Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Un conflit comme révélateur. Le Joint Français 1972-1980

Vincent Porhel

Texte intégral

  • 1 Frank R., Dreyfus-Armand G., Le Puloch M., Lévy M.-F. et Zancarini-Fournel M., « Crise et conscien (...)

1De mars à mai 1972, le conflit du Joint Français à Saint-Brieuc agit comme un révélateur des réserves de contestations en Bretagne, région perçue durablement comme arriérée et clairement détachée, dans les représentations de la période, d’un Ouest plus remuant, symbolisé par la « commune » de Nantes de mai-juin 1968 et l’intense activité syndicale de la Basse-Loire. Huit ans plus tard, un second conflit dans la même usine illustre les mutations à l’œuvre autour des années de « crise ». L’intérêt de l’étude de ces conflits singuliers est de reconstruire les chronologies pour revisiter les stéréotypes nationaux. Elle permet de se détacher du déterminisme imprimé à l’événement réduit à ses sources, à ses déterminants, à ses conditions d’émergence pour s’insinuer dans la compréhension de la dynamique propre de celui-ci. À ce titre, le recours à la mémoire des acteurs est un précieux outil pour évoquer les représentations de la crise dans des représentations déconnectées des standards nationaux. Reste que la « conscience de crise1 » participe également à idéaliser des parcours militants à l’aune d’une actualité apaisée par la reprise de l’usine en 1986. La lutte du Joint Français de 1972 possède ainsi des caractéristiques qui participent à la mythification du conflit, alors que le second et dramatique conflit de 1980 demeure estompé dans les mémoires. Or c’est bien lui qui clôt les mémoires de la lutte et permet l’entrée dans l’historicité.

La lutte du Joint Français (mars-mai 1972)

  • 2 L’ensemble des entretiens réalisés auprès de différents acteurs du conflit en témoigne.

2La grève qui débute au Joint Français le 10 mars 1972 ne semble pas porter a priori les marques d’un conflit référent, d’autres usines à Saint-Brieuc portant haut la contestation ouvrière telles Chaffotaux et Maury ou Sambre et Meuse. Le Joint Français est ainsi la dernière usine de Saint-Brieuc à entrer dans le mouvement en mai-juin 1968, et il a fallu une intervention extérieure pour entraîner le personnel dans la grève et provoquer la création de sections syndicales. Une marginalisation donc dans le contexte usinier briochin du fait de salaires considérés comme dérisoires qui nourrissent les représentations catastrophiques d’une usine d’OS secouée par le turn-over. Le déroulement de la grève du Joint Français se fait donc pas à pas, il surprend les militants les plus engagés et les emmène bien plus loin qu’ils ne l’auraient jamais pensé2. Un aspect peut cependant être considéré comme annonciateur de la mobilisation à venir : de 1968 à 1972, on assiste, malgré la réputation de l’usine, à une incontestable tendance à la sédentarisation du personnel, marque d’un attachement progressif à l’usine et donc d’un souci nouveau de défendre ses intérêts notamment de la part des plus jeunes ouvriers.

  • 3 Ce conflit est plus étroitement étudié dans Porhel V., Ouvriers bretons. Conflits d’usines, confli (...)

3Partie d’un débrayage au sein d’un atelier, la grève s’étend malgré les préventions syndicales, notamment de l’UD-CFDT, pour aboutir à l’occupation de l’usine par les salariés3. Les revendications avancées sont essentiellement salariales, en lien avec le faible niveau des rémunérations. Par contre elles laissent peu de place aux aspects plus qualitatifs pourtant portés par la CFDT au niveau national. Le climat à l’intérieur de l’entreprise est en effet loin d’être aussi décrié que les tracts des deux sections syndicales CGT et CFDT le laissent à penser, et tous les témoignages s’accordent pour souligner la bonne ambiance régnant dans l’usine y compris avec la maîtrise. Cet environnement usinier perçu de façon positive, et qui s’exprime dans la sédentarisation croissante des salariés, explique en grande partie la vigueur de la grève : on ne se bat que rarement pour une usine méprisée, on en part. Au Joint Français, des réclamations des salariés sur la répartition des postes à l’intérieur de l’usine montrent bien les nouvelles attentes en germe à la veille du conflit.

  • 4 Lorant G., Quatre grèves significatives, Paris, Anselme, 1972.

4La raideur intransigeante d’une direction locale déconnectée des prises de décision caractéristiques des unités vouées à la production, le dynamisme de Jean Lefaucheur secrétaire de l’UD-CFDT en charge d’une usine qu’il connaît bien, le soutien précoce d’une extrême gauche locale très active, l’action constante d’une municipalité PSU, le volontarisme d’un journaliste local enfin, sont autant d’éléments qui précipitent une lutte d’OS dans le champ médiatique au rythme des événements qui se succèdent. Si le conflit du Joint Français s’affirme dans toute la France comme un conflit « significatif4 », c’est moins par les revendications initiales – dont nous pouvons constater l’absence d’originalité – que par la forme que prend rapidement la mobilisation en lien avec un soutien croissant. La dramaturgie sans faille de l’événement révèle au fil des jours des aspirations collectives annonciatrices d’un renouveau identitaire dans une région en panne d’horizon. Un renouveau qui s’inscrit dans un temps long de la revendication régionaliste, depuis l’action du CELIB qui, le premier, rompt avec l’image dramatique du régionalisme des années de guerre.

5L’occupation de l’usine par les gardes mobiles, exigée par le préfet le 17 mars, rend de fait majoritaire une grève initialement animée par un noyau actif d’ouvriers et d’ouvrières, tout en enclenchant les premiers réflexes de solidarité auprès de la population briochine. La « nuit blanche » du 5-6 avril, qui voit les négociateurs patronaux sans aucune marge de manœuvre séquestrés par les salariés, est une seconde étape déterminante en ce qu’elle projette le conflit au plan national par le biais des médias présents sur place. La photographie de Jacques Gourmelen, qui confond le gréviste Patrick Burniaux et le CRS Jean-Claude Le Puil dans une étreinte singulière, par sa force même, active des discours idéologiques qui collent à l’époque comme à l’espace de la contestation, confondant au sein d’un discours commun interprétations universalistes de l’extrême gauche et interprétations régionalistes ancrées dans un renouveau identitaire encore peu développé malgré les positions du PSU et de l’UDB sur l’autonomie régionale. Le conflit devient alors symbole et dépasse la simple question salariale pour aboutir à la formalisation de multiples procès à l’égard d’un État, soutien d’une posture entrepreneuriale que l’on découvre inacceptable. Procès des « usines pirates » profitant des subventions versées par l’État et les collectivités locales au titre de la décentralisation de l’activité économique, procès de la rentabilité douteuse d’une entreprise dont les défauts de la production sont dénoncés par les salariés, procès enfin d’une communauté nationale accusée d’entériner le retard économique et social d’une région réputée étrangère. L’ensemble de ces accusations s’incarne dans les mutations progressives du discours syndical qui se finalise dans le concept de « dignité » des travailleurs.

  • 5 Gobille B., Mai 1968, Paris, La Découverte, 2008.
  • 6 Capdevielle J., Dupoirier E. et Lorant G., La Grève du Joint Français. Les incidences politiques d (...)
  • 7 Phlipponneau M., Au Joint Français, les ouvriers bretons, Saint-Brieuc, Presses universitaires de (...)

6En s’appuyant sur la fibre régionaliste, les discours syndicaux, après quelques retouches, révèlent des attentes encore insoupçonnées de la part d’une population durablement enfermée dans des postures politiques, culturelles et sociales stéréotypées. Ce soutien est à la fois le reflet d’une sensibilisation croissante de la population à l’égard des luttes ouvrières portées par les médias – Ouest France dans son édition locale ouvre ses colonnes aux contestations sociales depuis mai-juin 1968 – et de l’extension de cette rupture d’allégeance5 portée par les franges les plus mobilisées de la population, telles que les lycéens. Un soutien qui devient à son tour l’événement au point de dépasser le conflit lui-même6, soutien d’une grande diversité et qui touche tous les aspects de la communauté briochine voire régionale – même si la densité du soutien est inversement proportionnelle à la distance du conflit, aidé en cela par les zones d’ombre des différentes éditions régionales du quotidien Ouest-France. Le « conflit du Joint » est donc devenu symbole dans le temps même où il se déroule, confondant dans une même sacralité combat des salariés pour des salaires plus justes, défense d’une identité régionale et aspiration révolutionnaire. La médiatisation du soutien donne à cette construction mythique une unanimité régionale apparente. Une « région contre Paris », on touche là à un slogan daté et réactualisé dans le feu de l’événement et qui s’incarne dans l’ouvrage écrit dans l’immédiateté par Michel Phlipponneau7, co-fondateur du CELIB, et qui pense trouver dans cet élan collectif une nouvelle grammaire politique du fait régional. La victoire finale entérine durablement la mémoire commune d’une lutte régionale triomphante après laquelle « rien ne sera plus comme avant ».

  • 8 Sur la perception par les mouvements d’extrême gauche de cette dynamique sociale en Bretagne, Kern (...)

7Le conflit du Joint Français déploie alors son mythe. Devenu icône des luttes salariales bretonnes, son modèle de lutte inonde les conflits qui se succèdent au sein d’une région encore largement tributaire d’un patronat local et antisyndical. De 1972 à 1976, Big Dutchman à Saint-Carreuc, les Kaolins à Plemet, Oraly à Guidel, Doux à Pédernec, Réhault à Fougères sont autant de conflits sociaux qui opposent à une préfecture rendue circonspecte et à un patronat sur le recul, une mobilisation apparemment sans faille portée par des comités de soutien revendicatifs largement irrigués par les instances syndicales CFDT et les militants d’extrême gauche, lesquels tendent à faire de la Bretagne une terre de mission, alors même que la répression s’abat sur les organisations nationales8. Des formes d’action sont reprises : tentative de faire occuper l’usine par les CRS à Saint-Carreuc, occupation des locaux de négociations à Pédernec, auto-production des grévistes à Pédernec et Fougères. Et toujours dans les représentations médiatiques de plus en plus partie prenante des contestations, la référence obligée au Joint Français comme symbole incontournable d’une conflictualité usinière idéale, alliée aux feux d’un régionalisme en plein renouveau.

La dégradation de la situation économique à l’aune des représentations bretonnes (1973-1980)

  • 9 Marseille J., « Les “Vingt Glorieuses”. La croissance de l’économie française des années 1970 à no (...)
  • 10 Vigna X., L’Insubordination ouvrière dans les années 68, Rennes, PUR, 2007.
  • 11 De 1973 à 1977, la Bretagne voit progresser ses effectifs industriels (elle est la seule dans ce c (...)

8Crise ou conscience de crise ? Jacques Marseille montre que les vingt années qui suivent 1973 sont presque aussi glorieuses que les trente précédentes9, en omettant il est vrai d’y inclure les ravages humains du chômage massif réduits à de vagues « gémissements ». Or la conscience de la crise dans le cadre national apparaît précoce. Dès le début de l’année 1974, les titres de presse soulignent l’ampleur du choc pétrolier et ses conséquences sociales prévisibles. De là, le passage brutal d’un paradigme sur la centralité du travail, des conflits et de la remise en cause du capitalisme à un autre, ancré sur la crise de l’emploi et qui accompagne la montée du chômage (octobre 1975, premier million de chômeurs en France). Il faut cependant attendre la fin des années 1970 pour que le chômage soit perçu comme structurel, avec le second choc pétrolier de 1979, et que le problème devienne quasiment une solution. 1979, c’est la clôture des contestations ouvrières au sein de la sidérurgie lorraine qui se solde par une défaite cuisante pour les ouvriers10. En Bretagne, le jugement serait plus réservé. Il est vrai que le sentiment de crise, dans une lecture macro-historique de la situation économique bretonne, peut à bon droit être nuancé, tant les formes du développement économique régional semblent résister à cette nouvelle conjoncture. L’industrie régionale est récente et n’est que peu concernée par les restructurations de l’appareil industriel comme dans le nord et l’est du pays. Les forges d’Hennebont sont fermées dès 1968. Quant à l’agroalimentaire, l’électronique et l’automobile, ces secteurs échappent aux cadres privilégiés d’expression d’une conscience de crise, prise comme révélatrice de l’intériorisation de la nécessité de mutations11, soit qu’ils participent à des secteurs en pleine expansion, soit qu’ils pratiquent une politique de bas salaires telle que la notion de « crise » peut apparaître permanente pour les salariés. C’est notamment le cas des entreprises agroalimentaires. Si le taux de chômage en Bretagne reste supérieur à la moyenne nationale, principalement du fait de la présence massive de jeunes et de femmes sur le marché de l’emploi, une longue tradition « d’exode » fait accepter cette situation en dépit des mots d’ordre régionaux et syndicaux.

9De fait, l’enchevêtrement mêlant contestation sociale et renouveau identitaire – symbolisé par les appellations improbables de certains groupements à la fois gauchistes et régionalistes – impose de plus en plus nettement le mythe d’une région unie contre la centralisation parisienne. Ce mythe est alimenté tant par les comités de soutien qui prennent une tonalité nationalitaire de plus en plus marquée, à l’exemple du comité de soutien à la lutte de Pédernec, que par des médias nationaux ou alternatifs friands de cette contestation mêlant révolution et identité dans une lecture qui renvoie alors aux luttes du Tiers-monde et permet de faire la synthèse des conflits sociaux contemporains à l’aune d’une situation régionale. Dans ce contexte, les esquisses d’un renversement des paradigmes de lutte sous les effets de la crise peinent à être interprétées dans le présent de l’événement. Ainsi la grève de Pédernec en 1974, qui se clôt par un lock-out punitif de la direction, apparaît comme l’échec d’un conflit trop localisé dans l’espace, trop étendu dans le temps, avec un trop faible nombre de salariés, qui plus est déconnectés de tout engagement politique ou identitaire, et qui ont par trop peiné à encourager le soutien devenu emblème de la lutte et initiateur des actions. C’est omettre tant la nouvelle réactivité du patronat appuyé par une préfecture plus active et d’une judiciarisation accrue de l’action syndicale que les nouvelles postures syndicales, au premier chef de la CFDT au nom de laquelle Jean Lefaucheur « l’homme du Joint » mène le conflit, semblent avaliser.

  • 12 Pruvost G., « Le mouvement social devant la montée de la crise », in Willard C. (dir.), La France (...)

10Celle-ci, dès son congrès de 1973, prend ses distances avec la mouvance d’extrême gauche et les comités de soutien aux conflits sociaux dont elle était le principe organisateur, dans un souci de se tourner vers une alliance privilégiée avec un parti socialiste en pleine ascension. Ce faisant, elle hésite à poursuivre dans la voie d’un soutien sans faille aux luttes usinières où s’épuisent ses militants, incités par ailleurs à rejoindre le combat politique. Alors que François Ceyrac, président du CNPF, en appelle à un retour du lien hiérarchique dans les conflits sociaux12, la seconde partie des années 1970 s’affirme comme une remise en cause des relations entre patrons et travailleurs à l’intérieur de l’usine. Le conflit change de finalité en mettant l’emploi au centre des préoccupations des salariés et semble entériner la fin des grandes victoires ouvrières, alors que nombre d’entreprises implantées au gré des subventions s’empressent de déposer leurs bilans (ainsi les entreprises censées récupérer la main-d’œuvre des forges d’Hennebont fermées en 1968).

11De là, trente ans après, des appréciations différenciées de la venue de la crise s’affirment définitivement dans les mémoires avec les drames de la restructuration sidérurgique dans le bassin lorrain en 1979. Les chronologies deviennent alors hésitantes au gré des mémoires interrogées, on « vit » sur le souvenir du conflit du Joint Français jusqu’en 1975-1976, voire plus avant. Autrement dit, jusqu’à cette date, la perception de l’efficience des luttes régionales n’est pas remise en question. 1977-1978, la crise est là, on hésite à avancer des motifs salariaux et on commence à se tourner vers la défense de l’emploi alors que les réserves militantes s’épuisent ou disparaissent. Ces chronologies restent cependant des représentations, et l’évaluation plus fine des multiples consciences de l’entrée en crise demanderait davantage d’études localisées autour de parcours biographiques, d’autant que les mémoires peinent à individualiser des situations très nuancées qui se caractérisent précisément par l’absence d’événements marquants. On « entre » en crise silencieusement, quand les couloirs de la salle des négociations restent désespérément vides à l’heure de la confrontation avec les dirigeants.

  • 13 Remarque formulée par le responsable de l’UR-CFDT après Pédernec dans Le Monde des 28 et 29 avril (...)
  • 14 Surnom donné aux ouvriers de chez Réhault à Fougères.
  • 15 Auffray D., Baudoin Th. et Guillerm M., La Grève et la ville, Paris, Christian Bourgeois éditeur, (...)

12Les dirigeants syndicaux, les premiers, prennent conscience du changement de paradigme soit en abandonnant la tactique de régionalisation des luttes initiée par la grève du Joint, dépendantes du soutien populaire pour financer la grève et exister médiatiquement13, soit en constatant la dégradation des formes de la lutte à partir de 1976-1977 par l’impossibilité de structurer un rapport de force sans mobilisation des salariés. De là, le recours à des formes d’action que permettent les nouvelles lois sociales sur les comités d’entreprise ou les comités d’hygiène et de sécurité, alors que le raidissement des relations hiérarchiques entraîne un durcissement des conflits souvent minoritaires d’où se retire le soutien. L’exemple du conflit REO14 à Fougères, étudié en 1976 par une équipe de sociologues15, est là pour mettre en évidence les évolutions des rapports entre travailleurs en lutte et comités de soutien. Ceux-ci sont placés sous la direction de l’AG des travailleurs, et les militants doivent avaliser un texte interdisant l’intervention d’organisations non locales. D’où le caractère très identitaire des organisations représentées. Cet exemple, parmi d’autres, montre le repli sur le local, exacerbé par la nouvelle méfiance des responsables syndicaux à l’endroit des organisations gauchistes.

13D’autant que les luttes qui animent à partir de cette date les militants des comités de soutien se détournent insensiblement de l’usine en prenant une dimension identitaire très marquée autour des conflits environnementalistes et, au premier chef, des conflits antinucléaires de Ploumoguer à Plogoff. Ceux-ci, initialement construits autour d’arguments relevant de la défense de l’emploi, dérivent vers une contestation environnementaliste autour de la défense du cadre de vie. Dans le cadre de la lutte de Plogoff, cette nouvelle construction du conflit permet alors la jonction des militants régionalistes et écologistes, fortement rétifs aux actions de l’extrême gauche depuis Creys-Malville, et des villageois fondamentalement méfiants à l’égard de toutes organisations politiques. De là, l’effacement de la revendication sociale au profit d’une revendication identitaire qui, de soutien festif aux luttes sociales, devient le centre et l’objet de la lutte. Ainsi dans le cadre du conflit de Plogoff, du moins dans la période 1978-1980, c’est moins les formes d’industrialisation d’un littoral délaissé qui sont évoquées que l’émergence de la centralité du tourisme comme modèle de développement économique. Une patrimonialisation du politique qui convient aux acteurs de la contestation dont bien peu ressortent d’une appartenance ouvrière – même si parmi les personnes interpellées en marge du conflit, nombre sont artisans ou ouvriers.

14On peut ainsi avancer qu’à la fin des années 1970, l’injonction identitaire a définitivement vaincu le combat social perçu alors comme d’arrière-garde, ce qui entérine dans ce non-dit la prégnance de la « crise » dans les esprits. Ce basculement du social au culturel, pas seulement réductible à la Bretagne, explique en grande partie l’éludation dans les représentations postérieures et notamment commémoratives de la dimension conflictuelle de la période.

La grève de 1980 : un panorama d’une Bretagne en « crise »

  • 16 Entretien PB, OS au Joint Français en 1972, du 2 novembre 2001.

Quand avez-vous commencé à sentir l’arrivée du chômage ?
« Ben, après 1980, on s’est jamais posé la question, 1982-1983, on a vu qu’il y avait du mal, en 1978-1979, on arrivait encore mais à partir des années 1980, dur, dur16 ! »

15Aux lendemains de la victoire ouvrière au Joint Français, la direction de l’usine échaudée par la popularité du conflit et son écho national, veille à reprendre le contrôle de la situation. Elle élimine le jeune directeur, rendu responsable d’une évolution dont il ne pouvait que difficilement s’extirper, au profit d’un « vieux renard » issu de FO. Celui-ci initie une gestion sociale de l’usine ouvrant son bureau aux ouvriers et ouvrières qui le souhaitent, ce qui participe à court-circuiter des syndicats épuisés par la lutte. La hausse des salaires renforce la tendance à la sédentarisation des salariés déjà perceptible avant le conflit.

  • 17 Entretien GB, ouvrier professionnel, du 2 novembre 2001.

16De leur côté, nombre de militants de la grève quittent l’usine soit par épuisement, soit par certitude de leur renvoi17. Fausse certitude dans la mesure où aucune répression même masquée ne se manifeste au sein de l’usine jusqu’en 1977. Bien plus, les meneurs du mouvement sont choyés par la direction : ils obtiennent rapidement des promotions, certains deviennent même techniciens, laissant un certain regret à ceux qui se sont précipités. Ancrés dans le souvenir du Joint Français, les syndiqués auréolés de leur victoire peinent à prendre la mesure des nouvelles conditions de gouvernance. La section CFDT se replie sur elle-même et délaisse la formation syndicale. Au sein de l’usine pourtant l’atmosphère se dégrade. Elle oppose les anciens qui ont « fait » la grève et les plus jeunes (30-35 ans) parvenus aux responsabilités syndicales à l’issue de celle-ci. Les « anciens » ne tardent pas à créer un syndicat CFTC marquant dans les faits les oppositions tant culturelles que générationnelles qui se sont fait jour progressivement. En 1977 pourtant, la crise fait irruption au Joint Français. Des premières vagues de licenciements accompagnent la modernisation de l’équipement productif. Le recrutement s’arrête, des incitations financières sont faites aux ouvriers pour quitter l’usine. Affaibli, le syndicat ne prend pas la mesure du tournant qui s’ébauche. Les « anciens », retranchés dans leur syndicat CFTC, titulaires de postes enviés qui leur permettent notamment de voyager à l’étranger, assistent en spectateurs à la grève de 1980 qui donne lieu à un douloureux rappel de mémoire.

  • 18 Entretien PB, OS au Joint Français en 1972, du 2 novembre 2001.

« Les grèves de 1972 et de 1980 sont vraiment différentes parce qu’en 1972 tout le monde était dehors et partout alors qu’en 1980 il y avait deux clans, ceux qui avaient déjà fait grève en 1972 et qui se retrouvaient le cul entre deux chaises, ils avaient un peu peur de recommencer en 1980, et puis il y avait ceux qui avaient pris du galon depuis 1972 et qui ne voulaient pas se mettre en porte à faux avec la direction, donc il y a eu deux clans, ce qui a fait le conflit si dur en 198018. »

17Cette grève de 1980 est dure, menée par cette nouvelle génération venue aux responsabilités après la grève de 1972. Mais elle est minoritaire, aspect montré du doigt par les témoins trente ans après, lesquels oublient que la première l’était tout autant. Il s’agit d’un conflit qui révèle les fractures au sein du personnel ouvrier à la différence de 1972 où de telles oppositions, pourtant bien réelles, ont été estompées par la force du soutien populaire. « Ils ont voulu faire leur 72 » s’exclament les anciens après coup « et ils sont rentrés sans rien avoir ». Le contexte a changé sans que les militants syndicaux ne semblent en avoir pleinement pris conscience. La direction s’est durcie et aborde le conflit avec détermination. Au cours de la grève, les chefs d’équipe se déplacent chez les grévistes pour faire pression, et surtout, le soutien n’est plus là. Chacun s’est replié sur lui-même face à ses propres angoisses :

  • 19 Entretien MO, militant CFDT des Côtes du Nord, du 30 octobre 2000.

« La crise pétrolière, la récession, on avance plus sur les salaires, on peut plus faire quoi que ce soit là dessus, c’est les plans Barre sur la Sécu et il y a une démobilisation complète des salariés, on se referme sur soi et on se contente de ce que l’on a, c’est le début de la désyndicalisation, c’est le début de la perte d’adhérents de la CFDT19. »

18La grève s’ancre dans la durée. Un saccage de l’usine est dénoncé par la direction qui en accuse les grévistes. Ceux-ci ont beau rejeter les accusations, le mal est fait dans un environnement social et culturel où toute atteinte aux outils de travail est très mal perçue. La répression patronale est lourde. Les leaders sont licenciés, la CFDT s’écroule et est supplantée par la CGT, payant au passage un discours sur la flexibilité mal ressenti par les salariés. Le mythe du Joint Français s’effondre.

  • 20 Le canard de Nantes à Brest du 27 juin au 11 juillet 1980, no 67.

19Cette grève est l’occasion d’un travail de mémoire pour les commentateurs de l’événement. Pierre Duclos, qui a couvert en tant que journaliste de Ouest-France l’ensemble du conflit de 1972, évoque sous le titre « La débâcle20 » les limites de ce qu’il nomme alors : « Le mythe du Joint Français. » Dans son ultime article sur le conflit qu’il a suivi jour après jour, il revient sur cette grève fondatrice de 1972 qui là encore a servi de toile de fond au conflit de 1980. Poussé par la déception, il apprend à ses lecteurs que « la grande majorité des salariés de l’époque » avait vécu la grève chez eux et ne sortait que lorsqu’une paie était annoncée. Il met en avant la divine surprise de ce vaste mouvement de solidarité qui permit, au bout de trois semaines, de porter la grève sans efforts de mobilisation de la part des salariés. « Le mythe naquit ensuite d’une réalité embellie par le souvenir, récupéré et arrangé par une bouillante extrême gauche et un mouvement breton en quête de justification nationale », alors que les ouvriers et ouvrières du Joint Français « n’en avait pas appris grand-chose ». Certes, cette interprétation d’un des acteurs indirects de la grève du Joint Français est à situer dans le contexte de l’amertume consécutive à l’échec d’une grève que son journal a abondamment soutenue alors que la crainte du chômage pèse sur les représentations, mais huit ans après les événements, il marque aussi les limites du conflit qui se font jour une fois les mémoires apaisées. Cette prise de distance à l’égard du conflit de la part d’un de ses acteurs éminents, dans le temps même où les luttes environnementalistes de Plogoffenvahissent les représentations médiatiques, semble sonner le glas d’une mémoire des luttes sociales des années 1968. Le mythe est alors clairement détaché d’un contexte de mobilisation sur lequel repose désormais la mémoire du Joint Français et ancre la compréhension plus générale de la période dans une lecture culturaliste et électoraliste des aspirations ouvrières.

***

  • 21 Entretien PB, OS au Joint Français en 1972, 2 novembre 2001.

« Qu’est ce que vous gardez de cette époque ?
– Oh !, je ne sais pas, moins de stress, il y avait pas toutes ces voitures, on était plus relax, on n’était pas riche mais on vivait bien. Et puis des gens plus solidaires, je vois maintenant au boulot, les gens ils ne pensent qu’à leur gueule, c’est plus du tout la même ambiance, les jeunes de plus en plus, les jeunes ils rentrent dans une boîte, c’est pour monter le plus vite possible, le syndicat ça les intéresse pas, ils veulent réussir, c’est des arrivistes. Je suis nostalgique de cette époque-là21. »

  • 22 Source : [www.malville.com] du 8 décembre 2007.

20La lecture des deux conflits semble avaliser une permanence de la conflictualité ouvrière indépendante d’un contexte de crise plus vaste. C’est bien à l’échelle du local que se construisent les contestations et que s’opposent les temporalités ouvrières et patronales. La prégnance du sentiment de crise qui s’impose dans les représentations médiatiques autorise dès lors les pouvoirs publics comme les dirigeants patronaux à initier des mutations structurelles qu’ils estiment nécessaires, en dépit du coût humain ramené à une variable sociale. Et pourtant… Racheté par la firme Hutchinson en 1986, le Joint Français, au moment des entretiens, a changé. L’usine est modernisée, les compétences sont reconnues, les salaires augmentés par l’intéressement. Autrefois honte à porter, l’appartenance à l’usine devient un motif de fierté pour les ouvriers : « La meilleure de Saint-Brieuc ! » Pour autant, si ce conflit doit se réactualiser, c’est bien parce qu’il a, dans le cadre des Côtes-d’Armor, acquis une historicité incontournable qui participe à l’histoire non seulement de la ville mais du département. Le 8 décembre 2007, les ouvriers du Joint Français se mettent en grève. Ils sont immédiatement rattrapés par ce conflit historique : « Ce n’est pas encore le conflit historique de 1972 mais la grève illimitée qui s’est déclarée, mercredi matin, au Joint Français de Saint-Brieuc, se durcit22. » Oublié le conflit de 1980 et les réserves sur la réalité d’une lutte unie, pourtant révélatrice des heurts de l’industrialisation et des réserves de mobilisation au sein des entreprises, il ne reste que le mythe profondément intégré à un continuum identitaire auquel on demande d’exister encore pour repeindre un présent devenu blafard aux couleurs éclatantes du passé.

Notes

1 Frank R., Dreyfus-Armand G., Le Puloch M., Lévy M.-F. et Zancarini-Fournel M., « Crise et conscience de crise. Les années grises de la fin du siècle », Vingtième siècle revue d’histoire, no 84, octobre-novembre 2004.

2 L’ensemble des entretiens réalisés auprès de différents acteurs du conflit en témoigne.

3 Ce conflit est plus étroitement étudié dans Porhel V., Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Rennes, PUR, 2008.

4 Lorant G., Quatre grèves significatives, Paris, Anselme, 1972.

5 Gobille B., Mai 1968, Paris, La Découverte, 2008.

6 Capdevielle J., Dupoirier E. et Lorant G., La Grève du Joint Français. Les incidences politiques d’un conflit social, Paris, Armand Colin, 1975.

7 Phlipponneau M., Au Joint Français, les ouvriers bretons, Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne, 1972.

8 Sur la perception par les mouvements d’extrême gauche de cette dynamique sociale en Bretagne, Kernalegenn T., Drapeaux rouges et gwenn-ha-du, Paris, éditions Apogée, 2005.

9 Marseille J., « Les “Vingt Glorieuses”. La croissance de l’économie française des années 1970 à nos jours », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 52, octobre-décembre 1996.

10 Vigna X., L’Insubordination ouvrière dans les années 68, Rennes, PUR, 2007.

11 De 1973 à 1977, la Bretagne voit progresser ses effectifs industriels (elle est la seule dans ce cas avec le Limousin, la Basse-Normandie et les Pays-de-la-Loire) et est l’une des régions les moins atteintes par la progression du chômage, cf. Guglielmo R., « Le redéploiement industriel en France », Hérodote, no 23, octobre-décembre 1981, p. 33-69.

12 Pruvost G., « Le mouvement social devant la montée de la crise », in Willard C. (dir.), La France ouvrière, tome III, Paris, éditions de l’Atelier, 1995, 267 p.

13 Remarque formulée par le responsable de l’UR-CFDT après Pédernec dans Le Monde des 28 et 29 avril 1974. Cette tactique fut initiée par Frédo Krumnow, alors secrétaire à l’action revendicative.

14 Surnom donné aux ouvriers de chez Réhault à Fougères.

15 Auffray D., Baudoin Th. et Guillerm M., La Grève et la ville, Paris, Christian Bourgeois éditeur, 1979.

16 Entretien PB, OS au Joint Français en 1972, du 2 novembre 2001.

17 Entretien GB, ouvrier professionnel, du 2 novembre 2001.

18 Entretien PB, OS au Joint Français en 1972, du 2 novembre 2001.

19 Entretien MO, militant CFDT des Côtes du Nord, du 30 octobre 2000.

20 Le canard de Nantes à Brest du 27 juin au 11 juillet 1980, no 67.

21 Entretien PB, OS au Joint Français en 1972, 2 novembre 2001.

22 Source : [www.malville.com] du 8 décembre 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540