Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

3. Des quidams, des clans, des errances...

Chapitre XVII. L’individu-trajectoire et la réinvention du cercle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Pourquoi es-tu venu chez nous en réalité ? Pour détruire notre famille, c’est ça ? C’est ce que j’ai toujours pensé. Je te remercie. »
Takuya, dans Visitor Q de Takashi Miike.
« Le principe de la famille transcende religion, idéologie et race. J’espère faire transparaître cette idée à travers les agissements des trois personnages principaux de mon film. »
Shinji Aoyama1.

Le Zatôichi de Kitano est en fait une variation sur une image que le cinéma japonais contemporain revisite régulièrement, tant elle traduit le besoin impérieux de repenser l’individu et la primauté désirable du lien dans un Japon devenu statique et hermétique, voire autiste. Cette image, c’est celle du rônin, le samouraï sans maître, mais surtout, littéralement, l’« homme flottant ». Il est une des expressions, dans l’imaginaire japonais, d’une marginalité indissociable d’un certain rôle fédérateur, en tout cas dans ses diverses incarnations cinématographiques.

Image img01.jpg

Zatôichi (2003), Takeshi Kitano/© Celluloïd Dreams

Avant qu...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540