Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Témoignage. Crise industrielle et chimie nazairienne depuis les années 1960

Raymond Juin

Texte intégral

  • 1 Collectif, Un Printemps sur l’estuaire – Saint-Nazaire, la CFDT au cœur des luttes 1945-1975, Nant (...)

1Lorsque le Centre d’histoire du travail m’a sollicité pour participer à cette journée d’études, je me suis d’abord demandé ce que j’allais pouvoir vous raconter d’intéressant, suffisamment peut-être pour attiser votre curiosité voire pousser certains d’entre vous à entamer des recherches universitaires sur tel ou tel point de mon exposé. Je n’ai en effet vécu cette période qu’en syndicaliste ouvrier, essentiellement préoccupé à « atténuer » les effets néfastes du progrès industriel et des transformations économiques initiées par gouvernements, patrons et financiers sur l’existence de mes semblables. J’ai fini par me convaincre qu’il était en fait important que cette activité de résistance à la « croissance à tout prix » vous soit exposée. La documentation accumulée par les auteurs de l’ouvrage, Un Printemps sur l’Estuaire1, m’a convaincu qu’il y avait matière à alimenter mon intervention.

La chimie et la région nazairienne

Une industrie au service de la production agricole

2En compulsant les « Dossiers et documents » du journal Le Monde des années 1960, j’ai essayé de me baigner dans l’ambiance de l’époque. J’ai été surpris de constater qu’en dehors de la guerre d’Algérie, c’est surtout d’agriculture dont la presse parlait (mécanisation, réorganisation des productions par filières, rendement à tout prix). Et comme par hasard, en 1962, la Société Grande Paroisse construit une cinquième usine de production d’engrais à Montoir : elle fermera ses portes en 1994. La compagnie des Phosphates Réno, installée en 1950 sous la base sous-marine à Saint-Nazaire, tourne à plein ces années-là : elle cessera son activité en 1970. La société Provimi, installée aussi à Saint-Nazaire, mélange des aliments pour bétail de la fin des années 1950 jusqu’en 1973. L’accroissement de la demande agricole a donc présidé à l’existence de ces trois usines. Les restructurations, conséquences – pour une part – des progrès techniques dans l’industrie chimique, en ont eu raison. À chaque fois, la lutte pour obtenir le meilleur « plan social » a adouci quelque peu l’entrée en « période de turbulences » (formation, chômage, recherche d’un nouvel emploi) des salariés licenciés. Ne subsistent aujourd’hui que Cargill (ex. Soja France), installé sur le port de Saint-Nazaire en 1971, qui fabrique des tourteaux pour bétail, et l’usine d’engrais Yara-France (ex. Gardiloire), implantée depuis 1972 sur les quais de Montoir.

Le pétrole

3Parmi les nombreuses restructurations des années 1960 et 1970 qui frappent tous les secteurs d’activités (métallurgie, chimie, agroalimentaire, etc.), celles relatives au secteur pétrolier tiennent une place à part. La crise pétrolière de 1973 va complètement bouleverser la donne. Ce sont l’inexistence de réserves économiquement inexploitables en France et les aides financières de la Communauté économique européenne accordées en octobre 1976 pour favoriser les concentrations dans le raffinage, qui vont lancer les fusions notamment celles d’Antar et de Elf (Essences et lubrifiants de France) en 1976, elle-même née quelques années auparavant d’un regroupement de petites sociétés indépendantes sous l’impulsion du général de Gaulle. Cependant l’existence de la Raffinerie Antar à Donges (ex RFPA) n’a jamais été remise en cause physiquement. Elle a une place de quasi-monopole sur la façade atlantique, surtout depuis la fermeture de la raffinerie d’Ambes (Gironde) à la fin des années 1970. Son histoire sociale se confond avec la vie de la Société Antar qui l’a achetée en 1954, puis avec celle du Groupe Elf-Aquitaine qui l’a reprise en 1976, et aujourd’hui du groupe Total.

Du côté du raffinage

4Le raffinage, principale activité du site de Donges, se situe en amont du processus des activités de l’industrie pétrolière. Il occupe donc une place stratégique, puisqu’en bloquant le raffinage, on bloque toutes les activités en aval. C’est la raison pour laquelle les fédérations syndicales ont porté leurs efforts de syndicalisation sur ces bastions-là. Cela explique que les syndicats ont toujours eu « pignon sur rue » à Donges, avec 85 à 90 % de syndiqués dans les années 1960-1970.

5Dans l’établissement, ce « pouvoir » a été des plus utiles pour contrecarrer les effets de la réorganisation du travail et veiller à la sécurité des personnes, surtout à partir de 1961, année de la mise en place d’un « pool de remplaçants », acte premier d’un processus permanent de réorganisation des effectifs. C’est aussi dans ces années-là que se développent les sociétés d’intérim (d’abord pour les emplois de bureaux) et qu’apparaissent les sociétés de maintenance extérieures. Je peux dire aujourd’hui, avec une certaine satisfaction, que le sort des personnels statutaires et les conditions d’emploi des personnels extérieurs ont fait l’objet de discussions permanentes entre syndicats et direction, avec des résultats satisfaisants. De ce point de vue, l’employeur n’a pas pu mettre en œuvre toutes ses capacités de « nuisance ».

6Mais en même temps, à cet échelon, on ne peut pas parler de la maîtrise et encore moins de la transformation de l’outil de travail par les syndicats, même si, à la marge, quelques suggestions ont été retenues pour modifier telle ou telle chose. Mai 1968, sur ce terrain-là, a toutefois montré que l’exploitation, la domination et l’aliénation pouvaient être battues en brèche. Dès 1955, la CFTC (devenue CFDT en 1964) a mis en place un comité national Antar de coordination de ses équipes locales (raffinage, distribution, siège, usine de lubrifiants de Rouen), qui concerne alors une bonne trentaine d’établissements sur tout le territoire. Sa place de premier syndicat dans l’entreprise lui a permis, probablement, de peser sur certaines décisions patronales, même si cela n’a pas empêché la mise en chantier en 1970 du processus de fusion (d’abord financier puis industriel et commercial) qui a abouti à la naissance du groupe Elf-Aquitaine en 1976.

La coordination CFDT Groupe face à la direction

7En 1973, nous créons une coordination « CFDT Groupe » qui rassemble des salariés de sept sociétés : Antar, Elf, SNPA (exploitation de Lacq et Exploration/Production), Antargaz, ATO, Sanofi, et Le Nickel. Les représentants de cette coordination siègent deux fois par an dans un « Comité de groupe » créé à la demande des syndicats par M. Guillaumat en 1975 et présidé par lui, aux côtés des PDG des sociétés du groupe Elf-Aquitaine. Nous siégeons avec les autres organisations, en fonction des résultats obtenus aux élections professionnelles. J’ai représenté Antar dans cette enceinte de la mi-1977 à juillet 1980, sous la présidence de M. Chalandon.

8La stratégie du groupe nous y était présentée, et il était possible, dans cette enceinte, de débattre de ses grandes orientations, d’où l’utilité de notre coordination. L’information recueillie ici était essentielle pour élaborer nos stratégies de « parade ». C’est dans cette assemblée que nous avons mesuré la distance qui existe entre les objectifs (essentiellement financiers pour Chalandon, par exemple) et les promesses électorales de tel ou tel homme politique, en quête de voix, qui jouait les supermen économiques clamant qu’il se faisait fort de convaincre les patrons de construire un complexe pétrochimique à Donges. Olivier Guichard s’y est essayé une fois…

L’élaboration des propositions syndicales

9La structuration traditionnelle du syndicalisme français en une double représentativité, professionnelle (les fédérations nationales d’industries et les branches) et interprofessionnelle (les unions locale, départementale et régionale) donne à la cellule de base, au « syndicat organisé dans l’entreprise », deux lieux complémentaires de démocratie pour appréhender, analyser, élaborer des projets et mettre en place des stratégies. Dès les années 1950, le syndicat CFDT de la chimie de Saint-Nazaire a été présent dans les instances dirigeantes des structures professionnelles et interprofessionnelles (bureau national fédéral, conseil de I’Union départementale et de la région). Dans ces instances, il a contribué à l’élaboration de positions syndicales offensives.

10Alors que la confédération CFTC prépare sa « déconfessionnalisation », la fédération de la chimie se penche, de congrès en congrès, depuis 1952, sur la question du socialisme et de la planification, sur, en somme, la question du pouvoir des travailleurs dans les entreprises. Cette réflexion, partagée par les membres du groupe « Reconstruction », aboutira au rapport du congrès confédéral de 1957 sur la planification démocratique.

11De son côté, l’Union régionale CFDT des Pays de la Loire organise l’initiative L’Ouest veut vivre qui prendra la forme d’une grande marche sur Paris en avril 1965, puis la grande manifestation ouvrière et paysanne pour l’emploi à Nantes qui se tient le 8 mai 1968. Le leitmotiv de l’époque, pour les équipes locales conduites par Gilbert Declercq, secrétaire de l’Union départementale puis de l’Union régionale, demeure la défense du pouvoir d’achat, la revalorisation du SMIC et la défense de l’emploi.

12Le Conseil économique et social régional est aussi considéré comme un lieu intéressant pour développer les positions de l’organisation. Pour cela, les syndicats d’entreprise sont mis à contribution. C’est durant ces années-là qu’est élaboré et présenté un projet d’aéroport pour le Grand Ouest. La revendication par la CFDT régionale d’un complexe pétrochimique en Basse-Loire, en 1973, retient davantage l’attention de notre section de la raffinerie. Nous étions en première ligne pour apprécier la stratégie des sociétés pétrolières. Mais la politique des investissements d’Antar était maîtrisée depuis 1970 par Socantar, une holding à fonds majoritairement publics. La crise pétrolière fut une occasion pour elle d’engranger des liquidités pour la construction du Grand Donges, entreprise en 1980.

13En avril 1975, la section de la raffinerie publie successivement quatre tracts recto verso, écrits par ses responsables, et intitulés La crise. Cet ensemble d’écrits a pour but de rendre accessibles à tous nos analyses relatives à l’internationalisation des politiques économiques et à la mondialisation des échanges. Je le cite car c’est l’un des rares documents de ce genre que j’ai retrouvé dans les archives du syndicat de Saint-Nazaire.

14Le dernier tract, intitulé « Face à la crise, la stratégie CFDT », avance quatre objectifs : le développement de l’action sur nos revendications, la lutte contre la division des travailleurs à statuts multiples, l’extension de la lutte à tous les domaines soumis aux lois capitalistes (santé, formation, pollution…) et la nécessaire lutte de classe à l’échelle internationale. C’est dans ce contexte de chamboulement et d’interrogations sur l’avenir, que toutes les équipes syndicales, dont celle de Donges, bien sûr, furent invitées à élaborer collectivement un document de réflexion pour le congrès régional de 1976 intitulé : « Croissance et cadre de vie ».

15L’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, va modifier l’état d’esprit général dans lequel devraient être abordés les problèmes sociaux. Mais c’est surtout la mondialisation de l’économie, l’apparition de nouvelles donnes liées au progrès de l’informatique et des communications qui ont sclérosé l’action syndicale de base comme outil de promotion collective de masse.

16À partir de 1980, la perte de confiance dans le syndicalisme se fait sentir dans la chimie nazairienne qui connaît une perte importante d’adhérents, y compris et surtout à la raffinerie. Les « Trente Glorieuses » sont alors derrière nous et la parcellisation de l’organisation du travail va accélérer l’isolement et l’individualisme. S’il n’a pas changé de nature, le syndicalisme vit aujourd’hui dans un autre monde.

***

17Mon intervention ne remplit peut-être que partiellement le mandat que j’ai accepté. Mais il est toujours difficile de prendre du recul et de traiter objectivement d’un pan d’histoire sociale, même géographiquement limité, quand on en a été témoin et l’un des acteurs de cette histoire. La narration de la vision militante de cette histoire et l’exposé du chercheur universitaire ne sont pas de même nature. L’histoire sociale de la raffinerie, la vie d’une communauté au travail en somme, reste à écrire. Le chercheur, puis le lecteur, y découvriraient les contraintes du procès de travail en continu, le stress du danger invisible, même après l’éradication de l’amiante. De même, il serait intéressant d’analyser le travail effectué par les organisations syndicales au sein d’instances telles que les Conseils économiques et sociaux.

Notes

1 Collectif, Un Printemps sur l’estuaire – Saint-Nazaire, la CFDT au cœur des luttes 1945-1975, Nantes, Éditions du Centre d’histoire du travail, 2005, 269 p. Raymond Juin fut l’un des animateurs de ce groupe de travail composé de syndicalistes CFDT retraités. À lire également Brucy G., Histoire de la Fédération de la chimie CFDT, Paris, Syros, 1997, 369 p.

Auteur

Militant syndical

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540