Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Les syndicats européens face au tournant industriel et social des années 1970-1980

Michel Pigenet

Texte intégral

1La crise actuelle souligne cruellement la médiocre aptitude du mouvement syndical à influencer le cours des décisions qui, au plus haut niveau mondial comme aux échelons européen, national ou des entreprises, tendent au prix d’une débauche de financements publics à enrayer les conséquences des options néo-libérales antérieures qu’ils n’étaient pas davantage parvenus à contenir. Cette impuissance traduit l’ampleur des changements intervenus depuis les années 1970. Aggravée par la crise, la mise en concurrence des travailleurs à l’œuvre avec la mondialisation impulsée depuis plus de trois décennies ébranle les solidarités de principe affichées à l’occasion de regroupements syndicaux, inédits et impensables pendant la Guerre froide, qu’illustrent les affiliations à la Confédération européenne des syndicats et, plus récemment, à la nouvelle Confédération syndicale mondiale.

L’apogée syndical et ouvrier des années 1960-1970

  • 1 Robert J.-L., Boll F., Prost A. (dir.), L’Invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe o (...)
  • 2 Pigenet M., Pasture P., Robert J.-L. (dir.), L’Apogée des syndicalismes en Europe occidentale, 196 (...)
  • 3 Visser J., « Syndicalisme et désyndicalisation », Le Mouvement social, no 162, janvier-mars 1993, (...)

2En tout état de cause, le tableau contrasté a peu à voir avec l’avenir que pouvaient esquisser Victor Griffuelhes, Tom Mann ou Karl Legien au tournant des XIXe et XXe siècles1. Il ne diffère pas moins de ce que les dirigeants et militants des années 1960-1970 espéraient, voire tenaient pour durable, sinon intangible, dans le prolongement des progrès réalisés les années précédentes. La notion d’apogée appliquée à la période semble pertinente à la condition d’entendre les objections qu’elle soulève sans suffire à l’invalider2. Les syndicalismes européens ont ainsi vécu d’autres périodes fastes, notamment avant et après la Seconde Guerre mondiale, cependant que ceux de Scandinavie ou de Belgique se maintenaient à un haut niveau quasiment jusqu’à aujourd’hui. À l’inverse, d’autres subissaient, dans les bassins miniers et sidérurgiques ou les chantiers navals des années 1960 et 1970, un déclin structurel anticipateur des chocs à venir d’une désindustrialisation d’envergure. Globalement, le verdict des chiffres apparaît néanmoins sans appel. À la hausse, le nombre des adhérents, toutes professions confondues, se compte par dizaines de millions en 1980 – 36,4 millions – dans les limites de la CEE d’alors3. Les taux de syndicalisation dépassent partout 20 % en Europe occidentale, avec des pointes au-dessus de 50 % pour une moyenne de 38,1 %. La tendance intéresse l’ensemble des pays industrialisés. À l’échelle des dix-huit principaux membres de l’OCDE, le total des syndiqués atteint 82,2 millions, soit un taux de syndicalisation de 32,3 %.

  • 4 Kaelble H., Vers une société européenne. Une histoire sociale de l’Europe ; 1880-1980, Paris, Beli (...)

3Si la puissance est affaire d’effectifs, l’influence syndicale doit beaucoup aux « pactes sociaux » de l’après-guerre. Traductions institutionnelles des compromis keynésio-fordiens qui, désormais, lient productions et consommations de masse aux gains de productivité, ces dispositifs élargissent le système représentatif au social, au bénéfice des syndicats qui siègent es qualité dans les instances prévues à cet effet. Qu’elles relèvent du néo-corporatisme, du paritarisme ou du tripartisme, ces responsabilités érigent les dirigeants syndicaux en acteurs de la redistribution ou de la prévention, tenus informés et consultés lors de l’élaboration des politiques publiques économiques et sociales. Ces positions de pouvoir, quelquefois antérieures à la Seconde Guerre mondiale, en font les partenaires, légitimes et obligés, des employeurs et des gouvernements. Qu’il y ait loin, souvent, de la fonction reconnue, de la loi ou de l’accord aux pratiques est une autre question. Par là, les syndicalismes européens des années 1960-1970 se distinguent aussi bien, dans leur diversité, de leurs devanciers que de leurs homologues des États-Unis et du Japon. Ainsi la période se singularise-t-elle, à l’ouest du vieux continent, par la conjonction d’une authentique force numérique et d’une présence, nouvelle par son extension, aux multiples échelons et institutions du social. Rien n’y échappe complètement : entreprises, branches, structures nationales interprofessionnelles, étatiques et para-étatiques… L’évolution participe de la pacification des relations professionnelles et de l’intégration dans les systèmes sociopolitiques dont la généralisation continentale, nonobstant les spécificités nationales des relations professionnelles, contribue à la convergence des sociétés d’Europe occidentale4.

4Malgré son ancienneté, l’expression de « mouvement ouvrier » trouve encore, alors, sa justification dans la composition sociologique des salariats européens. En France, après un premier pic en 1926, le maximum ouvrier est atteint en 1962 – 41 % des actifs – ou 1975 – 8,6 millions –, selon que l’on considère les valeurs relatives ou absolues. Fait décisif, tandis que le prolétariat agricole s’effondre, la classe ouvrière se concentre dans l’industrie. Il en découle une homogénéisation confortée à l’échelle de l’Europe où les écarts se resserrent au fur et à mesure que l’industrialisation gagne le sud du continent. Le poids et l’influence du groupe s’évaluent en termes de progression du niveau de vie et de garanties sociales dorénavant enviables. Sur ses marges ou de plus loin, beaucoup se reconnaissent en lui. Malgré la persistance d’indices significatifs des sujétions en vigueur au travail, d’un moindre et systématiquement décalé accès au bien-être, 40 % des personnes qui, en 1976 en France, revendiquent une appartenance de classe, se déclarent « ouvriers ». à cette date, bien peu disputent aux travailleurs de l’industrie leur place de ferment et d’aile marchante d’un « mouvement ouvrier » qui puise dans la classe sa raison d’être, son style et sa culture. Pour ne pas s’y résumer, les syndicats, dans la variété de leurs caractéristiques corporatives, nationales et idéologiques, constituent la composante majeure dudit mouvement. L’une des plus précoces et des plus durables aussi.

5Pour le reste, c’est toujours à l’échelle de la nation que se construisent les rapports de forces, les alliances, les compromis essentiels, que s’évalue la capacité à impulser ou infléchir, que s’éprouvent les stratégies, se forgent les identités. La pente nationale n’est cependant pas seule en cause. Les déterminismes corporatifs et locaux continuent d’agir. Qu’elles soient ou non encadrées par la loi, les modalités concrètes du paritarisme ou des conventions collectives diffèrent d’une profession et d’un territoire à l’autre. Pas plus en 1970 que jadis, on se syndique, se mobilise, milite et négocie de la même manière dans l’automobile et dans l’enseignement, à Anvers, Marseille, Milan ou Francfort… Flagrants, les clivages idéologiques ne sauraient tout éclairer ou écraser. Ils se combinent plutôt à d’autres facteurs et caractéristiques sociaux, professionnels, territoriaux. Du strict point de vue des structures, l’existence de syndicalismes chrétiens ou communistes accentue la dispersion plus qu’elle n’en renouvelle les formes. Il serait tentant, néanmoins, d’opposer la stabilité des syndicats d’obédience peu ou prou sociale-démocrate d’Europe du Nord aux fluctuations de leurs homologues plus bigarrés du Sud.

6L’apparente permanence des principes géographiques et « industriels » d’organisation mérite que l’on y regarde de plus près. Vérifiée dans ses grandes lignes, elle l’est moins dès que l’on considère les pratiques en vigueur dans les entreprises, voire les ateliers, à la croisée des cadres élémentaires, formels ou informels, de représentation des salariés et des syndiqués, en tout cas de la « base ». Ce syndicalisme quotidien intègre la poussée de contestation de l’autorité patronale typique des « années 1968 ». Il prend acte, parfois, de la défiance manifestée à l’égard des appareils syndicaux, profite du silence et des failles des clauses trop rigides, lâches ou décevantes, des conventions nationales et de branches. L’ubiquité du phénomène et son analyse approfondie mettent à jour, derrière la différence des modèles nationaux, la parenté des shop stewards britanniques, des vertrauensleute allemands, des délégués français et belges ou des delegati italiens surgis plus tardivement. À la faveur du regain de combativité ouvrière, tous déplacent vers l’usine le centre de gravité des relations professionnelles et appréhendent mieux les attentes ouvrières quant aux conditions de travail. Le mouvement ne révolutionne pas pour autant les dispositifs institutionnels, conventionnels et syndicaux nationaux qui, selon les cas, prennent appui ou s’articulent à lui, l’absorbent ou le neutralisent.

  • 5 Crouch C., Pizzorno A. (dir.), The Resurgence of Class Conflicts in Western Europe since 1968, New (...)

7En dehors même des jeux compliqués propres aux situations de pluralisme, le statut d’interlocuteur quasi officiel a des effets en retour. Au fil des ans, certaines ambitions transformatrices paraissent hors de portée ou obsolètes, cependant que les tactiques et les pratiques s’infléchissent. Le phénomène rejaillit sur leur « image » auprès des syndiqués, des salariés ou d’une opinion prompte à s’inquiéter des contreparties, réelles, occultes ou fantasmées, des relations nouées avec les partis de gouvernement. Des vents contraires perturbent néanmoins le mouvement. Le « surplus d’utopies » de l’époque suscite la montée, inégale, d’une vigoureuse contestation sociale5. En témoignent les discours et les statistiques de grèves, fussent-elles « sauvages », mais encore l’aggiornamento de confédérations chrétiennes dont le relatif « gauchissement » libère des réserves de combativité et fluidifie les frontières intersyndicales. Les manifestations les plus acrimonieuses de la division s’atténuent, des rapprochements mobilisateurs s’esquissent sur fond de reflux des préventions marquées par la Guerre froide et d’antagonismes idéologiques ou confessionnels. On se gardera d’une lecture exclusivement « syndicale » et européenne d’un véritable « cycle de mécontentement international » qui, étalé sur la décennie 1966-1976, ébranle l’ensemble des modes de domination aux quatre coins du monde. Sollicités, interpellés, aux avant-postes ou bousculés, les syndicalismes européens figurent au nombre des acteurs dont l’étude semble indispensable tant à la compréhension de leur rôle ultérieur qu’à celle du sens et des enjeux des mutations en cours.

Mutations salariales et vieillissement des références

8Qu’ils endossent l’option réformiste des politiques de présence dans les rouages étatiques ou se réclament d’une tradition de lutte et d’un projet de transformation sociale, les syndicats visent l’amélioration des conditions d’existence des salariés. L’époque, précisément, s’y prête. Le quasi-plein emploi, l’augmentation concomitante des revenus directs et indirects, la couverture des risques de la vie, etc., modifient en profondeur la condition salariale. Si la subordination à l’employeur subsiste, ses formes se « civilisent », corsetées par une série de garanties collectives, conventionnelles, réglementaires ou législatives sur lesquelles les syndicats ont plus que leurs mots à dire. Concrètement, la précarité et l’arbitraire régressent, tandis que disparaît, pour la première fois sur le continent, une pauvreté de masse très présente au début des années 1950.

  • 6 Dumazedier J., Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Le Seuil, 1962, rééd. 1990.

9L’accès aux nouveaux biens et services peut bien avoir pour prix le surmenage et la débauche d’heures supplémentaires, l’entrée dans la « société de consommation » bouleverse les modes de vie. La nouvelle hiérarchie des postes de dépenses des ménages en prend acte, à l’instar de l’attention prêtée au temps libre et aux loisirs, prélude à l’exigence plus assurée d’une réduction de la durée du travail6. Au moment où la vigueur retrouvée de la conflictualité sociale dément l’hypothèse d’un évanouissement des antagonismes de classes, les progrès enregistrés, couplés aux perspectives d’ascension sociale, fût-ce par enfants interposés, brouillent d’anciens clivages. L’extension du salariat, partout prédominant au sein de la population active, concourt à son hétérogénéité. Elle fragilise la cohésion que lui donnait jadis l’armature ouvrière encore forte, mais moins massive qu’autrefois et elle-même en voie de diversification.

  • 7 Saly P., Margairaz M., Pigenet M., Robert J.-L., Industrialisation et sociétés. Europe occidentale (...)
  • 8 Boltanski L., Les Cadres, la formation d’un groupe social, Paris, éditions de Minuit, 1982.

10Là réside l’un des défis lancés aux syndicats que leur histoire, leur implantation, leurs pratiques et cultures rattachent de mille façons au monde ouvrier et usinier. Pour l’essentiel, l’augmentation du total des actifs s’effectue du côté des services marchands ou publics, gros employeurs de femmes dont l’arrivée massive sur le marché du travail recompose le salariat7. À l’intérieur des entreprises industrielles, la part des « cols blancs » grandit, tandis que le développement des chaînes de montage accroît celle des ouvriers spécialisés au détriment des ouvriers professionnels, terreau traditionnel du militantisme syndical. La classe recrute toujours plus aux confins, ruraux et étrangers, de ses noyaux stabilisés. La mécanisation et l’automatisation des systèmes productifs imposent, par ailleurs, de disposer, à l’autre pôle des compétences, de contingents accrus de techniciens et d’ingénieurs, ces « cadres », dotés d’une réelle visibilité sur la scène sociale française8.

11Le remue-ménage socioprofessionnel se double d’une mobilité géographique qui, à son tour, déstabilise les bases territoriales de référence, estompe ou trouble maints critères d’appartenance et d’identification au profit des plus robustes et vivaces d’entre eux : culturels, ethniques et nationaux. Portés à passer outre, sinon à les nier, au nom de l’unité de la classe dont les militants n’ignorent pas, quand ils s’en inspirent, qu’elle procède plus d’une démarche stratégique que de la seule évidence sociologique. Si le volontarisme syndical favorise l’intégration des nouveaux venus, les segmentations et les repères élémentaires font rejouer les vieilles lignes de faille du salariat. Les replis et les fermetures corporatistes ou nationales compromettent l’émergence de larges fronts interprofessionnels aux sources des structures confédérales et des coopérations transfrontalières.

  • 9 Nuançons. Dans la France de 1966, bien qu’en net recul, la proportion des jeunes de 16 ans exerçan (...)
  • 10 Bantigny L., Le Plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France, de l’aube des Trente Glorieuses à la (...)

12D’autres mutations, partiellement distinctes des précédentes et d’ordre socioculturel, ajoutent à la complexité de la période. L’une d’elles se joue dans les écoles, les collèges, les lycées et les universités. À défaut d’abolir les inégalités, la massification à l’œuvre favorise la transgression des barrières sociales. Pour les jeunes issus des familles ouvrières, l’étape capitale de la socialisation s’effectue plus fréquemment hors des ateliers9, loin des valeurs et des habitus de classe dont l’acquisition se confondait avec celle de savoir-faire remis en cause par les bureaux des méthodes et l’accélération de l’innovation technique. L’itinéraire et les diplômes scolaires tendent à se substituer aux apprentissages dans la construction des identités individuelles et collectives. Ils participent de cette « culture jeune » qui, à défaut d’une improbable cohésion, marque sa différence avec celle des adultes, ses hiérarchies, ses certitudes et… ses organisations10. Scission paradoxale quand, s’agissant des syndicats, elle grossit la vague de critique sociale, non dépourvue d’ambiguïtés, qui emporte nombre de lycéens et d’étudiants de la seconde moitié des années 1960 et du début des années 1970. Elle n’est pas sans écho parmi les jeunes des ateliers et des bureaux. La sensibilité qu’elle exprime est davantage associée aux lieux et moments de loisirs ou de consommation qu’à ceux du travail et de la production. Par là, elle annonce l’irruption sur le devant de la scène sociale de thèmes qui, parfois accordés aux plus vieux combats du mouvement ouvrier – la paix – procèdent aussi d’un regard inédit sur la société et le monde – le féminisme ou l’écologie. Loin de les contrarier, le lent processus de substitution du « nous » par le « je » stimule l’éclosion d’aspirations qui, débordant du strict terrain politique et social, touchent aux domaines de la vie privée et de la sexualité. Ces derniers ne sont pas les plus familiers aux syndicats dont le gros des adhérents et des dirigeants ne songent guère à s’émanciper des normes traditionnelles, voire s’en réclament haut et fort. Ces décalages, générateurs de malentendus et d’incompréhensions, contribuent à l’ébranlement de croyances et de loyautés fondamentales, indice supplémentaire de fragilisation des modes de transmission des héritages.

Épreuves et nouveaux défis syndicaux à l’aube du XXIe siècle

13Les temps changent. À partir de la seconde moitié des années 1970, l’inexorable montée du chômage déséquilibre les marchés du travail où l’action combinée des dérégulations et de la mondialisation se retourne contre les garanties et protections des salariés européens. La flexibilité, exigée par les employeurs en position de force, fragilise d’abord les femmes, les jeunes et les immigrés qui, traditionnellement moins qualifiés, subissent de plein fouet la double concurrence des robots septentrionaux et des prolétaires du Sud. La vague finit cependant par saper les noyaux durs des usines. En France, la proportion des ouvriers, tombée à 25,9 % des actifs, recule de près de 10 points entre 1975 et 2002, tandis que leur nombre passe sous le seuil des 6 millions. En 2005-2006, une évaluation du Bureau international du travail, forcément approximative en l’absence de taxinomie unifiée, place tous les vieux pays industriels de l’ouest européen, à l’exception de l’Allemagne – 30,2 % – et de l’Italie – 34,2 % – au-dessous de la barre des 30 % d’actifs ouvriers, voire de 20 % dans le cas du Royaume-Uni. Les taux les plus élevés se rencontrent désormais au sud et à l’est de l’Europe : autour de 40 % au Portugal, en Espagne, Slovaquie, Tchéquie ou Hongrie…

  • 11 Visser J., art. cit., p. 20.

14Les courbes parallèles de la « désouvriérisation » et de la désyndicalisation du salariat occidental suggèrent une indéniable corrélation, à défaut d’une parfaite synchronie. Dans les dix-huit principaux pays de l’OCDE, le total des syndiqués tombe à 75,5 millions en 1989, soit une perte de 6,8 millions d’affiliés en neuf ans, repli que redouble la chute du taux de syndicalisation tombé à 24,8 %11. À elles seules, les organisations de la CEE déplorent un recul de 5,7 millions adhérents. Avec 30,7 millions de membres, elles ne rassemblent plus que 30,1 % des salariés de l’Union, soit un taux inférieur de huit points à celui de 1980.

  • 12 Besucco N., Tallard M., De Tertre Ch., Ughetto P., La Relation de service : un nouveau modèle de t (...)

15Gardons-nous, toutefois, des appréciations hâtives et des idées reçues. La moindre de ces dernières n’est pas l’incompatibilité supposée du syndicalisme et des aspirations ou manières d’être des salariés des services. À l’aube du XXIe siècle, les hauts taux de syndicalisation des pays scandinaves comme de la Belgique, proches de 80-90 %, intéressent des salariats dans lesquels les travailleurs de l’industrie comptent pour moins de 25 %. Trois décennies plus tôt, la contraction précoce du secteur industriel britannique, passé de 49 % des actifs à 38 % depuis la fin de la guerre, n’a pas freiné la progression des effectifs syndicaux qui, en 1979, atteignent le seuil record de 13 millions de membres, soit plus d’un salarié sur deux. Il y aurait lieu, en outre, de s’interroger sur les modalités exactes de la « désindustrialisation » certifiée par les statistiques. Nombre d’études consacrées aux activités de services insistent ainsi sur leur « industrialisation », entendons la mécanisation des opérations, à l’exemple du recours aux conteneurs et aux portiques dans les manutentions maritimes, et l’introduction de méthodes tayloriennes d’organisation du travail, à l’instar de celles à l’honneur dans les centres d’appels. Simultanément, les activités et logiques de services pénètrent le monde des usines, où ils représentent parfois jusqu’à plus de la moitié des emplois12. L’externalisation de fonctions auparavant intégrées au procès productif signale l’ambivalence d’évolutions de nature à illustrer simultanément la « désindustrialisation » de l’économie et « l’ouvriérisation » de certaines branches du tertiaire.

  • 13 Mouriaux R., Bibes G. (dir.), Les Syndicats européens à l’épreuve, Paris, Presses de la FNSP, 1990

16Un temps décontenancés par la vigueur et l’ampleur des contestations usinières des années 1968, les employeurs et leurs conseillers n’ont pas tardé à se ressaisir et à refonder leurs méthodes de management. Aidés par le retournement de la conjoncture, ils explorent dès la seconde moitié des années 1970 les ressources de procédures-maisons et d’accords d’entreprises contournant les normes conventionnelles et les organisations syndicales. À l’épreuve des années 198013, une partie des délégués d’atelier, symboles de la radicalité « basiste » des « années 1968 », se métamorphose, bon gré mal gré, en acteurs de nouveaux accords dits « gagnant-gagnant » dont beaucoup dissimulent mal la réalité des concessions syndicales. En dehors d’ultimes bastions en retrait, les organisations qui, jadis, donnaient sens et visibilité aux attentes et manières d’être de la classe ouvrière, peinent à survivre ou s’en détournent. Longtemps gage d’expérience, d’enracinement et de succès, l’empreinte ouvrière et usinière des syndicalismes devient peu à peu encombrante. D’aucuns croient discerner en elle l’obstacle rédhibitoire à une « adaptation » dont les promoteurs peuvent tout aussi bien s’inscrire dans une perspective de transformation sociale que dans une démarche d’accommodement à l’ordre existant. Sur la défensive, les syndicats s’essoufflent à devoir simultanément préserver les acquis des bases industrielles menacées et s’implanter dans les nouveaux territoires salariaux de l’économie des services et de la connaissance.

17À force d’associer les ouvriers à l’échec scolaire, aux fermetures d’établissements et à un passé industriel que l’on dit révolu, le sens commun, étayé par le repli du groupe du devant de la scène sociale, assimile cette relative discrétion à la marginalisation, sinon à la disparition de la classe. L’heure n’est plus à la réappropriation valorisante de ses stigmates. Dès 1986, à peine plus d’un Français sur quatre s’identifie à la classe ouvrière. À la même date, un ouvrier sur deux énonce son appartenance de classe, soit un recul de 24 points en neuf ans, quand près de deux cadres moyens sur trois – 63 % – se qualifient comme tels. Par-delà l’effacement significatif de l’expression même de « mouvement ouvrier », il revient à ses héritiers et continuateurs d’apporter la preuve de leur aptitude à maîtriser les changements complexes et contradictoires qui affectent le monde du travail et d’en tirer les conclusions propres à améliorer sa condition. Ou, si l’on préfère, à paraître crédibles et attractifs aux yeux des salariés dont les dynamiques de redistribution-recomposition font ressortir une hétérogénéité qui, sur les marges, occultent jusqu’aux critères distinctifs du salariat.

18Rien de ce qui s’est passé dans les années 1980 n’était inéluctable. Des choix conçus comme tels ont présidé aux réponses élaborées et mises en œuvre par des instances relevant de la sphère politique. En 1979, le gouvernement de Mme Thatcher incarne ainsi un type de rupture qui, menée tambour battant avec tous les moyens dont dispose le pouvoir d’État, malmène d’un même élan les bastions industriels et les organisations syndicales d’outre-Manche. L’impulsion britannique, amplifiée par l’administration Reagan, trouve des relais sur le vieux continent où la poussée néo-libérale ébrèche, au détriment des syndicats, les alliances historiques avec les partis socialistes ou sociaux-démocrates. Sans doute l’apparente absence de « grain à moudre », l’épuisement des transactions d’antan, la course de vitesse engagée pour contrer l’audience et les services syndicaux par des directions d’entreprises rompues à la gestion des ressources humaines ajoutent-ils aux difficultés des centrales. L’État social, sollicité pour amortir les effets de la crise, essuie les critiques que suscite le coût de mesures rarement à la hauteur des attentes. Gestionnaires d’organismes épuisés par l’alourdissement des dépenses et la révision à la baisse des protections ou des droits acquis, les syndicats se trouvent en porte-à-faux vis-à-vis de leurs mandants. En dépit de conflits spectaculaires, mais circonscrits, le rapport des forces infirme parallèlement l’efficacité des orientations de lutte et de rupture. Dans le meilleur des cas, les politiques publiques de l’emploi, réclamées de toute part mais subordonnées de longue date aux « contraintes économiques », débouchent sur le financement des retraits prématurés du marché du travail et précipitent la multiplication de contrats de travail « atypiques » amputés d’une partie des protections auparavant associées au statut salarial.

19On l’aura compris, les évolutions constatées renvoient à la question plus vaste du lien social dans les sociétés post-industrielles qu’il serait hasardeux de rouvrir au moment de conclure. Pour en revenir aux syndicats, il convient moins de s’interroger sur la probabilité d’un déclin irréversible que sur leur capacité d’initiative du triple point de vue des projets, des structures et des modes d’action pertinents. L’exercice suppose un retour sur les fondements et les conditions des solidarités interprofessionnelles, européennes et internationales. Il appelle à examiner les contours du salariat moderne, à peser sur les choix économiques, à obtenir la reconnaissance des nouvelles professionnalités, à intervenir dans les espaces-temps du travail et du hors travail, à articuler l’intérêt individuel et collectif, particulier et général. Plus largement, il passe par une réflexion approfondie sur la place de l’exploitation parmi les divers modes de domination, les rapports à développer avec d’autres types d’association… En bref, il invite les syndicats, à travers les questions posées aux structures, objectifs, valeurs et stratégies, à refonder leur légitimité et leur identité.

Notes

1 Robert J.-L., Boll F., Prost A. (dir.), L’Invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe occidentale à la fin du XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

2 Pigenet M., Pasture P., Robert J.-L. (dir.), L’Apogée des syndicalismes en Europe occidentale, 1960-1985, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005.

3 Visser J., « Syndicalisme et désyndicalisation », Le Mouvement social, no 162, janvier-mars 1993, p. 20.

4 Kaelble H., Vers une société européenne. Une histoire sociale de l’Europe ; 1880-1980, Paris, Belin, coll. « Modernités XIXe et XXe siècles », 1988.

5 Crouch C., Pizzorno A. (dir.), The Resurgence of Class Conflicts in Western Europe since 1968, New York, Holmes & Meier, 1978, 2 vol.

6 Dumazedier J., Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Le Seuil, 1962, rééd. 1990.

7 Saly P., Margairaz M., Pigenet M., Robert J.-L., Industrialisation et sociétés. Europe occidentale, 1880-1970, Neuilly, Atlande, 1998.

8 Boltanski L., Les Cadres, la formation d’un groupe social, Paris, éditions de Minuit, 1982.

9 Nuançons. Dans la France de 1966, bien qu’en net recul, la proportion des jeunes de 16 ans exerçant une activité professionnelle atteint encore 46,3 % parmi les jeunes gens et 33,1 % chez les jeunes filles. Deux ans plus tard, les moins de 25 ans forment le quart des effectifs ouvriers, avec des pointes au tiers dans le bâtiment et les travaux publics.

10 Bantigny L., Le Plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France, de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007 ; Levi G., Schmitt J.-C. (dir.), Histoire des jeunes en Occident, t. II L’époque contemporaine, Paris, Le Seuil, 1996 ; Sohn A.-M., âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette Littérature, 2001 ; Sirinelli J.-F., Les Baby-boomers. Une génération, 1945-1969, Paris, Fayard, 2003.

11 Visser J., art. cit., p. 20.

12 Besucco N., Tallard M., De Tertre Ch., Ughetto P., La Relation de service : un nouveau modèle de travail en tension, Rapport, IRIS, mai 2002 ; Gadrey J., Socio-économie des services, Paris, La Découverte, 2003 ; Pigenet M., « Les relations de services : pratiques et points de vue d’acteurs », Le Mouvement social, no

216, juillet-septembre 2006, p. 3-18 ; Rot G., Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier et la sociologie, Toulouse, Octarès éditions, 2006.

13 Mouriaux R., Bibes G. (dir.), Les Syndicats européens à l’épreuve, Paris, Presses de la FNSP, 1990.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540