Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

L’espace ligérien. Une forte densité de mouvements ouvriers des années 1960 à nos jours

Laurent Jalabert

Texte intégral

  • 1 L’actuel Premier ministre, François Fillon lui succède entre 1998 et 2004. Depuis cette date, la r (...)
  • 2 On peut cependant renvoyer aux publications du CHT qui mêlent témoignages, récits et analyses, not (...)

1La région des Pays de la Loire est composée de cinq départements situés dans les régions de l’ouest Atlantique : la Loire-Atlantique située le long de l’estuaire de la Loire et dominée par l’agglomération Nantes/Saint-Nazaire ; le Maine-et-Loire, composé de l’Anjou et de la région des Mauges, avec deux pôles agglomérés, le principal Angers et un pôle secondaire autour de Cholet ; la Mayenne, plus rurale ; la Sarthe dominée par la ville du Mans ; et enfin au sud la Vendée, aux particularismes historiques très forts. Cette région de 3,4 millions d’habitants en 2006 ne dispose d’aucune unité territoriale d’un point de vue historique. Elle est une « région administrative », « région programme » de la IVe République, composée de micros territoires aux fortes marques identitaires (Anjou, Vendée, etc.), et d’espaces qui regardent vers d’autres régions (l’espace nantais vers la Bretagne, la Mayenne vers la Normandie…). Entité administrative, elle est l’une des vingt-deux régions métropolitaines françaises, et qui plus est longtemps dirigée (entre 1974 et 1998) par l’un des pères de la politique de l’aménagement du territoire, chantre de l’industrialisation à l’époque gaulliste, Olivier Guichard1. Cette absence d’unité ne facilite pas la construction d’un espace régional, dominé jusqu’aux années 1960 par les espaces ruraux. Considérée comme une périphérie, elle ne bénéficie d’un développement industriel que tardif, impulsé essentiellement par l’État, même si des marques de vieilles industries (textile, métallurgie, chantiers navals) existent dans certains bassins, notamment autour de l’estuaire de la Loire. Le monde ouvrier y est donc peu présent avant les années de l’après-guerre, période où il tend à se renforcer avec l’arrivée de nouvelles industries. Les mouvements ouvriers qui s’y développent sont donc à resituer dans ce contexte d’une industrialisation tardive. Peu étudiés tant par les historiens que par les sociologues, ils sont cependant extrêmement denses depuis le début des années 19602. Malgré le renforcement de son potentiel industriel, la région n’échappe pas aux restructurations de la fin de siècle : crise des industries traditionnelles dans les années 1960-1970 qui débouchent sur des fermetures de sites dans les années 1980, délocalisations des industries plus récentes dans les années 1990-2000 qui s’inscrivent dans les processus de déplacements vers de nouvelles aires de production moins coûteuses, notamment en terme de salaire pour la main-d’œuvre.

L’industrialisation tardive de la région des Pays de la Loire

  • 3 Recensement de 1954 (données INSEE). Cela représente le double de la moyenne nationale d’alors, 24 (...)
  • 4 Le secteur des services connaît une courbe parallèle, tandis que l’emploi rural s’effondre avec la (...)
  • 5 Sur ces points, cf. l’ouvrage rapport du CNRS, L’Ouest bouge-t-il ? Son changement social et cultu (...)

2La région des Pays de la Loire a longtemps été considérée comme une région à dominante rurale. Il est vrai qu’en 1954, le recensement fait encore apparaître une part importante d’actifs dans le secteur agricole (48,5 %)3, alors que l’industrie y est peu présente (24,7 % de l’emploi). L’emploi industriel ne s’y développe de façon spectaculaire que dans ce que l’on appelle dans la région, « les Vingt Glorieuses » : avec la création de 144 000 emplois dans l’industrie entre 1954 et 1975, soit une hausse de 54 %, le secteur industriel gagne chaque année en moyenne entre 6 500 et 7 000 emplois, particulièrement au début des années 19604. Ce développement est lié à toute une série de phénomènes : le retard de la région a poussé quelques industriels à investir dans un marché très ouvert, mais ce sont surtout les initiatives publiques dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire, qui ont permis l’arrivée de groupes industriels nationaux ou internationaux. Tardive, l’industrie ne connaît donc qu’un déclin modéré au milieu des années 19705.

Tour d’horizon régional

  • 6 Quelques industries dans le secteur textile s’étaient développées au XIXe siècle, mais elles dispa (...)
  • 7 Il ne survit pas à la crise de 1929.

3La région des Pays de la Loire se compose de cinq départements entre lesquels les liens sont très distendus. La Sarthe, à l’est de la région, tournée vers le bassin parisien, longtemps considérée comme un espace rural profond, a connu une industrialisation tardive dans sa ville centre, Le Mans, essentiellement dans le secteur automobile6. Si le constructeur Bollée a donné l’impulsion au début du XXe siècle7, ce sont les usines Renault qui s’y sont implantées en 1936 et sont le moteur de la croissance industrielle du département. Premier employeur de la ville, disposant d’un espace industriel de 76 hectares, les usines du Mans occupent jusqu’à 10 800 salariés en 1970. Au nord, la Mayenne est un département rural dans lequel, en dehors du secteur agroalimentaire, l’industrie n’occupe qu’une place secondaire, même si des fonderies s’y sont implantées dans les années 1930.

  • 8 Cf. Marais J.-L., Histoire de l’Anjou, le Maine-et-Loire aux XIXe et XXe siècles, Paris, Picard, 2 (...)
  • 9 Bouvet J., Bessonneau-Angers. Les vecteurs historiques de la prospérité et du déclin d’une entrepr (...)
  • 10 En rachetant à un prix dérisoire les locaux de Bull qui ferme ses unités de production. En 1996, N (...)

4Au cœur de la région, le Maine-et-Loire dispose d’un double pôle industriel8. Autour de l’agglomération angevine, les ardoisiéres de Trélazé, très anciennes industries d’extraction de minerai (XVe siècle), ont été exploitées durablement (jusqu’à 3 000 mineurs à la fin du XIXe siècle) jusqu’au milieu des années 1990. Elles restent aujourd’hui en sursis. Dans cette commune, la manufacture, spécialisée dans la fabrique des allumettes, inaugurée en 1863, ferme ses portes en 1981. De même, les établissements Bessonneau, dans le secteur textile, après un spectaculaire développement à la fin du XIXe siècle et dans les années 1920 (jusqu’à 5 000 emplois) connaissent un lent déclin à partir des années 1930 et cessent toute activité en 19669. Alors que s’érodent ces industries traditionnelles, la ville a connu un important développement dans les industries de pointe depuis la fin des années 1970, avec l’arrivée de plusieurs groupes industriels de l’électronique et de l’informatique : Thomson (qui s’implante en 1957 et dont les effectifs en 2006 sont chiffrés à environ 800 salariés), Bull (qui crée une unité de production en 1960 et emploie avec la sous-traitance jusqu’à 3 500 salariés au milieu des années 1980), ou plus récemment le japonais NEC dans l’informatique (qui en 1990 récupère le site de Bull)10. En parallèle, des sous-traitants du secteur automobile s’installent à Angers, notamment Valéo.

5Le second pôle du département est plus original. Situé dans la région rurale des Mauges autour de Cholet, il se compose de micro-industries rurales dispersées dans le secteur du textile (6 500 emplois en 2004). Ce tissu de PME, particulièrement actif dans les années 1960, s’est spécialisé dans la production de la chaussure et du prêt-à-porter. Le secteur du cuir pour les industries de luxe s’y est développé avec succès (L. Vuitton). La ville bénéficie aussi de l’arrivée de plusieurs grands groupes, notamment Michelin qui salarie 1 380 personnes en 2009 (jusqu’à 1 600 au début des années 2000), Thales (900 emplois), le fabricant de plastique Nicoll (980 salariés) ou Charal dans l’agroalimentaire (930 emplois).

6Au sud de la région, la Vendée est moins industrielle, même si le tissu des PME des Mauges déborde sur son espace. Elle connaît une croissance tardive du secteur industriel, gagnant cependant 8 750 emplois entre 1975 et 1980. Certaines PME, notamment la construction de bateaux de plaisance, restent dynamiques.

  • 11 L’aéronautique s’y est développée dès la fin des années 1920, par la fabrication d’hydravions en l (...)

7À l’ouest enfin, se situe la Loire-Atlantique, département le plus industrialisé de la région autour de l’axe Nantes/Saint-Nazaire. Les industries se sont développées le long de l’estuaire autour des activités portuaires. La métallurgie, mais aussi les chantiers navals, ont connu dès la fin du XIXe siècle un premier essor, ainsi que quelques entreprises textiles. Le développement des industries agroalimentaires s’est effectué essentiellement autour des biscuiteries dans les années 1950-1960. Ces groupes, à l’origine locaux, s’internationalisent dans les années 1970-1980. L’aéronautique s’implante dans l’agglomération en 1936, et reste aujourd’hui un fleuron de l’économie régionale. Louis Bréguet y construit une usine qui fabrique des bombardiers, puis des chasseurs. 700 salariés y sont embauchés immédiatement. Partiellement détruit pendant la guerre, le site est racheté par Sud-Aviation en 1957, qui y diversifie l’activité (fabrique de réfrigérateurs, de caravanes), mais qui y redéveloppe des activités aéronautiques autour du programme « Caravelle » (fabrique des voilures). Rapidement, entre 1960 et 1970, l’entreprise participe aux programmes « Mirage, Concorde, etc. ». En mai 1968, les 2 600 salariés de l’entreprise se font connaître des médias nationaux, participant parmi les premiers au mouvement ouvrier. En 1970, la création de l’Aérospatiale renforce le potentiel local, les usines de Bouguenais et de Saint-Nazaire11 sont intégrées au programme Airbus. Malgré les difficultés des années 1980, en 2008, le site de Bouguenais emploie 1 800 salariés, celui de Saint-Nazaire, 2 400. Le développement industriel de la Loire-Atlantique est donc relativement récent. En 1975, 33 % des actifs de l’agglomération nantaise travaillent dans l’industrie, chiffre qui atteint alors son ampleur maximale.

Crise et désindustrialisation : une région qui résiste ?

  • 12 Entre 1982 et 2008, Nantes-métropole passe de 475 000 à 579 000 habitants (+22 %) ; l’espace nanta (...)
  • 13 En juin 2008, l’État acquiert même 9 % du capital des Chantiers de l’Atlantique, dont l’actionnair (...)
  • 14 L’une des plus grandes entreprises de la région dans la construction mécanique, Manitou, salarie u (...)

8La région des Pays de la Loire est donc restée une région économiquement dynamique dans les trois dernières décennies, malgré la crise économique. Elle rattrape son retard par rapport aux moyennes nationales, notamment par un fort développement du secteur des services et de la recherche. De même le dynamisme démographique (forte migration vers Nantes12 et Angers) stimule le secteur du bâtiment (91 000 emplois dans la construction). L’industrie y résiste mieux qu’ailleurs, concentrant encore 19,5 % de l’emploi en 2006, soit environ 250 000 salariés (contre 16,9 % en moyenne nationale). Elle est devenue la quatrième région industrielle du pays (18 % du PIB régional en 2008). Son atout réside dans la diversité de ses activités avec quelques pôles forts : l’aéronautique autour d’Airbus dans le bassin Nantes/Saint-Nazaire (5 000 emplois plus les intérimaires), mais aussi les industries agro-alimentaires (57 000 emplois), et le secteur de la chimie (24 000 emplois). En outre, la construction navale à Saint-Nazaire a su se reconvertir grâce à de nombreuses subventions publiques, dans le domaine des bateaux de croisière notamment, où le marché reste porteur (2 600 salariés directs, et 3 000 emplois de sous-traitants)13. La région se renforce cependant par le potentiel de son secteur tertiaire dans les années 1990-2000. Entre 1998 et 2004, ce dernier connaît une forte croissance (+15 %), constituant désormais 67 % de l’emploi total (contre 74 % en moyenne nationale). Depuis 2007, l’INSEE note cependant une dégradation de la conjoncture régionale, attribuée à des phénomènes internationaux. L’industrie n’échappe pas au phénomène et connaît un début de déclin avec une chute de 2 % de l’emploi, qui touche particulièrement les intérimaires et certains secteurs, notamment l’automobile qui perd 8 % de ses emplois directs entre 1999 et 2006 (essentiellement au Mans)14.

9La région est cependant soumise à une profonde refonte de son secteur industriel. Les premiers phénomènes de désindustrialisation apparaissent dans la région au cœur des années 1970, essentiellement dans l’agglomération Nantes/Saint-Nazaire, particulièrement dans les industries métallurgiques et les chantiers navals. Si le bassin de Saint-Nazaire parvient à se reconvertir, les chantiers nantais disparaissent définitivement dans les années 1980. En crise dès la fin des années 1930, la nécessité de reconvertir la flotte marchande et militaire française après 1945 avait donné un nouveau souffle à ce secteur : 7 600 personnes y sont employées en 1950, dans une région qui fournit 40 % de la production nationale. La publication en 1959 d’un Livre blanc de la construction navale en France annonce pourtant le ralentissement de la production du secteur. À Nantes, en 1961, la fusion des chantiers Loire et Bretagne conduit à la création de la société des Chantiers de Nantes. Le secteur n’emploie plus alors que 6 100 personnes. En 1964, un plan social annonce 490 licenciements, puis 399 l’année suivante. En 1969, après la fusion des Chantiers de Nantes avec la société Dubigeon, les effectifs sont passés à 2 300 salariés. En quinze ans, la navale a perdu les deux tiers de ses effectifs. La stabilisation des années 1970 n’est que temporaire (2 600 salariés en 1976), et en 1977, Dubigeon annonce un nouveau plan social drastique de 600 suppressions d’emplois. C’est le début d’une longue agonie qui s’achève par la fermeture définitive en 1987.

  • 15 Cf. l’enquête de l’INSEE, Lettre de l’INSEE, no 284, novembre 2007.
  • 16 À Nantes, le phénomène est comparable dans la confection, avec par exemple la liquidation du site (...)
  • 17 Moulinex ferme plusieurs usines, le dernier site, à Mayenne, est touché par de lourdes mesures de (...)

10La décroissance se poursuit pour ces secteurs traditionnels dans les années 1990-2000. Certaines activités connaissent un déclin continu et régulier, notamment le secteur de l’habillement et du cuir qui perd dans les Mauges, entre 2003 et 2005, environ 4 000 emplois15 ! Selon un indice 100 en 1998 dans ce secteur, dix ans plus tard, l’emploi est passé à l’indice 52 ! Les industries du Choletais notamment sont particulièrement affectées par des politiques de délocalisation16. Des phénomènes comparables sont observés pour les industries d’équipement des ménages qui régressent fortement (perte d’un quart des emplois depuis 1999)17. Les ardoisières de Trélazé connaissent quant à elle un déclin progressif. En 1983, elles emploient cependant encore 1 700 salariés, chiffre qui s’effondre dix ans plus tard face à la concurrence espagnole à environ 500 ! Quatre plans sociaux traversent cette époque. En 1997, la société doit à nouveau licencier 187 salariés. L’exploitation ne cesse de décroître et l’entreprise n’emploie plus que 210 personnes en 2008. Affectée par la dernière récession du bâtiment, l’entreprise fermera l’un des derniers puits en activité en 2009, conduisant à une nouvelle compression de personnel d’environ 50 personnes.

  • 18 357 emplois supprimés, plus la sous-traitance.
  • 19 L’Année économique et sociale 2008 dans les Pays de la Loire, INSEE, 2009 (accessible sur Internet, (...)
  • 20 Cf. Jalabert G. et Zuliani J.-M., Toulouse, l’avion et la ville, Privat, 2009.
  • 21 Le Monde, 5 juillet 2007.

11Phénomène plus récent, les secteurs jusqu’alors dynamiques entrent dans une phase de crise. Dans l’agglomération d’Angers, les industries électroniques connaissent des difficultés depuis les années 1990 et voient leurs effectifs fondre dans les années 2000. Les problèmes du groupe Bull à partir du milieu des années 1980 conduisent à une drastique réduction d’effectif. La délocalisation des unités de production n’épargne pas l’Anjou : le japonais NEC ferme son dernier site européen de production d’ordinateurs en 2009-201018, Thomson ferme son unité un an plus tôt… Quant au sous-traitant automobile Valéo (1 100 emplois, premier employeur industriel de l’agglomération), il entame en 2008 un processus de plans sociaux et doit recourir au chômage technique dans le contexte morose de la fin de l’année. En 2008, selon l’INSEE, le département perd 2 % de son emploi industriel19. Dans la Sarthe, le secteur automobile voit aussi une accélération de la baisse de l’activité. Renault est amené à limiter son personnel (2 600 salariés en 2009) et à procéder à des mesures de chômage technique durant l’hiver 2008-2009. L’aéronautique nantaise n’est pas épargnée, même si l’avionneur européen n’envisage pas de licenciements. Plusieurs établissements sont filialisés20. Enfin, l’agroalimentaire est lui aussi soumis à de vives inquiétudes : les biscuiteries LU (460 emplois à Nantes), vendues par Danone au géant américain Kraft, sont traversées par de vifs remous depuis 200721. Est-ce le début d’un déclin industriel plus important dans la région des Pays de la Loire ?

Une forte densité de mouvements ouvriers des années 1960 à nos jours

  • 22 Établir des recensements chronologiques est plus ou moins aisé selon les sources disponibles. Les (...)
  • 23 Sur le cas spécifique de la Vendée, pour la période antérieure, cf. Regourd F., La Vendée ouvrière (...)

12Malgré le maintien d’une importante activité industrielle, la désindustrialisation n’est pas un vain mot dans la région et ce d’autant plus que les créations d’emplois dans l’industrie comme dans les services ne correspondent pas forcément aux attentes des ouvriers. L’existence de mouvements sociaux dans la région des Pays de la Loire est donc vive depuis le début des années 196022. Elle s’inscrit dans la longue tradition des mouvements ouvriers autour des grands sites de production, dont l’insurrection des mineurs de Trélazé en 1 855 est l’une des premières grandes révoltes locales. Les mouvements ouvriers dans la région se révèlent denses, même si les études universitaires visant à les comprendre et à les expliquer sont peu nombreuses23. Sans pouvoir se livrer à des recensements chronologiques exhaustifs, il convient ici, au travers d’une typologie, d’essayer de recenser les principaux d’entre eux. Trois grands mouvements sont distingués : ceux, propres à la région, mais déterminés par l’activité économique nationale plus largement, ceux liés à l’activité économique de sites industriels régionaux et des mouvements de solidarité en lien avec des agitations extérieures à la région.

Les mouvements généraux

  • 24 Ouest-France, 24 janvier 1964.
  • 25 Voir en infra l’article de Rémi Fabre.

13Le premier type de mouvements, particulièrement importants dans les années 1960-1970, se résume à des actions ponctuelles de protestation visant à défendre les intérêts des ouvriers dans le contexte plus large de la vie économique française. Il s’agit de journées, grèves, manifestations, en général « interprofessionnelles », qui ne concernent pas les seuls mouvements ouvriers. Quelques exemples emblématiques peuvent être cités. Le 20 juin 1960, les syndicats ouvriers et paysans organisent à Saint-Nazaire une journée pour « la défense des libertés syndicales ». Le 22 janvier 1964, une journée « ville-morte » est menée à Saint-Nazaire pour la défense de l’emploi ouvrier, en solidarité avec le mouvement paysan. Le slogan « Saint-Nazaire veut vivre » rassemble 30 000 personnes dans les rues de la ville où se retrouvent élus de gauche et leaders des centrales syndicales au premier rang24. La manifestation du 19 février 1964 à Nantes, autour de la thématique, « Pour que vive la Loire-Atlantique », préconise la défense de l’emploi régional et le développement économique du département25. 70 000 personnes défilent dans les rues de la ville. Le 8 avril 1965, les syndicats parviennent à réunir pour neuf départements de l’Ouest de grandes manifestations, autour de la thématique « L’Ouest veut vivre », à Paris, Nantes, Saint-Nazaire, mais aussi Angers, Le Mans, etc.

14Dans les années 1970, le spectre de la crise conduit à un durcissement des mots d’ordre. Le 6 décembre 1973, une manifestation « contre la vie chère » est organisée à Nantes. En mars 1974, toujours dans la ville préfecture, les syndicats défilent « pour la défense du pouvoir d’achat ». Le 14 mai 1975, les syndicats ouvriers provoquent une grande journée d’action (qui sera interprofessionnelle) « contre le chômage et l’austérité » à Saint-Nazaire. En juin 1976, « un rallye », intitulé « les bradés de Giscard », sillonne l’estuaire entre Nantes et Saint-Nazaire, regroupant les syndicats ouvriers de la région. En septembre de la même année, une grande manifestation « contre l’austérité » est à nouveau à l’ordre du jour à Nantes. Du 11 au 14 octobre 1977, les centrales syndicales animent une semaine d’action intitulée « Vivre et travailler à Nantes », dont l’objectif central est de sauvegarder l’emploi industriel dans la métropole, en réaction aux difficultés des industries navales et métallurgiques. La CGT et la CFDT organiseront l’année suivante, le 12 octobre, une nouvelle journée intitulée « Vivre et travailler au pays ». Le 26 avril 1979, Saint-Nazaire connaît une journée « ville-morte ».

  • 26 Ce qu’il faudrait sans doute nuancer par une analyse plus exhaustive.
  • 27 Nous ne recensons pas la densité de journées d’action concernant « la défense du service public » (...)

15Ces actions tendent dans les décennies suivantes à se raréfier, en dehors des journées nationales. Parmi les rares initiatives locales, celles menées par la CGT sont les plus visibles26. Une journée interprofessionnelle régionale de protestation (contre le chômage et la rigueur) a lieu le 24 octobre 1985. Seront particulièrement présents les ouvriers de la métallurgie, de Renault, et du livre. Le 1er octobre 1987 a lieu une journée similaire. Le 6 décembre 1988, le syndicat organise une journée « pour la reconquête de la filière maritime et portuaire » avec, en arrière-fond, l’effondrement du secteur naval à Saint-Nazaire, un an après la liquidation des chantiers nantais27. Le front syndical s’est alors lézardé et les défilés unitaires deviennent rares. Les mobilisations sont partielles.

Conflits ouvriers et désindustrialisation

16Le second type de mouvements se rapporte aux conflits ouvriers proprement dits. Ils concernent surtout les difficultés encourues par certains sites industriels de la région. Les industries les plus anciennes, ici comme ailleurs, sont bien évidemment les premières touchées. Dans les années 1960, la Loire-Atlantique fournit un bel exemple de la forte densité de ces mouvements, qui vont en s’accroissant au fil des ans. L’un des conflits les plus emblématiques est celui de la métallurgie et du bâtiment en 1955. Parti de la navale nazairienne au printemps, le mouvement rebondit à Nantes au mois d’août. Après affrontements, lock-out, manifestations, les chambres syndicales patronales finissent par concéder des augmentations de salaires non négligeables. Le conflit accorde au secteur une forte présence syndicale pour les années à venir, il devient emblématique des luttes sociales régionales.

  • 28 Voir la communication de Christophe Patillon.

17En février 1964, le secteur de la métallurgie est traversé par toute une série de mouvements de grève dans la ville de Nantes, se traduisant par plusieurs manifestations dont les plus importantes ont lieu le 6 février, puis le 17. La fermeture des fonderies de Saint-Nazaire la même année entraîne un enchaînement de conflits sur le site, qui conduit à l’occupation de l’usine et vient renforcer des manifestations de plus larges envergures. Ces luttes n’empêchent cependant pas la récession de ce secteur. La plus importante des grèves est menée à partir de 1971 aux Batignolles (Creusot-Loire)28 : occupation d’usine, invasion de la mairie de Nantes, manifestations de rue, etc. La société Tréfimétaux, implantée à Couëron depuis la fin du XIXe siècle, sera aussi traversée par plusieurs conflits liés à des plans sociaux, dont les périodes les plus difficiles seront celles des années 1976, et 1987, année de la fermeture du site. La Nantaise de Fonderie connaît des mouvements récurrents, le plus important ayant lieu au moment de la fermeture en 1980 : occupation d’usine, organisation de concerts, etc.

  • 29 Le patronat, lors d’une conférence de l’Association des grands ports français le 2 septembre 1965, (...)
  • 30 Sur les conflits nazairiens, cf. Kocher-Marboeuf E., « Topographie et caractère des conflits socia (...)

18Mais c’est bien le secteur de la « construction navale » qui est, le plus, l’objet de conflits en séries, à partir de 1965, à la suite de la fermeture annoncée d’une partie du site nantais et de la fusion des groupes qui la composent en une seule entité. À partir du mois de mars, les grèves, occupations de sites, manifestations de rue se multiplient, les syndicats obtenant même une médiation du Premier ministre. En avril et mai, ils organisent plusieurs journées de mobilisation intitulées « Sauvons la navale », qui n’empêchent pas les procédures de licenciements au mois de mai29. Dix ans plus tard, un second cycle de conflits émerge. La fermeture annoncée de la société Dubigeon provoque une série de grèves en 1975, et surtout 1977, année où l’ensemble de la ville tente de sauver un secteur emblématique par des mouvements de solidarité (journées des 8 et 9 octobre). Mais un conflit entre la CGT et la CFDT met fin au mouvement. Enfin, au début des années 1980, un troisième cycle s’ouvre avec pour perspective la fermeture de la production nantaise. En 1983, de nouvelles grèves sont menées entre septembre et novembre ; puis en 1985, où tout au long du mois d’août des échauffourées interviennent avec les forces de l’ordre. En solidarité, à Saint-Nazaire notamment, des actions spectaculaires sont organisées : occupation d’une drague dans le port le 22 novembre 1985 ; blocage des livraisons de moteurs de bateau venus de La Ciotat dans le port le 3 septembre 1986, etc. Les derniers mouvements sociaux chez Dubigeon n’empêchent pas la fermeture définitive du site nantais le 1er octobre 1987. Les conflits dans la navale se déplacent alors à Saint-Nazaire, lors de l’été 1988, puis à l’automne 1989, où les chantiers nazairiens sont fermés pendant quatre semaines après trois mois de conflits30.

  • 31 En 1965, les RG à l’échelle nationale signifient que les fermetures d’usines, surtout des PME, se (...)
  • 32 Cf. l’article d’Ève Meuret-Campfort.
  • 33 Vers l’Ardèche.

19En dehors de ces conflits sectoriels répétitifs, se dégagent des micro-conflits d’usines, qui mériteraient d’être mieux connus des historiens. Ainsi les usines textiles Bégy (confection) sont soumises à des « dégraissages » d’effectifs qui conduisent à des mouvements protestataires, notamment en juillet 1964 et tout au long de l’année 196631. Il en est de même chez Chantelle, notamment en 1980-1982 et 1993-1994, autour de la fermeture du site32. La délocalisation33 de l’entreprise de caravanes « Caravelair », située à Trignac dans l’agglomération nantaise, par le groupe Trigano entre le mois de mars 1974 et le mois d’août 1975, se traduit par diverses formes de protestations, vaines. L’entreprise Paris SA est agitée par de vifs mouvements tout au long de l’année 1974 suite à l’annonce de licenciements massifs. La société, après des menaces de fermeture de site en mars 1989, connaît quinze jours de grève. En 1979, chez Brissonneau, la fermeture définitive de l’usine conduit à de vifs affrontements entre grévistes et forces de l’ordre devant la préfecture. À Nantes, entre 1983 et 1985, l’usine de la Société européenne de brasserie est traversée par des grèves récurrentes face aux annonces toujours plus négatives quant au devenir du site.

  • 34 Péan Ph., Le Mouvement ouvrier au Mans dans la deuxième moitié du XXe siècle, mémoire de maîtrise, (...)
  • 35 Voir le mémoire de maîtrise de Prugné F., Les Conflits sociaux de l’usine Renault au Mans, univers (...)
  • 36 Cf. Chauvin C., Les Mouvements des grèves à Angers, Cholet et Trélazé entre 1944 et 1954, DEA d’hi (...)

20En dehors du département de la Loire-Atlantique, parmi les conflits sociaux les plus représentatifs, dans la Sarthe34, au Mans, les grèves dans les usines Renault n’ont pas manqué35, la plus emblématique étant celle des OS du printemps 1971. Du mois de mars au mois de mai, ces ouvriers tentent d’obtenir un statut plus stable. Les usines mancelles de la Régie sont traversées par des conflits du même type, celles de 1975, d’octobre et novembre 1991, et plus récemment encore en 2008 concernant les réductions d’effectifs ou les mesures de chômage technique. Avec encore 2 600 salariés, dont environ 1 800 pour la seule production, le site reste un important employeur, il a cependant perdu depuis le début des années 1970 environ 8 000 salariés ! Dans le Maine-et-Loire, les principaux mouvements sociaux se sont concentrés autour des ardoisières de Trélazé36, tandis que la région des Mauges reste particulièrement calme, les traditions locales n’étant guère ouvertes aux conflits sociaux.

Les mouvements de solidarité

  • 37 Fonds CHT, UD CGT 44.

21Notons enfin dans cette très forte densité de mouvements sociaux, le développement de grèves ou de manifestations en solidarité avec des mouvements nationaux. Ainsi, les syndicats ouvriers de Loire-Atlantique se mobilisent en janvier et août 1973 pour soutenir les paysans du plateau du Larzac et, entre mars et août 1973, pour soutenir la grève aux usines Lip37. En décembre 1978 et janvier 1979, des mouvements de solidarité en direction des mineurs de Longwy en Lorraine conduisent à l’organisation de collectes, manifestations de rues ou arrêts de travail. La solidarité ouvrière continue d’agir… puis tend à se raréfier. En dehors de manifestations pour soutenir des ouvriers de Renault Billancourt en 1986 et 1987 (notamment le 21 octobre 1987 au Mans), ce genre de mouvements tend à disparaître.

Comprendre ces mouvements ouvriers

22L’historien, s’il s’est ici évertué à dresser une liste non exhaustive de quelques conflits emblématiques du dernier demi-siècle dans l’une des régions administratives de l’Ouest atlantique français, n’en perd pas de vue qu’il est bien évidemment indispensable de sortir du simple récit chronologique pour établir des approches qui cherchent à en comprendre les logiques à partir de données exposées trop rapidement. Les quelques éléments avancés à partir des premières études menées depuis quelques années dans la région, et à la base des recensements effectués, permettent de dégager des pistes d’analyse. Quatre remarques peuvent être établies.

  • 38 Certains départements ont été mis de côté, la Mayenne et la Vendée, et dans une moindre mesure la (...)

23– On observe tout d’abord une permanence des mouvements ouvriers durant la période retenue. Les choix chronologiques abordés ne concernent que quelques entreprises phares. Il n’a pas été possible de se livrer à des analyses plus détaillées, notamment pour des groupes industriels plus étroits, notamment le tissu des PME38. Il faudrait ici se référer à des analyses croisées autour de trois sources : la presse des UD syndicales, la presse régionale, et les notes de police émanant des RG qui relèvent quotidiennement les mouvements sociaux.

24– Cette permanence et cette densité imposent d’esquisser un début de trame chronologique, mais nécessitent surtout d’être expliquées. Le poids du contexte nous paraît fondamental pour comprendre ces rythmes.

  • 39 La grève de 1965 dans les chantiers navals conduit à une large solidarité régionale le 5 mai, 76 % (...)

25La spécificité d’une industrialisation régionale tardive entraîne « des phénomènes de télescopage ». Les secteurs traditionnels (mines, textiles, chantiers navals, métallurgie) connaissent des difficultés lourdes ou croissantes dans les années 1960-1970 comme ailleurs. Mais, parce que l’industrialisation est plus tardive dans la région des industries de main-d’œuvre se sont maintenues à la même époque : agroalimentaire, constructions mécaniques, biens d’équipement, textile… Dès lors, même si les mouvements ouvriers sont réels, ils ne signifient pas la disparition du monde ouvrier et surtout, les salariés peuvent retrouver des emplois. À cette époque les mouvements ouvriers sont massifs, conduisent à des protestations unitaires et à l’organisation de mouvements de solidarité collectifs39.

26Dans les années 1980 et jusqu’au début des années 1990, on retrouve une logique parallèle, mais les secteurs touchés par la crise ne sont plus toujours les mêmes (chantiers navals, métallurgie, textile, tabac, biens d’équipement, constructions mécaniques), tout comme les secteurs créateurs d’emploi (aéronautique, chimie, informatique et électronique). L’emploi ouvrier est ici fortement touché, même si certains secteurs clefs de l’économie régionale se maintiennent après des plans sociaux, des réductions d’effectifs et des restructurations de la production (automobile au Mans, chantiers navals à Saint-Nazaire, agroalimentaire). Durant cette période, les mouvements ouvriers se structurent surtout autour des groupes touchés par les difficultés économiques. Trois stratégies semblent poindre : lutter pour maintenir l’emploi, essayer de sauvegarder l’activité, favoriser le reclassement des ouvriers licenciés. Les mouvements sont ici plus parcellaires, liés à la situation de chaque groupe industriel, à analyser au cas par cas. La solidarité ouvrière, les mouvements de masse s’érodent.

  • 40 Il faut dire que le site comprenait beaucoup de techniciens et ingénieurs…

27Depuis le milieu des années 1990, même si les phénomènes sont moins marqués que dans d’autres régions du pays, la désindustrialisation s’accélère : les principales industries ne sont plus créatrices d’emplois ouvriers en dehors du BTP et de l’aéronautique. Partout la tendance est aux licenciements, y compris dans des secteurs porteurs du type informatique ou électronique. Depuis 2005, les phénomènes s’accroissent. Les constats enregistrés dans la période précédente se maintiennent et s’accentuent. Parfois même, certaines liquidations d’entreprises, attendues, se déroulent dans l’indifférence générale. La fermeture annoncée par les dirigeants japonais du site de production NEC à Angers au printemps 2009 n’a suscité que quelques mauvaises humeurs pendant quelques jours. La préoccupation des syndicats était plutôt de négocier les départs dans les meilleures conditions40. Il semblerait que les solidarités inter-entreprises aient disparu.

28– Troisième remarque d’ensemble qui impose là encore de multiplier les analyses, les formes de mobilisation. Les quelques constats établis au long de la chronologie suggèrent que les grandes mobilisations du type occupations d’usines, grève générale, manifestations unitaires tendent à disparaître au fil des ans. Certes, la grève reste un outil de protestation, notamment au moment de l’annonce de plans sociaux. Parfois l’action ouvrière parvient à différer les licenciements massifs et à retarder les fermetures de site. C’est le cas de la construction navale à Nantes, sans cesse repoussée. Mais ces résistances ouvrières ne sont que des luttes désespérées, puisque rarement des sites semblent perdurer, parfois même malgré leur rentabilité. En outre, les grandes mobilisations de rues des années 1960, ou 1970 encore, tendent à se raréfier voire à disparaître. Les syndicats cherchent surtout en réalité à « négocier » des plans sociaux.

29– Enfin, ultime remarque d’ensemble, qui nécessite là encore des débats, des mouvements sociaux observés dans la période concernent aussi des secteurs relativement prospères et ne sont pas liés à la désindustrialisation : conflits de l’aérospatiale ou de la chimie pour la hausse des salaires ; défense de salariés injustement licenciés ; défense de statuts propres (par exemple les dockers), etc. Les luttes sociales sont plurielles, même si la majorité concerne les difficultés des entreprises et le spectre d’un chômage sans cesse menaçant.

*

30Les pistes de réflexion ici lancées sur la base d’un recensement de quelques travaux d’histoire régionale et à partir de la chronologie, méritent d’être affinées par des approches de micro histoire : analyses d’une grève, d’une entreprise, d’une manifestation, etc. Les mouvements ouvriers sont étroitement déterminés par le contexte économique international, face auquel les syndicats semblent de plus en plus démunis. Les entreprises les plus touchées, chantiers navals, métallurgie, etc., ne peuvent lutter face à une concurrence internationale venue d’abord des nouveaux pays industrialisés (Dragons d’Asie), puis des pays émergents (Chine, Inde, etc.). Ne se maintiennent en réalité dans l’industrie de la région que trois types d’unités de production :

  • Des secteurs porteurs, comme l’aéronautique, la chimie (les raffineries de Donges notamment) qui restent pourvoyeurs de main-d’œuvre ouvrière, même si la part des techniciens ne cesse d’augmenter au détriment de celle des ouvriers. Les conflits sociaux y sont rares et en général concernent des revendications propres à l’entreprise : hausse de salaires, etc.
  • Des entreprises ayant su se spécialiser autour de niches productives étroites (type construction de bateaux de croisière à Saint-Nazaire, PME). Dans ces sites, les bouleversements de la production provoquent des restructurations de l’emploi, générant des conflits sociaux importants lors de l’annonce de plans de reconversion. C’est ici que les contraintes de la concurrence internationale se sont imposées avec le plus de force. Les mouvements sociaux qui en découlent restent mal connus des historiens, notamment pour les années 1990-2000.
  • Des entreprises ayant pu se maintenir (comme Renault au Mans, ou comme les IAA), au prix d’une modernisation croissante (mécanisation, nouvelles méthodes de travail, forte flexibilité de l’emploi, notamment par l’appel à l’intérim), mais dont beaucoup sont dans des situations relativement précaires. Les restructurations internes ont généré ici de nombreux conflits sociaux, dans lesquels les stratégies syndicales (négociations de plans sociaux, de nouvelles conditions de travail, etc.) sont à décrypter. L’unité syndicale semble ici se lézarder. L’environnement international, comme dans le cas précédent, est considéré comme une menace permanente, susceptible de générer de nouvelles difficultés.

31Malgré ces phénomènes, la région connaît des phénomènes moins brutaux que les régions plus anciennement industrialisées (Lorraine, nord de la France…) en raison d’une industrialisation plus tardive. Les syndicats locaux, malgré une réelle combativité autour de quelques pôles, n’échappent pas aux dynamiques nationales, où la négociation s’impose à l’affrontement.

Document i. – Les secteurs d’activités de la région des Pays de la Loire (source : INSEE) (2004)

Document ii. – L’activité industrielle dans les Pays de la Loire (source : INSEE)

Notes

1 L’actuel Premier ministre, François Fillon lui succède entre 1998 et 2004. Depuis cette date, la région est dirigée par le socialiste Jacques Auxiette.

2 On peut cependant renvoyer aux publications du CHT qui mêlent témoignages, récits et analyses, notamment Le Madec F., L’Aubépine de Mai, chronique d’une usine occupée, Nantes, CHT, 1988 ; Un printemps sur l’Estuaire, Saint-Nazaire. La CFDT au cœur des luttes (1945-1975), CHT, 2005. Le département de sociologie de l’université de Nantes, autour de Michel Verret, a développé de nombreux travaux sur « les cultures ouvrières », qui ne sont pas ici cités. On renverra à ses entretiens, « Regard sur l’histoire de la sociologie ouvrière française », Politix, no 13, 1991.

3 Recensement de 1954 (données INSEE). Cela représente le double de la moyenne nationale d’alors, 24,1 %.

4 Le secteur des services connaît une courbe parallèle, tandis que l’emploi rural s’effondre avec la perte sèche de 270 000 emplois !

5 Sur ces points, cf. l’ouvrage rapport du CNRS, L’Ouest bouge-t-il ? Son changement social et culturel depuis trente ans, Nantes, Reflets du Passé, R et M. Éditeurs, 1983. L’histoire économique de la région reste à faire, même si les géographes ont débroussaillé le terrain.

6 Quelques industries dans le secteur textile s’étaient développées au XIXe siècle, mais elles disparaissent assez rapidement.

7 Il ne survit pas à la crise de 1929.

8 Cf. Marais J.-L., Histoire de l’Anjou, le Maine-et-Loire aux XIXe et XXe siècles, Paris, Picard, 2009.

9 Bouvet J., Bessonneau-Angers. Les vecteurs historiques de la prospérité et du déclin d’une entreprise industrielle au XXe siècle, thèse de doctorat, Rennes 2 (dir. J. Sainclivier), publiée sous le titre, Bessonneau-Angers, Angers, Société d’études angevines, 2002.

10 En rachetant à un prix dérisoire les locaux de Bull qui ferme ses unités de production. En 1996, NEC fusionne son site avec celui de Packard Bell.

11 L’aéronautique s’y est développée dès la fin des années 1920, par la fabrication d’hydravions en lien avec le groupe Latécoére.

12 Entre 1982 et 2008, Nantes-métropole passe de 475 000 à 579 000 habitants (+22 %) ; l’espace nantais (soit 100 communes) de 597 000 à 762 000 habitants (+28 %) et le département de 995 000 à 1 209 000 habitants (+ 21 %) (la croissance nationale est de 13 % à la même époque).

13 En juin 2008, l’État acquiert même 9 % du capital des Chantiers de l’Atlantique, dont l’actionnaire majoritaire est alors coréen.

14 L’une des plus grandes entreprises de la région dans la construction mécanique, Manitou, salarie un millier de personnes à Ancenis.

15 Cf. l’enquête de l’INSEE, Lettre de l’INSEE, no 284, novembre 2007.

16 À Nantes, le phénomène est comparable dans la confection, avec par exemple la liquidation du site de Chantelle.

17 Moulinex ferme plusieurs usines, le dernier site, à Mayenne, est touché par de lourdes mesures de chômage technique en 2009 (700 salariés).

18 357 emplois supprimés, plus la sous-traitance.

19 L’Année économique et sociale 2008 dans les Pays de la Loire, INSEE, 2009 (accessible sur Internet, [www.insee.fr]).

20 Cf. Jalabert G. et Zuliani J.-M., Toulouse, l’avion et la ville, Privat, 2009.

21 Le Monde, 5 juillet 2007.

22 Établir des recensements chronologiques est plus ou moins aisé selon les sources disponibles. Les RG dans les synthèses hebdomadaires, tout au long des années 1960, établissent des bilans chaque semaine. Cf. la cote aux AN, CAC de Fontainebleau, 19820599. Des tableaux recensent : l’établissement et ses effectifs, la nature du mouvement et le taux de grévistes, la raison du conflit, la durée et des observations diverses.

23 Sur le cas spécifique de la Vendée, pour la période antérieure, cf. Regourd F., La Vendée ouvrière : grève et ouvriers vendéens, 1840-1940, thèse de troisième cycle, université de Nantes, 1981.

24 Ouest-France, 24 janvier 1964.

25 Voir en infra l’article de Rémi Fabre.

26 Ce qu’il faudrait sans doute nuancer par une analyse plus exhaustive.

27 Nous ne recensons pas la densité de journées d’action concernant « la défense du service public » ou la « défense des retraites », importantes au début des années 1990.

28 Voir la communication de Christophe Patillon.

29 Le patronat, lors d’une conférence de l’Association des grands ports français le 2 septembre 1965, constate que le secteur, soumis à la concurrence japonaise, connaîtra de nouvelles difficultés à court terme. La capacité de production est trop importante par rapport à la demande intérieure. Le secrétaire général des constructeurs de navire, M. Pinczon, annonce des « problèmes d’emplois » et de futures concentrations d’entreprises. Les heures les plus dures sont à venir dit-il, puisque de nouveaux chantiers sont en construction au Japon et que la CEE refuse de débloquer des subventions… Rapport RG, CAC, 3 septembre 1965, cote 19820599, article 8.

30 Sur les conflits nazairiens, cf. Kocher-Marboeuf E., « Topographie et caractère des conflits sociaux nazairiens au XXe siècle », in Piétri-Lévy A.-L. et alii (dir.), Environnements portuaires, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre. Plusieurs travaux du même auteur sont en préparation. Des conflits plus récents, en 2008 et 2009, concernent le statut et la situation des ouvriers étrangers, intérimaires européens le plus souvent, qui protestent contre leurs conditions de vie, précaires.

31 En 1965, les RG à l’échelle nationale signifient que les fermetures d’usines, surtout des PME, se multiplient. À Châteaubriant (44), les confections Bernal licencient 112 salariés. Dans l’année, « environ 1 000 personnes ont été licenciées, phénomène qui devrait s’accroître, même si le Nord est la région la plus touchée ». CAC, 19820599, article 66, Rapport du 24 février.

32 Cf. l’article d’Ève Meuret-Campfort.

33 Vers l’Ardèche.

34 Péan Ph., Le Mouvement ouvrier au Mans dans la deuxième moitié du XXe siècle, mémoire de maîtrise, université du Maine, 1972.

35 Voir le mémoire de maîtrise de Prugné F., Les Conflits sociaux de l’usine Renault au Mans, université du Maine, 1993 (dir. Auffret M.).

36 Cf. Chauvin C., Les Mouvements des grèves à Angers, Cholet et Trélazé entre 1944 et 1954, DEA d’histoire, université de Paris I, s. d.

37 Fonds CHT, UD CGT 44.

38 Certains départements ont été mis de côté, la Mayenne et la Vendée, et dans une moindre mesure la Sarthe.

39 La grève de 1965 dans les chantiers navals conduit à une large solidarité régionale le 5 mai, 76 % des travailleurs de la métallurgie locale se mettent en grève, 61 % des ouvriers du département sont en grève d’une heure le 13 mai ! CAC, 19820599, article 66, rapport du 19 mai 1965.

40 Il faut dire que le site comprenait beaucoup de techniciens et ingénieurs…

Table des illustrations

Légende Document i. – Les secteurs d’activités de la région des Pays de la Loire (source : INSEE) (2004)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Document ii. – L’activité industrielle dans les Pays de la Loire (source : INSEE)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104961/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540