Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

La manifestation du 19 février 1964 à Nantes

Rémi Fabre

Texte intégral

  • 1 La matière de cet article repose, pour l’essentiel, sur le riche fonds d’archives du Centre d’hist (...)

1La manifestation du 19 février 19641 à Nantes est évoquée par le secrétaire de l’Union départementale de ce qui était alors encore pour quelques mois la CFTC, Gilbert Declercq, dans son livre Syndicaliste en Liberté publié au Seuil en 1974 comme un défilé « inoubliable » : « Nous étions 80 000 à défiler dans les rues et, ajoute-t-il, cette manifestation a profondément marqué le département de Loire-Atlantique et fut à l’origine d’une prise de conscience de l’opinion publique. »

2C’est de ce défilé « inoubliable », et en même temps peut-être un peu oublié, car l’histoire et la mémoire régionales se sont davantage fixées en amont sur le dur conflit de 1955, et en aval sur la grande vague de mai 1968, dont il va être question ici. La manifestation du 19 février 1964 est en effet directement liée au thème central de notre réflexion, celui des réactions ouvrières face à la crise industrielle. Cette date de 1964 pourrait, il est vrai, sembler paradoxale et précoce, puisque nous sommes alors au cœur de la grande expansion de la période dite des Trente Glorieuses. On sait cependant que dès le début des années 1960 des conflits ont éclaté dans les secteurs menacés, en particulier le textile et les charbonnages. La grande grève des mineurs de la fin de l’année 1963, qui a obligé le pouvoir gaulliste de l’époque à reculer, semblait pourtant encore prolonger, comme un chant du cygne, la période glorieuse des mineurs « premiers ouvriers de France », et elle avait obtenu d’ultimes avantages sociaux (augmentation des salaires, quatrième semaine de congés payés) sans qu’il soit encore question de suppressions d’emplois.

  • 2 Ces paroles du Général sont rappelées dans un tract du PCF de Saint-Nazaire de janvier 1964. CHT, (...)

3La question des suppressions d’emplois est en revanche au cœur de la mobilisation des manifestants de Loire-Atlantique en 1964. Elles s’étaient produites dans le secteur de la construction navale qui jouait à l’époque un rôle-clé dans le bassin industriel de la Basse-Loire. À Saint-Nazaire, les chantiers de l’Atlantique, formés au milieu des années 1950 par la réunion des Chantiers de Penhoët et de la Loire, employaient au début de la Ve République environ 10 000 personnes, et au moins autant dans les entreprises sous-traitantes. Le 11 mai 1960, le général de Gaulle était venu présider à Saint-Nazaire au lancement du paquebot France, le « plus beau paquebot du monde », et il pouvait alors déclarer : « Le chantier de Loire-Atlantique que j’avais vu il y a quinze ans bouleversé de fond en comble, le voici vivant, et même triomphant2. » Un triomphe de courte durée, car les nuages commencent à s’accumuler dès le début des années 1960, avec le déclin rapide et irrémédiable des paquebots transatlantiques, les concurrences suédoise et japonaise pour la construction des pétroliers, ces nouveaux géants de la mer qui constituent le créneau porteur à l’ère du tout pétrole. Dans le bassin des constructions navales de la Basse-Loire, les emplois avaient commencé à s’effriter mais on n’avait pas annoncé de plan de licenciements avant la fin 1963.

4Ce tournant s’amorce alors, non pas dans l’entreprise-phare des Chantiers à Penhoët, mais dans une usine sous-traitante, les Fonderies de Saint-Nazaire, qui fabriquait des pièces en fonte et en bronze. Les nouvelles techniques de mécano-soudure, et, par ailleurs, une mauvaise gestion, entraînent la fermeture qui est annoncée fin décembre 1963 aux 241 travailleurs avec comme date de cessation définitive le 1er mars 1964. L’annonce suscite une grande indignation et, dès les premiers jours de janvier, les ouvriers en colère tentent chaque soir d’occuper leur usine. À plusieurs reprises, l’intervention systématique des CRS les en déloge, mais les ouvriers réussissent à actionner la sirène d’alarme, mobilisant ainsi la population du quartier. Leur action est soutenue par les syndicats, les élus et toutes les forces vives de Saint-Nazaire, jusqu’à la Chambre de commerce qui fait entendre sa protestation. Une première grande manifestation nazairienne fait descendre 30 000 personnes dans la rue le 22 janvier 1964. Une délégation est conduite par François Blancho, député maire, vétéran du socialisme (il avait été élu pour la première fois à Saint-Nazaire en 1928), et seul député de gauche du département en 1964, la Loire-Atlantique ayant élu six députés gaullistes ou apparentés pour 8 sièges attribués aux législatives de 1962. La délégation se rend à Matignon le 29 janvier, où elle n’est pas reçue par le Premier ministre Georges Pompidou, mais par deux de ses collaborateurs, dont le jeune conseiller chargé des affaires sociales, Édouard Balladur. L’entrevue donne peu de résultats, la fermeture étant déclarée inéluctable et la promesse d’inciter d’autres entreprises comme Renault à venir s’implanter à Saint-Nazaire restant assez vague.

5Au même moment, dans l’estuaire de la Loire, la crise de l’emploi prend une plus vaste ampleur. Au Comité d’entreprise du 29 janvier, le directeur des Chantiers de l’Atlantique, Pinczon, annonce la suppression de 650 emplois se répartissant en 400 départs anticipés à la retraite, accordés à des travailleurs de plus de 62 ans, et 250 licenciements. La contagion gagne alors les PME sous-traitantes dans la tôlerie, la peinture, l’isolation, etc. Les syndicats en font le bilan et annoncent début février la suppression programmée de 1 500 emplois. Remontant l’estuaire, la crise se répercute jusqu’à Nantes, où l’on annonce également des centaines de suppressions d’emplois dans les chantiers navals.

  • 3 À noter un long article de l’Express du 13 février 1964 intitulé « Être de l’Ouest, est-ce être co (...)

6On voit alors se développer une ample protestation syndicale, et la presse nationale se fait l’écho de ces difficultés quelque peu insolites dans le contexte de croissance de l’époque3. Elles sont souvent présentées comme ayant une dimension régionale et la polémique se développe à propos de l’insuffisance des implantations d’entreprises dans le bassin industriel de la Basse-Loire alors même que l’heure est à la décentralisation et à l’aménagement du territoire. Malgré des bruits plusieurs fois renaissants, la Loire-Atlantique n’a pas été choisie par la Régie Renault, fleuron de l’industrie du secteur public, qui donnait alors l’exemple de la décentralisation, mais s’implantait de préférence le long de la Seine entre Flins et Le Havre. Les industriels du privé n’ont pas davantage été intéressés par une région pourtant classée en zone de reconversion et où la prime d’installation équivalait au remboursement de 20 % des investissements opérés.

  • 4 Les articles cités de L’Express, le Canard Enchaîné, l’Humanité Dimanche s’en font tous l’écho.
  • 5 CHT, fonds Malnoé.

7Pourquoi les entreprises françaises évitaient-elles de venir en Loire-Atlantique ? Le débat agitait les milieux patronaux et syndicaux de l’époque et les termes en étaient repris dans la presse4. Du côté du patronat et de la droite, on était enclin à mettre en cause les comportements des ouvriers, leur état d’esprit contestataire, leur propension à la violence. En 1964 le souvenir était encore très vivace du grand conflit de l’été 1955, où les métallos des chantiers navals de Penhoët, en grève pour obtenir 22 % d’augmentation, avaient affronté en bataille rangée les CRS ; le point d’orgue de ces semaines d’affrontement pouvait être situé le 1er août 1955, quand plusieurs CRS avaient été jetés à la mer, dans les bassins à flot des chantiers, par les ouvriers en colère. Être patron dans un tel climat de lutte des classes, c’était en quelque sorte « aller au front ». Cette idée s’était même répandue dans certains milieux syndicaux. Dans les archives du délégué Force ouvrière de Saint-Nazaire, Paul Malnoé, on remarque la lettre d’un membre de la direction nationale de FO qui écrit en ces termes à son « cher camarade » : « Je suis obligé de constater que la mentalité des ouvriers de Saint-Nazaire est tout simplement déplorable et que c’est de leur faute si aucune entreprise n’accepte de s’implanter à Saint-Nazaire : leur agressivité est catastrophique5. » Ni Malnoé ni la direction départementale de FO ne partageaient, faut-il le préciser, ces jugements, et leur « syndicalisme révolutionnaire » se démarquait des orientations du courant réformiste de leur syndicat, qu’incarnait à l’époque le secrétaire national de la Confédération, André Bergeron.

  • 6 La figure de M. Pinczon cristallise à l’époque beaucoup d’hostilité de la part des militants ouvri (...)

8Les syndicats ouvriers, CGT, CFTC et FO, unis sur ce point, opposaient à la thèse de la virulence ouvrière, qu’ils contestaient fortement, celle de la carence et du malthusianisme des patrons de la région, qui étaient soucieux d’empêcher l’arrivée de nouvelles entreprises. La CFTC avait révélé en 1963 que les industriels nantais auraient fait des démarches auprès du Commissariat au Plan pour déconseiller l’implantation de Renault dans la région, par peur de devoir aligner leurs salaires sur ceux de la Régie. Quant au patron des Chantiers de l’Atlantique, Pinczon, il aurait déclaré en 1962 au Comité d’entreprise en réponse à une question d’un délégué concernant l’implantation d’une usine de camions (Bernard) : « Nous ne pouvons être deux à partager une main-d’œuvre qualifiée déjà insuffisante à Saint-Nazaire6. »

  • 7 Les propos sont cités dans l’article de l’Express du 13 février 1964.
  • 8 CHT, fonds Michel Le Ravalec.

9Qu’il faille incriminer l’agressivité de sa classe ouvrière ou le malthusianisme de son patronat, la combinaison des deux facteurs n’étant au reste pas invraisemblable, la région industrielle de la Basse-Loire semblait menacée. Pour l’essentiel, la grande mobilisation de février 1964 s’est nourrie du thème de la défense de l’emploi régional. Les questions de délocalisation ne se posaient pas à l’époque en termes mondiaux, mais plutôt à l’intérieur de l’hexagone ou dans ses alentours immédiats. Il n’empêche que la mobilité était déjà à l’ordre du jour, le premier ministre Georges Pompidou déclarant début février 1964 : « Chacun ne peut imaginer rester dans l’emploi qu’il occupe au lieu où il se trouve7. » Sur place, évidemment, un tel langage a contribué à alimenter la révolte de ceux qui voulaient vivre et travailler au pays. L’image qui ressort de la presse et des manifestations de l’époque est celle d’une région, et plus largement d’un grand Ouest breton, délaissés, enclavés, tenus à l’écart de l’axe de développement du Marché commun, qui passait par la France du Nord et de l’Est et par le Rhin. « Si vous n’êtes pas contents, allez donc à Dunkerque ou dans le Bas-Rhin », peut-on lire dans un tract du PSU rédigé en février 19648. Ce sont de telles réactions régionalistes affectives, l’impression d’être une région sacrifiée, qui ont nourri, en Loire-Atlantique, la mobilisation de février 1964.

  • 9 L’expression figure dans un article de l’hebdomadaire Force Ouvrière, du 12 février 1964.

10Le 20 février, au lendemain de la manifestation unitaire qui venait de se dérouler à Nantes, le journal local, L’Éclair, très lié à la personnalité d’André Morice, radical, ancien ministre de la IVe République, et qui s’apprêtait à reconquérir la mairie l’année suivante, pouvait titrer : « Des dizaines de milliers de salariés ont clamé leur crainte de voir le département se transformer en cimetière. » Les souvenirs de la Seconde Guerre mondiale peuvent aussi se lire dans les articles de la presse nationale qui rendent compte du conflit en parlant à propos de la mobilité de « déportation de la main-d’œuvre », ou des « poches de chômage9 » qui rappellent la « poche de Saint-Nazaire » occupée par l’armée allemande jusqu’au 8 mai 1945.

  • 10 Le 3 février 1964, Morvan Lebesque écrit dans le Canard Enchaîné un long article où il évoque ses (...)

11Avec sa dimension régionaliste, ce qui frappe dans cette mobilisation est son côté unitaire, presque unanimiste, même si, comme toujours, derrière la façade, on doit déceler des fêlures et des divergences. Un des aspects de cette unité est la convergence des forces laïques et des forces catholiques dans une région si longtemps marquée par le conflit religieux. Même le Canard Enchaîné, sous la plume de Morvan Lebesque, reconnaît alors que « l’Église a viré de bord10 ! ». La mobilisation a débordé le cadre des militants ouvriers, même si FO surtout avait veillé à ce que l’appel à manifester soit purement syndical (il s’agissait d’éviter aussi bien la promiscuité avec le Parti communiste qu’avec l’Église !). Mais le front syndical était le plus large possible associant aux trois grandes confédérations ouvrières les cadres de la CGC, les agriculteurs de la FDSEA et du CDJA, les enseignants de la FEN et du SNI, les étudiants de l’UNEF et de la Corpo des étudiants nantais. Même les commerçants, influencés surtout par la CFTC, s’étaient associés au mouvement en fermant leurs boutiques, l’opération « ville-morte » incluant jusqu’aux cinémas. Les partis politiques n’étaient pas invitants ni organisateurs officiels de la manifestation, mais on peut constater un large front d’unité « antigaulliste », allant du PCF au MRP en passant par le PSU, la SFIO, et les radicaux, dont le leader nantais, André Morice, s’était illustré par ses positions en faveur de l’Algérie française.

  • 11 Alexandre Hébert, secrétaire départemental de FO, est une figure importante de l’histoire du syndi (...)

12Cette mobilisation régionale et régionaliste s’est poursuivie dans les mois qui ont suivi, s’élargissant à l’ensemble de la Bretagne avec la marche sur Paris du 8 avril 1965 de 8 000 manifestants venus des 9 départements de Bretagne et Pays de la Loire avec pour slogan : « Des usines, du travail, des logements, des écoles ! » La CFDT, qui à la suite de la déconfessionnalisation avait repris le flambeau de la CFTC… et de l’action catholique !, en a été le principal maître d’œuvre en association avec les syndicats agricoles et la CGT. Le PCF avait, certes, une approche plus nationale et plus politique des problèmes. Il n’avait de cesse de mettre en cause les responsabilités du pouvoir gaulliste au service des monopoles. Mais dans un contexte où se profilaient à l’horizon les élections présidentielles de 1965, il ne dédaignait pas de s’adresser à toutes les forces politiques locales hostiles au pouvoir gaulliste, ni de pratiquer une politique de la main tendue à l’égard de la CFTC/CFDT, très puissante dans l’Ouest, et dont il ne craignait pas encore les surenchères « gauchistes ». En revanche, de ce front des « cathos » et des communistes, FO s’était assez rapidement désolidarisée11.

13À l’échelle de la zone industrielle de Saint-Nazaire, d’où était parti le mouvement, la mobilisation de 1964 n’a pas obtenu grand-chose à court terme, sinon un meilleur règlement des cas humains avec davantage de retraites anticipées et de préretraites. Il a été question de l’implantation d’une grande unité sidérurgique sur l’eau, mais c’est le projet de Fos-sur-Mer qui l’a emporté. Toutefois les ratés de la machine industrielle de 1964 n’étaient qu’un lointain signe avant-coureur de la vraie crise des chantiers navals qui devait éclater quelque quinze ans plus tard. Les embauches reprennent assez vite, et dès 1967-1968 les conflits du travail retrouvent une dimension offensive, avec des mouvements pour des hausses de salaires et la transformation des rapports dans l’entreprise qui culminent, comme dans toute la France, mais avec peut-être une combativité encore plus remarquable dans la région de Saint-Nazaire, en mai et juin 1968.

  • 12 Faucier N., Les Ouvriers de Saint-Nazaire. Un siècle de luttes, de révolte, de dépendance, Paris, (...)

14L’après mai 1968 constitue une période de croissance pour l’industrie et les emplois industriels de la région. Les Chantiers de l’Atlantique, au prix de gros investissements, avaient su se reconvertir dans la construction de pétroliers géants, le plus gros, livré en 1976, atteignant 550 000 tonnes. En 1975, au lendemain du premier choc pétrolier, on était loin de mesurer encore tout ce qui allait changer dans la vie industrielle et maritime. Nicolas Faucier dans son ouvrage sur Les Ouvriers de Saint-Nazaire publié en 1975 peut estimer encore que les Chantiers de l’Atlantique ont su se doter d’outils industriels capables de réaliser une production intensive et d’échapper à la récession12. Un jugement qui a sans doute raison de noter la capacité de résistance et d’innovation d’une entreprise qui sera la seule à résister au naufrage de la Navale. Il n’empêche que ce naufrage, qui commence à la fin des années 1970, a frappé de plein fouet le tissu industriel local, et le scénario de 1964 (fermetures, licenciements, retraites anticipées, etc.) a semblé se répéter à une échelle bien supérieure, et malheureusement bien plus durable.

15Peut-on penser que dans la situation des années 1960, beaucoup plus favorable à l’industrie et à la croissance, un mouvement comme celui des premiers mois de l’année 1964 avait malgré tout porté quelques fruits ? Si c’est le cas, c’est surtout l’exigence de développement régional, de désenclavement qui a été entendue par les pouvoirs publics dont l’action volontariste a porté sur les infrastructures avec l’achèvement du pont de Saint-Nazaire sur l’estuaire de la Loire en 1975 ou la mise en chantier de la route à 4 voies de Nantes à Saint-Nazaire. Ce qui s’est développé en 1964, c’est aussi une sorte d’opération de communication qui a porté ses fruits devant l’opinion et la presse nationale française. Nous sommes à un moment tournant où la région de l’Ouest commence à sortir de son isolement ; les mouvements qui l’agitent suscitent des échos, ce qu’on constatera encore en 1968 tant pour le déclenchement des grèves de mai dans l’usine Sud Aviation de Bouguenais (dans l’agglomération nantaise), que pour la visite de Daniel Cohn-Bendit aux grévistes de Saint-Nazaire. La région sera surtout emblématique pour la deuxième gauche, celle de la CFDT, du PSU, le leader syndical régional de 1964, Gilbert Declercq, qui fut un des artisans de la déconfessionnalisation de la CFTC, ayant d’ailleurs acquis une envergure et une stature nationales. Quand retombera l’élan autogestionnaire et régionaliste de l’après mai, il en restera pour la région une image de modernité qui ne s’est depuis pas démentie. Est-ce forcer le trait que d’estimer qu’il y a eu un effet « manifestation de 1964 » qui anticipait vingt ans à l’avance sur « l’effet TGV » pour sortir la région de son isolement ?

Notes

1 La matière de cet article repose, pour l’essentiel, sur le riche fonds d’archives du Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes.

2 Ces paroles du Général sont rappelées dans un tract du PCF de Saint-Nazaire de janvier 1964. CHT, fonds Malnoé.

3 À noter un long article de l’Express du 13 février 1964 intitulé « Être de l’Ouest, est-ce être condamné à mort ? », ainsi qu’un article de Morvan Lebesque dans le Canard Enchaîné du 3 février 1964, un article dans l’Humanité Dimanche du 16 février 1964, etc.

4 Les articles cités de L’Express, le Canard Enchaîné, l’Humanité Dimanche s’en font tous l’écho.

5 CHT, fonds Malnoé.

6 La figure de M. Pinczon cristallise à l’époque beaucoup d’hostilité de la part des militants ouvriers. Un article de P. Mahé dans l’Humanité Dimanche du 16 février 1964 le qualifie ainsi de « seigneur de l’Atlantique ».

7 Les propos sont cités dans l’article de l’Express du 13 février 1964.

8 CHT, fonds Michel Le Ravalec.

9 L’expression figure dans un article de l’hebdomadaire Force Ouvrière, du 12 février 1964.

10 Le 3 février 1964, Morvan Lebesque écrit dans le Canard Enchaîné un long article où il évoque ses souvenirs de jeunesse bretonne. On peut y lire par exemple : « Je connais bien les métallos de Penhoët. On prétend qu’ils ont mauvais esprit, c’est vrai : ils sont fiers. Fiers autant que les mineurs réquisitionnés l’autre année […]. Que ceux qui croient que tout a changé depuis 1850 ou 1900 viennent dans cette Bretagne déshéritée, économiquement hors circuit d’où un peuple courageux entre tous est obligé de s’expatrier, où les industriels refusent de s’installer tant qu’ils n’ont pas obtenu ce qu’ils désirent : une main-d’œuvre à bas prix, mi-paysanne mi-ouvrière. » Et le directeur du Canard, frappé d’apprendre que les curés ont lu en chaire à Saint-Nazaire une déclaration de leur évêque protestant contre l’intrusion massive des forces de police ajoute : « Je crois à la sincérité de l’Église actuelle. Lorsque j’étais jeune, elle était l’ennemie du travailleur, elle bénissait les briseurs de grève… »

11 Alexandre Hébert, secrétaire départemental de FO, est une figure importante de l’histoire du syndicalisme régional, sinon national. Il se réclamait officiellement de la tradition de l’anarchosyndicalisme, du syndicalisme révolutionnaire d’avant 1914. Dans les faits, il était surtout proche du courant trotskiste lambertiste, caractérisé par son hostilité indéfectible au PCF, et par son laïcisme intransigeant, renforcé à l’échelle de la Loire-Atlantique par l’activité des cercles de la Libre Pensée. Alexandre Hébert avait par ailleurs quelques liens avec André Morice, l’ancien et futur maire de Nantes. Pour donner une idée de la culture anticléricale du courant régional de FO, on peut citer ces remarques du militant Michel Le Ravalec au lendemain de la manifestation du 18 février : « Honnêtement, il faut dire ici que seule l’activité des militants de l’UD-FO, ainsi que celle des syndicalistes révolutionnaires de Loire-Atlantique, empêcha que le meeting du 19 février tournât purement et simplement au congrès eucharistique », CHT, fonds Michel Le Ravalec.

12 Faucier N., Les Ouvriers de Saint-Nazaire. Un siècle de luttes, de révolte, de dépendance, Paris, Les éditions Syndicalistes, 1976, p. 139 ; Nicolas Faucier est, par ailleurs, un libertaire et son ouvrage est un bon témoignage sur la culture ouvrière de Penhoët.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540