Version classiqueVersion mobile

Mémoire et histoire en Europe centrale et orientale

 | 
Daniel Baric
, 
Jacques Le Rider
, 
Drago Roksandić

Troisième Partie. Patrimoines : mises en scène et usages culturels

De la nation mère aux fantômes des empires : de la nation dalmate à la Croatie

Bernard Doumerc

Texte intégral

  • 1 Claudio Magris, Utopies et désenchantement, Paris, L’Arpenteur, 1999, p. 44 ; il faut citer l’étud (...)

1Dans plusieurs de ses livres, Claudio Magris le répète : « Le monde slave est en conflit avec l’italianité de la Dalmatie1. » Cette affirmation pose parfois problème, mais un débat idéologique qui souvent, dans d’autres livres ou d’autres discours, en devenant militant, laisse filer la démagogie et la xénophobie, ne nous concerne pas.

  • 2 Nenad Fejić, « Dubrovčanin Benko Kotruljević pred sudom Kraljice Marije Aragonske u Barceloni » [L (...)
  • 3 L’historiographie française avait délaissé la sphère adriatique jusqu’à ce que la dernière guerre (...)
  • 4 Par exemple, parmi la considérable bibliographie consacrée à ce sujet, voir : Emmanuel Todd, L’Inv (...)

2Un exemple pour confirmer ces propos : le témoignage de Benko Kotruljević (Benedetto Cotrugli), rapporté par Nenad Fejić, illustre à merveille cette crise identitaire si ancienne. Ennuyé par la justice barcelonaise en 1444, le marchand ragusain assure sa défense en ces termes : « Nous croyions être un fait connu et avéré non seulement de vous mais des nations du monde entier que les Ragusains n’étaient pas des Italiens ni des sujets italiens, mais aussi bien par leur langue que par le site qu’ils occupent, des Dalmates et des sujets de la province de Dalmatie2. » Raguse était pourtant autonome depuis plus d’un siècle, bien installée comme puissance politique régionale respectée. Que dire alors de la permanence de l’italianité des villes dalmates restées dans l’orbite vénitienne jusqu’à la fin du xviiie siècle ? La période de transition vécue par les nations de l’Europe orientale en attente du rapprochement décisif et irréversible avec les membres de l’Union européenne laissait sur le bord du chemin la majorité des nations reconstituées sur les ruines de l’ex-Yougoslavie3. Toujours soucieuse de réfléchir à un avenir consensuel, l’Europe unifiée et représentée par des nations indépendantes, cherchait à imposer des normes d’excellence à ces peuples demandeurs d’espoir car bousculés par l’Histoire, sans doute plus que d’autres4. Comment gérer le très lourd usage politique du passé, le poids de la mémoire, sans le renier mais en affirmant des caractéristiques propres appelées à s’épanouir dans un avenir désormais proche ?

3Dans cette étude, l’objectif est de mettre en évidence la ténacité des liens entre la nation mère, la République de Venise, qui domina ces territoires pendant de très longs siècles et la région périphérique, autrement dit la Dalmatie, l’une des régions du littoral croate. Derrière quelle frontière se sent-on chez soi, s’interrogeait Claudio Magris reprenant en écho le discours d’un autre écrivain de la conscience européenne, Ivo Andrić.

  • 5 Nedo Fiorentin (éd.), Venezia e la Dalmazia anno Mille : secoli di vicende comuni, Trevise, Canova (...)
  • 6 Voir par exemple : Arrigo Petacco, L’Esodo : la tragedia degli Italiani d’Istria, Dalmazia e Venez (...)
  • 7 Cette association créée en 1926 à Zara avait pour intention de promouvoir l’italianité de la régio (...)

4Pendant longtemps, du IXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, une interdépendance très prégnante entre un centre dominateur, la lagune vénitienne, et une périphérie constitutive de l’empire territorial, a marqué en profondeur la vie des habitants de ces zones littorales entourant la mer d’intimité. Un colloque qui se tint à Venise en octobre 2000 posa le problème avec une réelle acuité constructive5. Depuis longtemps, ce débat récurrent menaçait les relations diplomatiques entre l’Italie et la Croatie et fut remis à l’ordre du jour dans de très nombreuses conférences internationales et ouvrages de synthèse6. Tous les travaux de la Società Dalmata di Storia Patria vont dans ce sens : les Vénitiens étaient chez eux en Dalmatie7. Qu’en est-il exactement ? Ce passé représente-t-il donc, pour l’avenir, une chance ou un handicap ?

5La Dalmatie vit naître l’empereur Dioclétien et saint Jérôme, et peu à peu attirée par la romanité, tourna le dos à la Croatie continentale vassale de la Hongrie, puis de Vienne. La métropole vénitienne dominatrice peu à peu imposa sa marque dans tous les domaines : politique, économique, culturel et religieux, sur cet espace géographique et sur les populations. Voyons ce qui dans trois domaines laisse encore de nos jours une trace indélébile de l’interculturalité. Il faut évoquer tout d’abord les résidus de la langue et de la pensée vénitiennes dans la culture dalmate. Il est indispensable ensuite de rappeler le fondement urbain de la civilisation dominante dans cette région. Il faudra enfin tenter d’évaluer la permanence des flux migratoires, preuve d’un évident lien entre le centre et sa périphérie. Ces trois facteurs ont modelé, avec d’autres, une culture italo-dalmate très nettement différenciée de celle qui prévalait dans la Croatie intérieure. Les Croates, en ce début du troisième millénaire, voudraient sans doute échapper à ce déterminisme du passé mais la nation-mère a laissé une carte génétique qui fait ressurgir ses données dès qu’on veut les lire. D’où vient le malentendu ?

  • 8 Dans la logique du propos, nous utiliserons les formes italiennes (éventuellement française) des t (...)
  • 9 Charles Yriarte, La Dalmatie, récit du voyage de 1874 publié dans la revue Le Tour du Monde, le Jo (...)
  • 10 André Dumont, « Souvenirs de l’Adriatique », Revue des Deux Mondes, 1872, p. 685.

6Revenons au premier critère retenu, celui de la permanence d’une langue latine en terre slave. En 1898 mourait Antonio Udina, le dernier habitant à parler la langue dalmate, qui restait utilisée sur les marges littorales, dans la petite cité insulaire de Veglia8. Une langue était morte avec lui. Ce résidu de langue néo-latine avait résisté aux intrusions de lexique slave. Un observateur attentif et perspicace, Charles Yriarte (1833-1898), voyageur français, lettré et historien à ses heures, constatait en effectuant un voyage dans les Balkans méconnus en 1878 que « partout la population parle le même dialecte qu’à Venise. Par exemple à Sebenico, tout rappelle Venise mais surtout le langage et cela jusqu’à Boccali [les Bouches de Kotor]. Mais à Raguse on parle un dialecte nommé langue de Raguse, lingua raugia, qui est une langue romane mais chargée de quelques ajouts techniques slaves9 ». Il ajoute que la population se comporte selon un même mode de vie qu’à Venise et il écrit cela à la fin du XIXe siècle. Mais peu à peu, les relations avec la campagne slave introduisent une corruption du langage. D’autres témoins confirment la longue résistance de l’italien utilisé comme langue vernaculaire sur le littoral, langue de la marine et du négoce. Dans ses Souvenirs de l’Adriatique, Albert Dumont (1842-1884) évoque un parler slave que seuls utilisent la domesticité et le bas peuple de Raguse comme c’était le cas en 1553, époque à laquelle, dans Spalato, tous les citadins parlaient la lingua franca, alors que les femmes à leur service parlaient le slave10. Ce sentiment d’appartenance linguistique fut ravivé en 1994 quand la région administrative de Vénétie votait une loi autorisant le financement de certaines actions visant à promouvoir « la conservation mais aussi la valorisation du patrimoine culturel » en Istrie et en Dalmatie. Il est vrai que tout le long de la côte orientale de l’Adriatique, et ceci jusqu’à Raguse, « on parlait italien pour affirmer qu’on avait du sang romain et italien ». Démarche identitaire surprenante, qui cache un profond malaise. Pendant des siècles, les Dalmates ont pensé et écrit en italien, au moins en ville. Il s’agissait d’un état d’esprit et cela ne leur posait aucun problème identitaire.

  • 11 Bruno Dudan, Antonio Teja, L’Italianità della Dalmazia negli ordinamenti e statuti cittadini, Mila (...)
  • 12 Cité dans Bertrand de Jandin, De Trieste à Corfou parmi les nationalités rivales, in Le Tour du Mo (...)

7À la suite de la reconquête vénitienne de la région après 1409, sauf l’ensemble géo-politique ragusain, tous les usages acquis par les élites locales, aristocratiques ou bourgeoises, furent d’inspiration vénitienne. à Spalato, dès le XIVe siècle, le conseil de la commune voulait engager un podestat compétent pour gérer une cité en difficulté mais à la condition qu’il fût de gens latina. Dans la fière Raguse, pas moins de 67 recteurs furent vénitiens avant l’autonomie politique obtenue en 1358. Cela ne pouvait que laisser une marque indélébile dans la conception de la vie politique et institutionnelle. Peu à peu, tous les statuts urbains des autres cités de Dalmatie ayant accepté la soumission, de gré ou de force, furent rédigés en italien, dans un esprit d’inspiration juridique vénitienne : à Sebenico comme à Traù en 1322, à Spalato en 1327, l’année suivante à Nona et cela jusqu’à la rupture momentanée de 1358, l’uniformisation des règles de droit et de l’administration des affaires publiques, le negocium, devint alors une priorité. Certes une vague opportuniste dans l’historiographie italienne chercha, au début du XXe siècle, à récupérer l’historicité de ces faits pour justifier une reprise en main de la Dalmatie11. Le témoignage si criant de vérité d’un marchand croate devisant aimablement avec un voyageur français est en ce sens édifiant : « Depuis que nous avons pris conscience de nous-mêmes, nous voulons affirmer notre vraie patrie12. »

  • 13 Stjepan Ćosić, « Dubrovnik under the French rule (1810-1814) », Dubrovnik Annals, 4, 2000, p. 103- (...)

8Les revendications séparatistes croates les plus enflammées pendant le XIXe siècle furent rédigées en italien à Spalato. En 1848, le directeur dalmate d’un journal ragusain répondant aux vifs reproches d’un gouverneur autrichien déclara : « Sauf à de très rares exceptions, nos lecteurs ont besoin d’apprendre par l’italien la vérité slave. » Cet héliotropisme en direction de Venise et plus généralement de l’Italie ne cessa jamais. Le phénomène s’était produit de la même façon pendant l’éphémère occupation française par les armées napoléoniennes13. En 1811 le gouverneur des Provinces illyriennes autorisait l’usage de l’italien dans l’administration, mais un rappel de la loi de 1807 précisait que, désormais, il y aurait un enseignement en croate dans les écoles primaires. C’est à cette époque que le père Šime Starcević rédige une grammaire « illyrienne-française » à l’usage des maîtres d’école et des militaires. Cette tentative fut poursuivie avec la création du Télégraphe Illyrien, journal édité en trois langues, français, italien, allemand car l’édition prévue en illyrien fut refusée à la suite de virulentes disputes parmi les membres du comité de rédaction. En 1813, tous les agents de l’Administration publique utilisent l’italien dans leur activité professionnelle, puis en 1827, le nouvel occupant autrichien acceptait malgré lui « que les notaires rédigent leurs actes dans cette langue pour être compris de tous ». Encore en 1842, le rapport réclamé par le gouvernement autrichien intitulé Das Königreich Dalmatien admettait que « la langue dominante comme les coutumes sont italiennes par exemple de Zara à Spalato où l’aspect des cités est lui-même totalement italien » et vingt ans plus tard, l’usage de l’italien est encore répandu, dans les écoles, dans l’administration, la justice et le théâtre.

  • 14 Le poids numérique de la population italienne était considérable.
  • 15 Bertrand de Jandin, De Trieste…, op. cit.

9Lassé par un tel affront, l’empereur d’Autriche amorce la contre-attaque culturelle : en 1866, le gouvernement impérial impose, non sans difficulté, l’usage du croate en Dalmatie, malgré les vives protestations de la population autochtone comme à Sebenico en 186914. Des émeutes d’une rare violence précipitent le conflit linguistique au cœur du débat : Vienne voulait chasser Venise, mais le lion rugissait encore. En 1872, le gouvernement autrichien impose définitivement l’usage du croate dans l’enseignement : la protestation ne connaissait pas de répit mais contraints, les Dalmates, conscients des enjeux politiques, allaient basculer enfin dans le « slavisme » rejetant en partie cet élément d’italianité si fortement ancré dans leur culture. Mille ans après l’arrivée des Vénitiens, la guerre des langues était lancée de Trieste « où les Slaves sont privés de parler leur langue nationale » et dans l’enclave hongroise de Fiume « par haine des Slaves, les Hongrois favorisent l’italien et le croate est proscrit15 ».

  • 16 Bariša Krekić, « Contribution to the study of the Ragusan presence in Venice in the fourteenth cen (...)

10Comme dans d’autres zones de colonisation, la cité fut le lieu d’installation des pouvoirs dominants, mais les maîtres vénitiens surent développer un fort sentiment de filiation entre la mère-patrie et ses filles éloignées16. Prudemment tenus à l’écart, les Slaves accédaient rarement à l’exercice du pouvoir. Tous les statuts accordés aux communautés urbaines et aux élites locales par le gouvernement vénitien, représenté sur place par un comte, comportaient un lot de mesures discriminatoires à leur égard et souvent la méfiance rejoignait l’exclusion. Toutes les cités tentent d’empêcher l’installation des Slaves en leur refusant l’acquisition de biens immobiliers intra muros : « que personne natif de la cité ne puisse laisser ses biens à des parents slaves, même si le père est citoyen et la mère slave ». Le principe de l’exclusion des Slaves étant partagé, le contact avec la civilisation urbaine était limité : « les habitants des villes de la côte tenaient à ce que le paysan slave restât barbare ». Partout le marchand et le bourgeois est italien, il parle le slave de façon sommaire, avec un accent de dédain. Parfois des insultes fusent et on traite son interlocuteur de « croate ».

11La République de Venise reprit un contrôle total de la Dalmatie à l’exception de Raguse au début du XVe siècle et cela jusqu’à l’arrivée des Français en 1806. Dans son livre, Charles Yriarte accumule les affirmations : « Ici, bien que du sang dinarique coule dans leurs veines, il semble que tous les habitants du littoral dalmate soient adoucis par le contact de leurs voisins italiens. » Encore aujourd’hui on se croirait sur quelque place de Venise, et qu’en était-il au début du XIXe siècle, quand ces villes n’étaient pas encore endommagées par les destructions massives des deux conflits majeurs du XXe siècle ? Tout porte la marque des concepteurs urbanistes et architectes italiens.

  • 17 Filippo-Maria Paladini, Un Chaos che spaventa, poteri, territori e religioni di frontiera nella Da (...)

12à Raguse aussi, « le cachet général de la ville est bien celui d’une ville vénitienne », nous sommes dans les territoires du domaine colonial d’outremer : le Stato da mar fait de cette côte « l’Italia d’oltre confini17 ». En 1797, le dernier doge, traqué par la troupe française quitta la cité en emportant le corno, symbole de la fonction et rejoignit Zara « car dans cette ville continuera la République ». Avant de partir, des centaines de Schiavoni lui firent une escorte remarquée en tirant des salves d’honneur. Ces Dalmates depuis des siècles embarquaient à bord des navires et constituaient le gros des forces militaires de la Dominante. à la fin de l’été 1797, les habitants de Cattaro, ayant enfin appris la nouvelle se réunirent dans la cathédrale pour débattre de leur avenir. Dans un consensus émouvant, ils amenèrent les couleurs et dissimulèrent l’étendard de Saint-Marc dans le maître-autel, comme ils l’auraient fait avec une relique parmi les plus précieuses. L’un des Cattarins déclara alors : « Depuis 377 ans, notre vie et notre sang furent pour toi Saint-Marc, nous avec toi, toi avec nous ! » Cette indéfectible pietas erga patriam n’était pas sujette à caution ni marquée par un quelconque opportunisme politique, elle était sincère et partagée par la grande majorité de la population. Faut-il donner un autre exemple : en avril 1797, dans les méandres de la lagune, un navire armé par un groupe de sujets fidèles venus des Bouches de Kotor s’attaqua avec succès au Libérateur d’Italie, frégate française vaincue par les supposés esclaves des Vénitiens.

  • 18 « Le panslavisme démocratique », Nouvelle gazette rhénane, 14 février 1849 : « Ces peuples qui n’o (...)
  • 19 Marcel Detienne, Comment être autochtone, du pur Athénien au Français raciné, Paris, Le Seuil, 200 (...)
  • 20 Bernard Doumerc, « De scodrensi obsidione et expugnatione : la fin de l’Albanie vénitienne », Byza (...)
  • 21 Pierre Rosanvallon, Pour une histoire conceptuelle du politique. Leçon inaugurale au Collège de Fr (...)

13Il faut bien dire qu’à choisir entre les Turcs et les Vénitiens, les Dalmates firent le choix. Sans doute n’avaient-ils pas d’avenir selon la très critique discussion proposée par Friedrich Engels dans un article intitulé : « Le panslavisme démocratique18. » De nombreux Slaves de l’arrière-pays, Serbes, Bosniaques et Monténégrins acceptèrent bon gré mal gré la domination ottomane et souvent la conversion à l’islam pour conserver des privilèges menacés. Le fait était exceptionnel dans la zone dalmate, il est vrai mieux protégée des assauts turcs par le rempart vénitien. Quoi qu’il en soit, on peut affirmer que la fidélité des Dalmates à l’égard des Vénitiens fut rarement prise en défaut. Dans ces conditions, comment ne pas penser à Maurice Barrès et à ses harangues enflammées19. Ils étaient patriotes, dignes héritiers des pères qui servirent la cause vénitienne, sans hésiter à verser leur sang sur tous les champs de bataille terrestres et maritimes et reconnus dignes de confiance par une aristocratie vénitienne pourtant bien parcimonieuse de louanges20. Plus tard certains, venus d’ailleurs, reprocheront cet héritage encombrant, mais les Dalmates savaient que le vrai visage de leur communauté reflétait les règles implicites ou explicites bien partagées qui donnent vie à la Cité21.

  • 22 Ibidem. Voir aussi Alain Dieckhoff, La Nation dans tous ses états : les identités nationales en mo (...)

14Tous les pays en marge de l’Union européenne ont été tiraillés par l’attraction de centralités rivales et les populations subirent ces contraintes politiques. Le constat juste proposé par Pierre Rosenvallon est bien en phase avec la situation des pays riverains de l’Adriatique. Il affirme qu’il « faut reconstruire la façon dont les individus et les groupes ont élaboré leur intelligence des situations, de repérer les récusations et les attractions à partir desquelles ils ont formulé leurs objectifs22 ».

  • 23 Alain Ducellier, Bernard Doumerc, Brunehilde Imhaus, Jean de Miceli, Les Chemins de l’exil, boulev (...)

15Remettre en lumière le rôle joué par les flux migratoires existant depuis toujours entre une périphérie et son centre attractif s’impose en dernier lieu. La mer Adriatique, espace réduit et favorisant la proximité par le voisinage des deux rives, ne fut jamais un obstacle à la migration, bien moins que les massifs montagneux de l’arrière-pays. De plus, un courant continu de migrants attirés par la prospère Italie, où ils étaient bien accueillis, car très désirés, convergeait vers la péninsule dans deux directions privilégiées : le duché de Venise et les seigneuries militaires des Marches et de la Pentapole23. Cette émigration économique en direction des centres urbains italiens en plein essor après le passage de la grande peste de 1348, trouvait une justification idéologique dans le concept impérial. On ne pourrait compter le nombre des soldats coloniaux, Dalmates mais aussi Albanais et Grecs, embarqués à bord des galères ou combattant dans les condotte de stradiotes redoutés, tant leur nombre est élevé. L’empire colonial vénitien s’est construit sur le courage des supplétifs dalmates, sur la loyauté et le dévouement des gens de mer.

  • 24 Nenad Vekarić, « The population of Dubrovnik Republic in the fifteenth, sixteenth and seventeenth (...)
  • 25 Bruno Dudan, Antonio Teja, L’Italianità…, op. cit., p. 82. Roberto Cessi, La Repubblica di Venezia (...)
  • 26 Jurko Tadić, « Venezia e la costa orientale dell’Adriatico fino al secolo XV », in Augusto Pertusi(...)
  • 27 Voir à ce sujet le très beau témoignage de François Maspero, Balkans-Transit, Paris, Le Seuil, 199 (...)

16Quand l’accumulation des problèmes économiques frappait la région, l’émigration s’intensifiait et le dépeuplement sévissait. En 1498, à Raguse et sur son territoire, on peut estimer la population aux environs de quatrevingt-dix mille habitants mais deux siècles plus tard ils n’étaient plus que vingt-six mille24. Le gouvernement vénitien obtenait ainsi l’encadrement de ces populations laborieuses dans un modèle latin et catholique, qui répercutaient dans leur province d’origine les us et coutumes de la société lagunaire. Ces sujets devinrent les marcolini, fidèles de Saint-Marc. Les Dalmates vivaient leur destin familial et personnel dans le giron de la nation centrale. Dans les villes côtières et dans les îles, les Slaves qui voulurent rester changèrent de patronyme en « italianisant » leur nom et les mariages mixtes avec des Slaves de l’extérieur étaient désormais interdits25. La distinction entre Slaves, Latins et Dalmates était réaffirmée et fondait un éventail de statut juridique individuel lié à l’appartenance ethnique. Partout, l’antagonisme était flagrant entre l’élément de culture italienne et l’élément de culture slave : les uns dirigeaient la ville, les autres gouvernaient la campagne26. Dans ces conditions, on comprend mieux l’existence récurrente de la dilution identitaire et linguistique27.

  • 28 Jacques Ancel, Les Balkans face à l’Italie, Paris, Delagrave, 1928, p. 120.

17De nos jours, le problème est à l’opposé de ce processus. Peut-on relever la tête en affirmant la spécificité croate ? Les Italiens, au nombre de cinquante-cinq mille en 1865, n’étaient plus que vingt-sept mille en 1880 et seulement quinze mille en 1900. L’éphémère retour en 1918 sur les décombres de la défunte et vaincue Monarchie austro-hongroise ne se réalisait pas dans de bonnes conditions : la « slavisation » de la contrée par les agents de l’état viennois portait ses fruits et le rejet de la culture italienne émergeait peu à peu. Le problème fut si épineux qu’il fallut négocier à Rapallo en novembre 1920 l’exode de milliers d’Italiens installés depuis des siècles en Dalmatie. La seule ville de Zara abrita 3 500 réfugiés et beaucoup d’autres cherchèrent un abri à Trieste, Ancône et Venise. Certains érudits n’hésitèrent pas à tirer le signal d’alarme comme le fit Jacques Ancel, dans un livre intitulé Les Balkans face à l’Italie28.

  • 29 François Hartog, Jacques Revel, « Note de conjoncture historiographique », in François Hartog, Jac (...)
  • 30 Alberto Tenenti, « Il cinquecento come snodo dei destini adriatici », in Nadia Falaschini, Sante G (...)
  • 31 Egidio Ivetić, « Storiografie nazionali e interpretazione della Dalmazia medioevale », in Nedo Fio (...)
  • 32 Sante Graciotti (éd.), Mito e antimito di Venezia nel bacino adriatico (secolo XV-XIX), Actes du p (...)

18« Il ne s’agit pas seulement ici, serait-on tenté d’ajouter, d’histoires rivales qui s’affrontent et dont chacun cherche à faire prévaloir son antériorité, sa légitimité, ses valeurs, mais aussi de récits et d’argumentaires qui mobilisent souvent les mêmes ressources à des fins contraires qui se dénient et se révisent l’un l’autre29. » L’historien Alberto Tenenti, aux analyses si précises, plaçait au centre de son étude de la vision vénitienne de l’aire culturelle définie comme Golfe de Venise autour des événements du XVIe siècle30. Un élément de réponse est fourni par la remarquable étude d’Egidio Ivetić sur les historiographies nationales et l’interprétation de la Dalmatie médiévale31. Il oppose avec grande finesse la présentation d’un modèle d’autonomie latine dans un monde hostile, fruit de l’historiographie pro-vénitienne, à un combat incessant de la tradition slave de revendication d’un creuset politique du royaume croate. La République de Venise est souvent présentée comme un modèle structurant les sociétés (mito), mais elle contient le germe du rejet (antimito). Il s’agit bien d’une histoire des mentalités et des représentations sans cesse renouvelée32.

  • 33 Alain Finkielkraut, Comment peut-on être croate ?, Paris, Gallimard, 1992.
  • 34 Claudio Magris, Danube, traduit par Jean et Marie-Noëlle Pastureau, Paris, Gallimard, 1988 [1986], (...)
  • 35 Alain Dieckhoff, La nation…, op. cit.

19Les Croates se positionnent sans doute difficilement face à un héritage ambivalent, mais qui fut librement accepté33. Nous avons parfois le sentiment qu’à l’intérieur de la frontière nationale, des communautés vivent côte à côte plus que véritablement ensemble. Claudio Magris donne une fois de plus une réponse possible : « Tout comme le mot “autrichien”, le mot “yougoslave” […] renvoie à la puissance abstraite d’une idée, beaucoup plus qu’à sa réalisation accidentelle dans le concret ; c’est le résultat d’une soustraction, l’élément qui demeure une fois ôtés les particularismes nationaux, ce qu’ils ont tous en commun, mais que l’on ne peut identifier à aucun34. » Peut-on opposer un tribalisme primitif à la manifestation centrale d’une modernité, c’est-à-dire accepter la reconnaissance de cultures spécifiques contre une culture d’état, nous dirons nationale35 ?

  • 36 Milan Kundera, « Prague, poème qui disparaît », Le Débat, no 2, 1980.

20Laissons le dernier mot à Milan Kundera : « On suppose que les petits [pays] sont nécessairement les imitateurs des grands, c’est une illusion. Ils sont très différents… L’Europe des petites nations est une autre Europe, elle a un autre regard et sa pensée forme souvent le vrai contrepoint de l’Europe des grands36. » Mais le défi pour ces pays serait-il de gommer le poids du passé pour définir des valeurs spécifiquement nationales ? Ce serait certainement une erreur.

Notes

1 Claudio Magris, Utopies et désenchantement, Paris, L’Arpenteur, 1999, p. 44 ; il faut citer l’étude d’un précurseur en la matière : Lucien Febvre, Frontière : le mot et la notion. Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, p. 11-52. Voir aussi le livre éclairant de Georges Corm, L’Europe et l’Orient. De la balkanisation à la libanisation. Histoire d’une modernité inaccomplie, Paris, 1989, p. 22-23.

2 Nenad Fejić, « Dubrovčanin Benko Kotruljević pred sudom Kraljice Marije Aragonske u Barceloni » [Le Ragusain B. K. devant le tribunal de la reine Marie d’Aragon à Barcelone], Istorijski Časopis [Revue historique], 1982/1983, 29-30, p. 77-84.

3 L’historiographie française avait délaissé la sphère adriatique jusqu’à ce que la dernière guerre projette dans l’actualité les problématiques complexes de cette marge européenne et provoque une accumulation de publications très variée, voir en ce qui concerne notre démarche : Histoire de l’Adriatique, Pierre Cabanes (éd.), Paris, Le Seuil, 2001 et Ivan Djurić, Glossaire de l’espace yougoslave, Paris, L’Esprit des péninsules, 1999.

4 Par exemple, parmi la considérable bibliographie consacrée à ce sujet, voir : Emmanuel Todd, L’Invention de l’Europe, Paris, Le Seuil, 1996 ; Jean-François Gossiaux, Identités et conscience européennes, Paris, PUF, 2002 ; Hubert Haenel, François Sicard, Enraciner l’Europe, Paris, Le Seuil, 2003.

5 Nedo Fiorentin (éd.), Venezia e la Dalmazia anno Mille : secoli di vicende comuni, Trevise, Canova, 2002.

6 Voir par exemple : Arrigo Petacco, L’Esodo : la tragedia degli Italiani d’Istria, Dalmazia e Venezia Giulia, Milan, Mondadori, 1999 ; Francesco Piazza, L’Altra sponda adriatica : Trieste, Fiume, Istria, Dalmazia (1918-1998), storia di una tragedia rimessa, Vérone, Cierre, 2001.

7 Cette association créée en 1926 à Zara avait pour intention de promouvoir l’italianité de la région.

8 Dans la logique du propos, nous utiliserons les formes italiennes (éventuellement française) des toponymes, à savoir, du nord au sud : Veglia (Krk), Fiume (Rijeka), Segna (Senj), Nona (Nin), Zara (Zadar), Sebenico (Šibenik), Traù (Trogir), Spalato (Split), Brazza (Brač), Curzola (Korčula), Raguse (Dubrovnik), Cattaro (Kotor), Budua (Budva).

9 Charles Yriarte, La Dalmatie, récit du voyage de 1874 publié dans la revue Le Tour du Monde, le Journal des voyages et repris dans Les Bords de l’Adriatique et le Monténégro, Paris, Hachette, 1878.

10 André Dumont, « Souvenirs de l’Adriatique », Revue des Deux Mondes, 1872, p. 685.

11 Bruno Dudan, Antonio Teja, L’Italianità della Dalmazia negli ordinamenti e statuti cittadini, Milan, Nicola, 1943 ; Antonio Teja, « Studi e note degli statuti delle città dalmate », Annali Triestini di diritto, economia e politica, XVII, 1939, vol. 1 et 2.

12 Cité dans Bertrand de Jandin, De Trieste à Corfou parmi les nationalités rivales, in Le Tour du Monde, Nouveau journal des voyages, 1911, p. 134.

13 Stjepan Ćosić, « Dubrovnik under the French rule (1810-1814) », Dubrovnik Annals, 4, 2000, p. 103-142 et Vesna Čučić, Posljednja kriza Dubrovačke Republike [La dernière crise de la République de Dubrovnik], Zagreb-Dubrovnik, HAZU-Matica Hrvatska, 2003.

14 Le poids numérique de la population italienne était considérable.

15 Bertrand de Jandin, De Trieste…, op. cit.

16 Bariša Krekić, « Contribution to the study of the Ragusan presence in Venice in the fourteenth century », Dubrovnik Annals, 5, 2001, p. 7-45.

17 Filippo-Maria Paladini, Un Chaos che spaventa, poteri, territori e religioni di frontiera nella Dalmazia della tarda età veneta, Venise, Marsilio, 2003, p. 98 et Antonello Perli, « La frontière adriatique », D’Adriatique et d’Italie, Actes du colloque international du CIRILIS (Toulouse 1997), Collection de l’écrit, 1, 1998.

18 « Le panslavisme démocratique », Nouvelle gazette rhénane, 14 février 1849 : « Ces peuples qui n’ont jamais eu d’histoire propre qui poussent sous la domination étrangère. »

19 Marcel Detienne, Comment être autochtone, du pur Athénien au Français raciné, Paris, Le Seuil, 2003, p. 128.

20 Bernard Doumerc, « De scodrensi obsidione et expugnatione : la fin de l’Albanie vénitienne », Byzance et ses périphéries, Hommage à Alain Ducellier, Toulouse, Framespa, 2004.

21 Pierre Rosanvallon, Pour une histoire conceptuelle du politique. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Le Seuil, 2003.

22 Ibidem. Voir aussi Alain Dieckhoff, La Nation dans tous ses états : les identités nationales en mouvement, Paris, Flammarion, 2000.

23 Alain Ducellier, Bernard Doumerc, Brunehilde Imhaus, Jean de Miceli, Les Chemins de l’exil, bouleversements de l’est européen et migrations vers l’ouest à la fin du Moyen âge, Paris, Colin, 1992.

24 Nenad Vekarić, « The population of Dubrovnik Republic in the fifteenth, sixteenth and seventeenth centuries », Dubrovnik Annals, 2, 1998, p. 7-28.

25 Bruno Dudan, Antonio Teja, L’Italianità…, op. cit., p. 82. Roberto Cessi, La Repubblica di Venezia e il problema adriatico, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1953.

26 Jurko Tadić, « Venezia e la costa orientale dell’Adriatico fino al secolo XV », in Augusto Pertusi (éd.), Venezia e il Levante fino al secolo XV, Florence, Olschki, 1953, tome 1, p. 687-704.

27 Voir à ce sujet le très beau témoignage de François Maspero, Balkans-Transit, Paris, Le Seuil, 1997.

28 Jacques Ancel, Les Balkans face à l’Italie, Paris, Delagrave, 1928, p. 120.

29 François Hartog, Jacques Revel, « Note de conjoncture historiographique », in François Hartog, Jacques Revel (éd.), Les Usages politiques du passé, Paris, EHESS, 2001, p. 16.

30 Alberto Tenenti, « Il cinquecento come snodo dei destini adriatici », in Nadia Falaschini, Sante Graciotti, Sergio Sconocchia (éd.), Homo Adriaticus, Reggio Emilia, Diabasis, 1998, p. 27-35.

31 Egidio Ivetić, « Storiografie nazionali e interpretazione della Dalmazia medioevale », in Nedo Fiorentin (éd.), Venezia e la Dalmazia, op. cit., p. 95-134.

32 Sante Graciotti (éd.), Mito e antimito di Venezia nel bacino adriatico (secolo XV-XIX), Actes du premier colloque italo-croate, Venise-Rome, Cini-Il Calamo, 2001.

33 Alain Finkielkraut, Comment peut-on être croate ?, Paris, Gallimard, 1992.

34 Claudio Magris, Danube, traduit par Jean et Marie-Noëlle Pastureau, Paris, Gallimard, 1988 [1986], p. 458. Voir aussi : Pierre Béhar, Vestiges d’empires, la décomposition de l’Europe centrale et balkanique, Paris, Desjonquères, 1999.

35 Alain Dieckhoff, La nation…, op. cit.

36 Milan Kundera, « Prague, poème qui disparaît », Le Débat, no 2, 1980.

Auteur

Né en 1953, professeur à l’université de Toulouse 2, section histoire médiévale, est membre du laboratoire Framespa (CNRS-UMR 5136), où il travaille principalement sur l’histoire de Venise et de son domaine colonial pendant le Moyen Âge. Il a collaboré à l’Histoire de l’Adriatique, Pierre Cabanes (dir.), Paris, Le Seuil, 2001 et a notamment publié « Cosmopolitain on board Venetian ships (XIVe-XVe centuries) », dans Medieval Encounters, 13, 2007, p. 78-95, ainsi que « Le dispositif portuaire vénitien », dans Ports maritimes et ports fluviaux, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, p. 99-116.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search