Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoire et histoire en Europe centrale et orientale

 | 
Daniel Baric
, 
Jacques Le Rider
, 
Drago Roksandić

Deuxième partie. Lieux de mémoire : représentations, objets, pratiques

La création d’un lieu de mémoire : le mausolée de Soliman le Magnifique à Szigetvár

Nicolas Vatin

Texte intégral

1Les Ottomans laissaient diverses traces architecturales de leur domination : mosquées, caravansérails et hammams étaient les éléments de base de leur civilisation urbaine. Ils laissèrent aussi des tombes, manifestations du rapport intime qu’ils entretenaient – ou prétendaient entretenir – avec un territoire. Or la tombe est par excellence lieu de mémoire, particulièrement dans un territoire qu’on a dû quitter ou dont la possession paraît menacée.

  • 1 Pour plus de détails, voir Nicolas Vatin, « Un türbe sans maître. Note sur la fondation et la dest (...)

2C’est à une tombe qu’est consacrée cette contribution, plus précisément au mausolée de Soliman le Magnifique à Szigetvár, en Hongrie. Il existe également une tombe de Soliman à Istanbul. Je tenterai donc de déterminer de quand date son mausolée hongrois, pourquoi et par qui sa construction fut ordonnée, et ce que représenta pour les Ottomans ce monument dont ils conservèrent la mémoire malgré sa destruction précoce1.

3En mourant devant Szigetvár dans la nuit du 6 au 7 septembre 1566, Soliman laissait le grand vizir Sokollu Mehmed Pacha (1505-1579) dans l’embarras. Le siège n’était pas achevé. Annoncer le décès pouvait affecter le moral de la troupe et donner du courage à l’ennemi. Plus encore, l’absence d’un sultan dûment intronisé ébranlait les fondations de l’Empire. Or l’héritier, Selîm II (1566-1574), était loin. Il fallait donc maintenir secret ce décès tout en continuant le combat et en traitant les affaires courantes.

4Il fallait se taire et faire taire le petit nombre d’hommes au courant de l’événement, mais aussi, pendant plusieurs semaines, garder le corps. Comme on l’avait fait pour Selîm Ier en 1520, on enterra provisoirement sous la tente impériale le cadavre préalablement toiletté, parfumé et enveloppé de tissus cirés. Puis, quand l’armée prit le chemin du retour, le corps exhumé, à nouveau parfumé et préparé, fut transféré à Istanbul.

  • 2 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, Le Sérail ébranlé. Essai sur les morts, dépositions et avènements (...)

5Il n’était pas question de laisser à Szigetvár la dépouille du sultan. L’enterrement des souverains ottomans dans la capitale avait une trop forte valeur politique et symbolique pour qu’on y renonçât2. En outre Szigetvár, tout juste conquise, était une place frontalière peu sûre, dans une zone où les Ottomans ne se sentaient pas entièrement en sécurité.

  • 3 Musulman mort au combat contre l’infidèle, assuré d’aller directement au paradis.
  • 4 MD XIV-252 (document conservé aux archives du Başbakanlık, à Istanbul, comme ceux qui seront cités (...)
  • 5 Ferîdûn, Nüzhetü-l-esrâri-l-ahbâr der sefer-i Sigetvâr [Les plaisants secrets de la campagne de Sz (...)

6Mais Szigetvár était prise, succès dont la Porte allait faire part à ses correspondants. Surtout c’était la dernière campagne et le dernier succès de Soliman. Il n’était pas question de laisser tomber dans l’oubli la place où il était mort en gâzî (combattant de la foi contre les infidèles) et en chehîd (martyr3). Dès la conquête achevée, le grand vizir avait fait restaurer la forteresse éprouvée par le siège. Une mosquée fut également construite. Mais dès la fin des années 1560, il fallut refaire en pierre le minaret en bois en mauvais état, et se préoccuper du plafond et du toit, qui prenaient l’eau4. Manifestement, on avait fait au plus vite en 1566 : les travaux de cette mosquée de fortune n’avaient duré qu’autant que la troupe était restée sur place après la conquête, sans qu’on se préoccupât par la suite de consolider le bâtiment ou de lui donner un lustre particulier. Cette constatation tendrait à confirmer la version du chroniqueur Ferîdûn5 : selon ce témoin de première main, confident et homme de confiance du grand vizir, l’action de ce dernier fut dictée avant tout par des considérations psychologiques pendant la période où, après le décès de Soliman, il resta seul avec la troupe à proximité de l’ennemi.

  • 6 MD VII-2319.

7La nouvelle mosquée n’en était pas moins un symbole fort, signifiant que Szigetvár était pour toujours aux musulmans – autrement dit aux Ottomans. De plus, fondée sur l’ordre de Soliman (en théorie, car il était déjà décédé à ce moment), c’était une mosquée impériale. De ce fait – même petite et bâtie en bois – elle devait être protégée, ainsi que le rappelait Selîm II ordonnant le 20 octobre 1568 de « fortifier, avec de la pierre, de la brique et de la chaux, le fort intérieur de Szigetvár et le site de la mosquée de […] mon père le souverain gâzî6 ». Le sultan se souciait donc d’entretenir à Szigetvár la mémoire de son père. Mais à travers cette mosquée symbole de la conquête, c’est la victoire de Soliman qui était exaltée. Il paraissait moins fondamental d’entretenir le souvenir de son décès sur place.

  • 7 MD XXIII-103.

8Pourtant on n’avait pas totalement oublié le site où Soliman était mort, à trois kilomètres de la ville. Il en est question pour la première fois dans un ordre enregistré le 11 septembre 1573 : l’endroit où Soliman avait planté sa tente, y est-il dit, est devenu un verger qu’il faut garder et protéger. Ordre est donc donné d’accorder des exemptions de taxes à la population de deux villages, en contrepartie de l’entretien du verger7. Aucun intérêt particulier ne fut donc accordé au site après le départ de l’armée en 1566 : non seulement il fut consacré à une vulgaire activité agricole, mais encore ce verger semble avoir été, à l’automne 1573, plus ou moins à l’abandon. La réaction de Selîm II montre que cet état de fait était jugé regrettable. L’endroit était historique et méritait un minimum de soins. Pour autant, ce n’était pas un site religieux. On notera qu’il est désigné comme étant celui où Soliman avait planté sa tente, non comme celui où il était mort. A fortiori il n’est pas question dans cet ordre de l’enterrement provisoire du corps.

  • 8 XXVII-815 et XXVII-847.
  • 9 Cf. un ordre du 8 mai 1576 (MD Zeyl III-315).
  • 10 Sur la confrérie halvetie et son rôle dans les Balkans, cf. Nathalie Clayer, Mystiques, État et so (...)
  • 11 MD XXVII-847, XXIX-267, XXX-459, XXX-460 ; MD Zeyl III-315.

9Pourtant, moins de trois ans après, un ordre impérial du 17 mars 1576 nous apprend l’existence d’un mausolée de Soliman, à la garde duquel cinquante hommes avaient été affectés. Il faisait partie d’un ensemble : un ordre du 24 mars indique qu’il « a récemment été construit une mosquée sacrée et un couvent de derviches sur le site où a été inhumé le corps sacré de feu mon grand-père […] Sultan Soliman Han […], aux environs de Szigetvár8 ». Il y avait aussi un lieu de culte musulman. Ces bâtiments étaient récents, puisqu’on se préoccupait encore du financement9. Donc le complexe, composé du mausolée, d’un couvent de derviches halvetis10 et d’un lieu de culte, était neuf au printemps 1576 et par conséquent le mausolée devait lui aussi être récent. Un premier argument en ce sens est la concomitance de l’apparition dans la documentation de la mention de l’un et l’autre établissement. En outre, la présence d’une tombe révérée va naturellement de pair avec celle d’un couvent de derviches. D’ailleurs ce dernier est désigné dans les documents comme situé sur le site où Soliman avait été inhumé11.

  • 12 Sur ce cheikh (qui n’est pas Alî Dede Sigetvârî) cf. Nicolas Vatin, art. cit., n. 31.

10Peut-on préciser les dates ? Les ordres de mars 1576 donnent à entendre que les bâtiments et la fortification sont en place depuis peu. De plus, l’ordre sur les revenus affectés au couvent fut remis le 8 mai 1576 au cheikh en personne12 : on peut admettre qu’il s’agit du premier titulaire venu retirer son berât (brevet de nomination) et régler ces questions financières avec l’administration centrale. En supposant quelques mois pour construire l’ensemble, on arrive à la conclusion que la décision d’ériger le mausolée et le couvent de derviches date des premiers mois du règne de Murâd III (1574-1595), monté sur le trône le 22 décembre 1574.

11Le mausolée de Soliman à Szigetvár fut donc élevé huit ans après sa mort, non par son fils, mais par son petit-fils. Pourquoi ce retard ? Et quelle est dès lors la signification de l’édification de cet ensemble à la fois religieux et militaire ?

  • 13 Nicolas Vatin, art. cit., p. 15.
  • 14 Evliyà çElebi, Seyahatnâme [Livre de voyages], t. VII, Istanbul, 1928, p. 50.

12L’intérêt stratégique était nul. D’ailleurs l’entretien des gardes posait des problèmes, au point qu’on décida de les remplacer par les gardes affectés aux premières fortifications en bois (qu’on devait détruire) de la forteresse de Szigetvár. Mais, mal rémunérés, ces hommes refusaient d’assurer la garde du mausolée et de son complexe, en sorte que le site, laissé aux seuls derviches, risquait de rester à l’abandon. Aussi fut-il ordonné de n’affecter que vingtcinq hommes et de les payer. On revint par la suite à une cinquantaine de défenseurs13. On se souciait donc de protéger le lieu, sans pour autant y mettre les moyens qu’on aurait affectés à un site d’importance stratégique vitale. Quant aux derviches, ils étaient chargés d’entretenir le mausolée – les documents désignent à l’occasion leurs supérieurs comme « cheikhs du mausolée » – ; de plus, leur présence et les cellules de leur couvent devaient attirer des derviches en déplacement ou des musulmans locaux séduits par ce foyer intellectuel et mystique. Evliyà Çelebi (1611-1682), qui y passa au milieu du XVIIe siècle, décrit un endroit vivant14, « dans un lieu de promenade, avec des vignes et des vergers, à l’est de Szigetvár, sur une haute colline sur le site de la tente de Soliman ». « De ce fort, dit-il, on a une vue panoramique sur la plaine de Szigetvár. Tous les gens de Szigetvár y vont en parties de plaisir. »

  • 15 MD XXIX-267.
  • 16 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, op. cit., p. 391. Sur les mechhed, cf. Christian Decobert, « Un l (...)
  • 17 Süheyl Ünver, « Kanunî Sultan Süleyman’ın son Avusturya seferinde hastaliği, ölümü, cenazesi ve de (...)
  • 18 MD XXVII-847.

13C’est donc bien un lieu de mémoire que la Porte voulut fonder à Szigetvár, comme le montre le fait que, alors que Selîm II n’évoquait que le lieu où Soliman avait posé sa tente, Murâd III quant à lui rappelait que son grand-père y avait été enterré provisoirement15. La formule implique que le mausolée ne surmontait pas une tombe : il convient plutôt de parler de mechhed, c’est-à-dire de monument commémoratif, de lieu portant témoignage de la mort de Soliman en chehîd16. D’après Ünver, du reste, l’endroit était également appelé Mechhed-i Süleymân17. Néanmoins la seule présence momentanée du corps suffisait à accorder une valeur exceptionnelle au lieu. Qu’il y ait eu alors la volonté politique de donner un lustre particulier au monument de Soliman à Szigetvár paraît confirmé par le fait que Murâd III fit d’abord construire un simple oratoire (mesdjid), puis dans un second temps, estimant apparemment que c’était insuffisant, transforma celui-ci en mosquée destinée à la prière commune du vendredi (djami18).

  • 19 Evliyà Çelebi, op. cit., loc. cit.
  • 20 József Molnár, Macaristandaki Türk Anıtları [Monuments turcs en Hongrie], Ankara, TTK, 1973, p. 27

14La signification symbolique de ces décisions est claire : l’implantation du complexe proclamait que le site était définitivement musulman et ottoman. L’emplacement de la tombe provisoire de Soliman constituait une borne à jamais infranchissable pour l’ennemi pourtant proche de cette place frontalière. C’est bien parce que ce message était parfaitement intelligible que les Impériaux attaquèrent le mausolée à plusieurs reprises. Ils y mirent le feu en 166419 et le bâtiment fut entièrement démonté en 169020. Agir ainsi, n’était-ce pas nier avec éclat la légitimité des prétentions ottomanes ?

  • 21 Gyula Káldy-Nagy, « Budin beylerbeyi Mustafa Paşa » [Mustafa Paşa, beylerbey de Bude], in Belleten(...)

15Cependant la mosquée du fort exprimait le même message, même si son poids symbolique était inférieur, et la question de savoir pourquoi on attendit huit ans demeure posée. L’explication ne semble pas résider dans des considérations de politique intérieure à l’occasion de l’avènement de Murâd III, qui maintint Sokollu Mehmed Pacha au grand vizirat. Quant aux relations avec les Habsbourg, elles étaient bonnes. La paix avait été conclue en 1568 ; on négociait son renouvellement à la fin de 1574 quand Selîm II mourut ; Murâd III continua dans cette voie. Sur le terrain régnait une « drôle de paix » marquée par de nombreux accrochages, mais en dépit d’incidents qui auraient pu en d’autres temps être des casus belli, on eut soin de part et d’autre de ne pas laisser s’envenimer la situation. Les Ottomans donnèrent même un gage de bonne volonté en mettant à pied, au début de 1576, le bey de Szigetvár Alî, dont l’action provoquait les protestations des Impériaux21.

  • 22 Géza Pálffy, « The origins and development of the border defence system against the Ottoman Empire (...)

16L’entreprenant Alî Bey avait en face de lui un soldat également actif : György Zrínyi (1549-1603), commandant de Kanizsa à partir de 1573, capitaine général de Transdanubie en 1574-1575 et en 1583-159222. Or les Ottomans savaient qu’il était le fils de Miklós Zrínyi (1508-1566), le commandant de Szigetvár en 1566, qui avait payé de sa vie l’héroïque défense de la place. Ils s’inquiétaient de la présence à Kanizsa d’un aristocrate local qui pouvait se considérer comme le légitime seigneur de la région et revendiquer Szigetvár. Selîm II le disait explicitement à Maxilimien II dans sa lettre du 21 novembre 1574 :

  • 23 MD XXVI-908.

« Dans l’intention de venger son père, il a demandé Kanizsa et un comté lui a été accordé. À son arrivée, il a écrit des lettres aux chef des villages aux alentours de la forteresse de Szigetvár conquise par […] feu mon père […] et à ceux qui depuis lors et de longue date [me] versent un impôt. Il leur disait : ‘‘Le Roi m’a donné les villages que possédait feu mon père, jusqu’au Danube. Recommencez à [me] verser l’impôt.’’[…]. Nous savons bien dans quelle intention il est venu dans cette région23. »

17L’importance accordée à ce personnage dans cette lettre, et l’insistance sur le fait qu’il était le fils du vaincu de Szigetvár, sont significatives. Avec Maximilien II, on faisait de la grande politique et, somme toute, on s’était entendu sur le partage de la Hongrie. S’il y avait, en 1574-1575, une rivalité de légitimité sur Szigetvár, ce n’était pas, pour les Ottomans, avec la dynastie des Habsbourg, mais avec la famille des comtes Zrínyi. Était-ce suffisant pour justifier l’érection symbolique d’un mausolée de Soliman ? Le rapprochement des dates incite à l’admettre. Certes, le rapport des forces était largement en faveur du sultan. Mais dès lors que ses armées bataillaient loin de la Hongrie, un coup de main heureux était toujours à craindre. En créant de toutes pièces un nouveau lieu de mémoire autour du mausolée de Soliman, la Porte envoyait-elle un message à Zrínyi, aux populations qui ne devaient pas se tromper de seigneur, à l’Empereur prié de freiner son représentant ? Tous en tout cas devaient savoir que Szigetvár était sacrée pour les Ottomans.

  • 24 Gilles Veinstein, « Le rôle des tombes sacrées dans la conquête ottomane », Revue de l’Histoire de (...)
  • 25 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, op. cit., p. 36-39, 391.

18Si l’on admet cette hypothèse, nous aurions là un cas particulier d’invention de tombe. Les Ottomans recoururent plus d’une fois à cette pratique24. Mais on n’a pas affaire, à Szigetvár, à la découverte d’une tombe musulmane dans un pays récemment conquis, et dont la présence même légitime la conquête par les Ottomans, champions de l’Islam. Il ne s’agit pas non plus d’une installation proclamée comme définitive sur un site autrefois conquis, puis provisoirement perdu mais demeurant destiné aux Ottomans dont les héros avaient versé leur sang sur place25. Szigetvár n’avait jamais cessé d’être ottomane depuis 1566. Mais c’était une place frontalière aux avant-postes et tout se passe comme si les Ottomans n’avaient pas eu une totale confiance dans la pérennité de leur installation : peut-être était-ce un signe des temps ?

19On notera que les textes officiels de l’époque ne prétendirent pas que le mausolée recouvrait une tombe. C’était un monument commémoratif, un mechhed, devant lequel les pieux musulmans pourraient prier pour l’âme du glorieux défunt. Certes la sainteté du lieu était confirmée et renforcée par le fait que le corps du sultan y avait été enterré provisoirement, mais tous savaient que sa tombe était à Istanbul, où il avait été inhumé en présence de la population de la capitale.

  • 26 Ibrahim Peçevî, Tarîh [Histoire], Istanbul, 1283, t. II, p. 219.

20Ali Dede, cheikh et gardien du mausolée, ne l’oubliait pas non plus, quand à sa mort en 1598-99 il demandait à être enterré dans la plaine de Szigetvár auprès de Cheikh Kasım, mort en chehid lors de la conquête de la place26. On comprend qu’un derviche souhaite reposer auprès d’un saint personnage. Pourtant Ali Dede n’aurait-il pas aussi mentionné la tombe – dont il était le gardien – du sultan lui aussi décédé en chehid, s’il avait su que le corps s’y trouvait ?

21Mais, le temps passant, la mémoire mue. Dès lors qu’il y avait un mausolée à Szigetvár, avec un personnel rémunéré pour l’entretenir, dès lors qu’un culte était pratiqué et qu’on se déplaçait pour voir le site, il était naturel qu’on finît par tenir pour acquis que le monument abritait bel et bien les restes du sultan.

  • 27 Il se trouvait alors en Syrie. Voir Cornell Fleischer, Bureaucrat and Intellectual in the Ottoman (...)
  • 28 Gelibolulu Mustafa Alî, Heft meclis [Les sept séances], Istanbul, 1316/1900-01, p. 33.
  • 29 Gelibolulu Mustafa Alî, Künhü-l-ahbâr [L’essence des informations], BNF, Supplément turc no 1028, (...)

22L’attestation la plus ancienne de cette idée, à ma connaissance, se trouve dans la chronique de Mustafa Ali de Gallipoli. Contemporain des événements mais non leur témoin27, il leur consacra dès 1569-70 un court récit où il signale l’inhumation provisoire du corps28. C’est plus tard, dans les années 1590, qu’il rédigea son Essence des informations, l’enrichissant de détails collectés entre-temps. Or on y lit : « On emmena […] sur une litière le corps béni du défunt souverain dans des tissus purifiés avec du musc et de l’ambre. Les autres restes furent subrepticement enterrés en face de Szigetvár et, par la suite, on envisagea d’élever un mausolée par dessus29. »

  • 30 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, op. cit., p. 388 sqq.

23Mustafa Ali fait clairement allusion à une momification du corps éviscéré dont les entrailles auraient été entreposées sur place sous la tente remplacée par la suite par un mausolée. Le fait qu’il l’envisage prouve que cette pratique (peu compatible avec l’orthodoxie islamique) n’était pas impensable pour un Ottoman du XVIe siècle. Néanmoins un certain nombre d’arguments30 m’ont convaincu que Soliman n’avait pas été éviscéré. Du reste, ni Ferîdûn (notre source la plus sûre) ni Selânikî (également présent à Szigetvár en 1566) ne donnent pareil renseignement.

  • 31 Evliyà Çelebi, op. cit., loc. cit.

24La mention de « tissus purifiés » rappelle les « tissus cirés » dont parle Ferîdûn. Mustafa Ali fonde-t-il son récit sur ce texte, ou sur une tradition orale ? Quoi qu’il en soit, un besoin de rationalité – pas de fumée sans feu, ni de tombe sans corps – amena bientôt le mythe à prendre le pas sur la mémoire historique. Un demi-siècle plus tard, Evliyà Çelebi racontait la même histoire, mais en brodant : « Aussitôt [le grand vizir] fend son ventre sacré et le conservant dans une saumure d’aloès, d’ambre et de sel, il le dépose momentanément. Quant à son cœur sacré, ses autres organes et ses entrailles diverses, il les inhume à l’emplacement de ce fort, dans un bassin d’or. Par la suite, quand Selîm Han fut monté sur le trône, on construisit ce mausolée lumineux31. »

25Le bassin d’or contenant les entrailles de Soliman fut-il mentionné par les locaux à Evliyà, ou l’inventa-t-il ? Il lui fournit en tout cas l’occasion de raconter un miracle qui accréditait la légende de la présence des viscères du sultan :

  • 32 Ibid.

« En 1074/1663-1664, les mécréants sont venus et ont brûlé ce fort. Ils ont fouillé l’intérieur du mausolée lumineux de Soliman Han. Mais trois des vils mécréants, qui avaient l’intention de s’emparer du bassin d’or contenant le cœur et les entrailles de Soliman Han et de laisser les viscères sur place, trouvèrent la mort par la volonté de Dieu, desséchés et réduits à l’état de cadavres. Ce que voyant, les mécréants ne détruisirent pas le mausolée lumineux à la couverture de plomb : abandonnant les tapis et autres chandeliers, ils ne prirent que l’enseigne dorée artistement travaillée qui dominait la sublime coupole et l’emmenèrent dans le nouveau fort proche de Kanizsa. Celui-ci ayant été conquis par le grâce de Dieu, on trouva cette enseigne sacrée sur une porte au milieu du fort et on la replaça comme autrefois sur le mausolée lumineux32. »

  • 33 Rûmbeyoğlu Fahrüddîn, « Macaristanda bazı asâr-ı osmâniyye » [Quelques monuments ottomans en Hongr (...)

26Cette belle histoire fut sans doute prise par les lecteurs pour ce qu’elle était probablement : un ornement littéraire. Mais on aura noté qu’Evliyà – contrairement à Mustafa Ali, contemporain qui ne pouvait se tromper sur ce point – attribue à Selîm II la construction du mausolée de Szigetvár. C’était une erreur, mais une erreur logique : dès lors que le mausolée abritait une partie du corps de Soliman, il n’était pas concevable qu’on eût attendu huit ans pour le construire ! Aussi l’historien Rûmbeyoğlu Fahrüddîn, à la veille de la guerre de 1914, reprenait-il cette indication à son compte33.

  • 34 Ibid., p. 1392-1393.

27Evliyà Çelebi visita le site après l’attaque impériale de 1664 et vit les bâtiments reconstruits sous le règne de Mehmed IV (1648-1687). En 1690, le bâtiment fut démonté et disparut pour toujours. Il n’en reste qu’un plan dressé en 1664. Pourtant la mémoire ne s’éteignit pas : le lieu s’appelle toujours Turbek (du turc türbe, « mausolée ») et au début du XXe siècle le prêtre de l’église qui s’élève à la place de l’ancien mausolée la fit visiter à Rûmbeyoğlu Fahrüddîn en lui signalant qu’il y avait eu là une colonne de marbre désormais perdue. Les Ottomans n’avaient pas perdu la mémoire du lieu, comme le prouve l’étude de Fahrüddîn, mais aussi une inscription de 1912 signalant l’inhumation sur place du cœur et des intestins de Soliman. Quant aux chrétiens locaux, ils venaient toujours en pèlerinage au mausolée au début du XXe siècle34.

28Le destin du mausolée de Soliman à Szigetvár est une bonne illustration de la façon dont la combinaison d’éléments politiques, mythiques et historiques peut créer et transformer la mémoire.

29Szigetvár ne fut d’abord, dans la mémoire des Ottomans, que le lieu d’un siège qui avait vu mourir un sultan et s’imposer l’habileté et le sens de l’État d’un grand vizir d’exception. Des considérations politiques et stratégiques mineures entraînèrent une décision – la construction d’un mausolée – qui commença par rafraîchir la mémoire : on se souvint que Soliman y était mort, puis qu’on l’y avait enterré provisoirement. Puis un mélange de piété et de bon sens, le besoin de comprendre, imposèrent un mythe si fort, et apparemment si raisonnable, que les historiens l’ont repris à leur compte jusqu’à aujourd’hui, et sans doute pour longtemps encore : je doute que mes publications mettent un terme à la conviction générale que les entrailles de Soliman furent enterrées à Szigetvár. Même disparu, le mausolée entretient durablement la mémoire.

Notes

1 Pour plus de détails, voir Nicolas Vatin, « Un türbe sans maître. Note sur la fondation et la destination du türbe de Soliman le Magnifique à Szigetvár », Turcica, no 37, 2005, p. 9-42 ; trad. en hongrois : « Egy türbe, amelyben nem nyugszik senki. Megjegyzések Nagy Szülejmán szigetvári sírkápolnájának alapításához és rendeltetéséhez », in Keletkutatás. A Kőrösi Csoma Társaság folyóirata [Recherches sur l’Orient. Revue de la Société Kőrösi Csoma], Budapest, 2008, p. 53-72.

2 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, Le Sérail ébranlé. Essai sur les morts, dépositions et avènements des sultans ottomans, Paris, Fayard, 2003.

3 Musulman mort au combat contre l’infidèle, assuré d’aller directement au paradis.

4 MD XIV-252 (document conservé aux archives du Başbakanlık, à Istanbul, comme ceux qui seront cités par la suite, publiés pour certains in Vatin, art. cit.)

5 Ferîdûn, Nüzhetü-l-esrâri-l-ahbâr der sefer-i Sigetvâr [Les plaisants secrets de la campagne de Szigetvár], ms. H. 1339 de la Bibliothèque du palais de Topkapı (Istanbul). édition : Nicolas Vatin, Ferîdûn Bey, Les plaisants secrets de la campagne de Szigetvár, Vienne, Lit-Verlag, 2010.

6 MD VII-2319.

7 MD XXIII-103.

8 XXVII-815 et XXVII-847.

9 Cf. un ordre du 8 mai 1576 (MD Zeyl III-315).

10 Sur la confrérie halvetie et son rôle dans les Balkans, cf. Nathalie Clayer, Mystiques, État et société. Les Halvetis dans l’aire balkanique de la fin du XVe siècle à nos jours, Leyde, Brill, 1996 ; eadem, « La Khalwatiyya (Khalvetiye) », Alexandre Popovic, Gilles Veinstein (éd.), Les Voies d’Allah. Les ordres mystiques dans le monde musulman des origines à aujourd’hui, Paris, Fayard, 1996, p. 489-491.

11 MD XXVII-847, XXIX-267, XXX-459, XXX-460 ; MD Zeyl III-315.

12 Sur ce cheikh (qui n’est pas Alî Dede Sigetvârî) cf. Nicolas Vatin, art. cit., n. 31.

13 Nicolas Vatin, art. cit., p. 15.

14 Evliyà çElebi, Seyahatnâme [Livre de voyages], t. VII, Istanbul, 1928, p. 50.

15 MD XXIX-267.

16 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, op. cit., p. 391. Sur les mechhed, cf. Christian Decobert, « Un lieu de mémoire religieuse », Christian Decobert (éd.), Valeur et distance. Identités et sociétés en Égypte, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, p. 247-263.

17 Süheyl Ünver, « Kanunî Sultan Süleyman’ın son Avusturya seferinde hastaliği, ölümü, cenazesi ve defni » [La maladie, la mort, les obsèques et l’inhumation de Sultan Süleyman le Législateur lors de sa dernière campagne d’Autriche], in Kanunî Armağani [Mélanges en l’honneur du Législateur (Soliman le Magnifique)], Ankara, TTK, 1970, p. 301-306 (p. 305).

18 MD XXVII-847.

19 Evliyà Çelebi, op. cit., loc. cit.

20 József Molnár, Macaristandaki Türk Anıtları [Monuments turcs en Hongrie], Ankara, TTK, 1973, p. 27.

21 Gyula Káldy-Nagy, « Budin beylerbeyi Mustafa Paşa » [Mustafa Paşa, beylerbey de Bude], in Belleten LIV/210 (1990), p. 649-663 (p. 659).

22 Géza Pálffy, « The origins and development of the border defence system against the Ottoman Empire in Hungary », in Géza David, Pál Fodor (éd.), Hungarian-Ottoman Military and Diplomatic Relations in the Age of Süleyman the Magnificent, Budapest, ELTE-MTA, 1994, p. 3-69 (p. 46).

23 MD XXVI-908.

24 Gilles Veinstein, « Le rôle des tombes sacrées dans la conquête ottomane », Revue de l’Histoire des Religions, no 222-4, 2005, p. 509-528.

25 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, op. cit., p. 36-39, 391.

26 Ibrahim Peçevî, Tarîh [Histoire], Istanbul, 1283, t. II, p. 219.

27 Il se trouvait alors en Syrie. Voir Cornell Fleischer, Bureaucrat and Intellectual in the Ottoman Empire. The Historian Mustafa Âli (1541-1600), Princeton, Princeton University Press, 1986.

28 Gelibolulu Mustafa Alî, Heft meclis [Les sept séances], Istanbul, 1316/1900-01, p. 33.

29 Gelibolulu Mustafa Alî, Künhü-l-ahbâr [L’essence des informations], BNF, Supplément turc no 1028, 320 v °.

30 Nicolas Vatin, Gilles Veinstein, op. cit., p. 388 sqq.

31 Evliyà Çelebi, op. cit., loc. cit.

32 Ibid.

33 Rûmbeyoğlu Fahrüddîn, « Macaristanda bazı asâr-ı osmâniyye » [Quelques monuments ottomans en Hongrie], in Tarih-i Osmânî Encümeni Mecmuası [Revue de la Société d’Histoire Ottomane], no 22, octobre 1329/novembre-décembre 1913, p. 1391-1400 (p. 1392, n. 1).

34 Ibid., p. 1392-1393.

Auteur

Né en 1955, historien de l’Empire ottoman, directeur de recherche au CNRS, affecté à l’UMR 8032 – Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centre-asiatiques (CETOBaC, EHESS), et Directeur d’études à l’EPHE (IVe Section). En lien avec la thématique de ce volume, il a publié avec Gilles Veinstein, Le Sérail ébranlé. Essai sur les morts, dépositions et avènements des sultans ottomans. XIVe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 2003, avec Edhem Eldem, L’épitaphe ottomane musulmane. Contribution à une histoire de la culture ottomane, Paris-Louvain, Peeters, 2007, et Feridun Bey, Les plaisants secrets de la campagne de Szigetvár. Edition, traduction et commentaire des folios 1 à 147 du Nüzhetü-l-esrari-l-ahbar der sefer-i Sigetvar (ms. H. 1339 de la bibliothèque du Musée de Topkapi Sarayi), Vienne, Lit Verlag, 2010 (Neue Beihefte zur Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540