Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements ouvriers et crise industrielle

 | 
Laurent Jalabert
, 
Christophe Patillon

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 La notion géographique ici évoquée limite le champ des études à l’espace de la façade maritime eur (...)
  • 2 Structure associative, le CHT a pour vocation de rassembler les archives des organisations syndica (...)

1La publication des journées d’études du 30 novembre 2007 et du 5 décembre 2008, « Mouvements ouvriers et crise industrielle des années 1960 à nos jours dans l’Europe Atlantique », s’inscrit dans le cadre de la constitution d’un groupe de travail du Centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA) de l’université de Nantes sur l’histoire sociale des sociétés de l’Europe Atlantique1. Ce programme – qui se place dans une réflexion plus globale autour d’une réflexion collective sur la thématique des « Identités politiques des sociétés de l’Europe Atlantique » – s’est donné pour objet de réfléchir aux réactions des sociétés civiles de l’ère contemporaine (XIXe et XXe siècles) face aux grands événements internationaux de leur temps. Il prend en compte aussi bien l’analyse des acteurs collectifs des mouvements sociaux (syndicats, associations, partis politiques, etc.), que les formes d’expression de ces mouvements (manifestations de masse, groupements en comités, constitution de collectifs, etc.) et ne s’interdit pas de mettre en évidence le rôle ou l’exemplarité des individus (militants, bénévoles, permanents, responsables locaux ou départementaux, etc.). S’appuyant principalement sur des recherches historiques portant sur des exemples puisés dans l’histoire des régions Atlantique, le questionnement s’interroge sur l’existence d’identités propres, notamment en matière de culture politique : rôle de mouvements se revendiquant de l’idéal révolutionnaire, poids des organisations et des cultures religieuses etc. Ces deux années de recherche ont bénéficié de l’apport et de l’appui des sociologues du Centre nantais de sociologie (université de Nantes) et de l’équipe du Centre d’histoire du travail (CHT)2. Dans ce cadre général, durant deux années, des chercheurs, historiens et sociologues, se sont régulièrement réunis afin de concentrer leurs recherches autour d’une histoire des mouvements ouvriers face à la désindustrialisation croissante qui se développe depuis le début des années 1960 dans l’ensemble de l’Europe occidentale. Ils ont axé leur réflexion autour de la notion de « conflits sociaux » (manifestations, grèves, occupations d’usine, etc.), afin d’en saisir les caractéristiques pour les périodes les plus récentes de l’histoire, jusqu’alors peu abordées. Aux côtés des chercheurs, les organisateurs de ces journées ont choisi de donner la parole aux militants qui ont traversé la période. Si le film réalisé par Jean Relet autour de témoignages d’ouvriers des chantiers navals présenté lors de la journée du 5 décembre 2008, n’a pu être reproduit, plusieurs communications, qui oscillent entre le témoignage et l’analyse mémorielle distanciée, ont été intégrées à la publication des actes, car ils sont apparus significatifs d’une réalité vécue jusqu’alors peu présentée.

2L’une des principales caractéristiques des sociétés occidentales des années 1960 à nos jours relève des grandes mutations industrielles liées à la mise en œuvre de ce que l’on a pu appeler alternativement, « l’économie-monde », « le système monde », « la mondialisation » ou « la globalisation ». Ce phénomène général a contribué à une transformation permanente du monde du travail, notamment dans l’industrie. De telles données, très connues et bien étudiées d’une façon large et globale, ont suscité à l’intérieur du monde ouvrier des réactions constantes : grèves, manifestations de masse contre des fermetures de sites industriels anciens, mais aussi résignations face aux licenciements massifs etc. Les régions de l’arc Atlantique, bien que parfois moins industrialisées que d’autres régions européennes, disposent d’une tradition industrielle propre : mineurs du Pays de Galles, industries lourdes basques ou chantiers navals de l’Atlantique ligérien, les pôles industriels ne manquent pas, les groupements ouvriers non plus. Le programme de recherche s’est donc donné pour objectif de caractériser les réactions des mouvements ouvriers (syndicats, groupements associatifs, positions des partis politiques implantés dans les entreprises ou villes ouvrières…) face aux mutations industrielles récentes, notamment dans le contexte des restructurations du monde du travail liées à la crise des années 1960-1980, puis à celle des années 1990. Les études présentées se sont particulièrement focalisées autour des « conflits sociaux ».

  • 3 Cf. Prost A., « Identités syndicales et vocabulaire », in Hetzel A-M., Lefèvre J., Mouriaux R. et (...)
  • 4 Pour ce qui relève des sources, le CHT vient de publier sur le réseau Internet, via son site (cité (...)

3Les premiers constats ont montré une contradiction importante entre une forte densité chronologique de mouvements, une abondance de sources et un réel vide historiographique. Or, ces mouvements sociaux, souvent vains, retracent pourtant une réalité déterminante de l’évolution des sociétés industrielles des années 1960-2000, marquées par la crise et la désindustrialisation. Au-delà des approches macroéconomiques, il convient ici d’insister sur sa nécessaire approche par l’histoire sociale : celle des réactions « des classes ouvrières », devenues dans le vocabulaire usité « mouvements de salariés3 », face aux crises à répétitions. Les approches monographiques précises, reprises d’un point de chronologies fines, à la base d’études reposant sur des espaces comparés, tendent à porter des enseignements pour une meilleure compréhension de l’évolution plus globale des sociétés de la période : impuissance du mouvement social, réactions parcellaires de la classe ouvrière ou des salariés selon l’époque, affaiblissement des mobilisations, impuissance du politique transparaissent de ces deux journées d’études4. De quoi stimuler d’autres recherches.

Notes

1 La notion géographique ici évoquée limite le champ des études à l’espace de la façade maritime européenne atlantique, un moment élaboré autour de l’idée « d’arc Atlantique ». La majorité des études présentées est centrée autour du bassin industriel des Pays de la Loire, particulièrement étudié par les équipes nantaises participant au projet de recherche.

2 Structure associative, le CHT a pour vocation de rassembler les archives des organisations syndicales de Loire-Atlantique, mais dispose aussi de riches documents issus d’archives de militants ou des groupes politiques. Voir le site du CHT, [www.cht-nantes.org].

3 Cf. Prost A., « Identités syndicales et vocabulaire », in Hetzel A-M., Lefèvre J., Mouriaux R. et Tournier M., Le Syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse, 1998.

4 Pour ce qui relève des sources, le CHT vient de publier sur le réseau Internet, via son site (cité), un Guide des sources de l’histoire du monde du travail et des mouvements sociaux en Pays de la Loire, CHT, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540