Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Désindustrialisation et vie sociale dans la Ria de Bilbao dans le dernier quart du XXe siècle

Rafael Ruzafa Ortega

Texte intégral

1La Ria de Bilbao s’est parfaitement intégrée dans les circuits urbano-industriels européens depuis 1880 et le poids économique et symbolique de cette civilisation industrielle se fait sentir jusqu’à aujourd’hui sur sa population. Cela s’est traduit par une demande croissante de main-d’œuvre, une émigration venue des autres régions d’Espagne et une ségrégation résidentielle ; des infrastructures de transports, un solide système financier, une croissance économique, le développement d’un puissant mouvement ouvrier ont vu le jour. Pendant plus d’un siècle, cette région a été un des pôles de référence de l’Espagne. Dans les années 1950 et surtout 1960, dans le cadre du fameux « miracle espagnol », sur la base de politiques économiques dynamiques, l’industrie de la région, et plus largement du Pays basque, s’est fortement développée. La croissance désordonnée a donné lieu à une urbanisation anarchique et s’est traduite par l’explosion des industries sidérurgique, métallurgique et chimique très protégées par l’État autoritaire franquiste. La congestion industrielle de la région a atteint un tel degré que certaines entreprises de pointe ont dû partir ailleurs.

1950

568 000

1960

745 000

1970

1 043 000

1975

1 151 000

1981

1 181 000

1991

1 115 000

2001

1 112 000

  • 1 Les données sont reprises à l’INE (Institut national de la statistique), ainsi que l’ensemble des (...)

Tableau 1. – Population de la Biscaye1

2Entre 1950 et 1981, année où la population a atteint son maximum officiel (1,18 million d’habitants), la Biscaye a vu doubler sa population. Par la suite, et jusqu’à nos jours, la population s’est stabilisée aux alentours de 1,10 million d’habitants. Vers 1980, la conurbation métropolitaine de Bilbao concentrait 70 % des Biscayens, et cette proportion s’est maintenue. Il convient de distinguer les zones résidentielles et le quartier des affaires (centre de Bilbao, Getxo, Portugalete) et les faubourgs industriels (quartiers périphériques de Bilbao, les communes de la rive gauche de la Ria, Basauri et Arrigoriaga dans sa partie haute…).

3L’immigration a constitué l’apport le plus important de la croissance démographique de la Biscaye. Les immigrants se sont installés la plupart du temps dans les centres industriels. Le solde migratoire des années 1960 a atteint 148 000 personnes. La province a continué à recevoir quelque 25 000 personnes dans les années 1970 même si, à partir de 1977, le solde est devenu négatif. La crise économique due au premier choc pétrolier de 1973 a eu des répercussions ici, comme dans le reste de la péninsule d’ailleurs. La crise ne s’est toutefois fait sentir que lorsque les premiers gouvernements démocratiques ont pris la décision très impopulaire de répercuter les hausses des prix sur les consommateurs. Les derniers gouvernements du régime franquiste, en pleine décomposition, avaient eux renoncé à mener une politique économique cohérente.

4Nous ne nous attarderons pas sur la coïncidence temporelle entre la crise et la transition démocratique qui a permis au Pays basque d’acquérir une grande autonomie. Le jeune régime démocratique a dû faire face à la crise alors même qu’il s’attachait à établir de nouvelles relations dans le monde du travail qui retrouvait la liberté. Nous ne nous étendrons pas non plus sur le phénomène de la violence politique inhérente à ces changements, qui a malheureusement retenu l’attention à l’étranger et construit la « réputation » du Pays basque.

La désindustrialisation à Bilbao

Rapide panorama industriel de la ria de Bilbao

  • 2 Archives de l’auteur.

5Les secteurs les plus touchés par la crise sur le plan international étaient les piliers de l’économie locale. Dans la Ria de Bilbao, la grande entreprise régnait en maître. Cela supposait des investissements coûteux et de grands espaces. En 1975, les entreprises de plus de cinq cents salariés absorbaient 42 % des 150 000 emplois industriels, d’après le service des statistiques du syndicat unique (la source ne prend en compte que les entreprises de plus de cinquante travailleurs)2. L’ensemble de la population active travaillant dans l’industrie en Biscaye, sans compter le bâtiment, s’élevait à presque 190 000 personnes. Il s’agissait d’une main-d’œuvre masculine, les femmes salariées ne représentaient que 25 % du total.

  • 3 Des recherches sont en cours sur la culture d’entreprise de la société la plus importante : les Ha (...)

6Les grandes entreprises de la sidérurgie, de la métallurgie et de la chimie s’étaient installées le long de la Ria de Bilbao. Il s’agit entre autres des « Hauts Fourneaux de Biscaye » (avec plus de 12 000 ouvriers répartis entre les trois usines de la province), de « l’Union des Explosifs Rio Tinto » (quatre usines), de « Babcock Wilcox », des « Chantiers Navals Espagnols » (avec les installations de La Navale de Sestao et d’Euskalduna à Bilbao), de « Petronor », « Sefanitro », « Firestone » et « Echevarria » (usines à Castrejana, Bilbao et Basauri). Les grandes entreprises avaient créé au XXe siècle, et parfois bien auparavant, des liens très forts avec le personnel au moyen de stratégies paternalistes (logements, alimentation, services éducatifs, accès aux soins…). Il s’agissait de réalisations sociales emblématiques, à partir desquelles la région s’était formée et renforcée3.

7Entre 1975 et 1995, plus de 100 000 emplois ont été détruits en Biscaye. Nous ne développerons pas les politiques de reconversion industrielle mises en place en même temps que les négociations en vue de l’adhésion à la Communauté européenne et en accord avec les programmes européens d’intervention dans les zones touchées par la restructuration du secteur textile, sidérurgique ainsi que des chantiers navals. En Espagne, d’autres programmes ont suivi. Les recettes palliatives furent les mêmes : réduction de la dette, compétitivité, innovation technologique et promotion industrielle des zones concernées (en Espagne, les Zones de réindustrialisation urgente, et en particulier celle du Nervion qui nous occupe ici). Les fonds de financement espagnols et européens ont été complémentaires.

Les structures de la population active

8La structure de la population active recoupe les caractéristiques macroéconomiques de la Biscaye, comme le montre le tableau 2. En outre, la structure sectorielle de la population active se caractérisait par une forte spécialisation, comme l’illustre le sous-secteur du bâtiment, qui constituait 7-8 % de l’emploi total à l’intérieur du secteur industriel (et avant que ne se produise le boom du début du nouveau millénaire).

9Ces données nous montrent que jusqu’à la crise, plus de la moitié de la population active faisait partie du secteur secondaire. Le renversement de tendance en faveur des services, qui s’est accentué par la suite, s’est produit dans la première partie de la décennie des années 1980. C’est en 1985 que le nombre de personnes ayant un emploi industriel au Pays basque et en Biscaye fut le plus restreint. Les 42 % de la population travaillant dans l’industrie représentaient alors 141 000 travailleurs, tandis que le secteur tertiaire employait 181 000 personnes. Le transfert d’un secteur à l’autre s’est accompagné d’un chômage exponentiel, à peine perceptible dans les dernières années du franquisme, plus fort par la suite. Ce dernier est alors pris en charge par des mesures sociales d’accompagnement avec l’arrivée de la démocratie.

Agriculture

Industrie

Services

1962

15

52

33

1975

7

52

41

1980

4

52

44

1985

3

42

55

1995

2

38

65

Tableau 2. – Population active en Biscaye 1962-1995 (en %)

10D’après les données du tout nouvel Institut national pour l’emploi, en 1978, le chômage touchait 8 % de la population active, en 1979, 12 % et en 1982, 15 %. Il atteint les 20 % dans les années 1980. Selon les sondages publiés entre 1995 et 2001, le chômage venait largement avant la violence et le terrorisme dans les préoccupations de la population basque. Il se fit plus cruellement sentir dans le secteur industriel. Selon une tendance qui avait commencé dans une autre conjoncture, les industries innovantes, fruit de la technicisation et de la spécialisation s’installèrent dans d’autres régions. Les quartiers de la rive gauche du Nervion (Barakaldo, Sestao, Santurtzi) furent « les champions » du chômage. Le manque de perspectives pour ceux qui avaient perdu leur emploi ou ceux qui n’en avaient jamais eu conditionna la vie sociale de la Ria de Bilbao.

11D’un point de vue macroéconomique, les années les plus difficiles ont sans doute été la fin des années 1970 et le début des années 1980. L’État, sous différentes formes, prit en charge les entreprises en difficulté (les « Hauts Fourneaux de Biscaye », les « Chantiers Navals Espagnols », les fabriques d’aciers spéciaux qui allaient fusionner en 1988 sous le sigle Acenor, puis Sidecor), mais la destruction massive des entreprises (et plus encore des emplois industriels) se poursuivit. Un combat central a été alors mené par les ouvriers des chantiers navals Euskalduna, près du pont Deusto, en plein centre de Bilbao. Les inondations du mois d’août 1983 furent le déclic qui fit que de larges couches de population prirent conscience de la précarité de leur position économique. L’opinion fut convaincue que les installations endommagées ne seraient pas remises en état.

  • 4 Données recueillies par l’auteur auprès de l’institut.

12À partir du milieu des années 1980, le redressement économique s’est amorcé avec l’intégration de l’Espagne à l’Europe. L’augmentation du PIB par habitant provenait des services, de l’innovation technologique et de la hausse de la productivité. Cependant le processus de désindustrialisation ne fut pas stoppé. Au tout début des années 1990, période qui coïncide avec une phase de récession internationale, l’État s’est débarrassé de ses participations industrielles, provoquant fermetures de sites et privatisations d’entreprises. Le chômage repartit de plus belle. D’après José Antonio Egido de l’EUSTAT (Institut basque des statistiques)4, au Pays basque et en particulier dans la Ria du Nervion, en 1991, 50 entreprises de plus de 500 travailleurs employaient 60 000 salariés ; en 1996 il n’en restait plus que 35 avec 41 000 salariés. Les entreprises survivantes retrouvèrent le chemin de la rentabilité à coups d’embauches temporaires et de CDD, ce qui détériora la qualité de l’emploi. Cette deuxième vague de désindustrialisation conduisit à la cessation d’activité de l’entreprise phare de l’industrie basque, les « Hauts Fourneaux de Biscaye ».

Les mouvements sociaux et la mobilisation ouvrière5

  • 5 Cette partie est une analyse globale reprise à partir d’une lecture de la presse locale et de rech (...)

13L’imaginaire ouvrier dans la Ria s’est forgé sur la base de l’opposition au franquisme dans les années 1968-1975. Les organisations de gauche, et plus concrètement les syndicats clandestins, ont joué un rôle de premier plan. Les mouvements sociaux de la fin du franquisme et du début de la Monarchie (187 grèves des travailleurs en Biscaye en 1974, 109 en 1975, 263 en 1976) ont eu un retentissement politique considérable. Les assemblées générales ont fait prendre conscience aux travailleurs de leur rôle dans la libéralisation du régime : revendication de meilleures conditions de vie et de la « liberté ». Les mouvements sociaux se sont chargés de le rappeler sans cesse aux premiers gouvernements de la Transition et au patronat, associé dans l’esprit des ouvriers au franquisme. L’extrême gauche, très présente, impulsait de multiples mouvements revendicatifs dans tous les domaines : défense de l’emploi, mais aussi de l’habitat (apparition d’associations citoyennes de quartiers), défense de l’environnement (lutte contre la pollution, mobilisation antinucléaire), de l’éducation (exigence de dotation pour l’école publique et l’université), initiatives culturelles (prolifération de ciné-club, de librairies, créations artistiques multiples, explosion du théâtre indépendant), revendications linguistiques (l’usage de l’euskera, la langue basque, est officialisé) et même festives (grand succès des fêtes des rues). La gauche indépendantiste armée s’est insérée dans ce magma social extrêmement politisé sans y être nullement majoritaire, mais avec beaucoup d’habileté, et dès le début des années 1980 elle a cherché à s’approprier la mémoire antifranquiste.

14Chaque point mériterait un développement propre. Disons qu’une certaine légitimité des actes violents fut revendiquée. Jets de pierres contre des bâtiments, affrontements violents avec la police, piquets de grève, barrages routiers, etc. furent le quotidien des mobilisations syndicales, étudiantes et des associations de voisinage. Le terrorisme, lutte armée indépendantiste, très actif durant cette période, profita de ces mouvements pour en tirer un bénéfice politique.

15Dans un premier temps, les gouvernements démocratiques, face à des manifestations d’une telle ampleur et craignant les débordements, ont satisfait une bonne partie des revendications des ouvriers pour contrer la crise. Les quartiers ouvriers ont été aménagés. Les salaires ont augmenté et dépassé l’inflation galopante. La responsabilité de la crise a été attribuée à ce moment-là pour l’essentiel au patronat. À Bilbao « l’ennemi public numéro un » était Luis Olarra fervent partisan et acteur de la difficile unification du patronat de Biscaye. L’auteur de ces lignes se souvient du portrait d’Olarra pendu en effigie dans les arbres. Il était le prototype du patron lié à l’appareil d’État franquiste et nostalgique du régime et on l’accusait d’avoir dilapidé les richesses du pays :

  • 6 Repris d’un tract, archives de l’auteur.

« Ce qu’il y a derrière la crise, ce n’est rien d’autre que le résultat d’une politique industrielle et économique désastreuses. Ainsi s’achèvent 15 années de duperies. Olarra et les groupes de pression qui ont vu le jour sous son influence ont pratiqué la politique de la terre brûlée au Pays basque ; ils ont orchestré le génocide économique ; ils ont placé leurs capitaux à l’étranger et ont laissé la misère derrière eux6. »

16Les syndicats sortis de la clandestinité ont dû s’adapter à leur nouvelle situation. Malgré leur reconnaissance par la société, il n’y eu pas un phénomène d’affiliation de masse. À la fin du XXe siècle, le taux de syndicalisation ne dépassait pas 20 à 30 % des travailleurs. Ce fut la même chose pour le socialisme pré-franquiste, qui dominait dans les zones industrielles et minières de Biscaye. La pluralité a été la caractéristique des syndicats depuis 1977. La division entre les organisations nationalistes basques et unitaires espagnoles a reproduit les querelles politiques et a rendu difficiles les négociations collectives. Il en est de même de nos jours.

17Par-delà les différences idéologiques et les rivalités des organisations, seul est resté intact un sentiment de classe. La destruction des emplois et la fermeture d’usines ont soudé la classe ouvrière. À défaut d’études sur les grèves contre les licenciements et les fermetures d’entreprises, nous mentionnerons les slogans repris en chœur lors des manifestations : « ouvrier licencié, patron pendu » ou « chômage, terrorisme patronal ».

18La centrale socialiste (UGT) fut accusée de mollesse. Dans les années 1980, le parti (PSOE, au gouvernement) et le syndicat (UGT) socialistes se sont éloignés du mouvement ouvrier. Il en fut de même de la centrale ELA-STV et du Parti nationaliste basque, parti de gouvernement. Dans la Ria de Bilbao et dans les autres centres industriels du Pays basque, les syndicats ont dû prendre en compte l’opinion de l’ensemble des travailleurs. Pour les travailleurs, la fermeture des usines hypothéquait l’avenir de la région et supposait la fin d’une époque et d’un mode de vie. Les centrales syndicales ont emboîté le pas aux mouvements de résistance à la désindustrialisation plus qu’elles ne les ont orientés, et à plusieurs reprises elles ont été à la traîne des revendications des travailleurs et de leurs familles. Ce fut le cas par exemple pour les mobilisations contre les fermetures de Euskalduna et Altos Hornos.

19Malgré les rancœurs d’une bonne partie des travailleurs des petites entreprises envers les privilèges des salariés des grosses entreprises, les appels à la grève générale eurent un succès massif dans la Ria de Bilbao. Il convient de rappeler les mobilisations à l’échelle nationale du 14 décembre 1988 contre le plan pour l’emploi des jeunes, celle du 28 mai 1992 contre la diminution de l’allocation-chômage, et celle du 27 janvier 1994. Au plan régional, sur la rive gauche du Nervion, le 5 mars 1993 fut la journée de mobilisation pour « la réindustrialisation et l’emploi ». Ces manifestations accusaient le pouvoir socialiste mais sans le remettre en cause électoralement. Rendant compte de la manifestation du 5 mars 1993 à Baracaldo, les journaux ont publié la photographie d’une pancarte où on pouvait lire « Isidore, traître » allusion au pseudonyme du président Felipe Gonzalez dans la clandestinité.

20Dans les années les plus dures, des comités de chômeurs ont vu le jour avec un certain succès : de taille réduite (pas plus de 300 membres) pour assurer leur fonctionnement, ils se sont organisés dans presque toutes les localités et quartiers industriels en structures autogérées ; les tensions avec les syndicats et les partis de gauche furent fréquentes. Leur coordination fit problème. Leur mot d’ordre était la dignité et le droit au travail ; ils ont revendiqué et obtenu des employeurs des priorités d’embauche (un certain pourcentage leur était réservé, le plus souvent comme manœuvres dans le bâtiment et le nettoyage) dans leurs zones d’implantation. Dans les années 1990, ils se sont opposés au travail par intérim. Certains comités existent encore mais dans une conjoncture de plein-emploi, ils n’ont plus le même impact. La désindustrialisation a vu enfin apparaître la figure du préretraité : évincé du monde du travail autour de 50 ans, avec des revenus garantis jusqu’à l’âge de la retraite. À la fin du XXe siècle, ces préretraités étaient très nombreux dans la Ria de Bilbao ; ils ont été les témoins vivants du déclin industriel et ont gardé des liens collectifs avec le monde du travail. Nous pensons aux associations de retraités et préretraités de quelques grandes entreprises. Ces groupes ont dénoncé le non-respect des accords sur les régulations de l’emploi. Actuellement leur revendication porte sur le montant de leur retraite au vu de leurs années de cotisation à la sécurité sociale.

La société de la désindustrialisation

Une société déstabilisée

21La génération née dans les années 1960 a donc passé sa jeunesse sous le signe du chômage, le taux de chômage des jeunes atteignant 70 % dans les années 1980 et ne diminuant que très lentement au cours des années 1990. La jeunesse du XXIe siècle ignore que les quadragénaires d’aujourd’hui ont peuplé en masse l’université, mais aussi l’ANPE, prêts à accepter n’importe quel type d’emploi ; une situation qui en fit opter beaucoup pour « l’émigration » vers les autres parties de l’Espagne.

22Avec le chômage, d’autres phénomènes bouleversèrent le paysage social, sans que l’on puisse établir une relation de cause à effet : les zones d’accueil et d’émigration de la jeunesse s’inversèrent ; le taux de natalité s’effondra et la peur du vieillissement de la population empêcha la bonne entente générationnelle ; les naissances chez les femmes de plus de 35 ans disparurent pratiquement et le taux de fécondité baissa dangereusement. Dans les rues de la rive gauche du Nervion, il y avait beaucoup de jeunes mais peu d’enfants et les écoles, la plupart toutes neuves, manquaient d’élèves.

23La nuptialité chuta. 55 % des familles, qui représentaient 65 % de la population, étaient de type nucléaire avec des enfants célibataires au foyer parental. Il y avait en outre 12 % de familles nucléaires sans enfant, soit 7 % de la population. Une telle situation généra des débats et l’émancipation tardive des jeunes basques fut même un sujet de plaisanterie. Ce n’est qu’à la fin des années 1990 et au début du XXIe siècle que le taux de natalité augmentera modérément grâce à l’arrivée d’immigrants non européens. Les mères de famille de plus de 35 ans constituèrent la norme et non l’exception : les familles retardent l’arrivée du premier enfant, souvent unique.

24Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la désindustrialisation de la Biscaye coïncida avec la liberté récemment retrouvée. De nombreux changements se produisirent : libération des mœurs, égalité de la femme, détachement à l’égard de la religion et de la tutelle morale du clergé. Tous ces changements furent brutaux. Parallèlement à la crise, la drogue, échappatoire à la réalité, fit son apparition dans les localités industrielles basques. L’usage de l’héroïne avec pour corollaire le SIDA provoqua un grave problème de santé publique.

25Les drogues et l’appauvrissement enclenchèrent un processus de déstructuration familiale. Les chômeurs et les préretraités se repliaient sur leur foyer sans aucun espoir de retrouver du travail. Seule la famille subsistait grâce aux prestations et allocations de chômage qui tendaient à s’amenuiser au fil des ans. En 1989, le Plan basque contre la pauvreté, pionnier en Espagne, créa les revenus d’insertion, indépendamment des allocations de chômage. Dans la Communauté autonome basque, ce revenu avait été pensé pour les zones en déclin industriel et prenait en compte en particulier la situation des femmes mères célibataires ne disposant ni d’aide familiale, ni de travail.

Un paysage sinistré

26Le paysage de la Ria du Nervion, réputé pour sa grisaille et son entassement, perdit l’optimisme qui s’était installé en même temps que la poussée urbaine et industrielle. La laideur, la pollution (de l’air, de la mer et de la terre) et les chantiers abandonnés ont continué à faire partie du paysage comme si rien n’avait changé. En 1991, lors du 50e anniversaire de son entreprise de Luchana (Barakaldo), le président de Sefanitro déclarait :

  • 7 Archives de l’auteur, texte tiré de la presse syndicale.

« Aujourd’hui, même si nos émissions sont inférieures à la norme, nous continuons à être perçus par la société comme une entreprise polluante à cause de notre passé où la rentabilité économique primait sur toute autre considération et en particulier l’environnement et l’habitat7. »

27Quelques quartiers (à Bilbao : San Francisco, Olabeaga y Zorroza ; à Barakaldo : El Carmen ; à Sestao : Urbinaga) ont périclité et se sont dégradés au point d’être pratiquement marginalisés. Les projets de réurbanisation se multipliaient, avec en arrière-fond un risque de spéculation foncière croissant. Le trajet en train de banlieue sur la rive gauche entre Santurtzi et Bilbao était déprimant. Une majorité de la population était pessimiste et se sentait à jamais victime. À la fin des années 1980, le contraste entre ces zones et d’autres régions ou des secteurs d’activité prospéraient était saisissant !

28La mobilisation sociale, si puissante et si combative dans les années 1970, s’affaiblit. Elle fut absorbée par la gauche indépendantiste (« abertzale »). De nombreux militants ont le sentiment d’être sur la défensive et à contrecourant des tendances néolibérales et individualistes, devenues majoritaires. Dans cette étape de transition, le mouvement antimilitariste soutenu par la jeunesse basque fut le plus populaire avec ses mots d’ordre de désobéissance et, pour principale revendication, sa demande de suppression du service militaire obligatoire.

Une nouvelle époque ?

29Au tournant du XXIe siècle, une nouvelle société, comparable à celle des autres régions développées, s’est pourtant établie dans la Ria de Bilbao. Quelques indices sociaux témoignent de changements importants, même si les difficultés ne sont pas encore toutes résolues.

30L’économie basque s’est progressivement « normalisée », autour des équilibres économiques des sociétés libérales. La flexibilité est devenue la norme dans le monde du travail. Être son propre patron est encouragé officiellement : la présidence du gouvernement basque déclarait, en 1998, qu’avoir l’esprit d’entreprise est une façon d’être quelles que soient les circonstances. Le secteur des services a explosé et l’industrie de hautes technologies est prospère. La ville de Bilbao s’est considérablement transformée. Les quartiers en crise ont été profondément remaniés. L’industrie du bâtiment a connu un important développement avec l’ouverture de nouveaux chantiers. Le prix du foncier a explosé. La bulle immobilière a fait même disparaître des entreprises traditionnelles comme Sefanitro, Aciéries Bolueta, qui avaient su résister à la crise. Ses actionnaires ont dû céder leurs terrains, très convoités par le marché de l’immobilier.

31Le développement durable fait aussi partie désormais des préoccupations majeures. La ville d’aujourd’hui est devenue propre et présentable : les bords de la Ria ont été débarrassés des installations industrielles en activité ou en ruines et de lignes ferroviaires désuètes et polluantes. Le métro et le tramway ont révolutionné les transports urbains. Les architectes les plus prestigieux ont réhabilité la Ria. Bilbao devient un centre touristique international avec le musée Guggenheim et le développement du palais des congrès. Le patrimoine industriel est venu enrichir les musées : grues portuaires, matériel de traction, hauts fourneaux font partie des pièces de musée.

32Ces transformations ne doivent cependant pas occulter les difficultés sociales : la demande sociale en logements est très élevée vu le prix exorbitant de l’habitat. En milieu urbain, 5 % des familles sont en grande difficulté financière et 20 % sont exclues de la société de consommation selon les données du Conseil économique et social basque (fin 2006). Les aides sociales sont insuffisantes pour y pallier. La population, qui avait travaillé dans l’industrie, a vieilli et assiste aux changements mais ne se sent pas à sa place dans ce monde de l’information et de la communication. La désindustrialisation a imprimé sa marque sur les ouvriers d’autrefois, leurs familles et leur entourage, elle ne leur a pas apporté seulement une perte de revenus mais aussi et avant tout une perte d’identité. Personne ne semble prêt à leur accorder une reconnaissance sociale.

Notes

1 Les données sont reprises à l’INE (Institut national de la statistique), ainsi que l’ensemble des éléments chiffrés dans cet article.

2 Archives de l’auteur.

3 Des recherches sont en cours sur la culture d’entreprise de la société la plus importante : les Hauts Fourneaux de Biscaye.

4 Données recueillies par l’auteur auprès de l’institut.

5 Cette partie est une analyse globale reprise à partir d’une lecture de la presse locale et de recherches auprès des syndicats locaux (presses, tracts).

6 Repris d’un tract, archives de l’auteur.

7 Archives de l’auteur, texte tiré de la presse syndicale.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine, université du Pays basque à Bilbao

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540