Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Tréfimétaux à Couëron

Chronique d’une fermeture annoncée 1985-1988

Pierre Jourdain et Jacques Cottin

Texte intégral

L’histoire de l’usine. Une histoire de fusions pour s’adapter au capitalisme moderne

1L’usine de Tréfimétaux est située à Couëron en Loire-Atlantique, à l’ouest de Nantes sur la rive droite de la Loire, entre Nantes et Saint-Nazaire. Employant 650 salariés dans les années 1970, elle est le principal employeur de la commune avec l’usine Carnaud. Sa principale activité est de produire des « laminés » de cuivre. La plupart des ouvriers se retrouve dans cinq ateliers : les fonderies, les laminoirs, les bandes, les tubes et la monnaie. Les autres salariés travaillent à l’entretien ou dans les bureaux administratifs. 70 % de l’effectif se composent d’ouvriers non qualifiés.

  • 1 D’où la présence dans la ville de Couëron aujourd’hui, d’une « Tour à plomb », vestige de cette ac (...)

2L’usine a été créée en 1861 pour la production de plomb1. Son essor fut rapide car si les plombs étrangers étaient frappés d’un droit d’entrée en France, les minerais bruts pouvaient circuler librement. L’usine allait chercher le minerai à l’étranger et le faisait fondre sur place avant de le transformer en diverses pièces. En 1863, ces droits d’entrée sont supprimés ce qui oblige plusieurs entreprises à fermer. Le site de Couëron résiste en se modernisant mais il subit de nouvelles difficultés dans les années 1930. La société fusionne avec le groupe Pontgibaud, basé en Auvergne.

3La situation économique de l’après-guerre est caractérisée par une situation de pénurie généralisée qui est profitable aux entreprises françaises de la métallurgie qui privilégient le marché français au détriment de l’exportation. Elles rationalisent leur production et se spécialisent pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre. C’est dans ce cadre que l’usine de Couëron fusionne avec la Compagnie française des métaux qui comprend cinq usines en France. En 1962, ce groupe devient Tréfimétaux.

4Après avoir adapté l’outil industriel, rationalisé la production par rapport au marché français, le groupe cherche à s’adapter au marché international. Pour éviter une fusion de Tréfimétaux avec un groupe américain, Péchiney, selon le principe des « fusions acquisitions », prend son contrôle en 1967 et devient le plus important producteur d’aluminium d’Europe.

5De 1971 à 1974, l’usine de Couëron connaît un relatif essor avec l’ouverture de nouveaux ateliers. Mais à partir de 1974, Péchiney va mettre en œuvre une nouvelle organisation au sein du groupe pour « permettre une exploitation aussi voisine que possible de l’optimum ». Chaque usine est spécialisée. La crise économique rend plus difficile l’activité et plusieurs plans sociaux vont se succéder. La nationalisation de Péchiney, à partir de 1981, n’empêchera pas cette logique de se poursuivre. De 1974 à 1983, l’effectif de l’usine passe de 655 à 350 salariés. Le groupe Tréfimétaux voit ses effectifs s’effondrer à la même époque, passant de 12 886 à moins de 5 000 salariés.

  • 2 Société métallurgique italienne.

6En 1983, Tréfimétaux met en place un plan d’entreprise pour faire face à la « surcapacité des produits cuivre en Europe ». Ce plan propose quatre solutions : l’une d’elle envisage la fermeture de l’usine de Couëron en plus de Dives (Calvados). Finalement, seule cette dernière fermera mais une partie de la production réalisée à Couëron est délocalisée vers un autre site. En janvier 1986, l’usine emploie 270 salariés mais un nouveau plan de licenciement de 99 personnes est annoncé au mois de mai de la même année. En janvier 1987, l’usine de Couëron est cédée à une filiale du groupe Péchiney : Métayer-Noël. En mai 1987, M. Gandois, PDG de Péchiney, déclare « vouloir céder au plus tôt des pans entiers de l’entreprise pour faire place nette avant la privatisation prévue en octobre 1988 ». Parmi les secteurs visés, celui du cuivre va être vendu à l’italien SMI2, le 18 septembre 1987 : cette vente marque la fin de l’usine, car le groupe italien rachète pour éliminer une partie de sa concurrence située en France. Le 31 octobre 1988, l’usine de Couëron ferme définitivement ses portes.

La lutte contre la fermeture entre 1986 et 1988

L’originalité de l’organisation du mouvement ouvrier dans l’usine

7Dans l’usine de Tréfimétaux, à partir des années 1970, il n’y a qu’un seul syndicat ouvrier, la CGT, et un syndicat de cadres, la CGC. La CGT de Tréfimétaux est un syndicat autonome, et non une section syndicale de la CGT : c’est dans le vocabulaire des ouvriers de l’usine, « le syndicat des métaux de Couëron ». Ce statut lui permet de conserver plus d’autonomie par rapport aux autres instances. Le syndicat est composé de toutes les tendances politiques : parti communiste, parti socialiste, extrême gauche, militants inorganisés (catholiques de gauche, anarchistes) et tous tiennent beaucoup à l’autonomie syndicale. Ces tendances sont toutes représentées dans l’instance dirigeante du syndicat. Les débats sont ouverts, animés, passionnés, avec une volonté des responsables d’y faire participer l’ensemble des travailleurs. Un journal d’entreprise a existé pendant 10 ans. Des enquêtes menées auprès des adhérents ont lieu pour définir la position que doit tenir le syndicat vis-à-vis des autres instances de la CGT. Enfin et surtout, toutes les décisions d’action sont prises en assemblée générale des travailleurs ouverte à tous, syndiqués ou non (approbation des revendications, des grèves, des manifestations…). Cette pratique permet à la fois une syndicalisation forte : 50 % des ouvriers qui représentent 75 % des effectifs de l’usine et une répartition des responsabilités (en 1970, une soixantaine d’ouvriers assurent des responsabilités réparties entre différentes fonctions).

8Cette originalité dans l’organisation du mouvement permet l’unité des salariés dans l’entreprise, ce qui devient, dans le contexte difficile des années 1970-1980, un facteur décisif pour les mobilisations. Elle permet en outre un véritable développement de la solidarité locale en essayant en permanence d’élargir la lutte hors de l’espace de production (le marché, les pouvoirs publics, le conseil municipal…). La collectivité des travailleurs garde la maîtrise de son combat. Cependant, cette particularité peut avoir son revers : les centrales syndicales départementales manifestent leur réserve face à une spécificité locale qui a parfois résisté à la ligne officielle ; les élus de gauche n’interviennent que timidement car cette démocratie ouvrière fait peur.

  • 3 L’expression signifie que le combat est jugé désespéré, la fermeture inexorable…
  • 4 C’est cette même volonté qui a été à l’initiative de la création de l’association « Une Tour – Une (...)

9Mais dans le cadre de la lutte contre la fermeture, cet esprit particulier, face à une lutte « le dos au mur3 », a permis, malgré les tensions dues aux départs des uns ou des autres en fonction des possibilités personnelles qui s’offraient (notamment en matière d’emploi), de maintenir une unité pour ceux qui ne voyaient pas d’avenir hors de l’usine. Cette force permet aussi aux délégués d’assumer un engagement, celui de « partir les derniers4 ».

Le contexte difficile des années 1980

10L’usine de Tréfimétaux de Couëron a connu, depuis les années 1970, deux mouvements importants : la grève de 1975 et la lutte contre la fermeture de l’usine en 1986-1988.

11La grève de 1975 est une lutte pour le maintien de l’activité de l’usine de Couëron. Elle s’inscrit dans un contexte social où les luttes sociales sont très importantes dans la région, suscitant une solidarité sortant du cadre de l’usine : intervention des femmes d’ouvriers, mobilisation des organisations politiques mais aussi paysannes, enseignantes, associations familiales et féministes dans le cadre d’un comité de soutien très actif. Les actions des ouvriers, comme du comité de soutien, sont diverses : collecte sur les marchés, manifestations à Couëron et à Nantes. En outre, le conflit s’achève par un épisode judiciaire original : la direction dépose une plainte contre les femmes des ouvriers à la suite d’une occupation de l’usine. Le mouvement bénéficie alors d’un large soutien des syndicats des entreprises de la région mais aussi des centrales syndicales nationales dans le procès intenté par la direction contre elles. Il est vrai que le contexte national et local est favorable à la contestation : lutte contre la centrale nucléaire du Pellerin, manifestations de comités de soldats, opposition au camp militaire du Larzac…

  • 5 Avec Wieviorka M. et Dubet F., Le Mouvement, ouvrier, Paris, Fayard, 1984.

12Le mouvement social des années 1985-1986 se déroule dans un tout autre contexte. Les années 1980 sont marquées par les restructurations industrielles (fusion, concentration, investissement ciblé, externalisation des fonctions d’entretien) qui entrainent la suppression de centaines de milliers d’emplois dans la sidérurgie, l’automobile, le textile et la métallurgie. Tréfimétaux est concerné par cette politique. Le chômage explose passant de 1,5 million en 1980 à 2,5 millions en 1987. Par ailleurs, les valeurs changent également : l’argent n’est plus tabou, chacun achète des actions, Yves Montand anime une émission de télévision (« Vive la crise »). Tout ce qui paraît vieillot, pas moderne, doit disparaître… comme l’industrie. Des livres sont écrits sur la fin de la classe ouvrière. En mai 1984, Alain Touraine écrit : « L’Occident industrialisé entre maintenant dans un lent mais douloureux processus de désindustrialisation et le déclin du mouvement ouvrier n’est qu’un aspect de ce dépassement de la société industrielle […]. Son rôle n’est pas fini, mais l’histoire du mouvement ouvrier s’achève5. » Dans ce contexte, lutter contre la fermeture d’une usine est jugé « dépassé ».

  • 6 En juillet 1987, les chantiers navals de Dubigeon, fleuron de l’industrie nantaise, ferment. La so (...)

13La lutte contre la fermeture de l’usine Tréfimétaux entre 1985 et 1987 se déroule donc dans une période peu propice à la mobilisation, après une succession de plans sociaux : 1975, 1979, 1980, 1981, 19826. Le syndicat et les salariés vont donc essayer dans ce contexte de mobiliser leur environnement immédiat. Ils saisissent les élus : manifestations lors des séances du conseil municipal, lors des assemblées plénières du conseil général, et du conseil régional. Ils interpellent le gouvernement en manifestant devant la préfecture. Ils essaient d’attirer l’attention de l’opinion et des médias par des actions spectaculaires, notamment le blocage de trains. Ils procèdent à des actions symboliques, notamment la construction d’une tour avec des bobines de cuivre. Enfin, ils font pression sur la direction générale au moment des réunions de négociation qui ont lieu à Paris entre direction et syndicats, par la présence sur place de délégations de salariés. Mais surtout, c’est le contenu même de la revendication des salariés qui change : il faut montrer que l’usine peut être viable. Le comité d’entreprise nomme un expert pour analyser la situation. L’action syndicale se déplace sur le terrain de la direction, celui de la productivité de l’entreprise afin de sauver le maximum d’emplois et prouver que l’usine peut faire des bénéfices.

Une lutte pour sauver le maximum d’emplois et conserver sa dignité

14Lutter contre la fermeture d’une entreprise est une lutte particulière dans le nouveau contexte des années 1980. Il ne s’agit plus de reproduire les luttes emblématiques du type Lip des années 1970, où les ouvriers s’emparent des outils de production et organisent la production et la vente (pour lequel un soutien important de l’extérieur est indispensable). Il ne s’agit pas non plus d’une lutte pour obtenir de meilleures conditions de travail ou une augmentation de salaires, où les ouvriers peuvent créer un rapport de force en fonction de la situation économique de l’entreprise. La lutte contre la fermeture d’une entreprise est une lutte de longue haleine où le découragement peut pointer sans arrêt : à chaque plan social, à chaque diminution de l’effectif, à chaque cession de l’entreprise, le doute s’installe dans les esprits. La question souvent posée, lancinante, pour les salariés concernés : « Est-ce que la lutte n’est pas perdue d’avance ? », pèse sur le moral de chacun. Avec les aides au départ, les salariés les plus mobiles partent pour tenter une reconversion.

15À Couëron, durant les années 1986-1988, la lutte est dirigée par des délégués CGT qui décident pour une dizaine d’entre eux « de rester jusqu’au bout », quoique qu’il arrive. Ils organisent le combat autour de trois aspects.

16– La première position est de défendre l’idée que l’usine peut être rentable avec un certain nombre d’emplois. Comme le confie un délégué CGT dans le livre édité par l’association sur la fermeture :

  • 7 L’Usine de Pontgibaud à Tréfimétaux : des ouvriers racontent, Couëron, Une Tour, une Histoire, 1997

« Nous, on savait que l’objectif de Pechiney était de nous utiliser comme vache à lait jusqu’au bout pour nous bazarder à la fin. Nous avons mené une bataille à la productivité, à la modernisation. Par exemple, les jeunes qui ont travaillé sur la bande raclée, ont vraiment amélioré les techniques pour en faire une production à forte valeur ajoutée. Pendant plusieurs années de suite, il y a eu des augmentations de productivité de l’ordre de 20 à 25 % par an. Dans la tête du syndicat, il n’était pas question de conduire au chômage tous les copains qui étaient avec nous et qui auraient d’énormes difficultés à se reconvertir. Quand tu rentrais dans ce genre de boîte, tu y rentrais pour faire ta carrière7. »

17– En même temps, le syndicat ne s’oppose pas au départ des salariés consentants. Il défend les primes de départ les meilleures possibles. Il va même jusqu’à négocier l’obtention d’une mobylette pour des ouvriers qui ont trouvé un travail plus éloigné, mais qui n’ont pas de moyens de locomotion pour y aller. Autant d’actions qui peuvent paraître contradictoires avec la volonté de maintenir l’activité de l’usine, mais qui, dans la perception des dirigeants syndicaux de l’usine et des assemblées générales d’ouvriers, constituent un principe de leur engagement dans le syndicalisme : « Défendre les salariés dans toutes les situations. »

  • 8 Cette lutte collective a permis à plusieurs salariés, confrontés à des situations identiques par l (...)

18– Enfin, le dernier aspect de la lutte concernant l’action collective est la volonté de défendre la dignité des ouvriers face au « diktat » de Péchiney. Résister à la fermeture permet au collectif d’organiser une solidarité interne et externe à l’usine. L’objectif consiste ici à montrer que les raisons de ce bradage de l’entreprise ne sont pas de la responsabilité des salariés, qui ont su accepter les contraintes de la productivité et rendre rentable l’usine. À force de plans sociaux, par le biais de communiqués de presse, la direction accréditait au contraire, l’idée d’une entreprise obsolète aux savoir-faire dépassés. Pour contrer ce sentiment d’inutilité, de « coûter plus cher à travailler qu’à ne rien faire », le mouvement social s’est efforcé d’expliquer la position de la direction. Il fallait montrer, prouver que la fermeture répondait à des motifs autres que celle d’une entreprise en dérive : « Une stratégie industrielle mondiale basée sur la volonté d’augmenter des profits », qui cherche à liquider les usines non pas parce qu’elles ne sont pas rentables, mais parce qu’aux yeux des actionnaires, elles ne le sont pas assez. Il ne s’agissait pas ici de défendre une usine, mais de défendre et revaloriser un groupe social soumis à l’arbitraire de la loi des dirigeants8.

***

  • 9 Dès le XIXe siècle, l’essor industriel s’inscrit dans la concurrence technique et économique à l’é (...)

19Cette fermeture de l’entreprise donne l’impression aux salariés que non seulement leur savoir-faire mais aussi leur dignité d’hommes et de femmes sont bafoués, niés. D’où la souffrance ressentie qui s’exprime encore intacte dans les témoignages recueillis vingt ans après et qui empêche aujourd’hui certains de se reconstruire. Les salariés de Tréfimétaux mènent une lutte, dos au mur, en s’appuyant surtout sur des réalités « locales », alors qu’ils sont pris dans des enjeux nationaux et internationaux que l’on peut faire remonter dès la création de l’usine (1860)9. Depuis la fin des années 1970, dans le contexte d’une mondialisation qui accélère la déstructuration de la classe ouvrière des pays occidentaux industrialisés, la lutte paraît vaine pour bien des salariés.

  • 10 Cette lutte de 1975-1976 est l’objet de : L’Usine, 1975-1976, la grève, quand les femmes ont pris (...)

20Cette lutte contre la fermeture dans les années 1980, ne rencontre plus l’élan de solidarité que la grève et le procès des femmes (1975-1976) avaient provoqué10. En effet, les dernières années de la décennie 1980, après la victoire de la gauche en 1981, les nationalisations (1982), suivies d’une politique de rigueur économique dès 1983 et le retour d’un gouvernement de droite avec la première cohabitation (1986-1988), sont peu propices à la mobilisation et à l’élargissement des luttes. Pendant les trois dernières années, les ouvriers et employés découvrent la limite des solidarités extérieures : élus de gauche qui interviennent timidement, centrales syndicales qui manifestent leur réserve face à une certaine spécificité locale de la CGT de l’usine, « ouverte à tous les courants », et qui a résisté parfois à la ligne officielle. De plus, la prime au départ et les autres « avantages » des licenciements (formation, notamment) jouent un rôle de division et freinent les envies les plus radicales (recours à la violence et à la destruction de l’outil de production prôné par une minorité).

21Face à l’inéluctable, ils adoptent divers comportements. Il y a ceux qui quittent le navire en perdition avant la crise finale parce que l’opportunité de travailler ailleurs s’offre à eux. Il y a ceux qui restent jusqu’à la fin pour faire « payer au patron » la fermeture. Il y a les leaders syndicaux qui assument les engagements pris et qui mettent un point d’honneur à partir les derniers. Il y a, enfin, ceux qui ne croyaient pas à la fermeture et qui prendront conscience tardivement de leur avenir bouché.

22Si depuis chacun suit son destin, tous gardent le souvenir intact d’une lutte menée afin de partir la tête haute et dans des conditions plus favorables que celles décidées par les dirigeants de Tréfimétaux. Ils gardent la nostalgie de la solidarité ouvrière. Ils sortent renforcés de la crise, souvent plus conscients des réalités et des oppositions de classe.

Témoignages : après la fermeture Du passé, ne faisons pas table rase

23Avec la fermeture de l’usine et la fin du collectif de lutte, chacun se confronte individuellement à la recherche d’un emploi et se heurte à une conjoncture économique difficile. Il ne peut compter que sur ses propres forces. Si l’expérience s’avère déstructurante, elle peut être l’occasion de nouvelles perspectives professionnelles et/ou d’un changement de vie. Elle amène parfois à la prise de conscience de l’oppression capitaliste et à un nouveau rapport au travail. Les témoignages qui suivent rappellent la diversité des situations, des expériences, des réactions, des sentiments, vécus par les salariés après cette fermeture. Leurs récits permettent de garder les traces de la résistance à une fermeture d’usine, comme il y en aura tant d’autres par la suite. Ils contribuent à la construction de la mémoire ouvrière. Ils montrent à ceux qui en doutent encore l’intérêt de la lutte collective lorsque les droits fondamentaux de la personne humaine sont bafoués… pour cause de profits financiers.

La révolte et la solidarité

« Pour moi, quand la fermeture a été décidée, j’aurais foutu toutes les bobines dans la Loire. J’avais envie de tout casser justement pour refuser la casse de l’entreprise, hein. C’est plutôt ça, c’est pas question de dire autre chose. […] Il fallait montrer qu’on n’était pas d’accord avec ces méthodes de faire » (Joël).

24Joël, après un apprentissage agricole, quelques mois de maraîchage et d’emplois saisonniers est embauché en 1972 sans qualification industrielle. Il travaille dans différents ateliers. Syndicaliste actif, il participe à la lutte jusqu’à la fermeture de l’usine. Il suit une formation en informatique sans trouver d’emploi adapté. Depuis 1989, il est agent d’entretien dans une municipalité.

« Moi, je pense que les délégués avaient bien raison de se battre mais que c’était désespéré. […] Il y en avait quelques-uns dans le personnel administratif qui pensaient qu’ils allaient tout casser et que c’était pas utile de casser tout en plus, parce qu’on ne voyait pas trop ce que cela apporterait de plus sinon avoir un peu plus d’indemnités de départ. […] à cette époque-là, j’ai vu venir plein de gens au bureau complètement désemparés. […] On a renseigné un tas de gens. On a essayé aussi de soutenir les quelques personnes qui avaient des projets pour qu’au moins ceux-là s’en sortent » (Jeannine).

25Jeannine sort de l’école en 1966. Elle trouve un emploi de secrétaire au service du personnel de l’usine puis auprès de la direction. Après son licenciement en 1988, elle suit une formation bureautique. Elle connaît depuis diverses expériences professionnelles, avec des licenciements et des périodes de chômage.

« Il y a des gens pour qui c’était dur. Je me rappelle un moment fort de défense d’un mec. Quand il s’est agi de lui avoir une mobylette et les sacoches qui allaient avec, on a passé des heures à se battre pour ça. […] C’est quelqu’un qui avait un métier ici, qui avait tout appris ici, qui ne savait rien faire d’autre. Sortir d’ici, lui trouver un travail à Saint-Herblain, il lui fallait un moyen pour se déplacer. […] La mobylette, ça a été accordé mais les sacoches, ça n’a pas été rien, non plus. Ca a été des heures de bagarres pour des conneries comme ça. Malheureusement, ces gars-là, ils étaient perdus, ils faisaient partie de ces personnels qui n’avaient pas d’examen, qui n’avaient rien du tout, […] qui n’avaient connu que l’usine. Ils étaient complètement paumés, ils n’étaient pas capables de s’inventer un avenir tout seul » (Yves).

26Yves a son CAP de carreleur et cinq années de travail dans le bâtiment, quand il entre à Tréfimétaux en 1981. Il travaille dans différents ateliers. Il prend des responsabilités syndicales et joue un rôle actif dans la lutte jusqu’à la fermeture de l’usine. Il devient chauffeur à la suite d’une formation de conduite de tractopelle, de pelleteuse et de poids lourds 40 tonnes. Depuis 1989, il travaille dans plusieurs entreprises et est plusieurs fois licencié. Il continue d’exercer des responsabilités syndicales.

L’angoisse et les souffrances

« J’ai été obligé de partir en voyage, je faisais un cauchemar presque une nuit sur deux, et ça m’arrive encore maintenant, disons, au moins une fois par mois de faire un rêve dans lequel soit je suis à Tréfimétaux, soit c’est la boîte qui me reprend, je suis embauché et j’ai l’angoisse de ne pas réussir à retravailler, de ne plus savoir faire, des trucs, vingt ans après. Et encore je fais partie de ceux qui ont fait beaucoup moins de choses, qui se sont lavés la tête avec plein d’autres choses depuis. […] En plus, on est de ceux qui ont retrouvé du boulot. Parce qu’il y en a plein, plein, qui n’en ont jamais retrouvé, les copains immigrés, y’en a plein qui sont morts très rapidement, qui ont plongé dans l’alcool […]. Nous, on était relativement jeunes, relativement cultivés. On était dans le syndicat, ça te donne un regard sur ce qui se passe. Tu t’engueules avec les patrons, tu vis des choses ! » (Pierre).

27Pierre, après avoir obtenu son baccalauréat, suivi d’une formation professionnelle en tôlerie chaudronnerie et d’une expérience de huit mois d’intérim, est embauché en 1973, au service entretien. Militant d’extrême gauche, il prend des responsabilités syndicales et participe à la lutte jusqu’à la fermeture de Tréfimétaux. Il reste dans la métallurgie, est salarié dans plusieurs entreprises, puis devient encadrant technique auprès de demandeurs d’emploi en insertion.

« Après ? C’est l’angoisse ! C’est l’angoisse ! Moi, j’ai été sous médicaments parce que ça m’angoissait. J’avais des douleurs jusque dans le dos, et ça m’arrive encore quand j’y repense parce que ça revient tout le temps, ça arrive encore. On n’oublie jamais un temps passé quelque part avec du bon et du mauvais. On reste toujours attaché à quelque chose, même si c’était pénible, c’était dur, on reste quand même attaché au travail, le travail c’est une occupation de l’esprit, même si on ne gagnait pas des fortunes, ça occupe ! » (Joël).

« Y’a l’angoisse de ne plus venir travailler parce que tu perds ton poste, déjà c’est ça, la peur du vide, mais il y a toujours la colère, qui est toujours là, vis-à-vis du travail qu’on a donné et puis la bagarre qu’on a portée pour essayer d’amener cette boîte quelque part, c’est toujours là. Je pense que les gens qui sont licenciés aujourd’hui auront le même sentiment dans dix ans » (Yves).

Une expérience de lutte formatrice

« Moi, ça m’a aussi apporté une expérience car j’ai été licenciée une deuxième fois en 2003 et, dans un premier temps, nos patrons voulaient que tous on parte, voilà, sans rien nous payer. Alors j’ai été voir mes collègues et je leur ai dit : “Ca ne va pas se passer comme ça, vous n’allez pas avoir droit au chômage, vous n’allez pas vous faire payer les indemnités.” […] Y’avait pas de syndicat. On s’est coalisé et puis, en fait, ils nous ont licenciés. L’expérience de Tréfimétaux m’a servie » (Jeannine).

« C’est pareil chez Transcap, j’ai été licencié le dernier. Je suis revenu de Toulon, tout le monde avait été licencié, j’ai mis ma clef dans ma boîte aux lettres et ce n’est pas pour rien que j’ai été licencié le dernier, je me suis bagarré comme un malade. C’est pareil, je me suis battu parce que j’avais de l’expérience avant » (Yves).

La recherche difficile d’un nouvel emploi

« Moi, je me souviens que dans une société, quelqu’un qui arrivait dans une boîte, c’était bon, deux jours après, le gars téléphone au chef du personnel et dit : “J’ai vu un tel, en tête des manifs, j’en veux plus de celui-là !” J’ai entendu ça ! » (Jeannine).

« Moi, j’avais postulé à la X. avant de rentrer chez T., les tests psychotechniques étaient bons, les tests de conduite étaient bons, on m’a dit : “Monsieur, bienvenue à la X., y’a pas de problèmes.” J’ai attendu six mois avant d’avoir ma réponse et on m’a refusé car j’étais élu à Tréfimétaux. Et on m’a dit que j’avais des casseroles au cul, texto, hein » (Yves).

« Au départ on avait peur de ce qu’on allait trouver comme travail, sans formation en tant que telle. Et puis bon, on prend ce qu’il y a devant la porte. On a une maison à payer, on a des enfants et puis bon, qu’est-ce que je vais pouvoir faire ? Heureusement que je suis né sous une bonne étoile, je suis employé municipal depuis 1989 » (Joël).

« J’ai envoyé 152 courriers. J’ai eu 50 % de réponse positives ou négatives » (Yves).

Une autre relation au travail

« Je vois plus le résultat du travail que je fais, disons que je ne fais pas de profit pour un patron, le patron, mon patron ne fait pas de profit avec ce que je fais, parce que c’est pour rendre service à une famille et c’est ça qui compte, parce que je ne voyais pas le fruit de mon travail, je travaillais 8 heures à l’usine, je faisais toujours les mêmes gestes, tandis que là on fait pas toujours les mêmes choses dans les familles, des fois on l’écoute, on est là pour lui remonter le moral, le travail est différent, c’est pas deux choses à comparer. Mais je ne regrette pas mes années que j’ai passées en usine, mais au moins que je vois les résultats de mon travail que je fais, si j’arrive le matin que ma grand-mère elle n’a pas le moral, elle a passé une mauvaise nuit, je me donne tous les moyens pour que, au bout des deux heures, je repars, qu’elle ait le sourire ! ça ça compte, si je ferme la porte, que ma grand-mère elle a encore la même tête que le matin quand je suis arrivée, je ne suis pas satisfaite de moi parce que je n’ai pas rempli mon travail, j’ai pas su faire mon travail d’aide à domicile quoi, par contre si je pars qu’elle est souriante, qu’elle dit : “Ben à vendredi, à jeudi Monique !”, là je me dis : “ça y est, tu as gagné, quoi” […]. À Tréfi, si on avait fait un bon travail, qu’est-ce qu’il en avait à foutre si on avait fait un bon travail, le patron, qu’est-ce qu’il en avait à foutre, il ne descendait pas de son bureau pour nous dire : “Bon, vous avez bien travaillé aujourd’hui !” Si on n’avait pas nos 80 points, c’était nous à la fin, quand on avait notre bordereau qu’étions pas contents parce qu’on avait pas travaillé quoi. Il n’avait pas fait de profit non plus ! » (Monique).

28Monique passe sans succès son CAP industrie habillement et veut travailler. En 1972, elle entre à Tréfimétaux dans l’atelier de la monnaie et prend des responsabilités syndicales. Elle quitte l’usine en décembre 1987 avec un projet de formation. Elle obtient son diplôme d’aide à domicile et exerce depuis cette profession.

« Comme j’ai été relicenciée après, ça m’a fait relativiser le travail dans la vie et ça c’est une bonne chose. J’ai beaucoup donné à Tréfimétaux et ça m’a vraiment fait relativiser le travail. Tu ne vas pas donner toute ton énergie pour te faire virer quand on n’a plus besoin de toi. Et puis tu te dis que ce qui était le plus important de gagner sa vie pour pouvoir manger mais finalement ce qui est le plus important, ce sont les relations avec les gens avec qui tu travailles. C’est de ça dont je me souviens le plus, du relationnel avec des gens. […] J’ai eu deux expériences de vie où l’économie vous jette, deux fois. C’est vrai que quand j’ai recherché du travail je me suis dit, ce n’est pas possible, je vais encore retourner dans un truc pour me faire jeter. Dans les petits boulots à la mairie, je me suis dit, au moins je ne vais pas travailler pour l’actionnaire, parce que j’en ai marre de travailler pour l’actionnaire, au moins je vais travailler pour l’intérêt général. Ce sera mieux pour terminer ma carrière » (Jeannine).

La nostalgie de bons moments passés ensemble !

« Mais y’a quand même un petit regret, y’a un côté un peu nostalgie. Comme on se dit, on était pas payé très cher à Tréfimétaux mais qu’est-ce qu’on a passé comme bons moments ! On a eu de foutus moments, mais, c’est ce que je disais à une dame l’autre jour, les bons moments et les mauvais moments, ça te fait, et tu avances » (Monique).

« On était attaché les uns aux autres. On a quand même vécu des moments forts là-dedans. Aujourd’hui, vingt ans après, tu me demandes d’aller en bas, chercher de la ferraille, je suis incapable de rentrer dans les bâtiments, je fous mon semi-remorque à cul dans le machin, j’ouvre les portes et je rentre pas dans les bâtiments et ça fait vingt ans. Tréfimétaux, on n’en guérit pas ! On a vécu beaucoup, beaucoup trop de moments forts là-dedans. Pour moi, le moment le plus fort, c’est le jour où je suis parti, vraiment le moment où j’ai pris ma voiture et passé le portail. Le dernier jour, sans vouloir être sensible, là, tu pousses ta larme, je n’étais sans doute pas le seul à le faire » (Yves).

« À Tréfi, au niveau évolution professionnelle, c’était ringard mais il y a eu les copains, ce que j’appelle la famille, quoi ! Des mecs qui se battent, des mecs qui luttent, des mecs qui ont des activités autres, des mecs qui ont des activités avec le CE, tout ça, ça fait partie, pour moi de plein de choses qui sont vachement intéressantes […], avec des vieux comme des jeunes. […] Quand je dis famille, c’est la famille des métallos, dans celle-là, il y avait une chaleur. Quand je dis métallo, c’est dans le sens ouvrier, c’est dans ce sens-là. Nous, on était du service entretien, on était vraiment une famille par rapport aux ouvriers qui étaient à la production. Tu avais l’impression d’être protégé parce que tu étais uni. Quand il y avait quelque chose qui se passait, il y en a qui venaient, tout de suite les mecs arrivaient, c’était quelque chose » (Patrick).

29Patrick est embauché à Tréfimétaux en sortant de son apprentissage d’ajusteur-fraiseur en 1972. Il travaille au service entretien et prend des responsabilités syndicales. Il quitte volontairement l’usine en mai 1988, avec un projet de création commerciale. Il vit depuis diverses expériences professionnelles avec des périodes de formation et de chômage.

L’association Une Tour, Une histoire

30En 1993, quelques anciens salariés se sont regroupés pour maintenir vivantes leurs expériences d’ouvriers et de syndicalistes dans cette usine de Tréfimétaux. Monique Sauzereau, Georges Brétecher, Jacques Cottin, Jean-Pierre Coutant, Pierre Jourdain et Patrick Simon se retrouvent pour créer l’association Une Tour, Une Histoire. Loïc Rousselot et Patrick Servain, sociologues, sont sollicités pour participer à cette aventure. D’autres salariés rejoignent le groupe : Yves Coulardeau, Jeannine Sénard, Joël Moulet, Martine Coutant. L’association se donne deux objectifs : être un lieu de rencontre pour les anciens salariés qui parfois sont isolés, et réaliser un travail de mise en valeur de l’histoire des travailleurs de l’usine. De fil en aiguille, un travail collectif original se met en œuvre : des thèmes de travail sont choisis, des matériaux sont collectés, des entretiens sont réalisés avec d’autres ouvriers et retranscrits, des notes sont réalisées. Chacun les lit, les annote. Le collectif en débat. Les textes sont réécrits. Ainsi en quinze années, quatre livres, « L’Usine », sont publiés par ce groupe. Un graphiste, Philippe Michaud, organise gracieusement la maquette. Des illustrateurs et des photographes y collaborent. Ainsi, autour d’anciens ouvriers, un réseau se tisse et une production collective se développe pour contribuer à réfléchir sur le mouvement social et ouvrier. La contribution ici présentée est le fruit de ce travail collectif.

Notes

1 D’où la présence dans la ville de Couëron aujourd’hui, d’une « Tour à plomb », vestige de cette activité industrielle, inscrite aujourd’hui à l’inventaire des monuments historiques.

2 Société métallurgique italienne.

3 L’expression signifie que le combat est jugé désespéré, la fermeture inexorable…

4 C’est cette même volonté qui a été à l’initiative de la création de l’association « Une Tour – Une Histoire » en 1993 pour permettre aux anciens de Tréfimétaux de se retrouver et sauver cette mémoire.

5 Avec Wieviorka M. et Dubet F., Le Mouvement, ouvrier, Paris, Fayard, 1984.

6 En juillet 1987, les chantiers navals de Dubigeon, fleuron de l’industrie nantaise, ferment. La solidarité ouvrière ne se développe pas.

7 L’Usine de Pontgibaud à Tréfimétaux : des ouvriers racontent, Couëron, Une Tour, une Histoire, 1997.

8 Cette lutte collective a permis à plusieurs salariés, confrontés à des situations identiques par la suite, de ne pas se laisser faire sans réagir.

9 Dès le XIXe siècle, l’essor industriel s’inscrit dans la concurrence technique et économique à l’échelle européenne. Cf. L’Usine, de Pontgibaud à Tréfimétaux : des ouvriers racontent, Couëron, Une tour, une histoire, 1977.

10 Cette lutte de 1975-1976 est l’objet de : L’Usine, 1975-1976, la grève, quand les femmes ont pris la colère, Couëron, Une tour, une histoire, juin 1999.

Auteurs

Militant syndical
Militant syndical

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540