Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

3. Des quidams, des clans, des errances...

Chapitre XVIII. À la source du lien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans des pages remarquables, Maurice Pinguet décrit au Japon ce que l’Occident serait tenté de nommer un « laxisme œdipien1 ». Celui-ci laisse s’établir une véritable symbiose durable entre la mère et l’enfant, il « culpabilise l’indépendance2 » et fait de l’individuation un phénomène plus fragile. Mais, surtout, il garantit la naissance de la conscience du lien consubstantielle à une identité épanouie.

Le lien maternel, d’abord biologique et affectif, prend une valeur morale. La conscience des peines souffertes par la mère, la mémoire de son sacrifice, de sa bonté, de son pardon enracinent le sentiment japonais d’obligation, qui sera plus tard transféré à d’autres appartenances et alimentera toute la vie relationnelle […]. Le lien japonais […] se confond aux conditions mêmes de la survie d’un groupe3.

Enfin, Pinguet insiste sur un point : « ce noyau de nostalgie », ce souvenir d’un moment de pure harmonie pré-œdipienne, « alimente les tentatives de régression4 ». Et la persistance de...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540