Version classiqueVersion mobile

Mémoire et histoire en Europe centrale et orientale

 | 
Daniel Baric
, 
Jacques Le Rider
, 
Drago Roksandić

Deuxième partie. Lieux de mémoire : représentations, objets, pratiques

Les fêtes nationales en Croatie depuis 1990 : les étudiants face aux jours de mémoire officiels

Ines Sabotič et Anka Mišetić

Texte intégral

  • 1 Voir l’ensemble de la couverture par les médias : quotidiens, hebdomadaires, émissions télévisées.
  • 2 Pierre Nora (éd.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol. , 1984-1993. Voir en l’occurrenc (...)

1Les élections parlementaires croates de l’année 2000 amènent une nouvelle majorité parlementaire au pouvoir, une coalition de gauche remplace le HDZ (Union démocratique croate) à la tête du pays depuis 1990. Les objectifs politiques et le discours changent, la fête nationale aussi. En 2001 en effet, le législateur choisit une nouvelle date pour marquer la fête nationale, le 25 juin au lieu du 30 mai. Les polémiques sont nombreuses et les débats passionnels. Le passé croate récent n’est de fait pas dépourvu d’événements importants, particulièrement marquants d’un point de vue historique. D’une part, la dernière guerre dite « Guerre patriotique » (Domovinski rat) dans les années 1990 est un concentré d’événements ; d’autre part, la naissance d’un état est un épisode proprement « extraordinaire », une rupture radicale avec la période précédente. Certains perçoivent donc le changement de date de la fête nationale comme une réinterprétation douteuse d’événements historiques, d’autres comme une correction légitime1. Certains éprouvent une certaine confusion devant ce changement. La mémoire est sans aucun doute un enjeu politique, peut éveiller les passions, poser des questions sur l’interprétation de l’histoire d’un pays. Ainsi la fête nationale, et plus généralement les fêtes célébrées par l’état, apparaissent comme un véritable lieu de mémoire, reflétant ici le sentiment national croate2.

2Les fêtes nationales sont des célébrations civiles propres à une nation, à son histoire, ce qui leur confère une forte connotation politique. En cela, elles diffèrent des fêtes civiles universelles comme le Nouvel An, ainsi que des fêtes religieuses, ancrées dans la tradition. Mais elles ont toutes comme point commun d’être des fêtes légales. En les inscrivant dans la loi, le législateur reconnaît l’importance des valeurs (religieuse, politique, universelle…) véhiculées par ces fêtes. Ces dernières occupent dès lors un statut particulier dans le calendrier officiel. Devenant jours fériés, elles procurent une pause, aussi bien dans la vie économique (jour de cessation d’activité) que dans la vie sociale (jour de loisir).

3Les fêtes nationales sont des jours de commémoration publique et annuelle en mémoire d’un événement, d’un personnage ou d’un groupe justifiant d’une dimension politique avérée. Un jour par an, on assiste à une répétition de l’histoire. Le passé ressurgit à une date précise, qui devient un outil mnémotechnique. Cette répétition a évidemment pour objectif de rappeler, dans le présent, les valeurs sur lesquelles repose l’état, tout en exprimant aussi un projet d’avenir. Les fêtes nationales sont à la fois des jours de mémoire collective, des symboles d’une certaine identité politique nationale et le support de valeurs citoyennes officielles.

4Si la dimension symbolique ne fait aucun doute, on peut se demander ce qu’il en est dans la pratique. Quelles sont les fêtes nationales choisies par le législateur croate ? Suffit-il de proclamer des journées comme fêtes nationales pour que la mémoire d’un événement historique soit effectivement transmise ?

De la fête nationale aux fêtes nationales : quelles dates choisir ?

5En 1990, le législateur commence une vaste restructuration qui apporte un nouveau cadre législatif au nouvel état. L’une de ses tâches est aussi de définir un nouveau calendrier, de nouvelles fêtes représentatives et porteuses de nouvelles valeurs.

6Dans les tableaux 1a et 1b, sont présentées les fêtes légales en Croatie et en Yougoslavie, ce qui permet de mettre en évidence les ruptures.

Tableau 1a. Les fêtes légales en Yougoslavie et en Croatie

Tableau 1a. Les fêtes légales en Yougoslavie et en Croatie

Fêtes légales en Yougoslavie

  • 3 « Zakon o praznicima Socijalističke federativne republike Jugoslavije » [Loi sur les jours fériés (...)
  • 4 Pour les événements, voir Ivo Goldstein (éd.), Kronologija : Hrvatska, Europa, svijet : politička (...)
  • 5 « Zakon o proglašenju 27. srpnja narodnim blagdanom » [Loi sur la proclamation du 27 juillet comme (...)

7Lorsque Zagreb était la capitale de la République socialiste de Croatie, une des six républiques constitutives de la République fédérale socialiste de Yougoslavie, les fêtes légales étaient exclusivement civiles. Depuis 19733, outre le Nouvel An, on compte cinq fêtes nationales. Le 1er mai pourrait être une fête universelle, mais dans le contexte communiste, la Fête du travail prend un sens particulier. Le 9 mai est la Fête de la victoire, qui célèbre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la victoire sur le fascisme4. Le 4 juillet est la Fête des combattants en souvenir du 4 juillet 1941 lorsque Tito lança un appel à la résistance adressé à tous les peuples de Yougoslavie, contre les occupants fascistes et leurs collaborateurs. Le 29 novembre, jour de la Fête de la République, commémore les événements du 29 novembre 1943, lorsque furent jetées les bases de la nouvelle Yougoslavie, lors de la deuxième session de l’AVNOJ (Conseil antifasciste de libération populaire yougoslave). Enfin, le 27 juillet est le Jour de l’insurrection, une fête propre à la République socialiste de Croatie5, en souvenir du début de la résistance antifasciste sur son territoire (27 juillet 1941).

8Il faut également mentionner comme « jour du souvenir », qui n’est pas férié, la Fête de la jeunesse le 25 mai, à l’occasion de l’anniversaire de Tito, et le Jour de l’Armée populaire yougoslave, le 22 décembre, en souvenir de la formation de la première brigade prolétarienne en 1941.

  • 6 « Zakon o pravima građana na odsustvovanje s rada na dan vjerskih blagdana » [Loi sur le droit des (...)

9Toutes ces dates ont pour point commun la lutte antifasciste et les institutions clés de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. Pourtant, peu de temps avant la fin de la Yougoslavie, le parlement de la République socialiste de Croatie vote des lois qui autorisent une certaine reconnaissance de la liberté religieuse. Une loi6 donne en effet aux citoyens le droit de chômer le jour de Noël, de la fête du sacrifice (Aïd al-Adha ou Aïd el-Kebir) ou une autre fête, selon la religion, et qui a été votée un mois environ avant la victoire du HDZ aux élections parlementaires.

Fêtes légales en République de Croatie (depuis 1990)

  • 7 « Zakon o Božićnom blagdanu » [Loi sur la fête de Noël], 14 décembre 1990, Narodne novine, 1990, n (...)
  • 8 « Zakon o blagdanima i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi sur les jours féries et chômés (...)
  • 9 Le Lundi de Pâques et la Toussaint sont déclarés jours fériés, mais non chômés.

10À la suite des élections parlementaires de 1990, le HDZ vient au pouvoir. Parmi les nombreuses lois votées au parlement, certaines concernent les fêtes légales. Si la possibilité pour les citoyens de prendre un jour de congé pour Noël par exemple existait déjà, la nouvelle majorité parlementaire élève en décembre 1990 Noël au rang de fête légale7. C’est en 1991 qu’une loi sur les fêtes légales est votée8. Outre le Nouvel An, la fête du travail et deux fêtes religieuses, Noël et l’Assomption9, on compte deux fêtes nationales.

  • 10 En juillet 1990, Franjo Tuđman devient président de la République de Croatie.

11Le 30 mai est déclaré jour de la Fête nationale. En effet, un an plus tôt, à l’issue des premières élections parlementaires libres pour le parlement de la République socialiste de Croatie, on assiste à la constitution du parlement et à l’élection, par ce même parlement, de Franjo Tuðman comme président de la présidence de la République socialiste de Croatie10. Cette date marque par conséquent la constitution d’un parlement pluraliste issu d’élections libres.

  • 11 Sur ces deux événements et leur contexte, tels qu’ils sont présentés par l’historiographie de la Y (...)
  • 12 Sur la question de l’antifascisme croate, voir la contribution de Drago Roksandić dans cet ouvrage

12La seconde fête à dimension politique a lieu le 22 juin, jour de la lutte antifasciste. Cette date se réfère à un événement de la Seconde Guerre mondiale qui eut lieu en 1941, celui de la première insurrection armée des partisans croates contre les occupants et les collaborateurs. Si le régime yougoslave avait bien consacré un jour à la résistance antifasciste, le législateur croate conserve cette idée, mais propose une autre date et d’autres protagonistes. En effet, avant 1990, étaient considérés comme les premiers antifascistes des Serbes qui avaient effectué une opération de résistance dans la localité de Srb (région de Lika) ; après 1990, ce sont les activités de résistance de Croates à Sisak qui sont célébrées11. Cette autre date soulève de nombreux débats et suscite des polémiques. L’antifascisme s’inscrit dans le calendrier comme une valeur croate, avec des acteurs historiques croates12.

  • 13 « Zakon o blagdanima, spomendanu i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi sur les jours féri (...)
  • 14 Josip Jurčević, Bleiburg : jugoslavenski poratni zločini nad Hrvatima [Bleiburg : crimes yougoslav (...)

13En 199613, une nouvelle loi sur les fêtes est votée. Le 5 août devient jour de la reconnaissance nationale (Dan zahvalnosti), en souvenir de l’opération « Tempête » (Oluja) qui a permis la libération et la réintégration du tiers du pays occupé par la Région autonome serbe de Krajina. Il y a également un premier « jour du souvenir » (Spomendan). Le dimanche le plus proche du 15 mai est proclamé Journée à la mémoire des victimes croates dans la lutte pour la liberté et l’indépendance. Cette expression se réfère avant tout au 15 mai 1945, date symbole du « chemin de croix et de Bleiburg14 ». Quelques jours après la fin de la Seconde Guerre mondiale, des Croates, des musulmans, des Slovènes, des soldats de l’armée régulière ou des membres des structures politiques collaborationnistes, fuyant devant l’armée yougoslave, ont cherché refuge en Autriche, à Bleiburg en Carinthie. Cette protection leur a finalement été refusée si bien qu’ils ont rebroussé chemin vers la Yougoslavie. Des dizaines de milliers ont été tués par les partisans yougoslaves.

14On signalera encore que l’épiphanie, le Lundi de Pâques et la Toussaint deviennent aussi fêtes légales.

Tableau 1b. Les fêtes légales en Croatie.

Tableau 1b. Les fêtes légales en Croatie.
  • 15 « Zakon o izmjenama i dopuni zakona o blagdanima, spomendanu i neradnim danima u Republici Hrvatsk (...)

15Les élections parlementaires en 2000 apportent un changement politique : une coalition de gauche arrive au pouvoir. Une nouvelle lecture du passé récent est alors proposée par le législateur15. Des significations nouvelles sont accordées aux dates relatives à l’indépendance croate. Ainsi le 30 mai n’est plus la fête nationale, il devient jour du souvenir (spomendan), plus précisément, jour du parlement croate en souvenir de la restauration d’un parlement constitué de représentants élus par les citoyens lors d’élections libres. Ce jour marque aussi « le rôle historique du parlement croate dans la sauvegarde au cours des siècles passés de la nation croate ».

  • 16 « Zakon o dopuni zakona o blagdanima, spomendanima i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi (...)

16Comme le 30 mai n’est plus fête nationale, une nouvelle date est proposée, en souvenir du 25 juin 1991, lorsque le parlement déclare la « dissociation » de la République socialiste de Croatie de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. Mais la décision d’indépendance prise alors n’est pas encore effective (en raison d’un moratoire imposé par les instances internationales). Le 8 octobre, jour de la déclaration d’indépendance de 1991, devient Jour de l’indépendance. Le 5 août reste jour férié, mais change en partie de nom. Ce n’est plus le jour de la reconnaissance patriotique, mais la fête de la victoire et de la reconnaissance patriotique. Alors que la Fête-Dieu devient fête légale, l’épiphanie ne l’est plus, mais le redeviendra en 200216.

  • 17 « Zakon o dopunama zakona o blagdanima, spomendanima i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Lo (...)

17Suite à la victoire du HDZ aux élections parlementaires de 2004, le parlement vote une nouvelle loi sur les jours fériés, plus précisément sur les jours du souvenir17. Ainsi depuis 2005, le 15 janvier est déclaré jour de la reconnaissance internationale de la République de Croatie qui eut lieu en 1992. Deux autres jours du souvenir, le 9 janvier et le 25 septembre, sont ajoutés à cette liste. Respectivement, le premier est déclaré Jour de la résolution de la séparation de la région du Meðimurje de l’état hongrois du 19 janvier 1919, le second celui de la prise de décision de la réunion de l’Istrie, Rijeka, Zadar et des îles à la Croatie le 25 septembre 1943. Ces deux dates rappellent l’importance du maintien de l’unité du territoire croate.

18D’une manière générale, on observe une rupture importante par rapport à la période yougoslave. Dans un premier temps, les fêtes religieuses sont réhabilitées, mais avec quelques incertitudes. Une fête relative aux valeurs antifascistes reste en place, mais avec une dimension croate plus affirmée. Enfin, de nouvelles valeurs politiques sont consacrées à travers des fêtes nationales et des jours du souvenir. Malgré des changements de dates de fête ou de nom, on constate néanmoins un certain consensus sur les nouvelles valeurs telles que l’indépendance, la victoire remportée lors de la dernière guerre, mais aussi ses victimes et l’unité territoriale de la Croatie.

19Mais ces fêtes sont-elles perçues comme importantes et donc dignes de mémoire, notamment parmi les jeunes générations et plus particulièrement les étudiants ?

Fêtes nationales et mémoire des étudiants Un pari politique réussi ?

20Une enquête sociologique pilote a été effectuée auprès de 173 étudiants. La catégorie sociologique des étudiants a été choisie pour différentes raisons. D’abord, ils n’ont pas d’expérience directe de la guerre. De plus, ils sont ouverts à différentes sources d’information, à travers l’enseignement, puisqu’ils poursuivent des études supérieures, la famille, dont ils restent en partie dépendants et les médias, puisqu’ils en sont en général consommateurs.

Tableau 2. Connaissez-vous ces fêtes légales ?

Fêtes légales et jours du souvenir

Oui ( %)

Non ( %)

Noël

99,4

0,6

Nouvel An

97,7

2,3

Lundi de Pâques

94,8

5,2

Toussaint

91,3

8,7

Épiphanie

87,9

12,1

Fête du travail

85,0

15,0

Assomption

78,6

21,4

Fête-Dieu

46,8

53,2

Jour de la lutte antifasciste

41,6

58,4

Fête de la victoire et de la reconnaissance patriotique

41,6

58,4

Fête nationale

28,9

71,1

Jour de la reconnaissance internationale de la Croatie

19,7

80,3

Fête de l’indépendance

13,3

86,7

Jour de la résolution de la séparation du Međimurje de l’État hongrois

12,7

87,3

Jour du parlement

11,0

89,0

Jour de la décision de l’union de l’Istrie, de Rijeka, de Zadar et des îles à la Croatie

10,4

89,6

Journée à la mémoire des Croates morts dans la lutte pour la liberté et l’indépendance

8,1

91,9

21Nous avons tout d’abord voulu vérifier la connaissance des fêtes légales parmi les étudiants. Nous leur avons donc proposé de relier deux colonnes, l’une comportant le nom des fêtes, l’autre avec des dates. Le tableau 2 révèle une parfaite connaissance des fêtes religieuses et des fêtes civiles universelles. Il est question de fêtes traditionnelles et communes à toute l’Europe. Même si les fêtes religieuses ont pendant des décennies de communisme été effacées de la vie publique, elles retrouvent facilement une fonction dans la société. En revanche, on observe une faible connaissance des fêtes nationales, en particulier de la fête nationale qui a changé de date. Quelque 21 % des étudiants ont d’ailleurs répondu que la fête nationale est célébrée le 30 mai. L’ancienne date est en partie restée dans les mémoires.

Tableau 3. Cette fête est-elle importante pour vous ?

Fêtes légales et jours de mémoire

 % (oui)

Noël

89,6

Lundi de Pâques

69,5

Nouvel An

48,9

Toussaint

19,6

Fête du travail

11,5

Assomption

11,5

Fête nationale

7,9

Fête de la victoire et de la reconnaissance patriotique

5,7

Jour de la lutte antifasciste

2,8

Épiphanie

1,7

Fête de l’indépendance

1,7

Jour de la résolution de la séparation du Međimurje de l’État hongrois

1,1

Jour du parlement

1,1

Jour de la décision de l’union de l’Istrie, de Rijeka, de Zadar et des îles à la Croatie

1,1

Fête-Dieu

0,6

Jour de la reconnaissance internationale de la Croatie

0,6

Journée à la mémoire des Croates morts dans la lutte pour la liberté et l’indépendance

0,6

22Les fêtes les mieux connues des étudiants sont aussi celles qui sont les plus importantes à leurs yeux (tableau 3).

Graphique 1. Combien y a-t-il de fêtes aujourd’hui en Croatie ?

Graphique 1. Combien y a-t-il de fêtes aujourd’hui en Croatie ?

23Près de la moitié des étudiants considère qu’il y a trop de fêtes (graphique 1), qui créent une confusion. On peut se demander si cette impression n’est pas le résultat d’un changement fréquent des dates et des noms des fêtes nationales.

24Les élites politiques ont-elles réussi leur pari ? On observe certes une parfaite connaissance des fêtes religieuses. En revanche, les étudiants connaissent mal les fêtes nationales.

Problèmes de mémoire. Problèmes de transmission ?

25Il n’est pas suffisant qu’une fête soit inscrite dans la loi, encore faut-il que la mémoire de ce qu’elle célèbre soit transmise. Il convient donc de se pencher sur les canaux de transmission habituels, à savoir l’école, les medias, la famille, les amis et éventuellement les institutions religieuses, comme l’église.

Graphique 2. Vous informez-vous à ces sources d’informations ?

Graphique 2. Vous informez-vous à ces sources d’informations ?

26Selon les résultats de l’enquête pilote sur les étudiants, les principales sources d’information sur les fêtes sont les médias et la famille. Cependant, il apparaît que la famille et les médias ne semblent pas transmettre une mémoire relative aux fêtes nationales. De même, on remarque le rôle secondaire de l’école.

27Somme toute, il semble qu’il faille constater que les « transmetteurs » ne jouent pas le rôle qui leur est confié. Soit ils ne transmettent pas assez, soit ils transmettent mal, si bien que les « récepteurs », en l’occurrence les étudiants, ne reconnaissent pas les informations, quand informations il y a, comme importantes ou intéressantes.

  • 18 Anka Mišetić, Gradski rituali : retradicionalizacija društvenog života u hrvatskim gradovima nakon (...)
  • 19 Voir les quotidiens Večernji list, Jutarnji list, Vjesnik au lendemain de la fête nationale.

28À ces canaux de transmission, on peut en ajouter un autre, la fête ou une commémoration régulière et visible. L’importance du rôle social de la fête est connu, en tant que dépositaire d’une force de cohésion sociale considérable et vecteur d’une grande énergie libérée18. La fête est en effet porteuse de symbolique, de gestes, de rites, de messages, autant d’éléments pour aider à transmettre la mémoire par des outils mnémotechniques efficaces. D’ailleurs, on peut remarquer que les fêtes les mieux connues, mais aussi les plus importantes pour les étudiants, sont celles qui sont véritablement célébrées et fêtées : Nouvel An, Noël, Pâques, même si elles sont vidées de leur sens premier quand il est spirituel. Elles transmettent en effet des messages clairement identifiables comme la paix, le pardon, la joie, etc. Or ces dernières années, les fêtes nationales sont avant tout marquées par la politique. Ce sont les représentants politiques qui déposent des gerbes sur les tombes des soldats morts pour la patrie, mais qu’y a-t-il est-il d’organisé pour la population à l’échelle nationale ? Il n’y a pas de parade militaire, pas de bal populaire, pas de concerts, pas de feu d’artifice19. Tout dépend de la volonté des autorités locales. La fête en somme n’est pas dans la rue, elle n’investit pas l’espace social. D’une certaine manière, la fête n’est pas fêtée. Le citoyen, plus largement la société civile, restent des acteurs passifs.

29De plus, le changement de date dans le cas de la Fête nationale montre à quel point il est difficile de déplacer une date de commémoration, même récente, mais qui avait réussi à s’installer dans la mémoire collective justement par l’intermédiaire de la fête. En effet, le 30 mai étaient organisées des fêtes auxquelles participait une large palette d’acteurs sociaux.

30Plus généralement, le changement de date, ou l’ajout de nouvelles dates, fait des fêtes nationales un enjeu politique et non plus une valeur en soi, située au-delà de la politique. Dès lors, la fête populaire et nationale devient une fête politisée.

31Si l’objectif recherché dans la commémoration de fêtes nationales est d’accorder un jour de repos, l’objectif est atteint. Mais si l’objectif de la fête est de commémorer un événement du passé et d’affirmer une valeur, l’objectif n’est alors dans le cas présent que partiellement atteint. Le passé récent est finalement mal connu. Certes, il est fort probable que si nous avions fait une enquête parmi la population croate qui a été témoin et acteur de l’histoire croate durant les années 1990, les résultats auraient été différents. Mais le but des fêtes nationales serait justement de transmettre aux nouvelles générations ce qui est arrivé dans un passé dont elles n’ont pas une mémoire directe.

32Finalement, l’identité nationale croate au travers des fêtes nationales révèle une certaine incertitude et un manque de stratégie claire des élites politiques et des canaux de transmission. Face à une mémoire qui tend à se dissoudre, on peut se demander, si nécessité il y a de transmettre cette mémoire, comment faire pour qu’elle soit transmise aux jeunes générations.

Notes

1 Voir l’ensemble de la couverture par les médias : quotidiens, hebdomadaires, émissions télévisées.

2 Pierre Nora (éd.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol. , 1984-1993. Voir en l’occurrence plus particulièrement l’article de Christian Amalvi, « Le 14 juillet. Du Dies irae à Jour de fête », p. 421-472.

3 « Zakon o praznicima Socijalističke federativne republike Jugoslavije » [Loi sur les jours fériés de la République socialiste fédérative de Yougoslavie], Službeni list SFRJ [Journal Officiel de la RFSY], 1973, numéro 6.

4 Pour les événements, voir Ivo Goldstein (éd.), Kronologija : Hrvatska, Europa, svijet : politička i vojna povijest, religija, književnost, likovne umjetnosti, znanost i tehnički razvoj, glazba, film, sport [Chronologie : Croatie, Europe, monde : histoire politique et militaire, religion, littérature, beauxarts, savoirs et progrès technique, musique, cinéma, sport], Zagreb, Novi Liber, 1996.

5 « Zakon o proglašenju 27. srpnja narodnim blagdanom » [Loi sur la proclamation du 27 juillet comme jour férié national], Narodne novine, 1947, numéro 111.

6 « Zakon o pravima građana na odsustvovanje s rada na dan vjerskih blagdana » [Loi sur le droit des citoyens à s’absenter de leur travail le jour de fêtes religieuses], 3 mai 1990, Narodne novine, 1990, numéro 19.

7 « Zakon o Božićnom blagdanu » [Loi sur la fête de Noël], 14 décembre 1990, Narodne novine, 1990, numéro 53.

8 « Zakon o blagdanima i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi sur les jours féries et chômés en République de Croatie], 23 mars 1991, Narodne novine, 1991, numéro 14.

9 Le Lundi de Pâques et la Toussaint sont déclarés jours fériés, mais non chômés.

10 En juillet 1990, Franjo Tuđman devient président de la République de Croatie.

11 Sur ces deux événements et leur contexte, tels qu’ils sont présentés par l’historiographie de la Yougoslavie socialiste, voir notamment : Pišu učesnici. Lika u NOB 1941. [Ceux qui ont participé aux événements écrivent. La région de Lika dans la lutte de libération nationale], Belgrade, Vojno djelo, 1963 ; Sisak i Banija u revolucionarnom radničkom pokretu i ustanku 1941. [Sisak et la région de la Banija dans le mouvement révolutionnaire ouvrier et la révolte de 1941], Sisak, Muzej Sisak, 1974.

12 Sur la question de l’antifascisme croate, voir la contribution de Drago Roksandić dans cet ouvrage.

13 « Zakon o blagdanima, spomendanu i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi sur les jours fériés, jour de mémoire et jours chômés dans la République de Croatie], 30 avril 1996, Narodne novine, 1996, numéro 33.

14 Josip Jurčević, Bleiburg : jugoslavenski poratni zločini nad Hrvatima [Bleiburg : crimes yougoslaves commis après la guerre à l’encontre des Croates], Zagreb, Dokumentacijsko-informacijsko središte – DIS ; Udruga ratnih veterana Hrvatski domobran ; Hrvatsko društvo političkih zatvorenika, 2005. Jozo Marević (éd.), 50 godina Bleiburga [50 ans de Bleiburg], Actes du colloque, Bleiburg, 14-15 mai 1995, Zagreb, Croatiaprojekt, 1995.

15 « Zakon o izmjenama i dopuni zakona o blagdanima, spomendanu i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi sur les amendements à la loi sur les jours fériés, du souvenir et chômés en République de Croatie], 7 novembre 2001, Narodne novine, 2001, numéro 96.

16 « Zakon o dopuni zakona o blagdanima, spomendanima i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi sur l’amendement à la loi sur les jours fériés, du souvenir et chômés en République de Croatie], 8 février 2002, Narodne novine, numéro 13, 2002.

17 « Zakon o dopunama zakona o blagdanima, spomendanima i neradnim danima u Republici Hrvatskoj » [Loi sur les amendements à la loi sur les jours fériés, du souvenir et chômés en République de Croatie], 23 septembre 2005, Narodne novine, 2005, numéro 112.

18 Anka Mišetić, Gradski rituali : retradicionalizacija društvenog života u hrvatskim gradovima nakon 1990. [Les rituels urbains : le retour de la tradition dans la vie sociale des villes croates après 1990], Zagreb, Hrvatska sveučilišna naklada, 2004.

19 Voir les quotidiens Večernji list, Jutarnji list, Vjesnik au lendemain de la fête nationale.

Table des illustrations

Titre Tableau 1a. Les fêtes légales en Yougoslavie et en Croatie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 1b. Les fêtes légales en Croatie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Graphique 1. Combien y a-t-il de fêtes aujourd’hui en Croatie ?
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 2. Vous informez-vous à ces sources d’informations ?
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/104678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteurs

Née en 1972, membre de l’Institut de recherches en sciences sociales Ivo Pilar de Zagreb, où elle s’est spécialisée dans l’histoire culturelle et urbaine en Croatie. Elle est l’auteur de Stare zagrebačke krčme i kavane [Les anciens cafés et auberges de Zagreb], Zagreb, AGM, 2007, publication en croate de sa thèse soutenue en 2002 à Paris-I.
Née en 1964, affiliée à l’Institut de recherche en sciences sociales Ivo Pilar, où elle étudie les processus de transformation urbaine en Croatie. Elle a publié Gradski rituali : retradicionalizacija društvenog života u hrvatskim gradovima nakon 1990. [Les rituels urbains : le retour de la tradition dans la vie sociale des villes croates], Zagreb, Hrvatska sveučilišna naklada, 2004 et co-édité (avec Maja Stambuk et Ivan Rogić), Živjeti u Zagrebu. Prinosi sociologijskoj analizi [Vivre à Zagreb. Contributions à une analyse sociologique], Zagreb, Institut društvenih znanosti Ivo Pilar, 2004 et (avec Ivan Rogić et Ratimir Zimmermann), Kuća pokraj mora : povremeno stanovanje na hrvatskoj obali [Une maison au bord de la mer : l’habitat saisonnier sur le littoral croate], Zagreb, Institut društvenih znanosti Ivo Pilar, 2006

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search