Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Les grèves de Chantelle (1981 et 1994)

Des femmes en lutte

Eve Meuret-Campfort

Texte intégral

  • 1 Mené dans le cadre d’un mémoire de master 2 de sociologie, ce travail se poursuit dans une recherc (...)

1Cette communication est le fruit d’une enquête réalisée sur une grève dans l’entreprise Chantelle Saint-Herblain (agglomération nantaise) au début des années 19801. Les « filles de Chantelle » sont connues localement pour avoir mené deux « grandes grèves » d’abord en 1981 contre leurs conditions de travail, puis en 1994 contre la fermeture de leur usine. Pour ce travail, ont été consultées les archives de l’union départementale CGT et de l’union locale CFDT au Centre d’histoire du travail. De même des entretiens ont été menés avec d’anciennes salariées et militantes syndicales de Chantelle et un permanent syndical de la CGT.

Chantelle : une entreprise, des grèves

La grève de l’hiver 1981-1982

2Chantelle est une entreprise française de lingerie féminine (soutien-gorge, corseterie) qui emploie, au début des années 1980, environ 1 000 personnes en France dont 90 % de femmes. Suivant le processus global de délocalisation de l’industrie du textile et de l’habillement français, elle implante une usine en Tunisie en 1982, puis au Maroc, en Hongrie, en Pologne…, pour n’employer plus que 20 % de son personnel industriel sur le sol français en 2003.

3L’usine de Saint-Herblain est ouverte en 1967. En 1981, elle emploie un peu plus de 300 personnes dont une très grande majorité de femmes qui travaillent dans l’atelier de confection avec des cadences de production et un salaire au rendement. La CFDT s’implante dans l’usine en 1968, la CGT en 1972 et, tout au long de la vie de l’entreprise, les deux sections connaîtront des taux de syndicalisation et une présence au sein des instances de représentation du personnel (délégués syndicaux, délégués du personnel et comité d’établissement) quasiment similaires. Dès le début des années 1970, les salariées s’engagent dans des conflits allant de débrayages épisodiques à des grèves de plusieurs semaines sur des cas individuels de licenciements abusifs ou sur les conditions de travail.

  • 2 Part du salaire variable déterminé en fonction du rendement de l’ouvrière.

4Mais le premier grand conflit a lieu pendant l’hiver 1981-1982. Il répond à une réorganisation de la production initiée par un nouveau directeur particulièrement offensif. Cette réorganisation concerne le contrôle des articles et entraîne une surcharge de travail pour les ouvrières, une baisse de leur « boni2 », donc de leur salaire. Très vite, l’action se met en place. Mais c’est la sanction d’une ouvrière, militante CGT et secrétaire du Comité d’établissement, refusant de se plier aux nouvelles mesures, qui déclenche la grève fin octobre. Les négociations s’engagent mais sont vite bloquées et un mois plus tard, mi-novembre, une autre sanction touche deux salariées qui auraient passé trop de temps à la cafétéria ; c’est la grève générale. La direction saisit immédiatement la justice pour rétablir l’ordre dans l’usine mais les grévistes, qui représentent un peu plus de la moitié des effectifs, maintiennent la grève à l’intérieur de l’entreprise. Les revendications portent d’abord sur les nouvelles mesures de contrôle des produits mais très vite, cela devient une grève contre le salaire au rendement, pour l’allégement des cadences et contre la répression syndicale. Cette grève est l’occasion pour les ouvrières d’exprimer un mécontentement qui s’accumule depuis des années face à des conditions de travail difficiles, caractéristiques du travail ouvrier féminin.

5Début décembre, un groupe de grévistes séquestre le directeur dans son bureau toute une après-midi. Des meetings de soutien sont organisés dans l’usine, et lorsque la direction ferme l’entreprise le lundi suivant, les grévistes trouvent une porte mal fermée et décident d’occuper les locaux jour et nuit. Cette occupation durera cinq semaines. Elles s’organisent en roulements et récoltent des dons pour soutenir leur action. Le directeur saisit à nouveau la justice mais aucune de ses plaintes n’aboutira. Par contre, il coupe l’électricité et le chauffage dans l’usine laissant les grévistes dans des conditions difficiles. De manière générale, ce conflit est assez dur, voire violent : le ton employé par les deux camps, les actions menées, les chansons écrites par les grévistes révèlent une réelle animosité entre des salariées excédées par des conditions de travail qu’elles ressentent comme dégradantes et une direction qui compte bien les voir céder avec le temps.

  • 3 Archives de l’UD CGT 44, Centre d’histoire du travail.
  • 4 Usine voisine de Chantelle dans la zone industrielle de Saint-Herblain.

6Cependant, les « filles de Chantelle », opposées à cette direction intransigeante et contredites au sein du personnel par la création d’un « Comité pour la reprise du travail », sont parallèlement très soutenues à la fois par les syndicats et l’interprofessionnelle, les élus locaux, la presse et la population de manière générale. Les filles organisent des journées portes ouvertes pendant lesquelles les Nantais peuvent venir visiter l’usine et elles reçoivent à cette occasion beaucoup de signes d’encouragement. Le livre d’or de ce week-end est significatif de l’engouement des visiteurs : « Chantelle gagnera ! Continuez jusqu’au bout. Bon courage » « Bravo les filles ! La classe ouvrière a les yeux rivés sur vous. Courage3 ! » Mais on voit surtout l’ampleur des soutiens lorsque les grévistes organisent les réveillons de Noël et du nouvel an dans les locaux. Le Secours populaire leur offre un sapin et des cadeaux pour les enfants, des agriculteurs leur apportent de la nourriture, les collègues de Frigécrème4 donnent des glaces, un orchestre vient jouer gratuitement, et beaucoup viennent passer les fêtes avec elles.

7Finalement, la direction cède début janvier et accepte un grand nombre de revendications (indexation du salaire de base sur le SMIG, prime ponctuelle de 1 000 F, aménagement du contrôle des produits, droits syndicaux, arrêt du rendement pour les femmes enceintes deux mois avant leur congé maternité, etc.) et lève toutes les sanctions. Les ouvrières votent en assemblée générale la reprise du travail le 15 janvier. Cette lutte est reconnue par les « Chantelle » et tous les observateurs extérieurs comme un succès et reste aujourd’hui dans les mémoires comme un des conflits les plus marquants de cette époque. Mais beaucoup de Nantais se rappellent mieux du conflit de 1994 contre la fermeture de l’usine.

La grève de 1993-1994

  • 5 La baisse des effectifs de l’usine s’explique par des départs volontaires non remplacés, des licen (...)

8Le 22 novembre 1993, la direction générale du groupe Chantelle annonce la fermeture prochaine du site de Saint-Herblain justifiant sa décision par un contexte international de concurrence sur le marché du sous-vêtement, imposant la délocalisation du travail de confection à l’étranger. Le jour même, les ouvrières qui ne sont plus que 2005, débrayent à 100 % et contactent les élus et la Direction départementale du travail et de l’emploi.

9Ce fut un conflit très médiatisé car il faisait écho au débat vif à l’époque sur les délocalisations, surtout que Chantelle est un des premiers cas dans l’agglomération nantaise de délocalisation/profit, c’est-à-dire répondant bien plus à une stratégie industrielle qu’à une situation de difficulté financière de l’entreprise.

10Les « Chantelle » ne se mettent pas en grève générale mais mènent des actions nombreuses en dehors de l’entreprise. Avec les syndicats, elles contactent toutes les institutions à même d’intervenir dans le dossier (inspection du travail, maires et conseils municipaux, conseil général, préfet, ministères, Premier ministre). La direction met en place un plan social qui est refusé par la Direction départementale du travail et de l’emploi fin décembre. En effet, le reclassement de ces ouvrières, qui ont pour la plupart effectué toute leur carrière à Chantelle et ont dépassé la quarantaine, s’avère difficile et les mesures proposées sont jugées insuffisantes. La direction ne respecte pas les trois mois de réflexion imposés par un PV de carence et propose un deuxième plan social dès février qui comporte le nom d’un repreneur, des plans qui envisagent des préretraites, des mutations dans les autres usines Chantelle, des conventions de conversion, et le maintien d’un site Chantelle à Couëron, commune de l’agglomération nantaise.

  • 6 Cet épisode fut décrié par la presse locale au regard de la gestion « musclée » d’une manifestatio (...)

11Les « Chantelle » saisissent le Tribunal de grande instance pour contester le motif économique du licenciement mais celui-ci se déclare incompétent en août. Par ailleurs, elles mènent des actions collectives de plus en plus importantes comme de nombreuses manifestations, mais aussi des déplacements en cars à Cachan (94), lieu où se tiennent les comités centraux d’entreprise. Elles vont manifester aux Floralies à Nantes, organisent une « visite surprise » au salon de la lingerie porte de Versailles pour tenter de discuter avec le PDG de Chantelle, se rendent à la sortie d’un Conseil des ministres à Paris afin d’interpeller Édouard Balladur mais se font « parquées » toute la matinée et efficacement raccompagnées à la sortie de Paris par les forces de l’ordre6.

  • 7 La CFDT insistera beaucoup sur le fait que cette décision de fermeture est bien plus liée à une dé (...)

12Ces modes d’action sont d’un ordre tout à fait nouveau pour les ouvrières de Chantelle : alors qu’en 1981, leur lutte se concentre dans l’entreprise, en 1994, elles se « font voir », « font parler d’elles », cherchent les soutiens politiques et populaires afin d’infléchir une décision ressentie comme éminemment injuste et injustifiée7. Certes, la radicalité et la longueur de leur mobilisation sont à relier à la détresse de leur situation et à leur attachement à Chantelle. Mais c’est aussi parce que leur adversaire n’est plus seulement la direction locale de Chantelle mais aussi la direction d’un groupe devenu international, lointain et difficile à toucher. En outre, la colère s’explique aussi par la position d’un gouvernement qui refuse d’intervenir pour freiner les conséquences sociales de stratégies industrielles décomplexées. Ce conflit engage des enjeux économiques et politiques qui dépassent largement le cas Chantelle et font écho à une époque où les adversaires des luttes sociales ne sont plus si facilement identifiables.

13Par ailleurs, les soutiens qu’elles reçoivent ne sont pas du même ordre que ceux exprimés en 1981. Les organisations syndicales, qui connaissent un déclin constant de leurs effectifs syndiqués depuis le début des années 1980, rencontrent des difficultés à créer une communauté ouvrière de soutien aux « Chantelle ». Les élus socialistes, même s’ils s’opposent clairement au projet de fermeture de l’entreprise, ne sont plus portés par des forces gouvernementales aussi puissantes qu’en 1981. Le « camp ouvrier » est beaucoup plus affaibli qu’il a pu l’être par le passé.

14L’entreprise ferme à la fin de l’année 1994. Le repreneur installé dans le pays choletais, gardera les filles de Chantelle dans des conditions de travail difficiles pendant sept ans. De nombreuses filles ne retrouveront pas de travail fixe et les ouvrières réemployées par Chantelle à Couëron garderont leur emploi onze ans, jusqu’à ce que le groupe décide de fermer cette usine. Elles mèneront d’ailleurs un conflit d’un an pour tenter de retarder la fermeture.

La combativité des Chantelle

15Cette histoire de lutte est donc, à bien des égards, exemplaire. Or, on approche souvent la question du militantisme des femmes par le côté supposément « faible » de leur sexe. Les contraintes de leur rôle social de mère et d’épouse sont mises en avant pour expliquer la moindre propension des femmes à militer.

  • 8 La notion de genre désigne la construction sociale et culturelle du « masculin » et du « féminin » (...)

16C’est un fait, mais il est bien trop réducteur d’analyser de tels conflits uniquement sous cet angle. Être femme et militer peut jouer de manière très différente en fonction du contexte et plutôt que de présupposer du poids des contraintes spécifiques liées à leur genre8, il vaut mieux essayer de comprendre précisément comment elles prennent en charge ces contraintes et ce qui leur permet à un moment donné, dans une situation donnée, de mener des conflits d’une telle ampleur. C’est vrai, a priori, il n’y a rien de très féminin dans le fait d’occuper son usine en plein hiver. D’ailleurs, les militantes de Chantelle diront que les femmes se battent plus que les hommes, qu’elles sont plus persévérantes.

Cohésion de groupe et expérience militante

17On sait que l’existence d’un groupe militant uni favorise l’émergence et surtout la « tenue » dans la durée d’une mobilisation. Or, les filles de Chantelle sont réunies par des caractéristiques sociographiques communes et une sociabilité à l’intérieur et en dehors de l’usine. Tout d’abord, il y a peu de hiérarchie professionnelle entre les ouvrières : elles sont en grande majorité employées à l’atelier sans distinction de statut. Ensuite, elles sont à peu près toutes dans les mêmes classes d’âge : entrées très jeunes à l’usine, beaucoup ont fait toute leur carrière à Chantelle. De plus, elles sont souvent originaires « du coin », des communes de Saint-Herblain, Couëron, etc. donc elles se connaissent toutes au moins de vue et certaines se fréquentent à l’extérieur. Le Comité d’établissement organise des activités comme par exemple la fête des Catherinettes ou « Miss Chantelle », pour celle qui sera la plus belle à l’applaudimètre. Il y a donc une sociabilité à l’usine qui favorise l’interconnaissance et le fait de se reconnaître comme un groupe.

18Mais c’est surtout au fil des années de lutte que le groupe s’est soudé. Les ouvrières de Chantelle militent déjà depuis le début des années 1970 avec les deux sections syndicales qui sont très actives. L’absence d’hommes dans l’entreprise amène de jeunes femmes à devenir déléguées syndicales ou déléguées du personnel alors que dans des usines mixtes, on sait que ces postes sont souvent monopolisés par les hommes. Comme elles sont toutes des OS, il n’y a pas de distance comme ailleurs entre des syndicalistes qualifiés et la « base » non-qualifiée. De plus, certaines de ces déléguées sont réélues année après année, elles connaissent donc bien les filles de l’usine, sont une force de soutien et de conseil au quotidien et sont reconnues de toutes comme les porte-parole légitimes du groupe.

19Donc, quand la direction devient offensive, ces ouvrières réagissent rapidement car elles sont pré-mobilisées. Cela fait des années qu’elles sont dans une dynamique revendicative et sont liées par des relations qui dépassent largement le cadre professionnel.

20Ensuite, même si la grève est difficile à accommoder avec les charges domestiques et familiales, elles peuvent plus facilement dépasser ces contraintes car elles partagent les mêmes difficultés. Elles n’ont pas toutes la même situation familiale, ni les mêmes dispositions à s’engager dans un tel conflit. Mais globalement, il existe une plus grande tolérance par rapport à celles qui modèrent leur engagement, soit parce qu’elles ont un mari réfractaire à la grève, soit parce qu’elles ne peuvent pas faire garder leurs enfants. Des roulements sont organisés pour l’occupation afin que chacune puisse participer à la hauteur de ses possibilités. L’argent réuni par les collectes est donné en priorité aux femmes seules avec enfants. Enfin, toutes ces contraintes sont prises en compte dans la manière dont la grève s’organise : elles sont donc gérées plus facilement.

  • 9 Loiseau D., Femmes et militantismes, Paris, L’Harmattan, 1996.

21On sait par ailleurs que la politique est souvent reconnue comme une « affaire d’hommes », surtout quand il s’agit de faire grève, d’occuper son usine, de défiler dans la rue, autant d’actions qui supposent une confrontation directe avec les autorités et une visibilité de la lutte. Sous cet angle, le fait d’être entouré de collègues et amies que l’on connaît depuis longtemps et qui partagent les mêmes difficultés facilite le dépassement de cette barrière symbolique. Dominique Loiseau dit que pour militer, une femme doit « sortir de soi9 ». Or, il est plus facile de le faire quand on est justement dans un « entre soi » et que l’on vit cette découverte de l’action collective et de sa propre capacité à militer ensemble.

  • 10 Sur la notion de « capital militant », voir Matonti F. et Poupeau F., « Le capital militant. Essai (...)

22De plus, au fur et à mesure des conflits qu’elles mènent, elles s’expérimentent, apprennent sur le tas et accumulent un capital militant10 qui pourra être mobilisé dans les conflits suivants. Elles élargissent petit à petit, à tâtons, le champ des possibles et il leur aurait paru inimaginable en 1981 d’arrêter les voitures à un péage à Ancenis pour collecter des fonds afin de payer trois cars, et d’emmener tout le monde à Paris voir Édouard Balladur. Or, elles le font en 1994 parce que, comme elles disent, elles sont progressivement devenues des « pros » de la grève. Cependant, elles n’auraient jamais pu s’engager dans de telles actions si elles n’avaient pas été aidées et légitimées par les soutiens extérieurs qu’elles ont reçus.

Les soutiens extérieurs

  • 11 Entretien avec Serge Doussin (19 février 2008).

23Tout d’abord, les unions départementales et locales de la CGT et de la CFDT sont très impliquées dans les conflits. Elles ont un rôle de relais auprès de tous les syndicats de l’agglomération et permettent notamment que la solidarité financière s’organise. Les permanents syndicaux accompagnent les déléguées aux négociations avec la direction et interviennent auprès des autorités politiques. De plus, les permanents syndicaux sont présents au quotidien au sein de l’entreprise. Serge Doussin, secrétaire de l’UL puis de l’UD CGT, dit qu’en 1981, il était devenu « un délégué de plus dans la boîte11 ». Ils aident les déléguées à prendre les décisions importantes, à rédiger leurs prises de parole, ils les rassurent lorsque la direction saisit la justice, bref, ils sont des référents primordiaux pour les « Chantelle » et ce, surtout en 1981 lorsqu’elles font leurs armes pour la première fois.

24Les permanents font partie de ces « hommes de l’ombre » au même titre que certains maris ou copains des filles qui les soutiennent activement. Pendant l’occupation, elles s’arrangent pour qu’il y ait des hommes chaque soir dans l’usine de peur que la police ou des « anti-grèves » interviennent par la force. Elles racontent que de toute façon, leurs maris voulaient être présents pour les protéger. Ainsi, même si les « Chantelle » prennent les rênes de leur lutte, la présence de ces hommes rappelle que la redéfinition des genres s’arrête bien souvent à la force physique.

25Ensuite, les élus locaux sont très présents au cours des conflits. Que ce soit en 1981 ou en 1994, les élus PS et PC, mais aussi RPR, soutiennent activement les « Chantelle » notamment en intervenant auprès des autorités politiques. Les filles bénéficient donc d’un soutien matériel en termes de bons de solidarité ou de gratuité des cantines scolaires pour leurs enfants par exemple, mais surtout d’une légitimité politique écrasante dans l’agglomération. Ainsi, même si ces appuis politiques sont moins nets en 1994, leur lutte bénéficie d’un consensus politique au niveau local.

26Mais surtout les « Chantelle » bénéficiaient d’un soutien populaire important. En 1981, il y a un réel engouement de la part de la population nantaise pour cette lutte. Les rassemblements et les collectes sont très suivis et il est évident que cela est dû pour beaucoup au fait que les grévistes sont des femmes. Certes, leur combativité étonne et certains demandent : « Mais comment vous faites ? Vos maris ne disent rien ? Et les enfants ? » Mais elles sont globalement admirées pour leur ténacité et on y voit le signe d’un changement profond du rôle social des femmes dans la société. Comme si le fait qu’elles soient des femmes donnait à leurs revendications un goût de « justice immuable » qui ne serait pas contestable. En 1994, elles sont déjà devenues un « mythe » et il semble que les Nantais aient fait preuve d’un réel attachement pour les « Chantelle ». De plus, leur lutte est montrée en exemple car elles subissent les conséquences d’une délocalisation, menace qui pèse sur beaucoup d’entreprises à l’époque. Le slogan « Nous sommes tous des Chantelle » revient souvent dans les manifestations. Cependant, il semble que déjà à cette époque, la solidarité populaire autour des conflits du travail est en net déclin et les organisations syndicales ont expliqué l’échec de la lutte par un manque de soutien actif de la part des sympathisants du mouvement.

27Toutefois, ces soutiens ont permis aux « Chantelle » de peser dans le rapport de force qui les unissait à la direction. Leurs conflits ont toujours été beaucoup médiatisés et légitimés par toutes les forces de gauche en présence, syndicats et partis politiques (qui d’ailleurs jouaient à travers ce conflit leur propre légitimité à représenter le groupe ouvrier). Or, il est flagrant que ce soutien a beaucoup plus pesé dans le contexte politique de 1981, alors qu’un gouvernement socialiste venait d’être élu, que dans celui de 1994.

28Finalement donc, c’est parce qu’au sein du groupe elles bénéficient d’une cohésion et d’une expérience militante importante, et parce qu’à l’extérieur elles sont soutenues par des acteurs légitimes du mouvement social et du champ politique, que les « filles de Chantelle » ont pu réunir les ressources nécessaires à la réalisation de ces conflits.

Un féminisme ouvrier12 ?

  • 12 Cette notion fut proposée dans les années 1970 par Margaret Maruani pour penser le sens des mobili (...)

29Si l’on veut ensuite réfléchir un peu plus à la question des femmes et du féminisme, on voit que les choses ne sont pas simples et qu’il serait limité de réduire la lutte des Chantelle à une lutte de femmes. En effet, les « filles de Chantelle » ne mettent pas forcément en avant le caractère féminin de leur combat. Par exemple, elles ne voient aucun problème, au contraire, à ce que des hommes s’investissent à leurs côtés dans la grève. Elles ne parlent jamais d’autonomie ou de féminisme. Il s’agit avant tout, pour elles, en 1981, d’améliorer leurs conditions de travail ou, en 1994, de défendre leur emploi. Ce sont plutôt les observateurs extérieurs qui projettent cette image de lutte de femmes sur les « Chantelle » en rappelant constamment leur exceptionnalité, le caractère extraordinaire de leur combat et l’inhumanité d’une direction qui traite ainsi des femmes.

30Cependant, il est évident que leur situation au travail, et donc leurs revendications, surtout en 1981, sont directement liées à leur double exploitation en tant qu’ouvrière et en tant que femme. Les ouvrières du textile telles les ouvrières de Chantelle constituent l’archétype du travail féminin peu qualifié, avec des cadences et un salaire au rendement. Elles occupent des postes qui, historiquement, ont été attribuées aux femmes pour leurs qualités supposées de dextérité et de rapidité, qualités qui, censées avoir été acquises au foyer, ne sont pas reconnues comme des qualifications professionnelles. D’ailleurs, en 1994, elles ressentent la délocalisation comme une insulte à leur savoir-faire et savent très bien que si on ne reconnaît pas leurs compétences professionnelles, c’est aussi parce qu’elles sont des femmes. Elles puisent donc leur mécontentement dans cette surexploitation particulière des femmes. Leur lutte repose tout autant sur leur condition de femme que leur condition d’ouvrière, les deux étant réellement mêlées.

31Cette imbrication se ressent surtout dans la centralité du thème de la dignité dans les discours des déléguées qui exprime le sens profond de leur combat. En 1981, elles défendent leur droit à travailler dignement et en 1994, elles défendent leur droit au travail, leur droit à définir leur identité sociale en dehors du foyer. Ainsi par exemple, en 1994, une déléguée rappelle à son directeur lors d’une prise de parole que « non, elles ne retourneront pas à leurs fourneaux mais continueront la lutte ».

32Cependant, elles ne poussent pas leur contestation jusqu’à une remise en cause de la domination masculine de manière générale comme cela a pu être le cas dans d’autres grèves de femmes. Par exemple, l’oppression domestique des femmes est plutôt mise de côté pendant la lutte. Même si ces grèves peuvent être le moment d’une prise de conscience de sa condition de femme, celle-ci ne se matérialise pas par des groupes de réflexion sur les « problèmes féminins », tels que la contraception ou l’avortement par exemple. La grève est un temps de l’urgence qui ne favorise pas ce type d’initiatives.

33De plus, les déléguées se méfient d’une identité strictement féminine trop marquée qui les renverrait à ce sexe « faible », alors qu’elles tentent de prouver qu’elles peuvent lutter tout aussi bien que des hommes. On peut y voir une certaine « présentation de soi » visant à minimiser les « problèmes » pour valoriser la lutte menée. Elles n’évoquent pas leurs difficultés à aménager leur vie de famille et leur vie militante et mettent en avant leur dévouement le plus total au groupe. Elles sont avant tout syndicalistes et militantes. Le féminisme n’est pas leur affaire.

34C’est finalement la participation à ces grandes grèves en tant que telles qui leur permet de retrouver leur dignité. Par l’action militante qu’elles mènent au quotidien, les contacts humains que cela suppose, les dispositions à la rébellion construites peu à peu, les déléguées s’émancipent de leur condition féminine. Elles parlent d’une « ouverture des horizons », d’« une école de la vie ». Comme Suzanne Zedet, déléguée CGT de l’usine Yema, dont « l’éveil » est mis en scène dans le documentaire Classe de lutte des groupes Medvekine, elles trouvent dans l’activité syndicale un moyen de s’ouvrir au monde, d’accéder à la politique, à la culture et surtout de prendre confiance en elles. Par conséquent, l’activité syndicale revêt un sens d’autant plus fort pour des femmes qui, en militant, sortent à la fois de leur condition ouvrière et de leur condition féminine.

***

35Tout ceci est à relativiser parce que les déléguées ont une expérience particulière par rapport à d’autres femmes qui ont milité d’un peu plus loin. Mais même si, individuellement, certaines n’ont pas osé s’opposer à leur mari par exemple ou ont préféré ne pas trop s’investir, ne pas trop se montrer, il n’empêche que comme elles le disent elles-mêmes, « Nous, on a su se faire respecter ». Par là même, les « filles de Chantelle » redéfinissent leur identité de femme comme associée à la lutte : elles ne sont plus des ouvrières non-qualifiées de l’habillement, elles sont les « Chantelle », et c’est peut-être là que réside le sens féministe de leur lutte.

36Au regard de tous ces enjeux, on comprend facilement que la perte d’un emploi constitue une double peine pour ces femmes militantes. Elles perdent leur emploi qui, même s’il est aliénant, leur apporte un statut social, une indépendance financière par rapport à leurs maris, et surtout des contacts humains. Beaucoup de filles, à la fermeture de l’usine, disent qu’elles perdent une deuxième famille. Mais elles perdent aussi leur activité militante qui est difficile à retraduire dans un autre espace social lorsqu’on a milité toute sa vie à l’usine.

Notes

1 Mené dans le cadre d’un mémoire de master 2 de sociologie, ce travail se poursuit dans une recherche de thèse, commencée en octobre 2008, sur « Le militantisme des femmes dans les conflits du travail ».

2 Part du salaire variable déterminé en fonction du rendement de l’ouvrière.

3 Archives de l’UD CGT 44, Centre d’histoire du travail.

4 Usine voisine de Chantelle dans la zone industrielle de Saint-Herblain.

5 La baisse des effectifs de l’usine s’explique par des départs volontaires non remplacés, des licenciements individuels (souvent contestés par les sections syndicales) et un « plan de réduction des effectifs par incitation au départ volontaire » lancé en 1983.

6 Cet épisode fut décrié par la presse locale au regard de la gestion « musclée » d’une manifestation « de femmes ». De nombreuses photographies montrent les « filles de Chantelle » dansant devant les cordons de CRS ou leur offrant des bretelles et des porte-jarretelles (Ouest-France et Presse-Océan du 8 septembre 1994).

7 La CFDT insistera beaucoup sur le fait que cette décision de fermeture est bien plus liée à une démarche de « casse syndicale » qu’à une délocalisation. En effet, l’usine de Saint-Herblain est la seule usine du groupe qui connaît des grèves à répétition.

8 La notion de genre désigne la construction sociale et culturelle du « masculin » et du « féminin ». Elle invite à déconstruire ces catégories, c’est-à-dire à mieux comprendre comment elles se sont formées, comment elles sont entretenues mais aussi réinventées au quotidien.

9 Loiseau D., Femmes et militantismes, Paris, L’Harmattan, 1996.

10 Sur la notion de « capital militant », voir Matonti F. et Poupeau F., « Le capital militant. Essai de définition », in Annales de la Recherche en Sciences Sociales, no 115, 2004, p. 5-11.

11 Entretien avec Serge Doussin (19 février 2008).

12 Cette notion fut proposée dans les années 1970 par Margaret Maruani pour penser le sens des mobilisations d’ouvrières au croisement du mouvement ouvrier et du mouvement féministe. Voir Maruani M., Les Syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, Syros, 1979.

Auteur

Doctorante en sociologie

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540