Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Introduction. Une histoire en renouveau ? Regard historiographique autour « des mouvements ouvriers » depuis la fin des années 1960

Laurent Jalabert

Texte intégral

  • 1 Le terme ici employé renvoie essentiellement aux approches telles qu’elles ont été envisagées dans (...)
  • 2 On passe du « travailleur » au « salarié » avec une césure dans les années 1980, cf. Antoine Prost(...)
  • 3 Sans que ne soient distingués dans la fonction publique les divers degrés du contractuel aux diver (...)
  • 4 La diversification de l’emploi dans les entreprises industrielles notamment, depuis un demi-siècle (...)

1L’histoire des conflits sociaux s’intègre dans l’historiographie française dans une dynamique qui s’est développée autour de l’histoire sociale depuis la fin des années 1950 essentiellement. Introduite par des approches « marxistes » de l’histoire1, la notion de conflits sociaux s’est longtemps conjuguée avec l’analyse des classes sociales. Une telle vision est calquée sur les réalités politiques, sociales et culturelles de l’époque : la notion de « conflit de classes » était notamment revendiquée par le parti le plus important dans la vie politique française, le PCF, fort de ses 25 % dans les scrutins de l’immédiat après-guerre. De même, la période est riche en conflits sociaux : les grèves ouvrières de 1947, emblématiques dans cette période délicate de reconstruction, ravivent les souvenirs d’un Front populaire qui, dix ans plus tôt, avait considérablement marqué la société française. Bref, l’époque est propice pour analyser des conflits sociaux, même si l’historiographie est peu tournée alors vers l’histoire du temps proche. En outre, les intellectuels des années froides n’hésitaient pas à recourir à un vocabulaire marxisant, certes parfois entaché d’un aveuglement philosoviétique, minoritaire d’ailleurs, mais communément usité dans les sciences humaines et sociales. Dès lors, l’histoire contemporaine, dans ses approches sociales, recourait bien sûr à des analyses par l’étude des classes, « bourgeoises », « paysannes » ou « ouvrières ». Le vocabulaire marxisant a été depuis abandonné2, mais l’identification aux mondes « socio-professionnels », terme désormais plus souvent retenu, perdure : « conflit des infirmières », « conflits étudiants », « conflit des aiguilleurs du ciel »…, l’énumération pourrait être longue. Si pour de rares secteurs les approches par grandes classes sociales se maintiennent (notamment pour « les conflits paysans »), ceux propres à la classe ouvrière ont eu tendance à se dissocier les uns des autres. Certains ont conservé une dynamique emblématique, notamment les conflits des « cheminots », mais ils recouvrent plus une identification à une entreprise qu’à une classe. D’ailleurs, les salariés de la SNCF sont loin d’être tous des ouvriers… Cette identification « au groupe professionnel », au corps (les fonctionnaires3), à « l’employeur » même, est particulièrement visible dans le vocabulaire médiatique d’aujourd’hui. Les mouvements sociaux issus de la crise de l’automne et de l’hiver 2008-2009 sont à ce titre frappants. Ils renvoient à des noms de sociétés, souvent multinationales, qui annoncent des fermetures de sites : « les Caterpillar », « les Continental »… ; ou à des noms de lieux comme lors de la grève sur le site sidérurgique de Gandrange en Lorraine. Dans cet ensemble, l’identification à une classe s’est disloquée au profit de l’identification à un état, celui de « salariés4 », membres d’un corps, d’un groupe, d’une société, d’un site de production… Dès lors, la notion même de « mouvements ouvriers », comme objet se référant à une classe proprement dite, pourrait être soumise au débat dans ces temps proches, où elle semble de moins en moins opérante…

  • 5 Voir ci-dessous.
  • 6 Cf. Berstein S. (dir.), Les Cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999. Une donnée qui c (...)

2Pour autant, les historiens sont restés attachés à la notion d’histoire du « monde ouvrier ». Celle-ci recouvre un sens dans une approche de l’histoire par la longue durée. L’un des faits majeurs de la période contemporaine est le développement du monde industriel, générateur d’une main-d’œuvre propre, identifiée par les courants socialistes du XIXe siècle à une classe, celle des « ouvriers », plus largement compris dans le prolétariat. Les historiens ont bien sûr commencé par étudier ce temps plus éloigné, intégrant des dynamiques diverses5. Mais surtout, ils ont pu mettre en valeur l’existence même d’une « culture ouvrière », terme qui inclut entre autre une approche par l’histoire des « cultures politiques6 ». Cette imprégnation est, nous semble-t-il, durable dans le temps long, tout particulièrement dans l’élaboration d’une « mémoire » des conflits ouvriers dans la société française, objet d’une histoire qui reste à construire. Dès lors, et même si l’existence d’un « mouvement ouvrier » depuis les années 1960, plus encore sans doute les années 1980 et même 2000, mérite d’être discutée, c’est bien parce que des conflits interviennent de façon récurrente dans le secteur industriel des régions de l’ouest Atlantique qu’il est apparu opératoire de situer les travaux de ces journées d’études dans le champ historiographique de l’histoire du monde ouvrier.

Brefs rappels historiographiques sur l’histoire du monde ouvrier

  • 7 Pour un regard complet, cf. Prost A., « L’histoire ouvrière en France aujourd’hui », Historiens et (...)
  • 8 Nous ne développons pas ces traits, voir notamment, Bron J. (dir.), Histoire du mouvement ouvrier, (...)
  • 9 L’influence marxiste est bien évidemment marquée.
  • 10 Sur ce point cf. la synthèse de Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française, Paris, Le (...)
  • 11 Trempé R., Les Mineurs de Carmaux (1848-1914), Paris, Les éditions ouvrières, 1971.
  • 12 Perrot M., Les Ouvriers en grève en France (1871-1890), Paris, Mouton, 2 vol., 1973.
  • 13 Elle est accessible en ligne sur les sites, [www.jstor.org] et [www.cairn.info/revue].

3L’histoire des ouvriers en France se place dans une tradition historiographique récente, particulièrement vivante au cœur des années 1960-19707, Cette histoire, fortement connotée d’imprégnation idéologique jusqu’à la fin des années 19808, s’est structurée autour d’objets de recherche auscultés par le biais de la longue durée, qui ont cherché à comprendre par une histoire globale, non seulement les formes spécifiques de ce que l’on considère alors comme « une classe sociale9 » (conditions de travail, de vie, luttes sociales, appartenances politiques, etc.), mais au-delà, les éléments même qui fondent les caractères de celle-ci dans une approche plus culturelle de l’objet10. Une approche historiographique s’est ainsi forgée depuis le début des années 1960 portant notamment sur la fin du XIXe siècle, en raison de l’accessibilité à des archives écrites qui restait très limitée avant la loi Favier de 1979. L’ouvrage le plus accompli dans la recherche universitaire est alors certainement la thèse de Rolande Trempé sur Les mineurs de Carmaux11. Dans ce cadre, l’approche des mouvements ouvriers a pu faire l’objet d’études spécifiques dont certaines mettaient en avant les conflits sociaux, comme l’illustre la thèse de Michèle Perrot12. La revue Le Mouvement social, dont la figure est alors Jean Maitron, grand initiateur des études sur le mouvement ouvrier, créée en 1960, a contribué à faciliter le développement d’analyses dans cette optique, au travers de monographies plus restreintes et a permis de diffuser de nombreux articles dans le domaine, aujourd’hui partiellement accessibles en ligne sur le réseau Internet13.

  • 14 Antoine Prost, article cité, p. 205.
  • 15 P. 199. Sans pouvoir citer tous les travaux, on renverra par exemple à l’ouvrage d’Annie Fourcaut, (...)

4Cette histoire du mouvement ouvrier s’est enrichie dans les années 1970 et 1980 de l’apport des sciences voisines, notamment de la sociologie et de la science politique, qui ont pour vocation de travailler sur des temps chronologiques plus proches. Les historiens, s’ils se sont surtout consacrés à poursuivre leurs études sur le XIXe siècle, puis progressivement sur le début du XXe siècle, ont intégré des approches pluridisciplinaires, ce qui a donné un nouveau souffle à l’objet14. Dans l’état des lieux qu’ils dressent en 1995 dans la revue Historiens et Géographes (« Histoire ouvrière », no 350, octobre 1995), les coordonnateurs du numéro, Michel Pigenet et Jean-Louis Robert se sont félicités d’une histoire qui faisait preuve de « vitalité, mais aussi de diversité, voire d’éclatement15 ».

  • 16 Parmi ses dernières publications, cf. La Manif en éclat, Paris, La Dispute, 2004 ; Le Pouvoir est (...)
  • 17 Sirot S., La Grève en France. Une histoire sociale (XIXe et XXe siècles), Paris, Odile Jacob, 2002
  • 18 Prost A., Autour du Front populaire, aspects du mouvement social au XXe siècle, Paris, Le Seuil, c (...)

5À partir de cette époque, les historiens se sont en effet efforcés de développer de nouveaux angles de recherche, notamment autour de « formes de mobilisations ouvrières », portant sur la longue durée, ce qui a donné lieu à quelques synthèses dont l’apport historiographique fut important, non seulement d’un point de vue de l’histoire sociale, mais aussi dans le domaine des cultures politiques. En ce sens, les travaux de Danièle Tartakowsky sur la manifestation sont considérables, même si l’historienne n’aborde que de façon rapide la période terminale et propose un champ très large dans lequel le cas des manifestations ouvrières n’est qu’un élément parmi d’autres16. Dans une optique parallèle, Stéphane Sirot17 s’est attaché à proposer une interprétation sur le sens de la « grève » par la longue durée. Pour autant, dix ans après la publication du numéro collectif d’Historiens et géographes, Antoine Prost relève que l’enthousiasme pour l’histoire du monde ouvrier a quelque peu fléchi, oscillant depuis une vingtaine d’années entre histoire sociale et culturelle18. Centralisant dans une publication quarante années de travaux sur le mouvement social, il évoquait dans son avant-propos « la centralité perdue de l’histoire ouvrière ».

Les conflits sociaux ouvriers depuis le début des années 1960. Un sujet d’histoire proche abordé par le champ pluridisciplinaire

  • 19 Cf. Lefeuvre D., Margairaz M., Tartakowsky D., Le Front populaire, Paris, Larousse, 2009.
  • 20 Sans entrer dans le détail bibliographique, très vaste, on renverra ici aux synthèses de Michel Ve (...)
  • 21 Voir notamment les travaux d’Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Le Seuil, 1975 ; Hélène Hat (...)
  • 22 Cf. par exemple : Capdevielle J. et alii, La Grève du Joint Français, les incidences politiques d’ (...)

6Cette historiographie « éclatée », dense, se mesure à une échelle du temps qui se place surtout dans la longue durée. Car, si quelques terrains, notamment la fin du XIXe siècle, ou encore le Front populaire19, voire même les grèves de l’immédiat après-guerre (1947) restent l’objet d’études systématiques, la période la plus contemporaine (des années 1960 à nos jours) n’est abordée par les historiens que depuis peu. Si les approches sociologiques ont été multiples dans les années 1970 et 198020, tout comme les études de sciences politiques sur les syndicats ouvriers21, voire l’analyse de quelques conflits emblématiques22, les historiens n’ont entrepris des recherches régulières sur ces champs immédiats que depuis une dizaine d’années, selon deux angles d’approche.

  • 23 Nous paraphrasons ici l’ouvrage collectif dirigé par Geneviève Armand-Dreyfus et alii (dir.), Les (...)
  • 24 Particulièrement décortiqué, cf. Zancarini-Fournel M., Le Moment 68, une histoire contestée, Paris (...)
  • 25 Ce que Michelle Zancarini-Fournel appelle « la longue décennie des mouvements sociaux », Les Année (...)
  • 26 Benoît V., Le Conflit de la CIP, Haisnes-la Bassée (1975-1977), IEP de Grenoble, 1997 ; « Le confl (...)
  • 27 Cf. l’article de Nicolas Hatzfeld et Jean-Louis Loubet, « Le conflit Talbot du printemps syndical (...)
  • 28 Leroy C., 1968-1979. La décennie de grèves ouvrières. Contribution à l’étude du mouvement social da (...)
  • 29 De Montlibert Ch., Crise économique et conflits sociaux dans la Lorraine sidérurgique, Paris, L’Har (...)
  • 30 Cheminots en grève ou la construction d’une identité (1848-2001), Paris, Maisonneuve et Larose, 20 (...)
  • 31 L’Insubordination ouvrière dans les années 68, Rennes, PUR, 2007.

7Le premier a pour point de départ les études autour de mai 1968, envisagé comme « le temps de la contestation23 ». Au-delà de l’événement en lui-même24, les historiens constatent pour les années 197025 notamment, une recrudescence des conflits sociaux de tout genre, y compris en milieu ouvrier. La période devient un objet plus systématique d’études essentiellement par le biais de monographies centrées autour de quelques conflits précis, en général consacrés aux années 197026, plus que sur les décennies suivantes27. D’autres approches tentent d’élargir leurs analyses à des domaines géographiques élargis, à des échelles départementale28 ou régionale29. De là, émergent plusieurs synthèses, qui peuvent se replacer dans la longue durée, notamment celle de Christian Chevandier sur un corps particulier, les cheminots30, ou celle de Xavier Vigna qui, après avoir surtout travaillé sur la Bourgogne, essaie d’élargir son champ de recherche à d’autres espaces du territoire pour comprendre la nature des mouvements ouvriers des années 197031.

  • 32 Outre les travaux déjà cités, cf. Branciard M., Histoire de la CFDT, 70 ans d’action syndicale, Pa (...)
  • 33 Cf. l’étude collective autour d’André Gueslin, Les Hommes du pneu. Les ouvriers Michelin (1940-198 (...)
  • 34 Nous ne citons pas la bibliographie abondante sur les maoïstes ou sur les liens entre le Parti com (...)
  • 35 Georgi F., L’Invention de la CFDT (1857-1970), Paris, éditions de l’Atelier/CNRS, 1995.
  • 36 Georgi F. (dir.), L’Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

8Le second axe tente de réfléchir sur les transformations de la condition ouvrière, tant par le biais de l’étude des syndicats32 que des cultures ouvrières33, essentiellement par des analyses reprises au champ politique34. Les travaux de Frank Georgi sur la CFDT35 ou sur l’autogestion36 sont en ce sens particulièrement évocateurs. De telles approches évoquent bien sûr elles aussi les conflits sociaux comme éléments constitutifs de la vie de l’entreprise, ou encore comme marque de la condition des ouvriers.

  • 37 Archives associatives, notamment des Unions départementales, parfois léguées à des centres indépen (...)
  • 38 Archives du ministère de l’Intérieur, notamment rapports des préfets ou des renseignements générau (...)
  • 39 Dont le statut d’archives privées est très inégal. Les Archives nationales du monde du travail à R (...)
  • 40 Beltran A. et Le Béguec G. (dir.), en collaboration avec Williot J.-P., Action et pensée sociale c (...)
  • 41 Il est impossible de se livrer à des recensements exhaustifs dans le cadre de cet article.

9Le temps proche, tant par les approches pluridisciplinaires que par quelques travaux récents, n’est donc plus un champ ignoré des historiens. À l’appui de recherches reposant sur une pluralité de sources, mêlant sources syndicales37, archives publiques38, archives des entreprises39, médias, histoire orale…, ils parviennent à recomposer au-delà du champ mémoriel, des études comparables à celles menées pour des périodes plus distantes. Pour autant, dans cet ensemble, les années 1970, approchées dans la continuité du « moment 68 », sont surtout privilégiées. Les années 1960 demeurent moins traitées, même si elles ont été abordées par le biais politique, notamment autour d’un colloque sur Georges Pompidou40 ou par quelques lectures monographiques locales ou régionales41. Les années 1980 et 1990 sont plus rarement évoquées par la recherche historique.

10Les deux temps sont-ils à distinguer les uns des autres ? Existe-t-il une différenciation si forte entre des années 1960-1970 qui relèveraient de luttes ouvrières traditionnelles, autour de l’amélioration du niveau de vie, des revendications salariales, de la transformation des conditions de travail ? Et des années 1980-1990, qui renverraient à la « liquidation » d’un mouvement ouvrier soumis à la désindustrialisation brutale provoquée par la crise des années 1970-1980 autour de nouveaux phénomènes : fermetures des industries traditionnelles, délocalisations etc. ? Si le contexte diligente souvent la réaction du mouvement ouvrier, les césures chronologiques sont fluctuantes selon les secteurs d’activité notamment. Les années 1980 sont cependant plus marquantes pour le mouvement social, dans le sens où les logiques de liquidation du secteur industriel traditionnel se déroulent dans un climat économique peu propice au salariat : le plein-emploi des années 1960 est bel et bien révoqué, et les nouveaux emplois industriels, notamment dans les secteurs de pointe ou les nouvelles technologies, ne sont guère des portes de sortie pour les mineurs, les ouvriers de la métallurgie ou du textile particulièrement éprouvés. Les luttes apparaissent désespérées et ce d’autant plus qu’à partir de 1981, l’arrivée d’un gouvernement de gauche, s’appuyant sur un programme marqué par un discours axé sur la relance et l’aide à la classe ouvrière (nationalisations, etc.), conduit à des réactions résignées du monde ouvrier.

11Existe-t-il une césure dans l’évolution du mouvement ouvrier entre les années 1960 et les années 2000 ? Les actes de ces journées d’études, qui se positionnent dans la continuité des approches pluridisciplinaires autour de la notion de « conflit social » évoquées ci-dessus, ont essayé, par le biais de monographies variées (la manifestation, le conflit d’usine surtout) de déterminer la nature même de ces conflits. Plusieurs questions émergent : a-t-on une décroissance des mobilisations ouvrières, dans un environnement industriel sans cesse fragilisé par la crise et les redéploiements macroéconomiques ? Les formes de mobilisation évoluent-elles ? Quel est le sens donné à la grève ? Comment se déroulent les manifestations ? Les solidarités ouvrières s’expriment-elles ? Quels sont les résultats des luttes engagées ? Comment le pouvoir politique local réagit-il ?

Notes

1 Le terme ici employé renvoie essentiellement aux approches telles qu’elles ont été envisagées dans les années 1950 autour d’Ernest Labrousse.

2 On passe du « travailleur » au « salarié » avec une césure dans les années 1980, cf. Antoine Prost, « Identités syndicales et vocabulaire », in Hetzel A.-M. et alii (dir.), Le Syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse, 1998.

3 Sans que ne soient distingués dans la fonction publique les divers degrés du contractuel aux divers « cadres » (classés de la lettre A à D), sans parler des hiérarchies internes (notamment la distinction entre administration centrale parisienne et administrations décentralisées), ou entre ministères (certains corps ayant ses « avantages en primes », l’Aviation civile, les Impôts, le Trésor… étant considérés plus avantagés que d’autres)…

4 La diversification de l’emploi dans les entreprises industrielles notamment, depuis un demi-siècle, avait déjà quelque peu effacé l’utilisation du mot « ouvriers » (de moins en moins nombreux sur les sites de production), pour celle de « travailleurs », plus large.

5 Voir ci-dessous.

6 Cf. Berstein S. (dir.), Les Cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999. Une donnée qui conduit souvent à rapprocher l’histoire des ouvriers et celles de certains groupements politiques qui les défendent, notamment le PCF.

7 Pour un regard complet, cf. Prost A., « L’histoire ouvrière en France aujourd’hui », Historiens et géographes, no 350, octobre 1995.

8 Nous ne développons pas ces traits, voir notamment, Bron J. (dir.), Histoire du mouvement ouvrier, Paris, Les Éditions ouvrières, 1968 à 1973 (3 vol.) ; Kesselman M. (dir.), 1968-1982 : le mouvement ouvrier français, crise économique et changement politique, Paris, Les Éditions ouvrières, 1984 ; et la synthèse dirigée par Willard C., La France ouvrière, Paris, Éditions de l’Atelier, 3 tomes, 1995. Sur les liens entre histoire et militantisme dans le domaine de l’histoire sociale, cf. les ouvrages consacrés à deux historiennes, Rolande Trempé (Demélas M.-D. [dir.], Militantisme et histoire, Toulouse, PUM, 2000) et Madeleine Rebérioux (Duclert V., Fabre R. et Fridenson P. [dir.], Avenirs et avant-gardes en France, XIXe et XXe siècles, hommages à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, 1999).

9 L’influence marxiste est bien évidemment marquée.

10 Sur ce point cf. la synthèse de Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française, Paris, Le Seuil, 1986.

11 Trempé R., Les Mineurs de Carmaux (1848-1914), Paris, Les éditions ouvrières, 1971.

12 Perrot M., Les Ouvriers en grève en France (1871-1890), Paris, Mouton, 2 vol., 1973.

13 Elle est accessible en ligne sur les sites, [www.jstor.org] et [www.cairn.info/revue].

14 Antoine Prost, article cité, p. 205.

15 P. 199. Sans pouvoir citer tous les travaux, on renverra par exemple à l’ouvrage d’Annie Fourcaut, Femmes à l’usine en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Maspero, 1982 – qui a ensuite travaillé sur la ville de Bobigny ; voir aussi la monographie de Patrick Fridenson sur Renault qui fait le pont entre l’histoire des entreprises prise dans un sens économique et celle du monde ouvrier, Histoire des usines Renault, naissance d’une grande entreprise (1890-1939), Paris, Le Seuil, 1972. De façon complémentaire, Sylvie Schweitzer a étudié le cas de Citroën (Des engrenages à la chaîne. Les usines Citroën, 1915-1935), Lyon, PUL, 1982. L’Ouest a été étudié par Claude Geslin, Le Syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, Saint-Hyppolite du port, Espace-écrits, 3 vol., 1990. Gérard Funffrock a, lui, étudié les conflits dans le Nord, Les Grèves ouvrières dans le Nord, Roubaix, Edires, 1988. Yves Lequin a mené de longues enquêtes autour des ouvriers à Lyon avant de se tourner vers l’histoire urbaine (Lequin Y., Les Ouvriers de la région lyonnaise de 1848 à 1914, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1977), alors que plus tardivement, Jean-Louis Robert analysait le cas parisien par des approches plus culturelles (Robert J.-L., Ouvriers et mouvement ouvrier parisien pendant la grande guerre et l’immédiat après-guerre, histoire et anthropologie, thèse de doctorat d’histoire, Paris I, 1989).

16 Parmi ses dernières publications, cf. La Manif en éclat, Paris, La Dispute, 2004 ; Le Pouvoir est dans la rue. Crises et manifestations en France, Paris, Aubier, 2005 ; La Manifestation, Paris, Presses de Sciences po., 2008 (avec Olivier Filleule).

17 Sirot S., La Grève en France. Une histoire sociale (XIXe et XXe siècles), Paris, Odile Jacob, 2002.

18 Prost A., Autour du Front populaire, aspects du mouvement social au XXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « UH », 2006.

19 Cf. Lefeuvre D., Margairaz M., Tartakowsky D., Le Front populaire, Paris, Larousse, 2009.

20 Sans entrer dans le détail bibliographique, très vaste, on renverra ici aux synthèses de Michel Verret (L’espace ouvrier, Paris, A. Colin, 1979 ; Le Travail ouvrier, Paris, A. Colin, 1982 ; La Culture ouvrière, Paris, ACL, 1988 ; Chevilles ouvrières, Paris, éditions de l’Atelier, 1995) ; à la présentation de Pierre Dubois et Claude Durand, La Grève, Paris, A. Colin/FNSP, 1975 ; au livre emblématique de Jean-Pierre Dumont, La Fin des OS, Paris, Mercure de France, 1973 ; ou même à Danièle Kergoat qui livre une approche par le genre, Les Ouvrières, Paris, Le Sycomore, 1982 ; sans oublier François Dubet, Alain Touraine et Michel Wieviorka, Le Mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984 et l’ouvrage collectif, Ouvriers, ouvrières. Un continent morcelé et silencieux, Paris, Autrement, no 126, janvier 1992. Sur la sociologie, cf. l’analyse d’Antoine Prost, « Fin de la sociologie du travail ou fin des ouvriers ? », in Autour du…, op. cit.

21 Voir notamment les travaux d’Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Le Seuil, 1975 ; Hélène Hatzfeld, La CFDT et le mouvement social 1971-1981, thèse d’état, IEP de Paris, 1987 ; René Mouriaux, La CGT, Paris, Le Seuil, 1982 ; Guy Groux et René Mouriaux, La CFDT, Paris, économica, 1989 et La CGT, crises et alternatives, Paris, économica, 1992. À la même époque, Michel Launay étudie en historien le premier syndicalisme chrétien jusqu’en 1940, Le Syndicalisme chrétien en France (1885-1940), thèse d’état, Paris I, 1981 (5 vol.), dont une partie a été publiée (La CFTC, origines et développement de 1919 à 1940, Publications de la Sorbonne, 1987). Un colloque a réuni récemment des historiens sur la période du régime de Vichy, cf. Margairaz M. et Tartakowsky D. (dir.), Le Syndicalisme dans la France occupée, Rennes, PUR, 2008. Sur les récentes réflexions des historiens, on renverra aux remarques fournies par Michel Pigenet dans cet ouvrage (cf. supra).

22 Cf. par exemple : Capdevielle J. et alii, La Grève du Joint Français, les incidences politiques d’un conflit social, Paris, A. Colin, 1975 ; Deniot J., Usine et coopération ouvrière. Métiers, syndicalisation, conflits aux Batignolles, Paris, Anthropos, 1983 ; Dréau Y., Grève de Péchiney-Noguères, Fontenay-le-Fleury, 1974 ; Dubost N., Flins, sans fin, Paris, Maspero, 1979 ; Durand C., Chômage et violence à Longwy, Paris, Galilée, 1981 ; Kergoat D., Bulledor ou l’histoire d’une mobilisation ouvrière, Paris, Le Seuil, 1973 ; Le Madec F., L’Aubépine de mai. Chronique d’une usine occupée. Sud Aviation, Nantes, 1968, Nantes, CDMOT, 1988 ; et les travaux de Gérard Noiriel, historien, qui s’aventure vers le temps proche, sur Longwy (Longwy, immigrés et prolétaires, Paris, PUF, 1984 ; Vivre et lutter à Longwy, Paris, Maspero, 1980).

23 Nous paraphrasons ici l’ouvrage collectif dirigé par Geneviève Armand-Dreyfus et alii (dir.), Les années 68, le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe/IHTP, 2000.

24 Particulièrement décortiqué, cf. Zancarini-Fournel M., Le Moment 68, une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008 ; ou notre propre regard, « Mai 68, bilan d’une commémoration (bis) », Cahiers d’histoire immédiate, Toulouse, no 34, automne 2008.

25 Ce que Michelle Zancarini-Fournel appelle « la longue décennie des mouvements sociaux », Les Années 68, op. cit., p. 275. Il est intéressant de voir que la décennie précédente est moins envisagée, l’ouvrage de Philippe Artière et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective, Paris, La Découverte, 2008, ne consacre aucune entrée à un mouvement ouvrier dans la période 1962-1968, contre plusieurs à la suivante (Lip, Longwy, Overney notamment), même si ceux-ci restent les parents pauvres de la publication.

26 Benoît V., Le Conflit de la CIP, Haisnes-la Bassée (1975-1977), IEP de Grenoble, 1997 ; « Le conflit chez Paris SA (1972) », Bulletin du CHT, Nantes, no 21, 2002, p. 9-24.

27 Cf. l’article de Nicolas Hatzfeld et Jean-Louis Loubet, « Le conflit Talbot du printemps syndical au tournant de la rigueur (1982-1984) », Vingtième siècle revue d’histoire, no 84, octobre-décembre 2004.

28 Leroy C., 1968-1979. La décennie de grèves ouvrières. Contribution à l’étude du mouvement social dans le Calvados, mémoire de maîtrise, université de Caen, 2001.

29 De Montlibert Ch., Crise économique et conflits sociaux dans la Lorraine sidérurgique, Paris, L’Harmattan, 2000 (travail de sociologue plus que d’historien) ; Porhel V., Ouvriers bretons, conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Rennes, PUR, 2008. La tradition par des approches monographiques régionales est souvent dépendante des sources disponibles. Quelques monographies existent pour la fin du XIXe siècle, outre Rolande Trempé, op. cit., cf. Besse J.-P., Le Mouvement ouvrier dans l’Oise de 1890 à 1914, thèse de 3e cycle, université de Paris I, 1983 ; Burdy J.-P., Le Soleil-noir. Un quartier de Saint-Etienne (1840-1940), Lyon, PUL, 1993.

30 Cheminots en grève ou la construction d’une identité (1848-2001), Paris, Maisonneuve et Larose, 2001. Ce livre succède à plusieurs publications de l’auteur que nous ne citons pas ici. Dans une approche collective, cf. sur les mineurs du sud-est, Xavier Daumalin, Jean Domenichino, Philippe Mioche et Olivier Raveux, Gueules noires de Provence. Le bassin minier des Bouches-du-Rhône (1744-2003), Marseille, éditions Jeanne Laffitte, 2005.

31 L’Insubordination ouvrière dans les années 68, Rennes, PUR, 2007.

32 Outre les travaux déjà cités, cf. Branciard M., Histoire de la CFDT, 70 ans d’action syndicale, Paris, La Découverte, 1990.

33 Cf. l’étude collective autour d’André Gueslin, Les Hommes du pneu. Les ouvriers Michelin (1940-1980), Paris, L’Atelier, 1999 ; Hatzfeld N., Les Gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot – Sochaux, Paris, L’Atelier, 2002 ; Massera B. et Grason D., Chausson, une dignité ouvrière, Paris, Syllepse, 2004 ; Marty N., Perrier c’est nous ! Histoire de la source Perrier et de son personnel, Paris, L’Atelier, 2005 (même si l’ouvrage se rapproche d’une histoire d’entreprise) ; Pitti L., Ouvriers algériens à Boulogne-Billancourt de la guerre d’Algérie aux grèves d’OS des années 1970, thèse de doctorat d’histoire, Paris VIII, 2002 ; Vindt G., Histoire sociale d’une entreprise : la compagnie Péchiney (1921-1973), thèse de doctorat d’histoire, Paris X-Nanterre, 1999.

34 Nous ne citons pas la bibliographie abondante sur les maoïstes ou sur les liens entre le Parti communiste et le monde ouvrier. Sur ces points, cf. Lazar M., Le Communisme, une passion française, Perrin, 2002.

35 Georgi F., L’Invention de la CFDT (1857-1970), Paris, éditions de l’Atelier/CNRS, 1995.

36 Georgi F. (dir.), L’Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

37 Archives associatives, notamment des Unions départementales, parfois léguées à des centres indépendants, parfois à des Centres d’archives départementales.

38 Archives du ministère de l’Intérieur, notamment rapports des préfets ou des renseignements généraux, accessibles à Fontainebleau au Centre des archives contemporaines, ou dans la série W des archives départementales.

39 Dont le statut d’archives privées est très inégal. Les Archives nationales du monde du travail à Roubaix est un bel outil, insuffisamment utilisé par les historiens.

40 Beltran A. et Le Béguec G. (dir.), en collaboration avec Williot J.-P., Action et pensée sociale chez Georges Pompidou, Actes du colloque des 21 et 22 mars 2003 au Sénat, Paris, Association Georges Pompidou – PUF, 2004, particulièrement la deuxième partie.

41 Il est impossible de se livrer à des recensements exhaustifs dans le cadre de cet article.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540