobre 1999, archives CHT, fonds CGT-SEMM.

5 Tract de la section de la Brière du PCF, janvier 1975, archives départementales de Loire-Atlantique, 1405W0071.

6 L’Humanité, no 9182, 19 février 1974.

7 La réalité de la complicité des autorités administratives n’apparaît pas si évidente. La consultation de la correspondance préfectorale montre que les autorités sont mal à l’aise et pour le moins partagées face à cette crise. Le préfet, Paul Camous, multiplie les courriers au cabinet du Premier ministre pour l’interpeller sur la dégradation du climat social nazairien, sur la nécessité de maintenir l’activité ou, tout au moins, d’assurer le reclassement total des salariés. Il manifeste son désaccord avec la décision de faire évacuer l’usine occupée (12 mars 1974). Il essaie d’avoir des informations sur la situation à Tournon et finit par comprendre en juillet 1974 que le député local UDR, Henri Torre, à l’oreille du Premier ministre et que le permis de construire va être accordé à Trigano. Archives départementales de la Loire-Atlantique, 1196W0087, 1196W0071, 1196W0079, 1196W0088.

8 Olivier Guichard est alors la principale personnalité politique de la région nazairienne et du département. Chef de cabinet du Général de Gaulle entre 1951 et 1958, il devient député de Loire-Atlantique en 1967, puis conseiller général de Guérande en 1970, maire de La Baule-Escoublac en 1971 et président de la région Pays de la Loire en 1974.

9 Souligné par nous.

10 Les 3 citations sont tirées des Nouvelles de Loire-Atlantique, no 145 du 20 janvier 1974, no 152 du 10 mars 1974, no 160 du 5 mai 1974.

11 Georges Fredet est conseiller municipal de Trignac et secrétaire de la cellule du PCF de Trignac. Hubert Delahaie est conseiller municipal de Montoir-de-Bretagne et secrétaire de la section du PCF de la Brière.

12 Lettre de Jean-Louis Le Corre à Jo Patron, op. cit.

13 Les municipalités communistes semblent assez coutumières de ce type d’action à cette époque. Le 9 mars, le Conseil municipal d’Arcueil a siégé dans la brasserie Valstar occupée par les ouvriers. Le 20 juin de la même année 1975, un conseil municipal extraordinaire se déroule dans l’usine Chausson à Gennevilliers.

14 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

15 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

16 L’Humanité, no 9217, 1er avril 1974.

17 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

18 Archives CHT, fonds CGT SEMM 4.

19 Patron J., La SEMM-SO.TRI.MEC 1960-1975, édité à compte d’auteur, Trignac, 1999, p. 182-183.

20 Il s’agit de Georges Prampart, alors secrétaire de l’UD-CGT.

21 Archives CHT, fonds CGT SEMM 6.

22 Entretien avec Guy Jaques le 5 novembre 2007 à Trignac.

23 Archives CHT, fonds Malnoé, 46.

24 Brouillon de tract de la section de la Brière du PCF, archives CHT, CGT SEMM 4.

25 Nouvelles de Loire-Atlantique, no 156, 7 avril 1974.

26 Georges Carpentier préférait à ce moment-là, en février-mars 1974, ménager Olivier Guichard qui faisait miroiter la création d’un millier d’emplois avec l’implantation rapide de la société Eaton spécialisée dans la construction de boîtes de vitesse pour poids lourds. Eaton s’installe finalement en 1975 mais en créant beaucoup moins d’emplois.

27 Nouvelles de Loire-Atlantique, no 213, 11 mai 1975.

28 La motion de Jean-Louis le Corre demandait notamment : « Le Conseil général de Loire-Atlantique exige que soient immédiatement suspendus tous les licenciements, que soit trouvée une solution industrielle à Trignac et que soit respecté l’accord du mois d’avril 1974, ainsi que le réclament les organisations syndicales les personnels de la SOTRIMEC. »

29 Il s’agit d’André Routier-Preuvost, secrétaire fédéral de la SFIO de 1955 à 1969, maire-adjoint de Nantes en 1965 et réélu en 1971 dans une municipalité dirigée par le centriste André Morice. En janvier 1975, le congrès fédéral, dans la logique de l’Union de la Gauche, demande à ses élus siégeant dans les conseils municipaux à directions centriste ou de droite de se constituer en groupe d’opposition. À Nantes, seul Alain Chénard se plie à la discipline du parti. André Routier-Preuvost, comme les 10 autres élus socialistes, refuse de démissionner de son mandat municipal. Le 5 mai 1975, Il est finalement exclu du parti par le secrétaire fédéral qui n’est autre que… son fils, Jean-Claude Routier. Lorsque l’article des Nouvelles de Loire-Atlantique paraît le 11 mai, André Routier-Preuvost n’est donc plus adhérent du PS. Sur le sujet, lire Yves Laurent, Le Cœur et la passion, Saint-Sabastien-sur-Loire, ACL édition, 1988.

30 Chiffres tirés du site Internet de l’entreprise : [http://www.vehicule-loisirs.com/trigano-vdl].

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540